Vous êtes sur la page 1sur 4

Technique Assainissement autonome

`
FILIERES DE TRAITEMENT
Quatre systèmes
La préservation de l’environnement par un traitement
généralisé et adapté des eaux usées, est désormais
obligatoire. Il est essentiel que cet effort soit relayé Zone
d’épandage
par un système d’assainissement répondant aux besoins
et par une installation correctement réalisée.

Épandage souterrain en sol naturel


PRINCIPE TECHNIQUE C’est la filière privilégiée CONDITIONS DE MISE EN PLACE Absence d’un Sol perméable à 80 cm de profondeur.
de l’assainissement non-collectif. Les tranchées réseau collectif d’eaux usées. Absence d’eau à 80 cm et 1,5 m de profondeur.
d’infiltration de faible profondeur reçoivent SURFACE UTILE > 200 M2. Coefficient Pente du sol < 2 %.
les effluents. Le sol en place en absorbe la de perméabilité à 60 cm de profondeur : DIMENSIONNEMENT ET CARACTÉRISTIQUES
totalité, il est utilisé à la fois comme système K > 15 mm/h. Chaque tranchée présente une longueur
épurateur et comme moyen dispersant, en fond Sol filtrant : K < 500 mm/ h. maximale filtrante de 30 m, la largeur
de tranchées et latéralement. maximale étant de 8 m. Sur sol limoneux,
les tranchées ont une longueur de 20 à 30 m
et de 15 m sur sol à dominante sableuse.
LA FILIÈRE Dans l’éventualité où le sol est à dominante
PRINCIPALE
sableuse et/où la réalisation de tranchées
s’avère difficile, il convient de ménager une
fouille unique de 8 x 30 m maximum. Il s’agit
alors d’un lit d’épandage.
La profondeur varie, quant à elle, de 60
à 80 cm suivant le niveau d’arrivée des eaux
prétraitées.
NOMBRE DE PIÈCES 4 5 6 7
PRINCIPALES
Capacité de la fosse 3 m3 3 m3 4 m3 5 m3
toutes eaux
Épandage tranchée/ Largeur : Linéaire à dé-
lit d’infiltration 0,5 à 0,7 m terminer selon le
Longueur terrain et l’avis de
max. : 30 m l’administration
CONSEILS DE MISE EN ŒUVRE Les engins de
terrassement doivent exécuter les fouilles en
une seule passe, de manière à éviter tout com-
pactage du sol d’infiltration. Les parois et fond
de la fouille seront débarrassés de tous les élé-
ments caillouteux de gros diamètre.

42 — L’Entrepreneur - Janvier-Février 2006 - N° 209


L
Le système d’assainissement perficiel en place ou reconstitué) ; possibilités hydrogéologiques et des éléments recueillis que le bu-
est un ouvrage à part entière kévacuation des effluents épurés topographiques. L’analyse des sols reau d’études proposera et dimen-
et non des travaux accessoires avec, par ordre de priorité, l’infil- prend en compte l’hydromorphie, sionnera la filière. Laquelle est va-
à la construction. Dans tous les cas, tration, le rejet en exutoire super- qui indique la profondeur d’appa- lidée par le service instructeur de
le respect du DTU 64.1 (norme ex- ficiel et le puits d’infiltration. rition des tâches d’oxydation et de la DDE et les services techniques
périmentale XP 16-603) s’impose. Les deux dernières étapes sont réduction. Son intensité est gra- des communes.
C’est lui qui définit les différen- toujours réalisées et choisies après duée de rare à faible (10 %), puis Lors du dépôt d’un permis de
tes filières de traitement, lesquel- une étude des caractéristiques du moyenne (inférieure à 50 %) et éle- construire, le plan de masse, à dé-
les sont constituées de dispositifs terrain. Le but : identifier l’ensem- vée (supérieure à 50 %) ; la texture faut d’équipements publics, doit
techniques que l’on peut découper ble des contraintes d’ordre hydro- est déterminée suivant des critères indiquer les équipements prévus
en trois grands ensembles : logique, topographique et d’apti- granulométriques (sableuse, sablo- pour l’assainissement. Dans cet
kprétraitement anaérobie, dans la tude à l’épandage, qui serviront à limoneuse, limoneuse, sablo- ensemble, l’épandage reçoit les
fosse toutes eaux, de l’ensemble définir précisément le dimension- argileuse, argileuse) ; la charge en eaux prétraitées issues de la fosse
des eaux ; nement de la filière la plus adap- cailloux est indiquée si elle est septique et du préfiltre. Il permet
képuration des effluents prétraités tée. Chaque définition technique supérieure à 15 % et enfin la per- leur répartition, leur infiltration et
par épandage souterrain (sol su- de la filière résulte à la fois des méabilité du sol. C’est en fonction leur épuration dans le sol.■

Ill. : F. Dastot d’après doc. La Nive


Lit filtrant non-drainé, épandage en sol reconstitué
PRINCIPE TECHNIQUE Dans ce cas, un filtre à sa- la présence d’un milieu souterrain vulnérable, de profondeur : K > 15 mm/ h.
ble vertical non-drainé reçoit les effluents. Ici, il est recommandé d’installer une feuille anti- Sol filtrant : K < 500 mm/h.
le sol naturel n’est pas utilisé comme système contaminante imputrescible en fond de fouille. Sol perméable à 80 cm de profondeur. Présence
épurateur, il est remplacé par un apport de CONDITIONS DE MISE EN PLACE Absence d’un ré- d’eau à 80 cm et 1,5 m de profondeur.
matériau granulaire (sables et graviers 20/40). seau collectif d’eaux usées. SURFACE UTILE < 200 M2 (minimum 50 m2) ou
En revanche, il est employé comme moyen SURFACE UTILE > 200 M2. Coefficient de coefficient de perméabilité à 60 cm de profon-
d’évacuation. Lorsque l’étude met en évidence perméabilité à 60 cm deur : K > 15 mm/h, avec possibilité d’exutoire,
sous-sol fissuré trop perméable.
LA FILIÈRE DIMENSIONNEMENT ET CARACTÉRISTIQUES
SABLE Largeur de filtre à sable vertical : 5 m.
NON-DRAINÉ Longueur minimale : 4 m.
Le fond du filtre doit être horizontal et situé à
90 cm sous le fil d’eau en sortie du regard de
répartition. La profondeur de la fouille est de
1,10 à 1,60 m suivant le niveau d’arrivée des
eaux et la nature du fond de fouille. Les tuyaux
d’épandage sont espacés de 1 m d’axe en axe.
Les tuyaux latéraux sont situés à 50 cm du
bord de fouille.
NOMBRE DE PIÈCES 4 5 6 7
PRINCIPALES
Capacité de la fosse 3 m3 3 m3 4 m3 5 m3
toutes eaux
Épandage tranchée/ 20 m2 25 m2 30 m2 35 m2
lit d’infiltration
CONSEILS DE MISE EN ŒUVRE Pour éviter de
trop enterrer les ouvrages, il est préférable de
respecter la cote de 1,10 m, quand les cotes de
sortie d’eau le permettent.
Il est également recommandé de protéger avec
un film imperméable les parois latérales lors-
qu’elles sont creusées dans une roche fissurée,
une protection disposée depuis le sommet de la
couche de répartition jusqu’aux premiers trente
centimètres de sable. Si le sol est fissuré, on
posera un géotextile en fond de fosse.

Janvier-Février 2006 - N° 209 - L’Entrepreneur — 43


Technique Assainissement autonome

AVIS D’EXPERT
Les puits d’extraction THIERRY LAPERCHE • Secrétaire général adjoint Capeb Morbihan
Les puits d’extraction non définis
dans le DTU 64.1 sont une alter-
native pour disperser les eaux
perforées et le fond garni de
matériaux grossiers (granulomé-
trie 60 à 120 mm), puis d’une
«estÀcapitale.
mon sens, la formation
»
traitées lorsque le sol superficiel couche de 20 cm de gravier (15
est imperméable et qu’il existe
une couche perméable en pro-
à 25 mm). Le tout étant sur-
monté d’une couche de sable
«desIlfilières
y a dans la mise en place
d’assainissement un
actions de formation (ndlr : voir
article présentation dans le même
fondeur. Seules les eaux ayant jusqu’au tuyau d’amenée des véritable marché pour les artisans, dossier) et que nous avons rédigé
subi un traitement par filtre à eaux. Ils sont dotés d’un tampon qu’ils soient maçons, plombiers et signé une charte Assainissemen
sable peuvent être évacuées de visite qui doit rester accessi- chauffagistes, terrassiers ou en novembre 2003 avec, entre
selon ce principe. De la forme ble. En ce qui concerne leur paysagistes. Le problème est qu’on autres, le Syndicat des eaux.
leur reproche souvent de n’être pas À mon sens, la formation
d’un puits, ils peuvent atteindre dimensionnement, ils ont une
suffisamment rompus à ce genre est capitale pour connaître
plusieurs mètres de profondeur surface de contact avec la couche de travaux. C’est pour cette raison parfaitement le déroulé de la mise
(buses de 1,50 à 3 m). Les par- perméable de 2 m2 par pièce que nous avons mis en place des en place d’une filière, tant sur le
ties inférieures des buses sont principale (fond et paroi).

Tertre d’infiltration non-drainé


PRINCIPE TECHNIQUE Le tertre d’infiltration si l’habitat n’est pas surélevé. On a recours Le massif sableux est partiellement
reçoit les effluents issus d’une habitation ici à un matériau granulaire (sable et graviers ou totalement hors-sol.
surélevée ou d’une pompe de relevage. Cette 20/40) comme système épurateur et le sol CONDITIONS DE MISE EN PLACE
filière est obligatoirement dotée d’un relevage est utilisé comme milieu dispersant. Absence d’un réseau collectif d’eaux usées.
SURFACE UTILE > 200 M2
Coefficient de perméabilité à 60 cm
de profondeur :
HABITATION K > 15 mm/ h.
EN
HAUTEUR Sol filtrant : K < 500 mm/h.
Sol perméable à 80 cm de profondeur. Présence
d’eau à 80 cm et 1,5 m de profondeur.
DIMENSIONNEMENT ET CARACTÉRISTIQUES
Les tuyaux d’épandage sont espacés de 1 m
d’axe en axe. Les tuyaux latéraux sont situés
à 50 cm du bord de fouille.
NOMBRE DE PIÈCES 4 5 6 7
PRINCIPALES
Capacité de la fosse 3 m3 3 m3 4 m3 5 m3
toutes eaux
Tertre d’infiltration 20 m2 25 m2 30 m2 35 m2
CONSEILS DE MISE EN ŒUVRE
Prévoir des parois latérales obliques pour le
tertre, de manière à assurer une plus grande
stabilité. Ne pas hésiter à les ceinturer à l’aide
de terre végétale dépourvue d’éléments caillou-
teux grossiers.
Recouvrir la surface d’un géotextile H et y dé-
poser une couche de 20 cm de terre végétale.
Les parois latérales peuvent être étanchéifiées
à l’aide d’un film imperméable. D’une manière
générale, éviter toutes charges roulantes sur le
tertre et tout stockage de charges lourdes.

44 — L’Entrepreneur - Janvier-Février 2006 - N° 209


plan administratif, que sur le plan technique.
La chasse aux mauvaises odeurs
Les problèmes qui apparaissent après la mise en place La production d’odeurs liées au gaz est logique, normale et inévita-
d’une filière ne sont pas toujours le fait d’une
ble. Le système de ventilation de la fosse septique, dont l’extracteur
mauvaise mise en œuvre. Aussi, je conseille
aux entrepreneurs de disposer d’un dossier est situé en partie haute de la toiture et à bonne distance des ouver-
administratif par chantier, afin d’y classer tures et de la VMC, évite théoriquement ce type de nuisances.
l’ensemble des documents y afférant : devis, En cas de mauvaises odeurs persistantes, il convient de vérifier
factures, fiche d’achat, étude de sol, analyse qu’aucun appareil, tuyau, regard ou élément d’installation ne débou-
de l’eau… Il s’agit, en cas de litige, d’avoir che à l’air libre (hormis la ventilation haute normale). Les couvercles
une trace du travail effectué et d’être en des fosses, filtres, bacs dégraisseurs, bacs de prélèvement doivent
mesure de prouver que l’artisan a réalisé la être colmatés et le circuit d’épandage enterré. Il est conseillé égale-
bonne filière, en conformité avec le dossier

DR
ment de vérifier que tous les sanitaires, éviers et machines à laver
du bureau d’études. C’est aussi pour cela
sont équipés de siphon, qu’aucun tuyau n’est cassé, que les tampons
qu’il est indispensable de bien
connaître les responsabilités de de visite sont bien fermés, munis d’un bouchon avec joint en bon
chacun.» état, que des clapets et décompressions de chute ont bien été
prévus, surtout s’il y a des sanitaires aux étages.

Ill.: F. Dastot d’après doc. La Nive


Lit filtrant drainé à flux vertical
PRINCIPE TECHNIQUE Technique utilisée lorsque pérées par un réseau de drainage à la base du SURFACE UTILE > 200 M2.
le sol n’est pas apte à disperser les eaux après filtre, puis évacuées par une canalisation. Coefficient de perméabilité à 60 cm de profon-
traitement. Un filtre à sable vertical drainé CONDITIONS DE MISE EN PLACE Absence d’un ré- deur : K > 15 mm/ h.
reçoit les effluents. Les eaux traitées sont récu- seau collectif d’eaux usées. Sol filtrant : K < 500 mm/h ou imperméabilité à
80 cm de profondeur.
SURFACE UTILE < 200 M2 (minimum 50 m2) ou
coefficient de perméabilité à 60 cm de profon-
ÉVACUATION deur : K > 15 mm/h, avec possibilité d’exutoire,
PAR
CANALISATION sous-sol fissuré peu perméable.
DIMENSIONNEMENT ET CARACTÉRISTIQUES
Largeur du filtre à sable vertical de 5 m. Lon-
gueur minimale de 4 m. Le fond de filtre
horizontal est situé à 1 m sous le fil d’eau. La
profondeur de la fouille est de 1,20 à 1,70 m.
Les tuyaux de drainage (au moins 3) sont ré-
partis uniformément sur le fond de la fouille.
Les drains latéraux sont disposés à 1,50 m du
bord. La réalisation du lit d’épandage s’effectue
comme dans le cas d’un filtre à sable vertical
non-drainé (cas 2) avec deux particularités :
Les tuyaux (au moins 5) sont plus courts que
les drains de collecte de 50 cm et sont bouclés
aux extrémités avales par des équerres.
NOMBRE DE PIÈCES 4 5 6 7
PRINCIPALES
Capacité de la fosse 3 m3 3 m3 4 m3 5 m3
toutes eaux
Filtre à sable 20 m2 25 m2 30 m2 35 m2
vertical
CONSEILS DE MISE EN ŒUVRE
En cas de milieu vulnérable (nappe phréatique,
sol fissuré…), la mise en place d’un film im-
perméable est obligatoire. Il faut étaler avec
précaution une couche de gravier (ép. 10 cm)
de part et d’autre des tuyaux de collecte, avant
de recouvrir l’ensemble d’un géotextile.

Janvier-Février 2006 - N° 209 - L’Entrepreneur — 45

Vous aimerez peut-être aussi