Le code génétique désigne le système de correspondance mis en jeu lors de la transformation de l'information génétique des gènes en protéines, au cours

du processus de traduction. Les ribosomes traduisent ainsi, en suivant ce code, l'enchaînement des bases nucléotidiques de l'ARN en une séquence d'acides aminés appelée séquence peptidique. Le code génétique est un code de longueur fixe, lu trois nucléotides par trois nucléotides, un triplet de nucléotides ou codon correspondant à un acide aminé donné.

Sommaire
[masquer]
• • • •

1 Expression du génome 2 Codons 3 Dégénérescence du code génétique 4 Son universalité
○ ○

4.1 Principe de base 4.2 Exceptions

4.2.1 Mitochondries

• •

5 Notes et références 6 Annexes
○ ○

6.1 Articles connexes 6.2 Liens externes

Expression du génome [modifier]
La séquence des bases de l'ADN est fréquemment comparée, par analogie, à la séquence des lettres d'un texte. La séquence prise en elle-même n'a aucun sens, si le lecteur n'en connaît pas le code, c’est-à-dire le langage utilisé. Les mots du langage génétique, appelés codons sont des triplets de nucléotides (A, C, U ou G). Il existe 4³=64 combinaisons possibles de ces quatre lettres en triplets. Trois codons, parmi ces 64 codes possibles, signifient la fin de la traduction (codon stop). Aux 61 autres codons ne correspondent que 20 acides aminés. Le code génétique est donc dit dégénéré ou redondant car un acide aminé est codé par plusieurs codons (on appelle ces codons « codons synonymes »). Ainsi, en moyenne une mutation génétique sur trois affectant une séquence d'ADN codante n'entraîne aucune modification de la protéine traduite. Remarque : si un nucléotide avait codé un acide aminé, 20-41=16 acides aminés n'auraient pas été codés. Si deux nucléotides avaient codé un acide aminé, le même problème aurait eu lieu pour 204²=4 acides aminés. Avec un système de codons de 3 nucléotides, il y a au contraire trop de combinaisons. Ce code permet la synthèse des protéines. L'ADN est transcrit en ARN-messager (ARNm). Celui-ci est traduit par les ribosomes qui assemblent les acides aminés présents sur des ARN de transfert (ARNt). L'ARNt contient un « anti-codon », complémentaire d'un codon, et porte l'acide aminé correspondant au codon. L'estérification spécifique de l'acide aminé correspondant à un ARNt donné est réalisé par les aminoacyl-ARNt synthétases, une famille d'enzymes spécifique chacune d'un acide aminé donné. Pendant la traduction, le ribosome lit l'ARNm codon par codon, met en relation un codon de l'ARNm avec l'anti-codon d'un ARNt et ajoute l'acide aminé porté par celui-ci à la protéine en cours de synthèse.

Codons
PRESENTATION

Le nombre de protons contenus dans chaque acide aminй et la configuration des bases d'ADN de leur codage gйnйtique respectif sont liйs par des phйnomиnes numйriques. Ces phйnomиnes consistent en des effets de multiples de nombres premiers incluant la totalitй des relations entre la configuration du code gйnйtique (64 codons) et les valeurs des nombres de protons (ou nombres atomiques) des 64 codйs (61 acides aminйs et 3 stop). Ces phйnomиnes dйcrivent d'importants effets de symйtrie quant а leurs rйpartitions dans le tableau du code gйnйtique. Ces phйnomиnes de multiples symйtriques impliquent les nombres premiers :

7 - 11 - 13
Les phйnomиnes suivants concernent le nombre total de protons inclus dans le radical + dans la base (non rйunis chimiquement) des 20 acides aminйs codйs. Exemple pour l’arginine : 55 protons (radical) + 39 protons (base commune) = 94 protons. Pour la proline : 24 + 39 = 63 et non 62 (molйcule complиtement rйunie perdant un atome d’hydrogиne).

Cet acide aminй, la proline, a une structure trиs particuliиre. C’est le seul parmi tous dont le radical a un nombre de proton pair. Tous les autres acides aminйs ont un radical impair et organisй avec la base commune (39 protons : aussi impair) forment tous une molйcule complиte possйdant un nombre pair de protons. La proline doit perdre un proton (un hydrogиne) Durant son association avec la base pour former aussi une molйcule avec un nombre de protons pair.

structure commune des acides aminйs

structure particuliиre de la proline

Description technique de l’йtude Dans cette йtude, les relations codon-codй sont principalement dйcrites ainsi :

Trois lettres Le codon

CCG

94

Un nombre Total de protons

Etant dйcrit par trois bases d’ADN

Etant contenu dans le radical de l’acide aminй codй + dans la base de l’acide aminй (non rйunis chimiquement)

Exemple d’un codon et d’un codй (ici l’arginine) constituй de : Atome Hydrogиne Carbone Azote Oxygиne Soufre Nombre d’atomes 14 6 4 2 0 Nombre de protons 14 36 28 16 0 Nombre total de protons

94
dans le radical de l’acide aminй codй + dans la base de l’acide aminй (non rйunis chimiquement)

Systйmatiquement, il apparaоt que les codйs sont identiques si la base finale du codon est A ou G ou si cette base est T ou C. Ceci exceptй pour un groupe nommй le groupe rebelle : ATA72, ATG80, TGG108 et TGA (STOP). Le nombre total de protons de ce groupe est 260 : 20 fois le nombre premier 13. Le groupe rebelle mis а part, les codons codent pour les mкme codйs si et seulement si leur derniиre base est A ou G ou T ou C. Dans ce groupe : est le codй ATG80, la mйthionine, l’acide amine soufrй fondamental (ATG est le codon initiateur). Aussi dans ce groupe : est le codй TGG108, le tryptophane (le codй qui a le plus grand nombre de protons). Aussi dans ce groupe est le codй TGA (STOP). TRES IMPORTANTS PHENOMENES ETABLIS Le groupe rebelle mis а part, les codons codent pour les mкme codйs

Ж Ж

si et seulement si leur derniиre base est A ou G si et seulement si leur derniиre base est T ou C

Page 1 З

77

ЕЕЕЕ

ЖЖЖ

Page suivante de l’йtude :

PREMIERE PARTIE D'ETUDE N'INCLUANT PAS LE GROUPE REBELLE DANS LES CALCULS
LES RELATIONS NUMERIQUES DU CODE GENETIQUE Jean-Yves BOULAY 2001- 2004©