Vous êtes sur la page 1sur 3

www.droitfrancais.tk

www.droits.forumactif.org

www.facebook.com/Fsjest.etudiants

Résumé général de la matière «Instruments de paiement et de crédit» « Chapitre du Chèque»

Introduction :

Le chèque est un moyen de paiement scriptural utilisant le circuit bancaire. Il est généralement utilisé pour faire transiter de la monnaie d'un compte bancaire à un autre. Le chèque est un document écrit, valable entre 6 mois et 1 an et 8 jours selon les lois du pays de l'émetteur. Celui-ci est un moyen par lequel, le « tireur » (celui qui signe le chèque) donne l'ordre au tiré (une banque ou un autre organisme prévu par la loi) de payer sur présentation et sans délai (paiement à vue) un montant donné au bénéficiaire.

Pour ce qui est de son origine, elle fut fixée à différente période de notre histoire .Au 17 ème siècle certains auteurs estiment que le terme comme l’institution, serait d’origine anglaise (to check= vérifier), d’ ailleurs la banque d’Angleterre qui avait le monopole des billets de banque, les banquiers qui ne pouvaient plus émettre ces billets inventèrent en 1742 le chèque comme autre forme de monnaie scripturale. Mais, cette attribution, n’est sans doute pas incontestable, on peut se demander si, à l’ imitation d’un nombre de techniques utilisées dans la lettre de change, et notamment l’aval le terme n’aurait pas une origine arabe.

En 1826 le chèque est apparu en France et fut introduit par la loi de juin 1865, mais son usage est resté peu répandu jusqu’à la seconde guerre mondiale.

Au Maroc, le chèque n’a pu voir le jour qu’après l’institution des banques au 19éme siècle. Le 1er dahir qui a réglementé le chèque est celui du 19 janvier 1939 (rendait applicable les règles de la convention de Genève de 1931).

En 1962 le code pénal sanctionne l’émission de chèque sans provision ; ultérieurement,

commerce de 1996

régit les effets de commerce

dans les articles 159 à 328

le code de

Partie 1 : Les caractéristiques du chèque

A- Sa création : Deux grands principes dominent le droit du chèque :

La validité de ce titre est soumise à des exigences de forme très strictes. Le chèque est obligatoirement un instrument de paiement à vue, ce qui exclut toute possibilité de crédit Le chèque est un titre formel et littéral, il doit obéir à certaines exigences de forme très strictes ; Pour qu’il soit valable le chèque doit contenir les énonciations suivantes : La dénomination « chèque »insérée dans le texte même du titre - L’ordre de payer une somme d’argent déterminée- Le nom de celui qui doit payer(le tiré)

i n s t r u m e n t s

d e

p a i e m e n t

e t

d e

c r é d i t

S e m e s t r e

4

Page 1

www.droitfrancais.tk

www.droits.forumactif.org

www.facebook.com/Fsjest.etudiants

L’indication du lieu ou le paiement doit s’effectuer (à défaut, le lieu est présumé celui indiqué à coté

du nom du tiré - L’indication de la date et du lieu ou le chèque est créé- La signature de celui qui émet le

chèque.

Toute omission de ces mentions obligatoires, rend le chèque non valable, mais il peut être considéré comme une reconnaissance de dette.

: Émettre un chèque signifie donner l’ordre à sa banque de payer une tiers personne grâce

aux provisions sur le compte. Lorsque le bénéficiaire du chèque l’encaisse, son compte est crédité du montant indiqué, tandis que le compte de l’émetteur est débité de cette somme. En cas de litige, la banque peut fournir la photocopie recto du chèque émis qui a été encaissé. Le verso, lui, contient des informations

B- L’émission

confidentielles qui relèvent des modalités d’encaissement. C’est pourquoi, la banque qui est tenue au secret bancaire, n’a pas le droit de faire la photocopie du verso.

1Parties (tireur, tiré, bénéficiaire)

--Tireur : titulaire du compte, personne capable --Tiré : banque tenant le compte du tireur, Le tiré, c'est-à-dire la personne à qui l'ordre de payer est donné ne peut être qu'un établissement de crédit, un prestataire de services d'investissement, le Trésor public, la Caisse des dépôts et consignations ou la Banque de France (C. mon. fin., art. L. 131-4). -- Bénéficiaire : Personne désignée comme destinataire des fonds, ne peut être un incapable (mineur ou majeur sous protection)

2 Provision :

L'augmentation du nombre des chèques émis sans la provision nécessaire et les perturbations qu'elles entraînent dans les circuits commerciaux ont amené les pouvoirs publics à réglementer de façon de plus en plus stricte cette matière, en donnant aux banquiers une grande importance dans la prévention de l'émission de chèques sans provision et, d'autre part, en mettant en place un système de répression strict. Le banquier tiré ne peut refuser le paiement d'un chèque pour défaut de provision suffisante qu'après avoir informé le titulaire du compte des conséquences du défaut de provision, par tout moyen approprié mis à disposition par le titulaire du compte. Le banquier tiré, qui a refusé en tout ou en partie le paiement d'un chèque pour défaut de provision suffisante, est tenu d'enregistrer l'incident au plus tard le deuxième jour ouvré suivant son refus de paiement.

Dans de tels cas, l'absence ou l'insuffisance de la provision sera considérée comme constituant le motif déterminant du rejet et entraînera l'application de la procédure applicable aux chèques sans provision

(injonction, interdiction

- d'irrégularité substantielle du titre - d'opposition régulière au paiement du chèque - de prescription du

chèque - d'incapacité ou de défaut de pouvoir du tireur .

) sauf en cas :

C- Transmission :

Le chèque « au porteur » : C’est un chèque émis avec mention « au porteur » sans indiquer le nom d’une personne déterminée et qui peut circuler par simple transmission matérielle. Le chèque « à ordre » : Ou à « personne déterminée », est un chèque nominatif qui se transmet par voie de

l’endossement ;

-L’endossement : est la signature au verso du chèque pour permettre sa circulation, il peut être soit :

i n s t r u m e n t s

d e

p a i e m e n t

e t

d e

c r é d i t

S e m e s t r e

4

Page 2

www.droitfrancais.tk

www.droits.forumactif.org

www.facebook.com/Fsjest.etudiants

1--Translatif de propriété : En transmettant tout les droits qui en résultent du chèque et notamment la

provision ; l’endossement peut ne pas désigner le bénéficiaire et donc, prend la forme d’un endossement dit

en blanc.

2--Endossement de procuration : Qui résulte de la mention « pour encaissement » ou « par procuration », et

qui donne mandat au banquier de le présenter au paiement.

L’endossement a pour effet la responsabilité solidaire des endosseurs et l’inopposabilité des exceptions

Partie 2 : Ses différentes formes :

Le chèque émis peut revêtir l’une des formes suivantes :

- -Le chèque barré : Est un chèque dont la formule est frappée de deux barres parallèles au recto et qui ne peut à raison de se barrement, il ne peut être Payé qu’à un banquier ou à centre de chèques postaux ou à un client du tiré. C’est un moyen pur et simple de limiter le risque d’ utilisations frauduleuses en obligeant l’encaissement par l’intermédiaire d’une banque. Le barrement revêt deux formes :

Général : lorsqu’il ne porte entre les barres aucune désignation ou la mention « établissement bancaire » ou terme équivalent. Le paiement du chèque a barrement général ne peut l’être par le tiré qu’à l’un de ses clients ou à un établissement bancaire ; Le paiement de celui spécial ne peut l’être par le tiré qu’à l’établissement bancaire désigné ou si, celui-ci est le tiré qu’ ’ à son client

la présentation au paiement dans le

délai légal, le bénéficiaire peut exiger du tireur de faire certifier le chèque au prés de la banque tirée ; Cette dernière s’engage à maintenir la provision bloquée à son profit.

La certification du chèque résulte de la signature du tiré au recto au moyen d’un procédé mécanique de marquage ou d’impression indélébile offrant toute garantie et sécurité .Cette opération a donc pour effet de bloquer la provision au profit du s porteur sous la responsabilité du tiré jusqu’ au terme du délai de la présentation .

--Le chèque certifié : Pour s’assurer du règlement du chèque lors de

--Chèque visé : Le visa se fait par l’apposition de la signature du banquier au recto du chèque, cela n’a pour effet que de constater l’existence de la provision à la date donnée sans entrainer le blocage de la provision. Le chèque de voyage, chèque de banque particulier, établi pour une somme standard pré-imprimée, que le client achète à une banque. Selon les pays, il est accepté facilement ou non, soit en paiement à des commerçants, soit pour retrait dans des banques.

--Chèque avalisé : Le chèque peut être l’objet d’un aval(c a d être garanti) pour tout

montant ; Donc, le donneur d’aval est tenu de la même manière que celui dont il s’est porté garant jusqu’à l’expiration du délai de présentation L’aval est exprimé par la mention « bon pour aval » ou autre terme équivalent, sur le chèque ou une allonge, et doit indiquer pour le compte de qui il est donné.

ou partie de son

--Le chèque de retrait : permettant d'effectuer des retraits d'espèces aux guichets des banques du réseau de la banque émettrice.

Med Benayad

i n s t r u m e n t s

d e

p a i e m e n t

e t

d e

c r é d i t

S e m e s t r e

4

Page 3