Manuel Montero

Miettes complètes

Saignées de pensée, ces miettes assouplissent la tâche de
l'artiste, lui fournissant le pense-bête de la vie parisienne
qu'il ou elle se doit de mener.

Manuel Montero, peintre et homme de lettres.

...

À la même période où les astronomes apposaient des
noms de dieux aux planètes Neptune, Urane, Pluton, Freud
apposait le nom d'un mortel à son complexe d'Oedipe.

Je ne garde plus les tomates pour le président, elles sont
mon seul repas.
jeudi 25 septembre 2008
miettes
...

Suis-je en train de devenir un abruti ? Permets-moi, dit-elle,
de ne pas te donner une réponse.

Stade métaphysique platonicien dans la divination afro-
americaine: c'est par le regard du regard même, exercice
idéaliste, que l'on avance l'oracle, du moins à la "santeria"
spirite que j'ai pu connaître.

Interstellar overdrive: il suffit d'ouvrir la parole.

Quand on considère que le soleil est notre étoile, stella
nostra, un nouveau complexe s'annonce. L'extase dévient
frivole et seule l'ivresse semble bien-séante.

On m'annonce que je suis retors. Le goût de la toile a
besoin de palais pour le contradictoire. Et pour autant elle
reste l'école de courtoisie du solitaire.

La politesse s'achète à la petite monnaie, l'exaltation est
publicitaire, l'ironie est l'alibi du médiocre.

Divination par la mie de pain. Un bon prétexte pour toucher
ton genou.

La maladie en tant que comble de la coquetterie, quand
elle accomplit la tâche de la dissuasion stratégique, du non-
satisfait. Ou bien la verrue comme un aveu, comme une
promesse ferme. Ce n'est pas la maladie du mourant,
quitte à être un suicidaire.

Le suicide vend sa dernière parole trop bon marché.

L'artiste suicidaire a autant de public que les soldes, voici la
vulgarité de Leonardo.

Encore la maladie, elle est la raison de mon style. Le
Christ, trop en prises aux derniers états d'âme, s'était
pensé pâture des vautours. Et c'était des pélicans !

Celui qui me tient pour ennemi, m'a pour maître.

Je cherche une explication magnétique... et la boussole
menteuse signale mon coeur malade.

...

miettes II (biscottes)
II

biscottes

Quels jardins verdoyants et fleuris que ceux des cimetières
! Qu'on les chante, qu'on pleure de joie sur l'Histoire et son
ingénue végétation.

Et si l'univers était carré ? Ou du moins rectangulaire, avec
quelque chose d'une boîte à sardines ? ça donne envie de
sortir faire un tour, nous aurons des nouveaux moines et
nonnes.

Le malheureux, épris d'une joie assommante, cherche des
champignons bizarres sur les tombes.

Que cherche le gendarme dans le jardin ? Une clé ?
Heureux s'il trouve la racine d'un arbre sec qui pousse et
pousse.

La cuite d'hier est déjà passée. Avec la philosophie qui
reste dans le placard je vous sors quelques biscottes.

Quelle revanche sur les danseurs de réveillon à la télé que
de lire les écrivains sur un écran. On peut abhorrer toute
bibliothèque physique quand on a le vrai tout-Paris éclairé
sur sa table, et que c'est instantané comme le Nescafé.

La laitue pousse sur les fauteuils du salon, et le radis. Et
sur l'aire des centaures encore des triangulaires pizzas.

L'homme est la pizza de la littérature mondiale.

Narcisse est l'homme et la femme d'hier. Aujourd'hui nous
chantons en écho les plaintes de Narcisse devant la
source, pour seules antiennes.

L'ivresse amoureuse de Narcisse est elliptique, une truite
nage au centre de son désir, la truite qui se mord la queue.
Sous un jour de justice, le bibliothécaire transpire.

Mauvaise humeur du prophète, c'est le degré zéro de la
rhétorique, par lequel on commence à compter la petite
monnaie.

Déspoina, mère de Perséphoné, étends sa culotte beige à
la porte d'Éleusis sur la corde de lyre d'un professeur de
chant décapité. Grandiose, la signora, surmonte un deuil
par un autre.

...

samedi 27 septembre 2008
miettes III
miettes d'automne

...

Il y a du temps pour l'huile et du temps pour l'aquarelle,
dans la vie d'un peintre.

L'aigle, tout grandiose, si différent du corbeau, et pourtant
aussi porteur de nouvelles.

Je ne suis pas un hibou, vous n'avez qu'à éteindre la
lumière. Si on pouvait ne pas être un hibou !

La chose fut réduite en miettes. Même un moineau pouvait
l'avaler.

Se frotter à une relique, et guérir du cancer et de
l'impuissance, voilà ce qui nous manque.

Des nationalistes qui achètent les anarchistes pour défiler
au pas, voilà la ruse de la Catalogne, et du Québec.

Revoilà l'analphabète. Il se programme pour être un
classique.
On nous découvre l'idéologie de la tragédie athénienne.
Elle aurait adapté à volonté les croyances ataviques.
Encore elle aurait faussé, disent les évéméristes de notre
temps, et mis sans dessous-dessus des pratiques et des
biographies de tradition orale. Nous avons besoin du
sacrifice de l'oral à l'écrit pour pouvoir dormir.

Peut-on avoir société sans spectacle ? Les larves de
termite se donnent des coudes quand l'une d'entre elles
monte d'étage. Le prestige du dormeur est son
insouciance.

Les larves de termite savent ce que c'est qu'un gratte-ciel.
Aucun infantilisme, ça vient après, dans leur rapport à la
reine et à ses soldats.

...

dimanche 28 septembre 2008
miettes IV (...)
miettes IV

...

Cam ne riait pas du sexe de Noé, mais de la blague qu'il
avait racontée tout-au-début.

Je demande de la morue pochée avec un peu de
mayonnaise à la Fontaine Gaillon, le restaurant de
Depardieu. Un expresso et pas de dessert. C'est la
première fois que je ne vomis pas, je vais retrouver ma
ligne.
Le commentaire qui m'a valu la "palme d'or de la connerie
pure, voir dangereuse" chez Léo : La question de
l'antisémitisme tel que Nabe la décrit, ainsi que celle du
machisme dans l'Espagne de gauche et celle d'avant, me
font penser à mon atelier, on ne sait pas qu'est ce qui est
plus dommage, de se tacher la veste en passant ou de
venir d'abimer un tableau frais.

Du vendredi au dimanche, je séjourne au salon. Pas de
psychanalyste sur place, je me livre au symptôme.

Donc vous travaillez à Ste-Anne. Vous donnez des ateliers
littéraires ou quoi ? Moi, aussi, à ma façon je travaille à
produire de la folie.

Stooges : avise toi, appréhende en boucle, à genoux...

Il a fait une expérience et il s'est planté à la porte du bordel.
Heureusement les femmes l'ont aidé à démontrer son
hypothèse.

Vous ne vous envoyez en l'air de lundi à jeudi ? Vous me
semblez plutôt écrivain que peintre.

J'arrête les termites. Je les avait choisies parce qu'elles
font des tunnels dans les dictionnaires, et dans la pucelle
voltairienne, comme les écrivains.

C'était de très vieilles termites, les miennes, quoique leurs
larves jouaient aux vidéo-jeux.

Oh, lord, won't you buy me a color TV ? Dauphins à midi, et
sirènes au soir.

...
miettes V (biscottes II)
biscottes II

Ce qui fascine chez le réactionnaire qui se veut écrivain
c'est d'avoir un dessin poétique (imagé) du parcours de sa
réaction.

Il n'y a pas de peintres réactionnaires. Il y a des mauvais et
des bons peintres.

Nous sont permises les hésitations de l'adolescent ?

La haine circule dans toutes les idéologies.

Voyez les fourmis, elles sont imitées par les taupes en
Afrique du Sud.

Quand la taupe imite la fourmi, n'y a-t-il pas quelque chose
d'humain dans sa décision ?

Quelle est la limite entre la taupe et la fourmi ?

Un peintre fait son oeuvre pendant qu'elle sèche.

A mordre la biscotte, on goûte sa faim.

Arrive la mythologie, notre métabolisme se remet en
marche. Le vieux festin carnivore a besoin d'histoires.
Même à la fin, quand on ronge.
La nourriture devient très chère. Il n'y a que Plutarque et
les néoplatoniciens pour s'occuper de la diète des dieux.
En tout cas les prêtres pensaient qu'ils étaient mal nourris.

A se contenter de la silhouette fine d'Hercule, qui
aujourd'hui ne boit que de l'eau. Son astre s'est éloigné des
autels.

Il collectionne des statuettes égyptiennes et des canettes
de bière.

Hercule, susceptible, faisait tout ce qu'on lui disait. Vous
n'avez qu'à faire l'expérience...

L'oeuf du Saint Esprit est couvé par la chauve-souris. Elle
adjure la Lune dans le blanc de cet oeuf, et le jaune c'est
pour le poussin.

Risquer sa peau. C'est surtout celle des fesses qu'il faut
risquer.

La chauve-souris fabrique ses ailes avec la peau des
fesses. Et le moustique pète pour voler, selon les grecs.

Une sonorité européenne complètement incompréhensible,
elle chante pour nous, Zsuzsanna Vàrkonyi.

Prééminence de la douleur dans notre appréhension de
l'oiseau. Il abandonne ses déchets dans le vide, et sa voix
est enfantine. L'oiseau stresse le mammifère.

Réveil par le coq. Pour les latins, ou à la Renaissance, du
moins chez Cesare Ripa, le coq figure la bonne santé.
La douleur nous renforce. La routine nous épuise.

...

miettes VI (...)(...)
miettes VI (...)(...)

Le brushstroke taoïste monte, le coup de pinceau parisien
descend. Bientôt des plâtres mourants à coté des
poubelles.

Le plaisir de mouler du soutien-gorge à du nu.

Deux poêlées de migas. Il n'y a qu'un directeur d'espace
artistique, ou un exilé, qui fasse ça.

On est tous exilés de la même Espagne, mais l'on ne fait
pas tous le même Paris.

Le policier demande du respect pour sa matraque.

La sagesse est la seule science.

Vade ad foeminam, tu fac similiter. Cherchez la femme en
votre intérieur et suivez-la.

Du coup il nous fait un cinéma. L'on ne peut changer de
chaise, sinon dormir.

C'est si rare de balancer complètement dans le
symbolique. Le plus souvent on surnage par scepticisme et
l'on se secoue la veste en sortant.

Ce tableau est ambigu, chacun sort ses théories.

Les seins seraient trop pointus, et le sexe trop sombre. Je
peins des porte-jarretelles.

Ne cherche pas l'aile des cuisses grillées.

Credo quia sit absurdum, si ce n'est pas absurde, je n'y
crois pas, en catholique.

La pyramide fuyait la sphère, jusqu'à ce qu'elle lui parle des
deux hémisphères en bas de sa colonne. La pyramide,
alors, sortit sa patte de sphinx. Oedipe arriva et joua aux
devinettes. Le pharaon s'y prêta. Je crois qu'il s'agissait de
sauter sur un pied.

La pyramide qui fuit la sphère ne la perce pas.

...

miettes VII
miettes VII (intégrales)

...

Le sept serait-il un chiffre rond ?

Celui qui lance les miettes sera autre chose que
professeur.

Il va prendre de l'homéopathie parce que les défenseurs de
la dope sont black-listés ?

Je pense à Stalker, mais du coup je fais de la pub pour
Nabe. Je suis prudent. Le lecteur espagnol ne comprendra
rien.

Plutôt crever que se faire incinérer.

Beauté de la violence. L'on dévient dépendant de la
Méduse du bouclier.

Les grecs changeaient de rang comme aujourd'hui l'on
change de sexe.

A force de peindre, ils deviennent des peintres. Si en plus
tu fais de la figuration, tu feras de la figuration.

Pourvu qu'on puisse faire des chiffres, ce n'est pas la
cata... Mais au juste... Tout lui semble indéchiffrable.

La mort agit sur la violence comme l'aspirine sur la douleur,
avec emphase.

Quand un chakra ferme la boutique, tous les six autres font
le deuil.

Il n'y a plus de rituel qui puisse contenir l'angoisse d'un cerf
mort.

Il s'acharnait à affirmer que les exo-planètes étaient des
planètes. Finalement la science reconnut que les exo-
planètes étaient des planètes.
Il psychanalyse sa radio.

Le pauvre a le dégoût des miettes, le riche les adore.
Bande d'oiseaux.

Je fume moins, je mange moins, je marche moins, je fais
moins l'amour.

Bizarres, les anges, qui ne sont pas composés de sang.

Vaut mieux être dans les monographies, qu'entassé dans
les romans.

Pouvez-vous ramasser deux miettes dans une seule ? Je
ne sais pas pourquoi, mais j'attendais de faire ce geste.

Viendront des miettes inédites de ton coté de la table ?

...

mardi 30 septembre 2008
miettes VIII (nouvelles)
Nouvelles miettes

...

Miette (propre) citée à des buts non-lucratifs : Sénèque
écrivit un livre sur la Pauvreté, je vous conseille vivement
de lire Sénèque.

L'exercice de rédaction, tous les profs le savent, est à la
base du futur romancier. Me revoilà en classe supérieure,
vous savez ce que je viens d'écrire ?, s'écrie-t-il en pensant
à ses lecteurs. Le professeur mâche.

Péniblement, je finis par m'adapter aux tâches masculines :
rien faire, être narcissique et déplacer des poids.

La science au journal radio, c'est le cirque.

Le jour de la mort venu, les images s'approchèrent du
peintre. "Pourquoi m'as-tu fait avec un défaut ? Pourquoi
juste un coup de brosse ? Pourquoi ...?" Et il les amena
toutes dans l'autre monde pour les retoucher.

C'est pas la fée marraine qui d'un coup de baguette rendit
Cendrillon pauvre ?

S'adapter à un style, passe. S'adapter à son propre style,
c'est mourir.

La vie du peintre dans l'autre monde : jamais bossé
comme-ça...

Mal à la gorge d'écrire sans chauffage. Les modèles posent
habillées.

Je me suis dit de modérer mon humour noir. L'oeuvre part
dans tous les sens et toute la mélancolie du monde nous
revient dedans. Il s'agit de modérer l'image dans sa
quantité. Ce qui caractérise la fureur poétique par rapport à
celle du romancier est que l'image clignote constamment,
saccadée comme la page par le vers. Je me suis dit
d'écrire des paragraphes plutôt que des phrases, et faire la
cure par la philosophie et par la science spontanée, retour
au sapientiel.

...

miettes IX
miettes IX

...

Si, comme on vend des tableaux non finis, l'on vendait des
livres inachevés, combien de travail mécanique nous serait-
il épargné...

L'ivresse de la phrase écrite n'est pas alcoolique. L'on ne
s'exclame pas un texte en hoquet.

L'aberration comme effet de l'erreur, ce sont les traits de
mon visage ce matin.

Vivement le soir, nous serons ensemble et nous ferons des
enfants.

La Reine peut sourire et boire en même temps, prodige de
la monarchie.

Vous ne savez pas que, la coupe, c'est un pur objet de
pensée, non matériel ?

Le Roi, en reniflant le camembert, s'exclame : un coiffeur,
vite !
La phrase royale est courte. Sauf en espagnol.

Reine et Roi sont à portée de la main, pourvu qu'on aie des
bons coudes.

Nous sommes immortalisés par les mortels.

Victoire sur la médisance. Le journaliste retourne à sa
soupe après s'être bouffé tous les canapés de la star. Il
reste souple.

Profiteroles à la Closerie des Lilas, nourriture du souvenir.

Le peintre se doit de ne pas avoir de vanité, être un génie
c'est terrible.

Les ciseaux de la mémoire ne t'ont pas coiffée à la
garçonne. Le mode unisexe est déjà démodé.

L'enfant est impatient pour dessiner les cheveux. Il voudrait
les faire un par un, et il fustige la feuille d'un geste général.

Le sexe nous simplifie les choses. Nous n'avons plus
besoin de polémiques, dit-il. Et voici qu'elle le surprend à
se gratter le nez.

Le philosophe a des callosités dans le cerveau, selon
Cicéron, à cause de la dialectique. L'idiot est plus sensible
au plaisir, surtout à table. L'un et l'autre ne doivent pas
prendre de vin. Mais les nouveaux philosophes le peuvent,
puisqu'ils n'ont rien à démontrer.

...
samedi 4 octobre 2008
miettes X (W)
miettes X (W)

...

La fonction de l'amulette : appauvrir plus doucement.

Être dans la mouvance néo-pauvre, voici ta seule
consolation.

Le néo-pauvre ce n'est pas seulement l'artiste, mais tous
ceux qui descendent socialement et qui sont forcés de se
tourner vers l'art pour maintenir un reste de délivrance.

ça existe déjà, les néo-pauvres ? c'est ce qui arrive, dans la
littérature de transmission numérique.

L'art néo-pauvre ne se retrouve pas dans un circuit
particulier, il relève d'un public néo-pauvre au-dessus de lui
qui le détecte grâce au dépôt de culture dont il est
dépositaire.

Parfois sympathique, cet Art ne porte pas moins, pour
autant, le poids de lourdes existences.

Dans la littérature de transmission numérique l'idée de
prestige éclate sans pour autant disparaître.

Le vrai néo-pauvre signe encore ses pièces ou miettes,
mais le prestige est lié à sa présence sur-place. Il se doit
d'avoir honte en quelque sorte, le nouveau Tartuffe.
Voyez Cioran au début de la chaîne de montage.

Bientôt des grosses collections d'oeuvres détruites, en
sorte de catalogues de ce dont on ignore presque tout,
maintenus sur le maigre vestige d'un salon.

Je n'oublierai jamais le commentaire de Véra à Knight
ayant pour topique "caviar sicut camembert". Est-ce une
matrice, notre toile ? On n'est pas seulement leurré quant
aux autres, mais quant à nous mêmes.

Tous les vieux intellectuels appelaient le petit-fils pour qu'il
dépanne leurs ordinateurs et modems. Depuis, il a pris le
pouvoir et leur donne de quoi vivre.

Je ne veux pas déprimer. Me voici en pleine fureur
poétique, livré au luxe mental.

...

lundi 6 octobre 2008
miettes XI
miettes d'automne II

...

C'est Led Zeppelin ? Non, Marianne Faithfull. Pour toi, tout
est équivalent. Ce qui est fascinant (et stimulant au plus
haut degré de l'aphrodisiaque) c'est le clivage entre les
sexes dans le couple d'artistes.

L'ordre du son, voici la différence entre classique et jazz.

Croire tout ce qu'on lit sur la toile, comme croire aux
nouvelles sentimentales ou à la télévision, fait partie de
notre inconscience, de l'illusion qui pèse sur le réel. Par
exemple la simplification qui consiste à dire que les
bibliophiles sont d'extrême-droite.

Je suis sûr que le musicien suit la partition du discours du
président.

Ce qui se prépare c'est des nouveaux Berlioz et Rameau,
sans chaîne de musique ni ipod, entourés d'écriture, et d'un
violon ou d'une guitare. Camembert en fin de semaine, et
les mardis de la mi-mois des huîtres.

Quelle serait la différence entre celles qui aiment le
clavecin et celles qui le détestent ?

Fumer à la fenêtre et prendre un rhume, dangers du tabac.

L'idée de mini roman je l'ai tirée d'un poète, mais je ne
peux pas vous dire le nom, parce que je ne m'en souviens
pas. J'ai ses deux livres dans ma chambre en Espagne.

Il peut être salutaire, de ne pas avoir d'internet, se dit-il.

Cher ami, mon oeuvre est toujours humide. Voudrais-je lui
coller une étiquette, ça n'accrocherait pas.

Le style devient de la pose quand le photographe arrive.

Le présent historique sur la toile n'est pas de rigueur.
Surtout si on raconte ce qui s'est passé, les temps ont une
fonction renouvelée, qui tisse des liens toujours quelque
peu causals. Si un ami me raconte en octobre dans un mail
ses vacances d'été, ou pire, sa fin d'année scolaire, au
présent historique, je risque de le prendre pour un allumé.

À présent je vais me remettre à lire Cervantes et démontrer
que Garcilaso opère un agencement semblable à celui de
Sacher-Masoch.

Les relectures de Cervantes tout au long de la vie
constituent le quotidien mental de l'Espagnol, c'est
inévitable d'abhorrer celui-là quand on veut faire la critique
de celui-ci. On parle de l'objet-quotidien-Cervantes.

Certains noms ne résistent pas à la dialectique, les porter
c'est forcer votre public à se boucher les oreilles.

...

jeudi 9 octobre 2008
miettes XII (douces)
miettes XII (douces)

...

Internet serait un jeu de hasard qui nous mangerait la force
productive. Même si ça nous fait gagner, il faut le rejeter.

Riders on the storm : j'écris à ma cousine prof de fac.
Amuse-toi et ne t'ennuie pas. Je voudrais être d'avant-
garde et je danse, je découpe des photos et les colle les
unes sur les autres.

Dessiner un pentacle, avoir en face une athlète nue, une
ouvrière héroïque. Porter des chapeaux à queue de renard.
Le peuple a besoin de fêtes, quoique dernièrement il n'y a
rien eu à fêter. Les grisettes languissent.

Il y a pas de clivage entre les héroïnes de la classe
ouvrière et le prophète déclassé. Le rock nous unira et fera
de nous des dieux.

Les hésitations de la brosse, les petits dépassements. La
bourse craque et tout était là.

Il y a un trop de bonheur à rater un tableau. Un trop de
bonheur insupportable.

De longs trains parcourus dans la nuit, en fumant des joints
avec des inconnues.

Le pentacle suspendu sur la Sainte endormie, ses rêves la
font se contorsionner, on dirait une chrysalide en fin de
métamorphose. Elle se réveille et consulte le miroir, le
paradis est là.

Sainte Catherine d'Alexandrie apparut à l'astronome, qui
quitta l'observatoire pour les routes et les cabarets.

Le monde le plus proche est la Lune. L'affection qu'on peut
en avoir nous la rend proche.

L'acte des sens qui savourent le plaisir pour nous mortifier.
...

vendredi 10 octobre 2008
miettes XIII (13)
miettes XIII (13)

...

Un jour je vais balayer ces miettes, murmure la mort qui
désinfecte le couloir. Elle nettoie les tableaux avec des
plumes d'autruche, et reste bouche béante et les mains
jointes devant un nu. Je lui remet son salaire et lui dit de
repasser la semaine prochaine.

Pense à la chaleur qui habite tes clients, comme la
prostituée, ou la courtisane, si tu préfères.

Réussir un dessert amer, en dehors du goût du siècle, pour
le repas du suicide.

C'est carême bientôt, puisque Noël approche. Pentecôte et
Corpus Christi, puisque nous n'étions pas baptisés. Quand
tu passes à coté de moi, je veux te faire un enfant. Un pain
de carême.

Une tombe dans le désert, l'ascète voyage encore dans
l'ivresse de mourir, le silence chante avec lui.

Je ne pensais pas que tu étais aussi libérée. C'est agréable
de connaître sous un jour différent la femme qu'on aime. Et
nonobstant la maîtresse de mon corps se dérobe dans la
nuit, en signe énigmatique et en fumée.

Il ne comprenait pas que la ronde de femmes dansait
autour pour l'amuser, et imagina de troubles desseins dans
leurs spasmes.

Le petit parasite habitait une demeure poilue et était
fréquemment secoué par les ardeurs de l'amour.

Le symbole est au degré précédant le premier degré. C'est
le langage du paradis, qu'aujourd'hui l'on ne perçoit qu'au
premier degré, puisque nous ne pouvons pas percer plus
profond.

Le plaisir est toujours modéré chez les individus libérés,
disait dans mon rêve l'infirmière de Wilhelm Reich,
l'inventeur de l'orgon ou atome de l'orgasme.

Ah, ces Anciens, qui discutaient par entremise de
symboles...

Il suffit d'un discours faible pour faire oublier toute la
philosophie au vieil homme, comme un fascinum ou une
truie exhibée.

Je danse seul Let me down easy de The Spencer Davis
Group, pour mon démon. Jadis ils se nourrissaient
d'encens et de prières. Imaginez le scandale aujourd'hui.

Le démon personnel sera le nouveau dieu.

Elle était une matrone vénérienne, une mégère en talons
aiguille. Loin d'elle, ses amants encore la redoutaient.

...
lundi 13 octobre 2008
miettes XIV
miettes XIV

...

Julia Kristeva est une artiste contemporaine qui ne rejoint
aucune tradition. Stalker est un spécimen sociologique.
Manuel Montero est un saint.

Même les infirmières qui sont venues à l'expo ont dit que
j'allais de mieux en mieux. Les dresseurs de chiens à
l'université ne veulent pas de réponses compliquées.

Symbolique de la couleur dans le cinéma : pour la
connaître il faut connaître les modes de chaque décennie,
voire de chaque année. Il faut connaître les modistes et les
designers français et italiens, japonais et américains quand
on s'approche de nos temps, et leurs univers propres.

Le peintre a une approche magique de la théologie. Il doit
faire la coiffure de Dieu.

La chaste Lucrèce se suicide. Le peuple romain était
sensible à ce point à la détresse d'une matrone patricienne
? Un baba-cool écrit sur l'amour, j'ai le livre puisqu'il me l'a
donné. De toutes façons, il ne parle pas de la chaste
Lucrèce.

C'est trop tard. On a imaginé Junon, Vénus, et Proserpine
même, si charnelles et quotidiennes que les statues nous
les montrent, l'on ne peut plus les invoquer au foyer, à la
récolte.

Le peuple qui voit tout ce qu'il y a à voir au cirque. Il se
tourne de temps en temps vers son ombre chuchoter et il
compatit avec les damnés. Le peuple qui ignore tout ce
qu'il y a à voir dans l'architecture du cirque.

Mes amis qui comprennent le journal me semblent avoir
une bien plate vie. Sauf au lit.

Le livre n'était pas religieux au début, c'est avec le
christianisme qu'il l'est devenu.

Le sacré n'était pas fait pour le lecteur, jusqu'à ce qu'il
devienne utile et rhétorique.

Quand je cherche la Rhétorique, et que je ne sais pas où je
l'ai laissée, j'appelle Aristote à mi-voix comme on appelle
un chat qui se serait dérobé. André Breton, c'est la carte de
visite d'un plombier.

Modernité du pouvoir, ou bien Modernité de la contre-
culture. Et pas de groupes mixtes ! disait mon prof
d'éthique. Pendant ce temps, les autres enfants chantaient
dans la classe de religion.

Qu'est-ce qu'on a à faire de Coleridge ? Avec son capitaine
de bateau, il vous colle comme la pluie ! On a déjà dîné au
Dôme, nous !

Miette apportée par Cecyl (copyright) dans le Concours de
Variations sur Cyrano et Plutarque chez Léo :
L'authenticité est dans la langue, le salut aussi.
...

lundi 20 octobre 2008
miettes XV
miettes XV (IIII)(V, V, W)

...

C'est en regardant mes seins dans la glace, dit la
romancière, que je me suis dit : il a lu mon livre.

@Marco, un livre de papier c'est comme un cendrier plus
ou moins plein de mégots qu'on retrouve le matin. C'est,
pour reprendre jean clet martin et florent georgesco, une
relique, quand il s'agit de quelque chose de créatif, mais
une hostie quand c'est un prix Goncourt. Un m@nuscrit est
une bouteille qui circule d'un coin à l'autre du lit ou de la
table en pleine nuit, encore à moitié pleine. (Chez Léo)

@ Manuel Montero : belles images, je retiens. Mais si le
m@nuscrit devient manuscrit à vocation livresque,
trouvera-t-on de vieux mégots au fond de la bouteille
encore à moitié pleine? Voilà qui est angoissant. (Marco
chez Léo)

On s'approche du copte subakhmîmique avec le nouveau
langage de la Toile. Alpha dans un sigma, comme l'entête
sur les billettes des martyrs à l'encaustique.

Au droit latin, la médisance était une branche de la magie
noire. De là le peu de tolérance pour les chrétiens.

L'auto-fiction, surtout féminine, inaugure pour moi une
nouvelle idolâtrie, dommage que Kristeva prenne pour
passe-temps une Sainte Thérèse plutôt genre mère
supérieure, toute de drapés. Elle est sage, donc
ennuyeuse. Vivement Dahlia, Carole Fives et Reine Bale.

Lire les femmes, les sentir évoluer à travers des espaces
en blanc et noir, devenir témoin de leurs pensées et de
leurs paroles vis à vis de leurs couples ou amants, partager
leur ivresse, me voilà condamné.

On ne prévoyait pas le renversement de la prostitution par
la littérature. L'espagnol vieillit avec romantisme.

Wanda, la femme de Sacher-Masoch, est plus excitante
dans sa Confession de ma vie, que son mari dans son
chef-d'oeuvre préalable. Elle avait la moitié du travail tout-
fait.

Qu'est-ce que l'Ecriture sinon suivre un dicté. Une dictée
dont le souvenir s'arrange au moment de saisir le clavier ou
la plume, une dictée parfois reculée dans notre passé,
parfois au bout des lèvres comme un chuchotement au
milieu de son dicté.

Va-t-on reconnaître qu'il y a auto-fiction depuis Apulée, ou
du moins depuis Klossowski ou par exemple Maurice
Sachs ou Wanda Sacher-Masoch ? Le non-finito du tableau
rehausse la vitesse du style. L'ivrogne qui se plante à la
tombée du soir dans la terrasse, faire de nouveaux aveux,
ou bien la culotte rouge mise sécher au balcon. Les bêtes
de la fin du monde vont sortir du couvent.
Quand j'entends des hymnes nationaux je déconnecte et
pense à échapper.

N'aurait-on à craindre que l'asservissement des femmes se
perpétue tel qu'on l'a connu déjà ? Le féminisme triomphant
est purement idéologique, il sied bien à celles qui ont une
femme de ménage. Prenez de la graine de la gueule
déjantée de Eileen Myles, un verre en plastique à la main.

Suis-je aveuglé par le charme qui se dégage des auteurs
féminins, que j'accorde un crédit total à leurs histoires,
même sans les lire.

...

mardi 21 octobre 2008
miettes XVI
miettes XVI (problèmes)

...

Si la journée du prolétaire nouveau selon Marx était divisée
en trois parties (Travail, Loisir, Sommeil) et que chacune de
ces parties comportait huit heures, combien d'heures avait
l'ancienne journée marxiste ?

Clément Rosset a été parmi les philosophes peut-être le
premier à signaler la valeur symbolique de l'OVNI en pâture
au réel ou bien l'anéantissant symbolisme du réel à propos
de l'OVNI ?

Considérer le pourcentage de jalousie désertique du
portrait de Nefertiti.

Où est-elle, la susceptibilité féodale et discrète ? A) chez le
seigneur B) chez le serf.

Ils ont inventé à l'époque d'Aquin la forme comme pain qui
ne donne pas de miettes, mais des découpes.

Les premiers téléviseurs en couleur se regardaient avec un
feint naturel qui n'arrivait pas à cacher l'euphorie. Je suis
arrivé tard.

À détordre le clou pour y mettre une aquarelle on peut
proférer n'importe quelle phrase.

Socrate aurait-il préféré Diotima à Xanthippa pour dormir
tranquille ? L'excitation est au langage ce qu'est la musique
au poème, mais le langage est à l'amour ce que la
dédicace au livre. Et pour comble Roger Scruton nous
révèle une Xanthippa cultivée et progressiste, et bien
douée pour le cabaret...

Je crois que Bacon vivait une époque où l’artiste
s’exaspérait, le public s’étant exaspéré depuis toujours.

Commentaire à Reine Bale : Au fond, l'auto-fiction c'est un
rapport sur soi. C'est plus immédiat dans L'Age de la
Déraison que sur le blog. Laurence Sterne et son ellipse
toujours précise (Voyage sentimental, Tristram Shandy)
semblent convenir comme modèle d'auto-fiction bloggy.

...
miettes XVII (baroques)

...

L'oiseau prend la miette et l'emporte au ciel.

Beata Ludivina, saisie d'intelligence comme d'une longue
maladie, à te lire je te voudrais bête et innocente comme un
animal, et, cet animal, c'est moi.

La colombe qui porte les indiscrétions de Dieu...

Abandonnez le Haïku, sport pour vieillards précoces. Oops,
je voulais dire le Tai Chi. (À mettre sur le deuxième blog de
George-s)

Pour la phrase nominale il faut avoir un nom.

C'est quand je suis le plus amoureux de ma femme que je
suis le plus infidèle. Il faut qu'elle m'agace un peu pour que
je rentre dans la Foi.

Un ivrogne n'éjacule pas, il pisse.

L'aristocrate et le mendiant ne sont pas de ce Monde. Ils
ont tous deux fait la Terre d'un geste, une Terre pour
chacun, puis, dans l'ivresse, ils se sont perdus dans leur
création.

Oh, cette pensée de moi que seule tu as l'oubli me l'a
portée, comme plus tard me la portera la mort.

Dans le gitan on voit le père en liberté. Il aime la mère et on
ne peut rien faire.

En écoutant Erika et Emigrante, duo tzigane, je pense au
symbolique en musique. Mais que peut faire un disque si
mince qu'il n'a qu'une seule face ? C'est la personne qui
nous chante à voix basse qui nous dis la vérité.

Les étudiants lisent l'avenir, tout comme les gitanes.

Qu'est ce que c'était Grenade ? Le malaise doux du
Paradis.

Qu'est ce que c'était Grenade ? Là-bas toute ma vie était
enclose dans le regard d'une femme, toujours une seule
femme.

J'ai bâti un palais pour mes soupirs.

L'équivalence est dangereuse, l'or appelle la violence, il
convient au sage de se parer de terre, pour la donner au
chien, qui la prendra à titre exceptionnel. Blake à répété
deux fois cette aquarelle. Seul lui ou un mort pouvaient
dessiner de la sorte. Mais je ne vais pas parler de la mort,
sinon du danger de vivre sans sagesse. En toute sécurité,
le sage est à moitié mort, ou paré de terre.

...
vendredi 14 novembre 2008
miette isolée (slogan)

Feuilletez les feuilletons.

...

miette isolée

Les barbares sont arrivés au moment où l'image s'occultait.

...

lundi 17 novembre 2008
miettes du lundi
...

Le territoire du phallus est sensuel, au sens du sentido de
Thérèse d'Avila. C'est pour cela que certaines de nos
oeuvres sont stériles; au point que ce qui est Dieu pour moi
ne le soit pas pour toi.

J'écris des sottises pour les relire et mieux comprendre
l'âme humaine.

Jadis, l'on faisait confiance à ma condition d'enfant terrible,
aujourd'hui je dois démontrer que je suis un fou de bonne
qualité.
Je me sens comme le crâne du servant de Hamlet, qui ne
se souvenait pas du texte.

On est plus près des excursions des croisades que des
conquêtes de César.

Ma couronne de laurier et de complexes orchidées je l'ai
gagnée au nom de la terre et non du ciel. C'est pour cela
que les planètes s'en réjouissent, elles qui redoutent l'infini,
c'est pour cela que la sage corneille l'emporte aux arbres,
personnages mystiques couronnés par la nature.

Si j'avais un laurier dans mon parterre je l'appellerais du
prénom d'Eve, pour que, réfugiée dans son apparence qui
ne change de saison en saison, la femme première puisse
cacher sa beauté au ciel, et vivre auprès de moi.

L'on dirait sortis de Calasso tous ces mythes qui se tissent
dans la pure vision de la nature, et non, ils étaient avant.

Ground is your future. But you need sun and rain. Avec le
peu d'anglais que je sais.

Mon ami Juan a commencé par citer à l'aveuglette des
philosophes allemands, comme en découpage dadaïste, ce
qui l'a amené à avoir une copine allemande qui lui a appris
à les prononcer. Peut-être sait-il maintenant ce qu'il voulait
dire.
...

nouvelles miettes II
miettes II

...

Les femmes se maquillent quand elles vont au restaurant
pour que nous ne les voyons rougir à nos ardeurs
d'ivrogne, buveur ou pas.

Je pense que le tableau de Pierre au crayon de couleur
"dénonce-moi" était fait d'après pose de Gabriel. C'est
dommage d'avoir la moitié de mes livres en Espagne.

Cela peut aider les gens à sublimer leurs instincts, la miette
de pensée qui arrête et démolit le serpent dans l'oeuf. Une
image allégorique de cette vertu, assez frappante, chez
Ripa, était l'infanticide sur la pierre.

La célébrité, elle déteint sur le linge blanc ? Je ne voudrais
pas savoir si je passe à la télé, le maquillage obscurcit ma
connaissance.

Les bonnes étaient pour l'allemand, et les têtes folles pour
l'espagnol, héritage aventurier que l'Espagne a reçu les
bras ouverts.
L'espagnol cultivé n'est jamais international, il lui faut
réfléchir par la main, comme un peintre, pour se détacher
de sa provinciale stupeur.

Un texte non lu n'existe pas. Le tableau, une fois peint, il
est quelque part. Cet ordre est renversé de nos jours. Fait
apparition le souci du catalogue chez le peintre, et,
inversement, le livre peut être stocké dans un monde virtuel
qui est l'humus qui le fera germer.

Chatouiller la déesse dans une comblée dévotion, si vous
ajoutez la distance qui me rend ma mesure démultipliée,
vous aurez l'image de mes rêves.

Le hibou dormait pendant les heures de veille de l'hiver. Un
petit oiseau et son chien s'approchèrent chanter à son
oreille : ring, ring, ring. Le hibou décrocha une patte et
farfouilla des excuses à chaque explication : Je ne me
souviens pas. Le chien étant invisible, et ayant été invisible,
pur geste de le prendre dans les bras, pure déictique, il
n'échappa pas au hibou, qui à peine eut le temps de dire :
Je me souviens. Une promesse de se revoir et le début du
soir pour ses cogitations.

Si d'une sonnette on pouvait appeler l'infirmière mentale et
sexuelle... parfois une clope suffit, ou une tasse de café.

Je me devrais d'arrêter le lettrisme que je fais avec mes
miettes ? Il est oraculaire, donc une prospection propre à la
science artistique. Je peux sentir la mort et nonobstant la
mémoire invente une nouvelle vie. (réflexion à Vince
Vintage)

...

a) miettes perdues
...

Le chanteur était si imbu de soi qu'il n'entendait pas
l'orchestre.

Ce que font John Rawls et Ignacio Gomez de Liano, malgré
leur apparente nouveauté, c'est une vivification de la façon
de faire de Descartes, puis de Comte.

El cerebro sometido a metaforas. Le cerveau soumis à des
métaphores. Y el poder de la metafora, como la metafora
"mejor no seguir". Et le pouvoir de la métaphore...

Les plus jeunes ont du mal à comprendre ce que c'était un
clochard, depuis l'arrivée des SDF. De même, je crains que
le concept d'imagination ne soit plus ce qu'il était.

Le tarot est une écriture en images qu'il faut savoir
déchiffrer dans sa multiplicité.
Tu le fais mieux que moi, dit le paresseux. La faute
cardinale qui gît sous cette paresse est celle d'être à
l'origine de tous les soucis.

b)

Le jeudi 22 janvier 2009 par La chatte Mishima:

Le comble du ridicule des gender studies est cet(te) artiste
qui faisant de la broderie en tant qu'art contemporain venait
annoncer qu'il(elle) s'appropriait d'une pratique de genre. Il
(elle) oubliait que depuis un bon moment, c'est les chinois
qui le font à la chaîne.

Si je ne me moque pas un peu du suicide de l'intelligence
j'étouffe.

Quand je pense que le classicisme était éclectique, j'ai
envie de m'approprier ma propre identité.

Le problème des écrivains anxieux de feedback est de ne
pas avoir compris que le lecteur idéal ne lit "en entier" que
les livres de ceux qui ont vécu "en entier" (c'est à dire, qui
sont morts).

Avec mon goût du fromage en haute nuit, je vous ai laissé
la table semée de miettes. Je les ramasse demain, si vous
me réveillez.
...

d'autres miettes (b)
(b)

Le mensonge est un principe de réalité. Celui qui ment se
doit de mesurer son mensonge et arpenter le Possible. L'on
pourrait décerner au mensonge d'être une pratique de
genre, plutôt en rapport à l'univers féminin, comme dans le
conte piquant où Blanche Neige, la jupe retroussée,
s'assoit sur le visage de Pinocchio et le supplie : "encore un
mensonge".

La physique quantique ne m'intéresse que peu. Et les
fractals sont la chose la plus répétitive qui existe. Je
m'intéresse à Aristote et aux catastrophes, au dantesque
en physique.

Quel gaspillage n'ai-je fait des sages et des génies que j'ai
rencontrés, me voulant depuis petit un esprit autodidacte.

On a dit avec justesse que les hommes qui pilotent de
grosses bagnoles et klacsonent tout le monde ont de petits
pénis. De même certaines femmes, en raison de
l'impuissance de leur clitoris à faire jouir quiconque,
voudraient se décupler par clonage.

...

d'autres miettes (c)
(c)

Toute bibliothèque est la graine ou semence d'un (seul)
livre. Elle se doit de noircir dans le temps et de produire
une fermentation qui, à la longue, la transfigure, d'où l'on
peut déduire que la totalité des bibliothèques du monde est
prête à disparaître et faire une nouvelle apparition mutatis
formis.

Quand j'écoute l'accent de la Panthère Rose, je suis un
adulte qui se souvient du dedans de son enfance.

La Madonna de la chaise, bien accomplie, aux Pitti de
Florence, et toute autre vierge emplie de beauté, comme
les écrivaines adolescentes qui entourent tout bon mécène
des avant-gardes de nos jours, offrent à de longues
méditations le problème théologique contemporain de la
beauté de Marie.

Elle s'appela Marie par sa beauté et Jeanne parce qu'elle
venait toujours à nous.

Savoir traduire le latin, quel avantage de l'adolescent que je
fus sur l'adulte que je suis. Penser en latin au fond de mon
cerveau, maigre victoire de l'adulte que je suis et qui ne
peut rien apprendre.

Suis-je un adulte dans les jeux d'esprit pour les yeux du
vieillard (s'il y a des vieillards qui ne soient pas aveugles) ?

L'aveugle semble nous faire confiance.

L'aveugle semble nous guetter du fond de son obscurité.
Dans nos rêves nous regardons la femme peu de minutes
avant le chant des merles, telle une statue insomniaque
aux yeux blancs.

Child in Time, musique sacrificielle où la guitare est
épargnée de disparaître, comme l'homme est racheté par
la Croix. D'où l'on peut aisément imaginer un orchestre de
romains et juifs en train de jouer un concert dans le mont
Calvaire, au pied du Christ mourant. On peut entendre la
percussion qui martèle les clous aux mains, on peut
ressentir l'inadéquation du divin torturé...

...

d'autres miettes (d)
(d)

A l'atelier je suis comme le curé de Bread and Water, qui
"pourrait être là", quand il verse du lait dans son café.

Il en est de l'écriture du peintre comme de celle de
l'alchimiste baroque, il vient rapporter l'expérience de
l'atelier, de l'athanor.

La réalité est double, faite d'ombre et lumière. Est-ce que
l'image peut rendre ça ?

La peinture périt héroïquement à éclaircir les ombres, la
photographie, en négatif, assombrit la lumière, par le
hasard et par l'art, ou par l'art du hasard.

Les sens nous trompent par la perception inconsciente.

Expulsé diplomatiquement de mon lycée en Espagne à une
époque où j'arrivais ivre en classe, en 1987 (pour de
meilleures conditions à Paris), je n'oserais accorder aucun
enseignement qui ne prêche justement la désobéissance.
C'est pour ça que je suis peintre, cela me rend muet, et les
émissions de pensée sont entendues avec indulgence.

L'alcool nous sort d'une Nécessité, donc il nous libère, mais
c'est pour nous interner dans une autre encore plus fatale.

L'alcool nous sort de l'école, nous accordant une certaine
connaissance accomplie, mais c'est pour nous interner
dans la maison de santé, du morbe de n'avoir rien à
apprendre.

En lisant Système de la Mode, de Barthes, je m'endormis
au son des mots inconnus, mais l'ennui est une condition
dont on doit remercier les penseurs, et en être fier, et
discret.

La beauté ennuyeuse est la plus délicieuse.

Pour revenir à la Madonna de la chaise, est-ce que la
Vierge se faisait remarquer ?

Ce n'est pas la même chose que tu poses pour une Vierge
ou pour une Sainte Thérèse. Pour une Céres ou pour une
bacchante.

Les variantes phonétiques de l'indo-européen sont faites
d'inhibitions du proche et de substitutions. Ainsi le nom du
dieu se voit pris à la frontière.

Je pose pendant la nuit des objets sur la toile blanche pour
que le tableau à venir soit comme un château habité de
fantômes. Je dors à l'atelier pour fixer leur ombre au futur
tableau. Mais je dois avouer que pour bien peindre, il faut
chasser ces fantômes. Ainsi les traits sont un sacrement
d'exorcisme, que d'ailleurs l'Eglise devrait accorder aux
peintres et à tout père et mère de famille.

La nostalgie religieuse est un mal de tête contagieux.

Les devoirs symboliques de l'enfant lui sont parfois
insupportables.

Me dépeindre en tant que le Christ me conduit à adresser
des prières à mon image, avec le temps, ce qui est fort
curieux.

Tout homme est son propre Messie.

On ne gagne pas au jeu de la Nécessité. Seule la Réalité
est généreuse et nous laisse de l'avantage, et c'est alors
qu'il faut en profiter.

Qui est en besoin n'est pas invité au repas de la Réalité. Il
nous faut toucher du bois.

...

d'autres miettes (e)
(e)

Quel drôle de poète qu'est François Villon, un Homère à
l'oeil vif pour les vues fatiguées.

Comprendre les parfaits arguments de la bêtise dans les
hurlements de l'âne, et lui faire porter de la chaux et du
sable.
Voici que le Christ a été l'âne docile jusqu'à un point où il a
passé la relève à un certain Joseph.

La partie divine du Christ était impatiente.

Merveille des Ecce Homo du Bosch, à sornettes.

Le sage décline l'expérience.

Parfois les images font collage parce qu'elles sont restées
en surface en même temps, d'autres fois on cherche
partout une femme nue ou une tête d'homme. Le collage
est ainsi double, un double bind, tout comme la Réalité est
un double bind, parce qu'elle est traumatique.

Il a fallu que je ressente un malaise pour qu'elle s'y
intéresse, aurait dit Tristan d'Isolde. C'est la phrase de
l'homme qui fuit sa réussite.

Même un escargot me gagne à la course de la vie.

Les laids avec les laides, c'était Platon ?

Et si, au retour de l'Histoire, le dieu unique se mettait à
imiter à tour de rôle tous les autres ?

A 23 heures la pilule qui sauve, pas avant.

...

d'autres miettes (f)
(f)
L'hygiène sera toujours négligée pour l'Histoire. Le savon
est substance du temps.

C'est en peignant que j'écrivis mes meilleurs tableaux.

Se laisser surprendre par sa vigueur, après s'être défoulé
dans la langueur.

Jouir d'une insomnie "recherchée" est le privilège des
amants et des poètes.

Elle ne se rend compte qu'à son âge elle ne peut qu'être
poète.

Le jour où tu te verras en parfait stupide, tu viendras à moi,
dit la déesse. Etait-ce Zoé ou Moïra ?

L'âne a beaucoup de patience, parce qu'il a de l'espoir.

La mère qui nous donne la vie nous transmet la mort.

Panique scénique avant de dormir.

La bêtise est une purgation de jeunesse pour tous les âges.
Si ma bêtise ne me soulageait un peu, j'exploserais.

On veut redresser une lordose. Colonne de feu, c'est trop
tard, si c'est de papier. Pour l'huile fraîche c'est une autre
affaire.

Je porte mon cahier avec la même appréhension que si
c'était un ordinateur portable, dans la rue, et mon
ordinateur portable avec la même allégresse que si c'était
un cahier.
...

vendredi 28 novembre 2008
Trois miettes
...

Si un jour je me mettais à classifier tous mes Antonio Lopez
? Le peintre, le photographe, le chanteur, le poète, et
chacun sa physionomie.

Si on savait les noms des entreprises qui ont vidé les
fosses communes de Franco à Grenade dans les poubelles
? Même la justice voudrait pardonner.

Celui qui a été soldat sait ce que c'est la chair de l'Autre. Il
ne rit même pas devant les spécialités du bordel.

...

Nicolas de Staël, mis à part son suicide, donne à l'art
abstrait une tournure triste, nostalgique, dans le sens d'une
pensée qui nous fait mal quelque part. Ceci est possible car
en tant qu'européen il a du mal à une rupture totale avec le
passée qui lui était transmis par le dix-neuvième siècle. Les
américains sont venus avec un esprit inventif, ça ne leur
coutait rien de travailler sans souvenirs, sans
réminiscences. La nostalgie de Nicolas de Staël vient du
fait que chez lui l'abstraction était vraiment une rupture
sans deuil accompli, il restait fusionné au fond du coeur
avec le paysagisme.

Une autre remarque sur Nicolas de Staël est la facilité avec
laquelle il coule sa composition dans le rectangle et ses
juxtapositions consubstantielles.

Introduire l'intelligence du sujet naturel ou humain au sein
de la machine, comme l'âme dans la glaise d'un golem,
voilà l'artifice d'internet. Le millénaire jeu d'échec avait ce
principe. Si l'on considérait cette âme en tant que sagesse,
nous serions en train de revivre le mythe de la chute de
Sophia.

Le monde est chair ouverte, la chair est monde fermé, dit
Ignacio Gomez de Liano dans ses Iluminaciones filosoficas,
d'où l'on ne peut conclure que le monde et la chair soient
damnés, comme le veut la foi catholique, que si l'on a
horreur des choses qui s'ouvrent et se ferment l'une
donnant sur l'autre et à l'inverse.

Je comprends pourquoi il avait du mal à peindre des
personnages. Il craignait de mettre des rectangles debout.

Ou plutôt la foi catholique veut que chair et monde (et
même le diable) soient damnés non de leur propre faute,
mais en tant qu'organes de la damnation de l'âme.

J'abandonne mes peintures à la publicité pour qu'elles
soient damnées. Qu'elles se damnent et montrent leur
liberté, ce qui démontrerait qu'elles portent une âme
capable de choisir le bien et le mal, un génie vivant.

Le fromage fait grossir certains, d'autres non, au contraire,
restent minces et même pèsent moins. C'est de même pour
la peinture à l'huile, qui fait grossir et mincir sans besoin de
diètes ou appétits particuliers.

Marie devait être une bonne mégère pour Joseph. C'est
pour ça que j'admire la vierge, plutôt que l'honorer.

Ecrire développe les fesses, de là que je trouve préférables
les femmes écrivains que les hommes écrivains.

Les miettes font pas grossir.

Peindre et faire des bandes dessinées, bel exemple de
polyvalence typique du professeur de dessin le plus
courant.

J'aime me dire que si je faisais des bandes dessinées elles
seraient éditées chez Taschen. Mais je ne serais pas
capable de fournir mille pages de la même chose, hélas.

...
16. Le samedi 14 février 2009 par Manuel

Laissez-moi deviner... Tout deuil nous affaiblit pour une
réalité et nous renforce dans une autre plus faible.
L'écriture est ce genre de deuil, c'est une inhumation.

17. Le samedi 14 février 2009 par Manuel

Il a fallu que cette ambulance passe dans la rue à ce
moment-ci pour que je ressente l'agonie de l'humanité,
comme Newton à la chute d'une pomme, ou Descartes en
se réchauffant au brasero.

18. Le samedi 14 février 2009 par Manuel

Non, ça n'avait rien à voir... J'enlevais une arête dans ma
voix avec deux miettes (pratique de salon alexandrin).

19. Le samedi 14 février 2009 par La chatte Mishima

Le sum de Descartes, par ailleurs, était déjà ruineux quand
il l'a mis en pratique. Une autre ontologie accidentée.

20. Le samedi 14 février 2009 par La chatte Mishima

Ontologie plurielle par accident, la vieillesse nous fait
double, enfants et sages. Éramos y éramos. La chatte
Mishima ne vieillit pas, elle meure adulte. Elle ramasse des
lauriers au Bardo Thodol.

C'est dans le penchant cognitiviste de Malabou que je ne
vois en Espagne qu'un autre de cette grandeur : Ignacio
Gomez de Liano, à une oeuvre encyclopédique, tout
comme celle, plus jeune, de Malabou.
La voix qui imite inconsciemment une voix collective et qui
est consciente quand elle imite ses propres pensées. Et
puis la voix qui a fait une pensée de la voix collective.On
dirait une chansonnette. On dirait que la musique est
scientia infusa. Comment s'entassent les espaces dans la
mémoire, génitalement donc avec sensualité, la voix est un
organe de la mémoire de l'espace. Silence, parole et son
sont les trois dimensions de l'espace, silence et son
relèvent d'une science infuse, ils font surface. L'ignorant
peut être persuasif, s'il sait du moins apprendre sur le
champ. Et voilà qu'on aurait l'espace dans sa plasticité
musicale (chez l'écrivain ?)

...

dimanche 15 février 2009
miettes pour des rossignols
...

La société est la guerre. Mais le drame de Merejkowsky
c'est de ne pas comprendre qu'il rentre dans la catégorie
des artistes parce que la guerre bourgeoise se modère elle-
même. Tout comme la guerre grecque, elle écoute les deux
partis, elle écoute son historicité.

Stalker peut se résumer, juste dans ce résumé il faudrait ne
pas manquer de lui rendre justice. Je peux aussi être
résumé.

La guerre orientale ne brandit pas d'arguments. Elle n'est
pas historique.

Je me suis vu alternativement Marat caché dans son
cloaque, un porc dans la boue, et Siegfrid couvert du sang
du dragon.

Voilà pourquoi Léo Scheer est un éditeur d'avant-garde :
parce qu'il ne fournit pas de simples livres, mais des faits
historiques, constitués dans ces livres. Il a aussi le rapport
à la bohême des avant-gardes.

La morale chrétienne, qui revient de nos jours, consiste à
ce que le pauvre il faut l'empêcher de pécher. Ils veulent
que l'affamé ne soit pas gourmand.

Les voix cristallines ne parlent pas à l'oreille de l'ignorant.

(...)

Bouddhisme trash et peinture rastafari, l'on pourrait croire
que je suis le confident idéal.

En Espagne je suis de l'imposture intellectuelle, en France
un proto philosophe de comptoir et un cochon; je suis
curieux de voir qu'est qu'ils vont dire au Groenland.

J'adore les lieux communs quand l'autre y rentre dedans,
soit pour les démentir, soit pour faire une concession.

Est-ce qu'il y a des professeurs au Groenland ? C'est pour
un exil de mauvais élève.

Un dogme sceptique ?

Des macro-organes, la beauté en est un, ainsi que le
monde, ainsi que la cécité, l'oeuvre d'un philosophe aussi.

vendredi 20 février 2009
miettes indépendantes (1)
...

Désigner une avant-garde, ça ne se fait pas sur place.

Est-ce qu'il y a une "pensée Deleuze" ? Ce ne serait un
"devenir Deleuze" dans le sens primaire de "faire comme
Deleuze" ainsi que dans le sens sublime d'une ontologie
qui se déplace ?

Le Royaume est des idiots. Moins je sais, plus je peux
raconter.

C'est du non-sense que l'on peut apercevoir dans
l'obscurité du sommeil, dans l'étrange parole ou syllabe du
vomisseur.

Et ce non-sense nous fait regretter l'éveil et la saine
nourriture du sens, du senti, du tout à fait compris.

Ce n'est pas le même ressenti celui du cuir que celui du
moleskine, malgré que le moleskine reste du vieux
plastique, du proto-plastique.

Mon corps est en cuir et mon cerveau en moleskine, dit le
nouvel homme. Son dresseur lui répond, alors pas ciré, le
cerveau.

Les fées et les elfes m'ont fait croire que je dors sur un
canapé en cuir.
L'alcool établit un lien de parenté entre les images,
chaleureux.

L'ivresse apathique qui résulte des médicaments est
justement tout sauf une ivresse, c'est le principe de réalité
en tant que Nécessité.

Le suicide est plus que jamais pervers, tout en restant
névrotique.

Le delirium tremens peut subvenir à la première
communion, avec le vin.

Seul me manque de chanter à la télé, du Brassens en
karaoke, et je le jure par Roland Barthes et par Michel
Foucault que je le ferai. Picabia organisait des cabarets.

Big Brother et tout son genre sont l'équivalent visuel de
l'anicônique monde du musée d'art contemporain.

Mon rein hallucine quand je pisse.

La femme névrosée n'est pas hystérique (mes excuses
pour le contresens).

Le snob (sine nobilitas) prends l'autre pour un idiot, mais
une fois instruit, il comprend le monde et abandonne
l'extravagance.

Le vieillard, dans sa démence, s'il a eu une vie vertueuse,
peut remarquer quand-même l'affection des proches.

Le mélange sucré-salé peut être un délice pour les sens
externes, mais reste un désastre pour la digestion. L'on
raconte qu'en France, ils font du chocolat au camembert.

...

dimanche 22 février 2009
miettes indépendantes (2) Waterloo Sunset
...

clic pour l'image du désir (2)

...

Perché sur soi-même, le parkinsonien arrive à l'écriture. Il
n'a rien d'autre à dire.

Au chien de génie de suivre la pierre jusqu'au fond du lac.

Quand on tient à sa bataille, la mort des guerriers est
décomptée.

Un fromage sec et ranci peut nous faire choisir la vertu et
sauver notre âme. Il existe une magie propre au Nom du
Rédempteur, qui a été établie par Fray Luis de Leon, et que
l'on trouve dans la poésie des choses.

L'idiot peut faire le mort et flotter dans le naufrage, le héros
a besoin toujours de l'aide des dauphins, ou d'une croix.

J'aimerais autant retrouver le goût alexandrin d'anamnèse
et autres figures et tropes de l'invention des Ethiopiques de
Héliodore où l'on ressent une structure de coquillages jetés
dans le sable, d'algues ramassées, face à ces séries où les
images sont serrées comme au métro aux heures de
pointe.

Des êtres solitaires qui évoquent la mort comme un objet
de leur pensée quotidienne. Mon amie, une fois les
protocoles de la solitude mis de côté, veut savoir si pour
moi il y a un ailleurs, et cela me rend l'arrière-goût de ma
propre solitude.

D'étranges autruches parcourent la nuit. Elles pondent des
oeufs colossaux, et l'on se dit : d'abord frire l'oeuf, puis rôtir
l'autruche.

Toujours questionné à propos de Dieu, j'en profite pour
draguer. Mais au moment de l'action physique je suis
foudroyé par la réponse, et me voici amoureux. J'ai pas
appris à prendre distance, la réponse à ses questions
c'était elle ! Et moi qui pensais que j'avais Dieu dans la
poche...

Pas de merles encore, mais les Kinks (Waterloo Sunset)
aux écouteurs. Qu'une défaite française ait donné une si
belle chanson me donne de la compassion pour la bande
des petits tyrans frustrés.

Le merle et moi partageons une cigarette à la fenêtre de la
cuisine, il se souvient de chansons que je n'entendais pas
depuis l'école. Nico chante Chelsea Girls. Le merle s'en va
l'entendre aux arbres du Père Lachaise, près d'ici, loin de
ma toux et de l'éclat de mes allumettes, plus jeune, comme
elle était.
...

dimanche 1 mars 2009
miettes de ce soir
...

La matière est une porte de sortie.

Se faire mordre par les requins du paradis.

Dans l'ivresse, les corps prennent autant de plaisir à se
séparer qu'à s'unir.

Apprenez que Jean-Luc Godard a tourné dès qu'il a pu en
couleur. Et envoyez balader Jim Jarmush et puis Godard
lui-même.

Destructif, le moine avait réduit à du vide sa pensée, sa
chair, et le bol.

Les Américains, gens du Nouveau Monde, ont le
romantisme et la poésie, la spontanéité, dans le sang. Le
notre est restée si propre qu'il est de la limonade.

L'impuissance est la liberté.

Le situationnisme c'était d'abord être contre Godard.

A quoi je pense quand j'écris ?

J'aime l'oeuvre "encore psychanalytique" de Tobie Nathan
(Le Sperme du Diable, ou plutôt Une psychanalyse
païenne), quand il repère le lien pour la structure dans le
rituel, mais alors, dans son oeuvre Médecins et Sorciers
(avec Isabelle Stengers), j'adore quand la psychanalyse fait
Boum !

...

lundi 9 mars 2009
miettes de la nuit internationale de la femme
...

Moi aussi je fais une peinture de poète, impatiente quant à
la technique, adolescente.

Je suis authentique. Je ne suis pas à la recherche d'idées,
mon essence est l'idée.

Tout mon respect pour l'excitation féminine.

Voici ce qui illustre la division du sujet : il est adoré comme
un dieu en tant qu'il est consommateur; puis il est
dépossédé comme un SDF en tant qu'on lui demande ses
devoirs par la violence du travail, ou celle, plus redoutable,
de rendre compte à ses bien-faiteurs.

Il est si rare que je me situe dans des situations réelles...

La réalité est une loi qui nous punit toujours.

Qu'est-ce que je suis ? Un fou qui appelle d'autres fous à la
sagesse.

Les artifices de l'émotion, pris d'abord comme des façades
creuses par l'apprenti qui progresse, s'avèrent être la
totalité de l'existence à la fin.

Mieux vaut s'abstenir d'exister, dit le petit poisson.
J'arrange ça, répond le gros poisson.

C'est parce que je rejetais la superficialité de la morale de
ma religion que je suis devenu moi-même superficiel.

La radio peut nous faire ressentir la pièce musicale comme
une oeuvre de la pensée, ou de l'ignorance, tandis que
quand nous réalisons l'acte de la consommation nous
sommes pensés par l'oeuvre, et n'avons pas le ressenti de
ses qualités de pensée. En fait le savoir-vivre consisterait à
écouter d'abord, et finir par acheter, tandis que celui qui
achèterait à l'aveuglette serait tenu pour un fou, sublime
révolte.

Je suis con et je rends connes les femmes.

Il faut sembler creux au toucher du vampire.

C'est frappant que le vrai musicien ait une connaissance
d'artisan. La seule représentation exacte du flamenco est la
poterie ancienne de Nijar, art du plomb.

La composante saturnienne doit être subtile chez l'artiste.
Manquant ça, l'artiste deviens un génie, ce qui n'est pas
souhaitable.

Un artiste est dans la soumission mais il se doit de l'oublier
vite.
Puisque tu es un génie, accorde-moi trois désirs.

Accorde-moi la Lune, source de mes influences.

J'ai trois choses à te dire, mais je m'arrête toujours à la
première.

Le pestiféré danse parce qu'il va mourir.

Tout emploi du Temps est un travail.

Un verre d'eau est un médicament pour la soif.

Le refus de l'esclavage a pris quelque temps au prude
Diogène, et il en est venu pour des raisons pratiques.

Femme est plus intelligente que con-d'homme, je me
déguise en femme pour être un homme tout-juste.

Que tu parles et tu danses, tu peux pas empêcher Son
oubli.

Il y a pas longtemps que l'aveugle porte des lunettes de
soleil. Jadis on n'était pas rebutés de voir ses yeux perdus.

Le Matriarcat est un totalitarisme comme un autre, c'est à
dire un manque de droit. Les bourreaux seront des
femmes, dans le monde à venir.

La liberté nous met à nu.

On ne retourne jamais à ses châteaux en Espagne,
quoique le cadavre, peut-être.
Je suis au même niveau que toi, commence à dire l'anti-
Maître, c'est à dire le disciple.

La magie a été toujours à côté de la religion, pour lui
souffler son avenir.

La radio met la partie de jouissance au travail de l'artisan,
et d'ennui à celui de l'employé. Le génie est impuissant
(pour la jouissance) et il ne l'écoute pas; mais l'art
contemporain est heureusement du domaine de l'artisanat.
Quand ce n'est pas de la bureaucratie, bien-sûr.

Don Quichotte se voyait riche, voyant Sancho un tout-
pauvre dont chacun des gestes était un dicton.

Les grands espaces sont ridicules.

La radio donne l'illusion d'une musique sans espace, parce
que c'est le grand espace.

...

lundi 6 avril 2009
miettes d'avril (a)
...

Comme ils sont trop paresseux pour changer la société, ils
détruisent la culture.

A mon époque l'on payait l'analyste comme s'il était sur le
point de crever encore plus que nous. Aujourd'hui l'on crève
dedans, l'on est des structures tubulaires qui se frottent,
sans aucun rapport aux humains sentiments.

"Une oeuvre incertaine, de transcendance limitée". Je suis
l'eau qui ouvre la roche en deux et la sculpte.

J'aime penser, quoique je ne suis qu'un amateur.

J'aurais besoin d'une autre vie pour être une personne.

J'ai une seule vie et elle est consacrée à l'art. Mais
justement parce que je n'en ai pas d'autre je m'intéresse
sur-le-champ à la philosophie.

Presque vingt ans de beaucoup de bonheur. Qui les aurait
?

Ce que compte, pour l'habitude acquise, c'est le moment
inaugural.

Je ne réfléchis pas trop à la destruction, je la laisse
s'installer comme je laisse naitre la femme de la source.

Quand tu es soumis à la violence, tu te sens coupable, et
en plus tu prends peur des bonnes idées.

C'était pas Maccarthy, sénateur en plus qu'écrivain,
l'Américain qu'il voulait faire admirer en France ?

J'étais un enragé, mais dès que j'ai découvert le prix des
dents j'ai laissé tomber.

En fait je suis venu à Paris étudier, comme tous les
andalous, développer mes idées.
A quoi m'a servi d'être compagnon d'Ulysse, puisque Circé
m'a changé en cochon ?

La métamorphose en cochon est nostalgique et d'une
relative festivité. Authenticité et ridicule main dans la main.

Mon journal intime (sur papier, j'entend) est une espèce
d'autogoogle dans ma tête.

Nicolaï lo Russo, avec son côté lapidaire, fait figure d'éveil,
de porte-lanterne qui éclaire le chemin.

Peintre et homme de lettres, j'ai écrit sur mon profil. Deux
incarnations pour une seule vie.

Ce n'est pas seulement le cinéma, déjà les cathédrales
étaient une trahison du Livre. S'ils sortaient un film sur
Matzneff, à quoi bon suivre la lecture ? Le cinéma est de la
dynamite, ou du moins une mite tout court, qui fait des
trous dans les livres.

Dieu t'abandonne. Dieu abandonne d'habitude, c'est le
crucifié le premier à s'en rendre compte. Disons que Dieu
télécommande, qu'il a une radio-commande pour pas
s'écraser en personne. Du moins deux des trois.

Il n'est pas mort pour tous les hommes. La preuve est que
nous allons mourir aussi sur la croix.

On adopte volontiers toute nouvelle pathologie, pourvu
qu'elle ne nous fasse pas basculer.

Quand je vois la nature tortueuse des mots appris à l'école
des philosophes attitrés, j'ai envie de les fouetter dans leurs
contorsions par des pensées à clef.
Les livres qui m'entourent, que ce soit de la philosophie ou
des classiques, je les utilise pour m'exciter, comme un
élément de ma débauche. A ce titre, on peut dire que j'en
fais un usage pornographique.

Vive la populace !

Si vous me demandez, autrement, un graphique de mes
degrés d'ironie je vous montrerai l'odalisque de dos
d'Ingres.

Proposer un test de compréhension lectrice aux internautes
entre un paragraphe d'Alain Baudemont et un autre de moi.

L'American way of life est toujours à apprendre, dans ses
mises à jour.

Frappé d'horreur par la tête coupée qu'est la télé, je danse
avec ma chaîne de musique, dans l'espoir que des jambes
poussent à la télé et qu'elle s'en aille. C'est plus facile
d'écrire que de peindre.

Vol de miettes, c'est très mal vu entre moineaux terriens.

Celui qui prétendra dicter sa propre loi se verra soumis à la
loi de son prochain. Seul le caractère exceptionnel du
législateur nous protège de la barbarie. Mais encore faut-il
trouver ce personnage exceptionnel. Ce sont les réflexions
qui me sont présentées par le fait d'être père.

Même ceux qui représentent aujourd'hui la culture ont
intérêt à discréditer la psychanalyse, qui fait tomber les
masques, étant comme ils sont le nouveau visage de
l'idéologie bourgeoise, de l'image de soi, comme dirait
Nietzsche, que la difforme classe dominante veux se
donner de soi et de son rapport aux autres.

...

J'ai mis des barrières entre moi et les femmes, elles me
contemplent tel un léopard impensable à la ménagerie du
Jardin des Plantes.

Des personnages dans un roman qui racontent des films.
Une idée cervantesque, autant de son Quixotte que de son
Persiles.

L'épouse encyclopédique, elle sait faire une conférence sur
toutes les choses qui arrivent à son mari.

Le mari modiste, il va vouloir mettre sa femme à la mode,
pour ensuite la solder.

Le mari modiste, après mettre à la mode, puis solder, sa
femme, va vouloir être aussi à la mode, sur les talons
aiguille de sa femme.

Tous ceux qui s'efforcent de ne pas perdre ses forces dans
la masturbation, en ordre à les conserver pour leur image
sociale, sont des faiseurs de Temps, et le temps est la plus
ennuyeuse production de la matière.

Préférer le regard d'un psychotique (pour le moins soigné
de nos jours depuis Lacan, Bateson, certains junguiens)
sur le sexuel à celui du pervers, voici une prudence de
sage, s'il est soumis à ce choix.
La volupté, la delectatio morosa, du critique à ses lectures
réactionnaires, diaboliques et source secrète de son style.
On est en manque de gourous.

Quand on est dans la Nécessité, les êtres spirituels veillent
au loin.

A ses pleurs de bébé on dirait que les princesses pleurent
pour grandir et régner plus vite.

Avant de devenir homme, le léopard s'apprêterait à
attaquer tout objet vulnérable présent à sa vue, et ne
considérant propre l'autre que par l'odeur.

Admettre la gomina suppose beaucoup de choses.

J'ai rêvé que je me remettais à étudier. J'ai étudié pour me
remettre à rêver.

L'académie c'est ça, une bande de messieurs en buvant de
l'alcool autour d'une table après un repas copieux.

L'étude de la césure doit être préalable à tout analyse du
pied.

De toutes façons je ne suis plus blanc.

Drogue est tout poison désiré.

Tout poison désiré, desservant le suicide, serait une arme,
à cette différence près que là l'on tue de plaisir.

Il y a pas de droit à l'excès, sauf dans les sociétés
monarchiques. Le soldat monarchique se camoufle dans la
foule.

Je veux bien faire pénitence de ma coquetterie. C'est le
meilleur côté qu'elle a.

Les idées des romanciers sont beaucoup plus simples que
celles de leurs traducteurs.

Le jaune est une couleur germanique. Elle est la couleur
blonde. D'invraisemblable origine égyptienne.

L'espionnage artistique est le plus trépidant dans ma
peinture.

Fumer Golden Virginia et ne pas savoir ce que cela signifie,
voilà mon erreur. Je viens de l'apprendre.

Qu'est-ce qui est préférable, passer pour un buveur de
bière ou pour un consommateur de Red-Bull ? En fait ce
qui est préférable est de manger du fondant au chocolat
chaud chez Monsieur Depardieu.

Je vais vous apprendre, soufflé de chocolat moussant à la
liqueur du jour.

Toute ma bibliothèque s'était mise à discuter d'un livre avec
l'autre plus loin des questions les plus disparates, je dus
demander silence plusieurs fois et finalement j'ai du faire
mon lit au milieu de leur foire.

La partie la plus dure du métier de peintre est de mesurer
les conséquences de chaque coup de pinceau. C'est un
duel avec le roi, l'on ne doit pas tuer le tableau.

Seul un régicide peut peindre comme Jacques Louis David.
Il ne suffit pas d'envoyer le roi en exile.

Je vois sortir le pire de moi, pleuvoir tel un toxique sur la
société, et telle est mon ivresse que je me mets à rire.

Voie royale, il m'est arrivé d'écrire des aphorismes comme
on rêve.

Ne parlez pas du souffle au typographe.

Première Girolles de Sologne, l'avant-saison, bien avant la
dialectique.

Bonheur, malheur, vulgarité, le cycle de la littérature.

mercredi 2 septembre 2009
miettes à Eve

...

Les feuilles sèches du corps, je les fais brûler au cerveau.

L'ambition est une forme bénigne de la peur. Elle serait de
facile amputation, si l'angoisse n'était pas une jouissance
dont on ne peut se passer.

Tu sais ? Par voie d'ascétisme, l'homme prend ses fautes
sur soi et reçoit sa punition en douceur.

La punition rude est son injustice.

Quand tu ouvres la lettre, fais attention à l'encre sur ta
chemise.
Laissez-moi dire des paroles idiotes, comme ça vous
pourrez vous sentir intelligents.

Sur le pouce, le supplice du café sans cigarettes.

Mine de rien, internet est aussi un contexte sorti duquel je
n'ai plus l'assurance d'avoir quelque chose à dire.

Mes chers francophones, je vous abandonne, dit le
toréador. Et pour pouvoir revenir, il se métamorphosa en
taureau.

Le diable est un végétal ? Lire tout de suite "Ontologie de
l'accident", ne soit-il que pour sa beauté accidentelle.

Partir à la française ? C'est revenir en France.

Le plus décevant, c'est la mort. Mais les morts,
malheureusement, ne meurent pas.

Rendu mélancolique par la musique, il lui faut encore
quelque musique. S'il ne l'entend pas, il ne comprend rien.

Il ne faut pas parler du silence. Je danse en silence. Je fais
de la peinture dans la nuit. Je remplis la moquette de
miettes de silence. Si tu es triste, en revanche, tu peux me
parler, je suis gai. Seul le moineau crie à la miette disparue.

Celui qui interprète la Bible, mal-interprète ses semblables.
Les livres sont là pour être simplement compris.

...
jeudi 3 septembre 2009
miettes à Eve (2)
...

On entre en moi comme on entre dans une discothèque.

Depuis très petit je suis un ironiste.

Comprendre Mars. À quand les livres extra-terrestres ? Ils
pourront avoir une tradition du papier pour rester
autochtones, lieu des racines. Je ne comprends pas.

Voyage pathologique et jardin des merveilles.

D'accord, la jalousie est comme une maladie, mais elle est
plus grave quand elle s'absente.

Parcourir la folie sans symptômes. Ecouter la folie comme
une musique de fond dont on est distrait de temps en
temps. Ô, douceur. Les symptômes sont là, sans faire de
mal, quand on ne se pose pas de questions d'existence.
Pour les anciens, il était normal d'être fou.

Karaoke textuel sur un texte d'Artaud.

Elle me secoue, le vrai féminisme n'a pas de
manifestations extérieures, il se caressait la barbe.

La dernière dévotion pour l'écriture est sa destruction. Pour
écrire il faut ne pas croire.
Ma chanson préférée je la zappe, je ne suis jamais seul.

La vue engagée dans la lecture de la mémoire, un aveugle
n'aurait pas de souvenirs, si tel était le cas, on ne se
rendrait pas compte du rythme des souvenirs. Des points
d'appui pour penser corporellement.

Ecriture sans personnages, et l'on vient d'en peindre.

Internet aux mendiants !

Ses doigts tapotant sur le front, il oublia de se lever pour
danser pendant qu'il signait, le tyran accompli. Un autre
tyran !

Les tyrans de la terre sont dans les bébés en plastique qui
charment par milliers les petites filles. Ils sont voués au
grenier.

Tout homme sans scrupules est au-dessous du clochard.

Il faut sauter du scrupule à l'innocence et revenir. On ne
saura jamais.

Le repentir royal ne descend pas l'escalier.

Exergue pour un inconnu à remplir.

Par l'absence d'opinion, j'échappe à l'auto-citation. Savez-
vous ce que je pense ?

J'ai découragé mon admiratrice parce qu'elle était mon
piège. Comme une petite araignée qui viendrait loger dans
les narines, piège intérieur qui nous empêche de respirer,
qui nous habite comme les ténèbres qu'on porte en soi.
Mais notre admiration pour nous-mêmes est la pire des
toiles d'araignée et la plus voyante pour les mouches.

Ah, mouche, mouche, elle est pour toi, ma moustache,
disait le catalan.

Sainte Madeleine nourrie des mouches ? Impatiente, elle
fut ravie par les anges pour se rassasier.

...

samedi 5 septembre 2009
miettes à Eve (3)
...

L'écriture de billets. Barcelone. La place qui meurt au
crépuscule comme la mort d'une feuille géante de thé.
Emergence de l'arrosoir spermatique.

On représente volontiers la psychose par l'image du trou,
de la cassure dans une poterie. On aurait du mal a
l'exprimer par le chant. Au plan du son, elle reste tabou.

Que dire le jour où l'on verra la folie en source de lumière.

Remords d'artiste. Ceux du musicien préférables à ceux du
peintre. Il y a pas de remords d'artiste.

Dans quelle langue demandait secours le sage tombé dans
le puits ?
La migration nous rends problématiques comme le fait
l'analyse.

Il est plus facile de s'approprier d'une image que d'une
musique, mais ça commence...

Puissance du charme par la voix, relative, l'échelle est
parcourue dans tous les sens. Voix d'automne, voix d'hiver
et de printemps. Nageant à la rivière, à l'océan. Charrue.

On regrette de se faire aimer si vite, ces derniers temps...

Beauté plotinienne des soldats, concupiscente sans le
savoir, difficile à rendre pour le renonçant, facile pour
l'adolescent.

Je discrédite mes opinions, je suis délivré de toute erreur
par l'erreur de ma vision.

Le lait des femmes poindra sur le tabou de la virginité. Mais
il faut abolir l'ancienne indiscrétion.

L'imagination ne fait pas l'artiste.

Blessure à la cheville d'une déesse. Folie temporaire du
bonheur, pathétisme du plaisir pour l'envieux involontaire
qui veut se cacher. Il peut mordre la statue, attention à lui.

Pour Henri Michaux, des cigarettes.

La richesse évalue les petit sous.

Pour Saturne, le sexe est depuis longtemps ailleurs.

Le clochard exquis est interdit.
Le dentiste mal élevé tire la langue.

Le musée est fait de folie. La jouissance estropiée est la
plus belle, rien n'arrête la locomotive.

...

...

La matière est transparente, les rayons nominaux la
traversent. Mais elle est encore plus transparente grâce à
l'intervention de l'homme.

Tout homme peut faire son expérience cavernaire.

Ah, quelle leçon que celle de la matière opaque...

Tout au long du party les femmes, sous la direction de
l'arbitre de l'élégance, se dénudaient à tour de rôle.

Je suis un freak, je suis une misère arty, je n'ai des amis
qui viennent faire la fête. Des jeunes viennent et
m'écoutent un peu, comme un santon à qui les paysans
rendent visite.

Comme un santon, je bénis les paysans qui vont se marier,
ou qui partent vivre en ville.

Je suis bon pour l'heure du café, à Paris ce serait un
spectacle de passer une nuit chez moi.
Mes voisins sont ma garde de corps... et je suis Caligula.

Quand le locataire surveille la portière, les temps sont
révolus. Une portière qui se fait désirer peut changer
l'Histoire. La déesse de l'Inde est elle même fréquemment
représentée au seuil d'une porte, donc en portière.

Les pseudos feront objet d'héritage. Ils seront immortelles.
Comme la couronne d'or d'un règne, mais démocratisés.
L'avatar sera une expression de la divinité incarnée à la
portée de la classe moyenne.

L'apprentissage de la cafetière est solitaire, même pour un
serveur.

La solitude est une illusion.

Si une musique ravisante chez le voisin s'arrêtait
soudainement, ne sifflerait-on un peu ?

Mon premier tableau à l'huile, au lycée, fut une scène de
bacchanale. Une femme hystérique, toute mince, et une
ogresse semblable à Marguerite Duras, peintes dans des
tons rougeâtres. Elles buvaient au premier plan et je dus
refaire l'arrière-fond, parce que mes professeurs ne
voulaient pas de corps nus dansant.

La contemplation de l'ogresse a été inaugurale de mes
élans démocrates.

C'est en se méfiant que l'on va plus loin dans certains arts.
Ainsi va de l'astrologie, où le plus éclairé est souvent le
plus hypocrite.
...

L'avantage perdu de l'étude des lignages royaux est de
développer des liens de parenté dans la mémoire.

Le cube de mon atelier est une cocktailière avec moi
dedans. Je sors mixé.

Il faut étudier les os de la poitrine et les muscles du cou.
Sinon, vous faites un cou cylindrique, tout au plus humilié
comme ceux des autruches.

Il semble avoir une nécessité profonde dans toute bonne
improvisation.

...

...

Au moment de boire son café du soir, s'éveilla chez elle la
longue méditation de notre capacité à créer des sources de
chaleur et à le transmettre au liquide dans la tasse qu'elle
savoure ce soir.

Ces ingrats comme moi qui jouissent des progrès dans les
gender studies et ne disent pas merci.

Ne rien changer au monde, voilà la devise qu'ils ont adopté
pour nous cribler de lois.

Je me ferai chanter du Brassens par Sainte Marie quand je
serais au Paradis. Dans sa voix toujours jeune j'apprendrai
mieux les lettres.
Je suis capitaliste. Je capitalise mon échec.

Un homme avait un oeil myope et l'autre à l'envers. Le
philosophe fut très tôt intéressé, mais l'opticien était
mauvais philosophe.

Editer tout ce que j'ai à éditer, et pas mourir tout de suite.

Nous sommes tous des agneaux mystiques pour le loup de
la ville, ce loup qui mange des livres et qui substitue le
désir au plaisir. Surtout toi, la chair douce et le livre à la
main. Avant le chasseur, le loup était le chasseur.

N'apprends pas des chansons, ou tu les chanteras au
métro, la main tendue.

...

miettes et croûtons d'octobre (1)

Le peintre qui écoute de la musique en peignant est en
train de s'imbiber, de respirer un autre état de la Forme,
pour la faire circuler dans les sens.

L'empereur parle enfin à son public. Marc-Aurèle me
révolte.

Je voudrais toréer un taureau un peu partout au Canyon du
Colorado, sur la hauteur, dans les couloirs, en descendant
de pentes, et fêter sa mise à mort en mangeant des
spaghetti sur une moquette, avec des voisines
américaines.

Les pensées, stoïques, de Marc-Aurèle sont comme un
manuel de la CIA, c'est le façonnement de l'homme par
l'homme.

Accepter que l'on est façonnés par les hommes est difficile
et parfois salutaire pour l'amoureux, poura le malheureux et
pour l'homme privé, qui se resservent l'illusion d'être libres.
Les sages espagnols appellent ça "se mortifier" et c'est une
des démarches pénibles de la pénitence. Si la pénitence
n'était pas suivie d'une couronne de paix, il serait du
masochisme pathologique de lire Marc-Aurèle (syllogisme).

Entourée de mes derniers tableaux, où ma compagne pose
nue, mon amie et modèle amicale Patience Tison, à qui j'ai
demandé de se dévêtir, tout en gardant ses élégants sous-
vêtements noirs, culotte et soutien-gorge, me questionne
sur la mystérieuse Warda, qui allait poser pour moi pour
m'acheter un tableau, dans un rendez-vous sur mon blog,
et qui ne se fit pas connaître le jour venu à la terrasse rue
des Pyrénées. Je lui rétorque que l'écrivain prôneuse de la
bisexualité Dahlia va poser pour moi, j'ai l'espoir, et je lui
montre la dédicace de son livre Adore où elle me promet
que "(...) vous offrir le miroir ravissant de mon corps (...) ça
viendra ! ça viendra !". Les sous-vêtements de Patience me
font penser aux poses, dans le rôle de Roberte, de sa
grande-mêre Denise pour son mari Pierre Klossowski, qui
disait aimer son geste de sévérité. L'ovale du visage tel que
je suis en train de le peindre, plus qu'à Patience fait penser
à Frédérique, sa mère, modèle de Balthus. Le peintre se
doit d'être son propre paparazzo, flasher, dévoiler des
clichés, rompre la vie, et après ramasser tout ça dans une
Forme visuelle unique chaque fois. Mais, quel historien ou
critique voudront donner leur bénédiction à une chair si
rose, si scandaleuse, si en plus j'en reviens sur des formes
théâtrales, des déguisements, du carnaval, vu qu'ils sont
des journalistes sérieux ?
Le fond des pensées de tout artiste se déroule en italien.

Les deux cafés que je vais prendre s'appellent Gauche et
Droite, je les prépare au même temps, à la manière turque,
et ils sont les deux côtés de la Forme ce soir.

Les taches de crème de quelques nuages sur le lait
turquoise du ciel, je suis tenté de faire du paysage, le chi
des montagnes américaines, antipodes de Lu Chan,
l'assimilation du Nespresso aux puissances du Yin-Yang.
Du jade, vite, j'ai besoin de jade !

J'avais pensé que le paysage reposerait la vue de Nourit
demain, mais je vois que le seul contrepoint à tant de
nudité c'est un autre autoportrait, une fascinatio apaisante.
Je vais cacher tout de suite ce Golgotha chinois au
toréador que j'avais ébauché.

...

L'éclatement de l'art contemporain est que la psychiatrie
revient à Krafft-Ebing, que je ne peux demander du
chocolat dans mon capucino si je suis en temps de gibier,
que les gens comme Meese ont une petite larme à l'oeil
quand je leur dis que j'admire ce qu'ils font.

Je suis bouddhiste avec Juliette, dépourvu de désirs, sans
me rendre compte, en contemplant les rondeurs de son
visage, ou, avec toi, les rondeurs des hanches, mais dans
ton cas j'appartiens à la branche tibétaine, qui veut
pénétrer le mandala.

Ce vernissage de sculptures en céramique chez Binoche
fut la scène de l'illusion, où la défaillance nous attire vers la
réalité et l'on se sent en présence de réalités qui se
dressent. Je vous laisse imaginer les casques guerriers
dégoulinant de sang et de noirceur, mais aussi une
chouette aux yeux transpercés portant le texte "hypnose",
ou une barque de Charon ou le passeur est un promontoire
en éruption.

Dansons ensemble cette musique de tant d'années, on est
impressionnés d'être encore si vivants aux pas et aux
mouvements de ceinture. Je me couche sur toi et te
raconte le nom qui donnaient les musiciennes aux
habitudes rudes du Nord, mais sur ton dos. Ce n'est que le
premier temps et nous sommes dans le climax du Son.
Nous respirons, nous disons des formalités à clef. Laissons
sonner la musique, et évanouissons nous sur un lit ou une
chaise pliante.

Les hommes, toujours les mêmes, se dit-elle, déjà vieillotte
à vingt ans. C'est pour cela que les hommes voient la
nécessité de te pénétrer, ma chérie. Te rappeler que ce
sont tes premières fois et que tu ne les connais pas. Ton
amie, qui n'est pas blonde et mince comme toi, peux jouir
d'eux sur une table de terrasse.

Une Forme classique, et la conscience de l'aveuglante
laideur du monde.

Je suis un clone de moi-même, depuis que parmi un public
hasardeux je me regarde en vidéo. Je suis chacun des
gestes de ma main, fasciné par ma copie originale.

Je résiste aux caresses d'une vie luxueuse, peut-être je
reste un adolescent sauvage mal dans sa peau.

Et la vie caresse tes jours comme une plage qui serait
impossible à quitter. L'on ne part que pour le fonds le plus
profond du plaisir. L'horizon d'un double bateau en Fata
Morgana est l'essence de l'inconcevable d'exister; la
marine n'a point d'existence, mais elle dure et elle est
sucrée comme le sang de ma blessure. Apprends la
descente des sorcières, apprends la décoration des
restaurants, et utilise la capsule une seule fois.

...

more about S (miettes)

La France est ma femme, elle a les seins nus et elle me
passe un drapeau de couleurs primaires à exhiber dans la
bataille de l'homme contre les Rois du Monde.

Le peintre a les mains maquillées.

Il y a trop de peintres cons, ils veulent être un club et
n'acceptent pas de nouveaux. Les modèles sont des pions
dans leur jeu tandis que, pour moi, elles sont des reines
déchues du jeu des autres que je garde en tête.

Le visage est la façade de la femme, mais plus elle relève
du palais et de la cathédrale plus de connaissance elle
transmet. La bouche petite est propre à celles qui méditent,
ou, dit autrement, contemplent, voyez que les années 20
ont été aussi, et le seront à nouveau, des temps de nonnes
autant que de femmes libres.

Chaque modèle est amenée à penser que ça se passe
autrement avec les autres.

Je reste un fétichiste du nombril, mais donnez-moi une
chaussure et je vous la cire avec la langue.
De mettre droit le cendrier, ou de le voir en anamorphose,
comme celles de Borromini. Percé dans le front par le
regard de son modèle, le tableau fait au sol est une sorte
d'agonie, mais l'esprit revient aussi du tableau, au moment
de la retouche.

Je ne me souviens plus de quel livre il s'agissait, mais il
conseillait de parler à voix haute quand on est seul. Cette
liberté de presse est paradoxale, pourquoi cette promotion
de la folie ? Ne vaut-il pas mieux la clandestinité, comme
avant ? Je sens qu'on va me proposer de publier quelque
chose.

Tout réside dans l'éducation du lecteur, sa perception des
couleurs. Rouge ; noir ; émeraude ; bleu royal ; rouille...

Quelques-uns s'étonnaient des "hérésies" de la couleur du
"maître" Delacroix. C'était un automatisme autre ; suivant
l'astuce du débutant, il laissait respirer la lourdeur du
Romantisme. Mais il essoufflait ses modèles jusqu'à
l'exaspération, je crois. Devoir se reconnaître, la pose finie,
dans cet amas de fausses notes, dans cet
accomplissement de l'ignorance, était suffisant pour tout
laisser tomber. Delacroix respirait, alors.

Le jour où l'on exposera des hosties percées je vais croire
à la laïcité.

La rose à la main, elle disait : je t'aurai, aujourd'hui.

Le bon de vivre en couple est qu'on peut peindre toujours
la même femme, ce qui est rassurant, même si l'on travaille
aussi le recherché d'autres modèles. Pensez à Bonnard et
comparez-le avec la froideur de Gustav Klimt, dans son
château wagnérien, le jour venu de se trouver sans
charbon pour les cheminées et samovars.

Depuis que les surréalistes se sont moqués des
impressionnistes, l'on ne pardonne qu'à Manet, et ça, de
façon transversale, à cause un peu de Picasso et du je ne
sais quoi des maîtresses de Baudelaire. Il n'est pas rare
que Van Gogh et Balthus se voient amoindris. Parmi les
surréalistes, le meilleur maître de cérémonies, au plan
mondial, n'a pas été Breton, sinon les Espagnols.

J'ai peint, d'après pose, la peintre Pamela Luchitta et le
rendu sur le tableau faisait penser au regard d'adolescente
surdouée de Béatrice Cussol, j'ai perdu le regard d'actrice
de ma modèle. Elle est à cheval entre Nice, Paris et New
York. Ses jambes bronzées et musclées de nageuse
restent la partie la plus travaillée et, malgré cela, elles
semblent adolescentes, avec des bottines. Flashez sur
cela, et citez Mary D. Garrard comme source de mon
inspiration pour la mise en scène. Je voulais une femme
peintre qui soit aussi intellectuelle que moi je l'étais. Je ne
l'ai eue que dans le tableau. Ce qui donne envie de revenir
aux Suzanne, aux Cléopatre et aux Lucrèce de ma
jeunesse.
...

Des rumeurs sur S. (miettes)

Grand décolleté, et les ciseaux d'Anastasia ne coupent pas
la chute de la fourrure, qui traîne par terre comme celle
d'un princesse déchue.

Le psychanalyste est d'abord pour l'artiste un collectionneur
de son argent de poche qui lui tape sur l'épaule pour le
féliciter.
Bloggoesthétique de l'obsession.

La vie des blogs... Ca met plus de temps à expliquer qu'à
tripoter. C'est comme les fantasmes sexuels, ça met plus
de temps à expliquer qu'à tripoter.

Du Disque Blanc des Beatles, ma chanson préférée est
Revolution number nine, qui reste un chef-d'oeuvre
incompris du mouvement électroacoustique. Cela dit, le
Disque Blanc relie les élites au peuple. Les uns et les
autres peuvent danser.

L'incompris de sa femme, voilà l'écrivain d'internet.

L'anarchisme est un appât de la droite, avec Céline.

Avec la conversion de Huysmans, l'on peut suivre la balle
jusqu'à la cible.

C'est ça, l'artiste néo-pauvre ne sort pas avec un revolver
dans la rue tirer partout, comme le proposait Breton et
comme les jeunes Américains l'ont pratiqué, celui-là
s'entraîne avec son revolver sur l'hostie du roi Arthur à
distance d'atelier. Au fond, Breton, lui, voulait juste profaner
le profane.

Les intellectuels de droite, on arrive pas à croire que cela
existe. Depuis petit, les caricatures d'intellectuel qu'on
voyait, c'était des images de gauchistes.

La vie d'un type, ce à quoi on ressemble le plus.

La vipère a drogué nos ancêtres, qui ont conçu un monde
absurde, son signifiant.
...

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful