Vous êtes sur la page 1sur 2

IGE dossier n°6

02/12/09

Question 7 : Expliquez comment les échanges d’information entre les opérateurs


mobiles français permettaient à ceux-ci de mettre en œuvre une politique de prix
élevés.

Marché de la téléphonie mobile très récent : depuis années 90


Période d’échange : 1997-2003
Période importante : 2000-2003
Marché fermé : aucun nouvel opérateur entre 1997 et 2003
Accord commun entre les 3 opérateurs pour stabiliser parts de marché à cause
de baisse de la demande.
Existe 2 types de pratiques d’entente qui ont restreint le jeu de la concurrence et
ont permis d’augmenter les prix :
1) Echanges d’informations stratégiques portant sur les nouveaux
abonnements et les résiliations
- Pas de concurrence : très dur de rentrer sur marché de la téléphonie
mobile. Plus d’incertitudes sur stratégie des concurrents et
autonomie commerciale très réduite. Demande de téléphone
diminue fortement donc arrivée d’un nouvel opérateur moins cher
peut faire perdre des parts de marché aux 3 opérateurs déjà
existants.

- Evolution des nouvelles acquisitions et résiliations oriente stratégies


commerciales.

- ARCEP chargé de l’analyse des marchés, de l’accompagnement de


l’ouverture à la concurrence et doit veiller à l’exercice d’une
concurrence loyale au bénéfice des consommateurs. En ne diffusant
les informations sur les nouvelles adhésions et les résiliations que 1
fois par mois jusqu’à 2000 et 1 fois toutes les 3 mois à partir d’avril
2000 (année de l’accord entre les 3 opérateurs), l’ARCEP a donc
permis aux opérateurs de continuer les échanges (hausse des prix
car stratégies commerciales communes) et rendu impossible
l’entrée d’un 4ème opérateur (ce qui aurait baisse les prix de moitié).

2) L'existence d'un accord entre 2000 et 2002 entre les trois


opérateurs portant sur la stabilisation de leurs parts de marché
autour d'objectifs définis en commun
- Même tarification forfaitaire : décompte par palier de 30 secondes après
1ère minute => pas d’intérêt de changer d’opérateur.
Décision individuelle => risque de baisse des ventes et des parts de
marché.
Concertation => assurance de la mise en place d’une politique
commerciale commune et donc de stabilisation des parts de marché.
- Accord de pacification du marché, Yalta des parts de marché :
accord permettant de stabiliser part de marché des 3 opérateurs
entre 2000 et 2002, facilite changement de stratégies
commerciales.

Situation de monopole à 3 opérateurs : échanges permettent hausse des


prix sans perdre des consommateurs, et donc de l’argent. Ce sont des
price-maker.
Entrée de Free dans le marché de la téléphonie mobile est donc très
difficile.