Vous êtes sur la page 1sur 34

Introduction:

• Historique:
• Vers 1790, Galvani découvre que les muscles
se contractes par le courant .

• Entre 1970 et 1980, le professeur Biegelmeier


effectua sur lui-même 600 expériences sous
des tensions allant de 10 à 220.
terminologie
• Le risque électrique d’après EN 292-1
• Ce risque peut causer des lésions ou la mort
par le choc électrique ou brûlure
• L’électrisation désigne tout accident
électrique
• L’électrocution est un accident mortel, dû à
l’électricité.
La fibrillation ventriculaire
• C’est un état de mort
dite mort apparente qui
est caractérisé par des
battements de cœur
aléatoire, rapide et non
coordonnées ,le
prolongement de cet
état peut provoquer
l’arrêt définitif du cœur.
Exemple concret du risque électrique:
• le milieu domestique : les prises de courant, appareils
électroménagers, bricolage...,

• les loisirs : contacts avec des lignes aériennes par cannes à


pêche, escalade de supports...,

• le travail : outillage électrique, réparations, baladeuses,


contact des lignes aériennes avec échelles, échafaudages

• le milieu agricole : engins d’arrosage...,

• l’électricité statique, la foudre...,


Effet du courant sur l’homme
Toutes choses étant égales par ailleurs, les effets
de passage du courant dépendent :
• de l’âge de la personne ;
• de son poids ;
• de son sexe ;
• de ses caractéristiques physiologiques
personnelles.
Les effets dépendent aussi des
caractéristiques du courant:

• de la nature du courant : alternatif, continu lisse,


continu ondulé, pulsé... ;
• de la forme d’onde : sinusoïdale, rectangulaire,
etc. ;
• de la durée de passage fig02;
• du début du passage par rapport au rythme
cardiaque ;
• de la position des polarités, en continu (mains ou
pieds par exemple).
Fig02. Zone temps-courant en tension alternative de fréquence 15 à
100Hz (CEI479-1)
zone Limite de la zone Effet physiologiques

(1) Jusqu'à 0,5mA (ligne A) aucune réaction

(2) De 0.5mA jusqu‘a b (1) aucun effet physiologique


dangereux(sensation+).

(3) De la ligne b jusqu'à c1 contraction musculaire et


de difficultés de respiration
des arrêt temporaires du
cœur,

(4) Au-dessus de la courbe c1 arrêt du cœur, de la


respiration, brulures graves
C1-c2 Risque fibrillation
ventriculaire jusqu'à 5%
C2-c3 fibrillation ventriculaire
jusqu’à environ 50%
Au-delà de la courbe c3 fibrillation ventriculaire
supérieure à 50%
Les effets dépendent également :
des Conditions de contact, donc de:
• de la surface de corps en contact
(électrodes) ;
• des conditions de ce contact : peau
sèche, humide, mouillée ; pression,
température, etc.
• du trajet parcouru par le courant, qui
varie avec la position des points d’entrée
et de sortie.
Qu’appelle-t-on un contact direct ?

• C’est le contact d’une personne avec une


partie d’un équipement ou d’une installation
normalement sous tension.
• Il existe deux cas de figure :
Qu’appelle-t-on un contact indirect ?

C’est le contact d’une personne avec une masse


métallique mise accidentellement sous
tension par défaut d’isolement. Ce type de
contact est très dangereux car, contrairement
au contact direct, il n’est pas lié à
l’imprudence ou à la maladresse de
l’utilisateur.
illustration du contact indirect
Courbe tension –temps de contact
Impédance électrique du corps
humain :
• L’impédance varie d’un Rk 
individu à un autre et
aussi de l’état de la 5 1 Peau sèche
1
peau. 4
2 Peau humide
3 Peau mouillée
4 Peau immergée
3
2
2

1 3

0 4
2550 250 Uc (V)
Actions physiopathologiques du
courant électrique :
• de 0,5 à 2 mA : seuil de perception sans douleur ;
• de 3 à 5 mA : début de sensation douloureuse ;
• de 5 à 8 mA : effet de choc, risque de contraction
réflexe ;
• 10 mA : seuil dit le non-lâcher;
• 15 mA (plus de 2 s) : début de risques cardiaques
réversibles ;
• 30 mA : risque d’asphyxie ;
• 50 mA : risque de déclenchement de la
fibrillation suivant le temps de passage.
La fréquence du courant :
• Les chiffres précédents concernent le courant
alternatif de 50 périodes/seconde.
• Avec le courant continu, il faut des intensités 4
fois plus élevées pour obtenir les mêmes
seuils d'action. Au-delà de 1000 périodes, seul
l'effet thermique se manifeste (pas de
douleurs ni de contracture) d'où son
utilisation thérapeutique.
Domaines de tension Valeur de la tension nominale

en courant en courant continu


alternatif ( A.C. ) ( D.C. )

Très Basse Tension Un  50 Un < 120


( Domaine T.B.T )

Domaine BT Domaine B.T.A 50 < Un  500 120 < Un  750

Domaine B.T.B 500 < Un  1 000 750 < Un  1 500

Domaine HT Domaine H.T.A 1 000 < Un  50 000 1 500 < Un  75 000

Domaine H.T.B. Un > 50 000 Un > 75 000


Classe des appareils :
CLASSE SYMBOLE UTILISATION

0 Pas de symbole Interdite dans l’industrie

I Matériel devant être relié


obligatoirement à la terre

II Matériel à double isolation,


jamais relié à la terre

III Lampe baladeuse alimentée


en T.B.T.S. non reliée à la
III
terre
Gestion du risque électrique
• Mesures passives :
• a) Rendre la possibilité de contact avec une partie
active hautement improbable, par :
• a1) éloignement : cas des lignes à très haute tension .
• a2) obstacle : enveloppe, barrière .
• a3) isolation : câble souple...
• b) Rendre non dangereux le contact avec une partie
active ou une masse, par :
• b1) très basse tension de sécurité (TBTS) ou de protection
(TBTP)
• b2) séparation électrique, empêchant le retour par la
terre, pour appareils de classe 0 par exemple.
Mesures actives :
• Les mesures dites actives assurent la coupure du
courant en un temps suffisamment court pour
que des effets physiopathologiques inacceptables
ne puissent se produire. Elles font appel à des
appareils de protection qui détectent et agissent :

• - en cas de surintensité : fusibles, disjoncteurs...


• - en cas de dérivation d’une partie du courant :
dispositifs à courant différentiel résiduel.
Application des mesures :
• La protection contre les contacts directs est
assurée par les mesures passives (a) et (b1).
• La protection contre les contacts indirects est
assurée par les mesures passives (b) et les
mesures actives.
Leur utilisation en fonction des domaines
de tension est la suivante :

• — très basse tension : mesure passive du type


(b1) ;
• — basse tension : mesures passives (a), (b2),
ou actives
• — haute tension : mesures passives (a),
Protections par l’installation

• Outre les mesures passives, les mesures


actives se réfèrent à ce qu’il est convenu
d’appeler schémas des liaisons à la terre,
c’est-à-dire les situations respectives du point
neutre des transformateurs HT/BT, des
masses, et du conducteur neutre des
installations
• le schéma TN peut utiliser les fusibles ou les
disjoncteurs à relais électromagnétiques ou,
dans certains cas, électrothermiques.
• Pour le schéma TT, seul un dispositif
différentiel peut être mis en place.
• Pour le schéma IT, selon que les masses de
l’installation sont interconnectées avec la prise
de terre ou utilisent une prise distincte, on se
réfère aux conditions TN dans le premier cas,
TT dans le second.
Equipement de Protection individuelle (E.P.I.) :
Risques au niveau de la tête Risques au niveau des yeux Risques au niveau des
mains

Chutes d’objets Ultra-violets (court-circuit) Protection contre les


contacts directs
Heurts d’obstacles Projections de particules

Chocs électriques au niveau


de la tête
Soins aux électrisés :

Les premiers secours peuvent se


résumer à :
• Protéger.
• Alerter.
• Secourir.
Protéger :
• Qui ?:
• La victime, mais aussi son entourage et les intervenants.
• Quand ?:
• Chaque fois que l’origine électrique de l’accident peut
être soupçonnée.
• Comment ?:
• mettre la victime hors tension, en coupant le courant
(prévoir une chute éventuelle), et en position de sécurité
• baliser les lieux ;
• penser aux risques (incendie, explosion, etc.).
Alerter :
• Qui ?:
• Les secours médicalisés spécialisés d’urgence
(pompiers, médecins, ambulances).
• Comment ?
• En précisant l’endroit précis et le numéro de
téléphone, le lieu exact de l’accident , la
nature de l’accident , le nombre de victimes,
les gestes d’urgence déjà effectués, etc...
Secourir :
• Qui doit ?
• Toute personne présente et, par
priorité, qualifiée (médecin,
infirmier, secouriste).
• Quand ?
• lorsque la victime présente une perte
de connaissance.
Conclusion :
• En bref, la loi d’ohm (U=Z.I) est la loi du risque
électrique, c’est – à – dire que le courant qui
traverse le corps humain dépend de la tension à
la quel il est soumis et de son impédance
électrique et plus ce courant qui traverse le corps
humain est important, plus que le risque mortel
de l’électricité augmente, c’est pour çà toutes les
protections quelque soit leurs natures ou la
norme suivi vise à minimiser ce courant
accidentel.