Vous êtes sur la page 1sur 30

Affaire MORICE c.

France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre

Audience du 21 mai 2014




GRANDE CHAMBRE

COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L’HOMME


MEMOIRE




Pour :

Nom de famille !"R#C$
%r&nom "li'ier
Nationalit& (ran)ai*e
%rofe**ion A'o+at
,ate et lieu de nai**an+e 13 mai 1960 - .A#N/ G$R!A#N $N 0A1$2 (RANC$
,omi+ile 11 rue .aint ,ominique2 34003 %AR#.


REQUERANT




Contre : 0a (ran+e

HAUTE PARTIE CONTRACTANTE

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 2 *ur 30
I – BRE E!POSE DES AITS ET DE LA PROCEDURE ANTERIEURE

"# !on*ieur "li'ier !"R#C$2 n& le 13 mai 19602 e*t a'o+at au 6arreau de %ari*7

0e requ&rant e*t l8a'o+at de !adame $li*abeth 6"RR$02 'eu'e du ma5i*trat fran)ai* 6ernard 6"RR$02
retrou'& mort le 19 o+tobre 1994 dan* un ra'in - 90 :m de ,;ibouti7

!on*ieur 6"RR$0 &tait alor* en d&ta+hement au<r=* du !ini*tre de la >u*ti+e d;iboutien2 au titre de la
+oo<&ration fran+o?d;iboutienne7

A'ant toute auto<*ie2 il a &t& <r&tendu et annon+& que 6ernard 6"RR$0 *8&tait *ui+id&7 N&anmoin*2
!adame 6"RR$0 a d&<o*& une <lainte a'e+ +on*titution de <artie +i'ile du +hef d8a**a**inat au /ribunal de
Grande #n*tan+e de /oulou*e7

.ur demande de* <artie* +i'ile*2 l8information ;udi+iaire a &t& d&<a@*&e - %ari* et in*truite - +om<ter de
1993 <ar la ;u5e d8in*tru+tion !adame !arie?%aule !"RACCA#N#2 re;ointe en 1999 <ar !on*ieur Ro5er 0$
0"#R$2 dan* le +adre d8une +od&*i5nation7

%ar une ordonnan+e en date du 13 mar* 20002 le* deuB ma5i*trat* in*tru+teur* ont refu*& d8or5ani*er une
re+on*titution *ur <la+e en <r&*en+e de* <artie* +i'ile*2 <r&teBtant qu8un enre5i*trement 'id&o de leur
*e+ond tran*<ort *ur <la+e2 *an* le* <artie* +i'ile*2 a'ait &t& r&ali*&7

!
e
"li'ier !"R#C$ et !
e
0aurent de CACN$.2 a'o+at de* enfant* de 6ernard 6"RR$02 ont demand& *an*
*u++=* - !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$ - 'i*ionner +ette +a**ette7

0e 21 ;uin 20002 *ur a<<el de l8ordonnan+e de refu* de re+on*titution en <r&*en+e de* <artie* +i'ile*2 la
Chambre d8a++u*ation a de**ai*i !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$ de +ette information
;udi+iaire et ordonn& une re+on*titution en <r&*en+e de* <artie* +i'ile*7

!on*ieur >ean?6a<ti*te %AR0". a alor* &t& d&*i5n& <our <our*ui're +ette in*tru+tion7

2# 0e 1
er
aoDt 20002 "li'ier !"R#C$ a demand& - !on*ieur %AR0". *8il <ou'ait 'oir le film du tran*<ort -
,;ibouti de !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$2 mentionn&e dan* l8ordonnan+e du 13 mar* 20007

>ean?6a<ti*te %AR0". +on*tate alor* <ar <ro+=* 'erbal que la +a**ette ne fi5ure <a* dan* le* *+ell&* et n8e*t
<a* +ot&e dan* la <ro+&dure EP$%&e n'"F7

#l +onta+te don+ !adame !"RACCA#N# qui lui remet un <li ferm& +ontenant une +a**ette et une +arte
manu*+rite de !on*ieur ,;ama ."C0$#!AN2 %ro+ureur de la R&<ublique de ,;ibouti2 dont la teneur e*t la
*ui'ante

G Salut Marie-Paule, je t’envoie comme convenu la cassette vidéo du transport au O!"E#. $’esp%re &ue
l’ima'e sera satis(aisante. $’ai re'ardé l’émission ) Sans aucun doute * sur #F+. $’ai pu constater , nouveau
com-ien Madame "ORRE. et ses avocats sont décidés , continuer leur entreprise de manipulation. $e
t’appellerai -ient/t. Passe le -onjour , Ro'er s’il est déj, rentré, de m0me &u’, $C 12!3E.. 2 tr%s -ient/t,
je t’em-rasse. 1jama. H

.+andali*&* <ar l8ab*en+e de +otation de la +a**ette et <ar la teneur de la lettre adre**&e <ar le %ro+ureur
de la R&<ublique de ,;ibouti - !adame !"RACCA#N#2 "li'ier !"R#C$ et 0aurent ,$ CACN$.2 a'o+at* de
!adame 6"RR$0 et de *e* deuB enfant*2 ont *ai*i le Garde de* .+eauB <ar une lettre en date du 6
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 3 *ur 30
*e<tembre 20002 *olli+itant que *oit dili5ent&e une enquête de l8#n*<e+tion de* *er'i+e* ;udi+iaire* EP$%&e
n'2F7

#l +on'ient de ra<<eler qu8au moment de l8audien+e de'ant la Chambre d8a++u*ation a@ant +onduit au
de**ai*i**ement de !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$2 le* a'o+at* de la famille de 6ernard
6"RR$0 n8a'aient <a* +onnai**an+e du +ontenu de la +a**ette ni de l8eBi*ten+e de la mi**i'e du %ro+ureur
de ,;ibouti7 Ce* &l&ment* ont a<<ort& un &+laira5e nou'eau *ur le d&roulement et l8orientation en fa'eur
de la th=*e du *ui+ide de l8information ;udi+iaire2 quand elle &tait +onfi&e - !adame !"RACCA#N# et
!on*ieur 0$ 0"#R$7 Cette th=*e du *ui+ide a de<ui* &t& &+art&e2 +omme l8a <r&+i*& le %ro+ureur de la
R&<ublique de %ari* dan* un +ommuniqu& de <re**e du 19 ;uin 20037 (P$%&e n'3)

3# 0e 3 *e<tembre 20002 <araIt l8arti+le liti5ieuB dan* le ;ournal .e Monde

G A**+$re Borre, : re-$.e en &+u.e /e ,’$-0+rt$+,$t1 /e ,+ 2u3e Mor+&&4$n$

Le. A5OCATS de la 'eu'e du ;u5e 6ernard 6orrel2 retrou'& mort en 1994 - ,;ibouti dan* de* +ir+on*tan+e*
m@*t&rieu*e*2 ont 'i'ement mi* en +au*e2 mer+redi 6 *e<tembre2 au<r=* du 5arde de* .+eauB2 la ;u5e !arie?%aule
!ora++hini2 de**ai*ie du do**ier au <rintem<*7 Celle?+i e*t a++u*&e <ar !e* "li'ier !ori+e et 0aurent de Caune*
d8a'oir ) un comportement par(aitement contraire au4 principes d’impartialité et de lo5auté * et *emble a'oir omi*
de +oter et de tran*mettre une <i=+e de <ro+&dure - *on *u++e**eur7

0e* deuB a'o+at*2 qui n8a'aient <a* &t& autori*&* - *e rendre - ,;ibouti <our un *e+ond tran*<ort *ur le* lieuB2 ont
demand& le 1
er
aoDt - +on*ulter la +a**ette 'id&o tourn&e *ur <la+e7 0e ;u5e >ean?6a<ti*te %arlo*2 +har5& de
l8in*tru+tion de<ui* le de**ai*i**ement de !arie?%aule !ora++hini et Ro5er 0e 0oire le 21 ;uin2 leur a indiqu& que la
+a**ette ne fi5urait <a* au do**ier et n8&tait <a* ) ré(érencée dans la procédure comme étant une pi%ce ,
conviction *. 0e ;u5e a au**itJt a<<el& *a +oll=5ue qui lui a remi* la +a**ette dan* la ;ourn&e7 ) .es ju'es Moracc6ini
et .e .oire avaient 'ardé par devers eu4 cette cassette2 <rote*te !e "li'ier !ori+e, &u’ils avaient omis de placer sous
scellés, plus d’un mois apr%s leur dessaisissement. *

%ire2 dan* l8en'elo<<e le ;u5e %arlo* a d&+ou'ert un mot manu*+rit et a**eK familier de ,;ama .ouleiman2 le
<ro+ureur de la R&<ublique de ,;ibouti7 ) Salut Marie-Paule, je t’envoie comme convenu la cassette vidéo du
transport au O!"E#. $’esp%re &ue l’ima'e sera satis(aisante. $’ai re'ardé l’émission ) Sans aucun doute * sur #F+.
$’ai pu constater , nouveau com-ien Madame "ORRE. et ses avocats sont décidés , continuer leur entreprise de
manipulation. $e t’appellerai -ient/t. Passe le -onjour , Ro'er 7.e .oire8 s’il est déj, rentré, de m0me &u’, $C 12!3E.
7procureur adjoint , Paris8. 2 tr%s -ient/t, je t’em-rasse. 1jama. *

0e* a'o+at* de !me 6orrel *ont &'idemment furieuB7 ) Cette pi%ce démontre l’étendue de la connivence &ui e4iste
entre le Procureur de 1ji-outi et les ma'istrats (ran9ais, a**ure !e !ori+e, et on ne peut &u’0tre scandalisés. * #l*
ont r&+lam& - $li*abeth Gui5ou une enquête de l8in*<e+tion 5&n&rale de* *er'i+e* ;udi+iaire*7 0a mini*tre de la ;u*ti+e
n8a'ait <a* re)u leur +ourrier2 ;eudi 3 *e<tembre7 !me !ora++hini fait d&;- l8ob;et de <our*uite* di*+i<linaire*
de'ant le Con*eil *u<&rieur de la ma5i*trature EC.!F2 notamment <our la di*<arition de <i=+e* dan* l8in*tru+tion du
do**ier de la .+ientolo5ie E.e Monde du 3 ;uilletF7
(ran+: >ohann=* H (P$%&e n'6)

6# A la *uite de +et arti+le2 !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$ d&<o*ent +ha+un une <lainte en
diffamation +ontre le dire+teur de la <ubli+ation2 !on*ieur C"0"!6AN#2 le ;ournali*te (ran+: >"AANN$.
et "li'ier !"R#C$7

%ar un arrêt en date du 16 ;uillet 2009 EP$%&e n'7F2 la Cour d8a<<el de Rouen a +ondamn& "li'ier !"R#C$2
du +hef de +om<li+it& de diffamation en'er* un fon+tionnaire <ubli+2 <our a'oir tenu de* <ro<o* -
!on*ieur (ran+: >"AANN$.2 ;ournali*te du Monde2 en *a+hant que +e* <ro<o* allaient être <ubli&*7

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 6 *ur 30
0a Cour d8a<<el de Rouen a refu*& - "li'ier !"R#C$ le b&n&fi+e de l8immunit& <r&'ue - l8arti+le L1 de la loi
du 29 ;uillet 19912 <ui* a re;et& *on offre de <reu'e et l8eB+e<tion de bonne foi - *on <rofit7

7# %ar un arrêt en date du 10 no'embre 2009 EP$%&e n'8F2 la Cour de +a**ation a re;et& le <our'oi form&
+ontre l8arrêt de la Cour d8a<<el de Rouen7

!on*ieur >ean?1'e* !"N("R/2 Con*eiller - la Cour de +a**ation2 a *i&5& au *ein de la formation de
;u5ement alor* que2 <ar le <a**&2 il a ou'ertement et <ubliquement a<<ort& *on *outien - la ma5i*trate
<lai5nante7

"li'ier !"R#C$ fut don+ d&finiti'ement +ondamn& - 'er*er

- L7000 euro* d8amende M
- 37400 euro* de domma5e* et int&rêt - +ha+un de* ma5i*trat*2 *olidairement a'e+ le* deuB autre*
<r&'enu* M
- L7000 euro* et 17000 euro* au titre de l8arti+le L34?1 du Code de <ro+&dure <&nale re*<e+ti'ement -
!on*ieur 0$ 0"#R$ et !adame !"RACCA#N# M
- 17400 euro* au titre de l8arti+le 619?1 du Code de <ro+&dure <&nale2 - +ha+un de* ma5i*trat*7

0a <ubli+ation d8un en+art dan* le ;ournal .e Monde auB frai* de* troi* +ondamn&* a &5alement &t&
ordonn&e7

8# %ar requête du 3 mai 20102 "li'ier !"R#C$ a *ai*i la Cour euro<&enne de* droit* de l8homme en
in'oquant une 'iolation de* arti+le* 6 et 10 de la Con'ention euro<&enne de *au'e5arde de* droit* de
l8homme et de* libert&* fondamentale*7

,an* un arrêt en date du 11 ;uillet 20132 la Cinqui=me .e+tion de la Cour a

- ,it2 - l8unanimit&2 qu8il @ a eu 'iolation de l8arti+le 6 N 1 de la Con'ention M
- ,it2 <ar *iB 'oiB +ontre une2 qu8il n8@ a <a* eu 'iolation de l8arti+le 10 de la Con'ention7

9# 0e 9 d&+embre 20132 le Coll=5e de +inq ;u5e* a a++e<t& la demande de ren'oi en Grande Chambre initi&e
<ar le requ&rant au titre du 5rief tir& de l8arti+le 107

,e'ant la formation de Grande Chambre2 le requ&rant entend faire +onfirmer la +ondamnation de la
(ran+e <our 'iolation de l8arti+le 6 N 1 EIIF et faire +on*tater la 'iolation de l8arti+le 10 <ar +e même $tat
<artie EIIIF7
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 7 *ur 30
II – SUR LA 5IOLATION DE L’ARTICLE 8 : " DE LA CON5ENTION

;# A l8aune de* eBi5en+e* +on'entionnelle* d8im<artialit& qui d&ri'ent du droit - un <ro+=* &quitable E$F2 le*
+ondition* dan* le*quelle* la Cour de +a**ation a *tatu& dan* la <r&*ente affaire +ara+t&ri*ent une 'iolation
de l8arti+le 6 N 1 *ubie <ar le requ&rant E$$F7


$# R+00e, /e. 0r$n&$0e. +00,$&+<,e.

=# AuB terme* de* *ti<ulation* de l8arti+le 6 N 1 de la Con'ention euro<&enne de* droit* de l8homme
relati'e* au droit - un <ro+=* &quitable

) #oute personne a droit , ce &ue sa cause soit entendue é&uita-lement, pu-li&uement et dans un délai
raisonna-le, par un tri-unal indépendant et impartial, éta-li par la loi, &ui décidera, soit des contestations
sur ses droits et o-li'ations de caract%re civil, soit du -ien-(ondé de toute accusation en mati%re pénale
diri'ée contre elle [:] *

$n 'ertu de +e teBte2 et de lon5ue date2 la Cour euro<&enne de* droit* de l8homme +on*id=re que

G .’impartialité se dé(init d’ordinaire par l’a-sence de préju'é ou de parti pris et peut s’apprécier de
diverses mani%res. Selon la jurisprudence constante de la Cour, au4 (ins de l’article ; < +, l’impartialité doit
s’apprécier selon une démarc6e su-jective, en tenant compte de la conviction personnelle et du
comportement de tel ju'e, c’est-,-dire du point de savoir si celui-ci a (ait preuve de parti pris ou préju'é
personnel dans tel cas, et aussi selon une démarc6e o-jective consistant , déterminer si le tri-unal o((rait,
notamment , travers sa composition, des 'aranties su((isantes pour e4clure tout doute légitime quant à
son impartialité H ECour $,A2 Grande Chambre2 14 o+tobre 20092 Micalle( c. Malte2 n° 13046/062 N 93F7

"0# .8a5i**ant en <arti+ulier de G l’appréciation o-jective H2 la ;uridi+tion euro<&enne e*time que +elle?+i

G Consiste , se demander si, indépendamment de la conduite personnelle du ju'e, certains (aits véri(ia-les
autorisent , suspecter l’impartialité de ce dernier. Il en résulte &ue, pour se prononcer sur l’e4istence, dans
une a((aire donnée, d’une raison lé'itime de redouter d’un ju'e ou d’une juridiction collé'iale un dé(aut
d’impartialité, l’opti&ue de la personne concernée entre en li'ne de compte mais ne joue pas un r/le décisi(.
.’élément déterminant consiste , savoir si l’on peut considérer les appré6ensions de l’intéressé comme
o-jectivement justi(iées H EI-id. 96F7

,an* +e* +ondition*2 tout ;u5e doit don+ *8ab*tenir d8a5ir d8une mani=re qui ferait <e*er *ur lui ne *erait?+e
qu8un *ou<)on de <artialit&2 *our+e d8un doute l&5itime - +et &5ard E'7 not7 Cour $,A2 26 o+tobre 199L2
Piersac= c. "el'i&ue2 n° 9692/392 N 30 M Cour $,A2 2L mai 19992 >ausc6ildt c. 1anemar=, n° 10L96/932 N L6 M
Cour $,A2 10 ;uin 19962 Pullar c. Ro5aume-!ni2 n° 22399/932 N 30 M Cour $,A2 2L a'ril 200L2 Cianetti c.
Italie2 n° 4463L/002 N 36 M Cour $,A2 3 ;uin 20042 C6melir c. Répu-li&ue #c6%&ue2 n° 6L934/012 NN 44?30 M
Cour $,A2 G7C72 14 d&+embre 20042 ?5prianou c. C65pre2 n° 33393/012 NN 119?121 M Cour $,A2 L mar* 201L2
Fa@li 2slaner c. #ur&uie2 n° 36033/0L2 NN 30?L3F7

%lu* en+ore2 tou;our* - l8aune de +ette a<<ro+he ob;e+ti'e de l8im<artialit&2 il e*t totalement indiff&rent
que ledit ;u5e ait '&ritablement fait <reu'e de <r&'ention* <er*onnelle* dan* l8a<<r&hen*ion d8une affaire2
d=* lor* que *on attitude ou *a <o*ition 'i*?-?'i* de* <rota5oni*te* de +ette affaire e*t de nature - faire
<laner un doute *&rieuB dan* l8e*<rit de* <artie* - l8in*tan+e7


Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 8 *ur 30

Car <our la ;uridi+tion euro<&enne2 et tou;our* *elon une ;uri*<ruden+e +on*tante

G En [:] mati%re [d’impartialité], m0me les apparences peuvent rev0tir de lAimportance ou, comme le dit un
ada'e an'lais ) justice must not onl5 -e done, it must also -e seen to -e done * Bil (aut non seulement &ue
justice soit (aite, mais aussi &uAelle le soit au vu et au su de tousC B1e Cu--er, précité, < D;C. Il 5 va de la
con(iance &ue les tri-unau4 dAune société démocrati&ue se doivent dAinspirer au4 justicia-les. Doit donc se
déporter tout juge dont on peut légitimement craindre un manque d'impartialité H EMicalle( c. Malte2
<r&+it&2 N 99F7

""# $n +on*&quen+e2 G pour &ue les tri-unau4 inspirent au pu-lic la con(iance indispensa-le H2 la Cour
affirme que

G .’e4istence de procédures nationales destinées , 'arantir l’impartialité, , savoir des r%'les en mati%re de
déport des ju'es, est un (acteur pertinent. 1e telles r%'les e4priment le souci du lé'islateur national de
supprimer tout doute raisonna-le &uant , l’impartialité du ju'e ou de la juridiction concernée et constituent
une tentative d’assurer l’impartialité en éliminant la cause de préoccupations en la mati%re. En plus de
'arantir l’a-sence de vérita-le parti pris, elles visent , supprimer toute apparence de partialité et
ren(orcent ainsi la con(iance &ue les tri-unau4 d’une société démocrati&ue se doivent d’inspirer au pu-lic H
EMicalle( c. Malte2 <r&+it&2 N 99F7


$$# A00,$&+t$on > ,’e.0%&e

"2# O l8aune de* <rin+i<e* <r&+&demment ra<<el&*2 le fait que !on*ieur >ean?1'e* !"N("R/2 Con*eiller -
la Cour de +a**ation2 ait *i&5& au *ein de la formation de la Chambre +riminelle de la Cour de +a**ation qui
a rendu l8arrêt liti5ieuB du 10 no'embre 2009 *uffit - +ara+t&ri*er une 'iolation de l8arti+le 6 N 17

"3# $n effet2 lor* de l8G assem-lée 'énérale des ma'istrats du si%'e du tri-unal de 'rande instance de
Paris H en date du L ;uillet 20002 !on*ieur !"N("R/ a eB<rim& <ubliquement *on *outien - !adame
!"RACCA#N# en +e* terme*

G Il n’est pas interdit au4 ma'istrats de -ase de dire &ue nous sommes proc6es de M
me
MOR2CC>IEI. Il
n’est pas interdit de dire &ue M
me
MOR2CC>IEI a notre soutien et notre con(iance.

Ce n’est pas du corporatisme de dire ce &ue nous pensons de M
me
MOR2CC>IEI H (P$%&e n'9)

Ce *outien inter'enait en r&a+tion auB mi*e* en +au*e* <rofe**ionnelle* 'i*ant !
me
!"RACCA#N# en *a
qualit& de ;u5e d8in*tru+tion +har5&e du do**ier dit de l8$5li*e de *+ientolo5ie7 "r2 +e* mi*e* en +au*e
&manaient de* a'o+at* de* <artie* +i'ile*2 notamment du requ&rant "li'ier !"R#C$2 mai* au**i du
!ini*t=re <ubli+ qui +ritiquaient *on inertie et *on manque de ri5ueur dan* la 5e*tion de +e do**ier7
!adame !"RACCA#N# a don+ &t& de**ai*ie de +ette affaire7 (P$%&e n';)

A +e titre2 - la requête d8"li'ier !"R#C$2 l8$tat fran)ai* a &t& +ondamn& <ar le /ribunal de 5rande in*tan+e
de %ari* <our d@*fon+tionnement du *er'i+e <ubli+ de la ;u*ti+e le 4 ;an'ier 2000 et !adame !"RACCA#N#
a &t& ren'o@&e de'ant le Con*eil *u<&rieur de la ma5i*trature qui *8il n8a <a* *an+tionn& la ma5i*trate2 a
re+onnu *on manque de ri5ueur ou *on in*uffi*an+e de *ui'i dan* *a d&+i*ion du 13 d&+embre 20017

"6# A titre liminaire2 il im<orte de *ouli5ner qu8au titre de +e 5rief tir& de l8arti+le 6 N 12 il ne *aurait en
au+une fa)on être o<<o*& au requ&rant une eB+e<tion d8irre+e'abilit& <our non &<ui*ement de* 'oie* de
re+our* interne*7
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 9 *ur 30

.i d8a'enture le 5ou'ernement d&fendeur de'ait <er*i*ter - *oule'er +ette irre+e'abilit& de'ant la Grande
Chambre2 il n8e*t ab*olument <a* douteuB que +ette tentati'e re*terait au**i 'aine qu8elle le fut de'ant la
Cinqui=me .e+tion2 unanime *ur +e <oint7

Certe*2 le requ&rant ne +onte*te au+unement que

G .a possi-ilité de (ormer une demande de récusation &ue prévoit le droit (ran9ais peut passer pour un
recours e((ecti( au sens de l’article FG < + de la Convention [et] &uand se trouve en cause l’impartialité d’un
mem-re donné d’une juridiction, la procédure de récusation doit 0tre mise en Huvre H ECour $,A2 2
e
.e+t7
,e+7 30 mar* 200L2 >u'lo .epa'e et 2ssociés SCP c. France2 Req7 n° 49L33/00F7

!ai* <our +e faire2 en+ore faut?il qu8au moment de* fait*2 le ;u*ti+iable *a+he ou <ui**e rai*onnablement
*a'oir que le ma5i*trat +on+ern& *i=5erait au *ein de la formation de ;u5ement7

"r2 tel n8a <r&+i*&ment <a* &t& le +a* dan* la <r&*ente affaire7

"7# $n effet2 ni le requ&rant2 ni *on a'o+at au Con*eil d8$tat et - la Cour de +a**ation n8&taient en me*ure
de *a'oir que !on*ieur 1'e* !"N("R/ *i=5erait au *ein de la formation de la Chambre +riminelle lor* de
l8audien+e du 13 o+tobre 20097

/ant le ra<<ort du Con*eiller ra<<orteur EP$%&e n'=F que le G "ureau virtuel du dossier de M. Morice H
EP$%&e n'"0F a'aient indiqu& que la Chambre +riminelle *i=5erait en G (ormation restreinte H2 au *ein de
laquelle un ma5i*trat du ran5 de !on*ieur !"N("R/ n8&tait <a* a<<el& - *i&5er7

/out d8abord2 le ra<<ort du Con*eiller2 d&<o*& le 21 ;uillet 2009 <r&+i*e en <a5e 9 ) !n projet a été éta-li
et une orientation en formation restreinte proposée *. 0e G 6ureau 'irtuel du do**ier de !7 !ori+e H
mentionne - la date du 13 o+tobre 20092 *oit le ;our de l8audien+e ) 2udience BSection + Procédure
Formation restreinteC *.

0e* a'i* - a'o+at2 -?-e 0o.t1r$eur. > ,’+u/$en&e2 donnaient la même information EP$%&e. n'"" > "3F7

#l +on'ient en effet de di*tin5uer *i la Chambre *i=5e en formation <l&ni=re2 en formation de *e+tion E9 - 14
ma5i*trat* *elon le* +hambre*F ou en formation re*treinte7

0a formation re*treinte e*t une formation de troi* ma5i*trat* de la *e+tion +on+ern&e le %r&*ident de la
Chambre2 le ,o@en et le Con*eiller Ra<<orteur EP$%&e n'"6F7 "r !on*ieur !"N("R/ n8a'ait au+une de +e*
troi* qualit&* et le requ&rant ne <ou'ait don+ *8attendre - +e que +e ma5i*trat *i=5e dan* *on affaire2 &tant
donn& qu8il lui a &t& indiqu& que l8affaire *erait trait&e en formation re*treinte7

"r2 la Chambre +riminelle a finalement *i&5& en formation de .e+tion7 0e requ&rant ne l8a a<<ri* qu8a<r=*
l8audien+e – oP la <r&*en+e de *on Con*eil n8&tait <a* obli5atoire –2 - la le+ture de l8arrêt du 10 no'embre
20097

,an* +e* +ondition*2 il ne *aurait être re<ro+h& au requ&rant et - *on Con*eil de'ant la Cour de +a**ation
de n8a'oir <a* demand& la r&+u*ation de !on*ieur !"N("R/7

"8# ,an* le droit?fil d8une ;uri*<ruden+e +on*tante *elon laquelle la +ondition d8&<ui*ement de* 'oie* de
re+our* G doit 0tre appli&ué[e] avec une certaine souplesse et sans (ormalisme e4cessi( H ECour $,A2 4
e

.e+t7 24 a'ril 20132 Canali c. France2 Req7 n° L0119/092 N 36F2 la Cinqui=me .e+tion a ain*i o<<ortun&ment
;u5& que !on*ieur !"N("R/ G n’était [e((ectivement] pas supposé sié'er dans cette a((aire et le
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e ; *ur 30
re&uérant n’avait aucune raison de penser &u’il le (erait H EN 63 dF7 0e non?u*a5e de la <ro+&dure de
r&+u*ation ne *aurait don+ lui être re<ro+h& EN 64?63F7

0e +a* &+h&ant2 la Grande Chambre ne manquera don+ <a* de +onfirmer +ette le+ture ain*i que la
+ondamnation de la (ran+e <our 'iolation de l8arti+le 6 N 17

"9# Au *on/2 en effet2 il n8e*t +erte* <a* &tabli que !on*ieur !"N("R/ a fait montre de <r&'ention*
<er*onnelle* en'er* le requ&rant dan* l8eBer+i+e de *e* fon+tion* ;uridi+tionnelle*7

/outefoi*2 ind&<endamment de *a +onduite <er*onnelle au +our* de la <ro+&dure2 *a *eule <r&*en+e au
*ein de la formation de ;u5ement &tait de nature - *u*+iter2 dan* le* +ir+on*tan+e* de la +au*e2 de* doute*
*&rieuB quant - l8im<artialit& de la Cour de +a**ation7

$n d8autre* terme*2 +ette *ituation rendait ob;e+ti'ement ;u*tifi&e* et l&5itime* le* +rainte* du requ&rant
*ur le manque d8im<artialit&7

,e lon5ue date2 la Cour euro<&enne ;u5e ain*i que l8eBi*ten+e de lien* <rofe**ionnel* ou <er*onnel* entre
un ;u5e et une <arQe - l8aRaire ou *on d&fen*eur <eu'ent +ara+t&ri*er l8eBi*ten+e d8un 'i+e de <arQalit&
+ontraire - l8arti+le 6 N 1 de la Con'ention E'7 not7 Cour $,A2 L
e
.e+t7 13 ;uin 20032 Pescador 3alero c.
Espa'ne2 Req7 n° 62L34/002 N 23?29 M Cour $,A2 L
e
.e+t7 26 ;uin 20032 #ocono et Pro(esorii PrometeiIJ c.
Moldova2 Req7 n° 32263/032 N 31?33F7

!ême l8inter'ention d8un ;u5e dan* une <ro+&dure ant&rieure di*tin+te2 mai* <ortant *ur de* fait*
analo5ue*2 G peut susciter c6e@ le prévenu des doutes sur [son] impartialité H E'7 not7 C$,A2 2L a'ril 200L2
Cianetti c. Italie2 n° 4463L/002 N 39?L0 M '7 au**i Cour $,A2 3
e
.e+t7 20 no'embre 20122 >ara-in c. Slova&uie2
Req7 n° 49699/112 N 130?1L2F7 %lu* en+ore2 de* lien* indire+t* entre le ;u5e et le* <artie* - l8in*tan+e
<eu'ent euB au**i +on*tituer G des raisons lé'itimes de redouter &ue l’impartialité re&uise pKt (aire dé(aut
[lors de l’]e4amen H ;uridi+tionnel ECour $,A2 3
e
.e+t7 10 a'ril 20032 Pétur #6or Si'urLn c. Islande2 Req7 n°
39331/992 N L4F7

$n 20102 la (ran+e a ain*i &t& +ondamn&e <our 'iolation de l8arti+le 6 N 1 au titre de l8im<artialit& ob;e+ti'e2
au motif que2 dan* la même affaire2 <lu*ieur* +on*eiller* - la Cour de +a**ation a@ant *tatu& *ur le <remier
<our'oi a'aient fait <artie de la formation qui eBamina le *e+ond <our'oi ECour $,A2 4
e
.e+t7 2L ;uin
20102 Mancel et "ran&uart c. France, Req7 n
o
223L9/062 N L0F7

";# "r2 en l8e*<=+e2 le* d&+laration* <a**&e* de !on*ieur !"N("R/ ne <ou'aient que nourrir le* +rainte*
et a<<r&hen*ion* ob;e+ti'ement ;u*tifi&e* du requ&rant quant au manque d8im<artialit& de la formation de
;u5ement7

$n effet2 en 20002 !on*ieur !"N("R/ a manife*t& <ubliquement et dan* un +adre offi+iel *on *outien
ain*i que *a +onfian+e - !adame !"RACCA#N# - <ro<o* de l8affaire de la *+ientolo5ie oP +elle?+i &tait ;u5e
d8in*tru+tion et oP "li'ier !"R#C$ &tait quant - lui +on*eil d8une <artie +i'ile7

,an* une affaire ri+he en G répercussions médiati&ues et politi&ues importantes et [a5ant] connu depuis de
nom-reu4 re-ondissements H2 +omme l8a *ouli5n& la formation de Chambre EN 36F2 !on*ieur !"N("R/ a
don+ <ri* <arti <our l8une au d&triment de l8autre7

,an* +e* +ondition*2 et ind&<endamment même de l8an+iennet& de* <ro<o* liti5ieuB2 le requ&rant <ou'ait
l&5itimement redouter que l8im<artialit& requi*e <Dt faire d&faut dan* l8eBer+i+e <ar !on*ieur !"N("R/
de *e* fon+tion* ;uridi+tionnelle* - <ro<o* d8une affaire d8une am<leur m&diatique +om<arable et
im<liquant eBa+tement le* même* <rota5oni*te*7
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e = *ur 30

"=# Cne foi* de <lu*2 il ne *8a5it <a* de <orter une quel+onque a<<r&+iation *ur d8&'entuelle* <r&'ention*
<er*onnelle* et *ub;e+ti'e du Con*eiller - la Cour de +a**ation en'er* le requ&rant2 ni même de nier le
droit - la libert& d8eB<re**ion de +e ma5i*trat7

/outefoi*2 en 'ertu de l8arti+le 62 lor*que de* G ma'istrats [sont] impli&ués dans [une] a((aire H2 il* *ont
in'it&* - G (ai7re8 preuve d’une plus 'rande discrétion dans leurs commentaires pu-lics H2 +e+i G a(in de
'arantir leur ima'e de ju'es impartiau4 H ECour $,A2 2
e
.e+t7 ,e+7 9 d&+embre 20092 Previti BEMDC c. Italie2
Req7 n° L4291/062 N 264 et N 243F7

%ar +on*&quent2 tout ;u5e doit *oi5neu*ement *e 5arder de <rêter le flan+ - la +ritique et2 le +a* &+h&ant2 il
lui re'ient de *e retirer d8une affaire *i un *ou<)on de <artialit& <lane *ur *a <r&*en+e2 +ar G il 5 va de la
con(iance &ue les tri-unau4 d’une société démocrati&ue se doivent d’inspirer au4 justicia-les H EMicalle( c.
Malte2 <r&+it&2 N 99F7

Autrement dit2 en 20002 !on*ieur !"N("R/ &tait +erte* <arfaitement libre de tenir de* <ro<o* *outenant
!adame !"RACCA#N# fa+e - "li'ier !"R#C$7 !ai* en 20092 +e* mot* l8em<ê+haient de *tatuer dan* un
+ontentieuB o<<o*ant +ette même ;u5e au requ&rant2 *auf - froi**er l8&quit& du <ro+=* et 'ioler l8obli5ation
+on'entionnelle de G se déporter [&ui p%se sur] tout ju'e dont on peut lé'itimement craindre un man&ue
dAimpartialité H EI-id.F7


20# I, r1.u,te /e &e @u$ 0r1&%/e @ue ,+ .eu,e 0r1.en&e /e Mon.$eur MONORT +u .e$n /e ,+ *or-+t$on /e
,+ C4+-<re &r$-$ne,,e /e ,+ Cour /e &+..+t$on +A+nt .t+tu1 /+n. ,+ 0r1.ente +**+$re 0ouB+$t .u.&$ter /e.
/oute. .1r$euC @u+nt > ,’$-0+rt$+,$t1 /e &ette *or-+t$on /e 2u3e-ent et que le* +rainte* du requ&rant -
+et &5ard <ou'aient <a**er <our ob;e+ti'ement ;u*tifi&e*#

P+rt+ntD ,+ Gr+n/e C4+-<re &on*$r-er+ $--+n@u+<,e-ent ,+ &on/+-n+t$on /e ,+ r+n&e 0our B$o,+t$on
/e ,’+rt$&,e 8 : " /e ,+ ConBent$on#
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "0 *ur 30
III – SUR LA 5IOLATION DE L’ARTICLE "0 DE LA CON5ENTION

2"# $n 'ertu de la forte <rote+tion +on'entionnelle +onf&r&e - la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* <ar la
;uri*<ruden+e euro<&enne E$F2 la Grande Chambre +ondamnera la (ran+e <our la 'iolation de l8arti+le 10
*ubie <ar le requ&rant E$$F7

$# R+00e, /e. 0r$n&$0e. +00,$&+<,e.

22# .i2 de lon5ue date2 la Cour euro<&enne 5arantit - la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* une inten*e
<rote+tion E+F2 la <r&*ente affaire offre - la Grande Chambre une rare o<<ortunit& de renfor+er et
d8&+lair+ir *a ;uri*<ruden+e relati'e - +ette libert& +ru+iale2 tout <arti+uli=rement <our le* <ro<o* d8a'o+at*
tenu* hor* du <r&toire E<F7

+# Une *orte 0rote&t$on en ,’1t+t +&tue, /e ,+ 2ur$.0ru/en&e euro01enne

23# A'e+ fermet& et +on*tan+e2 la ;uri*<ruden+e euro<&enne a +onf&r& - la libert& d8eB<re**ion 5arantie
<ar l8arti+le 10 une forte <rote+tion en *a qualit& de

G Fondement essentiel d’une société démocrati&ue [&ui, , ce titre, est] l’une des conditions primordiales de
son pro'r%s et de l’épanouissement de c6acun H ECour $,A2 G7C7 22 o+tobre 20032 .indon, Otc6a=ovs=5-
.aurens et $ul5 c. France2 Req7 n° 21239/022 N L4F7

,an* le <rolon5ement de +ette +on*&quente <rote+tion +on'entionnelle2 la Cour n8a <a* manqu& de
*ouli5ner que

G .a li-erté d’e4pression vaut donc aussi pour les avocats, &ui ont le droit de se prononcer pu-li&uement sur
le (onctionnement de la justice H ECour $,A2 4
e
.e+t7 14 d&+embre 20112 Mor c. France2 Req7 n°29199/092 N
L3F

Cne telle <rote+tion e*t dire+tement +onne+t&e - l8im<ortan+e que la Cour a++orde - la <rofe**ion
d8a'o+at7 $n 'ertu du G r/le central joué par [cette] pro(ession juridi&ue dans l’administration de la justice
et le maintien de l’Etat de droit H2 il a en effet &t& ;u5& que

G .a li-erté des avocats d’e4ercer leur pro(ession sans entraves est un des éléments essentiels de toute
société démocrati&ue et une condition préala-le , l’application e((ective de la Convention, en particulier la
'arantie d’un proc%s é&uita-le et le droit , la sécurité personnelle7 H ECour $,A2 L
e
.e+t7 13 no'embre 20032
El9i et autres c. #ur&uie2 Req7 n° 231L4/932 N 669F7

26# Certe*2 - l8in*tar de* autre* titulaire* du droit - la libert& d8eB<re**ion2 la Cour a +on+&d& que la libert&
d8eB<re**ion et de +ritique de* a'o+at* trou'ait +ertaine* limite*

G .a li-erté dAe4pression dont jouit un avocat dans le prétoire nAest pas illimitée, et certains intér0ts, tels
&ue lAautorité du pouvoir judiciaire, sont asse@ importants pour justi(ier des restrictions , ce droit. H ECour
$,A2 Grande Chambre2 14 d&+embre 20042 ?5prianou c. C65pre2 Req7 n° 33393/012 N 13LF7

/outefoi*2 la formation *olennelle a imm&diatement ra<<el& que

G Selon sa jurisprudence ce nAest &uAe4ceptionnellement &uAune restriction , la li-erté dAe4pression de
lAavocat de la dé(ense m0me au mo5en dAune sanction pénale lé'%re peut passer pour nécessaire dans une
société démocrati&ue H EI-id. N 13LF7
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "" *ur 30

27# Cne telle inten*it& <rote+tri+e *8eB<lique ai*&ment7

,8une <art2 toute limitation de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* a<<elle un *tri+t et fort +ontrJle
euro<&en au motif2 notamment2 que

G 1ans le domaine , lAétude en lAesp%ce, il nAe4iste pas de circonstances particuli%res N telles &uAune a-sence
évidente de concordance de vues au sein des Etats mem-res &uant au4 principes en cause ou , la nécessité
de tenir compte de la diversité des conceptions morales N &ui justi(ieraient dAaccorder au4 autorités
nationales une lar'e mar'e dAappréciation H ECour $,A2 L
e
.e+t7 21 mar* 20022 Ei=ula c. Finlande2 Req7 n°
31611/962 N L6F7

Cette le+ture de la Cour <eut d8ailleur* *8a<<u@er *ur nombre de teBte* euro<&en* et internationauB qui2 -
l8in*tar de la Re+ommandation RE2000F21 du Comit& de* !ini*tre* auB $tat* membre* *ur la libert&
d8eBer+i+e de la <rofe**ion d8a'o+at2 *ouli5nent

G .e r/le (ondamental &ue les avocats et les associations pro(essionnelles d’avocats jouent é'alement pour
assurer la protection des droits de l’6omme et des li-ertés (ondamentales H et affirment que G les avocats
devraient jouir de la li-erté d’opinion, d’e4pression, de déplacement [:], notamment, avoir le droit de
participer au4 dé-ats pu-lics sur des &uestions relatives , la loi et l’administration de la justice et de
su''érer des ré(ormes lé'islatives H ERe+ommandation RE2000F21 du 24 o+tobre 20002 %rin+i<e #2 N 3F7

,8autre <art2 la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* re<o*e *ur un /ou<,e *on/e-ent &onBent$onne,7 0a Cour a
ain*i mainte* foi* *ouli5n& que toute *an+tion infli5&e - un a'o+at <our a'oir u*& de *a libert&
d8eB<re**ion

G Peut avoir des implications non seulement pour les droits de l’avocat au re'ard de lAarticle +O, mais aussi
pour le droit de son client , -éné(icier dAun proc%s é&uita-le au sens de lAarticle ; H E?5prianou c. C65pre2
<r&+it&2 N 134F7

%lu* eB<li+itement en+ore2 la ;uridi+tion euro<&enne a indiqu& ne <a* eB+lure

G .a possi-ilité &ue, dans certaines circonstances, une in'érence dans la li-erté dAe4pression dAun avocat au
cours dAun proc%s puisse aussi soulever une &uestion au titre de lAarticle ; de la Convention sous lAan'le du
droit de lAaccusé, son client, , -éné(icier dAun proc%s é&uita-le. .APé'alité des armesP et dAautres
considérations dAé&uité militent donc é'alement en (aveur dAun éc6an'e de vues li-re, voire éner'i&ue,
entre les parties. H ECour $,A2 L
e
.e+t7 21 mar* 20022 Ei=ula c. Finlande2 Req7 n° 31611/962 N L9F7

,e fait2 en 2009 et en lien dire+t a'e+ l8affaire ?5prianou E<r&+it&eF2 la Cour a +on*tat& une 'iolation du
droit au <ro+=* &quitable au d&triment d8un a++u*& en rai*on de* +ondition* dan* le*quelle* la formation
de ;u5ement a *an+tionn& *on a'o+at <our *e* <ro<o* +ritique* - l8audien+e ECour $,A2 1
e
.e+t7 11
d&+embre 20092 Panovits c. C65pre2 Req7 n° L269/0L2 NN 9L?101F7

28# $n 'ertu de +e* <rin+i<e* <rote+teur*2 la Cour euro<&enne a re+onnu - +ette libert& d8eB<re**ion de*
a'o+at* une 'a*te &tendue et une forte <ort&e7

29# D’une 0+rt2 en effet2 de nombreu*e* formation* de Chambre ont admi* eB<li+itement le droit de*
a'o+at* d8inter'enir dan* la <re**e dan* l8o<tique d8une d&fen*e de leur* +lient*2 *oit don+ au?del- de*
*eule* limite* du <r&toire7

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "2 *ur 30
Ain*i2 la Cour a tol&r& l8G apparition H d8un a'o+at G au journal télévisé H auB fin* de G dé(endre
pu-li&uement les t6%ses de son client, dans une a((aire a5ant attisé l’intér0t pu-lic H ECour $,A2 1
e
.e+t7 11
f&'rier 20102 2l(anta=is c. r%ce2 Req7 n° L9330/032 N 33F7 R&+emment2 dan* un arrêt Mor c. France2 la
Cinqui=me .e+tion a ain*i ;u5& que <our un a'o+at2 G la dé(ense de ses clients pouvait se poursuivre avec
une intervention dans la presse [:] d%s lors &ue l’a((aire suscitait l’intér0t des médias et du pu-lic H ECour
$,A2 4
e
*e+tion2 14 d&+embre 20112 Mor c. France2 Req7 n°29199/092 N 49F7

2;# D’+utre 0+rt2 la tol&ran+e euro<&enne - l8&5ard de* +ritique* d8a'o+at* 'i*ant de* ma5i*trat* e*t en
<rin+i<e +on*&quente2 même lor*qu8elle* *ont <rof&r&e* dan* l8e*<a+e <ublique et m&diatique7

$n 20112 la Cour a ain*i ;u5& di5ne de la <rote+tion de l8arti+le 10 la +ritique d8un a'o+at en'er* de*
ma5i*trat* formul&e* dan* le* m&dia*2 en d&<it même du ) ton acer-e, voire sarcasti&ue H em<lo@& - +ette
o++a*ion ECour $,A2 2
e
.e+tion2 29 mar* 20112 ouveia omes Fernandes et Freitas e Costa c. Portu'al2
Req7 n° 1429/092 N L9F7 #l en fut de même dan* deuB autre* affaire* tran+h&e* <ar le* Cinqui=me et
%remi=re .e+tion* E'7 Cour $,A2 4
e
.e+tion2 14 ;uillet 20102 Roland 1umas c. France2 Req7 n° 3L934/03 et
Cour $,A2 1
e
.e+tion2 11 f&'rier 20102 2l(anta=is c. r%ce2 Req7 n° L9330/03F7

%lu* en+ore2 la Cour tol=re que de* <ro<o* d8a'o+at* G dénot[ent] une certaine a-sence de considération ,
l’é'ard [d’une juridiction d%s lors &ue les déclarations liti'ieuses] ne peuvent 0tre &uali(iées ni de 'raves ni
d’injurieuses , l’é'ard des ju'es H ECour $,A2 2
e
.e+t7 20 a'ril 200L2 2mi6alac6ioaie c. Moldavie2 Req7 n°
60114/002 N 34F7

2=# A +et &5ard2 il e*t - noter que la Cour tient +om<te de* im<li+ation* m&diatique* d8une affaire ain*i que
de l8eBi*ten+e d8un d&bat d8int&rêt 5&n&ral auquel *e ratta+heraient le* <ro<o* liti5ieuB2 afin d8a<<r&+ier *i
la libert& d8eB<re**ion eBtra;udi+iaire de l8a'o+at dan* +e +onteBte doit être <lu* ou moin* <rot&5&e7

Ain*i2 une <lu* am<le <rote+tion e*t a++ord&e auB a'o+at* qui *8eB<riment *ur une affaire dont le
retenti**ement et la m&diati*ation *ont +on*&quent*7 ,an* l8affaire Fo'lia2 <ar eBem<le2 la Cour a *ouli5n&
que G le conte4te 7:8 était indénia-lement médiati&ue, déj, -ien avant les intervieQs accordées par H
l8a'o+at EFo'lia c. Suisse2 <r&+it& N 9L M '7 au**i 2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 33F7 ,e même2 et <lu*
r&+emment en+ore2 il a &t& ;u5& qu8une a'o+ate ne <ou'ait être *an+tionn&e <our a'oir di'ul5u& dan* la
<re**e de* &l&ment* d8un ra<<ort d8eB<erti*e d=* lor* que +e* d&+laration* G s’inscrivaient dans le cadre
d’un dé-at d’intér0t 'énéral H et qu8au re5ard du G conte4te médiati&ue, [cette] divul'ation d’in(ormations
peut répondre au droit du public de recevoir des informations sur les activités des autorités judiciaires H
EMor c. France2 <r&+it&2 N 43F7
30# #l eBi*te don+ indubitablement - .tra*bour5 une tendan+e ;uri*<rudentielle <arti+uli=rement nette en
fa'eur d8une <rote+tion +on*&quente de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at*7

3"# "r2 <ar *on arrêt rendu le 11 ;uillet 20132 la Cinqui=me .e+tion a heurt& +ette forte <rote+tion7 .urtout2
*on rai*onnement a ;et& une lumi=re +rue *ur le* 5ra'e* in+ertitude* et 'ariation* ;uri*<rudentielle* qui
affe+tent l8eBer+i+e – *i +e n8e*t l8e**en+e même – de +ette +ru+iale libert&7

#l en e*t tout <arti+uli=rement ain*i - <ro<o* de l8en;eu2 tout - fait in&dit de'ant la Grande Chambre2
*oule'& <ar la <r&*ente affaire l8am<leur de la libert& d8eB<re**ion de l8a'o+at hor* de l8en+einte du
<r&toire7

/oute in+ertitude *ur la libert& d8eB<re**ion G peut (aire peser un sérieu4 poids sur la li-re (ormation des
idées ainsi &ue sur le dé-at démocrati&ue et avoir un e((et dissuasi( 7c6illin' e((ect8 H ECour $,A2 2
e
.e+tion2
24 o+tobre 20112 2ltuR #aner 2=9am c. #ur&uie2 Req7 n° 23420/032 N 91F7 Comme l8a *ouli5n& la Grande
Chambre2 il en e*t de même2 a (ortiori2 - <ro<o* de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at*

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "3 *ur 30
G #out Pe((et dissuasi(P est un (acteur important , prendre en compte pour ména'er un juste é&uili-re entre
les tri-unau4 et les avocats dans le cadre dAune -onne administration de la justice H E?5prianou c. C65pre2
<r&+it&2 N 134 M *ur +et G e((et in6i-ant H2 '7 au**i Cour $,A2 2
e
.e+t7 29 o+tobre 20032 Steur c. Pa5s-"as2
Req7 n° 39643/992 N LLF7

32# $n &+ho - *a demande de ren'oi initi&e de'ant le Coll=5e de +inq ;u5e*2 le requ&rant <er*i*te don+ -
in'iter la formation *olennelle - u*er de l8o<<ortunit& offerte <ar la <r&*ente affaire <our 1&,+$r&$r et
&,+r$*$er ,’$nter0r1t+t$on /e ,+ ConBent$on au *u;et de l8im<ortante que*tion de la libert& d8eB<re**ion de*
a'o+at*7

Ain*i2 la Grande Chambre ;ouera +e G r/le central [:] pour la co6érence de la jurisprudence de la Cour H
&'oqu& <ar la ,&+laration de 6ri5hton *ur l8a'enir de la Cour euro<&enne de* droit* de l8homme de* 19 et
20 a'ril 2012 EN 24 dF7

%our +e faire et ado<ter une a<<ro+he <lu* <r&'i*ible et uni'oque2 la formation *olennelle n8a d8ailleur*
nullement be*oin d8o<&rer un quel+onque re'irement ;uri*<rudentiel7

#l *8a5it au +ontraire de <rolon5er et de +on*a+rer la <hilo*o<hie <rote+tri+e de la ;uri*<ruden+e
euro<&enne <a**&e2 fort <eu en+line - tol&rer le* re*tri+tion* a<<ort&e* - la libert& d8eB<re**ion de*
a'o+at*7


<# Pour une &on&e0t$on *on&t$onne,,e /e ,+ ,$<ert1 /’eC0re..$on /e. +Bo&+t.

33# %our di**i<er effi+a+ement toute in+ertitude ;uri*<rudentielle2 la Grande Chambre <ourra retenir une
&on&e0t$on *on&t$onne,,e /e ,+ ,$<ert1 /’eC0re..$on /e. +Bo&+t.7

.elon +ette a<<ro+he2 l8am<leur de +ette libert& e*t indeB&e *ur la mi**ion de d&fen*e du +lient a**um& <ar
l8a'o+at7 $n d8autre* terme*2 le* <ro<o* eB<rim&* <ar un a'o+at dan* l8int&rêt de *on +lient doi'ent
b&n&fi+ier d8une <rote+tion <ri'il&5i&e au nom de l8arti+le 10 de la Con'ention lor*qu8il* *ont <la+&* au
*er'i+e de* droit* de la d&fen*e2 euB?même* *ub*um&* *ou* le droit - un <ro+=* &quitable7

,e nombreuB ar5ument* militent en fa'eur d8une telle +on+e<tion fon+tionnelle qui <la+e l8int&rêt du
+lient au fronti*<i+e de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at*2 libert& dont la finalit& <remi=re e*t <r&+i*&ment
de <ermettre que *oit G assur[ée] une dé(ense réelle et e((ective H
1
du +lient7

36# En 0re-$er ,$eu2 +e +rit=re fiable tourn& 'er* l8int&rêt du +lient e*t d8ore* et d&;- <r&*ent au *ein de la
;uri*<ruden+e euro<&enne7

Ain*i2 dan* *on im<ortant arrêt ?5prianou de 200L2 la Grande Chambre a <la+& +ette +on*id&ration au +Sur
de *on rai*onnement

G 2 lAévidence, tout avocat, lors&uAil dé(end un client en justice, en particulier dans le cadre de proc%s
contradictoires au pénal, peut se retrouver dans la situation délicate de devoir décider sAil doit ou non
sAopposer , lAattitude du tri-unal ou sAen plaindre, tout en gardant à l'esprit les intérts de son client. Il est
inévita-le &ue lAin(liction dAune peine dAemprisonnement , un avocat emporte, par sa nature m0me, un )
e((et dissuasi( *, non seulement sur lAavocat concerné, mais aussi sur la pro(ession dans son ensem-le

1
Josep Casadevall, « L’avocat et la liberté d’expression », in Freedom of Expression – Essays in honour of Nicolas Bratza, Josep
Casadevall, Egbert Myjer, Michael O’Boyle et Anna Austin (Coord.), Wolf Legal Publishers, Nijmegen, 2012, p. 236.
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "6 *ur 30
BEi=ula, arr0t précité, < GS, et Steur, arr0t précité, < SSC. .es avocats peuvent par e4emple se sentir
restreints dans leurs c6oi4 de plaidoiries, de straté'ies procédurales, etc., pendant lAinstance devant le
tri-unal, éventuellement au détriment de la cause de leur client. H E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 134F7

%lu* r&+emment2 afin de ;u5er +ontraire - l8arti+le 10 la *an+tion infli5&e - une a'o+ate en rai*on de <ro<o*
tenu* dan* la <re**e2 la Cour a même e*tim& que

G .’e4ercice des droits de la dé(ense peut rendre nécessaire la violation du secret pro(essionnel H EMor c.
France2 <r&+it&2 N 43F7

%ar +ontra*te2 la même ;uridi+tion a +on*id&r& qu8une moindre <rote+tion de'ait être a++ord&e - l8a'o+at
dont le* <ro<o* eBtra;udi+iaire* ont

G 1épass7é8 le cadre de la dé(ense pénale de son client H ECour $,A2 4
e
.e+t7 ,e+7 2L ;an'ier 20092 Coutant
c. France2 Req7 n° 13144/03F7

37# En /euC$%-e ,$eu2 le +rit=re de l8int&rêt du +lient et de *a d&fen*e <ermet de r&duire l8ambi5uTt& qui
<lane litt&ralement *ur le *tatut même de* a'o+at*2 en +e qu8il* *eraient

G Plac7és8dans une situation centrale dans l’administration de la justice, comme intermédiaires entre les
justicia-les et les tri-unau4 H EEi=ula c. Finlande2 <r&+it&2 N L4F7

A +e titre2 et d8une <art2 d8im<ortant* de'oir* <=*eraient *ur euB en leur qualit& d8auBiliaire de ;u*ti+e et de
membre de l8in*titution ;udi+iaire7 Alor* que2 d8autre <art2 un en*emble de droit* et libert&*2 dont la libert&
d8eB<re**ion ;u*qu8en dehor* du <r&toire2 leur e*t re+onnu <our a**urer leur mi**ion au *er'i+e de*
;u*ti+iable*7

!ai* - la diff&ren+e de +e qu8a <u *u55&rer la Chambre dan* *on arrêt de ;uillet 2013 E'7 NN 100 et 103F2
+ette *ituation +entrale n8eBi5e <a* de l8a'o+at qu8il ado<te – <our ne <a* G saper la con(iance du pu-lic ,
l’é'ard de l’institution judiciaire H – une <o*ture +on+iliante en'er* le *@*t=me ;udi+iaire et *e* membre*7

38# 6ien au +ontraire2 *i l8a'o+at <arti+i<e effe+ti'ement au bon fon+tionnement du *@*t=me ;udi+iaire2
+8e*t e**entiellement en a5i**ant auB fin* de <ermettre la <rote+tion de* droit* de la d&fen*e de *on +lient7
Ce n8e*t qu8ain*i que <eut *8eBer+er *a 'o+ation - +ontribuer2 dan* le rJle qui e*t le *ien2 - maintenir la
+onfian+e du <ubli+ dan* l8in*titution ;udi+iaire7

(aire taire l8a'o+at qui +ritiquerait2 a'e+ la di5nit& d8un homme de loi2 le d&roulement d8une <ro+&dure2 au
motif que +elui?+i e*t un auBiliaire de ;u*ti+e heurte frontalement la <remi=re mi**ion de l8a'o+at qui e*t de
d&fendre *on +lient7

#l e*t en effet e**entiel que l8a'o+at <ui**e d&non+er <ubliquement et hor* du <r&toire le* abu* et le*
errement* d8une <ro+&dure7 $n tant qu8a+teur du <ro+=* ind&<endant du <ou'oir ;udi+iaire2 ,’+Bo&+t e.t un
t1-o$n &,e* /u /1rou,e-ent /’une 0ro&1/ure#

$t il e*t 'ain de <en*er que la +onfian+e dan* l8in*titution ;udi+iaire e*t *au'e5ard&e *i l8a'o+at ne <eut en
+ritiquer le* d&faut*7 C8e*t en effet <ar+e que le *@*t=me ;udi+iaire <eut <otentiellement faire l8ob;et de
+ritique*2 que le ;u*ti+iable <eut lui faire +onfian+e7

$n +e *en*2 et - rebour* du rai*onnement tenu <ar la formation de Chambre dan* la <r&*ente affaire2 la
Grande Chambre a d8ailleur* *olennellement affirm& que

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "7 *ur 30
G Pour avoir con(iance dans lAadministration de la justice, le pu-lic doit avoir con(iance en la capacité des
avocats à représenter effectivement les justiciables. H E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 134F7

39# ,e fait2 em<ê+her l8a'o+at de d&non+er <ubliquement de* manquement* *ou* <r&teBte de *au'e5arder
la +onfian+e du <ubli+ dan* le *@*t=me ;udi+iaire e*t un leurre2 tout +omme la +en*ure de* m&dia* ne
*aurait 5arantir la +onfian+e du <ubli+ dan* le *@*t=me <olitique en <la+e7

Certe*2 - l8eBa+te ima5e du ;ournali*te qui *e doit d8a5ir G de -onne (oi sur la -ase de (aits e4acts [:] dans
le respect de la déontolo'ie journalisti&ue H ECour $,A2 G7C72 3 f&'rier 20122 24el Sprin'er 2.. c.
2llema'ne2 Req7 n° 3994L/092 N 93F2 il e*t ind&niable que l8a'o+at doit *e +om<orter a'e+ di5nit&7

!ai* *ou* +ette r&*er'e2 la libert& d8eB<re**ion doit lui être 5arantie de la fa)on la <lu* lar5e <o**ible2
même hor* de l8en+einte du tribunal7 Car il e*t un indi*<en*able 5arde?fou 'oire même l8ai5uillon 'eillant
au bon fon+tionnement du *@*t=me ;udi+iaire2 ain*i que l8a o<<ortun&ment *ouli5n& la ;u5e 1ud:i'*:a dan*
*on o<inion en <artie di**idente au *ein de l8arrêt de Chambre

) Ce sont justement les avocats &ui ont la responsa-ilité d’attirer l’attention sur les dé(auts de l’instruction
et de la procédure judiciaire au nom des intér0ts de la justice. [:] Il n’est pas rationnel de laisser la
possi-ilité de criti&uer uni&uement au4 personnes Pde l’e4térieurP, car le mur du silence des pro(essionnels,
-Tti autour d’un proc%s important pour l’opinion pu-li&ue, discrédite le tri-unal , ses 5eu4 plus &ue les
criti&ues émanant des pro(essionnels. C’est justement de la part des juristes &ui représentent l’a((aire au
tri-unal et poss%dent une &uali(ication indispensa-le pour voir les (autes et les dé(auts du proc%s &ue le
pu-lic attend de recevoir des in(ormations. Faire de la procédure judiciaire un espace clos oU on n’a pas
l’6a-itude de ) laver son lin'e sale * a((ecte, , mon avis, l’ima'e de la justice plus &ue la criti&ue e4primée
d’une mani%re e4pressive, , condition, -ien sKr, &u’elle ne devienne pas ve4ante ou ne se trans(orme pas en
conjectures. *

3;# En tro$.$%-e ,$eu2 indeBer l8am<leur de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* *ur l8im<&ratif de d&fen*e de
*e* +lient* <ermet de ne <a* +onfiner +ette <rote+tion +on'entionnelle auB *eule* limite* *<atiale* du
<r&toire7

.ou* le <ri*me de +e +rit=re2 il e*t en effet <o**ible de *e +on+entrer *ur l8ob;et et la finalit& de* <ro<o*
tenu* <ar l8a'o+at <lutJt que *ur le lieu oP il* ont &t& <rof&r&* et ain*i <rot&5er la libert& d8eB<re**ion de*
a'o+at* en dehor* du <r&toire7

0oin d8être *ub*idiaire ou r&*iduelle2 la libert& d8eB<re**ion eBtra?;udi+iaire de l8a'o+at e*t effe+ti'ement
tout - fait +om<l&mentaire de +elle dont il di*<o*e dan* l8en+einte du tribunal7

,an* l8illu*tre foul&e de %ierre 0ambert <our qui G le temps n’est plus oU la dé(ense se cantonnait
strictement dans les prétoires H
2
2 il +on'ient d&*ormai* de <rendre a+te qu8G en ce dé-ut de VVIe si%cle, [:]
le prétoire n’est plus l’uni&ue lieu d’e4pression de l’avocat [car] celui-ci est de plus en plus souvent amené ,
e4ercer son art en de6ors des murs 6erméti&ues du Palais H
3
7

Ra<<elon* - +et &5ard que la Cour euro<&enne n8a ;amai* ni& le droit d8un a'o+at de G dé(endre
pu-li&uement les t6%ses de son client, dans une a((aire a5ant attisé l’intér0t pu-lic H E2l(anta=is c. r%ce2
<r&+it&2 N 33 M '7 au**i Mor c. France2 <r&+it&2 N 49 F7


2
Pierre Lambert, « L’avocat et les conférences de presse », in Journal des tribunaux, 1983, p. 577.
3
Frédéric Krenc, « La liberté d’expression de l’avocat hors du prétoire », in L’avocat dans le droit européen, Bertand Favreau
(Dir.), Bruxelles, Bruylant, 2008, p. 157.
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "8 *ur 30
Cne telle *olution *8im<o*e +ar

G .ors&u’il s’e4prime en de6ors du tri-unal, dans la continuité de son activité sur la sc%ne du tri-unal,
l’avocat joue encore le m0me r/le [consistant ,] participer au travail de la justice dans une société
démocrati&ue en donnant de la voi4 pour assurer la meilleure représentation des intér0ts de ses clients,
ainsi &u’en contri-uant , la pu-licité [et , la transparence] de la justice. H
L


,an* +e* +ondition*2 il n8@ a don+ au+une diff&ren+e de nature entre la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at*
dan* l8en+einte d8un tribunal et +elle dont il* ;oui**ent en dehor*2 d=* l8in*tant oP le* deuB *&rie* de <ro<o*
*ont au *er'i+e de la d&fen*e du +lient7

!ai* il @ a <lu*7

3=# #l n8e*t 5u=re <lu* <ertinent d8e*timer qu8il eBi*te une diff&ren+e *i5nifi+ati'e de de5r& de <rote+tion
*elon que le 'erbe de l8a'o+at r&*onne dan* le <r&toire ou au?del-7

0a libert& de <arole au *ein du <r&toire e*t +erte* +ru+iale +ar2 ain*i que l8a d&;- ;u5& la Grande Chambre2 il
im<orte que

G .es avocats [ne] se sent[ent pas] restreints dans leurs c6oi4 de plaidoiries, de straté'ies procédurales,
etc., pendant lAinstance devant le tri-unal, éventuellement au détriment de la cause de leur client H
E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 134F

!ai* d8une <art2 le* im<&ratif* du /ro$t +u 0ro&%. 1@u$t+<,e +ontinuent n&+e**airement de *outenir le
droit - la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* lor*que +e* dernier* *8eB<riment en dehor* du <r&toire2
<r&+i*&ment *i leur* <ro<o* *er'ent le* int&rêt* de leur* +lient*7

/el e*t en <arti+ulier le +a* <our le* affaire* a@ant un fort retenti**ement m&diatique2 l8&quilibre du <ro+=*
et le* droit* de la d&fen*e *e ;ouant au**i hor* de l8en+einte du tribunal7 Cet im<&ratif e*t en+ore <lu*
<re**ant <our le* affaire* *en*ible* mettant en +au*e de* int&rêt* <olitique* ou di<lomatique*2 telle
l8affaire 6"RR$07

,8autre <art2 <r&+i*&ment - <ro<o* de +e* affaire* G a5ant attisé l’intér0t pu-lic H E2l(anta=is c. r%ce2
<r&+it&2 N 33F ou G suscit[é] l’intér0t des médias et du pu-lic H EMor c. France2 <r&+it&2 N 49F2 la libert&
d8eB<re**ion de l8a'o+at hor* du <r&toire <eut au**i trou'er un fondement +on'entionnel *u<<l&mentaire
au nom du /ro$t > ,’$n*or-+t$on /u 0u<,$& ain*i que de ,+ ,$<ert1 /’eC0re..$on 2ourn+,$.t$@ue7 ,an* +e* +a*2
*i le 'erbe de l8a'o+at *ert tou;our* l8int&rêt du +lient2 il *8in*+rit au *ur<lu* au *ein d8un d&bat <ubli+ *ur
de* que*tion* d8int&rêt 5&n&ral2 +e qui a<<elle une <lu* forte <rote+tion de la libert& d8eB<re**ion E'7 not7
Cour $,A2 G7C72 22 o+tobre 20032 .indon, Otc6a=ovs=5-.aurens et $ul5 c. France2 Req7 n° 21239/022 N L6F7

60# En @u+tr$%-e et /ern$er ,$eu2 o<ter <our une +on+e<tion fon+tionnelle de la libert& d8eB<re**ion de*
a'o+at* – dont l8am<leur e*t indeB&e *ur leur mi**ion de d&fen*e du +lient – <ermet de *an+tionner
effi+a+ement le* &'entuel* eB+=* et d&ra<a5e* d8a'o+at* qui *8eB<rimeraient au m&<ri* de* eBi5en+e*
d&ontolo5ique* de la <rofe**ion et de l8indi*<en*able <rote+tion de* ma5i*trat* +ontre le* attaque* indue*7

$n effet2 *i la <rote+tion de la libert& d8eB<re**ion *e fait <lu* +on*&quente lor*que le* <ro<o* de l8a'o+at
*ont dire+tement au *er'i+e de la d&fen*e du +lient2 <ar ;eu de miroir2 elle *8affaiblit au fur et - me*ure que
le <ro<o* *8&loi5ne du +Sur de +ette mi**ion7

4
Pierre-François Docquir, « La liberté d’expression de l’avocat devant les juridictions pénales internationales », in Colloque
international, Liège, 28 février et 1
er
mars 2013, Draft au 1
er
mai 2013, p. 2.
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "9 *ur 30

,e +ette fa)on2 de* <ro<o* in*ultant* en'er* la <er*onne même de* ma5i*trat* <eu'ent <lu* diffi+ilement
<r&tendre être au *er'i+e de la mi**ion de d&fen*e – et don+ être <rot&5&* –2 - la diff&ren+e de +euB diri5&*
+ontre la mani=re dont +e* ma5i*trat* rem<li**ent leur* fon+tion*7

%ar le <a**&2 la Cour a d8ailleur* ;u5& que le* +ritique* d8a'o+at* &taient di5ne* d8une <lu* forte <rote+tion
au *en* de l8arti+le 10 lor*qu8elle* +iblent G uni&uement la mani%re dont [un ma'istrat] sAétait ac&uitté de
ses (onctions H EEi=ula c. Finlande2 <r&+it&2 N 41 M Fo'lia c. Suisse2 <r&+it&2 N 94F2 G au lieu de viser
directement , porter atteinte , [s]a personnalité H E2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 33F7

"r2 la +on+e<tion fon+tionnelle <ermet utilement de redonner toute *a <la+e - +e +rit=re d8&'aluation le
fait que le* +ritique* en'er* le* ma5i*trat* +iblaient ,’$n.t$tut$on 2u/$&$+$re et ,e &o-0orte-ent
0ro*e..$onne, /u -+3$.tr+t – +8e*t - dire la mani=re dont il a eBer+& *e* fon+tion* – et non la <er*onne
même du ma5i*trat7

6"# $n d&finiti'e2 don+2 la +on+e<tion fon+tionnelle de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* <ermet autant de
5arantir une forte <rote+tion - +et im<&ratif +on'entionnel e**entiel que d8&'iter – et de *an+tionner
fermement – tout d&tournement de *a finalit& <remi=re ,+ 0rote&t$on /e. /ro$t. /e ,+ /1*en.e7

A<<liqu& auB fait* de l8e*<=+e2 l8en*emble de +e* <rin+i<e* ne <eut que +onduire la Grande Chambre -
infirmer la *olution de la Cinqui=me .e+tion et - +ondamner la (ran+e <our 'iolation de l8arti+le 107


$$# A00,$&+t$on > ,’e.0%&e

62# A titre liminaire2 le requ&rant in'ite la Grande Chambre - eBaminer la <r&*ente affaire en *ui'ant le*
diff&rente* &ta<e* *u++e**i'e* qui *tru+turent habituellement le +ontrJle euro<&en et d&ri'ent du teBte
même de l8arti+le 107

%ar +ontra*te2 dan* *on arrêt de ;uillet 20132 la Cinqui=me .e+tion a fait fi de +e +heminement en
*8ab*tenant de +on*tater d8abord l8eBi*ten+e d8une in5&ren+e au *ein de la libert& d8eB<re**ion du
requ&rant2 <ui* en ne <renant <a* *oin de '&rifier eB<li+itement *i ladite in5&ren+e r&<ondait auB deuB
<remi=re* +ondition* de +on'entionalit&7

"r2 une telle omi**ion n8e*t <a* *an* +on*&quen+e *ur le* +ondition* du +ontrJle euro<&en7 $n formali*ant
ain*i l8&quation +ontentieu*e2 la formation de Chambre a en effet manqu& de ra<<eler +lairement que ,+
,$<ert1 /’eC0re..$on /e ,’+Bo&+t e.t ,e 0r$n&$0e &onBent$onne, 5aranti <ar l8arti+le 10 N 1 et que


G !ne restriction , la li-erté d’e4pression d’une personne emporte violation de l’article +O de la Convention
si elle ne rel%ve pas de l’une des e4ceptions ména'ées par le para'rap6e D de cette disposition H E?5prianou
c. C65pre2 <r&+it&2 N 163F


$n d8autre* terme*2 +e n8e*t que <ar eB+e<tion qu8une <o**ible re*tri+tion de +ette libert& e*t tol&rable2 - la
+ondition eB<re**e que +elle?+i *ati*fa**e auB troi* +rit=re* +umulatif* eB<o*&* au *ein du <ara5ra<he
*e+ond de +e teBte7




Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "; *ur 30
+# Sur ,’eC$.ten&e /’une $n31ren&e +u .e$n /e ,+ ,$<ert1 /’eC0re..$on

63# #l n8e*t d8abord au+unement +onte*table que la +ondamnation infli5&e au requ&rant *8anal@*e en une
G in'érence H dan* l8eBer+i+e <ar +e dernier de *on droit - la libert& d8eB<re**ion au *en* de l8arti+le 10 N 1
de la Con'ention7

$n effet2 "li'ier !"R#C$ a &t& d&finiti'ement +ondamn& <&nalement et +i'ilement <ar le* ;uridi+tion*
fran)ai*e* <our +om<li+it& de diffamation en'er* !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$7

<# Sur ,’+<.en&e /e 2u.t$*$&+t$on /e ,’$n31ren&e ,$t$3$eu.e

66# 0e requ&rant ne *ouhaite <a* +onte*ter que l8in5&ren+e liti5ieu*e &tait G prévue par la loi H fran)ai*e2 en
l8o++urren+e le* arti+le* 232 29 et 31 de la loi du 29 ;uillet 19917

67# #l ne *ouhaite <a* da'anta5e nier que ladite in5&ren+e <ou'ait <r&tendre <our*ui're le G -ut lé'itime H
de G protection de la réputation ou des droits d’autrui H au *en* de l8arti+le 107

0e requ&rant tient n&anmoin* - nuan+er +on*id&rablement l8id&e *elon laquelle le* <our*uite* initi&e* -
*on en+ontre ain*i qu8en'er* le* ;ournali*te* du Monde auraient &t& de nature - G 'arantir lAautorité et
lAimpartialité du pouvoir judiciaire H au *en* du même arti+le 107 $n effet2 le* <ro<o* liti5ieuB n8&taient
au+unement de nature - *a<er +ette autorit& mai* a*<iraient2 bien au +ontraire2 - la renfor+er en
d&non)ant de* fait* *u*+e<tible* de l8enta+her7

68# $n tout &tat de +au*e2 - *u<<o*er même que +e G -ut lé'itime H <ui**e être retenu en l8e*<=+e2 il
im<orte de ne <a* lui re+onnaitre un *tatut &qui'alent au <rin+i<e +on'entionnel de libert& d8eB<re**ion7

Certe*2 le requ&rant *ou*+rit <leinement - la ;uri*<ruden+e euro<&enne *elon laquelle

G Il peut sAavérer nécessaire de [:] proté'er [les ma'istrats] dAatta&ues destructrices dénuées de
(ondement sérieu4, dAautant plus &ue le devoir de réserve interdit au4 ma'istrats visés de
réa'ir H E2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 23F

%our autant2 et +ontrairement - +e qu8a *u55&r& la formation de Chambre2 il ne *aurait être que*tion
d8en'i*a5er un G juste é&uili-re , ména'er entre les divers intér0ts en jeu H2 <armi le*quel* la libert&
d8eB<re**ion de* a'o+at* et G le droit du pu-lic d’0tre in(ormé sur les &uestions &ui touc6ent , l’intér0t
'énéral et au (onctionnement du pouvoir judiciaire H fi5urerait au même ran5 que G la di'nité de la
pro(ession d’avocat et la -onne réputation des ma'istrats H7

$n effet2 le* <remier* *ont de* droit* et libert&* 5aranti* <ar la Con'ention en *on arti+le 102 alor* que le*
*e+ond* ne *ont que de* int&rêt* *u*+e<tible*2 <ar eB+e<tion au <rin+i<e de <rote+tion2 de ;u*tifier une
limitation de +e* droit* et libert&*7

#l n8e*t don+ <a* que*tion i+i de +on+ilier deuB droit* +on'entionnel* <otentiellement +ontradi+toire*2 telle
la libert& d8eB<re**ion fa+e au droit au re*<e+t de la 'ie <ri'&e E'7 Cour $,A2 G7C72 3 f&'rier 20122 24el
Sprin'er 2.. c. 2llema'ne2 Req7 n° 3994L/09F7


69# C8e*t dan* +e +onteBte <r&+i* que l8in5&ren+e &tatique liti5ieu*e a+ho<<e n&+e**airement *ur la
troi*i=me et derni=re eBi5en+e de +on'entionalit&7

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e "= *ur 30
$n effet2 la re*tri+tion a<<ort&e - la libert& d8eB<re**ion du requ&rant ne *aurait <a**er <our G nécessaire
dans une société démocrati&ue H7

A +et &5ard2 il +on'ient de ra<<eler que

G .a condition de Pnécessité dans une société démocrati&ueP commande , la Cour de déterminer si
l’in'érence incriminée correspondait , un P-esoin social impérieu4P H et qu8G en particulier, la Cour doit
déterminer si la mesure prise était Pproportionnée au4 -uts lé'itimes poursuivisP H E?5prianou c. C65pre2
<r&+it&2 NN 130 et 131F7

!ai* dan* la <r&*ente affaire2 l8in5&ren+e liti5ieu*e ne r&<ond - au+une de +e* deuB eBi5en+e*7 ,an* le*
+ir+on*tan+e* de l8e*<=+e2 nul G -esoin social impérieu4 H ne ;u*tifiait la *an+tion infli5&e au requ&rant
E<#"F2 +ette derni=re &tant au *ur<lu* <arti+uli=rement di*<ro<ortionn&e E<#2F7


<#") Sur ,’+<.en&e /e <e.o$n .o&$+, $-01r$euC

6;# ,8embl&e2 il im<orte de ra<<eler que toute limitation de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* a<<elle un
*tri+t et fort +ontrJle euro<&en au motif2 notamment2 que

G 1ans le domaine , lAétude en lAesp%ce, il nAe4iste pas de circonstances particuli%res N telles &uAune a-sence
évidente de concordance de vues au sein des Etats mem-res &uant au4 principes en cause ou , la nécessité
de tenir compte de la diversité des conceptions morales N &ui justi(ieraient dAaccorder au4 autorités
nationales une lar'e mar'e dAappréciation H ECour $,A2 L
e
.e+t7 21 mar* 20022 Ei=ula c. Finlande2 Req7 n°
31611/962 N L6F7

6=# 0a tr=* faible mar5e d8a<<r&+iation de l8$tat d&fendeur dan* le domaine de la libert& d8eB<re**ion de*
a'o+at* e*t d8autant <lu* r&duite en l8e*<=+e2 que le* <ro<o* liti5ieuB a'aient indubitablement trait - de*
que*tion* d8int&rêt 5&n&ral et tou+haient au droit du <ubli+ - l8information7

$n effet2 +omme le *ouli5ne la Cour de fa)on +on*tante

G .’article +O < D de la Convention ne laisse 'u%re de place pour des restrictions , la li-erté d’e4pression dans le domaine du
discours et du dé-at politi&ue N dans le&uel la li-erté d’e4pression rev0t la plus 6aute importance B"rasilier c. France,
no W+FSFXO+, < S+, ++ avril DOO;C N ou des &uestions d’intér0t 'énéral Bvoir notamment les arr0ts SYre= c.
#ur&uie Bno +C 7C8, no D;;ZDX[G, < ;+, CE1> +[[[-I3, et "rasilier, i-idemC. H ECour $,A2 G7C72 22 o+tobre 20032 .indon,
Otc6a=ovs=5-.aurens et $ul5 c. France2 Req7 n° 21239/022 N L6F7

%lu* en+ore2 la Cour a eu l8o++a*ion de ;u5er2 tou;our* - mainte* re<ri*e*2 que

G !e public a un intért légitime à tre informé et à s"informer sur les procédures en mati#re pénale [:]. 2
cet é'ard, la Recommandation RecBDOOFC+F du Comité des ministres au4 Etats mem-res Bpara'rap6e F; ci-
dessusC, sur la di((usion d’in(ormations par les médias en relation avec les procédures pénales, souli'ne
l’importance des reporta'es réalisés sur les procédures pénales pour in(ormer le pu-lic et permettre , celui-
ci d’e4ercer un droit de re'ard sur le (onctionnement du s5st%me de justice pénale. Plus précisément, le
premier des principes directeurs (i'urant en anne4e , cette Recommandation porte sur le droit du pu-lic ,
recevoir des in(ormations sur les activités des autorités judiciaires et des services de police , travers les
médias, ce &ui impli&ue pour les journalistes le droit de pouvoir li-rement rendre compte du
(onctionnement du s5st%me de justice pénale [:]. $l ne fait donc aucun doute que parmi les questions
d"intért général rela%ées par la presse figurent celles qui concernent le fonctionnement de la justice&
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 20 *ur 30
institution essentielle à toute société démocratique H ECour $,A2 3
e
.e+t7 1L f&'rier 20092 $ul5 et S2R.
.i-eration c. France2 Req7 n° 20993/032 N 66F

70# "r2 en l8e*<=+e2 il n8e*t <a* douteuB que le* <ro<o* du requ&rant* *8in*+ri'aient dan* le +adre d8une
affaire <arti+uli=rement m&diatique qui a G attisé l’intér0t pu-lic H E2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 33F et
G suscit[é] l’intér0t des médias et du pu-lic H EMor c. France2 <r&+it&2 N 49F7

Au demeurant2 la Cour elle?même a eu l8o++a*ion de le re+onnaItre - deuB re<ri*e*7

7"# ,8une <art2 dan* une autre affaire2 le quotidien .i-ération et *on dire+teur a'aient euB?au**i &t&
+ondamn&* <our diffamation <ublique en'er* le* deuB même* ma5i*trat* in*tru+teur* a<r=* a'oir relat&
une +onf&ren+e de <re**e au +our* de laquelle la 'eu'e du ;u5e 6"RR$02 *e* a'o+at* – dont "li'ier !"R#C$
– et de* ma5i*trat* a'aient +ritiqu& le d&roulement de l8in*tru+tion7 .ai*ie <ar le* ;ournali*te*2 la Cour a
e*tim& que

G .es propos tenus lors de la con(érence de presse concernant directement l’instruction d’une a((aire pénale
délicate &ui a connu, d%s son commencement et jus&u’, ce jour, un retentissement médiati&ue
particuli%rement important. .a Cour doit donc (aire preuve de la plus 'rande vi'ilance lors&ue, comme en
l’esp%ce, les mesures prises ou les sanctions in(li'ées par l’autorité nationale sont de nature , dissuader la
presse de participer , la discussion de pro-l%mes d’un intér0t 'énéral lé'itime H E$ul5 et S2R. .i-eration c.
France2 <r&+it&2 N 63F

,an* +ette affaire2 en <r&lude de la +ondamnation <our 'iolation de l8arti+le 10 <ronon+&e +ontre la
(ran+e2 la Cour a'ait indiqu& que

G .a mar'e d’appréciation dont disposaient les autorités pour ju'er de la PnécessitéP de la mesure liti'ieuse
était ainsi restreinte H EI-id.F

Cne telle a**ertion e*t tout au**i 'alable <our l8affaire d8e*<=+e2 le fait que le* ;ournali*te* du Monde
+ondamn&* +on;ointement a'e+ le requ&rant aient renon+&2 de 5uerre la**e2 - initier un re+our* de'ant la
Cour euro<&enne n8&tant au+unement de nature - r&duire l8im<ortan+e de l8affaire 6"RR$0 dan* le d&bat
<ubli+7

72# ,8autre <art2 *i la formation de Chambre *8e*t ab*tenue de tenir +om<te *ur le terrain de l8arti+le 10 du
retenti**ement de ladite affaire 6"RR$02 elle a <ourtant – non *an* <aradoBe – +on*tat& au titre de l8arti+le
6 que

G [Cette] a((aire avait des répercussions médiatiques et politiques importantes et qu"elle a connu depuis
de nombreu' rebondissements H EN 36F7

,e fait2 la qualit& de la 'i+time – le ma5i*trat 6ernard 6"RR$0 –2 le lieu et le* +ir+on*tan+e* de *on d&+=*2
le* int&rêt* di<lomatique* en ;eu2 le* *ou<)on* d8im<li+ation en tant que +ommanditaire de l8a+tuel
%r&*ident de la R&<ublique de ,;ibouti indui*ent n&+e**airement que ladite affaire tou+he - une que*tion
d8int&rêt 5&n&ral ;u*tifiant une forte <rote+tion de la libert& d8eB<re**ion7

,8ailleur*2 le 19 ;uin 20032 le %ro+ureur de la R&<ublique de %ari* admet dan* un +ommuniqu& de <re**e
que la th=*e du *ui+ide e*t dor&na'ant &+art&e <our retenir la <i*te +riminelle2 ,e /$t &o--un$@u1 1t+nt
0u<,$1 > ,+ /e-+n/e /u -+3$.tr+t $n.tru&teurD en +00,$&+t$on /e ,’+rt$&,e "" +,$n1+ 3 /u Co/e /e
0ro&1/ure 01n+,e#


Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 2" *ur 30
0a *en*ibilit& de +e do**ier e*t telle que troi* ma5i*trat* in*tru+teur* *ont a+tuellement d&*i5n&* <our
<our*ui're l8information ;udi+iaire et re+her+her le* auteur* et +ommanditaire* du +rime7

0e* <ro<o* relatif* au fon+tionnement de la ;u*ti+e – autre que*tion d8int&rêt 5&n&ral – dan* +ette même
affaire <eu'ent don+ euB?au**i2 et a (ortiori2 <r&tendre - de* 5arantie* +on'entionnelle* <lu* inten*e*
en+ore7

73# ,e fa)on relati'ement +om<arable - G l’a((aire E.F H &'oqu&e dan* l8arrêt Roland 1umas c. France2 le*
<ro<o* du requ&rant &taient bien relatif* - G une a((aire dAEtat &ui suscita un dé(erlement médiati&ue H et
G donnaient des in(ormations intéressant lAopinion pu-li&ue sur le (onctionnement du pouvoir judiciaire H2 il
en r&*ulte n&+e**airement que G la mar'e dAappréciation dont disposaient les autorités pour ju'er de la
PnécessitéP de la mesure liti'ieuse était particuli%rement restreinte H E'7 mutatis mutandis Roland 1umas c.
France2 <r&+it&2 N L3F7

,an* +e* +ondition*2 toute in5&ren+e au *ein de la libert& d8eB<re**ion2 telle +elle *ubie <ar le requ&rant2
e*t diffi+ilement tol&rable au re5ard de* eBi5en+e* euro<&enne*2 *auf - identifier l8eBi*ten+e d8un G -esoin
social impérieu4 H *olidement +ara+t&ri*&7

"r2 tel n8e*t manife*tement <a* le +a* en l8e*<=+e7

76# .ou* le <ri*me de la +on+e<tion fon+tionnelle de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at*2 tout
<arti+uli=rement2 il n8e*t en effet <a* douteuB que le* <ro<o* liti5ieuB du requ&rant im<liquaient une
0rote&t$on &onBent$onne,,e eCtr?-e-ent &on.1@uente7

$n effet2 il e*t in+onte*table que l8en*emble de +e* <ro<o* ont &t& eB<rim&* au *er'i+e de la mi**ion de
d&fen*e du +lient7

A +et &5ard2 il e*t <arti+uli=rement re5rettable que la formation de Chambre n8ait <a* '&rifi& *i la +ritique
de* ;u5e* d8in*tru+tion <ar 'oie de <re**e a'ait effe+ti'ement &t& r&ali*&e dan* une o<tique de d&fen*e du
+lient7 Cne même attitude fut - d&<lorer de la <art de* ;uridi+tion* nationale*7 Ain*i2 dan* *on arrêt du 10
no'embre 20092 la Cour de +a**ation a totalement <a**& *ou* *ilen+e la qualit& d8a'o+at du requ&rant -
l8heure d8&'aluer la ;u*tifi+ation de l8atteinte <ort&e - *a libert& d8eB<re**ion7

%ourtant2 un en*emble +on'er5ent et uni'oque d8&l&ment* atte*tent de +e que ,e. 0ro0o. /’O,$B$er
MORICE n’ont en +u&une *+Eon eC&1/1 ,e. ,$-$te. /e ,+ &r$t$@ue +/-$..$<,e 0rot131e 0+r ,+ ,$<ert1
/’eC0re..$on7


77# En 0re-$er ,$eu2 le* <ro<o* du requ&rant fu*ti5eant dan* le ;ournal .e Monde le G comportement
par(aitement contraire au4 principes d’impartialité et de lo5auté H de* ma5i*trat* in*tru+teur* 'i*aient
un$@ue-ent ,eur &o-0orte-ent 0ro*e..$onne,7 $t +e2 tant <our +e qui e*t de la tran*mi**ion <our le moin*
tardi'e d8une <i=+e im<ortante2 qu8au *u;et de* relation* douteu*e* entretenue* a'e+ le %ro+ureur de
,;ibouti7

78# .8a5i**ant d8abord de la tran*mi**ion tardi'e d8une <i=+e2 le requ&rant et l8autre a'o+at de* <artie*
+i'ile* ont affirm& que le +om<ortement de* deuB ;u5e* d8in*tru+tion r&'&lait G un comportement
par(aitement contraire au4 principes d’impartialité et de lo5auté H notamment <our a'oir G 'ardé par
devers eu4 [la] cassette [vidéo tournée , 1ji-outi], &u’ils avaient omis de placer sous scellés, plus d’un mois
apr%s leur dessaisissement H7 Ce di*ant2 il* ont eB+lu*i'ement +ritiqu& la mani=re dont +e* ;u5e* ont
a++om<li leur* fon+tion*2 *i +ru+iale* <our le* <artie* +i'ile*7

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 22 *ur 30
"r2 il +on'ient de ra<<eler que la Cour a d&;- eu l8o++a*ion d8affirmer que le* G reproc6es 7:8 porta7nt8
uni&uement sur la mani%re dont 7le ma'istrat8 sA7est8 ac&uitté de ses (onctions H b&n&fi+ient d8une <lu*
forte <rote+tion que +euB G diri'és contre 7s8es &ualités personnelles ou pro(essionnelles H EFo'lia c.
Suisse2 <r&+it&2 N 94F7

#l a même &t& ;u5& que de* <ro<o* 'i'ement +ritique* tenu* <ar un a'o+at en'er* un fon+tionnaire *ont
tol&rable* d=* lor* qu8il* +iblent le +om<ortement de +e dernier dan* l8eBer+i+e de *e* fon+tion* et a*<irent
- la d&fen*e du +lient

G Certes, les propos [de l’avocat] étaient de nature , discréditer un policier aussi consciencieu4 &ue M. \. assurait lA0tre. .a
Cour réa((irme toute(ois , ce sujet &ue les limites de la criti&ue accepta-le peuvent dans certaines circonstances 0tre plus amples
, lAé'ard des (onctionnaires e4er9ant leurs pouvoirs &uAelles ne le sont , lAé'ard des particuliers Bvoir lAarr0t Ei=ula précité, < SZC.

Si les (onctionnaires ne doivent pas 0tre privés de toute protection contre les atta&ues ver-ales o((ensantes et injurieuses
pouvant 0tre portées contre eu4 en rapport avec lAe4ercice de leurs (onctions B$anoQs=i c. Polo'ne 7C8, no DGW+;X[S, < FF,
CE1> +[[[-IC, il convient de tenir compte du (ait &uAen lAesp%ce la criti&ue liti'ieuse était limitée strictement au4 actes accomplis
par M. \. en sa &ualité dAen&u0teur dans la procédure diri'ée contre le client du re&uérant ] il ne sAa'issait donc pas dAune
criti&ue visant dAune mani%re 'énérale les &ualités pro(essionnelles ou autres de M. \. H ECour $,A2 2
e
.e+t7 29 o+tobre
20032 Steur c. Pa5s-"as2 Req7 n° 39643/992 N L0?L1F

Cne telle +on+lu*ion e*t en tou* <oint* tran*<o*able - la <r&*ente e*<=+e7

79# Certe*2 et une foi* de <lu*2 le requ&rant ne +onte*te au+unement qu8il <ui**e

G SAavérer nécessaire de [:] proté'er [les ma'istrats] dAatta&ues destructrices dénuées de (ondement
sérieu4, dAautant plus &ue le devoir de réserve interdit au4 ma'istrats visés de réa'ir H E2l(anta=is c. r%ce2
<r&+it&2 N 23F

!ai* +ette <rote+tion <ri'il&5i&e de* ma5i*trat* n8a de *en* que lor*que le* attaque* 'i*ant +e* dernier*
*ont de nature - affaiblir l8in*titution ;udi+iaire2 notamment en rai*on de leur +ara+t=re infond& et eB+e**if7

(u*ti5er <ubliquement le manque d8im<artialit& de ma5i*trat* <eut +erte* &branler <on+tuellement le
*@*t=me ;udi+iaire7 !ai* <ermettre auB a+teur* de +e *@*t=me de d&non+er de* faille* – hor* de toute
a++u*ation fantai*i*te – <ar 'oie de <re**e <ermet au**i de renfor+er in (ine la +onfian+e en l8in*titution
;udi+iaire E+f7 supra au <oint 36F7

$n effet2 +omme l8a *ouli5n& la ;u5e 1ud:i'*:a dan* *on o<inion di**idente *ou* l8arrêt de Chambre
ren'o@&

G Il n’est pas rationnel de laisser la possi-ilité de criti&uer uni&uement au4 personnes Pde l’e4térieurP, car le
mur du silence des pro(essionnels, -Tti autour d’un proc%s important pour l’opinion pu-li&ue, discrédite le
tri-unal , ses 5eu4 plus &ue les criti&ues émanant des pro(essionnels7 [Or, les avocats] sont justement
7ceu48 &ui ont la responsa-ilité d’attirer l’attention sur les dé(auts de l’instruction et de la procédure
judiciaire au nom des intér0ts de la justice H7

7;# Au demeurant2 dan* l8affaire $ul5 et S2R. .i-eration c. France – d8une 5rande <roBimit& fa+tuelle a'e+ le
<r&*ent +ontentieuB2 <ui*que relati'e au +om<ortement de* deuB même* ma5i*trat* <our la même affaire
6"RR$0 –2 la Cour a ra<<el& que

G .es personnes en cause sont des ma'istrats. En consé&uence, s’il n’est pas e4act &u’ils s’e4posent
sciemment , un contr/le attenti( de leurs (aits et 'estes e4actement comme les 6ommes politi&ues et &u’ils
devraient d%s lors 0tre traités sur un pied d’é'alité avec ces derniers lors&u’il s’a'it de criti&ues de leur
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 23 *ur 30
comportement B$anoQs=i c. Polo'ne 7C8, arr0t du D+ janvier +[[[ Bno DGW+;X[S, CE1> +[[[-I, < FFC, il n’en
reste pas moins &ue les limites de la critique admissible sont plus larges pour des fonctionnaires agissant
dans l"e'ercice de leurs fonctions officielles& comme en l"esp#ce& que pour les simples particuliers [:]. En
e((et, les personnes en cause, toutes deu4 (onctionnaires appartenant au4 ) institutions (ondamentales de
l’Etat *, pouvaient (aire, en tant &ue tels, l’o-jet de criti&ues personnelles dans des limites ) admissi-les *,
et non pas uni&uement de (a9on t6éori&ue et 'énérale. H E$ul5 et S2R. .i-eration c. France2 <r&+it&2 N 3LF7

Cn tel rai*onnement for5& au *u;et de la libert& d8eB<re**ion de* ;ournali*te* e*t a<<li+able2 mutatis
mutandis et même a (ortiori2 au droit de libre +ritique de* ma5i*trat* <ar le* a'o+at* dan* leur mi**ion de
d&fen*e2 la Grande Chambre a@ant *ouli5n& que

G 2 lAévidence, tout avocat, lors&uAil dé(end un client en justice, en particulier dans le cadre de proc%s
contradictoires au pénal, peut se retrouver dans la situation délicate de devoir décider sAil doit ou non
s'opposer à l'attitude du tribunal ou s'en plaindre, tout en 'ardant , lAesprit les intér0ts de son client. H
E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 134F7

7=# "r2 en l8e*<=+e2 il n8e*t <a* douteuB que le* d&+laration* du requ&rant2 en +om<a5nie de l8autre a'o+at
de* <artie* +i'ile*2 <eu'ent ai*&ment G se (onder sur une -ase (actuelle su((isante H au *en* de la
;uri*<ruden+e euro<&enne E.indon, Otc6a=ovs=5-.aurens et $ul5 c. France2 <r&+it&2 N 44 M 2l(anta=is c.
r%ce2 <r&+it&2 N 24F7

$n effet2 il n8e*t <a* +onte*t& que la +a**ette ne *e trou'ait <a* dan* le* main* du ;u5e %AR0". au
lendemain du de**ai*i**ement de !adame !"RACCA#N# et de !on*ieur 0$ 0"#R$2 le 21 ;uin 20007 Ce n8e*t
qu8a<r=* demande de !
e
!"R#C$ que le ;u5e %AR0". a obtenu de !adame !"RACCA#N# la remi*e de
+ette <i=+e EP$%&e n'"F7

#l &tait don+ tout - fait l&5itime que le requ&rant2 dan* le droit?fil de *a mi**ion de d&fen*e de *e* +lient*2
*ouli5ne <ubliquement l8eBi*ten+e d8un tel d@*fon+tionnement et *8interro5e *ur *e* +au*e* dan* +ette
affaire de *i 5rande am<leur7

A +et &5ard2 il n8e*t d8ailleur* <a* inutile de ra<<eler que le* <our*uite* <our d&non+iation +alomnieu*e
initi&e <ar !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$2 'i*ant notamment la lettre adre**&e <ar le
requ&rant et !aitre ,$ CACN$. au Garde de* .+eauB le 6 *e<tembre 20002 *e *ont *old&e* <ar une
ordonnan+e de non?lieu7

"r2 <our +onfirmer d&finiti'ement +ette d&+i*ion2 la Cour d8a<<el de ,ouai a ;u5& dan* *on arrêt
+onfirmatif du 19 ;uin 2003 que

G .es propos tenus par les avocats de Madame "ORRE. lors de leurs auditions respectives dans le cadre de
l’e4écution du supplément d’in(ormation traduisent leur &uestionnement en fonction des données de
l"époque, , savoir les modalités de transmission de la cassette, l’a-sence de cotation de la pi%ce du (ait du
dessaisissement des ma'istrats initialement c6ar'és de l’a((aire et des vacations judiciaires ] &u’en l’esp%ce
Madame "ORRE. et ses conseils n’ont pas eu conscience de la (ausseté des (aits dénoncés H EP$%&e n'"7F7

%artant2 - *u<<o*er même que le* <ro<o* liti5ieuB <ui**ent G sAanal5se[r] en un ju'ement de valeur H qui2
don+2 G ne se pr0tent pas , une démonstration de leur e4actitude H2 +e* d&+laration* du requ&rant
re<o*aient indubitablement *ur G une -ase (actuelle su((isante H au moment oP il* ont &t& <ronon+&*
E2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 24 M .indon, Otc6a=ovs=5-.aurens et $ul5 c. France2 <r&+it&2 N 44F7

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 26 *ur 30
80# #l en e*t eBa+tement de même <our +e qui e*t en*uite de la d&non+iation de* relation* manife*tement
fort ami+ale* uni**ant le* ma5i*trat* au %ro+ureur de ,;ibouti2 telle* que r&'&l&e* <ar la +arte manu*+rite
a++om<a5nant la +a**ette et *i5n& <ar +e dernier7

0- en+ore2 en affirmant dan* l8arti+le du Monde que G cette pi%ce démontre l’étendue de la connivence &ui
e4iste entre le Procureur de 1ji-outi et les ma'istrats (ran9ais et on ne peut &u’0tre scandalisés H2 le
requ&rant a *eulement mi* en +au*e la mani=re dont le* ma5i*trat* in*tru+teur* *e *ont a+quitt&* de leur
fon+tion* E'7 Ei=ula c. Finlande2 <r&+it&2 N 41 M Fo'lia c. Suisse2 <r&+it&2 N 94F2 *an* +her+her - <orter
dire+tement atteinte - leur <er*onnalit& E'7 2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 33F7 08atteinte - la r&<utation de*
ma5i*trat* e*t don+ bien <lu* la r&*ultante de* +ir+on*tan+e* même de l8affaire2 que de leur d&non+iation
et &'o+ation <ublique <ar le requ&rant7

0e* <ro<o* liti5ieuB &taient au *ur<lu* fond&* *ur un &l&ment fa+tuel in+onte*table et <arti+uli=rement
uni'oque2 en l8o++urren+e la note manu*+rite du %ro+ureur de ,;ibouti7 Ce do+ument <ou'ait
rai*onnablement nourrir un *&rieuB *ou<)on2 ne *erait?+e qu8en terme d8a<<aren+e de <artialit& au *en* de
la ;uri*<ruden+e euro<&enne7

,8ailleur* la Cour d8a<<el de ,ouai l8a *ouli5n& dan* l8arrêt <r&+it& du 19 ;uin 2003 indiquant ) la lettre
manuscrite du Procureur de 1$I"O!#I adressée , Madame MOR2CC>IEI évo&uant la poursuite d’une
entreprise de manipulation imputa-le , Madame "ORRE. et ses avocats a pu lé'itimement les interpeller
sur la stricte neutralité de l’in(ormation. *

Comme l8a not& la ;u5e 1ud:i'*:a dan* *on o<inion en <artie di**idente ) 1e ce point de vue, je ne crois
pas &ue l’on puisse considérer les e4pressions utilisées par le re&uérant comme des ) atta&ues dénuées de
(ondement * *.

8"# %ar ailleur*2 le requ&rant tient - +onte*ter 'i'ement l8anal@*e de la formation de Chambre *elon
laquelle

G Compte tenu de la c6ronolo'ie des événements, ces déclarations pouvaient, comme l’a relevé la cour
d’appel, laisser penser &ue les propos du re&uérant étaient dictés par une animosité personnelle envers la
ju'e M7oracc6ini8 H EN 103F7

$n effet2 la <r&eBi*ten+e d8une ten*ion <er*onnelle entre la ;u5e !"RACCA#N# et le requ&rant ne <ermet
en au+une fa)on de +on+lure – fDt?+e de mani=re h@<oth&tique ou <ar <r&*om<tion2 +e qui *erait d8ailleur*
fort <eu ri5oureuB – qu8une quel+onque animo*it& <er*onnelle ait moti'& le* <ro<o* tenu* <ar le
requ&rant7

%our &'aluer *i une +ritique 'i*e la <er*onne et non l8in*titution2 seuls comptent la teneur et l"objet des
propos litigieu'.

Pour la Cour, il est d’ailleurs indispensa-le N tout particuli%rement lors&u’est en jeu la li-erté d’e4pression
de l’avocat N de ) rec6erc6er la si'ni(ication directe H d8une <hra*e2 *an* que la ;uridi+tion n8G impré'n7e8
ses considérations dAun su-jectivisme particulier, a5ant potentiellement la consé&uence dAattri-uer au
re&uérant des intentions &ui nAétaient pas en vérité les siennes H E2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 31F7

Or, en l’esp%ce et une (ois de plus, il appert des propos retranscrits dans l’article du Monde &ue le re&uérant
ci-lait le seul comportement pro(essionnel des ma'istrats, en a5ant uni&uement ) à l'esprit les intérts de
s(a) client(e) H E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 134F7

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 27 *ur 30
Au+un autre &l&ment tan5ible ne <ermet d8affirmer le +ontraire2 *auf - +on*id&rer que2 <ar <rin+i<e2 la
<arole d8un a'o+at e*t n&+e**airement di*qualifi&e d=* l8in*tant oP un +onflit +ontentieuB <a**& l8a o<<o*&
- un ma5i*trat2 de *orte que ledit a'o+at *erait ipso (acto d&+hu de tout droit de +ritique du +om<ortement
<rofe**ionnel 'i*ant +e ma5i*trat lor* d8affaire* ult&rieure*7

Cne telle +on+lu*ion *erait <our le moin* in+on5rue et radi+alement +ontraire auB droit* de la d&fen*e2
<ui*que +ela re'iendrait - <ri'er un a'o+at d8un mo@en d8a+tion +ru+ial au *er'i+e de *on +lient2 *an*
au+une ;u*tifi+ation tenant auB +ir+on*tan+e* de l8affaire7

Au *ur<lu*2 le* <ro<o* liti5ieuB <eu'ent d8autant moin* G sAanal5ser en une insulte personnelle H ESteur c.
Pa5s-"as2 <r&+it&2 N L1F qu8il* *ont d8une relati'e mod&ration7

$tant ob*er'& qu8"li'ier !"R#C$ n8e*t <a* - l8ori5ine de la <hra*e de l8arti+le du !"N,$ ra<<elant la
<ro+&dure di*+i<linaire 'i*ant !adame !"RACCA#N# dan* le do**ier de la *+ientolo5ie7

,8ailleur*2 *8a5i**ant du ;u5e Ro5er 0$ 0"#R$2 il n8eBi*tait au+un +ontentieuB ant&rieur ni ten*ion entre +elui?
+i et le requ&rant2 alor* que Ro5er 0$ 0"#R$ a au**i <ort& <lainte +ontre "li'ier !"R#C$7

0e* <ro+&dure* de !adame !"RACCA#N# et !on*ieur 0$ 0"#R$ ont &t& ;ointe* <ar le* ;u5e* du fond7

0a Cour *8e*t ab*tenue de +ara+t&ri*er une animo*it& <er*onnelle d8"li'ier !"R#C$ - l8&5ard de +e ;u5e7

82# En /euC$%-e ,$eu2 en effet2 il ne *aurait être affirm&2 +ontrairement - +e qu8a indiqu& la Chambre2 que
le requ&rant a u*& de G termes particuli%rement virulents H EN 106F7

Ab*olument au+une in*ulte2 in;ure ou in'e+ti'e 'i*ant le* ma5i*trat* ne <eut être d&+el&e dan* le* <ro<o*
relat&* <ar l8arti+le du Monde7

0a <r&*ente affaire *e di*tin5ue don+ +lairement d8autre* <r&+&dent* oP de* a'o+at* a'aient tenu* <ar 'oie
de <re**e de* <ro<o* <arti+uli=rement in;urieuB et d&nu&* de tout fondement7 Ain*i2 dan* l8affaire Coutant
c. France2 l8a'o+ate a'ait a++u*& <ubliquement le* autorit&* d8em<lo@er de* G mo5ens terroristes H et de
re+ourir - G des mét6odes di'nes de la 'estapo et de la milice H ECour $,A2 4
e
.e+t7 ,e+7 2L ;an'ier 20092
Coutant c. France2 Req7 n° 13144/03 M '7 au**i Cour $,A2 3
e
.e+t7 21 mar* 20022 \in'erter c. 2llema'ne2
Req7 n° L3319/99F7

#l ne *aurait être rai*onnablement affirm& que +e* <ro<o* *ont d8une 5ra'it& +om<arable - +euB du
requ&rant2 qui *8e*t born& - d&non+er – - l8aide d8&l&ment* fa+tuel* a'&r&* – G un comportement
par(aitement contraire au4 principes d’impartialité et de lo5auté H et une G connivence 7:8 entre le
Procureur de 1ji-outi et les ma'istrats (ran9ais H7

83# Au demeurant2 - *u<<o*er même qu8il *oit <o**ible de <er+e'oir en +e* <ro<o* une tonalit& a+erbe et
'i'e - l8en+ontre de* deuB ma5i*trat*2 +ela ne *aurait en au+une fa)on *uffire - +ara+t&ri*er un eB+=* de
'erbe qui d&<a**e le* limite* de la +ritique admi**ible7

A +et &5ard2 il +on'ient de ra<<eler que la Cour admet qu8un a'o+at <ui**e +ibler de* ma5i*trat* <ar G des
a((irmations 7:8 dénota7nt8 e((ectivement un ton acer-e, voire sarcasti&ue H d=* lor* qu8elle* *ont <a* G
injurieuses H Eouveia omes Fernandes et Freitas e Costa c. Portu'al2 <r&+it&2 N L9F7

%lu* en+ore2 la ;uridi+tion euro<&enne tol=re que de* <ro<o* d8a'o+at*2 euB au**i <ronon+&* hor* du
<r&toire2 <ui**ent G dénoter une certaine a-sence de considération , l’é'ard [d’une juridiction sous réserve
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 28 *ur 30
&ue les déclarations liti'ieuses ne soient] &uali(iées ni de 'raves ni d’injurieuses , l’é'ard des ju'es H
+on+ern&e* E2mi6alac6ioaie c. Moldavie2 <r&+it&2 N 34F7

86# En tro$.$%-e ,$eu et /ern$er ,$eu2 en *8eB<rimant ain*i dan* la <re**e2 le requ&rant *8e*t born& - u*er de
*on droit +on'entionnel2 en tant qu8a'o+at2 de G dé(endre pu-li&uement les t6%ses de son client, dans une
a((aire a5ant attisé l’intér0t pu-lic H E2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 33 M '7 au**i2 Mor c. France2 <r&+it&2 N
49F7

#l e*t ain*i <arti+uli=rement fra<<ant de noter que +e* <ro<o* ont &t& eB<rim&* <arall=lement au d&<Jt
au<r=* de la Garde de* .+eauB <ar le requ&rant et l8autre a'o+at de* <artie* +i'ile* d8une demande
d8enquête de l8#n*<e+tion 5&n&rale de* *er'i+e* ;udi+iaire*2 <r&+i*&ment *ur le* d@*fon+tionnement* relat&*
<ar 'oie de <re**e7

A l8&'iden+e2 don+2 le requ&rant n8a au+unement d&<a**& le +adre de *a mi**ion de d&fen*e et *8e*t
+on+entr& *ur le* *eul* fait* *u*+e<tible* de faire douter de l8im<artialit& et de la lo@aut& de* <r&+&dent*
ma5i*trat* in*tru+teur* dont le tra'ail ne <ou'ait qu8a'oir un im<a+t *ur la <ro+&dure en +our*7 A +ette
o++a*ion2 le requ&rant *8e*t en <arti+ulier ab*tenu de *e li'rer - une +ritique <lu* 5&n&rale du *@*t=me
;udi+iaire E+om<7 Coutant c. France2 <r&+it&F et a ain*i a5i eB+lu*i'ement G en gardant à l'esprit les intérts
de s[a] client[e] H E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 134F7

87# 0e +om<ortement du requ&rant *8in*+rit don+ *+ru<uleu*ement dan* le droit?fil de la ;uri*<ruden+e
euro<&enne2 +onfirm&e notamment <ar la Cinqui=me .e+tion qui a r&+emment ;u5& que <our un a'o+at2
G la dé(ense de ses clients pouvait se poursuivre avec une intervention dans la presse 7...8 d%s lors &ue
l’a((aire suscitait l’intér0t des médias et du pu-lic H EMor c. France2 <r&+it&2 N 49F7

#l e*t don+ <arti+uli=rement *ur<renant que2 dan* la <r&*ente affaire2 la même formation de Chambre ait
ni& +e droit d8inter'ention dan* la <re**e re+onnu - l8a'o+at en *u55&rant que le requ&rant aurait dD *e
limiter - initier de* G recours juridi&ues pour tenter de remédier , d’éventuels d5s(onctionnements de la
justice H EN 106F7

,e mani=re in+on5rue2 la Chambre a ;u*tifi& +ette <o*ition *elon laquelle un a'o+at ne *aurait d&non+er
dan* la <re**e +e qu8il <ourrait +onte*ter <ar de* re+our* <ro+&durauB2 en indiquant que +e fai*ant2 le
requ&rant a <ri* le G ris&ue d’in(luencer non seulement la arde des sceau4 mais encore la c6am-re
d’instruction, saisie de sa demande dans le dossier de l’é'lise de la scientolo'ie H EI-id.F7

!ai* d8une <art2 il e*t +urieuB de +raindre que de* autorit&* mini*t&rielle* et ;uridi+tionnelle* *oient
G in(luencées H – au *en* n&5atif du terme – <ar de* <ro<o* tenu* dan* la <re**e <ar l8auteur d8un re+our*2
+ar +e+i fait totalement ab*tra+tion de l8ind&<endan+e et de l8im<artialit& attendue* du <ou'oir ;udi+iaire7

.urtout2 et d8autre <art2 il e*t diffi+ile de +om<rendre +e qui eB<lique que l8a+tion ;uridique d8un a'o+at au
*er'i+e de *on +lient *oit eB+lu*i'e d8une eB<re**ion <ar 'oie de <re**e afin de rela@er <ubliquement de*
&l&ment* <ort&* - la +onnai**an+e de* autorit&* dan* une affaire *u*+itant l8int&rêt du <ubli+7

88# $n effet2 +omme l8a not& la ;u5e 1ud:i'*:a dan* *on o<inion en <artie di**idente

) .e (ait de saisir la arde des Sceau4 et l’intervieQ dans le journal avaient mani(estement des -uts
di((érents. .e premier avait pour -ut de (rapper la ju'e d’une sanction disciplinaire et cela est un mo5en
procédural dont un avocat dispose pour supprimer les dé(auts de la justice. .e deu4i%me avait pour -ut
d’attirer l’attention du pu-lic sur les dé(auts de l’instruction dans cette a((aire lar'ement discutée. $e ne
crois pas &ue nous puissions reproc6er , un avocat, &ui a les mo5ens procédurau4 de supprimer les dé(auts
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 29 *ur 30
de la procédure judiciaire dont il a (ait usa'e Bcomme dans la présente a((aireC ou non, d’avoir en'a'é un
dé-at pu-lic, car ces deu4 voies ont des directions di((érentes. H

Au demeurant2 le +hoiB de *8eB<rimer dan* le* m&dia* rel='e de la *trat&5ie de d&fen*e mi*e en <la+e <ar
l8a'o+at a'e+ et <our *on +lient7 %ermettre - l8$tat de *an+tionner un a'o+at uniquement <our *8être
eB<rim& dan* le* m&dia* a'ant l8i**ue d8une <ro+&dure ;udi+iaire – et ind&<endamment même de la teneur
de l8inter'ention – +on*titue une in5&ren+e <arti+uli=rement 5ra'e dan* *on droit de d&finir librement *a
*trat&5ie de d&fen*e au *er'i+e du +lient7

A <eine quelque* ;our* a<r=* *on arrêt Morice2 la Cinqui=me .e+tion a d8ailleur* elle?même +onfirm& que
G la conduite de la dé(ense appartient pour l’essentiel , l’accusé et son avocat H au nom du <rin+i<e d8G
indépendance du -arreau par rapport , l’Etat H ECour $,A2 4
e
.e+tion2 24 ;uillet 20132 S(e@ c. France2 Req7
n° 43333/092 N 29F7

6ien &'idemment2 le* <ro<o* eB<rim&* <ar un a'o+at hor* du <r&toire <eu'ent faire l8ob;et d8un +ontrJle a
posteriori <ar le biai* de* <ro+&dure* di*+i<linaire* et <&nale* ad&quate*7 Ce<endant2 et <ar <rin+i<e2 il ne
*aurait être fait re<ro+he - l8a'o+at d8a'oir +hoi*i de re+ourir auB m&dia* dan* le +adre de *a mi**ion de
d&fen*e7
$n l8e*<=+e "li'ier !"R#C$ n8a fait l8ob;et d8au+une <our*uite di*+i<linaire2 ni - la demande de *on "rdre ni
- la demande du %arquet 5&n&ral7

89# A l8o++a*ion du <r&*ent +ontentieuB2 il e*t don+ e**entiel que la Grande Chambre affirme eB<li+itement
le droit <our le* a'o+at* de *8eB<rimer <ubliquement et hor* du <r&toire *ur l8affaire dont il* *ont *ai*i*2
notamment auB fin* d8alerter *ur de* fait* ou indi+e* r&'&lant de* d@*fon+tionnement* ;udi+iaire*7 $t +e2
tout <arti+uli=rement dan* de* affaire* *en*ible* oP le ;u*ti+iable *e heurte auB im<&ratif* de la rai*on
d8$tat7

0a formation *olennelle <ourrait au**i <r&+i*er que l8eBer+i+e d8un tel droit doit *8in*+rire dan* le *tri+t
+adre de la mi**ion de d&fen*e2 +e qui induit autant de libert&* que d8eBi5en+e* d&ontolo5ique*2
<arfaitement re*<e+t&e* en l8e*<=+e <ar le requ&rant7

Ce fai*ant2 la Grande Chambre <rolon5era dire+tement *on arrêt ?5prianou2 lequel a'ait indeB& la libert&
d8eB<re**ion de* a'o+at* *ur +et im<&ratif de* droit* de la d&fen*e et in*i*t& *ur la n&+e**it& que G le pu-lic
[puisse] avoir con(iance en la capacité des avocats à représenter effectivement les justiciables. H
E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 134F7

8;# ,an* +e* +ondition* et au re5ard de tout +e qui <r&+=de2 il e*t manife*te que la *an+tion infli5&e au
requ&rant ne re<o*e *ur au+un G -esoin social impérieu4 H et n8e*t ab*olument <a* ;u*tifi&e au re5ard de*
im<&ratif* de G la société démocrati&ue H7

!ai* il @ a <lu*7

<#2) Sur ,e &+r+&t%re 0+rt$&u,$%re-ent /$.0ro0ort$onn1 /e ,+ .+n&t$on $n*,$31e

8=# Afin d8&'aluer *i une in5&ren+e au *ein de la libert& d8eB<re**ion <eut <a**er <our n&+e**aire dan* une
*o+i&t& d&mo+ratique

G .a Cour doit déterminer si la mesure prise était Pproportionnée au4 -uts lé'itimes poursuivisP H
E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 NN 130 et 131F7

A +et &5ard
Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 2; *ur 30

G .a nature et la lourdeur des peines in(li'ées sont aussi des éléments , prendre en considération lors&u’il s’a'it de mesurer la
proportionnalité de l’in'érence H ECour $,A2 G7C7 9 ;uillet 19992 SYre= c. #ur&uie Bno +C2 Req7 n° 26692/942 N 6LF7

%lu* en+ore2 notamment dan* le +adre de la libert& d8eB<re**ion ;ournali*tique2 la Cour affirme de'oir

G 3eiller , ce &ue la sanction ne constitue pas une esp%ce de censure tendant , inciter la presse , s’a-stenir
d’e4primer des criti&ues. 1ans le conte4te du dé-at sur un sujet d’intér0t 'énéral, pareille sanction ris&ue
de dissuader les journalistes de contri-uer , la discussion pu-li&ue de &uestions &ui intéressent la vie de la
collectivité. Par l, m0me, elle est de nature , entraver les médias dans l’accomplissement de leur tTc6e
d’in(ormation et de contr/le [:]. 2 cet é'ard, il peut arriver &ue le (ait m0me de la condamnation importe
plus &ue le caract%re mineur de la peine in(li'ée H ECour $,A2 G7C72 10 d&+embre 20032 Stoll c. Suisse2 Req7
n° 69699/012 N 14LF

#l ne *aurait en être diff&remment au *u;et de la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at* hor* de <r&toire <our une
affaire a@ant atti*& l8int&rêt <ubli+2 d8autant que la Grande Chambre a u*& d8un rai*onnement de +ette
nature <our le* <ro<o* tenu* dan* l8en+einte du tribunal

G [.a Cour] consid%re au contraire &ue cette peine in(li'ée au re&uérant était dAune 'ravité
disproportionnée et de nature , produire un ) e((et dissuasi( * sur les avocats dans les situations oU il sAa'it
pour eu4 de dé(endre leurs clients H E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 191F

90# "r2 en l8e*<=+e2 la *an+tion infli5&e au requ&rant e*t 0+rt$&u,$%re-ent ,our/e7

$n effet2 *ur le <lan <&nal2 "li'ier !"R#C$ a &t& d&finiti'ement +ondamn& - L7000 euro* d8amende2 *oit
une *an+tion <lu* forte que +elle* infli5&e* auB deuB ;ournali*te*2 !e**ieur* C"0"!6AN# et >"AANN$.
Ere*<e+ti'ement 37000 euro* et 17400 euro*F7

.ur le <lan +i'il2 le requ&rant a &t& +ondamn& - 'er*er2 *olidairement a'e+ !e**ieur* C"0"!6AN# et
>"AANN$.2 37400 euro* - titre de domma5e* et int&rêt - +ha+un de* deuB ma5i*trat*7 ,e <lu*2 "li'ier
!"R#C$ a &t& +ondamn& - 'er*er un total de 67400 euro* au titre de* frai* non <a@&* <ar lU$tat et eB<o*&*
<ar le* <artie* +i'ile* de'ant le* ;uridi+tion* du fond <ui* la Cour de +a**ation7

0e* ;uridi+tion* fran)ai*e* ont &5alement ordonn&2 auB frai* <arta5&* de* troi* +ondamn&*2 la <ubli+ation
dan* le ;ournal .e Monde du +ommuniqu& r&di5& - +et effet <ar la Cour2 dan* un d&lai d8un moi* - +om<ter
du +ara+t=re d&finitif de l8arrêt et *ou* a*treinte de 400 euro* <ar ;our de retard7

9"# ,8embl&e2 le *eul <ronon+& d8une telle G condamnation pénale pour insulte ou di((amation H *uffit G en
soi [,] con(ér[er] , la mesure prise , [l’]é'ard [du re&uérant] un de'ré élevé de 'ravité H E2l(anta=is c.
r%ce2 <r&+it&2 N 30 M Eouveia omes Fernandes et Freitas e Costa c. Portu'al2 <r&+it&2 N 4LF7 Cette 5ra'it&
e*t n&+e**airement a++rue lor*qu8- +ette <eine *8a;outent de non moin* +on*&quente* +ondamnation*
+i'ile*7

!ai* au re5ard de* fait* re<ro+h&*2 l8im<ortan+e de* *an+tion* ain*i infli5&e* e*t en+ore <lu* manife*te7 A
de multi<le* re<ri*e*2 en effet2 la Cour a ;u5& eB+e**i'e* le* *an+tion* – même limit&e* - une +ondamnation
+i'ile – 'i*ant de* a'o+at* en rai*on de <ro<o* tenu* hor* du <r&toire2 faute de G rapport raisonna-le de
proportionnalité avec lAatteinte causée , la réputation H E2l(anta=is c. r%ce2 <r&+it&2 N 29 M '7 au**i ouveia
omes Fernandes et Freitas e Costa c. Portu'al2 <r&+it&2 N 4LF7

Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 2= *ur 30
Ain*i2 la Cour a +on*id&r& que tel &tait le +a* <our la +ondamnation d8un a'o+at2 au titre du même d&lit de
diffamation que le requ&rant2 - une <eine dUamende de 37000 euro* et2 *olidairement2 - 17000 euro* de
domma5e* et int&rêt ERoland 1umas c. France2 <r&+it&F7

#l ne <eut en être que de même en l8e*<=+e2 oP le* *an+tion* furent <lu* lourde* en+ore et oP nulle
;u*tifi+ation +on'entionnelle *olide n8&tait de nature - fonder le*dite* +ondamnation*7 6ien au +ontraire2
tant la libert& d8eB<re**ion de* a'o+at*2 le* droit* de la d&fen*e et le droit - l8information du <ubli+
eBi5eaient que le requ&rant <ui**e eB<rimer le* <ro<o* +on+ern&*7


Au demeurant2 la *eule eBi*ten+e de telle* *an+tion*2 <arti+uli=rement di*<ro<ortionn&e* au re5ard de*
but* <our*ui'i*2 ne <eut manquer de *u*+iter un im<ortant et re5rettable effet di**ua*if en'er* l8en*emble
de* a'o+at*2 +e qui ne <eut qu8être <arti+uli=rement n&fa*te auB droit* de leur* +lient* et auB im<&ratif* du
<ro+=* &quitable E?5prianou c. C65pre2 <r&+it&2 N 191F7

92# I, r1.u,te /on& /e tout &e @u$ 0r1&%/e @ue ,e. .+n&t$on. $n*,$31e. +u re@u1r+nt ont 0ort1e une +tte$nte
$n2u.t$*$1e et /$.0ro0ort$onn1e > .on /ro$t > ,+ ,$<ert1 /’eC0re..$onD te, @u’1&,+$r1 0+r ,e. $-01r+t$*. /u
/ro$t > un 0ro&%. 1@u$t+<,e#

P+rt+ntD ,+ r+n&e + B$o,1 ,’+rt$&,e "0 /e ,+ ConBent$on euro01enne /e. /ro$t. /e ,’4o--e et .er+
n1&e..+$re-ent &on/+-n1e > &e t$tre 0+r ,+ Gr+n/e C4+-<re#


V
V V


Affaire MORICE c. France Requête n° 29369/10 – Grande Chambre
%a5e 30 *ur 30



93# En &on.1@uen&e2 le requ&rant +on+lut - +e qu8il <lai*e - la Grande Chambre de la Cour euro<&enne de*
droit* de l8homme

- ,#R$ qu8il @ a eu 'iolation <ar la (ran+e de l8arti+le 6 N 1 de la Con'ention M

- ,#R$ qu8il @ a eu 'iolation <ar la (ran+e de l8arti+le 10 de la Con'ention M

- C"N,A!N$R l8$tat fran)ai* au titre de *on <r&;udi+e mat&riel au rembour*ement de* *omme* <a@&e*
<ar "li'ier !"R#C$ au titre de *a +ondamnation *oit L230 euro* (0$%&e n'"8) M

- C"N,A!N$R l8$tat fran)ai* - la *omme de 20 000 euro* au titre du domma5e moral *ubi du fait de la
'iolation de* arti+le* 6 et 10 de la Con'ention2 notamment en rai*on de* *entiment* de fru*tration et
de l8atteinte - la r&<utation n&* de la +ondamnation <&nale in;u*tifi&e infli5&e - un a'o+at qui
n8a5i**ait que dan* l8eBer+i+e de *a mi**ion de d&fen*e M

- C"N,A!N$R l8$tat fran)ai* au rembour*ement de l8en*emble de* frai* et d&<en* en5a5&e* <ar le
requ&rant <our *e d&fendre de'ant le* formation* de Chambre et de Grande Chambre de la Cour
euro<&enne de* droit* de l8homme2 *oit la *omme de 26 319790 euro* (0$%&e. n'"9 > 20)#



(ait - %ari*2 le


"li'ier !"R#C$
Requ&rant



0aurent %$//#/#
A'o+at au 6arreau de %ari*

Ni+ola* A$RW#$C
Collaborateur ECabinet d8a'o+at auB Con*eil*F




Claire AC,A"C#
A'o+at au 6arreau de %ari*
>ulien /AR,#(
A'o+at au 6arreau de %ari*