Vous êtes sur la page 1sur 14

INTRODUCTION

Avec une superficie de 592000 km2, Madagascar possède une vaste étendue
de domaine foncier. La plupart de ces terrains ne sont pas encore utilisés. Comme tous les
Etats dans le monde, Madagascar possède des lois qui régissent son territoire. Ces lois
contribuent à la gestion foncière dans notre pays qui est actuellement en situation de transition
foncière c'est-à-dire une coexistence des droits coutumiers qui géraient jusque là les rapports
sociaux à propos de la terre et des droits étatiques modernes qui sont basés sur l’écrit.
. On peut classer les terrains malagasy en plusieurs catégories d’une part il existe des
terres (exploitée ou non) qui ne sont pas appropriées par des particuliers ou qui ne sont pas de
façon évidente et durable. Elles révèlent du domaine privé de l’Etat, d’après l’article 11de la
loi 60004 du 15 février 1960.
D’autre part, les terres exploitées connaissent une multiplicité de statut juridique, qui
rend la situation confuse : Elles sont souvent appropriées en vertu du droit coutumier sans la
propriété par titre officielle. Et à côté il y a naissance d’une propriété moderne à la suite d’une
procédure d’immatriculation, cadastre et de concession. Le concept de gestion foncière
est assez vaste puisqu’il comprend aussi bien l’organisation des modalités d’accès à la terre,
les modalités d’appropriation les concernant, ainsi que la sécurité des droits et la gestion de
l’espace. Pour réfléchir sur une telle amélioration de la gestion foncière des milieux urbains et
ruraux, ceci suppose de redéfinir la gestion étatique et de se préoccuper du droit de propriété
ainsi que des différents acteurs. La gestion foncière est donc l’une des dimensions de
l’aménagement urbain et rural, elle doit résulter d’une concertation entre l’Etat, les
collectivités décentralisés et la population.

1

meubles et immeubles. Selon l’ordonnance 60-099 du 21septembre 1960 sur le domaine public et la loi n° 60-004 du 15 février 1960 sur le domaine privé. En effet. Cependant. A. se divise en domaine public et en domaine privé. l’exemple des terrains ne servant pas à la production agricole.CLASSIFICATIONS DES TERRES à MADAGASCAR Etant admis que les terres sont considérées comme des immeubles par nature et constituant le sol et les végétaux qui y prennent racine. dans ce cas.Le domaine public non affecté comprenant tous les autres biens tant mobiliers qu’immobiliers. qui à Madagascar. cette présomption n’est pas 2 . parmi les terres appartenant à l’Etat. les terres se divisent en deux grandes catégories selon qu’elles appartiennent à des particuliers : « terres appropriées ». article 1er. selon l’art 18 de la loi 60 – 004. peuvent être attribuées par l’Etat à toute personne qui les demanderait. des provinces. Par contre. il faut faire place à part aux forêts qui obéissent à des réglementations spéciales. certaines terres appartenant à l’Etat ne peuvent être. et que parmi ces terres. l’ensemble des biens. ou sont à la charge de l’Etat : « terres domaniales ». des communes. 2. Il s’agit des terres vacantes et sans maître (art 4 loi 60-004). non cadastrées ou non appropriées en vertu de titres réguliers de concession et présumées comme étant propriétés de l’Etat grâce à la présomption de domanialité de l’art 11 de la loi 60 – 004.Le domaine privé de l’Etat D’après la loi n° 60-004 du 15 février 1960. Il se divise en deux fractions suivant le mode d’utilisation des biens qui en dépendent : 1. non immatriculées. non exploitées et non revendiquées par aucun propriétaire. On peut citer. jusqu’à preuve du contraire que présumées domaniales : toutes les autres terres ne faisant pas partie de domaine public . Mais ces derniers sont sous conditions résolutoires c’est-à-dire que leur propriétaire peut les revendiquer et s’opposer à l’attribution. il y en a qui sont reconnus de pleins droits domaniaux ou « terres domaniales » : terres qui relèvent du domaine privé mais qui ne sont pas immatriculées. Citions ici les terres domaniales sur lesquels l’Etat peut se comporter en propriétaire et dont il peut disposer au profil des particuliers. mis à la disposition des divers services pour l’accomplissement de leur mission. des terres non cultivées. I. constituent le domaine de l’Etat.Le domaine privé affecté comprenant les biens tant mobiliers qu’immobiliers. ou de toute autre collectivité publique dotée de la personnalité morale. mais également les terres qui ont été cadastrées au non d’inconnus et qui. le domaine privé national s’étend de tous les biens mobiliers et immobiliers susceptibles de droit de propriété privé en raison de leur nature ou de la destination qui leur est donnée.

les parcs. c’est-à-dire celui qui par sa nature et sa destination. sont par leur nature. les fleuves rivières. le domaine public est définie comme l’ensemble des biens qui. les eaux recueillies et canalisées pour l’usage public ou collectif les bonnes-fontaines qui les distribuent. les lagunes. les voies publiques de toute nature. les trottoirs. On y distingue les dépendances immédiates des ports de commerce maritimes. serait susceptible d’appropriation privée.Le domaine public artificiel. tantôt immobilier.Les terres appropriées 1) Les terres appropriées suivant un titre Le propriétaire est en possession de documents officiels.… 2. C. les cours d’eau.opposable aux personnes ou aux collectivités qui occupent un terrain. …. L es deux autres titres de propriétés sont : Le titre cadastral établi suivant la procédure du cadastre indigène institué par le décret du 29 Août 1929 3 .004. dont l’établissement est le fait du travail et de la volonté de l’homme. soit par suite de la destination qu’ils ont reçue de l’autorité.Le domaine public de l’Etat Selon l’ordonnance 60. baies ou détroits enclavés dans des terres. Le titre est un document officiel démontrant l’existence d’un droit de propriété sur une terre déterminée dont il présente la contenance et les caractères. servent à l’usage. dont l’assiette et la destination est l’œuvre de la nature. lacs et étang .Le domaine public légal. Ces biens sont donc inaliénables et imprescriptibles. mais que la loi a expressément classé dans le domaine public. Le domaine public se subdivise en trois fractions principales caractérisées par l’origine des biens qui les composent : 1. les gares. Il comprend les eaux dans leur cadre naturel comme les marais salants.le rivage de la mer jusqu’ à la limite des plus hauts marée périodique et régulières . essentiellement immobilier. jetées. les lavoirs. à la jouissance ou à la protection de tous et ne peuvent devenir propriété privé. quais. tels que digues.. les canaux de navigation ou de dessèchement et d’irrigation. tantôt mobilier. les parties de la mer qui forment des golfes.Le domaine public naturel. les cimetières e les lieux de sépulture collectives autorisées… 3. sur lequel elles exercent des droits de jouissance qui pourront être constatés par la délivrance d’un titre domanial B.

4 . la loi n° 2005-019 fut promulguée. comprenant :  Les terrains objet d’un droit de propriété reconnu par un titre foncier  Les terrains détenus en vertu d’un droit de propriété non titré 3. Elle fixe les principes régissant les statuts des terres. Problèmes Conséquences Suggestions . Selon cette loi. Quelles seront alors les conséquences de cette interaction? Pour y répondre. Les titres domaniaux qui sont remis à c eux qui obtiennent une occupation qualifiée ou à ceux qui obtiennent une concession 2) Les terres appropriées en l’absence de titre Il est évident que l’absence de titre ne signifie pas absence d’appropriation. C’est la base de la réforme législative à Madagascar actuellement.Le 17 octobre. des collectivités décentralisées et autres personnes morales du droit public formé par :  Le domaine public de l’Etat et des collectivités décentralisées  Le domaine privé de l’Etat. il trois statuts de terres : 1.Politique et loi : Des difficultés d’application -Considération du foncier La plupart des paysans se présente ainsi.PROBLEMES SUR LE CONTRAT ET LA GESTION ET FONCIERE . D. par exemple les forêts. les aires protégées… II. des collectivités décentralisées et des autres personnes morales de droit public. 2. Des terres incluses dans des aires soumises à des régimes juridiques spécifiques. on présentera sous forme de tableau. La reconnaissance d’une telle propriété est accordée seulement aux Malagasy qui peuvent malgré cela occuper ces terres. c'est à dire comme une des propriétés de trouvent leurs droits fonciers 10% des terres sont l’Etat. Le domaine de l’Etat. Des terrains de personnes privées.

Puisque la procédure qu’une grande partie des .Réduction du coût par des souvent.Opération cadastre. interruption de demande et droits (provision domaniale). Il en résulte à une suppressions de certains confirmer un titre foncier. longue et n’a pas été enregistré. développement économique besoins des services. du pays. foncier n’est pas bien et les délais raisonnables et le .Simplification des Le système de cadastre services pour faire face dans procédures. Cette dernière l’interprétation est complexe. compétant. d’obtention d’un tel titre est terres en milieu ainsi rural méthode carreaux en cas de complexe.traditionnels érodés et immatriculées à M/car et une remplacés par des versions ignorance de la loi par la modernes dont population. Une manque de considération des clients pourvu qu’il y a une manque de transparence au niveau du traitement des dossiers fonciers. entraîne un abus sur les liens Sans compter l’absence communs provoquant des d’information et conflits sociaux et un connaissance exacte des lois problème de délimitation.Classification et facilitation services manquent de un ralentissement des de mise place du tribunal ressources matérielles et activités économiques dont le terrier ambulant selon les financières. coûteuse. Procédure : L’incapacité des . D’où le processus cadres locaux montrent à . plusieurs services de l’Etat formes d’acquisition des . C'est-à-dire . . les paysans ont peur de se confronter à l’administration.Pratique de l’ODOC pour d’enregistrement fait appel à quel point les différentes les dossiers en instance. De plus ces surtout agricole.Décentralisation au niveau Concentration des services Manque de des communes (implantation domaniales dans les milieux personnels qui pourront d’un guichet foncier urbains ou éloignement des analyser sur place les communal. .Accélération de la pourtant n’ayant pas le terres sont complexes délivrance des certificats de personnel suffisant et freinant l’investissement situation juridique. intercommunal 5 . on y du à l’incapacité des services rencontre aussi une domaniales. Par ou concernant la procédure cette méconnaissance. Face à la méconnaissance des lois ainsi que la complexité de la procédure. dans la pratique flot de demande sont environ subventions ou par des s’avère incapable de 20000Ar. Enfin. les manque de financement. Cela favorise la corruption. l’an application abusive du droit alphabétisation qui est l’un de préemption de l’Etat (droit des obstacles rencontrés en de préemption avec milieu pour le définition) développement foncier à Madagascar.

Héritage : Cela aboutit à des . et peuvent prendre ou régional). D’où l’éloignement médiateur seront formés à la de ces services.Concentration des services litige foncier d’où certains équipés et leurs agents domaniaux dans les milieux conflits ne sont pas résolus. se substituera progressivement au plan de repérage. . manipulation de SIG et à l’utilisation d’un manuel de gestion foncière décentralisée. Elle sera accessible à chacun.services. De plus il n’existe aucun texte. . .Vision horizontale intégrant d’autres domaines comme : la décentralisation de la gestion. économiques du pays.Intensification du mode de Le mode de parcelles agricoles de plus en culture c'est-à-dire un succession des terres se fait plus petites d’où une apprentissage de nouvelles par partage. Cette carte. agricoles. des initiatives rapides face au Les guichets fonciers seront . Des plans locaux d’Occupation Foncière (PLOF) sera réalisée pour chaque commune. mise à jour par le guichet foncier et le service topographique régionale. ils consisteront en une carte numérisée du patrimoine foncier de l’Etat. conservateurs municipal et urbains. Du à l’influence des métayages avec un terres les paysans pratiquent ralentissement des activités le métayage ou le fermage. Système agricole Dynamique de -Formulation de la 6 . la révision des normes minimales d’exploitations et le droit d’héritage pour éviter le morcellement. de la commune et de ses habitants sur le territoire d’une commune.Pratique du Mauvaise gestion Mises en place des métayage. fermage : des parcelles de terres par ces textes. . les réserves foncières pour le développement ou la conservation. conflits. insuffisance de surface techniques agricoles pour cultivable donc une mieux produire sur une diminution des produits parcelle de terre.

la forêt demeure toute aussi -Mise en place du essentielle pour la population GELOSE (Gestion Locale pour offrir des terres pour Sécurisée) pour une créer de nouveaux champs modification de l’usage de sur brûlis ou pour des terre et la gestion des diverses exploitations comme ressources sur le plan la production de charbon de forestier. 2-Le bail emphytéotique Appelé aussi emphytéose. industriel si le preneur est une industrie ou une usine ou encore artisanal par un individu et enfin professionnel. le bail simple ou ordinaire • . gestion communautaire par Pratique du tavy par une administration foncière les paysans mais néanmoins de proximité. Il y a 2 sortes de baux suivant la durée du contrat : • . Il est dit commercial lorsqu’il est pour usage commercial. III. Celle-ci a été modifiée par la loi 96-016 du 13 Août 1996 et portée 99 ans. c’est un contrat de location d’immeuble. le bail emphytéotique est un contrat de location de longue durée de 18 à 50 ans d’après l’ordre n°62. de cadastre ou de concession. pour des fins médicinales. bois.CONTRAT ET GESTION FONCIERE CONTRATS : En absence de titre d’immatriculation.adéquat : défrichement.064 du 27 Septembre 1962. A-le BAIL Le bail est un contrat par lequel le possesseur d’un bien est appelé aussi « bailleur » cède la jouissance à une autre personne qui est le « preneur » pour un prix et un temps déterminé. de locaux commerciaux et de terrains nus. auquel peut faire obstacle la présomption de domanialité de l’Etat. le bail emphytéotique 1-Le bail simple ou ordinaire Durant au plus 18 ans de. il n’y a qu’un droit précaire. 7 .

d’une garantie de paiement pour les créanciers hypothécaires car ceci permet aux banques. c'est-à-dire un droit réel immobilier cessible. susceptible de nantissement pour lequel le superficiaire peut demander un titre spécial relatif à son droit.dans le cas ou des personnes d’autre nationalité se rendaient acquéreurs des droits réels immobiliers sur des biens non immatriculés appartenant à des malagasy. elle est obligatoire dans certains cas : . . d’après l’article 77 de la loi n° 60004 du 15 février 1960.Le droit accordé par voix de bail emphytéotique est un droit de superficie. en vertu de son pouvoir d’appréciation de procéder à l’immatriculation 2) CADASTRE La cadastral a pour but. Mais .dans le cas de délivrance d’un titre domanial selon l’article 18. 45 suivant la loi n° 60004 du 15 février 1960 .lorsque l’administration a décidé de l’application de la procédure d’immatriculation collective dans une zone déterminée b) L’immatriculation a pour effet de faire reconnaître officiellement le droit de propriété et de le constaté définitivement par un titre : d’après l’article 1 de la loi n°60146 Ce régime est donc l’avantage d’insécurité dans la jouissance pour les propriétaires. Après exécution du bornage.42. l’immatriculation ne dépend pas de la nationalité ou de la statut des propriétaires ou détenteurs. il est dressé un plan de l’immeuble à l’échelle prescrite à l’article 48 du décret n°64205 du 21 mai 1964. 1) IMMATRICULATION a) D’après l’article 2 de la loi 60146. d’après l’article 3. Mais la phase de formalité juridique s’ouvre dans le cas contraire ou si le chef de la circonscription domaniale refuse. Le bornage est effectué par un agent commissionné à cet effet et assermenté qui sera en général un géomètre. organismes publiques de consentir des prêts pour la mise en valeur c) La réquisition d’immatriculation est déposée par le propriétaire ou un copropriétaire autorisé par ses amis ou le titulaire du droit réel avec le consentement du propriétaire ou un étranger acquéreur pour un immeuble possédé par un malagasy. ou par un créancier poursuivant le propriétaire d) bornage Le dossier est transmis par le chef de la circonscription domaniale au service topographique. hypothécable. de définir la propriété et d’assurer la jouissance du droit réel y afférent à l’occupant de nationalité malagasy qui tient ses droits et les occupants devront tenir leur droits : 8 . on ne passe pas devant le tribunal et le chef de la circonscription domaniale peut établir le titre. de 1/100 à 1/50000 selon la surface du terrain Lorsqu’il n’y a pas d’opposition ou que l’opposition est réglée.

soit des baux d’une durée de dix huit ans au maximum.09.09.L'Etat est présumé propriétaire de tous les terrains non immatriculés ou non cadastrés ou non appropriés en vertu de titres réguliers de concession ou selon les règles du droit commun public ou privé. laquelle est déterminée par arrêté du préfet suivant les régions.62) Il ne pourra être accordé de concession dont la superficie excéderait 50 hectares que dans le cadre d'un plan général d'équipement et de production et sous les conditions fixées par les services techniques intéressées. n° 62-047 du 20. le cas échéant. Les concessions ne sont pas accordées que sous certaines conditions : Art. Par la suite. 45 . Art.09. . La régularisation d’une concession nécessite plusieurs étapes : Art. . lorsque l’on a occupé ces terrains après 1896 3) CONCESSION Quand on parle de concession il faut avoir à l’esprit l’Etat . 47 .(Ord. Toute personne physique ou morale à qui l’administration a accordé un droit d’exploitation est appelée concessionnaire Art. il peut être accordé par l’Etat. n° 62-047 du 20. mais qui ne pourront dépasser cinquante ans. 9 . 46 - (Ord.62) Les concessions sont soumises essentiellement à la condition de la mise en valeur. il est établi un titre définitif lorsque la mise en valeur effectuée personnellement par le concessionnaire ou à ses frais. 51 . n° 62-047 du 20. Soit de la loi de 09 mars 1896 (terres ancestrales occupées de génération en génération avant 1896) . cette présomption n'est pas opposable aux personnes ou aux collectivités qui occupent des terrains sur lesquels elles exercent des droits de jouissance individuels ou collectifs qui pourront être constatés et sanctionnés par la délivrance d'un titre domanial conformément à la présente loi.(Ord.62) En dehors des terrains immatriculés ou cadastrés au nom de Particuliers ou appropriés en vertu de titres réguliers de concession ou selon les règles du droit commun public ou privé (…). la nature et la vocation des terrains. privé ou du droit coutumier. a été constatée par la (…).62) (…) peut être délivré un titre provisoire attributif de propriété sous conditions résolutoires. en tenant compte des plans de production ou de l’orientation générale de l’économie nationale. 11 . 24 . n° 62-047 du 20. soit des baux emphytéotiques d’une durée supérieure à dix huit ans. Soit d’une occupation telle qu’elle est définie par l’article 18 et 26 de la loi 60004 du 15 février 1960 Il s’agit de remplir les conditions qui permettent d’obtenir la propriété du terrain du domaine privé de l’Etat. soit des concessions à titre onéreux ou à titre gratuit (…) . ainsi que l’exécution des autres conditions du titre provisoire. les usages du moment et des lieux et.Seules seront recevables les oppositions fondées sur une mise en valeur effective ou sur l'existence de droits résultant de l'immatriculation ou du régime cadastral ou de titres réguliers de concession ou d'acquisition selon les règles du droit commun public.(Ord. Toutefois. Art.09. En outre l’Etat possède les droits sur les terres à concession non régulière donc : Art.

Les terrains attribués à titre gratuit en vertu du présent article sont frappés d'incessibilité et d’inaliénabilité temporaire avant l'obtention du titre définitif et pendant dix ans après l'approbation du titre définissent. la première étant d’être de nationalité malagasy : Art.(Ord.La redevance ou le loyer convenu pourra consister dans une somme d'argent fixée à forfait. Le bénéficiaire est soumis à la déchéance prévue à l'article 50 en cas de non mise en valeur. Bénéficieront également de la gratuité s'ils ne sont pas encore propriétaires de terrains à usage agricole. eu égard aux besoins de sa famille et des possibilités de mise en valeur par celle- ci. b) La concession à titre gratuit Une concession à titre gratuit ne requiert aucun dépense majeur de la part du demandeur cependant nécessite quelque condition .09. Le prix varie selon les critères : Art. les jeunes ménages. même s'ils sont assujettis à l'impôt général sur les revenus. La commission de reconnaissance précisera dans son procès-verbal. les nationaux malgaches de l'une des catégories suivantes : (Ord. peut obtenir en une seule fois une autre concession gratuite complémentaire pouvant porter jusqu'à dix hectares au maximum la superficie primitivement attribuée. se rend sur les lieux.09. B. 2° les jeunes gens ayant accompli le service civique . pourront bénéficier de concessions gratuites d'une superficie de 5 hectares. Art.09. Le concessionnaire qui justifie de la mise en valeur totale de son terrain. la superficie qu'elle estimerait devoir être ainsi attribuée au demandeur. dans le délai prévu par les règlements.62) (…)La demande accompagnée d'un croquis est adressée au sous-préfet ou au chef de la circonscription domaniale et foncière intéressé qui la transmet au sous-préfet . 48 . Ce droit est transmissible par dévolution héréditaire. Toutefois. révisable tous les cinq ans. toute personne intéressée ainsi que les Fokonolona dûment convoqués. les nationaux malgaches qui ne sont pas encore propriétaires de terrains à usage agricole. sauf autorisation du Ministre chargé du service des domaines. (…) a) La concession à titre onéreux Les concessions sont en général à titre onéreux c'est-à-dire sous forme de vente entre l’Etat et l’acheteur. n° 72-031 du 18. n° 62-047 du 20.72) 1° les anciens militaires . le demandeur. les voisins. 4° et à titre de première installation. Le prix des terres en cas de vente ou de concession à titre onéreux est fixé selon les régions et la nature du terrain. Le droit provisoire comme le droit de bail ne peut être cédé que sous réserve d'approbation par l'autorité qualifiée pour l'accorder. 52 .62) En principe les concessions sont accordées à titre onéreux. ni inscrits au rôle de l'impôt général sur les revenus. 3° les anciens élèves des écoles d'agriculture . Au jour fixé. n° 62-047 du 20.Gestion administrative de la propriété privée non titrée (loi N°2006-031 du 24 novembre 2006) 10 . 55 . la commission (…). celui-ci l'enregistre. en donne récépissé et fait procéder à l'affichage pendant quinze jours. dans la limite de la contenance indiquée ci-dessus. ou variable d'après l'index économique ou dans une portion de fruits ou dans une participation dans les bénéfices ou dans l'exécution d'un travail déterminé.(Ord.

tous les terrains « non immatriculés. Soit en vertu de transmission à titre gratuit (don ou legs) ou à titre onéreux . sauf motif de force majeure. Si la personne qui détient ce droit ne se comporte pas comme propriétaire pendant une période de dix années continues. Ce délai expiré. Selon l’article 18. par bail (simple ou emphytéotique) par titre d’occupation précaire et révocable par les personnes de nationalité Malagasy de souche ou ayant été naturalisées depuis plus de 10 ans • La situation du terrain L’accession varie selon le terrain : . la gestion de l’immeuble sera confiée au service foncier déconcentré de l’Etat pour deux ans en attendant manifestation éventuelle d’intérêt dudit propriétaire. la vacance constatée dans l’exercice d’un droit de propriété privée non titrée constitue un motif de déchéance de ce droit entre les mains de son titulaire. d’après l’article 3 de la loi 60004 du 15 février 1960. Le domaine privé de l’Etat malagasy comprend. C. 2-Le droit du premier occupant Il réfère au doit foncier précolonial.appartient à un particulier .ACCESSION A LA PROPRIETE L’accession du terrain dépend de : • La nationalité du demandeur : Elle peut se faire par achat. Soit par la suite de la transformation des dépendances du domaine public . les terres acquises : .Acquisition des terres du domaine privé de l’Etat 11 .appartient à l’Etat Malagasy et classé dans le domaine privé national disponible . le droit de propriété sera transféré au domaine privé de l’Etat par le tribunal (article 26). non cadastrés ou non approprié en vertu de titre régulier de concession » appartiennent à l’Etat 3. Soit en de son droit de souveraineté D’après l’article 11 de cette même loi. de sa délimitation puis sa mise en culture.appartient à l’Etat Malagasy et classé dans le domaine public inaliénable et imprescriptible 1-Le droit d’accès Le droit d’accès est le droit d’entrer dans une zone physique. Il s’agit d’un droit d’appropriation en vertu de la première installation sur une terre.

sérieuse et durable. commune ou collectivité traditionnelle possédant la personnalité morale pourra obtenir lesdits terrains en dotation. public ou privé. les occupants de nationalité malgache qui exercent une emprise personnelle réelle évidente et permanente sur le sol. Les dotations seront assorties de conditions générales et particulières dont l'inobservation peut entraîner leur réduction ou même leur suppression. la dotation est prononcée par le préfet. « (…)Toutefois. possédant est un groupe d’individu : dans ce cas. Toutefois. il n’y a pas de véritable droit de propriété mais un simple droit collectif de jouissance. il y a prescription et les terres font retour au domaine de l’Etat.67) Si au 27 février 1973 les terres cadastrées au nom d’inconnu ne sont pas réclamées par leurs propriétaires absents au moment des opérations du cadastre. n° 62-047 du 20. Si la collectivité comporte jusqu’à 3000 habitant. emprise se traduisant soit par des constructions. si elle est plus de 3000 habitants. d’après l’article 11 2ème aligné. cette présomption n'est pas opposable aux personnes ou aux collectivités qui occupent des terrains sur lesquels elles exercent des droits de jouissance individuels ou collectifs qui pourront être constatés et sanctionnés par la délivrance d'un titre domanial conformément à la présente loi ».62) En dehors des terrains immatriculés ou cadastrés au nom des particuliers ou appropriés en vertu des titres réguliers de concession ou selon les règles du droit commun. soit par une mise en valeur effective. pourront obtenir un titre de propriété aux conditions fixées ci-après dans la limite de 30 hectares.la mise en valeur doit être poursuivie depuis 10 ans c'est-à-dire cette disposition soulèvera une difficulté dans la mesure où l’occupant qui s’installe ne déclare pas 2) Exercice du droit de jouissance (loi 6004 articles 31 et s) La propriété collective coutumière est très fréquente. » . 12 .(article 11 de la loi 60004 du 15 févier 1960) La loi offre donc la possibilité d’acquérir un droit de propriété lorsque les terres coutumières ont été mises en valeur. L’Etat jouit d’une présomption de domanialité dès l’instant que l’on ne peut pas faire la preuve d’un droit de propriété. Mais par le ministre chargé des domaines. selon les usages du moment et des lieux et la vocation des terrains depuis dix ans au jour de la constatation. Cette procédure s’applique à tous terrains du domaine privé de l’Etat même s’ils sont immatriculés ou cadastrés 1) Accession à la propriété D’après l’article 18 de la loi 60004 du 15 février 1960 : « (Ord.09. . (L. Certain terre exploitée par les membres de la collectivité demande présentée par le représentant légal de la collectivité intéressée.12. 3) Dotation Loi 60004 du 15 février 1960 article 31 : « Lorsque les habitants exercent collectivement des droits de jouissance sur des terrains. cette présomption n'est pas opposable aux personnes ou aux collectivités qui occupent des terrains sur lesquels elles exercent des droits de jouissance individuels ou collectifs qui pourront être constatés et sanctionnés par la délivrance d'un titre domanial conformément à la présente loi. n° 67-029 du 18.mettre en valeur veut dire l’occupant doit construire ou mettre en culture le terrain .il faut une emprise personnelle réelle évidente et permanente c'est-à-dire il ne s’agit pas d’une simple possession exercée d’une manière lointaine mais une véritable occupation du terrain . la collectivité dont dépendent ces habitants.

nécessitent . nature des contrats établis entre le propriétaire des terrains et l’acquisiteur. Cette situation risque ainsi de progresser et durera plus longtemps vu que les solutions perspectives envisageables ne sont pas faciles à en trouver. les suggestions exhortent l’Etat à les considérer comme prioritaires et de partager les rôles entre les différents acteurs sociaux : administration. CONCL USION En somme.com 13 . les décisions importantes de l’Etat qui conduit à la gestion foncière. on y doit une nombreuse modification surtout au milieu rural qui est source de ce développement. Elle a été l’occasion de réactualiser les données sur la problématique foncière. Les contrats. Face à ce grand obstacle plusieurs cas peuvent se présenter au niveau de la vie économique du pays. les lois. Mais malgré toutes les mesures prises. les sanctions. Le développement soif des hommes est encore loin. BIBLIOGRAPHIE 1) « AFFAIRES DOMANIALES ET REGIME FONCIER » Ecole Nationale de Promotion Sociale 2) « REGLEMENTATION DOMANIALE ET FONCIERE » Ministère d’Etat Chargée de l’économie nationale 3) www. organisations et citoyens ruraux et urbains. eux mèmes. la gestion foncière dépend de plusieurs facteurs : la nature du terrain. D’importants moyens financiers devront être requis. Comme les racines principales des problèmes se situent au niveau institutionnel. opérateurs privés.foncier. Cela nécessite presque de rigueur venant de l’Etat et aussi une grande participation de la population pour faire face à ce problème qui persiste.Droit-Afrique.gov 4) www. les problèmes liés à la terre sont courant selon la diversité de la population à Madagascar. mais malgré la pauvreté du pays c’est encore difficile d’y arriver.des lois qui régissent les deux parties contractantes. collectivités décentralisées.

14 .