Vous êtes sur la page 1sur 13

Cette communication version orale en PDF en anglais puis en français est disponible en ligne à l’adresse :

http://turquieenmigration.blogspot.com/

Vestiges and Memories, Observances of the Presence of Armenians in the Department of Mardin (Vestiges et mémoires,
témoins de la présence des Arméniens à Mardin) par Fadime DELI.

Intervention orale effectuée lors de l’atelier de travail international, workshop, « Memory and Migration », organisé par
Julia CREET, department of English et Andrea KITZMANN, dep. of Arts and Letters, York University, Toronto, 14 - 16
septembre 2006.

Communication tirée de la thèse :


COMMUNAUTES EN MIGRATION : LE CAS DES PERSONNES ORIGINAIRES DE MARDIN (TURQUIE)
par Fadime DELI
|Doctorat de Géographie| spécialité Géopolitique|
Thèse soutenue le 13 novembre 2004 (849 p) à l'Université Paris VIII.
Sous la direction de M. Stéphane YERASIMOS (1942-2005), Professeur à Paris VIII.

Numéro national de thèse : FR : 2004PA082443

Thèse disponible à la BU de l’université de Paris VIII


Bibliothèque Localisation Cote
BU - Fonds général MAGASIN 2 2062TH
X Géographie
Summary :
This work is about the migration of people coming from Mardin through their life story. Mardin, situated in South
East Turkey and lying right upon the Syrian border is home to a great many different ethnic and religious
communities : Sunnis Chaffi Kurds, Sunnis Hanefi Arabs and Turks (who are Tchetchens at origin), Orthodox
Syriaques, Catholic Armenians and Gregorians and finally Yezidis whose religion predates many of our modern
day religions. Migration is very much a way of life for many of these people, effecting their life style and their
family structures. But does migration serve to reinforce or weaken the very cultural and religious identities that
mark them out? This study analyses not only how and why such communities migrate but how migration effects
the behaviour patterns of those that do it, not only within the communities themselves but also between the
different migratory communities. By adopting a micro social approach the study takes into consideration the
various social and religious issues now facing Turkish society as a whole.
Résumé :
Ce travail porte sur la migration, à travers les récits de vie, des personnes originaires du département de Mardin.
Mardin, département du sud-est de la Turquie (à la frontière syrienne) où de nombreuses communautés se côtoient
: Kurdes Sunnis Chafii, Arabes, Turcs (d’origine tchétchène) Hanefi, Syriaques orthodoxes, Arméniens catholiques
et grégoriens et Yézidis (qui ont des croyances archaïques). La diversité des histoires migratoires est d’abord
ancrée dans l’histoire des communautés, leurs modes de vie et structures familiales. Mais ces migrations elles
mêmes sont de nature à conforter ou à fragiliser les identités. L’analyse des situations de migration permet de
mettre en évidence les processus des transformations et les permanences des relations et des comportements
communautaires et inter communautaires et que par là elle offre un angle d'approche microsocial pour comprendre
plus largement la société turque actuelle.
Zone Sibil : 930662101:240394704 TH

Pour citer cette communication :


— DELI Fadime, « Vestiges and Memories, Observances of the Presence of Armenians in
the Department of Mardin », workshop : « Memory and Migration », Julia CREET,
Andrea KITZMANN, York University, Toronto, 14 - 16 September 2006.

Distribution électronique
© Tous droits réservés pour tous pays.
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des
conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par
votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de
quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la
législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.
Fadime Deli

Vestiges and Memories, Observances of the Presence of Armenians


in the Department of Mardin
I will be discussing elements from my dissertation entitled: "Communities in migration, the
case of the people of Mardin (Turkey)", which I defended in November 2004, at the University of Paris
8, under the direction of Professor Stephane Yerasimos.

There were numerous reasons for my interest in a work on the department of Mardin, first, the
geographic element. It is located in the South East of Turkey, bordering with Syria (formerly with Syria
and Iraq but the frontiers of the department were decreased in 1990).

Then there is also the historical and cultural aspect. Several ethnic, cultural, linguistic, and
religious groups make up Mardin. Its richness finds its source from a period long ago in history; Mardin
was located in the midst of the old silk and spice trade routes – it became a meeting place where people
of different cultures came together.

The following represents the mosaic-like settlement of the area in order from the earliest
settlers:
- Kurds, then Arabs (Muslim Sunnis Chafii),
- Turks (of origin tchetchene - Muslim Sunnis Hanefi),
- Syrians (Christians orthodox),
- Armenians (Catholics, Gregorians)
- And finally, Yezidis (representatives of old, archaic beliefs).

Prior to this, there were other communities (Şemşî, Jewish) who disappeared from the region.

This diversity is ultimately at the forefront of my research. I am interested in the permanence


and the transformation of the communities’ behaviours and the intercommunity relationships through
migration.

In my dissertation, I studied all the various groups which I quoted: at first in Mardin, then in
Istanbul (first place of migration). I continued my study of the migratory chain toward France at
Clamart, in the suburb of Paris.

The whole of my work consists of almost two hundred and fifty interviews conducted over four
years; however, my study on the Armenians is carried out through eight residents from Mardin, fifteen
in Istanbul (about thirty people if we take into account children 18 or older) and about fifteen people in
Clamart.

A Presence attested by the Statistics

Thanks to the Ottoman archives and to testimonies left by travellers, we know that the Sandjak
of Mardin was populated by various ethnic and religious communities.

The data from the Ottoman archives shows a more significant presence of Christians in the
town of Mardin than Muslim.

2
The Turkish census’ do not provide direct information that clearly identify an Armenian
community; however, until 1965 it’s possible to refer to the question "Spoken Mother tongue" (or
Second language spoken: ermenice) and to "Religion".
In the census of 1965, which is the most complete census, 11 people declared Armenian as
their mother tongue in the department of Mardin and 391 people declared Gregorian rite. The
Gregorians that I interviewed in Istanbul explained that in Derik in 1965, there were about 130 families
and they estimated their community consisted of nearly 1200 members.

Neither the referent of the "Mother tongue" nor that of “Religion” reflects an Armenian
presence. We can imagine the difficulties for the following censuses where the criteria of language and
religion disappeared.

All in all, in 2004, we know that in the department of Mardin, there are only 4 Gregorian
Armenians in Derik and 4 Catholic Armenians in the town of Mardin.

Dates and motivations for Emigration


Reasons for non-mobility

The 2 families who remain in the department of Mardin are there because they do not want to
leave the area. They all know Istanbul. They have the ability to leave, but they do not want to. They
stay for the quality of life, for the people around them, and for the work they do which garners them
much respect from the community - a respect which seems to have amplified as their numbers decrease.

A migration desired and organized towards Istanbul

The migration of the Armenians from the town of Mardin towards Istanbul began relatively
early whereas the migration of the Armenians of Derik started much later and is spread out over a longer
period of time: between 1965 and 1985.

All the Armenians knew Istanbul before they settled there; they came for commercial reasons
or for studies.

Their migration is individual and voluntary, their motivations are multiple and complementary.
The men placed greater value in finding work, whereas the women valued the education of their children
and reuniting with other family members. The migration represented a search for a higher quality of life
and Istanbul was able to provide this on many different levels.

The emigration towards Europe

The migration started in Istanbul where they lived between 10 and 20 years. The destination of
choice for the Catholics in the fifties was America and the Gregorians who emigrated in the eighties
moved toward Europe, in particular, toward France in Clamart (but also to Germany). Their arrival in
France depended on their knowledge and the opportunities that were made available to them.

Professional specialization of the Armenians

In Mardin

3
The Armenians were all accustomed to manual labour. This knowledge was transmitted from
father to son by example and practice. The trades practiced by the Armenians were different according
to whether they were catholic or gregorian. The Catholics came from families of silversmiths:
"That made 350 years that we are goldsmiths, tradesmen ". The Gregorians were craftsmen
(ironworkers, carpenters, shoe-makers...), tradesmen or dentists...

The Gregorians explained how their fathers, their uncles, their grandfathers were ironworkers;
they had practiced this trade for more than seven generations. At the constitution of the Republic, they
took a patronymic name, the name of their trade:
"My father was an ironworker, my grandfather was an ironworker, he worked iron: doors, windows, knives...
The fathers brothers were also ironworkers, moreover, our surname is Demirci (ironworker)"

The practice of joinery is also very old. More recently, they have invested in the job of dentist
without scientific knowledge at the beginning of the 1960s. After their migration, the manual trades
disappeared from the area, and the trade of goldsmith in the city of Mardin today has been taken over by
the Syrians.

In Istanbul

In Istanbul, the Armenians from the town of Mardin pursued the trade of goldsmith which they
performed in the Big Bazaar. For the people of Derik, the migration to Istanbul resulted in an orientation
to new work.

Fathers no longer handed down their unique set of skills to their sons. They began to consider
this type of artisan-style job too difficult and unrewarding due to dirty, smelly, dusty, and dark working
conditions. They also ceased to train their sons in the trade of dentistry because of the long and
unpleasant duration of study. Instead, they preferred to guide them toward pursuing the trade of
goldsmith or to become involved in international trade; both of these jobs were prestigious, well-paying
and had better working conditions.

Clamart (France)

Emigration in Europe often implies obtaining refugee status. In most cases, Armenians arriving
in France have a tourist visa (sometimes, they have no visa at all and enter illegally), the only way for
them to stay and live in the country is to request political refugee status. Young people normally find
work with in a couple of years allowing them to abandon their refugee status (as soon as a person has
succeeded in securing and mastering a job, he waits for an opportunity to recruit his brother / cousin...
to his job). Older people, however, who are unable to secure a job remain inactive in the country and
keep their refugee status.

FAMILY

Endogamy marriages

Marriages are endogamic, inside the extended family and other allies.

These marriages are "arranged” by the parents, and are carried out between members of the
same community and of the same place because of the knowledge between families.

If the Muslims and the Christians do not marry among one another, the Syrians and the
Armenians do not either. No Armenian would marry outside of their community or outside of their
town: there is no case of marriage between Armenians of the town of Derik and those of Mardin (the

4
trans-border marriages - Syria but also Lebanon- are common but they are made part of the family
network).

As the marriages were carried out, the Armenians ended up having all of the family links.

Today, all the Armenians interviewed criticize and reject the old practices, like, for instance:
conditions of the marriage, not seeing the face of their future partner, age, etc.

"The girl became hardly a flower which started to open its petals that it already was torn off. Today they
understand all, they are better; formerly the girls did not know anything ".

Tendency towards desired marriages

Parents recognize that they married by obligation and want their children to be free to choose
their own spouse; they do not even want their children to marry someone from within their area:

"I married with a girl of Derik, because I was afraid to go to seek elsewhere. My children lived in Istanbul, they
will not be afraid... ".

In Istanbul, Armenian parents prefer that their children choose their own spouses. In Mardin,
Armenian families are large, consisting of 6-8 children per household. In Istanbul, however, Armenian
couples choose only to have 2 children, having a third only in the event that their two first children are
of the same sex. Arabs and Syrians continue to have large families with many children (Arabs tend to
have the financial security to do so and Syrians because the want to preserve the population of their
community). Kurdish people also have no more than two children because they do not have the financial
security to provide for more.

Total absence of the Armenian language

Nobody knew the Armenian language when they resided in the department of Mardin.

In Derik, the mother tongue of the Armenians is Kurdish, which is the dominant language of
the area. In the city of Mardin, it is Arabic. Armenian is a language of literature, read and written rather
than spoken.

If Armenian children went to Armenian schools, the Armenian language would still not
become their dominant language, the language they use to express themselves on a daily basis. It is used
like a scholarly language; they learn it as they would learn any other foreign language.

The usual and family language which was Kurdish or Arabic on the birthplaces had become
Turkish in Istanbul. And Turkish remained, abroad, the language to communicate within the family.

The religion and the historical events which have marked the Armenians
The membership of the community for the Armenians is always a recall of pain when they
remember, for example, why in Mardin the Armenians no longer speak their native language.

One day, I asked an Armenian: "Why in the department nobody spoke any more Armenian? "
The Armenian answered: "Be careful young girl, I am somebody very natural, I can start to cry like a
fountain and you could not any more what to do. In this area, they sought to destroy the Armenians. They were swept of this
surface of the ground. It was not any more question of speaking the language, to use only one Armenian word would have
been to denounce himself, the Armenians were not supposed any more to exist”

5
It is significant to note that many Gregorians living in Istanbul do not practice their faith. Men
categorically refuse to go to the church and no longer see the use. Initially, I explained this absence of
practice by the fact that the Armenians do like the Europeans: they believe, but do not practice their
faith. One Armenian’s response sends us back into the throngs of history:

"I do not go to the church. When somebody asked me : 'Why don’t you come to the church ?'. I answer: ' There is
nothing that the church has to learn to me. The church has a debt towards me, it is not to me to go towards it' ".

The past for the Armenians is so close. If they don’t go to the church any more, it is because
they stay in the past.

Even when the Armenians criticize the Turkish administration, they take a lot of precautions
and specify all the time: "I do not want to say evil against Turkey ". They do not want to risk government
reprisal which would endanger their fellow Armenians living in Turkey.

Today the Armenians consider that these events are part of a history that no one can disavow.

Return to Mardin or Istanbul


Today, no Armenian thinks about returning to Mardin, the issue is non-existent. They have
become Stambouliots and have settled definitively in the big city.

Conclusion
In the past thirty years, the fall in the population of certain communities in the department is
vertiginous.

The statistics show that the migrations have not affected the volume of settlement in the
department, but that migration has altered the composition of the population. Some communities are in
the process of disappearing. This is the case for Armenians and also for the Syrians and the Yezidis.

What is interesting is to see at which point the past and the birth territory impregnate the
memory of the people. It shows that the migrants after a presence of 30 years in Istanbul or abroad
continue to react according to their lived experience in Mardin.

The Armenian presence in this department is undeniable. It is written in the files, vestiges, in
the memory of those who live in the area and also of those who emigrated.

Vestiges et mémoires, témoins de la présence des Arméniens à Mardin

La communication que je vais vous exposer aujourd’hui est tiré de ma thèse intitulée :
« Communautés en migration, le cas des personnes originaires de Mardin (Turquie) », que j’ai soutenue
en novembre 2004, à l’Université de Paris 8, sous la direction de Stéphane Yérasimos.

6
Les raisons de mon intérêt d’un travail sur le département sur Mardin sont multiples.
Notamment son aspect géographique, à la frontière syrienne (autrefois à la frontière syrienne et
irakienne. Mais les limites du département ont été retracées en 1990).

Son aspect historique culturel. C’est une contrée multi : ethnique, culturelle, linguistique et
confessionnelle. Sa richesse trouve sa source dans une histoire très ancienne, Mardin se trouvant au
carrefour des routes antiques de la soie et des épices et étant devenu un lieu de rencontres et de synthèse
des cultures.

La mosaïque de peuplement de la région se compose ainsi, parmi les communautés qui s’y
côtoient, viennent en premier :

-les Kurdes,
-les Arabes (Musulans Sunnis Chafii),
-les Turcs (d’origine tchétchène - Musulans Sunnis Hanefi),
-puis les Syriaques (Chrétiens orthodoxes),
-les Arméniens (catholiques, grégoriens)
-et enfin les Yézidis (des représentants de croyances « archaïques »).
Il y avait autrefois d’autres communautés (Şemşî, Juifs) qui ont « disparu » de la région.

Cette diversité plaçait au premier rang de mes intérêts de recherche la question de la


permanence et de la transformation des comportements communautaires et des relations
intercommunautaire à travers la migration.

Dans ma thèse, j’ai étudié toutes les variétés de groupes citées ci-dessus, dans un premier
temps sur les lieux d’origine à Mardin puis Istanbul (première étape de migration) puis j’ai prolongé
l’étude de la chaîne migratoire en direction de l’étranger.

L’ensemble de mon travail a porté sur un échantillon de près de 250 personnes interviewées.
Toutefois mon étude sur les Arméniens est effectuée à partir de 8 résidents à Mardin, 15 personnes
interviewées (une trentaine de personnes si l’on prend en compte les enfants âgés de plus de 18 ans) à
Istanbul et une quinzaine de personnes à Clamart.

7
Une présence attestée dans les archives ottomanes
Nous savons grâces aux archives ottomanes et grâce aux témoignages laissés par les voyageurs
que le Sandjak de Mardin était peuplé de diverses communautés ethniques et religieuses.

Les données de l’archive ottomane montrent une présence chrétienne, dans la ville de Mardin,
plus importante que les musulmans : 56,17 % de foyers chrétiens contre 38,95 % de musulman en 1540.

En 1766, Niebuhrg estime le nombre de maisons dans la ville à 3.000 dont près de 1.000
habités par des chrétiens.

Les recensements de population du gouvernement turc

Les recensements turcs ne donnent pas d’informations directes permettant d’identifier la


communauté arménienne, toutefois on peut se référer jusqu’en 1965 à la rubrique « Langue Maternelle
Parlée » (ou 2nde langue Parlée : ermenice) et « Religion ».

Etude comparative entre les Statistiques et les entretiens effectués

Dans le recensement de 1965, qui est le recensement le plus complet qui existe à ce jour, nous
avons 11 personnes ayant déclaré l’arménien en Langue Maternelle dans le département de Mardin, et le
chiffre de 391 personnes de rite grégorien. Sachant qu’il n’y avait de Grégoriens qu’à Derik, le chiffre
de 391 ne correspond qu’aux Arméniens de Derik. Or les grégoriens interviewés expliquent qu’il existait
en 1965 à Derik, 130 foyers et estiment leur communauté à près de 1.200 membres.

A cela, il faut ajouter les Arméniens catholiques de la ville de Mardin. Par commodité,
considérons qu’en 1965, tous les Arméniens catholiques de la ville avaient déjà émigré.

Par contre, rappelons que les limites administratives de Mardin ont été retracées et sa superficie
réduite pour la création de nouveaux départements en 1990.

Or il n’y a pas seulement des Arméniens à Derik ou dans la ville de Mardin, d’après les
résidents à Mardin, il y a des Arméniens catholiques et protestants en Silopi, à Gerçüş et à Cizre et dans
quelques villages d’Idil. Ces 4 importants arrondissements en 1965 étaient dans les limites du
département… On peut facilement estimer qu’en 1965, il y avait dans le département de Mardin plus de
1.000 Arméniens.

On peut voir que dans les recensements ni le référent de la « Langue Maternelle » ni celui de la
« Religion » ne reflète la réalité de la présence arménienne. Nous pouvons imaginer les difficultés pour
la suite alors qu’on ne trouve plus dans les recensements suivants ni le critère de la langue, ni celui de la
religion.

Quoi qu’il en soit, en 2004, nous savons qu’à Mardin, il n’y a plus que 4 Arméniens
Grégoriens à Derik et 4 Arméniens Catholiques dans la ville de Mardin.

Et D’ici une dizaine d’années, la présence arménienne à Mardin, ne sera sans doute plus qu’un
souvenir.

Depuis, ces trente dernières années (depuis 1975), la chute des effectifs de certaines
communautés dans le département de Mardin est vertigineuse.

8
A travers les statistiques, les migrations n’ont pas trop affecté en volume le peuplement du
département, mais elles en ont bouleversé la composition des populations. Certaines communautés du
département sont dorénavant en voie de disparition. C’est le cas des Arméniens mais aussi celui des
Syriaques ou encore celui des Yézidis.

DATES, MODES ET MOTIVATION D’EMIGRATION ET LOCALISATION

Les motifs de non-mobilité

Les 2 familles restées dans le département de Mardin, s’y trouvent parce qu’elles ne veulent
pas partir de la région. Tous leurs membres connaissent Istanbul. Ils ont la possibilité de partir mais ils
n’en ont pas l’envie. Ils ont décidé de rester pour la qualité de vie, le bon voisinage entretenu et pour le
travail qu’ils effectuent sur place. En outre, leur savoir-faire attire le respect et leur renommée auprès
des communautés sur place. Un respect qui semble s’être amplifié au fur et à mesure que le nombre s’est
réduit.

Une migration voulue et organisée vers Istanbul par les Arméniens

La migration des Arméniens de la ville de Mardin vers Istanbul a débuté relativement tôt,
puisqu’en 1957, il ne restait déjà plus d’Arméniens dans la ville. Quant à la migration des Arméniens de
Derik, elle commence plus tardivement et s’étale sur une période plus longue : entre 1965 et 1985.

Tous les Arméniens connaissaient Istanbul avant de venir s’y installer, ils y avaient effectué
quelques voyages, soit pour des raisons commerciales ou d’études.

La migration a un caractère individuel et volontaire, les motivations sont multiples et


complémentaires. Les hommes mettent plus en avant les raisons de travail et les femmes l’éducation des
enfants ou le regroupement familial.

C’est la recherche d’un mieux vivre, d’une qualité et d’un mode de vie meilleur que les
Arméniens sont venus chercher à Istanbul. Istanbul joue un rôle attractif de par les possibilités de travail,
d’éducation, de modernité, de tranquillité et de mixité.

L’émigration vers l’Europe

La migration s’est effectuée à partir d’Istanbul (mais aussi depuis la Syrie ou le Liban) où ils y
ont vécu entre 10 et 20 ans, et se concrétise par chaîne de petits groupes. La destination privilégiée des
Catholiques dans les années 50 fut l’Amérique alors que les Grégoriens ont émigré à partir des années
80 vers l’Europe et notamment vers la France à Clamart (ou l’Allemagne). Leur venue en France dépend
des connaissances qu’ils ont et des opportunités qui se présentent à eux.

9
SPECIALISATION PROFESSIONNELLE DES ARMENIENS
A Mardin

Les Arméniens étaient tous d’une manière ou d’une autre rattachés à un savoir-faire manuel.
Le savoir s’est transmis de père en fils par l’exemple et la pratique dès le plus jeune âge. Les métiers
exercés par les Arméniens sont différents selon qu’ils sont catholiques ou grégoriens. Les catholiques
étaient issus de familles d’orfèvres :
« Cela fait 350 ans que nous sommes des orfèvres, commerçants ». Les Grégoriens étaient
artisans (ferronniers, menuisiers, cordonniers…), commerçants ou dentistes…

Les Grégoriens expliquent que leurs pères, leurs oncles, leurs grands-pères étaient par exemple
ferronniers qu’ils détiennent cette activité depuis plus de 7 générations. Et lors de la constitution de la
République, ils ont pris comme nom patronymique, le nom de leur activité.
« Mon père était ferronnier, mon grand-père était ferronnier, il travaillait le fer, tout en fer. Il
fabriquait des portes, des fenêtres, des couteaux… Les frères de mon père étaient aussi ferronniers,
d’ailleurs, notre nom de famille est Demirci (ferronnier) »

L’activité de menuiserie est tout aussi ancienne, tandis qu’ils ont investi le métier de dentiste
sans connaissance scientifique à partir des années 1960. Lors de leur migration, les magasins de
commerce sont passés aux mains des Kurdes à Derik mais les métiers manuels ont disparu pour la
plupart. Et le métier d’orfèvrerie dans la ville de Mardin est aujourd’hui totalement pris en main par les
Syriaques.

A Istanbul

Les Arméniens de la ville de Mardin ont poursuivie à Istanbul, le métier d’orfèvrerie qu’ils
exercent dans le Grand Bazar. Pour les personnes originaires du bourg de Derik, la migration à Istanbul
engendre une nouvelle orientation du travail.

Les pères ne transmettent plus à leurs enfants leur savoir-faire des métiers artisanaux,
considérées par eux comme difficiles et ingrates car le travail s’effectue dans des conditions difficiles ou
‘sales’. Rappelant que les ateliers se trouvent en sous-sol, c’est un lieu sombre, où l’on respire les
copeaux de bois à longueur de journée… (poussières, odeurs..), ni leur métier de dentiste pour lequel les
études sont longues et tenues pour fastidieuses : ils préfèrent les orienter vers l’orfèvrerie ou le
commerce international. Des activités estimées prestigieuses par les familles et qui en outre rapportent
plus et dans de ‘meilleures conditions’.

A Clamart

L’émigration en Europe implique souvent dans un premier temps l’obtention du statut de


réfugier avec une inactivité de courte durée (ou longue date) puis obtention du statut de travailleur. Les
jeunes maîtrisant un savoir-faire spécifique (l’orfèvrerie) trouvent assez rapidement du travail et une
fois, qu’une personne de la famille a réussi à pénétrer dans un lieu de travail, dès que l’occasion se
présente il y fait employer son frère, son cousin…

10
LA FAMILLE DANS LE CADRE DE L’HABITAT A MARDIN
Endogamie et systèmes d’alliances

Les mariages sont endogamiques se font à l’intérieur de la famille élargie et de ses alliés.

Les mariages sont « arrangés » par les parents, s’effectuent entre personnes de même
communauté et de même lieu. Le système de mariage préférentiel dans la communauté et le lieu de
résidence a été consolidé dans les générations suivantes car l’important est l’interconnaissance des
familles.

Si les musulmans et les chrétiens ne se marient pas entre eux, les Syriaques et les Arméniens
non plus. Aucun Arménien ne s’est marié hors de la communauté ni hors de sa ville : il n’y pas eu de cas
de mariage entre Arméniens de Derik et de la ville de Mardin non plus (Signalons que les mariages
trans-frontaliers (Syrie mais aussi Liban) sont courants mais font partis du réseau familial).

Au fur et à mesure que les mariages se sont effectués, les Arméniens ont fini par avoir tous des
liens de parenté.

Aujourd’hui, toutes les Arméniennes interviewées, critiquent et réprouvent les pratiques


anciennes (conditions du mariage : visage du prétendant, dot, l’age).

« La jeune fille devenait à peine une fleur qui commençait à ouvrir ses pétales qu’on
l’arrachait déjà. Aujourd’hui elles comprennent tout, c’est mieux, autrefois les filles ne savaient rien »1.

Tendance vers les mariages voulus

Les parents estiment qu’eux se sont mariés par obligation et souhaitent que leurs enfants soient
libres de choisir leur compagnon, à la limite ils souhaitent même que leurs enfants ne se marient pas
avec quelqu’un de leur région :

« Je me suis marié avec une jeune fille de Derik, parce que j’avais peur d’aller en chercher
une ailleurs. Mes enfants ont vécu à Istanbul, ils n’auront pas peur… »2.

A Istanbul on tend vers des mariages voulus à Istanbul ou arrangés vers l’étranger.

Vers une réduction du nombre d’enfants :Familles nombreuses/restreinte

1
-Europe, B (Femme : plus de 65 ans), bourg de Derik.
2
-C (Homme : 52 ans), bourg de Derik.

11
Langue (Les Arméniens bilingue avec l’absence totale de l’arménien
Aucun ne connaissait l’arménien quand il résidait dans le département de Mardin. C’est une
langue qu’ils n’ont jamais pratiquée sur place.

A Derik la langue maternelle des Arméniens est donc le kurde, langue dominante de la région,
et dans la ville de Mardin c’est l’arabe.

Pour les hommes originaires de la ville de Mardin, la langue maternelle est le turc. Leur
seconde langue est l’arménien qui est en fait plus une langue de la littérature, langue lue et écrite que
parlée.

Si les enfants arméniens se rendent dans les écoles arméniennes en aucun cas l’arménien n’est
devenu leur langue dominante. Il est utilisé comme une langue scolaire ; quand ils s’arrêtent au niveau
du primaire, ils l’apprennent comme ils apprendraient l’anglais, c'est-à-dire comme une langue
étrangère.

La langue usuelle et familiale qui était le kurde sur les lieux de naissance, était devenue le turc
à Istanbul. Et le turc est resté, à l’étranger, la langue pour communiquer en famille. Le kurde est devenu
une langue de ‘plaisir’ utilisée entre personnes déjà âgées et de même génération.

La religion et les évènements historiques qui marquent les Arméniens


L’appartenance à la communauté pour les Arméniens est toujours un rappel de douleur
lorsqu’ils rappellent par exemple pourquoi à Mardin les Arméniens ne parlaient plus leur langue.

J’ai demandé un jour à un Arménien : « Pourquoi dans le bourg plus personne ne parlait
arménien? ».
L’Arménien nous répliqua : « Attention jeune fille, en ce qui me concerne, je suis quelqu’un de
très nature, je peux me mettre à pleurer comme une fontaine et vous ne sauriez plus quoi faire. Dans
cette région, ils ont cherché à anéantir les Arméniens. Ils ont été balayés de cette surface de la terre. Il
n’était plus question de parler la langue, utiliser un seul mot arménien aurait été se dénoncer, les
Arméniens n’étaient plus censés exister » .

Ce qui semble important de signaler pour les Grégoriens installés à Istanbul, c’est l’absence de
pratique de certains d’entre eux : des hommes refusent catégoriquement de se rendre à l’église et n’en
voient plus l’utilité. J’ai dans un premier temps expliqué cette absence de pratique par le fait que les
Arméniens sont arrivés au même stade que les Européens en ce qui concerne la pratique religieuse, c'est-
à-dire croyants mais non pratiquants. La réponse procurée par une personne nous fait replonger dans
l’histoire :

« Je ne vais pas à l’église. On me demande souvent : ‘Pourquoi tu ne viens pas à l’église ?’. Je
réponds : ‘Il n’y a plus grand chose que l’église a à m’apprendre. L’église a une dette envers moi, ce
n’est pas à moi d’aller vers elle’ ».

Le passé, l’histoire pour les Arméniens est tellement proche, ils sont encore plongés dans le
passé qui vit pleinement en eux. Ce n’est pas le fait d’avoir évolué qui fait qu’ils ne se rendent plus à
l’église, c’est parce qu’ils sont restés dans le passé.

Même lorsque les Arméniens de Mardin critiquent certains services administratifs tucs, ils
prennent énormément de précaution et spécifient à chaque fois : « Je ne veux pas dire du mal de la

12
Turquie ». Comme si remettre en cause le service hospitalier revenait à critiquer l’ensemble du pays et à
mettre en danger ceux qui sont restés là-bas.

Aujourd’hui les Arméniens considèrent que ces évènements font partis de l’histoire qu’on ne
peut renier.

Retour à Mardin ou Istanbul


Aujourd’hui aucun Arménien ne songe à un retour vers Mardin, les personnes sont mêmes
surprises par cette question car pour elles, la question ne se pose plus. Ils sont devenus des
stambouliotes, et s’installent définitivement dans la métropole.

Conclusion

Ce qui est intéressant c’est de voir à quel point le passé et le territoire d’origine restent
imprégnés dans la mémoire des personnes. On voit que les migrants malgré une présence de plus de 30
ans à Istanbul ou à l’étranger continuent de réagir en fonction de leur vécu à Mardin.

La présence arménienne à Mardin reste indéniable que ce soit dans les archives, les vestiges ou
la mémoire de ceux qui sont restés sur place ou de ceux qui ont émigré.

13