Vous êtes sur la page 1sur 31

CONTRAT ET GESTION DES RNR

PLAN

CONTRAT ET GESTION DES RNR ............................................................................1

PLAN......................................................................................................................1

INTRODUCTION.......................................................................................................4

A- Généralités..................................................................................4

I- Notions élémentaires de base..................................................4

1-Définition du contrat :................................................................................4

2-Définition de GELOSE :...............................................................................4

3-Les ressources naturelles renouvelables :.................................................5

a- Définition :..........................................................................................5

b- Quelques types des RNR :..................................................................5

II- Présentation de la mode de gestion des RNR à Madagascar........6

1-La gestion locale des ressources sous la royauté malgache......................6

2-La politique de répression et d’exclusion de la population de la gestion


locale des ressources durant l’époque coloniale...........................................7

3-La politique de la décentralisation.............................................................7

B- Contrat et gestion des RNR...........................................................8

I- Contrat de gestion des RNR.......................................................8

1-Les acteurs principaux...............................................................................8

1-1-La communauté de base ou COBA ou VOI...........................................8

1-2-L’autorité administrative compétente : le service technique


décentralisé...............................................................................................8

1-3-La commune de rattachement............................................................8

1-4-Les médiateurs environnementaux.....................................................8

2-Les différentes étapes de la procédure du contrat de transfert de gestion


des RNR........................................................................................................9

2-1-La compagne d’information.................................................................9

1
2-2-Formulation de la demande ................................................................9

2-3-Négociation patrimoniale...................................................................10

2-3-1- Approbation préalable par l’autorité locale :..............................10

2-3-2- La négociation proprement dite :...............................................10

a- Dans le cas d’objection :...................................................................11

b-Dans le cas d’approbation :...............................................................11

2-4- Etablissement et signature du contrat de transfert de gestion........12

2-5- La publication de la décision d’agrément.........................................12

3-Les droits et obligations des gestionnaires des RNR...............................12

a- venant d’un tiers :............................................................................12

b- venant de l’administration :..............................................................13

4-Les responsabilités des différents acteurs dans le contrat de gestion. . .13

4-1-responsabilité de la COBA :...............................................................13

4-2-Responsabilité de la commune :........................................................13

4-3-Responsabilités des services techniques :.........................................14

5-Rapport entre les membres gestionnaires :.............................................14

6-Les contenus des documents pour les transferts de gestion...................14

6-1-Contrat de transfert de gestion.........................................................15

6-2-Le cahier de charge relative au TGRNR.............................................15

A- disposition générale ..................................................................16

B- disposition relative à l’organisation du transfert..........................16

Indique :.........................................................................................16

6-3-Le règlement intérieur régissant la COBA..........................................16

II-La gestion des RNR..................................................................17

1-La gestion et transfert de gestion de quelque RNR..................................17

1-1-Transfert de gestion des Ressources forestières .............................17

1-2-Transfert de gestion des ressources naturelles non forestière..........18

a-Le transfert de gestion des ressources halieutiques..........................18

2
b- Transfert de gestion des plages.......................................................18

c- Le transfert des gestions des mangroves.........................................19

d- Le transfert de gestion des récifs coralliens.....................................19

e- Transfert de gestion des ressources pastorales...............................19

2-Evaluation du contrat de transfert de gestion..........................................19

2-1-Aspect juridique.................................................................................20

2-2- Aspect administratif .........................................................................21

2-3-Aspects environnementaux...............................................................22

2-4-Aspects sociaux.................................................................................22

2-5-Aspect économique...........................................................................23

2-6-Aspect d’intégration aux politiques et plan de développement.........23

C- Foncier et la gestion des RNR......................................................24

1- La situation foncière actuelle..................................................................24

2-La sécurisation foncière relative..............................................................25

3- La mise en œuvre de la SFR...................................................................25

D- La décentralisation et la fiscalité.................................................26

1-L’impact de la décentralisation dans la gestion des RNR.........................26

2-Intérêt de la décentralisation dans la gestion des RNR............................26

3-La fiscalité et RNR....................................................................................27

4-Les forces et faiblesses, opportunité et menace de la gestion commune


des RNR à Madagascar...............................................................................28

CONCLUSION........................................................................................................29

BIBLIOGRAPHIE.....................................................................................................30

3
INTRODUCTION

A Madagascar, la politique de transfert contractuel de la gestion des ressources


renouvelables aux communautés locales de base est née du triple constat de l’échec sur le
siècle de la gestion antérieure marquée par l’interventionnisme de l’Etat par le caractère
répressif et centralisateur de la réglementation sur l’ensemble des sols, des espaces et des
ressources et de l’incapacité de l’administration à exclure, surveiller et punir partout à tous
moment. Ce triple échec génère une situation d’accès libre et de la dégradation rapide des
ressources naturelles.

En septembre 1996 fut promulguée la loi 96-025 sur la gestion locale des
ressources naturelles renouvelables (RNR), puis en 1997 fut instituée dans la deuxième phase
(1997-2001) du Plan d’Action Environnemental (P.A.E), financé conjointement par divers
bailleurs de fonds dont la banque mondiale, la coopération française et l’USAID, une
composante « transversale » dite GELOSE ou Gestion Locale Sécurisé. Cette composante du
PAE est chargée de la mise en place de tous les outils institutionnels, réglementaires, fiscaux
et économiques nécessaires pour la mise en place sur l’ensemble du territoire malgache, dans
un délai raisonnable de 10 à 20 ans des contrats de transfert de gestion des ressources
naturelles renouvelables aux communautés de base dit « contrats GELOSE »

A- Généralités

I- Notions élémentaires de base

1-Définition du contrat :

Selon l’article 123 du code civil malgache, le contrat a été défini comme étant un
accord de volonté entre les parties. Le contrat est par conséquent un acte juridique reliant
deux personnes physiques ou morales.

Un contrat de gestion détermine :

− l’objet de transfert de gestion.

− l’étendue, les conditions et les termes de transfert de gestion.

− les infractions et les sanctions applicables.

− les règlements des litiges.

2-Définition de GELOSE :

La GELOSE ou Gestion Locale Sécurisé est une forme de gestion des ressources
naturelles renouvelables instituée par la loi n°96-025 du 30 septembre 1996. Il s’agit
également d’une composante transversale du programme Environnemental II (PE II)

4
Elle consiste à confier aux communautés de base la gestion de certaines
ressources comprises dans la limite de leur terroir.

D’autres définissent la Gélose comme « un processus de transfert de Gestion des


Ressources naturelles vers les communautés locales ». Dans ce processus, une communauté
locale ou groupe d’intérêt associé à des ressources données se constitue en VOI
(Vondron’Olona Ifotony) et négocie avec l’Etat un contrat de gestion des Ressources
Naturelles selon un ensemble de règles. Il gère ensuite ces ressources pendant une période
initiale de trois ans, renouvelable par tranche de dix ans par la suite.

3-Les ressources naturelles renouvelables :

a- Définition :

Les ressources naturelles renouvelables sont, parmi les ressources naturelles,


celles qui contiennent leur propre mécanisme de renouvellement ou de régénération.
L’homme peut les utiliser indéfiniment s’il ne dégrade pas les processus qui assurent le
renouvellement naturel des ressources. On peut classer comme ressources naturelles
renouvelables : les forêts, la faune et la flore sauvages aquatiques et terrestres, l’eau et les
territoires de parcours. On peut comparer les ressources renouvelables à un capital qui
fructifie. Personne ne peut reconstituer ce capital s’il est détruit : le bon usage consiste à
exploiter l’usufruit sans altérer le capital. Elles ont en commune une double originalité par
rapport à toutes les autres ressources naturelles telles que les plantes ou les animaux
domestiques ou les sols cultivés. La première réside dans leur caractère de propriété
commune, c’est-à-dire qu’il s’agit des ressources sur lesquelles il n’existe pas de droit de
propriété, et que l’on ne s’approprie que par prélèvement sur le milieu naturel et par l’usage.
La seconde originalité résulte de ce que les groupes humains qui les exploitent ne peuvent
avoir un but lucratif, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas faire des coûts naturels sous peine de
les voir se raréfier ou disparaître. Cette surexploitation est de fait à l’origine de la disparition
de nombre d’espèces animales et végétales. La gestion des RNR, implique une surveillance
permanente, le droit pénal à tout moment d’accès exclusif ou autres par les « Fokonolona ».Ce
qui implique donc de donner à ces membres du « Fokonolona » le pouvoir absolu sur ces
ressources. Afin d’atteindre ces buts, la loi 96-025 fut promulguée en septembre 1996 dit loi
Gelose (Gestion locale sécurisé), qui s’accompagne aussi par la SFR (Sécurisation Foncière
Relative).

b- Quelques types des RNR :

On distingue plusieurs types des RNR, en voici quelques un :

-Ressources forestières :

5
En général, la ressource forestière est l’ensemble des potentialités qu’offre le
milieu physique, notamment dans le domaine forestier. Les forestiers de l’état ont donc un
double rôle primordial qui est :

− veiller à ce que le plan soit respecté.

− fournir une assistance technique et une formation au groupe d’utilisateur conforme aux
besoins.

-Ressources halieutiques :

− Les ressources halieutiques sont l’ensemble des techniques qui concerne la pêche,
donc ce sont des ressources à la relation avec la pêche. On distingue deux ressources
halieutiques :

− -ressources halieutiques continentales qui, actuellement, présentent 550000 ha d’eaux


continentaux dont 300000 ha de mangroves et le reste pour la pêche continentale.

− Ressources halieutiques marines qui présentent une superficie de 8777ha, elles se


caractérisent par l’abondance des crevettes, poissons pélagiques, crabes, langouste.

-Ressources pastorales :

Elles comprennent les terrains de parcours ; (pâturage) et les abreuvoirs. Elle


présente une superficie de 34 millions ha.

-Les plages :

Ce sont des étendues de sables ou de galets au bord de la mer, sur la rivière, d’un
cours d’eau, d’un lac.

II- Présentation de la mode de gestion des RNR à Madagascar

Excepté la politique coloniale, le principal mode de gestion des ressources


naturelles renouvelables à Madagascar est la gestion locale. Les colonisateurs ont employé
une politique de répression et d’exclusion des populations de la gestion de ces ressources.
Cependant, cette politique connait une défaillance. La gestion locale a largement perduré
pendant un siècle de façon cachée et discrète. Le présent texte montre la continuité profonde
qui existe entre la gestion locale au temps de la royauté et celle instituée à la suite de l’atelier
international d’Antsirabe en mai 1995.

1-La gestion locale des ressources sous la royauté malgache

En général, les autorités royales malgaches trouvaient que le meilleur moyen de


gérer les RNR est la gestion participative. A l’exemple des forêts, même si elles les voulaient

6
comme leurs domaines inaliénables, elles ont laissé une grande latitude aux populations
locales pour gérer directement ce domaine. Les interdits étaient peu nombreux.

2-La politique de répression et d’exclusion de la population de la gestion locale des


ressources durant l’époque coloniale

La politique coloniale de répression et d’exclusion des populations de la gestion


locale des ressources trouve son origine au début de la colonisation, dans la création du
service forestier en 1896 et dès 1897 une circulaire gouvernementale interdisait les feux de
pâturages et un décret réglementait l’exploitation des produits du foret. Les tavy sont interdits
par décret dès 1900. Après 1904 commence jusqu’en 1907 une courte période de retour à
moins de répression. De 1907 à1917 les textes renforçant l’arsenal répressif se succèdent et le
service forestier s’étoffe jusqu’en 1930 où le décret de 1930 élaboré par Lav Auden introduit
des primes de rendement aux agents forestiers sur les procès verbaux. La politique coloniale
était justifiée par le souci de préserver la forêt des destructions irrémédiables qui les
menaçaient. Cependant, celle politique était clairement assumée comme répressive, les moyen
en sont :

− une réglementation

− l’emploi du personnel spécial, chargé de constater les infractions à cette


réglementation et de verbaliser à l’encontre des coupables

− l’application d’une peine, par voie de justice, aux coupables d’infractions.

3-La politique de la décentralisation

Le concept de « décentralisation » vit le jour, politiquement, lors de la


proclamation de la troisième république en 1992. Selon les dispositions de la loi 93-005
portant orientation générale de la décentralisation, le système de gouvernance décentralisé
consiste à créer des instances de prise de décision tant sur le plan politique, économique que
social en vue du développement national, régional et local (article 3 de la loi 93-005). Pour ce
faire, il s’agit de déléguer et de transférer des activités de développement et de responsabilités
aux élus locaux. La loi 96-025 du 30 septembre 1996, dite loi Gélose s’inscrit dans le
contexte général de la décentralisation. La Gélose est une forme de gestion des RNR et
consiste à confier à la Communauté de Base le pourvoir de gérer les ressources comprises
dans leurs territoires. Les catégories des RN concernées par cette forme de gestion sont les
forêts, la faune et la flore sauvage terrestre, aquatique, l’eau et les territoires de parcours qui
relèvent du domaine de l’Etat ou des collectivités territoriales. Cette forme de gestion est
sécurisée d’une part parce qu’elle nait de l’initiative des communautés bénéficiaires elles
même qui concrétisent la sécurisation par un « DINA « (article 49) ; d’autre part parce
qu’elle est couverte par la loi qui l’institue. Par ailleurs, les mesures d’accompagnement telle
la sécurisation foncière relative (SFR) offrent des garanties supplémentaires aux COBA.

7
B- Contrat et gestion des RNR

I- Contrat de gestion des RNR

1-Les acteurs principaux

1-1-La communauté de base ou COBA ou VOI

La communauté locale de base ou COBA est un groupement volontaire de


personnes physiques ou morales ayant les mêmes objectifs et qui obéissent aux mêmes règles
de vie. Il peut de ce fait s’agir des habitants d’un hameau, d’un village ou d’un groupe de
village. Elle fonctionne comme un organisme non gouvernemental selon les règlements en
vigueur, et doté d’une personnalité morale. Elle est fixée en fonction de :

− l’accessibilité à la ressource considérée.

− la capacité reproductive de la ressource.

− sa motivation et de sa volonté.

− ses besoins.

− la pression qui s’exerce sur la ressource considérée.

1-2-L’autorité administrative compétente : le service technique décentralisé

C’est elle qui confère à la communauté l’agrément rendant possible le transfert de


gestion

1-3-La commune de rattachement

C’est la commune dans laquelle se trouvent les ressources. En effet, le maire de la


dite commune occupe un rôle important dans le cadre du transfert de gestion de ces RNR. Elle
a pour rôle la gestion décentralisée des eaux et forêts.

La commune de rattachement peut devenir propriétaire grâce à l’obtention d’une


dotation foncière.

1-4-Les médiateurs environnementaux

Pour faciliter l’émergence d’une vision commune de la gestion à long terme des
RNR et la définition consensuelle des procédures permettant leur gestion effective, la loi
Gelose prévoit l’intervention d’un médiateur environnemental.

Elle fait l’objet des articles 17 à37 de la loi 96-025 du 30/09/96.En application de
celle-ci, un décret entier portant le n°2000-028 du 13 janvier 2000 est consacré au médiateur
environnemental. Celle-ci dispose en son article que la médiation environnementale a pour
but de faciliter les discussions et les négociations entre différents partenaires dans la gestion
locale des ressources en contribuant par l’établissement d’un courant d’information entre les
parties pour rapprocher les points de vue et objectifs en présence. Aux termes de l’article 4

8
du même décret « la désignation du médiateur relève de la diligence et de l’appréciation
consensuelle des parties. »

Selon l’article 21 du décret n°2000-028, les services du médiateur peuvent aussi


être requis par une partie pour l’assister à l’élaboration de toute préparation à la demande ou à
la décision d’agrément subséquent à la conclusion du contrat.

2-Les différentes étapes de la procédure du contrat de transfert de gestion des RNR

La mise en place de la TG peut être réalisée en 5 phases où participent les


concernés, à savoir :

− la compagne d’information.

− la formulation de la demande.

− les négociations patrimoniales.

− l’établissement et la signature du contrat.

− la publication de la décision de l’agrément.

2-1-La compagne d’information

La compagne d’information est marquée par la convocation d’une assemblée


générale des habitants de localité par le président de Fokonolona. Elle a pour but :

-d’informer sur la Gelose et ses intérêts.

− de la mise en place du VOI, choix du siège, et élection de membre de la structure de


gestion.

− élaboration et adoption du statut de la COBA.

2-2-Formulation de la demande

D’après l'article 9 et 10 de la loi 96-025, la COBA doit déposer une requête de


transfert de gestion des ressources auprès du maire de la commune de rattachement. Le
dossier comporte l’indication des ressources dont la gestion est sollicitée, l’assise territoriale
de la COBA demanderesse et les procès verbaux de la réunion du fokonolona. La liste des
participants, celle des membres de VOI et de la structure de gestion y ont également été
annexées

9
2-3-Négociation patrimoniale

Dans un souci de prendre en compte davantage des dimensions sociales, cette


phase comprend les étapes suivantes :

− approbation préalable par l’autorité locale.

− négociation proprement dite.

2-3-1- Approbation préalable par l’autorité locale :

Après avoir reçue la demande, la commune de rattachement procède par décision,


la nomination des membres de la commission d’enquête chargé d’instruire le dossier qui est
composée :

− Du maire.

− D’un membre du comité exécutif de la commune (responsable du foncier et celui de


l’environnement).

− De deux membres du conseil municipal représentants la commission


environnementale.

− D’un représentant de chaque service technique de l’administration concernée par le


service de niveau régional.

Conformément aux articles 12 et 13 de la loi Gelose, la commission d’enquête


effectue une visite à la localité. Après avoir vérifié les faits tels que :

− l’adhésion volontaire des membres de la COBA.

− la régularité de la procédure de nomination des membres de structure de gestion.

− la délimitation des ressources objet de la demande de transfert et leur intégration


terroir.

− la volonté des membres à assurer la gestion de celle-ci.

2-3-2- La négociation proprement dite :

La demande d’agrément émanant de la COBA est l’objet de négociation auprès


des représentants des entités locales concernées.

Les différentes négociations sont :

-la négociation auprès des entités locales concernées.

Afin d’examiner les biens fondés de celle-ci, une séance de réunion des parties
prenantes menée par le médiateur environnemental a lieu, assisté par le président de VOI

10
locale, les chefs des quartiers limitrophes ainsi que le président du fokontany. Après lecture
de la demande et explication du règlement intérieur de la COBA suivie des débats, la
délimitation des ressources proposées. La COBA attend l’avis des entités locales. Si l’avis est
négatif, ils informent la COBA pour redresser la situation tandis que si elle est positive, on
procède à l’évaluation de la capacité de gestion du VOI. Un PV en quatre exemplaires sera
signé par les commissions d’enquête et adressé aux conseils communaux de rattachement.

-Négociation auprès du conseil communal aux autorités compétentes.

Une autre séance de négociation du transfert de gestion des RNR relevant du


terroir du VOI auprès du conseil communal est menée sous la direction du médiateur
environnemental. Après lecture du dossier y afférents suivie de débats, la demande attend
l’avis du conseil qu’ sera confirmé par la décision du conseil communal. Le conseil de la
commune statue sur la demande de transfert, sur la base de rapport de la commission
d’enquête. Si son avis est favorable, le Maire adresse la demande au sous-préfet sous forme de
requête. A son tour, le sous-préfet adresse la requête aux services techniques concernés pour
l’examiner et la vérifier. Deux cas peuvent se présenter :

a- Dans le cas d’objection :

Le dossier sera transmis au sous-préfet avec l’observation et les raisons du non


approbation. Le sous-préfet à son tour les renvoie à la commune de rattachement et cette
dernière avise la COBA à reformuler une nouvelle demande.

b-Dans le cas d’approbation :

Le service technique formule un avis d’approbation et la transmet au sous-préfet.


Le sous préfet adresse. Une copie de l’avis de non-objection à la commune de rattachement
ou le maire avise la CLB dans un meilleur délai.

Remarque :

La négociation peut démarrer après le choix du médiateur et la sélection du bureau


d’étude ou de l’ONG qui fera les études techniques préliminaires et l’encadrement de la CLB.

La négociation porte sur :

− l’organisation et le calendrier du travail des réunions.

− la délimitation des ressources et des terroirs.

− indentification et la réalisation des études techniques préliminaires par le bureau


d’étude.

− l’inventaire des ressources concernées.

11
− la détermination d’un plan d’aménagement et un programme de travail à effectuer par
le CLB concerné.

A la fin de la négociation, il est dressé un PV signé par tous les participants.

2-4- Etablissement et signature du contrat de transfert de gestion

Le PV de négociation servira de base à l’établissement du projet de contrat de


gestion y compris le cahier de charge.

Après l’approbation du projet de contrat de gestion par les représentants de CLB,


le maire de la commune de rattachement et les représentants du département technique
gestionnaire des ressources, il est envoyé au sous-préfet qui transmet immédiatement à
l’autorité compétente pour la délivrance de la décision de l’agrément.

L’agrément est délivré par les ministères ou leurs représentants chargés de la


ressource concernée sous formes de décision.

Une fois que la décision d’agrément est ratifiée, la commune de rattachement


informe les habitants de la circonscription et les communes voisines. La notification de cette
décision aux CLB demanderesse met en vigueur le contrat de transferts de Gestion.

2-5- La publication de la décision d’agrément

A part son affichage au niveau de commune de rattachement et de la


circonscription administrative la décision d’agrément sera publiée au journal officiel de la
république

3-Les droits et obligations des gestionnaires des RNR

Les droits et obligations des gestionnaires des RNR se réfèrent à la loi gelose de
l’article 43 à 48. Elle mentionne qu’à compter de sa notification, l’agrément confère à la
COBA bénéficière pendant la période indiquée dans l’acte :

− la gestion de l’accès des RNR.

− l’exploitation des RNR.

− la valorisation des RNR.

Sous respect des prescriptions et des règles d’exploitation définie dans le contrat
des gestions.

Dans les cas des troubles de la jouissance des biens :

a- venant d’un tiers :

12
Avant tout action en justice : la COBA peut demander au président du conseil
communal d’user de ces pouvoirs de conciliation. Le litige peut être soumis à l’arbitrage du
président du conseil si les deux parties consentent

b- venant de l’administration :

La COBA peut prétendre à des dommages et intérêts.

Remarque :

- Dans le cas d’un inversement de situation, le même droit est reconnue à la


COBA. On appelle cette situation résiliation unilatérale du contrat. Dans ce cas, le recours
hiérarchique est ouvert à la COBA devant l’autorité supérieure et en cas l’échec, l’affaire peut
être porté en justice.

- Les parties peuvent soumettre leurs différends à l’arbitrage composé de deux


arbitres nommés par les parties et un tiers arbitre désigné d’un commun accord par les deux
arbitres.

4-Les responsabilités des différents acteurs dans le contrat de gestion.

Le contrat est générateur d’obligations, alors voici quelques responsabilités des


acteurs :

4-1-responsabilité de la COBA :

Les responsabilités des communautés de base sont :

− La mise en place de la structure et règles relatives à la gestion, à l’utilisation et à la


protection de la parcelle susmentionnée.

− Respecter le plan d’aménagement qui a été approuvé par les autorités administratives.

− L’élaboration d’un programme ou plan annuel de travail conforme au plan


d’aménagement.

− Respecter les clauses du cahier des charges.

− Respecter toutes les dispositions du présent contrat.

− Communiquer un rapport annuel aux différentes autorités (ex : Eaux et forets) et ou


en cas d’incidents ou de réalisation de travaux.

4-2-Responsabilité de la commune :

− assurer la tutelle de la COBA.

13
− Contrôler le respect des Dina.

− Procéder à la sensibilisation et lui fait connaître les avantages de la gestion.

− Intervenir par le biais du président du conseil communal en cas de problème au sein de


la COBA.

4-3-Responsabilités des services techniques :

− Fixer la délimitation de la Zone concernée par le transfert et sa superficie.

− Assurer l’appui technique.

− Procéder au sein de la réalisation du plan d’aménagement et du texte relatifs.

− Assurer le contrôle de l’application des clauses du cahier de charges.

5-Rapport entre les membres gestionnaires :

Les rapports entre les membres gestionnaires sont réglés par la voie du Dina. Le
Dina est élaboré par la COBA .il est un des outils très importants pour le mode gestion. Les
prescriptions qu’ils contiennent doivent être conformes à la disposition constitutionnelle,
législative et réglementaire en vigueur. Le dina est appliqué :

− Aux membres de l’association.

− Aux gens à l’extérieur de l’association.

Les Dina ne deviennent exécutoire qu’après visas du maire de la commune de


rattachement valant l’autorisation d’application.

Le Dina détermine aussi sur la démission et destitution du membre. La démission


est volontaire, elle fait l’objet d’une demande écrite qui est soumise à l’assemblé générale. Le
membre démissionnaire ou exclu demeure solidaire des actes accomplis par la COBA, à
l’actif et au passif, jusqu’à la date de sa démission ou de son exclusion. A compter de cette
date, il ne bénéficie plus des droits accordés aux membres. L’exclusion d’un membre de la
communauté de base ne peut cependant être prononcée qu’après que le membre fautif ait pu
plaider sa cause devant l’AG. Tout membre exclu et démissionnaire n’a pas le droit de
revendiquer les biens de l’association, il est tenu de lui rembourser ses dettes.

NB : L’application du Dina n’exclut pas les différents lois en vigueur.

6-Les contenus des documents pour les transferts de gestion

14
6-1-Contrat de transfert de gestion

Ce document est subdivisé en plusieurs titres où chaque titre est subdivisé en


plusieurs articles.

-titre 1 : objet du contrat

-titre2 : disposition relative à l’exécution :

Transfert de gestion :

− présentation de la COBA.

− délimitation des RNR objet de transfert de gestion.

Disposition générale :

− responsabilité du COBA.

− responsabilité de la commune.

− responsabilité des services techniques.

Dispositions diverses.

Les dispositions diverses sont marquées par la durée du contrat à compter de la


date de signature et indiquent s’il est renouvelable ou modifiable selon la volonté des parties.

-titre3 : la disposition relative à la violation du contrat

Caractérisé par les différentes sanctions lors de la violation du contrat

Remarque : le non respect du Dina et du règlement intérieur par l’application du Vonodina

Titre4 : la résolution

Dans le cas où l’association a décidé de ne plus continuer à gérer, il faut aviser les
services techniques à l’avance. (Ex : 6 mois).

Ce document est daté, lu et approuvé, signé par :

− le Président de la COBA.

− le directeur de service technique.

6-2-Le cahier de charge relative au TGRNR

15
Le cahier de charge est un document administratif détaillant, généralement avec
minutie les obligations et éventuellement les droits du titulaire de certains contrats
administratifs.

Il est subdivisé en plusieurs sections, et chaque section se divise en plusieurs sous


titre composé par des articles.

Section I

A- disposition générale

-présentation de la COBA.

-présentation des RNR.

-rôle de cahier de charge.

B- disposition relative à l’organisation du transfert.

Indique :

- la responsabilité de la COBA.

-la mise en place du Dîna.

Section2 : pouvoir et responsabilité de la COBA.

Section3 : pouvoir et obligation de la commune.

Section4 : responsabilité des services technique.

Section5 : responsabilité diverse.

Le cahier de charge est daté et signé par :

-le président de la COBA.

-le médiateur environnemental.

-le maire.

-le sous-préfet.

6-3-Le règlement intérieur régissant la COBA

16
Ce document est subdivisé en plusieurs articles où les grands points sont sur les
membres, l’AG, la démission destitution, les sanctions diverses, les ressources financières, les
dépenses et les dispositions diverses.

Le document est daté, signé par :

− le secrétaire.

− le président de la COBA.

− le médiateur environnemental.

− le maire.

− le sous-préfet.

II-La gestion des RNR

La gestion des ressources naturelles n’est pas un phénomène nouveau, depuis


longtemps les paysans ont toujours gérés les ressources naturelles mais de façon
traditionnelle.

1-La gestion et transfert de gestion de quelque RNR

1-1-Transfert de gestion des Ressources forestières

Les ressources forestières sont l’une des potentialités qu’offre le milieu physique,
notamment dans le domaine forestier.

Le transfert de gestion de ressources forestières s’effectue d’une manière


spécifique. Dont la principale mode est la GCF. La GCF est un mode de transfert de gestion
des forêts à la communauté de base en vue d’une gestion locale durable et sécurisée des
ressources forestières. Selon l’article 3 du décret 2001-122 du 14/02/01 fixant les conditions
de la mise en œuvre de la GCF de l’Etat, le GCF s’agit d’un transfert de compétence et non
pas de propriété. L’Etat représenté par l’administration forestière peut déléguer la gestion de
ces forets à d’autres personnes public ou privé. Ce dernier est vérifié par l’art 24 de la loi 97-
017.

Il faut noter que le contrat est bipartie c'est-à-dire qui se fait par deux
communautés de personnes (COBA et service forestier).

Pour la réussite de transfert de gestion de ressources forestières la participation de


la communauté de base au processus d’élaboration du plan d’aménagement est importante.

Le plan d’aménagement :

C’est un document répondant au besoin de la COBA sur une durée de 3 ans. Il


s’oriente avant tout vers la satisfaction de droit d’usage. Si la compétence gestionnaire est

17
reconnue par le service forestier, il peut orienter son objectif vers l’exploitation des produits
de l’écosystème.

1-2-Transfert de gestion des ressources naturelles non forestière

Le commencement pour le transfert de gestion des autres RNR non forestière ont
commencé après la mise en application de la loi 96-025. Voici quelques exemples de transfert
de gestion des ressources naturelles non forestière.

a-Le transfert de gestion des ressources halieutiques

Les ressources halieutiques sont l’ensemble de technique concernant la pêche et ce


qui l’entoure.

Le transfert de gestion des ressources halieutiques continentales se distingue des


ressources halieutiques marines.

-le transfert de gestion des ressources halieutiques continentales : après la mise en


application de la loi 96-025 la gestion de 453000 ha de ressources halieutiques continentales a
été confiée au VOI. Quelques fois de certaines mesures devront être prises pour assurer la
quantité même de transfert de gestion de ressources halieutiques continentales. On y distingue
la clarification sur le transfert de gestion des ressources par rapport au plan d’eaux
continentaux c’est-à-dire la gestion des ressources halieutiques a été transférée au niveau de
VOI et non la gestion des ressources des eaux.

-transfert de gestion des ressources halieutiques marines : permet aux VOI de gérer la
gestion des ressources halieutiques marines sur une surface 8777 ha.

Les ressources halieutiques possèdent une spécificité en elle même car elles sont constituées
par divers types d’espèces dont chacune possède leur propre texte juridique. Donc il en
résulte une différence entre gestion de crevettes et de langoustes par exemple et celle des
poissons pélagiques, des poulpes et des crabes. Le premier étant considéré comme des
ressources stratégiques. Donc non transférable selon l’article 135 de la constitution.

Selon la disposition de la Gelose les ressources halieutiques marines se trouvent


dans les eaux intérieurs et la mer territoriale ne peuvent pas être transformé car ne relevant
pas du domaine public.

Il faut noter alors que seules les ressources halieutiques marines concernées par le
domaine public sont transférables.

b- Transfert de gestion des plages

Le transfert de gestion des plages nécessite l’implication de plusieurs


départements et entités responsables concernés à cause de la confusion qui règne au sein de
VOI sur la notion de plage, entraînant entre autres leur vision beaucoup plus tournée sur
l’exploitation du sable des rivages , et cela mérite une séance de sensibilisation et
d’information systématique.

18
L’inscription de plage dans les domaines des RN transférables est illogique mais
un cahier de charge tout à fait différent de celui relatif au transfert de gestion des ressources
naturelles et qui sera signé entre le VOI, commune, département ministériel concerné par le
tourisme.

c- Le transfert des gestions des mangroves

Comme la mangrove est constituée à la fois des ressources forestières et des


ressources biologiques marines, le transfert de gestion des mangroves est très délicat dans la
mesure où des départements ministériels sont censés gérer les ressources existantes dans ce
milieu. Le processus du transfert devrait nécessiter une réunion entre les ministères chargés
des eaux et forets d’un part et de la pêche et des ressources halieutiques d’autre part pour
déterminer les modalités de gestion conjointes de ces ressources.

d- Le transfert de gestion des récifs coralliens

Le transfert de gestion des récifs coralliens consiste à mettre en place un système


qui soit apte à garantir la meilleure gestion des ressources au milieu de VOI en renforçant leur
capacité et en leur donnant les moyens qui leur permettent d’assurer la préservation de ces
ressources.

e- Transfert de gestion des ressources pastorales

En 1996, a été mis en place la loi 96-025 relative à la gestion locale des RNR
(Gelose) qui vise principalement à assurer une gestion durable des ressources par les
communautés locales de base en liaison avec les communes de rattachement et les services
techniques déconcentrés concernés. Une dizaine de sites des ressources pastorales a été
transférée dans les grandes zones d’élevage, 100000 ha sont prévues dans le cadre du
programme d’environnemental III.

2-Evaluation du contrat de transfert de gestion

L’évaluation de la mise en œuvre des contrats de transfert telle qu’elle a été réalisé
en 2004 permet de faire un état comparatif d’une réalité de terrain que les objectifs contenus
dans le texte. Cette étude a évalué une trentaine de contrat de transfert de gestion de toutes
ressources dans toute situation en considérant les aspects suivants : aspects juridiques,
administratifs, d’intégration des TGRNR aux politiques de développements, socio-
économique et environnementaux.

En effet chaque aspect englobe des éléments de processus et d’impact des


TGRNR. Les trois premiers sont : aspect juridique, administratifs, intégration aux politiques
de développements, concernent principalement le processus. Les deux derniers : aspect
économique et environnementaux concernent surtout, les impacts de TGRNR. L’aspect social
relie le processus et l’impact et a été particulièrement identifié comme sensible et plusieurs

19
articles de l’ouvrage en témoignent. On remarque aussi qu’il y a des liens entre les autres
aspects, comme les aspects administratifs et sociaux.

D’une façon générale, il est donc ressorti des enquêtes réalisé que les conditions
d’application dans la mise en œuvre du contrat, des règles et procédures contenues dans le
texte explique les écarts entre les objectifs visés et la réalité constatée. Les résultats des
évaluations par critère se résument de la manière suivante :

2-1-Aspect juridique

Les conditions juridiques du développement du TGRNR apparaissent claires. La


loi 96-025 et ses décrets sont cohérents, la politique sectorielle forestière de la loi 97-017 et
ses décrets d’application 98-078 et 98- 782 sont aussi cohérents. Mais seul le décret 2000-122
se décale avec la loi 96-025. Il a été néanmoins identifiés des carences sur :

− l’absence de politique propre de TG RNR (voir aspects liés à l’intégration dans les
autres politiques de développement).

− l’absence des textes législatifs ou réglementaires sur les avantages considérés aux VOI
(art 54).

− l’absence des textes législatifs ou règlementaire des conditions et modalités


d’application de la loi 96-025 par domaine (art 56).

Sur terrain, les aspects juridiques ne sont pas des obstacles majeurs à la mise en
œuvre de la TGRNR. Mais il apparaît une tendance à limiter le Dina à la simple fonction de
règlement intérieur du VOI de façon stéréotypée, alors que le Dina devrait normalement
englober l’ensemble du système de gestion. Cette tendance risque d’affaiblir les TGRNR,
surtout dans la communauté traditionnelle. Il faut donc réaffirmer l’existence indépendante du
dina en tant qu’élément de processus du TGRNR. La manière d’appliquer le processus peut
avoir des conséquences juridiques notamment pénales. Par exemple la non-implication
effective des services techniques ou de la commune conduit, si un conflit apparaît, à un
manque d’appui mutuel entre les autorités compétentes et les VOI. Ceux-ci ne peuvent pas
faire appliquer seuls les clauses du cahier des charges voir le « dina ». La conséquence est la
multiplication des conflits et infractions.

Il serait nécessaire que les mesures juridiques suivantes supplémentaires soient


réalisées :

− le médiateur devrait être soumis à une obligation légale de remettre un rapport


vérificateur de son travail de médiation environnementale.

− les VOI constitués sous la loi 60-133 devrait voir leur existence confirmée en
application du décret 2000-027.

− Enfin le contrat et le cahier de charges devrait intégrer des obligations explicite du


VOI envers le Fokonolona.

20
2-2- Aspect administratif

Sur le plan administratif, le processus du TGRNR d’aujourd’hui s’avère cohérent


par rapport aux éléments fondamentaux de la loi 96-025 et ne pose pas de problème majeur
dans sa mise en œuvre. Le principe de négociation est compris et adoptés par le VOI.
L’évaluation globale a malgré tout identifié les carences suivantes :

-l’absence de rapport d’exécution du médiateur ce qui rend difficile l’appréciation


et le suivi-évaluation de cet aspect du processus.

-le statut du VOI n’a pas toujours été adapté à leur fonction (article 3 de la loi 96-
025) donne aux VOI un cadre de fonctionnement d’ONG qui a été prise par le décret 2000-
027. Avant la parution du décret 2000-027, les acteurs du TG RNR ont été amené à
officialiser les VOI selon les règles de la loi 60-133, notamment que ses association seraient à
but non-lucratif et à affiliation sélective alors que le décret 2000-027 permet un
fonctionnement à but lucratif et stipule que l’adhésion peut être volontaire.

Enfin, l’absence des textes relatifs au transfert de gestion par domaine (ex :
ressource halieutique, pastorales).

La sécurisation foncière relative (décret 98-610), procédure non obligatoire a été


peu appliqué à cause du cout de la longueur de la procédure et surtout des manque de
compétence pour en application. Néanmoins, l’étude a montré que les VOI attachent une
grande importance à la sécurisation foncière par la SFR. L’évaluation sur terrain a démontré
l’importance critique de l’adhésion sociale au transfert et de la représentativité de VOI (article
13 de la loi 96-025), nécessaire de rigueur et de sensibilité marqués dans l’application des
procédures administratives.

L’absence du texte législative sur l’avantage fiscal au VOI.

Des statuts du VOI établi avant le décret 2000-027 sont inadaptés à la


valorisation économique des ressources.

L’évaluation économique du TGRNR sur terrain a montré une prise de conscience


pour la communauté de la valeur de leur ressource. Dans la pratique, des lacunes quant à la
mise en valeur efficiente des ressources existent mais des réels efforts ont été constatés. Les
impacts économiques des TG sont positifs et palpable lorsqu’il existe une valorisation
optimale, c’est-à-dire durable pour les ressources et qui présente une revenue intéressante
pour les populations. La stricte limitation du contrat à des fins de subsistances ou des
conservations ne semble pas être un facteur d’intérêt des populations qui finissent par oublier
les termes du contrat.

Certains impacts économiques positifs ne sont pas directement perçus par la


population, étant donné que ces impacts sont directement liés à une fonction écologique ou à
une fonction sociale. C’est le cas de la rétention par fixation des terres par les reboisements ou

21
l’absence de feu de brousse, la simple volonté de conservation des ressources ne constitue pas
une activité économique génératrice de revenue pour le VOI qui aura besoin d’activité
complémentaire, source de profit plus rémunérateur.

Rares ont été les sites ou le calcul précis quantitatif des impacts économiques du
transfert de’ gestion a pu être fait.

2-3-Aspects environnementaux

Sur le plan environnemental, la loi 96-025 éclaire sur le but fondamental de


permettre la participation effective des populations à la conservation durable des RNR(article
1) et que le contrat du transfert devrait intégrer les éléments essentiels d’une telle gestion
(gestion de l’accès, conservation, exploitation et la valorisation durable)(article 43 et 54).Le
PE3 identifie le TGRNR en tant que processus principal de gestion et de conservation locale
durable de diverses RNR.L’analyse de terrain réalisé sur un échantillon représentatif du TG a
apporté des appréciations sur l’évolution de l’environnement depuis la signature du transfert.

L’impact majoritaire du TG sur l’environnement est la réduction du feu de


brousse. Dans 70% des situations analysées (hormis les cas spécifiques des transferts de
ressources halieutiques), les personnes concernées reconnaissent cet effet depuis l’instauration
du transfert. En outre dans un cas sur trois, la TG apporte significativement une amélioration
de la capacité des bénéficiaires à contrôles et à agir plus raisonnablement sur leur ressources
même s’il s’agit simplement de l’exercice des droits d’usage. Leurs bailleurs sont le plus
souvent le FID, le PSDR ou certaines ONG. Le problème est renforcé par les tendances des
organismes d’appui à sélectionner le sites de TGRNR sur de critères de répartition dispersées
des ressources en ignorant les réalités de planification et de développement réel. Le choix de
sites ne devrait pas se faire après une analyse de développement local.

2-4-Aspects sociaux

Sur le plan social, la loi 96-025 insiste sur la formation d’une communauté de
base constituée par le « groupement volontaire d’individus unis par les même intérêts et
obéissant à des règles de vie commune (dina) ». La loi insiste aussi sur l’importance de
l’adhésion sociale, de la représentativité réelle du VOI et sa capacité de gestion (article 3 et
13). Toute fois l’évaluation globale a constaté la carence telle que l’absence d’obligation
explicite, du contrat et du cahier de charge, du VOI envers le ou les fokonolona.

Les évaluations sur terrain démontrent, d’une façon générale que le TGRNR
permet un renforcement de la cohésion sociale et que l’institutionnalisation du VOI donne
l’occasion de discuter ouvertement des désaccords éventuels et de parvenir à un compromis. Il
est aussi constaté que l’habitation du gestionnaire est très sensible aux facteurs sociaux,
surtout dans les communautés traditionnelles. La non prise en compte du contexte social peut
avoir comme conséquence des contrats non mise en œuvre et des dina non appliqués.

22
Notamment l’ignorance ou la méconnaissance des contextes sociologiques et
historiques des communautés villageoises ou de l’absence de négociation a été constaté
comme carence d ‘aspects sociaux. Un projet mal installé a toutes les chances de mettre à bas
les système de gestion traditionnelle des ressources naturelles prés existant au TGRNR en
occasionnant, au sein de la communauté, des conflits, des fractures , des modifications
structurelles souvent irréversibles qui parfois entrainent l’exacerbation d’usage et des
comportement en opposition totale avec les objectifs d’un transfert de gestion.

La légitimité, donc la reconnaissance du VOI par le fokonolona, devrait se


traduire par des obligations explicites du contrat et du cahier de charges, du VOI envers le
Fokonolona. Le choix de sites ne devrait pas faire qu’après une analyse du cadre social et
culturel du site.

2-5-Aspect économique

Sur le plan économique, la loi 96-025 reconnaît l’importance de l’exploitation


durable de la valorisation économique de la ressource pour une gestion viable à long terme et
vise à conférer aux VOI des avantages fiscaux (article 43 et 54).

L’évaluation globale a identifié les carences suivantes : la médiation environnementale (pour


les contrats qui ont bénéficié) et l’intervention du médiateur sont des éléments qui, selon les
enquêtes auprès des acteurs sont positifs et contribuent à la prévention des conflits. IL ressort
malgré tout, une confusion entre « la médiation environnementale « et « le rôle du
médiateur ». Le rôle du médiateur est complexe, consiste en premier lieu à organiser des
négociations pour rapprocher les parties, puis les amener à s’entendre sur des objectifs de long
terme et, enfin, de répondre à de demande d’appuis techniques. Le médiateur exerce une
influence importante sur le processus TGRNR mais est indépendante des parties prenantes
que sont les VOI, la commune et le service technique et, bien sur, de l’organisme d’appui.

Le bon déroulement du processus TGRNR est donc sensible au style et à la


compétence du médiateur pour exercer son métier. Dans la pratique, la médiation est
confondue avec la socio-organisation et cette fonction particulière de médiation, de
négociation qui donne au transfert de gestion, cette orientation à long terme est complètement
occultée au profit d’une vision à court terme.

Les TGRNR semblent alors perçu plus comme une décentralisation des charges de
l’administration forestière (notamment celle de surveillance-gardiennage) que comme une
vraie décentralisation de la gestion des RNR.

2-6-Aspect d’intégration aux politiques et plan de développement

La loi 96-025 s’associe clairement à la décentralisation (en intégrant la commune


en tant que partie prenante aux TGRNR) et au développement durable (en mettant l’accent sur

23
la valorisation durable des ressources. Le TGRNR constitue un élément important de la
politique environnementale –Plan Nationale d’Action Environnementale) et la politique
forestière.

Toutefois l’évaluation globale a constaté les carences suivantes :

- Le manque de politique propre de TGRNR.

- L’absence de pilotage de suivi au niveau national et régional limité.

- La priorité mise en avant par la phase 3 du PRE de la superficie de la ressource


transférée par rapport à la qualité des TGRNR.

- L’absence des références spécifiques aux TGRNR dans certaines politiques de


développement rural (PADR).

- L’absence de références au TGRNR des certaines politiques sectorielles (ex :


halieutique, pâturage).

- L’absence de la base juridique des Plans Communaux de Développement Durable


(PCDD), facilitant l’intégration des TGRNR dans le PCDD.

Sur le terrain, il a été observé que presque toutes les initiatives de TGRNR ne sont
ni insérées, ni prises en compte dans les référentiels de développement au niveau communal,
même si au niveau régional, les problématiques touchant le TGRNR sont soulevés. De 34
contrats de transfert de gestion évalués par l’étude, seul 3 (- de 10%) étaient intégrés dans le
plan locaux de développement.

C- Foncier et la gestion des RNR

1- La situation foncière actuelle

Madagascar présent une diversité de situation foncière locale caractérisée par


l’insécurité généralisée et le développement récent des conflits fonciers. La typologie de
situation d’insécurité foncière reste à établir. Néanmoins les cas suivant sont représentatifs et
prédominent sur l’ensemble du territoire national.

Il y a une insécurité créée par l’indivision : même si les terres ont pu être
immatriculées, les mutations ne sont généralement pas assurées sur plusieurs générations du
fait des populations et de l’administration. Cela entraine des conflits permanents entre les
héritiers et débouchant vers une situation inextricable. L’insécurité résulte aussi du risque
réel de l’intrusion d’individus « mahitahita » qui utilisent les procédures légales pour
dépouiller les occupants coutumiers légitimes, mais juridiquement « occupant de fait » sur
des terres domaniales. C’est la situation de la grande majorité des paysans malgaches.

24
La succession des anciens domaines coloniaux constitue une autre situation
d’insécurité. La procédure de réintégration du domaine privé de l’Etat n’on jamais été
réalisées. Le plus souvent, des initiés ont pu récupérer des titres fonciers légaux alors que les
terres sont occupées parfois depuis plusieurs générations, par d’anciens ouvriers agricoles. Il
en résulte des conflits parfois violents et une situation juridique très confuse.

On relèvera enfin l’insécurité qui pèse à des pâturages et des terres coutumières
régis par le Dina. Des paysans vendent à des immigrants des terres qui sont en fait des
pâturages communautaires à l’ensemble des Ray Aman-dReny (Tangalamena…) chargé de
tenir la gestion.

2-La sécurisation foncière relative

L’option retenue en matière de sécurisation foncière dans le cadre de la gestion


des RNR est la sécurisation foncière relative (SFR).

Les avantages concrets de la SFR sont :

-la liste effective des utilisateurs du foncier est connue, qui permet de mieux
régler les litiges.

-c’est une étape vers l’immatriculation légale.

-c’est un acte commun servant de référence dans les rapports sociaux de la


société.

La SFR fait partie intégrante du contrat gelose. Elle concerne l’ensemble du


terroir du COBA. Cette sécurisation est relatifs car les droits sont convenus entre les parties et
ne sont pas garantie par l’Etat de façon absolue et inattaquable. Cependant la sécurité est
assurée au niveau de la communauté locale et étant donné que la communauté toute entière
reconnaît l’occupation de chacun de ses membres et que les communautés voisines
reconnaissent les limites du terroir de la communauté concernée.

3- La mise en œuvre de la SFR

La SFR est limitée à un INVENTAIRE FONCIER systématique, basée sur la


constatation administrative et publique des processus de chacun des terroirs concernés. Un
lève simplifié, consensuel et transparent, reporte schématiquement sous forme de plan-
parcellaire accompagné d’un étant parcellaire et ensuite établi sous la supervision de
l’administration foncier qui valide le processus en cosignant le contrat gelose. La SFR
comporte trois étapes :

25
-Inventaire foncier : IL consiste à délimiter l’ensemble de terroir et les limites de la zone
objet de la demande de transfert de gestion. IL est précédé ensuite à un inventaire foncier
systématique base sur la constatation administrative et publique des parcelles sur le terroir
concerné. On fait alors un livret simplifié consensuel et transparent des propriétés immatriculé
ou cadastré.

- la confection du plan parcellaire : le plan parcellaire est annexé au contrat gelose. Il peut
être sous réaliser à partir d’une photographie aérienne.

-l’établissement du plan parcellaire : le plan parcellaire est établi de façon publique et


contradictoire sous la supervision de l’administrateur chargé du foncier qui valide le
processus en cosignant le contrat gelose. Il permet d’obtenir :

-les consistances de parcelles constituant la zone objet du dernier transfert de gestion.

-les divers RNR dans la zone concernée.

-la superficie de la zone concernée.

-la superficie de la zone et celle des parcelles qui la constitue.

D- La décentralisation et la fiscalité

1-L’impact de la décentralisation dans la gestion des RNR

Plusieurs pays connaissent des changements institutionnels avec l’engagement


politique du gouvernement de lancer ou d’approfondir le processus de décentralisation.
L’objectif de ces pays est d’accroitre la démocratie locale, de rapprocher les services publics
des populations et de promouvoir le développement local. Cette situation va modifier les
formes de gouvernance de plusieurs domaines dont les RNR.

2-Intérêt de la décentralisation dans la gestion des RNR

La décentralisation est un processus complexe qui va bien au-delà d’un


réaménagement du territoire dans son ensemble. Dans le cas particulier des RNR, elle consiste
à un transfert des pouvoirs, des fonctions et des compétences de l’Etat à des instances locales.
On peut alors constater que la réussite de la décentralisation dépend d’une part de la volonté
politique de redéfinir les relations entre l’Etat centrale et les collectivités qui émergent,

26
surtout les communes rurales en ce qui concerne les RNR, la principale difficulté est
d’acquérir une légitimité auprès de la population.

L’intérêt par l’administration centrale dans la décentralisation pour les RNR est
surtout financier. On souligne également que la dévolution des RNR peut rendre les services
forestiers, qui sont les plus souvent considéré avec méfiance par les populations plus
efficaces. Par exemple dans le cas de réserve de biosphère, il y a une pénurie des personnelles
du service public.

Pour les communautés rurales, c’est aussi une occasion de s’impliquer dans la
gestion des RNR locale .Cette participation va dépendre du degré de la décentralisation en
cours dans chaque pays et du rôle que l’état donne aux acteurs locaux. D’une manière
générale, les avantages de la décentralisation peuvent se résumer comme suit :

− -partage des revenues de la chasse, du tourisme, de l’exploitation des bois et autres


produits forestiers.

− partages des recettes provenant des redevances de permis et de licences.

− emploi au niveau local.

− production accrue à partir des RN.

− meilleur infrastructure pour le développement locale.

Cependant, par les collectivités rurales, l’existence des ressources naturelles


végétales renouvelables constitue une opportunité pour collecter les fonds pour leur activité.

3-La fiscalité et RNR

La décentralisation implique la réorganisation de la fiscalité pour trouver des


ressources financières nouvelles. En effet, pour assurer le fonctionnement de la collectivité et
exécuter le plan de développement communal, les communes sont obligées de s’autofinancer.
Or, en milieu rural, les activités à taxes sont celles liées aux ressources naturelles végétales.
Agriculture, élevage, pêche, coupe du bois … sont déjà soumises à des impositions par le
biais des différents taxes par le compte du budget national. L’imposition de diverses taxes aux
populations rurales peut aussi aggraver les phénomènes de passage clandestin dans
l’exploitation de ces ressources.

Ainsi la mobilisation et la gestion transparente des ressources financières font


partie des questions majeures auxquelles les collectivités territoriales sont ou seront
confrontés dans la décentralisation lorsqu’’ on sait que la capacité de payer les taxes et impôt
de la population rurale repose sur les RNR, il est alors nécessaire que celle-ci soit gérée de

27
manière durable. Tous les domaines d’activités rurales lucratives sont susceptibles d’alimenter
d’une manière ou d’une autre les fonds communaux.

Le défi est alors de mobiliser équitablement les ressources au niveau local sans
affaiblir l’économie local et la durabilité, en particulier les RNR.

4-Les forces et faiblesses, opportunité et menace de la gestion commune des RNR à


Madagascar

Le tableau ci-dessous résume point par point les forces, faiblesses,


opportunité et menaces liées à la gestion communautaire des RNR à Madagascar

FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES MENACES


-Existence d’une -Absence de -Signature de la -Pauvreté.
tradition de gestion personnalité convention
en matière de GRN. juridique des internationale. -Insécurité.
structures locales de
-Emergence d’une gestion créées. -Existence de fonds -Exode rural.
prise de conscience multilatéraux.
de plus en plus -Contrainte de -Démographie
marquée de l’analphabétisme -Bailleurs de fonds galopante.
l’importance du d’une grande très favorables.
développement majorité de la -Climat de plus en
institutionnel et population. plus rude.
personnel dans le
processus -Difficulté pour la -Austérité.
participatif. population à cerner la
planification au long
-Prise de conscience terme.
de la dégradation des
RNR. -Inadaptation de
certains règlements
-Capacité de et lois dans le cadre
mobilisation de la GRN
d’organisation et de essentiellement régis
participation des par le pouvoir
communautés. traditionnel.

-Difficulté de
l’administration à
laisser une partie de
son pouvoir à la
population et de celle
à l’assumer.

28
CONCLUSION

Les ressources naturelles sont en général des propriétés de l’Etat alors on ne peut
faire que des transferts de gestion. La gestion des RNR détient une importance dans le cadre
de l’épanouissement du monde rurale. En effet, elles représentent des potentialités énormes
dans le cadre de l’amélioration des vies rurales en incitant les communautés de base à se
solidariser afin d’avoir des résultats profitables à tous.

Pour qu’un transfert de gestion soit rendu possible, il y a l’existence du contrat de


gestion des RNR dont l’élaboration implique la participation de la communauté de base, mais
aussi de certaine autorité administrative.

Une fois que le contrat est conclu, la communauté gestionnaire peut s’activer en
obtenant ainsi un certain droit dans le cadre de la gestion des RNR qui lui sont conférées.
Mais on doit aussi souligner qu’afin que la gestion des ressources puisse aboutir à des
résultats fructueux, les activités de gestion doivent s’effectuer au niveau d’un cadre de
contrôle et de suivi. Les communautés de base doivent être tenues à certaine obligation. Il est
primordial de tenir compte de la relation étroite entre foncier et gestion de ces ressources
naturelles renouvelables.

Nombreuses sont les richesses dont notre territoire rural dispose mais il suffit d’un
certain effort de chaque agent concerné afin que celles-ci puissent être multipliées, conservées
et valorisées.

29
BIBLIOGRAPHIE

-Momento de l’agronome : Intervenir sur l’environnement des exploitations :

La gestion des ressources naturelles. CIRAS-GRET-Ministère des affaires étrangères.

-Site internet : contrat et gestion des ressources naturelles renouvelables.

-1000 TEXTE MALGACHE : Loi 96-025 du 30 septembre 1996 relative à la Gestion locale
des Ressources Naturelles renouvelables.

The World Bank/WBT’S CBNRM initiative auteur: RAZAFINRABE Maminiaina

-Recueil du document: GESTION LOCALE SECURISEE DES RNR et du FONCIER


(GELOSE)

Version novembre 1999.

-Décret 98-616 du 13 Aoûte 1998 réglementant les modalités de mise en œuvre de la SFR.

-Application de la loi 97-017 du janvier 1997 modifiant et complétant la loi 96-033 de


l’octobre 1990 portant la charte de l’environnement.

-Décret n° 2001-122. Fixant les conditions de mise en œuvre de la gestion contractualisée des
forets de l’Etat.

-LIVRE TANTEZA.

-COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LA GESTION LOCALE SECURISEE DES


RESSOURCES RENOUVELABLE (GELOSE) 27 juin au 1er juillet 1996 (CENTRE de
FORMATION AUX SCIENCES DE L’ INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET DE
L’ENVIRONNEMENT).

-Contribution au processus de transfert des gestions de forets : cas du Zeta


d’Ambatondrazaka ; par Rakotondrazaka Herimanana Mamy, juillet 2002.

-Droit, pratiques locales et gestion durable des ressources renouvelables : Etude de cas sur
l’application de la gelose à Ambohirano Merimanjaka ; par Ralalarimanga Honorine Claire
Soa, Février 2006.

30
ABREVIATIONS :

-GELOSE : Gestion Locale Sécurisée

-RNR : Ressources Naturelles Renouvelables

-COBA : Communauté de Base

-CLB : Communauté Locale de Base

-TG : Transfert de Gestion

-TGRNR : Transfert de Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables

-PE : Programme Environnementale

-PV : Procès Verbale

-PCDD : Plans Communaux de Développement Durable

-PADR : Politique de Développement Rural

31