Vous êtes sur la page 1sur 8

Grammaire français

Les mots invariables.


► L’Interjection
Les mots invariables

Les mots français se répartissent en neuf


catégories. Cinq variables et Quatre
invariables.
Les invariables sont :
- l’Adverbe : "hier, heureusement, ici, là bas";
- la Préposition : "vers, devant, en";
- la Conjonction : "mais, ou, et, donc, or, ni,
car, parce que";
- l’Interjection: "fi! Ah! Chtt!".
L’Interjection.
 Les interjections servent à transcrire un état affectif
(joie, émotion, colère, surprise, doute, ironie, etc.)
du locuteur. On classe également parmi les
interjections les onomatopées (mots traduisant des
bruits, par exemple miaou, boum, tic-tac).
 L’interjection n’a aucune fonction dans la chaîne
syntaxique et est indépendante des autres
constituants de la phrase. C’est cette autonomie qui
lui donne la particularité de pouvoir former une
phrase à elle seule : euh ! ouf ! aïe !
Les interjections essentielles
 Les interjections essentielles ne s’emploient qu’en tant
qu’interjections : zut !, ouf !, vlan !, euh !. Elles sont issues pour
la plupart de formations expressives et rappellent plus ou moins
un bruit. Ainsi, contrairement aux autres mots, elles peuvent
revêtir une forme qui est étrangère au système phonologique de
la langue. On trouve ainsi des suites de consonnes sans
voyelles (pft ! tss !) alors que la langue française se base sur
l’enchaînement de voyelles et de consonnes. De même, la
répétition de consonnes telles que le r (par exemple dans grrr !
ou brrr !) constitue une anomalie par rapport au système.
 Au niveau supérieur, la composition d’interjection résultant de la
répétition d’un élément est également propre à cette classe :
plouf-plouf, blablabla, miam-miam, tchin-tchin.
Les interjections accidentelles
 Les interjections accidentelles sont issues de mots ou
d’expressions qui ont un autre emploi : flûte !, chouette !, bon
sang !, la barbe !, nom d’une pipe !, etc. Tout comme les
interjections essentielles, elles sont invariables. Les marques de
nombre ou de personne inhérentes à certaines (issues de verbes
notamment comme tiens !, voyons !, allez !) sont sans rapport
avec une quelconque référence à une ou plusieurs personnes.
On dira aussi bien Allez ! c’est d’accord, je me lance dans le
projet que Allez ! laissez-vous tenter par le projet. De même, on
peut avoir Mon œil !, mais pas Ton œil ! ou À la bonne heure !
mais pas Aux bonnes heures !
 Les interjections accidentelles présentent également la
particularité de pouvoir redoubler un élément : tiens, tiens !, bon,
bon !
L’Interjection.
 De nombreuses interjections sont
dépourvues de contenu sémantique : ah !
peut exprimer tout à la fois la surprise, la
déception, la joie, le doute, etc. Il en va de
même pour euh !, oh !, etc. qui peuvent
traduire différents sentiments.
 C’est à l’oral que l’interjection prend son
sens. Elle porte toujours un accent, et
l’interlocuteur en décode le contenu selon
l’intonation avec laquelle elle est prononcée.
L’Interjection

 À côté d’interjections servant à l’expression


d’un sentiment, il en existe certaines qui ont
pour rôle d’établir, de contrôler ou
d’interrompre la communication entre
locuteur et récepteur : c’est la fonction
phatique du langage. Allô ! permet ainsi au
locuteur d’entrer en communication avec son
correspondant.
Bibliographie :

 Encarta ;
 www.synapse-fr.com ;
 www.lepointdufle.net ;
 ininfo.bloguez.com ;
 http://www.etudes-litteraires.com
 http://etudedelalangue.canalblog.com