Vous êtes sur la page 1sur 13

CENTRE INTERNATIONAL D’ÉTUDES SUPÉRIEURS APPLIQUÉES

(C.I.E.S.A.)
Edmundston, Nouveau-Brunswick, Canada

PROGRAMME D’ÉTUDES EN GESTION DE LA MICRO-ENTREPRISE

GESTION DE LA MICRO-ENTREPRISE
GME – 100

MODULE 4 : Dynamique de croissance

par

Pr Belkassem AMAMOU
Université Mohamed Ier
Oujda, Maroc

Collaborateurs :

Pr A. MAAROUFI
Pr A. RAFIKI
Université Mohamed Ier
Oujda, Maroc

Mai 2000
2

MODULE 4 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE

4.1 Introduction générale

4.2 Projet de croissance du micro-entrepreneur

4.3 Principales contraintes


4.3.1 Organisation interne
4.3.2 Financement
4.3.3 Environnement social et économique

4.4 Identification du projet de développement


4.4.1 Besoins en ressources financières
4.4.2 Besoins en prestations annexes
3

Module 4 : Dynamique de croissance

4.1 Introduction générale

Comme il a déjà été signalé au module 1, une micro-entreprise peut se


développer pour évoluer en petite ou moyenne entreprise (PME), ne pas
évoluer1 ou disparaître. Si l’on s’intéresse aux possibilités de sa croissance, on
se rend compte qu’elles seraient conditionnées par plusieurs facteurs dont les
principaux sont :

1. Le contexte de création de la micro-entreprise : a-t-elle été créée


avec une volonté d’entreprendre ou uniquement à des fins de
«survie» ?

2. La nature de l’activité qu’elle exerce : s’apprête-t-elle à l’extension


ou non ?

3. L’emplacement et les “moyens logistiques” : l’entreprise dispose-t-


elle d’un grand nombre de chalands ou/et d’un bon réseau de
commercialisation ?

4. Le profil du micro-entrepreneur : a-t-il vraiment un esprit


d’entrepreneur ou subit-il uniquement le concours des
circonstances ?

5. Les performances de la micro-entreprise : sont-elles à même de


permettre une accumulation de capital ouvrant la possibilité
d’autofinancement ? Sont-elles suffisamment bonnes pour garantir
la survie de l’entreprise en cas de son entrée dans “la cours des
grands” (petites ou moyennes entreprises) ?

6. Les possibilités de soutien financier ou commercial : existe-t-il des


sources de financement externes sur lesquelles la micro-entreprise
peut compter pour entamer une éventuelle mutation (“love-money”
ou bien financement institutionnel) ?

Le tout peut être ramené à trois groupes de contraintes qui peuvent entraver
l’objectif de croissance et astreindre la micro-entreprise à se perpétuer dans un
régime de survie ou à l’extinction pure et simple :

Contrainte 1 L’organisation interne ;


C0ntrainte 2 Le financement ;
Contrainte 3 L’environnement économique et social.

1
Dans une enquête réalisée par Fouzi MOURJI dan la principale région économique du Maroc
(Wilaya de Casablanca) en juillet 1995, sur un échantillon de 647 micro-entreprises, les p ériodes de
création s’échelonnaient entre 1923 et 1995 : 1923-75 : 23,03%, 76-85 : 24,73%, 86-90 : 25,35, 91-95 :
26,89%. Voir F. MOURJI, «Le Développement des Micro-Entreprises en Question», Edition REMALD,
Casablanca, 1998.
4

Mais avant de nous intéresser à ces différentes contraintes, il faut signaler que
le point de départ de tout projet de croissance demeure la volonté de
l’entrepreneur d’aller dans ce sens, laquelle peut participer de plusieurs raisons
dont nous allons donner ici quelques éléments.

4.2 Projet de croissance du micro-entrepreneur

Lorsqu’une micro-entreprise voit le jour c’est généralement pour répondre au


besoin de son créateur de se soustraire au chômage, de subvenir à ses besoins
fondamentaux ou encore –ce qui reste rare– de travailler pour son propre
compte. Dans les deux premiers cas, il est rare que l’entrepreneur inscrive
parmi ses préoccupations l’objectif de développer son entreprise : son but
ultime demeure celui de trouver un emploi décent à même de lui permettre de
vivre convenablement. Dès qu’une telle possibilité se présente, il abandonne
son entreprise. Mais, dans de rares cas ou les affaires deviennent florissants
par chance, il se peut qu’il change sa vision et revoit l’avenir de son entreprise
dans la perspective de croissance.

Dans le troisième cas, où l’entrepreneur part du besoin de travailler pour son


propre compte, une ambition de croissance existe déjà dès la phase de projet
de création de la micro-entreprise.

Encore faut-il signaler que, dans tous les cas ou l’objectif de croissance est
poursuivi, d’autres caractéristiques de l’entrepreneur sont déterminantes dans
sa réussite. Il s’agit notamment de l’esprit entrepreneurial, de la formation
académique ou professionnelle, de l’expérience personnelle, etc.

Une fois l’objectif de croissance est adopté, seul se pose le problème des
contraintes que nous allons essayer d’expliciter ci-dessous. Nous en avons
retenu principalement l’organisation interne, le financement et l’environnement
économique et social.

4.3 Principales contraintes

Il s’agit de l’organisation interne, du financement et de l’environnement social et


économique.

4.3.1 Organisation interne

L’organisation interne d’une micro-entreprise peut être la résultante de plusieurs


facteurs dont bon nombre est inhérent à sa nature-même. En effet, comme
nous l’avons définie, elle repose en général sur les relations familiales que ce
soit au niveau du financement, de la production ou des relations de travail.

Partant, l’organisation interne va également reposer sur des impératifs qui


échappent à la rationalité économique. A ce titre, Philippe Engelhard2rappelle
que «l’entrepreneur est d’abord un chef de famille» et qu’ «en fait les
entreprises du secteur traditionnel sont des familles insérées dans un tissu
2
P. Engelhard, «Quelques remarques sur l’article de Ali El Idrissi ou l’économie d"Adam Smith sous
les tropiques» ; Annales 1987-88 du Laboratoire de gestion et cultures, IAE de Nice, p. 51-59.
5

social moléculaire où il est encore plus important de gérer des relations que des
biens, y compris le temps».

Les horaires flexibles, les complaisances, le manque de rigueur en matière de


productivité et de rentabilité, l’absence de différentiation des tâches, la
confusion des affaires personnelles avec celles de l’entreprise ainsi que
d’autres facteurs du genre sont d’effet négatif sur toute tentative de décollage
de la micro-entreprise. Ajouté à cela le fait que le dirigeant, dans la plupart des
cas, supervise étroitement ses collaborateurs dans une relation maître-apprenti
et travaille de ses propres mains et, partant, ne peut disposer de suffisamment
de temps à consacrer à la planification et aux décisions stratégiques.

La nature de l’activité de la micro-entreprise peut également être astreignante


pour son organisation. Tel est le cas de certaines activités ne requérant qu’un à
deux salariés (ou apprentis), ayant très peu de débouchés ou dont le marché
est très aléatoire. De telles situations prohibent l’adoption d’une structure
compétitive pouvant ouvrir des perspectives de développement.

4.3.2 Financement

Partout dans le monde, des initiatives, d’ONG ou d’institutions financières,


visant le financement des micro-entreprises ont vu le jour. Mais, au moins, trois
raisons essentielles font que très peu d’entre ces dernières sont éligibles pour
en bénéficier :

Raison 1 : L’entreprise doit être en situation régulière vis-à-vis des lois et


règlements (formalisée), chose que ne pourraient se permettre la plupart des
micro-entreprises ;

Raison 2 : L’activité de l’entreprise doit être classée dans l’une des catégories
fixées à l’avance par les bailleurs de fonds, alors que les micro-entreprises
couvrent presque autant de secteurs que les PME.

Raison 3 : Il demeure extrêmement rare qu’un banquier n’exige pas de


garanties d’une manière ou d’une autre, alors qu’il est rare qu’une micro-
entreprise puisse en offrir, tout au moins à ses débuts.

Une micro-entreprise ne peut donc compter, pour son financement externe, que
sur l’entourage de l’entrepreneur (amis, famille). Pour son autofinancement, elle
doit être hautement performante pour être à même de l’assurer.

Le lecteur imaginera aisément à quel point les possibilités de financement


constitueraient une contrainte très pesante sur les perspectives de
développement d’une micro-entreprise.

4.3.3 Environnement social et économique

Nul ne saurait évaluer avec exactitude l’impact de l’environnement social et


économique sur les micro-entreprises. Nous allons donc nous contenter d’en
6

brosser quelques aspects tout en laissant la liberté au lecteur d’en imaginer


d’autres.

Concernant l’impact de l’environnement social, il peut être favorable en offrant


un soutien moral par l’estime et la considération des micro-entrepreneurs qu’ils
réussissent ou échouent dans leur entreprise. Comme il peut être défavorable
en les dénigrant pour ce qu’ils sont et en les condamnant en cas d’échec. Il faut
signaler à ce titre que dans toutes les sociétés où un échec en affaires est
perçu comme un déshonneur, l’esprit d’entreprise est très peu développé.

Concernant l’impact de l’environnement économique, il peut avoir plusieurs


aspects dont les principaux procèdent du niveau de revenu des habitants, de
leur pouvoir d’achat, des possibilités de nouer des relations commerciales avec
les PME, etc. Notons que les micro-entreprises ne subissent pas toujours les
revers de l’économie du pays de la même manière que les entreprises de taille
importante et ce en raison de leur grande flexibilité sur tous les plans
(production, emploi, activité, etc.).

4.4 Identification du projet de développement

L’identification du projet passe par l’identification des contraintes et de la maîtrise de


ces derniers.

Plusieurs raisons peuvent motiver la recherche de la croissance3 :


1. l’amélioration de l’efficacité de la production ;
2. l’accroissement des pouvoirs de négociation de l’entreprise ;
3. l’obtention de la masse critique dans le secteur d’activité.

Les modes de croissance peuvent être internes ou externes : le premier répond à la


création d’une capacité nouvelle (production, recherche, commercialisation...) ; le
deuxième correspond à la modification des caractéristiques d’une entreprise suite à
des regroupements ou associations.

En fait, la réflexion sur la dynamique de la croissance ne se pose pas dans les


mêmes termes pour l’ensemble des entreprises et cela, quelle que soit leur taille.

En fait le projet de développement de la micro-entreprise se traduit par un


comportement réactif à un environnement spécifique. L’appréciation
comportementale permet de l’inscrire dans un développement ultérieur ou non4.

La question de base reste l’identification d’indicateurs permettant de montrer


l’existence d’un projet de développement, un double recours à l’environnement peut
être raisonnablement retenu , le recours à de ressources financières
complémentaires et le recours aux prestations annexes.

3
A. LEURION et Alii, « économie et organisation des entreprises », tome 2, Editions Foucher,
1996.
4
S. BELGHASI, « la micro-entreprise au MAROC : impact social, problèmes de développement
et besoins financiers », CERAB info, janvier 1999.
7

4.4.1 Indicateur : besoin en ressources financières

Le besoin de financement inclut aussi bien l’investissement matériel que l’ensemble


des composants requis pour la réalisation à bon escient du projet, à savoir le besoin
de fonds de roulement.

Il faut toutefois signaler que si le besoin de financement est significatif d’un


comportement volontariste de développement, il n’en demeure pas la seule
expression explicite.

Ceci nous amène à la spécificité de la micro-entreprise dans ce domaine à savoir


l’importance du financement par apports internes, l’autofinancement est le recours
primordial pour répondre aux attentes événementielles (création, démarrage et
développement).

Il faut savoir que nombre de critères existent et qui incitent l’organisation à investir 5:
1. certains sont susceptibles d’une évaluation plutôt qualitative (prestige,
puissance, intérêt porté à une technique donnée...) ;
2. d’autres, par contre, relèvent d’un calcul prévisionnel de rentabilité. Les
méthodes de calcul se fondent principalement sur les flux nets de trésorerie
ou cash-flows actualisés ou non ; à savoir le délai de récupération du capital
investi, la valeur actuelle nette (VAN), l’indice de profitabilité (IP) et le taux
interne de rentabilité (TIR)6

Il est à retenir que les flux nets de trésorerie constitue la prévision de base au niveau
de chaque projet, générés par ce dernier et pratiquement représentés par le cumul :
résultat net (avant ou après impôt) et les dotations aux amortissements (charges non
décaissables), et ce compte tenu des corrections reflétant la stabilité des
composants du Besoin de Fonds de Roulement (stocks, clients et fournisseurs).

4.4.2 Indicateur : besoin en prestations annexes

Parmi les recommandations reprises par le rapport sur ¨ femmes, emploi et micro-
entreprises en Tunisie¨, on trouve que les besoins des micro-entreprises peuvent
être résumés comme suit 7:

1. les besoins pour les entreprises masculines sont d’ordre financier et donc,
principalement économiques. Il est également nécessaire de prévoir pour
cette catégorie, des actions de formation en gestion.
2. Les entreprises féminines, outre les besoins économiques précités,
demandent à ce que les femmes bénéficient de structures d’appui permettant
d’alléger leurs charges familiales, afin qu’elles se consacrent plus et mieux à
leurs entreprises.

Les propositions, faites lors des Assises Nationales de l’Emploi8 dans le cadre des
propositions pour une stratégie de promotion de l’emploi, incluent le soutien à la

5
Jean MEYER, « Gestion budgétaire », Dunod.
6
à titre illustratif, un cas de rappel est donné à la fin de la section.
7
Organisation Internationale du Travail « femmes, emploi et micro-entreprises en Tunisie »,
rapport préparé par URBACONSULT.
8

création d’emplois dans les petites et moyennes entreprises, les activités artisanales,
les services de proximité, l’économie sociale et les petits métiers. Il convient dés lors
d’organiser des réseaux d’appui aux entrepreneurs, à titre indicatif :

1. renforcer les organismes d’appui comme les chambres et associations


professionnelles, les établissements de formation en matière de gestion
d’entreprises, pour qu’ils soient en mesure de fournir des services de
qualité ;

2. développer des réseaux de consultants privés, en mettant en place un


dispositif répondant à la demande pour assurer, par ces derniers, toutes
les prestations en matière de création et d’accompagnement d’entreprise
par les jeunes promoteurs ;

3. mettre en place et gérer des programmes d’incubateurs d’entrepreneurs


industriels pour accompagner les PME pendant les premières années de
démarrage ;

4. encourager les grandes entreprises à externaliser les activités considérées


comme hors métiers de base.

Toutes ces propositions peuvent être des déclencheurs d’une culture d’entreprise et
générer des demandes en prestations complémentaires, ce qui peut être synonyme
d’une volonté de changement. Afin d’illustrer l’attitude des micro-entrepreneurs face
aux moyens que suppose un changement, nous reprenons le tableau suivant :

PROPENSION DES P.E. AU CHANGEMENT


Attitudes A et B A B -
Entreprises non structurées
- de très petite taille
< 50 (*) 70,5% 23,6% 2,8% 2,8%
50<CA<100 75% 14,3% 7,1% 3,6%
- de petite taille
100<CA<1000 56,5% 8,7% 4,3% 30,4%
>1000 - - - -
Entreprises structurées
- de très petite taille
< 50 - - - -
50<CA<100 55,6% 44,4% 0% 0%
- de petite taille
100<CA<1000 47,4% 26,3% 10,5% 15,8%
>1000 58,3% 27,8% 2,8% 11,1%
Source : Enquête MADI(1996)
N.B.
A = Demande de financements externes
B = Demande de prestations (formation, assistance, conseil)
(*)= Chiffre d’affaires exprimé en KDH
8
Ministère du développement Social de la Solidarité, de l’Emploi et de la Formation
Professionnelle, « propositions pour une stratégie de promotion de l’emploi », les Assises
Nationales de l‘Emploi, Marrakech, 1998.
9

L’analyse du tableau permet de dégager quelques particularités, que l’on peut


présenter de la manière suivante :

1. la croissance n’obéit pas à un mouvement linéaire, l’évolution s’opère


par paliers ce qui peut constituer ou être perçu comme autant de
blocages nécessitant de nouvelles immobilisations, une restructuration
(encadrement, nouvelle organisation ...) et sûrement un nouvel état
d’esprit de l’entrepreneur ;

2. la résistance au changement apparaît à certains seuils(cas du CA=100


KDH) ce qui constitue une démarcation entre préoccupations de
croissance et préoccupations de développement

Mini-cas illustratif 9: Les tisserands azamis10


A partir des données qui vont suivre, essayer d’apprécier les chances de
développement d’une micro-entreprise traditionnelle de filature et de tissage.

L'atelier :
L'atelier (Draz) est le cadre social de la production. C'est le lieu où la matière
première est traitée et où s'organise le travail.

Généralement c'est une simple pièce étroite, à peine éclairée ne dépassant pas cinq
mètres sur deux, de quoi loger le métier à tisser, la roulette, le rouet et la matière
première.

Le filage des fibres textiles (la chaîne et le trame) est le travail préalable à toute
opération de tissage : pour la chaîne, les fileuses utilisent un fuseau en bois ou en fer
avec des trous pour les doigts afin de rendre le filet tors et bien tiré. Elles enroulent
ensuite le fil sur des canettes et une fois que le blanchiment et le cardage de la laine
sont réalisés, le filage de la trame s'effectue à l'aide de la quenouille ou du rouet. Ce
travail minutieux des fileuses est rémunéré à raison de 10 DH11 (environ 1 Dollar US)
par jour s'il n'est pas gratuit quand il est accompli pour le compte du mari ou du père.
Le métier à tisser (MRAMA) date et ne suit pas le mouvement des innovations
techniques. Il est composé d'un rouleau en chaîne, d'un rouleau en trame et de deux
pédales, qui permettent l'ouverture des fils de chaîne et le passage de la navette, un
battant surmonté d'un peigne à insérer la duite lancée par la navette et des lames
levées et baissées déterminent l'ouverture de la foule nécessaire au passage de la
navette ; deux baguettes servent au croisement des fils.

La plupart des métiers à tisser sont archaïques (62% des enquêtés) et coûtent
l'équivalent de 600 DH.

9
Tiré de l’ouvrage de Mohamed SALAHDINE, «Les petits Métiers Clandestins, “Le business
populaire”», Edition EDDIF Maroc, Casablanca, 1988.
10
Issus de “Ouled Azam”, région avoisinante de la ville de Fès au Maroc.
11
Dirham, unité monétaire nationale marocaine constituée de 100 centimes et valant, en moyenne
0.90 USD.
10

Les patrons qui possèdent deux ou trois «MRAMA», signe relatif de la bonne marche
des affaires, sont très peu nombreux (10%). Par contre, le métier à tisser est
entretenu, renouvelé mais non amélioré sur le plan technique. Même le métier à la
tire qui emploie une seule personne, remplaçant le compagnon par une corde, n'est
utilisé par aucun artisan du Douar12 Oulad Azam.

L'emploi et les salaires :


Tous les artisans sont originaires de Douar et 90% d'entre eux n'exercent aucune
autre activité que le travail de la laine et du coton.

La plupart des ateliers emploient au plus trois personnes, 12% seulement du total
des enquêtés emploient quatre ou cinq travailleurs. Il est à noter que l'âge constitue
une variable discriminatoire significative et explique la hiérarchisation technique et
sociale au sein des unités de production. Les patrons plus âgés que les compagnons
(REDDAD) et les apprentis (MDAOUR) ont un âge compris entre 40 et 60 ans, alors
que l'âge des apprentis varie entre 8 et 15 ans.

En somme, dès leur jeune âge, les enfants du douar Oulad Azam apprennent à
enrouler les fils à l'aide du rouet ; adolescents ils sont RADDAD. Le nombre de
jeunes qui s'adonnent au métier connaît une augmentation régulière, conséquences
des échecs scolaires et du manque d'alternative. La plupart des petits AZAMIS ne
considèrent plus le tissage comme un métier honorable ou permanent à l'instar de
leurs parents mais un simple refuge, une occupation d’attente dans l'espoir d'exercer
une activité plus estimable, (militaire, chauffeur de camion ou travailleur en Europe);
la rémunération du travail est faible et ne diffère guère d'une unité de production à
une autre. Dans les mois d'intense activité (octobre, novembre, décembre et janvier)
les patrons tirent des bénéfices oscillant à peine autour de 60 DH par jour. Le
compagnon (REDDAD) touche autour de 18 DH par jour et l'apprenti dépasse
rarement 10 DH.

Néanmoins, les relations entre MAALEM (MAÎTRE) et RADDAD sont empreintes de


paternalisme et presque tous ont des liens de parenté avec le chef de l'unité. Et
souvent, c'est le degré de relation familiale qui explique le montant de la
rémunération à verser. À ses propres enfants, le patron consent un simple appoint en
numéraire ou en nature, mais fournit un effort particulier quand il s'agit du mari de sa
fille ou d'un parent très proche. De toute manière, il n’y a pas de différence notoire de
rémunération entre les producteurs, quel que soit leur savoir ou leur statut
hiérarchique au sein de l'unité.

La carence de liquidités est même la règle et c'est la relation de dépendance de


l'ensemble de l'atelier vis-à-vis des commerçants qui caractérise l'artisanat rural.
C'est pour cette raison que l'octroi de crédits substantiels avec des modèles de
remboursement acceptables apparaît aux yeux des artisans AZAMIS comme l'ultime
solution à leurs difficultés. Unanimes, ils considèrent que l'origine de leurs maux est
d'ordre financier. Pour stimuler l'artisanat du douar, tous insistent sur les possibilités
de crédit plus importantes avec des taux d'intérêt réduits et remboursables par
annuités.

12
Groupement rural de population dont la plupart des membres sont généralement issus d’une même
lignée.
11

Cela aiderait les artisans à domicile à limiter les incursions répétées du capital
marchand et atténuerait la spéculation sur les matières premières. Mais cet artisanat
rural reste vulnérable, l'outillage utilisé est rudimentaire, l'organisation du travail est
peu élaborée, la concurrence des unités industrielles est vive.

PRIX DE LA LAINE DANS LES LOCALITÉS AVOISINANT


LE DOUAR OULED AZAM
Laine noire Laine blanche Laine filet
Localit
En En En
é Lavée Lavée Lavée
suint suint suint

Taounat 30 DH 20 DH 25,0 DH 20,00 60 DH 40 DH


e 28 DH 24 DH 23,0 DH DH
Tissa 15 DH 10 DH 17,5 DH 20,00
Karia 16 DH 14 DH 15,0 DH DH
Khafsaï 13,50
DH
12,00
DH

LES PRIX DE PRODUCTION DES ARTICLES13


RÉALISÉS PAR LES AZAMIS
Produit Laine Laine Coût La part des
Chaîne
réalisé blanche noire en Prix
matières
mati de premières
Qua Qua Qua ère revi
Prix Prix Prix dans le prix
ntité ntité ntité prem ent
de revient
ière
Djellaba 2,5 90 400 32 122 152 80,00%
noire 0,5 030 kg DH g DH DH DH 73,33%
Djellaba kg kg 2,0 70 400 32 132 180 75,87%
bleue 2,5 150 kg DH g DH DH DH 76,28%
Zerbia kg kg 400 32 182 240
Couvert 0,3 150 1,5 53 g DH DH DH
ure kg kg kg DH 800 64 267 350
locale g DH DH DH

Eléments de réponse :
Tous les éléments concourent pour désigner qu’une entreprise, dont l’activité est
décrite ci-dessus, n’est pas du genre à prétendre à une éventuelle croissance. C’est
l’exemple type d’entreprises qui se perpétuent dans des activités de survie.

13
Djellaba : tenue traditionnelle marocaine ressemblant à une soutane ; Zerbia : tapis traditionnel.
BIBLIOGRAPHIE

Amamou, B. « Comptabilité analytique – coûts établis et coûts préétablis »,


Institut Marocain du Livre, 1997, p.220 et suiv.

Ballay, J.F. "Capitaliser et transmettre les savoir-faire de l'entreprise"


collection de la Direction des Etudes et Recherches de l'Electricité en France.
Edition EYROLLES, Paris, 1997

Banque Populaire, « Créer une P.M.E. – la clef de la réussite » , Editions


Banque Populaire,1991.

Bedhri, M. « Micro-entreprise et micro-crédit : Quel avenir au Maroc? » Edition


El JOUSSOUR, 1998, p.47.

Belghasi, S. « La micro-entreprise au MAROC : impact social, problèmes de


développement et besoins financiers », CERAB info, janvier 1999.

Berrada, M. «Les relations Banques-Entreprises au Maroc » Edition Toubkal.

Berger, B. et al., " Esprit d'entreprise, cultures et sociétés. ", édition Maxima,
1993.

CNUCED : « Le financement des petites et moyennes entreprises en Afrique.


Cas du Ghana, du Mali, de la Tunisie et du Kenya », 3 juillet 1995.

Conseil National de la Jeunesse et de l’Avenir, « Guide des jeunes créateurs


d’entreprise », 1994.

Darbelet, M. et Lauginie, J.M. « Économie d’entreprise 1 », Foucher, 1990 .

Drucker, P. « The Practice of Management », New York, Harper and Row,


1954.

Fayol, L.H. « Administration Industrielle et Générale. », Edition Dunod, Paris


1956, pp. 19-47, cité in A. Milon & M. Jouve, op. Cit.

Fondation Banque Populaire Marocaine pour la Création d’Entreprises..

Krier, J. A., « Gestion de l’entreprise », P.U.F, 1981

Leurion, A. et al., « Économie et organisation des entreprises », tome 2,


Editions Foucher, 1996.

Management No 59 janvier 2000, p. 86-95.

M’Rabet R. « De l’entreprise et ses objectifs » Revue gestion et société N015,


mai 1986.
Meyer, J. « Gestion budgétaire » 9e édition actualisée, DUNOD, 1984, p. 3.

Ministère des Affaires Générales du Gouvernement et l’USAID, « Business


Plan : Un outil stratégique pour mieux gérer votre PME ».

Ministère du développement Social de la Solidarité, de l’Emploi et de la


Formation Professionnelle, « Propositions pour une stratégie de promotion de
l’emploi », les Assises Nationales de l‘Emploi, Marrakech, 1998

Mourji, F. «Le développement des micro-entreprises en question » Edition


maghrébine, 1998

Organisation Internationale du Travail « Femmes, emploi et micro-


entreprises en Tunisie », rapport préparé par URBACONSULT.

Pacitto, J-C.« Quel marketing pour les ¨très petites entreprises ¨ ? », Revue
Française de Gestion, novembre-décembre 1998, No 121, p. 42-52 .

Papin, R. Stratégie pour la Création d'Entreprise : Création - Reprise -


Développement, DUNOD, p. 8-11, 1982

Rojot, J. et Bergmann A., « Comportement et organisation », Vuibert gestion,


1989.

Sethurman, C.F. «Le secteur urbain non structuré : concept, mesure et


action», Revue Internationale du travail, vol. 114.

Steiner, G.A., « Top Management Planning », New York, The Mac Millan Cy,
1969.

Sammut, S. « Comment aider les petites entreprises jeunes », Revue


Française de Gestion, n° 121, Paris, p. 99, novembre-décembre 1998.

Taylor, F.W. « Principes d’Organisation Scientifique des Usines », Edition


Dunod, Paris 1911, pp. 31-55, cité in A. Milon & M. JOUVE, « Communication
et Organisation des Entreprises », Édition Breal 1996.

Torres, O. « Les PME » , Dominos Flammarion, 1999.

Torres, O. (sous la coordination de), « PME De Nouvelles Approches »,


ECONOMICA, 1998.