Vous êtes sur la page 1sur 2

du coroner

Québec

E9 ES

SUITE A UN AVIS DU

Prénom à la naissance

Gilles

2011

Sexe

Masculin

Prénom de la mère

Manon

Municipalité de résidence

St-Côme

DU CORONER

Loi sur la recherche des causes et des circonstances des décès

RAPPORT D'INVESTIGATION

NUMERO DE DOSSIER

Nom a la naissance

CHARTIER

A-

Province

Québec

314064

Date de naissance

1984

09

Lieu du décès

Déterminé

DATE DUDÉCÈS

Nom du lieu

Hôpital Sacré-Cœur de Montréal

Déterminée

2011

ANNÉE

02

MOIS

09

JOUR

CAUSES PROBABLES DE DÉCÈS :

Traumatisme crânien sévère (mort cérébrale).

Municipalité du décès

Montréal

HEURE DUDÉCÈS

Déterminée

19

MRS

:

55

MN

EXPOSÉ DES CAUSES :

La victime a été identifiée par sa famille à l'hôpital.

Examen externe :

L'examen externe pratiqué par le coroner à la Morgue de Montréal était peu révélateur. On a décelé seulement quelques ecchymoses et abrasions au front et à la tête en pariétal gauche, ainsi qu'une fracture fermée du fémur gauche. Il n'y avait pas de lésion traumatique pouvant suggérer le port d'une ceinture de sécurité au moment de l'événement. Le CT scan cérébral à l'hôpital démontrait cependant un œdème cérébral massif, un hématome sous- dural droit avec déviation de la ligne médiane du cerveau et des fractures cervicales. Le décès était causé par des lésions neurologiques sévères et irréversibles secondaire à un traumatisme crânien important lors de l'accident.

Analyse toxicologigue post-mortem :

Éthanol sanguin : non décelable.

Présence d'amphétamine et de méthamphétamine dans le sang et l'urine. Les résultats de glucose et de l'acide lactique dans le liquide oculaire excluent la possibilité d'une hyperglycémie.

CIRCONSTANCES

DU DÉCÈS :

Selon le rapport d'enquête de la Sûreté du Québec (poste 156, MRC de D'Autray), monsieur Charrier et sept autres collègues travaillaient pour la compagnie Pigeon 2006 inc. Ils ont des contrats avec les éleveurs pour attraper des volailles et les mettre en cage pour le transport. Leur chef d'équipe, monsieur Cormier, conduisait une Ford Econoline 2007 prêtée par la compagnie pour transporter les travailleurs sur le lieu de travail et les ramener à la maison après chaque nuit de travail.

Lundi 7 février 2011, ils ont travaillé à St-Mathieu de Beloeil de 21h30 à 5h25 le lendemain matin (8 février 2011). Ils sont ensuite retournés à St-Côme vers 8hOO-9hOO. L'emploi du temps de monsieur Cormier durant la journée fut incertain. Il a cependant rencontré son père adoptif et propriétaire de la compagnie vers 21h30 où il était dans son état normal. Il lui a alors dit qu'il avait dormi et mangé, et qu'il se préparait pour aller travailler.

Prénom du coroner

Quoc Bao

Effl

Nom du coroner

Do

Je soussigné, coroner, reconnais que la date indiquée, et les lieux, causes, circonstances décrits ci-haut ont été établis au meilleur de ma connaissance et ce, suite à mon investigation, en foi de quoi

J'AI SIGNÉ À:

Laval

CE 16 avril 2014

RAPPORT D'INVESTIGATION DU CORONER (suite)

A -

314064

Numéro de l'avis

|

Monsieur Cormier quitte sa maison vers 23hOO pour aller chercher son équipe habituelle à St-Côme et à Joliette. Il se dirige ensuite à Ste-Boniface pour un contrat de chargement chez un éleveur de poulet. Durant la nuit du 9 février 2011, l'équipe d'attrapeurs de poulets a travaillé entre 2hOO et 7hOO pour attraper environ 20 800 poulets.

Selon les travailleurs, monsieur Cormier prenait régulièrement des comprimés de speeds (méthamphétamines) pour se garder éveillés et performants durant sa nuit de travail. Monsieur Cormier avait même mentionné à l'un d'eux qu'il n'avait pas dormi depuis au moins 3 jours. Les travailleurs ont quitté Ste-Boniface à 8hl5. Monsieur Cormier était au volant de la Ford Éconoline en route vers St-Côme. Il roulait à la vitesse permise soit environ 80 km/h. À 8h40, il arrivait en direction ouest sur la route 158 à l'intersection de la route 345, lorsqu'il a dévié de sa voie pour entrer en collision face à face avec un autobus scolaire venant en sens inverse. Le conducteur de l'autobus n'a aperçu la camionnette qu'à la dernière minute, et ne pouvait faire aucune manœuvre d'évitement. D'après un témoin de la scène, la camionnette a quitté sa voie lentement dans une courbe, sans mouvement brusque, sans dérapage, et sans freinage pour se retrouver dans la voie opposée où roulait l'autobus scolaire à environ 40-50 km/h.

L'impact a été si violent que tout le devant de la fourgonnette est enfoncé et incarcéré dans l'autobus scolaire. Seul le coussin gonflable du côté passager était déployé suite à l'accident. Le conducteur (monsieur Cormier) et le passager avant étaient décédés imédiatement, écrasé entre leur siège et le tableau de bord. Monsieur Charrier était assis à la deuxième rangée derrière le passager avant au moment de l'accident. Il a été éjecté par-dessus le banc en avant, à travers le pare-brise. Son visage gisait sur le capot et les jambes par-dessus le passager avant. Il a été évacué par les pompiers et ambulanciers, puis transporté au Centre hospitalier régional de Lanaudière (CHRDL) à Joliette. À l'urgence, monsieur Chartier était inconscient, les pupilles en mydriases fixes, et ne réagissait à aucun stimulus (Glasgow 3). Les médecins de Joliette l'ont intubé; l'ont stabilisé et ont installé un drain thoracique pour évacuer un pneumothorax gauche. L'évaluation initiale avec fast-écho et radiographies simples était normale.

Monsieur Chartier fut ensuite transféré en traumatologie à l'hôpital Sacré-Cœur de Montréal à Ilh49. L'évaluation secondaire en traumatologie a démontré au CT scan cérébral un œdème cérébral massif, un hématome sous-dural droit avec déviation de la ligne médiane du cerveau, une fracture de l'apophyse transverse de C7, et une fracture avec déplacement de C5-C6. La victime est transférée ensuite aux soins intensifs à 14h20. À partir de 19hOO, il devient instable hémodynamiquement et évolue vers un décès neurologique. Les médecins ont déclaré la mort cérébrale à 19h55, et la famille avait autorisé le don d'organes pour transplantation. Monsieur Chartier fut finalement transféré au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) pour prélèvements multi-organes en après-midi le 10 février 2011.

COMMENTAIRES:

L'expertise de la scène n'avait permis de lier aucun facteur environnemental à l'accident. La route était dégagée et sèche. La signalisation, l'éclairage et les conditions météorologiques étaient adéquats. L'expertise du véhicule accidenté avait cependant dévoilé certaines anomalies : la camionnette Ford Éconoline était un véhicule gravement accidenté importé des États-Unis pour être reconstruit au Québec. La porte arrière était défectueuse et était fermée à l'aide d'une sangle attachée à la banquette arrière. Le coussin gonflable du conducteur ne s'était pas déployé comme cela devait être pour ce type d'accident face à face. De plus, certaines ceintures de sécurité se sont carrément déchirées suite à l'impact. Pour ce qui est des composantes importantes (direction, suspension et freins) ils étaient en bon état de fonctionnement. Selon le mécanicien expert, l'état mécanique n'était pas un élément contributif à la collision.

Quant à l'autobus scolaire, il a été loué par la compagnie de transport scolaire pour remplacer temporairement celui qui est en réparation. L'inspection matinale a été faite par son conducteur selon les règlements en vigueur. Aucune défectuosité mécanique majeure n'a été détectée par l'inspecteur de la SAAQ pour avoir causé l'accident. Aucun blessé grave n'a été déclaré parmi le conducteur et les 12 élèves du secondaire qui s'y trouvaient.

CONCLUSION :

Mort accidentelle de la route, causée par des facultés affaiblies (fatigue et manque de sommeil).

Quoc-Bao, Do MD Coroner investigateur

7(04-05)