Vous êtes sur la page 1sur 11

1

Conseil national du Parti socialiste
Samedi 14 juin 2014
Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre
Seul le prononcé fait foi

Chere!s amie!s,

"ous sommes # un moment de $érité% Pour notre parti% Pour la &auche% Pour notre
pa's%
"ous sortons de deu( défaites électorales ) # celle des municipales, a succédé une
répli*ue toute aussi forte au( élections européennes% Comment d+ailleurs pou$ait,
il en -tre autrement moins de deu( mois apr.s un scrutin dé$astateur / A deu(
reprises, les 0ran1ais nous ont dit clairement leur insatisfaction, leur impatience,
leur col.re%
"ous &ou$ernons, nous sommes au( responsa2ilités% Les 0ran1ais nous ont confié
ce mandat% Cette situation nous o2li&e # a&ir $ite et # définir le sens de ce *ue nous
faisons% 3t c+est de cela dont je suis $enu $ous parler aujourd+hui, de$ant le
Conseil national de mon parti%
Mais d’abord, un constat s’impose. Un constat lucide sur la situation de la
France.

1. Un constat lucide sur la situation de la France


a / Notre pays n’a jamais été confronté à des crises si intenses
4amais, notre pa's n+a d5 faire face # des crises d+une telle intensité%
D’abord, une crise économique et sociale.
"ous en connaissons les effets% 6ne croissance ine(istante depuis 2007 et donc un
P89 *ui depuis : ans, a sta&né% 3n 10 ans, nos entreprises, notre industrie n+ont
cessé de perdre continuellement des parts de marchés% La consé*uence ) c+est le
ch;ma&e de masse% 8l fait mal, en particulier au( jeunes, au( seniors% "os déficits
et notre dette ont atteint des ni$eau( insupporta2les%
Les iné&alités se sont accrues et 2eaucoup de nos compatriotes font face # la
précarité% Les ména&es les plus modestes ne sont plus les seuls # $i$re dans
2
l+an&oisse des fins de mois% 3t pour les plus fra&iles, ces fins de mois commencent
de plus en plus t;t% Pour les classes mo'ennes, et m-me une partie des cadres, la
peur du déclassement s+est installée%
Aujourd+hui, une 2onne partie des 0ran1ais n+a pas seulement le sentiment d+-tre
des $ictimes de la mondialisation% 9eaucoup ont aussi peur pour l+a$enir de leurs
enfants < toujours plus dipl;més mais toujours plus précaires <, pour le
financement de leur retraite% 8ls se demandent *ui $a accompa&ner leurs parents
dans la $ieillesse% 3t surtout, il ' a ce sentiment *ue le pa's tout entier est en train
de perdre pied%
La crise, pour trop de Français, est devenue une habitude, un éternel
recommencement. Malheureusement, de plus en plus souvent, un mode de
vie

une crise d’identité et une crise de l’Europe
Cette crise alimente une deu!i"me crise, moins quanti#iable, mais bien plus
pro#onde $ une crise d’identité.
=ans un monde *ui chan&e si $ite, dans le*uel les menaces sont multiples et
permanentes, de nom2reu( 0ran1ais s+interro&ent% Les menaces, ce sont
notamment les insta2ilités ré&ionales et le terrorisme% 3t la tra&édie de 9ru(elles le
démontre% 6n jeune jihadiste de nationalité 0ran1aise a été formé en S'rie par un
&roupe terroriste, ori&inaire d+8ra>, et *ui lutte pour s+emparer de 9ad&ad% Cette
tra&édie s'm2olise # elle seule la comple(ité et l+?preté des défis *ue nous a$ons
de$ant nous% Plusieurs centaines de 0ran1ais sont en&a&és pour aller com2attre en
S'rie, trente ' sont déj# morts% 4amais nous n+a$ons d5 faire face # une telle
menace terroriste% Chacun doit mesurer ce *ue cela représente comme péril pour
notre propre cohésion nationale et pour L+8slam de 0rance%
Chers amis,
"om2reu( sont les 0ran1ais *ui doutent% Aujourd+hui, ce *ui nous rassem2le ne
para@t plus aussi é$ident *u+hier% "os institutions répu2licaines ne sont plus des
rep.res% Leurs capacités # proté&er, # promou$oir, # inté&rer ne con$ain*uent
plus% 4us*u+# l+3cole de la Aépu2li*ue *ui est de$enue trop sou$ent un lieu de
reproduction, $oire d+accroissement des iné&alités% 3nfin, la laBcité, ce ciment de la
Aépu2li*ue, notre richesse, est mise # mal par l+irruption des communautarismes%
Cui contestent nos lois, nos $aleurs, nos principes%
Les fractures communautaires sont # l+Du$re dans nos $illes, dans nos *uartiers%
Mais il ' a d+autres fractures, &éo&raphi*ues, culturelles% 3lles di$isent les
territoires ur2ains et rurau(% 3lles di$isent les territoires entre ceu( *ui s+en sortent
le mieu( et ceu( *ui cumulent les difficultés% =e la relé&ation spatiale,
économi*ue, ci$i*ue na@t le sentiment d+a2andon, puis ensuite du désespoir%
3
Cette crise d+identité, cette insécurité culturelle et identitaire, c+est aussi la crise de
l+3urope% Les 0ran1ais ' croient de moins en moins% L+3urope, c+est pour 2eaucoup
une nou$elle démonstration de l+incapacité de la politi*ue # a&ir%

une crise de confiance qui vient de l’incapacité à produire des résultats.
Car com2ien de fois les 0ran1ais ont,ils déposé, a$ec espoir, leur 2ulletin dans
l+urne E pour *ue les résultats attendus ne se trou$ent pas au rendeF,$ousG Hrop,
2eaucoup trop de fois /
I Le pa's ne se sent pas écouté J le pa's ne se sent pas représenté J des $ies non
racontées sont, de fait, des $ies diminuées, niées, implicitement méprisées K ) ces
mots de Pierre ALSA"VALLL" sont toujours d+actualité%
La quatri"me crise que nous traversons, c’est une crise de con#iance qui vient de
l’incapacité % produire des résultats.
3t cette incapacité, c+est le moteur le plus puissant de la défiance, de la perte
d+autorité des pou$oirs pu2lics% Car l+autorité repose sur le respect de la parole
donnée et sur les résultats o2tenus%


b / Notre pays peut donc se défaire et se donner à Marine E !EN

0ace # toutes ces crises, la 0rance ris*ue de se défaire% 3t certains, en e(ploitant les
peurs, les désespoirs, a$ancent leurs solutions% =es solutions déma&o&i*ues% =es
solutions *ui n+en sont pas% Ce sont les e(tr-mes, les populismes% 8ls séduisent de
plus en plus% 8ls montent en puissance% =an&ereusement%
4us*u+# présent, nous $i$ions dans un schéma classi*ue d+alternance% 3lle
inter$enait entre la &auche et la droite% Mais toujours entre partis répu2licains%
C+est du moins la certitude *ue nous a$ions jus*u+au 21 a$ril 2002 E Ce
catacl'sme *ui a tétanisé la &auche% Car depuis 12 ans, a$ons,nous $raiment mis
en Du$re ce *ui était nécessaire pour nous prémunir contre cela G
Le 2: mai a apporté une réponse cin&lante% 3n arri$ant nettement en t-te, le 0ront
national a confirmé ce ris*ue ) la possi2ilité d+une alternance non plus entre des
répu2licains, mais entre des répu2licains et des non,répu2licains% "on plus une
alternance, mais une déli*uescence%
Mes chers camarades,
Lui, nous pourrions 2asculer dans une nou$elle .re, *ue 4ean,Christophe
CAM9A=3L8S a *ualifiée de I tripolarisation de la $ie politi*ue K% 6ne .re dans
4
la*uelle le ris*ue de $oir Marine L3 P3" au second tour de l+élection
présidentielle e(iste% 6ne .re dans la*uelle un des &rands partis répu2licains < et
cette fois sans *ue cela soit une surprise E < peut -tre a2sent de ce &rand rendeF,
$ous électoral% 3t rien n+est fait ) ce peut -tre la droite% Ce peut -tre nous% Par
consé*uent, une .re dans la*uelle la &auche peut aussi dispara@tre E

". #ans ce conte$te% la &auc'e peut mourir% elle doit donc (tre capa)le de se dépasser


a / *onstat + la &auc'e est fra&ilisée.
Lui, la &auche peut mourir% 3lle n+a jamais été aussi fai2le dans l+histoire de la Ve
Aépu2li*ue ) moins d+un tiers des $oi( au( européennes%
3t ces résultats sont clairs ) il n+' a pas d+alternati$e # &auche% "otre échec électoral
ne renforce pas la &auche de la &auche E
"ous de$ons donc tirer un ensei&nement pour nos dé2ats internes ) c+est de nous
*ue de$ra $enir la solution / 3t, 2ien s5r, il faut toujours des alliances% 3t je salue
toutes les initiati$es en&a&ées par 4ean Christophe, notamment les 3tats Ménérau(
de la &auche% Certes, le Parti socialiste a $ocation # -tre au centre du jeu, #
dialo&uer sérieusement a$ec ceu( *ui $eulent réellement e(ercer le pou$oir% Mais
ne nous racontons pas d+histoire E "ous ne pourrons pas apporter de nou$elles
solutions a$ec de $ieilles recettes E
"ous ne pou$ons plus, ajourner, repousser, é$iterE 8l faut nous confronter # la
réalité ) la &auche aujourd+hui, celle *ue nous incarnons, a perdu de sa force% 3t
cette *uestion ne se pose pas *u+# nous Socialistes% 3lle se pose # toute la &auche )
au( écolo&istes, au( communistes, et de la &auche la plus radicale jus*u+au(
Sociau(,démocrates%
6n &rand penseur espa&nol, LAH3MA ' MASS3H, a eu cette 2elle phrase pour
parler des moments oN *uel*ue chose dOimportant se joue, sans *ue lOon puisse
pour autant le définir% 8l disait I on ne sait pas ce qui se passe, mais c'est justement ce
qui se passe K% Lr tout lOenjeu est l#% "ous sentons 2ien *ue nous sommes arri$és au
2out de *uel*ue chose, au 2out peut,-tre m-me dOun c'cle histori*ue pour notre
parti%
8l n+est plus s'non'me d+espérance, de pro&r.s, pour les classes mo'ennes, les
ou$riers, les emplo'és %%% Par paresse, par confort, nous a$ons cru détenir un droit
naturel # les représenter% Aujourd+hui, ils nous rappellent *ue la politi*ue ne
conna@t pas de certitudes% 8l est 2ien loin, le temps oN, # l+au2e d+une élection
lé&islati$e, 4A6APS pou$ait dire *ue I Partout, la ferveur attentive du peuple ouvrier
a répondu à la dignité, à la force, à l’élévation, à la franchise de la propagande socialiste K%
5
3t j+ai donc du mal # ima&iner *ue les $ieilles théories ou les straté&ies du passé
soient les sources appropriées de construction de l+a$enir% 4+ima&ine le PS comme
une force moderne, attracti$e et con*uérante, et non pas comme une force en
difficulté cherchant dans des alliances impro2a2les des sources de renou$eau%
&ous devons donc nous réinventer. 't nous réinventer dans un conte!te
particulier $ l’e!ercice du pouvoir, #aute de ne l’avoir #ait dans l’opposition.
3t nous de$ons le faire dans un moment particulier ) la crise de la droite, en panne
de projet et de leadership% Lr, c+est une loi sou$ent $érifiée ) on se construit plus
facilement en s+opposant, en contestant% 8l ' a donc pour nous une difficulté
supplémentaire% Mais c+est apr.s tout aussi l+essence de la &auche ) ne pas -tre
uni*uement le contraire de la droite% Mais -tre # l+a$ant, comme éclaireur, comme
moteur du pro&r.s%
L’époque est au #lou (énéralisé dans l’o##re politique $ la droite est e!san(ue, la
(auche est déboussolée. 't le seul messa(e identi#ié, c’est celui de l’e!tr)me
droite.
Peut,on laisser les 0ran1ais dans ce 2rouillard G A$ec pour seul rep.re les
prétendues I solutions K de l+e(tr-me droite ) le repli, le rejet de l+autre, la
culpa2ilisation s'stémati*ue de l+immi&ré G "L" /
A nous de parler clair / =e rée(pli*uer au( 0ran1ais *uel est le cap% Cuels sont les
o2jectifs de la &auche% 3t d+a&ir% A&ir et a&ir maintenant% Houjours% Sans rel?che /
3t c+est ma responsa2ilité en tant *ue Premier ministre de le faire% Parce *ue le
Président de la Aépu2li*ue m+a confié cette mission% Parce *ue j+ai re1u la
confiance de l+Assem2lée nationale% Parce *ue je me trou$e de fait dans une
position centrale, au cDur de la majorité% 3t parce *ue je suis des $;tres, et ce
depuis aussi loin *ue remonte mon en&a&ement politi*ue%


) / la &auc'e doit s’adapter
"e laissons pas le monde et la 0rance chan&er sans nous% Sortons du confort des
idées connues, des mots *ui ne f?chent pas, et des do&mes /
3n $érité, mes chers camarades, 2eaucoup de slo&ans peinent # cerner les enjeu(
du monde actuel% 6n monde en pleine recomposition%
L+Lccident a perdu sa position dominante% 3t il s+interro&e sur ce *u+il sera
demain% Les puissances émer&entes < la Chine, l+8nde, le 9résil < font
pro&ressi$ement jeu é&al a$ec nous% =ans 20 ans, leur force cumulée dépassera la
somme de lO3urope et des Qtats,6nis%
Cette recomposition sOaccompa&ne dOune ou$erture sans précédent des marchés,
oN tout entre désormais en concurrence ) les entreprises, les 3tats, les s'st.mes
6
fiscau( et sociau( et 2ien é$idemment les tra$ailleurs, les indi$idus, les salariés%
C+est une source de pertur2ations et d+in*uiétudes% Mais il ' a aussi de
formida2les opportunités, ' compris pour notre pa's%
La &auche ne sait pas toujours comprendre ce monde *ui chan&e et en faire le
récit% Lr, elle le doit # ses militants et # ses électeurs%
0ace # ces nou$eau( enjeu(, le r;le de lOQtat dans l+économie est profondément
transformé% "otre force, notre atout pour l+a$enir, c+est lOinno$ation% C+est pour
cela *ue l+3tat doit in$estir dans les secteurs # fort potentiel de croissance% 3t faire
en sorte *ue la fiscalité ne découra&e pas les entreprises *ui inno$ent et *ui
e(portent%
Le temps oN l+on pou$ait accro@tre la dépense pu2li*ue, et com2attre les déficits
par la hausse de lOimp;t, est ré$olu% Cette méthode est de$enue un handicap% 3lle
emp-che lOQtat dOin$estir dans les secteurs straté&i*ues et étouffe ses mar&es de
manDu$res% 3t nous $o'ons 2ien *ue nos propres électeurs nOen peu$ent plus de
la pression fiscale% C+est pour*uoi nous a$ons a&i sur la feuille d+imp;t, en
2aissant, d.s septem2re prochain, l+imp;t sur le re$enu de R,S millions de fo'ers%
3t en faisant sortir 1,T million de l+imp;t% 3t nous de$rons aller encore plus loin
dans le cadre de la prochaine loi de finances%
La *uestion de lOQtat, elle reste fondamentale% 4e crois au r;le de l+3tat% Ce n+est pas
un concept dépassé% 8l demeure le le$ier majeur pour construire l+a$enir, #
condition *uOil sache s+adapter, se réformer% COest la raison pour la*uelle je crois
*ue le tra$ail sur lOa$enir de lOQtat doit -tre au cDur des réfle(ions des socialistes%

,. ’action du &ouvernement


a / un réformisme assumé
Le &ou$ernement s+inscrit pleinement dans cette lo&i*ue% A$ec détermination%
A$ec constance% A$ec am2ition%
4e l+ai dit d.s les premiers jours, d.s mon discours de politi*ue &énérale ) nous
de$ons réduire la dépense pu2li*ue% 8l e(iste un lar&e consensus sur ce point, en
témoi&ne la confiance *ui m+a été accordée% Si nous $oulons dOun Qtat efficace et
fort nous de$ons impérati$ement redéfinir son périm.tre et réorienter ses
missions% Aéduire la dépense pu2li*ue, ce n+est pas affai2lir l+3tat% Ce n+est pas le
montant de la dépense pu2li*ue *ui fait son efficacité%
Le deu(i.me a(e cOest permettre au( entreprises < ces or&anisations d+hommes et
de femmes, de tra$ailleurs, de salariés < de restaurer leur compétiti$ité% Sans
compétiti$ité, pas d+in$estissements et pas de création d+emplois% 4e pense tout
particuli.rement au( petites et mo'ennes entreprises *ui sont le cDur de notre
7
tissu économi*ue, et *ui ont 2esoin de soutien% Aéduire les char&es, ce nOest pas
faire des cadeau( au( chefs dOentreprises *ui luttent pour leur sur$ie% Aéduire les
char&es des entreprises, cOest les aider # affronter une compétition mondiale féroce%
Certains disent ) $ous meneF une politi*ue de lOoffre G 4e ne suis pas certain *ue ce
*uestionnement passionnent nos concito'ens E Mais j+' réponds ) non seulement
je la m.ne, mais je lOassume% 3t puis, en *uoi une telle politi*ue serait,elle une
politi*ue de droite G La politi*ue de lOoffre nOest pas un choi( idéolo&i*ue% 3lle est
encore moins lOe(pression dOune politi*ue tournant le dos # la demande% Car nous
a&issons aussi pour le pou$oir d+achat% 3n 2aissant les imp;ts, je l+ai dit% Mais en
a&issant aussi sur les salaires de 0ran1ais au( re$enus les plus modestes, ceu( *ui
&a&nent autour du SM8C% =.s le 1
er
jan$ier 201:, ils 2énéficieront d+une
au&mentation de salaire de :00U net par an, soit la moitié d+un treiFi.me mois de
salaire%
4+insiste ) la politi*ue de l+offre, ce n+est pas un choi( idéolo&i*ue, c+est un choi(
straté&i*ue &uidé par la transformation des r.&les du jeu mondial *ue je $iens
d+é$o*uer%
Alors me direF,$ous ) sommes,nous s5rs *ue cette politi*ue ram.nera la
croissance, les emplois et la confiance G
4e n+ai *ue cette certitude ) prendre un autre chemin nous conduirait # l+échec%
C+est pour*uoi je suis tr.s déterminé # *uel*ues jours des $otes importants *ue
nous a$ons au Parlement% C+est notre crédi2ilité *ui est en jeu%
Alors oui, cette straté&ie a sa part d+aléa% Mais c+est la nature m-me de la politi*ue
*ue de faire des choi(% =e faire les 2ons choi(, au 2on moment% 0aire des choi(,
c+est a&ir, c+est a$ancer% 3t les choi( *ue fait ce &ou$ernement, c+est celui des
réformes structurelles et am2itieuses *ui seules nous sortiront de lOorni.re% Cui
seules nous permettront d+échapper # lOaustérité%
8l nous faut da$anta&e de réformes pour nous prémunir contre l+austérité% Voil#
un a(e de com2at sur le*uel tous les socialistes doi$ent se retrou$er%
Le redressement de nos comptes pu2lics, le Pacte de responsa2ilité et de solidarité,
la réforme am2itieuse de lOQtat, couplée # celles de nos collecti$ités territoriales,
a$ec des ré&ions plus fortes et des intercommunalités consolidées ) c+est notre
démarche%
3t il ' faut de la constance% Car la politi*ue en Fi&Fa&, par #,coups, mine la
confiance cheF nos concito'ens% 8l nous faut aussi du temps% 4+entends
l+impatience% Parfois m-me dans nos ran&s et dans la société% Mais le temps de la
politi*ue, le temps de l+économie, le temps du redressement ce n+est pas le temps
des médias%

8
=es réformes, nous en a$ons portées depuis deu( ans% "ous en portons cha*ue
jour au Parlement% 4e pense au( projets de loi sur l+3&alité femmes,hommes, sur
l+économie sociale et solidaire, *ui seront adoptés prochainement% 3t parce *ue
nous sommes de &auche et *ue nous a$ons le souci d+améliorer le *uotidien des
0ran1ais, nous portons aussi ces &randes lois sur la Santé et sur la transition
éner&éti*ue% 6ne transition éner&éti*ue *ui ne si&nifie pas la perte de notre
capacité dans le domaine nucléaire%
"ous de$ons rendre notre s'st.me fiscal plus sta2le, plus pré$isi2le, plus
fa$ora2le # lOinno$ation, c+est aussi une priorité dOaction de mon &ou$ernement%
Ce nOest *ue comme cela *ue nous par$iendrons # nous montrer encore plus
e(i&eants $is,#,$is des entreprises en termes de contreparties%
8l nous faudra aussi e(plorer dOautres chemins, sans ta2ou%
4e pense # la 2aisse de la fiscalité des ména&es et notamment des classes
mo'ennes% Car je l+ai dit, les imp;ts sont trop lourds% Mais nous ne pourrons nous
en&a&er dans cette $oie *ue si nous a$ons réduit la dépense pu2li*ue%
4e pense aussi au desserrement de la contrainte 2ud&étaire européenne, car la
réduction des déficits nOa jamais été, et ne sera jamais, une fin en soi% Mais cette
option n+est en$isa&ea2le *ue si nous nous montrons crédi2les sur notre effort
2ud&étaire et nos réformes de structures%
L+3urope, elle doit -tre # l+écoute% 3t ne 2oudons pas notre plaisir ) apr.s l+a$oir
demandé pendant lon&temps, la 9C3 a décidé de 2aisser son tau( directeur%
L+3uro est trop cher, je l+ai dit d.s mon discours de politi*ue &énérale% 3t les
choses sont en train de chan&er% La présidence italienne du Conseil de l+6nion
européenne, a$ec Matteo A3"V8, c+est aussi l+occasion de faire pro&resser ce
pour*uoi nous nous 2attons ) une 3urope au ser$ice de la croissance, au ser$ice de
l+emploi%

) / la répu)lique intransi&eante
Mes chers camarades,
Le redressement de la 0rance passe par l+économie, par le réformisme assumé%
Mais nous de$ons ' associer une conception intransi&eante de la Aépu2li*ue% La
Aépu2li*ue, c+est la solution% 0ace au( doutes, au( incertitudes, au( difficultés% La
Aépu2li*ue, c+est le socle premier de la confiance%
3t des priorités ont été arr-tées en mati.re de 4ustice, de sécurité, d+3ducation,
d+3cole% Cette école *ue nous de$ons faire é$oluer dans le seul intér-t des enfants%
6ne école dans la*uelle nous de$ons in$estir, et *ue nous de$ons aussi défendre
*uand elle est atta*uée% Car elle au cDur de la promesse répu2licaine% 3t donc au
cDur de la &auche%
9
La promesse répu2licaine, c+est la lutte contre toutes les formes d+iné&alités et
d+injustices% Celles *ui enferment les indi$idus, les emp-chent de s+éle$er et de
trou$er leur juste place dans la société% Car *uelle plus 2elle am2ition pour la
&auche *ue de permettre # chacun de de$enir pleinement ce *u+il est G 3t nous
a$ons une responsa2ilité pour redonner de l+espoir # notre jeunesse% 3t
notamment celle de nos *uartiers *ui, sou$ent, parce *u+elle su2it les
discriminations, se dit *ue la 0rance n+a rien # lui apporter% 3t nous de$ons lutter
de toute notre force contre cela%
Mais en disant aussi *ue la réalisation indi$iduelle, elle doit se faire *ue dans le
cadre de la "ation, de ses lois, de ses principes% 6ne "ation *ue nous, la &auche,
défendons depuis toujours% Car *uelle 2elle idée *ue celle d+indi$idus a'ant choisi
de mettre en commun leurs destins, pour construire ensem2le un a$enir meilleur%
"ous continuons de refuser les communautarismes, ces déri$es *ui enferment les
femmes et les hommes dans des identités histori*ues, reli&ieuses, ou des
appartenances &éo&raphi*ues% 3t c+est pour cela *ue nous sommes des défenseurs
acharnés de la laBcité% Car l# aussi, le com2at doit -tre mené% 6n com2at *ue la
&auche a trop lon&temps a2andonné% 3t nous l+a$ons aussi pa'é # l+occasion des
derni.res municipales%
Alors oui, nous de$ons reprendre le com2at des $aleurs J celles *ui sont
essentielles pour tous les 0ran1ais ) la justice et l+é&alité, le mérite et le tra$ail, le
coura&e et la fraternité%
La &auche doit défendre la Aépu2li*ue, ne pas rou&ir d+emplo'er les mots de
"ation et de patrie%
C+est la &auche, *ui a$ec le 0ront Populaire a instauré les con&és pa'és, la
réduction du temps de tra$ail et les con$entions collecti$es% C+est la &auche *ui a
con$er&é pour poser les 2ases du Conseil national de la résistance% C+est la &auche,
*ui a su se re&rouper pour fonder le pro&ramme commun% C+est la &auche, enfin,
*ui a su, ces derni.res années, porter les &randes réformes dont notre pa's a$ait
tant 2esoin ) de la &auche plurielle du &ou$ernement de Lionel 4LSP8", au(
en&a&ements de 0ran1ois WLLLA"=3 < le maria&e pour tous, le non,cumul des
mandats, la réforme pénale / C+est # nous de porter cet hérita&e, d+en -tre fiers, et
d+en faire notre 2oussole%
=eu( ensei&nements doi$ent nous &uider% Le premier, c+est *ue la &auche n+est
jamais aussi forte *ue lors*ue les socialistes sont unis et donnent l+e(emple, jamais
aussi &rande *ue *uand elle s+adresse # tous les 0ran1ais J ne so'ons pas sectaires
et rassem2lons tous les 0ran1ais%
Le second, c+est *u+il nous faut sa$oir durer% La &auche ne peut se contenter de
passa&es au pou$oir, pour ' faire pro&resser la société, a$ant de retourner dans
l+opposition%
XX
10
Mes chers amis,
Lui &ou$erner, c+est difficileE Mais renoncer, c+est indi&ne%
8l nous faut tenir% Henir% Y compris face # la radicalité de certains mou$ements
sociau(% La radicalité en interne ou dans la société m.ne # une impasse% C+est le
réformisme *ui est en jeu% Henir dans la durée% "ous a$ons encore trois ans de$ant
nous% Hrois ans pour réussir et pour continuer # &ou$erner% Autour du Président
de la Aépu2li*ue% Autour de 0ran1ois WLLLA"=3%
L+o2session *ui doit -tre la n;tre, c+est d+en finir a$ec la &auche du I un petit tour
et puis s+en $a K% =urer, donc, non pas pour nous,m-me, mais durer pour installer
dura2lement du mieu( $i$re dans le *uotidien des 0ran1ais%
La nou$elle étape du *uin*uennat, c+est aussi le sens du dialo&ue *ue je $eu(
construire a$ec $ous, a$ec la majorité, a$ec le Parlement% 6n dialo&ue permanent
empreint de respect, de confiance et de responsa2ilité%
Mais ce dialo&ue appelle 2eaucoup d+intelli&ence politi*ue% Si la tradition de la Ve
Aépu2li*ue, de la majorité parlementaire automati*ue sous menace du 4T,R n+a
jamais fait partie de notre culture, celle de la reparlementarisation # outrance des
institutions n+est pas tena2le% Ce serait la $oie ou$erte # la multiplication
d+initiati$es minoritaires *ui feraient e(ploser le 2loc central de la majorité et *ui
mettrait celle,ci # la merci de toutes les manDu$res, on conna@t l+issue E
L+intelli&ence collecti$e doit faire $i$re le dialo&ue permanent et l+acceptation par
tous du cap fi(é par le Président de la Aépu2li*ue le 14 jan$ier dernier% =ialo&ue,
initiati$e parlementaire et sta2ilité politi*ue, ce tr'pti*ue ne si&nifie pas non plus
la répartition des t?ches *ue certains $oudraient imposer ) au( uns la contestation,
au( autres la char&e de porter les mesures difficiles% 8l doit constituer le 2ien
commun *ui permet de faire $i$re une démocratie $i$ante et apaisée%
4e $eu( aussi installer < dans ce monde *ui $a trop $ite < un nou$eau rapport au
temps% 6n rapport au temps lon&% La réacti$ité c+est essentiel, mais aller chercher
les fruits du temps lon& a$ec nos réformes de structures, c+est aussi cela le de$oir
de la &auche%
3t dans ces moment trou2les, dans ces moments de doutes, je $eu( *ue nous ne
perdions pas de $ue notre talisman commun # nous socialistes% Ce talisman a deu(
faces%
La premi.re c+est l+humain% L+humain au centre de tout ce *ue nous faisons% Cu+on
ne s+' perde pas ) le redressement économi*ue de la 0rance, toute notre straté&ie
économi*ue ne $ise *u+une seule chose% 6n mieu(,-tre pour l+humain%
11
La seconde, enfin, c+est notre réussite collecti$e ) nous rendre tous asseF forts pour
peser% Peser sur notre destin commun% "e plus simplement su2ir les aléas de la
mondialisation, mais en de$enir les acteurs forts%
Contre le déclinisme, le c'nisme, le ressentiment, je $eu( renouer a$ec l+optimisme
*ui doit -tre le fruit de la lucidité et du coura&e%
Voil# ce *ue doit -tre le &énie de la &auche d+aujourd+hui% 6ne &auche en
mou$ement, *ui doit ser$ir # son tour, comme elle l+a toujours fait, le &énie de la
0rance%
XXX