Vous êtes sur la page 1sur 1

Paola Farigua

Céline Gonçalves

Nachila Sylvia Sama

Caroline Ducrot

Dossier n°6

Introduction générale à l’économie

Question n°2 :

En vous fondant sur l’exemple du commerce de détail, à la fin du texte


de J. Schumpeter, démontrez que la principale menace pour une entente
des producteurs est constituée de producteurs qui ne sont pas encore
entrés sur le marché. Pensez vous que cela établit l’inutilité des
législations anti-trusts ?

Schumpeter est un économiste du XXè siècle, connu pour ses théories sur les
fluctuations économiques, la destruction créatrice et l'innovation.

Schumpeter a dit : « Sans évolution, il n’y a pas de profit et sans profit il n’y a
pas d’évolution. » En effet, d’après lui un entrepreneur doit innover constamment
s’il veut rester compétitif sur le marché. Grâce à une innovation, une entreprise
peut se mettre en situation provisoire de monopôle. Dans ce cas là, elle mettra
en échec les entreprises qui n’auront pas innové.

On peut prendre pour exemple le commerce de détail de Schumpeter dans lequel


il décrit la situation de producteurs ayant fait une entente et qui se dégrade à
l’entrée de nouveaux producteurs. Ces derniers ayant innover, les producteurs
présent sur le marché au départ se retrouvent dans l’obligation d’augmenter leur
prix pour faire face à la perte de clientèle et finissent par sortir du marché.

Cela établit alors une inutilité des législations anti-trusts car les entrepreneurs
bénéficient d’une courte période au cours de laquelle ils monopolisent le marché
grâce à leurs innovations qui sont protégées à travers des brevets, empêchant
alors les autres producteurs de copier le produit ou le procédé. Mais à la fin de
cette période le marché redevient un marché de libre concurrence où la
législation anti trust agit à nouveau.