Vous êtes sur la page 1sur 4

LE RÉGIME ALTERNATIF SINUSOÏDAL.

II NOTION DE DÉPHASAGE :
Dans un circuit électrique alimenté par une tension alternative sinusoïdale de fréquence f, toutes les
I DÉFINITION : tensions aux bornes des différents dipôles ainsi que toutes les intensités qui circulent dans le circuit ont toutes la
même fréquence f.
Une grandeur est définie par un signal d'équation du type : s t =S  2 sin  t
On visualise deux signaux périodiques à l'aide d'un oscilloscope bi-courbes.
Représentation temporelle :
 Savoir placer les voies voies d'un oscilloscope : T.D Branchement oscilloscope pages 1 et 2/6

On représente ci-dessous la tension u t =220  2 sin 2 ⋅⋅50 ⋅t­ 6 
En règle générale, lorsqu'on visualise deux tensions à l'oscilloscope, on choisit toujours une des deux
Caractéristiques du signal : grandeurs comme origine des phases i.e. le déphasage à l'origine de cette tension =0 .
330
Tension efficace U = 220 V. METHODE :
Tension maximale UMAX = 220 2 V
330
Fréquence f = 50 Hz
[V]

u( t )
1
Période T = =20 ms
f
− 330 Pulsation =2.  . f =314 rad/s v( t )

[V]
0 t 0.04
[s]  u( t )
Déphasage à l'origine =­
6

Cas général :
Toute grandeur alternative sinusoïdale s(t) peut s'écrire sous la forme s t =S  2 sin  t . − 330
0 t 0.02
[s]
La valeur moyenne de ce signal est toujours nulle 〈 s t 〉=0 c'est pourquoi on utilise le terme
« alternatif ». On mesure la valeur moyenne d'un signal avec un appareil numérique position DC. Par exemple
pour mesurer la tension moyenne, le multimètre sera placé sur la fonction VDC. Φ Φ

La valeur efficace de ce signal est S. On mesure la valeur efficace S avec un appareil numérique qui
sera placé sur la fonction AC+DC. Par exemple, pour mesurer l'intensité efficace d'un signal, on utilisera la Une période tient sur 10 divisions. (Une période angulaire vaut 360° ).
fonction AAC+DC. Le déphasage Φ tient sur 0,8 division.

La valeur maximale SMAX est donnée par la relation S MAX =S⋅ 2 . En utilisant la règle de proportionnalité :

La pulsation  est donnée par la relation =2.  . f . 10 divisions ↔ 360 °


0,8 ×360 
1 0,8 division ↔ =29 ° #
f [Hz] est la fréquence du signal et on en déduit la période T par la relation T = [s]. 10 6
f

 représente le déphasage à l'origine. Le signal v(t) [référence des phases car à t = 0, v(t) =0] est en avance de 29 ° par rapport au signal u(t).

Les signaux ont pour équations : v t =169  2 sin 314. t 



u t =220  2 sin 314. t­ 
6

 Savoir déterminer le déphasage entre deux grandeurs : Exercice 2 page 2/11 et 4 page 5/11
 Retrouver les caractéristiques d'une tension : Exercice n°1 page 1/11.

Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 1/8 Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 2/8
III VECTEURS DE FRESNEL : IV ADDITION DE 2 VECTEURS :
 =U1 U 2
Pour déterminer l'expression de u t =u 1 t u 2 t  , on utilise la relation vectorielle U
Pour pouvoir utiliser les relations établies pour le régime continu (additivité des tensions, loi des .
noeuds... ) on utilise les expressions temporelle ( u t =u 1 t u 2 t  ). Mais leurs utilisations est difficile.
Pour simplifier les calculs, on associe à chaque grandeur temporelle son vecteur de Fresnel équivalent METHODE :
(l'expression ci-dessous devient alors : U =U1 U 2 ). 1- On se fixe une échelle 20 V ↔ 1 cm et on représente U 1 :

METHODE : Axe de référence


On représente le vecteur associé à la grandeur temporelle à l'instant t=0. U 1
Exemple :
u 1 t =169  2 sin 314. t  a pour valeur efficace U1 = 169 V et 1=0 . 2- A l'extrémité de U 1 , on représente U 2 .
On associe le vecteur U 1 qui aura pour module U1 et pour direction 1 .

 
u t =220  2 sin 314. t­ 6  a pour valeur efficace U2 = 220 V et 2=­ =­30 ° .
6
U 1
Axe de référence
On associe le vecteur U 2 qui aura pour module U2 et pour direction 2 .
-30°
Représentation des deux vecteurs U 1 et U 2 . Echelle : 20 V ↔ 1 cm.

Ce diagramme tourne
à la vitesse ω U 2

U 1
3- A partir de l'origine, on rejoint l'extrémité de U 2 .
Axe de référence
On visualise le déphasage de
-30° entre ces 2 vecteurs.

U 1
Axe de référence
 -30°

U 2


U
On observe que U 1 est en avance par rapport à U 2 .
U 2
Ces 2 vecteurs tournent tous les 2 à la vitesse angulaire ω, a chaque tour, U 1 passera par l'axe de  :
4- Il ne reste plus qu'à retrouver les caractéristique de U
référence avant U 2 .
module : 18,7 cm ↔ 374,5 V
argument (utilisation du rapporteur) =­17 °≈0,298 rad

u(t) a pour expression temporelle : u t =374,5  2 sin 314. t­0,298 .


REMARQUE : La valeur efficace de u(t) est différente de U1 +U2 = 220 + 169 = 389 V.
 Savoir associer un vecteur à une grandeur temporelle : Exercice 3 page 4/11 On n'additionne jamais les valeurs efficaces entre elles en alternatif sinusoïdal.

Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 3/8 Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 4/8
V LOI D'OHM EN ALTERNATIF SINUSOÏDAL : VII ASSOCIATION SERIE DE DIPÔLES ÉLÉMENTAIRES :
I Le dipôle D a pour impédance Z.
D Association d'une résistance R en série avec une inductance L alimentées par une tension u(t).

U L
R Z =  R  L. 
2 2
U : tension efficace en [V] Montage : Impédance ZRL :
Loi d'ohm en alternatif sinusoïdal : U =Z⋅I avec Z : impédance du dipôle [  ] U L
I : intensité efficace [A] UR
l. 
Déphasage  I , U
 : tan =
On définit le déphasage  I , U  , le déphasage entre l'intensité I et la tension U  . On détermine cette
I R
grandeur en utilisant un oscilloscope et en visualisant la tension U  et l'image de l'intensité I .

U
 Savoir visualiser l'image d'une intensité : T.D Branchement oscilloscope pages 3 à 5/6

VI CARACTÉRISTIQUES DES DIPÔLES PASSIFS ÉLÉMENTAIRES :


Association d'une résistance R en série avec un condensateur C alimentés par une tension u(t).
La résistance : R C


I 2

U Montage : R Impédance ZRC : Z= R 
2
 
1
C. 
impédance d'une résistance : Z R=R
déphasage  R  I , U
 =0 ° L'intensité i(t) et la tension u(t) sont en phase. 1
I Déphasage  I , U
 : tan =-
RC. 

U
L
L'inductance :
I

U
Association d'une résistance R, d'une inductance L et d'un condensateur C en série.
impédance d'une inductance : Z L = L.  ( L : inductance [H] ;  : pulsation [rad/s] )
Montage : C
 =90 °=+  L'intensité i(t) est en retard de +90° par rapport à u(t).
déphasage  L  I , U
L
2


R 2

C
Impédance ZRLC : Z = R  L. ­
2
 1
C.  
Le condensateur : 1
I L. ­
I Déphasage  I , U
 : C. 
tan =

U R

U
1
impédance d'un condensateur : Z C= ( C : capacité [F] ;  : pulsation [rad/s] )
C. 
 =­90 °=-  L'intensité i(t) est en avance de -90° par rapport à u(t).
déphasage C  I , U
2

 Étude des dipôles élémentaires : Exercice 5 pages 7 à 10/11


 Tableau récapitulatif des impédances élémentaires à savoir pas coeur : : page 11/11

 Association de dipôles élémentaires : Exercice 1,2,3 et 4 Régime alternatif sinusiïdal.

Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 5/8 Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 6/8
VIII PUISSANCES EN ALTERNATIF SINUSOÏDAL : IX PUISSANCES POUR LES DIPÔLES ÉLÉMENTAIRES:
Dipôle Impédance  I , U
 : P [W] Q [var]
On définit trois sortes de puissances en alternatif sinusoïdal :
2
Z R=R 2 U
R 0 R.I ou 0
Soit un dipôle D soumis à la tension u(t) et traversé par l'intensité i(t). R

La tension u(t) a pour expression : u t =U  2 sin . t   2 U2


i(t) L Z L = L.  + 0 L.  I ou
2 L. 
D
L'intensité i(t) a pour expression : i t = I  2 sin  . t 1  I2
C Z L= - 0 - C.  U 2 ou -
C.  2 C. 
u(t)
X RELÈVEMENT DU FACTEUR DE PUISSANCE :
U : tension efficace [V] Imaginons deux entreprises qui consomment chacune une puissance P = 9 kW. Elles sont toutes les deux
I : intensité efficace [A] alimentées par une tension U = 230 V. La première entreprise a un facteur de puissance fp1 = 0,5 et la deuxième
La puissance active P a pour expression : P=U.I. cos  avec
 I , U
 : déphasage entre i(t) et u(t) un facteur de puissance fp2 = 0,9. Calculons pour chacune d'entres-elles, l'intensité qu'elle absorbe.
P : puissance active [W] P 9000 9000
P=U.I.cos  ⇒ I = Soit I 1 = =78,5 A et I 2 = =43,5 A .
Remarque : comme ­90 ° I , U  90 ° , la puissance active P est toujours positive. U . cos  230 ×0,5 230 ×0,9
C'est la seule puissance qui ait un sens physique. On constate que pour une même puissance P consommée, les deux entreprises n'absorbent pas la même
On appelle le terme cos  : le facteur de puissance fp. Plus il est proche de 1, meilleur c'est. intensité. Pour la première, l'intensité est très importante et elle provoque plus de pertes par effet Joule dans les
ligne EDF. Pour EDF, c'est de la pure perte et surtaxe les entreprises qui ont un fp < 0,9 environ.
Pour éviter cette surtaxe, il faut relever le facteur de puissance à fp' pour qu'il soit le plus proche
U : tension efficace [V] possible de 1 par l'ajout de condensateurs en tête de l'installation, alimentés sous la tension U, car ces dernier
I : intensité efficace [A] fournissent de la puissance réactive négative.
La puissance réactive Q a pour expression : Q=U.I. sin  avec
 I , U
 : déphasage entre i(t) et u(t) Illustration par le triangle des puissances :
Q : puissance réactive [var] Avant la pose des condensateurs : Après la pose des condensateurs :
Remarque : [var] : volts ampères réactifs. QC apporté par les
comme ­90 ° I , U  90 ° , la puissance réactive Q peut-être positive ou négative. condensateurs (QC est
Cette puissance n'a pas de signification physique, elle exprime juste « le déphasage entre les négative).
grandeurs u(t) et i(t) ». Q= 15,6kvar QC = -12 kvar

U : tension efficace [V] fp = 0,5 Fp' = 0,93


Q'= 3,6kvar
La puissance apparente S a pour expression : S =U.I avec I : intensité efficace [A]
S : puissance apparente [VA] P = 9kW P = 9kW
Remarque : [VA] : Volts-Ampères.
Cette puissance n'a pas de signification physique, c'est une puissance de dimenssionnement pour
Calcul de la capacité C nécessaire pour ramener le facteur de puissance fp = 0,5 à fp' = 0,93 .
les câbles ...
AVANT : P=U.I. cos  et Q=P tan 
APRÈS : P ' =P car les condensateurs ne modifient pas la puissance active (cf tableau ci-dessus).
Triangle des puissances :
P tan ­tan  ' 
Q C =Q ' ­Q=­U 2 C  Q ' =P tan ' d'où P tan  ' ­P tan =­U 2 C  soit C = 2
On peut représenter ces puissances dans un triangle rectangle comme le montre la figure ci-dessous :  .U
On en déduit les relations suivantes : Pour relever le facteur de puissance à 0,93, il faut poser un condensateur de capacité
­1 ­1
9000 tan cos 0,5­tan cos 0,93
C= ≈720  F
S S =P Q ⇒ S =  P Q
2 2 2 2 2 2
2 ××50 ×230
Q
Q=P tan  (formule très utile)
 XI THÉORÈME DE BOUCHEROT
P Dans un circuit comportant n récepteurs branchés en série ou en dérivation,
la puissance active totale est P=∑ P n , la puissance réactive totale est Q=∑ Q n et la puissance
apparente totale  2
S =  ∑ P n   ∑ Q n 
2
.

Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 7/8 Circuits Electriques Le régime alternatif sinusoïdal Page 8/8