Vous êtes sur la page 1sur 18

Aubry-Daubresse :

duel pour LMCU page 7

Et ailleurs : Strasbourg, vers un îlot socialiste en Alsace ? page 17

L e Q u o ti d i en
d e s Mu n i c i p ale s 2 0 0 8
r éa l i s é p ar l e s é tu d i a n t s
d e l ’ É c o l e s up é r i e u r e
d e j o u r na l i s m e d e L i l l e

de mars Numéro 2
Ve nd r e d i 7 ma r s 200 8

Après huit mois


de préparation,
la police a mené
mardi une vaste
opération
à Lille-Fives.
À cinq jours
d’élections
où la sécurité
est un enjeu,
les habitants
s’interrogent
sur ce calendrier.
page 2

Une descente
Le corridor qui Photo : Gaël Cogné
mène à la cité Lys
servait de poste
de guet aux dealers.

qui tombe à pic


Photo : Gaël Cogné

page 2

Et ailleurs... Focus
Amiante : à Douai, CALAIS : dans le bastion PC,
Alstom condamné l’après-Sangatte et ses migrants
à la peine maximale enveniment les débats
page 15 pages 9 à 12
La descente
ÉDITO L’ É V É N E M E N T

Fumée sans feu

qui tombe à pic


Qu’ on ne s’ y tro mpe pas.
Le s d ép lac eme nts sur mé-
d i a t i s é s d e s L e Pe n p è r e e t
fill l e d a n s l e N o r d t i e n n e n t
fi
p lus du b ar oud d’ h onne ur
q ue de l a r ésur re cti on.
Que c e so it à Ar ras, Li ll e
o u H é nin-Be aumont. Et le s
m u n i c i p a l e s c o n fi firr m e r o n t
sans doute c e qui av ait Deux ans que
c omme nc é il y a un an , à l a les habitants
p rés i denti e ll e, po ur se d e l a c i t é Ly s
p our sui vre aux
l égi slativ e s : la le nte e x - attend aient
t i n c t i o n d e l a fl
flaa m m e d u l'inter vention
F N . C e t t e m ê m e fl flaa m m e
q ui bril l e dé so r mais p ar de la polic e
s on a bs en ce s ur le s tr ac ts c ontre une
de c ampagne distrib ués bande
dans l e s bo îte s aux l ettr es.
q ui te r r or isait

D
L’ é l e c t e u r a v e r t i a u r a r e -
m a rq u é l a d i sp a r it i on d u ce qua r t ier
l ogo histor iq ue du par ti, d e Fi ve s .
p our y re l ev e r l a p ré -
sen ce …d’un c œur ! El le est ar rivée
« L e F N n’ e s t p a s m o r t e t cinq jours avant
les gens le verront à l’oc- l e p r emie r t o ur
casion d e ces élections » ,
m a r t è l e J e a n - M a r i e L e Pe n des élections
à c h a cune d e s es ap pa ri - municipales.
tio ns, al lant mêm e jusqu’ à
Par Gaël
l an ce r q u’ Hé nin-Be a umo nt

Cogné
ser a p our l ui et se s mil i-
tants, l ’e nje u p rinc ip al du
scr utin.
Al ors oui , l ’atte ntio n se fo - Depuis plusieurs mois, les
habitants ne se garent plus
es tags sur les tiques, circulent. « C'est trop gros. Juste
c al is e ra s ur l ’a nci e nne ci té
sur le parking de la cité
portes, une avant les municipales. Alors qu'on at-
mi niè re q ue c onv oi te sa
Lys. De nombreux véhi-
voiture désos- tendait cette descente depuis deux ans »,
fill l e . M a i s l a c o m m u n e d u
fi
cules y ont été dégradés.
sée, des débris s'exclame Martine qui habite dans
Pa s - d e - C a l a i s , a v e c s e s
Photo:G.C.

de verre, des la cité.


2 6 0 0 0 â m e s , n’ a f r a n c h e -
chaussures qui Le commissaire Gilbert qui a dirigé
me nt rie n d u tre mp li n q ui
pendent aux les opérations affirme que la police
p our rai t f aite re naîtr e le FN

Anonymat
fils télépho- n’est au courant que depuis huit
s ur la sc è ne po l iti que na-
niques. La cité mois, quand les cambriolages se
tio nal e. En é tant réal iste ,
Lys est dans multipliaient. Interrogé par la Pres- garanti
sans dé nigr er l a v il le , q ui
un sale état. sion de Mars, M. Hernandez, porte-
c onna î t H éni n-Be aumo nt,
« Une fois, ils ont même accroché un vélo parole à la direction départementale
au-de là de se s fro nti ère s?
aux fils », soupire un habitant. Mais de la police, est catégorique : « On Mesure controversée, l’usage des
Le ré sul tat o bte nu le
témoignages anonymes s’est révélé
surtout, une quinzaine de personnes n'est absolument pas manipulé. On a
1 6 m a r s s er a, qu o i q u ’i l a r-
utile, en tout cas dans l'opération
– dont plusieurs mineurs – faisait ré- tapé quand on était sûr que cela allait
ri ve , dé te r mina nt au s ei n
menée cité Lys. « Ça a permis de
gner sa loi sur la courée, un lieu dif- porter ses fruits. » Le commissaire
m ê m e d u Fr o n t n a t i o n a l , o ù
faire remonter des informations im-
ficile à contrôler pour la police. Gilbert est plus nuancé. « On avait de
Ma rine ne c ac h e pl us s o n
portantes », reconnaît le commis-
saire Gilbert, qui a dirigé le coup de
Mardi matin, la préfecture a sorti les grosses présomptions sur ce qu'on allait
ambi tio n de pre ndre le s
filet. La procédure de témoignage
grands moyens pour mettre le grap- trouver. On n'était pas sûr à 100 %. »
rênes des main s de son
anonyme, votée en 2001 sous le
pin sur cette petite bande qui agis- Pourtant, selon une source proche
p è r e . L’ a u t r e e n j e u s e r a e f -
gouvernement Jospin, se limitait
sait en toute impunité. « Il y avait la de l'enquête, les policiers auraient
f ec tiv eme nt de savo ir si
d'abord aux crimes et délits graves.
police, la Bac, le GIGN, les stups », ra- été surpris de trouver de la cocaïne. Étendue par la loi Perben du 3 août
e ll e p eu t as sur er l a s ucc es -
2002, elle concerne désormais les
conte un témoin. Deux personnes Autre fait troublant, une réunion
sio n du v ie ux p rési dent.
délits punis de trois ans d'emprison-
auraient échappé au coup de filet. avait été organisée par Martine
M a i s l e s L e Pe n n e s e p a s -
nement minimum. À l'époque, les
300 grammes de cocaïne ont été Aubry le dimanche précédant la des-
ser ont-i ls pas l e bâto n d’un
magistrats, avocats et associations
trouvés dans leur squat. Hier, les cente. Quelques Fivois, voisins de la
flaa m b e a u p r e s q u e é t e i n t ?
fl
Julien Damien des droits de l'homme, épaulés par
l'opposition de gauche, avaient crié
gardes à vue s'achevaient. Une in- cité, étaient présents. La candidate au scandale, accusant la droite d'ins-
formation judiciaire a été ouverte. socialiste aurait laissé entendre que titutionnaliser la délation.
Deux personnes ont été déférées au quelque chose se préparait et souli- « Je remarque juste que la mairie se
parquet. gné l'implication de la mairie. Une félicite d'une opération menée grâce
LA PRESSION de mars Depuis cette spectaculaire descente, cellule de veille, dédiée à la sécurité, à une loi qu'elle disait “sécuritaire”,
ironise Christian Decocq, chef de
le quartier s’in- avait été mise en file de la fédération UMP du Nord.
quiète d’éventuelles « ON ATTENDAIT ÇA place depuis quel-
Quotidien réalisé par les étudiants de l’ESJ, de
Or, elle est bien contente de l'avoir
représailles, notam- ques mois. Lors de
ment en raison des DEPUIS DEUX ANS »
deuxième année (presse écrite) et de PHR.
quand il le faut. » Mardi, Martine
cette réunion, Mar-
Refermentation et maturation
Directeur de la publication : Aubry se réjouissait en effet d'avoir
« réussi à obtenir avec le procureur
témoignages ano- tine Aubry a af-
Pierre Savary
l'anonymat pour les habitants ».
nymes d’habitants qui ont nourri firmé qu’elle réclamait depuis long-
Fermentation
« Cela a donné aux victimes la possi-
l’enquête [lire ci-contre]. Pendant des temps 400 policiers supplémentaires
Directeurs adjoints de la publication :
bilité d'enfin témoigner », renchérit
mois, des habitants ont discrète- sur la métropole. Elle aurait aussi
Cyril Petit, Yves Sécher,
Fabrice Tassel. Laurent Brunel Roger Vicot, adjoint à la Sécurité de
Houblonnage - Rédacteurs en chef :
ment dépeint à la police les raisons présenté aux habitants le plan de ré- la mairie de Lille.
Dans les faits, les services de police
de leur ras-le-bol : la crainte de voir novation de leur quartier.
Hélène Bekmezian, Julien Damien,
chargés de l'enquête ont transmis
son véhicule dégradé ou incendié Les habitants de la cité, eux, assu-
Delphine Lacroix, Jérémy Marot
une demande d'anonymat au par-
sur le petit parking. La peur des rent ne pas avoir été invités. « Le
Embouteillage
quet. Le juge des libertés et déten-
cambriolages (plusieurs chaque se- quartier se “boboïse”. Les nouveaux ont
Rédacteurs en chef techniques :
Guillaume Carré, Jean Décotte, tion a alors évalué les risques de re-
présailles pour les témoins,
maine, souvent en plein jour), les vi- plus de contacts, par exemple, dans la
Alexandra Nawawi, Benoist Pasteau
l'importance de leurs témoignages,
tres brisées, les coups et les insultes municipalité et les journaux », rapporte et a finalement autorisé la procé-
reçus. Le petit Casino du coin se fai- un habitant satisfait que les difficul-
Sur le blog des municipales de l’ESJ,
dure. Un coup de pouce bienvenu
sait régulièrement piller, poussant le tés du quartier aient été prises en
lire, écouter et regarder
les reportages des deuxièmes années : dans une enquête engagée il y a
gérant a mettre la clé sous la porte compte. Martine est plus amère : plus de huit mois...
Jérémy Marot
http://chroniquesdemars.blogspot.com

en moins d'un an. « Nous ça fait deux ans qu'on attend. Ils
École supérieure de journalisme de Lille,

D’autres interrogations, plus poli- s'en foutent de nous. »


50 rue Gauthier-de-Châtillon, 59046 Lille Cedex.
Tel : 03.20.30.44.00. www.esj-lille.fr

La Pression de mars 2 Jeudi 6 mars 2008


Villeneuve-d’Ascq
L’ E S S E N T I E L

Les meilleurs
ennemis
Par Marc-Antoine

P
Barreau

our la première fois depuis 1977,


la gauche part en ordre dispersé
aux élections municipales de Vil-

duel
leneuve-d’Ascq. Conséquence : tout
pourrait se jouer au deuxième tour. Du
Le
jamais vu dans une ville où les candi-
dats socialistes ont toujours été élus
dès le premier dimanche des élections.
Depuis seize mois, Jean-Michel Stie-
venard, actuel maire PS, ne dort pas
sur ses deux oreilles. Et pour cause, il
se serait bien passé de la candidature
de Gérard Caudron qui n’est autre que
le maire historique villeneuvois. Après
quatre mandats de maire sous les cou-
leurs socialistes (1977-2001), celui-ci
avait choisi « de prendre volontairement
du recul » et de passer le relais à celui
qui fut son premier adjoint durant dix-
huit ans. Depuis, l’eau a coulé sous les
ponts, les deux anciens collaborateurs
ne sont plus amis et Gérard Caudron a
quitté les rangs du PS se disant « cho-
qué par le système clientéliste qui règne au-
tour de Pierre Mauroy et compagnie ».
Tous les coups sont permis : mercredi
dernier, Gérard Caudron a été
condamné par le tribunal correction-
nel de Lille pour propos injurieux en-
vers son adversaire via son blog.
et le crédit

Autrement dit, le duel villeneuvois op-


pose le père à son fils spirituel, l’un ac-
cusant l’autre d’avoir maltraité le bébé.
De retour aux affaires et soutenu par
les nostalgiques de l’époque 1977-
2001, Gérard Caudron débarque sans
étiquette avec « un nouveau projet, une
nouvelle équipe et une nouvelle gouver-
Photos : DR

nance ». Jean-Michel Stiévenard a bien


essayé de rappeler son ancien ami à la
GÉRARD CAUDRON JEAN-MICHEL STIEVENARD
raison en lui proposant de faire partie
de sa liste, « même si Gérard m’a trahi
Ensemble pour Villeneuve-d’Ascq, Parti socialiste,
après seulement mes huit premiers mois de 63 ans. 62 ans.
mandat ». Ambiance…
[voir aussi notre article page 6] Ancien maire (1977-2001). Maire sortant (depuis 2001).
Les arbitres
Jovial, direct avec les habitants de Villeneuve-d’Ascq, Gérard Même s’il peut paraître rigide, peu convivial comme le sont la
Six listes sont en compétition à Ville- Caudron est en terrain conquis dans la ville nouvelle. Pas plupart des hommes “de dossier”, Jean-Michel Stievenard est,
neuve-d’Ascq pour les municipales de étonnant, l’homme y a été maire durant vingt-quatre ans et les selon ses proches collaborateurs, « quelqu’un que l’on peut in-
mars 2008. Le camp de la gauche est Villeneuvois n’avaient connu que lui avant qu’il ne décide de viter chez soi ». Autrement dit, il y a un gouffre entre « l’appa-
très éparpillé avec quatre listes candi- passer la main à Jean-Michel Stievenard. rence et le fond du personnage ».
dates. Outre celle de Jean-Pierre Stié- De retour aux affaires, Gérard Caudron puise ses ressources Décrit comme un épicurien, ce natif de Denain dans le Valen-
venard (PS) et celle de Gérard Cau- dans l’histoire égyptienne : « Les Égyptiens ont une perception ciennois, propulsé dans le fauteuil de maire grâce au coup de
dron, s’ajoutent les Verts et les de la vie et de la mort qui me correspond. On sait qu’on est là pouce de Gérard Caudron, ne le fait pas vraiment transparaî-
communistes. Autrement dit, le temps seulement pour un temps. C’est pareil concernant un mandat, tre auprès des Villeneuvois. Aussi, afin de cerner convenable-
de la gauche unie de 2001 est révolu et on sait qu’il faudra passer la main un jour où l’autre. Alors pour ment le personnage, mieux vaut encore jeter un œil sur son
s’il y en a un qui boit du petit lait, c’est 2008 si je gagne, c’est bien, et si je perds tant pis, je passerai à livre. Dans À Corps et à cœur, « pas un programme » mais plu-
bien Didier Plancke, le jeune candidat autre chose. » tôt « une méditation », on apprend par exemple qu’il n’est pas
UMP. Bénéficiant d’une réserve de voix Il est aussi comme ça Gérard Caudron : un air détaché qui rare que Jean-Michel Stievenard enfourche son scooter pour
de 30%, le candidat de la majorité explique sans doute son aisance à approcher les gens. Un une ballade dans Villeneuve-d’Ascq. Morceau choisi : « C’est
présidentielle ose espérer une triangu- comportement à double tranchant qui peut en déconcerter devenu un plaisir rituel… avec ma femme. Tous les deux sur le
laire. Petit bémol : la liste MoDem de quelques-uns pouvant lui reprocher de ne pas toujours se scooter, cadeau d’anniversaire de nos amis, nous aimons sillon-
Christian Carnois qui pourrait lui coû- prendre au sérieux. De son propre aveu : « Je ne suis pas un ner notre ville… » Certes, cet extrait est un brin réducteur,
ter des voix. homme qui ne pense qu’à la politique. » mais il faut un début à tout. Même ses collaborateurs le recon-
naissent : « Jean-Michel est toujours un peu sur la réserve. »

Le chiffre La phrase

6 200
du jour du jour
« Le MoDem ne sert à rien. »

C’est le nombre de kilomètres parcourus


Daniel Cohn-Bendit, lors d’un café politique à Lille mercredi. Pour “Dany le Rouge”,
le parti de François Bayrou n’est indispensable à personne dans la capitale des Flandres,
par un Australien en voiture, pour un en particulier à Martine Aubry, assurée de gagner « sans l’aide de quiconque » selon lui.
simple essai chez un concessionnaire.

La Pression de mars 3 Vendredi 7 mars 2008


Le FN fait front contre
EN RÉGION

le socialiste Dalongeville
Par Mélanie Carnot Steve Briois [à gauche] pouvait
compter sur le précieux soutien
de Marine Le Pen [à droite],

D
HÉN IN-B EAUMONT. mercredi soir à Hénin-Beaumont.
Photo : M.C.
Cent cinquante personnes
étaient rassemblées
mercredi soir
pour écouter Steve Briois
et Marine Le Pen, numéros
1 et 2 de la liste FN de la ville.
Le mot d’ordre :
« Tous contre Dalongeville ! »

édicaces du programme par la “vedette” Marine Le la salle » insiste-t-il. Un choix comme celui de Michel, qui habite la ville depuis
Pen, poses photos et cris de victoire, la campagne trente ans et déménage bientôt. « La politique de Gérard Dalongeville ne me convient
menée par le Front National passionne les militants du parti. Convaincus pas », souligne-t-il. Pour faire son choix, le soixantenaire se rend à toutes les réu-
qu’Hénin-Beaumont sera le symbole absolu de leur victoire, cent cinquante per- nions publiques. « Je veux écouter tous les candidats. Je les compare tous. » Mais il sait
sonnes étaient venus s’informer hier soir lors de la dernière réunion publique, déjà qu’il donnera sa voix au Front National.
avant le premier tour de dimanche. Autre exemple avec Éric, qui est revenu vivre à Hénin-
Ils tiennent dans leurs mains le programme de Steve Beaumont après son divorce. Il a constaté un change-
Briois, la tête de liste. Un candidat qui n’est pas le leur, « BRIOIS ET LE PEN : ment radical depuis quelques années. « Le cadre de vie
DES GENS QUI SAVENT
car beaucoup d’entre eux n’habitent même pas Hénin- n’est plus le même que sous les anciens maires Piette et Dar-
Beaumont. Annick et Francis, membres du FN, vien- chicourt », explique-t-il. Pour ces Héninois, il est impor-
nent de Tourcoing et ont voulu « honorer une invitation »
qu’ils ont reçu personnellement. Jacky habite Phalem- SE BATTRE » tant de distinguer le parti (et tout ce qu’il représente) et
le candidat dans cette échéance locale. « Je vote pour les
pin mais soutient les « très bonnes idées de Steve Briois et Jacky, un membre du FN idées de Steve Briois et non pas pour un parti. » Ce qui les
Marine le Pen, des gens qui savent se battre ». unit, c’est leur envie de tourner la page Dalongeville. Sé-
Il y aussi les jeunes encartés des communes environ- duits par le Front National, ils ne veulent pas pour au-
nantes, qui regrettent qu’une liste Front National n’ait pu se construire dans leurs tant apparaître comme des sympathisants FN.
villes respectives. Alors ils tractent et font du porte-à-porte à Hénin-Beaumont. Le « tous contre Dalongeville », Marine Le Pen et Steve Briois l’ont suffisamment
Des candidats d’ autres villes sont également venus apporter leur soutien, comme rappelé et en ont fait tout un programme pour rassembler les déçus de la politique
Christopher Sczurek, candidat aux cantonales à Courrières, ou même Eric Dil- de la gauche. Durant son discours, le jeune candidat est revenu point par point
lies, la tête de liste Front National à Lille. Finalement peu d’Héninois. Ce qui ne sur les promesses du maire sortant en 2001, « non tenues », selon lui. Marine Le
surprend pas Steve Briois. « Les gens ont fait leur choix même s’ils n’étaient pas dans Pen conclut : « La seule liste pour faire tomber Dalongeville, c’est la nôtre. »

ARRAS. « Nous attendions la présence de Marine »

L
Par Clémence Lambard
e Front National a-t-il tenté de rejouer Le Liè- pour réimplanter le parti sur Arras ». En effet depuis
vre et la tortue à Arras, sans toutefois espérer le 1995, le FN n’a plus proposé de listes aux différentes
même résultat que dans la fable ? À vouloir at- élections. La permanence de la Grand Place a été fer-
tendre la présence symbolique de Marine Le Pen mée. Le groupe dissout au profit de celui d’Hénin-
dans la cité, le parti en a été réduit à patienter jusqu’à Beaumont. Autour du nouveau leader Jean-Marc
ce mercredi, soit quatre jours avant le premier tour Maurice, arrageois d’origine, le parti espère retrou-
des élections municipales, pour présenter sa liste. Et ver sa verve de l’époque.
ce sur le marché de la Petite Place, devant une mai- Pourtant le pari n’est pas encore gagné. Sur les qua-
gre assemblée de journalistes et de badauds. rante-trois noms qui composent la liste, trois seule-
« Il y a quelques semaines, Marine Le Pen ne pouvait pas ment sont des militants FN, tous les autres colistiers
venir, tente de justifier Jean-Marc Maurice, la tête de sont indépendants. Reste, pour mettre tout le monde
liste FN. Le week-end dernier, elle avait un meeting, le d’accord, un programme centré autour de la notion
marché d’Arras s’est donc imposé naturellement… » Er- « d’insécurité constante ». Pour cela plusieurs solutions
reur de stratégie ou pas ? Fallait-il attendre que le ca- sont avancées : mise en place d’une police de proxi-
lendrier de la candidate à la mairie d’Hénin-Beau- mité 24h/24, dans tous les quartiers de la ville, l’ins-
mont soit en accord avec celui de Jean-Marc tallation d’un système de vidéo surveillance… Des
Maurice, au risque que, comme le souligne une pas- vieilles recettes qui ont fait leurs preuves par le passé.
Photo :C.L

sante, « plus personne ne s’y retrouve » ? « On ne fait pas de miracles, même à Lourdes, il y en a de
Cependant, pour le Front National, l’idée est simple. moins en moins », ajoute, un brin fataliste, Jean-Marc
Jean-Marc Maurice,
Il faut « avant tout utiliser la campagne comme tremplin Maurice.
tête de liste FN.

La Pression de mars 4 Vendredi 7 mars 2008


EN RÉGION

Polémique
Bulletins
dans la nature

au sujet de
ROUBAIX. Slimane Tir, candidat des
Verts, a convoqué hier soir la presse.
Motif : selon lui, « des milliers » de bul-

la journée
letins de vote, au nom des Verts, n’ont
pas été envoyés aux bureaux électo-
raux. S’apercevant de cette absence, il
a enquêté et retrouvé lui-même les bul-

des femmes
letins. Oubli ou acte volontaire ? Selon
le candidat, la deuxième option serait à
privilégier… Tout sur cette affaire dans
notre édition de samedi.

Où habite
Bernard Six ?
CROIX. Ira, ira pas ? À l’heure actuelle,
la présence de Bernard Six (Nouveau
Centre) à Croix pour les municipales
n’est pas garantie. En cause: l’absence
de domicile du maire sortant sur le terri-
L I L L E . La Journée des femmes
a été fêtée avec trois jours d’avance toire de la commune. « Au 1er janvier

Photo : Jérémy Marot


2008, je suis inscrit au rôle des contribu-
dans la capitale nordiste, tions pour (posséder) un garage et inscrit
sur les listes électorales », a déclaré Ber-
nard Six. Cependant, aucune trace n’éta-
au grand dam de l’opposition
qui dénonce une manipulation électorale. blit que le candidat a payé des impôts
avant cette date. La menace d’une inéli-

S
gibilité pèse donc toujours pour l’édile.

Le forcing
Par Caroline Bozec
de Vanneste
Entourée d’élues, Martine Aubry a lancé
les festivités. Photo : CB

le plus gros scandale de cette campagne » conclut-il. À


l’UMP, les réactions sont plus réservées, teintées de
ous les rires, la metteur en scène Esther cynisme : « Tous les maires sortants, quelle que soit leur
Mollo lit et mime en italien un extrait de couleur politique, sont tentés de manipuler le calendrier à
Récits d’une femme de Dario Fo et France leur avantage, s’amuse Loïc Lesserre, conseiller mu-
Rame… Un millier de personnes sont rassemblées nicipal de l’opposition. C’est un mélange d’artifice,

Photo : DR
au Grand Palais de Lille pour fêter, avec trois jours d’électoralisme et d’opportunisme, et c’est bien dommage,
d’avance, la Journée de la femme. Une majorité de car la Journée de la femme vaut mieux que ces tripatouil-
femmes, de la grand-mère à la plus jeune, de toutes lages politiques. »
les origines. L’ambiance est chaude et festive, les ap- Les suspicions sonnent pourtant creux, à mesure que TOURCOING. Carnet de notes dans
plaudissements nourris, le spectacle varié. On pour- la fête se déroule sans la moindre allusion politique. une main, DVD promotionnels dans
rait croire à une trêve au milieu de la campagne élec- Poétesses, musiciennes, danseuses et metteurs en l’autre, Christian Vanneste arpente les
torale. Et pourtant… Même cet événement scène sont, seules, mises à l’honneur. Tout au plus rues de Tourcoing au pas de charge. Le
fédérateur a réussi à échauder les esprits. Martine Aubry valorise-t-elle, par le programme cos- controversé candidat UMP profite des
derniers jours de la campagne pour
La décision d’avancer la fête, traditionnellement or- mopolite de la soirée, sa politique multiculturaliste. faire du porte-à-porte. « Cela permet de
ganisée le 8 mars, suscite une mini-tempête dans le Et refuse d’aborder la question électorale. « On a bien vraiment connaître le terrain. » Mercredi
monde politique lillois. Pour la Mairie, il s’agit d’un vu ce soir que ce n’est pas une réunion politique, comme après-midi, accompagné d’une dizaine
ajustement pour ne pas enchaîner la Journée de la tous les ans c’est une grande fête pour lutter contre la dis- de militants, il profite de son statut de
député pour s’enquérir des problèmes
femme samedi prochain et le premier tour des élec- crimination féminine », souligne Danielle Poliautre, ad- des habitants et promettre des solu-
tions dimanche. Pour l’opposition, c’est une mani- jointe au développement durable. Les accusations tions. « Bonjour madame ! Difficile le sta-
pulation du calendrier à des fins électorales. « Je suis semblent d’autant moins convaincantes que d’autres tionnement dans cette rue, non ? » « Vous
furieux ! s’emporte Étienne Forest, candidat social- villes ont fait le même choix que la mairie de Lille, à avez des problèmes d’insécurité dans le
démocrate. Martine Aubry a avancé la soirée au 5 mars commencer par Paris. Alors, ultime manœuvre pour quartier, je crois… » Ceux qui choisis-
sent d’ouvrir leur porte racontent leurs
pour que les journaux lui fassent de la pub, alors qu’ils capter des voix ou banale adaptation du calendrier soucis, même si plusieurs habitants ne
n’auraient pas pu le faire le 8. Soit, mais dans ce cas, qu’elle municipal ? « C’est peut-être un coup de pub, on ne sait le connaissent pas. Devancé dans les
mette les 4 000 invités dans ses frais de campagne, pas sur pas », admet Audrey, 27 ans, danseuse de hip-hop. sondages par la gauche, Christian Van-
le budget de la Mairie. » Le candidat, qui accuse la Elle est pourtant dubitative. « De toute façon, quand les neste pourrait se rallier au Front Natio-
nal dans l’entre-deux tours.
maire de « se croire au-dessus des lois », a déjà monté un gens votent, ce n’est pas le jour J qu’ils choisissent. Une date
dossier avec son avocat pour déposer un référé. « C’est ou une autre, ça ne va pas changer grand chose. »
Les Verts se livrent

Le FN s’allie aux Identitaires


NPDC. La région Nord-Pas de Calais
compte trois maires écologistes. Jean-
François Caron, Luc Coppin et Bernard
Weisbecker ont décidé d’écrire un livre
en commun. Le titre : « La contribution

L
des maires verts et écologistes. En gé-
Par Flore Thomasset rant une ville, on quitte la sphère de
l’idéologie, on agit sur le terrain ; pour
nos collègues, on est parfois considérés
a Fédération identitaire, contribuables lommois, puisque la tat manqué d’un proche du mou- comme des bêtes curieuses », a déclaré
groupe xénophobe et régio- dette par habitant pour Lille (717 vement contre Jacques Chirac. Au- Luc Coppin. Objectif annoncé de l’ou-
naliste, composé par les euros) est beaucoup plus importante jourd’hui, les Identitaires progres- vrage : définir l’engagement et la sensi-
déçus d’un FN jugé « ramolli », que pour Lomme (446 euros). Parmi sent sur l’échiquier politique local. bilité des Verts à l’échelle municipale.

Brigitte Mauroy
s’impose dans le Nord. N’ayant les thèmes chers à l’extrême droite, Carl Lang, président du groupe
pas reçu l’investiture du FN à Luc Pécharman reprend ceux de FN au Conseil de région du Nord-
Lomme, Luc Pécharman s’est allié la sécurité et de la famille. L’arri- Pas de Calais, déclarait début no- réplique aux attaques
à Virginie Crépin, responsable de vée des Identitaires sur la liste y vembre : « Je suis agréablement sur-
la Fédération identitaire Flandres ajoute la culture. « Cela passe par la pris par le travail fourni par les LILLE. Mise en cause par l’hebdoma-
qui revendique de « très bonnes rela- réhabilitation de nos monuments ou Identitaires depuis cinq ans. Je ne vois daire Charlie Hebdo, qui l’accusait de
justifier l’excision, Brigitte Mauroy s’est
tions » avec le sulfureux Vlaams Be- l’apprentissage du néerlandais dans pas pourquoi on exclurait certaines défendue hier devant la presse. Soute-
lang belge. nos écoles. » mouvances de l’extrême droite. » Au nue par Sébastien Huyghe et le Dr Mau-
Trois Identitaires ont rejoint la liste La présence des Identitaires sur niveau national, Marine Le Pen rice Laude, ancien doyen de la faculté
de Luc Pécharman, qui tenait hier une liste dans une ville de 28 000 critique avec virulence le groupus- de médecine d’Amiens, la numéro 2 sur
la liste UMP à Lille a contre-attaqué. « Je
soir son dernier meeting, sous le habitants constitue une reconnais- cule, rejetant officiellement toute n’ai pas à me justifier. Je suis indignée en
slogan “Rendre Lomme aux Lom- sance importante. Jusqu’alors, les alliance avec le FN. Mais officieu- tant que femme, en tant que femme mé-
mois”. Au cœur de la campagne, Identitaires n’étaient qu’un grou- sement, selon Fabrice Robert, le decin, (…) et en tant que citoyenne », a-
la remise en cause de l’association puscule violent, né d’Unité radi- leader des Identitaires, les contacts t-elle dit. À suivre dans notre édition de
avec Lille : « La fusion coûte aux cale, dissout en 2002 après l’atten- sont pris. samedi.

La Pression de mars 5 Vendredi 7 mars 2008


Dans
EN RÉGION

L’opposition

la cour
défend son bilan
SAINT -ANDRÉ. Maire de 1989 à 2001
avant de perdre son siège au profit

des
d’Olivier Henno (Modem), Paul Laue-
rière (PS) invoque le passé pour envisa-
ger l’avenir à l’Hôtel de ville de Saint-
André. Mercredi soir, devant environ
quatre-vingts personnes, il a tenu à

grands ?
« rectifier quelques erreurs profitant à
une majorité qui veut prouver qu’elle fait
tout plus vite que tout le monde ». Et le
socialiste d’égrainer les crèches, can-
tines, maisons de retraite, « des réalisa-
tions lancées sous (son) mandat dont Oli-
vier Henno s’est arrogé l’inauguration ».
Pour Paul Lauerière, le maire sortant,
se « cache derrière une forme d’apoli-
tisme » en insistant sur les personnalités
d’ouverture qui composent sa liste, si
bien « qu’on en oublie les idées poli-
tiques. »
H E L L E M M E S . C’est un peu David
Mort de Robert
contre Goliath. Dans une ville dirigée
Hazebrouck
pendant près de deux décennies
par Bernard Derosier, président
BEUVRY. À la veille des municipales,
Beuvry est endeuillé. Robert Haze-
du Conseil général, une association

P
politique fait trembler les élus: brouck (indépendant), maire de la ville
entre 1997 et 2007, est décédé ce mer-
Les gens d’Hellemmes. credi à l’âge de 59 ans, des suites d’une
Tête de liste, Nabil El-Haggar ne veut plus maladie cardiaque. En juin dernier
déjà, cet universitaire avait dû laisser sa
Par Florian Pottiez
qu’« à l’avenir, un élu préside une association »
place à Voltaire Bouque pour raisons de
santé. Son mandat reste marqué par
Photo : FP

l’assainissement des finances de la


ville, mais aussi par le détachement de
toyenne », explique Anne Lefèvre, numéro 2 sur la liste Beuvry par rapport à Béthune en 1997,
qui avait rendu à la ville sa pleine indé-
et conseillère sortante. Une particularité qui leur coûte pendance.
etit Poucet des municipales de 2001, la une absence de subvention aussi bien de la mairie que
liste Les gens d’Hellemmes avait déjoué d’un parti politique. C’est de leurs poches que pro-
tous les pronostics en échouant de peu der- viennent les 5 000 euros déboursés pour la campagne.
rière la liste PS de Bernard Derosier lors de la trian- « On est devenu la réserve foncière ou la résidence secon-
gulaire avec le FN au second tour. Crédité de 18,68% daire du Conseil général », s’insurge Nabil El-Haggar.
des voix au premier tour et de 36,77% au second en Pour la tête de liste, la situation ne peut plus durer. Il
2001, les gens d’Hellemmes étaient parvenus à ravir souhaite améliorer la concertation et l’information
six sièges au Conseil munici- avec la mise en place de
pal. Dimanche, ils devront se « ON A L’IMPRESSION Maisons des Gens et de
mesurer à la liste de Gilles Conseils de Rues. Le
Pargneaux (PS), de Caroline QUE LE TEMPS S’EST AR- manque d’équipements
RÊTÉ À HELLEMMES »
Vannier (UMP) et de Ludovic culturels et la dégrada-
Coupin (Verts). Désormais ac- tion des rues font aussi
teurs majeurs et atypiques de partie des grands chan-
la vie locale hellemmoise, Nabil El-Haggar et ses co- tiers du mouvement. « La priorité du prochain mandat
listiers entendent poursuivre leur ascension. est de rattraper le niveau des quartiers de Lille. Il faut re-
« On a l’impression que le temps s’est arrêté à Hellemmes. donner une identité à la ville. »
On ne veut pas d’une ville dortoir. On veut lui redonner vie », Avec ce scrutin municipal, Hellemmes, vieille ville Marine Le Pen s’offre
un DVD de campagne
revendiquait, mercredi soir lors d’une réunion, le can- ouvrière, très ancrée à gauche, semble être à un tour-
didat Gérard Burnol, martelant ainsi la profession de nant de son histoire. « Si la municipalité actuelle venait
foi de ces « citoyens-acteurs. » S’appuyant sur des va- à remporter les élections, j’ai bien peur que ce soit les der- HÉNIN-BEAUMONT. Marine Le Pen
leurs de gauche sans pour autant être affiliée à un nières que nous vivions ici », s’inquiète Nabil El-Hag- s’offre un joli coup de pub. La candidate
parti, cette association à but politique veut proposer gar. La crainte que leur ville soit rattachée à Lille Front national a cassé sa tirelire pour
faire réaliser une vidéo par des produc-
une alternative plus dynamique. « En général, il est dans un avenir proche est dans leurs têtes. Une vic- teurs parisiens qui ont souhaité rester
d’usage que le monde associatif ne se mêle pas à la vie poli- toire de cette liste sans étiquette politique marquerait anonymes. Ce sont quelque 11 000 DVD
tique mais nous, on veut offrir une éducation politique et ci- la fin de la politique de l’ère Derosier.

Guerre des gauches


qui ont été distribués ces derniers jours
dans les boîtes aux lettres de Hénin-
Beaumont. Coût de l’opération :
10 000 € soit un tiers du budget de cam-

à Villeneuve-d’Ascq
pagne de la candidate. Sur ce film, d’un
peu plus de cinq minutes, des habitants
témoignent sur ce qu’ils attendent de la
candidate frontiste. Des points de cam-

P
pagne clés, tels que la solidarité, le tra-
Par Séverine Rouby vail, l’insécurité ou encore les impôts lo-

«
caux sont au cœur de leurs
préoccupations. Et pour cause : ils ne
de l’ex-PS Gérard Caudron. L’om-
our cette élection, j’ai le vent rentes, « le MoDem inexistant » et sont autres que les membres de la pro-
bre de l’ancien maire a plané sur
dans le dos. » La division de « la droite tétanisée » car « on la pre liste de Marine Le Pen.
la gauche à Villeneuve- la soirée sans qu’il ne soit jamais reconnaît pour ce qu’elle est, le
d’Ascq ne semblait pas inquiéter le nommé. Le directeur du comité de parti du Président qui a tant déçu Sur la liste du MNR…
soutien de Stievenard, Claude et rendu indigne la direction de
maire sortant, Jean-Michel Stieve-
nard (PS), lors de son dernier mee- Vandeputte, a ouvert les hostilités, l’État. » Mentionnant la liste de à son insu
ting avant le premier tour. Mer- évoquant les déboires de Caudron Caudron à demi-mot, il a estimé ROUBAIX. Philippe Loridan, un chô-
credi, entre un concert de gospel etavec certains de ses colistiers, es- « qu’on a voulu nous entraîner meur de 34 ans, a découvert avec effa-
deux démonstrations de hip hop, timant que « ce climat de perpé- dans des querelles, on a préféré rement qu’il figurait avec sa compagne
l’édile a placé la soirée sous le tuelle suspicion est invraisembla- s’engager contre la droite ». sur la liste du MNR. Il affirme avoir été
ble et la politique du rentre- Après le meeting, le maire sortant
victime d’un abus de confiance, ce que
thème de l’union et du rassemble- conteste Luc Van Engelandt. Lui et sa
ment. Un thème que ses colistiers dedans qu’il affectionne est dan- s’est toutefois laissé aller à compagne Séverine Vandenberghe,
reflètent fidèlement : membres de gereuse. » Revenant sur les ten- quelques piques plus prononcées. également colistière à son insu, ont dé-
Lutte ouvrière, d’Avenir écolo ou sions entre les listes de gauche, il « Je suis le candidat légitime, cidé de porter plainte. « C’est ma fille
a jugé que « nous, nous n’avons Caudron est une candidature
de 12 ans qui en feuilletant les docu-
du Parti socialiste, étudiants et re- ments électoraux m’a lancé: dis papa, il y
[voir aussi traités, hommes et femmes, d’ori- jamais mis en cause notre adver- d’aventure personnelle et n’in- a ton nom et celui de maman aussi. »
notre gine française ou d’ailleurs… saire, voilà notre différence. » carne pas l’avenir » avant de Philippe, un électeur de gauche, est
article
Cette image d’Épinal n’a cepen- À la tribune, Jean-Michel Stieve- conclure : « Notre victoire serait tombé des nues [voir notre édition du
dant pas pu faire oublier l’autre nard a continué sur cette lancée, le triomphe de la conviction samedi] !
page 2 ]

liste de gauche indépendante, celle ironisant sur les listes concur- contre la méchanceté. »

La Pression de mars 6 Vendredi 7 mars 2008


LMCU en ligne de mire
L’ E N J E U

D
MÉTROPOLE. Pour Martine Aubry et Marc-Philippe Daubresse,
Séverine Fiévet candidats à Lille et Lambersart, le véritable enjeu, c’est le 18 avril
et Flore Thomasset et l’élection du président de la communauté urbaine de Lille.
Un duel attendu entre deux personnalités controversées.

errière les élections municipales, la


présidence de Lille métropole com-
munauté urbaine (LMCU) est en jeu.
Les 170 conseillers de LMCU pourraient bien voir
leur majorité basculer à droite. Car aucun des can-
didats déclarés jusqu’ici ne fait l’unanimité…
Photo : Raphaelle Laurent

même dans son propre camp. Le challenge est


pourtant de taille : succéder au fondateur de la
communauté urbaine : Pierre Mauroy (PS).
Le 18 avril, le duel pour la tête de LMCU oppo-
sera Martine Aubry (PS), la candidate lilloise, à

Photo : DR
Marc-Philippe Daubresse (UMP), son homologue
à Lambersart. Pour ces deux poids lourds régio-
naux, si la campagne pour les municipales s’est ré- Pour Martine Aubry et Marc-Philippe Daubresse, l’enjeu dépasse le cadre de la commune.
vélée assez confortable, la bataille pour la prési-
dence s’annonce acharnée. équilibre et avec le maire de Lille, elles pourraient crain- droite serait un élément fort pour Marc-Philippe
Auréolée de sa victoire probable à la mairie de dre que leurs intérêts soient mal défendus ». Politicien Daubresse, même s’il minimise l’enjeu : « Tourcoing
Lille, Martine Aubry part favorite. De son côté, aguerri, bien implanté dans la région, il connaît les n’est pas une condition ni nécessaire ni suffisante. » Pour
pas question de parler de son projet pour LMCU acteurs locaux et a déjà présenté son programme. lui, c’est Henri Ségard, président du groupe Mé-
avant les municipales, même si son équipe reste Martine Aubry à la mairie de Lille, Marc-Phililippe tropole passion commune, qui arbitrera l’élection.
confiante. « Je pense qu’on va facilement gagner Tour- Daubresse à LMCU, plusieurs points de blocage Il chapote une équipe de 47 conseillers sans éti-
coing, et je n’ai pas plus d’inquiétude pour LMCU que pourraient compromettre les politiques locales quette alors qu’il faut 85 sièges pour obtenir la ma-
pour Lille », confie Pierre de comme la gare TER de Lille-Sud jorité. De sensibilité plutôt de droite, il se rêvait en
Saintignon, premier adjoint et DIVERGENCES voulue par la maire de Lille, adversaire de Martine Aubry à la mairie de Lille. Il
porte-parole de Martine Aubry. alors que son concurrent défend aurait alors soutenu Marc-Philippe Daubresse à
Mais son fort caractère pourrait D’OPINIONS plutôt une nouvelle gare TGV LMCU, mais ce dernier a refusé le marché. Henri
bien lui poser problèmes: prési- européenne. « Ils n’ont pas la Ségard prolonge le suspens. « Aucun de nos élus ne
der LMCU, c’est savoir jouer des alliances, provo- même vision de choses à long terme : Marc-Philippe Dau- doit prendre position avant les municipales. Il n’y a rien
quer le consensus. « Jamais Lille n’a fait l’objet d’au- bresse a un programme très axé sur le Sud de la métro- de gagné ni pour l’un ni pour l’autre », tempère Hélène
tant de concertation. C’est le première fois depuis cinq pole, que fera-t-il pour le Nord ? », s’interroge Grégory Garidel, directrice de cabinet du groupe Métropole
mandats que le parti communiste et les verts vont au Vandenberghe, animateur fédéral des jeunes socia- passion commune. Marc Philippe Daubresse en a
bout », se défend Pierre de Saintignon. Pour l’out- listes du Nord. bien conscience : « L’appui de Henri Ségard est fonda-
sider, Marc-Philippe Daubresse, « être maire de Lille Dans ce duel gauche-droite, deux éléments feront mental, s’il soutient ma concurrente, ma candidature n’a
est un handicap. Les petites communes chercheront un pencher la balance. Le basculement de Tourcoing à plus de sens. »

Daubresse mise sur


Communauté urbaine,
mode d’emploi
l’économie et l’habitat
Alors que Martine Aubry refuse d’exposer son
programme avant la fin des élections municipales,
Marc-Philippe Daubresse a dévoilé le sien.

A
Séverine Fiévet et Flore Thomasset
Son projet s’organise autour de deux principaux axes :
l’économie et l’habitat.

Économie
l’issu du deuxième tour des municipales, la dé- chacune possède au moins une voix quel que soit son
■ Réviser le Plan local d’urbanisme (PLU) pour déve-
lopper le foncier économique afin de permettre aux signation des membres du conseil de Lille mé- nombre d’habitants.
entreprises de s’implanter. tropole communauté urbaine se fait par les La communauté urbaine a pour mission d’accompa-
■ Développer un bassin d’emploi transfrontalier. conseillers municipaux. Ses membres voteront, le 18 gner les politiques de la ville dans la métropole. Elle est
■ Développer les partenariats publics-privés. avril, pour élire leur président. compétente dans les domaines de l’aménagement du
■ Promouvoir les nouvelles technologies et l’implanta-
tion d’industries high-tech à forte valeur ajoutée.
Le conseil est composé de 170 membres représentant territoire, l’habitat, les équipements urbains. Elle prend
■ Accueillir une agence nationale pour l’environne- 85 communes, dont 29 pour Lille, 13 pour Roubaix, 12 également en charge les transports et services publics, la
ment. pour Tourcoing et 9 pour Villeneuve d’Ascq. voirie, l’eau… Enfin, elle gère le musée d’Art moderne
■ Créer une agence pour le développement écono- Les petites communes, elles, sont surreprésentées car de Villeneuve-d’Ascq et le Stadium Lille-Métropole.
mique pour développer les entreprises existantes et
promouvoir la métropole à l’échelle internationale.
Répartition des membres du
Habitat conseil de la communauté urbaine Divers gauche
(Nombre de sièges par groupe)
■ Réviser le PLU et libérer le foncier.
■ Mettre en place un plan d’urgence pour les loge- Groupe des Verts Divers droite
ments très sociaux.
UDF
■ Expérimenter une baisse des charges sociales de et apparentés
25 % dans le parc public.
■ Généraliser l’accession à la propriété à mensualité 89
modérée sur le fondement d’un foncier à bas prix, des
prêts à taux zéro et une TVA à 5,5 % dans certains Groupe socialiste
quartiers. 47
■ Développer le parc locatif privé : multiplier les loge-
et apparentés
ments à loyers conventionnés, vendre 500 à 1 000 loge-
60 11 UMP
ments sociaux par an.
■ Développer une politique de logement HQE : expé-
rimenter un éco-quartier et rendre obligatoire le COS 22 FN 3
énergétique (Coefficient occupation du sol). Groupe
communiste 9 Non inscrit

La Pression de mars 7 Vendredi 7 mars 2008


POINTS DE VUE

Des novices en campagne

L
WAS QUE HA L e t LI LLE . Ils sont ét udia nts et ch oisisse nt
d e se p ré sent er sur une list e po ur l es m unic ipa le s.
Qu’e st-ce qui le s mo tive ?
Par Jonathan Roux

« Nous avons vite sympathisé, se politique, c’est pour défendre


souvient Benjamin. Et puisque ses opinions et ses valeurs.
j’étais assez motivé pour faire bou- « Mais ce que je veux avant tout,
ger Wasquehal, je n’ai pas hésité c’est m’occuper des autres »,
undi 3 mars, 20 h. longtemps. » Car finalement,cet lance-t-il entre deux tracts dis-
Benjamin Vande- étudiant en licence de maths se tribués sur le marché de Wa-
waele accueille à dit qu’il n’est pas impossible de zemmes.
l’entrée de la salle Gérard concilier son cursus universi- Issu d’une famille engagée en
Philippe le public venu pour taire et ses envies politiques : politique dans son village de
Didier Debels (PS), tête de la « C’est une acti- Picardie, ce res-
liste d’ouverture Wasquehal au- vité que j’ai en ponsable ad-
trement. Qui se serait douté, six plus, je veux « JE N’AI joint des jeunes
mois plus tôt, que Benjamin se-
rait sur cette liste en 19e posi-
faire évoluer ma
ville au sein PAS HÉSITÉ UMP de Lille
n’en est pas à
tion ? Personne, pas même lui.
Car pour ce jeune de 19 ans, la
d’une équipe
municipale, tout LONGTEMPS » son coup d’es-
sai et a des am-
politique c’était avant tout ma- simplement. bitions concrè-
nifester dans la rue et coller des C’est une occupation qui demande tes pour la capitale des
affiches. Jamais il n’aurait pu beaucoup d’investissement, mais la Flandres. « Après cinq années
imaginer se retrouver aussi im- motivation est la même que pour les d’études et d’investissement dans
pliqué dans la vie politique de engagements sportifs, culturels ou la vie locale, j’ai acquis une cer-
la ville qui a bercé son enfance. associatifs. » taine expérience et une bonne
Sa présence sur cette liste, il la Ce sentiment va plus loin pour connaissance du terrain. Une liste
doit bien sûr à Didier Debels. Étienne Diot, étudiant de municipale se doit de représenter
Durant l’année 2007, Benjamin Science-Po Lille. Ce jeune de toute une mosaïque d’habitants, y
et lui se croisent maintes fois à 23 ans est 29e sur la liste UMP compris les jeunes », conclut-il,
Étienne Diot est 29e sur la

l’occasion de la campagne pré- de Sébastien Huyghe, à Lille. déjà rompu à la langue de


liste de Sébastien Huyghe

sidentielle puis législative. Si Étienne s’investit autant en bois.


photo : Jonathan Roux

Les municipales
peinent à motiver
Dans la maison de retraite

nos aînés
Edilys, à Lille
Photo: Séverine Fievet

I
ls ont entre 85 et 95 ans. Pour eux, intéressé aux programmes. Je suis un peu las
les élections municipales, c’est avant et je sais déjà pour qui je vais voter. La ville
tout ce qui se passe dans un lointain n’est pas mal gérée mais je souhaite que la
et brumeux “dehors”. Ces résidents de couleur politique change », poursuit le
la maison de retraite lilloise Edilys, près même résident.
de Gambetta, n’ont pas reçu les pro-
grammes des candidats. De quoi am- Personnalités. D’autres sont plus im-
plifier leur sentiment de vivre dans une pliqués. Pour cette habituée des urnes
bulle hermétique à la vie municipale. qui s’y rend depuis que les femmes ont
« On est un peu à l’écart de tout ce qui se le droit de vote, « aux municipales, mis à
passe dehors, alors je n’ai pas trop suivi les part les extrêmes, le parti politique a peu
programmes. Je crois que Martine Aubry est d’importance. On vote pour une personna-
intallée dans son fauteuil pour assez long- lité, Martine Aubry, on a vu ce dont elle
temps de toute manière », explique un ré- était capable, son concurrent, on n’en sait
sident de la maison de retraite, un peu rien. Je compte sur elle pour améliorer les
fataliste. « On vit en milieu fermé ici, alors transports dans la ville, prévoir des places de
il n’y a pas de choses bien importantes », parkings devant les maison de retraite,
lance son voisin. Une autre, un peu comme ici, où on ne peut jamais se garer ».
gênée, avoue qu’elle ne sait pas qui sont Une autre se lance dans une bataille
Par Séverine Fiévet les principaux candidats. « Je ne m’y suis verbale avec sa voisine de table : « Je ne
pas tellement intéressée », lâche-t-elle du suis pas d’accord avec vous c’est très impor-
bout des lèvres. tant d’aller voter dimanche, l’abstension,
L I L L E . Derrière les murs des maisons Beaucoup ne voient pas les enjeux, se c’est quelque chose de très grave. » À 95 ans,
sentent en décalage et peu concernés cette résidente a déjà choisi son favori :
par les programmes, mais tous iront pour elle, se sera Sébastien Huyghe. « Je
de retraite, des résidents oubliés
des candidats tentent de s’intéresser aux urnes dimanche. « J’ai toujours ex- pense à tous ceux qui n’ont pas de travail.
primé mes opinions, le droit de vote c’est une Elle, elle ne propose rien pour eux. Pour moi
liberté que je souhaite à tous les peuples du l’emploi c’est ce qu’il y a de plus important.
aux élections municipales.
monde, mais j‘avoue que je ne me suis pas Il faut penser aux jeunes. »

La Pression de mars 8 Vendredi 7 mars 2008


Calais
FOCUS

Dossier réalisé par :


Jonathan Roux,
REPÈRES
∆ Habitants : 73 200 Gaël Arcuset,
∆ Taux de chômage : 14 %
∆ Maire sortant : Jacky Hénin (PC) Florian Hervieux
∆ Nombre de listes : 6 et Éric Filliastre

Photo : Jonathan Roux

L’impasse
migratoire
sur le devant
de la scène
L
Victime de sa situation géogra- lement le problème de l’État, c’est aussi telle structure. Un avis partagé par
phique, la ville compte chaque jour celui de Calais ! » Sur les six candidats Dominique Wailly (LO) et Jacky
a vague de froid qui vient de plus de 400 migrants sur son terri- qui briguent la mairie, cinq d’entre Hénin, maire communiste sortant, qui
s’abattre sur la France n’a toire. Elle devient ainsi le point de eux ont l’ambition de solutionner la travaille déjà sur ce projet « d’antenne
pas épargné Calais. Sur le convergence des routes migratoires situation des migrants. En effet, seul de jour ». Pour ce qui est de « la liste
port, à proximité du phare, les vers le Royaume-Uni, qui se trouve à le FN, mené par François Dubout, ne d’ouverture populaire et sociale » menée
quelques centaines de migrants finis- moins de 35 km de ses côtes. Il est juge pas utile de faire quoi que ce soit par Natacha Bouchart, la construc-
sent de prendre leur repas chaud et de donc très difficile pour les six candi- pour ces “illégaux”. tion d’un tel centre aurait pour effet
faire le plein de couvertures distri- dats aux élec- Le projet le plus immédiat de reconstituer le phéno-
buées par les bénévoles de l’associa- tions munici- « CE N’EST PAS important est sans mène « d’aspiration » connu à San-
SEULEMENT
tion humanitaire Salam. Il est temps pales de faire doute celui de Ca- gatte. Selon la candidate UMP, « il faut
d’aller dans la “jungle” - sorte de “no l’impasse sur ces therine Bourgeois, envisager des espaces sanitaires, de soins et
man’s land” boisé improvisé par les
réfugiés, pour pouvoir dormir tran-
mouvements de
populations, dont LE PROBLÈME tête de liste des
Verts. Engagée de-
de distribution de repas dans des lieux dif-
férents pour éviter les points de rassemble-
quille. Demain, ils retenteront de pas-
ser la douane pour rejoindre l’Angle-
la situation est
très préoccupan-
DE L’ÉTAT, puis quatre ans
dans le collectif de
ment et de fixation favorisant l’activité des
passeurs ». Pour gérer la situation, elle
terre. En repartant du dock par petits te. « Avec la ferme- C’EST AUSSI CELUI soutien d’urgence propose d’autre part la création d’un
groupes, certains ne prennent pas ture du centre de aux réfugiés, elle conseil de migrants qui rassemblerait
garde et se font surprendre par un ca- Sangatte, les réfu- DE LA VILLE ! » propose un centre la municipalité, l’État et les représen-
mion de CRS prêt à les interpeller. giés n’ont pas de jour qui pour- tants des associations humanitaires.
Les bénévoles accourent aussitôt pour d’autres choix que d’investir les plages la rait accueillir les migrants afin de ra- Une solution à laquelle Laurent Rous-
apporter leur soutien. Cette fois-ci, la nuit et la ville de Calais le jour, déplore tionaliser et d’optimiser le dispositif sel est favorable. Toutefois, le candi-
tentative des policiers échouera. Une Sylvie Copyans, bénévole de Salam. d’aide humanitaire. Pour l’écologiste, dat de la LCR semble penser que
situation qui, avec le temps, est deve- Trouver des solutions pour ces migrants c’est avant tout à la mairie d’apporter « c’est au niveau national qu’il faut revoir
nue habituelle pour Calais. devient plus qu’urgent. Ce n’est pas seu- une aide au fonctionnement d’une toute la politique de migration. »

La Pression de mars 9 Vendredi 7 mars 2008


Contre Sarkozy
FOCUS

ou pour Calais ?
CALAIS. Alors que la
campagne bat son plein,

D
Le Parti communiste de
Jacky Hénin et la liste
d’ouverture de Natacha
Bouchart s’affrontent sur
l’enjeu des élections :
faut-il élire un maire ou
sanctionner un
gouvernement ?

«
Les militants DU PCF
iront accrocher ces
affichettes aux portes
des Calaisiens.
Photo : Éric Filliastre

imanche 9 mars, votez non à à la communication de la mairie, la situation est claire : d’union de Calaisiens, Fiers d’être Calaisiens, qui re-
Sarkozy et oui à Calais ! » Natacha Bouchart est la représentante à Calais de la cueille des “paroles de Calaisiens”… Bref, une alliance
Tels sont les panonceaux politique de Nicolas Sarkozy. « Elle répète en permanence composée de personnalités politiques diverses, mais
que les militants communistes iront accrocher aux que les frais de fonctionnement de la ville sont trop élevés, au qui s’accordent sur un point : l’enjeu, c’est Calais.
portes des Calaisiens dans les prochains jours. Il faut niveau du personnel notamment. Si elle était élue, elle conti- « Le maire essaye de politiser les débats à l’extrême en les re-
dire que le PCF n’y est pas allé de main morte sur ses nuerait à casser le service public, ce qui correspond à la poli- situant au niveau national alors qu’ils portent avant tout sur
tracts. D’un côté, une face rouge avec le portrait de tique de la droite au niveau national. » le plan local », affirme Philippe Blet, socialiste et nu-
Jacky Hénin, le maire sortant, et une invitation à voter Pourtant, le communiste reste conscient des enjeux du méro 2 sur la liste de Natacha Bouchart. « Jacky Hénin
communiste. De l’autre, une photo en noir et blanc de suffrage. « Ce ne sont pas des élections présidentielles, mais se cache derrière la politique nationale pour masquer son ab-
Nicolas Sarkozy, la main sur l’épaule de Natacha des élections locales. Il faut juste rappeler aux électeurs la vé- sence de programme, notamment en matière d’emploi », ren-
Bouchart. ritable affiliation de chaque candidat. ». De son côté, la chérit Michèle Courmont, du MoDem.
Les communistes sont très critiques envers la liste candidate UMP fait tout pour recentrer le débat au ni- Une affirmation qui fait bondir Jean-Claude Vanza-
d’ouverture de la candidate UMP, qui a su rallier le veau local. Sa prochaine réunion publique aura lieu ce velberg : « Ce n’est pas à Calais que se joue la politique na-
MoDem et certains socialistes déçus de la politique de vendredi. Objectif annoncé : « Faire passer nos derniers tionale et industrielle de la France ! » Sarkozy ou Hénin
Jacky Hénin [voir en page suivante]. « Aujourd’hui, la messages de campagne. Ma démarche sera d’expliquer que je pour le Parti communiste, Hénin ou Calais selon Na-
droite essaye de se camoufler. Il faut qu’on rétablisse la vé- ne suis pas la méchante femme de droite que l’on présente. » tacha Bouchart : le choix sera-t-il vraiment clair pour
rité », affirme Jean-Claude Vanzavelberg. Pour l’adjoint Là encore, les tracts sont emblématiques : une liste les électeurs calaisiens ?

Nom : Nom : Nom : Nom :


Bouchart Bourgeois Dubout Hénin
Prénom : Prénom : Prénom : Prénom :
Natacha Catherine François Jacky
Âge : 44 ans Âge : 50 ans Âge : 48 ans Âge : 47 ans
Parti : Parti : Parti : Parti :
UMP Les Verts FN PCF

■ Création d’un conseil de ■ Aménagement du centre- ■ Projet d’un Palais des ■ Développement des zones
développement économique ville pour relancer l’attracti- Congrès à Fort-Risban pour d’activité de Transmarck –
avec les élus. Favoriser l’adap- vité économique. Valorisation l’accueil de séminaires inter- Turquerie. Raccordement au
Emploi tation des formations aux be- de la pêche touristique. Créa- nationaux. Étude pour l’im- réseau ferroviaire et aux
soins de la population et des tion d’un centre de recherche plantation d’une compagnie zones d’activités du nouveau
entreprises. Création d’un es- pour les métiers du dévelop- low-cost sur le site de l’aéro- port prévu en 2015.
pace de congrès et de salons. pement durable. port de Calais-Marck.

■ Création d’un conseil mu- ■ Mise à disposition de salles ■ Recrutement d’animateurs ■ Création d’un événement
nicipal des jeunes. Création pour les associations de en musique et en arts plas- présentant les jeunes Calai-
d’un foyer des jeunes et de jeunes. Utilisation de produits tiques chargés d’intervenir siens. Favoriser l’accès à la
Jeunesse salles d’animations sportives certifiés dans les cantines sco- dans les écoles aux côtés des culture pour les jeunes avec la
pour les jeunes au Beau-Ma- laires. Mise en place de zones enseignants. Création possi- création d’un “pass-jeunes”.
rais et au Fort-Nieulay. protégées aux abords des ble d’un skate-park. Création d’aires de jeux dans
écoles. les quartiers dépourvus.

■ Création d’une maison de ■ Création de zones vertes ■ Remplacement des pou- ■ Aménagement de la zone
l’environnement et organisa- dans le cœur de la ville et de belles par des sacs plastiques. naturelle du Colombier-Vir-
tion d’un salon pour sensibili- zones piétonnes. Étude du dé- Encourager les entreprises à val et de la Maison de l’eau.
Écologie ser la population. Achat de veloppement du train-tram- respecter les normes environ- Aménagement de l’espace
matériel plus adapté pour net- way. Isolation et emploi des nementales en vigueur. Privi- vert du Boulevard Curie. Ré-
toyer les trottoirs. Réduire la énergies renouvelables pour légier l’esthétique dans le do- habiliter le bois de Campagne
consommation d’eau potable. les bâtiments municipaux. maine de l’urbanisme. comme espace public.

La Pression de mars 10 Vendredi 7 mars 2008


Petits tacles
Quelle première
mesure doit
FOCUS

prendre votre

entre amis
prochain maire ?

U ne tête de liste appar-


tenant à la majorité
présidentielle, un nu-
méro deux apparenté socialiste,
des encartés au MoDem : la liste
conduite par Natacha Bouchart
Prénom : Bertrand
Âge : 49 ans
Profession :
Vendeur

« Pour moi, la prio-


pour les élections municipales de rité est d’attirer les
Calais continue d’alimenter les entreprises pour fa-
conversations. « J’ai du mal à m’y voriser la création
d’emplois. On en a vraiment besoin et de
retrouver avec cette liste. Mais finale- manière urgente. Beaucoup d’entreprises
ment, pour Natacha Bouchart c’est le ont fermé ces dernières années comme
seul moyen de rallier les mécontents de la Dentelle de Calais. La ville manque
la gauche », commente Christelle, d’activité économique et ça ne favorise
jeune commerçante. Elle appré- pas la baisse du chômage. »
hende avec perplexité, comme de
nombreux Calaisiens, la liste d’ou-
verture populaire et sociale de la
candidate UMP.
Antoine Deguines, membre du
comité directeur du club de foot-
ball de Calais, en quatrième posi-
tion sur cette liste, se veut pourtant Natacha Bouchart et Philippe Blet, exclu du PS suite à son alliance Prénom : Caroline
rassurant. Il n’hésite d’ailleurs pas avec la candidate UMP, mercredi après-midi lors d’une conférence de Âge : 41 ans
à parler d’une « union historique ». presse à Calais Profession :
Mais d’historique, on ne gardera Cadre administratif
Photo :G..A.

peut-être, à l’aube de ce premier


tour, qu’un climat politique pesant et des petites therine Bourgeois, des Verts. Cela démontre leur forte « Je pense qu’il faut
phrases assassines prononcées par candidats et mili- ambition de prendre la mairie à tout prix. » rendre la ville plus
tants. À l’image de Claude Vanzavelberg du Parti Pour François Dubout, candidat soutenu par le propre. Dans cer-
communiste, adjoint à la communication à la mairie, Front National, « c’est une trahison de l’électorat de la tains quartiers, la si-
qui n’hésite pas à qualifier droite traditionnelle qui est à tuation s’est améliorée car les pavés ont
été enlevés. Il faudrait mettre en place
cette liste comme étant une « NATACHA BOUCHART (UMP) seul but électoraliste ». Visi- des sacs plastiques pour le ramassage
« fausse ouverture, une liste blement, la tête de liste
UMP qui ne veut pas dire son A REFUSÉ UNE LISTE d’extrême droite l’a mau-
des crottes de chiens. Mais je pense que
le problème vient essentiellement des
nom ». “ANTI HÉNIN” » vaise. En juillet dernier, il gens, qui manquent de savoir-vivre. »
Quant à Dominique Wailly, François Dubout, candidat FN à Calais avait sollicité Natacha
candidat Lutte ouvrière, il Bouchart pour créer une
définit la candidate comme « la représentante locale de liste “anti-Hénin”. « Mais, elle avait refusé », confie
Sarkozy. Elle s’est affichée avec lui dans le passé et au- François Dubout.
jourd’hui, elle ne se revendique plus en tant que candidate Quoi qu’il en soit, avec cette liste clairement aty-
UMP », précise-t-il. pique, les opposants du communiste Jacky Hénin es-
« Cette liste d’union est inhabituelle puisque, avant, la liste pèrent empêcher l’actuel maire de briguer un nou-
UMP portait les valeurs de la droite dure, explique Ca- veau mandat. Prénom : Jeanine
Âge : 65 ans
Profession :
Retraitée
Nom : Nom :
Roussel Wailly
Prénom : Prénom : PRÉSIDENTIELLES « J’aimerais qu’on
Laurent Dominique 2001 rétablisse les places
Âge : 42 ans Âge : 55 ans de parking gratuites.
Parti : Parti : Sarkozy UMP Il faut que je me
LCR LO (24,21%) gare dans la rue, et je trouve anormal de
Bayrou MoDem payer lorsqu’on est habitant. Je pense
que si Mme Bouchart passe, elle ne fera
(12,78%)
Royal PS
(25,35%) qu’empirer la situation. Mais peu importe
la liste qui l’emporte au soir des élec-
■ Incitation à l’embauche de ■ Soutien aux personnes en
Le Pen FN
tions, cette mesure ne sera pas prise, car
(16,65%)

Calaisiens pour le nouveau souffrance et en manque de


Besançennot LCR
(7,15%) il faut toujours remplir les caisses ! »
port en 2015. Relancer l’arti- pouvoir d’achat. Aide envers Buffet PC

sanat local en faisant travail- les quartiers en difficulté. Per-


(4,63%)
Autres
ler les sociétés locales. Créer mettre aux employés de (9,22%)

des associations favorisant consulter les comptes des en- Au second tour, Ségolène Royal (PS) a remporté le scrutin
l’emploi. treprises par la municipalité. avec 55,44% des suffrages exprimés, face à Nicolas Sarkozy
(UMP 44,56%).

■ Allocation pour les jeunes ■ Mettre plus de locaux à la Prénom : Julien


de 18 à 25 ans en fonction du disposition des jeunes des MUNICIPALES
2001 Âge : 18 ans
budget de la ville. Caution quartiers avec des éducateurs Profession :
prise en charge par la mairie sociaux pour favoriser la pra- Demassieux UMP Étudiant
pour l’accès au logement. tiques d’activités culturelles,
(24,52%)

Création d’un conseil munici- musicales et sportives.


Leclair DVD
(14,19%)
« Il faudrait régler le
pal de jeunes. Bonay Les Verts
(6,45%) problème des mi-
Wailly LO grants qui souhaitent
passer en Angle-
■ Sensibiliser sur le thème de ■ Favoriser l’esprit civique
(6,04%)
terre. Il y a déjà les associations qui sont
l’environnement. Opposé à des citoyens dans ce domaine.
Delplanque SE
(1,57%) très impliquées à leurs côtés mais la mu-
l’idée de déléguer le tri des dé- Mise en place de liens entre Hénin PCF nicipalité devrait davantage intervenir
chets à la communauté d’ag- les comités d’hygiène des en-
(47,23%) pour la prise en charge de ces gens de
passage. La mairie devrait aménager un
glomération de Calais. Retour treprises et la municipalité et Jacky Hénin, Parti communiste a été réelu au second local décent pour les accueillir. »
à la gestion de l’eau et de les associations concernées tour avec 57,86% face à Arnaud Leclair (DVD
l’électricité à la mairie. par la question. 42,14%).

La Pression de mars 11 Vendredi 7 mars 2008


Le village
FOCUS

Un homme engagé…

gaulois
Laurent Roussel, candidat LCR aux mu-
nicipales, est bien connu à Calais. En
2003, il avait fait une grève de la faim.
Un geste motivé par le jugement défa-
vorable qui lui avait été donné suite à la

du PCF
plainte déposée à l’encontre de son
propriétaire pour logement insalubre.
Après cet événement, il a fondé une as-
sociation contre le logement insalubre
et lancé la Ligue Communiste Révolu-
tionnaire sur Calais.

… les Verts aussi


Le PC local a gardé
son enseigne au
Mercredi 5 mars, les Verts rencontraient
détriment du logo
les agriculteurs biologiques de la ré-
du parti. Un symbole.
gion. Ils ont pu partager leur expé-
rience avec des confrères italiens. Les
écologistes ont, ensuite, organisé une
Entre les sections locale et nationale réunion privée sur le thème de l’aide
aux migrants. Catherine Bourgeois, tête
du Parti communiste, la rupture semble de liste du parti, trouve « inadmissible
consommée. Les militants reprochent que les migrants soient privés de tous les
droits élémentaires ». Hélène Flautre,

T
à la direction son manque de pugnacité. députée européenne et présidente de
la sous-commission des droits humains
Et voient Calais comme l’un des était également présente.

Sur le Front
derniers fers de lance de l’organisation.
du programme
Ce mercredi, le Front National présen-
tait son programme définitif pour les

Photo : Éric Filliastre


élections municipales, avec en guest
star Carl Lang, président du groupe FN
out juste 4,63%. C’est le score qu’a enregis- au Conseil régional du Nord-Pas de
tré Marie-George Buffet à Calais aux prési- Calais. Le feuillet est, depuis mardi,
dentielles, en 2007. À l’échelle nationale, distribué aux Calaisiens.
Calais n’échappe pas au naufrage du PC. Sur le plan
local, le Parti communiste reste pourtant fortement Clandestins
implanté : au premier tour des municipales de 2001, point que Bertrand Péricaud évoque « un problème exis-
Jacky Hénin avait recueilli plus de 47 % des suffrages. tentiel. On se demande parfois si le parti est encore utile. »
Des résultats symboliques de la désunion actuelle Pour les deux militants, une chose est sûre : Calais peut

Photo : Jonathan Roux


entre les sections locale et nationale du parti. servir de modèle pour une organisation en pleine crise.
« L’échec des présidentielles pèse encore lourdement dans les « Ici, on a le souci du contact avec les adhérents, c’est quelque
consciences, affirme Bertrand Péricaud, militant. Un chose de très important pour nous. Nous sommes fiers de notre
Congrès aurait dû avoir lieu en décembre dernier, mais il a ancrage ouvrier et nous n’hésitons pas à parler de classe ou-
été reporté. » Le communiste pointe la nécessité d’un vrière, une expression qui n’est plus reprise au niveau natio-
bilan autocritique sur l’évolu- nal. », affirme Bertrand Péricaud.
tion du parti au cours des der-
nières années, « pas pour couper
CALAIS POUR Yves Desenclos, lui, critique le
manque de pugnacité de la di-
des têtes, mais pour ne pas continuer MIEUX REPARTIR ? rection du PCF. Et loue la com-
dans la mauvaise direction. » bativité de la section locale : « À
Yves Desenclos, militant lui Calais, nous nous sommes bagarrés
aussi, dresse le même constat. « À Calais, on n’adhère pour l’hôpital ou pour compenser les délocalisations. C’est une
pas toujours aux idées du parti national. Nous sommes le autre façon de faire progresser nos idées. »
village gaulois du communisme ! » s’amuse l’homme, qui De toute façon, les communistes de Calais ne comp- Les Lords britanniques ont estimé, mer-
déplore l’attentisme de l’organisation. « La direction dis- tent pas sur le parti national pour les aider dans ces credi, que les clôtures à Calais étaient
insuffisantes pour endiguer l’afflux de
cute toujours des idées. C’est nécessaire, bien sûr, mais au municipales. « La direction ne nous a pas contactés. Nous clandestins. Ils ont exhorté les autorités
final on a plus l’image d’un appareil de salon qui regroupe aurons avant tout des comptes à rendre aux Calaisiens », ex- françaises et britanniques à prendre
des penseurs. Nous sommes un parti militant, on veut une or- plique Jean-Claude Vanzavelberg, adjoint à la com- des mesures en la matière. Une déci-
ganisation qui bouge ! » munication. Marie-George Buffet ne s’est pas dépla- sion qui relance le débat sur les mi-
Pour lui, l’idéologie n’est pas en cause. Le problème cée dans la capitale du Pas-de-Calais pour soutenir grants. « Ce n’est pas à la commune de
gérer cette situation. Le problème vient
vient de son application. Le constat est sans appel : le Jacky Hénin, le maire sortant. « Elle avait sûrement d’au- de l’Angleterre qui refuse de mettre en
parti oublie parfois d’être le moteur de la revendica- tres chats à fouetter », estime Bertrand Péricaud. Avant application les accords de Schengen », a
tion. « Ce n’est pas le tout d’avoir raison, encore faut-il d’ajouter, une pointe d’ironie dans la voix : « En tout déclaré Jean-Claude Vanzavelberg, élu
convaincre les autres. Il faut faire des révoltés, pas des révo- cas, on espère faire un meilleur score qu’elle pour les prési- communiste.

Fin de campagne
lutionnaires ! » Un vrai désamour, en somme. À tel dentielles… »

Un communisme de façade
Les communistes organisent leur opé-
ration porte-à-porte jusqu’à samedi

L
matin. Ils visiteront les quartiers de
Fort-Nieulay et des Cailloux. Objectif :
accrocher des panonceaux « Non à Sar-
kozy. Oui à Calais » au domicile des ci-
a mairie de Calais n’aurait- communistes. Et il justifie son Au QG de Jacky Hénin, on toyens calaisiens.
elle de communiste que le point de vue par le bilan du maire contre-attaque : « C’est sûr que
nom ? Quelques-uns le pen- sortant : mise en place du parking lorsqu’on prend les responsabilités, on Réunion publique
sent. Laurent Roussel, candidat de payant, d’une police municipale ré- se pose des questions sur l’application La « liste d’ouverture sociale et popu-
la LCR, espère bien surfer sur pressive, manque de débat ci- ou non de nos idées. C’est le problème laire » conduite par Natacha Bouchart
cette idée, et n’hésite pas à se mon- toyen… Les reproches sont nom- qui se pose lorsqu’on est gestionnaire. » organise une réunion vendredi, à
trer ironique.« Il affiche les couleurs breux, car les actions sont jugées Bertrand Péricaut, militant com- 19 h 30. Elle aura lieu à l’hôtel Kyriad,
du PCF, mais plus de la moitié de sa en contradiction avec une étiquette muniste défend également son au 693, Digue Gaston Berthe, à Calais.
But de la soirée : « adresser nos
liste est issue du PS », commente t-il communiste. « Le maire doit montrer poulain. « Dans les années 1930 ou derniers messages aux Calaisiens »,
au sujet de l’alliance effectuée par l’exemple. Quand une mairie commu- 1940, les villes communistes avaient selon la candidate.
le maire actuel, Jacky Hénin. niste embauche 300 personnes à temps une gestion sociale que les autres
Laurent Roussel s’attaque désor- partiel, ce n’est pas normal. » n’avaient pas. Maintenant, toutes les Niemann tire
mais aux municipales après avoir
récolté 4 % aux législatives de
Laurent Roussel n’est pas le seul à
partager cet avis. Catherine Bour-
municipalités en dispose. »
Pourtant, Laurent Roussel espère sa révérence
2007. Pour lui, aucune alliance en geois, tête de liste des Verts, se bien créer la surprise dimanche, Conseiller municipal depuis 1983, l’em-
vue. « Les Verts et LO ne souhaitent montre acerbe sur la question. en s’appuyant sur la popularité de blématique Christian Niemann prend sa
pas négocier. Jacky Hénin a lui souli- « La mairie fait preuve de beaucoup de son leader national, Olivier Be- retraite politique. Ce « gaulliste de
gauche », comme il aime lui-même se
gné qu’il ne négocierait pas avec l’ex- clientélisme et accueille des entreprises sancenot, et en jouant la carte de définir, a terminé sa carrière d’élu par
trême gauche. » Pour Laurent Rous- sans critères sociaux et environnemen- « pure » extrême gauche : « Notre une réunion de la communauté d’ag-
sel, ce refus démontre que la mairie taux spécifiques. Dans les faits, elle objectif est d’atteindre les 10 % et le se- glomération du Calaisis (CAC).
a bel et bien abandonné ses idéaux n’est pas communiste. » cond tour. Je suis serein. »

La Pression de mars 12 Vendredi 7 mars 2008


L’ E N Q U Ê T E

Le candidat UMP pense déjà


aux futures échéances.
Photo : Gaël Arcuset

Huyghe,
au casse-pipe

« L
LILLE. Largement décroché dans les sondages, Sébastien Huyghe,
le candidat UMP, ne semble pas en mesure de l’emporter à Lille face au
PS de Martine Aubry. Une défaite annoncée liée à la frilosité des figures
de la droite locale et à leurs difficultés à trouver un leader charismatique.

Quand opposition
Par Joël Bronner rime avec figuration
es sondages sont préoccupants. Même si je « Actuellement l’émergence d’un leader de droite à Lille re- BMW : Bondues, Mouvaux,Wasquehal.
reste persuadé que l’on obtiendra un meilleur lève de la politique-fiction, donc c’est aussi un candidat par Les trois maires conduisent tous à droite.
résultat à l’arrivée. Mais affirmer que l’on va défaut. De toute façon, on ne lance pas une campagne mu- L’opposition n’a pas même l’espoir de
l’emporter serait faire preuve d’un optimisme béat. » nicipale à six mois des élections. L’objectif pour la droite jouer les copilotes. Démocratie oblige,
des candidats de gauche se lancent
Christian Decocq, numéro trois de la liste de Sébas- lilloise était de limiter la casse et de préparer l’avenir », ana- pourtant sur la route des élections.
tien Huyghe, ne se fait pas d’illusion sur l’issue du lyse Frédéric Sawicki, professeur de sciences poli- Bondues, 10 000 habitants, compte ainsi
scrutin. tiques à l’université Lille 2. sa liste Bondues pluriel. Dans une ville
En 2002, après sa défaite aux dernières législatives, À droite aussi, par pragmatisme donc, on se met à où Nicolas Sarkozy a recueilli plus de
82% des suffrages, difficile pour la
l’ex-chef de file de l’UMP à Lille renonce à prendre désirer l’avenir. Et à rêver plutôt à de futurs scrutins. gauche de se faire entendre. Mario Gon-
la tête des opérations. Il faut lui trouver un succes- Christian Decocq parle des municipales comme zales, la tête de liste PS a tout de même
seur. Decocq battu, Marc-Phillipe Daubresse hési- d’une « demi-finale ». Sébastien Huyghe refuse lui une polémique à se mettre sous la dent :
tant, l’éventuelle venue de Jean-Louis Borloo envi- d’envisager sa défaite avant les premiers résultats plus de 400 logements sociaux de retard
sagée d’un mauvais mais concède avoir en- à Bondues. « Ce n’est pas normal que
certaines personnes cherchent un loge-
œil par les élus lo- tamé un travail censé
caux… Le casting « SÉBASTIEN DOIT D’ABORD porter ses fruits « dans
ment à Bondues et n’en trouvent pas
parce qu’ils n’ont pas les moyens suffi-

MENER UNE CAMPAGNE


manque de “stars” la durée ». sants. » La liste opposée au maire sortant
et voilà Sébastien Marc-Philippe Dau- Patrick Delebarre, compte sur ce dossier

DE NOTORIÉTÉ »
pour peser, au moins un peu, sur le tra-
Huyghe, député de bresse, ancien ministre vail du futur conseil municipal.
38 ans, propulsé sur et maire de Lamber- Pour se faire connaître, Bondues pluriel a
le devant de la scène sart, a préféré se lancer monté son blog. À la date du 2 mars, un
pour 2008. à l’assaut de la présidence de la Communauté ur- événement hors du commun est décrit
Peu connu du grand public, l’ancien notaire avait baine au détriment de la mairie. Il n’est pas comme « meilleur souvenir de la cam-
pagne » pour ces candidats. Le maire
pourtant créé la surprise en l’emportant lors des lé- convaincu par le choix de Sébastien Huyghe. Pour sortant leur aurait-il promis sa voix ? Les
gislatives de 2002 face à une certaine Martine Aubry, Daubresse, malgré la défaite, le meilleur candidat habitants militent-ils en faveur d’un vote
avant d’être réélu en 2007. Une victoire et une légi- restait Christian Decocq. « Le problème de Sébastien sanction à l’encontre de la politique sar-
timité censées combler son déficit de notoriété. Pour c’est qu’il doit d’abord mener une campagne de notoriété. koziste ? Rien de tout cela. La scène se
déroule au salon du livre de la com-
justifier les mauvais chiffres dont il est crédité par les Il peut planter un essai, mais pas le transformer. C’est plus mune. Au cours d’une séance de dédi-
instituts d’opinion, Sébastien Huyghe n’hésite pas à une candidature pour la prochaine fois. » caces, l’acteur Richard Bohringer
prendre des accents de victime. Et à jouer le rôle du En l’absence de leader charismatique, la droite lilloise apporte son soutien à la cause de l’op-
petit candidat isolé face à la machine de guerre de la s’est donc lancée dans la bataille des municipales sans position en leur dédicaçant leur pro-
mairie en place. Mais dans le fond, à droite, la vic- réel espoir de victoire. Tout en espérant que le sacri- gramme. À Bondues, à gauche, il en faut
peu pour être heureux…
toire n’a jamais été sérieusement envisagée. fice de Sébastien Huyghe ne restera pas vain.

La Pression de mars 13 Vendredi 7 mars 2008


Les retraités
L E FA I T D U J O U R

descendent dans la rue


Face aux manifestations
des retraités
pour la revalorisation
de leur revenu,
François Fillon a déclaré
qu’il ouvrirait les négociations…
après les municipales.

Par Sophie Bouillon


(avec AFP)

N
Photo : DR

Cinq mille retraités, selon la CFDT, ont manifesté jeudi


pour une revalorisation des retraites.

pleine campagne municipale. Avant de poursuivre


les négociations, le gouvernement fait comme si le
icolas Sarkozy avait annoncé une passage à quarante et un ans de cotisation était déjà
avance de revalorisation du minimum un fait accompli. En effet, la loi Fillon prévoit cet
Nicolas Sarkozy vieillesse de 200 euros, qui devrait être allongement automatique, sauf décret contraire.
versée fin mars. Mais la promesse ne concerne que Mais Jean-Claude Mailly, à la tête de Force ou-
rassure 700 000 retraités, dont les carrières sont incom- vrière (FO) reste visiblement confiant : « Le gou-
plètes. Ceux, au contraire, qui sont allés au terme vernement est bien revenu en arrière sur les taxis avec
Nicolas Sarkozy veut rassurer de la leur mais touchent une très basse pension de deux jours de manifs ! »
les électeurs de droite : dans retraite ne sont pas concernés par cette promesse Le président de la République, en déplacement
une interview publiée dans le que d’aucuns jugent “démagogique”. dans l’Allier, s’est dit favorable à une prime d’inté-
Figaro, il certifie qu’ « il n’y aura
pas de remaniement Plus de quatre mil- ressement pour aug-
lions de personnes menter le pouvoir
« LE GOUVERNEMENT EST
ministériel » après le scrutin. Il
a aussi choisi des paroles ras- vivent avec ce mini- d’achat des retraités :
mum contributif et « Je voudrais une société
BIEN REVENU EN ARRIÈRE
surantes pour les Français, en
niant tout « plan de rigueur » devraient voir leur où l’on se dise que sur
après les municipales, à
SUR LES TAXIS AVEC DEUX
l’image de ce qu’avait sous-en- retraite en augmen- 100 de bénéfices […] un
tendu Eric Woerth, son ministre tation d’ici la fin du tiers aille aux salariés
quinquennat. Mais
JOURS DE MANIFS ! » qui ont participé à la
du Budget. Nicolas Sarkozy
craint que les élections munici- la date est incon- création de richesses »
pales ne soient un vote contre
le gouvernement UMP. Il a ap- nue. L’augmenta- pour préparer sa pen-
pelé les Français à « choisir tion de 1,1% en janvier dernier a été jugée insuffi- sion de retraite. Une des propositions de Jean-
ceux qui gèrent leur ville » et à sante, compte tenu de la baisse du pouvoir d’achat Claude Mailly, qui se réjouit et encourage Nicolas
le faire « en pensant d’abord à et de l’inflation de 2,6% enregistrée en décembre. Sarkozy à « poursuivre dans cette voie ».
cette mission ». Dans un son- C’est ce qui a poussé les retraités à manifester jeudi Globalement, en incluant le patrimoine, « la situa-
dage CSA pour i-Télé et Le Pa-
risien publié jeudi, le président matin à l’appel de six syndicats pour une revalori- tion moyenne » des 14 millions de retraités français
de la République recule encore sation immédiate et « significative » des retraites. Ils est proche de celle des actifs, selon le Conseil
à 38% d’opinions favorables, étaient 5 000 selon la CFDT à défiler dans la capi- d’orientation des retraites (COR). Mais les dispa-
tandis que François Fillon enre- tale en direction de Matignon. L’une des déléga- rités sont bien plus grandes. Les femmes en sont
gistre une cote de popularité
de 55%. Nicolas Sarkozy a tout tions syndicales a été reçue l’après-midi par un les premières victimes, qu’elles soient veuves, ou
de fois assuré « qu’on ne conseiller de François Fillon. Le Premier ministre ayant connu des parcours professionnels en dents
change pas un premier ministre a déclaré qu’il ferait bientôt des propositions, mais de scie. Globalement le montant du minimum
en fonction des sondages ». rien dans l’immédiat. La concertation sur la ré- contributif versé aux nouveaux retraités qui rem-
S.B forme des retraites sera officiellement lancée après plissent toutes les conditions de durée de cotisation
les municipales. Sujet visiblement trop épineux en est de 558,86 euros par mois.

La Pression de mars 14 Vendredi 7 mars 2008


Forte
ACTU

amende
Mme Bruni-Sarkozy ne
votera pas dimanche

pour
C’est RTL qui le révèle : après Cécilia qui
n’avait pas voté au second tour de la Pré-
sidentielle, c’est Carla qui ne votera pas
pour les élections municipales à venir.
Mme Bruni-Sarkozy est italienne, certes,
mais, ressortissante de l’Union euro-

Alstom
péenne, elle pourrait tout à fait voter di-
manche prochain. Seulement, elle n’est
pas inscrite sur les listes électorales …

Chirac et le passif
du RPR
L’ancien président Jacques Chirac devra
se rendre prochainement devant le juge
Jean-Marie d’Huy pour être entendu
comme dans le cadre d’une enquête sur
la Sempap. Cette société d'économie
mixte, chargée entre 1986 et 1996 des tra-
vaux d'imprimerie de la mairie de Paris,
DOUAI. La société Alstom avait été victime d'importants détourne-
a été condamnée à 75 000 euros d’amende ments qui auraient alimenté les caisses du
RPR. La date de cette convocation n’est
pas encore fixée. Cette affaire est la troi-
dans le procès des victimes de l’amiante
de Lys-lez-Lannoy. « Condamnation sième concernant le RPR et dans laquelle

C’
maximale, mais condamnation faible », Jacques Chirac est cité.
selon Martine Aubry.
Laurence Parisot
Le 4 septembre 2006, l'ancien directeur de

convoque le CAC40
la société Alstom, Bernard Gomez (au centre),

Par Sophie Bouillon (avec AFP)


entouré de ses avocats. Photo : AFP

Laurence Parisot, présidente du Medef a


décidé de convoquer les patrons des en-
dés de fabrication des chaudières. Les poussières treprises du CAC40 pour tenter de sortir
s’étaient infiltrées partout, dans les ponts, dans les te- de la crise, sans précédent dans l'histoire
est un virage important dans le trai- nues de travail, dans les fours, et dans tous les moyens patronale, entre le Medef et l'Union des
industries et des métiers de la métallur-
tement pénal de l’amiante. Hier la de production. gie (UIMM) avec en ligne de mire la
société Alstom a été condamnée par Martine Aubry, maire sortante et candidate à Lille, recomposition de la représentation
la cour d’appel de Douai à 75 000 euros d’amende était présente aux côtés des victimes, mercredi, et des patronale.
pour “mise en danger d’autrui” après avoir exposé ses veuves qui défilaient devant le tribunal avant l’ouver-
salariés à ce minéral thermique hautement cancéri- ture du procès. La maire de Lille conteste toute récu-
gène. Depuis 1997, 30% des salariés sont malades et pération politique du combat contre l’amiante à trois Juppé se lache !
sept sont décédés. Il s’agit de la peine jours du premier tour du scrutin. «
maximale, qui, de surcroît, s’ajoute DEPUIS 1997, Oui, la maire de Lille était présente ce Alain Juppé, le « meilleur d’entre nous »
selon les mots de Jacques Chirac, s’est
SEPT SALARIÉS Comme depuis quatre ans d’ailleurs »,
aux dommages et intérêts (1,5 million matin pour défendre les salariés. livré, lors d’une émission télévisée enre-
d’euros) infligés en première instance. gistrée le 21 février, à un jeu qui ne lui
L’ancien directeur de l’usine de fabri-
SONT DÉCÉDÉS adedéclaré son porte-parole Pierre ressemble guère. Interviewé par Jean-
cation de chaudière de Lys-lez- Saintignon, selon lequel Mar- Pierre Elkabbach pour la chaîne locale
bordelaise TV7, l’ancien Premier ministre,
Lannoy, en pleurs, a demandé pardon tine Aubry s’est dite satisfaite de pourtant réputé austère, a multiplié les
aux quelque 160 salariés « s’il y a eu des dommages à la peine maximale requise contre la multinationale Als- bras d’honneur envers le journaliste. Qui
cause de ce que j’ai fait ou de ce que je n’ai pas fait. » Peut- tom, bien qu’ «elle soit toujours trop faible, car la loi fran- ne s’est pas privé pour répondre à son
être émue par les larmes de Bernard Gomez, la Cour çaise est ainsi faite ». tour. Le tout sur le ton de la rigolade bien
d’appel a réduit la peine de l’ancien directeur à trois Le maire de Roubaix René Vandierendonck s’est as- sûr. Extraits : Interrogé sur le « sens »
d’une éventuelle défaite, Juppé a
mois de prison avec sursis, contre neuf en première socié à la candidate PS de la commune de Lys-les- répondu : « Si je suis battu, ça aurait du
instance, et 3 000 euros d’amende. Lannoy, Josiane Willoqueaux, pour soutenir les an- sens pour vous. Moi… » Et paf, bras d’hon-
L'amiante a été interdite en France en 1997. En 1995, ciens salariés de l’usine. Fanny Bullaert, adjointe au neur. « Hein, voilà.Vous vous débrouillerez
la direction de l’usine avait déclaré à l'inspection du maire de Roubaix, avait déjà passé les quatre jours de avec ma défaite. » Elkabbach, interloqué :
« C’est quoi, ça », demande-t-il, accompa-
travail qu'il n'y avait plus d'amiante dans ses locaux. procès en première instance avec les familles des vic- gnant sa question d’un bras d’honneur.
Pourtant en 2002, trente-trois tonnes de poussière times en septembre 2006. Dans le Nord-Pas de Calais
d'amiante avaient été déblayées lors du rachat de le secteur secondaire occupe encore 34% de la popu-
À propos du droit
l’usine. Selon une enquête de l’inspection du tra- lation totale, alors qu’il ne dépasse pas les 29% sur le

Le chômage baisse,
vail, l’amiante a toujours été présente dans les procé- territoire français.
à mourir…

sans convaincre
Le débat sur l’euthanasie a été relancé
hier par Chantal Sébire, atteinte d’une
maladie orpheline douloureuse, incurable
et évolutive. Cette quinquagénaire a en-
voyé successivement son dossier à l’Asso-
ciation pour le droit de mourir et une let-

E
tre accompagnée d’une cassette vidéo à
Nicolas Sarkozy pour l’inciter à compléter
Par Jérémy Marot (avec AFP) la loi sur le droit des malades. « Je subis
des souffrances atroces. Je suis au bout du
nfin, une bonne nouvelle taux de chômage moyen pour si le gouvernement a indiqué que rouleau et me sens aujourd’hui prête à
mourir dignement », explique-t-elle. Elle a
pour Nicolas Sarkozy. Mal- l'année 2008 tombe à 8,8% de la la baisse générale « va durer », les prévu de partir en Suisse, où l’euthanasie
mené dans les sondages, il population active, soit 2,1 mil- économistes restent sceptiques au est autorisée.
peut se prévaloir, à trois jours des lions de personnes sans emploi, vu de la conjoncture économique
municipales, d'une victoire sur le contre 8,8% en 2006. mondiale.
front du chômage. En effet, pour
le septième trimestre consécutif,
Si l'on inclut les Dom, le taux de
chômage moyen 2007 ressort à
Les spécialistes tendent à expli-
quer ce recul par l'accélération
Une bourde
le taux de chômage a reculé, pour 8,3%. Néanmoins, cette baisse des départs en retraite en 2007 de La Poste
s'établir à 7,8% de la population cache des fortes disparités en plus que par les effets des poli- Anaïs, une petite fille de13 ans habitante
active selon l'Insee (7,5% si l'on fonction de l'âge. Les jeunes res- tiques publiques. Par exemple, de Mâcon, inconsolable depuis le décès
exclut les départements d'outre- tent les plus touchés, et de loin, l'économiste de Xerfi, Alexander de sa maman, décide de lui envoyer une
mer). « C'est historiquement au plus même si le taux de chômage est Law, invite « à ne pas trop se bercer dernière lettre.“Un message d’amour
comme une bouteille à la mer” qu’elle
bas depuis 1983 », s'est félicitée la en recul. d'illusions », car « la conjoncture est adresse “rue du paradis au Ciel”. Deux
ministre de l'Économie et de l'Em- Ainsi, pour les moins de 25 ans, particulièrement mal orientée ». « Il y jours plus tard, le courrier lui revient
ploi, Christine Lagarde. « L'évolu- le chômage a baissé de plus de a certes une tendance de fond, liée au avec la mention “n’habite pas à l’adresse
tion tient tout simplement à la créa- trois points en 2007 tout en res- papy boom, mais penser que cela va indiquée”. Une indélicatesse du plus
mauvais effet de la Poste, qui pour sa dé-
tion d'emplois, environ 340 000 au tant presque trois fois supérieur à encore baisser fortement me paraît il- fense assure que « la rue du paradis est
total en 2007, du jamais vu depuis celui des 25-49 ans, à 18,1% au lusoire », affirme quant à lui Marc inconnue ».
2000 », a-t-elle ajouté. Au final, le quatrième trimestre 2007. Même Touati de Global Equities.

La Pression de mars 15 Vendredi 7 mars 2008


L’Allemagne menacée
ET AILLEURS

Main tendue par les

de paralysie
nationalistes basques
ESPAGNE. À trois jours des élections
espagnoles, le Parti nationaliste basque
(centre-droit), qui dirige le gouverne-
ment régional au Pays Basque, a pro-
posé hier au Premier ministre espagnol
José Luis Zapatero un « pacte pour jeter
les bases d'une solution au conflit poli-
tique basque », évoquant « un nouveau
modèle » pour l’Espagne basé sur « la
libre adhésion de ses nations ». En cas
Depuis mercredi, la grève des
fonctionnaires pour une revalorisation de majorité relative pour les socialistes,
pronostiquée par les sondages, M. Za-
des salaires connaît une nouvelle patero pourrait avoir besoin de l'appui
ampleur et atteint tous les domaines des petits partis nationalistes catalans
et basques pour obtenir l'investiture au

G
des services publics. Parlement.

Un opposant
.
Par Caroline Bozec
(avec AFP) assassiné ?
TCHAD. Arrivé très mal en point hier à
Paris, l’opposant tchadien Ngarlejy Yo-
rongar, porté disparu après l'attaque
rebelle sur N'Djamena début février et
réapparu au Cameroun, dit craindre
rèves dans les hôpitaux, transports pa- qu'un autre opposant, Ibni Oumar Ma-
ralysés, administrations fermées… Le hamat Saleh, ne soit mort. « Je crois sa-
blocage menace l’Allemagne. Le mou- voir qu'il est mort, vu l'état dans lequel
vement social lancé il y a un mois a pris une brusque on l'a mis. À moins d'un miracle, mais je
ne crois pas à ce miracle », a-t-il déclaré.
ampleur mercredi, les grèves d’avertissement attei- La France, qui soutient le président
gnant pour la première fois dix aéroports d’Allemagne tchadien Idriss Deby Itno, s'est dit prête
de l’Ouest à l’appel de Verdi, puissant syndicat des ser- à accorder l'asile politique à M.Yoron-
vices et du GdP, le syndicat de la police. La compa- gar s'il en faisait la demande.
gnie aérienne allemande Lufthansa a dû annuler 300
des 1 200 vols intérieurs. Enfin un gouvernement
pour le Royaume
La réunion hier entre Verdi d’une part, l'État fédéral,
les Länder et les communes d’autre part semblait peu
susceptible de débloquer la situation, puisque d’entrée

Photos : DR
BELGIQUE.
de jeu Verdi déclarait n'attendre aucun accord à l'is- Le futur Pre-
sue de ces pourparlers. Ce n’est qu’une étape de plus mier minis-
Manifestation dans les rues de Berlin le 5 mars.
pour le mouvement revendicatif lancé mi-février pour tre Yves Le-
terme a
exiger une revalorisation des salaires. jusqu'au 14 mars. renoncé à
Depuis début janvier, Verdi négocie un accord salarial Il est vrai que le climat social n’est guère favorable au l'élargir aux
pour les 1,3 million de salariés de la fonction publique. patronat. Alors qu’une étude de l’institut de conjonc- écologistes,
Là où le syndicat réclame 8% de hausses de salaires, ture DIW vient d’annoncer que la population pauvre ce qui aurait
le camp des employeurs propose pour le moment 4% en Allemagne a crû de 19 à 25% entre 2000 et 2006, donné une
assise aussi
et une augmentation du temps de travail. En attendant les scandales creusent un peu plus le fossé entre la so- large que
un déblocage, le chaos menace dans les services pu- ciété et les élites économiques : vaste fraude au fisc de possible à
blics : les bus et les trains régionaux sont restés au Klaus Zumwinckel, ex-patron de la Poste ; corruption un cabinet
dépôt, des centaines de crèches, des caisses d'épargne chez Volkswagen et chez Siemens, ce qui a valu à des qui devra
négocier
et diverses administrations publiques sont restées personnalités telles que Peter Hartz, directeur des res- une difficile
portes closes depuis mercredi. Même le syndicat GdL sources humaines du groupe automobile, ou Heinrich réforme des
des conducteurs de trains, qui avait donné le “la” à von Pierer, président du conseil du conglomérat mu- institutions Yves Leterme
d'autres mouvements sociaux en paralysant l'Alle- nichois, des sorties peu glorieuses. L’écart est aussi du royaume.
magne l'an dernier, a menacé de reprendre de plus creusé par de flagrantes différences de rémunération : Le gouvernement définitif sera donc
une reconduction de la majorité ac-
belle son mouvement de grève. La Rhénanie du Nord- le salaire du président de Daimler a bondi de 68% en tuelle, formée par les chrétiens-démo-
Westphale, l'État le plus peuplé d'Allemagne avec les 2007 alors que les salariés ont connu depuis quelques crates et libéraux et le parti socialiste
villes de Düsseldorf et Cologne, était la plus affectée, années plans sociaux et salaires stagnants. Un terrain francophone. La Belgique est privée de
avec 67 000 grévistes attendus par Verdi dans la jour- économique et social qui explique l’exaspération des gouvernement stable depuis les élec-
tions du 10 juin 2007, qui ont accru les
née. À Berlin, le ramassage des ordures n’est plus as- fonctionnaires et la progression continuelle du parti divisions entre Flamands et Wallons.
suré, et les salariés de la société de transport en com- d’extrême-gauche, die Linke, qui siège désormais dans
mun BVG ont entamé une grève qu'ils veulent mener les parlements de dix des seize États fédérés.
Conflits sur le pétrole

Menaces militaires
UKRAINE. Le Premier ministre ukrai-

entre la Colombie et ses voisins


nien Ioulia Timochenko rejette plu-
sieurs clauses de l'accord gazier conclu
entre les présidents russe Vladimir Pou-
tine et ukrainien Viktor Iouchtchenko.
Cet accord avait été atteint au lende-
main d'une nouvelle guerre du gaz

L
russo-ukrainienne, pendant laquelle le
Par Caroline Bozec (avec AFP) géant russe Gazprom avait réduit de
moitié ses livraisons de gaz à l'Ukraine
pendant deux jours. M. Timochenko es-
e ton reste musclé après l’en- Gates, le secrétaire américain à la d'exploser » que constitue selon lui time que « le gouvernement ne peut ac-
trée en scène mercredi des Défense, estimant « très peu proba- « l'appui clair » d’Hugo Chavez à la cepter certaines conditions », comme le
forces armées équatoriennes ble » un conflit armé. La Maison guérilla. Appuyant ces accusations prix de 315,6 dollars pour 1 000 m3.
et vénézuéliennes à la frontière co- Blanche a d’ailleurs jugé « préma- sur des documents saisis lors du
lombienne. Après le raid mené le
week-end dernier par les forces co-
turé » de parler d'aide militaire amé-
ricaine à Bogota.
raid, au cours duquel l’armée co-
lombienne a éliminé le numéro 2 Le baril de brut
lombiennes contre les Farc en terri- Le président équatorien Rafael des Farc et une vingtaine de guéril- toujours plus cher
toire équatorien et la rupture des re- Correa et son allié vénézuélien leros. Selon le gouvernement équa- PÉTROLE. On ne l’arrête plus : le
lations diplomatiques, le Venezuela Hugo Chavez s’indignent de la vio- torien, le raid a interrompu des né- cours du pétrole a atteint hier de nou-
a déployé avec fracas 6 000 hommes lation de territoire perpétrée par gociations en vue d’obtenir la veaux records en franchissant la barre
à la frontière colombienne, tandis leur voisin, et exigent de la libération de plusieurs otages, dont des 105 dollars, après une déflagration,
que l'Équateur mobilisait une unité communauté internationale une Ingrid Betancourt. Après cette ten- d’origine encore inconnue mais sans
conséquence d’après les premières
d'élite. La Colombie se déclare pour « condamnation claire » du raid. Ce à tative avortée, Hugo Chavez a as- conclusions, au cœur de New York, qui a
l’instant résolue à « ne pas répondre quoi le vice-président colombien suré qu’il continuait sa médiation accentué la nervosité des intervenants.
aux provocations ». Francisco Santos riposte en accu- avec les Farc. Nicolas Sarkozy a ap- Mercredi, la nervosité avait été exacer-
Dans le même temps les États- sant les deux dirigeants de compli- pelé « tous les acteurs concernés à la re- bée par la chute des réserves améri-
caines de brut, la première baisse enre-
Unis, alliés traditionnels de la Co- cité avec les Farc. Il appelle cette tenue » et également encouragé les gistrée depuis plus d'un mois et demi.
lombie, minimisent le déploiement même communauté internationale guérilleros à continuer « dans la stra-
des troupes vénézuéliennes. Robert à « désamorcer la bombe sur le point tégie de la libération humanitaire. »

La Pression de mars 16 Vendredi 7 mars 2008


ET AILLEURS

Strasbourg : fiche technique


La ville, chef lieu de la région Alsace, se situe dans le département du Bas-Rhin. Fabienne Keller (UMP, photo ci-contre) y est
maire depuis 2001.
Elle compte 272 000 habitants pour 78 km2 au niveau de la ville intra-muros ou 460 000 habitants pour 305 km2 pour la com-
munauté urbaine (CUS).
La ville est majoritairement jeune. 36,7% de la population a entre 20 et 40 ans, c’est-à-dire 10% de plus que la moyenne na-
tionale. Un pourcentage élevé lié à une population étudiante importante. Durant l’année scolaire 2005-2006, 40 358 étudiants
se sont répartis dans les trois universités strasbourgeoises.
Dans le domaine des transports, les pistes cyclables s’étendent sur plus de 400 km.
Côté culture, Strasbourg compte au total 11 musées, 15 bibliothèques (dont la Bibliothèque Nationale Universitaire,
deuxième bibliothèque de France), 5 cinémas et 17 salles de spectacles. L’essentiel de l’offre culturelle se concentre néan-

Keller et Grossmann :
moins au centre-ville. Des quartiers comme Hautepierre ou la Meinau disposent tout de même d’une salle de spectacle.

le tandem enrayé

V
STRASBOURG. Le maire sortant, Fabienne Keller,
et le président de la Communauté urbaine, Robert
Grossmann, disposent d’un bilan jugé plutôt bon.
Les accusations d’autoritarisme plombent néanmoins
leur campagne. Depuis un mois, Roland Ries,
le candidat socialiste, est en tête dans les sondages.

Par Joël Bronner

ille pionnière dans le la liste. Roland Ries est accusé par la


développement du droite d’être insuffisamment européiste.
vélo, Strasbourg et Dans une ville dynamisée par la pré-
ses 440 kilomètres de sence des institutions européennes et qui
piste cyclable abritent a voté à plus de 60% en faveur de la
tout naturellement un constitution européenne, ce n’est pas
“tandem” à la mairie. rien. La polémique est née à Versailles
Fabienne Keller, le lorsque le député Ries s’est abstenu lors
maire numéro un, et du vote pour la révision de la constitu-
Robert Grossmann, tion. Révision nécessaire à l’adoption du

Strasbourg
le maire délégué, également président traité européen simplifié.
L’hémicycle du Parlement européen.
de la communauté urbaine. Vainqueurs Tandis que les deux grands partis se
Photos : D.R.

surprise en 2 001 face à Catherine Traut- chamaillent, un parti folklorique local a

l’européenne
mann, ils se représentent sur le même fait parler de lui en invoquant la justice.
ticket mais Roland Ries, le candidat so- Alsace d’abord représente l’extrême
cialiste, les devancerait d’une courte tête. droite en dissidence avec le Front Na-
Les adversaires du maire sortant ne s’at- tional. Robert Spieler, tête de liste, ne se
taquent guère au contente pas de
UN AVENIR
bilan de sept années faire de la figura-
de mandat. La poli- tion. Il avait récolté
tique de grands tra-
SOURIANT POUR 9% des suffrages Comme le prouve la proximité des deux membres du “tandem”
vaux qui a été menée aux dernières élec- Keller–Grossmann, mairie et communauté urbaine sont intime-

LA GAUCHE ?
ment liées et constituent deux facettes de la ville de Strasbourg.
y contribue beau- tions municipales, Les politiques actuelles visent à transformer Strasbourg en « une
coup. Grande biblio- et cherche à tout véritable métropole européenne. Et ce notamment grâce au district
thèque, Zénith, pati- prix à déstabiliser européen envisagé en collaboration avec la ville de Kehl en Alle-
noire, arrivée du TGV, allongement des ses adversaires : il a a ainsi saisi la jus- magne » comme le met en avant Renaud Dorandeu, directeur des
études de l’ENA et professeur de sciences politiques à l’Institut
lignes de tram, réaménagement en cours tice en raison de la présence sur la liste d’études politiques de Strasbourg. À l’heure actuelle, aucune
de la place Kléber... de Fabienne Keller d’une cabarettiste autre ville française ne présente une telle imbrication entre ces
Alors l’opposition a trouvé un autre che- sous son nom de scène et pas son nom deux types d’instances locales.
val de bataille : la personnalité des deux véritable. La justice a débouté la requête À Strasbourg, durant les campagnes électorales, l’Europe n’est
candidats UMP. Rigide, froide, autori- du parti extrémiste qui souhaitait inva- jamais bien loin. Comme le prouve la polémique sur le manque
taire, le capitaine de corvette de réserve lider la liste du maire sortant. de ferveur du candidat PS envers la cause européenne. Conser-
Keller en prend pour son grade. Son fi- Dans la capitale européenne, l’enjeu de ver le Parlement Européen à Strasbourg reste une préoccupation
pour une ville qui en tire des bénéfices économiques essentiels à
dèle lieutenant Grossmann ne serait ces élections est de taille pour l’UMP. son développement. Au niveau local, poursuivre le désenclave-
guère plus agréable. Le portrait se des- « La vraie défaite de la droite serait le bascu- ment des quartiers difficiles, comme le Neuhof, et tenter de les
sine de deux monstres froids, intransi- lement de l’une des ces trois villes : Marseille, dynamiser fait partie des priorités. Au PS particulièrement, cette
geants et fermés au dialogue. Toulouse et Strasbourg », souligne Frédé- élection semble faire office de « transition entre deux
Roland Ries, leur adversaire, a déjà en- ric Dabi de l’Ifop. Pour l’instant, les ora- générations » ajoute Renaud Dorandeu. Sur la liste qui voit coha-
biter une ancienne équipe dirigeante de la mairie, Roland Ries et
dossé le costume de maire entre 1997 et cles annoncent à la gauche et à Roland Catherine Trautmann, en sixième position, les jeunes commen-
2 000. Il assurait alors l’intérim alors Ca- Ries un avenir souriant. Méfiance ce- cent à se placer. À l’image de Mathieu Cahn, Pernelle Richardot
therine Trautmann, appelée au minis- pendant, en 2 001, les mêmes sondages ou Caroline Ctorza.
tère de la Culture par Lionel Jospin. Elle donnaient Catherine Trautmann large- J.B.
trône aujourd’hui en sixième position de ment en tête.

La Pression de mars 17 Vendredi 7 mars 2008


Lemaire cumule
DÉCALÉ

les mandats FONTAINE-AU-PIRE.


Jean-Marie Lemaire est maire
de cette petite commune

L
du Cambraisis depuis 1956.
Il a connu les pompes à eau,
il a voulu l’eau courante pour
Par Frédéric Coulon
tous. Il brigue un neuvième
mandat, un record.

’alimentation électrique
de la maison de retraite
de Fontaine-au-Pire vient
de lâcher. Soixante personnes sont
plongés dans l’urgence. Jean-
Marie Lemaire tente de réguler la
situation, par téléphone. Être
maire d’une commune rurale,
c’est tout un sport. « Le groupe élec-
trogène disponible n’a qu’une capacité
de 3 kW. On m’informe que le
deuxième déniché délivre 5 kW. Trop
peu. Il me faut un 160 kW », com-
mente-t-il après avoir raccroché
avec énergie.
Jean-Marie Lemaire ressemble à
un jeune retraité. À 73 ans, il
brigue son neuvième mandat à la
tête de Fontaine-au-Pire, une com-
mune du Cambraisis comptant
1 100 habitants. Le mot dynastie
ne serait pas trop fort. Comme son
père, il est maire. À deux, ils ont
accompagné les Fontainois pen-
dant près d’un siècle. « Il est décédé
brutalement en 1956. Mon père en
était à la troisième année de son man-
dat. J’ai été sollicité par ses conseillers
pour le remplacer. »
Bien que son nom en fasse un par-
fait édile des temps modernes,
Jean-Marie Lemaire a un par-
cours atypique. Reprendre l’atelier
textile de son père était sa mission.
Il cumulera la mairie et la direc-
tion de cette usine. Son deuxième
mandat est celui de la première
élection. Il est désigné au second
tour. Depuis, chaque victoire sera Jean-Marie Lemaire, a mené
scellée dès le premier dimanche de front la direction de son
du scrutin. Une famille bien im- atelier textile et la gestion
plantée localement que les Le- de Fontaine-au-Pire
maire. « L’atelier textile n’embauche
Photo : FC

plus personne. Les difficultés de tréso-


rerie se sont fait sentir dès la fin des an- peu d’habitants aspiraient à abandon- Pour autant, il reste attaché à son
nées 1980. En 1994, je cède mon poste ner les pompes. Une maison sur trois fief.« Il est un peu tard, maintenant,
de directeur. On était très attachée pour se présenter comme candidat à la
« ON EST
ferme trois ans plus aux pompes à eau. mairie d’une ville plus importante.
tard. » Les premiers tra- Fontaine, c’est mon pays. Le bonheur
Jean-Marie Lemaire
Assumer la mairie
et l’atelier privait TOUJOURS EN vaux de voirie ont personnel est ailleurs, selon moi »,
engendré des pro- sourit-il. « Être retraité est un avan- en dates :
Jean-Marie
maire d’une vraie
Le- PREMIÈRE blèmes. La pose du tage pour consulter les Fontainois. Être
macadam gênait proche d’eux est mon premier devoir de 1938 : naissance
vie de famille. « Les LIGNE ! » les exploitants agri- maire. Je reçois les Fontainois qui ont 1956 : remplace son père
maires cumulent trop coles. Certaines besoin d’aide. Lorsqu’ils viennent à 1959 : première élection réus-
souvent une vie pro- rues étaient inter- mon bureau, c’est souvent pour des sie, au second tour
fessionnelle et cette vie institutionnelle. dites à la circulation. Mais je jugeais problèmes personnels. Des questions de 1966 : début d’une longue
C’est regrettable sur un plan person- ce bitumage nécessaire. » paiement à échelonner ou des affaires série, en cours, de victoires mu-
nel. » La vraie difficulté pour les maires de voisinage. » nicipales dès le premier tour
Le maire de Fontaine-au-Pire as- de commune rurale, aujourd’hui ? Le 9 mars approchant, Jean-Marie 1994 : cède son poste de direc-
socie la malice à l’expérience « On est toujours en première ligne ! Lemaire est tenté de parler de son teur de son atelier textile
quand il tente de comparer l’évo- Une brique chutant sur un habitant et opposition. « Cette année, une liste se 1996 : accueille une étape des
lution de sa fonction. « Quand j’ai je peux me retrouver au tribunal, alors présente face à moi. Cela permet de se Quatre Jours de Dunkerque
débuté c’était technique, si je puis dire. qu’il y aurait la commission des tra- remettre en question. Et puis la donne
J’ai fait de la sensibilisation à marche vaux susceptible d’anticiper ces pro- change. Trente-deux candidats pour 1997 : fermeture de l’atelier
forcée, pour que soient installées les blèmes. Il y a trente ans, le maire quinze places. » Une configuration textile
premières canalisations d’eau cou- n’était pas forcément responsable de ce qui ne s’était pas présentée depuis
rante, à la fin des années 1950. Très genre d’incident. » deux décennies.

La Pression de mars 18 Vendredi 7 mars 2008