Vous êtes sur la page 1sur 4

Doc Ecole:Layout 2 12/11/09 17:17 Page 1

Edito Florence Durand-Tornare - Fondatrice de l’association Villes Internet

U s ag e s d e l ’ I n t e r ne t à l ’ é c o l e :
u n r e n d e z - v o u s a v e c l e s g é n é r a t i o n s f u t u re s !
Les villes ont dans leur compétence d’équiper les Toutes ces questions nous les proposons à chaque
écoles des moyens modernes de gestion, d’organisa- école pour que toutes profitent des expériences pré-
tion, d’information, de pédagogie, et de communica- sentées, et partagent leurs espoirs et leurs doutes.
tion. Elles ont aussi la responsabilité du lien social et de Les réseaux numériques transforment la société, ceux
l’animation de la communauté éducative. qui sont nés avec ces instruments au début des années
L’association VILLES INTERNET forte de 10 ans d’ob- 90 atteignent en ce moment leur majorité légale. Ces
servation des usages citoyens de l’internet anime et citoyens entrant dans la vie active ont déjà d’autres
encourage un réseau de plus de 1 200 collectivités de coutumes, d’autres pratiques de vie, leur rapport au
petits villages aux plus grandes villes. temps et à l’espace ont radicalement changé avec l’en-
Ses correspondants, maires, élus, directeurs de services trée dans « l’ère numérique ». Plus encore le rapport
administratifs ou animateurs de lieux publics d’accès à aux autres est modifié. Cette génération et les sui-
internet, témoignent quotidiennement de l’investisse- vantes vivent autrement leur relation aux adultes qui
ment humain, matériel et intellectuel, déployé pour les accompagnent. Parents, enseignants, animateurs,
construire la ville des générations futures. Ils espèrent qui eux ont grandi dans un temps où les usages des
une émancipation culturelle, sociale, environnemen- téléphones portables et des premiers réseaux numé-
tale, qui assure à nos enfants les meilleures conditions riques étaient balbutiant et le cartable électronique un
de vie et de bonheur. rêve impossible !
Notre conviction est que cette émancipation des indi- Suivre la démarche ECOLES INTERNET proposée par
vidus et des groupes sociaux, passe par l’égalité d’ac- VILLES INTERNET et ses partenaires, c’est tenter de
cès aux opportunités d’apprentissage, d’acquisition de nous éclairer, nous les adultes installés, les tenants de
connaissance et de compétences proposées par ces l’autorité, de la décision politique, de l’organisation so-
“encore nouvelles” technologies de l’information et ciale, de l’économie, pour que nous ne passions pas à
de la communication. côté de la chance qui nous est offerte de comprendre et
Avec le dispositif ECOLES INTERNET nous avons voulu d’accompagner une transformation sociétale inévitable.
aider les collectivités à mieux connaître l’appropriation
de ces outils par les communautés éducatives pour
mieux les accompagner : quels usages dans l’organi- Rejoignez les Ecoles Internet
sation de l’école et avec les acteurs du péri-scolaire ? dès janvier 2010 sur notre plateforme
Quelles possibilités offertes aux enseignants pour leur d’échange et d’expression :
vie professionnelle ?
Quelles améliorations possibles dans la relation avec www.ecoles-internet.net
les parents ?

Merci aux membres du Comité de pilotage et du Comité d'éva-


luation qui ont conçu et validé ce dispositif avec l'équipe de
Villes Internet et ses partenaires : la Sous-direction des TICE du
Ministère de l'Éducation nationale, la Délégation aux Usages de
l'Internet, la Caisse des Dépôts, le SCÉRÉN / CRDP de l'acadé-
mie d'Aix-Marseille (mission ORME) pour son expertise, et
Cognito pour son travail de cartographie de l'information.
Doc Ecole:Layout 2 12/11/09 17:17 Page 2

Les écoles témoignent


Précision Écoles Internet :
méthodologique un réseau dynamique
Les observations qui suivent portent
sur un corpus de 120 écoles primaires
Les écoles sont encore peu nombreuses à
françaises qui ont souhaité participer au participer au Label Écoles Internet, mais
Label Écoles Internet 2009. Cet échantillon celles qui s’y inscrivent s’investissent for-
n’est donc pas représentatif des écoles tement. Renseigner le questionnaire et ses
françaises. Son analyse n’a d’autre but 35 usages et adjoindre des fiches projets
que d’éclairer les usages d’Internet ont représenté une activité complexe, ré-
dans le cadre scolaire, en se
clamant d’envisager le travail de l’école sous
gardant de toute géné-
ralisation. un angle différent de celui, plus habituel, de
l’institution scolaire. S’engager dans cette dé-
marche et la mener à terme a conduit les répondants à
une prise de distance sur le travail quotidien, souvent jugée utile.
■ Les classes de fin de primaire (cycle trois) sont de loin les plus nombreuses à avoir répondu au
Label : elles représentent les trois-quarts de l’échantillon total.
■ Le Label déborde les frontières nationales et intéresse des écoles francophones, qui viennent y dé-
poser leurs projets.
■ Un quart des écoles inscrites en 2008 se sont réinscrites en 2009. Ces écoles ont significativement
plus d’usages que la moyenne.

Des pratiques diversifiées


■ L’ensemble des thèmes proposés parle aux écoles : un établissement scolaire sur
deux déclare conduire des actions dans les cinq thèmes du questionnaire. Les
projets reflètent une grande variété dans la prise en compte d’Internet : une
école sur 10 a fourni plus de 20 projets ; toutefois 40% d’entre elles n’ont pas
repéré d’actions à décrire.
■ Les usages d’ordre pédagogique l’emportent sur les usages administratifs et
sociaux en quantité, et sans doute en degré d’importance pour ceux qui en
font part ; ils sont deux à trois fois plus présents que les initiatives qui relèvent
de la vie scolaire et de la communication. La motivation principale pour déve-
lopper la prise en compte d’Internet dans le cadre scolaire, ce sont bien les
élèves.

Les thèmes de la consultation 2009


1 - Des élèves branchés ?
2 - Des enseignants connectés ?
3 - Une communauté interactive ?
4 - Une école numérique ?
5 - Un réseau de partenaires ?
Doc Ecole:Layout 2 12/11/09 17:17 Page 3

Le poids limité de l’équipement sur les usages


■ On note une grande disparité dans l’équipement des écoles, avec 14% d’écoles
disposant d’un ordinateur connecté pour moins de 5 élèves, et 20% pour plus
de 20 élèves.
■ Les usages scolaires d’Internet ne dépendent qu’en partie des équipements
dont dispose l’école. S’il faut bien-sûr des ordinateurs connectés pour qu’il y ait
usage, leur présence ne conduit pas nécessairement au développement ou à la
diversité des projets. Ainsi une école peu équipée est susceptible de conduire
moins de projets, ou des projets plus modestes, mais pas moins riches pour les
élèves ou pour la communauté scolaire. C’est en particulier le cas pour les
écoles rurales et les écoles de villes ayant signé des contrats urbains de cohé-
sion sociale.
■ Le plus important pour le développement des actions n’est pas le volume de
l’équipement, mais la volonté politique. Ce constat est particulièrement clair
dans les villes labellisées Villes Internet, sachant que nous ne disposons pas
d’éléments dans le cadre du Label pour juger de l’impact des actions conduites
par l’Éducation nationale.

Une maîtrise responsable des questions de sécurité


■ Les questions de sécurité face aux usages d’Internet représentent l’usage le
plus fréquemment évoqué dans les projets des écoles : plus de la moitié d’en-
tre elles déclarent conduire une action de sensibilisation aux risques et un quart
des projets y font référence.
■ Ces questions inquiètent moins les écoles qu’on ne pourrait le penser. Elles en
ont avant tout une vision positive et c’est sans doute ce qui les conduit à pri-
vilégier les actions d’éducation et de sensibilisation plutôt qu’une réponse uni-
quement technique.
■ La sensibilisation porte essentiellement sur les activités de communication des
jeunes et sur la recherche d’informations. Elle s’opère à travers des programmes
pédagogiques, le programme Vinz et Lou soutenu par le ministère de l’Éduca-
tion nationale en est le vecteur majeur. Les actions de prévention, la charte
d’usage en étant le symbole, sont souvent associées à la mise en place de dis-
positifs de sécurisation des accès.

La banalisation de la communication avec les familles


■ La relation électronique avec les familles est une pratique qui s’installe : six
écoles sur dix déclarent communiquer par Internet avec les parents ; elles uti-
lisent tous les supports possibles, du courriel à l’espace numérique de travail
(ENT). Toutefois, cette communication est plutôt à sens unique, de l’école vers
les parents.
■ Le préalable de l’équipement des familles ne semble pas entrer en ligne de
compte ; à l’inverse, on peut penser qu’une école dynamique dans le domaine
des TICE pourrait faciliter la démocratisation de l’outil.
Doc Ecole:Layout 2 12/11/09 17:17 Page 4

… Les écoles témoignent

L’accès hors ligne aux ressources numériques


L’utilisation des ressources numériques se banalise : sept écoles sur dix déclarent
utiliser des didacticiels, des services spécialisés, des jeux éducatifs, des usuels.
L’utilisation se passe le plus souvent dans les espaces institutionnels d’Internet vali-
dés par le système éducatif, et les écoles évitent la jungle d’Internet. Beaucoup ac-
cèdent aux ressources à travers une interface propre à l’établissement, l’intranet ou
le site de l’établissement, ou marginalement l’espace numérique de travail (ENT).

Une prise en compte progressive des prescriptions


■ La charte d’utilisation d’Internet est fortement présente dans les projets d’école
et fait l’objet de deux démarches complémentaires : une approche strictement ré-
glementaire et une approche pédagogique pour en faciliter son appropriation.
■ Les deux tiers des écoles déclarent avoir mis en place la gestion informatisée de
certains domaines, en particulier de la bibliothèque. La gestion des élèves, de la
classe ou de l’administration est moins souvent citée.
■ Peut-être précisément parce qu’il est obligatoire et déjà intégré dans la marche
de l’école, le Brevet Informatique et Internet (B2i) est peu mentionné dans les
projets. Lorsqu’il y figure explicitement, il est associé à la maîtrise d’Internet par
les élèves, à la place d’Internet dans le projet d’école, et marginalement à la com-
munication entre élèves et enseignants.

Des compétences et des champs d’action peu investis


■ Développer l’esprit critique des élèves dans leur usage d’Internet ne concerne
que 4% des projets. Cet objectif est alors lié à trois types de contextes : la sensi-
bilisation aux risques d’usage, la production d’informations, la recherche d’in-
formations.
■ Quand les écoles parlent de développement durable, elles envisagent deux as-
pects : la gestion des consommables d’une part, qui reste assez faiblement prise
en compte, et les projets pédagogiques à propos du développement durable réa-
lisés avec Internet.
■ Malgré la présence de cinq écoles qui hébergent une classe spécialisée dans l’ac-
cueil des enfants handicapés (CLIS), la prise en compte du handicap n’est men-
tionnée dans aucun projet déposé par les écoles. Quand elles développent des
projets Internet, ces écoles ne les lient pas à la question du handicap.