Vous êtes sur la page 1sur 3

L'HORLOGERI E

AU VAL-DE-TRAVERS

BOVET FR~RES & Co. S. A., A FLEURI ER.

Parler de la Maison Bovet Frères & Co. S. A . , c'est, de par ses origines, remonte r à une époque bien révolue pour l ' horlogerie f leu r isane . Elle est, en e f fet, l'une des p l us anciennes fab r iques d e notre cité puisque sa f ondation remon t e à l ' année 1 887.

A son origine prem i è r e, on retrouve ce tt e pe r sonna li té si ca-

r actéris t ique disparue en 1936, M. Alexis Landry. N é en 1856 , il ét ai t

l e fils de Henri-Ulysse Landry, des Verrières, ho rl oge r de ta l en t , p r inc i pal collaborateur de Jean Tixier et artisan des premiè r e s

ébauches

l'époque. Rappe l ons, en passant, que c ' est à Jean T i x i er que l ' on

doi t la construc t ion de

Alex i s L andry avait fa i t son apprent i ssage d ' ho r loge r chez F rit z Bovet, l'oncle de M . George Bov e t, l'actue l Chancelie r de l a Confé - dération. Fr i tz Bovet, qui s'était ~ 'abord initié aux chronograp h es- compteurs, se vouait alors à la fabrication des montres anglaises

soignées. Après avoir été, pendant un certain nombre d'années, le colla- borateur de Fritz Bovet , Alexis Landry s'associait à son frère, Alcide

Landry (1858 - 1918),mécanicien de valeur et inventeur, et les deux frères créa i ent la Maison Land r y frères, fabrication d ' horlogerie. La di t e f irme fa i sait construire, en 1887, l' i mmeuble d ans lequel elle ins t allait ses a t eliers et bureaux , à la rue Daniel-Jeanrichard. Ce fu t là la première fabrique construite dans cette rue qui devait, par l a suite , deven ir le véri t able « quartier des fabriques» de Fleurier. Ce v i llage comp t ai t alors une trentaine de maisons d ' horlogerie fabri - quant pour une quantité de pays : Chine, Egypte , Turquie , Etats - Unis, Angleterre, Espagne , France, pour ne citer que les principaux débouchés . {( C'étai t une be l le époque pour Fleurier et i l semb l a it qu ' à la prospérité industriel l e correspondait un véritable épano u is - sement Intellectuel s ou s l'Influence d ' une élite d ' hommes possédant de solides qualités du coeur et de l'esprit» .

du « Calibre T i xier» qui eut une ce r ta i ne renommée à

la belle maison de Be l l e- Il e .

La Maison Landry Frères é t ait spécialisée dans la fabr i cation de

la montre chinoise et elle fut à un moment donné la principale ex - portat r ice de ces montres. Elle ava i t aussi un département pour la fabrication des tours à pivoter, que dirigeait spécialement Alcide Landry. Ce dernier étan t décédé, la maison fut dissoute et ses af- faires furent reprise s par MM . Landry & Cie . , société en commandite formée par MM. A l exis Land r y et Albert Bovet . En 1918 , M . Alexis Landry se retira et M. Albert Bovet reprit la suite des affaires. La

245

LE VAL-DE-TRAVERS

INDUSTRIEL

raison sociale devint, alors, Bovet Frères, successeurs de Landry & Cie, les trois associés étant MM. Albert Bovet, Jean Bovet et WIl- liam Jaques. Puis ce fut la constitution d'une Société Anonyme avec, comme but, la fabrication d'horlogerie en général . La maison fabri- quait ses ébauches et ses boîtes et terminait complètement la montre; elle était donc une manufacture. Elle s'était spécialisée dans les genres pour la Chine, ce pays absorbant - en 1920-1922 surtout - le 95 Ofo de sa production. L'année 1924 devait être funeste à l'entreprise. L'Insurrection des Rouges à Canton, paralysa complètement tout commerce avec

ce pays où, on l'a vu, s'écoulait la presque totalité de la produc- tion de la S . A. Bovet Frères & Co. On se trouva, dès lors, dans une situation difficile et l'on dut changer complètement la fabrication, depuis l'ébauche, créer de nouveaux calibres appropriés aux prin- cipaux marchés mondiaux. Cette dure lutte dura jusqu'en 1929, date

à laquelle on renonça à la fabrication des ébauches et des boîtes

pour se spécialiser dans l'établissage seulement . En quoi on fut, du

reste, bien inspiré. Mais la crise dans l'horlogerie allait, une fois encore, obliger

à composer avec l'adversité. Il fallut, derechef, changer les genres

de fabrication et c'est alors que l'on se spécialisa particulièrement dans le chronographe, genre dans lequel on entrevoit d'intéressan- tes perspectives pour l'avenir. Aucun ouvrier de la maison n'ayant jamais fait le chronographe, il fallut donc réadapter entièrement le personnel et ce fut là un effort considérable à fournir. Mais, s'étant

rendu compte que le salut était là, on l'entreprit avec courage et foi .

Ainsi, bien qu'elle produise tous genres de montres de poche et bracelets à mouvement ancre, la Fabrique Bovet Frères & Co. S. A. se voue surtout à la fabrication de spécialités brevetées. Elle est détentrice de cinq brevets dont trois nous paraissent particuliè- rement intéressants: celui d'une montre de poche dite chevalet, celui d'un nouveau chronographe rattrapante à une seule aiguille, et celui d'un chronographe dit à 4 temps avec arrêt supplémentaire et remise en marche facultative. Partant du point de vue que l'ave- nir est dans cette fabrication, la maison se spécialise dans les nou- veautés du chronographe et de la montre de sport . Il est intéressant de voir d'un peu plus près en quoi consistent les particularités du nouveau chronographe «Bovet» à 4 temps et à rattrapante. Il comporte deux poussoirs, dont l'un, dit à 4 temps,

246

L'HORLOGERIE

AU VAL - DE - TRAVERS

est muni d'un dispositif spéc i al permettan t d' o btenir une f onction supplémenta i re, c ' est-à - dir e l a re mi se en ma r c he fa cultative, après arrêt, sans retour à zéro . Le ch r onographe mi s à l'a r r ê t peut do n c

à zéro , à volo n té, et c e c i a v e c le mêm e

pous s oi r . La remis e e n m a r che f acu l tat i v e p ermet t ou te s o pérat ions chronométriques tempor a ires et i nt e rm i ttentes, a rrê t d a ns un ma t ch d e football o u dan s un t ou rn o i , a cci de nt de machi n e au co u rs d'o b- servations , etc., etc . Le deuxièm e poussoi r ac t ionne un mécan i sme d'a r r ê t su p p l é- mentaire dit à rattra p ante . Une lé g ère p r ession su r c e d e u xiè m e poussoir produit l'arrêt mom e ntan é de l ' ai g uille d e chr o no g raph e , f acilitant la lecture p réci s e et rapide, s a ns pour cela a rrêt e r la ma r - ch e du m éc an i sme, étan t do nn é que , d ès q u 'on libère l e p o uss o ir, l'a i g uille de chron ograp h e r att r ap e, par un s a u t, le t e mps d ' a rrêt, Ce système de r a t t rapante a une utili t é toute p a r ti c u lière po ur l ' enregistrement précis d u temps dans les concours et s p écialement à l'arrivée des coureurs . Pa r exemple: a u moment du passage au but du premier coureur, une pression sur le poussoir bloque l 'a i - gu i lle. L'enregistrement effectué, on lâche le poussoir et l'a i guille rattrape le temps nécessité pour l' e nregistrement . Arrive un de uxiè-

êtr e r emis en marche ou

me coureur, nouvel arrêt de l'aiguille et a i nsi de s uite . Un s eul chro - nographe permet donc l'enr eg ist r ement exact du t em ps pou r c h a - que coureur. Ceu x qui ont l'habitude d'or g aniser des co ur s es s e rendront compte par ce qui précède d e l 'a mé l ior at ion tr ès s e ns i b le apportée ainsi dans l'enregistrement des t emp s. Dans la fabrication du chronographe , la maison B o v et Fr è r es &

Co . S . A . est donc arrivée, déjà , à de fort i n t é ressants ré sul t ats. E lle

cette fabrication e t e lle v ie nt de s or ti r

1 0 1 / 2 " , ce q ui p a -

r aissait une gageure puisqu'il s'agit là du cal i bre d ' un e m o n tre br a - celet déjà relativement petite . Mais les pièces d'es s a i s o nt donné des résultats absolument concluants et leur fabricatio n e n s érie n e saurait tarder. Ce qui constitue, on l 'avouer a, un bea u s uccès. Ajoutons que le principal débouché de la mais o n est l' Italie (où elle livre particulièrement p o ur l'aviati o n des chron ograph es p o u r l e contrôle d'appareils volant à 850 km . à l'heu r e ! ) Mai s elle tr a vail le également dans tous autres pays, y com p ri s l a Ch in e et le J a pon . SI cette ancienne maison fleurisane a connu, d e par la force des circonstances, des années d i fficile s, il semble b ien qu'elle aille désormais au-devant d'un nouvel essor, j u st e récom pe n se d'effort s persévérants.

dans le calibr e

poursuit · son effort dan s une pièce chronographe

247