Vous êtes sur la page 1sur 2

1/2 14PHLIMLR1

BACCALAURAT GNRAL



SESSION 2014







SUJET





PHILOSOPHIE Srie L




EPREUVE DU LUNDI 16 JUIN 2014








Dure de lpreuve : 4 heures Coefficient : 7





Ce sujet comporte 2 pages numrotes de 1 2.



LUSAGE DES CALCULATRICES EST STRICTEMENT INTERDIT.






2/2 14PHLIMLR1

Le candidat traitera, au choix, lun des trois sujets suivants :




1
er
sujet : Les uvres dart duquent-elles notre perception ?


2
me
sujet : Doit-on tout faire pour tre heureux ?


3
me
sujet : Expliquer le texte suivant :

Jai trait le dterminisme physique de cauchemar. Cest un
cauchemar parce quil affirme que le monde entier, avec tout ce quil
contient, est un gigantesque automate, et que nous ne sommes rien
dautre que des petits rouages, ou des sous-automates dans le
meilleur des cas.
Il dtruit ainsi, en particulier, lide de crativit. Il rduit ltat
de complte illusion lide que, dans la prparation de cette
confrence, je me suis servi de mon cerveau pour crer quelque
chose de nouveau. Ce qui sest pass l, selon le dterminisme
physique, cest que certaines parties de mon corps ont trac des
marques noires sur un papier blanc, et rien de plus : tout physicien
disposant dune information suffisamment dtaille pourrait avoir crit
ma confrence grce cette mthode trs simple : prdire les
endroits prcis o le systme physique compos de mon corps (y
compris mon cerveau, bien sr, et mes doigts) et de mon stylo
tracerait des marques noires.
Ou, pour utiliser un exemple plus frappant : si le dterminisme
physique est correct, alors un physicien compltement sourd, qui
naurait jamais entendu de musique de sa vie, pourrait crire toutes
les symphonies et tous les concertos de Mozart ou de Beethoven, au
moyen dune mthode simple, qui consisterait tudier les tats
physiques prcis de leur corps et prdire o ils traceraient des
marques noires sur leur porte. Et notre physicien sourd pourrait
mme faire bien mieux : en tudiant les corps de Mozart et de
Beethoven avec assez de soin, il pourrait crire des partitions qui
nont jamais t rellement crites par Mozart ou Beethoven, mais
quils auraient crites si certaines circonstances de leur vie avaient
t diffrentes sils avaient mang, disons, de lagneau au lieu de
poulet et bu du th au lieu de caf.

POPPER, La Connaissance objective, 1972.



La connaissance de la doctrine de lauteur nest pas requise. Il faut et il suffit que
lexplication rende compte, par la comprhension prcise du texte, du problme dont
il est question.