Vous êtes sur la page 1sur 5

Les Libéraux français 1814-1875

Biblio graphie :

Caron Jean-Claude, "La France de 1815 à 1830", Armand Colin 2000

Touchard Jean, Histoire des idées politiques Tome 2 du XVIIIème siècle à nos jours, Paris, PUF,2005

Girard (Louis), Les libéraux français (1814-1875), Paris, Aubier,1985

Introduction :

‘‘Le libéralisme n’exalte que la liberté des bourgeois’’ cette phrase de Proudhon peut définir le libéralisme du
XIX, en effet l’idéologie libérale est principalement celle des bourgeois au XIX. Les libéraux La référence
politique des libéraux est la Charte Constitutionnelle du 4 juin 1814 ainsi que l’acte Additionnel du 22 avril
1815. D’autre part, pour les libéraux la nation est souveraine mais doit cpdt confier à des représentants le
pouvoir législatif . Ils sont évidement favorables a l’établissement d’une assemblée représentative.

Problématique : On peut se poser la question en ces termes ‘‘les libéraux tributaires des événements’’ selon
l’expression de Jean Touchard ou initiateurs d’un idéologie qui a trouvé un expression dans les faits .

Plan :

I Les libéraux bien qu’ils ne forment pas un entité uniforme, ils dans l’opposition sous la Restauration
1814-1830

A. les libéraux ne forme pas un groupe homogène :

1. On ne peut pas parler des libéraux comme un ensemble homogène et les division sont très présentes sous la
Restauration.

Il faut souligner l’importance du couple M.de Staël /Benjamin Constant (1767-1830) dans l’élaboration de
l’idéologie libérale. Ce dernier est un des chefs de l’opposition journalistique et parlementaire aux ultras . Il fut
qualifier ‘‘d’éducateur de la France libérale’’. On retient principalement son ouvrage parut en 1819 : De la
liberté des anciens comparée à celle des modernes.

Il y souligne l’importance des droits civiques dans la vie des individus . Il y affirme que ‘‘la liberté est le but’’,
les principes fondateurs du libéralisme :la sureté de la personne, la liberté de conscience de la presse et de la
tribune.

Clivage relativement ancien existe entre d’une part Madame de Stael et B.Constant d’un coté et Coppet de
l’autre . Ce dernier critiquant ces ‘‘dynasties bourgeoises’’ issues de l’Empire et soucieuse de faire fortune tout
en arrivant au pouvoir. Coppet se dit pour sa part leader d’un libéralisme plus intellectuel à travers l’étude de la
littérature et les civilisations.

Il existe un libéralisme aristocratique incarné par Chateaubriand. Ce dernier revendique la liberté parlementaire
pour ensuite réaliser un programme ultra royaliste qui est loin d'être en accord avec l'idéologie libérale
traditionnelle. Ses points de vues sont expliqués dans son livre parut en 1816 : De la monarchie selon la Charte.
Nous ne pouvons cependant pas accuser Chateaubriand d'être libéral par opportunisme tant vit chez lui un réel
sentiment d'exaltation des libertés qui l'oppose à toute autorité arbitraire. Cette forme de libéralisme est aussi
représentée par Fiérée. Ces deux hommes soulignent notamment les limites de la chambre introuvable.

Les Constitutionnels forment un autre groupe de l'idéologie. C'est la tendance centriste du libéralisme, celle du
compromis de la Charte. Ils se réunissent autour du préfet de police Pasquier et soutiennent leur leader
Talleyrand.
Un autre groupe très influent sous la Restauration est celui des Doctrinaires. Il est représenté par de grands noms
du libéralisme tels que Guizot, Barante, Rémusat. Leur ambition est d'établir le gouvernement que la Révolution
n'a pas réussi à mettre en place. Ils acceptent ainsi les acquis de la Révolution tout en condamnant l'esprit
révolutionnaire. Nous pouvons considérer que l'orateur et le principal idéologue politique de cette tendance est
Royer-Collard.

Il existe aussi d'autres divisions qui apparaissent sur un plan plus pratique. Ainsi alors que dans son ouvrage
Commentaire sur l'Esprit des lois, Tracy fait l'éloge du suffrage universel, B. Constant comme la plupart des
leaders libéraux de son temps revendique quant à lui le suffrage censitaire. En effet pour lui être électeur est une
fonction et non un droit. De plus les députés représentent non le peuple mais la Nation c'est à dire les citoyens les
plus capables de percevoir et de promouvoir le bien commun.

B.mais ils ont pour point commun d’être dans l’opposition :

-Le libéralisme de la Restauration né de la rencontre entre quelque idéologues et 1 société bourgeoise de


parvenus ou désireuse de justification morale. Les premiers fournissant la doctrine et la justification morale et les
seconds le public prêt à faire triompher la doctrine.

Les libéraux se caractérise par leur extrême violence à l’égard du pouvoir, bien que le régime de la Restauration
n’est pas porté atteinte aux situations acquises, il subit les foudres de Béranger(1780-1857) et dePaul-Louis
Courrier(1772-1825) notamment.

Ces attaques visent en premier lieu le roi : chanson de Béranger sur le sacre de Charles le Simple

La Cour et la noblesse : ‘‘la cour est un lieu fort bas , dit Courrier, fort au dessous du niveau de la Nation’’

Le Pape : le Pape musulman de Béranger dans le quel le Pape a été pris par les corsaires, il devient musulman , il
a un harem. Et les prêtres et les jésuites(congrégation catholique fondée en 1540 par Ignace de Loyola activité
missionnaire + enseignement) plus largement -> l’anticléricalisme un des traits caractéristiques de l’opposition
libérale qui voit partout la main des jésuites.

-Sous la Restauration, l’opposition libérale se caractérise essentiellement par un critique, négative, elle est aussi
largement influencée par la légende napoléonienne : l’exemple de Béranger est de ce point de vue très intéressant
qui s’est soustrait à la circonscription sous l’Empire, il a exprime pour Nap un enthousiasme et contribue à
répandre l’image d’un Nap soldat de la liberté et de l’égalité. On remarque aussi cette influence de légende
napoléonienne mais sous des formes diverses chez Stendhal notamment qui s’interesse davantage à Bonaparte
qu’a Napoleon où encore chez Victor Hugo qui est surtout sensible aux gloires impériales.

Cette opposition libérale va trouvé un issue grace aux soulevements des Trois Glorieuses et à la creation de
lamonarchie de Juillet.

II les libéraux au pouvoir : La monarchie de Juillet 1830-1848 mais le Seconde Republique met en
lumière les difficultés des libéraux

A. La monarchie de Juillet : victoire des libéraux ?

Formidable victoire des libéraux aux élections d 26 juin 19 juillet 1830 ou le nombre de députés libéraux se
revendiquant libéral marque une victoire des libéraux.

Le 2 aout Charles X abdique, la Chambre des députés se réunit le 3 -> Revision de la Charte le 7 aout par le duc
de Broglie sous la pression des plus libéraux + désignation du Duc d’Orléans comme roi des Français sont votés
par 219 députés contre 33 et 89 pairs contre 10 -> le 9 aout Serment de fidélité à la Charte de Louis –Philippe
Ier au Palais Bourbon. Réputation de libéralisme de par ses origines : son père conventionnel régicide avait été
guillotiné avec les girondins ; lui-même avait combattu dans les armées révolutionnaires, il a participé a la
bataille de Jemmapes. Il était à l’écart de la politique contre-révolutionnaire de la Restauration. En choissisant le
nom de Louis- Philippe Ier -plutôt que celui de Philippe V- et en choissisant le drapeau tricolore, le roi prend ses
distances avec les règnes préceédents .

Preuves d’une influence libérale, le catholiscisme n’est plus déclaré ‘‘religion d’Etat’’(art 6 de la Charte) et
l’article 7 exclut le retablissement de la censure permettant une plus grande liberté à la presse qui se trouve être
un outil privilégié quant à la propagande libérale(ex journaux libéraux : le Constitutionnel ou encore le Globe
parmi les rédacteurs Guizot Rémusat). De plus les députés non seulement exercent à parité le pouvoir législatif
mais ils obtient le droit d’interpellation. Les conseils municipaux sont rétabli et le niveau du cens est abaissé on
passe de moins de 100 000 à 166 000 electeurs. Le régime de Juillet réalise l’idéal des libéraux de 1819 tel que
l’esquisse Rémusat cad ‘‘flanquer le système constitutionnel d’une presse libre, d’une armée nationale, de
conseils généraux et municipaux ’’

B. la II République : le libéralisme face au suffrage universel

A la mi fevrier 1848 l’interdiction par le gouvernement de banquet reformiste de contestation contre Guizot
entraine des insurrections à Paris dans la nuit du 23 au 24 fevrier -> demission de Guizot et le roi abdique. Mise
en place d’un gouvernement Provisoire composé des députés républicains. La II republique est déclaré et le
Gouv P fait appel aux ‘‘assemblées primaires pour affirmer sa legitimité. Le suffrage universel est rétabli (aboli
depuis 1795)

La démocratie tant redoutée par les libéraux surgit brusquemment et vient ébranler leurs efforts, pour les libéraux
la volonté nationale ne peut s’exprimer que par la representation. Cette idée porte la marque des écrit de
Tocqueville(1805-1859) autre notamment la méfiance vis-à-vis de la majorité.

Il devient alors une nécessité pour les libéraux de mettre fin a ce gouvernemt provisoire qu’il juge intérim et de
faire elire un ASble constituante.

La constitution est voté le 4 novembre 1848, elle reconnait explicitement la souveraineté nationale, en même
temps les droits du citoyen sont garantis, de même les principes défendus par les libéraux y sont inscrit comme la
surete personelle et le droit de propriete.

La constitution se distingue par le fait qu’elle n’est pas parlementaire : le Pdt nomme et revoque les ministres qui
ne sont responsables que devant lui. Cette disposition vient perturber une classe politique accoutumée au
parlementarisme.

Louis Nap Bonaparte elu Pdt de la Republique. Apres la nomination de Odillon Barrot à la tête d’un gvt a
majorité monarchistes. Le républicanisme libéral qui avait dominé la Constitutante a subi un desastre aux
election législatives en effet en mai 1849 les elections de l’assblée legislative marquée par le succees du parti
de l’Ordre-> On semble assiter un à reflux des libéraux. Le déclin de ces libéraux ainsi que les diverses
restriction s mises en œuvre à partir de mai 1850 en particulier la nouvelle loi éléctorale(obligation de résidence
ce qui exlus les delinquants et les ouvriers, ces derniers ont une grande propension a voter republicain) qui
affaiblit la portée du suffrage universel, plus surveillance policière et repression des manifs de la presse et des
associations.->une république avortée aussi bien par ces mesures que par les republicains du lendemains a qui il
manquait la foi necasaire pour faire tenir la republique.

III) Le Second Empire une période d’opposition nuancée, suivi par l’apparition de la III République qui
marque l’apparent triomphe des libéraux

1.le libéralisme sous la démocratie plébiscitaire suivi d’une renaissance du libéralisme caractérisé par une union
libérale.

L’echec de la tentative de république libérale permet de prendre conscience de la nécessité qu’il on de s’unir
derriere une idée commune, s’il veulent encore compter dans le jeu politique. A défaut de pouvoir concilier
libéralisme et démocratie, la première idée est celle d’une restauration de la monarchie parlementaire . Mais les
divisions aussi bien des prétendants que des royalistes poussent Guizot, Thiers, le duc de Broglie a la conclusion
suivante : ‘‘la republique est le régime qui nous divise le moins’’

Le coup d’Etat de LNB 2 decembre 1851 est suivi par l’arrestation de Thiers parmi les libéraux, Tocqueville
renonce à la vie politique malgré un poste au conseil general de la Manche, de Broglie ne rallie pas au regime.

Le libéralisme est le premier touche par le coup d’Etat et davantage que la democratie.

Dans ce régime avant tout anti parlementaire et anti libéral, les libéraux sont condamné à une émigration de
l’intérieur comme le milieu républicain . Cette parenté de situation va contribuer a rapprocher le milieu libéral et
le milieu républicain.

On assiste au début des annees 1860 à une renaissance de l’idée de liberté, ce regain d’interet profite des
difficultés du regime autoritaire traite de libre echange avec UK choc soudain de l’industrie francaise face à la
compétition etrangere, LNB perd le soutien des protectionnistes et des catholique sur ce sujet. Et il tend de
gangner à gauche ce qu’il aperdu à droite-> loi amnistie pour les condamnés politique aout 1959 + droit d’une
apostrophe anuelle ; Crise commerciale est aggravé par la guerre de secesion

Ces mesures incomprises -> alliance des partis de l’opposition en union libérale

Elections donnent à l’opposition 40 sieges et 1 chef Adolphe Thiers discours du 11 janvier au Corps legislatif
‘‘libertes necessaires.’’

Les scuces de l’union libérale ont permis la renaissance de l’idéologie libérale et des libéraux, d-autant plus que
les les républicains élus sont tous des démocrates libéraux. C succes marque aussi le retour de Thiers dans la vie
politique.

2. la fin de l’union libérale à cause de l’Empire libéral mais

L’union libéral se divise sur la question du regime, l’union est reduite au groupe des libéraux + ou –
conservateurs elle est privé de son aile gauche qui ne veut pas être submergé par l’empire libéral. Ces divisions
opposent aux election de 1869 les partisans de l’empire libéral aux republicains->echec electoral sensible des
libérauxtous les candidats non explicitement ralié a l’empireet privé du soutien républicain sont battus .

Cette defaite intervient est due au triomphe de l’empire libéral selon la frormule de Emie Girardin qui se
caracterise par un libéralisation politique (programme de réforme des institutions nationales, à réviser le
caractère inquisiteur du Code pénal, des projets de loi visant à abolir ses propres droits d’arrestation arbitraire,
ainsi que le droit de timbre des journaux, à soumettre les délits de presse à un jugement par jury et à supprimer
les livrets obligatoires des ouvriers) du regime notamment avec la figure de Emile Ollivier (En dépit de la haine
qu’il portait au despotisme du régime, il était convaincu qu’il serait vain de tenter de renverser l’Empire par une
révolution, car celle-ci entraînerait une réaction qui relancerait le cycle d’instabilités qui avait toujours
empoisonné la vie politique de la France) qui sera pour l’empire libéral se que B.Constant avait été pour l’Acte
additionnel, il joua le rôle d’opposant dynastique qui s’est rallié à l’empire sans toutefois cautionner un regime
autoritaire

 sert de caution libérale au regime dans le but de devancer Thiers aux elections.

Le 8 mai 1870 : le texte du plebiscite portant sur les reformes liberales operées sur la constitution depuis 1860
par l’empereur avec le concours des grands corps d’ Etat -> grande adhesion

Les libéraux essuyent un nouvel echec, leur progres semble arreté . Dans le même temps la France est implique
dans une guerre avec la Prusse le 19 juillet 1870 -> fragilisé le pouvoir

Dans le même temps debut du siege de Paris par les prussiens en septembre 1870 en reaction en les evenement
de la Commune de Paris le 20 avril 1871 volonté que la France continue la guerre contre la Prusse.
Le 2 septembre Nap III prisonnier Sedan, ce desastre militaire ouvre le chemin du pouvoir à la reppublique de
Thiers. Republique déclaré le 4 sept, l’empire disparut seul les republicains libéraux representent une force
politique organisée-> gvt provisoire de la defense nationale composé de republicains libéraux doit faire face a
deux menace la Prusse et la Commune.

Election d’avril retblise la paix 10 mai 1871 et 21-28 mai semaine sanglante met fin à l’episode communard.

La république vaint les obstacle pour finalement definitivemnt instalée pa rladoption de l’ammendement wallon
qui fixe les lois constitutionelles qui reglen le regime.

Cette republique bien elle a été initié et marqué par la figure de Thiers elle débute une nouvelle ere sans lui
demission mai 1873

La republique marque l avictoire des libéraux republicians qui ont reussit mais Mac mahon elu Pdt de Rep et
legitimiste occupe le pvr en attendant le retour d’1 roi de broglie gouverne veritablement

Conclusion :

Durant tout le XIX L’histoire des libéraux français est jalonnée de crises et de révolutions, les victoires et les
echecs succedent, un coup dans l’opposition un coup au pouvoir et plus dans l’opposition

Le fait que les libéraux ne constituent pas un groupe relativement homogène, et parce qu’il est marqué par des
divergences profondes-> conclusion que les libéraux ont été plus tributaires des evenements qu’a l’initiatives de
ces derniers L’absence d’unité idéologique et d’organisation politique a rendu les libéraux dépendant de la
conjoncture, la periode de l’union libérale constitute d’une certain manière exemple d’initiative de la part des
libéraux mais seulement parce que ils se sont réunit dans l’union libérale

L’expression de Jean Touchard semble assez bien définir l’attitude des libéraux du moins jusqu à l’avenement de
la III republique qui initie une plus grande action des libéraux notammment des republicains libéraux.