Vous êtes sur la page 1sur 1

La ci re l i qui de qui net t oi e

Saoo S. A..- Neuchàtel
y
^ Au matin du 30 mai, les Lausan-
0 nois se sont éveillés avec l'impres-
£ sion qu'un tournant s'était effectué
0 au cours de la nuit. Entre le jour
^ même et la veille s'était produit
f une faille. Hier, c'était avant
l'Expo 64. Maintenant, un temps
$ nouveau commençait. A ce propos,
£ il en est qui s'insurgent contre ce
^ vocable : « Expo ». Ils ont raison
£ lorsqu'il s'agit d'Expo tout court.
0 Mais il me' semble que le «64»
£ qu'on y accole, donne une idée
< exacte de la manifestation. C'est net,
( • simple,. franc, moderne, et puis,
$ c'est à nous, rien qu'à nous, c'est
$ tout ce que peut être un très petit
4 pays.
y
y Donc, dès le matin du 30 mai, on
^ a vu dans nos rues, sur les édifices,
£ des drapeaux qui flottaient. Plu-
£ sieurs balcons étaient pavoisés et
^ j'ai même contemplé une voiture
f en stationnement bâchée d'une croix
$ fédérale. A un carrefour, un agent
% de la police tessinoise semblait
jongler avec les véhicules : d'un
^ signe de la main, voire du doigt, il
^ les expédiait dans toutes les direc-
tions avec maeètria. Les trolleys
£ faisaient flotter de petits drapeaux,
1 comme deux petites cornes.
y
4 Lausanne s'amuse I Oh! cela ne
$ l'émeut pas. Notre ville a connu
^ bien d'autres moments d'affluence,
% d'instants émouvants : la consécra-
$ tion de la cathédrale, par exemple,
Expo 64
ou bien les foires de jadis que l'on ^
annonçait à l'avance en faisant crier ^
dans les rues :
La feyris vous fait-on cria
Si larron y est trova
Il sera pendu et exerpa. |•
Lausanne s'amuse et ses habitants ^
paraissent avoir retrouvé un peu de $
cet humour d'autrefois qui les ren- %
dait sympathiques aux étrangers. ^
On recommence à chanter l
Mais oui ! Ainsi, dans un de nos £
terribles trolleybus, le contrôleur a ^
trouvé moyen de mettre tout le t
monde de bonne humeur en dépit f
d'un entassement digne d'une boîte %
de sardines. $
Il avait une bonne figure, des ^
yeux pétillants. A l'arrêt, il s'est ^
mis à fredonner sur un rythme sau- ^
tillant : ^
y
Serrez, serrez, Serrez les rangs, ^
Y-a des gens qui ne peuvent
[monter dedans ! ^
y
En riant, on s'est compressé encore f
davantage. A l'arrière, on se passait $
billets, cartes ou monnaie, tandis ^
que l'obligeant contrôleur s'infor- $
mait ; « Etes-vous tous bien servis ? » ^
Le ton était divertissant au possi- £
ble. L'musemeht était général et, ^
à Saint-François, tous les voyageurs £
qui sont descendus avaient le sou- £
rire. Voilà un ton « Expo 64 » qu'il <
serait charmant de répandre !
H. C. |
"
!
- ""— E> Eï
1
Er Et
1
Et
1
M. SPUEHLER À LA JOURNÉE DES TRANSPORTS
« Pour une politique unique du trafic »
min de fer, a engendré au cours des
dernières années le tunnel routier du
Grand-Saint-Bernard. Outre les pistes
pour automobiles, ce dernier contient un
pipe-line, le plus récent des moyens de
transport au service de notre économie
nationale et dont le développement sera
lié à des transformations de la struc-
ture du trafic. En même temps, un ré-
seau de routes nationales de grande
capacité est en voie de formation. »
FINANCEMENT DES AUTOROUTES
« Vous connaissez tous la réglementa-
tionau terme de laquelle le vingt-quatre
pour cent du produit net des droits
d'entrée sur les carburants pour moteurs
ainsi qu'une taxe supplémentaire ex-
traordinaire de sept centimes par litre
de carburant sont disponibles pour les
routes nationale?. De cette manière,
quelque 500 millions de francs ont été
réunis depuis le mois d'octobre de
l'année 1959. Malgré cela, la Confédéra-
tion a dû avancer une autre somme de
750 millions de francs jusqu'à la fin de
l'année 1963, afin de pouvoir faire face
à toutes les obligations résultant de la
construction des routes nationales. »
Il est évident que oe développement
de la situation ne peut être durable
et qu'il faudra, en augmentant la con-
tribution de ceux qui participent au
traf'c, retourner à la base financière
saine qui a été envisagée dès le début.
Les problèmes toujours plus appa-
rents que pose le trafic à l'intérieur
des villes n'ont d'aucune façon été
résolus jusqu'ici. Les difficultés iront
au contraire en s'accentuant lorsque
les routas nationales arriveront à la
périphérie des villes. Les entreprises
de transport urbaines sont toujours
moins en mesure d'assurer la fluidité
de leurs courses à travers les rues
encombrées de véhicules en stationne-
ment et de respecter l'horaire. Si le
droit local ou cantonal ne suffit pas
pour permettre aux entreprises de
transport publiques de fonctionner se-
lon l'horaire, il faut se demander sé-
rieusement si la solution ne doit pas
être cherchée sur le plan fédéral.
ET SUR L'EAU...
Tandis que la navigation sur nos lacs,
dont les buts sont essentiellement tou-
ristiques, s'efforce d'assurer son exis-
tence par ses propres moyens, la dis-
cussion sur l'aménagement des cours
d'eau en voies navigables s'est ranimée.
Les commissions et les experts tra-
vaillent afin de rassembler les données
ÏW'#V
"i
K 3 f
i -
1
Hier un vieillard, aujourd'hui une jeune fille. Nos photographes étaient encore une fois à l'Expo pour la pf
Journée des Transports et ont « croqué » cette jeune per sonne étonnée par toutes les merveilles réunies à Vidy.
En se présentant à l'administration de la « Feuille d'Avi s de Lausanne », place Pépinet, avec un exemplaire de
la FAL à la main, elle touchera le billet de 100 francs q ue nous avons nrjis de côté pour elle.
qui permettront aux autorités de pren-
dre une décision. Il faut espérer que
les Chambres pourront aborder cette
année encore la discussion sur le pro-
blème tout entier. Même si la naviga-
tion devait s'étendre à l'intérieur du
pays, elle conservera son centre de
gravité à l'étranger parce que la na-
vigation en haute mer et celle sur le
Rhin sont incomparablement plus im-
portantes que n'importe quel trafic
intérieur.
... COMME DANS LES AIRS
Les mêmes remarques valent aussi
pour notre trafic aérien et notre entre-
prise pationale de navigation aérienne.
J'interprète la forte participation de
Swissair comme un témoignage de soli-
darité envers les autres secteurs des
transports et comme un symbole de
la volonté' de s'affirmer de cette entre-
prise mixte qui porte nos couleurs
au-dessus de tous les continents et de
toutes les mers jusque dans les coins
les plus reculés de la terre et qui est
devenue un lien précieux entre nos
concitoyens à l'étranger et leur patrie.
AVENIR
DES TÉLÉCOMMUNICATIONS
Parlant enfin du secteur des télé-
communications, M. Spuehler a dit :
« La poste est un service public dont
l'organisation est sans cesse contrôlée
et améliorée et dont le bon fonctionne-
ment est devenu si naturel que le plus
petit dérangement provoque les réac-
tions les plus vives dans tout le pays.
Dans' les temps modernes, l'homme a
réussi à envoyer autour de la terre
des mots et des signes à la vitesse de
la lumière. Le téléphone, la radio et
la télévision sont devenus choses com-
munes. Pour améliorer les liaisons,
nous ne nous contentons plus de sta-
tions .de relais terrestres. Au moyen
de fusées, nous envoyons des satellites
dans l'espace. Puissent les nouvelles
qui nous parviendront à l'avenir par
l'entremise des moyens techniques les
plus modernes ne nous apporter rien
d'autre que l'écho des anciens rêves de
l'humanité, de la collaboration et du
progrès, de la paix et de la liberté.
Si la constipation vous menace,
. SI vous digérez mal,
Si l'obésité vous guette,
faites appel aux Dragées Franklin pour
favoriser la sécrétion de la bile, les fonc-
tions de l'estomac et de l'intestin. Purifiez
votre sang et votre organisme pour retrou-
ver ainsi beau teint et bonne humeur. La
dragée Franklin prévient l'obésité. Toutes
pharmacies et drogueries, Fr. 2.40.
VOUS QUI SOUFFREZ
Après l'exécution de différents mor-
ceaux par des corps de musique réunis
ce fut le repas agrémenté par un con-
cert de fanfares, ensuite de quoi, aux
environs de 14 h. les participants se
rendirent en cortège au secteur Les
Communications et les Transports pour
la visite des pavillons des chemins de
fers, des PTT, de la Navigation aérien-
ne, de la Navigation lacustre, etc.
O A -l'occasion de l'Exposition Nationale,
la « Feuille d'Avis de Lausanne » orga-
nise un grand jeu doté de Fr. 10 000.—
de prix au total. Le jeu est ouvert à
tous ses lecteurs, sans contre-prestation
aucune.
Elle gagne le prix qui est pour chaque
jeu de
Fr. 100.—
à la seule condition de se faire recon-
naître en se présentant en personne
aux bureaux de l'administration de la
« Feuille d'Avis de Lausanne » , place
Pépinet, à Lausanne, dans un délai de
huit jours ouvrables après la publica-
tion de la photographie où elle figure
dans le cercle désignant le gagnant.
O Si le gagnant le préfère, le prix en
espèces peut être remplacé par un
abonnement gratuit de deux ans et de-
mi à la « Feuille d'Avis de Lausanne » .
0 En cas de contestation, l'administration
de la- « Feuille d'Avis de Lausanne »
ne reconnaissant pas dans la personne
présente à ses bureaux pour toucher
le prix celle qui se trouve désignée sur
la photo publiée, il sera procédé à une
expertise.
O Les personnes domiciliées hors du can-
ton de Vaud qui sç seraient annoncées
par lettre dans le délai prévu de huit
jours à la « Feuille d'Avis de Lau-
sanne » en demandant un nouveap
délai pour se présenter et toucher le
prix, se le verront accorder.
O Le jeu se terminera au plus tard le
jour de la clôture de l'Exposition
Nationale.
Le droit à toucher un prix s'éteindra
dans les huit jours qui suivront le 3 0
octobre.
O Le personnel et les collaborateurs de la
« Feuille d'Avis de Lausanne » , de la
« Tribune de Lausanne » et des « Im-
primeries Réunies» , à Lausanne, com-
me les membres de leur famille sont
exclus du jeu.
FEUILLE D'AVIS DE LAUSANNE.
Journée des transports ! Pour tout le monde, même pour les enfants qui découvrent avec émerveillement le train-miniature
qui circule à travers l'Expo, emmenant dans un magnifique voyage tout jeunes et moins jeunes.
Lausanne remplit toujours avec un
grand plaisir sa mission d'accueil,
mission que remplit également cette
année l'Exposition Nationale, carre-
four entre tous les Suisses, devait
notamment dire ce matin M. G.-A.
Chevallaz, syndic, en accueillant les
3 000 participants à la journée des
transports. Après quoi, M. W. Spiih-
ler, conseiller fédéral, chef du Dépar-
tement des transports et communi-
cations et de l'énergie, prit la parole.
Dans l'allocution qu'il a prononcée à
la Journée des transports, M. Spiihler,
chef du Département des transports et
communications et de l'énergie, s'est
d'abord adressé aux quelque 3000 hom-
mes et femmes des CFF, des PTT et
des autres entreprises de transports
venus à Lausanne à l'occasion de cette
journée.
«Je tiens, a-t-il dit, à vous exprimer,
à vous tous qui représentez ici des
milliers de collègues, mes remercie-
ments pour votre travail de chaque jour
et pour votre fidélité envers les entre-
prises à , la disposition desquelles vous
mettez votre intelligence et votre éner-
gie et dont le bon fonctionnement est
vital pour notre économie nationale.
» L'Exposition Nationale suisse a
choisi de présenter tous ensemble les
différents secteurs des transports. Le
but suprême de tous doit être une
collaboration harmonieuse dans la vie
de chaque jour également. Notre pays
doit pratiquer non pas une politique
distincte pour les chemjns de fer. les
transports aériens, la navigation et la
route, mais une politique unique du
trafic englobant tous les secteurs des
transports. Le but d'une telle politique
nationale est d'utiliser chaque moyen de
transport là où il est, de par sa nature,
le plus approprié. Si cet objectif est
atteint, nous aurons rendu le plus grand
service possible à la collectivité. »
EQUILIBRE FINANCIER
« Les Chemins de fer fédéraux et un
réseau de chemins de fer privés de
grandeur à peu près équivalente sont
au service de notre peuple et de son
économie. Les Chemins de. fer fédé-
raux ont dû jusqu'ici conserver leur
équilibre financier, alors que dans lé
secteur des chemins de fer privés, qui
sont d'ailleurs aussi en majeure partie
en main des pouvoirs publics si l'on
tient compte de la répartition des ac-
tions. le nombre des entreprises réus-
sissant à équilibrer leurs comptes di-
minue constamment les frais d'exploi-
tation du côté des recettes. Aussi re-
grettable que soit cette évolution, il ne
faut pas perdre de vue que les chemins
de fer ont, grâce à la politique tarifai-
re pratiquée jusqu'ici contribué dans
une mesure sensible à maintenir les
prix à un niveau bas, et il est conforme
à la tradition suisse de payer convena-
blement un travail bien fait. »
I
« Le Conseil fédéral ne compte' pas,
bien entendu, qu'un accueil enthou-
siate soit réservé aux décisions qu'il
prendra prochainement pour appuyer
les corrections tarifaires déjà annoncées
précédemment. Mais, vu les sacrifices
faits pendant de longues années par les
Chemins de fer. il compte sur la com-
préhension du peuple suisse. »
PIPE-UNE, LE PLUS RÉCENT
DES MOYENS DE TRANSPORT
« La même audace, fondée • sur une
étude consciencieuse des possibilités
techniques, qui fut jadis à'l'origine du
percement des grands tunnels de che-
La « Feuille d'Avis de Lausanne » pu-
blie régulièrement, dans sa dernière
édition du jour et les trois premières
du lendemain une photo de foule prise
dans l'enceinte de l'Exposition Natio-
nale ou à ses abords immédiats.
Sur cette photo, le visage d'un visi-
teur sera entouré d'un cercle : ce
même visage se trouvera reproduit si-
multanément dans un format plus
grand.
La personne ainsi photographiée et
désignée est la gagnante unique du