Vous êtes sur la page 1sur 3

La science est un remède

Date 1/9/2002 17:34:21 | Sujet : science et savants

La science est un remède


Par shaykh Ali Hassan Al-Halabi

Beaucoup de personnes vivent leur vie souffrant de maladies. Ils errent, distraits et
négligents, cherchant le remède à leurs maladies, mais ils ne le trouvent pas. Et ils
cherchent une des voies qui les mènerait à cela pour qu'ils puissent s'y engager, mais ils ne
sont pas capables de la distinguer ! Cependant, le remède est devant eux. Le remède est
devant leurs yeux - en effet c'est la science.

L’imam Ad-Dhahabi (d. 748) a dit :

« Le cœur de tout homme est atteint par la maladie des doutes et des fausses notions, et
cet état ne prendra pas fin à moins qu'il ne demande aux gens de science, pour qu'il
apprenne la vérité qui repoussera sa maladie. Et ainsi elle (la maladie) ne l'affectera pas
sérieusement. »

Le plus grand de ces remèdes est : avoir un besoin (constant) d'Allah (Al-Iftiqar) et implorer
son aide (Al-Istighatha). Il faut donc répéter constamment cette invocation et augmenter sa
prononciation :

' O Allah. Seigneur de Jibril, Mika'il et Israfil. Celui qui a révélé la Torah et l'Injil. Guide-moi
dans ce sur quoi on a divergé en matière de vérité avec Ta permission Tu guides
certainement qui Tu veux vers le droit chemin. ' [2]

Et il faut qu’il renouvelle constamment son repentir et sa demande de pardon. Et qu’il


demande à Allah de lui accorder la certitude et le bien-être. Ainsi - si Allah le veut - ses jours
ne prendront pas fin sans qu'il ne soit délivré - si Allah le veut - de sa maladie. Et on purifiera
pour lui son Tawhid (accomplir des actions seulement pour Allah). Et il sera sauvé d'entrer
dans la science de la rhétorique ('Ilm-ul-Kalam) [3], qui - par Allah, le plus Grand – si elle est
apprise pour prévenir une maladie, engendrera beaucoup plus de maladies, qui peuvent
probablement même le tuer! En fait, personne n'a beaucoup de doutes et d’idées fausses,
que lorsqu’il se préoccupe des sciences de la rhétorique (Kalam) et de la logique (Hikma)
[4]!

Donc le remède pour ces maladies est de jeter au loin ces questions destructrices et de les
éviter complètement. Et d’accomplir beaucoup de récitations (du Qur'an), de prières,
d’invocations et de craindre Allah.
Donc je lui garantis (par cela) que son Tawhid deviendra pur et que son Seigneur lui
accordera le bien-être.

Et s'il ne se sert pas de ce remède. Et que la maladie est au lieu de cela traitée par une
autre maladie. Et qu’il se noie avec les remèdes des avis et des choix intellectuels, alors il
se peut qu’il soit délivré et il se peut qu’il soit détruit! Et il se peut même qu’il reste malade
jusqu’à ce qu'il meurt! "[5]

Abu Ad-Darda a rapporté que le messager d'Allah (salallahu a‘layhi wa salam) a dit :

« Les savants sont les héritiers des prophètes. Or, les prophètes n’ont laissé en héritage ni
dinars, ni dirhams, mais ils ont laissé la science. Ainsi quiconque s'en empare (c'est-à-dire la
science), alors il s'est emparé d'une part énorme (de l’héritage). » [6]

L’imam Ibn Hiban (d. 354ème) a dit :

« Dans ce hadith il y a une preuve claire que les savants qui portent le mérite que nous
avons mentionné (précédemment), sont ceux qui enseignent la science du prophète
(salallahu a‘layhi wa salam) en dehors des autres types de science.

Ne l’avez-vous pas entendu (Prières et bénédictions d’Allah sur lui) dire : ' les savants sont
les héritiers des prophètes ? Les savants ne laissent rien comme héritage, sauf la science.
Et la science de notre prophète est sa Sunna. Donc quiconque se prive d'en acquérir une
science, alors il n'est pas des héritiers des prophètes. » [7]

Et parmi les belles expressions qui ont été exposées, est celle-ci :

"La science est l’héritage du prophète, comme il a été rapporté dans les textes et les
savants, sont ses héritiers, l’élu (salallahu a‘layhi wa salam) n'a rien laissé derrière lui que
ses hadith, Parmi nous, voilà ses biens et son capital."

Notes de bas de page :

[1] Cet article est traduit du magazine Al-Asalah (Rabi Ath-Thani n° 1 (1413), page. 50)

[2] Quelque chose de semblable a été rapporté par Muslim (n°770) dans une version
marfu' (remontant jusqu’au prophète (salallahu a‘layhi wa salam). La formulation en arabe
est comme suit :

"Allahumma, rabba jibril wa mika'il wa israfil. Munzil at-Tawrati wal-Injil. Ihdini limakhtulifa fihi
min bi-idhnik Al-haqq. Innaka tahdi man tasha ila siratin mustaqim."
[3] Ce sont des types de philosophie!

[4] Le mot Hikma se réfère ici à un domaine de philosophie. Il ne signifie pas la Hikma
(sagesse) que l'on loue dans le Livre et la Sunna.

[5] Masa'il fi Talab-il-'Ilm (pg. 202-203). Ce livre consiste en six traités sur le sujet.

[6] Rapporté par Abu Dawud (No 3641-3642) de deux chaînes de narration dont l’une
renforce l'autre.

[7] Al-Ihsan Fi Taqrib Sahih Ibn Hiban (1/291)

Article tiré du site al-manhaj.com

Source : le Magazine Al-Asalah (n°1 (1413), page. 50)

Traduit par isma'l alarcon

Traduit en français par les salafis de l’Est

Cet article provient de Salafi de l'est


http://www.salafs.com

L'adresse de cet article est :


http://www.salafs.com/article.php?storyid=34