Vous êtes sur la page 1sur 154

Région Franche-Comté

Délégation régionale ADEME

Étude prospective emploi-formation


dans le domaine de la maîtrise de l’énergie et des
énergies renouvelables dans le bâtiment
Rapport final

PARTIE IV ANNEXES
VOS CONTACTS POUR TOUT RENSEIGNEMENT AU SUJET DE CETTE ETUDE

Thomas Hutin
Pôle énergie Franche-Comté
℡ : 03 84 22 95 25
 : thomas.hutin@pole-energie-franche-comte.fr
Site web ; www.pole-energie-franche-comte.fr

Magali Lenoir
Région Franche-Comté, service Organisation des Formations
℡ : 03 81 61 55 3  : magali.lenoir@franche-comte.fr

Florent Moragas
Délégation régionale de l’ADEME
℡ : 03 81 25 50 06
 : florent.moragas@ademe.fr

Pour consulter tous les documents relatifs à cette étude,


uunn eessppaaccee ccoolllaabboorraattiiff eesstt àà vvoottrree ddiissppoossiittiioonn :: hhtttpp::///wwwwww..eessiiaa--ffcc..oorrgg//
PARTIE IV
ANNEXES
Sommaire

ANNEXE 1 : L’ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE..................................................................................... 5


1.1 - Fiche méthodologique du questionnaire envoyé aux entreprises régionales
------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
Passation de l’enquête quantitative........................................................................................................................................ 5
1.2 – Présentation détaillées des caractéristiques des entreprises répondantes
de maîtrise d'oeuvre et du bâtiment ------------------------------------------------- 14
Répartition de l’échantillon selon la taille de l’entreprise ...................................................................................................... 14
Répartition de l’échantillon selon le secteur d’activité .......................................................................................................... 15
Répartition de l’échantillon selon le montant et la structure du chiffres d’affaires ................................................................ 17
Répartition de l’échantillon selon l’ancienneté de l’entreprise .............................................................................................. 26
Caractéristiques des salariés en matière de contrats de travail détenus ............................................................................. 28
Caractéristiques des salariés en matière d’âge ................................................................................................................... 29
Caractéristiques de salariés en matière de qualification ...................................................................................................... 32
1.4 - Caractéristiques des entreprises répondantes selon leur secteur d’activité
------------------------------------------------------------------------------------------------ 36
ANNEXE 2 : L’OFFRE DE FORMATION NATIONALE DANS LE DOMAINE DE L’EFFICACITE ENERGETIQUE
(CABINET ICE) .......................................................................................................................................... 52
1.1 Les acteurs de la formation dans le domaine de l’efficacité énergétique et
leur offre ------------------------------------------------------------------------------------ 53
1. Les pionniers rhônalpins .................................................................................................................................................. 55
2. Les formations initiales post-Bac de niveau III et II .......................................................................................................... 62
3. Les formations de Niveau I orientées sur les thèmes du bâtiment et/ou de l’énergie : « Master », « DESS »,
« Ingénieur » ........................................................................................................................................................................ 77
4. Les formations en ARCHITECTURE … Leur prise en compte de la problématique « bâtiment et énergie » ................. 80
5. Les réseaux nationaux pour la formation continue........................................................................................................... 90
6. Les organismes nationaux spécialisés sur les questions liées au bâtiment et à l’énergie ............................................. 103
7. Les appellations Qualit’EnR et le dispositif FEE-Bat ...................................................................................................... 105
8. Les outils de formation des groupes industriels ............................................................................................................. 110
9. Les associations qui font la promotion de techniques de construction durable ............................................................. 112
2.2 Les initiatives au sein d’autres régions liées à la formation dans le domaine
de l’efficacité énergétique (Chantiers-écoles, plateformes pédagogiques…)
---------------------------------------------------------------------------------------------- 116
1. Exemples d’initiatives en matière de Chantiers-école .................................................................................................... 116
Exemples d’initiatives en matière de plateformes pédagogiques ....................................................................................... 122
Exemples d’initiatives de formations non-diplômantes ....................................................................................................... 124

ANNEXE 3 : REGARDS SUR LA FORMATION EN ALLEMAGNE ET SUISSE DANS LE DOMAINE DE


L’EFFICACITE ENERGETIQUE (CABINET ICE) .................................................................................... 127
3.1 En Allemagne ---------------------------------------------------------------------- 127
Quelques repères sur la politique énergétique germanique............................................................................................... 127
Quelques repères sur la formation germanique ................................................................................................................. 130
3. 2 En Suisse --------------------------------------------------------------------------- 139
Quelques repères sur la politique énergétique helvétique ................................................................................................. 139
Quelques repères sur la formation helvétique .................................................................................................................... 140
Quelques professionnels suisses francophones, favorables à l’idée d’établir des collaborations et partenariats avec ses
voisins de Franche-Comté. ................................................................................................................................................ 149
Les coordonnées de personnes concernées par les questions de formation en Suisse romande .................................... 151
3.3 En synthèse : Comment la formation peut expliquer l’avance de ces pays ?
---------------------------------------------------------------------------------------------- 153
ANNEXE 1 : L’enquête par questionnaire

Cette annexe comprend :

1.1 La fiche méthodologique du questionnaire et le questionnaire

1.2 Les caractéristiques des entreprises répondantes de l’échantillon

1.3 Les caractéristiques des salariés concernés par l’enquête

1.4 Les caractéristiques des entreprises répondantes selon le secteur d’activité

11..11 -- FFiicchhee m méétthhooddoollooggiiqquuee dduu qquueessttiioonnnnaaiirree eennvvooyyéé aauuxx


eennttrreepprriisseess rrééggiioonnaalleess
Passation de l’enquête quantitative
Le questionnaire a été adressé par courrier auprès d’un échantillon composé de 3000 entreprises
régionales dont :
- 2596 entreprises du bâtiment
- 136 bureaux d'études
- 168 sociétés d’architecture

Cet échantillon a été constitué à partir des fichiers d’entreprises disponibles transmis par les
organisations professionnelles (FFB, CAPEB, CROA) ; nous les remercions à ce titre de leur
collaboration.

L’enquête quantitative a été conduite entre le 15 novembre et le 20 décembre 2008.


En effet, face au faible taux de retour observé, la période de passation a été prolongée de deux
semaines.
Par ailleurs, Interface a mené une campagne de relance téléphonique, auprès des entreprises
sollicitées, particulièrement intense :
- 1015 appels de relance par téléphone effectués auprès des architectes et bureaux d'études (un
quart des appels de relances) des entreprises du bâtiment (trois quarts des appels de relance)
- 275 questionnaires renvoyés par fax ou par mail auprès des chefs d’entreprise contactés par
téléphone
Taux de retour et composition de l’échantillon
L’enquête quantitative représente une investigation auprès de 254 entreprises ; le taux de retour global
s’élève à 8,5%.

Au total, le questionnaire concerne 3017 professionnels des secteurs du bâtiment, des bureaux d’étude
et des sociétés d’architecture.

Taux de réponse par type d’entreprises

Bureaux
Bâtiment Architectes Total
d'études
Nombre
d’entreprises 194 22 38 254
répondantes
Taux de réponse 7,5% 16% 22,6% 8,5%
Part de
76% 9% 15% 100%
l’échantillon
Nombre de
professionnels 2787 133 97 3017
concernés

Répartition de l’échantillon selon le degré d’intervention dans le champ de


l’efficacité énergétique

Au total 159 entreprises répondantes déclarent avoir réalisé des travaux dans el domaine de l’efficacité
énergétique au cours des 2 dernières années contre 91 qui affirment ne pas être intervenu pour ce type
de travaux.

Assez logiquement, la part des entreprises

Nombre % de l’échantillon
Oui régulièrement 75 30
Oui, de temps en temps 84 33
Non, pas vraiment 47 18
Non, jamais 44 17

Les principales caractéristiques de l’échantillon

Le secteur d’activité des entreprises répondantes


Effectifs Part de l’échantillon
Architectes 38 16%
Bureaux d'étude 22 9%
Gros oeuvre/Enveloppe 67 27%
Equipements techniques 58 24%
Menuiserie bois et PVC 31 13%
Aménagement et finition 29 12%
Total 245 100%
Au sein de la population des entreprises du bâtiment, les entreprises se répartissent de la manière
suivante :
- Gros oeuvre/Enveloppe : 36%
- Equipements techniques : 31%
- Menuiserie bois et PVC : 17%
- Aménagement et finition : 16%

La taille des entreprises répondantes

Bureaux Entreprises du
Architectes Total échantillon
d'étude bâtiment
Sans Salarié 41% 38% 8% 15%
Moins de 5 18% 46% 35% 35%
Entre 5 et 10 14% 16% 27% 24%
Entre 11 et 20 23% 15% 13%
Entre 21 et 50 5% 11% 9%
Plus de 50 5% 4%
Total 100% 100% 100% 100%
Total effectifs 22 37 184 243

L’implantation géographique des entreprises répondantes

Bureaux Entreprises du
Architectes Total échantillon
d'étude bâtiment
Le Doubs 53% 61% 37% 42%
Le Jura 26% 21% 27% 26%
La Haute-Saône 16% 11% 24% 21%
Le Territoire de Belfort 5% 8% 11% 10%
Total 100% 100% 100% 100%
Total Effectifs 19 38 183 240

Statut des résultats de l’enquête


Il convient de préciser que les résultats de cette enquête ne peuvent êtres considérés comme
représentatifs du secteur, compte tenu
- Le nombre d’entreprises répondantes
- La plus forte propension des entreprises ayant déjà une activité dans le champ de
l’efficacité énergétique à avoir répondu au questionnaire
- Le contexte économique pendant lequel
En revanche, ils apportent un éclairage significatif sur l’activité et les besoins des entreprises et
permettent ainsi de consolider les données qualitatives recueillies tout au long de notre démarche.
Les regroupements effectués pour le traitement des réponses
Afin de faciliter le traitement des réponses, nous avons procédé à un regroupement des entreprises par
grande famille professionnelle à partir des codes NAF déclarés par les entreprises répondantes.
Nous distinguons ainsi :
- Les entreprises de maîtrise d'oeuvre : bureaux d'études (22 entreprises soit 9% de
l’échantillon)et architectes (38 entreprises soit 16% de l’échantillon)
- Les entreprises du gros œuvre et de l’enveloppe : 67 entreprises (27% de l’échantillon
- Les entreprises de l’équipement technique : 58 entreprises (24% de l’échantillon)
- Les entreprises Menuiserie PVC : 31 entreprises (13% de l’échantillon)
- Les entreprises d’aménagement et finition : 29 entreprises (12% de l’échantillon)

Ce regroupement par secteur a été effectué sur la base des codes NAF déclarés par les entreprises.

Code NAF Secteur d’activité Effectifs %


7111 Z Architecture 38 16%
4332 A Menuiserie Bois et PVC 31 13%

Installation d'équipements thermiques et de


4322 B 31 13%
climatisation

4399 C Maçonnerie générale/gros oeuvre de bâtiment 29 12%


7112 B Ingénierie et études techniques 22 9%

4334 Z Peinture et vitrerie 18 7%


4322 A Installation d'eau et de gaz 14 6%
4321 A Installation électrique 13 5%
4391 A Travaux de charpente 10 4%

4391 B Travaux de couverture par éléments 9 4%


Autres travaux spécialisés de construction (couverture,
4399 D 7 3%
charpente bois, maçonnerie)
2511 Z Fabrication de structures métalliques 4 2%
4120 B Construction d'autres bâtiments 4 2%
4120 A Construction de maisons individuelles 3 1%
4332 B Menuiserie métallique/serrurerie 3 1%
4331 Z Plâtrerie 3 1%
4329 A Travaux d'isolation 2 1%
4333 Z Revêtements des sols et des murs 2 1%
1623 Z Autres travaux de finition 1 0%

4339 Z Charpentes et autres menuiseries 1 0%


Total répondants 245 100%
VOTRE ENTREPRISE

1 - Code NAF de votre entreprise : ________ 2 - Date de création de votre entreprise : ________

3 - Chiffre d’affaires de votre entreprise en 2007 : _____________€ net HT

4 - Répartition du CA en % entre : Logements individuels %


Logements collectifs %
Construction neuve %
Bâtiments tertiaires %
Entretien et amélioration % Bâtiments publics %
Bâtiments industriels %
5- Avez-vous réalisé, en 2007 et/ou en 2008, des travaux en lien avec l’efficacité énergétique des bâtiments (maîtrise
de l’énergie, utilisation d’énergies renouvelables) ?

 Oui, régulièrement  Oui, de temps en temps Non, pas vraiment  Non,


jamais

Si vous avez répondu « Non, pas vraiment » ou « Non, jamais » ⇒ allez directement à la QUESTION 9.
Si vous avez répondu « Oui, régulièrement» ou « Oui, de temps en temps» ⇒ Répondez aux QUESTIONS 6 -7 -8

6- Si vous avez répondu « Oui » à la question 5, cochez toutes les interventions que votre entreprise propose :
CONCEPTION ET FONCTIONNEMENT GLOBAL DU BATIMENT
INSTALLATION D’EQUIPEMENTS TECHNIQUES
❒ Conception de bâtiments basse consommation ❒ Chaudière à condensation fioul ou gaz
❒ Architecture bioclimatique ❒ Chauffage au bois (granulés, plaquette, bûches…)
❒ Démarche HQE ❒ Ventilation VMC double flux et puits canadiens
❒ Étanchéité à l’air et isolation ❒ Capteurs géothermiques
❒ Traitement de l’air et la production de chaleur ❒ Capteurs solaires thermiques : chauffe-eau /chauffage
solaire
❒ Autre (précisez : …………………………………………)
❒ Capteurs photovoltaïques
❒ Pompe à chaleur géothermique /aérothermique
ÉTUDES THERMIQUES / ENERGETIQUES ❒ Émetteurs efficaces de chaleur
❒ Diagnostics de Performance Energétique (DPE) (planchers/radiateurs basse température)
❒ Bilans thermiques ❒ Régulation, domotique
❒ Simulation thermique dynamique ❒ Autre (précisez :
…………………………………………………)
❒ Élaboration de solutions techniques/énergétiques
❒ Test d’infiltrométrie / Études thermographiques ISOLATION / OUVERTURES
❒ Autre (précisez : …………………………………………….)
❒ Isolation des planchers, plafonds ou parois par l’intérieur
❒ Isolation des combles et toitures (écrans, isolants )
CONSTRUCTION / ENVELOPPE ❒ Isolation par l’extérieur
❒ Construction bois, paille, chanvre ❒ Installation de vitrages très isolants
❒ Construction métallique ❒ Installation de protections solaires
❒ Construction terre (briques monomur, pisé, torchis) ❒ Autre (précisez :
…………………………………………………)
❒ Construction à isolation répartie (béton cellulaire)
❒ Traitement des ponts thermiques (nez de dalles et refends, rupteurs de ponts)
❒ Autre (précisez : …………………………………………….)

7- Quel est le chiffre d’affaires de votre entreprise issu des activités en lien avec la maîtrise de
l’énergie et les énergies renouvelables ? __________________ € net HT

8- Quel est approximativement le temps de travail dédié à ce type d’activité ?____________ hommes /
an

9- Pour les années à venir, sur les activités liées la maîtrise de l’énergie et les énergies renouvelables, envisagez-
vous : ( Cochez une seule case)
❐ Une hausse du volume de travail ❐ Un maintien du volume de travail ❐ Une réduction du volume de travail

10- Vous sentez-vous concerné, à titre personnel, par la maîtrise de l’énergie ? Indiquez sur cette
échelle votre degré de sensibilité à cette thématique de 0 le moins à 10 le plus :

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

VOS EFFECTIFS (vous compris)

11- Vous êtes chef de votre entreprise depuis :


❐ Moins de 5 ans ❐ 5 à 10 ans ❐ 10 à 15 ans ❐ 16 à 20 ans ❐ Plus de 20 ans
12- Nombre total d’effectifs dans votre structure en 2008 : ______en Equivalent Temps Plein
13- En 2008, votre structure a employé : (précisez le nombre de salariés en nombre de personnes physiques pour
chaque tableau)
(Hors intérimaires)
Nombr Nombr
Nombre
e e
Salariés en CDI Moins de 26 ans Sans diplôme
Entre 26 et 35
Salariés en CDD BEPC
ans
Entre 36 et 44
Salariés intérimaires CAP/BEP
ans
Entre 45 et 54
Contrats d’apprentissage Bac
ans
Contrats de professionnalisation 55 ans et plus Bac + 2
Bac+3/4
Bac + 5

14- Pour les 2 à 4 ans à venir, envisagez-vous :


❐ Une hausse des effectifs ❐ Un maintien des effectifs ❐ Une réduction des effectifs
15 - Rencontrez-vous aujourd’hui des difficultés à pourvoir certains postes ? Oui ❐ Non ❐
Si « oui », sur quels postes :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Quelles sont les raisons de ces difficultés de recrutement :
❒ Il n’y a pas assez de candidats
❒ Les candidats ne sont pas assez expérimentés
❒ Les candidats ne correspondent pas au profil que vous recherchez
❒ Les candidats n’ont pas reçu de formation adéquate
❒ Autre (Précisez) : ………………………………………………………………………………………………………………………….

16 – Recherchez-vous, pour les années à venir, certains des profils suivants (plusieurs réponses possibles) :

❒ Professionnels de la conception ❒ Professionnels de l’exécution, de l’installation


❒ Professionnels de l’encadrement (conducteurs de travaux, et/ou de la maintenance
superviseurs/coordonnateurs de chantier…) ❒ Chargés d’études techniques
❒ Professionnels de la gestion de projet
❒ Autres profils (Précisez) :…………………………………………..
……………………………………………………………........................
17- Disposer de personnel ayant une « double qualification », est-ce un atout pour l’avenir de l’entreprise ? (par exemple,
compétences en « installation thermique ET sanitaire » ou compétences de « conseil ET mise en œuvre »…) :

❒ Oui ❒ Non ❒ Ne sait pas

Si « oui », précisez le type de double qualification nécessaire à vos activités : ………………………………………………………………


………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
18- Quels sont les modes de recrutement que vous utilisez le plus fréquemment ?
(Classez de 1 le mode de recrutement le plus fréquent à 5 le moins)

ANPE
Offres d’emploi via votre syndicat professionnel
Annonces dans des journaux spécialisés
Réseau / « bouche à oreille » / Relations professionnelles
Candidature spontanée
Autre (Précisez) :

LES COMPÉTENCES DONT VOUS AUREZ BESOIN DEMAIN


19 - Quels sont, dans les domaines de compétences suivants, ceux que votre entreprise devra développer dans les années
à venir ? (Plusieurs réponses possibles, à cocher)
COMPETENCES GENERALES À développer
Approche globale du bâtiment
Connaissance de la réglementation thermique (RT2005 ou RT dans l’existant)
Connaissance des labels de performances énergétiques comme Bâtiment Basse Consommation (BBC-
Effinergie)
Techniques et formalisation de dossiers (financements mobilisables, gestion administrative…)
Conception d’offre globale de solutions techniques, combinant différents équipements
Calculs économiques des solutions, élaboration de devis et/ou de solutions de financement
Réponse aux appels d’offre publics
Réponse aux appels d’offre BBC-Effinergie
Évaluation des besoins énergétiques et choix des équipements performants
Dimensionnement des équipements énergétiques
Promotion, marketing, commercial
Gestion de projet
CONCEPTION ET FONCTIONNEMENT GLOBAL DU BATIMENT
Construction BBC-Effinergie ou plus
Rénovation BBC-Effinergie ou plus
Démarche Haute Qualité Environnementale (HQE)
Choix des systèmes constructifs, des composants et des matériaux à associer
Compréhension thermique globale (échanges thermiques, déperditions, bilans thermiques, apports
passifs…)
Gestion fine du confort thermique (inertie, confort hiver/été, …)
Étanchéité à l'air et isolation
Traitement de l’air et production de chaleur
Conseil sur la réduction des consommations d’électricité
TECHNIQUES DE CONSTRUCTION, D’ISOLATION OU D’ENVELOPPE
Construction « Bois » / « Paille »/ « Chanvre »
Construction « Métallique »
Construction à isolation répartie comme les briques monomur
Construction « Terre » (pisé, torchis…)
Utilisation des matériaux isolants naturels végétaux : bois, chanvre, ouate de cellulose…
Traitement des ponts thermiques (nez de dalles et refends, rupteurs de ponts)
Techniques d’isolation par l’extérieur
Techniques d’isolation par l’intérieur (toitures, planchers, parois opaques, )
Techniques de pose de vitrages très isolants
Techniques de pose de protections solaires
Techniques de pose et d’intégration de capteurs solaires en toiture, en terrasse et/ou sur mur
ÉQUIPEMENT TECHNIQUE
Installation des chaudières à condensation
Installation de chaudières au bois
Installation VMC performantes : simple flux hygroréglables B, double flux et/ ou puits canadiens
Installation de capteurs géothermiques profonds
Installation de capteurs solaires thermiques
Installation de capteurs photovoltaïques
Installation de pompes à chaleur géothermique /aérothermique
Installation d’émetteurs efficaces de chaleur (planchers chauffants et/ou radiateurs basse température)
Régulation, domotique, comptage
Maintenance de ces équipements techniques
DIAGNOSTIC / ÉTUDE THERMIQUE
Bilan thermique
Diagnostic de performance énergétique (DPE)
Étude thermographique infrarouge des bâtiments
Test d’infiltrométrie des bâtiments
Simulation thermique dynamique

Autre (Précisez) :
…………………………………………………………………………………………………………………………
……………

20 – Combien de salariés de votre entreprise ont suivi une formation en 2007 ? : ______ salariés
21 - Vous ou l’un de vos collaborateurs, avez-vous suivi une formation en lien avec la MDE ou les ENR au cours des 2
dernières années (par exemple FEEBAT, formations Qualit’ENR...) ? ❒ Oui ❒ Non
22- Quelle était la durée moyenne des formations suivies ? __________ jours

23 - Pour développer vos compétences ou celles de vos salariés, quelles sont les modalités les mieux adaptées aux
contraintes de votre structure ? (classez de 1 la plus adaptée à 9 la moins adaptée)
Tutorat, compagnonnage (accompagnement d’un salarié par un autre)
Stages proposés par vos fabricants ou fournisseurs
E-formation (formation en lignes, e-learning, CD-rom, etc.)
Stages de courte durée (2 j) externes à votre entreprise
Stages de courte durée (2 j) au sein de votre entreprise
Formation en alternance (contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation, période de
professionnalisation)
Apprentissages « sur le tas » (au contact des collègues, lecture d’ouvrage, recherche Internet)
Groupes d’échanges entre chefs d’entreprises sur des problèmes techniques
Réunions d’informations d’une demi-journée ou d’une journée au maximum
Autre (précisez)…………………………………………………………………………………………………

24 - Existe-t-il aujourd’hui des domaines liés à la maîtrise de l’énergie ou les ENR sur lesquels vous ne trouvez pas de
formation adéquate, pour vous ou vos collaborateurs en Franche-Comté ? ❒ Oui ❒ Non
Si oui, lesquels :………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
25 – Etes-vous bien informé sur les dispositifs et l’offre de formation dont vous et/ou vos collaborateurs pouvez bénéficier ?
❒ Oui, tout à fait ❒ Oui, plutôt ❒ Non, pas vraiment ❒ Non, pas du tout
26 – En général, par qui êtes-vous informé sur la formation professionnelle (dispositifs, actions, stages, financements, etc.) ?
(plusieurs réponses possibles)
❒ Votre organisation professionnelle ………………………………………………………………….
❒ L’AREF-BTP
❒ Le FAFSAB
❒ Le FAFCEAB
❒ L’ANPE
❒ Des organismes de formation (Lesquels ?) :………......
………………………………................................................
❒ Vos fabricants, fournisseurs, distributeurs
❒ Autre (Précisez) : …………………………………………
Questions complémentaires
27- Votre entreprise a-t-elle un site Internet ? ❐ Oui ❐ Non
28- Utilisez-vous Internet / le courrier électronique dans un but professionnel (recherche d’informations,
téléchargement de dossiers, mailing, réception de newsletters, etc.) ?
 Oui, régulièrement  Oui, de temps en temps Non, pas vraiment Non,jamais
29 - Participez-vous à des salons à destination des professionnels ou du grand public ?
 Oui, régulièrement  Oui, de temps en temps Non, pas vraiment Non,jamais
30 : Souhaiteriez-vous être informés des évolutions techniques, réglementaires et financières par le Pôle Energie ?
 Oui, par courrier  Oui par Internet  Non, ce n’est pas utile

31 - Nom de votre entreprise (facultatif) : .................................................................................................................................


Merci d’avoir répondu à ce questionnaire
Pour en savoir + sur le Pôle Energie de Franche-Comté, consultez le site : wwww.franche-comte.fr, Rubrique « Les
Grands projets »
11..22 –– PPrréésseennttaattiioonn ddééttaaiillllééeess ddeess ccaarraaccttéérriissttiiqquueess ddeess
eennttrreepprriisseess rrééppoonnddaanntteess ddee m
maaîîttrriissee dd''ooeeuuvvrree eett dduu bbââttiim
meenntt
Répartition de l’échantillon selon la taille de l’entreprise
Répartition de l’échantillon selon le type d’entreprises
Entreprises de maîtrise Entreprises du bâtiment Total échantillon
d'oeuvre
Sans Salarié 39% 8% 15%
1 7% 8% 7%
2 7% 7% 7%
3 12% 10% 10%
4 10% 10% 10%
5 7% 5% 5%
Entre 5 et 10 8% 22% 19%
Entre 11 et 20 8% 15% 13%
Entre 21 et 50 2% 11% 9%
Plus de 50 5% 4%
Total 100% 100% 100%

Maîtrise d'oeuvre Bâtiment

5%
Plus de 50

11%
Entre 21 et 50
2%

15%
Entre 11 et 20
8%

yy
27%
Entre 5 et 10
15%

35%
Moins de 5
36%

8%
Sans Salarié
39%

Commentaire
39% des entreprises de maîtrise d'oeuvre sont sans salarié.
Plus de 6 entreprises sur 10 du bâtiment de notre échantillon ont entre 1 et 10 salariés. Un quart ont entre
10 et 20 salariés. Elles ne sont que 8% à n’avoir aucun salarié.
Répartition de l’échantillon selon le secteur d’activité
Répartition de l’échantillon par grande famille d’activité

Effectifs %
Gros oeuvre/Enveloppe 67 27%
Equipements techniques 58 24%
Architectes 38 16%
Menuiserie bois et PVC 31 13%
Aménagement et finition 29 12%
Bureaux d'étude 22 9%
Total répondants 245 100%

Gros oeuvre/Enveloppe 27%

Equipements techniques 24%

Architectes 16%

Menuiserie bois et PVC 13%

Aménagement et finition 12%

Bureaux d'étude 9%

Commentaire
Les entreprises de l’échantillon sont majoritairement dans le bâtiment (76%), et plus particulièrement le
gros œuvre (27%) et les équipements techniques (24%).
La maîtrise d’œuvre ne représente que 24% des effectifs.
Répartition de l’échantillon selon le code NAF
Quel est le code NAF de votre entreprise ?

Code NAF Secteur d’activité Effectifs %


7111 Z Architecture 38 16%
4332 A Menuiserie Bois et PVC 31 13%
Installation d'équipements thermiques et de
4322 B 31 13%
climatisation
4399 C Maçonnerie générale/gros oeuvre de bâtiment 29 12%
7112 B Ingénierie et études techniques 21 9%
4334 Z Peinture et vitrerie 18 7%
4322 A Installation d'eau et de gaz 14 6%
4321 A Installation électrique 13 5%
4391 A Travaux de charpente 10 4%
4391 B Travaux de couverture par éléments 9 4%
Autres travaux spécialisés de construction
4399 D 7 3%
(couverture, charpente bois, maçonnerie)
2511 Z Fabrication de structures métalliques 4 2%
4120 B Construction d'autres bâtiments 4 2%
4120 A Construction de maisons individuelles 3 1%
4332 B Menuiserie métallique/serrurerie 3 1%
4331 Z Plâtrerie 3 1%
4329 A Travaux d'isolation 2 1%
4333 Z Revêtements des sols et des murs 2 1%
1623 Z Autres travaux de finition 1 0%
4339 Z Charpentes et autres menuiseries 1 0%
7120 B Analyses, essais et inspections techniques 1 0%
Total répondants 245 100%
Répartition de l’échantillon selon le montant et la structure du chiffres
d’affaires
Montant du chiffres d'affaires (CA) selon le type d’entreprises
Question : Quel est le montant du chiffres d’affaires de votre entreprise en 2007 (euros net HT) ?

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon


Moins de 100000 € 28% 4% 9%
De 100000 à 250000 € 34% 24% 26%
De 250000 à 500000 € 15% 18% 17%
De 500000 à 1 Million € 13% 23% 21%
De 1 à 2 Millions € 6% 10% 9%
Plus de 2 Millions € 4% 21% 17%
Total 100% 100% 100%
Total répondants 47 165 212

28%
Moins de 100000 € 4%
9%

34%
De 100000 à 250000 € 24%
26%

15%
De 250000 à 500000 € 18%
17% Entreprises de maîtrise d'oeuvre
Entreprises du bâtiment
13% Total échantillon
De 500000 à 1 Million € 23%
21%

6%
De 1à 2 Millions € 10%
9%

4%
Plus de 2 Millions € 21%
17%

Commentaire :
Dans le secteur de la maîtrise d’oeuvre, 77% ont un CA inférieur à 500 000 €.
Dans le secteur du bâtiment, 72% ont un CA supérieur à 500 000 €.
Montant du chiffres d'affaires (CA) selon le secteur d’activité
Question : Quel est le montant du chiffres d’affaires de votre entreprise en 2007 (euros net HT) ?

Architectes Bureaux Gros œuvre Equipements Menuiserie Aménagement et Total


d'étude Enveloppe techniques bois et PVC finition échantillon
Moins de 100000 € 33% 18% 6% 6% 3% 10%
De 100000 à 250000 € 40% 24% 17% 20% 35% 32% 26%
De 250000 à 500000 € 17% 12% 23% 24% 6% 8% 17%
De 500000 à 1 Million
10% 18% 21% 27% 29% 12% 21%

De 1à 2 Millions € 18% 6% 8% 13% 24% 10%
Plus de 2 Millions € 12% 28% 16% 13% 24% 17%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 30 17 53 51 31 25 207

Commentaire :
Dans le secteur de la maîtrise d’oeuvre, la grande majorité des architectes ont un CA inférieur à 250 000 € (73%). La
répartition est beaucoup plus éclatée pour les bureaux d’étude (42% ont un CA inférieur à 250 000 € ; 48% ont un CA
supérieur à 500 000 €).
Dans le secteur du bâtiment, la majorité des entreprises a un CA supérieur à 500 000 €. Les entreprises
d’aménagement et finition et celles de gros oeuvre sont les plus nombreuses à avoir un CA supérieur à 2 Millions d’€
(respectivement 24% et 28%).
Poids de la construction neuve et de l’ entretien dans le chiffres d’affaires
Question : Votre chiffres d’affaires concerne…. ?

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total


échantillon
Majoritairement l'entretien et l'amélioration du bâti 20% 55% 47%
Majoritairement la construction neuve 52% 29% 34%
Uniquement l'entretien et l'amélioration du bâti 2% 13% 10%
Uniquement la construction neuve 2% 2% 2%
Les deux, de manière équitable 24% 2% 7%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 46 159 205

Total échantillon 57% 36% 7%

Majoritairement ou uniquement
l'entretien et l'amélioration du bâti
Majoritairement ou uniquement la
Entreprises du bâtiment 67% 31% 2% construction neuve
Les deux, de manière équitable

Entreprises de maîtrise
d'oeuvre
22% 54% 24%

Commentaire :
54% des entreprises de maîtrise d’oeuvre ont une activité majoritairement ou uniquement dans la
construction neuve.
57% des entreprises de bâtiment ont une activité majoritairement ou uniquement dans l’entretien et
l’amélioration du bâti.
Poids de la construction neuve et de l’ entretien dans le CA selon le secteur
d’activité
Question : Votre chiffres d’affaires concerne…. ?

Gros Menuiserie
Bureaux Equipements Aménagement Total
Architectes oeuvre/ bois et
d'étude techniques finition échantillon
Enveloppe PVC
Majoritairement
ou uniquement
53% 56% 48% 25% 20% 21% 36%
la construction
neuve
Majoritairement
ou uniquement
l'entretien et 23% 19% 52% 73% 72% 79% 57%
l'amélioration
du bâti
Les deux, de
manière 23% 25% 2% 8% 7%
équitable
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total
30 16 54 51 25 24 200
répondants

Rappel Total
36% 57% 7%
échantillon

Architectes 53% 23% 23%

Bureaux d'étude 56% 19% 25%


Majoritairement ou uniquement
construction neuve
Gros œuvre Majoritairement ou uniquement
48% 52%
/Enveloppe l'entretien et l'amélioration du bâti
Les deux, de manière équitable
Equipements
25% 73% 2%
techniques

Menuiserie bois et
20% 72% 8%
PVC

Aménagement et
21% 79%
finition

Commentaire :
Assez logiquement, la construction neuve représente la majorité du CA pour les architectes, les bureaux
d’études et le gros oeuvre. En revanche, ce sont les travaux d’entretien ou d’amélioration du bâti qui pèsent
le plus fortement dans le CA des entreprises d’installation d’équipement techniques, des entreprises de
menuiserie et PVC et des entreprises d’aménagement et finition.
Part de la construction neuve dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
0% 2% 14% 11%
de 1 à 25% 34% 27%
de 25 à 50% 20% 18% 18%

de 50 à 75% 52% 14%


23%
de 75 à 99% 24% 17% 19%
100% 2% 2% 2%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 46 161 207

0% de 1 à 25% de 25 à 50% de 50 à 75% de 75 à 99% 100%


2% 2% 2%

17% 19%
24%

14%
23%

18%

52% 18%

34%
27%

20%
14% 11%
2%

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon

Commentaire :
La construction neuve représente plus de la moitié du CA pour 78% des entreprises de maîtrise
d’oeuvre. Ce n’est le cas que pour 33% des entreprises du bâtiment.
Part de l’entretien dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
0% 2% 3% 3%
de 1 à 25% 22% 16% 17%
de 25 à 50% 30% 15% 18%
de 50 à 75% 41% 17% 23%
de 75 à 99% 2% 37% 29%
100% 2% 12% 10%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 46 161 207

0% de 1 à 25% de 25 à 50% de 50 à 75% de 75 à 99% 100%


2%
2%
12% 10%

41% 29%
37%

23%
17%
30%

18%
15%

22% 17%
16%
2% 3% 3%

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon

Commentaire :
Le poids de l’entretien dans le CA est plus important pour les entreprises du bâtiment que pour les
entreprises de maîtrise d’oeuvre. En effet, pour 49% des entreprises du bâtiment, l’entretien représente
au moins les trois quart du CA. A l’inverse, pour 54% des entreprises de maîtrise d’oeuvre, l’entretien
représente moins de la moitié du CA.
Poids du type de bâtiment dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Question : Votre chiffres d’affaires concerne majoritairement…. ?

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon


Le logement 44% 69% 63%
Les bâtiments non résidentiels 56% 31% 38%
DONT
Les logements individuels 23% 51% 43%
Les logements collectifs 20% 14% 15%
Les bâtiments tertiaires 13% 6% 8%
Les bâtiments publics 36% 16% 21%
Les bâtiments industriels 8% 14% 12%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total réponses 61 170 231

Logement Bâtiments non résidentiels

Total échantillon 63% 38%

Bâtiment 69% 31%

Maîtrise d'oeuvre 44% 56%

Commentaire :
Les entreprises de bâtiment se positionnent davantage sur le marché du logement que les entreprises de
maîtrise d’oeuvre, davantage centrées sur le marché des bâtiments non résidentiels. En effet, le
logement représente 69% du CA pour les entreprises du bâtiment.A l’inverse, les bâtiments non
résidentiels représentent 56% du CA pour la maîtrise d’oeuvre.
Part des logements individuels dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon

0% 15% 9% 10%
de 1 à 25 % 52% 29% 35%
de 25 à 50 % 17% 9% 11%
de 50 à 75 % 2% 18% 14%
de 75 à 99 % 13% 22% 19%
100 % 2% 14% 11%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 48 137 185

Commentaire : Plus de la moitié des entreprises du bâtiment de notre échantillon (54%) réalise
plus de 50% de leur CA dans le secteur du logement individuel contre 17% des entreprises de
maîtrise d'œuvre. Parmi elles, 30% ont un CA qui porte uniquement sur ce type de bâtiment (soit 14%
des entreprises du bâtiment).

Part des logements collectifs dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
0% 29% 36% 34%
de 1 à 25 % 33% 38% 37%
de 25 à 50 % 27% 16% 19%
de 50 à 75 % 6% 7% 7%
de 75 à 99 % 4% 2% 3%
100 % 1% 1%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 48 137 185

Commentaire : Globalement, ce sont les entreprises de maîtrise d'oeuvre qui interviennent le plus
dans le secteur des logements collectifs, 36% d’entre elles réalisant plus d’un quart de leur CA dans
ce secteur contre un quart (26%) des entreprises du bâtiment de notre échantillon.
Part des bâtiments tertiaires dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
0% 38% 53% 49%
de 1 à 25 % 42% 36% 38%
de 25 à 50 % 17% 10% 12%
de 50 à 75 % 2% 1% 1%
de 75 à 99 % 2% 1%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 48 135 183

Commentaire : Globalement, ce sont également les entreprises de maîtrise d'oeuvre qui interviennent
le plus dans le secteur des bâtiment tertiaires : 21% d’entre elles réalisent plus d’un quart de leur CA
dans ce secteur, contre 11% des entreprises du bâtiment.

Part des bâtiments publics dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
0% 31% 37% 35%
de 1 à 25 % 21% 38% 33%
de 25 à 50 % 25% 21% 22%
de 50 à 75 % 10% 4% 6%
de 75 à 99 % 8% 1% 3%
100 % 4% 1%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 48 135 183

Commentaire : Près d’un quart des entreprises de maîtrise d'œuvre réalise plus de 50% de leur CA
dans le secteur des bâtiments publics, contre 5% des entreprises du bâtiment.

Part des bâtiments industriels dans le chiffre d’affaires selon le type d’entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
0% 46% 50% 49%
de 1 à 25 % 40% 35% 36%
de 25 à 50 % 4% 10% 8%
de 50 à 75 % 6% 1% 3%
de 75 à 99 % 4% 3%
100 % 4% 1% 2%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 48 135 183

Commentaire : Encore une fois, ce sont les entreprises de maîtrise d'oeuvre qui se positionnent le
plus nettement sur le secteur du bâtiment industriel .10% des entreprises de maîtrise d’oeuvre
réalisent plus de 50% de leur CA dans le secteur des bâtiments publics contre 6% des entreprises du
bâtiment.
Répartition de l’échantillon selon l’ancienneté de l’entreprise
Ancienneté de l’entreprise selon le secteur d’activité
Question : Depuis combien de temps votre entreprise existe-t-elle ?

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon

Moins de 5 ans 32% 23% 25%


Entre 5 et 10 ans 18% 13% 14%
Entre 11 et 20 ans 18% 24% 23%
Entre 21 et 50 ans 32% 25% 27%
Plus de 50 ans 2% 15% 12%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 57 176 233

Maîtrise d'oeuvre Bâtiment

32% 32%

25%
24%
23%

18% 18%

15%
13%

2%

Moins de 5 ans Entre 5 et 10 ans Entre 11 et 20 ans Entre 21 et 50 ans Plus de 50 ans

Commentaire
Dans la maîtrise d’œuvre, un tiers des entreprises a moins de 5 ans ; un tiers a entre 5 et 20 ans ; un
tiers a plus de 20 ans. Dans le bâtiment, les entreprises plus anciennes sont plus nombreuses (40%
ont plus de 20 ans).
Répartition de l’échantillon selon l’implantation géographique de l’entreprise

Question : Dans quel département se situe votre entreprise ?

Entreprises de Entreprises du bâtiment Total échantillon


maîtrise d'oeuvre
Le Doubs 58% 37% 42%
Le Jura 23% 27% 26%
La Haute-Saône 12% 24% 21%
Le Territoire de Belfort 7% 11% 10%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 57 183 240

Maîtrise d'oeuvre Bâtiment

58%

37%

27%
23% 24%

12% 11%
7%

Le Doubs Le Jura La Haute-Saône Le Territoire de Belfort

Commentaire
Les entreprises de maîtrise d’œuvre sont majoritairement situées dans le Doubs. Les entreprises du
bâtiment sont réparties de manière plus équitable sur l’ensemble des départements, à l’exception du
territoire de Belfort, qui reste le plus pauvre en entreprises.
11.. 33 -- PPrrooffiill ddeess ssaallaarriiééss ddeess eennttrreepprriisseess ddee ll’’éécchhaannttiilllloonn
Caractéristiques des salariés en matière de contrats de travail détenus
Types des contrats majoritairement détenus par les salariés des entreprises
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Des salariés en CDI 84% 78% 79%
Des salariés en CDD 3% 11% 10%
Des salariés intérimaires 4% 3%
Des salariés en contrat
3% 6% 6%
d'apprentissage
Des salariés en contrat de
11% 1% 2%
professionnalisation
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 37 178 215

Total échantillon Maîtrise d’oeuvre Bâtiment

79%
Des salariés en CDI 84%
78%

10%
Des salariés en CDD 3%
11%

3%
Des salariés intérimaires
4%

6%
Des salariés en contrat
3%
d'apprentissage 6%

2%
Des salariés en contrat de
11%
professionnalisation 1%

Commentaire
Dans les entreprises de maîtrise d’œuvre comme du bâtiment, la très grande majorité des salariés est en
CDI.
Caractéristiques des salariés en matière d’âge
Tranche d’âge majoritaire des salariés selon le type d’entreprise
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Moins de 26 ans 17% 32% 29%
Entre 26 et 35 ans 20% 25% 24%
Entre 36 et 44 ans 26% 24% 24%
Entre 45 et 54 ans 30% 14% 17%
55 ans et plus 7% 5% 6%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 46 186 232

Total échantillon Maîtrise d’oeuvre Bâtiment

29%
Moins de 26 ans 17%
32%

24%
Entre 26 et 35 ans 20%
25%

24%
Entre 36 et 44 ans 26%
24%

17%
Entre 45 et 54 ans 30%
14%

6%
55 ans et plus 7%
5%

Commentaire
Les salariés du bâtiment sont en moyenne plus jeunes que les salariés de la maîtrise d’œuvre. En effet,
dans le bâtiment, les moins de 35 ans sont majoritaires dans 57% des entreprises. Ce ratio tombe à 47%
dans le secteur de la maîtrise d’œuvre.
Part des salariés de moins de 26 ans

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon


Moins de 25% 70% 49% 52%
de 25 à 50% 13% 24% 22%
de 50 à 75% 10% 16% 15%
De 75 à 100% 7% 12% 11%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
Les salariés de moins de 26 ans sont beaucoup moins nombreux dans la maîtrise d’œuvre que dans le
bâtiment.

Part des salariés entre 26 et 35 ans

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon


Moins de 25% 52% 60% 59%
de 25 à 50% 29% 26% 27%
de 50 à 75% 3% 8% 7%
de 75 à 100% 16% 6% 8%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaires
Les salariés entre 26 et 35 ans sont plus nombreux dans le domaine de la maîtrise d’oeuvre

Part des salariés entre 36 et 44 ans

Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon


Moins de 25% 60% 62% 61%
de 25 à 50% 23% 27% 26%
de 50 à 75% 13% 8% 9%
De 75 à 100% 3% 4% 4%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
La part des salariés entre 36 et 44 ans varie peu entre les entreprises de maîtrise d’œuvre et celles du
bâtiment.
Part des salariés entre 45 et 54 ans
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Moins de 25% 53% 72% 68%
de 25 à 50% 20% 23% 23%
de 50 à 75% 17% 4% 6%
De 75 à 100% 10% 1% 3%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
Les salariés entre 45 et 54 ans sont plus nombreux dans le secteur de la maîtrise d’œuvre.

Part des salariés de 55 ans et plus


Maîtrise Bâtiment Total échantillon
d’oeuvre
Moins de 25% 83% 92% 90%
de 25 à 50% 10% 6% 7%
de 50 à 75% 3% 1% 1%
de 75 à 100% 3% 1% 2%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
Dans les deux secteurs, les salariés de 55 ans et plus représentent une part faible des effectifs.
Caractéristiques de salariés en matière de qualification
Niveau de qualification majoritairement détenus par les salariés
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Sans diplôme 2% 21% 17%
BEPC 2% 6% 5%
CAP/BEP 12% 54% 45%
BAC 18% 9% 11%
BAC+2 24% 5% 9%
BAC+3/4 8% 2% 3%
BAC+5 33% 2% 9%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 49 173 222

Total échantillon Maîtrise d’oeuvre Bâtiment

17%
Sans diplôme 2%
21%
5%
BEPC 2%
6%
45%
CAP/BEP 12%
54%
11%
BAC 18%
9%
9%
BAC+2 24%
5%
3%
BAC+3/4 8%
2%
9%
BAC+5 33%
2%

Commentaire
Les salariés de la maîtrise d’œuvre ont un niveau de qualification beaucoup plus élevé que les salariés du
bâtiment. En effet, dans la maîtrise d’œuvre, 65% des salariés ont au moins un BAC+2. Dans le bâtiment,
67% des salariés ont au plus un CAP/BEP.
Part des salariés sans diplôme
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Moins de 25% 100% 66% 72%
de 25 à 50% 14% 11%
de 50 à 75% 9% 8%
de 75 à 100% 11% 9%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
La totalité des entreprises de maîtrise d’œuvre ont moins d’un quart de salariés sans diplôme. Ce ratio
tombe à 66% pour les entreprises du bâtiment.

Part des salariés avec BEPC


Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Moins de 25% 97% 88% 89%
de 25 à 50% 10% 8%
de 50 à 75% 3% 1% 2%
de 75 à 100% 1% 1%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
La très grande majorité des entreprises (respectivement 97% et 88% pour la maîtrise d’œuvre et le
bâtiment) ont moins d’un quart de leur salarié possédant le BEPC.

Part des salariés avec CAP/BEP


Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Moins de 25% 81% 24% 34%
de 25 à 50% 10% 25% 22%
de 50 à 75% 6% 26% 22%
de 75 à 100% 3% 25% 21%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
51% des entreprises du bâtiment ont au moins la moitié de leurs salariés titulaires du CAP/BEP.
C’est le cas pour seulement 9% des entreprises de la maîtrise d’œuvre.
Part des salaries avec BAC
Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Moins de 25% 71% 84% 82%
de 25 à 50% 6% 11% 10%
de 50 à 75% 10% 2% 4%
de 75 à 100% 13% 3% 5%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
La très grande majorité des entreprises (respectivement 71% et 84% pour la maîtrise d’œuvre et le
bâtiment) ont moins d’un quart de leur salarié possédant le BAC.

Part des salaries avec BAC+2


Maîtrise d’oeuvre Bâtiment Total échantillon
Moins de 25% 52% 88% 82%
de 25 à 50% 16% 9% 10%
de 50 à 75% 19% 2% 5%
de 75 à 100% 13% 1% 3%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
48% des entreprises de la maîtrise d’œuvre ont au moins un quart de leur salariés ayant un niveau
BAC+2. Ce n’est le cas que pour 12% des entreprises du bâtiment.

Part des salariés avec BAC+3/4


Maîtrise Bâtiment Total échantillon
d’oeuvre
Moins de 25% 81% 98% 95%
de 25 à 50% 13% 2% 4%
de 50 à 75% 6% 1%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire
Dans les deux secteurs considérés, la part des salariés avec un BAC+3/4 est dans plus de 8 cas sur 10
inférieure à 25%. Ce ratio est légèrement plus faible dans le secteur de la maîtrise d’œuvre, où 13% des
entreprises ont entre 25% et 50% de salariés titulaires d’un BAC+3/4.
Part des salariés avec BAC+5
Maîtrise Bâtiment Total échantillon
d’oeuvre
Moins de 25% 45% 97% 88%
de 25 à 50% 23% 2% 6%
de 50 à 75% 23% 4%
de 75 à 100% 10% 1% 2%
Total échantillon 100% 100% 100%
Total répondants 30 138 168

Commentaire :
Plus d’un tiers des entreprises de maîtrise d’œuvre ont entre 50% et 100% de salariés avec un bac+5. Ce
n’est le cas que pour 1% des entreprises du bâtiment.
11..44 -- CCaarraaccttéérriissttiiqquueess ddeess eennttrreepprriisseess rrééppoonnddaanntteess sseelloonn lleeuurr
sseecctteeuurr dd’’aaccttiivviittéé
Implantation
Architectes Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Le Doubs 61% 53% 40% 41% 35% 26% 42%
Le Jura 21% 26% 27% 29% 35% 19% 26%
La Haute-Saône 11% 16% 24% 20% 23% 37% 21%
Le Territoire de Belfort 8% 5% 10% 11% 6% 19% 10%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 38 19 63 56 31 27 234

Commentaire
Les architectes et les bureaux d’études sont majoritairement implantés dans le Doubs
(respectivement 61% et 53%). La répartition est plus équitable dans les autres secteurs, avec
cependant une implantation plus fréquente dans le Doubs et moins fréquente pour le Territoire de
Belfort< ;

Ancienneté de l’entreprise
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 5 ans 31% 33% 21% 30% 20% 15% 25%
Entre 5 et 10 ans 14% 24% 15% 6% 20% 15% 14%
Entre 11 et 20 ans 19% 14% 18% 24% 30% 30% 22%
Entre 21 et 50 ans 36% 24% 23% 30% 23% 26% 27%
Plus de 50 ans 5% 23% 11% 7% 15% 12%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 36 21 61 54 30 27 229

Commentaire
Dans le domaine de la maîtrise d’œuvre, les architectes et les bureaux d’étude ont des anciennetés
comparables (un tiers a moins de 5 ans, un tiers entre 5 et 20 ans, un tiers a plus de 20 ans).
Dans le bâtiment, les entreprises de menuiseries tendent à être moins anciennes que les autres. Le
nombre d’entreprisese plus de 20 ans est plus marqué dans les domaines du gros œuvre et de
l’aménagement et finitions.
CA des entreprises par secteur d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 100000 € 33% 18% 6% 6% 3% 10%
De 100000 à 250000 € 40% 24% 17% 20% 35% 32% 26%
De 250000 à 500000 € 17% 12% 23% 24% 6% 8% 17%
De 500000 à 1 Million € 10% 18% 21% 27% 29% 12% 21%
De 1 à 2 Millions € 18% 6% 8% 13% 24% 10%
Plus de 2 Millions € 12% 28% 16% 13% 24% 17%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 30 17 53 51 31 25 207

Commentaire
Dans le secteur de la maîtrise d’œuvre, les bureaux d’études ont globalement un CA plus élevé que
les architectes (

Part de la construction et de l’entretien dans le CA par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Majoritairement construction
53% 56% 48% 25% 20% 21% 37%
neuve
Majoritairement l'entretien et
23% 19% 52% 73% 72% 79% 56%
l'amélioration du bâti
Les deux, de manière équitable 23% 25% 2% 8% 7%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 30 16 54 51 25 24 200

Commentaire
Dans le secteur de la maîtrise d’œuvre, la construction neuve représente la majorité du CA. A l’inverse,
dans le bâtiment, l’entretien représentent la majorité du CA (à noter toutefois un ratio plus faible pour le
gros œuvre).
Part de la construction neuve dans le CA par secteur d’activité
Architectes Burea Gros Equipeme Menuiser Aménag Total
ux oeuvre/En nts ie bois et ement et
d'étud veloppe technique PVC finition
e s
0% 3% 9% 20% 12% 17% 11%
de 1 à 25% 25% 33% 35% 50% 26%
de 25 à 50% 20% 19% 15% 20% 27% 8% 18%
de 50 à 75% 53% 50% 15% 14% 19% 13% 23%
de 75 à 99% 23% 25% 33% 14% 4% 8% 19%
100% 6% 4% 4% 4% 2%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Commentaire
Le secteur de la maîtrise d’œuvre a une activité largement orientée vers la construction neuve. Pour 76%
des architectes et 81% des bureaux d’études, la construction représente au moins 50% du CA.
Dans le secteur du bâtiment, on remarque une différence entre le gros œuvre et le second œuvre . Alors
que pour le bâtiment la construction neuve représente une part importante du CA (52% des entreprises
ont au moins 50% de leur CA constitué par de la construction), ce n’est pas le cas des entreprises de
second œuvre pour qui le ratio avoisine les 25%.

Part de l’entretien dans le CA par secteur d’activité

Architectes Bureaux Gros oeuvre/ Equipements Menuiserie Aménagement Total


d'étude Enveloppe techniques bois et PVC et finition
0% 6% 5% 4% 4% 3%
de 1 à 25% 20% 25% 29% 14% 4% 4% 17%
de 25 à 50% 33% 25% 16% 14% 12% 17% 18%
de 50 à 75% 40% 44% 13% 16% 35% 13% 23%
de 75 à 99% 3% 27% 39% 35% 50% 28%
100% 3% 9% 18% 12% 13% 10%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Commentaire
Dans la maîtrise d’œuvre, l’entretien constitue moins de la moitié du CA pour la majorité des entreprises.
A l’inverse, dans le secteur du bâtiment, l’entretien constitue au moins la moitié du CA pour la majorité des
entreprises. Cette répartition est la plus accentuée pour les entreprises d’aménagement et finitions (pour 63% des
entreprises, l’entretien constitue entre 75% et 100% du CA).
Part majoritaire du CA selon le type de bâtiment par type d’entreprise
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Les logements individuels 24% 20% 60% 43% 62% 32% 43%
Les logements collectifs 17% 25% 16% 13% 12% 14% 16%
Les bâtiments tertiaires 12% 15% 2% 11% 8% 8%
Les bâtiments publics 41% 25% 13% 15% 15% 27% 21%
Les bâtiments industriels 5% 15% 9% 18% 4% 27% 12%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 41 20 55 61 26 22 225

Commentaire
Le logement constitue une part majoritaire du CA pour 41% des architectes et 45% des bureaux
d’études. En revanche, si les bâtiments publics constituent une activité majoritaire pour 41% des
architectes, il n’en est pas de même pour les bureaux d’études (le ratio tombe à 25%).
Dans le secteur du bâtiment, le logement individuel correspond à une activité majoritaire pour 60%
environs des entreprises de gros œuvre, de menuiserie et d’aménagement. Ce ratio est plus faible pour
les entreprises d’équipement technique, qui se sont davantage positionnées sur le marché des
bâtiments tertiaires. Les bâtiments industriels sont quant à eux investis surtout par les entreprises
d’équipement techniques et par celles d’aménagement.

Répartition du CA selon le type de bâtiment par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Logement 42% 50% 80% 62% 82% 45% 62%
Bâtiments non résidentiels 58% 50% 20% 38% 18% 55% 38%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 36 18 49 50 22 20 195

Commentaire
Dans le domaine de la maîtrise d’œuvre, la répartition entre logement et bâtiment est assez équitable.
La situation est plus variable dans le secteur du bâtiment. Si le gros œuvre et les entreprises de
menuiserie consacrent la majeure partie de leur activité au logement (respectivement 80% et 82% du
CA), cette répartition est moins nette pour les entreprises d’équipement technique (62% du CA) et
carrément inversée pour les entreprises d’aménagement (seulement 45% du CA)
Part du logement individuel dans le CA selon le type d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
0% 13% 17% 11% 7% 20% 11%
de 1 à 25 % 47% 61% 20% 38% 19% 45% 36%
de 25 à 50 % 27% 9% 9% 14% 5% 11%
de 50 à 75 % 3% 22% 7% 38% 10% 13%
de 75 à 99 % 7% 22% 15% 33% 10% 15% 18%
100 % 3% 24% 7% 19% 5% 11%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total répondants 30 18 46 45 21 20 180

Commentaire
Le logement individuel représente moins de la moitié du CA pour 87% des architectes et 78% des
bureaux d’étude. Ces derniers sont cependant beaucoup plus nombreux (22%) à y consacrer au moins
les trois quarts de leur activité.
Dans le bâtiment, les résultats sont plus contrastés. Si les entreprises d’aménagement et de finition se
positionnent en général peu sur le marché du logement individuel (65% des entreprises ont moins d’un
quart de leur CA qui y est consacré), il n’en est pas de même pour le gros œuvre et les entreprises de
menuiserie (qui sont respectivement 61% et 67% à y consacrer la moitié au moins de leur CA). Pour
les entreprises d’équipement technique, la situation est plus nuancée : pour 54% des entreprises, le
logement individuel représente au plus la moitié du CA et pour 46% d’entre elles, il représente entre la
moitié et la totalité du CA.

Part du logement collectif dans le CA selon le type d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
0% 37% 17% 38% 36% 43% 25% 34%
de 1 à 25 % 30% 39% 33% 42% 24% 50% 36%
de 25 à 50 % 27% 28% 20% 13% 24% 10% 20%
de 50 à 75 % 3% 11% 4% 9% 5% 10% 7%
de 75 à 99 % 3% 6% 2% 5% 5% 3%
100 % 2% 1%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Commentaire
Dans le domaine de la maîtrise d’œuvre, le logement collectif représente en général une part non
majoritaire du CA. Cependant, les bureaux d’études sont plus nombreux que les architectes s’être
positionnés sur ce marché. En effet, pour 17% des bureaux d’études, le logement collectif représente entre
la moitié et la totalité du CA. Ce n’est le cas que pour 6% des architectes.
Dans le bâtiment, la part du logement collectif dans le CA est dans la très grande majorité des cas
inférieure à 25%. Cette caractéristique est particulièrement marquée dans le secteur des équipements
techniques, où le logement collectif représente moins du quart du CA pour 78% des entreprises
Part des bâtiments tertiaires dans le CA selon le type d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
0% 43% 28% 60% 38% 71% 42% 48%
de 1 à 25 % 37% 50% 38% 40% 24% 42% 38%
de 25 à 50 % 17% 17% 2% 20% 5% 16% 12%
de 50 à 75 % 6% 2% 1%
de 75 à 99 % 3% 1%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Dans le secteur de la maîtrise d’œuvre, la part des bâtiments tertiaires dans le CA est pour une grande
majorité des entreprises inférieure à 25%.
Ce marché représente également une faible part du CA pour la majorité des entreprises du bâtiment.
En effet, selon les secteurs, entre 67% et 78% entreprises ont moins d’un quart de leur CA constitué
par les bâtiments tertiaires. Néanmoins, les entreprises d’équipements techniques et les entreprises
d’aménagement et finition sont plus nombreuses à se positionner sur ce marché. Les bâtiments
tertiaires représentent plus de 25% du CA pour 22% des entreprises d’ équipements techniques et 16%
des entreprises d’aménagement. Ce n’est le cas que pour 2% des entreprises de gros œuvre et 5% des
entreprises de menuiserie.

Part des bâtiments publics dans le CA par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
0% 30% 33% 44% 33% 33% 25% 35%
de 1 à 25 % 17% 28% 33% 40% 38% 40% 33%
de 25 à 50 % 20% 33% 16% 27% 24% 20% 22%
de 50 à 75 % 13% 6% 4% 5% 15% 6%
de 75 à 99 % 13% 2% 3%
100 % 7% 1%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Commentaire
Dans la maîtrise d’œuvre, la part des bâtiments publics dans le CA est inférieure à 50% pour la majorité
des entreprises. Toutefois, les architectes se positionnent davantage sur ce marché : 26% des architectes
ont un CA où les bâtiments publics y occupent une part supérieure à 50%, contre 6% des bureaux
d’études.
La part des bâtiments publics dans le CA des entreprises est inférieure à 25% pour la majorité des
entreprises du bâtiment. Cependant, ce marché est plus développé chez les entreprises d’aménagement :
pour 15% de ces entreprises, les bâtiments publics occupent entre 50% et 75% du CA .
Part des bâtiments industriels dans le CA par secteur d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
0% 53% 33% 53% 40% 67% 40% 48%
de 1 à 25 % 33% 50% 38% 38% 33% 30% 37%
de 25 à 50 % 7% 4% 13% 20% 8%
de 50 à 75 % 7% 6% 4% 3%
de 75 à 99 % 4% 4% 5% 3%
100 % 11% 5% 2%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Commentaire
Les bâtiments industriels représentent moins de 25% du CA pour la majorité des entreprises de
maîtrise d’œuvre. Toutefois, les architectes sont plus nombreux à ne pas investir du tout ce marché et
les bureaux d’études sont plus nombreux à y consacrer la totalité de leur activité.
Les bâtiments industriels constituent également une part faible du CA pour la majorité des entreprises
du bâtiment. Cependant, les entreprises d’équipements techniques et surtout les entreprises
d’aménagement consacrent plus souvent une part importante de leur activité à ce type de bâtiment. En
effet, 21% des entreprises d’équipements techniques et 30% des entreprises de finition ont un CA
constitué à plus de 50% par les bâtiments industriels.

Ancienneté du chef d’entreprise selon le type d’entreprise

Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total


es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Depuis moins de 5 ans 26% 36% 27% 37% 20% 21% 28%
Depuis 5 à 10 ans 13% 23% 18% 16% 20% 24% 18%
Depuis 11 à 15 ans 11% 14% 21% 12% 23% 28% 18%
Depuis 16 à 20 ans 5% 18% 13% 11% 20% 17% 13%
Depuis plus de 20 ans 45% 9% 21% 25% 17% 10% 23%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 38 22 67 57 30 29 243

Commentaire
L’ancienneté du chef d’entreprise est plus importante dans les cabinets d’architectes que dans les
bureaux d’études. L’ancienneté du chef d’entreprise est supérieure à 20 ans pour 45% des
architectes et seulement 9% des bureaux d’étude.
Dans le secteur du bâtiment, c’est pour les entreprises d’équipements techniques que l’ancienneté du
chef d’entreprise est la plus faible (moins de 10 ans dans 53% des cas).
Répartition des effectifs par type d’entreprises
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Sans Salarié 38% 41% 3% 18% 4% 3% 16%
1 3% 14% 8% 5% 11% 7% 7%
2 11% 8% 5% 14% 3% 7%
3 16% 5% 11% 11% 4% 10% 10%
4 16% 12% 14% 11% 11%
5 8% 5% 5% 2% 11% 7% 5%
Entre 5 et 10 8% 9% 24% 18% 29% 17% 18%
Entre 11 et 20 23% 11% 14% 14% 24% 13%
Entre 21 et 50 5% 12% 7% 4% 24% 9%
Plus de 50 8% 5% 3% 4%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
37 22 66 56 28 29 238 37

Les entreprises de maîtrise d’œuvre sont plus souvent des entreprises sans salariés que les
entreprises du bâtiment. Les bureaux d’études sont cependant plus nombreux que les architectes à
avoir un nombre important de salariés (28% des bureaux d’étude ont plus de 11 salariés, ce qui n’est le
cas pour aucun des architectes).
Dans le bâtiment, les entreprises de gros œuvre et surtout les entreprises d’aménagement sont les plus
nombreuses à avoir des effectifs supérieurs à 11 salariés. C’est le cas pour 31% des entreprises de
gros œuvre et 51% des entreprises d’aménagement. Ce ratio tombe à 26% pour les entreprises
d’équipements techniques et à 18% pour les entreprises de menuiserie.

Types de contrats selon le type d’entreprises

Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total


es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Des salariés en CDI 76% 100% 74% 78% 81% 83% 79%
Des salariés en CDD 4% 14% 12% 11% 7% 10%
Des salariés intérimaires 5% 2% 4% 3% 3%
Des salariés en contrat
4% 8% 6% 4% 7% 6%
d'apprentissage
Des salariés en contrat de
16% 2% 2%
professionnalisation
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 25 12 65 50 27 30 209
Commentaire
Dans la maîtrise d’œuvre en général, et dans les bureaux d’étude en particulier, la majorité des salariés
sont en CDI. Les architectes usent plus souvent du CDD, du contrat d’apprentissage, et surtout du contrat
de professionnalisation.
Dans le bâtiment, le CDI est également majoritaire (mais dans une moindre mesure toutefois). Les contrats
temporaires sont les plus développés dans le secteur du gros œuvre.

Répartition des niveaux de qualifications par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Sans diplôme 3% 27% 13% 22% 22% 17%
BEPC 3% 6% 7% 9% 4% 5%
CAP/BEP 15% 7% 45% 61% 61% 63% 45%
BAC 15% 27% 10% 9% 4% 7% 11%
BAC+2 26% 20% 4% 9% 4% 9%
BAC+3/4 6% 13% 3% 4% 3%
BAC+5 32% 33% 4% 2% 9%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 34 15 67 46 23 27 212

Commentaire
Le niveau de qualification général est beaucoup plus élevé dans la maîtrise d’œuvre que dans le
bâtiment. Toutefois, au sein de la maîtrise d’œuvre, on remarque que le niveau de qualification est
plus élevé : 21% des effectifs des architectes ont un niveau d’étude inférieur au CAP/BEP, contre 7%
seulement pour les bureaux d’étude.
Dans le secteur du bâtiment, la majorité des effectifs possède un CAP/BEP, avec une petite nuance
pour le gros œuvre où la part est plus faible. La part de titulaires d’un niveau BAC minimum est plus
élevée dans les entreprises de gros œuvre et d’équipements techniques. Ce sont les entreprises du
gros œuvre et de menuiserie qui ont la part de sans diplômes et de titulaires du BEPC la plus
importante.

Part des salariés sans diplôme par secteur d’activité


Architectes Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 25% 100% 100% 60% 79% 65% 48% 71%
de 25 à 50% 12% 5% 15% 35% 12%
de 50 à 75% 10% 10% 10% 9% 8%
de 75 à 100% 18% 5% 10% 9% 9%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Commentaire
La part de sans diplôme est inférieure à 25% dans le domaine de la maîtrise d’œuvre.
Dans le bâtiment, la part de sans diplôme est particulièrement importante dans le gros œuvre : 28%
des entreprises ont plus de la moitié de leurs salariés sans diplôme. La part de sans diplôme est la plus
faible dans les entreprises d’équipement : 79% des entreprises ont moins de 25% de leurs salariés
sans diplôme.

Part des salariés avec un BEPC par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et réponda
nveloppe techniqu PVC finition nts
es
Moins de 25% 95% 100% 90% 85% 75% 96% 89%
de 25 à 50% 8% 10% 25% 4% 9%
de 50 à 75% 5% 2% 3% 2%
de 75 à 100% 3% 1%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Les titulaires d’un BEPC représentent une part faible des effectifs des entreprises de la maîtrise
d’œuvre : pour une écrasante majorité des entreprises, les titulaires du BEPC représentent moins de
25% des salariés. Néanmoins, pour 5% des architectes, entre la moitié et les trois quarts des salariés
sont titulaires d’un BEPC.
Les titulaires du BEPC représentent moins de 25% des salariés pour la majorité des entreprises du
bâtiment. La part de salariés avec un BEPC est plus importante dans les entreprises d’équipement
technique et de menuiserie que dans les autres.

Part des salariés avec un CAP/BEP par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et réponda
nveloppe techniqu PVC finition nts
es
Moins de 25% 77% 89% 28% 23% 20% 22% 35%
de 25 à 50% 9% 11% 32% 23% 15% 17% 21%
de 50 à 75% 9% 18% 23% 35% 43% 23%
de 75 à 100% 5% 22% 31% 30% 17% 21%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162
Commentaire
Dans le secteur de la maîtrise d’œuvre, la majorité des entreprises ont moins de 25% de leurs
salariés titulaires d’un CAP/BEP. Ce diplôme est toutefois possédé par la moitié au moins des
salariés dans 14% des cabinets d’architectes (contre 0% des bureaux d’étude).
La part des salariés titulaires d’un CAP/BEP est plus importante dans le bâtiment, et spécialement
dans les entreprises de menuiserie et d’aménagement. Respectivement 65% et 60% de ces
entreprises ont la moitié au moins de leurs salariés titulaires de ces diplômes.

Part des salariés avec un niveau BAC par secteur d’activité

Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total


es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et réponda
nveloppe techniqu PVC finition nts
es
Moins de 25% 73% 67% 84% 85% 80% 91% 82%
de 25 à 50% 9% 10% 10% 20% 9%
de 50 à 75% 9% 11% 3% 9% 4%
de 75 à 100% 9% 22% 6% 3% 5%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
La majorité des entreprises de maîtrise d’œuvre ont moins d’un quart de leurs salariés avec un
niveau BAC. Toutefois, 33% des bureaux d’étude ont la moitié au moins de leurs salariés titulaires du
BAC contre 18% seulement des architectes.
La majorité des entreprises du bâtiment ont moins d’un quart de leurs salariés avec un niveau BAC.
Cette caractéristique est particulièrement accentuée dans les entreprises d’aménagement.

Part des salariés avec un niveau BAC+2 par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et réponda
nveloppe techniqu PVC finition nts
es
Moins de 25% 50% 56% 88% 82% 95% 100% 82%
de 25 à 50% 18% 11% 10% 10% 5% 9%
de 50 à 75% 18% 22% 2% 5% 6%
de 75 à 100% 14% 11% 3% 3%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Pour un tiers des entreprises de maîtrise d’œuvre, la part des salariés avec un niveau bac+2 est
supérieure à 50%.
Pour une large majorité des entreprises du bâtiment (entre 82% et 100%), la part des salariés avec
un niveau bac+2 est inférieure à 25%. Les entreprises d’équipements techniques sont les plus
nombreuses (8%) à avoir au moins la moitié de leurs salariés titulaires d’un bac+2.
Part des salariés avec un niveau BAC+4 par secteur d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et écha
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 25% 91% 56% 94% 100% 100% 100% 94%
de 25 à 50% 5% 33% 6% 4%
de 50 à 100% 5% 11% 1%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Les bureaux d’études sont plus nombreux que les architectes à avoir des salariés avec un niveau bac+4.
44% des bureaux d’études ont la moitié au moins de leurs salariés titulaires d’un bac+4. c’est le cas pour
10% seulement des bureaux d’études.
La quasi-totalité des entreprises du bâtiment ont moins du quart de leurs salariés titulaires d’un bac+4.
seules 6% des entreprises de gros œuvre ont entre 25% et 50% de leurs salariés avec un niveau bac+4.

Part des salariés avec un niveau BAC+5 par secteur d’activité


Architectes Bureaux Gros Equipement Menuiseri Aménagemen Total
d'étude oeuvre/ s techniques e bois et t échantillon
Enveloppe PVC et finition
Moins de 25% 36% 67% 96% 95% 100% 100% 87%
de 25 à 50% 18% 33% 4% 3% 6%
de 50 à 75% 32% 4%
de 75 à 100% 14% 3% 2%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total effectifs 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Si la majorité des bureaux d’étude (67%) ont moins du quart de leurs salariés titulaires d’un bac+5, il
n’en est pas de même pour les cabinets d’architectes. En effet, 46% d’entre eux ont au moins la moitié
de leurs salariés avec un niveau bac+5.
La très grande majorité des entreprises du bâtiment (entre 95% et 100%) ont moins d’un quart de leurs
salariés titulaires d’un bac+5.
Part des salariés de moins de 26 ans par secteur d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 25% 62% 89% 40% 51% 40% 63% 52%
de 25 à 50% 14% 11% 18% 30% 20% 25% 22%
de 50 à 75% 14% 22% 9% 35% 4% 15%
De 75 à 100% 10% 20% 9% 5% 8% 11%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Pour la majorité des entreprises de maîtrise d’œuvre, les moins de 26 ans représentent moins du quart
des effectifs. Cette caractéristique est cependant moins nette dans le cas des cabinets d’architectes.
Dans 24% des entreprises, la moitié des salariés au moins à moins de 26 ans.
La population est sensiblement plus jeune dans le bâtiment. Il est possible d’opérer dans ce secteur
une distinction entre d’une part les entreprises de gros œuvre et de menuiserie et d’autre par les
entreprises d’équipements techniques et d’aménagement. Alors que 42% des entreprises de gros
œuvre et 40% des entreprises de menuiserie ont plus de la moitié de leurs salariés qui sont âgés de
moins de 26 ans ; ce n’est le cas que pour 18% des entreprises d’équipements techniques et 12% des
entreprises d’aménagement.
PPrrooffiill ddeess ssaallaarriiééss ddeess eennttrreepprriisseess sseelloonn lleeuurr sseecctteeuurr dd’’aaccttiivviittéé

Tranche d’âge majoritaire des salariés par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 26 ans 26% 5% 38% 25% 42% 29% 30%
Entre 26 et 35 ans 22% 16% 22% 31% 25% 18% 23%
Entre 36 et 44 ans 19% 37% 17% 31% 25% 24% 24%
Entre 45 et 54 ans 26% 37% 14% 11% 8% 21% 17%
55 ans et plus 7% 5% 9% 2% 9% 6%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
27 19 64 55 24 34 223

Commentaire
Les moins de 35 ans représentent la tranche d’âge majoritaire pour 48% des architectes. Dans 74%
bureaux d’études, ce sont les 36-54 ans qui représentent la tranche d’âge majoritaire.
La population est sensiblement plus jeune dans le bâtiment, notamment pour les entreprises de gros
œuvre et de menuiserie. En effet, pour 38% des entreprises de gros œuvre et 42% des entreprises de
menuiserie, les moins de 26 ans représentent la tranche d’âge majoritaire.

Part des salariés entre 26 et 35 ans par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 25% 55% 44% 60% 58% 50% 75% 59%
de 25 à 50% 18% 56% 29% 23% 30% 25% 27%
de 50 à 75% 5% 9% 9% 10% 7%
de 75 à 100% 23% 2% 9% 10% 7%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Les 26-35 ans représentent moins de la moitié des salariés pour 73% des architectes et 100% des
bureaux d’études.
Les 26-35 ans représentent moins du quart des salariés pour la majorité des entreprises du bâtiment.
Ce phénomène est particulièrement accentué pour les entreprises d’aménagement et finition : 75%
des entreprises ont moins d’un quart de salariés âgés entre 26 et 35 ans.
Part des salariés entre 36 et 44 ans par secteur d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 25% 67% 44% 69% 53% 65% 58% 61%
de 25 à 50% 14% 44% 27% 23% 20% 42% 27%
de 50 à 75% 14% 11% 4% 19% 5% 9%
De 75 à 100% 5% 5% 10% 3%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Les architectes sont plus nombreux que les bureaux d’études à avoir plus de la moitié de leurs
salariés entre 36 et 44 ans (19% contre 11%), mais ils sont également plus nombreux que les
bureaux d’études à avoir moins du quart de leurs salariés entre 36 et 44 ans (67% contre 44%).
La majorité des entreprises du bâtiment moins du quart de leurs salariés âgés de 36 à 44 ans. Ce
phénomène est moins marqué pour les entreprises d’équipements techniques et les entreprises
d’aménagement. En effet, 24% des entreprises d’équipements techniques et 15% des entreprises
de menuiserie ont plus de la moitié de leurs salariés âgés de 36 à 44 ans.

Part des salariés entre 45 et 54 ans par secteur d’activité


Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 25% 62% 33% 80% 81% 65% 46% 69%
de 25 à 50% 14% 33% 18% 12% 30% 46% 22%
de 50 à 75% 19% 11% 2% 5% 5% 4% 6%
De 75 à 100% 5% 22% 2% 4% 3%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
62% des architectes moins du quart de leurs salariés âgés de 45 à 54 ans, contre 33% seulement
des bureaux d’études. Ces derniers sont plus nombreux à avoir une part de salariés entre 45 et 54
ans supérieure à 75% (cas de 22% des bureaux d’étude contre 5% seulement des architectes).
Dans le bâtiment, les entreprises de gros œuvre et d’équipements techniques sont particulièrement
nombreuses à avoir une part de salariés entre 45 et 54 ans inférieure à 25% (respectivement 80%
et 81% des entreprises). C’est dans le secteur de l’aménagement et de la finition que la part des
entreprises à avoir au moins la moitié de leurs salariés entre 45 et 54 ans est la plus forte (8% des
entreprises).
Part des salariés de 55 ans et plus par secteur d’activité
Architect Bureaux Gros Equipem Menuiser Aménag Total
es d'étude oeuvre/E ents ie bois et ement et
nveloppe techniqu PVC finition
es
Moins de 25% 76% 100% 89% 95% 89% 92% 90%
de 25 à 50% 14% 7% 5% 11% 4% 7%
de 50 à 75% 5% 4% 1%
de 75 à 100% 5% 4% 2%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%
Total 21 9 45 43 20 24 162

Commentaire
Si la majorité des entreprises de la maîtrise d’œuvre moins de 25% de salariés âgés de plus de 55
ans, cette caractéristique est particulièrement nette pour les bureaux d’étude.
Dans le bâtiment, la part des salariés de 55 ans et plus est également dans la majeure partie des
entreprises inférieure à 25% . Ce phénomène est particulièrement accentué dans les entreprises
d’équipements techniques et d’aménagement.

Majoritairement ou uniquement l'entretien et l'amélioration du bâti


Majoritairement ou uniquement la construction neuve
Les deux, de manière équitable

Total échantillon 57% 36% 7%

Bâtiment 67% 31% 2%

Maîtrise d'oeuvre 22% 54% 24%


Annexe 2 : L’offre de formation nationale dans le domaine de
l’efficacité énergétique (cabinet ICE)

Cette annexe comprend les éléments recensés par ICE sur l’offre de formation proposée au sein des
autres régions françaises sur les thèmes du bâtiment et/ou de l’énergie ainsi que les initiatives
exemplaires mis en œuvre (chantiers-ecole, plateforme pédagogiques ???)

2.1 La fiche méthodologique du questionnaire et le questionnaire

2.2 Les caractéristiques des entreprises répondantes de l’échantillon

2.3 Les caractéristiques des salariés concernés par l’enquête

2.4 Les caractéristiques des entreprises répondantes selon le secteur d’activité


Optimiser la performance énergétique d’un logement n’est devenu une réelle préoccupation qu’à partir
des chocs pétroliers de la première moitié de la décennie 1970. En dépit d’un retour relativement rapide
des cours du pétrole à des valeurs basses et d’un relâchement sur les efforts de maîtrise de l’énergie,
un tournant dans l’histoire de la construction a été pris.
Outre le triomphe, en France, du chauffage électrique, les années 80 et 90 ont en effet été marquées
par la généralisation de l’isolation des murs par l’intérieur (et dans une moindre mesure l’isolation des
toits).
Un nouveau savoir-faire s’est développé : la pose des isolants sur les murs traditionnels ou les murs en
agglo, faisant évoluer par exemple le plâtrier vers le métier de plaquiste.

11..11 LLeess aacctteeuurrss ddee llaa ffoorrm maattiioonn ddaannss llee ddoom
maaiinnee ddee ll’’eeffffiiccaacciittéé
éénneerrggééttiiqquuee eett lleeuurr ooffffrree
Mais les autres métiers n’ont pas été véritablement très concernés par ces transformations, parce que
au cours de cette période la performance énergétique d’un bâtiment n’était pas encore perçue comme
la résultante des actions de chaque corps de métier (et donc de la bonne exécution par chacun). Et
globalement l’édifice de la formation orientée vers le Bâtiment n’a pas eu besoin d’être révisé de façon
importante.

Aujourd’hui les professionnels sentent que des changements en profondeur vont peut-être devoir être
mis en œuvre : nouveaux matériaux, nouveaux matériels, nouvelles techniques, besoin de comprendre
le comportement thermique d’un bâtiment, nouvelles exigences des maîtres d’ouvrage (le particulier et
les collectivités) de plus en plus connaisseurs. D’où la recherche de nouvelles compétences et le
besoin d’une Formation … autrement.
Comment comprendre et comment présenter l’offre de formation « pionnière » dans le champ
de la MdE et des EnR ?
Il y a 10-15 ans elle était proposée par un cercle très limité de pionniers, principalement originaires de la
région Rhône-Alpes, relayés progressivement par la création en quelques lieux de France de licences
professionnelles ou master spécialisés.

Puis elle s’est diffusée au sein d’autres structures, sur des niveaux de formation différents et dans le
cadre de la formation continue (le tableau ci-dessous esquisse sommairement l’élargissement
progressif du panel d’acteurs). Et aujourd’hui, mis en éveil par le Grenelle, les initiatives fleurissent de
toutes parts, parfois en cohérence avec le dispositif déjà existant, parfois avec des velléités de
substitution par rapport à l’existant.

BTS énergie ou
bâtiment Formation par
les entreprises Formation
Pionniers F non
E
DUT énergie ou E diplômantes
rhônalpins bâtiment -
B
â
t

Architecture Master LICENCE


Dess PROFESSIONN GRETA
Ingénieur ELLE

Plate-
ADEME
Qualit’EnR
COSTIC CSTB AFPA QualiBOIS
Formes

Pédagogiques

Associations Qualit’EnR Qualit’EnR


QualiPV QualiSOL

Qualibat Chantier-école
1. Les pionniers rhônalpins
Les premières adaptations significatives de l’offre de FORMATION remontent à une dizaine d’années
(15 ans pour les quelques précurseurs). Elles n’ont pas réellement concerné les métiers de la
construction, mais ceux des nouvelles formes d’énergies : le secteur des Energies Renouvelables. La
Région Rhône-Alpes a été particulièrement féconde en pionniers (… et elle l’est encore), notamment
avec l’ASDER qui a inventé la première formation longue sur ce thème il y a 20 ans.
Les stagiaires de ses premières promotions ont créé leurs entreprises d’installateur EnR, mis en œuvre
leurs compétences dans les associations ou les collectivités. Et certains ont contribué à la création des
premières licences professionnelles « spécialité EnR » dans leur région, comme à Tarbes, Montluçon,
Lorient, Angers, à Alfortville ou en Corse.
Plus récemment cet esprit pionnier rhônalpin a permis de faire germer patiemment les projets de
l’INES-Institut National de l’Energie Solaire et de l’école des Compagnons du Solaire.

Initialement centré sur les Energies Renouvelables, tous ces précurseurs ont progressivement mis au
premier plan l’autre enjeu, celui de l’efficacité énergétique, contribuant ainsi à ce que progressivement
tous les corps de métiers du bâtiment prêtent attention à la nouvelle définition de l’Acte de Construire
qu’ils ébauchaient.
Sur le terrain de la construction durable, de l’éco-construction, à nouveau des acteurs émergent en
Rhône-Alpes : l’association OÏKOS par exemple et surtout depuis 2-3 ans un pôle initié par la CCI de la
Drôme avec l’institut INEED et le centre de formation NEOPOLIS.

Les précurseurs sont toujours très actifs et imaginatifs. Et autour d’eux le panorama s’est enrichi,
diversifié.
Aujourd’hui quelles sont les autres offres de formations pionnières, innovantes sur le territoire français,
tous niveaux confondus ?
Le descriptif de l’offre de formation

ASDER - Association Savoyarde de Développement des Energies Renouvelables


562, avenue du Grand Ariétaz, BP 99499, 73094 CHAMBERY Cedex 9
Tél : 04 79 85 88 50 Responsable des formations : Laure VORON
www.asder.asso.fr
Présentation de la Cette association a été la première en France à mettre sur pied une formation longue spécialisée sur
structure ces thématiques. Ainsi depuis le lancement en 1989, près de 600 personnes ont suivi la formation. La
plupart d’entre eux restent en contact avec l’ASDER et forment un réseau dynamique et solidaire.
L’ASDER s’appuie sur des réseaux régionaux et nationaux. Elle est membre du Comité de Liaison
Energies Renouvelables (CLER), du réseau Info Energie Rhône Alpes (IERA), et du cluster Rhône
Alpes Eco-énergies.
FORMATION PROFESSIONNELLE LONGUE
« Maîtrise des Energies, Energies Renouvelables et Eco Construction »
Objectifs Former des agents de développement capables d’initier et de mener à bien des projets concrets.
La formation apporte des connaissances techniques (thermique du bâtiment, conception ou
rénovation, matériels et matériaux disponibles, dimensionnements, coûts, calculs de rentabilité) et
des connaissances institutionnelles (aspects réglementaires, répartition des compétences, rôle des
différents partenaires, mobilisation des financements).
Cf programme détaillé ci-après
Public concerné Salariés en formation continue (congé individuel de formation) ou demandeurs d’emploi, ayant une
forte motivation et présentant un projet professionnel solide. De préférence Bac + 2, ou expérience
professionnelle.
Validation Formation non diplômante
Les emplois accessibles à l’issue de la formation sont fonction du projet et du parcours initial
(formation, expérience) des stagiaires. Par exemple conseiller énergie,économe de flux, installateurs-
conseils, technico-commerciaux /vente et distribution, techniciens ou ingénieurs de bureaux d’études,
créateurs d’entreprises ou d’associations.
Déroulement Les modules thématiques peuvent être suivis indépendamment, notamment par les stagiaires
salariés. Il est souhaitable que les stagiaires demandeurs d’emploi suivent l’intégralité des 9 mois de
formation.
11 modules en centre (29 semaines) et un stage en entreprise de 14 semaines

Des offres de FORMATIONS COURTES


L’ASDER organise des formations courtes (par modules indépendants d’une durée de 1 à 3 jours)
dans les domaines des économies d’énergie, de l’éco-construction, des énergies renouvelables en
partenariat notamment avec l’association OÏKOS et divers intervenants professionnels de la région
Rhône-Alpes.
Le centre de formation continue de l’Institut National de l’Energie Solaire (INES)
Parc Technologique de Savoie Technolac 16 av du Lac du Bourget BP 258 73375 Le Bourget-du-Lac Cedex
Tél : 04 79 25 36 40 Responsable de la formation : Régine GROSJEAN grosjean@ines-solaire.com
www.ines-solaire.com/formations.htm
Présentation de Il est issu de la volonté de ses membres de contribuer au développement de l’énergie solaire sur le
la structure plan national.
Des offres de FORMATIONS COURTES
thèmes pour les Maîtrise de l’énergie
formations de 1 à Énergétique du Bâtiment
5 journées Solaire Thermique
Solaire Photovoltaïque

Public concerné Maîtres d'Ouvrages Publics et Privés, Collectivités


BET, Architectes
Exploitants, Installateurs
Créateurs d'Entreprise Solaire, tous les Acteurs du Solaire
Demandeurs d'Emploi

Les Compagnons du Solaire


Savoie-Technolac – Module B 27, allée du Lac-d’Aiguebelette – BP 271 73375 Le Bourget-du-Lac
Tél. : 04 79 26 44 68
www.lescompagnonsdusolaire.com
Présentation de Cette initiative privée est le fait de quelques professionnels, engagés depuis des années dans la
la structure promotion des énergies renouvelables, qui ont fait le constat de l’urgence à rendre plus compétents
les artisans travaillant dans le champ des énergies solaires. L'Ecole de formation les Compagnons du
Solaire est régie par la loi de juillet 1901 (association à but non lucratif). La mission du centre de
formation est de former des spécialistes de terrain aux métiers du solaire grâce à une formation
technique et éthique.
Aujourd'hui, les Compagnons du solaire souhaitent fédérer tous les acteurs (installateurs, industriels,
institutionnels, branche professionnelles) participant au développement de l'énergie solaire en France
afin de former de véritables références en termes de professionnels de terrain, maîtrisant les
différentes technologies solaires présentes sur le marché.
FORMATION PROFESSIONNELLE LONGUE
CQP Technicien mainteneur en systèmes solaires thermique et photovoltaïque
Objectifs Cette école a créé la première formation longue totalement dédiée à la mise en œuvre d’installations
solaires. Les métiers ciblés sont : installateur chef d’équipe, service de maintenance, création
d’entreprise.
Public concerné Des pré-requis dans le secteur technique (thermique, électricité et/ou technique du toit) sont
obligatoires.
Validation Cette école a été la première (fin mars 2006) à délivrer le Certificat de qualification professionnelle
(CQP) de Technicien mainteneur en systèmes solaires thermique et photovoltaïque.
Déroulement Une session de 8 mois organisée tous les ans (525 h en centre et 525 h en entreprise). La 7ème
promotion d’une quinzaine de stagiaires sera accueillie en février 2009.

Des offres de FORMATIONS COURTES


L’école propose également des formations courtes de 1 à 3 jours sur la pose des installations solaires
thermiques et photovoltaïques.
Néopolis
Rovaltain TGV - 1 rue Marc Séguin - BP 16127 - ALIXAN - 26958 VALENCE CEDEX 9
Tél : 04 75 78 67 35 Responsable FORMATION : Chantal RIEUX
www.neopolis.fr
Présentation de La création de Néopolis découle d’une prise de conscience des problèmes environnementaux au
la structure niveau planétaire : urgence de modifier profondément et quotidiennement notre mode de production
comme de consommation. Cette réflexion est une initiative du président de la Chambre du Commerce
et de l’Industrie de la Drôme, personnalité particulièrement engagée et sensibilisée aux questions
énergétiques. Ancien dirigeant d’une entreprise de chauffage et d’électricité et ancien président de la
fédération du BTP de Drôme- Ardèche de 1985 à 1998, Jean-Marie BUSSEUIL représente
parfaitement la figure du pionnier qui souhaite voir opérer des changements de comportement chez
les professionnels et qui considère dans ce contexte le domaine de la formation comme un outil
indispensable.
NÉOPOLIS, pôle formation dédié au “développement soutenable” a ciblé deux grandes thématiques :
le Management Environnemental et la Construction durable.
Management Environnemental : pour une entreprise ou un organisme, le
management environnemental correspond à la mise en place d’une
nouvelle ” culture d’entreprise “, s’appuyant sur le respect de
l’environnement et une réflexion sociale globale dans un souci d’efficacité
économique.
La construction durable : il s’agit d’agir sur les pratiques des acteurs de la
construction pour maîtriser la consommation de l’énergie et de l’eau dans
le bâtiment.
Deux projets conduits par Néopolis, illustrant son esprit novateur et pionnier.
1 – Eco-Ingénierie : projet financé par le Fonds Social Européen (objectif 2), la Région Rhône-Alpes et la CCI de la Drôme,
pour la rédaction d’un référentiel métier et de formation de conducteur de travaux en construction bois
2 – WOOD EMC² : projet financé par le programme Européen Leonardo Da Vinci et la CCI de la Drôme, pour l’adaptation au
contexte européen des deux référentiels créés et l’écriture des règles de certification européenne. Les entreprises
européennes recrutant des personnes titulaires de cette certification auront la garantie que leurs compétences ont été
validées selon un processus répondant à leurs attentes.
Les référentiels produits lors de ces deux projets ont été repris dans le dossier d’homologation de licence professionnelle, et
présentés par l’Université Joseph Fourier et Néopolis au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Les stagiaires qui se destinent à entrer en CAP ont des profils variés, de tous âges et de tous niveaux allant de la sortie du
système scolaire en fin de seconde et à Bac plus, certains sont déjà établis comme artisans, d’autres sont en période de
professionnalisation. Les promotions sont restreintes à 10 à 12 personnes par an. Néopolis travaille avec le réseau local des
missions locales et avec l’ANPE qui leur envoient les stagiaires. Les pré-requis sont très bas puisqu’il s’agit pour les
candidats de maîtriser l’écriture, la lecture, le calcul et un peu de géométrie.
FORMATION PROFESSIONNELLE LONGUE
Le recrutement est national (1/4 à 1/3 hors région Rhone-Alpes) et le nombre de candidatures est près
de 10 fois supérieur aux possibilités d’inscription.

Pré qualification « Les métiers de la construction Bois » NEOPOLIS


Objectifs Découvrir et confirmer un projet professionnel dans les métiers de la construction bois (charpente,
menuiserie, constructeur bois)
Aborder les connaissances de bases afin de préparer une formation qualifiante et un emploi
Découvrir les métiers au travers de chantiers pédagogiques
Valoriser un matériau exceptionnel et d’avenir : le bois
PUBLIC CONCERNE :

Public concerné Stagiaires (niveau 3ème) en recherche d’orientation professionnelle


Validation Spécialisations accessibles Post-FORMATION : CAP Charpente, Menuiserie ou Construction Bois
Déroulement 10 semaines en centre (à Néopolis et au CFPF de Chateauneuf du Rhône) et 5 semaines en
entreprise. Une session a eu lieu chaque depuis 2006.

Conduite de travaux en construction bois NEOPOLIS


Objectifs Assurer des garanties organisationnelles et financières pour les projets de construction bois.
Optimiser la gestion, l’organisation et la maîtrise technologique des chantiers de construction bois, de
la conception à la réalisation.
Améliorer la qualité de la relation entreprise / maîtrise d’œuvre / bureau d’étude
Public concerné Salariés et chefs d’entreprises du secteur du Bâtiment ou de la construction bois.
Techniciens, ingénieurs et chefs de service d’administration chargés de la gestion de projets de
construction.
Techniciens, ingénieurs de sociétés de maîtrise d’ouvrage chargés de la gestion de projets de
construction
Validation Elle est désormais reconnue en tant que Licence Professionnelle.
Pour les étudiants qui n’entrent pas dans le cadre de la licence, un Certificat Consulaire de conduite
de travaux en construction bois est délivré s’ils réussissent l’ensemble des épreuves
Déroulement La Formation s’échelonne sur un an et se déroule à Valence (en partenariat avec l’université Paul
Fourrier de Grenoble). et accueillera une nouvelle promotion à partir de novembre 2008.

Technico-commercial « vendeur conseiller en éco-matériaux » NEOPOLIS


Objectifs Se former à la vente de produits écologiques du bâtiment : matériaux de construction et systèmes
Connaître les différents produits, matériaux et conseiller leur mise en œuvre
Savoir élaborer une démarche commerciale globale en faveur des produits respectueux de
l’environnement
Public concerné niveau bac minimum ou expérience professionnelle
Validation 2 blocs de compétences du Titre de niveau III des Chambres de Commerce et
d’Industrie « gestionnaire d’unité commerciale »
Déroulement 650 heures en centre et 175 heures en entreprise, modules thématiques accessibles à la carte

Eco-construction « éco-bâtisseurs » NEOPOLIS


Objectifs Se former aux techniques de mise en œuvre d'éco-matériaux
Connaître les différents produits, matériaux
Réaliser des chantiers à faible nuisance environnementale
Public concerné niveau V et expérience professionnelle dans le bâtiment
Validation formation qualifiante (CAP maçonnerie traditionnelle)
Déroulement La prochaine session va se dérouler sur 18 mois suivant le principe de l’alternance (4 semaines en
entreprise et 2 semaines en centre de formation), modules thématiques accessibles à la carte
Des offres de FORMATIONS COURTES NEOPOLIS
Utilisation de l'énergie solaire active pour la production d'eau chaude (CESI)
Utilisation de l'énergie solaire active pour la production d'eau chaude et chauffage
Energie solaire pour eau chaude et/ou chauffage
thèmes pour les Pour une ventilation et un chauffage raisonnés
formations de 1 à Conception de bâtiments à faible consommation énergétique
5 journées Techniques de construction bois en panneaux massifs et isolation par l'extérieur
Les isolants naturels
Bioclimatisme
Les différents types de Chaux
Techniques de mise en œuvre de chanvre banché, de briques monomur
Techniques de mise en œuvre de briques de chanvre
Techniques de remplissage paille
Enduit intérieur terre paille (formation d'une semaine sur chantier pédagogique à Saint Antoine
d'Abbay -38)
Toitures végétalisées
Construire un mur en pisé

Public concerné Professionnels Génie climatique/plomberie


Responsables techniques des collectivités territoriales
Négociants et installateurs

OÏKOS, la maison, son environnement


150, rue du 4 août 1789 - 69100 VILLEURBANNE
Tél. : 04 78 94 97 97 Responsable Formation : Claude Doineau
www.oikos-ecoconstruction.com
Présentation de 16 ans d’expérience dans le bâti écologique et une équipe de 6 salariés pour 3 missions
la structure Informer : accompagnement de projets, tenu de permanences d'informations, présence sur des
salons, organisation de conférences, gestion de notre centre de documentation
Éduquer : animations auprès des enfants, des adolescents et des adultes --> organisation de
chantiers, de demi-journée de sensibilisation,...
Former : organisation de formations à l'éco-construction pour les professionnels du bâtiment et
pour les particuliers
Oïkos est soutenu à 50% dans ses actions par la Région Rhône-Alpes et le Grand Lyon.

Des offres de FORMATIONS COURTES de 1 à 5 jours


en association avec le Greta du Roannais pour proposer des cycles de formations complets
L'éco-construction : connaissances techniques et arguments pour convaincre.
Le développement durable appliqué à la construction
Performance énergétiques des bâtiments, éco-matériaux : les démarches existantes.
Stratégie Environnementale en Réhabilitation
Les éco-matériaux : les critères de choix
Comment convaincre son futur client ?
L'ossature bois et remplissage bottes de paille
La chaux pour les bétons et enduits
La terre
Les peintures naturelles : des produits sains et performants
Sources d’électricité
Installation électrique
L'eau
Assainissement Non Collectif ...
2. Les formations initiales post-Bac de niveau III et II
Prenant exemple des Licences déjà en place à Tarbes, Montluçon, Lorient, Angers, à Alfortville ou en
Corse, les thèmes des EnR et de la MdE se sont d’abord affirmés au niveau III, suscitant au cours de
ces 3 dernières années la création d’un grand nombre de Licence Professionnelle totalement
spécialisée (ou donnant une large place à ces thèmes).

Ce rapport répertorie d’abord les BTS et DUT orientés « Bâtiment », « Energie » ou « Electricité »,
répartis sur l’ensemble du territoire. A ce niveau de formation, aucun n’est totalement dédié à MdE et
EnR.
A noter les deux BTS technico-commercial qui sont orientés sur le thème du Développement Durable (à
Romilly/Seine – 10 et à Passy – 74).

Puis les licences professionnelles entrant dans le champ de cette étude sont listées. Si les licences
« Energie » qui ont été créées sont nombreuses à apporter des réponses aux perspectives ouvertes par
le Grenelle de l’Environnement, il n’en va pas de même pour la plupart des licences de la famille du
bâtiment : elles restent inscrites dans le schéma classique de la construction. : la licence « Conduite de
travaux en construction bois » initiée par NEOPOLIS (dans la Drôme) en partenariat avec l’université
Paul Fourrier de Grenoble constitue l’une des exceptions.
Côté « Commerce » seules 3 licences sont spécialisées soit sur les matériels thermiques, soit sur les
« solutions durables ».
Formations de Niveau III (BTS et DUT) orientées sur les thèmes du bâtiment et/ou
de l’énergie

Les BTS et DUT orientés « ENERGIE », à la fois thermique et électrique

A B C D
BTS - FEE 10 TROYES Lycée Saint Joseph X
Fluides, Energies, 21 DIJON Lycée Hippolyte Fontaine X X X
38 St MARTIN d’Hères CFP Charmilles X
Environnements
38 SASSENAGE Lycée Roger Deschaux X
Option A 51 REIMS Lycée F. Arago X
Génie sanitaire et thermique 54 BOSSERVILLE Lycée Technique StMichel X X
57 TALANGE Lycée Gustave Eiffel X
Option B 67 OBERNAI CFA Lycée Paul-Emile Victor X
Génie climatique 67 ILLKIRCH CFA de l’Artisanat X X X
68 CERNAY CFA du Lycée Gustave Eiffel X X X
Option C 69 LYON CFA privé de l’AFPM X
Génie frigorifique 69 LYON Lycée La Martinière Montplaisir X X
70 HERICOURT Lycée Louis Aragon X X
Option D également à 06-Antibes, 13-Marseille, 13-Vitrolles, 14-Caen, 17-LaRochelle, 22-Dinan, 29-
Maintenance et gestion des Brest, 30-Nimes et Alès, 31- Toulouse, 32-Auch, 34-Montpellier, 35-Rennes, 44-Nantes et
systèmes fluidiques et énergétiques StEtienne de Montluc (CNFA Edf-Gdf), 45-StJean de Braye, 46-Souillac, 49-Angers Cholet et
Beaupreau, 56-Lorient, 59-Lille et Douai, 62-Boulogne sur Mer, 64-Anglet, 75-Paris (3), 76-
StEtienne du Rouvray, 77-Noisiel, 78-Villiers StFrédéric, 80-Amiens, 85-LaRoche sur Yon, 93-
Noisy le Grand, 94-Alfortville, 95-Cergy, Martinique, Réunion

DUT – GTE 01 BOURG en Bresse IUT Lyon 1


Génie Thermique et http://iuta.univ-lyon1.fr
38 St MARTIN d’Hères IUT Grenoble 1
Energie www-iut.ujf-grenoble.fr
54 COSNES-et-Romain IUT Henri Poincaré (Nancy)
www.iut-longwy.uhp-nancy.fr
68 COLMAR IUT de Colmar
www.iutcolmar.uha.fr
90 BELFORT IUT de Belfort
www.iut-bm.univ-fcomte.fr
(également à Dunkerque, Evry-Bretigny, Lorient, Marne la vallée, Marseille, Montluçon, Nantes,
Pau, Poitiers, Rouen, Saint-Lo, Ville d’Avray)

DUT – Génie Civil 51 REIMS IUT Léonard de Vinci


Option génie climatique et www.univ-reims.fr
équipements du bâtiment 67 ILLKIRCH-Graffenstaden IUT Robert Schuman
www.iut-schuman.u-strasbg.fr
BTS Technico-commercial
Option Technologie et 10 ROMILLY/Seine Lycée Joliot-Curie
développement durable
Qualité environnementale, 74 PASSY Lycée du Mont-Blanc
développement durable, maîtrise http://btstcmontblanc.org
de l'énergie et environnement Coordonatrice Claire MOREAU
alpin Tel: 04 50 78 14 43

Les BTS et DUT orientés « ELECTRICITE »

Compte tenu du champ très vaste des techniques et des applications qui sont abordés par ces BTS et
DUT, les problématiques des nouvelles exigences de l’énergie dans le bâtiment ne semblent pour
l’instant les concerner que marginalement.

BTS Electrotechnique : il est très répandu sur tout le territoire national

DUT Génie électrique et informatique industrielle : il est présent dans l’Est de la France à 10-
Troyes, 38-Grenoble, 38-L’isle d’Abeau, 42-Saint Etienne, 54-Nancy, 54-Longwy, 67-Haguenau, 68-
Mulhouse, 69-Lyon, 71-Le Creusot, 74-Annecy, 88-Saint-Dié, 90-Belfort,
Les BTS et DUT orientés « BATIMENT »

BTS Bâtiment 21 DIJON Lycée les Marcs d’Or


25 BESANCON LP Pierre Adrien PARIS
38 SASSENAGE Lycée Roger Deschaux
51 REIMS Lycée François Arago
54 LAXOU Lycée E. Héré
67 ILLKIRCH Lycée Le Corbusier
69 LYON Lycée La Martinière Montplaisir
74 PRINGY Lycée Louis Lachenal
(également à 06-Antibes, 11-Castelnaudary, 13-Marseille, 14-Caen, 22-StBrieuc, 29-
Brest, 30-Nimes, 32-Auch, 33-Bordeaux, 35-Rennes, 37-Joué les Tours, 44-Nantes,
59-Lomme, 60-Beauvais, 63-Riom, 64-Anglet, 75-Paris, 76-Rouen, 77-Provins, 85-
LaRoche sur Yon, 91-Bretigny, 94-Vincennes, Martinique, Réunion)
BTS Charpente- 01 CORMARANCHE en MFREO
Couverture Bugey
39 MOUCHARD Lycée des métiers du bois

(apparemment les 2 seuls)


BTS - SCBH 23 FELLETIN Lycée des métiers du bâtiment
Systèmes constructifs bois & 39 MOUCHARD Lycée des métiers du bois
habitat 42 SAINT-ETIENNE Lycée Benoit Fourneyron
42 MONTBRISON MFREO Le Parc
52 CHAUMONT Lycée Charles de Gaulle
74 PRINGY Lycée Louis Lachenal
88 REMIREMONT Lycée André Malraux
au total 13 lieux de formation

BTS Enveloppe du 51 REIMS 51- Lycée François Arago


Bâtiment, Façade, 57 TALANGE 57- Lycée Gustave Eiffel
Etanchéité (également 13-Marseille, 23-Felletin, 32-Auch, 34-Nîmes, 59-Lille, 64-Anglet, 75-
Paris, 76-StEtienne du Rouvray)
BTS Aménagement- 23 FELLETIN Lycée des métiers du bâtiment
Finitions
77 CONGIS sur Thérouanne Lycée du Gué

22 PLERIN AFOBAT des Côtes d’Armor


BTS Etude et Economie de 51 51-REIMS Lycée François Arago
la Construction 54 LAXOU Lycée E. Héré
67 ILLKIRCH Lycée Le Corbusier
69 LYON Lycée La Martinière Montplaisir
(également à 06-Antibes, 14-Caen, 17-Royan, 19-Egletons, 22-Saint-Brieuc, 26-Die,
31-Gourdan-Polignan, 33-Bordeaux, 34-Nîmes, 37-Joué les tours, 59-HéninBeaumont
et Lille, 64-Anglet, 75-Paris, 85-La Roche/Yon, 91-Bretigny/Orge, 94-StMaur des
Fossés et Vincennes, Guadeloupe, Réunion)

BTS Agencement de 25 BESANCON Lycée Claude-Nicolas LEDOUX


l’Environnement 29 LANDERNEAU Lycée de l’Elorn
42 SAINT-ETIENNE Lycée Benoit Fourneyron
Architectural
59 LILLE Lycée Jean Prouvé
69 LYON Lycée La Mache
75 PARIS Lycée Boulle
76 LE HAVRE Lycée Auguste Perret
Formations de Niveau II (Licence professionnelle) orientées sur les thèmes du
bâtiment et/ou de l’énergie

Ne prétendant toutefois pas à l’exhaustivité, l’extraction ci-après est réalisée à partir d’une liste des
licences professionnelles, toutes disciplines confondues disponible sur le site
www.sup.adc.education.fr/lplst/lp-crp_dn.htm ).
Les lignes sur fond de couleur concernent les licences en Franche-Comté et dans les régions voisines.

Licences professionnelles en GENIE CIVIL, CONSTRUCTION, BOIS

BATIMENT ET CONSTRUCTION
Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée
MAINTENANCE ET REHABILITATION NANTES IUT DE SAINT-NAZAIRE
BOIS ET CONSTRUCTIONS BORDEAUX 1 IUT
DROIT ET TECHNIQUES DU MONTAGE
CUFR NIMES UFR DROIT U NÎMES
D'OPERATIONS DE CONSTRUCTION
MANAGEMENT ET INGENIERIE DES IUT DÉPT GÉNIE MÉCANIQUE IUP ADMINISTRATION ET
EVRY
ENTREPRISES DE FACADES ET PRODUCTIQUE GESTION DES PME-PMI
CONDUITE DE PROJETS DE
BÂTIMENT, CONDUITE DE PROJETS
DE TRAVAUX PUBLICS, CONDUITE DE GRENOBLE 1 IUT 1 GRETA SUD-ISERE
PROJETS EN THERMIQUE DU
BÂTIMENT
IUT (DÉPTS GTE, GMP &
UFR SYSTÈMES
GEII)/UFR SC ECO &
MANAGEMENT ET GESTION DES INDUSTRIELS ET
PARIS 10 GESTION / IUP INGÉNIERIE
BATIS (FACILITIES MANAGEMENT) TECHNIQUES DE
DU MANAGEMENT / LYCÉE
COMMUNICATION
RASPAIL
GESTIONNAIRE ET RESPONSABLE IUP GENIE CIVIL ET
ANGERS
TECHNIQUE DES SITES IMMOBILIERS INFRASTRUCTURES
CONDUITE ET GESTION DE PROJETS
LE HAVRE IUT DÉPT GÉNIE CIVIL
BTP
RISQUES, CONSTRUCTION ET
ORLEANS IUT DE BOURGES
ENVIRONNEMENT
LYCÉE TECHNIQUE
- MAINTENANCE ET RÉHABILITATION -
NANCY 1 IUT NANCY-BRABOIS REGIONAL EMMANUEL
GESTION TECHNIQUE ET SÉCURITÉ
HÉRÉ
GESTION TECHNIQUE DU PATRIMOINE IUT DEPARTEMENT GENIE
CERGY-PONTOISE GRETA TOP BESSIERES
IMMOBILIER CIVIL
UFR SCIENCES ET
MANAGEMENT, REPRISE ET
PAU TECHNIQUES DE LA COTE LYCEE CANTAU
CREATION DE PME DU BTP
BASQUE
EXPERT EN DIAGNOSTIC DE
L'IMMOBILIER ET PHATOLOGIES DU NANTES IUT SAINT-NAZAIRE
BATIMENT
DROIT ET TECHNIQUES DES IUT DE SAINT-NAZAIRE,
UFR DROIT ET SCIENCES
MONTAGES D'OPÉRATIONS DE NANTES CNAM DE LOIRE-
POLITIQUES
CONSTRUCTION ATLANTIQUE
UFR SCIENCES EXACTES
GÉNIE CLIMATIQUE ET ÉQUIPEMENTS
REIMS REIMS ET NATURELLES - LYCÉE
DU BATIMENT
FRANÇOIS ARAGO REIMS
1/4 CHEF DE PRODUIT POUR LA
FILIERE BOIS 2/4 CHARGE D'AFFAIRE INSTITUT DE SC. ET
LYCÉE JEAN PROUVE
POUR LA FILIERE BOIS 3/4 CHEF DE VALENCIENNES TECHNIQUES DE
59463 LOMME
CHANTIER 4/4 ECONOMISTE DE LA VALENCIENNES (ISTV)
CONSTRUCTION
CHOIX CONSTRUCTIFS ET UFR SCIENCES, IUT OISE,
AMIENS IUT AMIENS
DURABILITE DES OUVRAGES LYCEE P.LANGEVIN
PÔLE SCIENCES ET
ÉCONOMIE DE LA CONSTRUCTION CNAM PARIS TECHNIQUES
INDUSTRIELLES
LYCÉE FRANÇOIS
ECONOMIE DE L'AGENCEMENT MARNE LA VALLEE IUT DE MARNE LA VALLEE MANSART (SAINT MAUR),
ECOLE BOULLE PARIS
DIAGNOSTIC, MAINTENANCE,
LIMOGES IUT DU LIMOUSIN
RÉHABILITATION DES BÂTIMENTS
CHARGÉ D'AFFAIRES EN PEINTURE,
DÉCORATION, AMÉNAGEMENT ET LE MANS IUT LAVAL - UCO LAVAL
FINITION
CONDUCTEUR DE TRAVAUX EN LYCEE FRANCOIS
MARNE LA VALLEE IUT MARNE LA VALLEE
MAISON INDIVIDUELLE MANSART (ST MAUR)
BUREAU D'ÉTUDES ET CONCEPTION UFR SCIENCES ET
CERGY-PONTOISE
TECHNIQUE TECHNIQUES
UFR, IUT, SERVICE DE
FORMATION CONTINUE,
MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL
UFR SCIENCES ET SUFCEP LYCEE
ET QUALITE GLOBALE DE LA BREST
TECHNIQUES PROFESSIONNEL DUPUY
CONSTRUCTION
DE LOME UFR MEDECINE
IUT DE BREST
UFR HISTOIRE ET
GEOGRAPHIE - UFR
CONSTRUCTION DURABLE HABITAT FACULTE DES SCIENCES
ARTOIS SCIENCES JURIDIQUES ET
ET ENVIRONNEMENT URBAIN APPLIQUEES
POLITIQUES - IUT DE
BETHUNE
UFR LETTRES ET
IUT DE CERGY-PONTOISE :
PRESERVATION ET MISE EN VALEUR SCIENCES HUMAINES, UFR
CERGY-PONTOISE DEPARTEMENT DE GENIE
DU PATRIMOINE BATI SCIENCES ET
CIVIL
TECHNIQUES
REHABILITATION DES BATIMENTS LYON 1

BOIS et AMEUBLEMENT
Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée
INSTITUT FRANCILIEN
D'INGENIERIE DS
CHARGE D'AFFAIRES EN
MARNE LA VALLEE IUT MARNE LA VALLEE SERVICES, ECOLE BOULLE
AGENCEMENT
75012 PARIS, CHAMBRE
FRANCAISE DE L'AGENC
ECOLE NATIONALE
SUPERIEURE DES AFPIA LIFFOL LE GRAND
AMEUBLEMENT NANCY 1
TECHNOLOGIES ET (88)
INDUSTRIES DU BOIS
ECOLE NATIONALE
CHARGE DE PROJETS EN SUPERIEURE DES
NANCY 1 IUT NANCY-BRABOIS
CONSTRUCTION BOIS TECHNOLOGIES ET
INDUSTRIES DU BOIS
TECHNIQUES ET MANAGEMENT DANS UFR DES SCIENCES ET IUT DE BESANCON, LYCEE
BESANCON
LES INDUSTRIES DU BOIS TECHNIQUES DU BOIS DE MOUCHARD

GENIE CIVIL et CONSTRUCTION


Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée
ENVIRONNEMENT ET CONSTRUCTION LA ROCHELLE IUT DE LA ROCHELLE UFR SCIENCES
I.A.E. (U STRG 3), LYCÉE LE
CORBUSIER D'ILLKIRCH,
CONSTRUCTION ET AMENAGEMENT.
STRASBOURG 3 IUT ROBERT SCHUMAN CENTRE DE FORMATION
ENERGIES ET CONFORT
DES APPRENTIS
D'ESCHAU, ENSAIS
1/2 ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION
LYON 1 IUT A LYON 1
2/2 REHABILITATION DES BATIMENTS
GENIE CIVIL ET CONSTRUCTION EN INSTITUT D'ENSEIGNEMENT
ANTILLES GUYANE
ZONE INTERTROPICALE SUPERIEUR DE GUYANE
LYCEES DE BRAS PANON,
DE BOIS D'OLIVES À SAINT-
HABITAT, ENERGIE, ENVIRONNEMENT LA REUNION IUT DE SAINT PIERRE
PIERRE ET LYCÉE DU
PORT
GESTION DE LA PRODUCTION EN UFR PHYSIQUE-CHIMIE-
TOULOUSE 3 IUT A TOULOUSE
GENIE CIVIL AUTOMATIQUE
PROJETEUR CAO-DAO, MULTIMEDIA
IUT DE NÎMES 9 RUE JULES ECOLE D'ARCHITECTURE
DANS LE BATIMENT ET LES TRAVAUX MONTPELLIER 2
RAIMU 30900 NIMES CEDEX LANGUEDOC ROUSSILLON
PUBLICS
MANAGEMENT DU RISQUE BORDEAUX 1 IUT BORDEAUX 1
ECOLE DU BATIMENT ET
DES TRAVAUX PUBLICS
ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION EN INSTITUT FRANCIEN DES
MARNE LA VALLEE EBTP, UNIVERSITE
CONTEXTE EUROPEEN GEOSCIENCES
CENTRAL LANCASHIRE
(GB)
CONDUCTEUR DE TRAVAUX
GESTIONNAIRE DE LA PRODUCTION RENNES 1 IUT DE RENNES
DANS LES INDUSTRIES DU BTP
GÉNIE CLIMATIQUE À QUALITÉ IUT A LYON 1 DEPARTEMENT
LYON 1
ENVIRONNEMENTALE GENIE CIVIL
GESTION DE TRAVAUX ET I.U.T. UNIVERSITÉ DE
PERPIGNAN
ENCADREMENT DE CHANTIER PERPIGNAN
SPECIALITE 1 : GESTION DES UFR SCIENCES
ENTREPRISES DE BATIMENT ET ECONOMIQUES ET
REIMS REIMS
TRAVAUX PUBLICS - SPECIALITE 2 : GESTION - IUT TROYES-
ETUDE DE PRIX LYC ARAGO REIMS
MÉTIERS DE LA CONSTRUCTION ET
DE L'ENVIRONNEMENT, CONTRÔLE ET
IUT NÎMES 8 RUE JULES
EXPERTISE DU BÂTIMENT, TRAVAUX MONTPELLIER 2 LYCÉE DE LA SALLE ALES
RAIMU 30907 NÎMES CEDEX
PUBLICS ET ENVIRONNEMENT,
BÂTIMENT ET ENVIRONNEMENT
MANAGEMENT DE LA CONDUITE DE INSTITUT FRANCILIEN DES
MARNE LA VALLEE CFA DESCARTES
TRAVAUX EN BÂTIMENT GEOSCIENCES
ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION BORDEAUX 1 IUT UNIVERSITE BORDEAUX1
LYCEE JEAN HINGLO
BATIMENT, TRAVAUX PUBLICS LA REUNION IUT SAINT-PIERRE
LYCEE PAUL MORAU
INFRASTRUCTURES ROUTIERES ET
CORSE IUT UNIVERSITE DE CORSE
DE TRANSPORT
LYCEE L. LACHENAL
RESPONSABLE DE SITE DE (ARGONNAY)- TETRAS
CHAMBERY IUT - 74 ANNECY-LE-VIEUX
PRODUCTION DU BATIMENT (ANNECY)
SUFCEP(ANNECY)
CONDUITE DE TRAVAUX EN TRAVAUX
GRENOBLE 1 IUT 1 GRETA SUD-ISERE
PUBLICS
CFA GUSTAVE EIFFEL
INSTITUT FRANCILIEN DES
(MONTROUGE), LYCEE
PROJETEUR EN BUREAUX D'ETUDES MARNE LA VALLEE SCIENCES APPLIQUEES
JEAN MONNET
(IFSA)
(MONTROUGE)
METIERS DE LA CONSTRUCTION ET
IUT NIMES 8 RUE JULES
DE L'ENVIRONNEMENT : TRAVAUX MONTPELLIER 2 LYCEE DE LA SALLE ALES
RAIMU 30907 NIMES CEDEX
PUBLIC ET ENVIRONNEMENT

STRUCTURES METALLIQUES
Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée
IUT DE NIMES 8 RUE JULES LYCEE JEAN BAPTISTE
ASSEMBLAGES SOUDES MONTPELLIER 2
RAIMU 30900 NIMES CEDEX DUMAS ALÈS
MÉTALLURGIE - MISE EN FORME - IUT,AVENUE ARISTIDE- LYCÉE PAUL-CONSTANS -
CLERMONT-FERRAND 2
SOUDAGE BRIAND 03100 MONTLUCON 03100 MONTLUCON
DÉPARTEMENT
- IUP CALAIS - SERVICE DE
CONCEPTION ET CALCULS ASSISTÉS ELECTRONIQUE,
LITTORAL FORMATION CONTINUE :
PAR ORDINATEUR ELECTROTECHNIQUE ET
CUEEP
AUTO
Licences professionnelles en ELECTRICITE - ELECTRONIQUE

ELECTRICITE et ELECTRONIQUE
Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée
CONCEPTION ET MANAGEMENT EN INSTITUT D'ADMINISTRATION LYCEE ASSOMPTION
LYON 3
ÉCLAIRAGE DES ENTREPRISES BELLEVUE
UFR DE FORMATION
ELECTRICITE ET ELECTRONIQUE FACULTÉ DES SCIENCES ET PROFESSIONNELLE, LYCEE
AIX-MARSEILLE 3
APPLIQUEE AU BATIMENT TECHNIQUES PIERRE GILLES DE GENNES
DIGNE LES BAINS
QUALITÉ ET MAÎTRISE DE L'ÉNERGIE INSTITUT PROFESSIONNEL DES LYCÉE LOUIS COUFFIGNAL
STRASBOURG 1
ÉLECTRIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIE DE STRASBOURG
MAITRISE ET QUALITÉ DE L'ÉNERGIE SCIENCES EXACTES ET
REIMS ROOSEVELT REIMS
ÉLECTRIQUE NATURELLES REIMS
SYSTÈMES AUTOMATISÉS ET RÉSEAUX
UFR SCIENCES UM2, CUFR
INDUSTRIELS; ELECTROTECHNIQUE MONTPELLIER 2 IUT NIMES 8 RUE J. RAIMU
NÎMES, CREUFOP UM2
ELECTRONIQUE DE PUISSANCE
CHARGE D'AFFAIRES EN INGENIERIE
LYON 1 IUT B
ELECTRIQUE
ELECTROTECHNIQUE ET ÉLECTRONIQUE
AIX-MARSEILLE 3 IUT DE MARSEILLE
DE PUISSANCE
ASSISTANT ET CONSEILLER TECHNIQUE YCÉE JOLIOT CURIE -
EN ENERGIE ELECTRIQUE ET RENNES 1 IUT RENNES RENNES ENS CACHAN :
RENOUVELABLE (ACTEER) ANTENNE DE BRETAGNE
INGÉNIERIE INTÉGRÉE POUR LA
CONCEPTION ET LA GESTION DES
UFR SCIENCES ET
SYSTEMES A ENERGIES ALTERNATIVES LE HAVRE
TECHNIQUES
www.univ-
lehavre.fr/enseign/fst/fiches_fst/licp_sera.pdf
MAINTENANCE des SYSTEMES PLURI-TECHNIQUES
Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée
SYSTEMES ENERGETIQUES ET
THERMIQUES / TECHNIQUES AVANCEES PARIS 12 IUT SEINE ET MARNE SUD UFR SCIENCES
EN MAINTENANCE
SCIENCES et TECHNIQUES INDUSTRIELLES
Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée
ENERGIE – ELECTROTECHNIQUE –
DEVELOPPEMENT DURABLE
OPTION « Energie éolienne et CNAM LORRAINE Lycée à VERDUN (55)
photovoltaique »
www.cnam-lorraine.fr
ENERGIES RENOUVELABLES
Lycée LA PROVIDENCE à
Energie éolienne et photovoltaique CNAM PICARDIE
AMIENS
www.cnam.fr/picardie
ENERGIE – ELECTROTECHNIQUE –
DEVELOPPEMENT DURABLE
OPTION « Energie éolienne et
photovoltaique » CNAM Rhône-Alpes Lycée ASTIER à AUBENAS (07)
www.cnam-
lyon.org/lyon/pdf/diplomes/LG009%20eolienne
.pdf
Licences professionnelles en ENERGIE et GENIE CLIMATIQUE

Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée


UFR PHYS-CHIMIE-
SCIENCES ET TECHNOLOGIES DES AUTOMATIQUE; LYCEE
ENERGIES RENOUVELABLES TOULOUSE 3 IUT TARBES PROF. SIXTE VIGNON
http://licence-ster.iut-tarbes.fr TARBES; ASSOCIATION
CIEN
UFR SCIENCES ET
FROID, CLIMATISATION ET CONTROLE TECHNIQUES (IUP GENIE
DE SERVICE, SERVICES PAU IUT DES PAYS DE L'ADOUR DES SYSTEMES
ENERGETIQUES INDUSTRIELS); SERVICE
FORMATION CONTINUE
LYCÉE JB DE BAUDRE;
SERVICES ENERGETIQUES, GENIE
BORDEAUX 1 IUT BORDEAUX 1 INSTITUT DE
CLIMATIQUE ET AMBIANCES
DÉVELOPPEMENT LOCAL
LYCÉEE EIFFEL
GENIE CLIMATIQUE ET FROID TALANGE(57); HAUTE
NANCY 1 IUT DE LONGWY
INDUSTRIEL ÉCOLE R.SCHUMANN
ARLON (BELGIQUE)
GESTION ET MAINTENANCE DES
AIX-MARSEILLE 3 IUT DE MARSEILLE LYCÉE DENIS DIDEROT
INSTALLATIONS ENERGETIQUES
CHARGE D'AFFAIRES EN GENIE LYCEE PIERRE MENDES-
RENNES 1 IUT DE RENNES
CLIMATIQUE FRANCE RENNES
IUP GÉNIE DES SYSTÈMES
GESTIONNAIRE ÉNERGIES BRETAGNE-SUD IUT LORIENT
INDUSTRIELS
UFR LETTRES ET
INSTALLATIONS ENERGETIQUES ET UFR SCIENCES EXACTES ET SCIENCES HUMAINES; UFR
ANTILLES GUYANE
ENVIRONNEMENT (I2E) NATURELLES DROIT ET SCIENCES
ECONOMIQUES
UNIVERSITE CATHOLIQUE
SCIENCES ET TECNOLOGIES DE LA
DE L'OUEST; INSTITUT
MAITRISE DE L'ENERGIE ET DES ANGERS UFR SCIENCES
D'ECOLOGIE APPLIQUEE;
ENERGIES RENOUVELABLES
LYCEE DE LA BARONNERIE
FROID ET CONDITIONNEMENT D'AIR GRENOBLE 1 IUT 1 GRENOBLE EN COURS AVEC LES
LYCÉES DE LA RÉGION
RHÔNE-ALPES
UFR SCIENCES ET
GESTION DE CHANTIER ET SÉCURITÉ LYCÉE ALFRED KASTLER /
LA ROCHELLE TECHNOLOGIE / IUP GÉNIE
EN GÉNIE CLIMATIQUE LA ROCHE SUR YON
CIVIL
GEFEN, LYCÉE M. PERRET
MAITRISE DE L'ÉNERGIE ET ÉNERGIES (94 - ALFORTVILLE), LE
MARNE LA VALLEE MARNE-LA-VALLÉE
RENOUVELABLES LYCÉE RENÉ CASSIN (77 -
NOISIEL)
VALORISATION DES ENERGIES
RENOUVELABLES ET TECHNIQUES POITIERS IUT DE POITIERS
ENERGETIQUES
MAITRISE DE L'ENERGIE ET ENERGIES LYCEE BOIS D'OLIVES
LA REUNION IUT SAINT-PIERRE
RENOUVELABLES LYCEE ROLAND GARROS
EXPERTISE ENERGETIQUE LYON 1 IUT A LYON 1
MAÎTRISE DE L'ÉNERGIE ET ÉNERGIES
AIX-MARSEILLE 3 IUT DE MARSEILLE
RENOUVELABLES http://lpmde.free.fr
GEFEN, LYCEE BRANLY
GESTION ET MAINTENANCE DES
MARNE LA VALLEE IUT DE MARNE LA VALLEE (CRETEIL), LYCEE PERRET
INSTALLATIONS ENERGETIQUES
(ALFORTVILLE)
TECHNOLOGIES DU FROID ET
PERPIGNAN UFR SEE
ENERGIES RENOUVELABLES
MAITRISE DE LA CONCEPTION DES UFR PHYSIQUE-CHIMIE-
INSTALLATIONS DE GENIE TOULOUSE 3 IUT A TOULOUSE 3 AUTOMATIQUE; LYCEE
CLIMATIQUE LOUIS VICAT DE SOUILLAC
POLE SCIENCES ET
CHARGE D'AFFAIRES EN THERMIQUE
CNAM PARIS TECHNIQUES UNIVERSITE D'ANGERS
DU BATIMENT
INDUSTRIELLES
SERVICES ENERGETIQUES BORDEAUX 1 IUT BORDEAUX 1 LYCEE JB DE BAUDRE
EFFICACITE ENERGETIQUE ET IUT EVRY BRETIGNY ATHIS- LYCEE CLEMENT ADER
EVRY
ENERGIES RENOUVELABLES MONS (ATHIS MONS)
CONDUITE ET GESTION
D'OPERATIONS EN THERMIQUE DU GRENOBLE 1 IUT 1
BATIMENT
ENERGIES NOUVELLES ET FACULTE DES SCIENCES ET
MULHOUSE
DEVELOPPEMENT DURABLE TECHNIQUES
SCIENCES ET TECHNOLOGIES DES
ENERGIES RENOUVELABLES : TOULOUSE 3 IUT TARBES
SYSTEMES ELECTRIQUES
TECHNICIEN ET CONSEILLER EN
LYCEE ARAGON DE
ENERGIES RENOUVELABLES BESANCON GRETA BESANCON
HERICOURT
www.greta.ac-besancon.fr
Présentation de la première licence créée en France et dédiée aux énergies renouvelables

IUT de Tarbes Université Paul-Sabatier Toulouse 3


57, av. d’Azereix – BP 1 624 65016 Tarbes Cedex
Tél. : 05 62 56 35 03
http://licence-ster.iut-tarbes.fr

La licence Sciences et Technologies des Energies Renouvelables -STER à TARBES


Depuis la rentrée 2007 elle est dédoublée entre chaleur et électricité.
La licence Ster-Systèmes électriques porte sur l’éolien, le photovoltaïque, la micro-hydraulique, la
maîtrise de la demande d’électricité…
Tandis que la licence Ster-Systèmes thermiques traite du solaire thermique, bois-énergie, biogaz,
efficacité énergétique des bâtiments…
Cette formation consacre 350 h d’enseignement aux renouvelables.
Le stage dure 16 semaines.

Métiers ciblés : chargé d’études, chargé d’affaires, gestionnaire de projet, économe de flux, animateur
énergie, chef d’équipe installation et maintenance.
À noter : chaque année, des stages sont menés dans des pays en développement. Un quart des
places de la licence sont disponibles pour la formation continue (CIF, demandeurs d’emploi, plan de
reconversion…).
Licences professionnelles en COMMERCE

Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée


Technico-commercial en services et
IUT 2 de Grenoble (Université IUT 1 de Grenoble (Université
matériels thermiques et énergétiques GRENOBLE 2
Pierre Mendes-France) Jean Fourier)
www.upmf-grenoble.fr
VENTE DE PRODUITS ET SERVICES LYCEE MAXIMILIEN PERRET
MARNE LA VALLEE IUT MARNE LA VALLEE
ÉNERGETIQUES (ALFORTVILLE) GEFEN
CHARGE D'AFFAIRES EN VENTE DE UFR DE SCIENCES SOCIALES
VERSAILLES SQ DE MANTES-EN-YVELINES
SOLUTIONS DURABLES ET HUMANITES

Licences professionnelles en GESTION de la PRODUCTION INDUSTRIELLE

Spécialisation(s) Etablissement Composante responsable Composante associée


ANIMATEUR QUALITE : bâtiment et travaux
CLERMONT-Fd2
publics
ANIMATEUR QUALITE : bâtiment et travaux
CORSE
publics
ANIMATEUR QUALITE : bâtiment et travaux
NANCY 1
publics
INGENIERIE DE LA METROLOGIE ET DE UFR STMIA; ECOLE SUP. DES
LA QUALITE; GESTION ET CONTROLE DE NANCY 1 IUT NANCY BRABOIS SCIENCES ET TECHNOLOGIES
L'ENERGIE ELECTRIQUE DE NANCY (ESSTIN)
CONDUITE ET MAINTENANCE DE
DUNKERQUE
SINSTALLATIONS ENERGETIQUES
ECO-CONCEPTION EN PRODUITS
INDUSTRIELS-ENERGIE- NANCY 2 EPINAL-88
ENVIRONNEMENT
RESPONSABLE DE PROJETS : GENIE
CLIMATIQUE, INTEGRATION DES
SYSTEMES AUTOMATISES ET CLERMONT-FD2 MONTLUCON
CONVERSION DE PUISSANCE, MAITRISE
DE L’ENERGIE ET ENVIRONNEMENT
LYCEE FRANCOIS MANSART
CONSTRUCTION BOIS ET UFR 1ER CYCLE SCIENCES ET
MARNE LA VALLEE 94211 SAINT MAUR LA
AMEUBLEMENT TECHNOLOGIES
VARENNE
3. Les formations de Niveau I orientées sur les thèmes du bâtiment et/ou
de l’énergie : « Master », « DESS », « Ingénieur »
Le développement qui suit présente une liste probablement assez complète de Master en lien avec
l’énergie et le bâtiment est présentée, complétée (sans prétention d’exhaustivité) par des DESS et
quelques formations d’ingénieur. Ces établissements d’enseignement à niveau Bac+5 développent en
outre progressivement dans le cadre de la formation continue des offres dédiées au x questions de
développement durable, de construction et d’énergie.

MASTER ou DESS orientés sur les thèmes du Bâtiment et/ou de l’Energie

• Master SEER "Systèmes Energétiques et Energies Renouvelables" (Corse)

Université de Corte Campus Grossetti


BP 52 – 20250 Corte
Tél. : 04 95 52 41 30 Responsable Philippe POGGI
www.univ-corse.fr

Le master SEER a été impulsé par l’équipe Énergies renouvelables du CNRS et de l’université de
Corse. Au programme : production et stockage d’énergie (éolien, solaire thermique, photovoltaïque, pile
à combustible), techniques expérimentales des renouvelables, politiques énergétiques…
Stage : 4 mois en 2ème année.
Métiers ciblés : ingénieur bureau d’études fluides, engineering et développement, industries, offices
régionaux ou nationaux…
À noter : la formation dispose d’un banc expérimental solaire thermique, d’une façade photovoltaïque,
ainsi que d’un banc expérimental éolien de 1 kW avec batteries et injection sur le réseau. Master
labellisé par le pôle de compétitivité Capenergies.
• Master IUP Génie des Systèmes Industriels - Spécialité Energies Solaires (66)
• Master Ecotechniques, spécialité VERDEC "Valorisation des Energies Renouvelables et des
DEChets " (73)
• Master Professionnel scientifique "Matériaux pour les Énergies Renouvelables et
l’Environnement (Mat’ERE)" (86)
• Master professionnel "Chimie-physique des Energies Décentralisées, Embarquées et
Renouvelables" (78)
• Master européen "Intégration de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables dans la
conception des bâtiments" (17)
• Master Technologies des systèmes hybrides de production d’électricité et chaleur (SYSPEC)
ENSAM Lille
• Mastère spécialisé "Energies Renouvelables et leurs Systèmes de Production" (2B) ENSAM
Bastia
• Master européen "Renewable Energy" (06)
• Master Ingénierie "Biomasse et déchets pour une Energie Sobre et Propre" (06)
• Master "Economie et Politique de l’Energie - Gestion des Nouvelles Technologies de l’Energie"
(75)
• Master OSE spécialisé "Ingénierie et Gestion de l’Energie" (06)
• Master « Management Durable de l’Energie, de l’Eau et des Déchets » (77)
• Master Habitat, Urbanisme et Transports durables (77)
• Master spécialisation "Energétique et Développement" (33)
• Mastère Ingénieur d’Affaires pour les Nouveaux Marchés de l’Energie
• DESS Energétique, Mention "Qualité des Services Energétiques" (33)
• DESS "Economie et Droit de l’Energie" (34)

Des formations « INGENIEUR » orientées sur les thèmes du Bâtiment et/ou de l’Energie

• Ingenieur ISUPFERE fluides énergies réseaux environnement Ecole des Mines et Gefen (94)

• Diplôme d'Université "Energies renouvelables et bâtiment" pour ingénieur ou bac+4 minimum.


Bâtiment Chartreuse Campus Scientifique Savoie Technolac 73376 LE BOURGET DU LAC
CEDEX. www.polytech.univ-savoie.fr

• Ingénieurs en Génie climatique et énergétique (incluant l'énergie solaire thermique et


photovoltaïque), organisé par INSA Strasbourg et COSTIC. INSA – Strasbourg 24 bd de la
Victoire 67084 STRASBOURG CEDEX Tel : 03.88.14.47.43
www.insa-strasbourg.fr/genie_climatique/

Exemples de formations continues proposées par des établissements d’enseignement supérieur

INPG (Institut National Polytechnique de Grenoble)


46 avenue Felix Viallet 38031 GRENOBLE
tel. 04 76 57 46 05 Responsable des formations M. Didier Pellegrino didier.pellegrino@inpg.fr
http://formation-continue.grenoble-inp.fr/

• Master « Conception des systèmes d'énergie électrique », (400 heures pour techniciens ou
ingénieurs)

• FORMATECH Manager technique Option « Energie » , formation en alternance (900heures


réparties sur 24 mois) pour titulaires d’un Bac+2 technique ou scientifique

• MIDEP (Management, Ingénierie, DEveloppement de Projets en technologies avancées et


industrielles). Option énergie (650heures réparties sur 18 mois)/ Option Développement
Durable (650heures réparties sur 18 mois)/ formation en alternance pour titulaires d’un Bac+2
technique ou technologique

• Formation courte : Thermique du bâtiment (4,5 jours pour techniciens ou ingénieurs)


ENPC – Ecole Nationale des PONTS & CHAUSSEES

www.pfe.enpc.fr

La Formation Continue de l’Ecole des Ponts propose des sessions courtes :


« Administration et collectivité : soyez prêt à recevoir un parc éolien dans les meilleures conditions »
« Améliorer la performance énergétique des bâtiments »
« Intégrer l’énergie solaire thermique et photovoltaïque dans les bâtiments »

Optimiser la performance énergétique des bâtiments tertiaires existants


Optimiser la performance énergétique des logements existants
Réhabiliter durablement les centres anciens, de la stratégie aux outils
Voirie durable : principes, démarches, expérimentations
Les fondamentaux de la démarche HQE®
4. Les formations en ARCHITECTURE … Leur prise en compte de la
problématique « bâtiment et énergie »

L’architecte en tant que généraliste et organisateur de l’acte de concevoir et construire n’est pas formé
pour être un thermicien du bâtiment. Il trouvera cette compétence avec un ingénieur ou technicien en
thermique, salarié de son cabinet ou partenaire dans le cadre d’un groupement de maîtrise d’œuvre.

Suite à la réforme LMD, la mise en place du nouveau cursus des études d’architecte s’achève dans les
20 Ecoles d’Architecture sous tutelle du Ministère de la Culture.

En complément de la formation initiale des architectes, les Ecoles proposent des formations de
spécialités (diplômes nationaux de Master) en partenariat avec les Universités.
Le rapport décrit brièvement les spécialités mises en œuvre par chacune des 4 écoles implantées dans
les régions voisines de la Franche-Comté.
Certaines de ces spécialités placent les étudiants au carrefour de la Construction, de la Performance
énergétique, de l’Urbanisme et du Développement Durable.

Enfin les Ecoles développent des programmes de formation continue, notamment sur la construction ou
la réhabilitation durable, en partenariat les associations et organisations professionnelles des
architectes et d’autres acteurs concernés par ces questions. Principalement destinées aux architectes,
ces formations ciblent également les collectivités territoriales.

Deux autres structures issues du milieu de l’architecture organisent une offre de formation à destination
de sa profession, en l’élargissant également aux collectivités (élus et techniciens), aux maîtres d’œuvre,

 le GEPA – Groupe pour l’Education Permanente des Architectes
 le réseau des CAUE-Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement

Organisation générale de la formation d’architecte


www.archi.fr/ECOLES

Le cursus d'architecture, remodelé récemment pour s’inscrire dans le cadre de l’harmonisation


européenne (la réforme LMD) est structuré de façon identique dans les 20 écoles sous tutelle du
Ministère de la Culture.
La formation initiale en architecture est assurée en trois cycles d’études :
• le premier cycle d’études, menant au diplôme d'études en architecture. Il pemet d'acquérir les
bases de la théorie et de la pratique architecturale et confère le grade de licence. Durée : 3
années, chacune divisée en deux semestres
• le second cycle sur 2 années, chacune divisée en deux semestres, conduit au diplôme d'État
d'architecte et confère le grade de master. Ce diplôme ne permet ni d'ouvrir un cabinet ni de
signer de contrats de maîtrise d'oeuvre
• la formation doctorale conduisant au diplôme de docteur en architecture en 3 ans.
L'école d’architecture assure également :
• la formation à l’exercice de la maîtrise d’œuvre conduisant l'architecte diplômé d'État à
l'habilitation à l'exercice de la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP). Cette formation
peut être suivie directement en sortant de l'école ou après plusieurs années d'exercice.
L' architecte diplômé (et non le PDLG!) doit travailler sur un projet d'étude (projet + surveillance
des travaux) et suivre une formation théorique sur les droits et les devoirs de l'architecte. Cette
année d'études comprend aussi un stage obligatoire.
• des formations de spécialités (Diplômes Nationaux de Master)
• la formation continue

A noter qu’il existe deux autres diplômes permettant l'inscription auprès du Conseil national de l'Ordre
des architectes :
Les diplômes de l'ENSAIS (école nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg) devenue
INSA (institut national des sciences appliquées) de Strasbourg (école publique) qui forme des
architectes en quatre ans et des ingénieurs en cinq ans (sept spécialités). Trois mastères spécialisés
sont possibles : en conception innovante / advanced master in innovative design (amid), en éco
conseiller, en facilities management.
L’ESA (École spéciale d'architecture) délivre un diplôme d'études supérieures de l'école spéciale
d'architecture (DES-ESA) et offre des formations d'ingénieurs (école privé).
LES 20 ECOLES NATIONALES SUPÉRIEURES D'ARCHITECTURE
Offre de formation de spécialités (Master) et continue par les écoles d’architecture dans les
régions voisines de la Franche-Comté

NANCY STRASBOURG LYON GRENOBLE

EAN - Ecole nationale supérieure d’Architecture de NANCY


2, rue Bastien-Lepage - B.P. 40435 - 54001 Nancy Cedex
Tél 03 83 30 81 00
www.nancy.archi.fr
Diplômes nationaux de Master
L’école nationale supérieure d’architecture de Nancy est partenaire des universités dans 3 formations menant au Diplôme
National de Master.
Pour les titulaires d'un diplôme d'études en architecture, les enseignements de ces master permettent d'obtenir des
équivalences dans le cursus des études d'architecture.
Master Recherche, mention Design global
« modélisation et simulation des espaces bâtis »
Master professionnel, mention Design global
« Verre, design, architecture »
Master professionnel, mention Mécanique, Energie, Procédés et Produits
« Matériaux bois et mise en œuvre dans la construction »
Formation CONTINUE avec …
A.L.F.A L’Association Lorraine pour la Formation des Architectes a pour objet la Formation Professionnelle
Continue et l’Enseignement sous toutes ses formes et par tous les moyens appropriés, des personnes
physiques et morales inscrites au Tableau de l’Ordre Régional des Architectes de Lorraine et de leurs
collaborateurs.
A.L.F.A propose aux Architectes de la Région Lorraine, une Formation Longue Durée en Démarche en
Haute Qualité Environnementale H.Q.E. Pour cette formation, A.L.F.A s’appuie sur des compétences
locales d’organismes ou de pôles techniques, universitaires, professionnels, institutionnels et de
recherches : ENSTIB d’Epinal, Pôle de l’Eau NANCIE, Chambre des Métiers, E.D.F-.D.F, Ecole
d’Architecture. . .
Classe 4 L'association Classe 4 a pour objet d'engager, sous quelques formes que ce soit, toutes actions de
promotion et de formation auprès des différents acteurs de la construction, de l'urbanisme et de
l'aménagement du territoire, sur le thème de la qualité environnementale dans le respect des
exigences du développement durable.

ENSAS - Ecole nationale supérieure d’Architecture de STRASBOURG


8 bd Wilson - B.P. 10037 - 67068 STRASBOURG CEDEX
Tel 03-88-32-25-35
www.strasbourg.archi.fr
Diplômes nationaux de Master
L’école nationale supérieure d’architecture de Strasbourg est partenaire des universités dans les 2formations suivantes
menant au Diplôme National de Master.
Master Recherche: Langage, culture et société", Mention "Sciences historiques"
Spécialité: Histoire de l’Art et de l’Architecture
avec l’Université Marc Bloch de Strasbourg
Master Recherche : Espaces, Sociétés, Territoires
Spécialité : Architecture, Structures et projets urbains
avec l’Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg
Formation CONTINUE
Formation à l’ENSAS donnant lieu à délivrance d’un Certificat DAPA/ENSAS/AQE «développement
durable et qualité environnementale en aménagement du territoire, urbanisme, architecture et
construction»
EAL - Ecole nationale supérieure d’Architecture de LYON
3, rue Maurice-Audin BP 170 69512 Vaulx-en-Velin Cedex
Tél 04 78 79 50 50
Responsable des Formations continues et spécialisées Nicole Chamonaz Tél. : 04 78 79 50 53
www.lyon.archi.fr/accueil.php
Diplômes nationaux de Master

Formation CONTINUE
« Les métiers publics de l’aménagement et du patrimoine urbain »
en collaboration avec le Certu, la DRAC et les différents acteurs régionaux impliqués
organisée en deux stages au choix, mais complémentaires :
stage 1 : la préparation au concours de recrutement des AUE
stage 2 : les métiers publics de l’aménagement et du patrimoine urbain
formation ouverte à différents publics et différentes préoccupations dans le champ considéré

« Programmation architecturale et technique spécialisée en bâtiment »


organisée en partenariat avec ses réseaux d'intervenants de l'ex IPAA, du SYPAA et du Certu
150 heures sur 8 mois

« Architecture à haute qualité environnementale (HQE) »


en collaboration avec l’agence locale de l’agglomération lyonnaise pour l’Énergie (ALE)
Programme La politique environnementale et démarches HQE
L’écogestion énergétique
Les ambiances intérieures
Les matériaux et systèmes constructifs
Voyages d’étude en Espagne et en Allemagne
La santé et les bâtiments
L’écogestion de l’eau
La programmation HQE et la gestion patrimoniale
L’évaluation de la HQE
Public Architectes, ingénieurs, maîtres d'ouvrage
concerné
Validation Délivrance d’un diplôme en architecture et ingénierie à haute qualité environnementale à l’issue de la
présentation d’un mémoire devant un jury.
Déroulement Dix sessions de trois à cinq jours, dont deux voyages d’étude, sont organisées de février à décembre,
soit un total de 35 jours et de 280 heures.
9ème promotion à partir de février 2009
ENSAG - Ecole nationale supérieure d’Architecture de GRENOBLE
60 avenue de Constantine BP 263 38036 GRENOBLE Cedex 2
Tél 04 76 99 83 00
Responsable des Formations continues et spécialisées Marianne VEILLEROT
www.grenoble.archi.fr
Diplômes nationaux de Master
MASTER « Sciences du territoire »
Spécialité L'objectif de cette spécialité est de doter l'étudiant d'une solide culture sur la ville, de lui apprendre à
« Urbanisme et maîtriser les outils techniques nécessaires pour exercer le métier d'urbaniste et lui donner des
connaissances spécialisées en matière de droit et de montage opérationnel.
projet urbain »

Spécialité En partenariat avec UPMF (Institut d'Urbanisme de Grenoble), UJF (UFR Mécanique / Pôle Génie
« Maîtrise Civil), l'objectif de cette formation interdisciplinaire est de transmettre les connaissances théoriques,
les méthodes et les outils de base des professions de la maîtrise d'ouvrage et du management de
d’ouvrage et patrimoine bâti.
management Le master MOBat forme aux métiers de la maîtrise d'ouvrage et du management de patrimoine qui
de patrimoine interviennent tout au long du cycle de vie d'un bâtiment. De leur construction à leur transformation,
bâti » les bâtiments et les équipements publics sont désormais pensés dans une perspective de
développement durable. MOBat est une formation pluridisciplinaire de haut niveau, qui forme des
managers de projets capables d'assumer la responsabilité d'opérations immobilières complexes.

En 1ère année :
certaines Cultures de la ville
des Unités Aménagement du territoire, Nouvelles politiques urbaines, Histoire de l'architecture
Environnement et Territoire et Métiers du Territoire
d’ Patrimoine et renouvellement urbain
Enseignement Construction et développement durable
En 2ème année :
Gestion et maintenance de patrimoine immobilier
Construction et développement durable
Le DSA « Architecture de la terre »
Cette formation permet d'acquérir les connaissances scientifiques et techniques sur le matériau terre,
la maîtrise des processus de production, et des techniques de mise en œuvre (projets de
développement de l'habitat économique, de préservation du patrimoine ou d'habitat à forte qualité
environnementale).

CRATerre – Centre international de la construction en terre www.craterre.archi.fr


Depuis vingt ans, le laboratoire a entrepris un travail d'actualisation des connaissances scientifiques et techniques sur la
construction en terre crue, soutenu par la volonté de moderniser l'emploi de ce matériau de construction, alternative aux
architectures coûteuses en énergie et en devises.
Les thèmes actuels de recherche sont mis en œuvre à travers une douzaine de programmes, au service de cinq
objectifs : valoriser la diversité culturelle des patrimoines architecturaux, mieux gérer les ressources naturelles, lutter
contre la pauvreté, élaborer et partager les connaissances, constituer une base des connaissances.
A noter : le laboratoire CRATerre organise chaque année des cours intensifs de 2 jours à 15 jours sur des thématiques
liées à l'architecture de terre, les cultures constructives et le développement durable.
Réseaux nationaux autour de l’architecture

GEPA - Groupe pour l’Education Permanente des Architectes


8-10, rue Bertin Poirée - 75001 Paris
Tél 01 53 63 24 00
www.formation-architecte.com
Présentation Le GEPA est une association à but non lucratif crée le 25 juin 1968, regroupant notamment l’UNSFA
de la structure (Union Nationale des Syndicats Français d’Architectes), la SFA (Société Française des Architectes),
le SESAME (organisme de formation des architectes en région PACA), le CFAA (Centre de Formation
des Architectes d’Aquitaine), le SAR (syndicat et organisme de formation des architectes en région
Rhône-Alpes), ...
Regroupement au niveau national d’organismes de formation de la profession, il recense et centralise
l’ensemble de l’offre de formation professionnelle à destination de la profession en région, en France,
voire à l’étranger.
Ce recensement lui permet de faire connaître et de promouvoir au niveau régional comme national les
formations adaptées aux besoins et organise les formations qui n’existeraient pas ou seraient
inadaptées sur le marché (cf le catalogue des formations).
Enfin, ces différentes missions permettent au GEPA de conseiller chaque professionnel, architecte,
collaborateur, partenaire de la maîtrise d’œuvre dans son parcours de formation et répondre à toutes
les questions en matière de formation continue.

Offres de FORMATION CONTINUE


Mission : la formation des architectes et des acteurs du cadre de vie
Depuis sa refonte statutaire en 2001, le GEPA adistribué plus de 130 000 heures de formation.

L’assistance à maîtrise d’ouvrage et la programmation


L'accessibilité et la qualité d'usage
Les diagnostics
autour de 8
Les évolutions réglementaires
grands
La pratique, chantier, opc et coordination SPS
thèmes
Le management, d’agence, des hommes, la qualité
L’art et la culture...
Le développement durable et la Qualité Environnementale
GEPA - Détail sur ses actions de formation autour du Développement Durable
Qualité environnementale (6 jours en 3 modules)
Former les acteurs du cadre de vie sur le développement de l’éco-construction et de la qualité
environnementale des bâtiments afin qu’ils puissent réunir l’expertise la plus appropriée à chaque
programmation et comprendre le langage de l’ingénierie environnementale pour intégrer en amont les
paramètres essentiels de la QE à la conception d’un projet.

Bois, architecture et construction


Des matériaux et techniques pour un développement durable

Journée Energie/Règlementation thermique et architecture


animée par Bernard SESOLIS (du bureau d’études TRIBU ENERGIE)

Actualités en santé bâtiment : mise à jour des connaissances et compétences


La prise en compte des effets du bâtiment sur la santé est maintenant chaque année à l'origine de
nouvelles réglementations, de recherches médicales approfondies, de recommandations
d'organismes internationaux.

Atelier Qualité Environnementale et développement durable


modules de deux jours (lundi et mardi) tous les 15 jours.

Soleil et architecture
Comment faire pour intégrer le solaire dans le bâtiment : principes et réalisations, retours
d’expériences.

La filière sèche / Point singulier : la perméabilité à l'air

Les Bases du bioclimatisme


Définition, le contexte géographique, le confort, l’architecture, études de cas

Cobbac : Conception de bâtiments à basse consommation ou passifs


Cette formation est à mettre en perspective avec les urgences et les différents défis auxquels sont
confrontés l’ensemble des professionnels du bâtiment dans la réduction des émissions de gaz à effet
de serre (facteur 4), suite aux décisions issues du processus du Grenelle de l’Environnement ou tout
au moins des attentes qu’il a générées.

avec INES Démarche NégaWATT et label MINERGIE


Education L’utilisation rationnelle de l’énergie passe à l’acte !

Conception de bâtiment à très faible consommation d'énergie (3jours)


FNCAUE – Fédération Nationale des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement

www.fncaue.fr
Présentation Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement est un organisme départemental créé à
de la structure l’initiative du Conseil général dans le cadre de la loi sur l’architecture de 1977. Investi d’une mission
de service public, le CAUE est présidé par un élu local.
Le CAUE a pour objet la promotion de la qualité architecturale, urbaine et paysagère :
informer et sensibiliser ledu public dans le domaine de l’architecture, de l’urbanisme et de
l’environnement
former les maîtres d’ouvrages et les professionnels
informer et conseiller les particuliers qui désirent construire ou rénover, afin d’assurer la qualité
architecturale des constructions et leur bonne insertion dans le site environnant.
conseiller les collectivités locales sur leurs projets d’urbanisme, d’architecture ou
d’environnement.
Le budget du CAUE provient :
des recettes d’une taxe départementale sur les permis de construire, la TDCAUE, votée par le
Conseil général,
de subventions de la Région, du Département, des communes ou d’autres collectivités publiques,
des cotisations de ses adhérents,
des contributions liées à des conventions d’objectifs conclues avec les collectivités ou les
partenaires publics ou privés

« Responsabilité des élus et enjeux de l’aménagement durable »


proposée par le CAUE du Rhône Tél.04 72 07 44 55 www.caue69.fr

Objectifs Face à l’application des politiques environnementales et à la prise en compte imminente des mesures
du Grenelle de l’environnement, l’échelon local offre un terrain d’expérimentation de solutions
intéressantes en aménagement et urbanisme ainsi qu’au plan économique et social.
Permettre aux élus et techniciens, professionnels du cadre de vie de s’engager dans une "révision" et
un croisement de leurs connaissances et méthodes de travail.
Public concerné Élus et techniciens des collectivités locales, professionnels de la ville et des territoires
Déroulement 9 journées d’études et 2 journées de visites d’opérations exemplaires par leur conduite de projet et la
réalisation de leurs objectifs (d’octobre à mai)

« Formation et voyage d’étude : Amélioration du patrimoine ancien»


proposée par le CAUE du Rhône Tél.04 72 07 44 55 www.caue69.fr

Objectifs Identification des enjeux et des acteurs, analyse et présentation de références réussies de
réhabilitation conjuguant valorisation du patrimoine et objectifs énergétiques. L’amélioration
énergétique du patrimoine existant doit s’adapter à la configuration donnée et s’envisager en regard
de sa valeur patrimoniale, au risque de se réduire à une somme de prescriptions techniciennes
parfois préjudiciables aux objectifs recherchés.

Déroulement 2 jours : Comment concilier réhabilitation et efficacité énergétique ?


2 jours : Voyage d’études en Suisse romande en partenariat avec Prioriterre/Minergie
Des initiatives dans certains départements …
« Eco-conception, éco-construction et projets de territoire »
proposée par le CAUE des Yvelines Tél. 01 39 07 78 66 www.archi.fr/CAUE78

Objectifs faciliter les échanges et la rencontre entre les acteurs, de contribuer à construire une culture
commune et d’organiser un réseau de compétences adapté au territoire
Déroulement Chacune des 7 journées est dédiée à une thématique spécifique déclinée aux différentes échelles
métropolitaine, urbaine et architecturale :
Économie et projets de territoire
Énergie, qualité de vie & projets d’architecture
Programme et projets de territoires
Isolation, métier & innovation
Matériau, filière et innovation
Du global au détail (éco-région, éco-département, éco-quartier, éco-bâtiment, éco-matériaux) &
conception intégrée
Energies renouvelables et projets de territoire

« Energie & Patrimoine»


proposée par le CAUE du Loiret Tél. 02 38 54 13 98 courriel : caue45@wanadoo.fr

Objectifs Sur du bâti ancien, cibler et atteindre des objectifs de meilleures performances
énergétiques.
Les approches sur le bâti ancien relèvent trop souvent d’une approche de la
performance énergétique détachée de son contexte. La démarche est quelquefois
scindée, alors qu’un regard global serait préférable en prenant en compte le contexte
urbain et paysager, l’usage/les usages du bâtiment, la valeur patrimoniale, la
consommation énergétique et l’amélioration de l’insertion du bâti et de ses accès
dans un schéma de développement durable (transports par exemple, circulations
douces, déchets...)
Les solutions sont quelquefois déjà inscrites dans l’histoire du bâtiment, car la
conception bio climatique dans son rapport implantation – site - climat était déjà
parfaitement connue des générations passées. Une bonne lecture préalable du site
et du bâtiment peuvent induire des solutions simples et éviter des contre-sens. La
nécessité de professionnels de synthèse est donc évidente aussi bien en maîtrise
d’ouvrage qu’en maîtrise d’œuvre.
Public concerné Maîtres d’œuvre (architectes, ingénieurs...), maîtres d’ouvrage publics, organismes
de conseil (collectivités, Etat – SDAP-...).
Diverses formations initiales (architectes, ingénieurs) préparent à ce rôle de
généralistes, capables d’une démarche globale - du diagnostic au projet - et à
l’intervention sur le bâti ancien. Ce programme de formation continue est mis en
place pour actualiser leurs connaissances.
Intervenants Les témoins qui rendent compte de leurs observations en apportant un éclairage
particulier sur le thème choisi.
Les experts spécialisés dans le domaine qui apportent des connaissances
spécifiques ainsi que des méthodes de diagnostic et des approches théoriques.
Les techniciens confrontés au sujet qu’ils traitent quotidiennement et qui rendent
compte des techniques employées en insistant sur les performances et les limites.
Déroulement 2 jours
Méthodes d’observations avec expérimentation sur site
Techniques de diagnostic avec évaluation multicritère
Arborescence de solutions techniques, performances et limites
Formulation des choix justifiés
5. Les réseaux nationaux pour la formation continue
L’Education Nationale fédère les ressources de ses établissements dans un bassin géographique au
sein d’un GRETA – Groupement d’ETAblissement, avec mission d’organiser des actions de formation
continue pour adultes.

L’AFPA, organisme d’intérêt général, constitue un réseau national de centres pour l’insertion
professionnelle et le développement des compétences des personnes. Elle accompagne également les
politiques Emploi/Formation des collectivités territoriales, des entreprises, des branches
professionnelles et de l’Etat.
Les Régions ont depuis peu de temps la responsabilité directe des centres AFPA installés sur leur
territoire.

GRETA et AFPA s’appuient chacun sur leur réseau national pour proposer localement des formations
de proximité dans leurs centres.
Ainsi certaines implantations construisent des offres de formation diplômante ou non, longue ou courte
sur les thèmes du Développement Durable, des EnR et de la MdE.

Sur ces thèmes, le site le plus remarquable à ce jour est sans aucun doute celui du GEFEN à Alfortville-
94. Adossé à un lycée professionnel, lui-même dédié aux métiers de l’énergétique depuis 100 ans, le
GEFEN concentre toute son offre de formation sur les métiers de l'énergie et du génie climatique, de
l'ouvrier à l'ingénieur. Il a conçu au cours de ces 5 dernières années des offres spécifiques en relation
avec la MdE et les EnR. Il met à disposition de ses étudiants plusieurs ateliers très bien équipés pour
pratiquer sur des matériels diversifiés.

Quant aux AFPA, ils affichent une forte volonté de répondre aux nouveaux besoins de formation dans
ces domaines :
• ils expérimentent de nouvelles formations et veillent ensuite à la démultiplier dans d’autres
centres
• nombre de centres CFA ont été retenus dans le cadre du déploiement de la formation FEE-Bat
• nombre de centres CFA sont habilités à délivrer les labels Qualisol, QualiPV et QualiBois

GRETA - GRoupement d'ETAblissements publics d'enseignement

Il fédère les ressources de ces établissements, les enseignants et aussi les équipements. Un
Greta organise des actions de formation continue pour adultes. Il aide à la définition du projet et du
parcours de formation et met en place les formations définies.
Les Greta proposent donc une gamme de prestations qui vont bien au-delà de la conception classique
de la formation et qui permettent de personnaliser concrètement les parcours de professionnalisation :
• acquérir une formation professionnelle
• se remettre à niveau, acquérir des savoirs et compétences de base
• se former en langues étrangères
• préparer un diplôme du C.A.P. au B.T.S.
• suivre des modules qualifiants pour la plupart des métiers, cumulables pour l'obtention d'un
diplôme ou d'un titre inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles
• bénéficier d'un accompagnement dans le cadre de la validation des acquis de l'expérience
• préparer un concours d'entrée dans une administration ou une collectivité
• se former aux technologies d'information et de communication
Les formations sont organisées sous forme de stages, sessions, modules. Les durées et périodicités
sont variables. Au cours d'une session de formation, il peut y avoir en même temps des salariés, des
demandeurs d'emploi, des individuels payants.
Souvent les formations Greta ont lieu « en alternance » avec des périodes de travail en entreprise, sur
sites professionnels (ateliers, chaînes de production, bureaux) et des périodes en centres de formation.
Elles s'organisent alors en partenariat avec les entreprises. Le contrat de professionnalisation est le
support le plus courant de ce type de formation.

Le GEFEN

GEFEN - Groupement d'établissements de Formation à l'Énergie


Lycée Maximilien Perret Place San Benedetto Del Tronto - BP 56 - 94142 Alfortville Cedex
Tél. 01.43.53.52.30 Conseillère en formation continue « Energie » Aline BACCHET
www.gefen.org
Présentation Le G.E.F.En est un centre de formation de l'Education Nationale spécialisé dans les
de la structure métiers de l'énergie et du génie climatique de l'ouvrier à l'ingénieur.
Il est un lieu particulièrement fécond en ingénierie de formation et partenariat avec
divers établissements de formation de tous niveaux.
Nombreux Ateliers de soudage oxyacétylénique, soudage à l'arc, façonnage et assemblage du
ateliers et GEFEn, Plate-forme de mise en œuvre des tubes en matériaux de synthèse
plates-formes Chauffage : 7 chaudières au sol de moyenne puissance gaz et fioul, 5 chaudières
techniques murales, productions d'eau chaude sanitaire, postes de traitement d'eau, réseaux
avec des hydrauliques et leurs régulations, bancs d'équilibrage hydraulique,
installations Electrotechnique, régulation, G.T.B : atelier de câblage électrique, 12 bancs
réelles en d'automates programmables industriels (API), 4 bancs de GTB raccordés aux
fonction installations, boucles de régulation en fonctionnement réel et en simulation
Climatisation : 5 centrales de traitement d'air avec régulation et métrologie, réseaux
aérauliques, systèmes de récupération de chaleur, 12 climatiseurs (split system,
réversible)
Froid : 6 groupes de production d'eau glacée à pistons, à vis, à compresseurs Scroll,
raccordés sur réseaux hydrauliques, 2 tours de refroidissement, froid alimentaire :
12 chambres froides positives et négatives, atelier de montage, mise en service et
conduite des composants frigorifiques
L’offre de FORMATION CERTIFIANTE ET QUALIFIANTE GEFEN
cf la représentation schématique ci-après

LA DERNIERE INNOVATION
EUREM « EURopean Energy Manager » (1ère session de sept 08 à janvier 09)
L’ARENE (Agence Régionale de de l’Environnement), le CFI (Centre des Formations Industrielles de
la CCIParis), le GEFEn et l’École des Mines de Paris mettent en place une formation unique en
efficacité énergétique et énergies renouvelables à dimension européenne.

Objectifs Développer ses compétences techniques et économiques en entreprise ou


collectivité locale pour apporter des solutions efficaces et innovantes aux problèmes
énergétiques
Public concerné Salarié responsables de services techniques-énergie ou responsables de site
(maintenance ou exploitation) ayant des notions de base en énergie et
thermodynamique
Validation Certificat
Déroulement 20 journées d’études techniques et économiques réparties sur 6 sessions + 6 heures
de tutorat personnalisé dans la réalisation du projet individuel en entreprise ou en
collectivité.
Grâce au projet individuel tutoré développé par chaque stagiaire, ces solutions sont
mises en pratique rapidement dans le milieu professionnel.

Des offres de FORMATIONS COURTES (de 1 à 5 jours) GEFEN


pour les artisans, ouvriers qualifiés, compagnons professionnels, technico-commerciaux, assistants
d’architecte, assistants d’architecte, chargés d’affaire, techniciens de maintenance, metteurs au point,

Sanitaire Chauffage
S’initier à la plomberie Tout sur le chauffage
Réseaux en matériaux de synthèse Lecture de plans
Qualification soudeur gaz Sous station vapeur
Entretien des robinetteries sanitaires Chaudières murales
Brûleurs fioul
Brûleurs gaz

Froid et Climatisation Energies renouvelables - MDE


Tout sur la climatisation Economies d’énergie dans les bâtiments existants
Centrales de traitement d’air Energie solaire, production thermique et électrique
Initiation au froid Diagnostic gaz
Transfert et récupération des fluides frigorigènes Diagnostic de performance énergétique
Climatiseurs
Groupes de production d’eau glacée
GRETA du Nord Franche-Comté

Tél. : 03 84 89 00 35 Contact : Pierre RUCH pierre.ruch@ac-besançon.fr


www.greta-besancon.com
Technicien en Energies Renouvelables-Solaire, photovoltaïque, thermique et petit éolien (à
BESANCON)
Le GRETA du Nord Franche-Comté propose depuis 2 ans une formation, dans le cadre du programme
du Conseil Régional de formation continue.

Public concerné Niveau Bac pro électrotechnique, maintenance, thermique, BEP technologiques (industriel ou
bâtiment)
Validation CQP "Installateur, mainteneur en systèmes solaires photovoltaïques et thermiques"
Déroulement 768 h en centre - 280 h en entreprise
prochaine session du 13 octobre 2008 au 30 mai 2009

GRETA du Pays de Montbéliard


Tél. : Responsable Philippe LEFORT philippe.lefort@ac-besancon.fr
Electricien qualifié en Energies Renouvelables (à MONTBELIARD - AUDINCOURT)
Le GRETA du Nord Franche-Comté propose depuis 2 ans une formation, dans le cadre du
programme du Conseil Régional de formation continue.

Objectif acquérir des compétences adaptées aux nouvelles technologies mises en œuvre dans le cadre de la
production d'électricité par panneaux photovoltaïques, éoliennes, micro centrales hydrauliques
Public concerné CAP / BEP dans le domaine de l'électrotechnique ou expérience significative. Ou BAC ou BTS
techniques ou scientifiques. Projet professionnel validé dans le domaine des énergies renouvelables.
Validation attestation de capacités
Déroulement 510 h en centre - 210 h en entreprise
mises en situations professionnelles, de l'étude à la réalisation et la maintenance des systèmes de
production d'énergies renouvelables, notamment les panneaux photovoltaïque

GRETA des Pays Annonéens et Rhodaniens


5 rue Beyle Stendhal BP 126 38551 ST MAURICE CEDEX
Tél 04 74 11 15 20 Responsable Sandrine JUVENET sandrine.juvenet@ac-grenoble.fr
www.ac-grenoble.fr/d afco/formations/rdg_greta.php?id=gp
Formations de une journée à 2 semaines

Thèmes Sensibilisation au développement durable


Sensibilisation aux énergies renouvelables
Bâtiment et éco-construction (formation de 3 à 6h par semaine pendant un semestre)
Public salariés, demandeurs d’emplois, élus et bénévoles
concerné
GRETA du Roannais
4 Impasse Champromis 42300 ROANNE
Tél 04 77 23 05 05 Responsable Yves Marié greta-roannais@ac-lyon.fr

Plombier chauffagiste, conseiller installateur en énergies renouvelables

Objectif Permettre aux stagiaires de se présenter au BEP T.I.S.T en vue d’effectuer une reconversion
professionnelle dans le secteur de la plomberie et du chauffage
Option Energies Renouvelables : Applications en solaire, géothermie, biomasse, éolien, hydraulique
et cogénération
Validation BEP TIST (diplôme éducation nationale niveau V)
Déroulement 1012 h en centre et 385 h en entreprise

Bio-électricien

Objectif Permettre aux stagiaires de se présenter au BEP Electrotechnique en vue d’effectuer une
reconversion professionnelle dans le secteur de la plomberie et du chauffage
Validation BEP Electrotechnique
Déroulement 943 h en centre et 392 h en entreprise

GRETA VIVA5
Cocause 26 150 DIE
Tél. : 04.75.82.37.90 Responsable Eric MALLET
www.greta-viva5.org/site/formation.html
Techniques au service du Développement Durable

Objectif acquérir les capacités à conseiller et informer sur les différentes filières et techniques des énergies
renouvelables, de la maîtrise de l’énergie et de l’éco–construction
acquérir et promouvoir une culture "environnement" et développement durable
appréhender le comportement environnemental et énergétique de la construction et les techniques
des énergies renouvelables, de la maîtrise de l’énergie et de l’éco-construction adaptées
maîtriser les techniques de vente et de promotion des produits ou services spécialisés du secteur et
développer des actions commerciales adaptées
permettre aux participants d'intégrer une entreprise, une collectivité territoriale ou une structure
engagées dans la promotion du développement durable et/ou la fabrication, la commercialisation,
l'installation de produits issus des filières des énergies renouvelables, de la maîtrise de l’énergie et de
l’éco-construction
Public concerné Demandeurs d'emplois, salariés en reconversion de niveau Bac à bac+2
Validation Attestation de formation et Reconnaissance des acquis
Déroulement 536 heures en centre et 175 heures en entreprise
GRETA de CHARTRES
20, rue du Commandant Chesne 28000 Chartres
Tél : 02 37 18 78 35 Responsable : Michel SOUCI
www.ac-orleans-tours.fr/greta-chartres
Formation de technicien de maintenance des éoliennes

Objectif être en capacité de :


suivre la production électrique du parc.
détecter l’origine d’un dysfonctionnement
assurer une maintenance de niveau 1 et 2
prévenir le fournisseur (sous traitant) en cas de panne grave et suivre son intervention de telle sorte
qu’elle respecte les indicateurs de production
communiquer sur les interventions
Déroulement Formation de septembre 2008 à février 2009 (238 h en centre et 105 h chez le fabricant)

D’autres offres de formation proposées par des GRETA en d’autres lieux de France ……………

• GRETA INDUSTRIEL DE LYON (tél 04 78 78 84 84) : il met en œuvre des formations aux
énergies renouvelables (initiation aux énergies renouvelables, maîtrise des coûts des énergies,
formations techniques au solaire thermique, photovoltaïque, géothermie, bioélectricité, micro-
hydraulique, micro-éolien) depuis octobre 2007 au titre de la Promotion Sociale
Professionnelle. Ces formations seront modularisées allant de 16 h à 78 heures pour les
parcours plus techniques.

• GRETA de Bourg en Bresse et Ambérieu : formation courtes sur le bois-énergie, le solaire


thermique, la géothermie, …

• GRETA MARSEILLE (13) BAC PRO Technicien de maintenance des systèmes energétiques et
climatiques

• GRETA de Montpellier : intégration ENR et contraintes environnementales

• GRETA NICE (06) Module énergies renouvelables

• GRETA Nord Alsace (67) : l’hydraulique

• GRETA Pays de Rance (22) : solaire, éolien, ...

• GRETA Haute-Alsace (68) : module solaire photovoltaïque


AFPA – Association de Formation Professionnelle pour Adultes

www.afpa.fr

L’AFPA, organisme d’intérêt général, est un opérateur national pour l’insertion professionnelle et le
développement des compétences des personnes. Elle accompagne également les politiques
Emploi/Formation des collectivités territoriales, des entreprises, des branches professionnelles et de
l’Etat.
S’appuyant sur un réseau national et régional, l’AFPA propose des formations de proximité dans ses
186 sites de formation et certification.
Ses 500 formations préparent à plus de 300 métiers, de la remise à niveau au perfectionnement, 4
grands secteurs étant privilégiés : BTP, Industrie, Tertiaire administratif, Tertiaire service
Elle a des compétences variées dans les domaines de l’ingénierie de formation, de la gestion des
compétences et en tant qu’opérateur de formation.
En 2007, 42 400 personnes ont été formées par l’AFPA pour le BTP et les secteurs connexes au
travers de formations qualifiantes et de perfectionnements.

S’adapter aux nouvelles exigences du Développement Durable dans la construction


L’AFPA fait évoluer son offre de formations professionnalisantes et de formations courtes, en
concertation avec la fédération française du bâtiment (FFB) et la Confédération de l’artisanat et des
petites entreprises du bâtiment (CAPEB), l’Association professionnelle de l’énergie solaire (ENER-
Plan), l’ADEME.
Six champs d’action ont d’ores et déjà été repérés par le département d’ingénierie BTP de l’AFPA (Yves
BRIEX, directeur)
1. Sensibilisation au développement durable dans le bâtiment (éco-habitat)
2. Gestion des déchets de chantier
3. Choix et mise en œuvre de matériaux adaptés à l’éco-habitat (mur en pisé, badigeon à la
chaux…)
4. Réalisation d’un bâtiment économe en énergie
5. Utilisation des énergies renouvelables
6. Démarche HQE et architecture bioclimatique.

Formation des formateurs de l’AFPA

Objectif sensibiliser au développement durable l’ensemble de ses formateurs


leur apporter des perfectionnements thématiques sur les différents champs de l’éco-
construction
disposer de plates-formes pédagogiques de haut niveau
Déroulement modules d’une durée de 1 à 3 jours

Un module éco citoyen pour tous les stagiaires de l’AFPA

Où ? proposé depuis 2008 à l’ensemble des stagiaires de l’AFPA quelle que soit la
formation suivie
Objectif permettre à chacun d’engager une réflexion sur le sujet afin de faire évoluer ses
comportements de futur salarié »
Déroulement format court de 2 heures
Exemple des infos fournies sur le site national de l’AFPA www.afpa.fr/formations/accueil-
formations.html
pour l’Installateur (trice) en thermique et sanitaire

Le métier : Vous réalisez tout ou partie, seul ou en équipe, dans des bâtiments neufs ou en rénovation,
des installations de chauffage central, de sanitaires, d'aération et de ventilation des locaux. Vous
effectuez aussi le dépannage de divers éléments défectueux, hors générateurs de chaleur (chaudières,
chauffe-eau). Vous travaillez essentiellement sous abris, dans des locaux clos et couverts. Vous
exercez presque exclusivement sur chantier, et parfois dans des locaux habités. L'activité comporte des
déplacements (changements fréquents de chantier), les horaires sont en général réguliers, sauf dans
les opérations de dépannage. Selon la taille du chantier, vous travaillez soit en autonomie, soit encadré
par un chef d'équipe.
Le niveau requis/âge : Fin de 1er cycle des collèges de l'enseignement secondaire.
L’admission : Entretien de Confirmation du besoin de formation - questionnaire général de candidature
- tests - entretien.
Les aptitudes professionnelles : Aptitude aux déplacements et au travail en position inconfortable,
bonne vision et audition, bon odorat, une certaine ingéniosité, du soin, sens de l'organisation.
La durée : Formation initiale de niveau V d'une durée modulable 10 mois environ (1470 h.).
Le niveau de sortie / diplôme : Titre professionnel de niveau V et/ou Certificats de Compétences
Professionnelles (CCP).
Il est également possible d'obtenir, par une démarche de Validation des Acquis de l'Expérience (VAE),
le titre d'installateur en thermique et sanitaire composé de 3 certificats de compétences
professionnelles.
1 - Réaliser des éléments d'installations de chauffage et sanitaire
2 - Réaliser des installations collectives neuves de chauffage et sanitaire
3 - Réaliser des installations individuelles neuves de chauffage et sanitaire.
L’organisation de la formation : La formation se compose de 3 modules qualifiants, de 2 Périodes en
Entreprise (PE), d'une session de validation et d'un module complémentaire de spécialisation :
Accueil et découverte de la formation (2 semaines).
Module 1 : Réaliser des éléments d'installations de chauffage et de sanitaire :
Assemblage et équipement des émetteurs de chaleur - Equipement d'appareils sanitaires - Pose d'appareils de chauffage et
de sanitaire et des supports de tuyauteries - Réalisation d'éléments de tuyauterie cuivre - Pose et raccordement aux
appareils des éléments de tuyauterie cuivre - Façonnage et pose de tuyauterie acier assemblés par raccords filetés -
Assemblage à l'établi par soudage oxyacéthylénique (acier noir) - Installation d'un réseau d'eaux vannes et d'eaux usées en
PVC - Engravement de tuyauteries - Pose en incorporation des réseaux hydrocâblés en PER ou cuivre recuit. (16 semaines)
1ère Période en entreprise (PE) (2 semaines).
Module 2 : Réaliser des installations collectives neuves de chauffage et de sanitaire :
Traçage sur les parois du parcours, des canalisations et des points de fixation des équipements - Réalisation d'un croquis
d'exécution - Installation d'un collecteur d'eaux usées ou d'eaux vannes en fonte SMU - Assemblage par soudo-brasage sur
acier galvanisé. (8 semaines)
2ème Période en entreprise (PE) (2 semaines).
Module 3 : Réaliser des installations individuelles neuves de chauffage et sanitaire :
Alimentation en gaz d'une installation d'habitation individuelle - Alimentation en fioul du brûleur d'une chaudière
de chauffage central d'une habitation individuelle - Raccord des appareils de production d'une habitation
individuelle au conduit d'évacuation des gaz brûlés - Raccord, électriquement, des divers équipements
électriques de chauffage, de sanitaire et de VMC d'une habitation individuelle - Mise en service d'une installation
individuelle de chauffage et de sanitaire - Réalisation, dans une habitation individuelle, d'une installation de VMC
simple flux - Installation d'un plancher chauffant en PER pour un logement individuel - Organisation d'un chantier
de chauffage, de sanitaire et de VMC d'un pavillon neuf. (10 semaines)
Session de validation (2 semaines).

Liste des centres AFPA assurant cette formation (cf carte ci-dessous).
Rattaché à ce titre, le Certificat Complémentaire de Spécialisation (CCS) « Installer des systèmes
de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire utilisant les énergies renouvelables »
permet d’aborder les points suivants.

• Techniques d'installation de chauffe-eaux solaires individuels (CESI), de systèmes solaires


combinés (SSC), de pompes à chaleur géothermiques (EAU / EAU) et aérothermiques (AIR /
EAU) et de chaudières bois automatique de petite puissance.
• Etude des différents schémas d'exécution des techniques étudiées : connaissance du rôle et du
positionnement des différents accessoires sur chaque type d'installation.
• Pratique de pose et d'intégration de capteurs solaires en toiture, en terrasse et sur mur.
Pratique de raccordements et de mise en service d'installations sur les différentes techniques.
• Etude complète (du dimensionnement au devis) de chauffe-eaux solaires individuels (CESI).
Eléments pour l'étude de systèmes solaires combinés (SSC), de pompes à chaleur
géothermiques (EAU / EAU) et aérothermiques (AIR / EAU) et de chaudières bois automatique
de petite puissance.
• Sensibilisation au développement durable et aux différentes techniques associées dans le
chauffage et le sanitaire. Culture générale sur le solaire, le bois et les pompes à chaleur (6
semaines).

Certificat complémentaire de spécialité (CCS) « Energies renouvelables »

Où ? Les centres Afpa de Toulon (83) et Aurillac (15)


L’Afpa de Chevigny-Saint-Sauveur (21) et le Conseil Régional de Bourgogne proposent une
formation Installateur thermique et sanitaire, option Énergies renouvelables, d’octobre 2008 à
septembre 2009, incluant le contenu du CCS. Le CCS seul devrait être proposé en Bourgogne en
2009.
Objectif acquérir une spécialisation dans le domaine des Energies Renouvelables en suivant 1 à 4 modules
de 2 semaines chacun : CESI, SSC, chaudière à bois et pompe à chaleur (PAC).
Public concerné demandeurs d’emploi et aux détenteurs d’un CAP d’installateur thermique
Validation CCS
Déroulement huit semaines

Généralisation Cette nouvelle formation sera mise en œuvre dans l'ensemble des 22 régions, dans un centre de
formation spécialisé et pourront également proposer des actions courtes telles que : Chauffe Eau
Solaire Individuel, Système de Chauffage Combiné, les différentes pompes à chaleur, les différents
systèmes de chauffage bois.
Cette action intègre intégralement le contenu des référentiels de Qualit’EnR : QUALISOL et
QUALIBOIS.

« Energies renouvelables »
Où ? Le centre Afpa de Colmar (68), en partenariat avec l’association des professionnels de l’énergie
COPROTEC, avec un financement du Conseil régional Alsace.
Objectif acquérir une spécialisation dans le domaine des Energies Renouvelables : chauffe-eau solaire
individuel, pompes à chaleur, photovoltaïque, chaudières bois.
Déroulement 250 heures

Eco-construction : apprendre la technique du pisé

Où ? Le centre AFPA de Saint-Etienne (42)


Objectif proposer une offre de formation dédiée à la réhabilitation des pratiques de construction traditionnelle
et saine dans le domaine du développement durable.
Déroulement modules de formation de construction en pisé et d’enduits en terre crue, d’une durée variant entre 20
heures et 70 heures
et un chantier école
en préparation D’ici la fin 2008, des formations de chauffage au bois (plaquettes, granules, bûches), de chauffage par
pompe à chaleur (géothermie et air), de chauffe eau solaire thermique ainsi que des modules liés à la
production d’énergie par cellules photovoltaïques.

« Maçonnerie en mono mur »

Où ? Le centre Afpa de Calais (62), en partenariat avec la Fédération Régionale du Bâtiment.


Objectif acquérir une spécialisation dans le domaine des Energies Renouvelables : chauffe-eau solaire
individuel, pompes à chaleur, photovoltaïque, chaudières bois.
Public concerné demandeurs d’emploi et aux détenteurs d’un CAP d’installateur thermique
Validation CCS
Déroulement actions de formations courtes (2 jours) sur les 3 matériaux agréés les plus utilisés (terre cuite, pierre
ponce et béton cellulaire)
La formation par le compagnonnage, 2 grandes associations

Les Compagnons du Devoir www.compagnons-du-devoir.com

implantation des Maisons dans l’Est de la France : 25660-SAONE, 21000-DIJON, 10000-TROYES,


68920-WINTZENHEIM, 67000-STRASBOURG, 51140-MUIZON, 51100-REIMS, 54140-JARVILLE,
89000-AUXERRE, 74370-VILLAZ, 69000-LYON, 01290-PONT de VEYLE,

Exemples d’offres de formation continue


CHP00T01 Concevoir l’isolation de l’habitat
CHP00T04 Construire en ossature bois
CHP00T05 Construire en poteaux-poutres
MAC00P24 Mettre en œuvre les techniques de réhabilitation
MAC00P14 Mettre en œuvre les éléments muraux mono-bloc à joints minces
MEN00P1402 Les isolants thermiques
PLB00I11 Mise en service et maintenance des installations solaires
ELE00P2104 Les économies d’énergie
ELE00P1704 Poser une cellule photovoltaïque
ELE00P1705 Raccorder une cellule photovoltaïque
ELE00P0301 Installer une VMC
ELE00P0302 Raccorder une VMC

Depuis 1988, l'Association ouvrière des Compagnons du Devoir du Tour de France se dote
progressivement de structures spécifiques aux métiers, l'objectif étant de créer un institut pour chacun
des métiers du Compagnonnage du Devoir. Par exemple :

www.institut-genieclimatique-sanitaire.com Centre de ressources et de recherche en sanitaire et génie


climatique (responsable Thibault Dubus)
82, rue de l'Hôtel-de-Ville 75180 PARIS Cedex 04 imsgc@compagnons-du-devoir.com
www.institut-charpente.com Centre de ressources et de recherche en charpente et construction bois
(responsable Daniel COUDERT)
3, boulevard Marc Leclerc 49100 ANGERS iccb@wanadoo.fr

Ces instituts ont pour vocation de :


 Organiser des séminaires, des journées et des stages de formation continue,
 Échanger avec les centres de formation, centres techniques et de recherche,
 Proposer des formations sur la technique, l'étude, l'organisation et la gestion...,
 Répondre aux besoins d'information du public
Les Compagnons du Tour de France www.compagnons.org

Pour l’Est de la France, outre l’Institut Européen de Formation en Franche-Comté, ils disposent d’un
site de formation à Lyon, Annecy, Grenoble, Clermont-Ferrand mais aucune implantation en Alsace,
Lorraine, Champagne Ardenne

INSTITUT EUROPEEN DE FORMATION www.institutdescompagnons.fr


2, rue Léopold ALIXANT 39330 - MOUCHARD
Les élèves y préparent en deux ans un CAP ou en trois ans un Bac Pro, qui leur permet soit de partir
sur le Tour de France continuer leur formation en tant que salarié et devenir Compagnon du Tour De
France, soit de continuer leurs études dans d'autres établissements jusqu'au BTS.
Métiers préparés :
 Menuiserie – Ebénisterie
 Charpente - Construction Bois
 Couverture zinguerie
 Maçonnerie - Taille de Pierre
 Plâtrerie Staff et ornementation
 Installation Sanitaire et Thermique

Responsable de la formation continue IEFCTF : Madame COULON PILLOT Ivana, 39330 MOUCHARD
03.84.73.82.46 formation.continue@iefctf.fr
6. Les organismes nationaux spécialisés sur les questions liées au
bâtiment et à l’énergie
Les 2 réseaux précédents (GRETA, AFPA) ont pour principal objet la formation. C’est moins le cas pour
le COSTIC et ce n’est pas la mission première de l’ADEME et du CSTB. Cependant compte tenu de
leurs missions en matière de recherche, d’expérimentation, de promotion sur la question de l’ « énergie
dans le bâtiment », chacun de ces 3 organismes développent une telle expertise qu’ils peuvent
proposer des formations techniques ciblées.

CSTB
CSTB - Formation continue
4 avenue du Recteur Poincaré 75782 PARIS Cedex 16
tél : 01-40-50-28-61 www.cstb.fr/formation

Créé en 1947, le CSTB est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la
tutelle conjointe du ministre du Logement et de la Ville et du ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du
Développement durable et de l'Aménagement du territoire, Direction Générale de l’Urbanisme, de
l’Habitat et de la Construction.
Les missions du CSTB s'exercent dans les trois domaines suivants :
• Recherches scientifiques et techniques et expertises pour le secteur de la construction et le
logement
• Amélioration de la qualité des constructions et de son environnement
• Amélioration de l'information des professionnels
Le CSTB, depuis sa création, accompagnent les évolutions (réglementation technique ou juridique,
évolutions technologiques, nouveaux enjeux de société comme le développement durable et la
sécurité) en transmettant des savoirs faire et des informations fiables, à la pointe de l'actualité et
dans un esprit de neutralité.
La formation professionnelle contribue à la réalisation de cette mission en proposant une offre de
stages très complète, adaptée aux besoins croissants des entreprises et de leurs salariés.

Des thèmes pour les formations de 1 à 5 journées (autour des thèmes du bâtiment et de l’énergie)
Les fondamentaux de la RT 2005 et les labels énergétiques
Contrôler l'application de la RT 2005
Appliquer la RT 2005 dans les bâtiments tertiaires
Appliquer la RT 2005 dans les logements collectifs et les maisons individuelles
La RT 2005 appliquée à l'enveloppe
Les fondements de la réglementation thermique appliquée à l'existant
La réglementation thermique dans l'existant : application aux bâtiments tertiaires et aux
logements collectifs
Développement durable et démarche HQE
Public visé :
Enseignants et formateurs en thermique et génie climatique
Maîtres d'ouvrage, administrations
Entreprises générales et spécialisées dans l'isolation thermique, le chauffage, la climatisation, la
ventilation et l'éclairage
Techniciens et ingénieurs de bureaux d'études, experts thermiciens, architectes
Sociétés de Facility Management
Fabricants de produits d'isolation et d'équipement
Contrôleurs techniques
ADEME

ADEME Service Formation


27 rue Louis Vicat 75015 PARIS
Tel: 01.47.65.22.15 www.ademe.fr

En lien avec ses politiques et programmes, l'ADEME propose une offre de formation diversifiée à
destination des entreprises, bureaux d'études, artisans, agents de l'Etat et des collectivités et à ses
relais (espaces info énergie etc.).
Elaborées avec les départements techniques et les délégations régionales, ces formations visent
l'acquisition de savoir, de savoir-faire et de méthodes, mais aussi l'adoption de nouvelles pratiques et
de nouveaux comportements. Certaines d'entre elles ont pour objectif de sensibiliser alors que d'autres
insistent sur la décision et le montage de projets.

Thèmes abordés dans le cadre de stages de 1 à 3 journées :


Bâtiment & urbanisme,
Changement climatique et lutte contre les GES,
Déchets, éco-responsabilité des entreprises et administrations,
Energies renouvelables,
Economies d’énergie et efficacité énergétique,
Transports

COSTIC FORMATION

COSTIC FORMATION
Domaine de Saint-Paul - 78470 SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE
Tél : 01 30 85 20 03 Responsable : A. BONANNO
www.costic.com

Proche des fédérations professionnelles du bâtiment, le COSTIC (Comité Scientifique et Technique


des Industries Climatiques) est un Centre d’étude et de formation sur les thèmes du Génie climatique
et de l’Equipement technique du bâtiment.

Très dense catalogue de formation :


Bâtiment et santé,
Chaufferies-réseaux de distribution,
Conception des installations de chauffage et de climatisation,
Pratique des installations de chauffage,
Pratique des installations de froid et climatisation,
Désenfumage des bâtiments, diagnostic, électricité,
Fumisterie et ramonage,
Génie climatique,
Energies renouvelables,
Réglementation,
Régulation, automatisation,
Soudure
7. Les appellations Qualit’EnR et le dispositif FEE-Bat
Les fédérations professionnelles, FFB et CAPEB, réfléchissent et agissent déjà depuis quelques
années aux adaptations et transformations nécessaires en termes de formation initiale et continue pour
prendre en compte les évolutions liées à l’énergie et à l’environnement.

Elles ont ainsi conjointement contribué à la mise au point de 2 dispositifs de formation d’ampleur
nationale.
Tout d’abord en fondant en 2006 aux côtés d’autres partenaires l’association Qualit’Enr, elles agissent
pour que les entreprises d’installation de systèmes à énergies renouvelables se fédèrent autour d’une
démarche qualité. Trois dispostifs de formation courte-habilitation ont été mis en place : Qualisol pour le
solaire thermique, QualiPV pour le solaire photovoltaïque et Qualibois pour le chauffage au bois.
Puis au printemps 2008 ces 2 fédérations ont participé activement au lancement du dispositif FEE-Bat :
éligible au mécanisme des CEE (Certificat d’Economie d’Energie), il devrait concerner d’ici fin 2009
environ 50 000 professionnels invités à suivre 2 modules de 2 jours pour comprendre les enjeux et
maîtriser les outils de l’amélioration de la performance énergétique. Des modules de 2 jours dédiés aux
divers équipements techniques contribuant à la performance énergétique complètent ce parcours de
formation.

Les tableaux suivants décrivent ces dispositifs.


QUALIT’EnR

QUALIT’EnR –
http://www.greta-viva5.org/site/formation.html37 rue La Fayette 75009 PARIS
Tél : 01 48 78 70 90
www.qualit-enr.org

La CAPEB (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment), ENERPLAN


(Association professionnelle de l’énergie solaire), l'UCF (Union climatique de France - FFB), l'UNCP
(Union nationale couverture plomberie - FFB) et le SER (Syndicat des énergies renouvelables) ont
créé l'association Qualit'EnR. Elle a pour vocation de fédérer, autour d’une démarche qualité, les
entreprises d’installation de systèmes à énergies renouvelables. Ainsi après que l'ADEME (Agence
de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) ait développé durant 6 ans l’appellation Qualisol,
elle transfère la propriété de cette appellation à l’association Qualit’EnR qui en assurera désormais
la promotion.
Appellation QUALISOL pour le solaire thermique
charte Si l’installateur qui demande l’appellation Qualisol ne peut pas justifier de trois
Qualisol installations solaires thermiques dans les trois dernières années, il s'engage sur la
qualité de ses prestations et doit suivre :
 soit une formation qualifiante indépendante auprès d’un organisme de formation
référencé par Qualit’Enr
 soit une formation/parrainage par un industriel ayant signé la charte EFIQUACE.

En 2007, Qualit'EnR a élaboré deux référentiels formation : un pour les Chauffe-eau solaires
individuels (CESI) et un pour les systèmes solaires combinés (SSC)
Référentiel Deux jours de formation "théorique" permettant d’aborder les 12 modules
CESI suivants :
1. Le chauffe eau solaire en France
2. Conseiller le client et justifier l'intérêt du CESI
3. Apporter les conseils techniques pertinents
4. Evaluer les besoins et dimensionner
5. Mise en œuvre
6. Elaborer et présenter un devis
7. Connaître et expliquer au client les aides financières et les démarches
administratives
8. Assister le client dans la réception de l'installation
9. Préparer le service après-vente
10. Diagnostic de pannes
11. Suivi des CESI
12. Gestion environnementale des chantiers
Un jour de "Travaux pratiques" consacré à trois travaux pratiques (TP) :
1. la sécurité et l'accès au toit pour la pose de capteurs solaires,
2. la mise en service et la maintenance d'une installation,
3. la régulation
Les organismes de formation doivent être dotés d'une plate-forme pédagogique.
A l'issue de la formation, les stagiaires passent un QCM de validation des acquis.
Référentiel La formation pour obtenir l’appellation « Qualisol COMBI » dure 3 jours avec une
SSC étude de cas. Cette formation a une particularité : l'installateur doit avoir une base
minimum de connaissances pour s'inscrire. Il doit auparavant s'auto-évaluer grâce à
un QCM mis au point par Qualit'EnR.
Appellation QUALIPV pour le solaire PhotoVoltaïque

charte QualiPV Si l’installateur qui demande l’appellation QualiPV ne peut pas justifier de cinq
installations solaires photovoltaïques dans les trois dernières années dont une avec
attestation de contrôle délivrée par Consuel, il s'engage sur la qualité de ses
prestations et doit suivre :
 soit une formation qualifiante indépendante auprès d’un organisme de formation
référencé par Qualit’Enr
 soit une formation/parrainage par un industriel ayant signé la charte EFIQUAPV.

En 2007, Qualit'EnR a élaboré un référentiel de formation décomposé en 2 modules


: QualiPV « module électricité » et QualiPV « module intégration au bâti »

« module deux jours de formation "théorique"


électricité » et un jour de "Travaux pratiques", les organismes de formation devant être dotés
d'une plate-forme pédagogique.

« module La formation générique QualiPV « module intégration au bâti » d'une journée est un
intégration au pré requis pour accéder au « module électricité » de l'appellation QualiPV.
bâti »
A l'issue de la formation, les stagiaires passent un QCM de validation des acquis

Appellation QUALIBOIS pour le chauffage au bois

charte Si l’installateur qui demande l’appellation QualiBois ne peut pas justifier de trois
« QualiBOIS » installations de chaudières fonctionnant à l’énergie bois, dont une automatique
souhaitée, au cours de la période des trois dernières années écoulées, il s'engage
sur la qualité de ses prestations et doit suivre :
 soit une formation généraliste au chauffage domestique au bois auprès d’un
organisme de formation référencé par Qualit’Enr
 soit une formation/parrainage par un industriel ayant signé la charte EFIBOIS.

charte Si l’installateur qui demande l’appellation « QualiBois Automatique » ne peut pas


« QualiBOIS justifier de deux installations de chaudières automatiques réalisées dans les deux
Automatique » dernières années, il s'engage sur la qualité de ses prestations et doit :
 soit justifier de sa participation à un stage technique “chaudières automatiques
bois, granulés, plaquettes” d’une durée de 2 jours minimum, validé
préalablement par l'association Qualit’EnR
 soit suivre une formation/parrainage par un industriel ayant signé la charte
EFIBOIS.
Le dispositif FEE-BAT

FEE-Bat – Formation aux Economies d’Energie des entreprises et artisans du Bâtiment


Un dispositif de formation construit sous l’égide des pouvoirs publics (DIDEME et DGUHC), de
l’ADEME et d’un Comité de pilotage composé de la CAPEB, la FFB, la FF3C, la FG3E, la FNSCOP, l’AFG
et l’UFE

Constat à La part des travaux de rénovation touchant l’amélioration (directe et indirecte) de la


l’origine de ce performance énergétique (enveloppe et systèmes énergétiques) des bâtiments neufs
dispositif et existants est estimée à 15 % (sur un marché global des bâtiments neufs et
existants évalué à 117 milliards d’€ en 2006)
L’effort de formation continue dispensées aux artisans et entreprises du secteur du
Bâtiment est pourtant aujourd’hui essentiellement orienté vers les compétences de
base spécifiques aux différents métiers et vers la sécurité, ne laissant qu’une part
mineure au thème de l’énergie (estimée à environ 3 % des volumes dispensés).
Face au défi de l’efficacité énergétique souligné par les travaux du Grenelle de
l’Environnement, les entreprises et artisans du Bâtiment doivent être à même de
proposer des analyses énergétiques globales aux clients, des solutions intégrées
d’amélioration énergétique touchant à la fois l’isolation du bâtiment, l’efficacité
énergétique des équipements, les énergies renouvelables, la maintenance du
bâtiment dans son ensemble, ...

Objectifs des Le dispositif de formation aux économies d’énergie des entreprises et artisans du
formations Bâtiment, FEE Bat, a ainsi pour objectif de développer et systématiser la prise en
compte de la dimension énergétique dans l’ensemble des travaux de rénovation
des bâtiments, en les appuyant sur des technologies performantes et des
solutions innovantes.
Les formations doivent répondre aux besoins des entreprises et artisans du Bâtiment,
avec un double enjeu :
 augmenter le flux de travaux d’efficacité énergétique
 améliorer le « rendement » des travaux de rénovation en termes
d’économies d’énergie

Les formations font l’objet de fiches d’opérations standardisées dans le cadre du dispositif des CEE
- Certificats d’Economies d’Energie
Les principes du dispositif CEE sont les suivants :
 Les fournisseurs d’énergie volontaires s’engagent à verser aux organismes de
financement des fonds dédiés aux formations aux économies d’énergie dans le
Bâtiment
 Les organismes de financement (OPCA Bâtiment, FAF.SAB, FAFAB,
AGEFOS-PME) utilisent ces fonds pour rembourser les artisans et les
entreprises qui auront envoyé des stagiaires en formation (coûts pédagogiques,
salaires et charges des participants ou indemnisations pour les artisans)
 Les certificats d’économies d’énergie sont attribués sur preuve de réalisation
des formations avec les fonds dédiés des fournisseurs d’énergie volontaires
 L’objectif est de former par ce dispositif 50 000 stagiaires d’ici à fin 2009.
FEE-Bat les contenus de formation
Public chefs d’entreprises, artisans, chargés d’affaires, conducteurs de travaux, personnel
concerné de chantier
Module 1 Identifier les éléments clefs d’une offre globale d’amélioration énergétique des
bâtiments basée sur les différentes solutions techniques et leurs interactions
 connaître les technologies clefs des bâtiments existants et des solutions
2 journées performantes d’amélioration pouvant être mises en place
 maîtriser l’approche globale énergétique du bâtiment
 savoir vendre les économies d’énergie et les services associés

Module 2 Maîtriser les outils et calculs pour mettre en œuvre efficacement une offre globale
d’amélioration énergétique des bâtiments
 comprendre le fonctionnement thermique d’un bâtiment
2 journées  maîtriser les outils d’évaluation de la performance énergétique
 savoir dimensionner la ou les solutions
 disposer des argumentaires techniques, économiques et environnementaux
soutenant l’offre vers le client

Module 3 Connaître, maîtriser et mettre en œuvre les technologies nouvelles faisant l’objet
d’une opération standardisée d’économies d’énergie
2 journées  maîtriser la mise en œuvre de ces technologies
pour chacun  dimensionner et choisir des produits, mettre en œuvre
des thèmes  comprendre les interfaces avec les autres composants du bâtiment
les 9 Thèmes proposés :
 isolation des parois verticales opaques et des planchers bas
 isolation des toitures et planchers hauts
 ouvrants, fermetures et protections solaires
 ventilation
 chauffage à eau chaude
 chauffage à air
 eau chaude sanitaire
 éclairage et autres équipements électriques
 climatisation et rafraichissement
8. Les outils de formation des groupes industriels
Les fabricants de solutions techniques, de matériaux et de matériels ont de tout temps contribué à la
diffusion des techniques en proposant à leurs clients professionnels des journées techniques
d’application dans leurs locaux. C’est sans conteste un mode d’information-formation pratique de
grande ampleur, surtout lorsqu’il s’agit de toucher les professionnels en activité.
Quand ces industriels jugent essentiel ce type de relation avec leurs clients professionnels, ils
structurent généralement un centre de formation interne. Compte tenu de la technicité nécessaire pour
les solutions de froid, chaud et air, l’offre de formation par les équipementiers est très importante.

Quelques exemples

APAVE - IFE FORMATION


48, rue Guynemer 92447 ISSY-LES-MOULINEAUX Cedex
tél : 01 40 54 56 00 www.apave.com

Des thèmes pour les formations de 1 à 5 journées (principalement orientées sur les secteurs industriels)
Utilisation optimale de l'énergie dans l'industrie,
Performance énergétique des bâtiments existants,
Gestion rationnelle des énergies et des fluides industriels,
Maîtrise des énergies : réduction des coûts,
Le chauffage solaire,
Eclairage des locaux dans l'industrie et le tertiaire,
Préparation à l'audit énergétique dans l'industrie,
Géopolitiques et maîtrise de l'énergie

Public visé :
Responsables techniques, responsables de l'énergie
Personnels d'entretien et d'exploitation des installations d'éclairage
Décideurs d'un budget énergie
Ingénieurs et Techniciens BE, Architectes
Collectivités

Campus Veolia Environnement


Rue d’Écancourt 95280 Jouy-le-Moutier
tél : 01 34 32 78 00 www.ieu.tm.fr

Le Campus abrite le CFA-IEU (Institut de l’environnement urbain).


Celui-ci propose des formations pour les jeunes de 18 à 26 ans, allant du CAP au bac+5. Les
formations se font en alternance, et les apprentis sont assurés d’un CDI une fois leur diplôme obtenu.
Le bac pro TMSEC du CFA ouvre la voie à un emploi chez Dalkia ou à un BTS Froid ou FEE.
L’Académie VIESSMANN - Chauffage Solaire
Zone industrielle - B.P. 59 57380 Faulquemont
tél : 03 87 29 17 00 www.viessmann.fr
Les chauffagistes, bureaux d’étude et architectes s’y familiarisent aux techniques modernes du
chauffage. En une année, près de 70 000 professionnels participent aux manifestations de l’Académie
Viessmann.
L’objectif est d’en faire des spécialistes du conseil en installations et en utilisation de l’énergie,
procurant à leurs clients des conseils complets dès la phase d’étude jusqu’au suivi professionnel.

DE DIETRICH – Centre de formation


1 route de Strasbourg 67110 REICHSHOFFEN
tél : 08.88.80.28.50 www.dedietrich.com

Exemple d’un réseau commercial de distribution pour le bâtiment


DSC (Distribution Sanitaire Chauffage), filiale de Point.P (groupe Saint-Gobain Distribution).

Il fait partie des premiers groupes qui ont fédéré le secteur de la distribution sanitaire chauffage par le
rachat de négociants en faillite, se dotant d’une puissance d’action importante permettant un
recensement des produits à une plus grande échelle. Ainsi, plusieurs enseignes développent cette
activité : CEDEO, Dupont Sanitaire Chauffage (27 agences en Région parisienne et dans le quart Nord
Est), SEM ANGLES (40 agences dans le quart Sud Ouest), et CLIM PLUS spécialisé dans le chauffage
et la climatisation et présent dans 10 départements.
DSC comme d’autres groupes a compris que la réorientation de sa démarche commerciale devait
s’accompagner du développement important d’un effort de formation de ses équipes d’aide à la
prescription, au chiffrage et à l’élaboration de devis (environ cent personnes) et de ses plus de trois
cent commerciaux. Ils bénéficient des programmes et actions de formation des industriels sur deux
jours, mais aussi des actions de formation continue organisées par le Lycée Maxilien Perret à Alfortville.

La nécessité de donner un conseil pertinent au client final, en majorité sur le marché de la rénovation.
L’absence d’isolation ou d’huisseries correctes peut entrainer un gaspillage « criminel » de
l’investissement (des combles isolées nécessitent une PaC d’une puissance de 8 Kw contre 14 sans
isolation). D’où la mise en place de stages de deux jours sur les interactions interprofessionnelles
(notion de thermique pour les plaquistes, notion d’isolation pour les menuisiers et les chauffagistes) qui
facilitent la mise en place d’un travail en réseau entre artisans aux spécialités complémentaires qui
devient indispensable. Il ne suffit pas de savoir raccorder un panneau solaire, monter sur un toit, il faut
aussi avoir le personnel qualifié et les dispositifs de sécurité. Les travaux qui portent sur la toiture
couverture et l’intégration d’équipements et composants dans le bâti nécessitent d’apporter une
garantie décennale. Pour le responsable énergies renouvelables de DSC, la manière de dépasser les
problèmes d’assurance c’est le travail en réseau avec le partage des habilitations et assurances, les
couvreurs et maçons portant la décennale et les artisans spécialistes des équipements techniques et
les autres spécialités de second œuvre (plomberie, sanitaire, chauffage, isolation) portant la garantie
biennale. Les seules alternatives envisageables au travail en réseau d’artisans aux spécialités
complémentaires pourraient être les entreprises multi compétentes, les installateurs spécialisés ou
hyper spécialisés ENR, les installateurs pluri compétents.
9. Les associations qui font la promotion de techniques de construction
durable
Le secteur associatif quant à lui a vocation notamment à faire connaître les idées et solutions non
considérées rentables ou fiables à un moment donné. Dans le domaine de l’énergie et de la
construction elles ont joué ce rôle depuis une vingtaine d’années.
Forte de cette expérience et pratique concrète, ce réseau a développé une grande diversité d’offres de
formation allant de la théorie à la pratique. La région Franche-Comté bénéficie d’ailleurs de cette
compétence associative (Ajena, Adera, Gaïa, Ascomade, Arcanne …).
Elles sont généralement très disponibles pour concevoir des modules de formation à destination de
professionnels et intervenir dans les formations déjà en place.

Association LE GABION
Domaine du Pont Neuf Route de St André 05200 EMBRUN
Tél : 04.92.43.89.66
http://gabionorg.free.fr
Présentation Ce centre de formation a 15 ans d’expérience en éco-construction, restauration du
de la structure patrimoine et rénovation du bâti ancien. Ses stages se déroulent à Embrun ou Aix en
Provence (à noter que cet été 2008 un stage « construction paille » a été délocalisé
dans le Jura).
FORMATION PROFESSIONNELLE LONGUE
Ouvrier professionnel en restauration du patrimoine
Public concerné formation conventionnée et financée par le programme régional de formation de la région
PACA avec le concours du FSE.
Validation Formation diplômante de niveau V
Déroulement 1100 heures en chantier-école (2/3 en centre théorie et mise en pratique en chantier école
et 1/3 dans différentes entreprises, soit 11 semaines dans au moins 5 entreprises)
Des offres de FORMATIONS COURTES de 1 à 5 jours
Tout public Menuiserie initiation
Charpente fermes sur poteaux - ossature bois
La chaux dans le bâti ancien et l'éco construction (murs paille)
Construction paille et ossature bois
Maçonnerie pierres calades et murs en pierres sèches
Enduits et peintures terre
Découverte du plâtre, le plâtre écologique à la portée de tous
Plancher massif en planches clouées
Conception bioclimatique et écologique en construction neuve
Taille de pierres
Poêle de masse
Stratégie bioclimatique et écologique en réhabilitation
Menuiserie initiation

Professionnels Plâtre décoratif : moulures, tournage, modelage etc...


Enduits chaux : analyse, pathologie, humidité....du bâti ancien
Conception d'ossatures bois adaptées à la construction paille
Enduits plâtre en extérieur sur murs paille ou en restauration
Construction paille et ossature bois
Voûte et escalier sarrasin ou catalan
Badigeons et patines à la chaux
Ecocentre du Périgord
Froidefon 24450 Saint-Pierre-de-Frugie
Tél : 05.53.52.59.50
www.ecocentre.org
Présentation Lieu de formation et de démonstration pédagogique, ce centre a pour objectif
de la structure d'expérimenter des techniques écologiques portant sur le bâtiment, l'énergie, l'eau et
le paysage.
En 2003 cinq pavillons ont été construits, présentant différents procédés d'éco-
construction. De nouveaux modules sont en construction et des systèmes de
production d'énergie renouvelable seront mis en place.
FORMATION LONGUE
La Saga de l’éco-maison
Objectif introduction à la conception, au dessin et à la réalisation d’une maison écologique
Déroulement Quatrième année de cette formation qualifiante, trois formateurs, sous la direction de
Claude Mickmacher, éco-architecte, 6 sessions de 5 jours réparties sur le premier
semestre 2009, combinant théorie et pratique. Les modules peuvent être suivis
indépendamment les uns des autres.
Session 1 : initiation au dessin d’architecte
Session 2 : la démarche « éco-architecture »
Session 3 : les matériaux de l'écoconstruction
Session 4 : le processus de conception
Session 5 : le gros œuvre
Session 6 : le second œuvre et les finitions

Des offres de FORMATIONS COURTES de 1 à 5 jours


Tout public La chaux dans tous ses états
Introduction au bioclimatisme
Votre projet de construction à la loupe
Construction d’un poêle de masse (ou à inertie) à faible coût de fabrication et
d’utilisation
L'eau dans tous ses états
Bélier Hydraulique
Auto-construire économique
Initiation à la thermique des bâtiments
Les isolants naturels
Le dessin descriptif, introduction à la perspective
Initiation au Dessin Assisté par Ordinateur
Toiture en zinc (couverture et étanchéité)
Théorie et pratique de la construction écologique
Couvertures végétales et végétalisées
Le puits canadien
La terre crue dans tous ses états
Stage energies alternatives: les solutions individuelles
Remplissage paille
La terre, la paille, la chaux

Professionnels (en cours de programmation) Stage sur la Thermique, les Calculs des
performances thermiques d'un bâtiment et des corrections à apportées, vers la
RT2010
BIO-ESPACE
2 agences installées en Alsace

www.bio-espace.com
Présentation Centre d’études en biologie de l’habitat créé en 1988 en ALSACE
de la structure
FORMATION LONGUE
1er cycle : Principes de la construction saine et environnementale

Objectif Assimiler les principes de base concernant la maîtrise des impacts de l'habitat sur
l'environnement et le respect de la santé des occupants dans le cadre bâti.
Se familiariser avec les notions couvrant l'ensemble des cibles et référentiels de la
HQE® (Haute Qualité Environnementale).
Maîtriser professionnellement et savoir appliquer les concepts de la HQE® et les
différentes phases concrètes de la construction saine.
Déroulement sur 7 journées

2ème cycle : Approfondissement en biologie de l’habitat

Objectif Acquérir la méthode d'analyse biotique et environnementale multicritère, basée sur


une évaluation à la fois biologique et géophysique du lieu
Connaître les éléments fondamentaux sur la pathologie de l'habitat, ainsi que les
méthodes concrètes de diagnostic et de rééquilibrage possibles au sein d'un
bâtiment
Savoir proposer les techniques de construction particulièrement capables d'apporter
une correction positive en cas de nécessité
Déroulement
3ème cycle : Perception et créativité, psychologie dans l’habitat

Objectif Connaître les grands Principes Harmoniques auxquels l'être humain est relié en tant
qu'être vivant
Etre capable de faire une approche globale et sensible de l'art de construire en
développant sa perception de l'ensemble des informations du couple "lieu +
occupant", ainsi que sa capacité d'analyse, sa créativité, et son sens de la synthèse
active

D’autres associations ……..


www.arthema-bourgogne.fr un groupement d’artisans du bâtiment sous forme de SCIC à Montbard -
21
www.eauvivante.net , www.apromer.fr
www.ecorce.org , www.educ-envir.org/ecorce
www.educ-envir.org/loubatas (sur la Côte d’Azur)
www.lamaisonenpaille.com
www.terrevivante.org (à MENS, en Isère-38)
www.ecotaupi.org (en Manche-50)
www.habitat-ecologique.org association EMPREINTE en Ille et Vilaine - 35
www.rendezvouslaterre.com dans le Loiret - 45
www.heol2.org en Loire Atlantique - 44
l’association ARCANNE en Franche-Comté
Association « Savoir Faire et Découverte » La Caillère 61100 La Carneille www.lesavoirfaire.fr
02 33 66 74 67 ou au 0 820 820 186
Réseau national
Le comité de sélection de l'association valide les compétences techniques des maîtres de stages, la
qualité professionnelle de la pratique proposée, leur responsabilité écologique et leur volonté de
transmettre leur savoir faire. Chaque professionnel s'engage en échange à respecter la charte du
réseau.
L’apprentissage à lieu dans l'atelier ou sur le lieu d'activité du professionnel. Chacun pratique, s'exerce
et reçoit les conseils du maître de stage. Le nombre de stagiaires est limité 8 au maximum (10 pour
certaines activités d'extérieur), ce qui permet à chacun de progresser à son rythme.
A qui s’adressent ces formations-actions ?
Un animateur qui veut monter un atelier, un agriculteur qui envisage de diversifier ses activités, un
professionnel de l'immobilier ou un artisan qui souhaite s’orienter vers le bâti écologique, un candidat à
l’installation qui hésite et qui cherche à se faire une meilleure idée d’un métier… tout ceux qui veulent
comprendre une technique, pratiquer les gestes essentiels de savoir faire écologiquement responsable
et se faire une bonne représentation professionnelle d’un métier trouveront un intérêt à suivre une ou
plusieurs des stages proposés.
22..22 LLeess iinniittiiaattiivveess aauu sseeiinn dd’’aauuttrreess rrééggiioonnss lliiééeess àà llaa ffoorrmmaattiioonn
ddaannss llee ddoom maaiinnee ddee ll’’eeffffiiccaacciittéé éénneerrggééttiiqquuee ((CChhaannttiieerrss--ééccoolleess,,
ppllaatteeffoorrm
meess ppééddaaggooggiiqquueess… …))
1. Exemples d’initiatives en matière de Chantiers-école1
e chantier-école (dénommé aussi chantier participatif, auto-construction, …) a été un mode de
diffusion des bonnes pratiques privilégié depuis 10 ans par les associations. Souvent conduits avec un
budget modeste et sans grande attention de la part des institutionnels, ces chantiers ont permis
l’éclosion d’une génération de nouveaux artisans du bâtiment. Travaillant dans des structures aux
statuts parfois innovants, ils ont enrichi leurs pratiques par la mise en réseau à travers la France, voire
avec les pays voisins diffuseurs d’expérience.
Toutes ces expériences partagées ont permis aussi la rédaction de livres et notes techniques, précieux
par leur documentation et leur pédagogie.

Aujourd’hui quelques organisations professionnelles ou des organismes nationaux de formation


s’approprient cette démarche d’apprentissage, en mobilisant le soutien financier de partenaires
institutionnels et des moyens de communication importants.

Dans le développement qui suit sont présentés les 4 chantier-école les mieux connus actuellement :
Villavenir, Concert’action, BatirEco, MaisonE.

1 ( À noter que le programme BâtirECO préfère parler de « chantier-évolution »)


Le contexte LOOS-en-Gohelle (Région Nord-Pas de Calais) qui a initié depuis 10 ans une démarche active pour
l’environnement et le développement durable sera un futur pôle régional de référence en
développement durable. Une réflexion autour d’un nouveau quartier y est en cours.
Le programme VILLAVENIR

www.villavenir.fr
Les diverses organisations professionnelles du Bâtiment ont travaillé ensemble pour lancer ce programme, vitrine du savoir-
faire des métiers du bâtiment avec la réalisation de 6 maisons utilisant des concepts constructifs différents sur un même site
: du bois, du béton, de l’acier, des techniques innovantes

Cahier des  des maisons accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR)
charges  des maisons évolutives, modulables et flexibles
 des apports énergétiques naturels et gratuits optimisés : architecture bioclimatique, isolation
et étanchéité à l’air performante, recours aux énergies renouvelables
 un maximum de techniques différentes à utiliser, mais en veillant à ce qu’elles puissent être
utilisées en rénovation

FORMATION Les nouveaux modes de construction créent des nouveaux gestes techniques que les formateurs
vont analyser pour bâtir les modules de formation et accueillir sur le chantier de construction les
stagiaires de divers horizons.
Ce chantier-école « grandeur nature » a également pour objectif :
d’apprendre et transmettre la passion des métiers de la construction
d’accueillir de nouveaux profils, de nouvelles compétences, de nouveaux talents

Evaluation et Création d’un guide à destination des utilisateurs :


partage des conseils sur l’utilisation de la maison
d’expérience des préconisations de maintenance et d’entretien courant
résultats des mesures réalisées pendant le suivi
Conception d'outils d’aide pour les entreprises, maîtres d'ouvrage, maîtres d'oeuvre :
conseils dans les combinaisons de matériaux, de techniques et d’équipements
Suivi et analyse des consommations énergétiques des constructions pendant 3 ans, ainsi que les
conditions de confort d'été
Fiche de présentation rédigée à partir d’un document de travail du pilote de cette action
Jérôme BUFFIERE (ALE de Grenoble)
Le contexte Le programme européen CONCERTO pour un urbanisme durable et performant est
conduit en France sur 4 villes : Lyon-Confluence, Nantes, Ajaccio et sur
l’agglomération grenobloise.
A Grenoble et Echirolles, il concerne 9 projets de construction de logements neufs.
Les niveaux de performances énergétiques sont fixés à : Chauffage 50 kWhep /m2 +
Eau chaude 20 kWhep /m2 (hors solaire thermique) + Electricité des communs 10
kWhep /m2

La démarche CONCERT’ACTION
Il s’agit de Garantir les performances assignées aux bâtiments Concerto et d’impliquer les acteurs
traditionnels de la formation Bâtiment (fédérations du BTP, structures de financement, organismes de
formation) afin qu’ils intègrent cette référence pour définir et optimiser les futures formations à
destination d’un plus large ensemble d’entreprises du Bâtiment.

Les partenaires
 ALE de Grenoble : pilote local pour l’élaboration des formations et la mobilisation des structures en
lien avec la formation
 la Ville de Grenoble comme soutien politique
 le maitre d’ouvrage pour le rôle primordial de mobilisation des promoteurs et entreprises
concernées
 le GRETA de Grenoble organisme de formations du Bâtiment (CPB) pour le rôle de portage
administratif des formations, ainsi que la formation de ses formateurs lors des modules
 les fédérations BTP Isère et Rhône, la FFB Rhône-Alpes pour la mobilisation des entreprises
 les organismes de financement des formations dans le BTP pour la prise en charge financière des
formations, ainsi que le support pour l’élaboration des modules de formation, l’impulsion de
formations

Formations proposées Entreprises concernées


1 : Etanchéité à l’air - Maçonnerie (murs extérieurs)
et isolation par l’extérieur - Façades (mise en place de l’isolant extérieur)
Intervenants : CETE de - Menuiseries (mise en place des menuiseries extérieures)
Lyon (Mr Limoges) ; EBST - Electriciens
(Mr Huyghe) un
démonstrateur de chez
STO
Intervenants
CETE LIMOGES Daniel Ingénieur technique
EBST HUYGHE Jean Philippe Responsable technique et commercial
STO Mr Lacroix Responsable technique et commercial
STO Mr Gramferry Démonstrateur Formateur
ALE BUFFIERE Jerome Chargé de mission
2 : Ventilation Double Flux - Plombier Chauffagiste retenu pour le lot ventilation
- Plaquiste (Pose des faux plafonds)
Intervenants
ALDES PUECH Jean Responsable technique et commercial
ALDES AULAS Christophe Chargé de projets Double Flux
ALE BUFFIERE Jerome Chargé de mission

3 : Système de - Plombier Chauffagiste retenu pour le lot chauffage plomberie par


chauffage par le maitre d’ouvrage
cogénération - Plombier Chauffagiste retenu par GEG pour l’installation du
réseau primaire de chauffage (production par cogénération)
- Personnel de GEG en charge de l’exploitation
Intervenants
TEP2E FOUQUET Didier Responsable BE TEP2E
IUT Genie ThermiqueREBOUD Jean Luc Enseignant IUT Genie Thermique
ALE BUFFIERE Jerome Chargé de mission

4 : Installation solaire - Plombier Chauffagiste retenu pour le lot solaire


thermique
Intervenants : les formateurs de l’Ecole des COMPAGNONS du SOLAIRE

BILAN et PERSPECTIVES

pour l’ADEME Utilisation de ces retours d’expérience dans le cahier des charges de modules de
formation au niveau régional

pour le GRETA Actions de sensibilisation des salariés et formateurs engagées. Installation d’une
plate-forme solaire CESI pour la formation au solaire thermique

pour le fonds Prise en compte des enseignements de « Concert’action » dans l’étude des besoins
de formation de formation au niveau national dans le BTP

pour la Fédé du Souhait de piloter une seconde vague de formations de ce type pour un plus grand
BTP38 nombre d’entreprises en Isère
Le contexte Depuis près de deux ans, la Fédération du BTP 77 avec ses partenaires : le Syndicat
des Architectes de Seine-et-Marne, l’OBTP 77 et le CAUE 77 ont décidé de se
rassembler pour apporter la vraie réponse des professionnels aux objectifs de
réduction de la consommation d’énergie dans le bâti ancien.

Le programme BâtirECO
Lancée fin 2007 l’action se déroulera sur 3 ans (2008-2010)
et le fonctionnement du site sera suivi sur 5 ans (2011-2015)

Les enjeux de BATIRECO visent à accompagner les professionnels du BTP dans la mise en œuvre de
solutions de rénovation et d’offres de services novatrices.
Sur le site expérimental de la gare de Brie-Comte-Robert (à 28 kms de Paris), les nouveaux métiers de
demain et les formations nécessaires à la mise à jour des connaissances techniques seront élaborés.

Cahier des  adapter au patrimoine existant la haute efficacité énergétique


charges  acquérir à cette occasion nouveaux savoirs et nouvelles pratiques
 utiliser le chantier de rénovation pour structurer l’offre de formation
 créer les conditions d’une coopération technique pour répondre aux attentes du
marché par une offre globale
 promouvoir un réseau d’alliances responsables et le dupliquer au niveau
national

Les partenaires labellisé par le Pôle de Compétitivité « Ville et Mobilité Durables »


soutien actif de la FFB, du Fonds Social Européen (DRTEFP), du FNADT
(Préfecture de la Région Ile-de-France), de l’ADEME, du Conseil Général avec
Seine-et-Marne Développement, de la Fondation du Patrimoine

FORMATION Projet général : bâtir de nouvelles compétences pour la rénovation durable

Un chantier-évolution ayant des fonctions pédagogiques, exemplaires et


reproductibles

Plan de travail pour le volet Formation


Formation de formateurs
Réunions de sensibilisation : une centaine d’entreprises
Stages de formation avec l’AS FOR : 50 entrepreneurs et artisans (fin 2007)
Module Eco 1 : Amélioration énergétique des bâtiments
Module Eco 2 : Maîtriser outils et calculs pour mettre en œuvre l’ensemble des
technologies énergétiques complémentaires
Structurer le parcours professionnel des salariés avec un ensemble de
formations courtes (OPCA bâtiment GFC-Aref-Fafsab)
Recrutement expert formation pour identifier les évolutions de compétences pour
tous les corps d’états

Parcours pédagogique pour apprentis, lycéens et étudiants des filières bâtiments


Parrainage de jeunes : recrutement et placement de jeunes en entreprises
Le contexte L’AFPA (Association pour la Formation Professionnelle des Adultes) a souhaité
renforcer son implication auprès des professionnels du bâtiment, en les
accompagnant dans le développement de compétences aptes à répondre aux
nouvelles exigences du secteur et de la profession.

L’opération MaisonE une rénovation Economique + Ecologique = Econologique

Responsable AFPA de l’opération M. Amine Moussaoui amine.moussaoui@afpa.fr


www.maisone.fr
un chantier-formation de rénovation « Econologique » qui se veut un exemple de travaux qui pourraient
être réalisés par les bailleurs privés, les bailleurs sociaux et les propriétaires de maisons individuelles

Les partenaires  la Fédération Française du Bâtiment


de l’AFPA  Promodul
 l’Opac du Val de Marne
 la Région Ile-de-France
 l’organisme certificateur CEQUAMI, filiale du Centre Scientifique et Technique
du Bâtiment (CSTB) et de l’Association QUALITEL

Public Cette réhabilitation complète d’un pavillon à Choisy le Roi (94) sur deux niveaux, de
concerné près de 85 m2, dotée d’un jardinet et appartenant à l’OPAC du Val de Marne sera
réalisée au cours du second semestre 2008 par 45 stagiaires de l’AFPA, formés aux
techniques actuelles d’éco-construction : plancher chauffant, chaudière à
condensation, régulation du chauffage, solaire thermique, systèmes de récupération
et d’économie d’eau, régulation de l’énergie électrique, éclairage naturel, ventilation,
etc …. Tous les corps de métier enseignés à l’AFPA seront représentés du maçon au
carreleur, du peintre en bâtiment au plaquiste, du menuisier à l’électricien en passant
par le chauffagiste et le couvreur.

Une fois le chantier terminé, cette maison sera proposée en logement social au sein
du parc HLM de l’Opac du Val de Marne.
Exemples d’initiatives en matière de plateformes pédagogiques
Pour découvrir et pratiquer les nouvelles technologies, il est bien entendu intéressant pour les stagiaires
de manipuler les matériels grandeur nature. Des Conseils régionaux ont ainsi décidé de déployer sur
leur territoire quelques plateformes pédagogiques EnR dans quelques uns de leur lycée (par ex en
Bretagne) ou sur le site d’un IUT.
D’autres plateformes ont été mises en œuvre dans des centres de formation professionnelle telle que
les AFPA ou les GRETA pour pouvoir y accueillir des sessions Qualit’EnR, avec bien entendu une
utilisation élargie à d’autres publics.
Sur les techniques constructives, le développement de plateformes semblent pour le moment plus
limité.

En Région Bretagne, plateformes pédagogiques liées aux EnR

Pour préparer les élèves aux nouveaux métiers liés aux énergies renouvelables, des plateformes
pédagogiques sont installées dans cinq lycées bretons *. Composées d'une éolienne, de panneaux
solaires photovoltaïques (fournissant de l'électricité) et d'un chauffe-eau solaire thermique, elles
permettront de sensibiliser les élèves de ces filières à la maintenance dans le domaine des énergies
renouvelables (parcs éoliens et panneaux solaires). Un équipement pédagogique mis en place par la
Région, en partenariat avec EDF et l'Ademe.
* lycée public Maupertuis à Saint-Malo, lycée public Le Dantec à Lannion, lycée public Vauban à Brest, lycée privé Le Likès
à Quimper, lycée privé Saint-Joseph à Lorient.

CFA-BTP de Perpignan

6 mini-maisons pour expérimenter la mise en place des EnR


Rue Félix-Trombe Technopole Sud 66000 Perpignan Tél. : 04 68 55 38 88

Grâce aux subventions du conseil régional Languedoc- Roussillon, le Centre de formations des
apprentis spécialisé dans le bâtiment et les travaux publics (CFA-BTP) de Perpignan (Pyrénées-
Orientales) s’est doté cette année de 6 mini-maisons utilisées comme plateformes de formation à la
mise en place de chauffe-eau solaires. Cette plateforme évolutive devrait permettre à l’avenir d’assurer
la formation à d’autres types d’installations telles que les systèmes combinés, la géothermie ou encore
le photovoltaïque. Une quarantaine d’heures d’enseignement sont dédiées aux énergies renouvelables,
et la formation inclut notamment la maîtrise d’un système solaire thermique.

Lycée Alexandre-Bérard, plateformes pédagogiques liées aux EnR


223, rue Alexandre-Bérard 01500 Ambérieu-en-Bugey Tél. : 04 74 38 01 99

À Ambérieu, les élèves du BacPro Technicien en installation et Technicien en maintenance de


systèmes énergétiques et climatiques ont construit actuellement des plateformes pédagogiques mettant
en œuvre une chaudière à bois, un chauffe-eau solaire, une station de pompage photovoltaïque et une
pompe à chaleur avec forage en profondeur. Tous les ans, les étudiants partent également au Maroc
pour installer des stations de pompage photovoltaïques.

Lycée Sixte-Vignon
12, rue Taillade 65800 Aureilhan Tél. : 05 62 38 93 93
Le lycée d’Aureilhan accueille la plateforme technologique de la licence professionnelle STER de l’IUT
de Tarbes. Les élèves du bac pro en profitent pour se former, eux aussi, aux énergies renouvelables.
Centre AFPA d’Aurillac (15)

Cet été 2008 une plate forme-pédagogique « Energies renouvelables » a été inaugurée.
Les stagiaires peuvent y découvrir ce que sont les alternatives énergétiques (solaire, géothermie, bois,
….) et comparer leurs performances mais surtout apprendre à mettre en œuvre les différents produits
que les constructeurs mettent sur le marché. La plate-forme pédagogique leur permet de manipuler les
éléments, installer, désinstaller une chaudière, poser des capteurs solaires, concrètement.
Les entreprises peuvent ainsi également bénéficier désormais d’un site pour former leurs salariés afin
d’être capables de proposer à leurs clients des alternatives en matière de consommation énergétique
dans l'habitat.

BATIPOLE avec la Chambre des Métiers des Côtes d’Armor

Un centre d’information et d’exposition sur la construction et la rénovation

Inscrit dans le contrat de pays, signé entre le Pays de Saint-Brieuc et le Conseil


Régional de Bretagne, Bâtipole concrétise la première phase du programme « la Maison de Demain »
de la Chambre des Métiers des Côtes d’Armor.

Avec le concours de nombreux fabricants et le soutien de partenaires institutionnels tels que le Conseil
général des Côtes d’Armor et l’ADEME, Bâtipole est destiné :
 aux artisans, en attente de formation sur les nouvelles façons de construire,
 aux particuliers, en recherche d’informations objectives et compréhensibles sur leur futur logement,
 aux citoyens, de plus en plus investis dans la sauvegarde de l’environnement.
Conçu comme une véritable vitrine du futur sous la forme d'un centre d'information et d'exposition sur le
bâtiment, Bâtipole souhaite sensibiliser les professionnels aux évolutions de leur secteur d'activité et les
former aux nouvelles techniques de construction

Bâtipole est conçu pour que chacun puisse se repérer face à ces évolutions et obtenir l’information
nécessaire à tout projet de construction ou de rénovation.
Aménagée pour être visitée sans accompagnateur, l'exposition Bâtipole s'articule autour de 4 espaces :

- Espace « Information »
Ce qu’il faut savoir avant, pendant et après la construction ou la rénovation d’un bien immobilier : les étapes
incontournables d’un projet de construction.
- Espace « Matériaux et Technologies »
Les matériaux et techniques de la maison de demain s’exposent et se mettent en scène dans des films
d’animation.
- Espace « Documentation »
Pour consulter sur place des magazines, ouvrages consacrés à la construction et obtenir de la documentation
technique sur les produits présentés dans l’Espace « Matériaux et Technologies ».
- Espace « Vidéo »
Des bornes interactives permettent à chacun de choisir le DVD de son choix sur des thématiques diverses :
récupération de l’eau de pluie, écoconstruction, énergies renouvelables, etc.
Exemples d’initiatives de formations non-diplômantes
Pour terminer ce panorama de l’offre de formation (certainement incomplet, mais tout de même très
largement représentatif), le rapport cite quelques exemples de formation mise en place. Répondant à
des besoins d’emploi, le fait de ne pas être diplômante n’est pas un problème : souvent leur
responsable envisage toutefois la reconnaissance à court terme de leur formation par un diplôme (…
éventuellement un nouveau diplôme).

Lycée privé Le Likès


20, place de la Tourbie 29000 Quimper
Tél. : 02 98 95 04 86 Directeur des études Jean Pierre MOCAER
www.likes.org
Présentation Doté d’une plate-forme pédagogique "Energies renouvelables et maîtrise de l’énergie", cet
de la structure établissement poursuit sa démarche avec le projet d’une maison des énergies renouvelables
http://enr.likes.org (et la chronologie sur http://enr.likes.org/maison/agenda.php ) et construit une
offre de formation en rapport avec ces thèmes

Formation complémentaire d’initiative locale (FCIL), reconnue par l’Éducation nationale


« Technicien installateur en systèmes des énergies renouvelables»
1ère rentrée en octobre 2007
Objectifs Apporter les bases fondamentales pour la mise en œuvre et la maintenance des
sources d’énergies renouvelables : solaire photovoltaïque, solaire thermique,
pompes à chaleur
Répondre à la demande en main d’œuvre qualifiée des entreprises du secteur
« Plomberie – Chauffage – Climatisation », dans le contexte du développement des
énergies renouvelables.
Public concerné Jeunes, titulaires d’un diplôme de niveau IV :
 Bac Professionnel ELEEC, Energétique …
 Bac STI Génie électrotechnique
Validation Formation non diplômante
Mention du FCIL portée sur le diplôme initial

Déroulement 26 semaines en alternance

495 h en école
Modules de formation technique (400 h) Modules de formation générale (95 h)
1.Systèmes solaires thermiques et 1.Concept du développement durable et enjeux
photovoltaïques des énergies renouvelables
2.Les installations de production d’eau chaude et 2.Mathématiques et sciences appliquées
de chauffage 3.Actualité bâtiment
3.Installations solaires Photovoltaïques « PV » 4.Communication
4.Complémentarité des technologies (Energies
d’appoint Gaz - Bois – Electricité)
5.Pompes A Chaleur « PAC »
6.Electricité et régulation
7.Conseil à la clientèle
8.Hygiène - Prévention – Sécurité « HPS »
385 h en entreprise
Modules de pratique des techniques de pose Modules d’application (335 h)
(50 h) 1.Chantiers « solaire thermique »
1.Plomberie / Chauffage 2.Chantiers « Pompe à Chaleur »
2.Couverture / Zinguerie 3.Chantiers « solaire photovoltaïque »
4.Chantiers de mise aux normes « Gaz –
Electricité »

Lycée François-Bazin
145, av. Charles-de-Gaulle 08109 Charleville-Mézières Cedex Tél. : 03 24 56 81 38

Lancée à la rentrée 2006 en partenariat avec le centre de formation allemand sur l’éolien BZEE, cet
enseignement vise à former des techniciens de maintenance spécialisés dans l’éolien. L’option
Anglais technique est destinée aux étudiants titulaires d’un bac pro Mécanique, Électrotechnique ou
Maintenance. L’option Management d’une équipe s’adresse aux titulaires d’un BTS industriel ou d’un
DUT Génie électrique ou Mécanique ou encore Maintenance. La formation est aussi ouverte aux
adultes en formation continue. Le stage dure huit mois.

Centre de Formation Professionnelle de Contamines-sur-Arve (74)

Tél : 04 50 03 91 03 Responsable Nathalie BALSO

Mise en place d’un cycle de formation « TOUS ACTEURS DU DEVELOPPEMENT DURABLE ».


en association avec Prioriterre (association départementale de promotion de la MdE et des EnR )

Dans le cadre de la Promotion Sociale et Professionnelle, cette formation bénéficie du soutien financier
de la Région Rhône-Alpes. Les candidats peuvent suivre tout ou partie du programme.
Modules de sensibilisation, accessibles à toute personne qui souhaite s’approprier toutes les
dimensions du développement durable
Module n°1 : CONCEPTS ET ENJEUX DU DEVELOPPEMENT DURABLE 7 fois 2h30
Module n°2 : TECHNIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT DURABLE 6 fois 2h30
Module n°3 : EXEMPLES DE DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE 4 fois 2h30

Modules professionnels, accessibles à toute personne qui souhaite devenir acteur du


développement durable dans sa vie personnelle et/ou professionnelle
Module n°4 : INDUSTRIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE 5 fois 2h30
Module n°5 : ENSEIGNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE 3 fois 2h30
Module n°6 : GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS 4 fois 4h
Module n°7 : ECOCONSTRUCTION ET HABITAT BIOCLIMATIQUE 5 fois 4h
Module n°8 : TOURISME ET DEVELOPPEMENT DURABLE 4 fois 2h30 + une visite de 4h
Module n°9 : COLLECTIVITES LOCALES ET DEVELOPPEMENT DURABLE 4 fois 2h30
Module n°10 : AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT DURABLE 6 fois 2h30
Module n°11 : COMMERCE, ARTISANAT ET DEVELOPPEMENT DURABLE 5 fois 2h30
SAINT-LOUIS FORMATION
Clos Soubeyran BP 518 26402 CREST
Tel: 04.75.25.00.60 Responsable de la formation Pascal FAURE
http://stlouis.crest.free.fr/accueil/accueil.htm
TCER - Technicien conseil en énergies renouvelables
1 an dont 540 heures en centre de formation
Cette formation porte sur le conseil, le dimensionnement et la mise en oeuvre des énergies
renouvelables. Accessible à tous, en particulier dans le cadre d'un contrat de professionnalisation, d'un
congé individuel de formation ou d'une reconversion.
Les épreuves de qualification sont placées sous le contrôle de la CAPEB.
• 2003 : émergence de l'idée, rencontre avec des artisans (Technosolar) qui ont exprimé un
besoin d'une formation dans le domaine.
• 2004 : formation pratique des futurs formateurs au sein d'entreprises.
• 2005 : formation théorique des futurs formateurs à l'ASDER à Chambéry.
• Janvier 2006 : lancement de la première promotion (8 stagiaires).
• Mars 2008 : 3ème promotion avec 12 stagiaires.

L’établissement espère obtenir la validation de cette formation de niveau Bac par un Certificat de
Qualification Professionnelle (CQP) Installateur et conseiller en énergies renouvelables.

Institut de formation Marillac Entreprise IFME (au sein d’un lycée privé catholique)
68 Av Victoire Dalbiez 66000 PERPIGNAN Tel: 04.68.54.53.53
Formation d’installateur en énergie solaire (thermique et photovoltaïque)
pour demandeur d'emploi, jeunes et adultes
14 semaines en centre, 12 semaines en entreprise - Niveau BEP (non diplômante)
Annexe 3 : Regards sur la formation en Allemagne et Suisse
dans le domaine de l’efficacité énergétique

Cette annexe présente les éléments recensés par le cabinet ICE (entretiens et analyse documentaire)
sur les pratiques énergétiques et de formation existantes en Allemagne et en Suisse .

Elle présente également les coordonnées de représentants suisses favorables à l’établissement de


partenariats avec des homologues franc-comtois dans les champ de l’efficacité énergétique.

33..11 EEnn AALLLLEEM


MAAG
GNNEE
Quelques repères sur la politique énergétique germanique

''Le gouvernement fédéral allemand a pour objectif de rénover énergétiquement 5 % du parc


existant par an !'' (Actu-Environnement.com - 18/06/2007 Propos recueillis par F.ASCHER)
Chargé de mission dans le département Energie du Ministère fédéral de
l'économie et de la technologie (BMWi) à Bonn, Marc Ringel dresse pour Actu-
Environnement.com un panorama de la Politique allemande pour améliorer
l'efficacité énergétique des bâtiments. En plus de son activité au sein du comité
scientifique ''changements climatiques globaux'' du gouvernement fédéral, Marc
Ringel a effectué son doctorat en 2004 à l'Université de Chemnitz sur le thème de
''l'énergie et la protection du climat''.
Marc.Ringel@bmwi.bund.de
www.bmwi.de/BMWI/Navigation/energie

Il est depuis début 2009 à l’OCDE (délégation allemande) à Paris. m.ringel@hotmail.de

AE : Quelle est la situation en Allemagne, notamment dans ce domaine de l'efficacité


énergétique des bâtiments ?
MR : L'ensemble du secteur des bâtiments représente 46 % de la consommation d'énergie finale. En
résidentiel, près de 90 % de cette énergie sont utilisés pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire. Dans
les autres secteurs, industriel, tertiaire et dans les bâtiments publics, le chauffage et l'eau chaude
occupent encore une grande part de la consommation. Le potentiel d'économie d'énergie est énorme,
notamment dans l'existant. En résidentiel, les études anticipent une réduction possible de la
consommation d'énergie de chauffage de l'ordre de 50 % d'ici 2030, par rapport au milieu des années
1990. Dans le secteur tertiaire, cette réduction pourrait approcher les 46 %. Ces estimations s'appuient
essentiellement sur l'hypothèse d'une amélioration de la qualité énergétique des bâtiments et des
installations techniques, notamment pour le chauffage, l'eau chaude, la ventilation et la climatisation.
Ces quelques chiffres montrent clairement pourquoi ce secteur est devenu une priorité du
gouvernement fédéral.

AE : Depuis les crises pétrolières des années 1970, l'Allemagne fait figure de modèle en Europe.
Quelles sont les mesures prises par l'Etat fédéral ?
MR : Dans son contrat de coalition de novembre 2005, le gouvernement fédéral s'est fixé l'objectif très
ambitieux de rénover énergétiquement chaque année environ 5 % du parc immobilier construit avant
1978. Aujourd'hui, quelque 2,5 % des bâtiments existants le sont effectivement chaque année.
Toutefois, seuls 1 % d'entre eux subit une rénovation énergétique complète. Pour atteindre cet objectif
de 5 % et mettre à profit ce potentiel, l'Etat fédéral a adopté différentes dispositions qui peuvent être
regroupées en trois chapitres. D'abord, l'application de réglementations fixant les prescriptions
minimales en matière d'efficacité énergétique. Ensuite, des mesures de consultation et de financement
par l'intermédiaire de campagnes d'information, de services de conseil pour les consommateurs et de
programmes de subvention. Enfin, l'intégration de cette thématique au sein du programme fédéral de
recherche dans le domaine de l'énergie.
AE : Vous parliez d'un renforcement des réglementations ?
MR : En effet, le décret allemand sur les économies d'énergie (EnEV) constitue la mesure législative
pivot du dispositif. En vigueur depuis 2002, ce texte s'appuie sur la loi relative aux économies d'énergie
de 1976 et fixe les standards de consommation maximale pour les bâtiments neufs et les bâtiments
existants faisant l'objet de travaux de réhabilitation importants. Il précise les directives concernant la
certification énergétique des bâtiments neufs. En outre, il rassemble deux décrets traitant de
l'enveloppe du bâtiment et des installations de chauffage jusqu'alors séparés, et introduit une
méthodologie basée sur la consommation d'énergie primaire pour un bilan énergétique global. En
septembre 2005, afin de transposer d'autres éléments de la directive européenne sur la performance
énergétique des bâtiments (EPBD) - notamment la prise en compte des systèmes de climatisation et
d'éclairage des bâtiments non résidentiels, ainsi que l'introduction des certificats énergétiques
également pour certains bâtiments existants - le gouvernement fédéral a défini les bases juridiques de
l'amendement de ce décret. La transposition est en cours.
AE : Qu'en est-il du second groupe de mesures ?
MR : Les réglementations ne pouvant contribuer qu'en partie à l'amélioration de l'efficacité énergétique,
des mesures supplémentaires de financement et de conseil se sont avérées nécessaires. Le
gouvernement soutient aussi bien les structures d'information générale pour le consommateur que le
conseil personnalisé réalisé sur place par des consultants hautement qualifiés. Via l'agence allemande
de l'énergie (dena) et le centre d'information sur l'énergie (BINE), le gouvernement sensibilise le public
aux économies d'énergie dans les bâtiments et aux constructions à faible consommation d'énergie. La
palette des mesures couvre les campagnes d'information sur l'efficacité énergétique, l'organisation de
congrès et de conférences, et même la mise en place d'un service d'information téléphonique sur
l'énergie !
AE : Comment ont été octroyées les aides financières ?
MR : Elles résultent essentiellement des programmes de crédits préférentiels immobiliers de la banque
KfW. Ces programmes sont financés, d'une part, par les moyens propres de cette banque et d'autre
part, par des subventions fédérales. Par rapport aux années précédentes, les subventions accordées
au programme de réduction du CO2 dans les bâtiments, ont presque triplé. Elles sont passées de 360
M€/an pour la période 2001-2005 à 1 Md€/an pour la période 2006-2009. D'où l'intérêt grandissant
suscité par ces programmes ! Ainsi, fin mai 2006, les prêts accordés dans le cadre du programme de
réduction du CO2 dans les bâtiments ont dépassé 5 Md€, soit le double des prêts accordés en 2005
(environ 2 Md€ au total). Sur l'ensemble des programmes ''modernisation des logements'', ''construction
écologique'' et ''réduction du CO2 dans les bâtiments'', des crédits à hauteur de 6,9 Md€ ont été
accordés durant le premier semestre 2006.
AE : L'Etat fédéral mise également sur la recherche…
MR : L'ensemble de ces mesures est effectivement complété par l'initiative de recherche ''efficacité
énergétique des bâtiments'' (ENOB) intégrée au programme fédéral de recherche dans le domaine de
l'énergie. Là encore, l'Allemagne a fait figure de précurseur en construisant les premières maisons à
faible consommation d'énergie, dès les années 80. Aujourd'hui, le label Passiv-Haus (maison à très
faible consommation d'énergie) constitue une référence. L'objectif technologique actuel est de
développer des bâtiments ''zéro énergie'' voire des bâtiments à énergie positive. Les innovations
concernent essentiellement l'isolation (vitrages à isolation sous vide, façades fonctionnelles), le
stockage (matériaux à changement de phase, piles à combustible), le traitement de l'air
(assainissement de l'air, récupération d'énergie), l'intégration des énergies renouvelables (solaire
thermique, solaire photovoltaïque, géothermie) et la gestion de la chaleur et de l'électricité produites.
Dans le cadre de cette initiative de recherche, le Ministère de l'économie et de la technologie (BMWi) a
également renforcé son activité de soutien ''rénovation énergétique des bâtiments'' (EnSan). Dans une
perspective économique à long terme, l'un des objectifs consiste à développer davantage les
technologies nécessaires à la réduction de la consommation énergétique dans les bâtiments existants !
Quelques repères sur la formation germanique
La formation initiale en Allemagne
L’éducation préscolaire n’est pas obligatoire.
La scolarité obligatoire à temps plein concerne les enfants ayant entre 6 ans révolus et 15 ans. Au delà
il est possible de prolonger par une formation générale ou professionnelle à temps plein. Les jeunes qui
ne choisissent pas ces possibilités sont tenus de prolonger leur scolarité dans une école à temps partiel
pour une durée de 3 ans.
(voir l’organisation générale dans le tableau ci-après)
La conférence permanente des ministres de l’Education et des affaires culturelles des Länder (KMK) a
défini des caractéristiques communes aux systèmes scolaires de tous les Länder et passé des accords
pour la reconnaissance des certificats de fin d’études délivrés par les établissements de l’enseignement
général et professionnel dans tous les Länder.

La formation professionnelle continue en Allemagne


Anpassungsfortbildung = la formation continue d’adaptation
Il s’agit de mettre à jour les qualifications professionnelles acquises et leur adaptation aux
développements scientifiques et techniques les plus récents. Elle n’a pas pour objet la promotion
hiérarchique.
Aufstiegsfortbildung = la formation continue de promotion
Elle tend en général à faire acquérir une qualification plus haute, avec ou sans diplôme,
nécessaire à une promotion professionnelle nécessaire dans l’échelle hiérarchique. Les Länder
sont compétents en matière de formation continue générale, de formation continue pour
l’obtention de qualifications scolaires, de la formation continue scientifique pour les
établissements de l’enseignement supérieur ainsi que certains domaines de la formation continue
politique et professionnelle.

Les organismes et lieux de formation continue sont très nombreux et concernent différents publics.
Les Volkshochschulen (universités populaires) sont des centres de formation ouverts dans toute
l’Allemagne (plus de 1000 sites). Ils offrent une formation générale et professionnelle à tout
public souhaitant progresser dans sa vie professionnelle. Généralement, ces centres sont gérés
par les communes et le coût de formation reste minime.
Les entreprises disposent souvent de centres de formation internes ou mutualisés avec d’autres
entreprises.
Il s’agit également d’instituts privés, d’Eglises, d’établissements supérieurs coopérant avec les
fédérations professionnelles, de chambres de commerce, d’agriculture, des métiers, les
fédérations, des syndicats, des institutions d’apprentissage par correspondance, de
bibliothèques, d’écoles de la seconde chance.

Le ministère fédéral de l’éducation et de la recherche a octroyé des fonds au programme Régions


apprenantes - promotion des réseaux « Lernende Regionen - Fôrderung von Netzwerken ». Par
exemple, dans toute l’Allemagne, 73 réseaux bénéficient au titre de ce programme d’une aide de 118
millions d’euros au total jusqu’en 2007.
Dans le cadre du programme InnoRegio, plus de 700 projets de recherche et développement, mais
aussi de formation initiale et continue très proche du marché, ont été mis à pied depuis 1999 et
particulièrement dans l’est de l’Allemagne.
cycle GRUNDSCHULE
primaire Enseignement primaire
Entrée dans le cycle secondaire vers 10-12 ans
(dans certains Länder les deux 1ères années « orientation » sont communes aux 3 voies)
HAUPTSCHULE REALSCHULE GYMNASIUM
(école de fin de scolarité (collège secondaire d’enseignement (1er cycle du lycée)
1er cycle obligatoire) secondaire)
secondaire
Enseignement général de Enseignement général étendu Enseignement général
base en 5 ou 6 ans en 6 ans approfondi en 4 ou 5 ans

BERUFSFACHSCHULE FACHOBERSCHULE GYMNASIUM


2ème cycle
(école professionnelle à temps (école secondaire d’enseignement (2ème cycle du lycée)
secondaire
plein) ** technique)
de 15-16 Enseignement Enseignement général et Enseignement général
ans à 18-19
ans professionnel et général connaissances techniques approfondi en 2-3 ans
en 1 à 3 ans théoriques et pratiques
diplôme Qualif professionnelle ABITUR spécialisé ABITUR

Berufliche GYMNASIUM FACHHOCHSCHULE UNIVERSITÄT


ou FACHGYMNASIUM une création spécifique à (université, école supérieure
(lycée professionnel et l’Allemagne des années 60, assez technique, université de sciences
spécialisé) proche des universités de sciences appliquées)
Enseignement secondaire appliquées ou écoles supérieures
technique
supérieur technique ou
en 3 à 5 ans en 5 à 6 ans
économique
Diplôme
compatible Qualif professionnelle
à l’échelon Bachelor, Master Bachelor, Master
internatal
spécialisée
** autre voie pour ceux qui choisissent de quitter l’enseignement temps plein : le « Duales System », une
alternance entre
 la formation en entreprise : l’État fédéral a la responsabilité de la formation professionnelle en
entreprise et missionne sur cette partie les chambres de commerce, chambres de métiers et
organisations professionnelles
 et le centre de formation d’apprentis (BERUFSSCHULE, centre de formation d’apprentis) : les
Länder ont la responsabilité de la mise en œuvre de la formation professionnelle scolaire et ils
assurent également son financement avec les autorités locales.
Au terme de ces études, le jeune obtient le droit d’exercer la profession réglementée à laquelle ils se sont
formés et de porter le titre de travailleur qualifié (qualifizierte Fachkraft/Facharbeiter). Les entreprises
prennent en charge le coût de la formation et versent à l’apprenti une rémunération (environ à un tiers de
celle d’une personne qualifiée formée) dans le cadre d’un contrat de droit civil. Les entreprises allemandes
sont ainsi fortement impliquées dans la formation professionnelle initiale au travers du système dual.

FACHSCHULE (Centre de formation en alternance) pour former des cadres moyens spécialisés, futurs
responsables en gestion d’entreprises dans des secteurs variés et ayant une expérience professionnelle
dans ce secteur.
Institut fédéral pour la formation professionnelle BIBB = Bundesinstitut für Berufsbildung
Robert-Schuman-Platz 3 A 1.2 Vertrieb 53142 BONN Fax: 0228-107-2967
vertrieb@bibb.de www.bibb.de (allemand … et un peu d’anglais)
http://www.bibb.de/de/index.htm
accès à toutes les informations sur des apprentissages officiellement reconnus en Allemagne (la
durée, le contenu, la répartition entre le travail sur le chantier et l'école).

http://www2.bibb.de/tools/aab/aabgrupp.php
accès à une liste des différents secteurs professionnels, de leurs métiers pour lesquels le contenu
détaillé de formation est présenté.
par exemple l'apprentissage : "Technique de l'énergie et du bâtiment (Elektroniker/ Elektronikerin
- FR Energie- und Gebäudetechnik)": http://www2.bibb.de/tools/aab/aab_info.php?key=fhsdkhj

Un peu de vocabulaire : Elektriker (électricien) Maurer, Betonbauer (maçon) Zimmerer,


Dachdecker, Gerüstbauer (charpentier), Bau- oder Hilfsarbeiter ohne Ausbildung (ouvrier sans
diplôme ou apprentissage), Maurer, Zimmerer etc. (les ouvriers avec apprentissage - maçon etc.),
Vorarbeiter (chef d'équipe) Polier (contremaître) Bauführer (chef de chantier) Baumeister (maître
d'œuvre)

Exemples de formations supérieures, orientées sur les thèmes MdE et EnR

Le système d’enseignement supérieur en


République fédérale d’Allemagne englobe
environ 350 établissements supérieurs. Une
distinction est faite entre les types
d’établissements supérieurs suivants :
• les universités,
• les Fachhochschulen (créées le 5 juillet
1968 avec la déclaration de principe
des ministres-présidents des Länder en
2002, on en dénombrait 156 dans toute
l’Allemagne, dont 27 dans l’est de
l’Allemagne),
• les écoles supérieures de pédagogie,
• les écoles supérieures des Beaux-Arts.
à la TECHNISCHE UNIVERSITAT MUNCHEN - TUM
CLIMADESIGN - MASTER OF SCIENCE (M.SC.)
Arcisstrasse 21 80333 München Telephone: +49-89-289-01 http://portal.mytum.de/welcome
Responsible friedemann.jung@lrz.tu-muenchen.de

Description http://portal.mytum.de/studium/studiengaenge_en/masterstudiengang_climadesign
ClimaDesign presents solutions for buildings which can achieve more while needing less technology. Its
aim is to develop buildings which offer maximum comfort while using minimum energy. Thus, a holistic
approach towards the planning procedure becomes necessary. Architecture and technology should not
be planned in a serial manner, but must form a balanced and complete system at the end of a
multidimensional process.
The major field of study and the aim of ClimaDesign is an interdisciplinary education to develop building
designs which are optimized in terms of energetic performance and their building climatology
performance. Thus, the formerly independent disciplines of design, energy and engineering are merged.
The Master’s program ClimaDesign addresses the subject areas sustainable building and holistic
planning in four inter-coordinated semesters. Each semester offers a large amount of practical
experience due to the fact that students handle current scientific and practical topics. Furthermore,
external teaching staff with the relevant professional experience is integrated into the course. Field trips
to relevant companies round off the variety of practical elements throughout the course.

Major fields of study


Holistic building, regenerative energies, comfort and general aspects of well-being, energy-efficient
buildings, basic knowledge of building climatology and energy technology, planning of facades,
integration of aeration concepts, concepts of energy supply, installation concepts, conceptual fire
protection, lighting simulations, thermal simulation, circulation simulation and building aerodynamics,
experimental measurements and investigations (wind channel, climate lab, artificial sky, solar station,
façade testing facility), technical feasibility, project development, legal foundations, building within an
international context, soft skills.

Duration of study : 4 semesters Language : German, English Location : München

Conditions for admission


University degree in the fields of architecture, civil engineering, mechanical engineering, electro-
technology, physics and comparable disciplines or an equal degree received at a university abroad;
minimum professional experience of one year; certificate of an officially accredited language test which
documents the applicant’s knowledge of German and English; one step qualification screening test
à la TECHNISCHE UNIVERSITAT MUNCHEN - TUM
ENERGY AND PROCESS TECHNOLOGY - BACHELOR
Arcisstrasse 21 80333 München Telephone: +49-89-289-01 http://portal.mytum.de/welcome
Responsible Frau Ingrid MAYERSHOFER studeinberatung@wzw.tum.de

Description
Focus of the course of study Energy and Process Technology is the development of processes and
equipment in order to produce high value products for daily needs via chemical, physical, or biological
pathways. Safe, sustainable, and resource-efficient energy and material conversion processes should
be utilized. This requirement creates for the Energy and Process Technology engineer a versatile and
branch-independent field of application. The main focus of the process industry comprises the
development and improvement of production processes, plant construction and plant operation as well
as safety engineering.

Major fields of study


Mechanical Engineering

Duration of study : 6 semesters Language : German Location : Garching

à la TECHNISCHE UNIVERSITAT MUNCHEN - TUM


ENERGY AND PROCESS TECHNOLOGY - MASTER OF SCIENCE (M.SC.)
Arcisstrasse 21 80333 München Telephone: +49-89-289-01 http://portal.mytum.de/welcome
Responsible Frau Ingrid MAYERSHOFER studeinberatung@wzw.tum.de

Description
Focus of the course of study Energy and Process Technology is the development of processes and
equipment in order to produce high value products for daily needs via chemical, physical, or biological
pathways. Safe, sustainable, and resource-efficient energy and material conversion processes should
be utilized. This requirement creates for the Energy and Process Technology engineer a versatile and
branch-independent field of application. The main focus of the process industry comprises the
development and improvement of production processes, plant construction and plant operation as well
as safety engineering.

Major fields of study


Mechanical Engineering

Duration of study : 4 semesters Language : German Location : Garching


à la TECHNISCHE UNIVERSITAT MUNCHEN - TUM
RENEWABLE RESOURCES - MASTER OF SCIENCE (M.SC.)
Arcisstrasse 21 80333 München Telephone: +49-89-289-01 http://portal.mytum.de/welcome
Responsible wolfgang.mayer@wzw.tum.de

Description
The master’s degree program is targeted at qualified students with a bachelor’s degree in natural
sciences, life sciences and engineering. It provides an excellent interdisciplinary education in the field of
renewable resources.
The master’s degree program covers the entire value chain of biogenic resources. Thanks to the close
interconnection between both pure and applied research and teaching the degree program prepares
students for the challenges of this future-oriented field in an optimal way.
The master’s degree program is a collaboration project between the Technische Universität München
and the Fachhochschule Weihenstephan.

Major fields of study


Natural and Engineering Sciences

Duration of study : 4 semesters Language : German Location : Weihenstephan

à la TECHNISCHE UNIVERSITAT MUNCHEN - TUM


SUSTAINABLE RESOURCE MANAGEMENT - MASTER OF SCIENCE (M.SC.)
Arcisstrasse 21 80333 München Telephone: +49-89-289-01 http://portal.mytum.de/welcome
Responsible Sophie PAHLMANN info@forst.wzw.tum.de

Description
International and German students will be prepared for professional work in the various fields of
resource management. Graduates will learn important concepts and techniques for sustainable
management and they will acquire special management skills. This program addresses the full
spectrum of natural resource management, from human resources to landscape planning, and including
plant, water and wildlife resources. It takes students well beyond the boundaries of traditional
disciplines, such as forestry and agriculture.

Major fields of study


A series of 7 core courses are required. This is followed by twelve courses in 2 elective fields, selected
from among eight fields of specialisation. This sequence then leads to the Masters thesis.

Duration of study : 4 semesters Language : German Location : Weihenstephan


à la FACHHOCHSCHULE d’AUGSBURG
ENERGIEEFFIZIENTES PLANEN UND BAUEN (BACHELOR)
An der Fachhochschule 1 86161 Augsburg Tel : ++49-(0)821-5586 3102 oder 3108
www.hs-augsburg.de/hochschule.de/fakultaet/architektur_bauingenieurwesen/index.html
Architektur architektur@hs-augsburg.de und Bauingenieurwesen bau@hs-augsburg.de

Objectif des études : avoir des étudiants maîtrisant les bases de l’optimisation énergétique d‘un
bâtiment et capables d’améliorer la performance énergétique de différent types de bâtiments vers le
label Passivhaus

Connaissance de la physique du bâtiment.


Prise en compte d’aspects écologiques comme l’analyse de cycle de vie.
Formation sur 7 semestres.

Prof. Dr. Martin Bauer - Studienberater Mail: martin.bauer@hs-augsburg.de


Prof. Georg Sahner - Studiengangsleiter Mail: georg.sahner@hs-augsburg.de

à la FACHHOCHSCHULE d’AUGSBURG
ENERGIE EFFIZIENZ DESIGN (MASTER)
An der Fachhochschule 1 86161 Augsburg Tel : ++49-(0)821-5586 3102 oder 3108
www.hs-augsburg.de/hochschule.de/fakultaet/architektur_bauingenieurwesen/index.html
Architektur architektur@hs-augsburg.de und Bauingenieurwesen bau@hs-augsburg.de

à la UNIVERSITAT de KARLSRUHE (département Architektur und


Bauingenieurwesen) en collaboration avec la Fachbereich de Geisenheim)
ALTBAUINSTANDSETZUNG - RESTORATION OF OLD BUILDINGS (MASTER)
http://www.altbauinstandsetzung.uni-karlsruhe.de
Englerstrasse 7, D-76131 Karlsruhe Tél : 0049 (0) 721 - 608 3740
Kontakt Anette Busse altbau@arch.uni-karlsruhe.de

Ce Master orienté sur la rénovation du parc immobilier existant ( aspects du patrimoine, droit...) accorde
un peu de place à l’approche énergétique et écologique d’un bâtiment.

Responsable Prof. Dipl.-Ing. Matthias Pfeifer und Dr.-Ing. Hannes Eckert

à la FACHHOCHSCHULE de MUNCHEN (Fakultät für Architektur)


STADTEBAU URBAN DESIGN – SUSTAINABLE BUILDING DESIGN (MASTER)
Karlstraße 6, 80333 München Tel : 089 1265-2625 architektur@hm.edu
http://www.lrz-muenchen.de/architektur http://www.hm.edu
Responsable Prof. Tomas Valena Telefon: +0049 89 1265 2657 E-mail: valena@hm.edu

Duration of study : 7 semesters Language : German Location : München


Ce Master aborde les questions de la construction par le thème de l’urbanisme.
à la BERGISCHE UNIVERSITAT de WUPPERTAL (Fachbereich D : Architektur,
Bauingenieurwesen, Maschinenbau und Sicherheitstechnik)
ENTWERFEN OKOLOGISCHES BAUEN (MASTER)
Pauluskirchstraße 7 42285 Wuppertal Tel : +49(0)202 - 439 4075

La construction bioclimatique se trouve au centre de ce Master : « il faut trouver des solutions


fonctionnelles qui sont écologiquement et esthétiquement viables »
Responsable : Prof. Rainer Scholl E-Mail : scholl@uni-wuppertal.de Telefon : 0202.439.4118
1985 Diplom an der Universität Stuttgart
1986-1988 Mitarbeit im Büro Richard Meier & Partners, New York
1988 Gründung des Büros in Stuttgart
1994-1997 Professur Entwerfen und Baukonstruktion an der Fachhochschule Anhalt, Dessau
seit 1997 Professur Entwerfen_Ökologisches Bauen an der Bergischen Universität, Wuppertal

à la FACHHOCHSCHULE de ZITTAU-GÖRLITZ en collaboration avec la


Bauakademie de Saxe
ENERGIEEFFIZIENTES BAUEN UND SANIEREN (MASTER)
Standort Zittau - Haus ZII Schliebenstraße 21 Tel : (03583) 61 16 32
fb-bauwesen@hs-zigr.de http://hs-zigr.de/bauwesen/cms/index.php?id=986
Responsable Prof. Dr.-Ing. habil. Reinhard Schwerter Tel. 03583-611625 r.schwerter@hs-zigr.de
ainsi que Dietmar Roessler d.roessler@hs-zigr.de

Objectif : trouver des solutions inventives et énergiquement viables pour la construction et la rénovation
des bâtiments

Lieux de la formation : Zittau (à l’est de Dresde, au bord des frontières de Pologne et Tchéquie) et
Dresde
Calendrier : formation continue et payante de 9 modules (une semaine de 6 jours) répartis sur 4
semestres
Modul 1: Energetische und ökologische Grundlagen (bases de l’énergie et de l’écologie)
Modul 2: Bauphysik und Bauklimatik (physique et climatique du bâtiment)
Modul 3: Baurecht und Baukosten (droit du bâtiment et coût de la construction)
Modul 4: Entwurf und Baukonstruktion
Modul 5: Gebäudetechnik (techniques de la construction)
Modul 6: Energiekonzepte und Gebäudemanagement (concepts de l’énergie et management de la
construction)
Modul 7: Denkmalschutz und Sanieren von Baukonstruktionen
Modul 8: Wirtschaftlichkeit und Finanzierung
Modul 9 : Energie-, Umwelt- und Qualitätsmanagement (management de l’énergie, de
l’environnement et de la qualité)
Modul 10 : die Masterarbeit (20 ECTS).
à la FACHHOCHSCHULE de MAGDEBURG-STENDAL
ENERGIEEFFIZIENZ UND MANAGEMENTSTRATEGIEN IM HOCHBAU
(MASTER)
Breitscheidstrasse 2 39114 Magdeburg Tel : (0391) 886 30

http://www.hs-magdeburg.de/studium/s-studienangebot/master/m_energieeffizienz

d’autres master avec clé de recherche “Energy engineering » sur


http://www.daad.de
33.. 22 EEnn SSUUIISSSSEE
Quelques repères sur la politique énergétique helvétique
L'Office fédéral de l'énergie (OFEN = BfE – Bundesamt für Energie www.bfe.admin.ch ) est le centre
de compétences du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la
communication (DETEC) pour toutes les questions portant sur l'approvisionnement énergétique et
l’utilisation de l’énergie (environ 230 personnes)

L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) :


• crée les conditions nécessaires à un approvisionnement énergétique suffisant, stable, diversifié,
économique et durable,
• assure des normes de sécurité élevées pour la production, le transport et l’utilisation de l’énergie,
• promeut une utilisation efficace de l’énergie, l’augmentation de la part des énergies renouvelables
et la réduction des émissions de CO2,
• encourage et coordonne la recherche nationale dans le domaine de l’énergie et soutient la création
de nouveaux marchés favorisant l’approvisionnement et l’utilisation durables de l’énergie,
• En 2008, l'Office fédéral de l'énergie comprend trois divisions spécialisées et deux sections
d’état-major. La Division principale de la Sécurité des Installations Nucléaires (DSN),
actuellement rattachée administrativement à l’Office fédéral de l'énergie, en sera détachée à
compter de 2009 pour devenir juridiquement indépendante.
 Division Economie
 Division Efficacité énergétique et énergies renouvelables
 Division Droit et sécurité
 Secrétariat technique d’ElCom
 Section Communication
 Division Organisation et gestion administrative
 Division principale de la Sécurité des Installations Nucléaires (DSN)

En février 2008, l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) a présenté ses 2 plans l’un pour les énergies
renouvelables, l’autre pour l’efficacité énergétique, d’une quinzaine d’actions chacun.

Action 7 du plan pour les énergies renouvelables : action coordonnée pour la formation et le
perfectionnement
Mettre sur pied une action coordonnée portant sur la formation et le perfectionnement dans le domaine
des énergies renouvelables (programme d’impulsions).
Fournir aux acteurs le savoir nécessaire à la mise en oeuvre du plan d'action, cela sous trois rapports :
• cours pour professionnels de la planification et de la construction (notamment pompes à
chaleur, chauffages aux pellets et équipements thermiques),
• renouvellement du matériel didactique pour écoles professionnelles et HES,
• soutien de l’enseignement sur projets dans les écoles primaires, secondaires et moyennes. Les
mesures doivent être harmonisées avec les offres de perfectionnement existant dans les
cantons.
Mise en œuvre et délais : Augmentation des fonds alloués à SuisseEnergie dans le budget et le plan
financier (à partir de 2009).

Action 12 du plan pour l’efficacité énergétique : offensive de formation et de perfectionnement en


matière d'efficacité énergétique
Développement d'une offensive coordonnée de formation et de perfectionnement sur le thème de
l'efficacité énergétique (en relation aux énergies renouvelables, cf. Plan d'action pour les énergies
renouvelables). Traitement systématique du thème de l'efficacité énergétique dans la formation
professionnelle de base, le perfectionnement et les cursus des hautes écoles et des hautes écoles
spécialisées
• offres de cours sur la gestion des bâtiments et l'optimisation de leur exploitation,
• thématisation de l'efficacité énergétique dans les écoles primaires et secondaires.
Ces mesures doivent être coordonnées avec les offres de perfectionnement couramment proposées
par les cantons.
Mise en œuvre et délais : Création immédiate d’un programme national de formation et de
perfectionnement, recommandation du Conseil fédéral au DETEC, aux cantons et aux hautes écoles.
Augmentation des fonds alloués à SuisseEnergie dans le budget et le plan financier 2009

Quelques repères sur la formation helvétique


L’OFFT (Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie) est le centre de
compétence de la Confédération pour les questions liées à la formation professionnelle, aux hautes
écoles spécialisées et à la promotion de l'innovation.
Effingerstrasse 27 CH-3003 Berne Tél. +41 (0)31 322 21 29 www.bbt.admin.ch/index.html?lang=fr
Personne contact : Daniel Brunner

Formation et perfectionnement dans le secteur de l’énergie suite à la Loi sur l’énergie LEne
du 26 juin 1998 http ://www.bfe.admin.ch/dienstleistungen/00642/index.html?lang=fr
La politique énergétique de la Confédération et des cantons a pour objectifs une utilisation économe et
rationnelle de l’énergie ainsi qu’un recours accru aux énergies indigènes et renouvelables. Pour
atteindre ces objectifs, il faut suffisamment de professionnels possédant les compétences requises pour
construire, exploiter et entretenir des bâtiments et des installations de manière à réduire la
consommation d’énergie.

La formation et le perfectionnement dans le domaine de l’énergie est une « tâche commune » de


l’Office fédéral de l’énergie et de la Conférence des services cantonaux de l’énergie EnFK.
L’engagement de la Confédération et des cantons est nécessaire car aucune branche ou association
professionnelle ne se charge de transmettre systématiquement les connaissances acquises en matière
de gestion économe et respectueuse de l’environnement des ressources énergétiques. La Loi sur
l’énergie LEne du 26 juin 1998 (article 11) et l’Ordonnance sur l’énergie Oene du 7 décembre 1998
(article 13) constituent les bases légales de la promotion de la formation et du perfectionnement
professionnels dans le secteur énergétique.

La formation et le perfectionnement professionnels sont soutenus par :


• l’élaboration d’une offre de perfectionnement (cours, études, etc.)
• la préparation de matériels d’enseignement
• le perfectionnement des enseignants
• la communication des offres
• l’octroi de subventions et de garanties en cas de déficit

Offre actuelle de formation et de perfectionnement


L’offre actuelle de formation et de perfectionnement est présenté à la rubrique "cours-énergie" des
cantons.
Par exemple un programme de formation, de documentation sur le CRDE Conférence Romande
des Délégués à l’Energie http://www.crde.ch/docs.asp/4-0-1412-10-0-2/3-0-103-3-24-1/
Contenu : informations générales, Agents énergétiques, Bâtiment, Comportement, Electricité,
Mobilité, Formation, Supports techniques

Stratégie et priorités
La stratégie repose sur l’amélioration des compétences par une offre de perfectionnement adaptée
aux différents groupes-cibles. La formation et le perfectionnement abordent donc en priorité les
thèmes suivants:
• la minimisation de la consommation de chaleur grâce à l’amélioration de l’enveloppe des
bâtiments
• des installations techniques des bâtiments énergiquement efficaces (chauffage et eau chaude)
grâce à une bonne planification et installation
• la modernisation des bâtiments efficace au plan énergétique
• le recours aux énergies renouvelables (chaleur ambiante et solaire, bois et achat d’électricité
verte)
• la durabilité grâce à l’optimisation de l’exploitation (notamment formation des concierges)
Par ailleurs, les projets visent
• des équipements et des appareils à haut rendement énergétique dans les ateliers, les bureaux
et les habitations
• une mobilité adaptée
• l’élaboration d’offres d’enseignement pour les écoles primaires et secondaires
• l’utilisation de l’énergie de la biomasse, en particulier des biocarburants

Groupes-cibles
Ce que les planificateurs et les artisans du bâtiment conçoivent et réalisent est utilisé pendant des
décennies. Avec p. ex. un cycle de rénovation d’une trentaine d’année pour l’enveloppe d’un
bâtiment, l’exploitation de ce dernier consomme bien plus d’énergie que sa construction ou sa
modernisation. La priorité est donc accordée aux professionnels qui, par leur travail quotidien,
influencent sensiblement la qualité énergétique des bâtiments et des installations, soit:
• les architectes
• les ingénieurs civils et les projecteurs en technique du bâtiment
• les installateurs et les artisans du bâtiment
• les concierges, les gérants d’immeubles, le personnel d’entretien
Les enseignants de tous les degrés (écoles professionnelles et techniques, hautes écoles spécialisées
mais aussi écoles primaires et secondaires) constituent un second groupe-cible important. Véritables
multiplicateurs, ils servent de passerelle entre les nouvelles connaissances et les évolutions de la
société d’une part et les élèves et les étudiants d’autre part.

Critères pour les partenaires du projet


Les critères suivants sont déterminants pour que la Confédération participe aux projets de formation
et de perfectionnement:
• clarification des besoins
• acceptation des partenaires du projet par le groupe-cible
• fort impact et pertinence des produits
• compétence professionnelle et didactique
• qualité de la mise en œuvre
Les principaux partenaires sont des associations professionnelles et de la branche, des hautes écoles
spécialisées et des universités, des écoles primaires et secondaires, des écoles professionnelles et
techniques, des organisations privées ainsi que des entreprises et des instituts.

Calendrier de l’énergie
http://www.bfe.admin.ch/dienstleistungen/energiekalender/index.html?lang=fr
Exemple : l’Ecole d’ingénieurs et architectes de FRIBURG

PRESENTATION DES FORMATIONS ET RECHERCHES « ENERGIE » & « BATIMENT »


à l’Ecole d’ingénieurs et architectes (HochSchule für Technik und Architektur) de FRIBURG
Bd de Pérolles 80, 1705 FRIBOURG (Suisse) 026/429 66 11 www.eia-fr.ch/fr/etudes/master

« L'expérience ne s'improvise pas, ne s'achète pas. Elle se vit »

(HES-SO = Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale)

Raphaël COMPAGNON, l’un des chefs de projet probablement le plus concerné. Il assure par ex le
suivi des projets suivants : Carcodex, Outil de vérification de l'irradiation solaire des bâtiments,23rd
International Conference on Passive and Low Energy Architectur )

Diplômes préparés
L'Ecole d'ingénieurs et d'architectes (EIA-FR) délivre les titres protégés suivants :
• Bachelor of Science HES-SO et Bachelor of Arts HES-SO
1ère année - formation générale et scientifique de base, communication et langues
2ème année - formation professionnelle de base, complément de formation scientifique
3ème année - formation professionnelle avancée, comprenant un travail de bachelor (examen et
projet professionnel)
• Master of Science HES-SO in Engineering (proposé dès 2009)
• Master of Science HES-SO in Life Sciences (prévu dès l'automne 2008)
• Master of Arts HES-SO in Architecture

Formation par modules et crédits ECTS


La formation est désormais organisée selon le système ECTS (European Credit Transfer System). Le
programme d'études est segmenté en modules. Ces derniers sont validés par l'attribution d'un certain
nombre de crédits proportionnel au volume de travail exigé. Ce système permet de facilement comparer
les modules et offre la possibilité à nos étudiant-e-s de se déplacer en cours d'études pour fréquenter
des cours dispensés par d'autres écoles, suisses ou étrangères.
Une année d'études (cours, travaux pratiques, examens, travail personnel...) représente environ 1800
heures de travail et permet d'acquérir 60 crédits. Le titre de bachelor est délivré à l'obtention de 180
crédits et celui de master, après 90 crédits supplémentaires.

Conditions d’admission
Pour accéder aux études HES, il faut satisfaire l'une des conditions suivantes:
• être titulaire d'une maturité professionnelle, couplée à un Certificat Fédéral de Capacité (CFC) remis
après la réussite d’un apprentissage dans une profession apparentée à la filière choisie. Si le CFC
relève d'un autre domaine, une année d'expérience pratique dans le domaine choisi est exigée,
• être titulaire d'un diplôme de culture générale et d'un CFC dans une profession apparentée à la
filière choisie,
• être titulaire d'une maturité gymnasiale complétée d'un an de pratique professionnelle dans le
domaine choisi,
• être titulaire d'un CFC en relation avec la filière choisie et avoir réussi l'examen d'admission.
L'étudiant-e peut se présenter à celui-ci au plus tôt trois ans après l'obtention du CFC.
Le Master of Arts HES-SO en architecture (Joint master)
La formation compte 120 crédits ECTS et dure deux ans.
Le programme d'enseignement est composé de trois semestres réguliers, d'une académie d'été avec
voyage d'étude et d'un travail personnel de thèse de master. L'enseignement théorique et le travail
de projet accompagné sont dispensés en français, en allemand ou en anglais.
L’originalité est l’organisation en Joint master of architecture : c’est un projet pilote structuré par le
réseau et par la mobilité. Le programme est organisé en partenariat avec la Berner Fachhochschule
sur les sites de Berthoud, Fribourg et Genève. Il lie l'avantage d'un ancrage local à l'ouverture
transrégionale et nationale. Il profite ainsi des richesses d'un bassin multiculturel et bilingue.
L'accent est mis sur l'ouverture transdisciplinaire. L'enseignement, structuré par le projet
d'architecture, vise à développer une attitude professionnelle critique et responsable. Si le ou la
diplômé-e bachelor HES-SO doit pouvoir répondre parfaitement à un problème professionnel donné,
le ou la diplômé-e master HES-SO doit être capable de se retrouver dans des situations complexes,
d'identifier des questionnements pertinents et de se positionner d'une façon raisonnée.

Le plan d'études master


L'enseignement est structuré en deux parties, gérées par un processus de « mentoring » individuel.
D'un côté, chaque site organise pour ses étudiant-e-s un module local : ce sont les ateliers de projet.
La forme d'enseignement y est prospective et structuré par le projet d'architecture. Ce sont des
laboratoires où l'on questionne des situations complexes. Régulièrement, les étudiant-e-s des trois
sites se retrouvent dans des workshops communs.
De l'autre côté, des séminaires communs d'une durée d'une semaine sont organisés, à raison d'un
par site et par semestre. L'enseignement y est structuré de manière à confronter la discipline
architecturale à un monde transdisciplinaire et multiculturel. Des spécialistes de diverses disciplines
croisent leur regard sur des thématiques communes. Cette forme d'enseignement immerge les
étudiant-e-s dans une situation transdisciplinaire liée avec la recherche. Elle conduit à une large
sensibilisation culturelle et à la possibilité pour chaque étudiant-e de développer un profil personnel.
Le Joint master of architecture peut être suivi à plein temps ou à temps partiel, selon différentes
formules personnalisées. Doté de 120 crédits ECTS, le programme est organisé de façon semestrielle,
modulaire et entièrement verticale. On peut donc commencer et terminer le programme à choix en
semestre d'hiver ou d'été. Le parcours à plein temps comprend trois semestres selon la formule
décrite, suivis d'un semestre de thèse master, un travail personnel développé de façon autonome.

Organisation de la R&D
La recherche appliquée et le développement, les prestations de services et le transfert de
technologies s'effectuent dans le cadre de trois instituts, dont l’iCEN (Institut de la construction et
environnement).
L’iCEN ( www.eia-fr.ch/fr/rad/icen ) est composé de deux groupes de compétences :

GC-MI - Groupe de compétences « matériaux et innovation »


Développement de matériaux de construction innovants : matériaux composites et bétons à
hautes performances, matériaux biologiques
Techniques de renforcement ou de réhabilitation de structures : Techniques de renforcement à
l'aide de fibres de verre, d'aramide ou de carbone, Béton à fibres et béton ultraperformant
Etudes de comportement sismique et dynamique : Maçonnerie, Structures en bois et structures
mixtes bois béton, Simulation sismique

GC-EV - Groupe de compétences « espace de vie »


Gestion de l'environnement construit (protection et exploitation de l'eau, sciences de la terre et
de l'environnement) : Gestion des crues et digues fusibles, Restauration des habitats dans les
lits de rivières (Urbanisme de proximité, Physique et énergétique du bâtiment)
Aspects constructifs et physiques dans les espaces construits, principalement en zone urbaine
L'institut comprend un service d'essais des matériaux. Plusieurs types de collaborations sont
proposés à nos partenaires industriels.

Présentation des formations continues à l'EIA-FR


L'Ecole d'ingénieurs et d'architectes de Fribourg organise régulièrement des cours de
perfectionnement sous forme de séminaires d'un ou plusieurs jours et en collaboration avec d'autres
Hautes Ecoles, elle développe son offre de cours postgrades et de perfectionnement.
Ces formations s'adressent tant aux personnes qui souhaitent poursuivre leur développement
professionnel en approfondissant leurs connaissances qu'à celles qui désirent acquérir des
connaissances dans un domaine nouveau pour elles.

Titres délivrés
• Master of Advanced Studies (MAS): formation équivalant à une année à plein temps, 60 crédits
ECTS, titre reconnu par la Confédération
• Diploma of Advanced Studies (DAS): formation équivalant à environ une demi-année de
formation à plein temps, 30 crédits ECTS, diplôme reconnu par la HES-SO
• Certificate of Advanced Studies (CAS): environ 300 heures de formation, 10 crédits ECTS,
certificat reconnu par la HES-SO

L’iCEN propose :
MAS Énergie et développement durable dans l'environnement bâti
cf www.edd-bat.ch pour les objectifs, le plan détaillé de la formation et les contacts
La nouvelle édition 2008-2010 du MAS en Energie et développement durable dans
l'environnement bâti offre aux architectes, ingénieur-e-s et professionnel-le-s du bâtiment un
enseignement pluridisciplinaire composé de cinq CAS (Certificate of Advanced Studies) portant
sur des domaines complémentaires.
Sa principale préoccupation réside dans la prise en compte des questions énergétiques et
environnementales tant pour les nouvelles constructions que la rénovation des bâtiments
existants.
Postformation en emploi destinée aux architectes et ingénieurs HES ou EPF.

MAS Expertise technique dans l'immobilier


cf http://expertise.epfl.ch/ pour les objectifs, le plan détaillé de la formation et les contacts
Le Master of advanced studies (MAS) en expertise dans l'immobilier est organisé en
partenariat avec l'EPFL, l'Université de Fribourg, le Collège Suisse des Experts Architectes
(CSEA) et la SIA. Le MAS est structuré en trois modules d'expertises : économique, technique
et de droit de l'expertise, suivi d'un module de travail de fin d'études. L'Ecole d'ingénieurs et
d'architectes de la HES-SO Fribourg offre le module d'expertise technique. Le module expertise
technique peut être suivi dans le cadre du MAS EPFL en expertise dans l'immobilier ou de
façon isolée comme formation continue.
• Mesures de protection contre le radon dans les habitations : prévention et assainissement
• CAS en génie parasismique
• Maîtrise pour entrepreneur (formation de la Société Suisse des Entrepreneurs) : modules
« gestion » - « développement de la personnalité » et « maintenance »
• Cours « Baubit Easy » proposé en collaboration avec le CRB (Centre suisse d'études pour
la rationalisation de la construction)
L'Ecole technique de la construction
Affiliée à l'Ecole d'ingénieurs et d'architectes, elle délivre des diplômes de technicien en conduite de
travaux. www.eia-fr.ch/fr/etudes/etc/presentation

Le technicien en conduite de travaux est le chef d'orchestre du chantier, lieu où se retrouvent tous les
acteurs d'un ouvrage. Chacun d'eux intervient dans un ordre bien défini et il ou elle dirige le ballet.
Dans ce métier, il ou elle assume la mise en œuvre de projets de construction dans les domaines du
bâtiment (construction ou rénovation de lieux de vie, de travail et de loisirs) et des travaux publics
(routes, voies ferrées, travaux souterrains, assainissement...). Ce sont des infrastructures utilisées
quotidiennement dans notre vie familiale, professionnelle et pour nos loisirs.
Sa fonction exige :
• de solides connaissances techniques,
• des talents de gestionnaire et d'organisateur (gestion financière du chantier, tenue des délais et
respect du budget),
• l'esprit d'initiative et le sens des responsabilités,
• des qualités humaines indispensables au management d'une équipe (savoir communiquer, être à
l'écoute des autres, aimer travailler en équipe),
• une très forte capacité d'adaptation et de réactivité aux innovations technologiques.

Perspectives professionnelles
L'exercice de la profession peut se faire dans :
• les entreprises (bâtiment, génie civil, construction métallique et en bois),
• les entreprises générales : planification, gestion et exécution de grands projets ou maintenance
d'ouvrages existants,
• les bureaux d'études (architectes ou ingénieurs),
• les administrations publiques,
• les industries de fabrication et de négoce des matériaux.

Déroulement
Les branches professionnelles sont enseignées par des professeurs qui ont un contact permanent
avec la pratique et qui font ainsi bénéficier les étudiants de leur expérience vécue.
Les études se déroulent sur trois ans et se caractérisent par une proximité avec le milieu
professionnel :
• en 1 année, les cours à plein temps sont conçus pour donner aux étudiant-e-s une formation de
ère

base et les initier aux domaines professionnels,


• la 2
ème
année est consacrée à l'exercice du métier sous forme d'un stage pratique dans une
entreprise du bâtiment ou du génie civil. Le stage est consigné dans un rapport de stage,
• la 3
ème
année est consacrée à l'approfondissement des connaissances techniques et
professionnelles.

Les formations continues de l'ETC


La proposition de cours postgrades et de formation continue se situe dans le cadre des buts
poursuivis par le Département de la construction et de l'environnement.
Régulièrement, des cycles de conférences et des colloques sont mis sur pied en collaboration avec les
associations professionnelles SIA, CRB, CCC, et SSE.
L'Ecole technique de la construction dispense une série des modules de cours qui visent à l'obtention
de la maîtrise fédérale d'entrepreneur.
Les détenteurs d'un diplôme ES ont aussi la possibilité de devenir Ingénieur EurEta (Association
Européenne des Professions Supérieurs d'ingénieurs et de la technique).
Exemple : les formations MINERGIE©

En 2008, MINERGIE a introduit un paquet d’innovations et d’adaptations. Ces différentes mesures ont
servi d’une part à répondre aux progrès techniques des dernières années, notamment dans les
secteurs de l’isolation, du vitrage, des pompes à chaleur et du chauffage à bois, et d’autre part à réagir
à la mise en
vigueur de la nouvelle norme sur le bilan énergétique SIA 380/1 et au renforcement prévu des
exigences légales en matière de protection thermique. Début 2009, entrera en vigueur la nouvelle
norme SIA 380/1:2009 qui reprend les valeurs limites plus basses imposées par le MoPEC (Modèle de
prescriptions énergétiques des cantons) pour les besoins de chaleur pour le chauffage. Vu ces
modifications, des nouveautés et l’adaptation des exigences MINERGIE ont été apportées.
Dans une optique de « construction durable » pérenne et économique, les différents acteurs du
bâtiment doivent pouvoir acquérir les compétences nécessaires à cette évolution inévitable et
souhaitable.
Le standard MINERGIE est en passe de devenir un standard de base de la construction dite classique,
de même que les standards MINERGIE-P et MINERGIE-ECO sont de plus en plus demandés par les
maîtres de l’ouvrage.
L’Agence MINERGIE a, entre autres, pour objectifs le perfectionnement des connaissances et
l’amélioration de la qualité du parc immobilier en matière de salubrité, de confort et de besoins en
énergie. Elle a construit une offre de cours modulaires dans le cadre d’une formation continue à
destination de l’ensemble des acteurs de la construction qui souhaite intégrer à leur activité le respect
des normes des labels. Ces cours ont été mis à jour conformément aux nouvelles exigences, ils sont
dispensés par des professionnels compétents et confrontés à la pratique, et sont sanctionnés par une
attestation de suivi.
Selon la profession exercée, un cursus précis de cours suivis débouchera sur l’obtention de la qualité
de « Partenaire spécialiste MINERGIE ». Ainsi, les planificateurs, concepteurs, chefs de projet peuvent
bénéficier de modules orientés sur la méthodologie, les applications, les procédures et certification, ou
encore l’utilisation d’outils d’aide à la décision. Les artisans (charpentiers, menuisiers, constructeurs de
fenêtres et de portes, maçons et métiers apparentés) peuvent participer aux modules orientés sur les
techniques d’isolation des bâtiments (l’enveloppe), l’aération ou l’éclairage. Des modules plus généraux
à destination des maîtres d’ouvrages, architectes, investisseurs portent sur la définition et les
exigences des standards MINERGIE, ainsi que les solutions possibles quant à la conception,
l’enveloppe et la technique du bâtiment répondant à ces exigences.

Les cours et journées professionnelles sont spécialisés sur les différents labels : MINERGIE,
MINERGIE-ECO, MINERGIE-P. Certains sont requis pour l’obtention de la qualité de partenaire
spécialiste MINERGIE.
Pour consulter le détail des formations dispensées :
http://www.minergie.ch/fr/download/MINERGIE_FC_Programme_hiver_2009.pdf

Intitulé des formations d’une journée :


MINERGIE® - Outils d’aide à la conception – Module 1 : Nouveautés 2009, outils, exigences et
exercices de consolidation
MINERGIE® - Outils d’aide à la conception – Module 2 : Etudes de cas sur ordinateur
MINERGIE-ECO® - Module 1 : Méthodologies et exigences
MINERGIE-ECO® - Module 2 : Etude de cas sur ordinateur
MINERGIE-P® - Nouveautés 2009, exigences et solutions
MINERGIE-P® - Outils d’aide à la conception et réalisation d’un dossier
Enveloppe du bâtiment : applications dans la pratique (cible : les artisans)
Logiciel Polysun - Dimensionnement d’installations solaires thermiques
Logiciel PVSyst – Dimensionnement d’installations photovoltaïques
Logiciel Flixo – Analyse hygrothermique de détails de construction
Logiciel BSOL – Optimisation énergétique des bâtiments et analyse du confort
Eclairage - Module 1 : selon MINERGIE® et SIA 380/4 –
Eclairage – Module 2 : Naturel et artificiel – Logiciels d’optimisation
Enveloppe du bâtiment – Mesures architecturales
SIA 380/4 – Rafraîchissement climatisation
Aération du bâtiment – Module 1 - Choisir, concevoir, installer, exploiter
Aération du bâtiment – Module 2 – Dimensionnement et conception
Aération du bâtiment – Module 3 – Réalisation et suivi de chantier
Aération du bâtiment – Module 4 – Mesurage et équilibrage
Aération du bâtiment – Module 5 - Acoustique

Les services cantonaux de l’énergie relaient ces journées de formation Minergie et proposent d’autres
sessions d’une journée. Par exemple, pour le canton de Vaud :

Cours de base sur la technique des pompes à chaleur


Cours avancé sur les projets de rénovation (2 jours)
… ces 2 cours étant proposés par le Groupement promotionnel suisse pour les pompes à
chaleur (GSP) (M. André Freymond Rue Saint-Roch 36 1400 Yverdon-les-Bains) …

Geocooling : puits canadiens et sondes géothermiques pour rafraichir les bâtiments


Quality Management Chauffage au bois : Planifier des installations énergétiquement efficaces
avec peu d'émissions.
Quelques professionnels suisses francophones, favorables à l’idée
d’établir des collaborations et partenariats avec ses voisins de Franche-
Comté.
Extraits d’entretiens réalisés lorsdu salon ENERGISSIMA à FRIBOURG du 23 au 26 avril 2009, avec
des professionnels suisses francophones, favorables à l’idée d’établir des collaborations et
partenariats avec ses voisins de Franche-Comté.

======================================================================

Discussion avec M. André FREYMOND (le délégué pour la Romandie de l’association


www.pac.ch)
Le CFC (Certificat Fédéral de Capacité) est la formation de base pour les filières professionnelles : 3
voire 4 années de formation. Elle a fait ses preuves depuis des décennies, même des jeunes qui vont
jusqu’au diplôme sont passés par cette étape. Et ces formations, même avec un léger temps de retard,
savent évoluer, s’adapter aux nouvelles techniques mises en œuvre.
Concernant la formation continue des artisans, il est parfois difficile de les mobiliser, mais ils y viennent
quand même. Dans les stages que j’anime sur les PAC en Suisse Romande, j’ai eu l’an passé près de
1000 stagiaires, alors qu’on ne dénombre que 3000 entreprises BE ou installation d’équipements de
chauffage. Il existe une telle demande de la part des clients que les professionnels sont bien obligés
d’aller se former.

L’utilité de notre association de promotion et formation sur les PAC est reconnue par le programme
fédéral Suisse Energie : nous avons donc des financements de la part des institutions. Mais nous
bénéficions également du partenariat, du sponsoring par des fabricants de PAC et composants : leur
nom est mentionné dans les documentations de l’association, les plaquettes de leurs produits sont
incluses dans la mallette pour les stagiaires mais la formation elle-même est neutre vis-à-vis des
marques.
C’est le même principe pour les autres associations, y compris Minergie.

Côté formation supérieure en Suisse romande, il y a beaucoup de filières concernant les thèmes EE et
EnR.
Je suis par exemple assez concerné par la HES Suisse Occidentale : à Yverdon pour lesEnR, à Sion
pour l’EE dans l’agriculture, à Bienne pour la mobilité avec les EnR, à Lausanne et à ….
Les Universités également avec Neufchatel (dont l’unique filière en suisse sur la Géothermie), à
Lausanne, à Genève.
Et évidemment l’EPFLausanne et l’EPFZürich (EPF = Ecole Polytechnique et de Formation).
A noter qu’en prolongement de la formation initiale, il y a les CAS (Certificate for Advanced Studies) : à
Yverdon ils viennent d’ouvrir un CAS sur les EnR.

Enfin tout récemment je viens d’apprendre qu’une commune proche de Genève (en collaboration avec
le service formation de l’OFEN) a décidé de mettre en place une formation aux EnR pour des
chômeurs.

Discussion avec la chargée de mission MINERGIE pour la France.


Pour les professionnels, dans l’association Minergie il y a 3 statuts différents (contribution financière
différente).
Les membres associés (350 CHF) : ils sont cités dans l’annuaire disponible sur le site Internet.
Les membres partenaires (1500 CHF) : ils peuvent venir quand ils le souhaitent sur nos stands à
l’occasion de salon, séminaires, … Ils peuvent ainsi dialoguer directement avec nos visiteurs et
enclencher des affaires.
Les sponsors : leurs noms sont cités dans nos publications, les plaquettes de leurs produits sont
incluses dans la mallette pour les stagiaires mais la formation elle-même est neutre vis-à-vis des
marques.
De toute façon c’est clair, les membres déjà sponsor dans l’association le disent aux autres entreprises
« il est évident que notre chiffre d’affaire profite de l’engouement et de la forte dynamique autour des
labels ».

Discussion avec la chargée de mission Formation Continue de la HES S.O. (à YVERDON)


CAS : Certificate for Advanced Studies, module après diplôme de quelques jours à 10-15 jours
MAS : un ensemble de 4 ou 5 CAS
Un laboratoire de l’Ecole qui travaille sur la climatisation solaire a développé avec des étudiants un
réfrigérateur solaire.
Nous avons des jumelages avec une école d’ingénieurs au Cameroun, avec une Université en
Californie. Mettre en place une collaboration avec un établissement de Franche-Comté ? pourquoi pas
en effet, à voir avec notre direction …
Tous les établissements qui développent des formations techniques de type Bachelor ou Master
s’intéressent aux sujets EE et EnR parce que la demande est forte.
Les Coordonnées de personnes concernées par les questions de
formation en Suisse romande
Daniel BRUNNER daniel.brunner@bfe.admin.ch

Responsable Formation initiale et continue dans le domaine énergétique à l’Office Fédéral de


l'Energie (OFEN)
OFEN Mühlestrasse 4, CH-3063 Ittigen Adresse postale: CH-3003 BERNE
Tél.: + 41 31 322 56 11, fax +41 31 323 25 00 contact@bfe.admin.ch www.bfe.admin.ch

Il coordonne la réflexion « energiewissen.ch ».

« energiewissen.ch » : le projet de programme de formation et de perfectionnement de


SuisseEnergie pour la période 2009 à 2012. Ce programme fait partie intégrante des
« plans d’action pour l’efficacité énergétique » et pour « les énergies renouvelables » qui ont
été adoptés par le Conseil fédéral en février 2008.
Le programme « energiewissen.ch » repose, d’une part, sur les enseignements tirés des
activités menées à ce jour par l’OFEN et par les Cantons et, d’autre part, sur les résultats
d’études du marché et d’avant-projets ainsi que sur les suggestions émises par nos partenaires
de formation.
Le programme « energiewissen.ch » a pour objectif premier d’améliorer les conditions de mise
en œuvre des plans d’action. De manière plus générale, il vise à développer le savoir-faire, en
particulier dans le domaine du bâtiment, afin d’exploiter pleinement les possibilités actuelles
de réalisation de bâtiments et installations énergétiquement efficaces, notamment en
recourant aux sources d’énergie renouvelables.
Le programme « energiewissen.ch » est disponible sous forme de fichier pdf en langue
allemande sur le site Internet de l’OFEN : www.bfe.admin.ch/ausbildung (voir la rubrique
« Documents sur ce thème »).

Mme Annelore KLEIJER annelore.kleijer@heig-vd.ch 024 557 63 53 www.eco-


bat.ch/formation
Chargée de mission Formation Continue de la Haute Ecole d’Ingeniérie et de Gestion du Canton de
Vaud (HEIG-VD) Laboratoire d’Energétique Solaire et de Physique du Bâtiment
Avenue des sports 14 CH-1400 YVERDON les Bains

M. Raphaël COMPAGNON, Professeur « Energie » à l’Ecole d'ingénieurs et d'architectes de Fribourg


Bd de Pérolles 80, 1705 FRIBOURG 026/429 66 11
l’un des chefs de projet probablement le plus concerné. Il assure par ex le suivi des projets suivants :
Carcodex, Outil de vérification de l'irradiation solaire des bâtiments,23rd International Conference on
Passive and Low Energy Architectur )

PENTAPROJECT coordination d’un groupe d’experts sur chacun des types d’équipements
EnR (la PAC y tenant une large place) www.pentaproject.ch
Des chargés de cours
M. Daniel BERTHOLET, professionnel chez DB Techniques Sàrl Rue Clos-Berthy 1420 Fiez
Télephone 024 436 21 83 bertholet.daniel@bluewin.ch ;
M. André FREYMOND, Délégué pour la Romandie du Groupement promotionnel suisse pour les
pompes à chaleur GSP Rue Ch. de Mornex 6 1001 Lausanne tél 021 310 30 10
andre@pac.ch www.pac.ch
M. Maurice GRUNIG, responsable du Service de l'énergie à la Ville de La Chaux-de-Fonds
Rue du Collège 30 2300 La Chaux-de-Fonds tél 032 967 66 78 Maurice.Grunig@ne.ch ;
M. Claude JOBIN, professionnel chez Agena Energies SA Rue Le Grand Pré 1510 Syens
M. Heinz KRONIG, professionnel chez HEVs Systèmes industriels Route du Rawyl 47
1900 …….
Tél 027 606 87 61 kronig.hik@rhone.ch

Agence MINERGIE® romande Grandes Rames 12/14 1700 Fribourg Tél 026 309 20 95
Directeur d’agence Marc TILLMANS marc.tillmans@minergie.ch
Chargée de mission MINERGIE pour la France Nicole PERRENOUD
nicole.perrenoud@minergie.ch
Fin 2006, MINERGIE® a signé son premier contrat de licence avec un partenaire étranger.
L’organisation française Prioriterre www.prioriterre.org (basée à Annecy-74) a ainsi obtenu la
licence pour la région Rhône-Alpes. L’association MINERGIE® souhaite conclure d’autres contrats de
franchise régionaux en France.
33..33 EEnn ssyynntthhèèssee :: CCoom
mmmeenntt llaa ffoorrm
maattiioonn ppeeuutt eexxpplliiqquueerr ll’’aavvaannccee
ddee cceess ppaayyss ??
L’Allemagne (avec les PassivHAUS) et la Suisse (avec le label MINERGIE) sont deux pays référence
en Europe à propos de la construction et de la rénovation de bâtiments à faible consommation
énergétique.
En France le secteur professionnel du bâtiment qui s’éveille à ces objectifs de performance énergétique
se pose des questions sur la formation de ses cadres et de ses compagnons. Et en même temps qu’il
commence à aller outre-Rhin pour aller découvrir les réalisations de nos voisins, il se demande quel est
le secret de leurs formations.

L’investigation résumée dans les 2 chapitres précédents rassemble des informations d’ordre général et
des exemples significatifs sur l’organisation de la formation à la MdE et aux EnR dans ces 2 pays.

Concernant les formations longues, on pouvait imaginer que, dès les cycles de niveau Bac ou ante-,
des cursus déjà très spécialisés soient proposés aux jeunes étudiants ou apprentis.
En fait la recherche documentaire et le questionnement auprès de quelques acteurs de ces pays n’ont
pas permis de repérer des pistes novatrices : pas de nouveaux métiers créés avec un parcours de
formation spécifique, pas de formations ante-Bac totalement orientées sur la performance énergétique.
Comme en France, avant le Bac il s’agit d’apprendre les fondamentaux du métier choisi : un maçon,
qu’il monte un mur en agglo ou en monomur, doit savoir en premier lieu respecter un aplomb, un
niveau.
L’appropriation des techniques et produits pour construire un Avenir Durable s’opère via les cas
pratiques, les stages et des modules spécialisés.

Les formations spécialisées apparaissent au niveau du Bachelor (équivalent à une Licence


Professionnelle) et du Master. La diversité des intitulés de formation est de même nature qu’en France.
L’offre en France est même peut-être plus vaste, une abondance qui pourtant n’est manifestement pas
un avantage par rapport à nos voisins. … Ce n’est probablement pas sur ces niveaux de formation qu’il
faut s’ingénier à créer de nouveaux diplômes.

A souligner une différence notable : la formation d’un architecte ne se déroule pas en vase clos dans
une école d’Architecture mais dans des universités combinant l’ingénierie du bâtiment et l’architecture.
Les titulaires du Bachelor reçoivent une formation sur ces 2 thèmes, l’orientation vers l’une ou l’autre
spécialité s’effectuant ensuite. Les 2 métiers ont ainsi un socle commun de connaissances, ils se
connaissent, l’efficacité et l’intelligence sur un chantier est renforcée.

Concernant les formations courtes, on ne relève pas d’originalités particulières. Des formations de une
à plusieurs journées sont proposées : établissements d’enseignement, associations spécialisées, … et
les mêmes thèmes qu’en France y sont abordés.
A noter qu’en Suisse, les formations MINERGIE sont très présentes, bénéficiant de la notoriété du label
MINERGIE dans la construction et la rénovation dans ce pays. Les Services Cantonaux de l’Energie
assurent un relais efficace de ces offres de formation.
En outre l’ingénierie de ces formations est solide : conçus par l’association qui a créé et gère le label
Minergie, les contenus sont orientés vers la performance plutôt qu’une simple sensibilisation telle que la
formation gratuite du FEE-Bat inspirée par l’opérateur énergétique EDF.

Formations plutôt comparables, … mais culture et état d’esprit très différents


Ainsi il apparait que la formation à la MdE et aux EnR ne diffère pas beaucoup entre les 3 pays.
A noter que la Suisse, conformément à l’action 7 de son plan pour les énergies renouvelables et l’action
12 de son plan pour l’efficacité énergétique (février 2008), prépare actuellement un « concept » visant à
renforcer la formation sur ces 2 domaines.

Alors pourquoi l’Allemagne et la Suisse est en avance, capable depuis plusieurs années de construire
des bâtiments performants.

L'article 56A RALCI, adopté en Suisse par le Conseil d'Etat le 12 avril 1989, illustre peut-être à lui seul
que le Rhin soit parfois une frontière longtemps infranchissable.
Cet article spécifie que les propriétaires ont l'obligation de remplacer les simples vitrages par des
vitrages offrant un coefficient d'isolation répondant aux exigences légales dans un délai de 20 ans. Ce
délai arrive à échéance le 15 avril 2009.
Art. 56A Isolation des embrasures en façade
Constructions neuves : Les embrasures en façade (vitrages, cadres de fenêtres, caissons de stores,
etc.) donnant sur des locaux chauffés des constructions neuves doivent être conçues de manière à
offrir un coefficient d'isolation thermique k < 2.0 W/m2—K ainsi qu'un indice d'affaiblissement
acoustique R'w d'au moins 30 dB, qui peut être porté jusqu'à 40 dB sur demande du département.
Constructions existantes : Les embrasures en façade (vitrages, cadres de fenêtres, caissons de
stores, etc.) donnant sur des locaux chauffés des constructions existantes doivent être adaptées de
manière à offrir un coefficient de transmission thermique k ≤ 3.0 W/m2—K dans un délai de 20 ans
dès l'entrée en vigueur de la présente disposition.
Etanchéité : L'étanchéité des fenêtres des constructions neuves et existantes doit tenir compte des
cas de besoin en renouvellement d'air des locaux. Le taux minimum de renouvellement d'air est fixé
à 0,5 h-l
Dérogations : Des dérogations peuvent être accordées pour les immeubles à propos desquels ces
exigences sont notamment disproportionnées ou heurtent des objectifs de protection du patrimoine.

Il y a 20 ans nos amis suisses ont programmé la fin du simple vitrage : fermeté mâtinée de … patience,
puisqu’ils ont accordé un délai de 20 ans. Mais aujourd’hui, le terme est échu.
En France la première Réglementation Thermique sur l’existant n’est apparue qu’en 2007 et le
législateur s’est contenté de formuler quelques exigences vis-à-vis des propriétaires seulement
lorsqu’ils entreprennent des travaux importants sur leurs biens.

D’autres décisions volontaires et responsables de même type ont été prises, par exemple certains
cantons suisses ont interdit le chauffage électrique dans les constructions neuves. Autre choix, sur un
aspect plus technique : en Suisse la consultation des Degrés Jours Unifiés (DJU) est en libre accès sur
internet alors qu’en France ces données sont vendues par Météo France.

Le succès de l’Allemagne et de la Suisse réside en premier lieu dans la culture, l’imprégnation d’un état
d’esprit demandeur de qualité environnementale, énergétique, sanitaire depuis au moins deux
décennies. Au cours de ce laps de temps les raisonnements « conventionnels » ont progressivement
cédé la place aux solutions « durables ».
Entrainés dans le cercle vertueux de l’offre et de la demande, les professionnels du bâtiment ne
tergiversent plus quant aux choix entre « conventionnel » et « durable ». La diffusion des techniques et
des produits est massive. Quand on se forme, on apprend sur les options « durables ».