Vous êtes sur la page 1sur 4

1

Actes et faits juridiques. Leur mode de preuve
Sommaire
• Distinction entre faits et actes juridiques
• La preuve
Chap.1: Les faits et actes juridiques
1/ Fait juridique
• Définition: Tout événement susceptible de produire des effets de droit. Événement
entraînant des conséquences juridiques indépendamment de la volonté de leur auteur (ex.
naissance, accident de voiture).
• L’intéressé se trouve obligé par le droit suite à la survenance du fait (ex. réparation du
dommage subi par la victime, sanction pénale pour une agression, etc.)
2/ Acte juridique
• Définition: manifestation de volonté destinée à produire des effets de droit (ex. vente d’une
maison).
• C’est la volonté d’une ou plusieurs personnes d’atteindre un objectif ou résultat précis qui
distingue l’acte juridique du fait juridique.
• Classification des actes juridiques:
 Selon le rédacteur de l’acte juridique:
- acte authentique: acte authentifié par un officier ministériel ou fonctionnaire (notaire,
maire, huissier).
- acte sous seing privé (« sous signature privée »): acte signé par les parties contractantes ou
leurs mandataires en dehors de la présence d’un officier public
 Selon le nombre de parties qui s’engagent par l’acte juridique:
- acte unilatéral: la personne qui s’engage n’attend pas de contrepartie (ex. la donation).
- acte synallagmatique: chaque partie à l’acte doit exécuter ses obligations (ex. contrat de
vente).
 Selon la finalité de l’acte:
- acte civil: acte à but civil (non lucratif);
- acte commercial: acte à but lucratif;
- acte mixte: acte présentant la caractéristique d’être commercial pour l’une des parties et
civil pour l’autre. Ex. achat d’électroménager.
 Selon les droits des parties sur l’objet de l’acte:
- acte d’administration: il permet la gestion d’un bien (ex. mandat, tutelle, etc.)
- acte de disposition: il contribue à transformer le patrimoine de l’individu (ex. ouverture d’un
Livret A).
2

 Selon l’intérêt financier (ou plus largement intéressé ou désintéressé):
- acte à titre gratuit: une personne s’oblige avec une intention généreuse (ex. personne a une
carte de donneur d’organes).
- acte à titre onéreux: acte par lequel chacune des parties recherche un avantage, mais par
réciproquement (ex. un bail).
 Selon l’intention de son auteur:
- acte translatif: il a pour objet de transmettre d’une personne à une autre des droits
préexistants. Ex. testament.
- acte déclaratif: il ne fait que constater une situation juridique préexistante (ex.
reconnaissance de dettes)
 Selon le temps nécessaire à la réalisation de l’objet de l’acte:
- acte instantané: lorsqu’il produit ses effets en un trait de temps, immédiatement. Ex. la
commande d’un café au comptoir.
- acte successif: si l’écoulement du temps est nécessaire pour son accomplissement. Ex. vente
en l’état futur d’achèvement
Fait ou acte juridique?
Mlle V. et M. S. vivent ensemble depuis plusieurs années. Ils ont eu un enfant.
Fait juridique
M. S. est allé à la mairie déclarer l’enfant et par la même le reconnaître.

M. F. a vendu son véhicule à M. Y. Après avoir pris possession du véhicule M. Y n’a pas payé M. F.


Une D-carte "collector" fabriquée en France et retraçant en vidéo et en photos le parcours de Barack
Obama des primaires à son élection en novembre sera mise en vente à Washington le jour de son
investiture (AFP 15/01/2009)

L'armée israélienne a violemment bombardé jeudi Gaza, touchant des bâtiments abritant des médias
et une agence de l'ONU (AFP 15/01/09)

3

Chap.2: La preuve des faits et actes juridiques
• Définition de la preuve: démonstration de la réalité d'un fait, d'un état, d'une circonstance
ou d'une obligation.
• Charge de la preuve: l’administration de la preuve incombe à celui qui se prévaut de ce fait
ou de l'obligation dont elle se prétend créancière (le demandeur).
• Art. 1315 C.civ: « Celui qui réclame l’exécution d’une obligation doit la prouver.
Réciproquement, celui qui se prétend libéré doit justifier le paiement ou le fait qui a produit
l’extinction de son obligation ».
• Renversement de la charge de la preuve:
 Présomption simple: c’est le défendeur qui doit prouver que la prétention du demandeur
n’est pas fondée. Ex. responsabilité des parents des dommages causés par leurs enfants,
responsabilité du fait des choses, responsabilité du supérieur hiérarchique du fait de ses
subordonnés, etc.
 Présomption légale: présomption établie par la loi. Elle est simple lorsqu’on doit apporter la
preuve inverse (ex. présomption d’innocence en drt pén.) ou irréfragable si elle ne peut être
renversée (ex. la remise par un créancier d’un titre libératoire à son débiteur comme une
quittance de loyer)
• Que doit-on prouver?
 Les actes et faits juridiques
 Les lois étrangères ainsi que les usages et coutumes (notamment professionnelles)


4

1.La preuve littérale
• Définition: preuve par écrit.
 Obligatoire pour les actes d’une valeur supérieure à 1.500 euros.
 Peut être combattue uniquement par un autre acte écrit, par un aveu ou serment.
 Peut être contestée devant le juge (TGI) pour vérification d’écriture (article 287 et s. C;
proc.civ.). Délit de faux et usage de faux (amende de 15 à 15.000 euros et de dommages et
intérêts);
• Exceptions:
 Si acte commercial: preuve libre (par tout moyen);
 Si acte mixte: preuve libre qu’à l’encontre du commerçant;
 Commencement de preuve par écrit: doit être complété par d’autres moyens de preuve,
comme des témoignages.
• Inviolabilité de la preuve littérale: elle ne peut être invoquée lors qu’elle a été obtenue sans
le consentement de la partie visée (ex. mails, enregistrement d’une conversation par écrit,
SMS, etc.)
2. L’aveu
• Définition: déclaration par laquelle une personne tient pour vrai un fait qui peut produire
contre elle des conséquences juridiques.
• Types d’aveux:
 Aveu judiciaire: déclaration faite en justice. Il lie alors le juge.
 Aveu extrajudiciaire: le tribunal conserve son libre pouvoir d’appréciation.
 Aveu devant les services de police (drt pén.): reconnaissance par un délinquant du ou des
faits délictueux qui lui sont imputés. Il ne lie pas le juge pénal.

3. Présomption
Voir « renversement de la charge de la preuve ».
4.Témoignage
• Définition: acte par lequel une personne atteste l’existence d’un fait dont elle a eu
personnellement connaissance.
5. Serment
• Définition: procédure d’instruction par laquelle une partie demande à l’autre d’affirmer, en
prêtant serment à la barre du tribunal, la véracité de ses affirmations. C’est un moyen de
preuve peu utilisé.