Vous êtes sur la page 1sur 10

ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES.

ECOLES NATIONALES SUPERIEURES DE L’AERONAUTIQUE ET DE L’ESPACE,


DE TECHNIQUES AVANCEES, DES TELECOMMUNICATIONS,
DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT– ETIENNE, DES MINES DE NANCY,
DES TELECOMMUNICATIONS DE BRETAGNE,
´ECOLE POLYTECHNIQUE (FILIERE TSI)
CONCOURS D’ADMISSION 2009
PHYSIQUE I — MP

À PROPOS DE HEINRICH OLBERS


Corrigé de Mohamed Elabdallaoui
Professeur agrégé CPGE Marrakech Maroc

I. — La comète l3P/Olbers
I.A. — Mouvements cométaires
1—

( )
dLO      dU  
= Μ F , O = OM ∧ F =rer ∧ − er = 0
dt ℜ
dt

    
LO = mOM ∧ v = Cste donc ∀t OM ⊥ LO et la trajectoire est plane. Plus précisément dans le plan

⊥ à LO et passant par O.
2—
      
ɺ r + rϕɺ eϕ donc LO = mrϕɺ 2ez et C = rϕɺ 2
on a OM = rer , v = re
1 2 1 2 2 1 1 C2
E= mrɺ + mr ϕɺ + mU ⇒ ε = rɺ 2 + +U (r )
2 2 2 2 r2
3—
G.mM ⊙ GM ⊙
on a Ep ( r ) = - donc U ( r ) = - et K = GM ⊙
r r
4—
1 1 C2 1 2 1 C2 K 1 2 1 C2 K 
ε = rɺ 2 + + U ( r ) = r
ɺ + − ⇒ r
ɺ = ε −  2 r 2 − r  = ε − U eff
2 2 r2 2 2 r2 r 2  
1 C 2
K  C 2
K C 2
1 K2 
U eff ( r ) =  − on a U 'eff ( )
r = − + = 0 pour r = et U = −
r   r3 r2   2 C2 
2 0 1
2 r   K  

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 1/10


1 K2
Si − < ε < 0 le mouvement vérifie rmin ≤ r ≤ rmax < ∞ et rmin ≠ rmax
2 C2
5—
K K
ε =− et ε = −
rmin + rmax 2a
L K 2 2  2rmin rmax
C= = rmin .v ( rmin ) = rmin .  −  (cf cours) C = K .
m m  rmin rmin + rmax  rmin + rmax
C = Kp

6—
la trajectoire est une ellipse
a Demi grand axe
p Paramètre de l’ellipse
e Excentricité

7—
à t = 0 , r = rmin donc à t > 0 r ne peut qu’augmenter rɺ > 0 .
C 2 2K a rdr
On a rɺ 2 = 2ε − 2
+ et C 2 = pK donc dt =
r r K a
− r 2 − C 2 + 2ra
K
Or p = a (1 − e2 )

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 2/10


r (ϕ )
a rdr a rdr
dt = ⇒τ = ∫
a 2e 2 − ( r − a ) K a e − (r − a)
2
K 2
rmin
2 2

8—
on a r = a (1 − e cos ξ ) et dr = ae sin ξ dξ
r (ϕ )
a rdr
τ= ∫
K a e − (r − a)
2 2 2
rmin

a
ξ
a (1 − e cos ξ ) ae sin ξ dξ
= ∫
a 2e 2 − ( a (1 − e cos ξ ) − a )
K 0
2

ξ
a
a (1 − e cos ξ ) dξ
K ∫0
=

a3
τ= (ξ − e sin ξ )
K
T 2 4π 2
La troisième loi de Kepler =
a3 K
T
τ= (ξ − e sin ξ )

32
T 2 4π 2 T02  rmin 
= = 3 ⇒ T = T0   AN T = 69, 2année
 a0 (1 − e ) 
3
a K a0
9—
La comète reviendra à la date T = 69, 2an
1  r (1 − e ) 
r = a (1 − e cos ξ ) ⇒ ξ1 = arccos 1 −  ⇒ ξ1 = 125,7° = 2, 2rad
e rmin 
T   r (1 − e )    r (1 − e )   
τ1 =  arccos 1 −  − e sin  arccos 1 −
    τ 1 = 15,9année
2π   rmin    rmin   

I.B, —La queue de la comète


10—
du coté S1 force répulsive
11—
C1 → C2 → C3

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 3/10


ve 30
tan φ = = φ = 4, 29°
va 400

II. — Le paradoxe d'Olbers


II.A. — Équilibre thermique et rayonnement
  dP mP
12— ρ .G = gradP donne =− G
dz kT
13—
dU dP mP dU P dE  E 
G= donne =− . =− . après intégration P = P0 exp −  
dz dz kT dz kT dz  kT 
N PNa  E 
Or n = = d’où n = n0 exp −  
V RT  kT 
14—
uv :  J .m −3.s  A  s −1  B  J −1.m3.s −2  C  J −1.m3 .s −2 
15—
E   E2 
On a n1 = n10 exp −  1  et n2 = n20 exp −   or lim n1 = Tlim n2 = n20 = n10 = n0
 kT   kT  T →∞ →∞

−1
n Buv  E − E1  hν A hν C 
A l’équilibre 2 = = exp−  2  = exp− donc uv = exp −
n1 A + Cuv  kT  kT B kT B 
A C
F (υ ) = et H (υ ) =
B B

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 4/10


II.B. - Loi de Ptanck
16—
C A 8π hυ 3
=1 =
B B c3
17—
∞ ∞
2π hυ 3 1 hυ
j = ∫ jυ dυ = ∫ dυ on pose = x donc
c 2
 hυ  kT
exp kT − 1
0 0

∞ ∞
2π k 4T 4 x3 2π k 4 2π k 4
j = ∫ jυ dυ = ∫0 [exp x − 1] dx = I .T 4 Ψ = 4 σ= I
0
c 2 h3 c 2 h3 c 2h3
18—


−1
I = ∫ x 3 e x − 1 dx
0

−1
= ∫ x 3 e− x 1 − e− x  dx
0
∞ ∞
= ∫ x3 exp − x ∑ e − nx dx
0 n =0

∞ ∞
− x(1+ n )
= ∑ ∫ x3 exp dx
n =0 0

On pose x(1 + n) = t
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
.∫ t 3 exp −t dt en fin I = ζ ( 4 ) .Γ ( 4 )
1 1 1
I = ∑∫ t exp dt = ∑
3 −t
.∫ t exp dt = ∑
3 −t

(1 + n ) (1 + n ) (n)
4 4 4
n =0 0 0 0 1 0

π 4
6π 4
π 4
ζ ( 4) = et Γ ( 4 ) = 3* 2*1 = 6 donc I = =
90 90 15
2π 5k 4
σ= AN σ = 5,67.10−8Wm−2 K −4
15c 2h3

II.C. — Le ciel est clair, le jour. ..


19—

Le Bilan Radiatif
La puissance émise est égale à la puissance reçue, le bilan radiatif d'une planète
un schéma très simplifié du bilan énergétique d'une planète sans atmosphère en considérant que
l'équilibre radiatif est atteint (i.e. que l’énergie rayonnée est égale à l’énergie reçue).

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 5/10


la puissance totale émise par le Soleil.
σ T⊙4 .4π R⊙2 = 4,18.1026W = 418YottaWatts
Cette puissance étant émise à la surface d'une sphère, elle va se propager sous forme de sphère de
plus en plus grande. A la distance Terre-Soleil d, cette puissance totale sera donc distribuée sur une
sphère de rayon d. La valeur de cette puissance pour chaque mètre carré de la surface de cette
sphère de rayon d sera donc :
la puissance par unité de surface (donc en W.m-2) reçue
σ T 4 .4π R 2
P = ⊙ 2 ⊙ = 1477,62Wm −2
4π d
Or on a supposé que La terre présente toujours la même face donc la puissance absorbée e par unité
de surface par cette face est P = 1477,62Wm−2 (NB :on ne divise pas par 4 comme dans le cours)
Le Bilan Radiatif
La puissance émise est égale à la puissance reçue, le bilan radiatif d'une planète

P = 1477,62 = σ Te4 donc Te = 401,79 K


La température de la face non éclairée Tne = 0 !!

20—

( cosθ )
R⊙
le bilan radiatif local P 2π R p2 cos θ sin θ dθ = σ T 4 2π R p2 sin θ dθ donc T (θ ) = T⊙
14

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 6/10


1
T (θ ) dS
S ∫∫
T=
π

( cosθ )
1 R⊙ 14
= 2 ∫ ⊙
T 2π R p2 sin θ dθ
4π R p 0 d

1 R⊙ π / 2 1 R⊙ π
= T⊙ ∫ ( cosθ ) sin θ dθ + T⊙ ∫ ( − cosθ ) sin θ dθ
14 14

2 d 0 2 d π /2
4 R⊙ 5 4 π /2
= − T⊙ ( cosθ ) 0
5 d
4 R⊙
T = T⊙ T = 322, 44 K
5 d

21—
la tempéraure moyenne à la surface de la terre est 15°C=288K
T >288 ce qui est normal vue qu’on négligé l’effet de l’absorption de l’énergie par l’atmosphère, le
transfert latéral au niveau des faces de la terre, la rotation de la terre,…… !

22—

loi de FOURIER
 
j = −λ gradT principe ‘’Cause à effet’’

On applique le premier principe de la thermodynamique ∆H = Q + W '


dH    
On a alors = − ∫∫ j H ⋅ dS + ∫∫∫ pdτ = − ∫∫ jQ ⋅ dS + ∫∫∫ pdτ
dt Σ Σ

(où p est la puissance volumique de W’ )


Expression locale :
dH d ∂h
= ∫∫∫ hdτ = ∫∫∫ dτ où h est l’enthalpie par unité de volume
dt dt v v ∂t

∂h  
Donc + ∇ ⋅ jQ = Pp
∂t

∂h ∂T P ρ c ∂T
Or = cρ en fin ∆T + p =
∂t ∂t λ λ ∂t
Pp ρ c ∂T
Le bilan thermique donne n régime permanent ∆T + = =0
λ λ ∂t
1 ∂  ∂T 
∆T =  sin 
R sin θ ∂θ 
2
p ∂θ 
Pp L’énergie produite au sein de la planète
  R2   dS
Pp = σ  T⊙4 ⊙2 cos θ  − σ T 4 
  d   dV

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 7/10


2
(
avec dS = 2π R p2 sin θ dθ et dV = π R 3p − e3 sin θ dθ donc
3
)
  R 2
  2π R p2 sin θ dθ
Pp = σ  T⊙4 ⊙2 cos θ  − σ T 4 
  d   2 π ( R 3 − e3 ) sin θ dθ
p
3
1 ∂  ∂T  3R p4σ  4 R⊙2   3R p4σ 3R pσ
 sin  +   T cos θ  − T 4
 α = ≈
sin θ ∂θ  (
∂θ  λ R 3p − e3  d ) ⊙ 2
  λ ( R3p − e3 ) λ

R⊙
Z (θ ) = T⊙ cos θ
14

23—

dN = n⊙ .4π r 2dr
σ T⊙4 4π R⊙2 σ T⊙4 4π R⊙2
.dN .n⊙ .4π r 2 dr
dP = 2 4π R =
2 2 4π R p2
4π r 2 4π r
p 2

R∞

P = 8π 2σ T⊙4 R⊙2 R p2 n⊙ .dr et P = ∫ 8π σ T


2

4
R⊙2 R p2 n⊙ .dr = 8π 2σ T⊙4 R⊙2 R p2 n⊙ ( R∞ − r0 )
r0

P = 8π σ T R R n R∞ = κ .R∞ avec κ = 8π 2σ T⊙4 R⊙2 R p2 n⊙


2

4 2

2
p ⊙

24—
Instabilité gravitationnelle ‘’forces attractives’’
25—
2π hυ 3 1 2π hc 1
jυ (υ , T ) = ⇒ jλ ( λ , T ) = 3
c 2
 hυ  λ  hc 
exp kT − 1 exp kT λ − 1
hc
∂jλ ( λ , T ) 1 kT λ 2
= −6π hcλ −4 + 2π hcλ −3 ⇒
∂λ  hc   hc 
2
− 1
exp kT λ  exp kT λ − 1
hc hc
∂jλ ( λ , T ) exp
+ 2π hcλ −3 kT λ kT λ
1 2
= −6π hcλ −4
∂λ  hc   hc 
2
− 1
exp kT λ  exp kT λ − 1

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 8/10


 hc  hc −3 hc
−6π hcλ −4 exp − 1 + 2π hc λ exp
∂jλ ( λ , T )  kT λ  kT λ 2
kT λ
=
∂λ  hc 
2

exp kT λ − 1
 hc  hc
 −3 +  + 3exp−
hc  kT λ  kT λ
= exp
kT λ  hc 
2

exp kT λ − 1
hc ∂j ( λ , T )
On pose x = et λ = 0 ⇒ ( 3 − x ) = 3e − x
kT λ ∂λ
hc hc hc
x* = ⇒ λm = et µ = loi de déplacement de Wien µ = 2,9.10−3 Km
kT λm kx * T kx *
26—
µ  V  H .r  µ
λm = = λ⊙ 1 +  = λ⊙ 1 + 0  donc Ta =
Ta  c  c   H .r 
λ⊙ 1 + 0 
 c 
T⊙
AN Ta = = 3206,5k
 H 0 .r 
1 + 
 c 
Les étoiles de classe G sont les mieux connues, pour la seule raison que notre Soleil est de cette
classe, (la température de surface de 5 000 à 6 000 K) alpha Centauri A est une étoile G.
Classe K Les étoiles de classe K sont des étoiles de couleur orange, légèrement moins chaudes que le
Soleil (température de surface : 4 000 K) C’est le cas de l’étoile étudiée dans cette question.
27—
On a n⊙ R⊙3 = 4, 2.10−31 ≪ 1
j⊙ = σ Ta4 ⇒ Ta = 364, 4 K
T⊙ c  T⊙ 
Ta = = 364, 4k donne r =  − 1 = 188 milliards d’années lumières. Donc ces
 H 0 .r  H 0  364, 4 
1 + 
 c 
étoiles sont trop loin et la lumière émise ne nous est pas encore parvenue, ainsi le paradoxe d’Olbers
est ainsi levé.

28—
Si les étoiles n'existent que depuis un temps fini 13,7 milliards d’années,alors une étoile n'éclaire à
un moment donné qu'un volume fini (une boule dont le rayon Rth correspond au produit de l'âge
1
Ae = de l'étoile par la vitesse de la lumière)
H0
c c
On a V = H 0 .r < c donc r < et Rth = = c. Ae = 12.1026 m
H0 H0
Dans la formulation du paradoxe d’Olbers , on fait implicitement l'hypothèse que les étoiles
pouvaient briller indéfiniment. Donc ce paradoxe ne tient plus !

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 9/10


29—

µ
λa = = 1,07 mm
Ta

La longueur d’onde des Micro ondes


En 1965 Sa découverte, a été l'œuvre de deux ingénieurs américains, Arno Allan Penzias et Robert
Woodrow Wilson!!

Heinrich Olbers, médecin, physicien et astronome .

FIN

http://cpge-casablanca.hautetfort.com/ M-ELABDALLAOUI 10/10