Vous êtes sur la page 1sur 5

Jung : Synchronicité et Astrologie

1)Lettre du 29 janvier 1934 adressée au Dr ! !aur "Le fait que l’astrologie fournisse cependant des résultats valables prouve que ce ne sont pas les positions apparentes des astres qui opèrent, mais plutôt les temps qui sont mesurés ou bien déterminés par des positions astrales arbitrairement déterminées. Le temps résulte donc comme un flux d’évènements chargé de qualité et non pas comme une conception abstraite ou une condition de la connaissance, comme le voudrait notre philosophie." 2)Lettre du " se#te$%re 194& au 'r ! ( )a$an "Je n ai pas encore re!u l "strological #aga$ine, mais %e veux quand m&me répondre tout de suite ' votre lettre. (ous voudrie$ savoir ce que %e pense de l astrologie ) il * a plus de trente ans que %e m intéresse ' cette préoccupation de l esprit humain. +e qui m intéresse avant tout en tant que ps*chologue, c est la question de savoir comment la complication de certains caractères peut,&tre élucidée au mo*en de l horoscope. -ans les cas de diagnostic ps*chologique difficiles, %e fais la plupart du temps dresser un horoscope pour disposer d un point de vue, nouveau. -ans beaucoup de cas les indications de l astrologie contenaient une explication pour certains faits que %e n aurais pas compris sans elle. - une telle expérience % ai tiré la conclusion que l astrologie présentait un intér&t tout particulier pour le ps*chologue. .lle est fondée sur un fait ps*chologique d expérience que nous appelons "pro%ection" / c est,',dire que ce que nous trouvons dans les constellations astrales, ce sont en quelque sorte des contenus de l 0me. " l origine il en est résulté l idée que ces contenus provenaient des astres, alors qu ils n ont avec eux, en fait, qu une relation de s*nchronicité. Je conviens que c est très singulier, et que cela %ette une lumière étrange sur la structure de l esprit humain.

+e que %e regrette dans la littérature astrologique, c est surtout l absence d une méthode statistique par laquelle certains faits fondamentaux pourraient recevoir une base scientifique. J espère que ma lettre ' répondu ' votre question." 3)*ntretien avec + , Jung #ar André !A)!A-L. et Jean +A).*)*./ $ai 1904 1.ntretien publié dans le numéro 23 de 4 "strologie moderne 5, la revue de l’association fran!aise +6" 7+entre 6nternational d’"strologie8, et numéro 9 de la revue 4 l’"strologue 5 en 2:;9.< Lors de cet entretien, Jung * discute de son expérience de l astrologie = ".n tout cas, la position de l astrologie parmi les méthodes intuitives est unique et particulière et il * a raison de se douter d une théorie causale d un côté et de la validité exclusive de l h*pothèse s*nchronistique de l autre côté". André !ar%ault/ Jean +arteret = #a>tre, quels rapports vo*e$,vous entre l astrologie et la ps*chologie? +arl1,ustav Jung = 6l * a eu beaucoup de cas d analogies frappantes entre la constellation astrologique et l’évènement ps*chologique ou l horoscope et la disposition caractérologique. 6l * a m&me la possibilité d une certaine prédiction quant ' l effet ps*chique d un transit par exemple @n peut attendre avec un degré asse$ haut de probabilité qu une certaine situation ps*chologique bien définie soit accompagnée par une configuration astrologique analogue. L astrologie consiste en configurations s*mboliques comme l inconscient collectif dont la ps*chologie s occupe ) les "planètes" sont les dieux, s*mboles des puissances de l inconscient. A!J+ = Aur quel mode, ph*sique, causal, s*nchrone ... pense$,vous que ces rapports peuvent s établir? +1, J = 6l me semble qu il s agit l' surtout de ce parallélisme ou de cette s*mpathie que % appelle la A*nchronicité, rapport acausal exprimant les relations qui ne se laissent pas formuler par la causalité, comme par exemple la précognition, la prémonition, la ps*choBinése et aussi ce qu on appelle la télépathie. .n tant que la causalité est une vérité statistique, il * a des exceptions de nature acausale qui touchent ' la catégorie des évènements s*nchronistiques. 6ls ont affaire avec le "temps qualitatif". A!J+ = Cuelle attitude ave$,vous devant les positions des astrologues qui admettent l existence d un terrain ps*chologique dès la naissance et des ps*chanal*stes qui expliquent l étiologie des névroses ' partir des premières expériences de la vie? +1, J = Les premières expériences de la vie doivent leur effet spécifique d un côté aux influences du milieu et de l autre côté ' la prédisposition ps*chique, c est,',dire ' l hérédité qui semble s exprimer d une fa!on reconnaissable dans l horoscope. +e dernier semble correspondre ' un certain moment de l entretien mutuel des dieux, cela veut dire des archét*pes ps*chiques. A!J+ = L astrologie introduit dans ses principes la notion d un temps qualitatif dans l univers ) reconnaisse$,vous son rôle dans la ps*ché individuelle? +1, J = + est une notion dont %e me suis aussi servi auparavant, mais %e l ai remplacée par l idée de la s*nchronicité qui est analogue ' la s*mpathie ou la correspondentia, ou l harmonie préétablie de Leibnit$. Le temps ne consiste en rien. + est seulement un modus cogitandi dont on se sert pour exprimer et formuler le flux des choses et des événements, comme l espace n est rien qu une fa!on de caractériser l existence d un corps. Cuand rien ne se passe en temps et quand il n * a pas un corps dans l espace, il n * a ni temps ni

espace. Le temps est tou%ours et exclusivement "qualifié" par les événements comme l espace par l extension des corps. #ais cela est une tautologie et ne veut rien dire tandis que la s*nchronicité exprime le parallélisme et l analogie des événements en tant que non causals. -e l autre côté, le "temps qualitatif" est une h*pothèse qui s efforce ' expliquer le parallélisme des évènements en termes de causa et affectus. #ais en tant que le temps qualificatif n est rien que le flux des choses et en dehors de cela aussi "rien" que l espace, cette h*pothèse n établit que la tautologie= le flux des choses et des événements et la cause du flux ces choses, etc. La s*nchronicité nie la causalité dans l analogie des événements terrestres avec les constellations 7sauf la déviation des protons solaires et leur effet possible sur les événements terrestres8 et particulièrement dans tous les cas de perceptions non sensorielles, en particulier la précognition, puisqu on ne peut pas s imaginer qu on puisse observer l effet d une cause non existante ou pas encore existante. +e qu on peut établir en astrologie, c est l analogie des événements, mais pas du tout l une série comme l effet ou la cause de l autre. Dout de m&me, le cas de l astrologie n est pas absolument simple. 6l * a cette déviation des protons solaires ' cause des con%onctions, oppositions et aspects carrés d un côté et les triangulaires et sextiles de l autre, et ses influences sur la radio et sur beaucoup d autres choses. Je ne suis pas compétent pour %uger quelle importance doit &tre attribuée ' cette possibilité. .n tout cas, la position de l astrologie parmi les méthodes intuitives est unique et particulière et il * a raison de se douter d une théorie causale d un côté et de la validité exclusive de l h*pothèse s*nchronistique de l autre côté. A!J+ = "ve$,vous constaté au cours de traitements anal*tiques des phases de résistance et de dénouement en rapport avec des transits dans le thème du patient? +1, J = J ai observé beaucoup de cas oE une phase ps*chologique bien définie ou un événement analogue a été accompagné par un transit. A!J+ = Cuelles critiques ma%eures faites,vous aux astrologues? +1, J = Ai % ose me prononcer sur un domaine que %e ne connais que très superficiellement, %e dirai que l astrologue ne considère pas tou%ours ses indications comme de pures possibilités. L interprétation est quelques fois trop littéraire et trop peu s*mbolique, aussi trop personnelle. Le $odiaque et les planètes ne sont pas des traits personnels, mais plutôt des données impersonnelles et ob%ectives. "ussi l interprétation des #aisons devrait considérer plusieurs "couches de signification". A!J+ = -ans quelle voie estime$,vous souhaitable l orientation de la pensée astrologique? +1, J = 6l est évident que l astrologie peut offrir beaucoup ' la ps*chologie, mais ce que la dernière peut contribuer ' sa sFur a>née est moins évident. .n tant que %e peux en %uger, il me semble qu il serait avantageux pour l astrologie qu elle se rende compte de l existence de la ps*chologie, surtout celle de la personnalité et de l inconscient. Je suis presque sGr qu on puisse en apprendre quelque chose de sa méthode d interprétation s*mbolique. 6l s agit l' de l interprétation des archét*pes et de leurs relations mutuelles, commune aux deux arts. + est la ps*chologie de l inconscient qui s occupe particulièrement du s*mbolisme archét*pique.

4)Lettre du 12 juin 1904 au Docteur 3ichael 4ordha$ Critiques majeures que je fais aux astrologues Ai % ose me prononcer sur un domaine que %e ne connais que très superficiellement, %e dirais que l astrologue ne considère pas tou%ours ses indications comme de pures possibilités. L interprétation est trop littérale et trop peu s*mbolique, aussi trop personnelle. Le "$odiaque" et les planètes ne sont pas des traits personnels, mais plutôt des données impersonnelles et ob%ectives. "ussi 1elle aussi< l interprétation des maisons devrait considérer plusieurs "couches de signification". 6l est évident que l astrologie peut offrir beaucoup ' la ps*chologie, mais ce que la dernière peut contribuer ' sa sFur a>née est moins évident. .n tant que %e peux %uger, il me semble qu il serait avantageux pour l astrologie qu elle se rendrait compte de l existence de la ps*chologie, surtout celle de la personnalité et de l inconscient. Je suis presque sGr qu on puisse en apprendre quelque chose de sa méthode d interprétation s*mbolique. 6l s agit l' de l interprétation des archét*pes 7les dieux8 et de leurs relations mutuelles, commune aux deux arts. + est la ps*chologie de l inconscient qui s occupe particulièrement du s*mbolisme archét*pique. 0)Lettre du 10 nove$%re 1902 5 )o%ert L 6roon "L astrologie est une de ces méthodes intuitives comme le Hi,Iing, la géomancie et autres procédés de divination. .lle est fondée sur le principe de s*nchronicité, c est,',dire sur des coJncidences significatives. J ai exploré expérimentalement trois de ces méthodes intuitives ) celle du Hi Iing, la géomancie et l astrologie. L astrologie est une ps*chologie naJvement pro%etée dans laquelle les attitudes et les tempéraments humains sont représentés par des dieux et identifiés ' des planètes ou ' des constellations du $odiaque. Lorsque %e travaillais sur l astrologie, % ai eu plus d une fois l occasion de l appliquer ' des cas particuliers. @n constate de remarquables coJncidences, par exemple la position de #ars au $énith dans le fameux horoscope de Kuillaume 66, qu on a appelé le "LriedensBaiser". -é%' dans un traité médiéval il est dit que cette position signifie tou%ours un casus ab alto, un cas qui vient du haut. Mne telle expérience est très impressionnante pour un esprit versatile, peu sGre lorsqu elle est aux mains de quelqu un sans imagination, et dangereuse dans celles d un fou, comme c est le cas pour toutes ces méthodes intuitives. Ai on s en sert intelligemment, elle peut &tre utile lorsqu on a affaire ' une structure particulièrement opaque. .lle permet souvent des intuitions surprenantes. Aa limite la plus sGre est constituée par le manque d intelligence et d ouverture d esprit de l observateur. .lle constitue un intelligent aper!u comme peuvent l &tre les lignes de la main ou l expression du visage / toutes choses dont un esprit stupide et sans imagination ne peut rien faire et ' partir desquelles un esprit superstitieux tire les pires conclusions. La vérification statistique des "vérités" astrologique est discutable et m&me improbable. 7+L mon article "A*nchronicit*" ) an acausal connecting principle", in Jung,Nauli, Dhe interprétation of nature and the Ns*che, Oollingen Aeries, vol L6, PeQ HorB, 2:R3 p9Ssq.8. Leur utilisation superstitieuse 7qu il s agisse de la prédication de l avenir ou de l établissement de certains faits ' travers les possibilités ps*chologique8 est fallacieuse. L astrologie diffère beaucoup de l alchimie dans la mesure oE la littérature historique en la matière consiste simplement en l exposé des différentes méthodes qu on peut utiliser pour monter un horoscope et pour l interpréter, et non en textes philosophiques, comme c est le cas pour l alchimie. 6l n existe pas encore de présentation ps*chologique de l astrologie, compte tenu du fait qu on ne

dispose pas ' ce propos du fondement empirique nécessaire ' la démarche scientifique. .t la raison en est que l astrologie n obéit pas au principe de causalité, mais relève, comme toutes méthodes intuitives, de l acausalité. 6l n est pas douteux que l astrologie est au%ourd hui plus florissante qu elle l a %amais été dans le passé, mais en dépit de son usage de plus en plus fréquent, elle n est encore explorée que de fa!on très insatisfaisante. .lle ne constitue un instrument heureux que si on s en sert intelligemment. .lle n est pas du tout ' toute épreuve et, si c est un esprit rationaliste et borné qui s en sert, elle s avère franchement nuisible."