Réunion de présentaton du collectf

Mardi 15 juillet 2014
20h

htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
2 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet

Synthèse
Cohérence socialiste a organisé le mardi 15
juillet 2015 à Paris une réunion de présenta-
ton du collectf dont la créaton avait été an-
noncée le mercredi 9 juillet 2015 par Karine
Berger, Yann Galut, Valérie Rabault et Alexis
Bachelay.
La réunion a été ouverte par Karine Berger
qui, après avoir présenté l’ensemble des per-
sonnes présentes à la tribune dont le nouveau
secrétaire général,
Arthur Delaporte,
a rappelé les en-
jeux qui ont prési-
dé à la consttu-
ton du collectf :
la crise politque
que nous traver-
sons se caracté-
rise par une perte
de confance des Français dans leurs insttu-
tons conjuguée avec un malaise politque au
sein de la majorité.
Le nœud du problème se situe au sein du Part
socialiste. Il ne parvient plus à trancher les
débats en son sein car il refuse de les évoquer.
Par conséquent la majorité se divise dans le
groupe parlementaire. Il importe d’aborder les
sujets que le PS a trop longtemps considéré
comme interdits : la queston insttutonnelle,
l’Europe et la politque économique.
Yann Galut a ensuite pris la parole pour souli-
gner que l’objectf de Cohérence Socialiste
était de rendre la parole aux militants en ob-
tenant notamment un vrai congrès d’idées
qui tranche sur une ligne politque.
Alexis Bachelay a insisté sur l’importance du
débat préalable au sein du part sur tous les
sujets importants et avec tous les acteurs de
la société et les corps intermédiaires
(syndicats, entreprises, intellectuels...).
Valérie Rabault a alors insisté sur le caractère
impératf de l’intégraton des militants à la
prise de décision : ils doivent être au centre
du jeu et il nous faut remetre le part en ordre
de bataille pour
2017.
Nadège Aboman-
goli, conseillère
régionale Île de
France et coordina-
trice avec Alexis
Bachelay de Cohé-
rence socialiste
pour la région pari-
sienne, a souligné le besoin de redonner du
sens à l’acton pour remobiliser.
Dans cete perspectve, les interventons de la
salle, insistant sur la nécessaire rénovaton du
PS comme cadre régulateur des débats et le
besoin de démocrate militante et d’écoute,
ont conclu la séance de façon très construc-
tve. Les interventons de chacun sont détail-
lées dans les pages suivantes.
Le prochain rendez-vous est donné à le same-
di 30 août à 18h30 à l’auditorium de l’aqua-
rium de La Rochelle.
htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
3 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet

Compte-rendu
Introducton par K. Berger :
C’est la réunion de lancement ofciel, après plusieurs semaines de préparaton. Elle présente les interve-
nants : Nadège Abomangoli, conseillère régionale, Alexis Bachelay, député, Yann Galut, député, Arthur De-
laporte, secrétaire général. Cohérence socialiste veut porter une mobilisaton sur des sujets politques qui
paraissent évidents, et pourtant interdits. Tout est part de la crise politque : après deux ans au pouvoir,
les municipales ont été terribles pour le PS et toute la gauche. Elles ont été suivies par les européennes,
où, pour la première fois, le FN est arrivé en tête. On est donc entrés dans une vraie crise politque qui
prend plusieurs aspects :
La désinsttutonnalisaton : les Français ne reconnaissent plus de légitmité à plusieurs insttutons, à
commencer par le Président de la République. Il y a un désintérêt pour la démocrate, l’école, la
solidarité, une résistance à l’impôt… Dans le même temps émergent des formes de mobilisaton de
moins en moins démocratques, comme les pigeons ou les bonnets rouges. La désinsttutonnalisa-
ton renvoie chacun à sa solitude, à ses propres problèmes et rend difcile de porter une réponse
socialiste. A ce stade, nôtre majorité n’a pas donné de réponse concrète à ce mouvement. Résul-
tat : le FN arrive en tête.
A l’intérieur de la majorité, il y a un malaise politque qui monte. Les débats sont très durs, et c’est la
première fois sous la V
e
République qu’un groupe majoritaire se divise à ce point. Les conditons de
travail sont très dures, humainement très violentes, même pour les députés, et le débat est arrivé
à un point mort. Sur la politque économique, les frondeurs ont des raisons de protester : comment
faire en sorte de retrouver une cohérence économique quand on a toujours demandé le conditon-
nement et le ciblage des aides aux entreprises et quand on fait l’inverse aux responsabilités. Sur
l’Europe, on a voté le TSCG, avec des promesses de relance et de réorientaton, et une fois le traité
voté, rien n’est venu. Il faut recréer les conditons du débat sur ces sujets interdits : politque éco-
nomique, Europe et insttutons.
La queston consttutonnelle : depuis quelques semaines, la V
e
Répu-
blique semble au bout de son aventure. Depuis deux ans, le Prési-
dent de la République décide de beaucoup de choses seul, sans
même qu’il y ait un débat dans la majorité. Il ne décide pas sur tous
les sujets, mais au moins sur ceux évoqués précédemment. Pour
autant, on ne se permetre une crise de régime, comme les fron-
deurs risquent d’en déclencher. Mais les débats soulevés sont légi-
tmes et doivent être débatus au sein du PS, qui oublie parfois que
c’est lui qui a porté au pouvoir le Président et sa majorité.
Il nous reste trois ans. C’est peu pour renverser la tendance. Il y a besoin
d’une mobilisaton militante et citoyenne, ce qui passe par un congrès qui
doit avoir lieu le plus vite possible.

htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
4 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet

Y. Galut :
Avant toute chose, il importe de clarifer un point qui a été souvent soulevé de-
puis deux semaines : la Gauche Forte fondée avec Alexis Bachelay est complète-
ment extérieure à Cohérence Socialiste, n’ayant pas les mêmes objectfs. Elle con-
tnuera à exister de façon indépendante en tant que club lutant contre la
« buissonisaton » de la droite. Les propos de Bruno Le Maire aujourd’hui sur le
droit de vote des étrangers sont là pour nous rappeler qu’il y a toujours un dan-
ger. La démarche de la Gauche Forte est diférente de celle de Cohérence Socia-
liste.
L’objectf de Cohérence Socialiste, c’est de créer une sensibilité pour réintro-
duire le débat dans le PS, un débat qui a été ou bien interdit, ou bien confsqué.
Si on n’a pas ce débat, on va contnuer un glissement qui vient depuis des années : le PS va perdre toute sa
profondeur. Cete évoluton a été accélérée par les primaires citoyennes. C’était une grande avancée dé-
mocratque, mais le PS n’a pas pu jouer le rôle programmatque qu’il aurait dû jouer. S’il ne reprend pas ce
rôle, le Président de la République fnira par s’afranchir totalement du sufrage universel. Il faut aujourd’hui
remetre du débat, rendre la parole aux militants, qui ne peuvent pas seulement être des supporters. C’est
le seul moyen de sortr de l’impasse actuelle quant au rôle du PS.
Redonner la parole aux militants, ça passe par un congrès pour trancher la ligne politque du part. L’un des
buts de Cohérence Socialiste, c’est d’obtenir un vrai congrès.
La rencontre des quatre parlementaires est le résultat d’un tour de France qu’ils ont fait chacun de leur cô-
té, allant dans une soixantaine de fédératons. Ils y ont vu des militants déboussolés, mais les parlemen-
taires le sont aussi. Ce sur quoi nous nous sommes fait élire n’est pas « tout à fait » ce que nous faisons au-
jourd’hui.
Pour nous, il y a une première priorité : l’organisaton au plus vite d’un congrès. Il y a un problème de calen-
drier : il y aura des électons fn 2015, qui se télescoperaient avec le congrès et risqueraient de nous désor-
ganiser. Il faut donc ou bien faire un congrès en avril/mai/juin, ou le repousser encore, ce qui le metrait à
un an des présidentelle et en ferait un simple congrès d’approbaton du candidat.
Il y a eu des primaires à l’entrée, il faudra également des primaires à la sorte, pour rendre au candidat
l’oncton du peuple de gauche.
Des groupes de travail ont été mis en place pour réféchir aux diférentes thématques (Europe, Ecologie,
République et naton, Travailleur, emploi et fscalité, Rénovaton du PS). L’inscripton est libre. Les quatre
députés souhaitent un collectf ouvert sur la société, qui soit force de propositon.
Ils souhaitent aussi que le part fasse appliquer ses propres règles en matère d’exemplarité. Exemple avec le
non-cumul des mandats : Y. Galut a démissionné de son mandat exécutf au Conseil Général du Cher 3 mois
après avoir été élu député, conformément à son engagement lors de son investture. Cohérence Socialiste
veut porter cete mesure, mais aussi le non-cumul dans le temps par exemple. Autre exemple de combat : il
est regretable que le premier secrétaire ne se soit pas présenté au vote des militants.
Cohérence Socialiste ne roule pour personne, n’est pas un club de groupies : il y a une volonté de discuter,
de construire, et le nombre de personnes présentes ce soir illustre ce besoin.
htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
5 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet


A. Bachelay :
Après deux ans d’exercide du pouvoir, c’est le moment de faire un premier bilan. Il
y a eu des choses positves, des choses négatves. Ce qui est clair, c’est que nous
n’avons pas pu, sur des sujets importants, débatre sereinement au sein de la
majorité.
Exemple : Le rapport Gallois, commandé dès le début du quinquennat car il y a
besoin de prendre de nouvelles mesures pour la compéttvité des entreprises.
Deux chifres illustrent un diagnostc que nous pouvions partager : les 70 milliards
de défcit du commerce extérieur, et les 700 ou 750 000 destructons d’emplois
industriels entre 2002 et 2012. Ce rapport, c’était un des tournant du quinquen-
nat. Mais la manière dont nous avons pris ce tournant n’était pas la bonne. Les
conclusions du rapport ont été remis ofciellement le lundi. Dès le mardi, le Premier ministre annonçait un
projet de loi reprenant des mesures proposées dans le rapport. Avant même que les députés aient eu l’oc-
casion de prendre connaisse en détail du rapport, qui leur a été remis le mardi, celui-ci donnait lieu à des
annonces immédiates. De plus beaucoup de collègues auraient souhaité un ciblage, des conditonnalités,
mais le gouvernement a décidé de ne pas accepter d’amendements parlementaire. On a voté le texte du
gouvernement quasiment en l’état, et donc, donné un blanc-seing. J’étais jeune député à l’époque, je
m’étais dit « ok, je fais confance, j’appartens à une majorité », mais avec le recul je vois que ça ne devrait
pas marcher comme ça.
« Le Parlement est le cœur batant de la démocrate » dit Claude Bartolone. Il devrait l’être plus souvent,
car il n’est toujours pas associé aux grandes décisions. Les insttutons, on ne peut les critquer que dans
l’oppositon : il suft de voir les textes adoptés lors des congrès du PS pour voir qu’on ne s’en est pas privé.
Malheureusement, dès que la gauche arrive au pouvoir, on se remet dans le fonctonnement classique de
la V
e
République : l’exécutf est très puissant, les parlementaires se cherchent une place, un rôle. Dom-
mage, car le débat parlementaire permet d’améliorer la loi, mais aussi de la débatre et de la faire com-
prendre au peuple.
Le premier sujet à porter, c’est la queston des insttutons, de la place du citoyen, du rôle des syndicats,
des corps intermédiaires… Si les Français avait un sentment d’efcacité, si on obtenait des résultats, on
accepterait peut-être certaines pratques actuelles, mais de plus en plus ont l’impression, alternance après
alternance, que la démocrate n’est pas ou plus efcace.
Quelques points à metre en avant évoqués par Y. Galut : l’exemplarité des élus (cf. Afaire Cahuzac, mais
aussi le respect de la parole donnée sur le non-cumul des mandats).
Il faut des propositons, nous en feront, nous les porterons au sein du part.
V. Rabault :
Ne vient pas parler d’économie, mais des militants. En tant que première fédé-
rale du Tarn-et-Garonne, elle remonte régulièrement à Paris des motons, alors
même que le Tarn-et-Garonne a voté très majoritairement moton 1. Avec les 3
autres députés, on a diagnostqué le problème, on a fait un tour des fédératons.
Au fond, quel que soit le lieu, on trouvait toujours les mêmes questons, les
mêmes remarques : il faut soutenir le gouvernement, mais il faut aussi poser
des questons de fond.
htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
6 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet


Comment les militants sont-ils impliqués ? Sur la parte programmatque, il faut les remetre au centre
du jeu. On veut pouvoir être les porte-paroles de tous ceux qu’on a rencontrés, en allant parler de nos su-
jets respectfs. Associer les militants à l’exercice du pouvoir est une obligaton, qui nous a motvés pour
fonder Cohérence Socialiste.
Des propositons seront faites à La Rochelle pour faire réussir le gouvernement, faire gagner le PS en
2017. Objectf : faire revivre la force du PS.
N. Abomangoli :
Remercie les quatre parlementaires pour leur exposé sur ces derniers mois difciles. Les militants ont vécu
très durement les municipales et les européennes. Il y a un sentment de dépossession. On veut redonner
du sens à l’acton. A la fn, l’électeur ne fera pas de distncton entre frondeur et souten du gouverne-
ment. Aujourd’hui, comment redéfni-t-on l’acton dans les métropoles, comment lute-t-on contre la
fraude fscale, voilà des sujets de fond. Chacun a constaté la crise politque : dans ces circonstances, il y a
une panique à bord, avec soit du caporalisme, soit une fronde au parlement, voire les deux. Il faut apai-
ser la matère du débat.
Les Pigeons et Manif pour tous ont imposé un rapport de force car ils savaient qui ils étaient et ce qu’ils
voulaient. C’est cete cohérence et cete puissance qui manquent au PS.
Il faut aussi metre en avant un autre objectf : se réapproprier le vivre-ensemble.
Y. Galut :
Info importante : A. Bachelay et N. Abomangoli sont les coordinateurs de Cohérence Socialiste pour l’Ile-de
-France. Ceux qui souhaitent partciper à des groupes de travail peuvent se rapprocher d’eux mais aussi
d’Arthur Delaporte (contact@coherencesocialiste.com). Cohérence Socialiste souhaite en efet être une
sensibilité qui réféchisse et qui produise.
K. Berger :

Interv. 1 : Abdelkader Sayah, secrétaire de secton de Bezons
Un propos m’a étonné : une parte des propositons du Président de la République n’ont pas été discutées.
Mais avec un programme fait sur des hypothèses de 2 à 3% de croissance, ce qui a manqué, c’est qu’on n’a
pas assez expliqué la situaton en 2012, les mesures prises. L’appel des 100 a voulu rejeter en bloc. Mais un
programme écrit en 2011 n’est plus valable en 2014.
Je me réjouis que Cohérence Socialiste s’inscrive dans le PS et la majorité, pas en dehors. Un point à tra-
vailler : comment circule l’info entre les sectons, les fédératons et le natonal. Elle descend très bien,
elle remonte très peu, et pas bien. C’est un point où on peut
avancer pour la rénovaton du PS. Les militants ont cete capaci-
té de faire des propositons, il faut trouver comment les fédérer
pour qu’ils jouent tous, dans leur camp et pas contre leur camp.
Interv. 2 : Didier Guillot, conseiller de Paris
Je fais parte des initateurs de l’appel des 1 000. Je trouve que
Cohérence Socialiste porte le débat de façon très intelligente. La
politque de l’ofre, je peux la comprendre, mais j’ai une inquié-
La parole est à la salle.
htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
7 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet

tude majeure sur le rôle du PS et la préparaton de la suite. En 1986, 1993, 2002, on a essuyé des défaites,
et derrière tout était à rebâtr, il ne restait qu’un programme vide. Au-delà de la politque du gouverne-
ment, il faut préparer 2017 et son contenu en entamant un travail de régénératon.
Interv. 3 : Kevin, Paris
Les frondeurs portent le débat au sein du groupe PS parce qu’il n’y a pas d’autres cadres pour ça. Il faut
faire un vrai travail d’éducaton populaire à l’économie, à l’innovaton, autant de thèmes que le PS porte
peu ou a peu porté. Les frondeurs ont un mérite : ils retssent des liens avec les autres composantes de la
gauche, qui se sont éloignées de nous.
Interv. 4 : Aïcha Moutaoukil , adjointe au maire de Bagneux
Je suis d’accord avec Didier Guillot. L’idée de ramener le débat, c’est une bonne idée. Je suis élue dans une
ville dirigée par la gauche plurielle, et ce n’est pas toujours facile. Les débats qu’on a avec les membres de
la majorité municipale, il est important de les ramener au PS : il faut que le débat ait un cadre. Là où j’ai
encore un peu de mal à voire où vous voulez aller, c’est sur les propositons d’évoluton avec la V
e
Répu-
blique. On en est encore loin. Le part va faire son congrès, d’accord, mais comment pourrait-il imposer sa
volonté au Président et à son gouvernement ? Peut-être faut-il plutôt porter clairement la rupture avec la
V
e
République ? Pour ce qui est de la rénovaton du PS, on l’a déjà faite : elle n’est juste pas appliquée.
Pourquoi le serait-elle mieux par Cohérence Socialiste que par d’autres ?
Interv 5. : Dimitri, Paris
Merci d’avoir créé Cohérence Socialiste. « Ce que vous faites pour nous sans nous, vous le faites contre
nous » dit Gandhi. Je veux nous interroger. Sur ce que nous n’avons pas su, pas voulu faire. Combien de
nous ont renoncé à leurs idées ? On parlera du fond, mais si des choses ne vont pas, c’est aussi de notre
faute. Le débat dans la majorité, il est naturel : en stgmatsant les frondeurs quand ils le portent, on stg-
matse les parlementaires. Quand on veut prétendre changer le monde, on commence par son quarter, sa
ville, c’est pareil au PS. Ne renonçons pas à nous-même et à nos convictons.
Interv. 6 : Damien, Issy-les-Moulineaux
Le problème, c’est la politque actuelle, qui est diférente de celle plébiscitée en 2012 avec un changement
de cap décidé unilatéralement. Certes, la situaton justfe des évolutons. Mais quand on chifrait le pro-
gramme présidentel de François Hollande à 20 milliards, on donne aujourd’hui 40 milliards aux entre-
prises. La politque actuelle est décidée
par le Président de la République, et lui
seul. Il peut décider pour la majorité,
mais la majorité n’a aucun contrôle sur
l’exécutf, ce qui est pourtant normal
dans toute démocrate parlementaire. Il
faut qu’ils soient où autonomes l’un de
l’autre, comme un vrai régime présiden-
tel, où indépendants. Par ailleurs, nous
voulons un congrès en 2015 où il faudra
faire de la politque au sens noble. Mais
htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
8 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet


si celui-ci ratfe un programme diférent de celui du Président de la République ? Imposera-t-on un gouver-
nement qui dirige sur la ligne actée par le PS ?
Interv. 7 : Etenne, Loire-Atlantque / Paris
Merci pour cete initatve. Sur l’économie, je suis très étonné que le chifrage de 2012 ait même été indi-
qué. La queston budgétaire aurait dû d’ofce être posée comme évolutve. Il y a un part qui débat : mais
des débats mis en scène, et des pratques de parachutage, comme aux européennes dans le Grand Ouest,
qui sont terribles. Le part n’est pas totalement bloqué : les militants ont le droit de vote, mais il n’est pas
toujours respecté. C’est difcile de dissocier rénovaton du part et rénovaton des insttutons républi-
caines. Je n’ai pas honte d’être parlementariste, de rappeler le rôle de la III
e
et de la IV
e
République dans
l’histoire de notre démocrate. La grande queston, c’est « qu’est-ce qu’on prépare pour les 10-15 ans à
venir », notamment en termes de renouvellement ? A un moment, il faudra sortr les gens encloués dans
leurs sièges.
Interv. 8 : Ayoub, membre du bureau natonal du MJS

Conclusion des échanges
K. Berger :
Fin du débat faute de temps. Conclusion : comment va-t-on faire ? Comme on fait toujours : par le mili-
tantsme. Une seule soluton : refaire fonctonner la réalité du PS, passer des tribunes aux actes. Si on
arrive à 6 devant vous, c’est parce qu’on pense que c’est la mise en œuvre qui compte. Pour répondre à la
queston posée par Damien, si le congrès tranche contre le Président de la
République, nous demanderons un changement de ligne politque. Sur la
ligne politque, il y a du vrai des deux côtés : écoutons-nous, trouvons une
nouvelle synthèse. On l’a toujours fait au PS, pourquoi plus maintenant ? Le
message unique à avoir, c’est un message de consensus. Je vous demande à
tous de contnuer le débat, rendez-vous samedi 30 août 18h30 à l’audito-
rium de l’aquarium de La Rochelle, pour fxer notre ligne, ensemble.
A. Bachelay :
A propos de l’interventon de notre camarade de Loire-Atlantque : la ques-
ton qui en découle, c’est « à quoi sert un part politque au XXI
e
siècle ? »
Dans notre monde de plus en plus interconnecté, nos parts sont toujours
construits sur un modèle remontant au XIX
e
siècle. Le PS s’est un peu remis à jour à Epinay, il y a plus de
quarante ans… mais sans changer les insttutons, ni la pratque du pouvoir. Les gens ne sont pas naïfs, ils
ne croient pas à la Gauche-Père-Noël, il faut donc garder un esprit de responsabilité. C’est cela le rôle du
Très belle initatve. J’ai de plus en plus de doutes sur la forme que prend l’acton de la majorité. Au BN du
MJS, on retrouve les pressions que subissent les frondeurs. Le MJS existe comme un laboratoire d’idées
mais a du mal à jouer son rôle et subit beaucoup de pressions depuis l’arrivée de Manuel Valls. Il y a un
problème d’insttutons. Actuellement, on n’est pas en capacité de porter le débat. Il y a pourtant un
questonnement profond : que va devenir la gauche politque ? Dans d’autres pays d’Europe, elle est
souvent morte de ne pas avoir pensé son avenir. Les associatons qui sont proches de nous, comme SOS
Racisme ou la Maison des Potes, soufrent beaucoup après 10 ans de droite qui ont démoli leur infuence
et leurs idées dans l’opinion publique. Il faut reconstruire, et donc mobiliser sur ces thématques, le droit
de vote des étrangers en est un exemple.
htp://coherencesocialiste.com contact@coherencesocialiste.com Coherence_PS Cohérence Socialiste
9 Compte-rendu — Réunion de présentaton de Cohérence Socialiste — Mardi 15 juillet


PS, conduire le changement dans la durée. Les PS, qui était un part accueillant les intellectuels, ne l’est
plus aujourd’hui, et il doit le redevenir. On a vocaton à faire de la politque en s’inscrivant dans notre
époque, avec les outls et les idées de notre temps.
Y. Galut :
C’était notre première réunion. On fait le pari d’arriver à faire passer le message. Merci pour la qualité de
vos interventons. On nous l’a demandé : nous, qu’est-ce qu’on va changer ? Pour le moment, je n’en sais
rien. Ce que je sais, c’est que si nous n’essayons pas d’impulser un nouveau débat, de nouvelles mé-
thodes, on peut aussi bien arrêter tout de suite la politque.
Nous sommes tous engagés pour la justce sociale. Tous les 4, nous pensons qu’il y a un problème de com-
péttvité. Mais il n’y a pas de ciblage. Pour les PME, les baisses de charges, d’accord, mais quand on donne
à Carrefour, Auchan et d’autres, c’est de l’argent gaspillé. Le problème ce n’est pas l’objectf. Ce que je con-
teste, c’est que le Président de la République ne considère pas sa majorité et son part comme des parte-
naires.
L’écho qu’on a avec vous, il est réel. Alors on va avancer. On couvre déjà 50% des départements de France.
On est des « jeunes », certes, mais pas tant que ça, et c’est presque un problème qu’en politque on nous
considère comme jeunes à nôtre âge. J’aime mon PS, mais aujourd’hui il n’est plus à l’image de notre so-
ciété. On vous invite à adhérer, à rejoindre les groupes de travail à produire des idées et à retrouver du
débat. Merci pour votre présence, et on se donne rendez-vous à La Rochelle.
htp://coherencesocialiste.com
contact@coherencesocialiste.com
Twiter : @Coherence_PS

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful