Vous êtes sur la page 1sur 4

Etude de documents

La France en 1939

La France est-elle prête en 1939 a affronter les dangers et les difficultés d'une nouvelle guerre mondiale ?

Chronologie.

• 1919 : Le traité de Versailles abolit le statut de neutralité de la Belgique.


• 1920-1921: La France soutient la naissance de la "Petite Entente"
• (Yougoslavie.Tchécoslovaquie, Roumanie).
• 1935 : Pacte franco-soviétique d'assistance mutuelle.
• 1936: Retour de la Belgique à la neutralité.
• 1938 (12 septembre) : Violent discours d'Hm-ER exigeant les Sudètes.
• 1938 (30 septembre) : Accords de Munich.
• 1939 (23 août) : Pacte de non-agression germano-soviétique.

Doc. 1 Doc 2
Nombre de chômeurs secourus

Doc. 3 Edouard DALADIER, Discours radiodiffusé du 21 août 1938.


II faut remettre la France au travail... Ce ne sont pas des sacrifices que je demande aux Français, c'est un effort
plus vigoureux, un effort résolu et tenace qui a pour but de ranimer l’activité, d'augmenter le rendement, de créer
des capitaux nouveaux... Il faut d'abord aménager la toi de quarante heures, en vertu des nécessités nationales,
comme en raison de la situation générale de /'Europe...Dons aucun pays du monde, on ne laisse chômer, un jour
ou deux par semaine, l'outillage qui est précisément créé pour réduire la peine des nommes. Tant que la situation
internationale demeurera aussi délicate, il faut qu'on puisse travailler plus de quarante heures, et jusqu'à quarante-
huit heures dans les entreprises qui intéressent la Défense nationale.
Et il faut que sans formalités inutiles ni discussions interminables, toute entreprise qui en a le besoin puisse
disposer non plus de quarante heures de travail par semaine, mais des heures nécessaires à son activité...

Doc. 5

1926-30

1931-35

1936-38
Forces de l’ordre
(police, gendarmes,
police secrète). Se
demander pourquoi
elles sont placées ici.

Pour bien comprendre la caricature : les forces de l’ordre s’interposent entre les organisations d’extrême droite en
haut et celles du PCF en bas.
Expliquer les mots et noms propres :
Pierre Taittinger, « Solidarité française »,
Colonel de La Rocque « Croix de feu » et « Volontaires nationaux »,
Léon Daudet et les « Camelots du roi »,
« francistes »,
« cellule » (en rapport avec le Parti communiste), Marcel Cachin, Vaillant Couturier. Que signifie « l’œil de
Moscou » (observez le personnage qui tient la loupe et essayez de l’identifier.
Léon Blum.

N’oubliez pas que les biographies que rechercherez doivent se limiter au contexte des années ’30.
Doc. 7 et 7bis

Doc. 8

Quoi qu'il advienne, les conséquences iront loin, en Europe et en


France. La guerre est probablement écartée. Mais dans des conditions
telles que moi, qu n'ai cessé de lutter pour la paix, qui depuis bien des
années lui avait fait le sacrifice de ma vie, je n'en puis éprouver de joie
et je me sens partagé entre on loche soulagement et la honte."
Léon BLUM, Le Populaire,30 septembre 1938.

Document 9 « Merci j’aime mieux vivre pour la France »

Sources des documents :

document n°1, Histoire 1e,1994, collection Jacques Marseille.Nathan, Paris 1994


documents n°4 et n°5, Histoire 1e Robert Franck. Éditions Belin, 1994.
document n°6 Dessin du Petit Parisien (17 février 1935), extrait de La Caricature et la Presse sous la III' République, par J.
Lethève Collection "Kiosque"). (Le Petit Parisien était un journal populaire de droite qui a glissé vers l’extrême droite)
document n° 7 Affiche de Paul Colin, pour l’emprunt national de 1938.
document n° 7bis ;"On les aura", 2e emprunt de la défense nationale, affiche d'Abel Faivre, France,1915.
document n° 9 Dessin de Ralph Soupault, "Le20e anniversaire de la Victoire", paru dans "Je suis partout",11 novembre 1938.
(journal d’extrême-droite).

Questions.

1) Quelle est la situation économique et sociale de la France dans les années 30 d’après les docs 1,2,3,4 ?

2) Comment Edouard Dalladier justifie-t-il la remise en cause des 40h hebdomadaires ? (doc 2)

3) Quelle autre difficulté la France doit-elle affronter d’après le doc.5?

4) Comment les divisions politiques des années 30 sont-elles représentées dans la caricature du doc.6 ?

5) Quelle différence faites-vous entre les deux affiches pour l’emprunt de guerre 1915 et 1939 ? (7 et 7bis)

6) Relevez et expliquez les signes d’affaiblissement de la France sur la scène internationale (docs 7,8,9)
Comment réaliser l’étude de l’ensemble documentaire ?

Rappels de méthode

Au brouillon

- Lire, définir et bien comprendre le sujet : l’interpréter, le questionner, le reformuler, poser toutes les questions
induites par le sujet, les trier, en écarter éventuellement certaines pour bien prendre conscience des limites du
sujet). Il faut en arriver à bien déterminer ce que l’on cherche, quelle question générale on se pose et retrouver les
chapitres du cours qui correspondent au sujet donné.
- Lire chaque document et au brouillon relever toutes les informations, les notions (mots-clés) qui répondent
ou qui sont en rapport avec le sujet.
- Voir si les connaissances personnelles (le cours) ne permettent pas de retrouver d’autres informations ou de
mieux les comprendre (si, par exemple, on connaît un auteur, son rôle, ses idées…).

Pour la 1ère partie (réponse aux questions)

- Lire et bien comprendre les questions posées, les reformuler éventuellement, en voir les contours et les
différencier. (Pour éviter les oublis ou les redites),

- Sélectionner dans les informations précédemment repérées celles qui répondent à chaque question : en
s’attachant à rester dans les limites posées par la question.

- Repérer toutes les informations de chaque document non utilisées pour les réponses mais qui répondent au
sujet en prévision de la 2ème partie de l’exercice.

Sur la 2ème partie

- Reprendre la problématique reformulée et concevoir les grandes parties d’un plan. Ces différentes parties
doivent pouvoir être résumées en 2, 3 ou éventuellement 4 phrases signifiantes reliées logiquement.
- Retenir dans les réponses aux questions et dans les autres informations qui ont été repérées dans les
documents celles qui sont utiles à la rédaction de la réponse.
- Se demander quelles sont les connaissances qui ne sont pas apparues dans le travail réalisé en 1ère partie
et qui permettent de répondre également au sujet.
- Préciser le contenu des grandes parties (par exemple en utilisant une feuille par grande partie ou un code de
numéros ou de couleurs), classer les arguments, logiquement.
- Rédiger les phrases d’introduction, les phrases de conclusion. Il ne s’agit pas nécessairement d’une
introduction et d’une conclusion type composition. Mais le sujet doit être amené logiquement, la problématique doit
être énoncée en introduction (l’annonce du plan n’est pas obligatoire). En conclusion, ce qui importe est une
réponse claire et globale au sujet.

Sur la copie

Sur la 1ère partie

- Rédiger une réponse sous forme d’un petit paragraphe (5-6 lignes) cohérent qui nécessairement comporte des
(courtes citations 3-4 mots à chaque fois) ou des références précises aux documents : il faut choisir la forme la
plus appropriée possible. Cette réponse évite la simple paraphrase. S’il y a citation, elle doit être explicite, entre
guillemets et associée à des explications qui en donnent le sens en fonction de la question posée.
- La réponse doit faire la preuve de la compréhension du document concerné par la question. Les connaissances
mobilisées sont uniquement présentes pour éclairer ce que dit le document et dans la mesure où la question posée
en réclame.
Attention, il ne faut pas trop développer ces réponses aux questions car vous avez aussi la réponse
argumentée à rédiger et à développer. Vous ne devez pas « tout dire » déjà ici.

Sur la 2ème partie

- Rédiger la réponse organisée : l’expression écrite doit être claire, précise et correcte ; la réponse doit être
démonstrative donc convaincante, pour cela des phrases de transitions ou des mots de liaison doivent être
utilisés. Dans la forme la structure en grandes parties et paragraphes doit être visible.
Votre seule limite doit être de répondre le plus clairement possible au sujet sans s’en écarter et de gérer
correctement les 2h30 à 2h45 maximum à consacrer à cette partie de l’épreuve