Vous êtes sur la page 1sur 92

La mort de l'Homme en tant qu'événement politique

Une analyse deleuzienne de la politique moderne
Tiensuu, Paul Aleksi
Philosophie sociale et morale
Université d'Helsinki
Mémoire pour le Master en
sciences sociales
Remerciements
À mon professeur David Jenkins, ui a accepté de diri!er cette recherche et ui
m'a apporté, par ses uestions et conseils, ainsi ue par son attitude positive et
encoura!eante, une aide précieuse"
À #a$ien %ham$on pour la relecture"
À mon ami Thi$ault Masset" &es discussions ue nous avons menées étaient pré'
cieuses" À ce propos, (e veu) aussi remercier *hislain et M+riam d'avoir lu uel'
ues'uns de mes premiers plans"
À David &apou(ade, !r,ce - ui ('ai pu me mettre - travailler sur ce mémoire"
À mes parents, ui m'ont laissé devenir ce ue (e suis"
À mon fr.re, ui écoute mes idées et m'aide en mathématiue"
À ma s/ur, ui m'encoura!e tou(ours"
À ma famille" À Maire, ui s'est ré(ouie avec moi lors des $ons moments, et m'a
soutenu dans les temps difficiles" À #reia'0ofia, pour ui (e ne peu) u'1tre coura'
!eu)" À 2elson, - Pullero, et - Moko ui nous manue"
Table des matières
3 4ntroduction"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""3
5 6eprésentation et s+stématisation ou l'approche théoriue"""""""""""""""""""""""""""""""""7
5"3&'épistém. moderne""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""8
5"3"3&es finitudes de l'Homme"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""8
5"3"50i!ne, identité et élément de la représentation"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""9
5"3":&'Homme en tant ue concept en !énéral"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""33
5"5&a différent;ciation au lieu de la différence en concept""""""""""""""""""""""""""""""""3:
5":&a production désirante au lieu du $esoin et du manue"""""""""""""""""""""""""""""37
5":"3<esoin et manue"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""37
5":"5Production désirante"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""5=
5":"5"3&e décoda!e et la déterritorialisation""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""53
5":"5"5Devenir""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""5>
5">&a mécaniue de la représentation"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""5?
: *énéalo!ie de la mort""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""59
:"3&a !énéalo!ie de la morale selon 2iet@sche"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""59
:"5&es racines idéolo!iues de la société sécularisée"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""::
:"5"3&'hérita!e reli!ieu) de la société sécularisée""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""":>
:"5"5&a reli!iosité de la représentation rationnelle capitaliste""""""""""""""""""""""":7
:":&es médiatisations universelles""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""":8
:":"3&'ar!ent et la force de travail""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""">=
:":"5&'opinion commune"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""">:
:">&'histoire matérielle des idéolo!ies""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""">7
:"A6ésumé B l'idéolo!ie et l'ordre économiue dans la li$erté conceptuelle"""""">9
> &e cito+en Com$i ou l'anal+se concr.te de la condition moderne""""""""""""""""""""""A3
>"3&'ontolo!ie de la mort"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""A:
>"5&e @om$i travailleur"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""AA
>":&e @om$i consommateur"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""73
>">&e @om$i travailleur'consommateur""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""7>
>"A0écurité et réaction contre la DpostEmodernité"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""78
A 6eprésentation capitaliste et démocratiue"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""?3
A"3&a représentation capitaliste selon Deleu@e""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""?3
A"3"3Développement""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""?3
A"3"56ésumé théoriue""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""?>
A"5&a représentation démocratiue"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""?A
7 %onclusion B le s+st.me et l'ori!ine de la mort"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""?7
? Un post'scriptum non'scientifiue""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""83
<i$lio!raphie"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""8A
3
1 Introduction
La mort de l'Homme en tant que question philosophique se situe dans le même fil que la mort
de Dieu dont parla Nietzsche. Avec l'émergence de l'Homme – l'individualisation des êtres et
l'universalisation de l'humanité – Dieu est mort mais comme l'Homme a mis fin ! Dieu "oucault
dit que # l'homme est fini $ et qu'on le sait
%
. &e discours se poursuit quand Derrida parle du pas'
sage des # fins de l'homme $ ! l'animal non'humain
(
et quand Deleuze affirme dans l'esprit de
"oucault qu'en rapport ! sa finitude l'homme est mort
)
. L'Homme – en ma*uscule pour clarifier
qu'il s'agit de l'Homme en général et de son concept – est mort au sens de # devenir mort $. &ela
veut dire que les limites de l'Homme ou la finitude qu'il porte en lui le rendent # mort $ dans des
limites conceptuelles puisqu'il s'enferme dans un concept figé et également en dehors de ces li'
mites puisque le devenir en tant que # passage des fronti+res $ est interdit comme mode de la
vie
,
.
Dans ce discours la mort et les fins de l'Homme sont traitées dans un champ épistémologique.
L'intérêt ici est de reprendre la mort de l'Homme dans le champ politique. -l s'agit d'un travail
matérialiste mais nullement au sens mar.iste de la dialectique car selon cette recherche la dia'
lectique matérialiste n'est pas proprement matérialiste. Le mar.isme n'essaie pas simplement de
comprendre les événements historiques conditionnés mais aussi comme /artre l'affirme de les
réduire tou*ours ! la grande dialectique des formes universelles et des classes sociales
0
. 1eut'être
le # matérialisme $ comme il porte la marque # isme $ de la dogmatique n'est'il pas approprié
pour cette approche non plus. Le # matérialisme $ ici compris se veut non'propagandiste non'i'
déaliste et non'moraliste 2 il se distingue de toute primauté des idées contemporaines et em3rasse
la vue que les idées suivent des points de vue construits dans des rapports de forces particuliers
historiques et contingents. -l refuse tout o3*ectivisme et soi'disant réalisme de la représentation et
accepte l'ar3itraire corporel de la pensée.
La recherche de la mort dans des s4st+mes fermés repose partiellement sur un principe simple
et convaincant 2 au'dedans d'un s4st+me tout est déterminé de fa5on que tout ce qui peut se pas'
ser se passe et se passe selon les r+gles du s4st+me. &'est tout ! fait clair en ph4sique 2 si l'on a
% "oucault %6778(99: p. )(,.
( Derrida (997 p. %:.
) Deleuze %6;78(99, p.%);.
, /ur le # devenir $ voir le chapitre prochain.
0 /artre %679.
5
un champ suffisamment petit et suffisamment contr<la3le pour pouvoir l'encadrer et l'isoler les
rapports des composants de l'o3*et sont déterminés du moins appro.imativement. &ela est encore
plus clair en logique 2 si l'on a un champ fermé avec ses composants on peut déterminer dans ce
champ tout ce qui suit la logique de ce champ. =n revanche on ne pourrait pas comprendre l'uni'
vers selon une logique formelle qui détermine la réalité s4stématiquement. >n champ aussi grand
est chaotique parce qu'il comporte nécessairement trop de possi3ilités et de phénom+nes acciden'
tels. Alors s'il 4 a une logique du monde c'est nécessairement une logique d4namique une logi'
que du changement. Le monde n'est pas un champ fermé or la logique formelle ne peut
comprendre que des s4st+mes fermés. &'est la d4namique du monde qui détermine la logique d'un
champ fermé et non l'inverse. -l en est de même si l'on consid+re le champ social 2 dans d'un
s4st+me donné tout est calcula3le tout passe par la logique du s4st+me. De l'accidentel ou du
hasard ne peut provenir que du dehors du s4st+me 2 ?%@ de l'e.térieur direct du s4st+me c'est !
dire de ce qui est exclu de la dimension du s4st+me comme par e.emple les autres s4st+mes A ?(@
de l'e.térieur interne du s4st+me ! savoir les points ar3itraires du s4st+me et les minorités ?ce qui
n'est pas compris par le s4st+me au sens oB le s4st+me ne l'entend pas@. -l s'ensuit que plus un
s4st+me peut incorporer de populations et leur faire une place moins il 4 a d'ar3itraire et de
hasard donc moins il 4 a de vie. 1ourtant la d4namique qui ne suit pas cette logique détermine
cette logique 2 les s4st+mes sociau. ne se construisent sur rien ils sont composés dans la
d4namique sociale.
1our comprendre les phénom+nes du s4st+me il faut donc e.aminer sa logique interne. &e tra'
vail'ci n'est pas un travail économique ou sociologique mais une recherche philosophique. La so'
ciologie l'économie et la science politique nous apprennent ce qui se passe dans le s4st+me mais
il faut le prendre pour l'empirique du s4st+me et non pour sa logique. &'est un savoir tr+s utile
qu'il faut utiliser pour lier la recherche philosophique au monde actuel – si l'on n'utilise pas les
sciences on ne peut que spéculer sans aucun savoir ou faire une sorte d'anal4se logique inutile
dégagée de toute pratique. &ependant ce savoir reste superficiel au sens oB il reste dans la lo'
gique du s4st+me et ne l'e.plique pas. -l faut essa4er de penser la d4namique qui cause ce qui a
lieu et ce qui est pensé au'dedans du s4st+me. Cichel /erres dit que la philosophie pense ce que
la science n'ose ou ne peut pas penser
7
. Duant ! eu. Deleuze et Euattari distinguent la philoso'
phie de la science en affirmant que la science invente des fonctions tandis que la philosophie
7 FGhGmGHi %66: p. (;%.
:
crée des concepts
:
. /i les fonctions sont des phénom+nes marqués dans un s4st+me agencé alors
la science définit des fonctions s4stémiques dans un agencement connu. Au contraire le r<le de la
philosophie pourrait être de repenser l'agencement dans son fonctionnement glo3al. Iutre son
r<le d'anal4ser la logique des arguments scientifiques selon les r+gles acceptées la philosophie
peut et doit avoir un r<le créateur en inventant de nouvelles fa5ons qui ne soient pas dé*! inscrites
dans l'approche scientifique. La philosophie devrait utiliser l'information que les sciences
empiriques donnent du s4st+me dominant et de son histoire et 4 regarder afin de découvrir la
d4namique inaper5ue de cette histoire qui reste impensée et doter ensuite ces sciences de
nouvelles perspectives.
Jien que ce ne soient pas les représentations les formes molaires et les idées communes so'
ciales qui construisent l'espace social au premier chef néanmoins les phénom+nes sociau.
comme ils sont aperçus sont la premi+re réalité empirique 2 ils forment la réalité effective et les
modes d'action pour ceu. qui vivent ces représentations. &'est pour cela que cette recherche
concerne tant de formations molaires 2 c'est une recherche matérialiste qui concerne la d4namique
actuelle et concr+te que l'on peut percevoir comme inaper5ue dans la perception même de l'aper'
5u formel. De même une 3onne partie des e.emples ne sont pas utilisés pour argumenter le su*et
mais pour témoigner de l'e.istence d'un phénom+ne A en ce cas l'intérêt n'est souvent pas dans
leur différence de détail mais dans ce qu'ils partagent pour l'essentiel ! savoir le sch+me de pen'
sée général dont ils témoignent
;
.
Duels sont ces phénom+nes K -l est 3ien connu que la mondialisation n'a pas effectué seule'
ment de l'échange informatique entre les quatre coins du monde mais qu'elle a aussi réussi ! mon'
dialiser un s4st+me ! savoir la démocratie capitaliste moderne. =n même temps que l'e.pansion
de ce s4st+me une division mondiale du travail s'est accomplie des propriétés ont été centrali'
sées au. mains de quelques grandes entreprises la circulation de l'argent a médiatisé la produc'
tion matérielle l'e.périence est devenue virtuelle etc. &e sont évidemment et peut'être nécessai'
rement des résultats de ce s4st+me. Les changements et propositions faits par les économistes et
politiciens changent peu. =n fait on pourrait même dire que tout ce qui est fait simplement suit la
logique même du s4st+me que l'on essaie de changer A ainsi 3on gré mal gré C. "riedman doit
accepter que le seul capitalisme moderne soit celui qui e.iste
6
.
: Deleuze et Euattari %66%.
; 1ar sch+me général est ici entendu particuli+rement la fa5on dont on pense le su*et qui norme le discours. 1our le
concept de # sch+me $ regarder par e.emple Descola (990 p. %,6'%07.
6 "riedman %67(. -l oppose fortement le capitalisme comme il e.iste en valorisant le capitalisme idéal qui n'e.iste
>
-l 4 a une logique et une épistém+ propres au s4st+me social moderne. La compréhension des
événements dans ce s4st+me peut être améliorée par la recherche de son rapport ! l'épistém+ mo'
derne et dans celle'ci particuli+rement le concept de mort de l'Homme. ErLce ! cette perspective
on peut schématiser ce que peut être une réponse profonde ! une question qui peut être une des
plus importantes de notre temps 2 s'il est vrai comme "riedman l'affirme que le capitalisme et la
démocratie modernes sont liés l'un ! l'autre et réalisent le mieu. la volonté des gens pourquoi le
résultat de notre volonté ne sem3le't'il pas la manifesterK 1ourquoi la vie n'est'elle pas comme on
veut apr+s tout K
Deleuze et Euattari ont partiellement répondu ! cette question dans L'Anti-Œdipe. Néanmoins
ce traité est tr+s théorique et am3igu. De plus il ne concerne pas directement la société capitaliste
postérieure au. années soi.ante'di.. 1our ces raisons il reste ! poser cette question plus e.plicite'
ment en rapport avec la société contemporaine. =n fait la philosophie de Deleuze reste ! ce *our
peu utilisée sérieusement en philosophie politique. Lorsque la philosophie deleuzienne est utili'
sée il sem3le qu'on ne fasse souvent qu'associer des concepts de Deleuze ! une quelconque autre
recherche en ne donnant rien de nouveau ! cette derni+re A en ce cas on peut se demander la va'
leur de la philosophie deleuzienne pour cette philosophie politique. -l faut regarder courageuse'
ment ce que la philosophie de Deleuze peut vraiment apporter au champ politique et ! cette fin il
faut partir de sa philosophie comme compréhension du monde sans essa4er de l'accommoder !
ce qui est dé*! pensé du monde ou de la politique A autrement on ne trouvera rien d'intéressant ou
de nouveau. Dans cette recherche le travail clinique
%9
de Deleuze et Euattari sera pour la plupart
utilisé pour la logique du capitalisme et associé ! l'histoire concr+te pour comprendre des pro'
3l+mes de la société moderne et pour pouvoir créer une critique adéquate de la condition moderne
– pour résoudre des pro3l+mes il faudrait peut'être quelque'chose d'autre mais ce n'est pas le 3ut
de ce travail'ci.
Deleuze ne parle pas directement de la mort de l'Homme comme d'un événement politique. In
entend deu. sens de la # mort $ dont il parle 2 la mort de l'Homme comme finitude de l'épistém+
moderne et l'instinct de mort comme la mortification du désir au niveau individuel. -l discute le
premier sens dans Foucault le dernier dans Diffrence et rptition et plus important dans L'An-
ti-Œdipe et !ille plateaux avec "éli. Euattari. Le désir étant une notion de la vie sociale et poli'
pas.
%9 /i3ertin'Jlanc définit la # clinique $ deleuzienne comme la # description s4mptomale des # modes d'e.is'
tence $ $ ?/i3ertin'Jlanc (997 p. (@.
A
tique ce sens a tout ! voir avec la politique. Meste ! e.aminer comment la mort en ce sens e.iste
dans la politique moderne et ! démontrer qu'elle est liée ! la mort de l'Homme en tant qu'épisté'
m+. 1arce que Deleuze définit l'instinct de mort comme lNinstinct de détermination des conditions
de vie lié au désir des images
%%
il n'est pas osé de l'associer d'une part ! la s4stématisation qui
est un grand événement de la politique moderne et d'autre part ! la représentation qui est un ca'
ract+re central de l'épistém+ moderne
%(
. Ainsi une raison profonde de 3eaucoup de pro3l+mes po'
litiques modernes peut être localisée dans l'événement de la mort de l'Homme en tant que la vie
s4stématisée dans la politique de la volonté de la ma*orité représentée. 1arce que le su*et n'est pas
encore connu la tLche présente ne peut pas être de trouver des solutions mais seulement de dé'
montrer l'e.istence de ce phénom+ne puis de l'e.aminer. -l se peut que ce ne soit pas le r<le de la
philosophie que de trouver des solutions mais elle peut dégager une nouvelle perspective sur le
pro3l+me qui permette de le résoudre.
&'est pourquoi le prochain chapitre est t"orique et consiste ! montrer comment le phéno'
m+ne peut e.ister en théorie A le chapitre troisi+me sera "istorique et consistera ! démontrer qu'il
e.iste historiquement et qu'il 4 a un rapport historique entre la politique et l'épistém+ A le chapitre
quatri+me traitera de son e.istence concr#te dans la société contemporaine A le chapitre cin'
qui+me sera le rsum théorique qui rend compte du concret social e.aminé dans cette
recherche A le chapitre si.i+me sera la conclusion A le chapitre septi+me ou$rira une piste pour
d'éventuelles solutions au pro3l+me.
Negri s'est demandé comment il se fait qu'on ne voit pas que la métaph4sique est la seule
forme pratica3le de la politique ici en ce si+cle ?OO
e
@ et a dit qu'il fallait suivre l'histoire de la
métaph4sique pour changer la politique
%)
. De même il est évident que l'épistémologie est poli'
tique. -l est indu3ita3le que la fa5on dont on pense affecte le rapport que l'on forme au monde
qui ! son tour affecte la fa5on ! partir de laquelle on forme la société et donc affecte la politique.
In peut donc supposer que l'épistém+ humaine a affecté les domaines sociau. modernes tels que
la politique l'économie et le droit modernes puisque ces s4st+mes sont humains et puisque
l'Homme est un produit de ces conditions
%,
. &e n'est pas l! prétendre qu'il n'4 ait pas eu d'hommes
en tant qu'animau. avant le OF---
e
si+cle ni que le mot # homme $ ne soit dé*! apparu – il est
%% Deleuze et Euattari %6:( p. ,9(',9,.
%( Foir le chapitre prochain.
%) -n Negri Antonio L'anomalia sel$aggia et # Note sulla storia del politico in Pronti $ cité in Candarini et Posca'
no (99: p. %'( %%.
%, # Poute forme est un composé de rapports de forces $ ?Deleuze %6;78(99, p. %)%@.
7
3ien connu que ce mot apparut au Co4en'Qge et est d'origine latine. /eulement on peut affirmer
que l'Homme au sens et selon l'utilisation modernes du mot est une invention moderne.
Meprenons les mots de "oucault 2
# Avant la fin du OF---
e
si+cle l'"omme n'e.istait pas. Non plus que la puissance de la vie la
fécondité du travail ou l'épaisseur historique du langage. &'est une toute récente créature que
la démiurgie du savoir a fa3riquée de ses mainsR. AvantS il n'4 avait pas de conscience épisté'
mologique de l'homme comme tel. L'pistm# classique s'articule selon des lignes qui n'isolent
en aucune mani+re un domaine propre et spécifique de l'homme. $
%0
&'est ce que cette derni+re phrase rév+le de l'épistém+ moderne qui compte le plus ici 2 l'e.is'
tence d'un domaine propre et spécifique de l'homme – et la généralisation de l'Homme dans ce
domaine. &e domaine proprement humain a surgi en même temps que la politique moderne et lui
est contemporain. Ne pouvons'nous pas parler d'un domaine politique de l'Homme K
Canifestement il 4 a des caract+res de l'épistém+ moderne que l'on peut trouver dans le s4s'
t+me social et politique ou qui logiquement devraient l'influencer. In peut notamment mention'
ner l'atomisation la représentation et la rationalisation comme de tels caract+res.
%7
La rationalisa'
tion est fortement liée ! la s4stématisation avec laquelle est entendue l'intention ou la tendance !
inclure tout dans le s4st+me *usqu'! ce que rien n'en soit e.clu et que tout soit conduit rationnel '
lement selon les r+gles du s4st+me. La représentation est aussi essentielle ! la modernité et né'
cessaire pour une telle rationalisation puisque comme il sera argumenté les phénom+nes de l'e.'
périence sont trop changeants et chaotiques et que la s4stématisation compl+te est impossi3le
sans représentation
%:
.
2 Représentation et systématisation ou l'approche théorique
Lorsque l'intérêt est dans le rapport de l'épistém+ ! la vie sociale et politique il faut retourner !
la compréhension de la différence. &'est particuli+rement le cas si l'on consid+re la démocratie
qui est censée être le régime politique oB tous sont égau. dans la société sans que personne ne la
domine. Le rapport ! l'autre est essentiel pour la compréhension de l'égalité et la compréhension
de la différence est essentielle pour former le rapport ! l'autre. Dans ce chapitre'ci diverses ma'
ni+res de faire la différence seront considérées apr+s avoir discuté de quelques concepts centrau..
1uisque la mort de l'Homme est comprise en tant qu'événement il faut comprendre ce qu'est
%0 "oucault %677 p. )%6')(9 souligné par l'auteur.
%7 %&id.
%: %&id' cf. chapitre ---.
?
l'événement. Deleuze a scruté ce su*et en détail mais selon l'e.plication 3r+ve de /asso
%;
il
définit l'événement comme 2 ?%@ # non pas ce qui arrive ?l'accident@ mais la part éternelle et
ineffectua3le de tout ce qui arrive $ non ce qui passe mais son passage. -l ne s'agit certes pas
d'une part universelle que tout ce qui arrive partage mais d'un événement singulier ou d'un
# ensem3le de singularités $. =n tant que tel un événement est plut<t ce qui donne la singularité
et l'identité ! une situation. >n accident n'est différencia3le d'un autre que par l'événement dans
lequel il a lieu. &omme c'est l'événement qui différencie un accident # c'est une # individuation
sans su*et $ et donc impersonnelle. &omme l'événement est le passage de ce qui se passe
Deleuze préf+re l'e.primer par l'infinitif ver3al2 l'être est mieu. décrit comme un devenir de ce
qui se passe que comme ce qui devient. Ainsi l'événement est compris comme ?(@ la division et
la réunion de l'Ttre A Ttre comme Uvénement unique qui se su3divise en # événements divers $
mais qui également les réunit de même que # le # ver3e infinitif $ e.prime # dans le langage tous
les événements en un $ $ car les événements singuliers arrivent seulement par leur
communication dans leur Uvénement total. ?)@ L'événement est aussi compris d'une fa5on
éthique comme penser accepter et dire l'uni$ocit de l'être comme actualiser l'événement qui
ensuite devient conceptuel. &e dernier sens de l'événement correspond ! la philosophie en tant
qu'événement la philosophie qui dit l'événement et le conceptualise. Le sens qui importe le plus !
ce propos est surtout le deu.i+me.
1ar événement politique on comprend un événement dans lequel s'est dit ce qui se passe dans
la politique. # Courir $ est un infinitif ver3al qui pour Deleuze dit que l'on ne meurt *amais mais
qu'on va mourir ou vient de mourir. 1ourtant il s'agit l! plut<t de l'événement singulier qu'est la
mort d'un homme. Dans cette recherche la mort est considérée en tant que l'événement qui effec'
tue l'agencement d'être politique. &ertes il faut le comprendre également au sens de l'action ou
du devenir 2 comme action mortif+re qui amoindrit la vie. Duant ! la vie pour l'activité vivante
il faut de l'action spontanée qui n'est pas s4stématique. 1ourtant le monde inorganique est
particuli+rement spontané algorithmique et non compl+tement s4stématique. =n 3iologie on dit
qu'un organisme vivant en est distingué quand il se reproduit évolue et s'auto'organise. Le
monde est un chaos qui tou*ours s'approche de l'équili3re. Avec l'auto'organisation la vie rompt
la régularité du chaos.
%6
Dans le conte.te de l'activité sociale la définition 3iologique ou
ph4sique n'est peut'être pas la plus importante. &ertes on peut dire que l'activité politique vivante
%; /asso Mo3ert 2# Uvénement ?pur@ $. -n /asso et Fillani (99). Les citations dans ce paragraphe sont tirées de cet
article.
%6 /chrVdinger =rWin %6,, 2 ("at is life) t"e *"ysical Aspect of t"e Li$ing +ell' &am3ridge >niversit4 1ress >X.
8
affecte l'ordre environnant en 4 imposant un nouvel ordre A une décision politique rompt
nécessairement la régularité calcula3le de l'ordre social autour de lui et ainsi le rend plus vivant –
3ien qu'il faille noter que ph4siquement la tendance vivante de ré'ordonner le monde surgit du
désordre du monde. =n 3ref on ne s'ha3itue pas simplement au. conditions mais on en fait un
ha3itat. >n vivant impose sa perspective au monde autour de lui et forme un monde nouveau. In
répond au. stimulations mais également on essaie de stimuler d'affecter. 1lus encore on veut
affecter car l'action vivante est volontaire au sens de désirée 2 l'activité vivante manifeste des
désirs.
/i la mort est un événement qui effectue un agencement mortif+re c'est parce qu'elle annéantit
le désir. &'est dire que l'agencement de la vie politique rend # morte $ l'activité désirante. Le pro'
pos sur la politique sera repris dans les chapitres suivants. -l suffit maintenant qu'on en
comprenne ?%@ l'activité concernant les affaires de la communauté A ?(@ l'agencement selon lequel
cette activité a lieu A )@ la rencontre des perspectives qui forment cet agencement. Dans ce
chapitre'ci sera vu comment en théorie la mort peut être installée dans le désir. -l faut pour cela
e.aminer les concepts les plus importants de l'épistém+ moderne puis passer par'del! cette
épistém+ pour la comprendre mieu..
2.1 L'épistémè moderne
2.1.1 Les initudes de l'Homme
ErLce au travail de "oucault on connaYt 3ien l'histoire épistémologique de la modernité. Le
sens épistémologique le plus important de la mort de Dieu est qu'il n'4 a plus d'entité infinie. Dieu
était *adis la vérité infinie indiscerna3le dont tout autre être n'était qu'une limitation. L'Homme
était défini comme limitation de Dieu. Les connaissances aussi étaient nécessairement limitées
par rapport ! la vérité éternelle et infinie A elles en s'approchaient et étaient plus ou moins véri'
ta3les selon le niveau avec lequel elles lui ressem3laient. Dieu était au centre de l'épistém+. Ainsi
au centre du s4st+me du savoir était ce que l'on essa4ait de savoir.
D+s que l'on n'a plus fondé le savoir sur le monde a3solu et o3*ectif de Dieu on n'a plus pu
fonder le s4st+me du savoir sur son o3*et. L'homme au centre de l'épistém+ est la partie qui
poss+de le savoir ce qui essaie de savoir. Ainsi puisque le savoir n'est plus épistémologiquement
fondé sur le monde que l'on essaie de connaYtre il n'4 a plus de formes nécessaires des o3*ets. -l
faut les distinguer de l'e.périence A il faut créer des formes et les distinguer les unes des autres.
9
Ainsi il faut les représenter de telle fa5on quNelles soient nettement discernées les unes des
autres afin de leur donner la définition s4stématique appropriée et définitive. De cette fa5on les
o3*ets seraient définis dans le s4st+me du savoir par leur finitude. Antérieurement les o3*ets du
savoir étaient rapprochés indéfiniment des o3*ets réels. /ans infinité # les forces dans l'homme
entrent en rapport avec de nouvelles forces du dehors qui sont des forces de finitude $ et la
finitude est découverte partout
(9
. &omme /chZrmann le montre le s4st+me de Duns /cot ?la
logique médiévale@ est l'ordre des entités qui re5oivent leur co"sion de Dieu tandis que celui de
Lei3niz ?la logique classique ou moderne@ est l'ordre des propositions qui re5oivent leur
co"rence de la su3*ectivité humaine
(%
. La fa5on moderne de comprendre une chose est de
l'encadrer de la définir par termes que l'on 4 met et ainsi de la séparer des autres o3*ets
((
. Ainsi
le s4st+me moderne du savoir se constitue comme un réseau de signes qui se détachent les uns
des autres pour représenter le monde s4stématiquement. La r+gle du savoir consiste ! construire
la représentation la plus s4stématique et précise possi3le. Pou*ours mieu. discerner les parties les
unes des autres et les organiser de fa5on s4stématique. L'apparition de l'Homme a causé sa propre
mort # de trois mani+res au moins $ 2 ?%@ avec la mort de Dieu l'Homme perd la place qui lui était
propre dans le monde de Dieu infini A ?(@ ensuite il ne s'est plus constitué # que dans les plis de la
finitude $ il a donc mis la mort dans lui'même A ?)@ ! cause de son épistém+ il # n'e.iste qu'!
travers la dissémination des plans d'organisation de la vie $
()
.
2.1.2 !i"ne# identité et élément de la représentation
&e qui était fondamental pour l'épistém+ classique f[t que # la mise en ordre par le mo4en des
signes constitue tous les savoirs empiriques comme savoirs de l'identité et de la différence $. Le
signe d'une chose est aussi 3ien son identité et son apparence A une chose apparaYt lors qu'elle est
distincte lors que son signe n'a pas d'identité avec les autres signes
(,
. Dans la modernité ?depuis
O-O
e
si+cle@ on a pensé plut<t en termes de signification que de représentation non que l'on ait
a3andonné le s4st+me représentatif mais seulement parce que sa nature de simulacre s'est
clarifié. Le rapport entre le signifiant et le signifié et # le primat de l'identité $ qui # définit le
monde de la représentation $ gardent leur importance pour la modernité dont la pensée selon
(9 Deleuze %6;78(99, p %),.
(% /chZrmann %6;: \ %0.
(( L'orientation technicienne selon Heidegger ?%6::@.
() Deleuze %6;78(99, p. %);. &es trois morts seront vues plus en détail durant ce chapitre'ci.
(, "oucault %6778(99: p. 76':%.
3=
Deleuze # naYt de la faillite de la représentation $
(0
. La faillite de la représentation ne résulte pas
du changement de l'épistém+ mais du fait qu'on l'a poussé ! la limite – ceci deviendra plus clair
au cours de ce chapitre'ci. -l suffit pour le moment de montrer que la représentation e.iste dans la
signification.
Le signe représentatif est par nature dou3le la Logique de *ort-,oyal est tr+s éclairante ! ce
su*et 2 # le signe enferme deu. idées l'une de la chose qui représente l'autre de la chose représen'
tée $
(7
. >ne perception en soi n'est pas un signe. 1our qu'elle devienne un signe il faut un
dédou3lement de l'idée signifiante A c'est'!'dire que l'élément signifiant représente ce qu'est
signifié et que la représentation # se trouve représentée en lui $. &'est un dou3le mouvement de la
représentation nécessaire pour toute représentation 2 # quand on ne regarde un certain o3*et que
comme en représentant un autre l'idée qu'on en a est une idée de signe et ce premier o3*et
s'appelle signe $
(:
. Dans cette signification le signifié est représenté dans le signe qui le
représente dont le signifiant est tout ! fait transparent A c'est ! dire qu'il n'a pour contenu que ce
qu'il représente ! savoir le signifié qui quant ! lui n'e.iste que comme sa représentation c'est'!'
dire comme signifié par la langue. &ette liaison qui nécessairement e.iste dans tous les signes
est l'élément de la représentation.
1arce que l'élément de la représentation qui lie le signifiant au signifié est nécessaire pour
qu'il 4 ait un signe tous les s4st+mes de signification sont représentatifs.
(;
Les o3*ets ou les
phénom+nes sont ordonnés dans un s4st+me représentatif selon les rapports de leurs
représentations. Le signe signifie le contenu d'un o3*et mais en tant que tel ce contenu n'est qu'un
contenu dé*! médiatisé et interprété. =n effet la pluralité des phénom+nes o3*ectifs est
ar3itrairement divisée sous des concepts différents qui décrivent les caract+res élémentaires
d'apr+s lesquels ces phénom+nes sont spécifiés. L'élément de la représentation spécifie un o3*et
mais c'est un o3*et de la réalité seulement en tant qu'o3*et artificiel et a3strait d'un s4st+me
représentatif ou significatif. -l est néanmoins pris pour la vérité même des o3*ets ou les o3*ets
su3sumés sous le concept sont pris pour représentatifs de ce concept représenté. Dans le concept
la représentation a son identité ou une essence qui est pourtant encore relativement vide et
indéfinie et qui ne sera définie que par opposition
(6
. L'opposition est la différence contradictoire
(0 Deleuze %67; p. %.
(7 Logique de *ort-,oyal -
re
partie chap. -F cité dans "oucault %6778(99: p. :;.
(: %&id'
(; &f. "oucault %6778(99: p. ;% oB il dit également que cette conséquence du s4st+me de la représentation
# s'étend *usqu'! nous $ et donc n'est pas a3andonnée du s4st+me de la signification.
(6 Deleuze %67; p. ,,',: A # &e fut peut'être le tort de la philosophie de la différence R...S d'avoir confondu le
33
dans le concept. Ainsi logiquement dans le concept l'identité est définie en termes de A et - ce
dernier manifestant la plus grande différence ! A c'est'!'dire non-A A étant désormais aussi
défini par son opposition essentielle ! -. &e concept de diffrence conceptuelle est présent dans la
démocratie moderne. L'égalité universelle n'advient pas sans l'identité dans le concept partagée
par tous les égau.. 1ar e.emple en tant que cito4ens nous faisons partie de la même égalisation
par distri3ution et avons quelques droits en commun puisque nous partageons quelques
caract+res notamment la même nationalité par opposition au. autres ! ceu. qui ne sont pas
cito4ens. Dans une mesure plus générale nous sommes censés être égau. comme hommes a4ant
des droits d'hommes par opposition au. animau. non'humains. 1our une telle égalité entre su*ets
il faut postuler ?%@ certains caract+res ?humains@ communs ! tous les su*ets et ?(@ un concept
général de la su3*ectivité ! laquelle ces caract+res sont attri3ua3les. =n ce sens l'égalité entre
su*ets suppose un Coi universel et a3strait mais qui néanmoins est un certain Coi avec quelques
présupposés et qui implique dé*! lNidentité et la différence dans le concept.
)9
2.1.$ L'Homme en tant que concept en "énéral
L'homme *oue le r<le central dans le monde puisque le monde est compris par la
représentation et que c'est l'homme qui peut le représenter 2 il sait nommer et est distingué des
autres êtres par cette capacité A # dans l'acte de nommer la nature humaine comme pli de la
représentation sur elle'même transforme la suite linéaire des pensées en une ta3le constante
d'êtres partiellement différents $.
)%
] la place de Dieu c'est donc l'Homme qui est au centre du
savoir. =n même temps il 4 a de plus en plus de savoir concernant cet être humain qui est aussi
distingué et défini dans son concept. "oucault encore a montré comment on a voulu savoir tout de
l'homme en soi le discerner dans ses états pathologiques et normau.
)(
. =n théorie depuis
l'invention de l'évolution l'homme est compté parmi les êtres de la # nature $ mais réellement
comme Derrida l'a démontré et cela depuis la Ji3le on a pensé que Dieu # a crée l'homme ! sa
ressem3lance pour que l'homme assu.ettisse/ dompte/ domine/ dresse ou domestique les animau.
nés avant lui $
))
. &ette idée que l'homme est un cas spécial et central pour le monde reste encore
concept de la différence avec une différence simplement conceptuelle en se contentant d'inscrire la différence
dans le concept général $ ?%&id. p. ,%.@
)9 1our plus de détail en ce qui concerne la théorie voir op' cit'/ p. (;7'(6).
)% "oucault %6778(99: p. )(9.
)( "oucault %6:7. Ugalement &anguilhem %677 A Davidson (990 p. %%)'%%:. Le mot # normal $ a été pour la pre'
mi+re fois utilisé pour décrire les états du corps ou de l'esprit humain par Jlainville au dé3ut de O-O si+cle
?Xemppainen (99;@.
)) Derrida (997 p. )0 ?souligné par l'auteur@. Derrida remarque également que c'est l'homme et non pas la femme
qui nomme assu*ettit etc.
35
de nos *our comme la pensée ma*oritaire. Le cas le plus a3outi se trouve peut'être dans la
philosophie nommément chez Xant dont la révolution copernicienne a consisté ! faire tourner
l'>nivers autour de l'Homme. =n outre en politique il 4 a les droits de l'homme les dé3ats
économiques autour de la redistri3ution égale entre les hommes les classes sociales des hommes
etc. l'Homme est partout comme le centre du s4st+me représentatif.
1ar le concept d'Homme on entend deu. aspects de la modernité qui ont surgi avec l'Homme 2
?%@ la médiation vide ou a3straite soi'disant neutre qui ali+ne les o3*ets ?ou su*ets@ médiatisés en
les séparant de leurs actions et productionsA ?(@ l'a.iomatique normative qui recode la nature des
su*ets singuliers. La représentation en général passe par le # *e $ comme ce qui est commun !
tous les su*ets représentés et capa3les de représenter le monde par le sens commun
),
?s'il n'4 a pas
de sens commun il n'4 a pas de raison a3straite des différences locales@. Ainsi compris l'Homme
est le concept ! la 3ase de tout le s4st+me moderne démocratique'capitaliste.
=n tant que médiation a3straite l'Homme est le su*et moderne le su*et rationalisé qui prétend
transcender le monde qu'il per5oit. Lorsqu'il n'4 a que des êtres de la finitude qui construisent le
monde moderne ! savoir des représentations sans fondement l'ordre ne peut être affirmé que par
un dénominateur commun avec lequel les représentations entrent en rapport. Le su*et rationnel
a3strait ?de la société de la culture du corps...@ qui sauve le savoir # vrai $ chez Descartes ainsi
que le su*et universalisé qui fonde le savoir dans le s4st+me Hantien est l'Homme comme
dénominateur commun représentant l'humanité au centre du s4st+me représentatif. Le peuple en
tant que législateur représente tous les individus comme su*ets de droit dont le droit finalement
est d'o3éir ! la loi puisque c'est le résultat de leur propre pouvoir politique. =n fin de compte la
raison a3straite d'un su*et général définit ?et *ustifie@ le *uste et le droit.
)0
Les pouvoirs dans la
société sont médiatisés deu. fois 2 par le su*et général qui détermine la rationalité et accorde les
mo4ens d'agir et par les droits qui définissent les fa5ons d'agir.
1ourtant il faut 3ien être aussi un su*et du droit pour 3énéficier de la *ustice. N'importe quel
su*et ne sera pas reconnu comme su*et du droit. 1ar e.emple une vache tuée ! l'a3attoir n'est pas
légalement la victime d'un meurtre A un enfant n'a pas le droit de voter pour ses droits. &e sont des
cas limites mais utiles pour clarifier le su*et
)7
. In pourrait e.aminer d'autres cas moins clairs oB
), &f. Deleuze %67; p. %:;'%;9.
)0 Deleuze et Euattari %6;9 p. ,7,',7;.
)7 &'est l'idéologie naturaliste selon laquelle # la conscience de soi fait la su3*ectivité la su3*ectivité permet l'auto'
nomie morale l'autonomie morale fonde la responsa3ilité et la li3erté qui sont les attri3uts du su*et en tant qu'in'
dividu porteur de droits et de devoirs ! l'égard de la communauté de ses égau. $ et qui donc sépare l'homme de
3:
les su*ets ont plus de droits mais oB ils ne 3énéficient néanmoins pas de la *ustice. -l 4 a tou*ours
des médecins ps4chiatres policiers et politiciens qui *ugent la position *uridique du su*et.
):
L'Homme en tant que concept en général est une a3straction généralisée des résultats de la
recherche 3iologique médicale etc. &'est une construction tout ! fait artificielle de la société
moderne et il n'4 a pro3a3lement pas de su*et qui nNaurait pas de caract+res # non humains $.
);
L'Homme e.ige donc un s4st+me qui dit le 3ien et le mal c'est'!'dire ce que l'on doit et ne doit
pas être ?pour avoir des droits par e.emple@. =n même temps c'est un s4st+me qui prétend
n'avoir pour fondement que la nature humaine. L'Homme est donc un concept moral qui est pris
pour un concept naturel. ] l'époque moderne du progr+s de la finitude de l'être et de la naissance
de la nouveauté que l'Homme doit annoncer ?en tant que concept propre de la modernité@
l'Homme lui'même est mort en tant qu'un tel concept fi.e. -l est dé*! fini dé*! dépassé ?dans la
3iologie aussi 3ien que dans la société@ mais il continue d'e.ister conservé par le s4st+me.
)6
2.2 La diéren
t
%
c
iation au lieu de la diérence en concept
Dans la pensée moderne présentée plus haut la différence est entendue ! partir de l'identité 2
la différence n'e.iste que parce qu'il 4 a du moins deu. êtres chacun identique ! soi caractérisé
tel qu'il est l'un opposé ! l'autre. Deleuze montre dans Diffrence et rptition qu'une telle
différence reste nécessairement un rapport négatif 2 la différence veut dire qu'un o3*et n'est pas tel
qu'un aut're. La représentation se trouve en faillite parce que si elle est rigoureusement suivie
elle n'arrive ! rien affirmer que de relatif 2 'A' est 'A' parce qu'il est différent de '=' et de 'I' etc.
Avec les négations et oppositions il n'4 a ni continuité ni détermination réelle car pour qu'une
détermination ne soit pas enti+rement relative il faut une différence positive et affirmative de
l'être. /i aucune différence constitutive ne précédait la différence o3*ective les o3*ets ne
pourraient être déterminés que par des références ! l'essence supposée qui n'a autre définition
tous les autres êtres comme su.et du droit qui est l'agent moral de l'occident moderne. Cême si quelques
scientifiques et philosophes sont prêts ! doter quelques non'humains d'une conscience et d'une su3*ectivité
néanmoins ces animau. ne saisiraient le statut moral que parce # qu'ils sont dotés de facultés ! l'évidence
dérivées de celles que le naturalisme impute au. humains $. ?Descola (990 p. (7; (:9.@ Ainsi on voit 3ien que
le naturalisme a l'homme pour idéologie 2 si l'on veut affirmer une discontinuité universelle entre les humains et
les non'humains qui serait de plus grande importance que celle de deu. esp+ces quelles qu'elles soient il faut soit
doter les hommes d'une humanité essentielle et m4thique soit pouvoir nommer quelques attri3uts humains qui
séparent les hommes de tous les autres êtres. Le premier choi. étant inaccepta3le pour les naturalistes les
philosophes et scientifiques ont cherché la qualité # humaine $ qui nécessairement reste soit m4thique et non'
évolutive soit inadéquate puisqu'elle ne réussit *amais ! saisir tous les hommes et seulement les hommes.
): Foir Derrida %66,'(990 p. ,9',,.
); Davidson (990 2 articles # Le se.e et l'émergence de la se.ualité $ et # L'horreur des monstres $.
)6 Deleuze %6;78(99, p. %),'%)6.
3>
réelle que son opposition au. autres o3*ets – et donc il n'4 aurait que des déterminations
a3solument relatives. -l n'4 aurait pas de continuité puisque entre les êtres il 4 aurait la rupture de
la négation. La définition d'un événement par l'encadrement et l'attri3ution d'une fonction
spécifique ne suffit pas selon Deleuze car selon lui il faut trouver un sens de l'événement qui soit
dérivée de ce qui a changé dans le milieu même de l'événement. &'est que être est 0tre diffrent 2
ce qui se montre comme être est ce qui se différencie du fond du monde per5u. -l faut donc
penser la diffrence 1 partir de la diffrence parce qu'il faut d'a3ord une différence pour qu'il 4
ait de la différence positive
,9
. Ainsi Deleuze pense que ce n'est pas l'opposition ! l'autre qui fait
la différence mais au contraire que c'est la différenciation qui rend possi3le l'opposition. &'est
l'intensité qui fait la différence ou comme Deleuze le dit # # différence d'intensité $ est une
tautologie. R...S Poute intensité est différentielle $ c'est par intensité qu'une e.istence se
différencie du fond des rapports qui est le monde. D'a3ord il 4 a des forces dont les rapports sont
le fond de l'e.istence puis leurs rencontres les points oB leurs fonctions ou directions changent
forment des points singuliers plus ou moins intenses. L'intensité est nécessairement tou*ours dé*!
un conflit un point inégal de différence A il 4 a dé*! un rapport de pouvoirs un conflit de
plusieurs pouvoirs. &'est l'intensité du conflit des forces qui différencie une e.istence particuli+re
non les êtres particuliers qui portent des forces comme su3stances et forment des rapports
,%
. &'est
cela la différence différenciante constitutive productive et d4namique ! laquelle Deleuze pense.
Deleuze a crée le concept de différen
t
8
c
iation pour deu. processus différents mais insépara3les
qui font la différence 2 # nous appelons différentiation la détermination du contenu virtuel de
l'-dée A nous appelons différenciation l'actualisation de cette virtualité dans des esp+ces et des
parties distinguées $
,(
La différentiation est le processus qui détermine la structure ou la logique virtuelle de l'être et
la différenciation est le processus qui l'actualise. Dé*! la différentiation consiste en deu.
,9 Deleuze parle de # l'univocité $ de l'être. L'être même ! partir de lui'même comme on a essa4é de le comprendre
par les concepts d'# heccéité $ et d'# ipséité $ l'être per5u par ce qui est simplement l! dans lui'même est donc
mal compris comme l'identité d'un être ! sa définition ?même si on a 3ien souvent essa4é de le comprendre e.ac '
tement de cette fa5on@. >n être est 3ien compris s'il est compris comme sa propre différentiation d'avec ce qui
l'entoure.
,% Deleuze %67; cité est page (;: A voir aussi les chapitres un et cinq.
,( 2p' cit' p. (7:. La différen
t
8
c
iation est empruntée au calcul différentiel 2 la différentiation se réf+re ! la différen'
ciation mathématique et la différenciation ! l'intégration mathématique. La dérivée marque un point différentiel et
calcule la variation de la fonction autour de ce point'l! tandis que l'intégrale calcule tout ce qui concr+tement
change dans l'intervalle de la fonction dont on a calculé la variation. Le calcul différentiel donne l'inspiration et le
mod+le de la production intensive des pouvoirs.
3A
pouvoirs du moins. Deleuze utilise l'e.emple des g+nes comme logique virtuelle de l'organisme.
La différentiation distri3ue les g+nes elle détermine les variétés des séries génétiques et des
rapports entre les points singuliers c'est'!'dire les g+nes ?! partir desquels les qualités de
l'organisme sont composées@. Duand le changement a lieu entre et autour des g+nes il faut un
milieu composé des autres g+nes mais aussi les milieu. intérieurs et e.térieurs non'génétiques
de l'organisme. La structure ou la logique est e.istante mais virtuelle elle n'a pas d'actualité
locale. &ontrairement ! la potentialité dialectique ou téléologique qui représentent un être du
futur ou du passé le virtuel ne représente rien mais est un agencement tout ! fait réel qui peut
avoir des actualisations différentes selon les milieu. qui lui sont associés. La différenciation est le
processus dans lequel le rapport dé*! e.istant est différencié d'une fa5on actuelle avec une localité
2 elle actualise cette structure dans une location
,)
. =n résumé la différentiation en rapport avec la
différenciation définit une variété. selon laquelle la différenciation en rapport avec la
différentiation actualise une multiplicité.
,,
Memarquons qu'il s'agit d'a3ord des rapports et non
des particules qui se rapportent A les rapports préc+dent les parties qui sont en rapport avec autres.
&es mots rappellent Nietzsche pour qui la su3*ectivité est précédée des rapports corporels 2 les
su*ets manifestent des états des rapports de pouvoirs et non l'inverse. Nietzsche a compris et
accepté le per5u comme seule réalité A le per5u est la réalité premi+re et derni+re et toute
l'information qu'il 4 a *amais vient de cette réalité. Ugalement le per5u dépend tou*ours d'une
perspective 2 on ne voit que des perspectives
,0
. /i le monde per5u donc le monde en perspectives
est le seul monde qui e.iste il faut comprendre le monde ph4sique et machinal comme monde
perspectiviste aussi et donc comme monde désirant
,7
. &eci est similaire ! la philosophie de
Deleuze. Alcantara et Descom3es accusent la philosophie nietzschéenne de Deleuze en ce qui
concerne la différence d'être perspectiviste
,:
. =lle l'est mais le perspectiviste nietzschéen'
,) L'intégration d'une fonction dérivée donne un nom3re infini de résultats différents si l'on ne connaYt pas la fonc'
tion d'oB provient la dérivée. 1our cette raison il faut tou*ours connaYtre l'invaria3le de l'intégrale. Lorsqu'un in'
varia3le est défini il s'agit d'une intégration locale.
,, 2p' cit' p. (76'(:).
,0 La gnalogie de la morale/ --- chap. %( 2 # -l n'e.iste qu'une vision perspective une # connaissance $ perspec'
tive A et plus notre état affectif entre en *eu vis'!'vis d'une chose plus nous avons d'4eu. d'4eu. différents pour
cette chose et plus sera compl+te notre # notion $ de cette chose notre # o3*ectivité $. Cais éliminer en général
la volonté supprimer enti+rement les passions en supposant que cela nous f[t possi3le 2 comment donc K Ne se '
rait'ce pas l! chLtrer l'intelligence K $ &e n'est pas vrai seulement parce que Nietzsche 4 pense. Ilaf Jreid3ach
?(99)@ par e.emple compile le savoir neuroscientifique avec des résultats similaires 2 le per5u est d'a3ord modi '
fié ! partir d'une perspective que les perceptions antérieures ainsi que la langue parlée affectent. Les références !
Nietzsche renvoient ici tou*ours au chapitre *amais ! la page. Les a3réviations suivantes seront désormais utilisés
2 EC pour La gnalogie de la morale/ JC pour *ar-del1 &ien et mal/ et ^ pour Ainsi parlait 3arat"oustra.
,7 JC )7. Ugalement EC --- %(.
,: Alcantra (99) p. %(9'%((.
37
deleuzien ne croit pas comme un relativiste au. vues différentes sur le même o3*et O. -l est
perspectiviste plut<t au sens oB Descola utilise le mot. Descola appelle # naturalisme $ la vue qui
croit qu'il 4 a une et même nature pour tous 3ien que des cultures différentes la voient de
différentes fa5ons. Le perspectiviste selon Descola et Fiveiros de &astro croit plut<t que le
monde en soi est perspectif et se différencie selon les perspectives. =n ne cro4ant pas ! l'au'del!
un perspectiviste accepte la réalité empirique qui diff+re d'une perspective ! l'autre 2 il ne s'agit
pas des mêmes o3*ets vus sous des angles différents mais du monde chaque fois différent
puisque les intensités d'être sont différentes selon des points de vue différents. Le perspectivisme
nietzschéen est comme XlossoWsHi l'affirme d'a3ord une multiplicité des pouvoirs
,;
. >ne
perspective su3*ective n'est donc qu'un état spatio'temporel des pouvoirs qui forment
l'individualité 2 elle peut changer et change selon les rapports des pouvoirs qui forment cette
perspective. Les su*ets e.istent mais l'e.périence su3*ective est dé*! une représentation de
l'e.périence modifiée par une perspective qui n'est pas d'a3ord une connaissance qui sait mais
une puissance qui veut cette perspective pour sa vie. In peut représenter des états d'un évé'
nement et penser en ces termes mais on doit aussi penser ! l'événement qui ne se réduit pas ! son
état afin de ne pas penser seulement l'a3straction statique des phénom+nes changeants.
,6
2.$ La production désirante au lieu du besoin et du manque
2.$.1 &esoin et manque
Lorsqu'on pense la production sociale en termes d'êtres séparés et a3straits tels le su*et comme
agent intentionnel l'o3*et et la capacité productive on a aussit<t un réseau des intérêts des o3*ets
du manque. In distingue la production comme changement intentionnel de la causalité
naturelle comme changement fortuit ou mécanique. Le su*et intentionnel agit selon ses idées
tandis que dans la nature ph4sique le changement est automatique et dépourvu d'intention. La
,; 1ar e.emple /mith (990 p. 6'%9.
,6 -l faut prendre en compte l'h4poth+se que Nietzsche n'a peut'être pas vraiment pensé ! la volonté de puissance
comme ! un principe ontologique ?Cagnus %6;7 p. ;;'69.@ Cais cette recherche n'est pas un commentaire de
Nietzsche 2 il est utilisé parce qu'il a réussi une pensée e.traordinaire qui se dégage de l'idéologie démocratique.
1our cette raison Nietzsche de Deleuze est préféré 2 même si ce n'était pas le Nietzsche authentique c'est un
Nietzsche fort qui dote cette recherche d'une pensée non'démocratique. &e ! quoi 4ietzsc"e ne pense pas n'est
pas une o3*ection pour ce tra$ail-ci. =n outre comme l'aspect phénoménal sensationnel et perspectiviste de la
volonté de puissance est souligné ! la place de l'aspect # ontique $ il importe peu que le monde soit simplement
volonté de puissance ou non. Nietzsche montre une fa5on de penser sans universalisation généralisa3le et a3s '
traite. -l faut penser la pluralité perspectiviste. 1our l'approche de ce travail'ci la $olont de puissance est la pro-
duction dsirante c'est'!'dire la production perspectiviste selon les pouvoirs qui se rencontrent lesquels consti'
tuent les points de vue ! savoir les formes.
3?
production est ainsi nécessairement la réalisation d'une idée.
09
&e rapport ! l'idée d'un o3*et qui
n'e.iste pas encore est inclus dans l'activité intentionnelle non seulement dans la création
artificielle de la chose que l'on a imaginée et voulue qui n'est l! que si elle est produite par le
su*et qui la désire mais aussi dans l'activité qui essaie d'o3tenir cette chose par d'autres mo4ens
?s'en emparer par l'échange par e.emple@
0%
. ] l'égard de l'intention quelle que soit la mani+re
dont on essaie de réaliser l'idée c'est parce que l'idée est désirée qu'elle pourrait e.ister et qu'elle
n'e.iste pas – ou 3ien si elle e.iste comme un plaisir qu'on connaYt mais que l'on ne ressent pas
sur le moment ou comme une femme qui vit mais qui n'est pas l! pour l'homme qui la désire. La
réalisation poursuit l'intérêt de quelque chose qui manque. Cême si le su*et n'a pas d'idée
conscient de ce qui lui manque il a nécessairement l'intention de réaliser quelque chose qui lui
manque sans quoi il s'agirait d'une causalité fortuite ou mécanique. La production sociale ainsi
comprise est réactive l'activité ne provenant pas de la volonté mais du manque. De même le
désir est passif par rapport ! la production 2 on ne veut pas produire mais recevoir quelque chose
de la distri3ution des produits.
La description élémentaire d'un 3esoin est peut'être qu'une personne A a 3esoin de l'o3*et O si
ce dernier est nécessaire ! sa survie. =n ce sens que _iggins utilise le 3esoin n'implique pas le
désir car # ce dont *'ai 3esoin ne dépend pas de la pensée ou des efforts de mon esprit R...S mais
de la mani+re dont le monde est $
0(
. Duand un 3esoin vital est satisfait il n'4 en a plus 3esoin
puisqu'il n'est plus vital d'en avoir davantage même si on désire encore ce dont il était le manque.
Le 3esoin est pour _iggins un &esoin rel tandis que le désir peut être tout ! fait imaginaire.
0)
&ette approche seule ne dit pas grand'chose du comportement ! l'égard du 3esoin mais elle
permet une distinction entre le 3esoin réel et le plein désir et concerne plut<t la distri3ution de ce
qui est produit.
/artre a quant ! lui e.aminé le 3esoin du point de vue dialectique. =n l'anal4sant en un sens
plus ps4chologique et empirique comme ce qui fait que l'homme agit il en dit plus sur le 3esoin
quand il est e.primé dans l'activité. /elon /artre le 3esoin est simplement ce qu'on reconnaYt
comme manque dans une situation actuelle. La situation éclaire les actes du su*et car le 3esoin de
faire ce que l'on fait n'est compréhensi3le que dans le conte.te de la situation. In n'essaie de
09 Car. %669 p. (;,.
0% Descola (990 p. ,)6',,0.
0( 5 ("at % need depends not on t"oug"t or t"e 6or7ings of my mind 8'''9 &ut on t"e 6ay t"e 6orld is : ?_iggins
%66; p. 7@.
0) -3id. %. =ssa4 5 &laims of Need $.
38
saisir que ce qui est per5u comme possi3le mais d'un autre c<té on n'agit que pour rendre réel ce
qui ne l'est pas. ] une plus grande échelle le désir d'un o3*et imagina3le ?un état ph4sique
favora3le plaisant par e.emple@ mais socialement impossi3le ! saisir est su3limé dans le travail
qui change la situation. Ainsi le 3esoin qui fait que les hommes changent leur situation sociale
surgit de possi3ilités entrevues qui leur sont impossi3les. Mien n'est dit de ce qu'est un vrai 3esoin
A chaque situation comporte des 3esoins mais en les réalisant nous la formons ! notre tour et ainsi
par cette dialectique le su*et et la situation sociale se développent et finalement les 3esoins eu.'
mêmes changent.
0,

/artre voit – comme Lefe3vre qu'il cite – que la situation consiste en # comple.es $ vertical et
horizontal lNhorizontal étant la situation du moment et le vertical ses influences historiques. Le
su*et dans son actualité agit sur son horizon et affecte comple.e vertical de l'avenir mais ses
3esoins sont déterminés pour la plupart par comple.e vertical de son histoire particuli+rement
par son enfance l'autre facteur étant la rareté matérielle. La rareté matérielle n'est elle'même
définie comme rareté que par le 3esoin des hommes agissant sur le champ social. =nfin /artre
affirme qu'il n'4 a # que des hommes et des relations réelles entre les hommes Rpour Cerleau'
1ont4 des choses et des animau.SA de ce point de vue le groupe n'est en un sens qu'une
multiplicité de relations et de relations entre ces relations $. Le su*et a donc des intérêts dans une
situation donnée un 3esoin d'agir pour changer cette situation de fa5on ! ce que la chose qu'il
imagine et veut se réalise dans sa vie mais comme il n'est pas seul son rapport ! la situation et
au. autres hommes est rapporté ! leurs intentions A la totalité de ces rapports formant la totalité
du conte.te social comme force négative comme # 'les intérêts de classe' s'imposant ! l'individu
contre ses intérêts individuels $. L'intérêt de classe comme 3esoin général marque les situations 2
le manque dans une situation particuli+re se montre comme une rareté lorsqu'un su*et sent un
3esoin de ce qui manque et que les intérêts collectifs l'empêchent de le saisir.
00
Lorsque l'action
est effectuée afin de faire progresser la situation le 3esoin est réel pour /artre s'il fait progresser
la situation sociale donc si le su*et en a une 3onne connaissance.
] cet égard on comprend le 3esoin su3*ectif ?chez _iggins@ comme l'intérêt que l'on a
o3*ectivement envers quelque chose et qui est confronté au. autres intérêts du champ social. Due
l'on ait un intérêt plus important que celui d'un autre est 3ien une proposition morale. >ne
hiérarchie amorale des 3esoins n'est pas possi3le 2 si quelqu'un ne veut pas sa propre survie mais
0, /artre %679 p. 7)'7;.
00 %&id' p. ,% ,7',6 0, 00 7(.
39
préf+re même se supprimer on ne peut pas dire sans présupposer la primauté morale de la survie
que le suicide soit un 3esoin moins réel pour cette personne que sa survie. Coins radicalement
les désirs qui ne promeuvent pas la survie d'une personne sont non moins des 3esoins si l'on ne
présuppose pas la primauté morale de la survie.
07
/i la proposition de _iggins a une dimension pratique il faut aussi supposer la 3onne connais'
sance de ce qui est nécessaire et la volonté de produire ce qui est nécessaire. 1ar contre on ne
peut pas dire inversement que la 3onne connaissance sartrienne ne concerne que la condition
matérielle mais plut<t que /artre veut que l'homme se li3+re de la condition matérielle 2
l'approche de /artre est plus compl+te ! cet égard. Jien qu'il insiste sur la rareté comme
fondement du mouvement dialectique de la société ce qui importe ! /artre est la signification de
l'action c'est'!'dire de ne pas suivre seulement les nécessités naturelles car # ce que nous
nommons li3erté c'est l'irréducti3ilité de l'ordre culturel ! l'ordre naturel $. -l suppose
l'opposition du monde signifiant de la culture au monde matériel de la nature et la capacité
humaine entre les deu. comme la force signifiante qui crée l'un ! partir de l'autre sans être
prédéterminée par aucun des deu.. La signification ne serait pas significative si elle était
compl+tement déterminée par les conditions antérieures et ne réalisait rien.
0:
-l faut pour /artre
qu'il 4 ait de la signifiance préconsciente et rationnelle car pour lui la perspective n'est pas une
solution ! la faillite de la représentation 2 partageant les présupposés de l'épistém+ moderne
/artre ne peut pas laisser l'activité être d'a3ord irrationnelle et non'signifiante
0;
. 1our cette raison
encore il faut supposer qu'on réalise une idée2 le 3esoin vrai qui fait progresser la situation qui la
change est fondé sur la 3onne connaissance de la situation. Cême _iggins doit avoir quelqu'une
idée de ce qu'il faut produire pour satisfaire les 3esoins nécessaires. /eulement l'idée est fausse si
l'o3*et n'est pas matériellement nécessaire. Le manque et la représentation restent 2 %@ si le 3esoin
est réel on a 3esoin de ce qui manque de ce qui n'est pas l! et qui doit donc être réalisé
06
(@ la
signification du 3esoin n'est *amais son fonctionnement total mais sa fonction représentée selon
07 &oncr+tement sur le marché on ne distingue pas le 3esoin et le désir 2 si le marché est li3re on ne peut hiérarchi'
ser les 3esoins des gens ils sont tous compris de la même fa5on e.primés par des actes d'achat et de vente.
0: 2p' cit'/ p. 6('67.
0; La rationalité du su*et'créateur est présente dans le démiurge de 1laton et le Dieu du christianisme qui désignent
un monde mais aussi dans l'homme de l'économie classique et mar.iste. L'activité propre ! l'homme se trouve
dans des théories # anthropologiques $ de l'animal politique de l'animal social etc ?HacHing %6;) p. %)9'%)6@
mais aussi de l'"omo depictor de HacHing ?il est certes conscient des pro3l+mes de cette tradition lorsqu'il dit que
de telles définitions sont non'scientifiques et trop simples@ ainsi que dans le 5 ma7ing special : de Dissana4aHe
?%666@. L'idée que le su*et est économiquement rationnel appartient ! la théorie ps4chologique ?particuli+rement
la discipline de la ps4chologie évolutionniste voir Juss %66,@ et économique moderne. &ette rationalité fonc'
tionne dans la théorie sur la signification puisqu'il faut interpréter une raison ! chaque acte particulier.
06 5 2ne does not "a$e to supply again 6"at is already t"ere : ?_iggins %66; p. %9@.
5=
l'économie de la situation donnée ?le désir d O selon lequel on effectue .
%
.
(
... .
n
a sa fonction
positive par rapport au 3esoin ` qui est l'intérêt réel ?utile plaisir...@ dans l'économie donnée@ et
)@ si on sent le 3esoin d'un o3*et qui n'est pas nécessaire ou que l'on poss+de dé*! le 3esoin est
fau. et plus ou moins imaginaire au sens # non'réel $ du mot.
=n tout cas il faut saisir un o3*et ! consommer nécessaire ou non. >n intérêt ne concerne que
la consommation 2 on ne désire pas la production mais on s'intéresse au produit. Ugalement avec
/artre et Car. l'homme utilise sa capacité productive soit pour saisir l'o3*et partiel dont il a l'idée
mais qui n'est pas l! soit pour créer de la valeur mesura3le qu'il peut échanger afin de saisir cet
o3*et ?Car.@
79
et plus généralement l'homme fait ce qu'il faut afin de réaliser dans la situation
donnée quelque chose qui n'est pas l! ?/artre@. D'une part la capacité du su*et agissant est o3*ecti'
vée dans les produits de l'autre l'o3*et idéel est doté d'une réalité dans l'actualité du su*et. Ainsi le
désir est'il aussi séparé de la production 2 on ne produit que pour réaliser d'une fa5on ou d'une
autre des o3*ets que l'on veut consommer et on ne veut pas la production mais le produit que l'on
consomme.
2.$.2 'roduction désirante
Dans le discours que l'on vient d'anal4ser la production pensée en termes de propriété privée
devient la production consommatrice de la consommation su3*ective ?la consommation de la
capacité possédée par le su*et afin de produire des 3iens de consommation qu'il a désirés@. Le
désir étant le 3esoin personnel de ce qui manque il devient la consommation privatisée de la
propriété privée ?la consommation des 3iens produits avec la capacité que l'on a possédée et la
reproduction de la capacité que l'on consomme dans la production@. Le désir se situe désormais
dans le champ privatisé des 3esoins de consommation et est ainsi séparé de la production. -l
importe peu que ce soit la consommation qui domine le rapport comme 3esoin de produire des
choses ! consommer comme le pense l'économie classique et quelques interpréteurs de Car. 2 en
ce cas la production est simplement soumise ! la consommation mais le désir reste une
consommation de production quand 3ien même cette consommation dominerait tout le cercle de
consommation'production.
7%
1uisque la production réalise une idée encore ine.istante et que c'est
cette idée que le désir vise le désir dans cette pensée est vraiment imaginaire.
L'e.pression # production désirante $ signifie e.actement que le désir est une force productive
79 &oncernant le rapport du su*et ! l'o3*et partiel qu'il imagine chez Car. voir Althusser et Jali3ar %6:% p. );'09.
7% Hodgson %66, p. ,0'0% A Deleuze et Euattari %6:( p. )7%.
53
et non pas consommatrice. &'est que l'affection active et la réaction au. affects sont d'a3ord la
source de la production. &eci e.ige %@ que l'o3*et direct de l'action c'est'!'dire ce qui est effectué
est désiré et ne représente aucune o3*et désiré au'del! du rapport direct et (@ que l'activité effec'
tuée prime sur la volonté de consommation des produits A cette derni+re étant plut<t comprise en
termes d'activité. Les désirs su3*ectifs des produits et la production des 3iens de consommation
ne sont apr+s tout qu'un produit des rapports du désir qui forment la situation oB une telle action
sera voulue. /artre pensait encore en termes de dialectique entre les su*ets et la totalité de leurs
rapports 3ien qu'il sem3le dé*! avoir eu un sens de la production de l'activité par les rapports de
désir en essa4ant comprendre la d4namique du monde. 1our mieu. comprendre la production dé'
sirante mais également la production de sa représentation il faut regarder plus en détail la théorie
deleuzienne de la différence en termes de ?dé@codage de ?dé@territorialisation et de devenir.
2.$.2.1 Le décoda"e et la déterritorialisation
La signification est tou*ours un marquage sémiotique dont la structure dépend de l'agencement
ar3itraire qui la préc+de
7(
. >n code est le matériel nécessaire du marquage sémiotique 2 une intru'
sion de l'ordre consistant en des directions de forces – leurs e.pressions étant plut<t la
sémiotique. -l faut d'a3ord qu'il 4 ait un code 3ien qu'il n'4 en ait *amais un seul mais tou*ours
plusieurs A le codage passant nécessairement entre des codes différents. La répétition périodique
des codes compose des milieu. intérieurs e.térieurs intermédiaires et anne.és et donc un
# infra'agencement $ qui n'est pas encore un agencement car il n'4 a *usqu'! l! que des
directions pas encore organisées dans les dimensions. -l s'agit néanmoins d'un codage qui parce
qu'il passe tou*ours entre ces milieu. est tou*ours # en état perpétuel de transcodage R...S c'est la
mani+re dont un milieu sert de 3ase ! un autre ou au contraire s'éta3lit sur un autre $. &'est
seulement en ce sens que l'on parle des métaphores au sens d'une # métamorphose $ du mot 2 le
code n'est codé que tant qu'il est transcodé dans un autre code. Le rapport n'est pas unilatéral car
les codes entrent en rapports r4thmiques et sont transcodés les uns dans les autres. La répétition
d'un code ?du code génétique de l'organisme par e.emple@ produit tou*ours une différence en son
milieu mais également le transcodage entre milieu. différencie les codes des milieu.. 1ar
e.emple dans une distri3ution moléculaire les molécules ne préc+dent pas les rapports
moléculaires selon lesquels on peut concevoir plusieurs ordres de distri3ution qui tou*ours
définissent des molécules différentes. Ainsi le codage n'a pas lieu dans l'unité mais e.térieur !
7( Foir par e.emple &uller %66,.
55
lui2 c'est tou*ours un devenir entre plusieurs milieu.. Due le codage lui'même passe entre milieu.
?voire entre # entre'milieu. $@ cela signifie que le code n'e.iste qu'en tant qu'il est # traduit en
une autre langue $ ou métamorphosé par l'autre codage ou encore transcodé A la répétition va de
l'un ! l'autre tou*ours dans un code différent donc tou*ours en se différenciant.
7)
Deleuze et Euattari distinguent le territoire du milieu un territoire étant # construit avec des
aspects ou des portions $ de plusieurs milieu.. Le sens le plus simple de la territorialisation est
# faire un territoire $ A ce qui est une activité animale 3ien connue. >n territoire ainsi compris est
un espace occupé un ha3itat ou autrement dit une composition des milieu. marqués. La
territorialisation marque des fonctions des codes. Les composantes des milieu. dé*! codés ont des
fonctions 2 ils font quelque chose par rapport au. autres milieu.. Dans l'acte de territorialisation il
s'agit de distri3uer des fonctions dans une dimension de leur donner # une constance temporelle
et une portée spatiale qui en font un marque territoriale $. 1arce que cet acte essentiellement
limite le fonctionnement total des milieu. il 4 a moins de codes dans un territoire que dans
l'infra'agencement r4thmique de milieu. non'territoriau..
7,
>ne fonction marquée est dé*!
morale elle dit comment une forme doit fonctionner elle dit la fonction qui doit parvenir tandis
qu'un fonctionnement quelconque est empirique matériel et amoral 2 il dit comment les pouvoirs
concernés fonctionnent. Le fonctionnement total des milieu. est la totalité molculaire de l'action
qui ne signifie pas encore. Le moléculaire est le détail du réel non'formel qui a lieu opposé au
molaire qui est son e.pression en des formes qui laissent échapper le détail. Le moléculaire en
tant quNine.primé est virtuel mais non pas moins réel 2 il produit l'intension selon laquelle
l'actualisation du réel a lieu.
70
La territorialisation passe nécessairement par un décodage ?il ne faut donc pas confondre la
déterritorialisation et le décodage@. 1assant par les marges de codage l'acte de territorialisation
définit un territoire et 4 int+gre les codes dont les fonctions deviennent e.pressives
77
. 1ar
e.emple dans le code génétique il 4 a un codage qui a un fonctionnement plus ou moins li3re
qui peut s'e.primer de plusieurs fa5ons voire qui peut ne pas s'e.primer du tout. &es marges du
codage général donnent la variation spécifique par laquelle les êtres e.priment l'individualité se
distinguent les uns des autres ?êtres de la même esp+ce@ et se différencient les uns des autres ?être
7) Deleuze et Euattari %6;9 p. );(');7. Pous citations tirées de ce passage. Foir également Deleuze %67; p. %0)'
%70.
7, Deleuze et Euattari %6;9 p. );7')6:.
70 /asso (99) p. )0,')00.
77 Deleuze et Euattari %6:( p. (;7'(;:A %dem. %6;9 p. );7')6%.
5:
d'esp+ces différentes@. &'est le premier agencement. Le codage n'est donc pas dé*! un
agencement mais plut<t une déterritorialisation quasi'chaotique qui constitue l'agencement.
L'agencement a lieu lorsqu'il 4 a des dimensions 2 quand les directions des forces sont organisées
et territorialisées dans l'intra'agencement de l'espace donné. =n tant qu'agencement la
territorialisation forme une représentation molaire du réel moléculaire A les forces sont
représentées comme différences spécifiques etc. selon l'agencement spécifique.
-l 4 a donc d'a3ord un ?trans@codage des forces entre les milieu. qui ensuite sont territoriali'
sées en une sorte de décodage. Le décodage est un rapport différentiel 2 les codes entre les
milieu. se différencient sur le territoire. Duand on dit que la territorialisation # s'éta3lit sur les
marges de code d'une même esp+ce $
7:
c'est e.actement parce qu'il s'agit d'une différenciation
qui passe par des points e.traordinaires donc remarqua3les et intéressants oB le code se
confronte au territoire pour s'e.primer 2 par ces points marginau. de changement les forces
plurielles entre les milieu. se différencient pour parvenir ! leur e.pression territoriale. Cais
l'intra'agencement des fonctions territorialisées sera aussit<t déterritorialisé vers les autres
agencements sur lesquelles il est reterritorialisé 2 # c'est que l'agencement territorial n'est pas
sépara3le des lignes ou coefficients de déterritorialisation des passages et des relais vers d'autres
agencements $. &omme # les composantes sémiotiques ne sont pas sépara3les de composantes
matérielles $ les conditions nécessaires matérielles pour dNautres agencements persistent dans le
donné moléculaire de l'agencement molaire
7;
. >n agencement territorial n'est pas non plus
construit seulement par ces rapports intérieurs mais il est néanmoins nécessairement actualisé en
rapport avec les agencements qui l'entourent. -ci le # devenir $ de l'être est retrouvé 2 un être
n'est *amais sta3le ni essentiel mais est # une somme des devenirs $ qui op+rent en directions des
autres agencements tels les autres formes spécifiques
76
. D+s lors la répétition est quant ! elle un
agent de déterritorialisation un mo4en par lequel les fonctions sortent de leur agencement
territorialisé pour prendre une autre fonction dans un autre agencement. La déterritorialisation
est ce qui passe par les rapports moléculaires entre les agencements car le moléculaire a tou*ours
plusieurs différents agencements et il 4 a tou*ours des lignes moléculaires qui fuient des
agencements.
7: %dem' %6;9 p. )67.
7; %&id' p. ,%9',%%.
76 # >ne multiplicité se définit non pas par les éléments qui la composent en e.tension ni par les caract+res qui la
composent en compréhension mais par les lignes et les dimensions qu'elle comporte en # intension $. /i vous
changez de dimensions si vous en a*outez ou en retranchez vous changez de multiplicité $ ?%&id' p. (66@.
5>
2.$.2.2 (evenir
Le devenir a dé*! été mentionné mais il faut définir un peu plus e.actement encore ce qu'on
entend par devenir. Néanmoins ce n'est pas ici le lieu d'une lecture e.haustive de l'auvre de De'
leuze pas même en ce qui concerne le devenir. -l suffira d'en rapporter ce qui importe pour le
propos de telle fa5on qu'une lecture compl+te n'4 changerait rien d'important.
:9

>ne déterritorialisation est suivie par d'une reterritorialisation. /i dans une territorialisation les
codes sont décodés dans un territoire donc en tant que qualités individualisantes et spécifiques
ce n'est pas le cas néanmoins avec la reterritorialisation. Lorsque la déterritorialisation n'est que
le passage d'un agencement ! l'autre sans qu'elle arrive *usqu'! cet autre elle n'est qu'un passage
entre les représentations des codages qui ne réalise lui'même aucun codage ni décodage. Les
mêmes choses qui font la territorialisation font alors partie de quelque'chose d'autre. Ainsi on
peut les utiliser pour sortir de l'agencement sans qu'il 4 ait l! au préala3le d'autre marquage
territorial. La déterritorialisation n'est donc pas un agencement en soi mais son devenir. 1ar un
devenir est entendu ainsi l'être d4namique c'est'!'dire l'être en tant que différen
t
8
c
iation. Les
représentations molaires ont pour termes des points intéressants les anomalies. Les devenirs par
contre passent par les points intéressants.
Les devenirs étant des mouvements sont des différenciations des agencements moléculaires 2
les différenciations moléculaires entre leurs agencements. >n devenir passe par des rapports
moléculaires – tou*ours la meute animale e.térieure mais aussi la multiplicité intérieure – mais
ce n'est pas un rapport moléculaire 2 c'est leur mou$ement d'agencement dans une dimension
quelle qu'elle soit. La multiplicité moléculaire pouvant être distri3uée de plusieurs fa5ons le
devenir en est une fa5on. Le devenir'loup d'un loup'garou par e.emple ne correspond au.
représentations # homme $ et # loup $ ni au. agencements de # homme $ et de # loup $ A il s'agit
de l'action d'agencement du monde d'un homme sNapprochant de celui du loup.
:%
Le devenir *oue
:9 =n particulier # stratification $ et # cartographie $ sont des concepts deleuziens connus et importants qui sont
passés sous silence ici. -ls mériteraient d'être traités en détail mais simplement les mentionner ici n'apporterait
rien – ils sont aussi partiellement inclus dans ce te.te sous d'autres termes ?tels que différenciation et déterritoria'
lisation@. Ugalement l'aspect sémiotique de sa théorie est laissé de c<té ici.
:% Deleuze et Euattari %6;9 # Devenir'intense devenir'animal devenir'impercepti3le $ passim. Le cas est simi'
laire ! celui des concepts sur le plan d'immanence. Les concepts sont segments sur le plan d'immanence A ils sont
constitués de composantes intérieures qui ne sont *amais seulement d'un unique concept mais sont constituées en
rapports intérieurs et e.térieurs A toutes les formes molaires sont produites ! partir de la multiplicité des forces !
l'intérieur d'elles A forces qui entrent en rapport avec les forces au dehors. Le devenir est le processus d'agence'
ment des composantes qui font partie de quelque'chose d'intérieur aussi 3ien que d'e.térieur ! la forme qui de'
vient. &eci implique que les forces composant un être soient tou*ours en fuite A les lignes de fuite forment le deve'
nir.
5A
donc une prise de forme au plan de consistance dans lequel il s'est inscrit sans être la forme.
Ainsi comme il n'4 a pas de # loup devenu $ dans un devenir il n'4 a pas d'agencement défini
d'une déterritorialisation 2 celle'ci est simplement une sortie d'un territoire connu. Dans une
reterritorialisation par contre les codes décodés entrent dans des rapports nouveau. avec d'autres
agencements. /i 3ien que c'est un rapport ! une totalité plus vaste cosmique. &'est dire qu'il 4 a
un encodage une nouvelle formalisation dans les autres agencements et entre eu..
La toile d'araignée illustre comment les traitements du rapport productif sont différents chez
philosophes différents puisque Deleuze et Euattari utilisent cet e.emple d'une fa5on compl+te'
ment différente de Car.. Car. souligne le fait que le travail d'un tisseur se distingue de celui de
l'araignée en ce que son produit 3ien qu'il soit inférieur en qualité ! celui de l'araignée réalise
une idée qui e.istait dé*! dans l'imagination de l'homme tandis que l'araignée n'a aucune idée de
ce qu'elle fait
:(
. Pout est l! 2 l'idéal le manque le 3ut ine.istant le 3esoin qui surgit de ce
manque la réalisation du 3ut par le su*et l'opposition au monde animal etc. Deleuze et Euattari
! leur tour parlent de la constitution du milieu associé de la toile. La forme de l'organisme
# araignée $ est la constitution de ce milieu. Aucune des deu. ne détermine l'autre mais # en tant
que la forme dépend d'un code autonome elle ne peut se constituer que dans un milieu associé
qui entrelace de mani+re comple.e les caract+res énergétiques perceptifs et actifs conformément
au. e.igences du code lui'même $. L'araignée n'agit pas simplement sur le milieu car comme la
toile fait partie de l'araignée l'araignée est dans le milieu 2 elle ne peut être et se développer qu'en
rapport avec l'e.tériorité. >ne grande partie du rapport de l'araignée ! l'e.tériorité est dans sa
toile 2 elle est son milieu associé et son développement dans le milieu. Le milieu n'est pas
seulement ! l'e.térieur de la forme car la forme ne se développe # qu'! travers les milieu.
intermédiaires $ entre les éléments intérieurs de la forme et les milieu. e.térieurs qui entrent en
rapports différentiels. &'est dire que l'araignée par e.emple est dé*! constituée intérieurement
par son milieu. In ne demande plus si l'araignée crée sa toile selon un mod+le idéal ou non mais
comment se constitue le fonctionnement actuel de l'ensem3le forme'toile de l'araignée.
:)
Le concept enferme un être par e.emple une esp+ce ou une forme d'être avec ses caract+res
spcifiques. &ependant même l'homme en tant qu'animal n'est pas réellement enfermé. De même
que # la toile d'araignée n'est pas moins # morphogénétique $ que la forme d'organisme $ l'hom'
me est constitué non seulement par rapport ! son milieu e.térieur mais concr+tement en dehors
:( Car. %669 p. (;,.
:) Deleuze et Euattari %6;9 p. 70'76. Pous les citations dans ce paragraphe sont tirées de ce passage.
57
de l'organisme encadré 2 # un organisme est d'autant plus déterritorialisé qu'il comporte de
milieu. intérieurs assurant son autonomie et le mettant dans un ensem3le de relations aléatoires
avec l'e.térieur $. -nversement l'organisme reterritorialise comme un ensem3le fermé d'organes
qui lui sont propres et il est d'autant plus re'territorialisé qu'il est conceptualisé.
:,

-l n'4 a qu'une définition rigoureusement scientifique de l'esp+ce 2 la population dont les mem'
3res peuvent se reproduire ensem3le. De plus grLce ! l'évolution les esp+ces ne sont pas sta'
tiques mais changeantes. =lles ne passent pas d'une esp+ce ! l'autre mais il 4 a des petits change'
ments qui op+rent par différences de degrés. Les populations qui forment les esp+ces actuelles
changent peu ! peu A la reproduction transforme les esp+ces.
L'esp+ce est dé*! une population plus ou moins molaire. -l faut comprendre que la
reproduction n'est pas la reproduction du produit c'est'!'dire des êtres se reproduisant mais la
reproduction de la production ?ou en fait de la reproduction@. -l 4 a même des animau.
dNesp+ces différentes qui peuvent se reproduire entre eu. 3ien que leur progéniture ne le puisse
pas. &e qui compte est tou*ours la reproduction de l'engendrement. -l en va de même avec un être
qui est plut<t un progr+s qu'un état sta3le A et un progr+s qui constitue l'être ne peut pas être
compris comme dialectique entre l'être et le monde. La reproduction passe forcément par le
milieu hétérog+ne de la population d'un endroit donné et pas seulement entre les organismes de
la même esp+ce. In sait non seulement que l'a3eille participe ! l'engendrement des fleurs mais
aussi 3ien que l'ar3re pousse en s4m3iose avec le m4célium. &ette derni+re paire forme ensem3le
une sorte de rhizome. In peut parler du 5 de$enir-myclium : de l'ar3re et $ice $ersa. -l 4 a
d'a3ord avant les populations molaires spécifiques la population moléculaire et # si l'on suppose
une population élémentaire ou même moléculaire dans un milieu donné les formes $ telles que
l'homme # ne prée.istent pas ! cette population les formes sont plut<t des résultats
statistiques $
:0
qui sont mieu. compris si l'on part des populations moléculaires. Les alliances
moléculaires entre différents êtres sont une partie aussi essentielle de leur être que leurs organes
et 3ien plus importante que les formes des esp+ces.
:7
Autrement il n'4 a que de l'essentialisme 2
des êtres formellement déterminés ! être tels qu'ils sont.
:, %&id' p. 7;':9.
:0 2p' cit' p. 7,
:7 2p' cit' p. (69'(6( A également idem' %6:( p. ),:')0( 2 # les milieu. sociau. comme 3iologiques font l'o3*et
d'investissements de l'inconscient qui sont nécessairement désirants ou li3idinau. par opposition au. investisse'
ments préconscients de 3esoin ou d'intérêt. $ ?p. ),;.@
5?
2.) La mécanique de la représentation
1our s4stématiser on peut schématiser ce qui a été dit selon un triple mouvement de la repré'
sentation 2 %@ les intérêts molaires sont représentés dans l'expression des désirs moléculaires dits
# signes $ de tel ou tel désir molaireA (@ les désirs moléculaires sont représentés comme les
intérêts molaires soi'disant vrais qui donnent la signification au. désirs moléculairesA )@ la
représentation molaire est en premier lieu un produit des désirs moléculaires 2 leur
représentation ?ce qui ne veut pas dire qu'ils n'e.istent pas@. L'ordre de la représentation est ici
présenté de mani+re # généalogique $ ! savoir du mouvement le plus actuel vers le plus ancien et
profond.
1our la clarté l'ordre peut être présenté de mani+re # historique $ ! savoir du mouvement le
plus profond vers le plus actuel. Dans la premi+re représentation %@ la segmentation molaire est
créée par les rapports moléculaires. &ertes même les particules ou les unités moléculaires
n'e.istent qu'en rapports A même les atomes ne sont qu'en rapports intérieurs et e.térieurs – 4
compris en ph4sique oB les quantum n'e.istent qu'en rapports pluriels. -ls ne préc+dent pas la
production moléculaire. &'est la production qui produit tout d'a3ord les particules – qui ne sont
donc pas d'a3ord des particules mais des forces qui produisent les particules. =nsuite seulement
les entités molaires sont produites par la production des particules. Les machines désirantes sont
en premier lieu des productions des fonctionnements et seulement apr+s cela des o3*ets partiels
tou*ours *oints au. autres machines. Cais les machines sont aussit<t dis*ointes sur le champ mo'
laire. Le champ molaire n'est pas productif en soi mais un produit des désirs moléculaires. Ainsi
les rapports molaires qui construisent les segments molaires ne peuvent que suivre les connec'
tions moléculaires et les représenter ! un autre niveau. Ir même s'ils sont de même nature les
deu. niveau. n'ont pas le même régime. Les rapports ne sont donc *amais les mêmes. De même
les segments molaires ne sont pas des présentations e.haustives des désirs moléculaires 2 ils
suivent les rapports des particules moléculaires tandis que les premiers rapports sont ceu. des
fonctionnements productifs des machines elles'mêmes A il reste tou*ours des rapports qui ne sont
pas codés et des lignes qui fuient. Ainsi les segments molaires ne signifient pas le champ de pro'
duction moléculaire mais forment la représentation des o3*ets partiels sous forme d'unités parti'
culi+res ou individuelles et montrent les rapports moléculaires comme rapports des o3*ets sta3les.
Pel est le premier mouvement de la représentation. &'est sans doute le mouvement le plus pro'
fond les deu. autres constituant le dou3le mouvement 3iunivoque de la représentation. Dans la
58
modernité cela corresponde ! la constitution de la représentation économique des rapports
productifs c'est'!'dire ! leur représentation comme rapports macroéconomiques entre les
ensem3les molaires des capitalistes8travailleurs etc. La production en elle'même n'est pas
représentative.
L'intérêt de ce premier mouvement est de nous montrer quelque'chose qui n'est pas dé*! repré'
senté c'est'!'dire d'avoir un présent un présent imaginaire sans doute en ce qui concerne le désir
d'images mais tout de même un présent. 1uisque c'est la représentation qui mortifie le désir si le
désir d'images avait été dérivé du désir d'images dé*! représentatives il n'4 aurait *amais eu de
désir vivant. Ainsi d+s que l'on con5oit comme "reud une sc+ne phallocentrique et le 1hallus
comme l'o3*et unique et vrai du désir les o3*ets réels du désir deviennent des représentations
phalliques. In pense ! ces o3*ets non pas comme ! des o3*ets réels en soi mais comme au.
images d'un o3*et réel autrement dit comme au. su3stituts du 1hallus – le grand 1hallus du p+re
le 1hallus dont manque la m+re et qui est l'o3*et réel supposé le seul 1hallus – et pour cette
raison ils n'ont pas de réalité
::
. &e serait une sc+ne oB le 1hallus a tou*ours la primauté se.uelle.
Duand on pense par e.emple ! un lampadaire comme ! une image du 1hallus et au 1hallus par
contre comme l'o3*et réel vers lequel le lampadaire – vu dans un rêve par e.emple – pointe
# comme s'il 4 avait bun o3*et rêvé derri+re chaque o3*et réelb $
:;
alors même dans le rêve l'o3*et
réel du rêve tend vers l'o3*et vraiment rêvé derri+re lui. 1ourtant le 1hallus n'est pas un o3*et réel
mais une représentation ps4chanal4tique de la pluralité de phallus tr+s concrets qui sont ! leur
tour pris parmi la vaste pluralité des formes de l'activité se.uelle pour le centre de la
représentation générale de la se.ualité. Dans la théorie ps4chanal4tique le lampadaire en tant
que représentation du 1hallus est une représentation de représentation. Jien s[r un lampadaire
est un o3*et concret et non pas une image du 1hallus mais lors qu'on 4 pense comme ! une
représentation du 1hallus il 4 a un simulacre infini des représentations. -l faut donc remarquer
que la production de la premi+re représentation n'est pas forcément représentative 2 la
représentation résulte de la forme de production c'est'!'dire de mouvements plus tardifs.
=nsuite (@ les désirs moléculaires sont signifiés dans le champ molaire. &ette fois la représen'
tation saisit ou prétend saisir les lignes qui ont fui les segments molaires dé*! constitués. Les dési'
rs sont traduits dans la langue de la s4stématisation molaire comme s'ils étaient des intérêts mo'
laires. Le s4st+me catégorise d'a3ord des désirs pour former des ensem3les 3inaires puis les en'
:: "reud %6:% p. %); %09'%0(.
:; Deleuze et Euattari %6:( p. )).
59
sem3les 3inaires sont pris pour les désirs vrais. Ainsi toutes les données de l'e.périence sont
prises pour la représentation de la vérité des catégories et l'image est prise pour la représentation
de l'o3*et réel du désir.
-l s'ensuit que )@ les désirs s4stématisés de fa5on molaire qui sont tou*ours des ensem3les
représentatifs et ne représentent peut'être aucun désir singulier sont représentés dans chacun des
désirs paraissant lorsque tous les désirs – spécifiques ou minoritaires – sont référés au s4st+me
comme des e.pressions désirs des o3*ets inscrits dans le s4st+me. -ls sont donc pris pour les
désirs des images en tant que remplaçants des o&.ets rels. -ls sont interprétés par les normes du
s4st+me dans les # usages illégitimes et transcendants de s4nth+ses d'apr+s lesquels l'inconscient
ne peut plus fonctionner conformément ! ses propres machines constituantes mais seulement
# représenter $ ce qu'un appareil répressif lui donne ! représenter. $
:6
Mevenons'en ! la mort de l'Homme. /i on comprend par l'homme # nous $ ou # les gens $ ou
3ien une esp+ce animale par l'Homme on comprend l'anthropocentrisme. La mort 4 apparaYt en
raison de la définition des êtres par leur finitude et en raison de leur cadre statique et défini. 1our
tout ce qui reste encadré la mort e.iste comme manque intérieur. 1our ce qui fuit ce cadre
comme le désir par nécessité la mort e.iste comme la représentation forcée du cadre dont il est
sorti. &ette épistém+ anthropocentrique affecte l'ontologie et la pratique modernes ainsi que le
s4st+me politique. Pant et si 3ien que l'Homme est la s4stématisation. L'Homme discerne repré'
sente et s4stématise le monde. De l! en résulte l'atomisation et la s4stématisation de la vie.
$ *énéalo"ie de la mort
$.1 La "énéalo"ie de la morale selon +iet,sche
&omme Nietzsche l'a annoncé dans *ar-del1 &ien et mal il ne voulait pas e.pliquer la morale
mais trouver l'histoire de la morale ou des morales c'est'!'dire faire une t4pologie de la morale
;9
.
&onventionnellement l'étude de la morale soit normative soit appliquée est tou*ours moraliste 2
elle prend une position morale définie par quelques présupposés morau.. Nietzsche en revanche
a cherché la valeur ?*ar-del1 &ien et mal@ et l'origine ?La ;nalogie de la morale@ des valeurs
morales. Afin de trouver la valeur d'une valeur il faut regarder comment elle fonctionne ce
qu'elle fait réellement A pour pouvoir saisir l'origine d'une morale il faut rechercher les forces qui
:6 2p' cit' p. ,90
;9 &hapitre %;7.
:=
l'ont utilisée et développée. Ainsi il faut découvrir les fonctions amorales que la morale sert
;%
ce
qui est un travail t4pologique 2 de quel t4pe de morale s'agit'il K 1uis découvrir les forces quNelle
a servies durant son histoire ce qui est une recherche généalogique et s4mptomatologique 2 par
quelles forces sont passées les valeurs en devenant telles qu'elles sont K Le principe généalogique
affirme que l'utilité n'est pas la raison d'être d'un év+nement 2
# le 3ut lNutilité ne sont que lNindice quNune volonté de puissance a maYtrisé quelque chose de
moins puissant et lui a imprimé de sa propre initiative le sens dNune fonction A toute lNhistoire
dNune # chose $ dNun usage peut être une chaYne ininterrompue dNinterprétations et dNapplica'
tions tou*ours nouvelles dont les causes nNont même pas 3esoin dNêtre liées entre elles mais
qui dans certaines circonstances ne font que se succéder et se remplacer au gré du hasard $
;(
.
-l s'agit de rechercher lNhistoire de l'actualité morale et sociale afin de comprendre les pouvoirs
qui agissent en son sein et donc en son sens. De plus le pro*et nietzschéen se différencie totale'
ment de la plupart des pro*ets philosophiques en ce qu'il est concr+tement matérialiste. De même
quNil dit que le corps est d'a3ord constitué par la volonté de même il voit que la morale est corpo'
relle.
Calgré tout la généalogie corporelle n'est aucunement pour Nietzsche darWiniste. -l a 3ien
entendu parlé des races mais en parlant des races il parlait de la longue histoire des langues.
L'esprit du peuple et ses maurs # innées $ qui en constituent le fondement moral sont le résultat
d'un long processus corporel mais c'est dans la langue quNils se sont développés et conservés. Le
corps c'est l'agir et les ha3itudes
;)
. &omme Nietzsche a distingué deu. t4pes de morale l'une oB
le 3ien sNoppose au mal l'autre oB le 3on sNoppose au mauvais
;,
il a aussi distingué deu. t4pes
de corps ou d'ha3itudes. &e sont le t4pe actif et le t4pe réactif
;0
. -l ne s'agit l! que de relations de
pouvoirs 2 les pouvoirs actifs sont des pouvoirs qui affectent et les pouvoirs réactifs ceu. qui sont
affectés. Les pouvoirs actifs commandent et les pouvoirs réactifs conservent les commandes
contr<lent le commandement s'4 adaptent o3servent les r+gles et essaient dNen profiter. /i les
pouvoirs actifs sont les plus puissants ils maYtrisent les pouvoirs réactifs qui réagissent au.
ordres. Dans ce cas la volonté de puissance se manifeste en un être de t4pe actif qui se différen'
cie des autres et qui commande qui essaie dNaffecter et de se différencier.
;7
/trictement dit cNest
tou*ours le cas mais si le pouvoir est séparé de la capacité qu'il manifeste les pouvoirs réactifs ne
;% JC )(.
;( EC -- %(.
;) 1ar e.emple JC (9 (;.
;, EC - passim en particulier %9'%%.
;0 %&id' -- %%.
;7 Deleuze %67( -- (.
:3
font plus l'o3*et de l'action mais deviennent sensés et sem3lent être la partie active A les pouvoirs
actifs n'arrivent alors plus ! commander et la volonté de puissance se manifeste en un être de
t4pe réactif. =n ce cas l'être ne veut pas régner mais veut que les r+gles r+gnent quNelles soient
les mêmes pour tous que chacun sNadapte au. r+gles et que celui qui profite le mieu. de la r+gle
sta3le sem3le être le plus fort.
;:
1ar e.emple un homme qui valorise le plaisir que l'on re5oit est
un être qui veut être o3*et dNaffects. >n homme par contre pour qui l'activité est une nécessité
heureuse qui n'arrive pas ! se contenter du plaisir est un être actif.
;;
Foici quelques acquis de la recherche généalogique 2 ?%@ dans la socialité active les passions
réactives ont étés soumises ! l'action active
;6
. Ir les mo4ens sont quand même réactifs ou au
moins facilement utilisés par les pouvoirs réactifs. Cême si l'éducation morale culturelle doit ?du
moins du point de vue de Nietzsche@ créer des hommes capa3les de promettre et de prendre leurs
responsa3ilités sans être ni responsa3les ni o3ligés envers personne les mo4ens de la culture –
les droits les punitions et les o3ligations pour en mentionner quelques uns – sont des mo4ens
pour rendre o3éissants les gens et non pas pour les rendre li3res ou responsa3les dNeu.'mêmes
69
.
Duoi quNil en soit la société ne li3+re les animau. que pour des actions 3ien définies quelles
qu'elles soient. La société contr<le les animau. et entrave certaines de leurs actions. Ainsi il nNest
pas surprenant que la société crée plus dNesclaves que dNanimau. li3res et responsa3les ?ce qui
vaut dNêtre retenu@. Les valeurs sont passives ou réactives si les pouvoirs réactifs ne sont plus
l'o3*et de l'action mais prétendent en être le su*et. ?(@ L'origine et la raison de l'év+nement sont ra'
rement la même A l'h4poth+se qui confondrait la raison et l'origine d'un év+nement ne serait que
téléologique
6%
. La domestication de l'homme peut créer de nouveau. t4pes actifs qui surgissent
naturellement d'un animal actif mais ce sont les pouvoirs réactifs qui font toute la punition qui
effectuent le mécanisme de la domestication. ?)@ &omme Deleuze le dit l'ail d'un généalogiste
discerne deu. éléments dans la domestication humaine 2 ?).%@ que l'o3éissance de tous les peuples
et classes est stupide et # représente les pouvoirs ractifs $ mais qu'en même temps ?).(@ dans le
fait de l'o3éissance quelque chose se présente qui surpasse les peuples mêmes et qui est du pou'
voir actif puisque la réaction est l'o3*et de l'activité quand elle est dans un rapport actif
6(
. =n
3ref comme Nietzsche le dit toute morale # est une sorte de t4rannie qui s'e.erce contre la bna'
;: Foir EC - : -- passim --- %;.
;; %&id' - %9.
;6 Deleuze %67( -F %%.
69 %&id' -F %) A EC -- %7.
6% EC -- %(
6( Deleuze %67( -F %%.
:5
tureb et également contre la braisonb $ mais # tout ce qui e.iste et a *amais e.isté sur terre en fait
de li3erté de délicatesse RcS ne s'est *amais développé RcS que grLce ! la bt4rannieb de ces blois
ar3itrairesb $
6)
.
L'histoire de la punition et de la morale dans la société humaine est mieu. comprise au sens
culturel de la perspective 3asse que Nietzsche critique ailleurs. /i Nietzsche est compris de cette
fa5on le sophisme naturel est évité également 2 il ne faut aucunement croire ! la naturalité de la
volonté morale ni au droit naturel. La morale humaine est par nature altruiste mais elle est créée
suivant une perspective de la meute humaine. Ainsi si l'on parle de la préhistoire de la morale
comme préhistoire des o3ligations et punitions elle n'est plus préhistoire # naturelle $ mais dé*!
sociale et étatique
6,
. =n effet la # cruauté n'a rien ! voir avec une violence R...S naturelle R...S A elle
est le mouvement de la culture qui s'op+re dans les corps et s'inscrit sur eu. $ l'histoire qui fait
des hommes les rouages de la machine sociale les rouages de l'Utat.
60
In peut supposer que le
mécanisme de domestication par la société est celui des pouvoirs réactifs et 3as. 1ourtant cNest le
même mécanisme qui peut faire que les pouvoirs réactifs o3éissent au. pouvoirs actifs. La domi'
nation des pouvoirs actifs ne passe que par la mécanique réactive puisque l'actif veut dire que les
pouvoirs réactifs sont l'o3*et de l'activité et donc que les gens se soumettent ! une valeur plus
grande qu'eu.. La longue histoire de la cruauté a enseigné au. gens ! se conformer au. ordres et
on l'a apprise si 3ien que cette morale est pratiquement devenue innée. &Nest la r+gle des meutes
et non pas des individus. /elon Nietzsche elle est si universelle et forte non pas en raison dNune
cause génétique mais parce que cette morale au mo4en de sanctions ph4siques a dans l'histoire
tant marqué les langues.
67
Nietzsche a évidemment vu que les caract+res acquis sont lNhéritage
dNune évolution disciplinaire des maurs et des langues. =n ce sens il est lamarcHiste. &e n'est pas
parce que des caract+res 3iologiques se seraient génétiquement transmis apr+s avoir été acquis
durant la vie d'un organisme mais plut<t cNest parce que les le5ons que se sont données les gens
se sont inscrites dans les langues et les maurs quNelles passent au. générations suivantes. Ainsi
les langues et les maurs portent'elles une histoire encore agissante de la discipline morale A his'
toire dont on peut suivre des traces pour en faire une généalogie. /elon Nietzsche dans les ha3i'
tudes corporelles'linguistiques telles qu'une grammaire se manifeste lNordre dNo3éir au. r+gles
mais également les r+gles mêmes au.quelles o3éirent quotidiennement les gens dont il s'agit.
6) JC %;;.
6, Foir aussi EC -- %:.
60 Deleuze et Euattari %6:( p. %:9.
67 Deleuze %67( -F %%'%0 A JC %;;.
::
&ette généalogie de la morale est loin d'être e.haustive mais elle m+ne ! la recherche de la
généalogie de la mort de l'Homme.
Cême si la dichotomie nature8culture est évita3le ces notes concernant la généalogie sont per'
tinentes pour ce travail'ci. In peut demander au. valeurs du capitalisme comment il fonctionne
réellement et demander quant ! son origine de quoi il a hérité et qui 4 a gagné ' et poser ces
mêmes questions concernant la démocratie. -l faut scruter les caract+res dominants de ces s4s'
t+mes afin de voir leurs valeurs pratiques. =n outre il est tr+s important de découvrir leur histoire
idéologique et matérielle pour voir de quelles forces ils ont hérité et quelles sont les forces qui les
ont utilisés 2 qu'est'ce qu'ils font comme idéologies ! la politique et quelle est la situation so'
ciale pratique et matérielle qui les a formés K In peut aussi poser des questions généalogiques de
Nietzsche ! Nietzsche. -l dit que la raison consiste ! mesurer que la pensée naturelle de l'homme
consiste ! mesurer et que ! l'origine de toute la vie sociale humaine on a mesuré des choses et
les a forcé ! la mesure. /i mesurer est le # raisonnement en soi $ on peut se demander comment
est ce raisonnement ce qui fait le raisonnement en soi de la modernité ce que la médiatisation
fait au raisonnement en soi et qui en profite K &e t4pe de généalogie de la condition moderne suf'
fit ! notre propos. -l nNest nul 3esoin de la scruter plus en détail encore moins faut'il la réduire !
un mécanisme ph4sique. Le 3ut n'est pas de dire que les pouvoirs du monde actuel sont enti+re'
ment déterminés par des conditions antérieures mais au contraire que les lignes historiques se
construisent tou*ours sur l'actualité des pouvoirs e.istants
6:
. &ertes pour que l'anal4se de la d4na'
mique de la condition moderne ne soit pas compl+tement théorique il reste ! découvrir ce qui a
vraiment changé dans le saut vers la modernité et plus précisément comment les changements
épistémologique et politique se sont affectés l'un l'autre.
$.2 Les racines idéolo"iques de la société sécularisée
Le changement épistémologique de la Menaissance ! l'Lge classique et ! la modernité a consis'
té en particulier ! passer du s4st+me infini de la ressem3lance analogique au s4st+me définissa3le
de la représentation
6;
. Avant le monde se constituait ! partir de la pluralité hétérog+ne dont la
continuation dépendait de la ressem3lance par analogies entre des niveau. différents tandis
qu'au. temps modernes le monde est vu comme une unicité matérielle qui est l'o3*et de représen'
tations plus ou moins e.actes par des cultures différentes
66
. Le progr+s scientifique et épistémolo'
6: &Nest ! l'opposé de ce que /artre décrit comme déterminisme historique ?/artre %679 p. 79'70@.
6; "oucault %677 )(',9 0:'06 7:'7; A Deleuze %6;78(99, p. %)%'%),.
66 Descola (990 p. %(%'%() (,%'(,, (;('(;: )(0.
:>
gique de l'=urope moderne a été accompagné par des révolutions plus profondes qui ont eu lieu
dans les champs *uridique économique et politique
%99
. Ainsi la Méforme a séparé l'Uglise du pou'
voir ladque – séparation qui sNest même répandue peu apr+s dans les pa4s catholiques. ErLce !
cela il ne devait plus 4 avoir de suprématie de la religion sur la société. Le droit lNéconomie et la
politique modernes sécularisés prétendent être non religieu.. La révolution contre l'Uglise dans
tous les domaines a 3ien écrasé l'ordre de Dieu et a constitué celui de l'Homme. 1ourtant ces
s4st+mes modernes ne se sont pas li3érés de la religiosité.
-l faut le démontrer pour deu. raisons 2 ?%@ pour lier les changements politiques et sociau. au.
changements épistémologiques et scientifiques en particulier pour les mettre en rapport avec la
mort de l'homme dans le champ épistémologique A ?(@ pour montrer que les s4st+mes soi'disant
non'religieu. et émancipateurs sont en fait idéologiques.
$.2.1 L'hérita"e reli"ieu- de la société sécularisée
Le s4st+me démocratique et *uridique qui prétend être celui de la *ustice universelle et ration'
nelle ne manifeste qu'une *ustice universalise. &omme Nietzsche le dit ce qui est # *uste $ main'
tenant a été in*uste auparavant. =n effet la 3onne conscience des hommes no3les ?*ustes@ a forte'
ment résisté contre leur soumission au. droits générau.
%9%
. La démocratie est l'idéologie égalita'
riste de l'occident moderne qui comme Nietzsche lNa vu hérite autant du christianisme comme
s4st+me des pouvoirs réactifs que l'Homme hérite de Dieu comme terme central de l'épistém+.
=lle hérite particuli+rement de deu. traits 2 ?%@ elle pense l'homme en général séparé des condi'
tions locales et ?(@ elle veut s'imposer ! tous
%9(
.
&omme l'épistém+ du Co4en'Qge était celle des places propres de même les su*ets du droit
étaient 3ien définis par leur statut social. Les aristocrates locau. affirmaient la différence 2 celle
du pouvoir par rapport au. autres ha3itants de leur domaine celle du r+gne par rapport au. autres
aristocrates et celle des valeurs par rapport au. ha3itants de leur domaine ?qui eu.'mêmes
avaient des r<les spécifiques@ aussi 3ien quNenvers les autres aristocrates qui avaient leurs cou'
tumes et traditions locales.
%9)
Jien que les ro4aumes de l'=urope occidentale aient été assez simi'
%99 -ls sont liés tr+s concr+tement. Ainsi de même que les philosophes grecs furent des guerriers de grandes
3atailles il ne faut pas ou3lier que Descartes fut un soldat dans les guerres de religion que Ho33es vécut au
milieu d'une guerre civile et que les hommes des Lumi+res ne furent pas seulement des savants mais tou*ours
avant tout des réformateurs politiques.
%9% EC --- %9
%9( JC (9(.
%9) &f. Deleuze %67( -- ( A et Nietzsche JC (0: (0; et (79. Les aristocrates ont utilisé le même pouvoir dans des
domaines différents mais leur conduite a varié profondément selon les régimes précisément ! cause de ce
:A
laires au regard de leur constitution le s4st+me féodal était par nature décentralisé
%9,
2 les aristo'
craties formaient une pluralité décentralisée et active en ce quNelles étaient relativement indépen'
dantes les unes des autres et parce que le s4st+me permettait au. aristocrates de décider et de gar'
der leurs valeurs ainsi que de commander ! ceu. qui nNavaient pas les mêmes valeurs. Pout était
mis en un ordre déterminé par la filiation et les mouvements politiques concernaient les condi'
tions locales d'un peuple ou d'une classe et sa soumission au régime local. La démocratie dont la
manifestation est la Mévolution fran5aise en revanche a e.posé l'égalité naturelle des hommes 2
# la souveraineté du peuple l'omnipotence du pouvoir social l'uniformité des r+gles... toutes
RcesS doctrines ne sont pas seulement les causes de la révolution fran5aise R...S elles sont ce qu'il
4 a dans ses auvres de plus fondamental $
%90
. Cais une telle universalisation des droits a 3esoin
d'une théorie du droit naturel elle doit se fonder sur une théorie de la nature humaine ce qui
forme le pro3l+me moderne
%97
. =n # prenant R...S leur fondement dans la nature humaine elle'
même $ les idées de la révolution 3ourgeoise # peuvent être re5ues également par tous les
hommes et applica3les partout $. 1ourtant ce sont les religions qui pensent ! l'Homme en géné'
ral # indépendamment de la forme des sociétés. $ Pocqueville conclut donc que les valeurs égali'
taristes de la Mévolution sont devenues elles'mêmes # une sorte de religion nouvelle $.
%9:
=n tant
qu'hommes tous sont également soumis ! une seule et même loi. =n fait la loi ne provient d'au'
cune nature humaine A elle ne suit que les conditions de la société du OF---
e
si+cle.
Duant ! l'autre héritage religieu. le prosél4tisme
%9;
il n'est pas un caract+re commun des reli'
gions mais une invention du christianisme. -l e.ige l'élimination de la différence 2 tout le monde
se soumettre ! la même r+gle. Le christianisme s'est pris pour la religion vraie de tous et n'a pas
voulu accepter qu'il 4 ait dNautres Dieu.. De même la Mévolution nNa pas li3éré tous les hommes
différents mais a mis tous les hommes sous la même loi 2 ceu. qui lNont voulu dNeu.'mêmes
mais aussi ceu. qui ne se sont pas soulevés ou ne lNont pas voulue. &omme la religion chrétienne
est la premi+re religion prosél4te de même la démocratie est le premier t4pe de gouvernement a
pouvoir similaire parce que les aristocrat?i@es différent par leur nature.
%9, # Le christianisme est une religion dégagée de tout ce qui pouvait être spécial ! un peuple. R...S La révolution
fran5aise a opéré par rapport ! ce monde précisément de la même mani+re que les révolutions religieuses
agissent en vue de l'autre A elle a considéré le citoyen d'une façon a&straite en dehors de toutes les sociétés
particuli+res. $ ?Pocqueville %67: p. :% A Livre % chapitre -F.@
%90 2p' cit' p. 7)'7,.
%97 Lorsque l'homme fait partie de la nature mais est distingué de la simple nature par sa capacité culturelle il reste
! savoir de quelle culture doter la nature humaine et comment le faire ?Descola (990 p. %(%'%()@.
%9: Pocqueville %67: p. 7, 76':%.
%9; Due la démocratie soit prosél4te on peut le voir actuellement par e.emple avec la Euerre du Eolfe avec les
négociations de la candidature de la Purquie dans l'>= et dNa3ord avec le fonctionnement général de l'IN>.
:7
essa4er de devenir universel. /i Nietzsche affirme que Dieu est mort parce que la divinité est
# qu'il 4 ait plusieurs dieu. $ de même l'homme démocratique est mort puisqu'il porte
l'uniformisation religieuse en son concept de politique humaine
%96
.
$.2.2 La reli"iosité de la représentation rationnelle capitaliste
/i lNon supposait dé*! que le capitalisme est étroitement lié ! la Méforme avec lNauvre de _e'
3er cNest devenu clair. &e n'est pas pour # la *oie d'être'au'monde $ et donc pour un trait non'reli'
gieu. de la vie ladque détachée de l'influence de l'Uglise que les protestants se sont si 3ien adap'
tés au capitalisme mais pour la confession protestante du travail. _e3er a démontré que l'idée de
la # profession'vocation $ c'est'!'dire l'idée du travail comme accomplissement le plus a3solu de
la vie morale des gens est née de la traduction allemande de la Ji3le c'est'!'dire de la Ji3le de
Luther. D'a3ord on sNest peut'être contenté de *ustifier l'ordre social e.istant par l'idée dNune
# tLche assignée par Dieu $ mais la morale protestante va *usquN! dire que le travail est vertueu.
dans tous les cas et quNil suffit dNe.ercer sa profession pour faire le 3ien.
%%9
Non seulement le profit est *ustifié par un lien moral mais le profit même est utilisé pour la
*ustification morale. LocHe qui eut une grande importance dans la *ustification des sociétés mo'
dernes en Angleterre et au. Utats'>nis a en fait *ustifié l'échange capitaliste ?plut<t que la pro'
priété privée@ en prétendant que tout est d'a3ord la propriété de Dieu.
%%%
Avec LocHe est utile ce
qui engendre du profit le profit est mesuré en argent et la vie morale est rationalisée autour de
lNargent. &omme _e3er le dit le # processus de rationalisation dans le domaine de la technique et
de l'économie conditionne une part importante des # idéau. de vie $ de la société 3ourgeoise mo'
derne $. L'activité est # mise au service d'un agencement rationnel $ qui guide # les représentants
de # l'esprit capitaliste $ qui vo4aient l! l'un des 3uts suscepti3les d'orienter le travail de leur vie.
&ette morale du travail est également référée ! la Ji3le par "ranHlin qui raconte que son p+re n'a
cessé de lui répéter ces mots de la Ji3le 2 # /i tu vois un homme vaillant dans sa profession alors
%96 ^ Livre --- # Des Menégats $ A ^ Livre --- # Des vieilles et des nouvelles ta3les $ \%% A EC --- %(.
%%9 _e3er (99) p. 7)';:. 1our la statistique et l'anal4se concernant la liaison pratique entre le protestantisme et le
st4le de vie capitaliste voir le chapitre premier p. ;'(9'
%%% L'argument consiste en 7 phases 2 ?%@ tous les hommes ont le droit de garder leur propriété ?(@ mais seulement
parce que c'est d'a3ord la propriété de Dieu ?car les lois de nature ne peuvent découler que de Dieu donc s'il 4 a
une telle loi il faut quNelle soit fondée par la cro4ance en Dieu et donc Dieu en tant qu'omnipotent et
omniprésent est le premier propriétaire de tout@ ?)@ on utilise donc la propriété de Dieu et comme Dieu est la
source de toute la morale il faut être *uste avec la propriété A ,@ est utile ce qui est *uste et la *ustice consiste !
faire du profit A ?0@ celui qui a le droit de propriété est celui qui le fait croYtre A ?7@ l'échange capitaliste est
*ustifié. ?LocHe %60, p. (9%'(9) (%0.@
:?
il présentera devant les rois $.
%%(
1our lui manifestement la morale consiste ! gagner de l'argent
sans en dépenser ! gagner pour gagner et il pense que c'est ce que veut Dieu. &e qui importe ce
qui a changé depuis le monde précapitaliste cNest qu'il ne s'agit plus de la morale d'un
philosophe ni de celle des 3anquiers mais de celle des ouvriers
%%)
. &omme on le sait le travail a
occupé de plus en plus le temps des travailleurs qui finalement ne travaill+rent plus pour leur vie
mais vécurent pour leur travail ou du moins en travaillant. &ar la morale du travail de "ranHlin
n'est pas celle dNun courtier c'est e.pressément une morale protestante 2 la morale qu'il a apprise
dans sa famille comme une morale religieuse.
Deu. choses en découlent 2 ?%@ il n'4 a aucune raison de douter que ce ne soit pas une morale
commune A ?(@ il est également clair que cette morale capitaliste qui sNest tellement 3analisée que
l'on peut en parler comme s'il s'agissait purement de la simple rationalit est une morale reli'
gieuse. La Méforme a pourtant été une révolution religieuse
%%,
. -l est également remarqua3le que
cette rationalité ainsi que les idées a.iomatiques de cette réalité soient en elles'mêmes un choi.
de nature morale et religieuse. =n effet de la rationalisation pourrait dériver presque n'importe
quoi car ce sont les données historiques ?sociales politiques et religieuses@ qui déterminent le
contenu du s4st+me rationnel A ou comme _e3er le dit # on peut effectivement # rationaliser $ la
vie sous des points de vue ultimes e.trêmement différents $ et ce rapport au travail comme # la
fin en soi $ qui fonde le s4st+me rationnel du capitalisme est # tr+s irrationnel $
%%0
.
L'idée même de la profession'vocation telle qu'elle e.iste dans le capitalisme est encore reli'
gieuse 2 le capitaliste ne travaille pas pour ce monde'ci. Autant l'argent représente le travail au'
tant le travail est pour la représentation monétaire. Ainsi parce que le protestantisme a rationalisé
# la conduite de vie ! l'intérieur du monde $ il en a résulté # une vie rationnelle dans le monde
mais qui ne f[t pas de ce monde ou pour ce monde $
%%7
puisqu'il l'a rationalisé pour l'au'del!. &e
caract+re persiste également dans le capitalisme dont la rationalisation ne vise rien de concret en
soi mais seulement le gain en tant que représentation imaginaire du travail 2 le capitalisme est
sans aucun 3ut intramondain. Apr+s Car. et _e3er l'attitude religieuse du capitalisme envers
%%( _e3er (99) p. (; 79. Dans sa confession nadve de la morale capitaliste "ranHlin fait reposer sa morale précisé'
ment sur la Ji3le ?%&id' (%'(,@.
%%) 2p' cit' p. )6.
%%, =n fait l'idée luthérienne de l'appréciation du travail quotidien comme sacré ?l'idée de la # profession'
vocation $@ est influencée par les m4stiques allemandes ?-3id. p. :%@.
%%0 2p' cit' p. 7( (9:. Cême la valeur de la rationalisation n'est pas incontesta3le. =n fait Derrida a 3ien montré
que la *ustice est dé*! quelque chose d'irrationnel et que donc tous les s4st+mes ?morau.@ rationnels ont un
fondement irrationnel ?Derrida %66,'(990/ p. 06'7)@.
%%7 _e3er (99) p. %67.
:8
l'argent est presque devenue un lieu commun. /iltala nomme des philosophes comme Jen*amin
des sociologues comme Deutschmann Podd et /immel des théologiens comme /eg3ers et des
économistes comme Xruger et même le magazine <"e =conomist pour avoir affirmé que le capi'
talisme est une vérita3le religion d'argent. Pous sem3lent souligner l'aspect imaginaire et infini de
l'argent la cro4ance en la croissance infinie d'une valeur médiatrice qui n'est rien en soi mais
a4ant seulement de la valeur dans l'échange avec quelque'chose d'autre.
%%:
1olan4i démontre quNil
4 a eu une grande transformation des sociétés anciennes dans lesquelles le gain était un produit
marginal au. sociétés modernes dont la force régissante est l'intérêt économique personnel.
&ette transformation illustre que la position centrale occupée par le gain personnel et le marché
dans la société moderne n'est ni évidente ni naturelle mais la condition tr+s particuli+re et artifi'
cielle de notre société
%%;
. De toute fa5on il est clair que la représentation s4stématique et la ratio'
nalisation de la production médiatisée ont dé*! en eu.'mêmes un contenu moral et religieu. et
sont loin d'être naturels et neutres. =n évitant la t4rannie des lois ar3itraires contre la raison et la
nature les modernes ont tellement rationalisé la société qu'ils ont confirmé une position ar3itraire
et se sont réglés sur une t4rannie non'ar3itraire suivant cette position.
$.$ Les médiatisations universelles
/i Nietzsche a raison et que toute la raison consiste ! mesurer sNensuit'il qu'utiliser tou*ours
une certaine mesure soit raisonna3le K Dans ce cas il faudrait également présupposer que cNest
l'échange et la réduction ! une unique et même mesure qui donnent le sens ! # mesurer $.
Nietzsche ne prétend pas qu'il faille une mesure mais sugg+re que les relations préhistoriques ont
été du t4pe de celles qui e.istent entre créditeurs et dé3iteurs. /'il a raison on peut se demander
s'il sugg+re également que l'élément primaire de cette préhistoire est la circulation ou l'échange.
Ir Descola a 3ien montré que les deu. propositions sont fausses. Lorsque Nietzsche parle de la
préhistoire humaine il fait une erreur commune ! son époque 2 il associe plusieurs # cultures sau'
vages $ afin de former un ensem3le de la pensée primitive. 1ourtant des pensées différentes ont
lieu parmi des peuples différents dont aucun n'est préhistorique. La relation inégale dé3iteur'cré'
diteur n'est le fondement des relations que dans une petite partie du monde oB les hommes
doivent ! leurs ancêtres glorifiés et oB une hiérarchie héréditaire e.iste
%%6
. L'idée que # mesurer $
soit lié ! l'échange voire ! la circulation est encore une autre idée. =n fait le rapport de
%%: /iltala (99, p. 6,'6:.
%%; 1olan4i (996 les chapitres -F et O--.
%%6 Descola (990 p. ,0%',00. 1ar e.emple parmi les peuples animistes les relations forment plut<t un rhizome.
:9
l'échange réciproque de su*ets ontologiquement égau. concerne # 3ien plus que la circulation des
3iens puisque l'un ou l'autre d'entre eu. en vient ! structurer l't"os d'un collectif de mani+re dis'
tinctive $
%(9
. /i la mesure ne doit pas être la même pour tous on devrait pouvoir tous mesurer
chacun selon sa propre mesure. =n fait inscrire les flu. dans le monde d'un point de vue pourrait
3ien être la premi+re forme de connaissance. Poutefois si # mesurer $ est compris comme le rai'
sonnement en soi cNest d'a3ord inscrire et non seulement mesurer selon une mesure mais don'
ner des mesures mettre en mesure. 1our reprendre les mots de Deleuze et Euattari # la société
n'est pas d'a3ord un milieu d'échange oB l'essentiel serait de circuler ou de faire circuler mais un
socius d'inscription oB l'essentiel est de marquer et d'être marqué $
%(%
. 1our mesurer il faut
d'a3ord des mesures qui sont des perspectives morales et épistémologiques selon lesquelles on
compare les choses et valorise des relations.
&omme /artre le dit la philosophie en tant qu'idéologie n'est née qu'apr+s la lutte mais elle
voit la lutte rétrospectivement comme sa lutte ! sa mesure
%((
. &'est ce point de vue rétrospectif
qui permet de voir l'histoire comme l'histoire du capitalisme puisque le capitalisme est le grand
vainqueur de l'histoire
%()
. Ainsi il peut sem3ler que le capitalisme représente le raisonnement en
soi ou apparaisse comme la seule rationalité possi3le. Du point de vue capitaliste comme
Nietzsche le dit la no3lesse est ridicule 2 il sem3le irrationnel de montrer des valeurs et de ne pas
mesurer l'utilité et le gain. 1ourtant si raisonner est mesurer le capitalisme a seulement effectué
un changement de raisonnement 2 plut<t que dNavoir li3éré la raison des idéologies il a idéologisé
une raison A plut<t que dNavoir li3éré l'action de la mesure il a réduit tout l'activité ! une mesure.
Le capitalisme comme la démocratie a mis fin ! l'action de la mesure au sens de la valorisa'
tion ou de la création des mesures. &omme la démocratie a hérité du christianisme le prosél4'
tisme et lNuniversalisme de même le capitalisme en a hérité la rationalisation du travail et l'uni'
versalisation des caract+res. -ls ont détruit la domination matérielle de l'église mais ils ont égale'
ment servi ! perpétuer des traits fondamentau. de l'idéologie chrétienne. &ependant ils portent
aussi des caract+res idéologiques modernes et non'chrétiens. 1lus particuli+rement ils sont liés !
l'épistém+ moderne dominée par les représentations a3straites du monde o3*ectif. Les représenta'
tions modernes les plus universelles sont l'argent ?capitalisme@ et l'Homme ?démocratie@. Les as'
%(9 %&id'/ p. ,)6.
%(% Deleuze et Euattari %6:( p. %77.
%(( /artre %679 p. %7.
%() &oncernant l'histoire rétrospective du capitalisme voir Deleuze et Euattari %6:( chapitre troisi+me. /ur lNidée
du capitalisme comme vainqueur dans l'histoire voir par e.emple "uHu4ama %66(.
>=
pects générau. les plus concrets et les plus connus de leur représentation sont la force de travail
?qui donne la valeur d'échange ! la production@ et l'opinion commune ?le droit politique démocra'
tique de chaque homme@.
$.$.1 L'ar"ent et la orce de travail
Le protestantisme luthérien a estimé # l'accomplissement du devoir ! l'intérieur des profes'
sions séculi+res comme le contenu le plus élevé que p[t revêtir dans l'a3solu l'activité morale de
l'individu $. &ette idée de la # profession'vocation $ implique l'idée de l'indifférence du mode
d'agissement pourvu que ce soit travail sérieu..
%(,
Pout travail sérieu. est estimé comme un 3ut
moral en soi. /elon les mots de _e3er # chaque profession licite a tout simplement la même va'
leur devant Dieu $. &ela e.ige que l'activité humaine soit différenciée plus ou moins de l'action
non'humaine en ce que celle'l! serait déli3érément productive ou créative mais également que
les rapports des hommes au. autres entités soient tous appréhendés sous cette même catégorie de
la production et enfin que les rapports productifs se différencient au premier chef quantitative'
ment et non qualitativement. &ela advient quand tout # l'agir terrestre $ est seulement du travail –
ou si l'on veut de l'investissement de la force de tra$ail simple.
%(0
La valorisation a3straite du
travail fait que le travail n'est plus le mo4en dNune profession mais pour le travail même qui est
devenu un 3ut uniforme et a3strait et qui doit également être *ugé selon une mesure a3straite.
>ne telle mesure a3straite est celle du capitalisme ! savoir l'argent.
L'esprit du capitalisme c'est l'esprit d'a3straction et de représentation. D'a3ord tout devient ar'
gent 3ien que lNargent représente seulement la valeur avec laquelle il est échangea3le. =nsuite le
s4st+me du crédit facilité par le support a3strait de l'argent multiplie l'argent en le rendant en'
core plus a3strait 2 crédit e argent. Le crédit n'e.iste pas réellement ce n'est qu'une confiance ac'
cordée ! l'avenir A on a du crédit seulement si on ! l'air dNune personne qui va avoir de l'argent.
Avec le crédit on peut utiliser de l'argent que l'on n'a pas encore gagné. Pout le s4st+me de l'ar'
gent est fondé sur la cro4ance ! la valeur de quelque'chose qui n'e.iste pas concr+tement. La so'
ciété utilise une 3ien plus grande somme d'argent que ce qui e.iste réellement. &oncr+tement la
plupart de lNargent nNest donc rien. Le s4st+me monétaire est donc un s4st+me imaginaire qui
sem3le être tout. # &'est l'homme qui est rapporté au gain comme la finalité de sa vie et non plus
%(, _e3er (99) p. :%. _e3er note aussi l'influence paulinienne et calviniste sur l'idée de l'indifférence du mode de
travail ?%&id. p. ;%';,@.
%(0 %&id. p. :,.
>3
le gain ! l'homme en tant qu'un mo4en de satisfaction de ses 3esoins matériels vitau.. $
%(7
Avec le
gain on a un 3ut # réel $ une mesure pour la rationalité des actions qui cependant est
imaginaire et qui plus encore est sans fin. In peut tou*ours gagner plus on peut tou*ours
travailler plus. La satisfaction n'est plus la question.
Le capital'argent pour lequel le travail est fait – et pour lequel ! son tour on vit – est par na'
ture représentatif puisquNil représente la production mais la force de tra$ail est le représenté sup'
posé dont la valeur n'est pourtant mesurée qu'en argent. Le sens de la force de travail est clair
dans Le +apital 2 # sous ce nom il faut comprendre l'ensem3le des facultés ph4siques et intellec'
tuelles qui e.istent dans le corps d'un homme dans sa personnalité vivante et qu'il doit mettre en
mouvement pour produire des choses utiles $
%(:
. Les hommes selon Car. utilisent leur capacité
humaine pour créer de quoi satisfaire leurs 3esoins matériels ! partir de la mati+re 3rute. &Nest un
rapport du su*et ! un o3*et idéel mental ! la mati+re inanimée disponi3le et ! un o3*et qu'il pro'
duit avec cette mati+re et selon son idée. La force de travail spécifique crée des choses utiles
mais la valeur du produit est liée ! la force de travail simple qu'on a utilisée ! cette fin. In pour'
rait soutenir que la force de travail est nécessaire aussi pour que quelque'chose soit échangé. Ain'
si une pomme qui pousse dans un verger ne prend pas de place dans la circulation des 3iens
mais lorsque la pomme est cueillie le cueilleur peut l'échanger contre de l'argent. &omme Hodg'
son lNa remarqué 3ien plus que la force de travail est e.igé 2 la propriété privé la circulation et le
marché
%(;
. Due le facteur social crée ou non la valeur dans le marché du capital il reste que la
production pensée en termes de force de travail et de propriété privée e.prime le manque
comme circulation des 3iens et le 3esoin comme circulation de l'argent. =n tant que socius ou que
surface de l'activité oB tout sem3le se passer le capital forme le champ de référence de la produc'
tion c'est'!'dire ce qui est censé être réel 2 le travail est réel dans la mesure oB il rapporte. Le s4s'
t+me est donc auto'représentatif et en tant que tel il est circulaire et h4per3olique. In a donc af'
faire ainsi ! une société imaginaire ou représentative dont l'élément imaginaire d'une part est
%(7 %&id. p. (:. 1our l'imaginaire du capital voir la confession de "ranHlin 2 # le crdit c'est de l'argent R''S l'argent
est d'une nature prolifique et fconde R''S pour 7 livres annuelles tu peu. avoir l'usage de %99 ! condition d'être
un homme connu pour sa sagacité et son honnêteté. Duiconque dépense inutilement un sou par *our dépense
inutilement environ 7 livres par an ce qui est le pri. requis pour l'usage de %99 livres. $ ?%&id' p. (%'(, souligné
par l'auteur@ A également # if - estimate the Whole currenc4 ?he means of the 3anHnotes@ and the amount of the
lia3ilities of the JanH and countr4 3anHers pa4a3le on demand - find a sum of %0) million Which 34 laW can
3e converted into gold... and the amount of gold to meet this demand onl4 %, million $ ?Josanquet %;,( p. %%
cité in Car. %66% p. 0(7@.
%(: Car. %669 p. (:9.
%(; Hodgson %6;( p. :7':6.
>5
pris pour la valeur réelle de la force de travail et d'autre part qui représente cette force de tra'
vail
%(6
. La force de travail générale supposée censée doter de valeur la production n'a pas de va'
leur en soi ni de facto ni de .ure. La valeur du produit n'est ni en théorie ni en pratique compl+te'
ment réducti3le ! la force de travail mais en revanche la valeur de la production est en pratique
en termes de force de travail réduite ! la valeur pa4ée du produit.
1ourtant il reste tou*ours la question de savoir # qui pa4e ! qui et pour quoi K $
%)9
. Dans le ca'
pitalisme toute action augmente en fait la production imaginaire la circulation du capital. In
pourrait pa4er pour n'importe quoi. &omme # la notion même de force de travail isole ar3itraire'
ment un secteur coupe le travail de son rapport avec l'amour la création et même la produc'
tion $
%)%
en fait elle # naturalise $ et structure une valorisation artificielle des activités différentes
et affirme leurs valeurs imaginaires comme valeurs réelles. &ette idée de valeur réelle des travau.
gagnants peut avoir des résultats grotesques comme lorsque "riedman par e.emple dit que si
l'on adoptait l'économie de marché li3re la différence de niveau de vie entre les travailleurs des
différents pa4s résulterait directement de la différence de leur productivité
%)(
. Cême si l'on a3an'
donnait les tarifs douaniers et les ta.es qui empêchent le commerce li3re le niveau de vie des mi'
neurs du &ongo nNaugmenterait pas *usquN! un niveau accepta3le A et cela ne résulterait pas de
leur fai3le productivité. D'a3ord parce que les entreprises e.istantes peuvent agir avec force dans
les pa4s en voie de développement. =nsuite parce que si l'on représente la production comme
une force de travail a3straite en argent ceu. qui font le commerce sem3lent produire le plus. -l 4
a donc 3ien une partie de la production qui simplement nNest pas valorisée.
Le sérieu. du travail est donc *ugé selon le gain et la constance avec laquelle on le gagne
%))
.
&e n'est donc selon aucune utilité concr+te mais selon le média a3strait de l'argent que l'on me'
sure l'usage et l'utilité de la force de travail et donc la valeur de lNaction. /i toute activité sociale
est sécularisée avec le protestantisme au sens oB l'on peut dire que le protestantisme lui'même
est # sécularisé $ elle est également comme les droits séculaires de la Mévolution élevée en po'
sition de religion 2 il n'4 a aucune fa5on de *uger le s4st+me économique une fois # sécularisé $
%(6 %nfra le chapitre deu.i+me.
%)9 Deleuze %6698(99) p. 06.
%)% %&id' 7(.
%)( "riedman %67( p. :(':). -l faut noter que "riedman pense au s4st+me économique 3ien plus li3re que lNactuel.
%)) Adams %;,0'%;0; p. :: cité dans _e3er (99) p. (%(. Ugalement /artre %679 p. 7, 2 # -l est donc
parfaitement e.act que l'homme est le produit de son produit 2 les structures d'une société qui s'est créée par le
travail humain définissent pour chacun une situation o3*ective de départ 2 la vérité d'un homme c'est la nature de
son travail et c'est son salaire $.
>:
cNest'!'dire quand on le rationalise ! l'a3solu.
$.$.2 L'opinion commune
L'Utat égalitaire démocratique est fondé sur l'accord de fond ma*oritairement adopté qui se'
lon Cengue # ne fait pas taire les différences R...S mais les maintient leur accorde des droits
d'e.pression $
%),
. /auf qu'un fond qui repose sur l'accord ma*oritairement adopté ne maintient que
les différences molaires représentées par la volonté de la ma*orité et que ces différences molaires
doivent d+s lors s'e.primer par les droits acceptés et seulement par les droits acceptés. La pensée
politique de la démocratie moderne se manifeste le plus clairement au. Utats'>nis parce que l!
# la ma*orité régit souverainement la société $.
%)0
# La dépossession des -ndiens $ qui # s'op+re
souvent de nos *ours d'une mani+re réguli+re et pour ainsi dire toute légale $
%)7
donne un e.emple
dramatique des résultats possi3les de cette t4rannie. Les -ndiens que les espagnols n'ont pas réus'
si compl+tement ! e.terminer avec leurs mo4ens 3rutau. ont été liquidés par la démocratie des
Utats'>nis. Le pouvoir pu3lic a accompli le génocide légalement 2 toutes les décisions ont été
celles de l'opinion commune. La démocratie a fonctionné normalement et ce n'est qu'! cause des
conséquences e.trêmes qu'elle a l'air d'avoir su3i un d4sfonctionnement a3solu. Cême actuelle'
ment ! lNépoque de la mondialisation la démocratie paraYt peu démocratique ! cause de son pro'
sél4tisme même 2 on n'accepte pas des gouvernements non'démocratiques on force des pa4s non'
démocratiques ! la démocratie au mo4en dNinterventions militaires telle la guerre du golfe. Jien
s[r les raisons peuvent être plus économiques que politiques. =n tout cas c'est un s4st+me poli'
tique et économique que l'on a installé de force en -raH.
Le fonctionnement réel de la démocratie ne se découvre pas s'il n'est cherché que dans la fonc'
tion idéale prétendue ou dans le fonctionnement intentionné supposé mais seulement si l'on
cherche la totalité de l'év+nement qu'elle effectue dans la société. =n fait même au dé3ut la dé'
mocratie nNa *amais été l'égalité pour tous mais seulement l'égalité pour quelques'uns
%):
et la
%), Cengue (99) p. 0,.
%)0 Pocqueville %6;%3 p. %;
%)7 Pocqueville %6;%a p. ,)7 A (999 p. )9,')90. Jien que Diamond ait montré que l'e.termination de la population
amérindienne a été la conséquence de conditions matérielles ?Diamond %666 p. )0,'):0 en particulier p. ):)'
):,@ Pocqueville fait néanmoins une remarque *udicieuse concernant la défaite finale des -ndiens d'Amérique du
Nord ?contrairement ! leur survie partielle en Amérique du /ud@ en particulier sur la légalité des mo4ens avec
lesquels cela fut accompli.
%): fPhe 3ourgeois revolutions in =ngland "rance and America R...S asserted that political truths are fself'evidentA
that all men are created equal R...Sg Phe4 meant literall4 all men 3ecause Women Were not given the right to vote
in the >nited /tates until %6(9. R...S And of course the4 didn't mean all men 3ecause slaver4 continued in the
"rench Dominions and in &ari33ean until the middle of the nineteenth centur4.g ?LeWontin %66) p. %6@.
>>
question de la # distri3ution *uste $ nNa *amais été qu'une question du contr<le équili3re d'une
Hleptocratie
%);
. 1uisque une politique pro3lématique inégalitaire et in*uste manifeste l'opinion de
la ma*orité on peut chercher la source du pro3l+me dans l'acceptation de la souveraineté de
l'opinion commune
%)6
. &omme le dit Pocqueville 2 # dans les si+cles de l'égalité l'on peut prévoir
que la foi dans l'opinion commune 4 deviendra une sorte de religion dont la ma*orité sera le
proph+te $.
%,9
Uvidemment la souveraineté de l'opinion commune est la réponse de la démocratie
au pro3l+me classique de la science politique moderne 2 comment peuvent coe.ister le souverain
impersonnel c'est'!'dire l'Utat et le souverain personnel c'est'!'dire l'individu K Dans la
démocratie parlementaire l'Utat souverain a tout pouvoir sur le peuple mais ce dernier manifeste
son opinion réguli+rement.
%,%
L'opinion commune comme volonté de la ma*orité r+gle la vie de
chacun.
La foi dans l'opinion commune est une religion e.ceptionnelle car l'opinion commune est un
encodage qui passe par le mo4en de la déterritorialisation même. L'opinion qui sem3le li3érer les
gens de la t4rannie des codages religieu. ne les laisse pourtant sNe.primer que dans l'opinion ma'
*oritaire. Ca*oritaire en ce cas ne veut pas dire la ma*orité nom3reuse. Au contraire la ma*orité
apparente peut même être plus petite que ne le sont ses marges comme c'est souvent le cas dans
la démocratie parlementaire. &'est que les minorités n'arrivent ! sNe.primer que dans les marges
qui dé*! font partie de l'encodage de la ma*orité. 1ar e.emple les se.es ne sNe.priment que par
rapport au se.e de l'o3*et du désir. Jien que la notion de lNhomose.ualité soit née avant celle de
l'hétérose.ualité
%,(
l'homose.ualité étant comprise dans les termes de la dualité hétérose.uelle
elle fait partie de la conception anthropomorphique et hétérose.uelle de la se.ualité. Dans le
concept dNhomose.ualité les divers actes et désirs sont compris dans les marges du s4st+me hété'
rose.uel. &et e.emple n'est pas seulement analogue ! la situation politique il est politique. L'éga'
lité se.uelle quand elle est comprise dans les termes de la se.ualité dualiste marginalise les mul'
%); # Phe Hleptocrac4 $ désigne un Utat oB le gouvernement élargit la propriété de la classe dominante ?Diamond
%666 p. (::'(;%@.
%)6 Les génocides mêmes sont souvent précédés par un fascisme accepté dans les petits choses lorsque la démocratie
sem3le encore 3ien fonctionner – et c'est en fait cette suppression des li3ertés dans les petites affaires dont il faut
avoir peur ?comme dans le cas des -ndiens par e.emple@. L'o3éissance au. lois qui sem3lent peu importantes
peut développer chez l'individu une ha3itude de se réprimer. Lorsque c'est le peuple qui est le souverain les
individus peuvent plus facilement qu'ailleurs sNha3ituer ! o3éir au. ordres même sNils o3ligent ! se réprimer.
?Foir Pocqueville (999 p. %70'%7:.@
%,9 Pocqueville %6;%3 p. %;
%,% Held %6;6 p. ,;.
%,( /elon Davidson ?(990@ la notion d'homose.ualité a été inventée au. OF---
e
et O-O
e
si+cles tandis que selon
Xatz ?%667@ l'hétérose.ualité comme désordre ps4chologique d'une autre nature n'a été inventée qu'! la fin du
O-O
e
si+cle.
>A
tiples actes et désirs se.uels.
La li3erté d'opinion est liée ! sa naissance ! la li3erté de cro4ance parce que ce qui vaut est
que tous les hommes soient li3res de croire ce qu'ils croient et de l'e.primer li3rement. &Nest le
raisonnement des hommes qui forme le fondement solide de cette politique A que l'homme est rai'
sonna3le et li3re. &haque su*et politique ! un droit de vote et une voi. égale pour promouvoir son
opinion.
%,)
&ertes la li3erté de cro4ance est d'a3ord la li3erté de pratiquer une religion qui est
une li3erté des religions et non des cro4ances individuelles
%,,
. =lle est donc née comme li3erté
des idéologies et non des individus et des masses. &omme le dit Deleuze # lNopinion dans son es'
sence est volonté de ma*orité et parle dé*! au nom dNune ma*orité $
%,0
. L'opinion se met dans les
termes des ensem3les molaires des ma*orités et marges. Les opinions apparemment diverses ne se
différencient pas car elles partagent toutes le discours défini par la politique démocratique et ma'
nifestent tou*ours statistiquement une volonté ma*oritaire et mo4enne. Dans la politique dNopi'
nions il n'4 a que des représentations molaires qui ne peuvent que renforcer le s4st+me représen'
tatif qui représente la pluralité des volontés comme 3locs idéologiques des opinions A et la
conversation démocratique n'arrive donc ! rien dire qu'en termes idéologiques
%,7
.
L'individu est pris en considération dans les droits universels et # naturels $ de l'homme mais
les droits de l'homme ont en fait affirmé et renforcé tout le pouvoir pu3lic en affirmant le pouvoir
de la ma*orité pour tous
%,:
2 le pouvoir est donné au. gens mais n'est pas donné ! personne spécifi'
quement seulement ! leur ma*orité a3straite dont on peut faire partie. Le pouvoir pu3lic est égali'
sé parmi les hommes ?%@ en le sécularisant c'est'!'dire en le détachant des conditions person'
nelles et ?(@ en le s4stématisant et le dépla5ant des individus de la société vers la structure de
cette société. -l suffit de regarder la division des pouvoirs dNapr+s Contesquieu. Dans cette divi'
sion des pouvoirs pu3lics il ne s'agit que de leur sécularisation. 1ourtant ils ne sont pas séculari'
sés ! partir du fondement idéologique ou religieu. seulement chaque pouvoir est séparé des
%,) Pocqueville %6;%3 le chapitre premier passim.
%,, _e3er raconte que précisément au. Utats'>nis il était impossi3le dNêtre athée mais seulement de choisir sa re'
ligion. &Nest encore en partie le cas. 1ar e.emple l'idée qu'il n'4 ait pas de Dieu a été ouvertement ridiculisée
dans une émission qui se voulait sérieuse populaire et non polémique sur la chaYne "o..
%,0 Deleuze et Euattari %66%8(990 p. %)6.
%,7 Contesquieu dé*! dit que # l'amour de la démocratie est celui de l'égalité $ et implique la # frugalité $
c'est'!'dire que tout ne peut pas se manifester de nNimporte quelle fa5on mais que au contraire toute la pluralité
est réduite ! la seule manifestation minimale du désir de chacun. De plus le minimum est 3ien s[r dicté par
l'opinion commune qui donc uniformise tout désir et toute manifestation personnelle 2 # chacun devant 4 avoir le
même 3onheur et les mêmes avantages 4 doit go[ter les mêmes plaisirs et former les mêmes espérances $
?Contesquieu %660 p. %,6@.
%,: Pocqueville %67: p. 70'77.
>7
autres aussi 3ien que des pouvoirs individuels. &ette derni+re séparation inclut la s4stématisation.
-l s'agit de la distinction entre eu. des pouvoirs *udiciaire législatif et e.écutif de fa5on quNils
puissent se contr<ler mutuellement sans que lNun s'impose sur les autres chacun restant donc in'
dépendant dans son domaine propre mais sous le contr<le du s4st+me des trois pouvoirs.
%,;
Ainsi
l'opinion ma*oritaire va compl+tement contr<ler tout ce qui la forme.
$.) L'histoire matérielle des idéolo"ies
Le premier trait des s4st+mes modernes est que les médiums a3straits généralisés représentent
des domaines vastes et pluriels et que ces domaines sont rationalisés selon des concepts en géné'
ral *usqu'! leur s4stématisation compl+te. Ir afin de découvrir les pouvoirs historiques de la ré'
volution moderne il faut se demander ! qui appartient la pensée moderne et qui en profite K -l faut
voir que ce qui change est que le pouvoir devient s4stématisé autour d'un média et que c'est l'ar'
gent qui est le premier ! *ouer le r<le de ce média. Uvidemment ce sont les pouvoirs qui n'ont pas
voulu se différencier qui ont voulu une mesure puisqu'ils ont a3attu la différenciation et la diffé'
rence des mesures A ils ont re*eté l'action de la mesure et em3rassé le raisonnement s4stématique
d'une mesure sta3le. /elon la th+se la # volonté est puissance $ ! savoir qu'on ne peut que ce que
l'on veut il s'agit d'un pouvoir qui ne sait pas se différencier. &'est donc un pouvoir réactif qui n'a
voulu qu'être au pou$oir dans la m0me mesure que les autres. -l a donc fallu aussi une mesure
générale pour qu'aucun pouvoir ne crée la différence. 1uis il a fallu contr<ler la mesure.
/i l'on passe au cri3le on doit voir que c'est avec le capitalisme que l'égalité politique des pou'
voirs sociau. a surgi. Le su*et a3strait qui peut vendre sa force de travail et dont le 3esoin donne
la valeur ! la production n'est pas une nécessité du marché mais est tr+s utile au marché capita'
liste oB l'on distri3ue des quantités a3straites. &omme c'est l'argent qui est le médium du marché
capitaliste il est clair que ce sont les marchands et les artisans'marchands et éventuellement les
3anquiers telles les Mothschild des villes qui ont été au milieu de l'échange qui ont *oué avec le
médium général et qui ont été l! d'oB on a pu le contr<ler
%,6
. &ertes il 4 a eu un 3esoin de change'
%,; Contesquieu sépare la puissance *udiciaire de la puissance législative et de la puissance e.écutrice puisque # si
elle était *ointe ! la puissance législative le pouvoir sur la vie et la li3erté des cito4ens serait ar3itraire $ et # si
elle était *ointe ! la puissance e.écutrice le *uge pourrait avoir la force d'un oppresseur $ ?Contesquieu %660 p.
)(;@. -l a 3ien s[r raison mais précisément dans l'impossi3ilité de l'ar3itraire la s4stématisation devient a3solue
et ainsi totalitaire sans ou3lier que la législation est tou*ours d'a3ord plus ou moins ar3itraire et que cNest
seulement apr+s le commencement conditionnel du s4st+me quNil sera rationnel et s4stématique. /ur les relations
entre les différentes puissances en particulier la législative et l'e.écutrice voir les pages ))%'))7.
%,6 La 3ourgeoisie dans son conte.te historique ?de la Menaissance ou de l'Qge &lassique@ implique les marchands
les 3anquiers les artisans des villes et généralement les gens des villes les gens civilisés. 1articuli+rement les
gens qui font du commerce qui échangent l'argent qui effectuent la circulation d'argent. Les aristocrates n'ont
>?
ment complet de la pensée de l'épistém+ pour que le contr<le du médium devienne le contr<le
du pouvoir politique.
La premi+re philosophie moderne capitaliste et 3ourgeoise est la philosophie cartésienne.
&omme Pocqueville en témoigne le cartésianisme était encore adopté en son temps en =urope et
en Amérique
%09
. /artre aussi a vu que la 3ourgeoisie avait trouvé son idéologie philosophique
dans le cartésianisme – 3ien qu'il remarque que plus tard au O-O
e
si+cle elle l'a retrouvée dans le
Hantisme
%0%
. &ette remarque ne change en rien l'importance de l'histoire du cartésianisme il faut
simplement dire que le cartésianisme n'est que la premi#re philosophie qui a pu servir dNidéologie
au capitalisme A et cela n'implique pas que le Hantisme ni le capitalisme soient cartésiens. Au
centre des deu. s4st+mes il 4 a le # *e $ commun raisonna3le et l'homme en tant que concept en
général. &hacun de ces deu. s4st+mes est rationaliste et chacun fait partie de l'histoire de la mort
de l'Homme
%0(
. Le raisonnement en soi commun au. hommes cNest'!'dire la rationalité a3straite
et généralisée est fortement lié ! la démocratie oB tout le monde peut avoir son opinion et l'e.pri'
mer en politique. &'est presque devenu une platitude de dire que les deu. li3érations modernes la
li3re circulation des marchandises et des hommes a 3énéficié ! la 3ourgeoisie et fit partie du pro'
*et 3ourgeois mais ce qui importe est comment les conditions matérielles historiques ont affecté
la naissance de l'épistém+ moderne comment la société 3ourgeoise a réalisé ce changement et
comment cette épistém+ en revanche a déterminé les conditions de possi3ilité de la politique.
La li3erté d'opinion ou de raisonnement au moins pour Descartes ne veut pas dire qu'il 4 ait
une anarchie des opinions différentes. Au contraire d+s dé3ut du Discours de la mt"ode Des'
cartes propose une morale par provision dont la premi+re ma.ime est d'o3éir au. lois et au. cou'
tumes de son pa4s. >n tel r+glement est tr+s conventionnel. In pourrait comprendre que Des'
cartes veuille éviter des pro3l+mes politiques tant qu'il nNest pas certain de ce quNest le 3ien.
1ourtant il sem3le que le pro*et de Descartes soit entravé par sa morale provisoire. &omme Negri
le remarque la morale par provision de Descartes n'est apr+s tout pas provisoire 2 il ne la remet
*amais en question
%0)
. La premi+re ma.ime de Descartes n'est pas nécessairement tr+s heureuse
*amais vraiment été civilisés ni ont utilisé 3eaucoup d'argent ?avant l'industrialisation et la capitalisation de leur
pa4s@ puisqu'ils ont été du moins en =urope liés au terrain dont ils utilisaient la production directement et ils
nNont été ni mo3iles ni médiateurs dans leur r<le social contrairement au. marchands. Depuis 5 6e are all
&ourgeois no6 : c'est le sens de la généralisation nous sommes tous 3ourgeois plus ou moins réussis.
%09 Pocqueville %6;%3 p. %(.
%0% /artre %679 p. %0.
%0( Foir Deleuze et Euattari %66% p. )0')7 pour le su*et dans les philosophies cartésienne et Hantienne.
%0) Negri (99: p. %::'%:6.
>8
au point que les maurs au.quelles il a choisi dNo3éir pour un moment continuent dNinfluencer sa
pensée et lNempêchent peut'être de *amais sortir de ces maurs.
%0,
La métaph4sique cartésienne n'accepte pas l'ordre a3solu mais elle se hLte dNaffirmer l'ordre
du raisonnement humain. =lle décrit l'esprit humain comme doué dNune raison qui reste séparée
du monde aussi 3ien que de Dieu ?la certitude de l'e.istence de ce dernier est intérieure ! la raison
humaine@ pour confirmer un médium a3solument autonome et sur lequel on peut fonder un ordre
o3*ectif et *uste ?# le 3on sens est la chose du monde la mieu. partagée $@. &ette médiatisation
a3solue n'affirme pas n'importe quel ordre. L'idée de la médiatisation a3solue n'affirme que deu.
choses 2 d'une part l'ordre par la médiatisation dNune autre part la valorisation d'un certain mé'
dium. -l faut garder ! l'esprit les conditions sociales ! l'époque de Descartes. Dans les ro4aumes
dont le pouvoir pu3lic était encore au. mains des monarques et aristocrates l'économie capita'
liste avait dé*! commencé ! dominer la vie privée
%00
. Le pouvoir pu3lic a4ant été distingué du
peuple le peuple ou une part du peuple devenait économiquement de plus en plus fort. La 3our'
geoisie sans pouvoir pu3lic a profité de la médiatisation de ce pouvoir par le médium écono'
mique. Iu autrement dit on a pu utiliser la médiatisation économique pour égaliser le pouvoir
politique. &'est la 3ourgeoisie dont le caract+re est dNêtre médiateur qui comme elle médiatise
différentes parties de la société avec l'argent traduit les choses lNune par l'autre au mo4en de l'ar'
gent
%07
A Derrida interprétant Jen*amin a pu dire que même # la conception du langage comme
mo4en et comme signe serait b3ourgeoiseb $
%0:
. Le su*et autonome est indépendant de sa place
sociale tout comme l'argent li3+re le mouvement social par son pouvoir économique qui n'est
pas lié ! la position sociale. La 3ourgeoisie voulait em3rasser *ustifier et rationaliser le pouvoir
économique puisque il leur était impossi3le d'o3tenir un pouvoir pu3lic. La pratique de la société
est devenue de plus en plus liée ! l'économie capitaliste. =n renfor5ant rationalisant et s4stémati'
sant la société cito4enne une idéologie sociale sNest levée qui plus tard aura également réformé la
politique pu3lique.
&hez Xant la structure intersu3*ective du s4st+me de la raison est renforcée encore par sa pro'
position de lois cosmopolites ! savoir de r+gles s4stématiques internationales
%0;
. Xant promeut
l'idée des droits naturels des hommes. Ainsi il soutient la primauté de la répu3lique et de la *us'
%0, &omme 1laton le dit la coutume n'est pas quelque'chose d'insignifiant A il n'est pas facile de changer dNha3itudes
une fois que l'on s'est ha3itué. ?Diog+ne Lahrce --- );.@
%00 Negri (99: p. ((0'((6 A et Pocqueville %67: p. %(;'%)(.
%07 Candarini et Poscano (99: p. %9.
%0: Derrida (99: # 1rénom de Jen*amin $ p. %(9. Foir aussi Pocqueville %67:.
%0; Xristeva %66( p. %:;'%;9.
>9
tice pu3lique pour le su*et rationnel et sa raison pratique. Xant *ustifie le prosél4tisme des idées
promues avec la Mévolution par la raison pratique ?intersu3*ective@ qui montre selon Xant que
la *ustice est la même pour chacun. &Nest pourquoi Xant demande une *ustice mondiale qui unifie
tous les peuples sous les mêmes lois et dont l'e.écution soit contr<lée pu3liquement par les re'
présentants des cito4ens d'une constitution répu3licaine. Ainsi il *ustifie et affirme une autre
phase du surgissement du pouvoir capitaliste ! savoir la phase oB le pouvoir privé des individus
devient légalement représenté en tant que pouvoir pu3lic.
%06
&'est le sens de l'insistance sur la structure intersu3*ective de la raison et ainsi sur le sens
commun et l'opinion commune 2 le pouvoir pu3lic sera le pouvoir privé l'économie englo3era la
politique. Cais cela implique également la médiatisation de la politique par l'a3straction du su*et
– ce qui découle donc directement de l'économie capitaliste qui médiatise par le capital. La 3our'
geoisie a donné ! la modernité le mod+le du su*et politique a3strait et général. La métaph4sique
est fondée sur le raisonnement privé de la même mani+re que la politique est fondée sur la struc'
ture de la société cito4enne c'est'!'dire le monde privatisé ou économique. L'opinion commune
ou ma*oritaire ne manifeste aucune nature universelle mais résulte du s4st+me économique car
la société cito4enne sur laquelle la démocratie est fondée est d'a3ord économique. Ainsi la poli'
tique utilise't'elle le langage du capitalisme. Donc # le prétendu ordre spontané R...S n'est qu'une
cristallisation ! terme mortif+re et oppressive ! l'égard des puissances intensives. R...S =n consé'
quence l'ordre capitaliste issu du li3re marché R...S pourra incarner le tendance totalitaire $
%79
.
$.. Résumé / l'idéolo"ie et l'ordre économique dans la liberté conceptuelle
/i la création est essentielle pour la production et pour la vie éthique et politique voire pour la
vie tout court et si la notion de création implique que quelque chose de nouveau ait lieu un mi '
lieu sans fondation est d'une valeur immense. La démocratie idéalement prétend être le régime
sans fondement un milieu sans commencement ni fin oB la rivalité et la pluralité des opinions
peuvent prendre place # horizontalement entre égau. ietj verticalement par l'a3sence de trans'
cendance des valeurs $
%7%
. De même l'épistém+ et l'économie modernes prétendent être non'fon'
dées 2 elles prétendent résulter naturellement du raisonnement des su*ets li3res. 1ourtant la vio'
lence législative fondatrice e.iste historiquement ! la constitution de la démocratie. =lle se cache
sous la vue rétrospective par laquelle ce fondement sem3le naturel et sous le droit d'être repré'
%06 Xant (999 p. ((')% 07'7% :,'::.
%79 Cengue (99) p. :9.
%7% 2p' cit' p. ,7',:.
A=
senté par l'opinion ma*oritaire. Au niveau de l'ontologie la politique démocratique est par rap'
port ! la su3*ectivité a3straite fortement liée ! l'épistém+ représentative avec laquelle elle porte la
généralisation la division et l'atomisation s4stématique aussi 3ien que l'Homme en tant que re'
présentation figée et quasi'm4stifiée de tout être humain. L'approche perspectiviste permet de
voir qu'il est encore répressif dNuniversaliser une vue ! partir de l'égalité et qu'une telle universa'
lisation est inégalement dictée ! chaque peuple.
/upposer un su*et qui poss#de ses attri3uts et son activité cNest étaler le domaine des posses'
sions et économiser le domaine de la vie personnelle. &eci est directement lié au capitalisme et au
concept du travail 3ourgeois et protestant. La politique moderne résout le pro3l+me de la li3erté
économique par la séparation de l'économie et de la politique A chacun est li3re de se mettre sur le
marché et dNutiliser l'argent pour saisir ses 3uts. Cais est'ce'que le marché et la politique sont
vraiment séparés l'un de l'autre K Le marché autonomisé du r+glement politique s'est étalé *usquN!
contenir la vie sociale compl+tement si 3ien que les choses telles que la nature les mo4ens
d'échange et l'activité humaine qui auparavant avaient été des éléments li3res de la possession
privée sont considérés comme des 3iens possédés par le marché
%7(
. De nos *ours même les idées
ont été privatisées. &ela ne revient pas ! un marché li3re mais ! un contr<le étatique pour le mo'
nopole de la propriété privée. &ette transformation a été tr+s réglée 2 les choses qui auparavant
étaient hors de la possession privée ont été privatisées par r+glement politique et non pas en rai '
son de la nature du marché.
%7)
=n même temps la politique n'est pas séparée de la vie privée mais
au contraire s'est soumise ! l'économie même 2 lorsque les personnes privées promeuvent leurs
intérêts en politique et que le pouvoir politique loin de surmonter les pouvoirs privés en est dé'
pendant particuli+rement dans sa dépendance ! l'argent ' alors la politique n'est plus séparée de
l'économie. Les droits d'un tel s4st+me ne sont pas sans fondement ni égau. mais la partie qui
profite des droits et dont les droits sont au dé3ut est 3ien cachée sous leur universalisation car ils
sem3lent être fondés sur les droits naturels de chacun puisque les droits sont les mêmes pour
chaque homme. &'est parce quNune telle égalité a3straite et théorique n'est pas égale au sens oB
elle formerait un milieu de rencontre égal des fa5ons d'être de penser et d'agir mais au contraire
quNelle résulte tou*ours dNune inégalité concr+te puisque cette médiatisation force tout un chacun
! s'adapter ! une fa5on de penser et dNagir. /i les idées de li3erté et dNégalité sont ! prendre au sé'
rieu. l'histoire de la démocratie ne sem3le pas rencontrer ces idées. La politique moderne n'a pas
%7( 1olan4i (996 les chapitres F'F-.
%7) Lessig (99%.
A3
historiquement li3éré divers peuples au. quatre coins du monde. Les idées égalitaristes et
démocratiques ont promu une ontologie et une épistémologie de la représentation qui sert au
déplacement du pouvoir des peuples au s4st+me lui'même. Ainsi le r+glement du s4st+me
devient s4stémique en même temps que le pouvoir pu3lic agit dans la société cito4enne sous les
mêmes r+gles économiques que tous les autres pouvoirs. Ainsi la démocratie et l'égalitarisme ne
réussissent pas ! rencontrer les idéau. de la li3erté et de l'égalité car au lieu de la li3erté il 4 a la
servitude de chacun et ! la place de l'égalité il 4 a la dominance glo3ale d'un r+glement qui suit
les intérêts économiques d'une ma*orité a3straite et souvent imaginaire.
Les égalitaristes et démocrates ne peuvent pas avoir le 3eurre et l'argent du 3eurre 2 ils ne peu'
vent pas définir la nature humaine pour affirmer des droits universels sans en même temps em'
3rasser la représentation médiatrice de l'activité humaine. Ugalement le capitalisme n'est pas une
économie naturelle mais a des racines idéologiques. La médiation commune recentralise toute
l'activité sur le médium même par lequel elle est décentralisée. =lle effectue une division du tra'
vail qui n'est ni naturelle ni *uste ni neutre ni évidente ni nécessaire ni égale mais donne une
certitude de persistance de l'inégalité dans une s4stématisation de l'ar3itraire. /'il 4 a du chaos
dans le capitalisme étatique et glo3al
%7,
ce n'est que l'ar3itraire du s4st+me parce que la 3ourse et
le marché monétaire deviennent un *eu de loto un s4st+me chaotique qui décide le fait des
peuples. La médiatisation universelle le caract+re capitaliste dans la démocratie concentre le
pouvoir dans les représentations médiatiques censées être seulement des médias neutres A mais il
est vain dNimaginer que changer de codage ou de rapport au codage ne changerait rien d'autre 2
# le langage est un s4st+me de commandements pas un mo4en d'information $
%70
. Les su*ets poli'
tiques sont li&rs pour 0tre citoyens ils ont des droits en tant qu'"ommes ils ont du pou$oir au-
tant qu'ils ont d'argent
%77
.
) Le citoyen 0ombi ou l'analyse concrète de la condition moderne
La mort de l'Homme n'a pas provoqué sa disparition 2 3ien que dans une grande partie de la
%7, Amin sem3le 4 penser ?Amin %66: chapitre %@.
%70 Deleuze %6698(99) p. 79.
%77 1ar e.emple pour qu'une action soit entendue comme travail il faut quNelle soit un travail qui rapporte de
lNargent. &'est'!'dire qu'il faut au moins que quelqu'un pa4e pour ce travail. Les hommes ne sont li3érés que pour
travailler de gagner ! partir de leur propre travail en tant que 3ourgeois et donc il leur faut accepter les r+gles du
travail 3ourgeois et la médiatisation par l'argent pour être 3ien classé en tant que 3ourgeois et pour faire un
travail # vrai $. =n outre il 4 a du travail qui rapporte peut'être moins mais qui a le statut d'un travail vrai parce
qu'il convient ! l'idée du travail vrai ?/ennet (997@.
A5
science il ait disparu par la nécessité du développement scientifique
%7:
néanmoins il persiste tr+s
3ien dans la # ps4chologie nadve $ dans la politique dans plusieurs sciences humaines et 3ien s[r
dans tous les discours philosophiques qui se fondent sur la ps4chologie populaire ou la politique
moderne
%7;
. L'Homme est mort en tant quNil est mortif+re
%76
.
In utilisera ici un m4the propre ! la modernité pour mieu. comprendre la mortification. Le
m4the est celui des morts'vivants 2 les zom3is. Deleuze et Euattari disent en discutant l'héritage
mortif+re du capitalisme que # le seul m4the moderne c'est celui des zom3is – schizos mortifiés
3ons pour le travail ramenés ! la raison $
%:9
. L! ils donnent un nouveau sens celui de la zom3i'
fication ! ce vieu. concept freudien de l'instinct de mort # en appelant instinct en général des
conditions de vie historiquement et socialement déterminées par les rapports de production et
d'anti'production dans un s4st+me $
%:%
. L'instinct de mort est essentiellement un phénom+ne de la
culture issue du capitalisme. Poute la production qu'il a li3érée est hantée par l'anti'production
dont les agents sont les vivants eu.'mêmes
%:(
. L'effet est au moins dou3le puisque c'est le travail
qui est mortifiant et le désir qui est mortifié 2 # tout travail dans la mort tout désir pour la
mort $
%:)
. &'est' !'dire que l'on désire ce qui est dé*! mort ! savoir des images ou de la représen'
tation et que tout travail est fait de fa5on mortif+re sans désir dans la représentation. &'est la re'
présentation qui suit toute la li3ération des flu.. Ainsi les flu. sont li3érés seulement pour leur re'
présentation. La production est décodée sous la forme du capital'argent et le travail sous la forme
du # travailleur li3re $
%:,
.
Le m4the des zom3is peut être divisé en trois parties selon son usage historique 2 le # zom3i
%7: Prois e.emples 2 ?%@ depuis longtemps les mathématiques nNont plus été dualistes ?donc on ne pense pas ! la
différence par opposition mais ! la différence différenciante@A ?(@ en 3iologie on a récemment trouvé non
seulement que la plupart des cellules dans l'homme sont des organismes autres que ce qui est traditionnellement
compris comme l'organisme'homme mais également que les 3actéries *ouent une grande part dans l'évolution des
organismes'h<tes et dans leur construction et même que les hommes fonctionnent comme des communautés
dNorganismes ?Cc"all'Ngai (99( Cc"all'Ngai et al. (990@ A en outre et peut'être parado.alement ?)@ les
anthropologues ont pu montrer que l'Homme est compris d'une fa5on tr+s spécifique en Iccident et n'e.iste pas
en tant que tel ailleurs. Jien s[r il 4 a des différences reconnues entre ceu. qui s'appellent les hommes et ceu. qui
ne s'appellent pas ainsi mais il 4 a 3ien des mani+res différentes de faire de telles divisions tou*ours avec des
résultats différents. ?&'est Derrida ?(997@ qui insiste sur cette différence et Descola ?(990@ qui montre des
mani+res de la faire@.
%7; 1ettit par e.emple argumente pour la ps4chologie nadve et garde l'image de l'Homme ?1ettit et kacHson %669@.
%76 1our plus détail sur mortif+re voir infra les chapitres ( et ).
%:9 Deleuze et Euattari %6:( p. ,99',9%.
%:% %&id' p. ,9(.
%:( -l 4 a # présence de l'anti'production dans la production même $ %&id' p. (;9 A voir %&id' les chapitres ,., et ).6
en général.
%:) %&id' p. ,9,.
%:, %&id' p. ,%.
A:
travailleur $ le vivant réprimé dans son travail insensé et non plus désirant A le # zom3i consom'
mateur $ qui n'implique plus la négligence du désir mais au contraire son e.citation mais d'une
fa5on dite # vide $A le # zom3i travailleur'consommateur $ le mort'vivant dont le désir est e.cité
de fa5on vide pour faire marcher le s4st+me qui le réprime. D'a3ord il faut considérer le pro'
3l+me ontologique du mort'vivant.
).1 L'ontolo"ie de la mort
Les questions ontologiques concernant la ralit ou l'essence du zom3i ne se posent pas d+s
lors que l'on a su3stitué la distinction virtuel8actuel au. distinctions potentialité8réalité et
essence8e.istence ?comme Deleuze le fit@
%:0
. &omme l'homme e.iste encore l'être t4pe # zom3i $
aussi est un être réel. Ugalement il 4 a peu dNintérêt ! se demander si l'e.istence d'un individu
réalise lNessence de l'individualité A il n'4 a pas de doute que les hommes sont des individus non
moins qu'il n'4 a pas de doute qu'ils sont des hommes. 1eut'être comme on parle d'ontologie le
concept d'être'l! inauthentique de Heidegger peut se prouver utile ici. L'être'l! inauthentique est
l! mais dans son e.istence quotidienne il est soumis ! l'e.istence passive de 5 das-!an : ?le
# on $@ et n'e.iste pas selon la possi3ilité qui lui est propre. Ttre'l! en tant qu'être au monde est
tou*ours e.ister au sens actif et cela dans des rapports par lesquels l'être au sens de lN# étant $ se
construit. &e qu'il 4 a est déterminé par qui est mais ce 5 qui : est révélé par comment il est
%:7
. La
question ontologique qu'il faut poser sur l'être d'un zom3i moderne concerne son e.istence
comme agent actif 2 # comment e.iste't'il K $ # qu'est'ce qu'il peut faire au. conditions de sa vie
de mort'vivant K $.
D+s lors l'être inauthentique se construit en rapport avec l'agir individualisant d'une fa5on telle
qu'il ne s'individualise pas proprement mais se soumet ! une forme passive et impersonnelle de
l'individualisation. Ir ce qui importe est la forme du rapport. =n ce sens l'e.istence d'un # mort'
vivant $ représentée dans un concept en général ressem3le ! l'être inauthentique de # das-
!an :' La possi3ilité d'être authentique chez Heidegger dépend de la 5 >e"re : ?le # tournant $@
vers la possi3ilité propre ! la personne. &ette possi3ilité vers laquelle on se tourne n'est pour Hei'
degger rien dans le donné actuel et local A elle est la mort. Ttre vers la mort ne revient pas ! vivre
dans la mort. La mort personnelle doit être entendue comme la possi3ilité constante qui nous
rappelle l'unicité d'une vie avec l'angoisse que l'on sent face ! la mort. La vie unique pourrait être
%:0 /auvagnargues (99) p. (,'(7 A supra le chapitre deu.i+me.
%:7 Heidegger (999 \ 6'%) \ (: \ 0( \ 0).
A>
appréciée en affectant les données du monde au lieu de s'4 soumettre. 1our affecter et être active
la pensée devrait se localiser dans ce que donne le donné et ?re@comprendre puis affecter le sens
du monde comme le sens qu'il a pris ?comme le sens d'une rivi+re@. 1our faire e.ister quelque
chose d'authentique il faut affecter la fa5on dont le monde est construit et ainsi changer la fa5on
d'être dans le monde.
%::
Duant au changement chez Deleuze il parle de la pensée'événement qui comme nomade ne
part pas de l'espace ?le territoire@ mais l'occupe de fa5on mouvante et changeante. Donc chez De'
leuze l'espace est modifié mais il ne s'agit pas de 3ouger d'un point ! un autre mais de diviser
l'espace infiniment 2 non en parts infiniment petites en continuant des lignes de partage mais en
4 faisant infiniment des divisions différentes. -l sNagit de faire surgir quelque chose de surprenant
qui ne soit ni s4stématique ni en fonction du corps local ou du s4st+me territorial et de permettre
l'usage positif des échecs du s4st+me cNest'!'dire du fonctionnement sans fonction pour faire
surgir la nouveauté.
%:;

La pensée nomade de Deleuze et Euattari développe une idée similaire ! celle de la pensée au'
thentique et résout le pro3l+me qui concerne la localité de la pensée 2 comment la pensée doit'elle
se localiser pour produire quelque'chose de nouveau oB se localisera't'elle et si elle se localise
ne deviendra't'elle pas une location vieillie conformiste et sans authenticité K Le pro3l+me de la
nouvelle location de la pensée est visi3le dans les révolutions qui tendent ! être trahies par le gou'
vernement que les révolutionnaires forment apr+s leur victoire. &'est que la li3erté présentée dans
la déterritorialisation est trahie dans la reterritorialisation qui n'est qu'une territorialisation
ailleurs. L'Utat est renversé mais un autre est constitué. La pensée nomade chez Deleuze op+re
une machine de guerre qui résiste ! tout Utat ! tout ordre ! toute hiérarchie ! toute image uni'
verselle. &ette pensée ne s'organise pas et ne se s4stématise pas mais est en état de désorganisa'
tion. Poute son organisation est temporaire et résulte de l'intension changeante d'une meute. >ne
telle pensée mo3ilise un événement mouvant lorsqu'elle ne se reterritorialise pas simplement
mais trouve son territoire dans la déterritorialisation – c'est la connaissance d'un # espace
sonore... plus que visuel $
%:6
car on voit mieu. ce qui est immo3ile tandis que l'oude est le sens
sensi3le ! la durée et au mouvement et que pour 3ien entendre il faut une sensation qui vienne et
qui passe
%;9
. La déterritorialisation comme changement dNétat se su3stitue ! la 5 >e"re : comme
%:: /chZrmann %6;: \ ('0 \ 6 A 1asqua %66) p. %%0'%%6.
%:; Deleuze et Euattari %6;9 p. ,7;',:).
%:6 %&id' p. ,:,.
%;9 /chZrmann %6;: p. 70.
AA
réponse au changement dans l'état de la société
%;%
.
&ertainement il nNest pas nécessaire dNêtre nomade pour changer ou pour se révolter mais le
nomadisme montre quelque'chose de ce qui est demandé pour un changement profond 2 on a 3e'
soin au moins dNun peu de nomadisme dNun peu de déterritorialisation constante dans la pensée
dNun peu de chaos et d'anarchie de la pensée A non de l'anarchie au sens dNun tat du syst#me
comme cNest le cas dans la démocratie capitaliste moderne qui est peut'être le seul s4st+me !
avoir su s4stématiser l'anarchie même mais au sens dNune pense non-tatique qui n'accepte la
primauté d'aucun Utat et qui ne réduit pas l'anarchie ! un état au sein du s4st+me même. L'accep'
tion de l'anarchie dans l'arc"e de la pensée moderne rend précisément l'anarchie moins possi3le
en un sens réellement non'Utatique
%;(
.
Ir le monde postmoderne avec ses technologies virtuelles de transport et d'économie a3s'
traite laisse la socialité se li3érer de la location et facilite la déterritorialisation. &ependant ces
mo4ens de déterritorialisation sont tournés vers la reterritorialisation surcodant tout ce qui passe
par eu. A et comme la forme de la reterritorialisation e.iste dans le mo4en qui déterritorialise la
reterritorialisation est s4stématique et constante. Ainsi sNil 4 a 3ien des forces par lesquelles on
pourrait machiner la déterritorialisation le monde même le monde moderne n'est pas mort.
&ertes il faudrait construire un nouveau t4pe de rapport ! ces forces. /i la fa5on d'agir définit
l'e.istence c'est la médiatisation en tant que t4pe qui domine le rapport que l'agir constitue avec
le monde et qui définit l'être du t4pe zom3i. Ir la comparaison avec l'e.istentialisme heideggé'
rien peut être utile sur ce point car comme l'inauthenticité n'est pas insurmonta3le comme pro'
3l+me il n'4 a aucune raison de croire qu'il ne soit plus ontologiquement possi&le de construire
un rapport déterritorialisant d'agir sur le monde qui ne s4stématiserait pas la déterritorialisation
comme une simple médiatisation.
).2 Le ,ombi travailleur
# Le m4the du zom3ie du mort'vivant est un m4the du travail $
%;)
. Dans la vieille sc+ne zom'
3ie de Holl4Wood les zom3is ont s4m3olisé lNe.ploitation économique dans le monde colonial
%;,
.
%;% %&id' p. %;'(% ,:'09 7%'7(. /chZrmann parle de # l'économie de présence $ en désignant les constellations
s4stémiques de l'arc"e qui domine la société. >n arc"e marque l'économie d'une poque'
%;( 1eut'être faut'il mentionner que l'on ne dit pas qu'une théorie épistémologique ou ontologique e.plique tout ou
que l'on pourrait trouver la cause de tout phénom+ne social dans l'épistém+. In dit que c'est du s4st+me économi'
que et politique que résulte la mort mais que l'épistém+ a fa5onné le s4st+me. &ette épistém+ ! son tour a
émergé d'une situation économico'politique.
%;) Deleuze et Euattari %6;9 p. 0)9.
%;, LoudermilH (99) p. ;7. Avec le m4the moderne on comprend plut<t le zom3i de Holl4Wood et les sc+nes de
A7
Dans le monde postcolonial il n'4 a peut'être pas autant d'esclavage traditionnel mais les gens
sont tout de même o3ligés de travailler pour le s4st+me A la différence est que l'on ne travaille pas
nécessairement pour une autre personne mais directement pour le s4st+me impersonnel. Le
capitalisme est le s4st+me économique qui dans la modernité e.ploite les travailleurs durant et
apr+s le colonialisme.
Avec le capitalisme moderne le monde ! d[ rencontrer # # l'uniformisation des st4les et la
standardisation de la production $ ietj la disparition R...S d'un # st4le de vie qui serait fondé dans
une unité cohérente désigna3le et ultime de la personnalité $ $ simultanément avec la survenue
de l'individualisme moderne et sa recherche de la définition par ?et de@ la personnalité.
%;0
&ertes
les usines et les institutions d'Utat ont pu donner quelque chose en échange 2 un niveau supérieur
de 3ien'être matériel et une société capitaliste de travailleurs. Les emplo4és ont fait partie d'une
sorte de société et les institutions particuli+rement celles d'Utat leur ont donné des contrats !
long terme et pris soin dNeu. plus ou moins. Les travailleurs ont même pu se sentir utiles grLce !
l'idée dNun vrai travail et de leurs forces de travail utiles ! leur communauté. Le caract+re de la
modernité qui nourrit l'éthique protestante est la cro4ance au progr+s. Le travailleur protestant a
cru qu'! la longue le travail serait récompensé et le travailleur du vieu. capitalisme a pu croire
qu'il aurait sa part dans le progr+s de la société ! laquelle il appartenait et ainsi quNil serait ré'
compensé pour son travail. &'est la raison ma*eure pour laquelle les gens étaient prêts ! travailler
dans la cage de fer de la 3ureaucratie hiérarchique moderne. Depuis les années soi.ante'di. ce
nNest plus le cas 2 ce ne sont plus les patrons qui emploient les travailleurs mais les investisseurs
qui n'ont pas d'intérêt dans la production ! long terme mais plut<t dans le gain immédiat.
%;7
La vie moderne est précipitée il faut tou*ours travailler. 1ourtant le travail ne peut pas donner
de contenu sensi3le ! la vie le travail n'étant apr+s tout effectué que pour l'argent. In ne se dé'
pêche que pour faire marcher le s4st+me économique que pour faire circuler l'argent. In ne sNen'
gage pas dans un travail sensi3le ou dans une histoire qui pourrait donner du sens ! la vie mais
en même temps on sNengage dans le travail qui r+gle toute la vie A # ce n'est pas pour lui ni pour
ses enfants que le capitaliste travaille mais pour l'immortalité du s4st+me $
%;:
. /i la 3ourgeoisie
avait *usqu'au O-O
e
si+cle lutté – par le mo4en de la religion de l'idéologie et de l'ontologie –
cinéma que des m4thes # originau. $ par e.emple ceu. de Foodoo dans l'Afrique de l'ouest pour le cas des
zom3is.
%;0 _e3er (99) p. ,9; A cité in Erossein k'1 # 1résentation $ i&id' p. O--. 1our la recherche de l'individu cf' par
e.emple "oucault %6:7.
%;7 /ennett (997 p. )) ):')6 0; 76':%.
%;: Deleuze et Euattari p. ,%0.
A?
pour que la société soit plut<t professionnaliste quNhédoniste pour qu'elle soit ordonnée plut<t
par le travail que par lNhéritage au*ourd'hui il ne faut pas lutter pour de telles choses puisque de
nos *ours les idées de la vie 3ourgeoise sont si 3ien s4stématisées qu'il faut vivre selon elles. =n
fait au*ourd'hui il n'4 a aucune raison d'essa4er de se consacrer au travail puisque l'on 4 est
forcé. Iu 3ien selon les mots de _e3er # RlSe puritain voulait être un homme de la profession'
vocation A nous sommes contraints de l'être $
%;;
. Jien que le capitalisme prétende être non'
étatique néanmoins le s4st+me capitaliste forme une sorte d'Utat c'est'!'dire une segmentation
s4stématique et sta3le. Le s4st+me capitaliste lui'même est tr+s sta3le même si sur le marché les
situations sont rapidement changeantes. Le socius du capital'argent dans lequel tout le
mouvement est inscrit r+gle tout le changement économique. ] ce propos il faut noter que
capitalisme n'est pas la même chose que le marché li3re 2 le marché n'implique que la compétition
li3re tandis que le capitalisme limite la compétition par le monopole de la propriété privée
%;6
.
&'est tou*ours l'Utat qui a 3esoin du travail et de la mort A la mort est # un présupposé de
l'appareil d'Utat et de l'organisation du travail $.
%69
Ugalement la mort a lieu dans la société
moderne parce que le socius capitaliste organise et s4stématise la société et que l'on travaille
pour le s4st+me 2 il faut couper la li3erté et garroter le désir pour un s4st+me statique.
# L'Utat sa police et son armée forment une gigantesque entreprise d'anti'production $
%6%
.
L'Utat comprend ici la société civile aussi 3ien que l'Utat pu3lic parce qu'! ce propos il n'4 a pas
de distinction entre la société civile l'Utat pu3lic et le socius du capital. L'Utat capitaliste est for'
mé par la société civile et est protégé par l'Utat tous les deu. en même temps fonctionnant sur le
%;; _e3er (99) p. (09.
%;6 Amin %66: p. %0.
%69 Deleuze et Euattari %6;9 p. 0)9. L! on parle de la mutilation mais # surtout l'appareil d'Utat fait que la
mutilation et m0me la mort viennent avant $ ?*e souligné@.
%6% Deleuze et Euattari %6:( p. (:;'(;9. # Le r<le de l'Utat ! cet égard dans l'a.iomatique capitaliste apparaYt
d'autant mieu. que ce qu'il a3sor3e ne se retranche pas de la plus'value des entreprises mais s'4 a*oute en
rapprochant l'économie capitaliste de son plein rendement dans les limites données et en élargissant ! son tour
ces limites surtout dans un ordre de dépenses militaires qui ne font nulle concurrence ! l'entreprise privée $.
L'armée par e.emple est une entreprise partiellement e.tériorisée partiellement privatisée qui donne du travail
au. gens et qui provoque aussi 3ien une grande totalité de la production industrielle par ses commandes. =n
même temps elle est la défense de l'Utat national ou plus précisément du gouvernement actuel de l'Utat. L'ordre
et gouvernance actuels de l'Utat certes sont ceu. de sa société civile ce qui est particuli+rement arrangé par la
société économique qui ! son tour suit tr+s rigoureusement les r+gles du capitalisme. -l sNensuit que l'armée est
?%@ un marché pour les entreprises ?par son activité onéreuse@ ?(@ la défense des entreprises et de la conduite
capitaliste de l'Utat ?son r<le pu3lic@ ?)@ une entreprise qui réalise des pro*ets internes et e.ternes. &es trois
aspects se com3inent dans la guerre quNun Utat occidental m+ne ! l'étranger 2 alors lNarmée réalise une tLche au
profit des entreprises élargit les marges des entreprises passe des commandes ! l'industrie des armes lance une
chaYne dNopérations économiques et accél+re ainsi la circulation de l'argent et en même temps contr<le la société
civile. L'armée est évidemment pu3lique fait partie de la société civile comme emplo4eur et contr<leur des gens
et est immensément capitalisée par ses opérations.
A8
socius du capital. Ainsi l'Utat capitaliste contr<le partout dans l'organisation de l'Utat pu3lic par
l'activité des institutions sociales et sur le marché. &ela est précisément parce que toute la plus'
value est inscrite dans ce socius. L'économie du laissez-faire a tou*ours été formée par des
interventions de l'Utat et la haute finance a *oué un grand r<le dans la diplomatie du O-O
e
si+cle
%6(
. Ugalement de nos *ours les entreprises réclament des régulations de l'Utat dont ils ont
3esoin
%6)
. Le capitalisme est tr+s étatique mais les Utats sont aussi capitalistes.
Le contr<le et l'organisation capitaliste peuvent passer par les mains d'une élite mais l'élite
n'est pas indispensa3le car il n'4 a personne pas même dans l'élite qui soit indispensa3le au dé'
veloppement linéaire du s4st+me capitaliste et parce que tous sont en tout cas soumis ! ce même
s4st+me
%6,
. La cage de fer We3erienne n'est pas nécessairement hiérarchique et de toute fa5on
n'est pas t4rannique. "uHu4ama n'avait pas compris _e3er quand il a célé3ré la victoire finale du
marché li3re sur la cage de fer du totalitarisme
%60
. La possi3ilité du fascisme n'est pas ce ! quoi
_e3er pensait en parlant de la cage de fer mais au contraire il pensait e.pressément au capita'
lisme et au marché
%67
. Le sens de la cage de fer est que l'on # se conforme au mod+le de vie qu'un
autre a défini pour soi $
%6:
. &ela ne revient pas ! dire que l'on est forcé ! un mod+le de vie
comme sous le totalitarisme apparent mais que l'on s'y conforme que l'on accepte et renforce ce
mod+le comme cNest le cas dans le capitalisme. =n revanche "uHu4ama a raison dire que c'est
par son mécanisme que le capitalisme a vaincu. &e qui définit le mod+le de la vie moderne c'est
l'Utat capitaliste qui est e.pressément formé par le peuple mais qui cependant n'est pas le même
%6( 1olan4i (996 les chapitres - et O-- passim.
%6) Lessig (99%.
%6, -l en découle que des pro3l+mes modernes on ne peut accuser que le s4st+me. -l nNest pas nécessaire dNimaginer
une conspiration pour e.pliquer la répression économique qui rend les riches plus riches encore et les pauvres
tou*ours plus pauvres – qu'une personne soit remplacée s4stématiquement veut dire que si la personne
actuellement coupa3le de quelque chose n'était pas l! une autre personne ferait ce qu'elle fait actuellement. &ela
ne veut pas dire que chacun fait la même chose mais qu'il 4 aura tou*ours quelqu'un qui le fera.
%60 # Les e.emples empruntés au monde communiste laissaient supposer du même coup que le développement pro'
gressif de la ph4sique moderne pouvait conduire aussi 3ien au cauchemar de Ca. _e3er – une t4rannie
rationnelle et 3ureaucratique – qu'! une société ouverte créative et li3érale. Le mécanisme a donc 3esoin d'être
étendu. =.pliquant pourquoi les pa4s économiquement développés ont des sociétés ur3anisées et des
3ureaucraties rationnelles ce mécanisme devrait en outre montrer pourquoi nous devons nous attendre ! une
évolution finale dans le sens du li3éralisme économique et politique. $ ?"uHu4ama %66( p. %%;@. "uHu4ama
pense donc que ce sont simplement les 3ureaucraties des pa4s totalitaires qui réalisent # le cauchemar de Ca.
_e3er $ tandis que _e3er parlait e.pressément des pa4s du # li3éralisme économique et politique $ capitaliste.
In peut même dire d'apr+s les mots de Deleuze et Euattari qu'il n'4 a # *amais eu de capitalisme li3éral 2 l'action
contre les monopoles renvoie d'a3ord ! un moment oB le capital commercial et financier fait encore alliance avec
l'ancien s4st+me de production et oB le capitalisme industriel naissant ne peut s'assurer la production et le marché
qu'en o3tenant l'a3olition de ces privil+ges $ ?Deleuze et Euattari %6:( p. )99')9%@.
%67 _e3er (99) p. (0%.
%6: /ennett (997 p. )).
A9
que le peuple A l'Utat capitaliste n'est personne cNest un s4st+me a3strait. &'est la main invisi3le
qui contr<le la vie par le surcodage. 1our reprendre les mots de Deleuze et Euattari 2
# le champ d'immanence 3ourgeois tel qu'il est défini par la con*onction des flu. décodés la
négation de tout transcendance ou limite e.térieure l'effusion de l'anti'production dans la pro'
duction même instaure un esclavage incompara3le un assu*ettissement sans précédent 2 il n'4
a même plus de maYtre seuls maintenant des esclaves commandent au. esclaves $
%6;
.
/ennett a montré que même l'organisation du travail au*ourd'hui fonctionne de plus en plus se'
lon les investissements de l'argent en Jourse. La conduite des entreprises du mod+le de # l'arête
tranchante $ ?cutting edge@ ne fait pas de plans de développement ! long terme 2 on ne vise pas la
possession des entreprises la r+gle est de profiter de leur vente et achat
%66
. =lles sont réorganisées
hLtivement pour les rendre plus attractives pour les investisseurs puis vendues puis réorganisées
hLtivement pour augmenter leur valeur en Jourse etc. In fait des réorganisations rapides sans
savoir tou*ours pourquoi on les fait. Le travail est déterritorialisé depuis les grandes organisations
centrales *usquNau. micro'organisations périphériques sans aucune liaison sta3le entre les deu..
La production est faite ! la périphérie mais ne touche pas positivement la vie des producteurs lo'
cau.. Le gain va au. grandes entreprises et le pro*et pour lequel on travaille consiste ! augmen'
ter la valeur de l'entreprise sur le marché. L'organisation n'est plus même contr<lée ! partir du
centre car la responsa3ilité des décisions de l'organisation est également e.tériorisée. Le centre
capitaliste de l'entreprise peut déplacer ou renvo4er les organes productifs de la périphérie
comme il veut mais même ce travail est ordonné par un patron ou un consultant qui est engagé
pour cette tLche précisément. Pout cela est tr+s dur pour les travailleurs dont la vie est réglée par
le travail. &oncr+tement il n'est pas rare que les emplo4és travaillent plus de di. heures par *our
durant les saisons # pressées $ oB les commandes sont importantes le travail *oue un r<le princi'
pal dans leurs vies – mais sans autre raison que de faire de l'argent. Les travailleurs ne font pas
partie du progr+s et pas davantage les entreprises ne font partie de leurs vies A tous les deu. ne
font partie que du s4st+me qui occupe tout le temps des travailleurs.
(99
/ennett rép+te pratiquement les conséquences que la mort de Dieu a eues pour l'Homme. /i
en épistémologie c'est la finitude dans la forme'Homme qui cause la mort même de l'Homme on
%6; Deleuze et Euattari %6:( p. )9(.
%66 /ennett (997 p. ):',0. Avec le concept de # l'arête tranchante $ ?cutting edge@ /ennett entend l'architecture
institutionnelle moderne qui est marquée par la # casualisation $ et # l'aléatisation $ du travail par le travail
précarisé par la vitesse immense de l'information et des changements par le rapport direct du centre au.
différentes parties de l'organisation ! la place de la hiérarchie et particuli+rement par la discontinuité.
(99 %&id' ,0'7).
7=
peut dire que c'est la même mort qui est présente dans la culture du nouveau capitalisme 2 # l'arête
tranchante $ su3stitue la finitude au. grandes histoires et par conséquent les gens ne peuvent pas
trouver leur place dans la société. &'est l'accélération du capitalisme même qui cause cette situa'
tion
(9%
. &e que /ennett trouve le plus trou3lant est que ce t4pe d'organisation est également utilisé
dans les institutions d'Utat – ce qui n'est pas étonnant si les Utats modernes ne sont pas les p<les
opposés du capitalisme mais ses protecteurs une partie du même s4st+me.
La vitesse de ce s4st+me peut être accélérée presque ! lNinfini. &'est parce que le s4st+me est
un simulacre. La production dominée par l'argent ali+ne le travail en le déliant de la réalité
concr+te. >ne fois aliéné en son fonctionnement séparé il ne progresse plus qu'en cercle 2 il s'agit
tou*ours de la circulation et de lNaccumulation de l'argent. Lorsque la circulation du s4st+me est
illimitée et quNelle peut accélérer pratiquement ! l'infini la croissance incessante et illimitée de la
circulation devient possi3le. 1ar le mo4en de l'argent le travail est aliéné de la réalité concr+te et
un s4st+me ainsi aliéné peut continuer ! circuler sans cesse et sans limite définitive de sa vi'
tesse.
(9(
=n outre le capitalisme ne pose d'autre 3ut au développement que l'e.pansion du capital
et le profit des entrepreneurs – des 3uts tels que l'emploi des gens la diminution de la pauvreté
ou le développement technologique ne sont pas recherchés
(9)
. La production ne peut pas croYtre
de la même mani+re car le monde concret auquel la production est liée ne peut pas le faire.
D'oB fondamentalement et nécessairement la sure.ploitation des emplo4és des animau. de la
nature et de tout le monde concret qui s'est attelé ! travailler pour la croissance incessante des
forces du marché. Dé*! de la morale des "ranHlin et autres qui regardent le travail comme la fin
en soi résulte une surcroissance immense puisque même # le possédant R...S ne doit pas manger
sans travailler car même s'il n'a pas 3esoin de travailler pour couvrir ses 3esoins le commande'
ment de Dieu n'en su3siste moins $ qui *ustifie la croissance des différences de salaires et la
poursuite incessante du gain des personnes dé*! riches – puisque selon cette morale même les
plus riches doivent ! dieu le travail pour le gain. =t ceci n'est encore que la morale du capitalisme
classique 2 dans le s4st+me du capitalisme moderne on est économiquement forc ! travailler se'
lon cette morale A et le nouveau capitalisme rend possi3le une vie de travail 3ien plus grande. Les
(9% 1our la mort de l'Homme Deleuze %6;78(99, p. %);.
(9( =n parlant de l'aliénation du travail dans le capitalisme en rapport avec la valeur imaginaire de l'or puis avec
celle des 3illets ?Car. %669 p. %7( A %66% p. 0(0'0(7@ Car. n'avait encore rien vu. Actuellement le média de
l'échange l'argent n'est fait que de chiffres 2 il est tout ! fait virtuel. -l est vrai tout ! fait clair et net que l'on ne
peut pas su3stituer le désir de capital au désir de produits et productions sans mortifier le désir parce que le
capital a3solument imaginaire n'est rien. >ne telle su3stitution a cependant lieu dans le capitalisme.
(9) Amin %66: p. %0'%7.
73
vivants sont devenus comme le dit _e3er des # machines ! produire du gain $
(9,
.
1lus la production désirante est li3érée sous la forme de flu. du capital plus elle est inscrite
dans le socius du capital et plus elle est de même nature que la production sociale plus elle est li'
mitée par lNinfrastructure sociale. Le pouvoir étatique qui n'est pas au. mains d'un seigneur –
c'est'!'dire dNune force transcendante – reste quand même une force ma*eure qui désormais
trace des limites intérieures et non pas e.térieures. Avec la croissance incessante du capitalisme
les limites de la production sociale ?et ainsi de la production désirante@ peuvent être poussées de
plus en plus loin mais en même temps le travail se trouve aliéné dans la propriété privée qui !
son tour est éloignée du désir même. Duant au désir il se trouve privatisé dans des cadres tou'
*ours plus étroits. Le travail et le désir sont séparés 2 la production est devenue non'désirante et le
désir est séparé de sa capacité ! produire
(90
.
Pelle est la puissance aliénante du médium a3strait. Le travail est rationnel mais il n'est ni rai '
sonna3le ni sensi3le A les travailleurs sont insensés et tout le raisonnement est dans le s4st+me re'
présentatif qui n'a pour 3ut que l'e.istence même de ce s4st+me. Le loisir le temps que l'on ne
passe pas en travaillant est devenu # le passe'temps $ temps ! passer entre les horaires de tra'
vail. De plus on le passe en consommant. 1ar le terme de # zom3i'travailleur $ on essaie de sai'
sir l'être d'un travailleur qui est devenu un simple rouage de l'appareil d'Utat. Pravailler tou*ours
sans *amais décider ! quelle fin.
).$ Le ,ombi consommateur
Le zom3i le plus contemporain de Holl4Wood particuli+rement depuis la trilogie zom3ie de
Momero n'est plus un travailleur non'désirant mais il est utile pour la métaphore de la
?sur@consommation capitaliste 2 ce qui consomme simplement pour la consommation elle'même.
Momero veut montrer avec ses ^om3is que de même que le capitaliste puritain travaille pour le
travail même le consommateur dans le capitalisme consomme pour la consommation même.
&ela revient ! dire que le désir manque de 3ut en particulier de 3ut # réel $. -l s'agit du désir qui
est # construit pour servir lNéconomie capitaliste RetS les zom3ies RcS seulement sem3lent fdési'
rerg de cette mani+re RcS alors quNils ne désirent aucun 3iens RcS ainsi le désir du zom3ie post'
(9, _e3er (99) p. ()( 2 # L'idée que l'homme a des devoirs ! l'égard des possessions qui lui ont été confiées et au.'
quelles il est su3ordonné comme un intendant dévoué voire comme une # machine ! produire du gain $ p+se sur
la vie de tout son poids gla5ant. $
(90 Deleuze et Euattari %6:( p. ,9).
75
moderne est'il de consommer consommer consommer $
(97
. Les consommateurs ne désirent pas
les commodités qu'ils sem3lent désirer A les commodités ne servent quN! la réalisation matérielle
de la consommation qui est le vrai o3*et du désir.
&ette forme h4pere.citée du désir est 3ien saisie par le concept de # passion dévorante $ par
lequel /ennett entend une # passion qui se consume du fait de sa propre intensité $. Le désir est
e.cité ! la limite mais quand le désiré est enfin o3tenu il est dé*! épuisé. # Dans la passion dévo'
rante sura3ondance et gaspillage vont de pair $ car la surconsommation des o3*ets pour satis'
faire le désir de consommation n'est que leur gaspillage A mais un tel gaspillage n'est pas possi3le
sans sura3ondance d'o3*ets.
(9:
&ette derni+re pourrait même être la cause du phénom+ne. 1ar
e.emple les animau. prédateurs qui se sont ha3itués ! la sura3ondance ur3aine peuvent chasser
une proie *uste pour le plaisir du *eu de chasse.
(9;
La chasse prend 3eaucoup d'énergie et norma'
lement les prédateurs ne la font que par nécessité. /i l'énergie est facilement accumula3le ils
peuvent la gaspiller pour la *oie de la consommer. L'industrie moderne a rendu cela possi3le pour
les hommes. 1ourtant il ne sem3le pas que ceci soit tout seul la raison suffisante de la surcon'
sommation.
La consommation de la consommation dans le capitalisme est plut<t de la nature du
simulacre 2 les prédateurs ur3ains consomment quand même des o3*ets tr+s spécifiques tandis
que les cito4ens capitalistes consomment le fait de la consommation et ont tou*ours 3esoin de
trouver de nouveau. o3*ets. -l ne faut pas acheter une veste il faut trouver de nouvelles vestes de
nouvelles chaussures etc. -l sem3le que ce sont les o3*ets que l'on veut consommer mais ils ne
sont pas satisfaisants. Cême le *eu de la consommation ne satisfait pas comme o3*et de désir.
&'est parce que le désir étant séparé de sa capacité est retourné vers sa représentation dans la
consommation et forme ainsi un mouvement circulaire 2 l'e.périence de la consommation en tant
qu'o3*et désiré est tou*ours consommée dans l'action même de la consommation. D+s lors le
consommateur ne cesse d'accroYtre sa collection # des e.périences de consommation $
(96
.
&ontrairement au *eu oB il 4 a un o3*et matériel suffisamment satisfaisant et une activité désirée
dans la consommation on ne trouve pas de désir. -l 4 a une notion plus profonde et forte de l'insa'
tisfaction constante parce que le désir est censé viser des o3*ets alors quNil n'4 en a pas qui
(97 # ...constructed in ser$ice of capitalist economy/ 8and9 zom&ies 8'''9 only appear to 'desire' t"is 6ay/ 8'''9 6"ile
actually desiring no commodity 8'''9 at all 8'''9 so t"e postmodern zom&ie's desire to consume/ consume/ consu-
me $ ?LoudermilH (99) p. ;;@
(9: /ennett (997 p. %%,'%%0.
(9; Hart et /ussman (990 p. 7(.
(96 /ennett (997 p.%(('%().
7:
puisse le satisfaire. L'o3*et de la consommation est imaginaire ou fantasmatique 2 on croit qu'il 4
a le désiré réel dont les o3*ets sura3ondants ne seraient que des représentations.
(%9
# In peut croire alors ! des désirs li3érés mais qui comme des cadavres se nourrissent d'ima'
ges. In ne désire pas la mort mais ce qu'on désire est mort dé*! mort 2 des images. $
(%%
Deu.
choses sont ! remarquer 2 ?%@ comme la volonté de puissance de Nietzsche qui doit être lue non
pas comme volonté vers la puissance mais comme volonté qui veut
(%(
de même c'est le désir qui
désire et non pas l'homme. La machine désirante n'est pas su3*ective elle est plurielle et ainsi
c'est e.actement dans la forme su3*ective du désir qu'elle est réprimée. ?(@ Les zom3is ne font
que consommer des images. &e qui n'est pas pareil que de désirer des images ni même que dNen
consommer 2 que l'on ne consomme que des images veut dire qu'il 4 a une représentation de l'ac'
tivité vers un o3*et imaginaire autrement dit que l'activité n'est qu'imaginaire. &ela implique que
l'on nNagisse vraiment pas ce qui ne serait pas forcément le cas si on désirait des images en tant
quNo3*ets réels imaginaires. Le désir est aliéné par sa représentation sous la forme de désir hu'
main. Le 3ut réel lui manque puisque ce 3ut n'e.iste pas. -l n'est que supposé un intérêt apparent
que l'on doit vouloir mais qui est tou*ours remplacé par les o3*ets qui sont pris pour ses représen'
tations. 1ar e.emple un désir qui est censé être homose.uel ou hétérose.uel selon le se.e de la
personne prise pour o3*et d'e.citation peut en fait être une pluralité de désirs qui n'ont pas le se.e
pour leur o3*et mais qui mettent en *eu # non seulement l'homme dans la femme et la femme
dans l'homme mais le rapport de chacun dans l'autre avec l'animal la plante etc. 2 mille petits'
se.es. $
(%)
La surconsommation du t4pe # zom3i $ provient donc du manque. /i le # zom3i travailleur $
n'a plus de désir parce que sa vie n'est que du travail pour de l'argent le # zom3i consomma'
teur $ ! son tour ne manque pas de désir mais du désiré. Le désir du consommateur est circulaire
et h4per3olique *uste comme le s4st+me capitaliste. &e qui peut partiellement e.pliquer la sure.'
ploitation de la nature 2 parce que le désir de consommer ne peut pas être satisfait il peut être ac'
(%9 # R/Sur fond d'écroulement des grandes o3*ectités les flu. décodés et déterritorialisés du capitalisme sont non
pas repris ou récupérés mais immédiatement saisis dans une a.iomatique sans code qui les rapporte ! l'univers de
la représentation su3*ective. Ir cet univers a pour fonction de scinder l'essence su3*ective ?identité de nature@ en
deu. fonctions celle du travail a3strait aliéné dans la propriété privée qui reproduit les limites intérieures
tou*ours élargies et celle du désir a3strait aliéné dans la famille privatisée qui déplace des limites intériorisées
tou*ours plus étroites $ ?Deleuze et Euattari %6:( p. ,9)@.
(%% Deleuze et Euattari %6:( p. ,9,.
(%( # /eule la volonté de puissance est ce qui veut elle ne se laisse pas déléguer ni aliéner dans un autre su*et $
?Deleuze %67( p. 07@.
(%) Deleuze et Euattari %6;9 p. (79
7>
céléré presque ! l'infini et prolongé tant qu'il 4 a de l'a3ondance. Jien qu'il ne soit pas la seule
cause de la sure.ploitation au moins le désir de consommation demande une culture de la
consommation qui épuise les ressources naturelles parce qu'il faut tou*ours trouver un o3*et sup'
posé non'imaginaire pour le désir imaginaire. Le désir de consommation est donc une raison suf'
fisante de la sure.ploitation. 1armi les autres raisons de la sure.ploitation on peut noter la dis'
tinction m4stique entre l'Homme et la nature que la modernité hérite du christianisme. &ette dis'
tinction cause la valorisation de la croissance et de la prospérité humaine par rapport au reste de
la nature A et son évaluation en termes de possession d'o3*ets # réels $ matériels A et donc la sur'
population ce qui avec la surconsommation capitaliste suffit ! causer la croissance agressive
# la consommation de l'essaim des criquets $.
>n zom3i'consommateur n'est pas simplement un consommateur au supermarché. -l faut re'
marquer que la consommation occupe tout le temps li3re et toute l'activité pu3lique. -l s'agit de la
consommation forcée qui s'impose au. choi. politiques. &'est'!'dire que tout le désir qui peut
être vu comme un produit final du s4st+me capitaliste donc tout ce qui passe par le médium de
l'argent est de la consommation des investissement capitalistes. &ela revient ! dire que l'activité
politique démocratique est de la consommation.
).) Le ,ombi travailleur1consommateur
Au moins d+s les années soi.ante'di. et la li3ération du mouvement des capitau. l'esprit du
capitalisme a changé de nature. &omme _esle4 lNa craint l'accroissement de la richesse a3outit !
la diminution de l'asc+se religieuse
(%,
. Dans le capitalisme classique il e.istait un 3esoin de répu'
tation respectueuse d'un homme honnête ce qui impliquait que l'on gagne tou*ours et que l'on
épargne sans consommer pour tou*ours être capa3le de pa4er. Le capitaliste classique devait tou'
*ours posséder un capital sta3le. L! est le changement le plus grand du nouveau capitalisme 2 tan'
dis que l'ascétisme du capitalisme classique s'opposait ! la consommation ce que l'on associait au
plaisir et ! la lu.ure pour le nouveau capitalisme la consommation est plut<t la r+gle puisque la
consommation fait circuler l'argent. 1uisqu'il ne s'agit plus de l'accumulation du capital concret
mais seulement de l'échange du capital en tant que mo4en mo3ile toute la croissance du marché
est voulue A et donc la consommation hédoniste est devenue non seulement accepta3le mais
même souhaita3le.
(%0
1artout on peut lire les craintes des économistes que les gens ne
(%, _e3er (99) p. (,%'(,).
(%0 /ennett (997 en particulier les chapitres premier et troisi+me.
7A
consomment pas suffisamment et leurs espoirs que les gens prennent des risques et que l'argent
circule 3ien etc
(%7
. -l est également clair que l'importance croissante de la commercialisation
signale ce changement dans la culture capitaliste 2 la consommation n'est plus le signe d'un
homme irrespectueu. mais e.actement ce que l'on attend des gens.
Dans le s4st+me ainsi changé oB il ne s'agit que des investissements monétaires les individus
ainsi que les sociétés sont encouragés ! consommer. &ette ha3itude suit les prescriptions de
"ranHlin ! savoir quNil faut investir l'argent A seulement maintenant tout peut être considéré
comme investissement. Pout l'échange est de plus en plus encouragé puisqu'il rend lNargent de
plus en plus disponi3le dans la circulation des capitau. A toute la productivité peut et doit être
pa4ée et ainsi échangée avec de l'argent. La productivité quelle qu'elle soit est surcodée par l'ar'
gent en ce que son sens et sa fonction sont compris en termes d'argent. 1ourtant comme le disent
Deleuze et Euattari # ce n'est pas le même argent qui entre dans le poche du salarié et qui s'ins'
crit dans le 3ilan d'une entreprise RcS. -l n'4 a aucune commune mesure entre la valeur des entre'
prises et celle de la force de travail des salariés $
(%:
. Pandis que pour la haute finance l'argent en
tant que mo4en a3strait donne une puissance sociale illimitée pour les salariés il rend finalement
leur force de travail sous la forme de # pouvoir d'achat $. Leur pouvoir d'achat est leur désir mis
dans les termes du marché et de la monnaie c'est'!'dire selon Deleuze et Euattari un # flu. vrai'
ment impuissant qui représente l'impuissance a3solue du salarié comme la dépendance relative
du capitaliste industriel. &'est la monnaie et le marché la vraie police du capitalisme $
(%;
qui
fonctionne comme la répression profonde. Jien que comme lNa noté Amin la compétition sur le
marché n'implique pas nécessairement la compétition capitaliste néanmoins dans la société capi'
taliste le marché est 3ien un marché capitaliste qui fait fonctionner la circulation et l'accumula'
tion de l'argent A et agit comme la police du capitalisme. &ela ne devrait pas être ainsi mais 5a
lNest.
Migoureusement dit pour le s4st+me capitaliste le travail ne se distingue pas de la consomma'
tion. &omme Euattari et puis Deleuze lNont argumenté il n'4 a pas de travail # vrai $ dans le capi'
talisme
(%6
. La consommation capitaliste consomme toutes sortes de choses ph4siques et concr+tes
(%7 Au. Utats'>nis par e.emple les économistes suivent lNinde. de confiance du consommateur puisque les senti'
ments des consommateurs affectent la consommation domestique soit environ :9l de l'activité économique de
ce pa4s.
(%: Deleuze et Euattari %6:( p. (:%'(:).
(%; %&id' p. (;,.
(%6 # Euattari proposait dans un congr+s de ps4chanal4se que les ps4chanal4sés soient pa4és non moins que les ps4'
chanal4stes puisque l'on ne peut pas dire e.actement que le ps4chanal4ste fournisse un # service $ il 4 a plut<t
77
mais de même que la production est production de l'argent cette consommation n'est que pour
consommer de l'argent.
((9
La consommation fait aussi circuler l'argent et est en effet du travail
capitaliste. &omme dans cette société la production a lieu au mo4en du travail professionnel
?pa4é@ et que le désir ! son tour est aliéné par la consommation en # passe'temps $ entre les
heures de travail – tous les deu. le désir et le travail sont inscrits dans le s4st+me du socius de
l'argent. =n fait la li3erté que l'on a théoriquement ?les droits@ est dans la pratique liée au pouvoir
d'achat si 3ien que l'on peut dire que l'on est li3re dNacheter des choses. Le pouvoir d'achat d'un
travailleur est lié ! sa capacité de vendre sa productivité si 3ien que même si l'on était ha3ile et
avait un 3ien de propriété on n'arriverait ! rien faire sans vendre ses possessions ou sa force de
travail. =nfin l'Utat force ?au moins par la ta.ation@ chacun ?qui n'a pas hérité dNune 3onne
fortune@ ! vendre sa production du moins partiellement et ainsi simplement pour vivre ! se
mettre sur le marché. La puissance que les travailleurs poss+dent et qu'ils utilisent dans leur
travail est changée en argent qu'ils consomment A qui en tant que consommation des produits des
entreprises renforce le s4st+me capitaliste. &ertes d'a3ord c'est précisément cette puissance qui
produit le socius dans lequel elle est inscrite. &'est la même a.iomatique qui norme le désir et qui
contr<le le travail.
Le zom3i'travailleur de Deleuze et Euattari nNa *amais été aussi vieillot que le zom3i du colo'
nialisme parce quNen fait il s'agit tou*ours du désir
((%
. /elon leur philosophie c'est le désir qui
produit le socius en premier lieu – et seulement apr+s le désir est aliéné dans le champ de la fa'
mille privatisée hors de la production sociale. Le désir est partout et partout il est transformé en
travail insensé pour le socius. Ainsi le travailleur de Deleuze et Euattari est en même temps le
# zom3i consommateur $ A s'il est insensé ce n'est pas parce qu'il ne désire pas mais parce que
son désir est transformé en consommation en tant que travail pour le s4st+me.
/i le désir est partout par conséquent la consommation aussi. Le désir est aliéné dans la fa'
mille privatisée par # la représentation anthropomorphique du se.e $ mais en même temps la
consommation en tant que représentation de désir est partout. D+s lors que dans le s4st+me mo'
division de travail évolution de deu. t4pes de travau. non parall+les R...S Eodard dit la même chose 2 pourquoi ne
pas pa4er les gens qui écoutent la télévision au lieu de les faire pa4er puisqu'ils fournissent un vérita3le travail et
remplissent ! leur tour un service pu3lic. $ ?Deleuze %6698(99) 1aris p. 0;'06.@. %nfra le chapitre ).).%.
((9 # /i nous faisons a3straction de l'échange des valeurs d'usage c'est'!'dire du c<té matériel de la circulation des
marchandises pour ne considérer que les formes économiques qu'elle engendre nous trouvons pour le dernier
résultat l'argent $?Car. %669 p. (,: A regarde aussi Car. %66% 1art Ine@.
((% # =n vérité la se.ualité est partout 2 dans la mani+re dont un 3ureaucrate caresse ses dossiers dont un *uge rend
la *ustice dont un homme d'affaires fait couler l'argent dont la 3ourgeoisie encule le prolétariat $ ?Deleuze et
Euattari %6:( p. ),;@.
7?
derne le désir ne peut pas prendre d'autre forme que celle de la représentation il désire de la re'
présentation. Le s4st+me représentatif c'est d'a3ord et certainement le capitalisme le monde du
travail insensé. Le 3ut que le désir vise est néanmoins l!. Le 3ut n'est plus même la *ouissance 2
# la seule fin est la richesse a3straite $
(((
. /Nil sNagit partout de consommation cNest donc aussi le
cas en politique. D'oB la peur que /ennett a de la consommation de politique 2 # les gens font'ils
leur marché parmi les hommes politiques comme ils vont acheter leurs vêtements $
(()
et plus gé'
néralement est'ce que la politique est devenue un 3ien de consommation K
La réponse ! cette derni+re question est affirmative. Lorsque la puissance des gens est dépla'
cée de leurs mains vers le s4st+me la démocratie forme une illusion de la politique que les gens
peuvent consommer et qui les rend passifs ! lNégard de leurs conditions réelles. /elon /ennett de
ceci résulte également que les gens consomment les hommes politiques. -l reste ! se demander
comment la politique et la morale sont consommées et comment consomment les zom3is de la
démocratie en démocratie. /ennett essaie de dessiner la consommation de politique avec les
concepts de # l'arête tranchante $ et de # la passion dévorante $. ] partir dNArendt il trouve une
forme de passion dévorante propre ! la démocratie en tant que politique vraie ! savoir la volonté
des cito4ens de faire tou*ours de nouvelles lois avec lesquelles ces mêmes cito4ens vivent en ac'
cord. &'est précisément parce que la démocratie est # RunS régime politique sans fondement $
comme le dit Cengue ?cité plus haut@. La passion dévorante a ici une signification positive celle
d'une politique réellement progressiste. 1ar progressiste /ennett entend # un régime dans lequel
tous les cito4ens se croient liés dans un pro*et commun $
((,
. /ans doute les lois s'épuisent'elles
réellement puisque le monde n'est pas stagnant mais au contraire tou*ours changeant et adopter
une seule et même loi fondamentale pour toutes les générations ne pourrait être que répressif
((0
.
&ependant tou*ours en accord avec Arendt /ennett trouve difficile dNenvisager avec opti'
misme # nos *ours RoBS la passion dévorante a un pouvoir spectaculaire 2 l'usage possessif est
moins e.citant pour le spectateur'consommateur que le désir de choses qu'il n'a pas encore $
((7
.
1ar conséquent il n'est plus question de vivre en accord avec les lois au.quelles on a donné nais'
sance mais de consommer le spectacle politique. Le contenu du choi. politique ou 3ien éthique
est de peu dNimportance.
((( %&id' p. )9(.
(() /ennett (997 p. %%9.
((, %&id' p. %(6'%)).
((0 +f' Cengue (99) p. :9.
((7 /ennett (99: p. %)%.
78
La politique est théLtrale ! cause du # r<le profondément énervant que *oue l'illusion dans la
société moderne $. D+s lors la passion dévorante n'active plus les cito4ens dans ces conditions
mais les rend passifs puisqu'elle n'est plus la volonté d'assister ! un changement réel mais celle
de regarder le théLtre du changement illusoire. /ennett parle de # la plate'forme politique $ em'
pruntant le concept de # plate'forme $ ! l'industrie oB il implique # un o3*et de 3ase dans lequel
on introduit des changements mineurs et superficiels afin de transformer un produit en une
marque particuli+re $. =n introduisant le concept de plate'forme en politique /ennett veut souli'
gner que sous les grandes différences apparentes les partis politiques # partagent une plate'forme
largement standard $. &ela suppose que le choi. soit en vérité passé de la chose ! l'image. /en'
nett parle du placage des questions et différences politiques sur des questions insignifiantes et des
différences peu importantes.
((:
Les cito4ens qui en tant qu'électeurs ont le pouvoir consomment
des spectacles. Au lieu de résoudre les pro3l+mes réels un homme ?ou un parti@ politique doit
trouver de nouveau. spectacles pour rester au pouvoir puisque c'est le changement apparent qui
attire des consommateurs dans la culture de # l'arête tranchante $. =n outre /ennett pense que les
hommes politiques aussi se conduisent comme des consommateurs. -ls ne croient pas que les
électeurs aient la patience dNattendre des résultats ! long terme ni que les processus dura3les
soient capa3les de réussir dans la culture des changements rapides. 1ar conséquent la confiance
des électeurs leur manque aussi 2 les cito4ens n'ont aucune raison de croire que les hommes poli '
tiques soient engagés dans leur pro*et progressiste. La politique est devenue spectaculaire et son
fonctionnement même sNil arrive ! résoudre des pro3l+mes est conduit par la consommation im'
médiate des spectacles politiques. D+s lors les partis et les hommes politiques n'ont pas de réelle
autorité et les gens o3éissent simplement ! la force du marché du travail ?et 3ien s[r ! la force mi'
litaire@.
((;
).. !écurité et réaction contre la 2post3modernité
# Le risque essentiel dont la démocratie est porteuse n'est pas le risque de la nouveauté de la
réforme ou de la révolution mais le risque du conformisme et de la sclérose des esprits. Poc'
((: %&id' p. %%6 %)%'%); souligné par l'auteur. Les placages peuvent prendre des formes graves. >n des placages les
plus populaires est celui de # l'Utranger $. Les immigrés quels qu'ils soient sont tacitement acceptés par le
peuple – les mem3res de ce dernier se considérant comme les ha3itants naturels d'un pa4s – pour constituer une
main dNauvre peu ch+re pour les travau. les plus ingrats. Coins tacitement les immigrés sont utilisés pour
pro*eter les angoisses des gens # non'immigrés $ et sont marqués comme un pro3l+me. Les pro3l+mes réels sont
déplacés ?par e.emple en cas de ch<mage ou de restructurations@ vers # l'Utranger $ imaginaire ou remplacés
par le pro3l+me factice et e.agéré de # l'Utranger $ ?par e.emple l'agression islamiste contre lNoccident@. &ela non
seulement peut causer de la violence et de l'in*ustice mais aussi en a dé*! effecti$ement causé.
((; %&id' p.%,('%,).
79
queville craint que la demande tou*ours plus égalitaire n'a3outisse au sacrifice de la li3erté !
une forme de despotisme li3rement choisi. $
((6
La vie politique contemporaine a tout ! voir avec la culture de la consommation 2 le cito4en
est effectivement un consommateur. D'une certaine fa5on la politique est devenue un 3ien de
consommation. Le manque de continuation et de valeurs sta3les com3iné avec la scission entre
le pouvoir et l'autorité dans la culture de l'arête tranchante causent un sentiment de manque de
sécurité. Dans ce ressentiment d'insécurité il peut se trouver un cercle vicieu. 2 les zom3is de
Momano sont une allégorie des consommateurs qui trouvent un fau.'sem3lant de sécurité dans la
consommation et précisément parce qu'ils ne peuvent pas trouver de sécurité dans la production
car le monde du travail est devenu précaire et incertain. Dans la culture de la consommation oB
tout se passe vite la consommation elle'même est une chose qui sem3le rester tou*ours identique.
-l n'est donc pas étonnant que si l'on a 3esoin de continuité pour le sentiment de sécurité on en
cherche dans la consommation. 1ourtant la culture de la consommation provoque les conditions
oB l'on ne peut pas trouver de # fil narratif $ car l'histoire importe peu quand le consommateur
fait croYtre sa collection non'cumulative des e.périences de consommation et sa consommation
continue réchauffe le marché et ainsi peut encore désta3iliser sa situation.
Ir puisque l'on ne trouve de sentiment de sécurité ni dans le travail ni dans la consommation
on va le chercher d'ailleurs. La société 3ourgeoise n'est nulle part prête ! la vitesse qu'elle e.erce.
=n effet depuis la li3ération des hommes le contr<le social s'est fermement renforcé. Le nom3re
des lois et droits a immensément cr[ également que la densité et le volume de la 3ureaucratie
()9
A
la vie privée est de plus en plus institutionnalisée et comme cNest 3ien connu depuis l'auvre de
"oucault elle est plus contr?le que la vie pu3lique ne l'a *amais été. L'Utat égalitaire veut tout
contr<ler il s'intéresse ! tous les domaines de la vie
()%
. &ela n'est pas tout. L'Utat totalitaire aussi
pén+tre dans la vie civile mais la différence de la démocratie est que avec elle les gens le
veulent tr+s e.pressément. La police comme institution par e.emple # est un appareil qui doit
être coe.tensif au corps social tout entier et non seulement par les limites e.trêmes R...S. Le pou'
voir policier doit porter # sur tout $ 2 R...S l'o3*et de la police ce sont ces # choses de chaque ins'
((6 Pocqueville (999 p. %09.
()9 -l faut des décrets pour créer le marché li3re et pour éviter ses pro3l+mes. &e qui s'e.plique d'une part par la
nécessité capitaliste d'a3attre les relations non'contractuelles ?ce qui est également une des conséquences
ma*eures de la constitution de la répu3lique égalitaire@ et d'autre part par le 3esoin que les gens ont de se protéger
des conséquences de la création du marché li3re. ?1olan4i (996 p. (),'()0 (09 A voir aussi Derrida %66,'(990
et Diamond %666.@
()% "oucault %6:7 passim.
?=
tant ces # choses de peu $ $
()(
. 1ourtant ce sont les cito4ens qui veulent le contr<le policier
voire qui l'e.ercent. -ls ne veulent pas seulement défendre le capitalisme mais également le limi'
ter par les normes de la société 3ourgeoise parce qu'ils ont peur de la vitesse et de la pluralité
qu'ils risqueraient de rencontrer si le capitalisme était laissé li3re de s'e.écuter sans limites.
Quant aux policiers, selon Watson ils s'associent à la loi et réagissent d'une façon particulière-
ment agressive à toutes les choses qui risquent de bouleverser la société bourgeoise !l ne s'agit
pas seulement des révolutionnaires ou des immigrés car, durant les entretiens de Watson, " ils fai-
saient également part de leur inquiétude sur les effets des médias et autres technologies de com-
munication #- -$ parce que, disaient-ils, ceux-ci font que les gens désirent des choses qui ne sont
pas faites pour eux %
&''
Watson associe ces constatations très correctement à la machine para-
no(aque de )eleu*e et +uattari !l a trouvé avec une bonne évidence empirique ce qu'ils ont argu-
menté, à savoir que " plus la machine capitaliste déterritorialise #$ plus ses appareils annexes,
bureaucratiques et policiers, re-territorialisent à tour de bras %
&',
-a police est sans doute la ma-
chine parano(aque la plus manifeste de notre société et donc en donne un bon exemple . mais ce
n'est qu'un exemple /ar les policiers ne sont pas davantage les rouages de l'appareil d'0tat que
les autres cito1ens 2 ils sont exactement les m3mes -es gens ne veulent pas vraiment laisser le
capitalisme libérer tous les flux, puisqu'ils veulent garder la société stable et normale comme elle
a tou4ours été -e contr5le étatique s'est renforcé encore une fois, à cause de la nostalgie fausse
des valeurs vraies et stables -'image nostalgique de la société stable 6et normalement, nationale7
qu'ils portent, peut faire surgir des 0tats fascistes 8n fait, cette nostalgie résulte des petits fas-
cismes quotidiens qui invoquent le pouvoir étatique contre les désirs inappropriés, provoqués par
le capitalisme, pour les détourner vers les ob4ets appropriés, comme che* les policiers de Watson
-a déterritorialisation des désirs provoque la volonté de les rattacher à l'unité contr5lable de l'his-
toire imaginaire, laquelle est servie par la nostalgie de l'image insaisissable, non-réelle, de
l'9omme en tant que concept en général, qui représente les ob4ets humains du désir, tels qu:ils
soient appropriés à un homme
()( "oucault %6:0 p. (,6.
()) # Phe4 RpolicemenS e.pressed similar concerns a3out the effects of mass media and other communication
technologies R...S 3ecause the4 said the4 maHe people desire t"ings t"at are not appropriate to t"emg ?_atson
%666 p. (). ke souligne@.
(), Deleuze et Euattari %6:( p. ,(.
?3
-l 4 a deu. c<tés de la mort qui correspondent ! la consommation capitaliste et au contr<le
étatique. D'une part la mort provient de la médiatisation par laquelle le médium a3strait occupe le
désir d'autre part de la conceptualisation enfermée qui le réduit tou*ours au # réel $ médiatisé A
d'une part de l'Homme individu a3strait de l'autre de l'Homme o3*et de recherche dont les désirs
sont 3ien connus A d'une part le désir de consommation de l'autre le désir humain. D'une part la
li3ération par un médium qui englo3e et définit tout ce qu'elle li3+re de l'autre le contr<le para'
nodaque des codes li3érés. Les o3*ets de la consommation 3ien qu'imaginaires ne sont pas néces'
sairement des o3*ets non'réels en soi. =n premier lieu le phénom+ne empirique témoigne de l'ac'
tivité dont l'o3*et est un image en'soi qui ne représente pas d'un autre'chose. &omme Deleuze le
dit clairement et nettement dans l'entretien concernant une série télé de Eodard 2 # il n'4 a aucune
différence entre les images les c"oses et le mou$ement $
()0
. Nous ne sommes pas nécessairement
alins par l'imaginaire 2 le monde a changé et c'est la nostalgie paranodaque qui nous ali+ne et
qui pour sa part rend les désirs imaginaires simplement représentatifs. &eci renforce la nécessité
d'une pensée mouvante et anarchique 2 puisque dans le capitalisme les codes sont de plus en plus
déterritorialisés de la pensée # vieillotte $ qui s'engage dans des formes étatiques et # o3*ec'
tives $ résulte une mauvaise interprétation des phénom+nes sociau. et une *ustification de l'in*us'
tice structurale dans la société.
. Représentation capitaliste et démocratique
..1 La représentation capitaliste selon (eleu,e
..1.1 (éveloppement
# Les sociétés modernes civilisées se définissent par des proc+s de décodage et de déterritoria'
lisation. !ais ce qu'elles dterritorialisent d'un c?t/ elles le re-territorialisent de l'autre $
()7
. -l
apparaYt clairement que dans le capitalisme le décodage est fait par le mo4en de la déterritoriali'
sation. Les flu. sont décodés dans une sorte de mouvement entre les territoires. &omme le déco'
dage d'autre part int+gre un code en un territoire il peut sem3ler 3izarre de l'utiliser entre les ter'
ritoires. Calgré tout ceci n'est pas contradictoire. =n effet tout est reterritorialisé en même temps
que déterritorialisé. Dans ce conte.te la déterritorialisation est une sorte de li3ération de la pro'
duction oB la production sort de la représentation territoriale
():
. &'est 3ien s[r souvent pour être
()0 Deleuze %6698(99) p. 7(
()7 Deleuze et Euattari %6:( p. )97 souligné par auteurs.
(): -l faut a*outer que la reterritorialisation n'est pas un terme pé*oratif ?voir /i3ertin'Jlanc (997 p. (7;@. &'est la
?5
représentée ! nouveau autre part mais dans la déterritorialisation elle'même il n'4 a pas
vraiment de représentation. Dans le capitalisme l'agent de déterritorialisation ! savoir l'argent
est utilisé pour la reterritorialisation A la déterritorialisation est de plus en plus vaste mais au lieu
de l'encodage attendu sur un nouveau territoire il n'4 a qu'un surcodage de tout ce qui est
déterritorialisé dans la déterritorialisation même qui se produit. 1ar e.emple le travail en tant que
divisé est déterritorialisé dans le capitalisme sur le marché du travail mais en même temps il est
reterritorialisé par le gain que l'on peut recevoir de sa force de travail en l'échangeant sur le
marché
();
. Poute la déterritorialisation qui pourrait li3érer le moléculaire du devenir est tournée
vers la reterritorialisation en termes molaires et sociau..
&'est le même mo4en de la déterritorialisation ! savoir l'argent qui décode tous les codes an'
térieurs. &ar l'Utat n'a pas disparu mais est devenu immanent au s4st+me
()6
. Le s4st+me d'Utat
s'est élevé au'dessus de tous les pouvoirs qui pourraient le régler ou le coder et ainsi tous les
pouvoirs ?politiques@ sont soumis au s4st+me qui maintenant est économique. &'est parce que
tous les flu. sont inscrits dans le socius du capital'argent et ainsi con*ugués par l'argent. La
# con*ugaison $ des flu. indique # leur arrêt relatif comme un point d'accumulation qui 3ouche
ou colmate maintenant les lignes de fuite op+re une reterritorialisation générale et fait passer les
flu. sous la dominance de l'un d'eu. capa3le de les surcoder $. La 3ourgeoisie même qui op+re la
déterritorialisation capitaliste op+re aussi 3ien la reterritorialisation étatique A c'est'!'dire que la
li3ération des flu. s'arrête d'une part ! la li3ération des flu. d'argent et d'autre part ! la li3ération
de la société 3ourgeoise qui n'est que le même Utat fi.é et généralisé dans les termes de la socié'
té 3ourgeoise celui'ci devenant désormais immanent au s4st+me économique capitaliste. /elon
Deleuze et Euattari
# la 3ourgeoisie commer5ante des villes con*ugue ou capitalise un savoir une technologie des
agencements et des circuits sous la dépendance desquels entreront la no3lesse l'=glise les ar'
tisans et les pa4sans mêmes. &'est parce qu'elle est pointe de la déterritorialisation vérita3le
accélérateur de particules qu'elle op+re aussi la reterritorialisation d'ensem3le. $
(,9

Pous les codes sont décodés sur le champ de l'argent mais les flu. économiques ! leur tour
ne sont que des quantités a3straites ?l'argent le travail@ qui doivent devenir concr+tes. &e qui se
passe par %@ dérivation des formes molaires et (@ déterritorialisation sur le champ non'é'
reterritorialisation par le mo4en de la déterritorialisation qui est un mal car elle empêche la déterritorialisation
même.
(); @upra/ les chapitres ).).% et ,.(.
()6 @upra particuli+rement le chapitre ).
(,9 Deleuze et Euattari %6;9 p. (76.
?:
conomique.
De la production sociale sont dérivées les personnes sociales dé*! déterminées par l'économie
par e.emple le capitaliste en tant que fonction dérivée des flu. de capital. 1ourtant les formes so'
ciales sont encore a3straites. Le rapport différentiel qui produit des travailleurs et des capitalistes
ne passe pas entre des codes mais entre des flu. décodés du travail et du capital qui sont donc
dé*! déterminés par le socius de l'argent. &e qui est inscrit dans le socius est donc nécessairement
le rapport au capital. -l n'4 a l! encore qu'une représentation ! savoir la représentation monétaire
de toute la production. &ependant les personnes sociales ne sont que des fonctions dérivées donc
a3straites et qui doivent ainsi s'actualiser. &e qui normalement se passerait par le mouvement
dans le champ non'économique par les alliances et les filiations non'économiques c'est'!'dire
étatiques et humaines. Ir dans le capitalisme il n'4 a pas un tel champ puisque tous les codes
étatiques sont inscrits dans le socius du capital'argent et puisque c'est l'activité productrice qui
est représentée dans le socius A le capitalisme représente les alliances comme les alliances du ca'
pital qui # ne passent plus par les hommes mais par l'argent $
(,%
. Pandis que c'est tou*ours la
même forme étatique qui est seulement devenue immanente la représentation étatique du non'é'
conomique c'est'!'dire l'humain est mise au service de la représentation capitaliste.
L'homme est conservé sauf qu'en tant qu'homme moderne occidental il est un produit des in'
vestissements économiques de l'=urope moderne ?de la 3ourgeoisie du capitalisme@ et ensuite
dégagé de cette économie figé sur une place oB il ne peut pas influencer le développement socio'
économique A et cependant il se présente comme une forme éternelle et générale
(,(
. Lorsque
l'échange capitaliste ne passe pas par les alliances et les filiations humaines les rapports humains
n'influencent plus la reproduction sociale. Donc l'homme est tout ! fait mort au sens de # morti'
f+re $. Pout le désir qui a d'a3ord produit la production sociale est représenté par la représenta'
tion de la représentation de la production sociale et ainsi est mis sous la forme humaine détermi'
née par l'activité économique. =t dans le développement de cette activité économique le désir
n'influe plus.
Le désir d'images mortes n'est pas donc le désir dNimages irréelles ! la place du désir réel hu'
main. Au contraire c'est e.actement le désir humain d'images humaines qui est le désir d'images
mortes puisque sous sa forme humaine le désir ne peut plus reproduire la production sociale
dont les investissements déterminent pourtant cette forme qui est donc tr+s figée nNétant que la
(,% Deleuze et Euattari %6:( p. )%0.
(,( @upra particuli+rement les chapitres (.% et ).,.
?>
consommation dNinvestissements économiques. &ela implique un simulacre négatif qui –
contrairement au simulacre des images qui ne représentent pas mais se présentent elles'mêmes et
sont donc réelles en'soi
(,)
– n'est que l'image de quelque'chose de supposé plus réel qui ! son
tour est aussi 3ien une représentation donc un simulacre des représentations et non pas celui des
images en'soi.
..1.2 Résumé théorique
Ainsi %@ les rapports moléculaires produisent les o3*ets partiels dans le transcodage entre les
milieu. ?ou même entre les # entre'milieu. $@ et ce codage est inscrit dans un territoire comme
les agencements molaires qui sont dé*! des représentations molaires des rapports moléculaires A
(@ ces derniers sont désormais vus comme rapports entre les particules moléculaires qui forment
les champs molaires A )@ des rapports molaires sont ! leur tour dérivés de leurs représentations !
savoir les formes molaires et les personnes sociales A ,@ les représentations sociales sont rappor'
tées ! la production désirante qui pourtant est dans le capitalisme dé*! encodée dans le socius du
capital'argent A 0@ les formes # non'économiques $ sont donc directement déterminées par les
flu. économiques A 7@ les personnes privées ?les hommes que nous sommes dans la société mo'
derne@ en tant qu'actualisation de la représentation sociale ne sont que la représentation des per'
sonnes sociales A :@ c'est'!'dire une représentation de la représentation l'image de l'image A ;@
d'oB e.actement découle la consommation des images puisque les personnes privées repré'
sentent les représentations économiques et sont donc déterminées par l'économie – mais tant
qu'elles sont mises hors du champ économique elles ne font pas partie de la reproduction écono'
mique qui passe directement par les rapports des flu. d'argent A 6@ l'Homme est le nom de cette
représentation # non'économique $ qui n'est qu'une formation étatique figée par le capitalisme
pour servir la représentation capitaliste A %9@ ainsi la deu.i+me représentation passe par le mo4en
de l'Homme A %%@ et c'est pourquoi la représentation humaine est si mortif+re puisqu'elle lie tout
désir ! la production sociale sans laisser le désir rénover cette production sociale A %(@ ainsi le
désir sous sa forme humaine devient comme la consommation des images représentant ce qui
n'est que la représentation de la production désirante A en ne reproduisant *amais le champ écono'
mique qui dicte ses rapports ! la consommation sociale le désir devient comme un désir
dNimages mortes.
(,) Deleuze %67; p. %7:'%7;
?A
..2 La représentation démocratique
/'il est clair maintenant que c'est e.actement l'humain que la démocratie conserve que la gé'
néralisation démocratique est l'homme en général
(,,
il devient aussit<t clair que la démocratie
moderne consiste essentiellement en cette deu.i+me représentation c'est'!'dire en la représenta'
tion humaine de la représentation capitaliste. La démocratie consiste donc en la représentation de
la pluralité désirante dans le concept dNHomme en général
(,0
.
-l 4 a quelques conditions importantes de la société moderne 2 l'Utat se *oint ! la société civile
ils deviennent l'un l'autre A en conséquence le pouvoir étatique pu3lic n'est rien que le pouvoir so'
cial de la société civile A qui ! son tour n'est que le pouvoir économique ! cause de lNenvahisse'
ment capitaliste qui dans son domaine ne laisse rien hors de l'économie ' domaine qui est la vie
sociale ?conduite par les intérêts privés des gens et non pas par les intérêts pu3lics@. Dans ces
conditions il est évident que tout l'Utat est devenu immanent au capitalisme lorsque c'est mainte'
nant la société civile qui conduit le pouvoir pu3lic et que la société civile est directement écono'
mique.
(,7

La forme étatique et sociale reste néanmoins e.actement la même le capitalisme n'a4ant au'
cun 3esoin de la changer ou de la recréer 2 il lui suffit de représenter l'activité économique oB les
conditions se développent réellement sous cette forme sociale. &'est que le capitalisme simple'
ment représente tous les codes anciens comme des images capitalistes. Pous les codes sont égale'
ment représentés par le médiateur commun ! savoir l'argent A # la fonction de l'Utat moderne est
la régulation des flu. décodés $
(,:
. Les flu. décodés par l'argent sont régularisés dans la société
étatique moderne d'une part par le mo4en de l'Homme car c'est e.actement l'idée d'homme en
général sur laquelle l'égalitarisme moderne est constitué d'autre part par la régulation du marché A
si 3ien que le marché n'est pas li3re.
Les personnes privées humaines résultent de l'économie capitaliste par deu. aspects 2 %@ c'est
la société 3ourgeoise oB seul l'argent compte qui se trouve fi.ée dans la représentation humaine –
c'est dire que l'homme en général est un 3ourgeois moderne ou qu'il correspond ! la classe uni'
verselle 3ourgeoise – et (@ c'est l'économie qui fi.e cette situation sociale. 1ar contre cette for'
mation en soi n'a rien ! voir avec le capitalisme c'est plut<t un aspect non'capitaliste qui est
(,, @upra les chapitres (.% ).).( )., ,.% et ,.0
(,0 1our le concept en général voir Deleuze %67; # la différence en elle'même $.
(,7 @upra passim. Foir particuli+rement les chapitres ).) )., ).0 et ,.,.
(,: Deleuze et Euattari %6:( p. )9:.
?7
conservé au sein du capitalisme par le capitalisme parce que le capitalisme doit constituer quand
même une sorte d'Utat. Ainsi l'homme en général est la représentation fi.ée sous forme de
société civile 3ourgeoise déterminée par l'économie capitaliste et il est vraiment universel
*ustement parce que le capitalisme occupe le monde. -l n'4 a donc pas de grande différence entre
le capitalisme et la démocratie modernes la démocratie consistant seulement en la représentation
non'reproductive de la société capitaliste cette derni+re étant directement déterminée par
l'économie.
-l s'ensuit que la démocratie n'est que la consommation non'reproductive de l'économie capita'
liste. &ela revient ! dire qu'il n'4 a de reproduction que dans le champ économique qui reproduit
la circulation de l'argent c'est'!'dire la consommation et que cette consommation se passe dans
la société humaine démocratique. In ne consomme pas de désirs non'réels ! la place de la poli'
tique réellement démocratique mais au contraire c'est précisément la démocratie qui se su3stitue
au. désirs – les désirs qui autrement peuvent reproduire la production sociale – comme une
consommation de la production sociale étroitement réglée par le capitalisme. >ne telle égalisation
réduit les différences qualitatives et la diversité en une sorte de représentation de la diversité dé'
territorialisée qui quand même n'est pas déterritorialisée sans être dé*! tout ! fait reterritoriali'
sée.
(,;
4 5onclusion / le système et l'ori"ine de la mort
>n principe a été accepté au dé3ut ! savoir que dans un s4st+me clos tout suit la logique de ce
s4st+me
(,6
. 1uis il a été vu que l'épistém+ représentative rend possi3le la s4stématisation totale.
Le meilleur e.emple d'un s4st+me clos oB tout se passe d'une fa5on calcula3le selon la logique du
s4st+me n'est pas comme cela a été le cas pour la plupart des philosophes le monde ph4sique
mais le s4st+me économique. &e qui est rendu possi3le légalement sera actualisé dans la pratique
économique dans la mesure oB cela engendre des 3énéfices. Dans le cadre d'un s4st+me écono'
(,; # Au lieu de produire une machine cosmique capa3le de # rendre sonore $ on retom3e dans une machine de re'
production et qui finit par reproduire seulement un gri3ouillage effa5ant toutes les lignes R''S c'est le 3rouillage
qui empêche tout événement $ ?Deleuze et Euattari %6;9 p. ,(,@ ce qui est e.actement le pro3l+me de la
démocratie moderne qui nNest que la reproduction uniforme de la consommation capitaliste.
(,6 1eut'être faut'il répondre ! une possi3le critique ! ce propos. &e travail consiste pour la plupart en critique de
l'a.iomatique s4stémique qu'on décrit avec ce principe. 1ourtant on lNa comparé au. # principes $ dominants
dont parle /chZrmann. =n acceptant un principe ne fait'on pas e.actement comme ceu. qu'on critiqueK
Néanmoins le principe selon lequel # au'dedans d'un s4st+me tout est déterminé $ n'est pas un principe de cet
ordre. -l est plut<t un vrai # principe des principes $. 1ar ce principe on e.ige la compréhension d'une chose
comme un principe dominant ou une a.iomatique s4stémique. &ette th+se n'est pas de nature normative et
n'utilise pas de principe dans le même sens qu'un travail a.iomatique A cette th+se e.amine le s4st+me
a.iomatique et cNest pourquoi il faut comprendre ce qu'est l'a.iomatique.
??
mique on essaie de profiter de ce qui arrive par les r+gles du s4st+me. =n utilisant le s4st+me
pour en profiter on le renforce et en renfor5ant le s4st+me on effectue la mort inscrite dans le
s4st+me de tous c<tés. Apr+s tout la li3ération n'a li3éré qu'un s4st+me ou 3ien a li3éré les gens
en vue de travailler pour le s4st+me et de profiter du s4st+me – mais sans qu'il 4 ait d'espace pour
une action qui déciderait de nouveau. ordres. Le pouvoir politique que les masses e.ercent
sem3le peu important. 1eu importe que l'on entende la politique comme l'activité sociale des indi'
vidus pour promouvoir leurs intérêts privés au sein des différentes institutions sociales ?comme
l'entend Held par e.emple@ ou comme l'activité pu3lique des cito4ens pour décider et promou'
voir les 3uts communs ?qui ne sont privés pour personne@ dans l'espace li3re ?comme l'entend
Arendt@
(09
. Ainsi parce que le désir est retourné vers sa propre répression il est impossi3le ! l'in'
dividu de promouvoir ses intérêts A il ne lui est pas davantage possi3le de commencer une action
tout ! fait neuve et li3re au sens arendtien puisqu'il n'4 a pas d'espace non'économique désinté'
ressé ou li3re et quNaucune nouveauté nNest possi3le au sein du s4st+me économique rationalisé
et calcula3le. &ela dit il est plus pratique ! ce su*et d'entendre la politique comme l'activité dési '
rante ainsi quNelle a été définie au deu.i+me chapitre. D'un autre c<té il est peu utile d'imaginer
lNe.istence dNun domaine désintéressé et d'un autre c<té encore il est trop simpliste de penser
l'activité désirante seulement en termes d'intérêts conscients des institutions et des individus. =n
fait ne resterions'nous pas dans le cadre du s4st+me représentatif si nous ne l'anal4sions que par
ses segments molaires K &e n'est pas en premier lieu les institutions ni les individus qui font la
politique car # la différence n'est nullement entre le social et l'individuel ?ou l'interindividuel@
mais entre le domaine molaire des représentations qu'elles soient collectives ou individuelles et
le domaine moléculaire des cro4ances et désirs oB la distinction du social et de l'individu perd
tout sens $.
(0%
Le rapport de la détermination entre la totalité et une partie l'histoire et l'individu a été un
pro3l+me central pour la science sociale. /artre par e.emple scrute en détail les pro3l+mes au.'
quels les mar.istes se confrontent quand ils pensent que les hommes même s'ils font l'histoire
sont # enti+rement déterminéRsS par les circonstances antérieures $
(0(
. -l sem3le penser que la dia'
lectique entre la totalité et l'individu ne doit pas être ou3liée. La méthode progressive'régressive
et l'oscillation du cercle herméneutique sont 3ien connus et évidemment ont leur mérite
(0)
. De'
(09 Held %6;6 p. %', ,,',7 A Filla %660 p. (,'(; %)9'%)7.
(0% Deleuze et Euattari %6;9 p. (79'(:(.
(0( /artre %679 p. 79.
(0) 1ar e.emple dans ce livre même /artre schématise une sorte de dialectique herméneutique ?dont une version
?8
leuze m+ne cependant la recherche par'del! lNindividu et la totalité. &e sont encore des formes
molaires des représentations de grande échelle qui sont précédées d'une micro'production de rap'
ports des masses. /artre continue en disant que du point de vue mar.iste # la différence entre
l'agent humain et la machine serait nulle $. &'est ce que Deleuze et Euattari disent tout d'a3ord
dans L'Anti-Œdipe mais il faut le comprendre d'une nouvelle fa5on ?non'mécaniste@ comme une
réponse développée ! la question du rapport entre les parties et la totalité. La réponse est que ce
sont les masses des rapports entre les rapports mêmes qui d'a3ord constituent les totalités et les
individus ces derniers n'étant qu'un produit final. La dialectique entre les individus et la société
concerne seulement les représentations l'imaginaire et ne comprendra *amais le changement que
les pouvoirs op+rent
(0,
.
=n partant de la philosophie deleuzienne les pro3l+mes de la mort de l'Homme dans le champ
épistémologique sem3lent 3ien associa3les ! plusieurs pro3l+mes de la vie politique moderne. >n
des motifs de ce travail a été dNanal4ser le rapport entre les phénom+nes épistémologique et poli'
tique de la mort de l'Homme 2 est'ce que l'économie ? la réalisation s4stémique des r+gles so'
ciales@ d'une société cause l'pistm# de l'Homme ou est'ce que cNest lNéconomie qui résulte de
l'idéologie ?au sens des principes qui r+glent l'économie sociale@ K Le s4st+me moderne a des ra'
cines religieuses et des caract+res idéologiques 2 l'Homme en tant que concept en général est une
idée religieuse. &eci pourrait signifier qu'il est une idée développée au sein du christianisme qui a
changé la direction de la société matérielle. 1ourtant il 4 a quelques facteurs qui dirigent la re'
cherche sur l'autre voie c'est'!'dire qui m+nent ! considérer que l'histoire de la mort de l'Homme
est matérielle au sens quNelle est en premier lieu économique et seulement en deu.i+me lieu et
superficiellement idéologique.
D'a3ord il est évident que la pensée capitaliste est adoptée partout apr+s que l'économie capi'
taliste s'4 soit installée. Le capitalisme attire les gens avec le pouvoir a3strait de l'argent qui est
applica3le ! toutes les choses A et la pensée capitaliste s'ensuit. ErLce ! la compl+te représentation
a3straite monétaire il devient possi3le de contr<ler tout le monde concret plus fortement que *a'
mais. D+s que la production concr+te est échangée au mo4en de l'argent on peut faire agir les
gens aussi par ce mo4en car c'est par lui qu'ils acqui+rent les 3iens nécessaires ! la vie. Les idéo'
logies modernes ont promu le pro*et 3ourgeois. Le protestantisme est né clairement avec les
plus développée peut être trouvée chez Micoeur@ qui est compl+te et sophistiquée ?en particulier p. 7) note (@.
Néanmoins il reste fid+le ! la dialectique même sophistiquée.
(0, Deleuze %67( livre F chapitre ,.
?9
conditions dé*! plus ou moins 3ourgeoises A et la Mévolution fut apr+s tout une révolution
politique qui a attaqué l'institution de lNUglise et non la religion
(00
. =n fait l'Uglise était le c<té
fai3le de l'Ancien Mégime la porte ouverte pour la révolution égalitariste parce que le
christianisme partageait l'idée d'Homme avec la Mévolution. Cais la révolution égalitariste n'a
pas promu seulement une idéologie mais aussi – ce qui est plus important – le pouvoir socio'
politique de ceu. qui ont eu et utilisé l'argent. La révolution sociale et économique sNétait dé*!
développée pendant longtemps au sein des ro4aumes aristocratiques et monarchiques. Dans le
champ économique les mo4ens d'échange et de transport par e.emple avaient li3éré le
mouvement commercial d'une région ! l'autre aussi 3ien que le mouvement social d'une position
économique ! l'autre.
Apr+s tout les idéologies ne sont que des phénom+nes macropolitiques les # macro'décisions
et choi. 3inaires $ apparents par lesquels la politique op+re tandis que le vérita3le changement se
passe dans les rapports moléculaires de la micropolitique
(07
. &ar ce sont les rapports moléculaires
qui ont le plus de profondeur. Les segments molaires # renvoient ! de multiples com3inaisons
moléculaires $ qui sont tou*ours des masses ou différentes répartitions et mouvements de
masses.
(0:
Les ensem3les molaires sont d'a3ord une représentation créée par les rapports molécu'
laires
(0;
A de même dans la politique il faut regarder la micropolitique qui construit la macropoli'
tique. &'est l! dans les investissements des masses que se forment les rapports économiques et
politiques producteurs et non'représentés. &e n'est pas simplement lNopposition dNune micropoli'
tique économique ! la macropolitique idéologique car il 4 a aussi 3ien une macroéconomie. &'est
plut<t parce que la qualité des investissements moléculaires est décisive pour l'agencement mo'
laire aussi et qu'un changement au niveau molaire ne reviendrait quN! choisir une autre représen'
tation parmi les alternatives 3ien définies du champ représentatif.
(06
Ainsi parce que # la
conscience est moins définie par rapport ! l'e.tériorité en termes de réel que par rapport ! la su'
périorité en termes de valeurs $
(79
les formes de la conscience découlent de l'irrationnel. Ugale'
(00 Pocqueville %67: p. 76 livre - chapitre ---.
(07 &e qui ne veut pas dire que les événements macropolitiques n'e.isteraient pas vérita3lement.
(0: Deleuze et Euattari %6;9 p. (79.
(0; @upra p. %( puis le chapitre cinqui+me.
(06 Foir en particulier supra le chapitre deu.i+me. Deleuze et Euattari en disent ceci 2 # *amais un appareil d'intérêt
ne vaut pour une machine de désir $ ?Deleu@e et *uattari 39?5 p. ,%: voir également la suite 2 # >n
groupe révolutionnaire quant au préconscient reste un groupe assu.etti même en conquérant le pouvoir autant
que ce pouvoir renvoie lui'même ! une forme de puissance qui continue de s'asservir et d'écraser la production
désirante R...S >n groupe-su.et au contraire est celui dont les investissements li3idinau. sont eu.'mêmes
révolutionnaires R...S au. déterminations s4m3oliques d'assu*ettissement il oppose des coefficients réels de
transversalité sans hiérarchie ni surmoi de groupe $.@
(79 Deleuze %67( p. ,,.
8=
ment et sans analogie ce sont les rapports irrationnels et matériels qui sont décisifs pour un ré'
gime politique plut<t que les formes rationnelles de ce régime.
1eut'être la question de l'origine est'elle trop simplifiée K &ar ni le concept en général d'Hom'
me ni l'épistém+ représentative ne seraient devenus dominants sans des conditions matérielles qui
supportent une telle épistém+. 1ourtant il est également clair que l'épistém+ va dominer la poli'
tique. La mort de l'Homme est ainsi née de la rencontre de l'épistém+ humaine ?qui a dé*! plu'
sieurs racines@ et de la situation politico'économique oB les marchands sont devenus puissants
économiquement sans pourtant avoir de pouvoir politique. -l serait fau. de prétendre que tous les
pro3l+mes modernes découlent du capitalisme. Les pro3l+mes du marché li3re telle la rapidité
des changements sont 3ien anal4sés par des économistes. Dans cette recherche les pro3l+mes de
la modernité ont été cherchés du c<té conceptuel du capitalisme et des influences idéologiques et
non'capitalistes qui r+glent le marché – et du c<té conceptuel de la politique moderne.
1armi les pro3l+me qui ne proviennent pas simplement de la li3ération du marché mais du
c<té conceptuel du capitalisme il 4 a 2 ?%@ que toute la production a déménagé vers le marché et
est forcément représentée en termes d'argent ?(@ que le capitalisme n'a pas effectué simplement la
li3ération du marché mais également la monopolisation de la propriété privée ! l'opposé de la
production sociale. -l faut noter que l'égalitarisme la démocratie et dNautres politiques humanistes
ont renforcé l'effet ici associé au capitalisme. &e sont ces politiques qui laissent le capitalisme
vaincre puisqu'elles préf+rent le pouvoir médiatisé au pouvoir localisé et ar3itraire. =n fait le ca'
pitalisme même s'il résulte de la victoire inégalitaire de l'élite 3ourgeoise fut au dé3ut e.acte'
ment cette force qui a mené la révolution égalitariste et démocratique
(7%
. =n outre la politique dé'
mocratique cause des pro3l+mes en ce que 2 ?%@ elle a déplacé la puissance des gens vers le s4s'
t+me a3strait de la démocratie oB leur r<le n'est plus que de consommer la représentation poli'
tique des changements de l'économie A ?(@ la consommation de la représentation démocratique
crée l'illusion d'être au pouvoir qui rend passifs les gens si 3ien qu'ils acceptent dNêtre contr<lés A
?)@ les formes politiques et sociales selon lesquelles on essaie de régler la vie dans la société capi'
taliste sont incompati3les avec la vitesse et la mo3ilité du marché. /i peut'être la démocratie
moderne n'est pas que spectacle elle est quand même en grande partie un spectacle. Poute la s4s'
tématisation *uridique et 3ureaucratique qui sem3le égaliser les gens les protéger des pouvoirs
ar3itraires mortifie la vie en la soumettant ! la machine sociale insaisissa3le. Pout se passe cal '
(7% Foir supra/ le chapitre troisi+me.
83
mement selon les r+gles du s4st+me économique malgré le drame du spectacle politique. 1our'
tant il peut nous sem3ler que nous sommes plus li3res et que nous avons plus de pouvoir que *a'
mais puisqu'il 4 a un spectacle du pouvoir politique pu3lic et général sous la forme de la démo'
cratie. &e qui néanmoins n'est que de la consommation des investissements économiques du s4s'
t+me représentatif capitaliste – qui ! son tour ne fait que surcoder et représenter la production
réelle non seulement dans la famille et dans le temps li3re mais également dans la lutte politique
entre des idéologies interchangea3les. Notre pouvoir est contre notre propre li3erté 2 nous nous
réprimons.
(7(
1our finir on voudrait évoquer la possi3ilité que ce n'est pas l'homme qui doit être sauvé de
l'inhumanité du monde ph4sique mais que cNest le monde qui doit être sauvé de l'Homme A du
monde calcula3le de l'Homme qui détruit le monde inhumain spontané. =n fait actuellement et
de plus en plus le hasard vient au monde social depuis le monde matériel A ce qui ne suit pas les
r+gles du s4st+me est sans doute le monde matériel et le changement du s4st+me devient inévi'
ta3le du fait des changements dans l'environnement dont le changement climatique et de la perte
des ressources matérielles ?tels le pétrole et l'eau@. Le monde est spontané et indu3ita3le. &'est
l'homme qui invente des créateurs et des r+gles pour le monde car c'est l'Homme qui est le plus
# réglé $. Dans le chapitre troisi+me il a été argumenté que l'histoire morale est celle de l'homme
en tant que culture. L'homme r+gle le monde il trouve les r+gles en lui même comme lNa énoncé
Xant. &ertes il est également vrai que comme Nietzsche le dit aussi la vie est essentiellement
une lutte contre la nature A l'homme vit en réglant le monde. Cais parce qu'il le r+gle trop il ar'
rive que la vie ne soit plus vivante que la vie ne soit plus la vie. &'est parce qu'il a commencé !
régler le monde selon les concepts de # normal $ et dN# universel $ – normal en tant que # t4'
pique $ et universel en tant que # général $. L'Homme en tant quNhomme spécifique est la r#gle
qui comme généralisation du r#glement même s'impose ! tout le monde. &'est l'humanisation du
monde et également la s4stématisation du monde.
6 7n post1scriptum non1scientiique
Des pro3l+mes concernant la mort de l'Homme ont été trouvés scrutés et proposés pour une
recherche plus profonde A mais au dé3ut de ce travail une ouverture vers des solutions possi3les a
été promise aussi. -l nNest évidemment pas question de les scruter en détail ici et peut'être ceci
nNest'il pas même une tLche pour philosophes A néanmoins quelques possi3ilités peuvent être
(7( @upra chapitres quatri+me et cinqui+me.
85
schématisées.
Le renforcement des institutions des valeurs et des pouvoirs étatiques est souvent proposé
comme une solution au. pro3l+mes du capitalisme et ! la fragmentation de la vie sociale postmo'
derne
(7)
. L'e.trême droite veut renforcer les valeurs # traditionnelles $ c'est'!'dire nationales
chrétiennes et en fait tr+s modernes ainsi que les institutions de sécurité telles la police et l'ar'
mée. L'e.trême gauche elle aussi veut renforcer le r<le de l'Utat par rapport au marché li3re.
L'autre p<le celui # li3éral $ des grandes entreprises et du marché li3re veut également protéger
les positions éta3lies de ces entreprises par accords étatiques telles que ALUNA. "riedman
compte les institutions telles que les s4ndicats des médecins comme des forces anticapitalistes
pour la raison qu'ils op+rent contre la li3erté du marché
(7,
. Duelques théoriciens proposent aussi
le renforcement des institutions comme solution. 1ar e.emple /ennett voit que l'augmentation du
r<le de l'Utat dans la vie sociale des travailleurs leur donnerait au moins plus de sécurité
(70
. /en'
nett sem3le avoir raison 2 au moins en ce qui concerne les alternatives pour la nouvelle culture
des entreprises il a montré que la grande ma*orité des travailleurs ne veulent pas des conditions
contemporaines mais préf+reraient une vie plus sécurisée sta3le et accomplie. 1ourtant ce que
l'on vient de dire concernant les pro3l+mes des concepts en général et des universalisations et
égalisations n'encourage pas ! renforcer les pouvoirs étatiques. >n des plus grands pro3l+mes de
la société contemporaine est sans doute la réaction paranodaque contre les déterritorialisations du
capitalisme. &ar c'est e.actement la part déterritorialisante que l'on veut du capitalisme la part
vraiment égalisante qui a3at les codages. D+s que le capital'argent a hiérarchisé le monde une
solution économique étatique sem3le fascisante
(77
. -l n'4 a pas de raison de croire que la solution
économique que plusieurs Utats mettent en auvre maintenant contre le marché li3re suive l'idéal
égalitariste ou démocratique. La solution conservatrice ne sert quN! réassurer le régime des
grandes entreprises tandis que selon le concept de la démocratie le r<le de l'Utat devrait être de
protéger la démocratie et l'égalité.
>ne autre solution ! considérer est l'intervention d'une force e.térieure au. pa4s démocra'
tiques et capitalistes – les pa4s démocratiques nNétant pas vraiment e.térieurs au capitalisme. >ne
telle force pourrait être l'islam. Pariq Mamadan affirme que l'islam pourrait donner du sens ! la
(7) @upra le chapitre ,.0 en particulier.
(7, "riedman %67(.
(70 /ennett (990.
(77 &omme le remarquent Deleuze et Euattari contre /amir Amin quand il conseille au. pa4s du tiers'monde de se
retirer du marché mondial ?Deleuze et Euattari %6:( p. (;0@.
8:
vie sécularisée en =urope
(7:
. _e3er lui aussi a vu dans l'islam une religion non'capitaliste A et
ceci sem3le être l'intuition partagée par une grande partie des européens A quelques politiciens de
droite ont même pris l'islam pour l'ennemi de l'occident. -l 4 a dé*! des recherches sur les
possi3ilités dNune démocratie islamique et pro3a3lement aussi sur le capitalisme islamique. /ans
3ien connaYtre l'islam il est difficile de *uger ces possi3ilités mais même si l'on supposait que
l'islam est une force e.térieure au s4st+me moderne capitaliste il ne faut pas croire qu'aucune
solution religieuse soit préféra3le. Jien que la vie sous un régime religieu. puisse être plus
sécurisée et cohérente qu'elle ne l'est dans un pa4s moderne et qu'il soit possi3le que les pa4sans
chrétiens du Co4en'Qge aient mieu. trouvé leur place que les ouvriers contemporains
néanmoins il est a3surde de penser que sous un régime religieu. la vie des gens qui ont entendu
la promesse de la li3erté soit une vie épanouie – elle est même pro3a3lement intoléra3le. D+s que
le capitalisme et la démocratie ont a3attu les codages on a eu 3esoin dNun sens de la vie qui soit
en accord avec la li3erté.
/i l'action sociale et individuelle est morte puisque la pratique autant que la pensée dans la so'
ciété est fragmentée et s4stématisée d'une fa5on qui ne laisse pas arriver de nouveauté qui ne soit
pas dé*! inscrite dans le s4st+me il ne suffit pas de retrouver la continuité de la vie mais au con'
traire une solution qui augmente la possi3ilité et la force des nouveautés imprévues. /i la vie indi'
viduelle devient insensée et 3loque sa propre capacité ! changer de monde puisqu'elle est entou'
rée par des forces de la finitude mais n'arrive pas ! penser les finitudes il faut changer l'approche
du monde pour saisir la condition moderne par la pensée et ainsi donner du sens et de la vivacité
! la vie. Les solutions proposées font partie du s4st+me de la pensée moderne et ainsi impliquent
les pro3l+mes en même temps qu'elles sont dépassées par le développement de la société
?post@moderne A et ainsi les solutions proposées sont inadéquates pour comprendre la société. -l
faudrait pouvoir repenser le monde selon des fa5ons qui ne soient ni dépassées par le développe'
ment de la société ni ne soient sa conséquence directe. Le sens et la direction de la société sont
reflétés repensés reconsidérés et rénovés par l'art et par la philosophie si l'on sort du domaine de
la logique formelle. &ertes n'est'ce pas ce que les philosophes et artistes ont essa4é sinon depuis
tou*ours du moins depuis le O-O
e
si+cle K N'est'ce donc pas soit du travail impliqué dans le s4s'
t+me soit quelque'chose qui est dé*! fait partout K 1ourtant si l'art et la philosophie de notre
temps se sont inscrits dans le s4st+me économique et social il 4 a peu d'art et de philosophie qui
le repenserait ou le rénoverait A car en fait le travail artistique s'est dé*! fondé sur la pratique éco'
(7: Foir Mamadan %667 A (99%.
8>
nomique et le s4st+me de la pensée qu'il devrait repenser.
/i le plus décisif pour l'être est son niveau moléculaire le plus décisif pour une pensée n'est
pas ce que l'on remarque comme un point important mais le non'pensé le fondement molécu'
laire sur lequel la pensée se fonde. -l faut penser ce qui facilite la pensée mais également il fau'
drait de nouvelles fa5ons de socialiser et de produire pour laisser surgir des approches vraiment
neuves. Ugalement comme l'art peut manifester le sens de la société la production artistique et
les e.périences esthétiques peuvent donner un sens ! la vie des gens. -l faudrait donc une société
qui encourage des procédés de la production sociale qui soient en même temps cohérents avec le
monde postmoderne dans la culture de lN# arête tranchante $ et qui soient li3érés de la cage de
fer du capitalisme. -l se peut quNil faille des interventions étatiques mais la production en soi n'a
peut'être pas 3esoin d'un fondement directement étatique. In peut trouver un fondement non'
fondé et rhizomique dans la pluralité sociale et productive d'internet. Le réseau en soi est ouvert
et il est li3re au niveau du code ?chacun peut 4 installer son propre code@ et souvent au niveau du
contenu aussi surtout en ce qui concerne l'open source. &ette li3erté profonde a formé des condi'
tions d4namiques sans contr<le capitaliste ni étatique oB la production peut surgir li3rement
d'une vraie pluralité sociale des utilisateurs'créateurs. -l est 3ien démontré que la productivité et
la créativité ont profité de l'anarchie et de la vraie imprévisi3ilité venant d'un niveau 3as du
contr<le sur internet.
(7;
La pensée politique également pourrait profiter du mod+le open source
et des mouvements locau.'glo3au. d'internet. /cruter les possi3ilités d'utiliser ces techniques et
remettre en usage l'appareil philosophique de Deleuze sur le champ politique d'une fa5on pro'
ductive et créative et 4 trouver de nouvelles directions politiques est cependant une tLche ! ac'
complir ailleurs.
(7; Lessig (99% surtout les chapitres ,';.
8A
&iblio"raphie
Adams Phomas %;,0'%;0; 2 (or7s of t"e =nglis" *uritain Di$ine' Londres Nelson. &ité in _e'
3er Ca. (99) 2 L'At"ique protestante et l'esprit du capitalisme. Praduit et présenté
par k.'1. Erossein. Eallimard 1aris. ?Iriginal Die *rotestantisc"e =t"i7 und der
5 ;eist : des >apitalismus rééd. %66) Jodenheim AthenGum Hain Hainstein.@
Althusser Louis m Utienne Jali3ar %6:% 2 Lire le +apital B. "ran5ois Caspero 1aris.
Amin /amir %66: 2 +apitalism in t"e age of glo&alisation ^ed JooHs London m N`.
Josanquet k._. 2 !etallic/ *aper and +redit +urrency London %;,( p. %% cité in Car. Xarl
%66% 2 +apital ) Colume D. Praduit par Jen "oWHes. 1enguin JooHs London. ?Iri'
ginal Das >apital D %;6,.@
Jreid3ach Ilaf (99) 2 gPhe Jeauties and the Jeautiful – /ome &onsiderations from the 1erspec'
tive of Neuronal Aesthetics.g in Foland =cHart m Xarl Erammer2 =$olutionary
Aest"etics. /pringer Jerlin.
Juss David %66, 2 =$olution of Desire. Jasic 3ooHs >/A.
&anguilhem Eeorges %677 2 Le normal et le pat"ologique. 1resses >niversitaires de "rance Ea'
lien.
&uller konathan %66, 2 Ferdinand de @aussure trad. M. HeisHala PutHi*aliitto HelsinHi "inland.
?Irig. /aussure %6:7 Harper&ollins Ltd. =ngland.@
Davidson Arnold -. (990 2 L'Amergence de la sexualit. Praduit par 1. Dauzat. Al3in Cichel 1a'
ris ?original <"e =mergency of t"e @exuality (99(.@
Deleuze Eilles %67( 2 4ietzsc"e et la p"ilosop"ie 1>" 1aris. Ugalement consulté la traduction
finlandaise (990 2 4ietzsc"e .a filosofia. Praduit par P. XilpelGinen. /umma Hel'
sinHi.
n %67; 2 Diffrence et ,ptition 1>" 1aris.
n %6;78(99, 2 Foucault. Les Uditions de Cinuit 1aris.
n %6698(99) 2 *ourparlers BEFG-BEEH Ia$ec +laire *arnetJ. Les Uditions de Cinuit 1aris.
Deleuze Eilles m "éli. Euattari %6:( 2 L'Anti-Œdipe ) capitalisme et sc"izop"rnie B. Les Udi'
tions de Cinuit 1aris.
n %6;9 2 !ille plateaux ) capitalisme et sc"izop"rnie G. Les Uditions de Cinuit 1aris.
n %66%8(990 2 Ku'est-ce que la p"ilosop"ie L Les Uditions de Cinuit 1aris.
Derrida kaqcues %66,'(990 2 Force de loi. Uditions Ealilée 1aris.
n (997 2 L'animal que donc .e suis. Uditions Ealilée 1aris.
Descola 1hilippe (990 2 *ar-del1 nature et culture. Eallimard 1aris.
87
Diamond kared %666 2 ;uns/ ;erms and @teel' <"e Fates of t"e Human @ocieties. Norton NeW
`orH.
Diogenes Lahrtios (99) 2 !er7ittM$ien filosofien elMmMt .a opit. Praduit par CarHe Ahonen. /um'
ma HelsinHi. ?Iriginal NOPQ RSQ TUVWSQ XYU ZU [Q\P]P[OS Z^_PRQW`]aUXYU -ioi
7ai gnbmai tbn en filosofia eudo7imcsantbn'@
Dissana4aHe =llen %666 2 b'CaHing /pecial'2 An >ndescri3ed Human >niversal and the &ore of
a Jehavior of Art.b PeoHsessa &ooHe Jrett m "redericH Purner ?ed.@2 -iopoetics'
=$olutionary exploration in t"e arts. Le.ington XentucH42 -&>/ p. (:',:.
"oucault Cichel %6778(99: 2 Les mots et les c"oses. Eallimard 1aris.
n %6:0 2 @ur$eiller et punir ) 4aissance de la prison. Eallimard 1aris.
n %6:7 2 L'"istoire de la sexualit % ) La Colont de @a$oir. Eallimard 1aris.
"reud /igmund %6:% 2 /eHsuaaliteoria. Praduit par =. 1uranen. Eummerus k4vGsH4lG. ?Irig.
!eine Ansic"ten d&er die ,olle der die @exualitMt in der etiologie der 4eurose
%697@
"riedman Cilton %67( 2 +apitalism f Freedom. >niversit4 of &hicago 1ress &hicago.
"uHu4ama "rancis %66( 2 La fin de l'"istoire et le dernier "omme. Praduit par D.'A. &anal.
"lammarion 1aris. ?Iriginal <"e =nd of t"e History and t"e Last !an %66(.@
HacHing -an %6;) 2 ,epresenting and %nter$ening &am3ridge >niversit4 1ress >X.
Hart Donna m /ussman Mo3ert (990 2 !an t"e Hunted. _estvieW 1ress NeW `orH.
Heidegger Cartin %6:: 2 <"e Kuestion +oncerning <ec"nology and 2t"er =ssays. Praduit par _.
Lovitt. Harper m MoW NeW `orH. ?Iriginal Die Frage nac" der <ec"ni7 %6,6.@
n (999 2 2leminen .a Ai7a. Praduit par M. Xupiainen. Fastapaino k4vGsH4lG. ?Iriginal @ein und
3eit %6(7.@
Held David %6;6 2 *olitical <"eory and t"e !odern @tate' 1olit4 1ress &am3ridge >X.
Hodgson Eeoff %6;( 2 +apitalism/ Calue and =xploitation. Cartin Mo3ertson I.ford.
Xant -mmanuel (999 2 %7uiseen rau"aan. Praduit par k. PuomiHosHi. Xaristo I4 HGmeenlinna.
?Iriginal 3um e6igen frieden %:60@.
Xatz konathan Ned %667 2 <"e %n$ention of Heterosexuality. 1lume NeW `orH.
Xemppainen Peemu (99; 2 # &anguilhem *a terve4s $ in 4iin f 4Min ghGHHi p. :9':).
Xristeva kulia %66( 2 !uu7alaisia itsellemme. Praduit par 1. Calinen. Eaudeamus /tocHholm.
?Iriginal =trangers 1 nous-m0mes %6;;@.
Logique de 1ort'Mo4al cité in "oucault Cichel %6778(99: 2 Les mots et les c"oses. Eallimard
1aris.
Lessig LaWrence (99% 2 <"e Future of %deas ) <"e Fate of t"e +ommons in t"e +onnected (orld.
Fintage JooHs N`.
8?
LocHe kohn %60, 2 =ssays on t"e La6 of 4ature' <"e latin text 6it" a translation/ introduction
and notes/ toget"er 6it" transcripts of Loc7e's s"ort"and in "is .ournal for BjFj.
Udité par _. von Le4den. Phe &larendon 1ress I.ford.
LoudermilH A. (99) 2 # =ating 'DaWn' in the DarH 2 ^om3ie desire and commodified identit4 in
A. Momero's 'DaWn of the Dead $. kournal of +onsumer +ulture $ol' D p. ;)'%9;.
Cagnus Jernd %6;7 2 # Nietzsche's 1hilosoph4 in %;;;2 Phe _ill to 1oWer and the o3er'
mensch $ in kournal of t"e History of *"ilosop"y Gg p. :6'66.
Candarini Catteo m Al3erto Poscano (99: 2 # Antonio Negri and the Antinomies of the Jour'
geois Phought $ introduction in Negri Antonio 2*olitical Descartes' ,eason/
%deology and t"e -ourgeois *ro.ect/ (99: Ferso London – NeW `orH.
Car. Xarl %669 2 +apital ) Colume B. Praduit par Jen "oWHes. 1enguin JooHs London. ?Irigi'
nal Das >apital %;7:@.
n %66% 2 +apital ) Colume D. Praduit par Jen "oWHes. 1enguin JooHs London. ?Iriginal Das
>apital D %;6,.@
n %66( 2 +apital ) Colume G. Praduit par Jen "oWHes. 1enguin JooHs London. ?Iriginal Das
>apital G %;;0.@
n Poutes les citations en fran5ais 2 http288WWW.mar.ists.org8francais8mar.8WorHs.htm
Cc"all'Ngai Cargaret k. (99( 2 # >nseen "orces2 Phe -nfluence of Jacteria on Animal Develop'
ment $. De$elopmental -iology GgG p. %'%,.
Cc"all'Ngai Cargaret k. ?ed.@ m Jrian Henderson ?ed.@ m =dWard E. Mu34 ?ed.@ (990 2 <"e %n-
fluences of +ooperati$e -acteria on Animal Host -iology IAd$ances in !olecular
and +ellular !icro&iologyJ. &am3ridge >niversit4 1ress NeW `orH.
Cengue 1hilippe (99) 2 Deleuze et la question de la dmocratie. L'Harmattan 1aris.
Contesqueiu &harles'Louis de /econdat ?3aron de La Jr+de et de.@ %660 2 De l'=sprit des lois.
Ud. L. Fersini Eallimard 1aris. ?Irig. %:,;.@
Negri Antonio (99: 2 *olitical Descartes' ,eason/ %deology and t"e -ourgeois *ro.ect. Praduit
par C. Candarini m A. Poscano.Ferso. London – NeW `orH. ?Iriginal Descartes
politico ) o/ della ragione$ole ideologia/ %6:9@.
Nietzsche "riedrich %67% 2 4Min pu"ui 3arat"ustra. Praduit par k.A. Hollo. Itava HelsinHi.
?Iriginal Also sprac" 3arat"ustra %;;)'%;;0.@
Ugalement consulté l'édition Henri Al3ert %;6; 2 Ainsi parlait 3arat"oustra. Pra'
duit par H. Al3ert. /ociété de Cercure de "rance 1aris.
n (999 2 Hy$Mn .a pa"an tuolla puolen. Praduit par k.A. Hollo. Itava HelsinHi. ?Iriginal ken-
seits $on ;ut und -lse %;;7.@
Ugalement consulté l'édition Henri Al3ert %69)2 *ar-dla le &ien et le mal ?in Œu$res compl#tes
de Frdric 4ietzsc"e Fol. %9 pu3liées sous la direction d'Henri Al3ert@. Praduit
par H. Al3ert. /ociété du Cercure de "rance 1aris.
88
n (99: 2 !oraalin al7uperMstG. Praduit par k. A. Hollo. Itava HelsinHi. ?Iriginal ^ur Eenealo'
gie der Coral %;;:.@
Ugalement consulté l'édition Henri Al3ert %6,; 2 La gnalogie de la morale ?in Œu$res com-
pl#tes de Frdric 4ietzsc"e Fol. %9 pu3liées sous la direction d'Henri Al3ert@.
Praduit par H. Al3ert. /ociété du Cercure de "rance 1aris.
1asqua Hervé %66) 2 %ntroduction 1 la lecture de mtre et temps de !artin Heidegger. L'Age
d'Homme Lausanne.
1ettit 1hilippe m "rancH kacHson %669 2 # -n defense of "olH 1s4cholog4 $. Philosophical
Studies 59, p" :3''A>"
1olan4i Xarl (996 2 @uuri !urros. Praduit par N. FiloHHinen. Fastapaino Pampere. ?Iriginal
<"e ;reat <ransformation %66,.@
Mamadan Pariq %667 2 %slam ) Le face 1 face des ci$ilisations n Kuel pro.et pour quelle moderni-
t. Deu. Mives L4on.
n (99% 2 %slam/ t"e (est and t"e +"allenges of !odernity. Praduit par /. Amghar. Phe -slamic
"oundation Leicester.
/artre kean'1aul %679 2 # La Duestion de Céthode $ in +ritique de la raison dialectique ?précé'
dé de Kuestion de mt"ode@ Eallimard 1aris.
/asso Mo3ert m Arnaud Fillani ?ed.@ (99) 2 Le Coca&ulaire de ;illes Deleuze k. Frin 1aris
"rance.
– Alcantra kean 1ascal 2 # Différence $ p. %%,'%().
– /asso Mo3ert 2 # Uvénement ?pur@ $ p. %);'%0).
– /asso Mo3ert 2 # Déterritorialisation8reterritorialisation $ p. ;('%99.
– /auvagnargues Anne 2 # Actuel8Firtuel $ p. (('(6.
/chrVdinger =rWin %6,, 2 ("at is life ) t"e *"ysical Aspect of t"e Li$ing +ell' &am3ridge >ni'
versit4 1ress >X.
/chZrmann Meiner %6;: 2 Heidegger on -eing and Acting ) from *rinciples to Anarc"y. Praduit
par &'C. Eros. -ndiana universit4 1ress Jloomington. ?Iriginal Le *rincipe
d'anarc"ie ) Heidegger et la question de l'agir %6;(.@
/ennett Michard (997 2 La culture du nou$eau capitalisme. Praduit par 1'= Dauzat. Al3in Cichel
1aris. ?Iriginal <"e +ulture of 4e6 +apitalism (997@
/i3ertin'Jlanc Euillaume (997 2 *olitique et clinique ) ,ec"erc"e sur la p"ilosop"ie pratique de
;illes Deleuze Colume B. >niversité &harles de Eaulle Lille ) Lille.
/iltala kuha (99, 2 <ylelMmMn "uonontumisen ly"yt "istoria. Itava HelsinHi.
/mith Daniel (990 2 # XlossoWsHi reading Nietzsche 2 -mpulses 1hantasms /imulacra /tereo'
t4pes $. Diacritics Do'B p. ;'(%.
Pocqueville Ale.is de %67: 2 L'Ancien ,gime et la ,$olution. Uditions Eallimard 1aris.
89
p %6;%a 2 de la Dmocratie en Amrique $ol' B. Earnier'"lammarion 1aris.
p %6;%3 2 de la Dmocratie en Amrique $ol' G. Earnier'"lammarion 1aris.
n (999 2 <extes essentiels' Ant"ologie critique par k'-L' -enoit. 1ocHet 1aris.
FGhGmGHi kussi %66: 2 =lMmM <eoriassa. PutHi*aliitto HelsinHi.
_atson %666 2 # 1olicing the affective societ4 $. @ocial legal studies %666A ; p. ((:'(0%.
_e3er Ca. (99) 2 L'At"ique protestante et l'esprit du capitalisme. Praduit et présenté par k.'1.
Erossein. Eallimard 1aris. ?Iriginal Die *rotestantisc"e =t"i7 und der 5 ;eist :
des >apitalismus rééd. %66) Jodenheim AthenGum Hain Hainstein.@
_iggins David %66; 2 4eeds/ Calues/ <rut". &larendon 1ress I.ford >X.