Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
RÉVISION
DE LA CONSTITUTION
P. 5
P. 7
P. 5
P. 3
BAC 2014
Les résultats
disponibles en ligne
depuis hier
« Promouvoir l’emploi
et améliorer la
couverture sociale »
MOHAMED EL GHAZI :
Photos : Billal, T. Rouabah, Louisa M., Nesrine T. et Nacéra I.
MOHAMED AÏSSA :
« Vers la création d’une
académie de sciences
théologiques »
Identité nationale
et régime
semi-présidentiel
APRÈS LEUR BRILLANTE PRESTATION AU MONDIAL-2014
Accueil triomphal pour les Verts
P. 6
LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA REÇOIT L’ÉQUIPE NATIONALE DE FOOTBALL :
“Vous avez fièrement représenté l’Algérie”
Le Premier ministre
en visite de travail
aujourd’hui dans la
wilaya de Batna
La sélection algérienne de football a été accueillie en fanfare, hier, à son arrivée à Alger, où des centaines
de supporters sont venus exprimer leur soutien aux Verts après leur brillant parcours en Coupe du monde au
Brésil. L'équipe algérienne a été accueillie, à l'aéroport Houari-Boumediène, par le Premier ministre,
Abdelmalek Sellal, le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, et des membres du gouvernement.
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a
reçu hier les joueurs de l’équipe nationale de football et les
a félicités pour avoir “fièrement” représenté l’Algérie au
Mondial-2014 de football, au Brésil. “Vous avez fièrement
représenté l’Algérie”, a déclaré le chef de l’Etat aux joueurs
de l’équipe nationale, à leur coach, Vahid Halilhodzic et au
président de la Fédération Algérienne de Football (FAF),
Mohamed Raouraoua. Le Président Bouteflika a salué les
joueurs de l’équipe nationale ainsi que leur staff technique
avant de prendre une photo souvenir avec eux. Par la suite,
le président de la République a reçu en audience MM.
Halilhodzic et Raouraoua qui lui ont offert un ballon
Brazuka et un maillot, signés par tous les joueurs de
l’équipe nationale de football.
5 Ramadhane 1436 - Jeudi 3 Juillet 2014 - N°15172 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
ENSOLEILLÉ
Au Nord, le temps sera partiellement voilé
et relativement chaud, notamment vers les
régions de l’Est avec localement tendance
orageuse en fin de journée.
Les vents seront faibles à modérés.
La mer sera agitée.
Sur les régions Sud, le temps sera chaud
et partiellement voilé.
Les vents seront variables (30/50 km/h)
avec fréquents soulèvements de sable de
Sud-ouest vers le Nord Sahara.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (28°-21°), Annaba (37°-24°), Bé-
char (41°-25°), Biskra (43°-29°), Constan-
tine (41°-22°), Djelfa (38°-17°), Ghardaïa
(45°-28°), Oran (27°-18°), Sétif (37°-21°),
Tamanrasset (37°-26°), Tlemcen (27°-15°).
Yousfi à Adrar
Le ministre de l’Energie, Youcef
Yousfi, effectue aujourd’hui une visite
de travail dans la wilaya d’Adrar en vue
de s’enquérir l’état d’avancement de
plusieurs projets liées aux énergies re-
nouvelables, notamment la ferme éolienne de 10MW.
*****************************
Kadi à Skikda et à Constantine
Le ministre des Travaux publics, Ab-
delkader Kadi, effectuera demain une
visite de travail et d’inspection dans les
wilayas de Skikda et de
Constantine pour ouvrir à la circulation
le grand viaduc Trans-Rhumel, d’une
hauteur de 130 m et d’une longueur de
1.500 en 2x2 voies.
*****************************
Nouri et Benyounès
à Alger Blida
Abdelouahab Nouri,
ministre de l’Agricul-
ture et du Développe-
ment rural, et Amara
Benyounès, ministre du
Commerce, effectuent
aujourd’hui une visite
de travail dans les wilayas d’Alger et de Blida.
Jeudi 3 Juillet 2014
RAMADHAN
Les offres Mobilis
A l’occasion du mois de Ramadhan, Mobilis
annonce ses promotions à destination de ses
clients prépayés jusqu’au 19 juillet. Les abonnés
des plans prépayés de Mobilis profiteront des
bonus doubles, valables sur la Voix, les SMS et
l’Internet, tandis que les clients de l’offre Tawfik
bénéficieront d’une offre “3 pour 2”.
SAMEDI 5 JUILLET A 11H
M
me
Zohra Drif Bitat
invitée du Forum
de la Mémoire
Le Forum de la Mémoire d’El
Moudjahid, initié en coordination
avec l’association Machaâl Echahid,
recevra, samedi 5 juillet à 11 heures,
M
me
Zohra Drif Bitat qui présentera
son livre, Mémoires d’une combat-
tante de l’ALN, Zone autonome d’Al-
ger.
AUJOURD’HUI ET DEMAIN A 22 H
AU PARC KIDZLAND CHERAGA
Deux spectacles
Ce soir à partir de 22 h : Grand spectacle de magie et d’illusion avec Lynda la magi-
cienne, première dans le monde arabe au parc Kidzland à Chéraga.
Demain à partir de 22 h : Spectacle pour enfants, homme géant, cracheur de feu, jon-
gleur, maquillage artistique, clowns, jeux de kermesse.
*********************************************************
DU 4 AU 24 JUILLET A 23 H, A IBN KHALDOUN
Arts et Culture : Soirées
ramadhanesques
Comme chaque année, l’établissement Arts et
culture de la wilaya d’Alger accueille chaleureuse-
ment le mois sacré de Ramadhan en vue d’offrir la
meilleure palette artistique à la salle Ibn Khaldoun
à travers l’andalou, le folklore, la musique moderne
ainsi que d’autre genres musicaux avec la partici-
pation d’artistes de renommée nationale et interna-
tionale du 4 au 24 juillet à 23 h :
• Vendredi 4 juillet : Samir El Assimi, Youcef Dally
• Dimanche 6 juillet : spectacle andalou, Lamia Maadini
• Mardi 8 juillet : Groupe Freeklane
*********************************************************
LES 5, 6, 8, 15, 17, 19 À ALGER, SKIKDA,
ANNABA, ORAN, CHLEF ET AIN DEFLA
Programme du Ballet national
A l’occasion du mois béni de Ra-
madhan, qui coïncide avec la fête de
Libération nationale et de la Jeu-
nesse, le Ballet national se pro-
duira :
• Le 5 juillet à 22 h, au palais de
la Culture de Skikda.
• Le 6 juillet à 22h, au Théâtre ré-
gional de Skikda.
• Le 8 juillet à 22h, au Théâtre ré-
gional Azzedine-Medjoubi d’An-
naba.
AGENDA CULTUREL
OOREDOO LANCE SA PROMO PACK
SMARTPHONE 3G SANS ENGAGEMENT
DANS LES 19 WILAYAS 3G
Ooredoo continue de faire profiter
ses clients des meilleures formules 3G
et lance une nouvelle promotion sans
engagement sur son offre «Option
2000» à travers les 19 wilayas cou-
vertes par son réseau 3G++, et ce à par-
tir du 1
er
Juillet jusqu’au 3
e
jour de
l’Aïd El Fitr (03 Chawal).
Pour seulement 7.990 DA, le client bénéficie d’un
Smartphone 3G offert, d’une SIM «Option 2000» avec
3.990 DA de crédit valable 30 jours pour les appels et SMS
vers tous les réseaux nationaux et 4.000 DA donnant 3 Go
de forfait Internet valable 60 jours, à raison de 1,5 Go par
30 jours.
A
N
E
P

1
3
0
0
0
1


d
u

0
3
/
0
7
/
2
0
1
4
Publicité
OFFRES POSTPAYÉES MOBILIS
Multi-avantages !
A l’occasion du mois béni de Ramadhan, du 2 au 29 juillet 2014,
Mobilis double gratuitement le temps de communication mensuel
sur les Forfaits Grand Public vers toutes les destinations en natio-
nal.
Tous les abonnés postpayés, ainsi que les nouveaux abonnés bé-
néficieront de cette promotion.
En exclusivité pour ses abonnés postpayés 3G++, en plus des
communications voix offertes, Mobilis double les volumes Internet
inclus dans leur forfait.
Enfin, encore plus chez Mobilis : le «pack postpayé LG Duo» au
prix imbattable de 8990 DA seulement, qui comprend un Smart-
phone LG L1, un téléphone LG A270 et une Sim postpayée 2G ou
3G.
CE MATIN A 11 H
AU CENTRE CULTUREL AISSA-MESSAOUDI
3 ministres au Forum de la Radio
Le Forum de la Radio dans son 2
e
numéro, se tiendra ce matin de 11 h à 13 h, et recevra
les ministres de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, de la
Jeunesse et des Moudjahidine pour débattre du programme du gouvernement dans les vo-
lets liés à leurs secteurs.
Jeudi 3 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
3
APRÈS LEUR BRILLANTE PRESTATION AU MONDIAL-2014
Accueil triomphal pour les Verts
Il était 14h20 lorsque l’avion transportant la sélection nationale, en provenance du Brésil, s’est
posé sur le tarmac de l’aéroport Houari-Boumediene d’Alger.
L
a délégation, avec à sa tête
le président de la Fédération
nationale de football, Moha-
med Raouraoua, a été accueillie
par le Premier ministre, Abdelma-
lek Sellal, accompagné du ministre
des Sports, Mohammed Tahmi, et
celui de la Jeunesse, Abdelkader
Khomri. «Nous sommes très satis-
fait du parcours de notre équipe na-
tionale, auteure d’un exploit
historique avec sa qualification aux
huitièmes de finale. Nous sommes
aussi contents d’avoir apporté la
joie aux millions d’Algériens qui
nous ont suivis au Brésil ou à tra-
vers leur écran de télévision, du-
rant cette coupe du monde. Cette
équipe a de l’avenir. Elle n’a pas
encore fini de faire parler d’elle»,
nous a déclaré le président de la
FAF, à son arrivée, très ému par
l’accueil en fanfare réservé à
l’équipe nationale.
Ainsi, après une courte pause au
salon d’honneur, les membres de la
délégation ont par la suite pris part,
dans un bus aux couleurs natio-
nales, spécialement aménagé, à
une longue parade dans les grandes
artères de la capitale. Malgré une
forte chaleur et les effets du jeûne,
des milliers de fans ont tenu à sa-
luer les Verts et à leur rendre hom-
mage pour leur parcours honorable
en coupe du monde. De nombreux
fans, venus en famille pour la plu-
part, se sont donné rendez-vous à
l’aéroport pour célébrer le retour
de leurs héros. Ainsi, dans un bain
de foule sans précédent, le bus de
l’équipe nationale a quitté l’aéro-
port vers le rond-point du 1
er
-Mai,
en passant par l’avenue de l’ALN.
Sous les «One, Two, Three… Viva
l’Algérie», les youyous et les éclats
des fumigènes, les camarades de
Bouguerra ont pris la direction de
l’avenue de l’indépendance vers le
palais du Peuple, avant d’emprun-
ter la rue Didouche-Mourad pour
atteindre la Grande-Poste, puis la
rue Hassiba-Benbouali, pour at-
teindre enfin le siège du ministère
des Sports, au terme de trois heures
de trajet. Dans les rues de la capi-
tale, le bus des Verts avait du mal à
se frayer un chemin au milieu de
l’immense foule déchaînée. Cepen-
dant, malgré la fatigue, les joueurs,
impressionnés par l’accueil qui
leur a été réservé, n’ont pas hésité
à se prêter au jeu et à se lâcher pour
partager les moments de joie des
fans venus leur témoigner leur re-
connaissance. «Franchement, je
suis très ému. Je remercie tous les
gens qui sont venus nous saluer sur
le parcours. Ça fait vraiment plai-
sir. Je suis fier d’être algérien et
heureux de porter les couleurs na-
tionales», nous a déclaré Liacine
Cadamuro.
À l’issue de cette parade triom-
phale, les joueurs de la sélection
nationale se sont rendus à l’hôtel
Sheraton où ils ont élu domicile,
avant de se rendre chez le Président
de la République, Abdelaziz Bou-
teflika, qui a tenu, à son tour, à les
féliciter personnellement pour le
parcours réalisé dans cette phase fi-
nale de coupe du monde et pour la
joie qu’ils ont apportée au peuple
algérien. Les membres de la délé-
gation ont par la suite été conviés
à partager le f ’tour avec le Premier
ministre, Abdelmalek Sellal.
L'équipe nationale s'était envo-
lée mardi soir à 23h (3h, heure al-
gérienne) vers Alger à bord d'un
vol spécial de la compagnie natio-
nale Air Algérie. Plus tôt dans la
soirée, les Verts, en compagnie de
leurs familles présentes au Brésil
pour les soutenir tout au long du
tournoi, avaient quitté la ville de
Porto Alegre pour ensuite effectuer
une courte escale à l'aéroport Vira-
copos de Campinas, avant de s'en-
voler pour Alger. Pour rappel, la
sélection nationale a été éliminée
par l’Allemagne en huitième de fi-
nale, après avoir terminé à la se-
conde place du groupe H, derrière
la Belgique.
Rédha Maouche
Ambiance euphorique à l'aéroport
La sélection algérienne de football
a été accueillie en fanfare, hier à son
arrivée à Alger, où des centaines de
supporters sont venus exprimer leur
soutien aux Verts après leur brillant
parcours en Coupe du monde au Bré-
sil. L'équipe algérienne a été accueillie,
à l'aéroport Houari-Boumediene, par le
Premier ministre, Abdelmalek Sellal,
le ministre des Sports, Mohammed
Tahmi, et des membres du gouverne-
ment. Le capitaine des Verts, Madjid
Bouguerra, a déclaré à l'APS que ses
coéquipiers et lui-même "sont fiers
d'avoir réussi leur mission au Brésil en
atteignant, pour la première fois, les
huitièmes de finale de la Coupe du
monde". "Malgré la fatigue du voyage,
l'accueil que nous a réservé le public
algérien nous donne une force insur-
montable, merci aux Algériens et vive
l'Algérie", a-t-il ajouté. De son côté,
Carl Medjani s'est dit "émerveillé" par
cet accueil qui restera gravé dans les
mémoires, promettant que "cette aven-
ture n'est que le début pour cette
grande équipe". En cette journée de
Ramadhan et malgré la canicule, des
centaines de supporters, toutes catégo-
ries d'âge, sont venus accueillir les
Verts, scandant des slogans en faveur
du maintien du coach Vahid Hallilhod-
zic à son poste.
La sélection algérienne qui partici-
pait pour la quatrième fois à une Coupe
du monde a réalisé l'exploit de passer
en huitième de finale pour la première
fois de son histoire après avoir terminé
second du groupe H avec 4 points. En
8
e
de finale, les Verts ont été éliminés
par l'Allemagne (2-1 ap, lundi soir à
Porto Alegre, après un match héroïque.
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
P
h

:

B
i
l
l
a
l
L
e président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, a de-
mandé au patron de la Fédé-
ration algérienne de football (FAF),
Mohamed Raouraoua, de maintenir
le sélectionneur Vahid Halilhodzic à
la tête des Verts, mercredi lors d’une
audience à Alger en présence du Bos-
nien. “Vahid (Halilhodzic) doit rester
avec nous. C’est une grande équipe
que nous avons”, a déclaré M. Bou-
teflika aux deux hommes. L’entraî-
neur national a réagi par un sourire,
avant de répondre : “Ça n’a pas été
toujours facile mais il faut continuer
sur cette dynamique. Grâce à notre
jeu, nous sommes devenus les chou-
chous des Brésiliens”. Le chef de
l’Etat avait reçu, auparavant, les
joueurs de l’équipe nationale et les a
félicités pour avoir “fièrement” re-
présenté le pays au Mondial-2014 au
Brésil, où ils ont atteint les 8
es
de fi-
nale pour la première fois de l’his-
toire de l’Algérie, avant d’être
éliminés avec les honneurs par l’Al-
lemagne (2-1 après prolongation).
Coach Vahid est en fin de contrat
avec la sélection algérienne qu’il en-
traîne depuis 2011 en remplacement
d’Abdelhak Benchikha. Ni le prési-
dent de la FAF ni Halilhodzic ne se
sont prononcés de manière officielle
sur le devenir de l’entraîneur bos-
nien. La presse spécialisée parle du
Français Christian Gourcuff, ex-en-
traîneur de Lorient, pour lui succéder.
Mardi, au lendemain de l’élimination
contre l’Allemagne, des supporteurs
de la sélection algérienne ont lancé
une campagne sur internet, notam-
ment sur les réseaux sociaux, récla-
mant le maintien de l’entraîneur
Halilhodzic à la tête de la barre tech-
nique de l’équipe nationale. Les
Verts reprendront la compétition au
mois de septembre prochain, à l’oc-
casion des éliminatoires de la coupe
d’Afrique des nations 2015 (CAN-
2015) dont la phase finale aura lieu
au Maroc.
Le Président Bouteflika : ” Vahid Halilhodzic doit rester
à la tête des Verts”
L’équipe
nationale
conviée à un
f’tour par le
Premier ministre
L’équipe algérienne de football,
rentrée mercredi à 14h30 du Bré-
sil, où elle avait réussi un bon par-
cours en coupe du Monde, a été
conviée mercredi soir par le Pre-
mier ministre, Abdelmalek Sellal,
à un f’tour (dîner de rupture du
jeûne) à Djenane El Mithak
(Alger). Des membres du gouver-
nement, des instances sportives et
des responsables d’institutions,
ont pris part au dîner. Les festivités
avaient démarré plus tôt pour les
joueurs, qui ont effectué une
longue parade à travers les princi-
pales artères de la capitale avant de
se rendre à ce dîner. Après une
brève pause au salon d’honneur de
l’aéroport Houari-Boumediene, les
partenaires du capitaine Madjid
Bougherra sont montés à bord d’un
bus, aménagé spécialement à cet
effet, avant de partir à la rencontre
du peuple algérien. Leur parcours
a commencé sur l’avenue de
l’ALN, en partant vers le rond-
point de la place du 1
er
-Mai. Après
quoi, les joueurs ont longé l’ave-
nue de l’Indépendance en direc-
tion du Palais du Peuple. Arrivés
au bout de ce trajet, les “Verts” ont
fait une virée du côté de la rue
Didouche-Mourad, en descendant
vers la Grande-Poste. Par la suite,
leur bus est allé sur la rue Hassiba-
Ben-Bouali, où se trouve le siège
du ministère des Sports, qui était
la dernière étape de cette parade.
La sélection algérienne qui partici-
pait pour la quatrième fois à une
Coupe du monde a réalisé l’exploit
de passer en huitièmes de finale
pour la première fois de son his-
toire après avoir terminé second du
groupe H avec 4 points. En 8
es
de
finale, les Verts ont été éliminés par
l’Allemagne (2-1 a.p.) lundi soir à
Porto Alegre, après un match
héroïque.
Nation EL MOUDJAHID 4
Jeudi 3 Juillet 2014
l
Ce n’est certainement
pas le fruit du hasard, si
le Premier ministre a
prévu, dans le cadre de la re-
prise de ses visites de travail et
d’inspection sur le terrain, de
réserver son premier déplace-
ment à l’intérieur du pays à la
wilaya de Batna. Certes, il s’est,
depuis sa reconduction à la tête
du gouvernement, rendu le 14
juin à Ghardaïa.
Mais cette visite était un peu
«spéciale» dans la mesure où elle
répondait à une situation d’ur-
gence à laquelle le gouverne-
ment tente de trouver une
solution définitive.
C’est dire que la visite de M.
Sellal, aujourd’hui, sera diffé-
rente de celle effectuée le 22 mai
2013 dans le cadre de la précé-
dente tournée à travers les 48
wilayas. Et pour cause, la visite
de ce 3 juillet 2014 est haute-
ment symbolique puisqu’elle in-
tervient à deux jours de la
célébration de la fête de l’Indé-
pendance.
Pour les habitants de la capi-
tale des Aurès, nul doute, que le
déplacement du Premier minis-
tre sera interprété comme un
message fort de la part de l'État
et une reconnaissance éternelle
pour les sacrifices consentis par
la population des Aurès en vue
du recouvrement de la souverai-
neté nationale. Mais, au-delà de
la portée historique de cette vi-
site, il y a lieu de souligner que
cette visite intervient quelques
semaines à peine après l’adop-
tion par le Parlement du plan
d’action du gouvernement. Un
plan qui a pour ambition de
concrétiser sur le terrain, les en-
gagements électoraux du Prési-
dent Bouteflika. Devant les
membres de l’APN, le Premier
ministre avait affirmé que les
engagements du programme du
Président de la République
«sont désormais les missions du
gouvernement». Des engage-
ments, que lui et son staff
concrétiseront sur le terrain,
«quel qu’en soit le prix», a-t-il
encore indiqué.
Le Premier ministre, qui sera
accompagné d’une importante
délégation ministérielle, se ren-
dra donc aujourd’hui à Batna
pour porter à la connaissance de
la population locale, les projets
retenus pour leur wilaya dans le
cadre du plan quinquennal
2014-2019 et dont les grandes
lignes, dévoilées lors des débats
qui ont eu lieu au Parlement,
portent sur la solidarité natio-
nale et le développement socio-
économique du pays. De même
que cette nouvelle visite permet-
tra au Premier ministre de s’en-
quérir des suites qui ont été
réservées à ses instructions don-
nées à l’occasion de sa visite ef-
fectuée en mai 2013. Pour
rappel, à cette occasion, Abdel-
malek Sellal avait examiné l’état
d’exécution du programme de
développement, mis en service
des projets à caractère socioéco-
nomique et annoncé des crédits
supplémentaires pour consoli-
der le développement de cette
wilaya. Des projets relevant des
secteurs de l’Agriculture, de
l’Enseignement supérieur, de
l’Habitat, de la Santé et de l’hy-
draulique avaient fait l’objet
d’inspection. À titre d’exemple,
le Premier ministre avait pris
connaissance du programme de
sécurisation de la ville en ma-
tière d’eau potable, et s’était en-
quis, sur place, du grand projet
de transfert hydraulique depuis
le barrage de Beni-Haroun
(Mila). Lors de la visite qu’il ef-
fectuera aujourd’hui, M. Sellal
aura certainement à demander
des comptes sur l’utilisation de
l’important programme com-
plémentaire de 51 milliards de
dinars accordé à la wilaya de
Batna, en mai dernier, en vue de
consolider son développement
multisectoriel en 2013 et 2014.
Une enveloppe annoncée à l’is-
sue de la séance de travail que le
Premier ministre a tenue avec
les membres de la société civile
et au cours de laquelle il a dé-
battu des préoccupations expri-
mées localement.
Nadia Kerraz
Le défi lié à la fourniture régu-
lière d’eau potable à la population
de la wilaya de Batna, où le Pre-
mier ministre, Abdelmalek Sellal,
effectuera une visite de travail au-
jourd’hui, est en passe d’être re-
levé, à la faveur du raccordement
du barrage de Koudiet Medouar,
près de Timgad, à l’ouvrage géant
de Beni-Haroun.
La mise en service, le 30 avril
dernier, du couloir vert et d’une
station de pompage provisoire, a
permis de renforcer progressive-
ment le volume d’eau reçu quoti-
diennement par le barrage de
Koudiet Medouar, soit 70.000
m
3
/jour à l’heure actuelle.
En garantissant l’alimentation
en eau potable des villes desser-
vies par le barrage de Koudiet Me-
douar, à l’instar de Batna, Tazoult,
Aïn Touta, Barika (1
er
couloir), et
la zone d’Arris (3
e
couloir),
conformément au plan d’urgence
décidé en mars dernier par le mi-
nistre des Ressources en eau, la
wilaya de Batna a réussi à s’éloi-
gner de la zone du danger.
La dotation moyenne par habi-
tant qui n’atteignait pas 136 litres
par jour dépassera, à l’achèvement
de toute l’opération, les 150
litres/jour, selon les responsables
locaux du secteur.
Le barrage de Koudiet Me-
douar, qui cumule actuellement
une réserve de plus de 21 millions
de m
3
, recevra ultérieurement,
dans le cadre du système de Beni-
Haroun, plus de 1,7 million de m
3
par mois, ce qui permettra de ré-
pondre aux besoins de toute la wi-
laya en matière d’eau potable.
Une amélioration notable de la
fourniture du précieux liquide
sera, quoi qu’il en soit, ressentie
dès cet été (2014) dans les grandes
villes, y compris le chef-lieu de
wilaya où d’importantes opéra-
tions de mise à niveau des réseaux
de distribution ont été menées
dans plusieurs quartiers.
La wilaya de Batna a vécu,
entre fin 2012 et début 2013, une
crise aiguë en matière d’alimenta-
tion en eau potable. Une crise ac-
centuée par des périodes de
sécheresse qui a conduit les pou-
voirs publics à arrêter et à mettre
en œuvre des mesures d’urgence.
D’autant que durant cette même
période, le taux de remplissage du
barrage de Koudiet Medouar avait
atteint son plus faible niveau avec
14 millions de m
3
pour une capa-
cité de retenue de 74 millions de
m
3
.
La réalisation et la réhabilita-
tion de plusieurs forages, la pose
dans la ville de Batna d’une série
de conduites nouvelles sur un li-
néaire de 33 km et la réalisation de
2 stations de pompage et de 7 ré-
servoirs d’une capacité globale de
83.000 m
3
figurent parmi les me-
sures d’urgence adoptées par les
autorités locales. Le transfert des
eaux du barrage Beni-Haroun vers
l’ouvrage de Koudiet Medouar
s’inscrit dans le cadre de "la ligne
verte d’urgence" consistant en la
mise en place d’une conduite de
1,4 m de diamètre sur un linéaire
de 120 km.
Une seconde conduite, exécu-
tée en parallèle, sera activée au
début de l’année prochaine.
Le système de Beni-Haroun
permettra, selon les responsables
locaux, de transférer un volume
annuel de plus de 270 millions de
m
3
, ce qui contribuera à répondre
aux besoins de la wilaya durant les
trente années à venir.
Une visite hautement symbolique
Problématique de l’eau à Batna :
défi relevé grâce au système de Beni-Haroun
L
e Premier ministre, Abdelmalek Sel-
lal, est attendu, aujourd’hui à Batna,
où il effectuera une visite de travail
durant laquelle il lancera et inaugurera plu-
sieurs réalisations socio-économiques ini-
tiées dans le cadre du programme du
Président de la République, Abdelaziz Bou-
teflika.
Accompagné d’une importante déléga-
tion ministérielle, M. Sellal inaugurera, no-
tamment, au barrage de Koudiat Medouar,
près de la commune de Timgad, le système
de transfert hydraulique depuis l’ouvrage
géant de Beni-Haroun, dans la wilaya de
Mila.
Le Premier ministre procèdera également
à l’inauguration officielle, au chef-lieu de la
wilaya, du Centre anticancéreux (CAC), en
donnant le coup d’envoi du traitement par ra-
diothérapie du premier patient de ce nouvel
établissement de dimension régionale. Au
centre de Batna, M. Sellal lancera le projet
de sécurisation de la ville de Batna en ma-
tière d’eau potable, avant de se rendre au
nouveau pôle urbain Hamla-3, où il remettra
symboliquement les clés de leurs apparte-
ments à des bénéficiaires du programme de
logements publics locatifs, avant d’inspecter,
sur le même site, un projet de 100 logements
sociaux participatifs.
Le Premier ministre devra auparavant, à
son arrivée dans la capitale des Aurès, don-
ner le coup d’envoi des travaux de construc-
tion d’une route devant relier la wilaya de
Batna à l’autoroute Est-Ouest, puis inaugu-
rer l’échangeur nord de la ville de Batna.
Le Premier ministre en visite de travail
aujourd’hui dans la wilaya de Batna
BATNA
D’importants
projets pour
renforcer la
fourniture
d’énergie
électrique
durant cet été
D’importants projets destinés à
renforcer, «dès cet été», la fourniture
d’énergie électrique sont en phase
d’achèvement en différents points de
la wilaya de Batna, a indiqué, mardi,
le directeur de l’énergie et des mines,
Ali Benyakhlef. Ce responsable a,
notamment fait état, dans ce
contexte, de la réalisation d’une ligne
de transport haute tension (HTA) de
60.000 volts entre le barrage de Kou-
diat Medouar, près de Timgad, et la
localité de Tazoult qui seront toutes
deux alimentées en électricité par cet
ouvrage hydraulique. Une seconde
ligne de 400 kilovolts (400.000
volts) est également en réalisation
sur un rythme «soutenu» pour être li-
vrée «au cours des deux prochains
mois, en même temps qu’un poste
mobile pour l’alimentation de la
zone nord de la ville Batna». Avec
l’entrée en phase opérationnelle, il y
a quelques jours, de son second
groupe d’une capacité de 132 méga-
watts, la centrale électrique Aïn
Djasser 2 fournit désormais 264 mé-
gawatts au réseau national. Le pre-
mier groupe, de 132 mégawatts
également, avait été mis en service
début mai 2014.
Le ministère de l’Éducation
nationale et la wilaya d’Alger
sont convenus, mardi, de collabo-
rer étroitement dans le suivi des
projets de construction d’infra-
structures scolaires où la capitale
enregistre un déficit qui s’est tra-
duit par la surcharge des classes,
a indiqué, hier, le ministère dans
un communiqué.
Lors de la cérémonie d’instal-
lation officielle des trois nou-
veaux directeurs de l’éducation
d’Alger, la ministre Nouria Ben-
ghebrit, le wali Abdelkader
Zoukh et le président de l’Assem-
blée populaire de wilaya (APW)
Karim Bennour sont convenus de
collaborer en permanence dans le
suivi des projets de construction
d’écoles, souligne le communiqué
du ministère.
"Conscients des enjeux induits
par la gestion d’un secteur aussi
vital et sensible que l’école, les
trois responsables (M
me
Benghe-
brit et MM. Zoukh et Bennour)
ont convenu de lancer une dyna-
mique sur le terrain et de conju-
guer leurs efforts, et ce par une
collaboration permanente et
étroite dans le suivi des projets de
constructions d’infrastructures
scolaires", précise-t-on de même
source.
La wilaya d’Alger dispose
d’un programme de réalisation de
18 lycées et de 13 CEM pour une
enveloppe globale de plus de 15,5
milliards DA, selon la direction
des équipements publics (DEP)
qui avait annoncé, en janvier, la
réception de deux lycées (à El-
Hamiz et à Chéraga), et de trois
CEM (à Draria, Baraki et Ham-
mamet), à la prochaine rentrée
scolaire.
Cette rencontre "conviviale"
entre la ministre de l’Éducation
nationale et les responsables de
la wilaya d’Alger a permis des
échanges "féconds et francs" sur
les problèmes que rencontre le
secteur dans la capitale.
"Les retards dans le domaine
des réalisations d’infrastructures
(scolaires) ont été abordés sans
complaisance. L’accent a été mis
sur l’urgence de rattraper ces re-
tards en vue d’alléger la pression
des effectifs et garantir une ren-
trée scolaire 2014/2015 moins
contraignante que les précé-
dentes", explique-t-on dans le
communiqué.
La commission de l’éducation
de l’APW d’Alger, qui avait en-
quêté dans des écoles à travers
toutes les communes de la capi-
tale en prévision de la conférence
de wilaya sur l’éducation, repor-
tée à septembre, a déploré plu-
sieurs cas de surcharge de classes
et de recours à la double vacation.
Elle avait également déploré plu-
sieurs défaillances qui ne sont que
"le résultat du manque de coordi-
nation entre les différents secteurs
intervenant dans la gestion des
établissements scolaires".
La conférence sur l’éducation
à Alger se donne comme objectif
d’améliorer, durant les quatre pro-
chaines années, la situation des
760.000 élèves de la capitale (8%
du nombre global des scolarisés à
l’échelle nationale) inscrits dans
1.500 écoles avec le concours des
45.000 personnes qui les enca-
drent, selon l’APW.
La mosquée Ketchaoua
(Alger), qui a subi des tra-
vaux de réhabilitation, sera
rouverte dans 12 mois, a
annoncé, mardi soir à
Alger, le ministre des Af-
faires religieuses et des
Wakfs, Mohamed Aïssa.
"L’ancienne mosquée
marquant l’époque otto-
mane en Algérie sera ou-
verte à la fin des travaux de
réhabilitation et de restau-
ration prévue dans 12
mois", a précisé le ministre
au forum du quotidien Li-
berté.
La mosquée Ketchaoua,
mélange de styles architec-
turaux romano-byzantin et
arabo-turc, a été bâtie vers
1613, et agrandie en 1794
par le Dey Hussein. Elle
n’a pu retrouver sa voca-
tion de lieu de culte musul-
man qu’à l’indépendance
du pays en 1962.
Démolie en 1832 par les
Français et transformée en
cathédrale, la mosquée
Ketchaoua qui menaçait
ruine en raison des forages
a subi des travaux de réha-
bilitation à titre gracieux
par une entreprise turque, a
précisé le ministre.
La décision de restaurer
cette mosquée, fermée de-
puis 2006, a été prise à l’is-
sue de l’accord signé entre
le Premier ministre, Abdel-
malek Sellal, et son homo-
logue turc, Recep Tayyip
Erdogan, lors de la visite de
ce dernier à Alger, en sep-
tembre 2013.
5
Jeudi 3 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
"L
e concept du mufti de la Ré-
publique est un concept qui
n’est pas propre à la pra-
tique religieuse maghrébine et algé-
rienne, c’est pour cela que nous optons
actuellement pour une institution de
concertation dans laquelle siègeront
des savants de l’islam", a expliqué M.
Aïssa, invité du forum du quotidien Li-
berté.
Il s’agit d’une institution de
concertation regroupant, outre les
hommes de religion, des médecins,
des sociologues, qui auront pour mis-
sion de décréter des avis religieux, a
souligné le ministre, notant que le
mufti, dont le projet n’a pas abouti, est
envisagé comme chef de cette institu-
tion.
Le ministre avait déclaré aupara-
vant qu’il n'y avait pas de personnalité
consensuelle pour assumer le poste du
mufti de la République, ajoutant que
des efforts sont déployés au niveau du
ministère, "pour trouver une personna-
lité consensuelle issue de la commu-
nauté scientifique et religieuse".
Interrogé sur "l’émergence d'un
sectarisme religieux" en Algérie, le
ministre a appelé à "immuniser la so-
ciété de ces mouvements qui usent de
la religion à des fins lucratives et poli-
tiques".
"Il faut immuniser la société contre
toutes ces dérives qui ciblent tous les
pays musulmans" a-t-il prévenu, ajou-
tant qu’il s’agit d’une "invasion éma-
nant de pays occidentaux dont le but
est de discréditer le discours religieux
modéré". Il a, à l’occasion, souligné
que près de "230 imams qui véhicu-
laient des discours religieux radicaux
ont été sanctionnés après leur refus
d’accomplir la prière sur les victimes
du crash d’avion militaire survenu en
début d’année dans la wilaya d’Oum
El- Bouaghi".
S’agissant des non-jeûneurs, le mi-
nistre a rappelé que "les lois de la Ré-
publique défendent la liberté de
conscience", relevant que jeûner ou
pas "reste un droit privé".
LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES MOHAMED AÏSSA
INVITÉ DU FORUM DU QUOTIDIEN LIBERTÉ
Vers la création d’une académie
de sciences théologiques
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a déclaré, mardi soir à
Alger, que son département opte, au lieu du mufti de la République, pour une académie
de sciences théologiques dans laquelle siègeront des savants de l’islam.
Le ministre du Travail, de l’Em-
ploi et de la Sécurité sociale, Moha-
med El-Ghazi, a affirmé que les
principaux défis qui se posaient à
son secteur concernaient la promo-
tion de l’emploi et la poursuite de
l’amélioration de la couverture so-
ciale des citoyens.
La promotion de l’emploi, l’amé-
lioration de la couverture sociale
des citoyens, l’encadrement des re-
lations de travail et le renforcement
du dialogue et de la concertation
entre les partenaires sont les défis
qui attendent le secteur, a indiqué le
ministre qui présidait, mardi, une
réunion du ministère, selon un com-
muniqué de ce dernier.
Ces objectifs occupent une posi-
tion importante dans le plan d’ac-
tion du gouvernement, a soutenu le
ministre, soulignant «la nécessité de
consolider les démarches qui visent
à améliorer le service public, mettre
fin à la bureaucratie et à intensifier
les actions de proximité et la pré-
sence sur le terrain des cadres et
agents publics dans le domaine de
leur compétence».
Le responsable a mis en avant,
l’importance de préparer les dos-
siers relatifs à la prochaine rentrée
sociale, ajoute la même source.
Le ministre des Affaires reli-
gieuses et des Wakfs, Mohamed
Aïssa, a indiqué, mardi soir à Alger,
que la mission du hadj sera renforcée,
cette année, par des médecins spécia-
listes en épidémiologie, afin d’ac-
compagner les pèlerins, en raison de
la propagation du coronavirus en
Arabie saoudite.
"La mission du pèlerinage verra le
renforcement du nombre de méde-
cins spécialistes, surtout en épidé-
miologie, pour accompagner les
hadjis dans les lieux saints de l’islam,
à cause du coronavirus qui s’est ma-
nifesté en Arabie saoudite", a précisé
le ministre, qui était l'invité du forum
du quotidien Liberté. Il a rappelé, à
ce propos, que "puisqu’il ne s’agit
pas, pour le moment, d’une pandé-
mie, le ministère des Affaires reli-
gieuses, via son conseil scientifique,
n’a pas jugé utile d’appeler les Algé-
riens à ajourner l’accomplissement
de ce pilier de l’islam". Néanmoins,
a-t-il souligné, "nous devons appeler
les personnes âgées, les femmes en-
ceintes et les malades chroniques à ne
pas faire le pèlerinage, cette année,
sans pour autant leur interdire", no-
tant que si jamais une pandémie se
déclare, la religion permet d’ajourner
le hadj. "Ce n’est pas le cas pour le
moment", a-t-il encore ajouté.
L'Arabie saoudite, qui a enregistré
plus de 200 décès, avait lancé un
appel en direction des pays musul-
mans, les invitant à reporter l'accom-
plissement des rituels du hadj et de la
omra, en raison du coronavirus.
La mosquée Ketchaoua rouverte aux fidèles
dans 12 mois
HADJ
La mission renforcée par des médecins
épidémiologistes
LE MINISTRE DU TRAVAIL MOHAMED
EL-GHAZI A PRÉSIDÉ UNE RÉUNION
DE SON DÉPARTEMENT
Promouvoir l’emploi
et améliorer la couverture
sociale des citoyens
RÉALISATION D’INFRASTRUCTURES
SCOLAIRES
Collaboration entre
le ministère de l’Éducation
et la wilaya d’Alger
6 EL MOUDJAHID
Nation
Jeudi 3 Juillet 2014
CONSULTATIONS AUTOUR DU PROJET DE RÉVISION DE LA CONSTITUTION
Un bilan provisoire encourageant
Les rencontres inscrites dans le cadre de la
concertation sur le projet de révision de la
Constitution, entre les personnalités nationales,
les partis politiques, les organisations,  associa-
tions et autres compétences, avec le ministre
d'Etat, directeur de cabinet de la présidence de
la République, Ahmed Ouyahia, tirent à leur fin.
Les  concertations continueront  en leur  avant-
dernière semaine et devraient s’achever  le 8 du
mois en cours.
Les acteurs de la scène politique se sont im-
pliqués dans le débat sur la révision constitu-
tionnelle, dans le but d’encourager les pouvoirs
publics à poursuivre le processus des réformes
politiques qui vise à adapter la loi fondamentale
aux exigences constitutionnelles suscitées par
des changements rendus nécessaires par l’évo-
lution que notre pays a connue dans les do-
maines politique, économique et social. Le
projet en question propose un renouvellement
de la démarche de l’Algérie pour poursuivre
l’œuvre de  modernisation des institutions de
notre société, de notre économie, de notre poli-
tique. Il se veut le reflet des nouvelles attentes
et aspirations du peuple algérien d’être le véri-
table acteur d’un avenir de prospérité, de justice
et d’équité. C’est ainsi que la mise en œuvre
d’une nouvelle Constitution avec l’adhésion et
l’implication de   tous matérialisera la vision
d’une Algérie forte, prospère et fraternelle.
Dans cette optique et en dressant un premier
bilan, le ministre d’Etat, chef de cabinet de la
présidence de la République avait déjà  avancé
qu’il a rencontré 75 « partenaires », représen-
tant les partis politiques, la société civile ainsi
que des personnalités nationales, sachant qu’il
lui reste 46 rencontres avec 65 partenaires, dont
30 partis, 19 associations et 6 compétences na-
tionales. Le ministre d’Etat, chef de cabinet du
président de la République, Ahmed Ouyahia  a
également révélé que 12 partis politiques et
quelques personnalités politiques ont préféré
boycotter ces concertations. Au jour d’au-
jourd’hui,  ils sont plus d’une centaine à avoir
pris part à ces consultations.   Seulement
deux   refus sont préalablement opposés. Ils
concernent l’option de transition brandie par les
boycotteurs de ces consultations et l’appel à
l’immixtion de l’armée dans la période de tran-
sition. Ces rencontres ont été marqués par « la
crédibilité  » de la démarche, le sérieux et la
transparence déployée pour l’avenir de la na-
tion, non sans énumérer les objectifs de cette ré-
vision, parmi lesquels  renforcer le front interne,
arriver à une meilleure gouvernance démocra-
tique, à plus de respect des libertés et satisfaire
les espérances des Algériens.
M. Ouyahia a exprimé «  sa satisfaction  »
concernant  le déroulement de ces consultation,
notamment, à mettre l’accent sur le fait que  ce
rendez-vous «jette les jalons d’une véritable
transformation de la pratique politique».
Renforcer la séparation des pouvoirs
Cette révision de la constitution n'intervient
pas dans une conjoncture de crise comme ce fut
le cas lors des précédentes révisions, comme l’a
bien souligné M. Ouyahia, en précisant  que
« l'objectif de ces rencontres est de renforcer la
séparation des pouvoirs et le rôle du Parlement,
d'offrir une place à l'opposition, de consolider
les droits et les libertés des citoyens et de pro-
mouvoir la démocratie ». Il a par ailleurs relevé
que ces questions ont été formulées durant ces
rencontres par « la majorité » des participants
représentant les partis politiques et la société ci-
vile ou par des personnalités et compétences na-
tionales.
Les recommandations faites par les partici-
pants vont pratiquement  dans le même cadre,
en l’occurrence, sur l’importance de l’indépen-
dance de la justice, à même de permettre au
Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et
au Conseil constitutionnel de travailler «loin
des influences ou interférence», de désigner
leurs présidents de «façon indépendante» et
d'élaborer leurs règlements intérieurs respectifs
conformément à la loi, en faveur d’un régime
parlementaire consacrant la séparation des pou-
voirs, et la création d’une Cour constitution-
nelle, l’instauration d’un régime
semi-présidentiel et l’élargissement des préro-
gatives du Parlement, la limitation du mandat
présidentiel, le renforcement des mécanismes
de lutte contre la corruption, ainsi que la lutte
contre l’utilisation de la religion et les
constantes de la nation à des fins politiques, la
consécration  de la référence du 1
er
-Novembre
et de la réconciliation nationale. Les proposi-
tions souligneront également la nécessité de
«constitutionnaliser le passé historique comme
condition sine qua non pour tout candidat au
poste de président de la République, outre la na-
ture du régime politique à adopter à
l'avenir.  Entre autres,     la promotion de la
femme et la nature du régime politique, la mise
en place de mécanismes garantissant le respect
de la Constitution, la séparation entre les pou-
voirs, l’indépendance de la justice, les
constantes de la nation, dont la préservation de
l’intégrité territoriale du pays et l’unité du peu-
ple. Le volet économique avait été également
abordé lors de ces consultations avec M. Ouya-
hia, appelant à la création d’un climat favorable
offrant aux entreprises publiques et privées de
contribuer au développement du pays. D’autres
propositions avaient porté sur les questions liées
aux droits et libertés et  le contrôle des institu-
tions constitutionnelles…
Une main tendue à l’opposition
« Les portes de la présidence de la Répu-
blique sont ouvertes aux parties ayant boycotté
les consultations autour de la révision de la
Constitution pour qu’elles puissent présenter
leurs propositions et exprimer leurs positions,
même si ces dernières sont opposées à la posi-
tion du pouvoir », a fait savoir, M. Ouyahia.
Dans ce contexte, il  a indiqué avoir chargé
les partis politiques de l’opposition ayant ac-
cepté de participer aux consultations de « trans-
mettre l’appel du président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, à venir à tout moment
pour prendre part à ces consultations». «En
dépit des divergences de vues entre pouvoir et
acteurs politiques sur la révision de la Consti-
tution, il n’en demeure pas moins qu’il existe
des objectifs sur lesquels tout le monde s’ac-
corde», a-t-il  précisé. Tout est dit !
Kafia Aït Allouache
RÉVISION DE LA CONSTITUTION
Le secrétaire général du Parti de la
Voie authentique (PVA), Abdelkader Sel-
lam, a plaidé hier à Alger en faveur d’un
régime semi-présidentiel, dans le cadre
des consultations sur le projet de révision
de la Constitution. S’exprimant à l’issue
de sa rencontre avec le ministre d’Etat, di-
recteur de cabinet à la présidence de la
République, Ahmed Ouyahia, M. Sellam
a indiqué avoir proposé l’adoption d’un
régime semi-présidentiel comme système
politique de gouvernance. Il a ajouté
avoir proposé de remplacer dans le
préambule de la Constitution, le terme
«guerre» par «révolution», soulignant que
le peuple algérien avait mené une vérita-
ble révolution contre le colonisateur fran-
çais. M. Sellam a relevé également avoir
proposé la criminalisation de la coloni-
sation et de lier la réconciliation nationale
uniquement aux évènements de la tragé-
die nationale (années 90), pour que cela
ne soit pas interprété comme une volonté
de faire bénéficier les personnes ayant
trahi l’Algérie de la réconciliation.
Le prési-
dent du Front
national de
l’authenticité
et des libertés
(FNAL), Ab-
d e l h a m i d
Djeldjli a
plaidé hier à
Alger en fa-
veur d’une
Constitution
ayant pour ré-
férence toutes
les compo-
santes de
l’identité nationale. S’exprimant à l’issue de sa
rencontre avec le ministre d’Etat, directeur de
cabinet à la présidence de la République, Ahmed
Ouyahia, dans le cadre des consultations sur le
projet de la révi-
sion de la
Constitution, M.
Djeldjli a indiqué
avoir proposé une
Constitution ayant
pour fondement
toutes les compo-
santes de l’iden-
tité nationale, à
travers laquelle
s’identifiera tout
Algérien. Il a éga-
lement appelé à la
participation de
tout un chacun,
pour arriver à une Constitution de la nation et
non celle d’une certaine frange de la société,
pour assurer son respect et son application sur le
terrain.
PARTI DE LA VOIE AUTHENTIQUE
Option pour un régime
semi-présidentiel
FRONT NATIONAL DE L’AUTHENTICITÉ ET DES LIBERTES
Pour une Constitution ayant
pour référence toutes
les composantes de l’identité nationale
Le prési-
dent de
l’Union pour
le rassemble-
ment national,
Houari Ha-
midi, a plaidé
hier à Alger,
en faveur de
l ’ i ncl us i on
d’un article
dans le nou-
veau projet de
révision de la
Constitution,
criminalisant
tout acte por-
tant atteinte à
l’institution militaire. S’exprimant à l’issue
de sa rencontre avec le ministre d’Etat, directeur
de cabinet à la présidence de la République,
Ahmed Ouyahia, dans le cadre des consultations
sur le projet de la révision constitutionnelle, M.
Hamidi a indiqué avoir proposé l’inclusion d’un
article qui criminalise tout acte portant atteinte à
l'institution
mi l i t ai r e,
soulignant
que cette
dernière "a
t o u j o u r s
œ u v r é
pour la sé-
curité du
pays et lui
a épargné
des tragé-
d i e s " .
Il a égale-
ment souli-
gné la
"sacralité"
de la Loi
fondamentale du pays, appelant à des sanctions
à l'encontre des personnes qui transgressent à la
Constitution. Il a, d'autre part, salué l’initia-
tive des consultations lancée par la présidence de
la République, qui traduit, a-t-il dit, "la consécra-
tion de la pratique démocratique et l’expression
de la volonté populaire".
L’URN préconise la criminalisation de tout acte
portant atteinte à l’institution militaire
Le président de l’Union nationale pour
le développement, Mahfoud Gheraba a
plaidé hier à Alger en faveur d’un régime
semi-présidentiel, dans le cadre des
consultations sur le projet de la révision
de la Constitution. S’exprimant à l’issue
de sa rencontre avec le ministre d’Etat, di-
recteur de cabinet à la présidence de la
République, Ahmed Ouyahia, M. Ghe-
raba indiqué avoir proposé l’adoption
d’un régime semi-présidentiel comme
système politique de gouvernance. Il a
également mis l’accent sur la protection
des libertés individuelles et collectives et
proposé l’inclusion d’un article concer-
nant les erreurs judiciaires pour qu’il y
ait réparation pour les personnes lésées.
Le 15 mai dernier, la présidence de la
République avait adressé des invitations
à 150 partenaires constitués notamment
des partis politiques, organisations et as-
sociations nationales représentants de di-
verses corporations, en vertu de la
décision du président Bouteflika, prise le
7 mai dernier, en Conseil des ministres.
Les invitations ont été acceptées par
30 personnalités sur 36 destinataires, 52
partis politiques sur 64 invités, toutes les
organisations et associations nationales
destinataires d’une invitation et les 12
professeurs d’universités sollicités.
L’Union nationale pour le développement
plaide pour un régime semi-présidentiel
Jeudi 3 Juillet 2014
7 EL MOUDJAHID
Nation
Tradition bien ancrée dans les mosquées d’Alger depuis
l’ère ottomane, la clôture de la lecture de l’ouvrage Sahih de
l’imam El Boukhari durant le Ramadhan. A l’instar de la ré-
citation d’une partie du Coran appelée El Hizb Errateb, la lec-
ture des hadiths authentiques du Prophète (qsssl), tels que
rapportés par l’imam El Boukhari dans son célèbre ouvrage
El Djamaâ Essahih, du premier jour du mois de Rajeb au 26
Ramadhan, participe certainement au renforcement de la foi
et constitue une pratique  (sunna), vivement recommandée
dans les mosquées du pays.
Dans ce cadre, le Centre culturel islamique d’Alger a or-
ganisé une conférence-débat sur la signification de la clôture
de la lecture de l’ouvrage Sahih de l’imam El Boukhari, du-
rant le Ramadhan, animée par les imams Hamdane Seffadj
(Bologhine), Rabah Zerguine (Djamaâ El Djedid et Moussa
Zerrouk), du CCI d’Alger. Un public nombreux a assisté à
cette intéressante rencontre culturelle, qui a vu d’abord une
présentation sommaire du célèbre ouvrage de l’imam El Bou-
khari, avant de permettreau cheikh Moussa Zerrrouk de rap-
peler l’importance de la sunna, en tant que deuxième base de
référence en Islam, en matière législative. Selon le conféren-
cier, elle renferme les paroles, les actes et les décisions prises
par le Prophète (qsssl) durant sa vie, et qui constituent ainsi
un modèle à suivre pour les musulmans. Mieux même, a sou-
ligné la même source, il est fait obligation à tout musulman
de suivre le Coran et la sunna, conformément au hadith au-
thentique du Prophète (QSSSL), avant d’évoquer les diffé-
rentes phases qui ont marqué la collecte et la transcription des
hadiths, après la mort de Sidna Mohamed (qsssl). Ensuite, le
conférencier a présenté la biographie du célèbre érudit mu-
sulman, Abou Abdallah Mohamed ibn Ismaïl ibn Ibrahim ibn
al Moughira, dit El Boukhari, né le 20 juin 810 à Boukhara
(Khorassan, Iran) et mort en 870, près de Samarcande (Ouz-
békistan) en laissant beaucoup d’ouvrages pour la postérité.
Ensuite, il a fait de même avec le célèbre recueil de hadiths,
en précisant que l’imam El Boukhari a consacré 16 ans de sa
vie pour rassembler plus de 600.000 hadiths et en authentifier
les 7.275 que renferme son ouvrage. Quant à l’imam de la
mosquée de Bologhine, cheikh Hamdane Seffadj, il a indiqué
que cette bonne pratique (sunna) est héritée de nos innombra-
bles et non moins prestigieux savants musulmans, parmi les-
quels, il a cité cheikh Abderrazak Hamadouche, et ajouter que
le premier commentateur de Sahih El Boukhari est cheikh
Abou Djaâfar Ahmed Ibn Nacer Daoudi. Il a ajouté que le dé-
funt savant religieux cheikh Mohamed Charef (1908-2011),
a rapporté qu’en 1932, son professeur cheikh Abdallah Der-
radji, imam à Djamaâ El Kebir, occupait aussi la fonction de
récitant de Sahih El Boukhari pendant de longues années.
Pour perpétuer durablement cet héritage culturel et cultuel
dans nos mosquées, a t-il conclu, il est nécessaire aujourd’hui
d’encourager matériellement ceux qui s’en chargent, comme
les imams et enseignants coraniques.
L’imam Hamdane Seffadj devait ensuite parler du contenu
de l’ouvrage d’El Boukhari, et des innombrables savants al-
gériens qui lui ont consacré de nombreux commentaires.
Quant à l’imam Rabah Zerguine de Djamaâ El Kebir, il a ravi
la salle par sa manière particulière de psalmodier le Coran et
de lire le hadith.
Il a rappelé que nos savants et imams avaient pris l’habi-
tude de donner le coup d’envoi de la lecture de Sahih El Bou-
khari à travers les mosquées d’Alger et de procéder à sa
clôture, en apportant nombre de précisions concernant le
choix des lecteurs, les invocations et autres formules utilisées
comme les salutations sur le Prophète (qsssl). Il a conclu ses
propos en rappelant la rigueur observée par les éminents sa-
vants comme cheikh Abderrahmane El Djilali concernant le
respect du hadith et de sa lecture, notamment en matière de
ponctuation.
Mourad A.
La production journalière de lait
au niveau de la wilaya d’Alger os-
cille entre 450.000 et 480.000 li-
tres. Dans ce sens, les distributeurs
ont décidé de s’acheminer vers la
création d’une édération nationale.
Le groupement industriel turc
«Asud», après la signature début
juin, d’une convention-cadre avec
l’Union générale des commerçants
et artisans algériens, «entamera en
2015, sa production laitière en Al-
gérie.» S’exprimant lors d’une
conférence de presse tenue à Alger,
Salah Souilah, secrétaire général
de l’UGCAA, relève que cette en-
treprise qui détient 60% de la pro-
duction turque de lait, permettra de
renforcer la coopération bilatérale
à travers, notamment, les échanges
d’informations.
Cet échange de procédés et
transfert technologique, «démontre
de la volonté de cette entreprise de
booster la production du lait et dé-
rivés en Algérie.» Après le mois de
Ramadhan, les deux parties «exa-
mineront l’aspect juridique du
contrat.» Durant la même période,
c’est une autre nouveauté annon-
cée par M. Souilah, les distribu-
teurs du lait «s’acheminent vers la
création d’une fédération natio-
nale.» Intervenant au cours de cette
conférence, M. Amine Belour, re-
présentant des distributeurs de la
wilaya d’Alger, a souligné que la
production journalière du lait os-
cille actuellement entre 450.000 et
480.000 litres.
D’habitude, précise-t-il, «le
plafond de la production est de
600  000 litres». Reprenant la pa-
role, le SG de l’UGCAA a passé en
revue la situation du marché des
fruits et légumes et la hausse de
leurs prix, devenue habituelle pen-
dant ce mois de jeûne. Dans ce
contexte, il se félicite du travail que
compte faire l’actuel ministre du
Commerce. «M. Benyounes s’est
enquis des moindres détails et s’est
montré disposé à dialoguer et met-
tre fin aux différents problèmes
que connaissent les différents mar-
chés», ajoute-t-il.
1.8 million de pains sont jetés
quotidiennement
Dans ce cadre, M. Lazri, repré-
sentant des commerçants des fruits
et légumes a indiqué que «65% de
ces produits agricoles se vendent
dans le marché parallèle.» Et
d’ajouter : «devant cette situation,
s’imposent des solutions radi-
cales.» Lui emboîtant le pas, le SG
de l’UGCAA préconise le «plafon-
nement des prix, notamment des
produits fabriqués localement.» Le
second choix réside dans la «fixa-
tion des prix par le ministère du
Commerce. Ainsi, le contrôleur
peut intervenir.» De son côté,
M. Kalafat, président de l’Union
générale des boulangers, a souligné
que les Algériens «consomment
moins de pain durant le Rama-
dhan.» En termes de chiffres, 24
millions de baguettes de pains sont
produites chaque jour dont 1.8 mil-
lion se retrouvent dans les pou-
belles. En dehors de ce mois sacré,
la consommation journalière
s’élève à 72 millions baguettes. In-
terrogé sur la farine subventionnée,
M. Kalafat demande de réduire le
prix du quintal de 2000 à 1500 DA.
Dans ce contexte,s il fera part d’un
accord trouvé avec le département
du commerce afin de mettre en
place une commission mixte, la-
quelle sera chargée de mener une
étude technique sur le prix du pain.
Fouad Irnatene
CENTRE CULTUREL ISLAMIQUE D’ALGER
La lecture de l’ouvrage Sahih d’El Boukhari, une tradition algérienne
PRODUITS LAITIERS
Le groupement industriel turc «Asud» entamera sa production en 2015
C
es nouveautés toucheront
pour une première phase, les
deux cycles primaire et
moyen. C’est ce qui a d’ailleurs, été
annoncé lors de l’évaluation d’étape
de l’enseignement obligatoire. Selon
les responsables du secteur certaines
propositions émanant de la base se-
ront lancées dès septembre prochain,
telle la révision et les rééditions com-
plètes des manuels scolaires. Parmi
ces réformes figurent la révision de
certains programmes éducatifs et le
volume horaire afin qu’ils correspon-
dent au contenu des programmes et
à la nature de la région.
La révision du système de cœffi-
cients est également à l’ordre du jour.
Responsables et pédagogues suggè-
rent que tous les cœfficients soient
équitables, entre toutes les matières
essentielles pendant l’année scolaire
pour tous les paliers de l’enseigne-
ment primaire. Quant à l’enseigne-
ment moyen, selon les propositions,
les coefficients des matières scienti-
fiques devraient être plus élevés
alors que ceux des matières litté-
raires devraient être unifiés.
L’accompagnement des pro-
grammes d’enseignement aura éga-
lement sa part de réformes. Les trois
documents, à savoir, le programme,
le document d’accompagnement et le
fascicule seront unifiés en un seul
document et actualisés pour corres-
pondre aux programmes et seront
plus pratiques pour les enseignants.
Par ailleurs, dans la perspective de
«hisser le niveau du système éducatif
et améliorer son rendement», les res-
ponsables du secteur insistent sur la
nécessité de former les formateurs et
leur recyclage pour les mettre à ni-
veau afin que les programmes soient
appliqués selon de nouvelles mé-
thodes et de faire en sorte que le livre
scolaire soit en adéquation avec
l’évolution des
p r o g r a mme s
éducatifs. Cette
nécessité vise à
doter les forma-
teurs de méca-
n i s m e s
d’évaluation que
nécessite l’ap-
proche adoptée,
à savoir l’ap-
proche par com-
pétence.
Les proposi-
tions et change-
ments avancés
pour la pro-
chaine rentrée
scolaire ont été
basés en premier lieu sur quatre axes
fondamentaux, en l’occurrence les
programmes scolaires, la formation
des formateurs et l’amélioration de
leur niveau, les conditions de la sco-
larisation et la gestion pédagogique
et administrative des établissements.
En tout état de cause, un document
de travail regroupant tous les ques-
tions soulevées, sera élaboré pour
être présenté lors des prochaines as-
sises nationales prévues les 20 «et 21
juillet courant et qui connaîtront la
participation de pédagogues, de cher-
cheurs et d’experts nationaux et in-
ternationaux. Sur le plan
infrastructurel, la prochaine rentrée
scolaire verra la réception de 249
nouveaux établissements primaires,
99 établissements moyens et 125 ly-
cées. Pour les responsables du sec-
teur, la rentrée scolaire s’inscrit dans
le cadre du parachèvement de la mise
en œuvre du plan de développement
2010-2014 et de la poursuite du pro-
cessus de réforme du système éduca-
tif.
Toutes les démarches entreprises
dans ce sens visent à améliorer la
qualité de l’enseignement et le ren-
dement scolaire. Ainsi la rentrée sco-
laire 2014-2015 sera marquée par
l’introduction de nouvelles mesures
dont le renforcement des capacités
du secteur en termes de structures
d’accueil, d’encadrement pédago-
gique et administratif. Les mesures
prévoient également le renforcement
des capacités nationales pour la for-
mation des formateurs et l’améliora-
tion du service public. Selon les
responsables du secteur, ces mesures
devraient contribuer à la réalisation
des objectifs escomptés. Il s’agit, no-
tamment du suivi de l’application
des dispositions relatives à l’allège-
ment du cartable scolaire au niveau
du cycle primaire, de l’opération
d’introduction des travaux dirigés
dans les matières essentielles (langue
arabe, mathématiques, langues étran-
gères) dans le cycle moyen et la gé-
néralisation de l’utilisation des
technologies de l’information et de la
communication.
Sarah Sofi
RENTRÉE SCOLAIRE 2014-2015
De nouvelles dispositions
De nouvelles réformes tant attendues dans le système de l’éducation nationale, entreront en vigueur à partir de la prochaine rentrée scolaire
2014-2015, qui réunira plus de 8.600.000 élèves, soit une hausse de 188.000 élèves par rapport à l’année précédente.
Les résultats de l’examen du Baccalauréat ses-
sion 2014, sont depuis hier consultables en ligne
sur le site de l’Office National des Examen et
Concours (http/bem.onec.dz). Prévus, pour le 6
juillet 2014, par l’office, cette date n’a pas été res-
pectée et a été avancée de quatre jours, car tout le
travail lié à l’opération correction a été achevé,
nous confient les responsables du secteur.
Evidemment, le site étant surchargé, il fallait
s’armer de patience pour que la bonne page dé-
diée aux résultats apparaisse. Une double joie
pour les reçus à cet important examen qui ont fêté
leur réussite avec le retour des héros du ballon
rond, qui ont permis aux Algériens de vivre des
moments inoubliables. Pour ce qui est du taux de
réussite, les responsables du secteur, se contentent
de répondre «les résultats sont légèrement meil-
leurs que ceux de l’année précédente».
Une conférence de presse devrait avoir lieu di-
manche prochain au siège du ministère de l’édu-
cation nationale pour l’annonce et l’évaluation
des résultats des trois examens de fin d’année
scolaire. Par contre, les listes des nouveaux ba-
cheliers scolarisés seront affichées ce week end
au niveau de leurs établissements scolaires (ly-
cées) et au niveau des directions de l’éducation
pour les candidats libres.
Pour rappel l’examen du baccalauréat pour
cette année a eu lieu entre le 1
er
et le 5 juin der-
nier. Plus de 650.000 candidats ont pris part aux
épreuves de cette session 2014.
Sarah S.
Les résultats du BAC 2014 disponibles en ligne depuis hier
P
h

:

N
e
s
r
i
n
e
8 EL MOUDJAHID
Nation
Jeudi 3 Juillet 2014
L
a production d’essence, elle,
passera à plus de 4 millions
de tonnes. La production de
gasoil qui sera assurée avec une
quantité supplémentaire de plus de
3 millions de tonnes/an, va rehaus-
ser la production globale de Sona-
trach à 10 millions de tonnes/an.
Les raffineries produiront deux
types d’essence sans plomb : le 90
et le 95. L’Algérie devrait arrêter
d’importer du gasoil à partir de
2015, et ce, grâce au fonctionne-
ment attendu, à plein régime, des
raffineries de Skikda et d’Arzew,
réhabilitées grâce à un programme
spécifique, selon les prévisions du
groupe Sonatrach. Cette dernière
expliquera que « la réhabilitation
des raffineries qui fonctionneront à
plein régime, permettra une auto-
suffisance en matière de gasoil en
Algérie ». Dans une déclaration à
l’APS, la même source a rappelé
qu’«  au premier semestre 2014,
nous n’avons importé que 300.000
tonnes de gasoil ». « D’ici à la fin
de l’année et à partir de 2015 les
importations s’arrêteront avec le
fonctionnement à plein régime des
raffineries de Skikda et d’Arzew »,
a-t-on ajouté. Au premier semestre,
une baisse sensible des importa-
tions de gasoil a été constatée mal-
gré la hausse de la demande
nationale, rompant avec les ni-
veaux d’avant qui frôlaient les 2
millions de tonnes par an. En 2012,
Sonatrach a importé environ 2 mil-
lions de tonnes de gasoil et
500.000 tonnes d’essence.
Le recours aux importations a
été rendu nécessaire par le besoin
de combler le déficit créé par les
arrêts pour entretien et rénovation
des raffineries d’Alger, Skikda et
Arzew, précise la même source. Un
déficit engendré, en outre, par le
trafic de carburant aux frontières
de l’Algérie, un phénomène qui
avait pris de l’ampleur les deux an-
nées précédentes. La consomma-
tion du gasoil, carburant très prisé
pour son prix bas et pour ses utili-
sations multiples dans l’industrie et
l’agriculture, a explosé ces der-
nières années, dopée notamment
par une croissance spectaculaire du
parc automobile qui est passé de
2,9 à 5,5 millions de véhicules du-
rant la période 2000-2013. Par ail-
leurs, dans la perspective de faire
face à cette demande croissante, il
est prévu dans le programme de ré-
novation des raffineries, la produc-
tion de gasoil qui sera assurée avec
une quantité supplémentaire de
plus de 3 millions de tonnes par an
qui va rehausser la production glo-
bale de Sonatrach à 10 millions de
tonnes par an, selon des chiffres
déjà fournis par le dirigeant du
groupe pétrolier, Abdelhamid Zer-
guine.
La même source a noté que « le
gasoil représente actuellement
70% des ventes des carburants en
Algérie, estimées à 14 millions de
tonnes à fin 2013 », soulignant que
«  la substitution de ce carburant,
jugé polluant, par d’autres produits
propres demeurait la priorité du
secteur de l’énergie ».
Le groupe n’écarte pas la révi-
sion à la hausse du  prix du gasoil
et ce « pour inciter les consomma-
teurs de gasoil à utiliser le GPL,
dont la demande reste timide, tour-
nant aux alentours de 300.000 à
350.000 tonnes par an », a-t-on ex-
pliqué, « mais cela reste pour l’ins-
tant qu’une supposition ». En ce
qui concerne la production d’es-
sence, elle passera à plus de 4 mil-
lions de tonnes et l’essence sans
plomb sera produite à partir des
trois raffineries, chose qui se fait
uniquement au niveau de la raffi-
nerie de Skikda. Il a été, souligné,
par ailleurs, que l’Algérie mettra
fin à la production de l’essence
plombée. « Les raffineries produi-
ront deux types d’essence sans
plomb le 90 et le 95  », a-t-on
conclu.
Sihem Oubraham 
OUARGLA
Saisie de plus
de 12 quintaux de kif
traité
Quelque 12,72 quintaux de kif traité ont été sai-
sis sur la RN-3 par les éléments de la brigade mo-
bile de police judiciaire de la sureté de wilaya
d’Ouargla, a-t-on appris mercredi auprès du
chargé de communication de la sûreté de wilaya.
Exploitant des informations faisant état de l’ache-
minement via la RN-3, sur son axe reliant Ouargla
à Touggourt, de drogues par des réseaux de nar-
cotrafiquants, mettant à profit la période des
matchs de l’équipe nationale au mondial, les po-
liciers ont intercepté, à 70 km à l’Est d’Ouargla,
un véhicule tout terrain chargé de la quantité de
drogue susmentionnée, a précisé le commissaire
Ghelia Tidjani. Les services de la sûreté de wilaya
ont ouvert une enquête pour faire toute la lumière
sur cette affaire.
LUTTE CONTRE LES FEUX DE FORÊTS
Installation d’une brigade mobile à Chréa
Une brigade mobile pour
la prévention et la lutte contre
les feux de forêts a été instal-
lée, récemment, au niveau de
la localité de Beni Ali, sur les
hauteurs de Chréa ( Blida), a-
t-on appris, mercredi, de la
Protection civile.
Cette brigade est composée
de 40 pompiers, de différentes
catégories professionnelles,
relevant de la direction locale
de la Protection civile et de
l’Unité nationale d’interven-
tion de Dar El Beida (Alger),
a-t-on ajouté de même source,
précisant que ces éléments
sont partagés sur deux équipes
travaillant, chacune, 12
heures par jour.
Tous les moyens matériels
nécessaires ont été mis à la dis-
position de cette brigade, dont
9 véhicules d’extinction des
feux, une ambulance, un ca-
mion de transport des per-
sonnes, ainsi que tous les
équipements nécessaires pour
la lutte contre les incendies, a-
t-on encore indiqué.
Cette brigade mobile veil-
lera également à soutenir les ri-
verains, à travers des conseils
et des orientations à même
d’éviter les incendies, a-t-on
souligné de la Protection civile,
estimant que cet aspect de sen-
sibilisation revêt une impor-
tance particulière en cette
période de grandes chaleurs.
Deux personnes sont décédées et une troisième a
été légèrement blessée dans un accident de la circu-
lation survenu hier sur l’autoroute Est-ouest, à hauteur
de l’échangeur d’Ain Sfiha, non loin de Sétif, a indi-
qué la protection civile.
L’accident s’est produit lorsque deux véhicules
lourds roulant dans le même sens sont entrés en col-
lision pour des raisons que l’enquête diligentée par
les services compétents aura à déterminer, a ajouté la
même source.
La personne blessée a été évacuée vers le centre
hospitalo-universitaire (CHU) Saâdna-Abdennour de
Sétif où des soins lui sont actuellement prodigués, a-
t-on également indiqué.
SETIF
Deux morts et un blessé dans une collision
31 morts durant les trois premiers jours de Ramadhan
Le mois de Ramadhan, c’est
connu, est une période par excellence,
propice à l’augmentation du nombre
des accidents de la circulation.
Souvenez-vous de l’année passée
où les statistiques ont fait état de plus
de 350 morts et 4.500 blessés surve-
nus dans quelque 2.400 accidents ob-
servés durant le mois sacré, soit une
moyenne de 10 victimes par jour.
La baisse de vigilance et l’impa-
tience font que la conduite automobile
devient ces dernières années dans
notre pays un vrai danger public. La
nervosité et surtout le manque de som-
meil sont souvent parmi les causes es-
sentielles de ces sinistres, ajouter à
cela l’entêtement de certains conduc-
teurs à atteindre coûte que coûte leurs
destination avant la rupture du jeûne.
Et il semble que la tendance n’est pas
à la baisse pour cette année qui voit
déjà la sonnette d’alarme tirée par les
services de sécurité et ceux de la pro-
tection civile.
En l’espace de trois jours de jeûne,
on compte déjà 31 décès et 216 bles-
sés pour un total de 94 accidents de la
circulation enregistrés par la gendar-
merie nationale à travers le territoire
national.
Le plus grave accident a eu lieu,
avant-hier, vers 13h30, à Tébessa où
suite à un dépassement dangereux,
survenu sur la RN83, reliant Cheria à
Bir-Mokadem, le chauffeur d’un vé-
hicule de marque Chevrolet « Aveo »,
se dirigeant de Tébessa vers Cheria, a
perdu le contrôle de son moyen de lo-
comotion qui est entré en collision
avec un véhicule de marque Hyundai
Accent venant en sens inverse. Bilan :
4 morts et 3 blessés qui ont été éva-
cués dans un triste état à l’hôpital de
Khenchela. A Djelfa, les services de la
protection civile ont enregistré trois
décès et trois autres blessés suite à une
collision entre deux véhicules légers,
survenue sur la RN N° 01, commune
de Bouira Lahdab.
Il est à rappeler qu’en l’espace
d’une semaine, soit de la période al-
lant du 22 au 28 juin, les unités de la
protection civile ont enregistré 2.939
interventions liées aux accidents de la
circulation suite à 1.614 accidents de
la circulation ayant causé le décès de
40 personnes et 2.072 autres blessées,
traitées et évacuées vers les structures
hospitalières. Le bilan le plus lourd a
été enregistré au niveau de la wilaya
de Sétif avec 3 personnes décédées et
85 autres blessées. Que dire de plus,
sinon que la vigilance devrait être de
mise pour ne pas endeuiller des di-
zaines de familles durant ce mois de
ramadhan.
SAM
GRÂCE AU FONCTIONNEMENT, À PLEIN RÉGIME, DES RAFFINERIES DE SKIKDA ET D’ARZEW
L’Algérie sera autosuffisante
en gasoil en 2015
12 morts et 370
blessés en une
semaine
Douze personnes sont dé-
cédées et 370 autres ont été
blessées dans 311 accidents de
la route survenus dans des
zones urbaines à travers tout
le territoire national pendant la
période allant du 24 au 30
juin, a indiqué hier un com-
muniqué de la Direction géné-
rale de la sûreté nationale .
La wilaya d'Alger occupe
la première place en termes de
nombre d'accidents avec 21
accidents, suivie de Batna
(19), Biskra et Sétif (15).
Le facteur humain était, dans
la plupart des cas, à l'origine
de ces accidents (93,57%) dus
essentiellement à l'excès de vi-
tesse, au non respect de la dis-
tance de sécurité et aux
dépassements dangereux, pré-
cise la même source.
A cet effet, la DGSN a ap-
pelé les usagers de la route à
respecter le code de la route et
à faire preuve de vigilance.
ACCIDENTS DE LA CIRCULATION
Le gasoil représente actuellement 70% des ventes des carburants en Algérie, estimées à 14 millions de tonnes à fin 2013.
9 EL MOUDJAHID
Economie
Jeudi 3 Juillet 2014
El Moudjahid/Pub ANEP 131670 du 03/07/2014
PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ
520 postes électriques seront réalisés d’ici 2024
Le groupe Sonelgaz compte renforcer les capacités de production additionnelle nationale d’électricité durant la période 2014/2024.
Dans un document dont une copie nous a été remise le groupe Sonelgaz a souligné que la production d’ici 2024, atteindra 28.582 MW,
tous réseaux confondus dont 19.682 MW décidés et 8.900 MW sont en voie d’être réalisés.
L
es 19.682 MW déjà décidés pré-
cise le document sont réparties
comme suit  : 14.710 MW en
conventionnel pour le réseau intercon-
necté nord (RIN), 640 MW pour les TG
mobiles, 594 MW TG pour le réseau
PIAT, 478 MW pour les RIS dont 214
MW en diesel, 264 en turbine à gaz et
3.260 MW en ENR dont 10 MW pour
la centrale éolienne en cours de
construction au niveau de Kabertene.
Concernant, le montant global du pro-
gramme de développement de la pro-
duction de l’électricité sur la même
période, la même source a fait savoir
qu’il est estimé à 2.996 milliards de
dinars dont 1.312 milliards de dinars,
pour les ENR. Pour le réseau intercon-
necté nord RIN période 2014 /2017, des
centrales d’une capacité additionnelle
totale de 15 350 MW sont en cours de
réalisation. Les mises en place de ces
nouvelles capacités souligne le docu-
ment, sont prévues comme suit  : en
2014, la mise en service de 404 MW en
turbines à gaz et 560 MW en TG mo-
biles et en 2015 /2016 mise en service
d’une capacité additionnelle de 2412
MW en TG et une centrale d’une capa-
cité additionnelle de 8  294 MW en
cycle combiné et en turbines à gaz, en
2017 la mise en place d’une capacité
additionnelle de 3 318 MW représen-
tant la partie Turbine à vapeur des cen-
trales à cycle combiné. Pour assurer la
garantie de la couverture de la demande
prévisionnelle sur la période 2018/2024
des centrales d’une capacité de 8.900
seront réalisées.
En ce qui concerne les réseaux iso-
lés du Sud sur la période 2014/2024, le
groupe Sonelgaz a fait savoir que la ca-
pacité décidée pour les réseaux isolés
du sud-est de 478 MW dont 176
groupes diesel d’une totale de 16
groupes turbines à gaz d’une puissance
totale de 264 MW. S’agissant du réseau
de transport de l’électricité à réaliser
sur la période 2014/2024 a relevé la
même source «est de l’ordre de 26.790
km dont 20.936 déjà décidés et 5.854
km pour les lignes en idée de projet».
Le nombre de postes électrique à réali-
ser sur la même période est de 520
postes, totalisant une puissance de
transformation de 84  440 MVA dont
408 poste déjà décidés et 112 en idée de
projet. Le plan de développement du ré-
seau de transport gaz sur la période
2014/2024, concerne essentiellement la
mise en œuvre du programme quin-
quennal 2010/2014 par le raccordement
en gaz naturel des localités des région
des Hauts Plateaux et du Sud en conti-
nuité du raccordement au gaz naturel
des région du Nord afin de permettre
d’améliorer l’accès au réseau et l’exten-
sion du marché national du gaz dans le
sud. En plus du programme national
gaz et afin d’assurer la couverture de la
demande en gaz naturel du marché na-
tional à long terme, des infrastructures
gazières seront développées sur la pé-
riode 2015/2030 pour répondre à la de-
mande et s’assurer de sa couverture
dans les normes.
La structure des infrastructures ga-
zières à développer s’articule, notam-
ment sur la mise en place d’une dorsale
Est Ouest au niveau des Hauts Plateaux,
permettant de disposer de la réserve gaz
nécessaire pour assurer l’alimentation
des ménages, des clients ainsi que les
future centrales électriques .
Makhlouf Ait Ziane
FISCALITÉ PÉTROLIÈRE
15 mds de dollars
recouvrés à fin avril
L'Algérie a engrangé 1.241,9 milliards
(mds) de DA (environ 15,5 mds de dollars)
de fiscalité pétrolière à fin avril, soit presque
un tiers des recouvrements prévus dans ce
cadre pour l'année 2014, selon des chiffres
du ministère des Finances. Si le montant s'af-
fiche en baisse par rapport aux 1.546 mds de
DA réalisés durant la même période de
2013, il se rapproche cependant du niveau de
recouvrement de la fiscalité pétrolière bud-
gétisée prévue par le gouvernement pour
cette année et fixée à 1.577,7 mds de DA. A
fin Avril, le Fonds de régulation des recettes
(FRR) n'a pas été alimenté car le montant
prévisionnel des recettes fiscales pétrolières
budgétisées, n'a pas été atteint durant cette
période. Le FRR est alimenté par l'excédent
de la fiscalité pétrolière qui représente le dif-
férentiel entre les recouvrements réels et
ceux versés au budget de l'Etat. Pour l'exer-
cice 2014, le gouvernement prévoit un excé-
dent de la fiscalité pétrolière de 2.023,7 mds
de DA qui seront versés au FRR. La fiscalité
ordinaire, représentant l'ensemble de recettes
fiscales de l'Etat hors hydrocarbures, s'est af-
fichée à fin avril en hausse à 703,5 mds de
DA contre 692,4 mds de DA durant la même
période de l'année passée. Ainsi, les recettes
budgétaires réalisées durant les quatre pre-
miers mois s'élèvent à 1.945,4 mds de DA,
alors que les dépenses budgétaires se sont
chiffrées à 2.439,4 mds de DA, engendrant
un déficit du Trésor de -623 mds de DA. La
moitié du déficit prévisionnel du Trésor pour
2014, estimé à 3.300 mds de DA sera com-
blée par les avoirs du FRR. Ce montant re-
présente 18% du PIB du pays, selon des
chiffres déjà fournis par le ministère des Fi-
nances. Mais le déficit réel pourrait être
moins important car l'exécution des budgets
a donné lieu, ces dernières années, à des
écarts importants entre les déficits projetés
et ceux réalisés en raison du niveau d'absorp-
tion des crédits relativement au dessus de
la moyenne.
ADRAR
Mise en service de 415 transformateurs électriques
Quelque 415 transformateurs
électriques ont été mis en service
dans la wilaya d’Adrar, dans le
cadre du programme d’urgence
2013-2014, en prévision de la pé-
riode estivale, a-t-on appris mer-
credi du directeur de distribution
de l’électricité et du gaz, Abdelhak
Chaâbane. L’installation de ces
transformateurs, pour lesquels a
été consentie une enveloppe de 1,7
milliard DA, a été réalisée dans
plusieurs communes de la wilaya,
notamment au niveau des ksour,
ou étaient constatés des insuffi-
sances du courant électrique en
période estivale où la demande
énergétique augmente. Ce qui a
permis d’atténuer les coupures
d’électricité, a-t-il précisé. Dans le
même cadre, il a été procédé à la
réalisation de trois stations secon-
daires de moyenne tension au ni-
veau des communes de
Timimoune, Tinerkouk et Che-
rouine, situées dans le Gourara
(nord de la wilaya), avec une en-
veloppe de 397 millions DA, en
plus du renforcement de la com-
mune de Tinerkouk d’une batterie
de récupération d’une capacité de
5 mégawatts afin d’augmenter la
tension du courant électrique dans
cette région reculée. Il a été aussi
procédé à la réalisation d’une ligne
électrique de 60 kilovolts, dont 30
kilovolts sont utilisés actuelle-
ment, entre les communes fronta-
lières de Bordj Badji Mokhtar et
Timiaouine sur une distance de
155 km, en plus de deux
connexions électriques sur 13 et
15 km au niveau de la commune
de Bordj Badji Mokhtar. Huit au-
tres connexions seront mise en ser-
vice prochainement, afin d’assurer
une alimentation continue en cou-
rant électrique du chef lieu de wi-
laya, a assuré M. Chaâbane. Ces
efforts s’ajoutent à «l’important»
projet d’une centrale électrique de
148 mégawatts réceptionnée dans
la commune de Zaouiet Kounta,
au sud d’Adrar, à la fin du premier
semestre de cette année, rappelle
le même responsable.
BANQUE MONDIALE
Un financement
accordé au Mali
pour l’emploi des
jeunes
Le Conseil d’administration de la
Banque mondiale a approuvé en faveur
du Mali un financement d’un montant
de 63 millions de dollars à l’appui de
programmes d’éducation et de forma-
tion visant à améliorer les perspectives
d’emploi des jeunes Maliens. Le Projet
pour les compétences et l’emploi des
jeunes au Mali aidera les jeunes à ac-
quérir les compétences dont ils ont vrai-
ment besoin pour décrocher un emploi,
sachant qu’environ 70% des jeunes Ma-
liens âgés de 15 à 24 ans ont quitté
l’école sans posséder les qualifications
et les compétences nécessaires pour en-
trer dans la vie active, alors que la ma-
jorité d’entre eux occupent des emplois
peu qualifiés dans l’agriculture et les
services. Ce projet contribuera à réduire
la proportion de jeunes non scolarisés,
sans emploi et marginalisés, qui a aug-
menté sous l’effet de la désorganisation
du système éducatif et de la détériora-
tion de la situation économique depuis
2012, a expliqué Paul Noumba, direc-
teur des opérations de la BM pour le
Mali. Selon lui, dans un avenir proche,
les jeunes chômeurs continueront de re-
présenter un défi majeur pour le Mali
sur le plan du développement et de la
sécurité. Le projet contribuera à élimi-
ner les obstacles à l’embauche et à fa-
voriser la création d’emplois au profit
des Maliens qui entrent en nombre
croissant dans la population active, note
la BM. Elle souligne également que
cette démarche est indispensable pour
promouvoir une croissance partagée au
Mali et permettre au pays de se remettre
de la crise.
ASSURANCES :
Le Mutualiste (filiale CNMA) augmente son fonds
d’établissement à 800.000.000 DA
Le Mutualiste, société d’assurances de personnes,
filiale de la Caisse nationale de mutualité agricole
(CNMA), a procédé à l’augmentation de son fonds
d’établissement qui passe de 600 millions DA à 800
millions de DA, a indiqué le Conseil national des as-
surances (CNA) sur son site Internet.
Cette augmentation intervient en application des
résolutions des assemblées générales ordinaire et ex-
traordinaire de la filiale (tenues le 20 juin 2013), est-
il indiqué. La même source précise que "cette étape
du développement de cette société, de création relati-
vement récente, confirme son ambition tracée de
prendre de l’ampleur et de l’expansion au sein du
marché national des assurances de personnes".
Le secteur des assurances en Algérie a réalisé du-
rant le 1
er
trimestre de 2014 un chiffre d'affaires de
33,7 milliards de DA, en hausse de 7% par rapport à
la même période de 2013, selon le CNA.
Les assurances dommages ont continué à produire
l'essentiel des primes avec une part de marché de
94,5% durant les trois premiers mois de l'année
(94,6% en 2013), le reste, soit 5,5%, ayant été généré
par l'assurance de personnes (AP).
L'assurance de personnes (AP) a ainsi vu son chif-
fre d'affaires (CA) augmenter de 9,3% à 1,8 mds de
DA contre 1,7 mds de DA durant le 1er trimestre
2013.
Avec l'arrivée de nouvelles sociétés d'assurances
de personnes, CAARAMA (Filiale de la CAAR),
SAPS (filiale de la SAA et du français Macif) et
TALA (filiale de la CAAT), AXA assurance, qui a
créé une filiale en Algérie ainsi qu'une joint-venture
CNMA-Salama Assurances-Algérie, le marché algé-
rien des assurances est aujourd'hui composé de 23
compagnies.
Jeudi 3 Juillet 2014
11
EL MOUDJAHID
Régions
RACCORDEMENT AU RÉSEAU DE GAZ
87,35% de taux de couverture
Dans la wilaya de Sétif le taux d’électrification a atteint 98,48% et celui de la pénétration en gaz naturel
continue de battre des records en se hissant à 87,35 % à la fin de l’année 2013.
C’
est ce qu’ont annoncé MM. Ab-
delmoumen Djamil et Gouasmi
Nabil, respectivement directeur
de la distribution « El Hidhab » et directeur
de la distribution de Sétif à l’issue de la tra-
ditionnelle conférence de presse consacrée
à l’activité déployée par SONELGAZ du-
rant l’année 2013.
Une rencontre qui s’est tenue en pré-
sence des représentants locaux de la presse
nationale et qui a permis à ces deux res-
ponsables dont le champ de compétence
s’étale respectivement sur la ville de Sétif
et les localités du nord-ouest de la wilaya
pour la SDE Sétif et les localités du nord,
de l’est et du sud de cette wilaya pour la
direction de la distribution « El Hidhab »,
de se pencher tout à la fois sur les réalisa-
tions qui ont été relevées mais aussi toutes
les contraintes enregistrées dans la gestion
d’un tel secteur, qui fait l’objet d’investis-
sements publics d’envergure pour ancrer
les effets de ces deux sources d’énergie
dans les coins les plus reculés de cette wi-
laya. Autant d’efforts qui permettent à SO-
NELGAZ de compter aujourd’hui dans
cette wilaya, 337 460 clients pour l’élec-
tricité et 213 996 qui sont raccordés au gaz
naturel, attestant ainsi des avancées qui ont
été relevées ces dernières années et qui
permettent aussi bien au gaz qu’à l’électri-
cité de gagner régulièrement du terrain et
d’atteindre des taux de couverture qui se
situent aujourd’hui très loin de ceux que
connaissait cette wilaya en 1999 avec pas
plus de 27% pour le gaz naturel, soit
quelque 60 000 foyers raccordés. De très
gros efforts ont été donc consentis par
l’Etat depuis pour passer de 40% de cou-
verture en 2004 avec 83 116 foyers raccor-
dés essentiellement dans les grandes
communes urbaines, à plus de 87 % en
2013, alors que des mises en service et des
lancement en travaux de programmes nou-
veaux se poursuivent partout au niveau de
cette wilaya où un gros effort est désormais
orienté vers la densification et partant, la
couverture de nombreuses agglomérations
secondaires.
29 000 foyers concernés
par la 2
ème
tranche
A ce titre, le directeur de la distribution
SONELGAZ « El Hidhab » n’a pas man-
qué de rappeler la récente sortie du wali
Mohamed Bouderbali dans la localité de
Remada où, accompagné des autorités de
la wilaya, il a lancé les travaux de raccor-
dement de 2040 foyers et procédét par la
même symboliquement à une action ana-
logue relative au raccordement de 29 000
foyers au titre de la deuxième tranche du
programme alloué à la wilaya au titre du
quinquennal. Le volet lié à l’investisse-
ment consenti par les deux directions de la
distribution de SONELGAZ au niveau de
cette wilaya occupe de ce fait une place
privilégiée quand on sait que 846 km de ré-
seaux pour le gaz et l’électricité ont été
réalisés en 2013 pour une enveloppe de
3.151 millions de dinars, cela, ajoutent nos
deux interlocuteurs « au titre de la qualité
de service qui à toujours été au cœur des
priorités et qui se traduit par la mise en
œuvre d’un programme d’urgence d’un
coût de 4.611 millions de dinars orienté
vers la stabilité du réseau et une meilleure
prise en charge du confort exigé par nos
clients . » Le plan d’urgence 2013-2014
qui est marqué par la création de postes
moyenne et basse tensions, de même que
la création de départs moyenne tension en
plus de l’augmentation de puissance
transfo de haute tension a permis à ces
deux directions de réaliser entre autres 150
postes de moyenne et basse tension et 128
autres en 2014. Il reste cependant que 45
agressions d’ouvrages donnant lieu à un
vol d’énergie et 3.474 autres cas d’agres-
sions diverses d’équipements ont été rele-
vés en 2013 avec également vol sur
matériel de sécurité notamment des équi-
pements de postes, soit 9 tableaux de dis-
tribution et 5 cas de vol de câble en cuivre.
Parmi les acquisitions de nouvelles
technologies, le projet de télé relève avec
déjà la généralisation de l’utilisation de
télé comptage électronique moyenne ten-
sion pour 2.108 clients en 2013 et l’encais-
sement de factures d’énergie des clients
ordinaires au niveau des bureaux de postes,
figurent en bonne place.
F. Zoghbi
La commune d’Oum-Laâssel (wilaya de
Tindouf) a bénéficié de divers projets de
développement, dotés d’une enveloppe
globale de 73 millions de DA et dont cer-
tains ont été réceptionnés, a-t-on appris
mercredi du président de l’Assemblée po-
pulaire de cette collectivité. Parmi les pro-
jets réceptionnés au chef-lieu de la
commune, un édifice culturel d’un coût de
39 millions de DA, l’aménagement d’une
placette publique d’un montant de 9,1 mil-
lions de DA et la réhabilitation du stade
communal pour plus de 9 millions de DA,
a révélé M. Yazid Said. Le même respon-
sable élu a fait état aussi de l’achèvement
d’une opération d’extension du parc com-
munal, pour un montant de 7,4 millions de
DA, d’une opération d’acquisition de
bennes à ordures ménagères pour 5,8 mil-
lions de DA, ainsi que d’autres projets
concernant la réalisation de toilettes pu-
bliques pour 3 millions de DA. La com-
mune d’Oum-Laâssel a également
bénéficié, au niveau de la RN-50 et des vil-
lages de Hassi-Khebbi et Hassi-Mounir, de
plusieurs opérations en cours d’exécution
et portant réalisation de bureaux de poste,
d’une salle de soins et autres édifices pu-
blics. Un projet de réalisation d’un réseau
d’assainissement des eaux usées au quar-
tier des 150 logements sera lancé prochai-
nement, selon la même source qui signale,
au passage, l’inscription d’études, dans le
même domaine, en faveur des quartiers des
121 logements ruraux et des 189 loge-
ments publics locatifs. D’autres projets de
développement seront réceptionnés pro-
chainement à travers la commune, à l’ins-
tar d’un réservoir d’eau et d’un édifice
culturel religieux au niveau du village de
Hassi-Mounir, avec la proposition d’ins-
cription d’autres opérations concernant le
raccordement des forages au château d’eau
du village et la réalisation d’un mur d’en-
ceinte pour le protéger.
CÉRÉALES :
840.000 qx récoltés
La campagne moisson-battage a atteint au ni-
veau de la wilaya de Mascara 80,27% à fin juin
2014. Sur les 144.80 ha labourés, 80.000 ha
sont déjà moissonnés, ce qui a donné une ré-
colte de 840.000 qx avec un rendement moyen
de 11 qx / ha et dont 258.000 qx réceptionnés
au niveau des magasins de la CCLS, ce qui re-
présente 30,72% de la récolte. La quantité ré-
ceptionnée se répartit comme suit : Orge
12.000 qx, blé tendre 108.000 qx et blé dur
137.000 qx. Sachant que les prévisions de ré-
colte pour la wilaya de Mascara sont de l’ordre
de 1.116.000 qx revues a la baisse après en
fonction de la situation climatique qu’à connue
la wilaya a partir du mois d’avril 2014. La qua-
lité de la récolte s’est avérée moyenne par rap-
port a l’année précédente. Les services de
l’agriculture ont mobilisé les moyens matériels,
soit 268 moissonneuses-batteuses et des trac-
teurs agricoles équipés de citernes qui sont mo-
bilisés pour intervenir en cas d’incendie.
POMME DE TERRE
Prévision de récolte :
2,2 millions de qx
Il est clairement établi que la wilaya de Mas-
cara est une région à vocation agricole par ex-
cellence mais aussi contradictoire que cela
puisse paraître, la pomme de terre est vendue
dans la capitale de l’Émir Abdelkader par les
commerçants détaillants aux mêmes prix que
ceux des régions qui ne cultivent pas ce produit
de large consommation. Occupant la première
place à l’échelle nationale en matière de pro-
duction de pomme de terre, Mascara est carac-
térisée par la fertilité de ses terres, la richesse
en ressources hydriques de ses sous-sols et une
main d’œuvre qualifiée.
Le rendement moyen de la pomme de terre est
de 50 quintaux à l’hectare dans une zone de
premier ordre. Produit de base de tous les mets,
la pomme de terre reste l’aliment dont nul ne
peut se passer.
La wilaya de Mascara compte occuper la place
qui était la sienne durant les années passées
avec une campagne qui s’annonce importante
avec une prévision de récolte de 2,2 millions
de quintaux sur les 7.300 ha plantés, 940. 000
qx sont déjà récoltés dont 60.000 qx en pomme
de terre de multiplication destinée à la cam-
pagne de l’arrière-saison. Les coûts pratiqués
sont de 32,40 DA le kg à la vente au gros et
entre 40 à 50 DA le kg à la vente au consom-
mateur. Cette saison, la pomme de terre qui est
un produit vital pour la majorité des familles
algériennes semble ne pas poser de problème
avec une abondance sur le marché. L’offre est
en rapport avec la demande.
Dans un passé récent, une bonne partie des mé-
nages de la région de Mascara s’approvision-
nait presque gratuitement en pomme de terre
tant les récoltes étaient abondantes et les pro-
ducteurs affichaient leur générosité.
A. GHOMCHI
SÉTIF
TINDOUF
BRÈVES DE MASCARA
Divers projets de développement
pour la commune d’Oum-Laâssel
El Moudjahid/Pub
Publicité
13
Jeudi 3 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Monde
L
e Président palestinien Mah-
moud Abbas a par ailleurs
demandé au Premier minis-
tre israélien Benjamin Netanyahu
de condamner l'enlèvement,
comme il l'avait fait lui-même pour
les trois jeunes Israéliens disparus
en juin. Il a aussi appelé Israël à
"prendre des mesures concrètes sur
le terrain pour arrêter les attaques
de colons et le chaos qui résulte de
ces agressions". Peu après, M. Ne-
tanyahu a qualifié de "crime abo-
minable", l'enlèvement et le
meurtre de Mohammad Abou
Khdeir, 16 ans, kidnappé alors qu'il
faisait du stop dans le quartier de
Chouafat, à El-Qods-Est occupé et
annexé, et retrouvé mort quelques
heures plus tard dans la partie ouest
de la ville, portant des traces de
violences. "Le Premier ministre
s'est entretenu avec le ministre de
la Sécurité intérieure, Yitzhak Aha-
ronovitch, et a demandé l'ouverture
d'une enquête pour retrouver, dans
les meilleurs délais, les auteurs de
ce crime abominable et en détermi-
ner les circonstances", selon un
communiqué du bureau de M. Ne-
tanyahu. Il s'agit d'un acte de ven-
geance après le meurtre de trois
jeunes Israéliens, enlevés le 12 juin
alors qu'ils faisaient du stop en Cis-
jordanie et retrouvés morts lundi,
estiment plusieurs médias. Pour sa
part, le chef de la diplomatie fran-
çaise, Laurent Fabius, a exprimé
hier son "horreur" après l'enlève-
ment et le meurtre d'un jeune Pa-
lestinien dans la ville sainte
d'El-Qods occupée. "J'exprime
mon horreur face à l'assassinat d'un
jeune Palestinien" enlevé à El-
Qods-Est, a déclaré le ministre des
Affaires étrangères, pour qui "les
auteurs de ce crime devront être
identifiés et traduits en justice".
Sur le terrain, au moins 30 Palesti-
niens ont été blessés hier dans de
violents affrontements avec les
forces de l'occupation israéliennes
dans le quartier de Chouafat, à El-
Qods-Est occupée. Les heurts, op-
posant quelque 200 Palestiniens à
la police israélienne, ont éclaté en
début de matinée, peu après l'an-
nonce du meurtre de Mohammad
Abou Khdeir. Les habitants de ce
quartier résidentiel se sont réunis
près de la maison de la famille
Abou Khdeir, mais le rassemble-
ment a rapidement été réprimé par
les garde-frontières israéliens,
selon des témoins. Les policiers is-
raéliens ont tiré des balles caout-
choutées et des grenades
assourdissantes en direction des
manifestants.
MEURTRE D’UN JEUNE PALESTINIEN À EL-QODS OCCUPÉ
Abbas tient Israël
pour « responsable »
La présidence palestinienne a déclaré, hier, tenir Israël pour "entièrement responsa-
ble" du kidnapping et du meurtre d'un adolescent palestinien à El-Qods, apparemment
commis en représailles au meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie.
MISE EN EXAMEN DE SARKOZY
Hollande rappelle le principe
de la « présomption d'innocence »
Le chef de l'État français François Hollande a souligné hier que l'an-
cien président français Nicolas Sarkozy devait bénéficier de la "présomp-
tion d'innocence", après sa mise en examen (inculpation) pour corruption
et trafic d'influence. Le président socialiste a aussi rappelé le principe de
"l'indépendance de la justice", a indiqué le porte-parole du gouvernement,
Stéphane Le Foll, en rendant compte du Conseil des ministres qui venait
de s'achever.
Le Premier ministre irakien
Nouri El-Maliki a décrété hier une
amnistie pour les personnes impli-
quées dans des actes contre l'État,
dans une tentative apparente de
couper le soutien aux insurgés sun-
nites s'étant emparés de larges pans
de l'Irak.
"J'annonce une amnistie pour
toutes les tribus et personnes impli-
quées dans des actions contre
l'État", mais qui ont maintenant
"repris leurs esprits", à l'exception
des personnes ayant commis des
meurtres, a déclaré M. Maliki, lors
d'une intervention télévisée. Par
ailleurs, le Premier ministre irakien
a rejeté la volonté du Kurdistan de
conserver les territoires dont il a
pris le contrôle à la faveur de l'of-
fensive des jihadistes sunnites.
"Personne n'a le droit d'exploiter
les événements qui ont eu lieu pour
imposer un fait accompli, comme
l'a fait la région du Kurdistan", a
déclaré M. Maliki, lors d'une inter-
vention télévisée, faisant référence,
notamment au chef-lieu de la pro-
vince pétrolière de Kirkouk. "Nous
rejetons cela." Les forces kurdes
ont pris, le 12 juin, le contrôle de
Kirkouk après le retrait de l'armée
devant la progression des insurgés
sunnites en Irak.
Le Premier ministre faisait réfé-
rence aux déclarations, la semaine
passée, du président de la région
autonome, Massoud Barzani, qui a
affirmé que le contrôle de Kirkouk,
et d'autres villes prises par les
forces kurdes, ne saurait être remis
en cause. M. Barzani a également
déclaré, dans une interview à la
BBC, que le Kurdistan organise-
rait, dans les mois à venir, un réfé-
rendum d'indépendance, ajoutant
que la période s'y prêtait, l'Irak
étant déjà, selon lui, divisé.
Les groupes rebelles dans le
nord et l'est de la Syrie ont menacé
hier de rendre leurs armes s'ils ne
reçoivent pas d'aide de l'opposition
pour faire face aux jihadistes de
l'Etat islamique (EI). "Nous, les di-
rigeants des brigades et bataillons
(...), donnons une semaine à la Co-
alition nationale, au gouvernement
provisoire (...) et à tous les orga-
nismes de la Révolution syrienne
pour envoyer des renforts et de
l'aide", selon un communiqué. "Si
notre appel n'est pas entendu, nous
allons rendre nos armes et ren-
voyer nos combattants", ajoute le
texte. Ce communiqué survient
trois jours après la proclamation
par les jihadistes de l'État isla-
mique (EI), opérant en Irak et en
Syrie, d'un califat, un système de
règne islamique aboli depuis près
d'un siècle. Les mouvements qui
ont signé le communiqué sont des
groupes rebelles locaux basés dans
les régions où les combats contre
l'EI sont les plus violents, notam-
ment à Deir Ezzor (Est, frontalier
de l'Irak), Alep et Raqa (Nord).
"Notre Révolution populaire (...)
est aujourd'hui menacée par l'EI,
spécialement après l'annonce du
califat", poursuit le communiqué.
Le groupe ultra radical de l'EI est
apparu pour la première fois en
Syrie au printemps 2013. Depuis,
il a conquis la ville de Raqa dans le
nord du pays, de larges pans de la
province de Deir Ezzor et quelques
positions dans la province d'Alep.
IRAK
Maliki décrète
une amnistie
SYRIE
Par manque d'aide face
à l'EI, des rebelles menacent
de jeter les armes
Kiev poursuivait hier son opé-
ration militaire contre les rebelles,
tandis que les diplomaties alle-
mande, française, russe et ukrai-
nienne devaient chercher à Berlin
une solution négociée, et que
Washington exprimait sa compré-
hension pour le non-renouvelle-
ment du cessez-le-feu par
l'Ukraine. Alors que les Européens,
sans manifester explicitement leur
mécontentement à Kiev, ont ob-
servé un silence réprobateur après
le non-renouvellement du cessez-
le-feu par le président ukrainien
Petro Porochenko, les Américains
ont adopté une position plus favo-
rable à son égard. "Il faut être deux
pour observer un cessez-le-feu", a
déclaré, mardi, la porte-parole ad-
jointe du département d'État, Marie
Harf. "Le président Porochenko a
mis en place, un cessez-le-feu de
sept jours, l'a respecté, l'a prolongé
de trois jours. Mais le fait est que
de nombreux séparatistes n'y ont
pas adhéré et qu'il a le droit de dé-
fendre son pays", a-t-elle pour-
suivi, avant de rappeler que
"l'objectif ultime" du dirigeant
ukrainien est de "revenir à un ces-
sez-le-feu, au plan de paix". Les
chefs de la diplomatie allemande,
française, russe et ukrainienne, doi-
vent se retrouver hier après-midi à
Berlin. Un éventuel cessez-le-feu,
la reprise de négociations entre
Kiev et les insurgés, et le rôle de
l'OSCE (Organisation pour la sécu-
rité et la coopération en Europe)
seront au cœur des discussions,
selon une source diplomatique
française. Cette rencontre se tient
au lendemain de déclarations très
fermes du président russe Vladimir
Poutine, qui a affirmé que M. Po-
rochenko portait l'entière responsa-
bilité de la situation actuelle, "d'un
point de vue militaire, mais égale-
ment politique". M. Poutine a sou-
tenu que la Russie avait défendu
ses intérêts géopolitiques dans la
crise ukrainienne. Si elle ne l'avait
pas fait, "l'OTAN serait installée
aujourd'hui à Sébastopol", port de
Crimée où est basée historique-
ment la flotte russe, a-t-il répété.
UKRAINE
Opération militaire, efforts diplomatiques
et appui de Washington à Kiev
El Moudjahid/Pub
Publicité
Par le Professeur
Djamil Aïssani
I
l est communément admis que le début
du mouvement soufi à Béjaïa date de la
deuxième moitié de XII
e
siècle, époque
de Sidi Boumediene. Cependant, nous avons
montré que la période bougiote de la
deuxième moitié du XI
e
siècle ne pouvait pas
être dissociée de ce qui s'est passé à la Qal'a
des Bani-Hammad. En effet, les princes
hammadites y habitent encore et sa réputa-
tion comme foyer intellectuel est à son apo-
gée. C'est ce qui nous a amené à parler de
«mille ans de pensée soufie en Kabylie».
L'objectif de ce travail est de cerner le
cadre et de préciser le contexte dans lequel a
évolué le soufisme à Béjaïa et sa région à
l’époque médiévale. II s'agit d'essayer de
comprendre si ces aspects ont eu une quel-
conque influence sur certaines des célèbres
étapes du dialogue islamo-chrétien en rap-
port avec la ville de Béjaïa, à savoir les ques-
tions siciliennes de l'empereur Frédérick II,
l'influence de la pensée d'Ibn Sab'in et les
disputes du philosophe catalan Raymond
Lulle (1307).
I. Début du soufisme :
L’époque hammâdite (XI
e
-XII
e
siècles)
La principale autorité intellectuelle de la
Qal'a était Ibn Nahwi (434h./1042-
513h./1119), dont l'influence sur Béjaïa s'est
faite de deux façons. Localement par son dis-
ciple et continuateur Abou Imran Mousa. A
l'échelle maghrébine ensuite, à travers son
disciple Ibn Hirzihimqui deviendra le maître
de Sidi Boumediene à Fes.
a) Le mysticisme à la Qal'a
Après un séjour a Kairouan, Ibn Nahwi
s'était définitivement installé à la fin du XI
e
siècle. On possède de lui un poème mys-
tique, al-munfaridja (soulagement après une
épreuve (mihna)» et qui a fait l'objet d'une
dizaine de commentaires. Dans ce poème,
Ibn Nahwi énumère ce que doit faire le mu-
sulman pour être soulagé de la mihna. Selon
A. Amara, al-munfaridja reflète la tension
permanente qui a existé entre le pouvoir qui
tentait de s'imposer au nom de la religion et
le monde des soufis qui contestèrent la poli-
tique de ce pouvoir en matière de gouverne-
ment. Après la mort d'Ibn Nahwi, plusieurs
ouléma (érudits) de Béjaïa adhèrent à ses
idées : Aboul-Al-hassan Ali b. Aboul-nasr
Fath b. Abdallah al-Bija'i (né à Béjaïa en
506h.11112), Abou-Allah Mohammad b. Al-
Muwaffaq al-Bija'i. Il en est de même de Sidi
Yahia Zakariya, qui se déplaça à la Qal'a
pour fréquenter les disciples du maître.
Soulignons néanmoins que la plupart de
ces ouléma ont vécu à époque almohade. En
effet, A. Amara a effectué un dépouillement
des sources biographiques, chronologiques
et juridiques de la dynastie hammadite. Il a
ainsi recensé 234 personnalités appartenant
au monde des ouléma et une seule a été citée
comme versée dans le tassawuf et le zouhd.
b) Béjaïa, capitale des Hammâdites
C'est en 1067 que la capitale du royaume
des Hammadites a été transférée à Béjaïa.
Elle devient alors l'un des centres culturels
et scientifiques du Maghreb. C'est notam-
ment dans cette cité que le célèbre mathéma-
ticien italien Fibonacci (1170-1240) s'est
initié au système de numération, aux mé-
thodes de calcul et aux techniques commer-
ciales des pays de l'Islam.
La ville était un centre d'enseignement
supérieur. Plusieurs centaines d'étudiants
(dont beaucoup d'Européens) se pressaient
dans les écoles et les mosquées ou ensei-
gnaient théologiens, juristes, philosophes et
savants parmi les plus réputés du monde mu-
sulman. Cette cité avait notamment la parti-
cularité importante d'être un point de passage
obligé. En fait, plus qu'un lieu de passage,
elle apparaissait comme un lieu de rencon-
tres. Mais ces rencontres ne se faisaient pas
en circuit fermé et entraînaient des rapports
de communautés. Rappelons ici que c'est à
Béjaïa que le Mahdi Ibn Toumart déploya
vers 1117 son activité réformatrice, notam-
ment par sa prédication en langue berbère.
Sa science et son austère vertu séduisaient,
mais il se montra un censeur rigoureux des
mœurs.
c) Structuration du milieu scientifique
Au moyen-âge, la structuration du milieu
scientifique était indissociable de celle du
monde des ouléma. En ce qui concerne le
XIII
e
siècle, D. Urvoy propose une analyse
intéressante en se basant sur l'ouvrage bio-
bibliographique d'A1-Ghobrini. Cet ouvrage
est la source la plus complète sur les savants
de Bougie. Il contient notamment 108 per-
sonnalités célèbres des XIIe et XIII
e
siècles.
Sur la base de cet ouvrage, D. Urvoy fait
un graphique sur l'articulation d'un certain
nombre d'éléments entre eux. Il remplaça les
relations individuelles par des ensembles et
fait ressortir la présence de communautés.
On voit notamment se constituer un groupe
très important dont les membres, sous l'in-
fluence d'Al-Hirrali, s'intéressent aux mathé-
matiques, aux sciences naturelles et aux
différentes formes de spéculations : ousoul
al-fiqh, kalam, falsafa, mantiq et tassawuf.
Ibn Rabi' (m. 675h./1276) qui en est le cen-
tre, a suscité l'admiration d'Ibn Rab'i.
II. Développement du soufisme
L'époque almohade et le XIII
e
siècle
Hafside
Al'époque almohade, deux raisons essen-
tielles ont été à l'origine du développement
rapide du soufisme dans toutes les couches
sociales de la Kabylie : la présence à Béjaïa
des plus grands maîtres du soufisme et l'es-
prit de tolérance de la population. En effet,
Sidi Boumediene n'a-t-il pas affirmé que
«Béjaïa facilite, plus que d'autres villes, la
recherche de ce qui est permis.» (p. 318).
a) Béjaïa et le soufisme
1. Sidi Boumediene et ses disciples :
La ville de Béjaïa a possédé le maître le
plus illustre du grand mouvement mystique
maghrébin : le Qoutb Sidi Boumediene Me-
diene (520h./1126-594h./1197). «Son grand
mérite, sa grande réussite, c'est d'avoir réa-
lisé, d'une manière accessible à ses audi-
teurs, l'heureuse synthèse des influences
diverses qu’il avait subies». Selon R.
Brunshvig, «avec lui, le soufisme moderne
s'adapte à la mentalité du croyant maghré-
bin, homme du peuple ou lettre». L'action de
son école a permis à la ville de Béjaïa d'oc-
cuper une place éminente dans l'Islam occi-
dental [2]. Parmi les sentences qui lui sont
attribuées, citation ; «Notre enseignement
n’est profitable qu 'à celui qui unit en lui ces
quatre vertus : renoncement, science [reli-
gieuse], confiance (en Dieu), certitude [de
la foi».
2. Abou-Zakaria Yahia
A l'époque de Sidi Boumediene et après
sa disparition, le soufisme a également eu
une autre référence essentielle à Béjaïa. Il
s'agit du cheikh kabyle Abou Zakaria Yahia
Al-Zwawi, né chez les Bani Aïssi et qui est
mort à Béjaïa en Ramadhan 611h./Janvier
1215. Nous avons déjà évoqué ses études à
la Qal'a. Versé dans les diverses sciences re-
ligieuses, il a été initié au mysticisme en
Orient. En effet, il y avait rencontré «Al-
masha’ikh wal-Fouqaha wa l’mutassawifa
wa ahl al-tariq al-Haq». C'était le type ac-
compli de l'ascète, fervent du jeûne, détaché
des contingences de ce bas monde, absorbé
par la pensée de l'au-delà. II demeurait déjà
dans une zawiya et enseignait à la Grande
Mosquée le hadith, les ousoul et le fiqh. Rap-
pelons ici qu'Ibn Arabi lui avait rendu visite
lors de son séjour à Béjaïa et lui a consacré
une notice élogieuse dans ses Foutouhât.
3. Le séjour d'Ibn Arabi
Ibn Arabi (Murcie 1165- Damas 1241)
est l'une des principales personnalités du
soufisme et apparaît notamment comme le
pivot de la pensée métaphysique en Islam.
Plusieurs faits importants le lieront à Bougie.
Il y séjourna vers 1200 et probablement vers
1193. Il y eu divers contacts. II appelait Sidi
Boumediene «notre chaykh et Imam... le
Maître des Maîtres» et se référait souvent à
lui.
C'est en 597 de l'hégire qu'Ibn Arabi par-
vint à Bougie. La vision qu'il eut dans cette
ville est rapportée par E. Dermenghem
«Une nuit, je me vis en conjonction avec
toutes les étoiles du ciel ; j'étais uni à cha-
cune avec une grande joie spirituelle». Après
avoir été uni aux astres, les lettres de l'alpha-
bet lui furent données en mariage spirituel.
Cette vision a été rapportée à un homme
versé dans la science des visions, qui s'ex-
clama : «C'est un océan infini et celui qui a
eu cette vision se verra révéler la connais-
sance des plus grandes choses, des mystères
et des influences des astres, telle qu'elle ne
sera partagée par quiconque en son temps».
Après un moment de silence, il ajouta :
«Si celui qui a eu cette vision et dans cette
ville, ce ne peut être personne d'autre que le
jeune Andalou qui est venu ici».
4. La tarika d'Al-Hirrali
L'«Imâm du tassawuf», Al-Hirrali, est
mort à Damas en 638h./1240. R. Brunschvig
estime que son influence à Béjaïa «rappelle
par certains côtés celle qu’exerça à Tunis Al-
Shadili». Il composa plusieurs ouvrages sur
la science des lettres et des nombres. Il serait
intéressant de vérifier si Al-Hirrali les a uti-
lisé dans sa tariqa dont la liturgie comportait
le wird, le dzikr et le hizb, «comme les
confréries modernes».
Nous connaissons peu de choses sur la
contribution d'Al-Hirrali : «une petite lueur
mais singulièrement aiguë, quelques brèves
anecdotes, le souvenir de sa mort». Son sou-
fisme était basé sur la voie des philosophes,
disait Ibn Taymiya, «ennemi à la fois des
soufis et des philosophes». Son ascèse était
à la fois extérieure et intérieure, sans effort
et sans affectation ; il obtint un grand déta-
chement et une grandeur d'âme.
b) Les soufis de ounwan Al-dirâya
La tradition directe de Sidi Boumediene
subsista au XIII
e
siècle. A cette époque, le
mouvement mystique paraît avoir conservé
longtemps une forme extérieure modérée et
de solides bases intellectuelles. Plusieurs
soufis que mentionne pour cette époque oun-
wan Aldirâya étaient très versés dans le fiqh
; quelques-uns se distinguèrent comme
poètes mystiques.
L'analyse de l'ouvrage d'Al-Ghoubrini
nous permet de tirer quelques enseignements
remarquables. Sur les 108 personnages cités,
101 sont des faqih et quinze d'entre eux sont
versés dans le soufisme. Al-Ghoubrini, lui-
même soufi, élève d'Ibn Rabi' ; en parlant de
cette discipline, utilise le terme 'Ilm al-tas-
sawuf, ce qui nous renseigne bien sur la
place qu'il lui accorde. II différencie les
chou'ara al-mada-ih [(Aladh al-Nabi) : al
Qal'i Abou-Abd Allah b. Mimoun, Al-Ghas-
sani Abd Al-Moun'im, Al Ya'mari Aboul-
bakr] des chou'ara a-Tassawuf (poésie
mystique) : Ibn Nahwi, Sidi Boumediene,
Sidi Yahia a-Zwawi], dont les références
sont : Ald'Al-Ghazali et la Risala d'al-Qou-
chairi. II évoque enfin le courant philosophe
(tassawuf al-falsafi), représenté par
Ibn'Arabi, Ibn Sab'in et Al-Shoushtari et Al-
Hirrali.
D'un autre côté, l'analyse de l'ouvrage
nous permet d'identifier les soufis originaires
de Kabylie : Abou Zakaria Staifi, Aboul-
Hassan Ali Zwawi, Yeturghi de Bani Ye-
tourgh (Michelet), Ibn Mansour Zwawi
Yerathni. Il permet egalement d'identifier les
ouvrages de tassawuf circulant dans la ville
: Risalat fadhl Makka de Abi Sa'id b. Abi Ibn
al-Hassan Al-Bousri, Risalat Al-Qouchairi,
Knob Abi-Farraj Ibn Al-Jouzi'.
c) Situation intellectuelle à la fin du
XIII
e
siècle
La baisse de niveau à la fin du XIII
e
siècle
est attestée par Al-Abdari dans sa Rihla al-
Maghribiyya. Al-Abdari, qui avait des affi-
nités soufies, porte un jugement très sévère
sur Béjaïa (visitée en 1286) : «Ce pays ren-
ferme les restes des fondements de ; c'est un
lieu où ont résidé les plus grands savants...
Mais le pays souffle d'un changement qui a
touché la ville et la campagne. Les sources
de la science ont commence à s’y épuiser
jusqu’à un tarissement complet».
(Asuivre)
17
Jeudi 3 Juillet 2014
16EL MOUDJAHID EL MOUDJAHID
Par Mohamed Esaleh Sedik
b) Bienfaits spirituels :
Sans les péchés qu’il commet,
l’homme serait proche des anges.
Comment neserait-il pas ainsi alors
queDieul’acréésous leplus bel as-
pect et laplusbelleformeet l’acom-
blé en lui donnant la raison et
l’intelligence?
«Nous avons donné à l’homme en
le créant, la forme physique la mieux
proportionnée.
Puis Nous le ferons sombrer dans
une extrême déchéance».
Le jeûne affaiblit le tumulte des
passionsetdonneàcelui qui l’observe
unemaîtrisedesoi. LeProphète, bé-
nédiction et salut sur lui, a dit : «Ô
jeunes gens, mariez-vous, c’est bon
pour lavueetcelapermetdegarder la
vertu; celui qui nepeut pas, qu’il ob-
serveunjeûne.»
Le jeûne apprend à l’âme la pa-
tience, laforceet lavolonté, lasincé-
rité, la chasteté, l’amour du bien,
l’éloignement du mal. Le jeûneur
s’abstient denourriture, deboissons,
deplaisirs sexuels et d’autres choses
tout aulongdelajournée, alors qu’il
peutnepaslefaire. Ets’il lefait, c’est
grâce à sa sincérité et à sa
volontéet pour répondreàl’ordrede
Dieu, désirant Sa récompense et Sa
grâce. Dieuenretour lui adonnélaré-
sistanceàlafaim. Lejeûneur durantle
Ramadhanalamaîtrisedesoi.
Même s’il trouve une table bien
garnieaveclesmetslesplusfinsetles
boissons les plus douces, il nepense
mêmepas y toucher mêmesi safaim
est grande, car il apeur deDieu.
Il n’yapasd’autrepratiquequele
jeûnepour renforcer lamaîtrisedesoi
etdompter lesforcestroublesdel’âme
qui poussent au mal. Il combat le
démonsansfaiblir. LeProphète, béné-
diction et salut sur lui, a dit : «Le
démon court dans le corps du fils
d’Adam, commelesang; barrez-lui le
passagepar lafaim.»
c) Bienfaits sociaux :
Quandonobservelejeûne, onse
rappelletous ceux qui souffrent dela
faimdurant touteleur vie. Il y aceux
qui sont dans ledénuement total. Il y
ales vieillards, les orphelins, les ma-
lades, les étrangers depassage… En
les ayant en mémoire, il se rappelle
leurs peines et il s’attendrit sur leur
sort. Il devient leur défenseur et ainsi
règnentdanslasociétélabonté, lami-
séricordeet l’entraide.
Lesmembresqui leformentsesou-
tiennent mutuellement commel’édi-
ficesocial. C’est pour cesraisonsque
lejeûneaétéinstituécommeobliga-
tionlégale.
Lejeûne, dans ses manifestations
sociales, nousdonne— commel’écrit
El-Aâqad— l’aspectd’unegrandefa-
mille composée de millions de per-
sonnes répandues dans lemondeen-
tier, accomplissantlemêmedevoir re-
ligieux, chaque jour, ressentant les
mêmessensations…
Desmillionsdegensdanstousles
coinsdelaTerre, senourrissant selon
le même mode, s’abstenant de toute
nourriture selon le même mode, se
présentant à leur Seigneur selon le
mêmemode. Il yapeudefamillesen-
fermées entreles murs deleurs mai-
sons qui connaissent une telle
organisation!
(Asuivre)
LES DESSEINS DU CORAN
Jeûner, c’est renforcer
la maîtrise de soi
Soufisme et dialogue Islamo-Chrétien à Bejaia
à l'époque médiévale (XI
e
-XIV
e
siècles)
«Ceux qui sont constants seront dignement rémunérés
au-delà de toute mesure !»
(Coran, S. 39- LesGroupes, v. 10)
LeProphèteMohammaddit aussi :
«Lapatienceest unelumière!» (Un guideéclairé).
(Source: Moslim).
«Celui qui veut êtrechaste, Dieul'aidera.
Celui qui chercheàsepasser decequepossèdent les
autres, Dieul'enrichira.
Celui qui veutêtrepatientDieuviendraàsonsecours,
Aucun n'a eu un don plus fécond que la patience.»
(Source: Boukhari).
«C'est merveilleux ! Tout cequi arriveaucroyant lui
est favorable, aucunautren'aceprivilège:
S'il estheureux, il remercieDieuetc'estbienpour lui;
s'il est malheureux, il serésigneet c'est bénéfiquepour
lui.»(Source: Moslim)
UnefilleduProphètelui dépêchaunepersonnepour
leprier devenir voir sonenfantagonisant. LeProphètelui
envoyadire:
«Donne-lui le bonjour et dis-lui : Tout appartient à
Dieu, cequ'Il donneet cequ'Il reprend.
Pour toutechoseest fixéunterme.
Qu'elle se résigne et en demande à Dieu la récom-
pense.»(Boukhari)
Note: LamèrecroyaitquelaprésenceduProphèteau-
rait soulagél'enfant, autrement leProphètenerefuserien
quand on le sollicite pour tout ce qui est dans ses
possibilités.
Dansunhadithàthèmedivin, Allahdit :
«Quand je frappe mon serviteur de cécité et qu'il se sou-
met à mon arrêt, je lui accorde en échange le Paradis !»
(source: Boukhari)
«QuandDieuveut dubienàquelqu'un, Il l'éprouve.»
(Source: Boukhari)
La valeur de la rétribution est proportionnelle à
l'épreuve. QuandDieuveut dubienàdesgens, Il lesmet
àl'épreuve.
Celui qui serésigneauralasatisfactionduSeigneur,
maiscelui qui s'emporteencourt Sacolère.
L'adversiténecessedes'abattresur lecroyant : attei-
gnant sapersonne, ses enfants et ses biens, si bienqu'il
comparaîtradevant Dieusansaucunpéché.
L'endurance du musulman.
Quant àsupporter lemal, c'est aussi delarésignation
mais plus pénibleàsupporter. C'est lesymboledes véri-
diquesetdessaints. Sonsensréel, c'estêtrepersécutépour
lacausedeDieuet supporter lasouffrancesansrendrele
mal pour lemal, sans sevenger ni sesoucier desaper-
sonnetant quecelaest fait pour l'amour deDieu et en
quêtedeSoncontentement.
«[...] supporter lasouffrancesans rendrelemal pour
lemal, sanssevenger [...] Raressont (lesProphètes) qui
n'ont pasétémalmenéset persécutés».
(Asuivre)
Quand Dieu veut
du bien aux gens,
il les met à l’épreuve
Par Aboubaker Djaber El-Djazaïri, en-
seignant à l'Université islamique
de Médine
La mosquée du 1
er
-Novembre 1954* de Batna, considérée
comme étant l’une des plus grandes d’Afrique, est ouverte aux
fidèles depuis 2003. C’est l’ancien moudjahid, le colonel Hadj
Lakhdar, qui est à l’initiative de sa construction en 1980. Pour
porter son projet, il créa une association avec d’autres anciens
combattants ; le chantier de construction débuta en 1982. La
mosquée, située dans la cité An-Nasr (cité de la Victoire), est
devenue un lieu de prière privilégié pour la grande majorité des
habitants de Batna qui viennent y prier pendant le ramadan et
pour la prière du vendredi. La mosquée est bâtie sur une
superficie de 42.200 m
2
sur un ancien aérodrome militaire de
l’armée française.
L’esplanade de la mosquée et les salles de prière réunies
peuvent contenir jusqu’à 30.000 fidèles. Elle se compose de
deux salles de prière ; l’une pour les femmes à l’étage d’une
superficie de 2.500 m
2
, et l’autre pour les hommes au rez-de-
chaussée d’une superficie de 6.000 m2. La mosquée de Batna
comprend également : une faculté des sciences sociales et
islamiques, un grand auditorium, une bibliothèque, un conseil
de la fatwa, une école coranique et une structure d’impression et
d’édition. La mosquée possède deux minarets de 52 mètres de
hauteur. Son architecture s’inspire des fresques islamiques,
l’intérieur est magnifiquement décoré d’arabesques et de versets
coraniques. «Elle me rappelle la mosquée du Prophète à
Médine, enArabie saoudite, elle est aussi majestueuse»,
témoigne tous ceux qui ont été à Médine.
Vu sa situation géographique, la mosquée est aussi marquée par
un caractère typiquement chaoui.
* Débutdelaguerred’indépendancedel’Algérie.
MOSQUÉE DU 1
er
-NOVEMBRE 1954 DE BATNA
Un haut-lieu de savoir
NDLR :
Cette rubrique
renferme des versets
coraniques. Prière
de préserver ces pages
de toute souillure.
LAPATIENCE ET
L’ENDURANCE DU MUSULMAN
Jeudi 3 Juillet 2014
19
P
ourquoi une telle dénomina-
tion ? Tout simplement parce
que nous avons en illustra-
tion une confrérie se trouvant sous
le prestigieux patronage de Bilàl,
noir abyssin affranchi par le pro-
phète dont il est devenu le premier
muezzin, un des cinq premiers mu-
sulmans qui a islamisé la société
grâce à laquelle les esclaves souda-
nais déplacés au Grand Maghreb y
ont conservé quelques-uns de leurs
rites.
Alors que les Eglises chré-
tiennes luttent en général assez vi-
vement contre le Vaudou,
d’ailleurs lui-même beaucoup plus
violent, l’islam maghrébin, malgré
les réticences et, quelquefois, les
anathèmes de la part des puristes et
des fondamentalistes, regarde avec
indulgence et semble considérer
comme inoffensifs les
« diwan » de Sidi Blal. Ici, chaque
génie —d’origine et de nom géné-
ralement soudanais— ou chaque
saint de l’islam —généralement
Sidi ‘Abdelkader— a son chant et
son air mélodique et rythmique.
C’est surtout quand le « jeddab »
(le danseur), saisi par « l’attrait »,
a « trouvé » l’air qui lui convient
qu’il entre tout à fait en transes, de-
vient « possédé », « habité » par le
génie qui correspond à cet air et
fait les gestes adéquats jusqu’au
moment où il se convulse et
s’écroule. Les instruments du
diwan de Sidi Blal sont le qarqa-
bou (ou qraqeb, ou chekchaka par
onomatopées), grandes casta-
gnettes doubles de fer, très
bruyantes et caractéristiques de la
confrérie, les deux tambours, «
dendouns », grande et petite « taria
», la petite répétant toujours le
rythme principal, la grande jouant
un rythme secondaire et variant
sans cesse). Le jeu difficile du
gumbri, petite guitare rectangulaire
à trois cordes, n’est évidemment
pas oublié. Sa ligne mélodique
contraste avec le rythme étourdis-
sant des castagnettes et contribue à
créer une atmosphère mystique.
Les grandes lignes du diwan de
Sidi Blal sont, à quelques nuances
près, les mêmes que dans les autres
diwans d’Algérie. Mais, par-dessus
tout, celui de Laghouat garde
quelques particularités : le sacrifice
du bouc ou d’un bœuf, par exem-
ple, a lieu au Mawlid Ennabaoui,
dont la date, on le sait, varie selon
le calendrier lunaire. K. B.
A Laghouat comme à Ghardaïa, Biskra, Touggourt, El Oued... et même à Oran, les confréries religieuses sont généralement désignées par le terme usuel de « Diwan »,
qui signifie assemblée, réunion, société. Le « diwan » qui nous intéresse en particulier est celui de Sidi Blal, dans la région de Laghouat.
THÉÂTRE RÉGIONAL D’ORAN
« Louebet ezzaouedj » à l’affiche
La seconde édition du concours des "Nuits du Saint
Coran" ouverte mardi soir à la grande mosquée du 1er-No-
vembre de Batna donne davantage de communion reli-
gieuse à l’atmosphère de piété et de ferveur propre au mois
sacré de ramadhan, a-t-on constaté. Les soirées dédiées au
Texte Sacré de l’Islam constitueront, jusqu’au 20ème jour
de ce mois béni, le point d'orgue du programme d'activités
mis en place par l’Assemblée populaire communale (APC)
de Batna, en collaboration avec l’association El-Wafa pour
la solidarité. La première soirée a donné lieu à des psalmo-
dies individuelles de versets du Coran et à des panégyriques
déclamés par différents groupes constitués parmi les
quelque 400 récitants du Coran prenant part aux élimina-
toires de ce concours. Pour le président de l’APC de Batna,
Abdelkrim Maroc, "un tel engouement est édifiant quant à
l'attachement des familles chaouies à l'enseignement des
paroles de Dieu".
Le choix de la plus grande mosquée de la wilaya des
Aurès "répond au souci de toucher le plus large public et
de contribuer à l'animation des soirées de ramadhan dans
un climat de piété et d’adoration du Tout-Puissant", selon
cet élu. A la clôture des "Nuits du Saint Coran", il sera pro-
cédé, en plus de la remise de prix aux lauréats, à un hom-
mage appuyé à toutes celles et ceux qui veillent, au
quotidien, à l'apprentissage et à la psalmodie du Coran, ont
souligné les organisateurs.
Publicité
La comédie "Louebet ezzaouedj" (jeu du mariage) était
mardi soir à l'affiche du Théâtre régional Abdelkader- Al-
loula d'Oran (TRO), donnant le ton au programme d'ani-
mation élaboré par la direction de cette structure culturelle
pour le mois de Ramadhan. La pièce, produite par le TRO
en 2010, est mise en scène par Azri Ghaouti d'après l'œuvre
de Mourad Senouci inspirée du "Jeu de l'amour et du ha-
sard" de Marivaux (1688-1763). L'histoire se résume à un
mariage de convenance en perspective duquel la jeune pro-
mise prend le rôle et l’habit de sa servante pour en savoir
davantage sur son prétendant. Plusieurs comédiens de talent
sont distribués dans "Louebet ezzaouedj", à l'instar de Ab-
delkader Belkaïd, Fadéla Hachemaoui, Nassima Zabchi,
Samir Bouanani et Blaha Benziane. Ce spectacle permet
aussi d'évoquer le parcours du regretté comédien Mohamed
Belaroussi (1953-2013) qui y joua son dernier rôle, prêtant
ses traits au personnage d'Organ, le père de la promise. Dé-
cédé en août 2013 des suites d'une maladie, Belaroussi s'est
illustré de son vivant avec un parcours riche en contribu-
tions artistiques, ayant évolué en qualité de comédien, met-
teur en scène, producteur et formateur. Une cinquantaine de
spectacles, entre représentations théâtrales et concerts de
musique, sont inscrits par le Théâtre régional d'Oran dans
le cadre du programme d'animation des soirées du mois de
Ramadhan, rappelle-t-on. Le public du TRO a rendez-vous,
mercredi soir, avec la deuxième pièce à l'affiche, "Un
clown en exil", écrite et mise en scène par Mohamed Yabdri
de la compagnie "Daraja Théâtre".
VEILLÉES À BATNA
Les "Nuits du Saint Coran" renforcent la communion
Soirées animées
L’Etablissement Public Algérienne Des Eaux (E.P-ADE)
participe à rendre agréable les soirées ramadanesques des Al-
gériens en général et des fans du ballon rond et de l’Equipe na-
tionale de football en particulier. Il a pris l’initiative de
distribuer gracieusement de l’eau en sachets, dans la soirée du
lundi 30 juin 2014, au niveau de l’esplanade de la Grande
Poste, à Alger Centre, où est érigé un écran géant pour permet-
tre à des milliers d’Algérois de suivre en direct les différents
matches du Mondial brésilien. Ainsi, l’E.P-ADE a contribué à
apporter un peu de fraîcheur aux Algérois supporteurs de
l’Equipe nationale, hommes femmes et enfants, qui s’étaient
déplacés par centaines, à la Grande Poste pour suivre le match
Algérie-Allemagne.
A travers ce geste symbolique, il espère avoir participé à
rendre plus conviviales ces soirées chaudes et ramadanesques
pour les Algérois et les supporters de l’Equipe nationale. Cette
initiative a été fortement saluée par les nombreux présents hier
à la Grande Poste. Ces soirées gracieusement arrosées mon-
trent que l’Algérienne Des Eaux est une entreprise citoyenne,
proche de la population et qui veille au bien-être de ses clients.
El Moudjahid/Pub ANEP 0304 du 03/07/2014 El Moudjahid/Pub
DIWAN DE SIDI BLAL
La fête, version Waàda
LUCARNE
21 EL MOUDJAHID
Sciences & Technologies
Jeudi 3 Juillet 2014
A
u début du jeûne, l’organisme
puisera son énergie nécessaire
à son bon fonctionnement
dans le glucose stocké dans les mus-
cles et le foie jusqu’à l’épuiser puis,
plus tard dans la journée, les réserves
de graisses seront sollicités. Celles-
ci, à peine entamées, seront refor-
mées dès la prise du repas. Ce qui
explique que trop de gras et de sucre
ingérés à la rupture du jeûne entraine
à la longue une prise de poids. Ce
n’est pas le cas des jeûnes prolongés
(pour d’autres raisons que le Rama-
dhan) où le corps va puiser dans les
protéines, donc dans les muscles.
Une alimentation équilibrée en glu-
cides, lipides et protéines pendant
cette période permet d’éviter toute
carence. Mis à part la baisse de gly-
cémie durant la journée qui donne
une sensation de fatigue, aucune per-
turbation métabolique n’est à crain-
dre. Les spécialistes (médecins,
diététiciens et nutritionnistes) s’ac-
cordent sur pratiquement les mêmes
conseils. D’abord se préparer menta-
lement à ce mois de piété et non d’ex-
cès, car le dérèglement alimentaire, la
fausse idée de faire des réserves, en-
traine une grosse fatigue de l’orga-
nisme, difficilement rattrapable après
l’Aid. Ensuite, il faut respecter les
contre-indications : les femmes en-
ceintes ou allaitantes, les enfants non
encore pubères, les personnes souf-
frant de diabète, d’insuffisances ré-
nales ou cardiaques doivent
s’abstenir ou à la limite consulter un
médecin avant le Ramadan. Dans
quelques cas, on peut jeûner plus
tard, quand l’organisme en est plus
apte.Le sommeil plus court et sou-
vent fractionné entraine une fatigue
accumulée et nécessite donc des
plages de repos dans la journée. Vers
midi, par exemple, au lieu de la pause
déjeuner, une vingtaine de minutes
de repos, confortablement assis sur
une chaise à son poste de travail, ou
s'allonger quelques minutes en fin de
journée au retour du travail contri-
buent à mieux tenir et surtout à éviter
le stress. Quant aux habitués de l’ac-
tivité physique, il est recommandé de
choisir le matin tôt ou la fin de jour-
née (à l’abri des grosses chaleurs et
de la déshydratation) pour s’exercer
modérément comme faire de la
marche active, du footing, du vélo ou
de la natation.
Durant la journée, il est effectivement
nécessaire de se protéger au maxi-
mum du soleil et de la chaleur pour
limiter la transpiration, éviter le
stress qui accélèrent le rythme car-
diaque et la respiration. A la rupture
du jeûne, il est conseillé de se réhy-
drater par petites gorgée d’eau ou de
boisson (peu ou pas sucrée) étalées
entre le coucher et le lever du soleil.
Le repas du S’hor est indispensable
pour constituer les réserves d'eau et
de nutriments nécessaires pour af-
fronter la journée et tenir jusqu'au
soir. Il doit être complet et contenir
toutes les catégories d'aliment : une
boisson pour réhydrater le corps, un
féculent (pain, riz, pâtes, semoule,
pommes de terre,...) pour apporter de
l'énergie, un fruit et/ou des légumes
pour les fibres, vitamines et miné-
raux, une protéine animale (viande,
poisson ou œuf) et produit laitier pour
maintenir sa masse musculaire. En
fonction du goût et des possibilités de
chacun, ce repas peut être salé (fécu-
lent, légumes, viande, yaourt, fruit,
eau) ou sucré (café, tartines beurrées,
œuf, yaourt, fruit). Après le coucher
du soleil, il est préférable de com-
mencer directement par le dîner,
après s'être réhydraté par petites gor-
gées. Le Ftour doit être léger. L’excès
entraine des ballonnements et des
douleurs d’estomac. Il est important
également de varier (selon les possi-
bilités) tous les jours ses aliments
pour diversifier les apports alimen-
taires et éviter les carences. Toutefois,
une collation légère en soirée consti-
tuée de lait, de dattes, de thé et
d’amandes viendra combler les petits
creux et compléter l’apport nutrition-
nel. Paradoxalement, certaines per-
sonnes ont tendance à prendre du
poids pendant le Ramadhan, cela est
essentiellement dû aux repas tardifs
trop copieux et leur goût immodéré
pour les plats traditionnels riches et à
la large gamme de pâtisseries souvent
grasses et très sucrées.
Ramadhan reste un mois de piété, de
diète bénéfique à l’organisme et sur-
tout de rapprochement entre les Mu-
sulmans, le côté gargantuesque n’est
que folklore et mise à mal de la santé.
Page animée
par Kamel Morsli
D
ans plusieurs pays au monde
des spécialistes (médecins et
psychiatres) se penchent sur
cette nouvelle pathologie et les dégâts
qu’elle cause sur la santé : l’addiction
aux Smartphones. Ils militent pour
que ce « mal » soit reconnu comme
trouble psychologique.
S’il vous est difficile de vous séparer
de votre téléphone mobile et que vous
le consultiez compulsivement et fré-
quemment sans raison, il y a des
risques que vous soyez accro.
Avec la quasi-généralisation de l’uti-
lisation de cet outil, de nouvelles pa-
thologies apparaissent et prennent de
court les spécialistes des troubles psy-
chologiques. En Algérie, grands et pe-
tits ont plongé tête baissée dans le
maniement de ce gadget aux effets in-
désirables non encore définies. Ail-
leurs, à Singapour le record du plus
grand nombre d'utilisateurs de smart-
phones par habitant est détenu. Ainsi,
87% des 5,4 millions de Singapou-
riens sont munis d'un téléphone mul-
tifonctions, contre 65% aux
Etats-Unis. Ils passent en moyenne 38
minutes par session sur Facebook, soit
presque deux fois plus que les Améri-
cains. « Des patients viennent pour
des troubles liés au stress et à l'anxiété,
mais je me rends compte que leur mé-
canisme de survie est de se connecter
en ligne et d'aller naviguer sur les ré-
seaux sociaux », explique un psychia-
tre. Il évoque le cas d'un étudiant de
18 ans dont les symptômes étaient ex-
trêmes : « Il n'était pas rasé, maigre,
les cheveux longs, ne s'était pas dou-
ché depuis plusieurs jours. Il avait l'air
d'un sans abri ». L'adolescent en est
même venu aux mains avec son père
lorsque celui-ci a voulu lui confisquer
son portable. Et quand le père a coupé
l'accès internet de la maison, le fils au
désespoir a erré dans le quartier pour
tenter de capter les connexions sans fil
des voisins.
« L'addiction numérique comme ma-
ladie n'est même pas mentionnée dans
nos manuels psychiatriques les plus
récents, c'est uniquement signalé dans
l'annexe comme un trouble nécessitant
des recherches plus approfondies ».
Sur le plan physique, de plus en plus
de gens sont atteints de "text-neck" et
l'"iNeck", qui désignent par exemple
des douleurs à la nuque dues à une
mauvaise position lors de l'utilisation
de terminaux mobiles, indique un mé-
decin du Singapore General Hospital.
En Asie, plusieurs pays ont déjà ou-
vert des centres de traitement pour les
jeunes "addicts", notamment en Corée
du Sud, en Chine et à Taïwan. En
2013, une étude indiquait que 7% des
50 millions de Sud-Coréens présen-
tent "un risque élevé" d'addiction. Le
pourcentage grimpait à près de 20%
chez les adolescents. La Chine compte
environ 300 centres de traitement
alors qu'une étude estimait à 24 mil-
lions le nombre de jeunes chinois ac-
cros.
Les études récentes mettent en garde
contre une utilisation à un âge précoce
des nouvelles technologies, qui décu-
ple le risque de développer une dépen-
dance, de s'isoler et de "décrocher" à
l'école. Les parents doivent impérati-
vement s'abstenir de mettre un smart-
phone ou une tablette dans les mains
de leurs jeunes enfants pour les occu-
per ou les faire taire. "C'est comme la
télévision dans le passé avec la baby-
sitter, en pire, parce que si la télévision
était seulement à la maison, mainte-
nant vous avez des écrans avec vous
partout".
Ce problème est tellement envahissant
à Singapour qu'un programme de sen-
sibilisation pour les enfants de mater-
nelle et leurs parents, baptisé "cyber
bien-être", va être lancé d'ici fin 2014.
"Nous voulons prévenir les parents
pour qu'ils ne donnent pas ces gadgets
trop tôt à leurs enfants et sachent les
leur retirer", explique les initiateurs de
ce programme
L’effet néfaste des Mobiles sur le sommeil
Selon une étude américaine, utiliser son smartphone après 21h nuirait au
sommeil et provoquerait des états de fatigue le lendemain.
Des chercheurs de l'université du Michigan aux États-Unis ont étudié l'im-
pact sur le sommeil d'une utilisation du smartphone après 21 h. Dans l'étude,
les chercheurs affirment qu'une telle utilisation perturbe la qualité du sommeil
et implique donc des lendemains difficiles...
L'étude s'est attachée à interroger 82 cadres supérieurs et 161 employés sur
leur utilisation du smartphone et sur leur état de forme. Chaque jour, il était
demandé à chacun des participants de donner des précisions sur l'heure à la-
quelle ils avaient utilisé leur téléphone pour la dernière fois la veille et pour
quelle utilisation. Une première série de questions leur était posée à 6h le matin
pour connaître la qualité de leur sommeil durant la nuit et leur éventuel senti-
ment d'épuisement au matin. De nouvelles questions étaient posées à 16h pour
évaluer leur motivation au travail. Il est ainsi apparu qu'une utilisation du smart-
phone après 21 h nuisait à la qualité du sommeil, impliquait une grande fatigue
le matin et était assortie d'une moins bonne motivation au travail tout au long
de la journée. Le groupe de 161 employés a également été testé par rapport à
son utilisation des ordinateurs - fixes ou portables - des tablettes et de la télé-
vision. Mais c'est bien le téléphone portable qui a les effets les plus néfastes
sur le sommeil. Ce résultat a d'ailleurs conduit les auteurs de l'étude à déclarer
que "les smartphones sont presque parfaitement conçus pour perturber le som-
meil". L'une des explications pouvant expliquer la plus grande nocivité des
smartphones par rapport aux autres appareils serait le type de lumière qu'ils
émettent. La fameuse "lumière bleue" dont l'intensité serait plus importante
dans les écrans de smartphones. Ce type de lumière aurait une influence néga-
tive sur la production de mélatonine, une substance chimique sécrétée par notre
organisme et favorisant le sommeil. Des recherches ont montré que la rétine
renferme des cellules ganglionnaires à mélanopsine, remplissant une fonction
non visuelle. Selon la lumière qu'elles reçoivent, ces cellules activent le noyau
responsable du sommeil. Ainsi, plus la lumière est de forte intensité et dans les
bleus - comme les LED - plus elle retarde l'horloge biologique.
NUTRITION
Ramadhan, entre piété et diète
En ce mois sacré, les habitudes culinaires des jeûneurs ont tendance à friser l’excès. Souvent,
des repas trop copieux sont pris à la rupture du jeûne et durant la soirée. L’idée de « faire des
réserves » et ainsi pouvoir tenir la journée est complètement fausse, elle ne fait que fatiguer
l’organisme. Les médecins et les nutritionnistes s’attèlent chaque année
à distiller nombre de recommandations pour garder une vitalité optimale.
SANTÉ/TÉLÉPHONIE
Cette drogue
appelée Smartphone
Les développeurs d’applica-
tions mobiles ont servi au monde
musulman un large éventail de pro-
grammes dédiés au mois sacré du
Ramadhan. Très utiles pour les jeû-
neurs, ces outils offrent toutes les
informations nécessaires telles que
les horaires de jeûne et de prière ou
des extraits du Saint Coran ou du
Hadith. En voici deux exemples
l’un pour Androïd (Samsung…) et
l’autre pour IOS (Iphone).
« Ramadhan 2014 »
Ramadan 2014 / 1435 est une application destinée aux
musulmans du monde entier. Partout et à tout instant, ce ca-
lendrier du Ramadan pour Android est le meilleur moyen
pour connaître les heures des prières, de l’imsak et de l’iftar.
Cette appli offre une multitude de services et permet à son
utilisateur de consulter les horaires des 5 prières, de l’Imsak
et de l’Iftar pour plus de 250 pays, sélectionner manuelle-
ment sa ville et son pays (la base de données interne contient
plus de 250 pays et des milliers de villes rendant cette appli
très pratique pour vos voyages), choisir le mode de détection
automatique de la ville, activer les notifications automa-
tiques pour ne jamais manquer
une seule prière, ajuster le calen-
drier Hijri en fonction du calen-
drier grégorien, sauvegarder les
jours à rattraper, notifier les der-
niers jours du ramadan pour la
Zakat Al Fitr, se rappeler des Ha-
dith et Dou’a qu’il est fortement
recommandé de réciter au cours
du mois de Ramadan, y compris
durant la Nuit du Destin (Laylat
al-Qadr).
Muslim Pro
Muslim Pro donne les horaires du jeûne et celles des ho-
raires des prières calculés en fonction de votre position géo-
graphique, des notifications audio et visuelles de l’Adhan,
le Coran avec récitations audio et traductions, les 99 noms
de Allah, la géolocalisation des restaurants halal et mos-
quées (pour les voyageurs), la boussole de la Qibla indi-
quant la direction de la Mecque où que vous soyez dans le
monde, le calendrier hégirien et dates des fêtes religieuses.
Enfin, MuslimPro propose le saint Coran traduit en plus de
dix langues.
De vrais guide à votre portée. Bon Ramadhan !
SMARTPHONE/TABLETTES :
Tout Ramadhan à portée de clic
28 EL MOUDJAHID
Sports
Jeudi 3 Juillet 2014
BILAN DES HUITIÈMES DE FINALE
Temps d'arrêt avec les quarts de finale en tête
L
a première phase a permis
d'écarter quelques préten-
dants sérieux au titre, parmi
lesquels l'Espagne, sacrée en 2010,
l'Italie et le Portugal.
Demi-finaliste en 2010, l'Uru-
guay est tombée en huitièmes de fi-
nale, victime de la Colombie (2-0),
mais surtout des conséquences de
l'affaire Suarez. Suspendu pour
neuf matches et privé de toute acti-
vité liée au football pour quatre
mois, l'attaquant a finalement re-
connu avoir mordu le défenseur ita-
lien Giorgio Chiellini.
La Colombie a été l'une des
équipes les plus impressionnantes
depuis le début du Mondial. Les
trois succès décrochés lors de la
première phase et la confortable
victoire sur l'Uruguay ont déjà
consacré l'approche athlétique et
technique des Cafeteros, portés par
le génie de James Rodriguez, pour
l'instant meilleur buteur du Mondial
(5 buts).
L'opposition entre le prodige de
Monaco et le Brésilien Neymar en
quart de finale, vendredi à Forta-
leza, devrait constituer l'un des
grands moments de cette Coupe du
monde, festive et enchanteresse.
Amériques et Europe
en force
Deux autres équipes se sont his-
sées sans trop d'encombre en quart
de finale, et sans passer par la "case
prolongation": la France et les
Pays-Bas.
Face au Nigeria, les Français ont
certes attendu les dix dernières mi-
nutes pour faire la différence (2-0),
mais ils ont surtout évité d'entamer
leur capital physique en passant
trente minutes supplémentaires sur
la pelouse. Les Néerlandais ont pa-
tienté encore plus longtemps, avant
de battre le Mexique (2-1), mais
eux aussi dans le temps réglemen-
taire. En revanche, toutes les autres
équipes sont passées par la prolon-
gation, dans la moiteur des stades
brésiliens. L'épreuve fut particuliè-
rement pénible pour les Brésiliens,
poussés par le Chili jusqu'à une dra-
matique séance de tirs au but (1-1
a.p., 3 t.a.b à 2).
Les pleurs du gardien Julio
Cesar, avant même la séance dont il
fut le héros, et les prières adressées
aux cieux par ses coéquipiers ont
montré à quel point la Seleçao était
sous pression. Le cap des huitièmes
de finale a également été éprouvant
pour le Costa Rica, victorieux de la
Grèce aux tirs au but (1-1 a.p., 5
t.a.b. 3), mais aussi pour l'Alle-
magne face à l'Algérie (2-1 a.p.), la
Belgique face aux Etats-Unis (2-1,
a.p.) et surtout l'Argentine (1-0,
a.p.) face à la Suisse.
Globalement, l'Afrique, qui a
perdu ses deux représentants (Algé-
rie et Nigeria) en huitièmes de fi-
nale, laisse la voie libre à l'Europe
et aux Amériques (centrale et du
sud) pour se partager le tableau des
quarts. Lors du mondial-2010, en
Afrique du Sud, il ne restait plus
que quatre Sud-Américains en
quarts : Brésil, Uruguay, Argentine
et Paraguay. Au pays du "futebol"-
roi quatre ans plus tard, l'Amérique
du Sud ne possède plus que trois
membres, Brésil, Colombie et Ar-
gentine mais l'Amérique centrale
place un invité surprise, le Costa
Rica.
Il y a quatre ans, l'Europe n'avait
placé que trois représentants en
quarts : Pays-Bas, Allemagne et Es-
pagne. Cette année, elle fait mieux
avec la Belgique, qui a rejoint la
France, l'Allemagne et les Pays-
Bas.
Les huit sélections toujours en course pour le trophée du Mondial-2014 récupèrent leurs souffles pendant les quarante-huit
heures sans match, hier et aujourd’hui, pour se projeter sur les quarts de finale.
ALLEMAGNE
Neuer, c'est Beckenbauer !
Manuel Neuer a fait son Franz Beckenbauer en jouant le
gardien-libero et en s'imposant comme le meilleur joueur de
l'équipe d'Allemagne depuis le début de la Coupe du monde,
ce qui en révèle en creux les lacunes. Entre panache et effi-
cacité, servis par un sobre leadership, par l'exemple, et une
élégance dans l'attitude, le n° 1 de la Nationalmannschaft a
sauvé la baraque qui se fissurait face à l'Algérie en 8
es
de
finale (2-1 a.p.), lundi à Porto Alegre, et convoqué l'ombre
du "Kaiser". "Il a été éminemment bon, s'est félicité le sé-
lectionneur Joachim Löw. Il a réagi comme un libero et nous
a protégé de beaucoup de situations qui sentaient le roussi".
L'entraîneur des gardiens a-t-il déjà vu un meilleur libero ?
"Seulement Franz Beckenbauer, peut-être", a répondu dans
un sourire Andreas Köpke, en ajoutant : "On n'est jamais
gagné par la nervosité sur le banc, parce que Manu rassure
dans toutes les situations". Neuer a dû sortir à plusieurs re-
prises de ses bases pour dégager les ballons chauds envoyés
dans la profondeur par les Fennecs et dans le dos d'une
charnière allemande trop lourde. Il a ainsi touché 19 fois le
cuir en dehors de sa surface, à chaque fois de manière tran-
chante, et parfois lointaine.
L'anti-Schumacher
Le Munichois de 28 ans a sans doute signé l'une des per-
formances les plus spectaculaires dans l'histoire des gardiens
de la Nationalmannschaft. A point nommé, avant d'honorer
sa 50
e
sélection dans un quart contre la France, pour essayer
d'évacuer le souvenir de la fameuse sortie en mode karaté
de Schumacher sur Battiston au Mondial-1982, autrement
spectaculaire... "Quand j'ai pris ma décision, je vais
jusqu'au bout", a expliqué Neuer, pas farouche : "Si j'avais
peur, je resterais sur ma ligne. J'essaie de ne pas penser à
une éventuelle blessure". Touché à une épaule le 17 mai
en finale de la Coupe d'Allemagne, le Bavarois n'avait ren-
filé les gants à l'entraînement qu'à une semaine des débuts
de sa sélection au Brésil. Depuis, il a tenu sa cage inviolée
contre le Portugal (4-0) et les Etats-Unis (1-0), s'est incliné
deux fois face au Ghana (2-2) sans que sa responsabilité soit
engagée, tout comme pour le but algérien au bout de la pro-
longation, et a multiplié les prouesses. Lundi, il a aussi
soigné ses relances, en alertant par exemple Schürrle, qui a
apporté son dynamisme, ce qui causait des frayeurs dans le
camp adverse. Ces deux joueurs étaient d'ailleurs les seuls
épargnés par le matraquage en règle effectué par la presse
allemande malgré la qualification.
Le guépard
La performance du portier a fait un tabac sur Internet,
avec par exemple un photomontage où sa tête est collée au
corps d'un guépard, animal terrestre le plus rapide du monde.
Un autre détourne la photo de groupe prise dans le vestiaire
de Salvador après le match du Portugal, en compagnie de la
chancelière Angela Merkel: toutes les têtes de joueurs arbo-
rent le visage du n° 1...
Le fait que le gardien brille autant signifie aussi qu'il doit
s'y employer, et donc que sa défense laisse à désirer. Ce sec-
teur est le point faible depuis de longs mois de l'équipe, sans
titulaire indiscutable ni indiscuté. Un gardien meilleur
joueur, c'est aussi un camouflet pour les stars habituelles, du
côté de l'offensive. Hormis Müller, qui peut encore rivaliser
avec ses quatre buts et sa passe décisive lundi, les autres at-
taquants sont en grande difficulté. Götze a sauvé les appa-
rences au début (il provoque le penalty pour le premier but
contre le Portugal et ouvre le score face au Ghana) avant de
disparaître au fil des matches. Özil s'enferre dans un jeu
moyen, proposant sans trouver, même s'il signe le but du KO
contre l'Algérie. Les milieux jouent leur partition sans non
plus allumer la flamme qui manque à cette équipe d'Alle-
magne. Tout juste entretenue par son gardien.
ACCUSATIONS DE TRUCAGE DES MATCHES DU CAMEROUN
AU MONDIAL 2014
Pas de commentaire de la FIFA
La Fifa n'a pas souhaité com-
menter mardi les accusations de
trucage de match visant le Came-
roun, pour ne pas gêner "une éven-
tuelle enquête qui pourrait, on non,
être ouverte", a affirmé Delia Fi-
scher, porte-parole de l'instance
mondiale du foot.
"Nous ne pouvons en l'état
faire un commentaire, nous ne
pouvons dire si oui ou non une en-
quête a été ouverte, et nous ne
pouvons nous exprimer pour ne
pas gêner une éventuelle enquête
qui pourrait, on non, être ouverte",
a expliqué Delia Fischer devant la
presse. "De façon générale, sans
parler du cas du Cameroun, la Fifa
rappelle que l'intégrité des
matches est une priorité, et que
toutes les allégations de fraudes ou
de manipulation de match sont
prises au sérieux, mais que tout
cela relève de la commission de
discipline ou du comité d'éthique
de la Fifa", a conclu la responsable
sur ce sujet.
La Fédération camerounaise de
football (Fécafoot) a annoncé
lundi, l'ouverture d'une enquête sur
"des allégations de fraude" de
matches de son équipe au Mon-
dial-2014. La Fécafoot "a de-
mandé à son comité d'éthique
d'enquêter" sur des "allégations de
fraude lors des trois matches du
premier tour du Mondial, notam-
ment Cameroun-Croatie, et l'exis-
tence de ‘sept pommes pourries’"
dans l'équipe des "Lions indomp-
tables". Le communiqué publié sur
le site de la Fédération reprend
l'expression "pommes pourries" de
Der Spiegel, magazine allemand
qui a évoqué un arrangement sur
le résultat de Croatie-Cameroun
(4-0) pour des paris truqués, ainsi
que les mises sur une exclusion
d'un joueur en première période.
Le Camerounais Alex Song avait
été exclu pour un coup de coude à
Mario Mandzukic. Le Cameroun a
perdu ses trois matches du Groupe
A, contre le Mexique (1-0), la
Croatie et le Brésil (4-1) et a été
éliminé au premier tour.
FIFA
L'Algérie septième meilleure attaque
à l'issue des 8
es
de finale
La sélection algérienne de football, éliminée par l'Allemagne (2-1
a.p.) en 8
es
de finale de la coupe du Monde 2014, occupe la 7
e
position au
classement des meilleures attaques du tournoi brésilien, selon les statis-
tiques publiées mercredi par la Fédération internationale de football
(FIFA). Les Verts ont inscrit au total 7 buts en quatre rencontres (3
matches en phase de groupes et un en 8
es
de finale). Quatre buts ont été
marqués pendant le cours du jeu contre 3 sur coups de pied arrêtés.
L'équipe algérienne a inscrit à chaque match, soit une moyenne de 1,8
réalisation par rencontre, précise la même source.
Les buts algériens ont été marqués par Slimani (2 buts), Djabou (2),
Feghouli (1), Halliche (1) et Brahimi (1). La première place au classement
des meilleures attaques est occupée par les Pays-Bas avec 12 buts, suivis
de la Colombie (11 buts). La France complète le podium avec 10 buts.
D'autre part, l'équipe d'Algérie a réalisé 1.194 passes réussies lors de
ses quatre matches, soit un pourcentage de 70% de passes réussies.
Enfin, les joueurs algériens ont couru 115 km par match et commis 69
fautes au total.
29
Jeudi 3 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Sports
MEILLEUR GARDIEN DU MONDIAL-2014
M'bolhi provisoirement
en tête du sondage de l'Équipe
Le gardien de but de la sélection
algérienne de football, Rais
M'bolhi, occupe provisoirement la
tête du classement du meilleur por-
tier du Mondial qui se déroule ac-
tuellement au Brésil, selon le
sondage qu'effectue le quotidien
français spécialisé, l'Équipe.
M'bolhi, qui s'est illustré de fort
belle manière lors des quatre ren-
contres des Verts dans le rendez-
vous planétaire, s'est offert
jusque-là, 58% des voix des vo-
tants, devançant le Mexicain
Ochoa (21%) et l'Allemand Neuer
(8%).
M'bolhi, qui a repris sa place de
titulaire dans les rang des Verts
après l'avoir perdue lors des
matchs d'avant-Mondial, suscite
l'intérêt de quelques clubs du vieux
continent qui veulent s'attacher ses
service au cours du mercato esti-
val, dont l'Inter Milan, pension-
naire de la Serie A italienne, selon
la presse européenne.
Il évolue depuis l'été dernier au
CSKA Sofia, où il a débuté la sai-
son 2013-2014 dans la peau de
troisième gardien avant de s'impo-
ser comme titulaire à part entière
pendant la deuxième partie de
l'exercice.
M'bolhi (28 ans) a été pour
beaucoup dans le parcours honora-
ble des Verts au Mondial-2014, en
contribuant dans leur qualification,
pour la première fois de leur his-
toire, aux huitièmes de finale de la
compétition. Ils ont été difficile-
ment éliminés par l'Allemagne (2-
1, a.p.).
Félicitations du Stade de Reims à Mandi
Le stade de Reims a félicité,
mardi, son défenseur international
algérien Aïssa Mandi pour son "su-
perbe parcours" en Coupe du
monde 2014 et qui a pris fin lundi
soir à Porto Alegre par une élimi-
nation en 8
e
de finale face à l'Alle-
magne (2-1) après prolongations.
"Félicitations au Rémois pour
ses titularisations et son superbe
parcours", écrit le club français de
Ligue 1 de football sur son site of-
ficiel.
Titularisé à trois reprises lors de
ce Mondial brésilien contre la
Corée du Sud (4-2), la Russie (1-1)
et l'Allemagne (1-2), Mandi a réa-
lisé une belle Coupe du monde, lui
qui disputait sa première compéti-
tion officielle avec les Verts.
Mandi qui fêtera ses 23 ans en
octobre prochain s'est imposé lors
de cette Coupe du monde comme
un pion essentiel dans le système
du sélectionneur Vahid Halilhod-
zic. Le joueur rémois avait été
convoqué pour la première fois en
sélection algérienne le 19 novem-
bre 2013 pour affronter le Burkina
Faso en barrage retour qualificatif
au Mondial-2014.
UEFA :
« L’Algérie héroïque »
L'Union européenne de football (UEFA) a qualifié
"d'héroïque", la prestation de la sélection algérienne
de football face à son homologue allemande (1-2)
après prolongation, lundi à Porto Alegre, en huitièmes
de finale de la Coupe du monde-2014.
Pour le site officiel de l'UEFA, "l'Allemagne a
douté contre l'Algérie", à l'occasion de leurs retrou-
vailles en Coupe du monde, 32 ans après leur première
confrontation en Espagne en 1982.
"L'Allemagne a dû puiser dans ses réserves au bout
de la prolongation pour éliminer une épatante équipe
d'Algérie en 8
e
de finale, et s'offrir en quart de finale
contre la France à Rio, vendredi soir", écrit l'instance
européenne.
"Trop attentistes en début de match, les Allemands
auraient pu payer cher les contres ultrarapides des
joueurs de Vahid Halilhodzic. La situation se déblo-
quait après deux minutes dans la prolongation. Alors
que son entrée en cours de match avait fait beaucoup
de bien à la sélection allemande, André Schürrle ins-
crivait le premier but sur une talonnade". "Les
Verts étaient alors contraints de faire le jeu sans se dé-
couvrir, une position délicate dont profitait Mesut Ozil
pour marquer le deuxième but d'une frappe de l'inté-
rieur de la surface à la 119’. La réduction du score
dans la foulée d'Abdelmoumene Djabou arrivait trop
tard, et après le Nigeria contre la France, la deuxième
équipe africaine s'inclinait elle aussi face à deux Eu-
ropéens", conclut l'UEFA son commentaire.
RÉSEAUX SOCIAUX
Pétitions pour le maintien
de Halilhodizc à la tête des Verts
Les réseaux sociaux s'enflammaient, hier, pour le sélectionneur de
l'équipe d'Algérie Vahid Halillodzic, avec des pétitions réclamant son
maintien à la tête des Verts après leur parcours historique au Mondial bré-
silien. Le contrat de coach Vahid, qui a réalisé avec les Verts, une quali-
fication historique aux 8
es
de finale, a expiré mardi, et la fédération
nationale ne lui avait pas proposé de prolongation avant le voyage brési-
lien.
Son successeur, le Français Christian Gourcuff, devrait signer son
contrat d’engagement la semaine prochaine. Une pétition sur facebook
"pour que Vahid reste à la tête de la sélection algérienne" recueillait, hier
matin, plus de 80.000 "like".
Les supporteurs souhaitent recueillir 1 million de signatures pour les
envoyer au président de la Fédération, Mohamed Raouraoua, afin de le
contraindre à faire une nouvelle offre au Bosnien. Les larmes du sélec-
tionneur, après la qualification face à la Russie, puis après l'élimination
face à l'Allemagne, à l'issue d'une résistance héroïque, ont ému les Algé-
riens reconnaissants envers l'entraîneur qui a su insuffler aux Fennecs la
science du jeu et la rage de vaincre.
Les journaux et les chaînes de
télévision britanniques, surpris et
séduits par la qualité de jeu déve-
loppé par l’équipe algérienne, face
à l’Allemagne, et par l’esprit com-
batif de chacun de ses joueurs, en
sont venus à regretter son départ du
Mondial-2014 brésilien.
Sur le plateau de la chaîne ITV
qui retransmettait le match, Gor-
don Strachan, le sélectionneur de
l’Écosse, et Glenn Hoddle, l’ex-en-
traîneur de l’Angleterre, ont dit
toute leur admiration pour l’équipe
algérienne "qui a apporté un plus
à cette coupe du monde", selon
l’expression du premier.
Le verdict de la BBC est aussi
flatteur. Si l'Algérie "n’a pas mar-
qué sa première participation au se-
cond tour de la compétition par une
victoire, elle repart avec un im-
mense crédit pour une campagne
superbe", écrit-elle sur son site.
Le compte rendu de The Guar-
dian ne manque pas non plus de
superlatifs pour cette formation al-
gérienne "qui peut être fière de sa
prestation".
Pendant 90 minutes, ajoute-t-il,
ce groupe de joueurs "a semblé
plus que capable de battre l’Alle-
magne pour la troisième fois".
"Alliant l’esprit combatif, qui a
failli conduire à une victoire contre
la Belgique, la détermination, qui a
permis d’arracher le nul de la qua-
lification face la Russie, et le fas-
cinant jeu offensif contre la Corée
du Sud, couronné par plus de buts
en 12 minutes qu’en 28 ans,
l’équipe de Halilhodzic a terrifié
ses plus illustres adversaires", écrit
encore The Guardian.
Pour The Times, "l’Algérie, der-
nière équipe africaine à quitter le
tournoi, a été magnifique et a
convaincu". Le quotidien The In-
dependent trouve, pour sa part,
que "le meilleur football est venu
de l’équipe algérienne", durant ce
dernier match.
Le Daily Telegraph, qui titre sur
"la courageuse équipe d’Algérie
qui a donné à l’Allemagne son plus
pénible test", estime que le score
ne reflète pas du tout la physiono-
mie du match, faisant l’éloge de
cette équipe algérienne "qui n’a
pas eu sa revanche, mais qui a écrit
sa propre petite partition dans
l’histoire de la coupe du monde".
MÉDIAS BRITANNIQUES :
« L'équipe algérienne a apporté
un plus à cette coupe
du monde »
Jeudi 3 Juillet 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h52
- Asr.............................16h44
- Maghreb....................20h14
- Icha……...……....... 21h54
Vendredi 6 Ramadhan 1435
correspondant au 4 juillet 2014 :
- Fedjr........................03h43
- Chourouq.................05h34
Horaires des prières de la journée du jeudi 5 Ramadhan 1435
correspondant au 3 juillet 2014 :
30 EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
delapublication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
Le Directeur général de l'Agence Nationale de l’Emploi
des Jeunes, M. Mourad Zemali, ainsi que l'ensemble du
personnel de l'agence, attristés par le décès du frère de
Monsieur ATTAL Abdennour, cadre dirigeant chargé de
la communication et de l'écoute sociale, présentent à ce
dernier ainsi qu'à sa famille leurs sincères condoléances et
les assurent de leur profonde sympathie en cette
douloureuse circonstance.
Que Dieu Le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub
CONDOLEANCES
ANEP 132221 du 03/07/2014
Le Directeur général de l'Agence Nationale de l’Emploi
des Jeunes, M. Mourad Zemali, ainsi que l'ensemble du
personnel de l'agence, attristés par le décès de la mère de
Monsieur AMARACHE Rachid, Directeur d’Antenne
d’Alger-Centre, présentent à ce dernier ainsi qu'à sa famille
leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde
sympathie en cette douloureuse circonstance.
Que Dieu Le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa
Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub
CONDOLEANCES
ANEP 132224 du 03/07/2014
APPARTEMENT
Vend à Cité Rabia-Tahar un bel F3,
superficie 75 m
2
, très propre, toutes commo-
dités, quartier calme et sécurisé.
Contacter le : 0771.77.69.87
El Moudjahid/Pub du 03/07/2014
Le Directeur général, le Colonel EL
HABIRI, les cadres et l'ensemble du
personnel de la Protection civile, très
affectés par le décès du père de
Monsieur AMOKRANE Abdellah,
Inspecteur Général à la Direction
générale de la Protection civile, lui
présentent ainsi qu'à toute sa famille
leurs sincères condoléances et les
assurent en cette douloureuse
circonstance de leur profonde
sympathie.
Puisse Dieu Le Tout-Puissant
accorder au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l'accueillir en Son Vaste
Paradis.
El Moudjahid/Pub
CONDOLEANCES
ANEP 132285 du 03/07//2014
CONDOLEANCES
Le ministre des Affaires
étrangères, le ministre délégué
chargé des Affaires maghrébines et
africaines, le Secrétaire général et
l’ensemble du personnel du
ministère des Affaires étrangères,
très affectés par le décès de la mère
de leur collègue Monsieur
MEZIANE MOHAMED, lui
présentent ainsi qu’aux membres de
sa famille leurs sincères
condoléances et les assurent en
cette pénible circonstance de leur
profonde compassion.
Ils prient Dieu le Tout-Puissant
d’accorder à la défunte Sa Sainte
Miséricorde.
«A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 132364 du 03/07/2014
CONDOLEANCES
Le Président de l'Association des
Moudjahidine de la Fédération du
FLN en France 1954-1962, Wilaya
VII Historique, et tous les membres
de l'Association, très attristés par le
décès de leur frère de combat, le
Moudjahid AÏT-ABDELMALEK
Ouamar, présentent à sa famille
leurs sincères condoléances et
l’assurent en cette pénible
circonstance de leur profonde
sympathie.
Puisse Dieu le Tout-Puissant
accorder au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l'accueillir en Son
Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 03/07/2014
CONDOLEANCES
Le ministre des Affaires
étrangères, le ministre délégué
chargé des Affaires maghrébines et
africaines, le secrétaire général et
l’ensemble du personnel du
ministère des Affaires étrangères,
très affectés par le décès de la mère
de leur collègue Monsieur
KAMMAS BRAHIM ZAKARIA,
lui présentent ainsi qu’aux membres
de sa famille leurs sincères
condoléances et les assurent en cette
pénible circonstance de leur
profonde compassion.
Ils prient Dieu le Tout-Puissant
d’accorder à la défunte Sa Sainte
Miséricorde.
«A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 132365 du 03/07/2014
CONDOLEANCES
Le ministre des Affaires
étrangères, le ministre délégué
chargé des Affaires maghrébines et
africaines, le Secrétaire général et
l’ensemble du personnel du
ministère des Affaires étrangères,
très affectés par le décès du père de
leur collègue Monsieur ABID
KAMEL, lui présentent ainsi
qu’aux membres de sa famille leurs
sincères condoléances et les
assurent en cette pénible
circonstance de leur profonde
compassion.
Ils prient Dieu le Tout-Puissant
d’accorder au défunt Sa Sainte
Miséricorde.
«A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 132363 du 03/07/2014
FELICITATIONS
Un grand bravo à
Asmani Fella
Pour l’obtention de l’examen du BEM.
Parents, grand-parents, tantes et oncles te
félicitent pour cette brillante réussite et te
souhaitent une longue vie pleine de succès.
Maman et papa
El Moudjahid/Pub du 03/07/2014
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 112.16
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.368 $
TUNISIE-LIBYE
L'Algérie salue la libération des
diplomates tunisiens enlevés
en Libye
L'Algérie salue la libération des deux diplomates
tunisiens enlevés en Libye, félicitant les autorités li-
byennes et tunisiennes pour leur travail "solidaire"
ayant permis d'aboutir à cette libération, a indiqué,
hier, le porte-prole du ministère des Affaires étran-
gères, Abdelaziz Benali Cherif. "Nous nous réjouis-
sons du retour dans leurs familles au début du mois
sacré de Ramadhan du diplomate tunisien Laâroussi
Gantassi et de son collègue Mohamed Ben Cheikh, en-
levés il y a trois mois à Tripoli (Libye)", a souligné
M. Benali Cherif dans une déclaration à l'APS. "L'Al-
gérie, qui a condamné avec force l'acte d'enlèvement,
félicite les frères libyens et tunisiens qui ont travaillé
solidairement pour aboutir à cet heureux résultat sans
se soumettre aux conditions exigées par les ravis-
seurs", a-t-il ajouté. "Nous formons le vœu enfin que
les récentes élections législatives en Libye, qui se sont
déroulées dans le calme et la sérénité, puissent enclen-
cher la dynamique nécessaire pour engager ce pays
frère sur la voie de la réconciliation et de l'édification
nationale", a conclu M. Benali Cherif.
FÊTE DE L'INDÉPENDANCE
NATIONALE
La journée du samedi 5 juillet
chômée et payée
La journée du samedi 5 juillet, correspondant avec la
célébration du 52
e
anniversaire de la fête de l'indépen-
dance nationale, sera chômée et payée pour l'ensemble
des personnels des institutions et administrations pu-
bliques, services concédés, collectivités locales, entre-
prises commerciales, industrielles, artisanales et
agricoles, y compris pour les personnels payés à l'heure
ou à la journée, a indiqué hier, un communiqué du mi-
nistère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
Cela intervient conformément aux dispositions de la loi
63-278 du 26 juillet 1963 modifiée et complétée, fixant
les fêtes légales, rappelle la même source. Toutefois, les
travailleurs exerçant sous le régime du travail posté sont
tenus d'assurer la continuité du service selon l'organisa-
tion du travail mise en place par l'employeur, précise le
communiqué.
APN
Reprise des travaux en
séance plénière consacrée
aux questions orales
L'Assemblée populaire nationale (APN) reprendra
jeudi, ses travaux en séance plénière consacrée aux ques-
tions orales, a indiqué hier, un communiqué de l'assem-
blée. Les questions au nombre de 4 sont adressées au
Premier ministre (1 question), au ministre des Affaires
religieuses et des Wakfs (2 questions) et à la ministre de
l'Aménagement, du Territoire et de l'Environnement (1
question), ajoute la même source.
MEURTRE D'UN ADOLESCENT
PALESTINIEN PERPETRÉ PAR
DES COLONS ISRAÉLIENS
L'Algérie condamne avec
"vigueur"
L'Algérie a condamné avec vigueur le crime odieux
perpétré mercredi par des colons israéliens contre
l'adolescent palestinien, Yafaa Mohamed Hocine Abou
Hadhir (16 ans) dans la ville occupée d'Al Qods.
"L'Algérie condamne avec vigueur le crime odieux
perpétré aujourd'hui dans la ville occupée d'Al Qods
contre l'adolescent palestinien, Yafaa Mohamed Hocine
Abou Hadhir", indique un communiqué du ministère des
Affaires étrangères. "Cet acte criminel abject dénote on
ne peut mieux la barbarie à laquelle font face les enfants
du peuple palestinien sans défense, victimes de meurtres,
d'actes de torture et d'agressions incessantes perpétrés par
l'armée israélienne, mais aussi par les colons", ajoute la
même source. L'Algérie appelle, dans son communiqué,
la communauté internationale à "mettre un terme aux
violations flagrantes des droits de l'homme en Palestine,
à leur tête le droit à la vie, violé de jour comme de nuit
sous les yeux d'une communauté internationale
totalement inerte ". "L'Algérie, qui demeure attachée à sa
position en faveur du droit du peuple palestinien frère à
l'édification d'un Etat indépendant avec Al Qods pour
capitale, rappelle la responsabilité établie de l'autorité
d'occupation dans tout ce qui porte atteinte à la vie et à la
sécurité de chaque citoyen palestinien dans les territoires
occupés", conclut la meme source.
ONU
Leila Zerrougui fait le point sur les enfants dans les conflits armés
La Représentante spéciale de l'ONU
sur les enfants et les conflits armés, M
me
Leila Zerrougui, a indiqué mardi à l’ONU
que durant l’année 2013, des enfants ont
été recrutés, tués et mutilés, et victimes de
violences sexuelles et d'autres violations
graves dans 23 situations de conflit à tra-
vers le monde, notamment en Afrique et
au Moyen-Orient. Dans sa présentation
du rapport annuel sur les enfants et les
conflits armés qui a été publié mardi, l’ex-
perte algérienne a souligné que des enfants
ont été recrutés et utilisés par 7 armées na-
tionales et par 50 groupes armés qui font
la guerre en République centrafricaine, au
Soudan du Sud, en Syrie, et dans 11 autres
pays. Elle a, cependant, relevé qu’il y
avait aussi des progrès à signaler en pré-
cisant qu’aucune infraction n'a été enregis-
trée au Tchad en 2013, tandis que l'armée
nationale de ce pays avait rempli toutes les
conditions de son plan d'action. Citant le
Nigéria, elle a fait savoir que le groupe ex-
trémiste Boko Haram était désormais ins-
crit sur la liste du Secrétaire général de
l’ONU relative au recrutement et a l'utili-
sation d'enfants, et ce, pour avoir tué et
mutilé des enfants ainsi que pour des at-
taques contre des écoles et des hôpitaux.
Boko Haram continue de commettre des
violences inouïes contre les enfants et je
suis profondément préoccupée par le sort
des nombreuses filles enlevées au cours
des derniers mois a déclaré M
me
Zerrougui
lors de sa conférence de presse au siège
de l’ONU. L'inscription sur la liste fait par-
tie de la réponse des Nations unies et de
la communauté internationale pour lutter
contre la violence commise par ce groupe,
a-t-elle poursuivi. Par ailleurs, elle a dé-
ploré que les enfants de Somalie, de la Ré-
publique démocratique du Congo (RDC)
et d’ailleurs, continuaient à subir les
conséquences de conflits. A ce propos, elle
a noté que l'année 2013 avait été marquée
par une augmentation du nombre d'en-
fants tués ou mutilés dans des pays tels que
l'Afghanistan, la Syrie et l'Irak, tandis que
le recrutement d'enfants en République
centrafricaine a été systématique et les
droits de l'enfant ont été violés par toutes
les parties au conflit dans une impunité to-
tale. Selon M
me
Zerrougui, la Syrie de-
meure l'un des endroits les plus dangereux
au monde pour les enfants, alors qu’au
Soudan du Sud, le conflit qui a éclaté en
décembre 2013, a effacé la plupart des pro-
grès réalisés pour protéger les enfants de-
puis l'indépendance du pays. En Irak,
l'offensive de l'Etat islamique en Irak et au
Levant (EIIL) a créé une situation extrê-
mement volatile et dangereuse pour les en-
fants, a-t-elle constaté. La Représentante
spéciale a reçu des informations alar-
mantes concernant le recrutement d'en-
fants et d'autres violations graves contre
les enfants qui nécessitent une action im-
médiate. S'agissant de la campagne “Des
enfants, pas des soldats” qui a été lancée,
en mars 2014, par M
me
Zerrougui et l’UNI-
CEF, celle-ci a généré une dynamique po-
sitive pour mettre fin et prévenir le
recrutement et l'utilisation d'enfants par les
forces de sécurité gouvernementales d'ici
à 2016. Les forces nationales tchadiennes
ont mis en place toutes les mesures in-
cluses dans le plan d'action signé avec
l'ONU et ne sont plus listées, alors que le
Yémen a signé son propre plan d'action
pour faire cesser et prévenir le recrutement
d'enfants. Il y a une semaine, le gouverne-
ment du Soudan du Sud s'est engagé à
mettre fin aux violations graves contre les
enfants et relancer la mise en œuvre du
plan d'action signé en 2012, pour faire ces-
ser et prévenir le recrutement et l'utilisa-
tion d'enfants par l'Armée populaire de
libération du Soudan.
RENCONTRE ENTRE L’APN ET LE BUREAU MULTI-PAYS MAGHREB DE L’ONU
Les acquis de la femme algérienne au centre des discussions
Les acquis remportés par la
femme algérienne sur la base
du principe d'égalité des
chances ont été au centre d'une
rencontre entre la vice-
présidente de l'Assemblée
populaire nationale (APN),
Ourida Larfi Kessal et la
représentante du bureau multi-
pays de l'ONU Femmes pour
le Maghreb, Leila Rhiwi, a
indiqué hier un communiqué
de l'APN.
M
me
Larfi Kessal qui rece-
vait M
me
Rhiwi a donné un
aperçu sur les étapes franchies
par l'Algérie en matière d'éga-
lité des sexes notamment en
terme de participation poli-
tique soulignant la "position
pionnière" occupée par l'Algé-
rie sur la scène arabe en ma-
tière de représentation de la
femme au sein des assemblées
élues. L'égalité des chances et
des sexes est un "principe
consacré par toutes les lois al-
gériennes en vigueur", a af-
firmé M
me
Larfi Kessal qui est
revenue sur la "stratégie" sui-
vie par l'Algérie en matière de
promotion du rôle de la
femme en mettant l'accent sur
la protection de la famille.
Pour M
me
Larfi Kessal, cet in-
térêt tend à permettre "à la
femme de se consacrer à l'ac-
complissement de son rôle po-
litique tant dans l'exécutif que
dans les assemblées nationales
élues" saluant les réformes en-
gagées par le président de la
République, Abdelaziz Boute-
flika permettent aux femmes
d'obtenir le tiers des sièges
dans ces assemblées. M
me
Larfi Kessal a rappelé les dif-
férentes mesures prises au
profit des femmes et des fa-
milles grâce au Fond national
pour femmes divorcées et les
fonds spéciaux pour la prise
en charge des cancéreux. La
vice-présidente de l'APN a
évoqué en outre les "mesures
économiques" destinées à la
promotion des activités des
petites et moyennes entre-
prises (PME) à travers les cré-
dits à taux d'intérêt
symboliques et la suppression
de la contribution personnelle
au financement des projets.
Concernant la "violence
contre les femmes", la respon-
sable a fait savoir que "ce
phénomène est répandu dans
toutes les sociétés du monde et
est intolérable dans la culture
algérienne", annonçant par la
même occasion la mise en
place d'une commission char-
gée de l'élaboration du projet
de loi sur la protection des
femmes contre la violence.
Pour sa part, M
me
Leila Rhiwi
a estimé que ''l'expérience al-
gérienne est très interessante"
eu égard aux résultats impor-
tants réalisés en matière de
leadership chez les femmes et
de participation de la femme à
la vie politique", ajoute le
communiqué. M
me
Rhiwi a
souligné que sa visite en Algé-
rie avait pour objectif "d'ac-
compagner l'Algérie dans le
renforcement du rôle politique
des femmes et l'acquisition
d'une expérience susceptible
d'être partagée dans le futur
avec des pays qui souhaite-
raient bénéficier de l'expé-
rience algérienne".
Le président du Conseil de la nation,
Abdelkader Bensalah, a adressé des mes-
sages de félicitations au ministre des
Sports, Mohamed Tahmi, et au président
de la Fédération algérienne de football
(FAF), Mohamed Raouraoua, ainsi qu’aux
membres du staff dirigeant de la sélection
nationale algérienne de football, après son
exploit «historique», lors du Mondial du
Brésil-2014. « Je tiens à vous présenter,
ainsi qu’aux membres de la sélection na-
tionale de football et de son staff dirigeant,
mes sincères félicitations pour l’exploit
historique accompli par les joueurs, mus
par une forte détermination et une volonté
farouche de vaincre pour remplir de joie
les cœurs des Algériens », a écrit M. Ben-
salah. « Ces jeunes talentueux, qui ont
brillé par leur belle prestation, leur patrio-
tisme et leur attitude exemplaire, ont su
capter l’attention de millions de férus de
football, lors de ce Mondial, ce qui leur a
valu estime et considération », a indiqué
M. Bensalah dans son message adressé à
la FAF et au staff dirigeant de l’équipe na-
tionale. « L’exploit accompli grâce à la vo-
lonté, au savoir-faire et à la perspicacité
des éléments de notre sélection nationale
est source de fierté pour les Algériens », a-
t-il conclu.
Bensalah félicite les membres de l’équipe
nationale et salue leur exploit historique
Le président-directeur général de l’imprimerie du Centre
Abdelkader Metchat a affirmé mercredi que le tirage des jour-
naux El Fajr, El Sawt El Akhar (l’autre voix), El Ahdath et
l’hebdomadaire “Itmag” a repris à l’imprimerie du Centre, suite
au paiement des dettes en suspens par les titres concernés.
Dans une déclaration à l’APS, M. Metchat a précisé que le
tirage des journaux El Fajr, El Sawt El akhar (l’autre voix), El
Ahdath et l’hebdomadaire spécialisé “Itmag” sera repris à partir
de mercredi à l’imprimerie du Centre, à la faveur d’un accord
conclu entre les responsables des journaux et l’imprimerie por-
tant sur le règlement de la dette en suspens. Le P-DG de l’im-
primerie a salué cette bonne initiative qui a pris en considération
la situation des journalistes et de tous les travailleurs des titres
concernés”. M. Metchat a rappelé que “l’affaire des dettes en
suspens des journaux auprès de l’imprimerie du centre est d’or-
dre purement commercial, du fait que l’imprimerie revêt le ca-
ractère d’entreprise publique commerciale”. Le responsable a
déploré par ailleurs le fait que “plusieurs journaux francophones
et arabophones n’aient pris aucune initiative pour régler le pro-
blème des dettes”.
La directrice du quotidien El Fajr Hada Hazem a annoncé
que “le tirage du journal sera repris mercredi à l’imprimerie du
Centre après la remise par la direction du quotidien d’un chèque
bancaire et la conclusion d’un accord portant sur le rééchelon-
nement des dettes du journal estimées à 5,4 milliards de cen-
times”. Le directeur général du journal arabophone El Ahdath a
fait savoir que le “tirage du journal reprendra également mer-
credi à l’imprimerie du Centre après la conclusion d’un accord
portant sur le règlement d’une partie des dettes et le rééchelon-
nement du reste des dettes estimées à 1,5 milliard de centimes.”
MÉDIAS
Reprise du tirage de plusieurs journaux à l’imprimerie du Centre

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful