Vous êtes sur la page 1sur 5
Assurances

Assurances

France

Groupe des Assurances du Crédit Mutuel S.A.

Banque Fédérative du Crédit Mutuel Devises Etrangères

Long terme

AA-

Court terme

F1+

Perspective

Stable

Intrinsèque

NR

Soutien extérieur

2

Groupe des Assurances du Crédit Mutuel S.A.

Long terme

NR

Principales filiales d’assurance :

ACM VIE SA

Solidité financière

NR

SOCAPI

Solidité financière

NR

ACM VIE SAM Solidité financière

NR

ACM IARD

Solidité financière

NR

SERENIS

Solidité financière

NR

Analystes Vanessa Ré +33 1 44 29 91 42 vanessa.re@fitchratings.com

Marc-Philippe Juilliard +33 1 44 29 91 37 marcphilippe.juilliard@fitchratings.com

Contacts Société Jean-Louis Holtzmann Directeur Général Adjoint +33 3 88 14 95 17

Christian Klein Directeur +33 1 45 96 79 01

Juillet 2004

Profil

Le Groupe des Assurances du Crédit Mutuel (GACM) est la société mère de l’ensemble des filiales d’assurance du Groupe Crédit Mutuel Centre Est Europe (CMCEE) dont les principales sont : ACM VIE SA (31% du total des primes en 2003), SOCAPI (31%), ACM IARD SA (22%) et SERENIS (2%). ACM VIE Société d’Assurance Mutuelle (ACM VIE SAM) (9% du total des primes) est également affiliée au GACM bien que n’étant pas juridiquement détenue par ce dernier, compte tenu de son statut de société d’assurance mutuelle.

Le GACM est détenu à 56% par la Banque Fédérative du Crédit Mutuel (BFCM) et à 20,5% par le Crédit Industriel et Commercial (CIC), le complément du capital étant détenu par différentes entités régionales du Crédit Mutuel. La BFCM est l’entité par laquelle le CMCEE procède à des émissions de titres de créances négociables, gère la trésorerie du groupe, et contrôle ses filiales, dont le CIC. Fitch attribue à la BFCM une note long terme ‘AA-’ (AA moins) (voir rapport séparé).

Les activités d’assurance représentaient 25% du résultat net consolidé du CMCEE et 12% du total de bilan à fin 2003. Tenant compte de l’activité de l’ensemble de ses filiales, le GACM est le sixième assureur vie français (avec environ 4% de part de marché) et le dixième intervenant en assurance non-vie (avec environ 3% de part de marché).

Activités

En 2003, le GACM a totalisé 4,9 milliards d’euros de primes émises brutes consolidées (2002 : 4,7 milliards d’euros, 2001 : 2,9 milliards d’euros) dont environ 75% de primes générées par les sociétés d’assurance vie du groupe. La répartition par ligne de métier était la suivante : assurance vie et capitalisation (65%), assurance des emprunteurs (8%), prévoyance (7%), santé (4%), automobile (8%) et incendie risques divers (5%). Le groupe génère la quasi-totalité de son chiffre d’affaires sur le marché français et se concentre sur une clientèle de particuliers à laquelle il accède principalement au travers du réseau bancaire du CMCEE (4 750 agences). En 2002, le GACM a étendu le périmètre de ses activités d’assurance grâce à l’apport de SOCAPI ainsi qu'à l’acquisition de SERENIS (anciennes filiales du CIC) et de la compagnie d’assurance vie TELEVIE. L’ensemble de ces opérations a renforcé de manière significative le volume des primes et les provisions du groupe.

Assurance-vie En 2003, les sociétés d’assurance vie du GACM ont vendu la plupart de leurs produits à une clientèle de particuliers (88%) et, dans une moindre mesure, sous forme d’assurances collectives (12%). Au cours de l’année, ACM VIE SA a enregistré un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros et des provisions techniques de 9,7 milliards d’euros. Les provisions techniques de la compagnie

Assurances

Assurances

ont affiché une forte croissance au cours des six dernières années, leur taux de croissance moyen par année atteignant 21%.

Le chiffre d’affaires de SOCAPI s’est élevé à 1,5 milliard d’euros en 2003 et ses provisions techniques à 16,2 milliards d’euros. Les provisions techniques de la compagnie ont affiché une croissance moyenne par année de 5% au cours des trois derniers exercices.

En complément, une partie des primes d’assurance vie (460 millions d’euros) ont été générées par ACM VIE SAM et, dans une moindre mesure par TELEVIE (84 millions d’euros). Les contraintes liées au statut mutualiste d’ACM VIE SAM incitent le groupe à souscrire la majorité de ses primes nouvelles via ACM VIE SA, ce qui explique pourquoi la plus grande partie des primes de la mutuelle sont constituées de reversements sur des polices existantes (80%). Par ailleurs, le GACM a été tout particulièrement actif pour développer ses activités de prévoyance individuelle et de santé au cours des dernières années. En effet, les primes générées par ces activités ont augmenté à un taux moyen par année de 11% et 14% respectivement au cours des trois dernières années, se montant à respectivement 162 millions d’euros et 184 millions d’euros en 2003.

Assurance non-vie En 2003, les sociétés d’assurance non-vie du GACM ont vendu la quasi-totalité de leurs produits automobile et multirisques habitation à une clientèle de particuliers. Les polices d’assurance couvrant les dommages corporels (37% du total des primes non- vie) ont, elles, été vendues majoritairement à des entreprises (60%). ACM IARD SA a enregistré un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros et des provisions techniques de 1,5 milliard d’euros.

Le chiffre d’affaires de SERENIS s’est élevé à 100 millions d’euros en 2003 et ses provisions techniques à 62 millions d’euros.

Une part résiduelle du total des primes non-vie a été générée par Assurance du Sud SA, la seule entité du groupe qui distribue ses produits via des courtiers d’assurance. D’autre part, le GACM détient des participations minoritaires importantes dans ACM Nord IARD (49%) et Suravenir Assurances SA (34%). Dans les deux cas, l’entité régionale du Groupe Crédit Mutuel, distribuant les produits de la société, est l’actionnaire majoritaire.

Stratégie

Le GACM a pour objectif de renforcer sa position concurrentielle en développant la vente de produits d’assurance à la clientèle de particuliers du CMCEE

et d’accroître le nombre de produits vendus par client, à l’heure actuelle proche de un. De manière plus spécifique, le groupe à l’intention de développer la vente de produits d’assurance destinés aux particuliers par l’intermédiaire des réseaux bancaires du CIC (1600 agences) au travers desquels la vente de produits d’assurance a été jusqu’à maintenant moins soutenue. Afin de faciliter ces développements, il est prévu que les deux sociétés ACM VIE SA et SOCAPI fusionnent au cours de l’année 2004.

Rentabilité

Le GACM a enregistré de solides performances opérationnelles ces dernières années. Le résultat net s’est élevé à 287 millions d’euros en 2003 (2002 :

215 millions d’euros, 2001 : 131 millions d’euros). La stabilisation des marchés actions entraînant une hausse des plus-values latentes sur les portefeuilles correspondants, le groupe n’a pas enregistré de provisions supplémentaires pour dépréciation d’actifs en 2003 (2002 : 225 millions d’euros).

Assurance vie En 2003, les sociétés d’assurance vie du groupe ont généré un résultat technique de 221 millions d’euros, en forte progression par rapport aux années précédentes (2002 : 123 millions d’euros, 2001 : 35 millions d’euros). Malgré l’effondrement des marchés actions entre 2000 et 2003 et la baisse des taux d’intérêts, qui ont tous deux entraîné une réduction de la rémunération des polices en portefeuille, le GACM a su conserver des taux de chute satisfaisants sur cette période. Par ailleurs, la Direction a maintenu un contrôle étroit des dépenses, en témoigne le ratio de coûts du groupe, stable durant ces dernières années à 0,8% des provisions techniques vie.

Assurance non-vie En 2003, les sociétés d’assurance non-vie du groupe ont généré un résultat technique de 123 millions d’euros (2002 : 132 millions d’euros, 2001 : 90 millions d’euros). Au cours des quatre dernières années, leurs activités ont maintenu une forte rentabilité, le ratio combiné s’établissant à un niveau moyen de 96%. A fin 2003, ce ratio était de 94%, stable par rapport à 2002. D’autre part, les sociétés d’assurance non-vie du groupe ont su maintenir leurs coûts à des niveaux satisfaisants d'en moyenne 24% des primes acquises nettes au cours des quatre dernières années.

Investissements

Dans son ensemble, le portefeuille d’investissement du GACM s’élevait à 39 milliards d’euros à fin 2003 (2002 : 36 milliards d’euros, 2001 : 19,5 milliards d’euros). Le groupe applique une politique

Assurances

Assurances

d’investissement prudente ainsi qu’en témoigne l’allocation du portefeuille entre les différentes classes d’actifs : titres à revenu fixe 92%, actions 6%, prêts 1% et immobilier 1%. Par ailleurs, le portefeuille comprend 3,4 milliards d’euros d’actifs représentant des contrats en unités de compte. La qualité de crédit du portefeuille obligataire se situe à un niveau très élevé puisque 76% des titres détenus en 2003 étaient notés au moins ‘AA’ et seulement 1% en dessous de la catégorie ‘Investissement’ ou non notés.

Le portefeuille d’investissement du GACM reflète majoritairement les activités d’assurance vie du groupe (37 milliards d’euros contre 1,8 milliard d’euros pour les opérations d’assurance non-vie). Au cours des deux dernières années, le GACM a enregistré des rendements satisfaisants de ses placements (plus-values réalisées comprises) aux environs de 5% en moyenne par an.

Provisions Techniques

Les provisions techniques consolidées du GACM s’élèvent à 37 milliards d’euros à fin 2003, en progression de 7% par rapport à 2002. Celles-ci ont quasiment doublé par rapport à 2001 (18 milliards d’euros), du fait de l’intégration dans le bilan consolidé du groupe de SOCAPI, SERENIS et TELEVIE à compter de l’exercice 2002. En 2003, les provisions techniques relatives aux opérations d’assurance vie représentaient environ 96% du total des provisions du groupe. Fitch considère prudente la politique menée par le groupe en matière de provisionnement et estime que le niveau des provisions techniques est satisfaisant pour faire face aux engagements futurs.

Réassurance

Au cours des trois dernières années, la part moyenne des primes cédées aux réassureurs en vie et en non- vie a atteint respectivement 6,5% et 1% des primes émises brutes. L’usage limité de la réassurance par les sociétés d’assurance vie du groupe s’explique par le faible niveau de risque supporté sur l’essentiel de leurs activités, principalement sous forme d’épargne. Le GACM utilise des modèles prudents afin de définir sa politique de réassurance en non-vie, prenant pour référence le coût total des sinistres consécutifs aux tempêtes Lothar et Martin de 1999 (120 millions d’euros). En 2003, le groupe a souscrit des couvertures en excédent de pertes (avec une portée de 130 millions d’euros), ainsi que des traités en quote-part. De plus, un traité ‘stop loss’ a été mis en place afin de protéger la solvabilité de certaines filiales. Les réassureurs du groupe possèdent une bonne solidité financière (90% d’entre eux sont notés au moins ‘A’).

Adéquation des fonds propres

En 2003, le GACM a maintenu une solide adéquation de ses fonds propres. Hors plus-values latentes, la marge de solvabilité du groupe couvrait 1,78x le minimum réglementaire (2,8x en intégrant les plus-values latentes). Au cours des quatre dernières années, les capitaux propres du groupe (hors plus-values latentes) ont augmenté à un taux moyen annuel de 29% pour atteindre 2,6 milliards

d’euros en 2003 contre 1,2 milliard d’euros en 1999. Cette importante croissance s’explique par : (i) de solides résultats, (ii) un taux de distribution de dividendes modéré aux environs de 10% au cours des dernières années et (iii) une augmentation de capital en 2002 de 514 millions d’euros afin de rémunérer l’apport de SOCAPI. La forte croissance des primes correspondant aux polices souscrites en euros en 2001 a eu pour effet d’affecter les marges

de solvabilité des sociétés d’assurance vie du groupe,

dans la mesure où ce type de polices requiert une

marge de solvabilité réglementaire plus importante que les produits en unités de compte. L’effet opposé

a commencé à se manifester en 2003 avec le

redémarrage des cotisations sur les produits en unités de compte et Fitch anticipe la persistance de cette

tendance en 2004.

Assurances

Assurances

Groupe des Assurances du Crédit Mutuel

Comptes Consolidés (au 31 décembre, en millions d’euros)

2003

2002

2001

2000

Primes émises brutes

4

911

4

729

2

917

2

994

Vie

3 660

3 564

1 921

2 090

dont contrats en unités de compte

868

802

1

020

nd

Non vie

1 251

1 165

996

904

Résultat net

287

215

 

131

117

Provisions techniques

37 415

34 888

17 881

16 648

Vie

35 779

33 367

16 515

15 403

dont contrats en unités de compte

3 445

3 222

3 657

nd

Non vie

1 636

1 521

1

366

1 245

Placements

39 055

36 133

19 514

17 913

Capitaux propres (y compris intérêts minoritaires)

Capitaux propres (y compris intérêts minoritaires) 2 607 2 334 1 632 1 308

2

607

Capitaux propres (y compris intérêts minoritaires) 2 607 2 334 1 632 1 308

2

334

Capitaux propres (y compris intérêts minoritaires) 2 607 2 334 1 632 1 308

1

632

Capitaux propres (y compris intérêts minoritaires) 2 607 2 334 1 632 1 308

1

308

Total bilan

41 128

38 256

20 720

19 015

Ratio combiné (%)

94.3

93.9

95.5

98.6

Source: rapports annuels

Assurances

Assurances

A propos de la note de solidité financière de Fitch (Insurer Financial Strength)

La note de solidité financière (insurer financial strength – IFS) attribuée par Fitch Ratings aux compagnies d'assurances représente l'appréciation de l'agence sur la solidité financière de ces sociétés et rend compte de leur capacité à honorer leurs engagements envers leurs assurés. Ces notes se fondent sur une analyse détaillée des facteurs permettant de déterminer les caractéristiques de la solvabilité de l'assureur, la liquidité, la performance opérationnelle, la qualité du management et le positionnement concurrentiel à long terme. La note IFS ne porte pas sur la volonté du management d'honorer les engagements de la société ni sur la qualité de la gestion des sinistres par l'assureur.

Les notes IFS sont utilisées par les courtiers et agents généraux d'assurances, responsables des risques, particuliers et d'une façon générale tous les intervenants du monde de l'assurance. Elles offrent une opinion impartiale sur la viabilité financière d'un assureur dans le cadre d'une décision d'investissement. Toutefois, les notes IFS ne concernent que la solidité financière de l'assureur et ne portent pas sur la qualité de ses produits ni sur le caractère compétitif de ses tarifs ou de ses conditions générales ou particulières.

Les notes IFS sont établies sur l'échelle de notes figurée ci-contre. Les notes IFS comprises entre ‘AAA’ et ‘BBB–’ inclus entrent dans la catégorie de “Sécurité”, celles allant de ‘BB+’ à D entrent dans la catégorie “Vulnérable”. Si Fitch estime que certaines circonstances, telles qu'une fusion en cours ou à venir, ou une restructuration de la société, sont susceptibles d'entraîner un changement de la note Fitch dans un avenir proche, la note sera placée sous surveillance. Cette surveillance sera qualifiée de "Positive", Négative" ou "Evolutive" selon le cas pour indiquer le sens possible de l'évolution de la note. Pour les notes non placées sous surveillance, Fitch indiquera la perspective à long terme de la note. La perspective se rapporte à des tendances à plus long terme et est qualifiée de "Stable", "Positive", "Négative" ou "Evolutive" selon le sens de cette tendance. Une mise sous surveillance, de même qu'une perspective, indique un changement possible, mais non imminent, de la note.

Echelle des notes IFS

Description

Catégorie 'Sécurité'

AAA AA+ / AA / AA– A+ / A / A– BBB+ / BBB / BBB–

Catégorie 'Vulnérable'

Exceptionnellement forte Très forte Forte Bonne

BB+ / BB / BB–

Modérément faible

B+ / B / B–

Faible

CCC+ / CCC / CCC– / CC / C

Très faible

DDD / DD / D

En difficulté

Le label "Fitch Security Seal"

Si l'image figurant ci-contre apparaît sur la première page du présent rapport, cela signifie que l'assureur a reçu le label «Fitch Security Seal».Destiné aux utilisateurs de notes non avertis des subtilités de l'échelle des notes de Fitch, ce label est un indicateur, sous une forme simple, de sécurité financière. Il est attribué aux assureurs qui réunissent l'ensemble des critères suivants : note IFS de Fitch de niveau minimum 'A-', cinq ans minimum d'historique d'activité, existence d'une relation de notation continue, volontaire et interactive avec Fitch.

A propos de Fitch

Fitch Ratings est l'une des principales grandes agences internationales de notation, active dans 75 pays au travers de 49 bureaux et filiales et compte plus de 1450 salariés. Outre son activité dans le secteur des assurances, avec 1300 sociétés notées, Fitch note 1 600 institutions financières, 1 200 entreprises, 87 Etats et 188 collectivités locales. Elle assure une surveillance sur 8000 opérations de titrisation et 42 000 notes d'obligations municipales américaines. L'agence dispose d'un double siège social, à Londres et à New York.