Vous êtes sur la page 1sur 32

Fran

Cambodge

e

LA REVUE DU 14 JUILLET 2007

Fran C ambodge e LA REVUE DU 14 JUILLET 2007

ÉDITO

edayeTIbEt)anmkdl;TIRkugPMñeBjkalBIbu:nµans)aþh_munenH xMJúmanesckIþ

CaelIkTImYy

esamnsSrIkrayeday)ancUlrYmR)arB§BiFIbuNüCati14kkáda

rbs;xMJúenARbeTskm<úCaCamYyGs;elak-elakRsI .

RBHkruNa

RBH)aTsemþc RBHbrmnaf neratþm sIhmunI RBHmhakSRtén RBHraCaNacRkkm<úCa

CamYynwgRBHraCdMeNIrTsSnkic©pøÚvrdæenARbeTs)araMgrbs;

qñaMknøgeTAenHCaqñaMmYyeBareBjeTAedayTMnak;TMng

 

neya)ay

RBwtiþkarN_vb,Fm’

nigsmiTi§plesdækic©CaeRcIn

.

RBwtiþkarN_TaMgenH

)anbgðajeGayeXIjBITMnak;TMngd¾l¥RbéBrvagRbeTseyIgTaMgBIr .

RBwtiþbRtenH )aneRCIssRmaMg]TahrN_mYycMnYnsIþBIPaBCaédKU )araMg- km<úCa edIm,IqøúHbBa©aMgBIskmµPaBd¾rs;revIkTaMgenH .

Cabzm mankic©shRbtibtiþkarkñúgvis½yEfrkSaÉksarcas;² vis½y vb,Fm’ nigRbvtiþsaRsþ tamry³kmµviFI “Bibliotheca Khmerica” nigkñúgkarelIksÞÜyyuvsil,kr TaMgkñúgvis½ysil,³rUbI nigsil,³elIqak ehIy k¾manGtßbTmYysIþBIkarCYsCulR)asaT)aBYneLIgvij EdlkMBugEtdMeNIrkar enAGgÁredaysala)araMgcugbUBa’ .

kic©shRbtibtiþkar)araMg-km<úCak¾rYmcMENkpgEdrkñúgkarRbyuT§RbqaMg

nwgPaBRkIRk

tamry³KeRmagmYycMnYnEdlpþl;hirBaØb,TanedayTIPñak;gar

GPivDÆn_)araMg

(AFD)

kñúgvis½ydMNaMekAsU‘CalkçN³RKÜsar b¤vis½ymIRkÚ-

\NTan .

TIbBa©b; eyIgxJMúk¾)ankMNt;TisedAskmµPaBeq<aHeTArkkarGPivDÆn_esdækic©

dUc)anbgðaj[eXIjrYcmkehIy

nigkarbNþúHbNþalbec©kviTüapgEdr

tamry³kargarbegIát

:nUvkMNt;sMKal;PUmisaRsþEdlRtUv)ankarBar

:

(Indications Géographiques Protégées) b¤tamry³lT§plkargar

rbs;viTüasßanbec©kviTüakm<úCa . eRkABICMnYyrbs;rdæ Rkumhu‘nvisVkmµkUminExµr (Comin Khmere) k¾Ca]TahrN_bBa¢ak;GMBIsmtßPaBrbs;shRKin)araMg nana kñúgkarbegIátnUvePaKRTBüedIm,ICaKuNRbeyaCn_dl;RbeTsm©as;pÞH .

xJMúsUmRbsiT§BrbvrmhaRbesIrCUncMeBaH

kñúg»kasbuNüCatieyIgenH RbCaCn)araMg nigkm<úCaTaMgGs; .

hSg;-RhVg;sV½r edm:aEh‘Sr ÉkGKÁrdæTUt)araMgRbcaMkm<úCa

edm:aEh‘Sr ÉkGKÁrdæTUt)araMgRbcaMkm<úCa © Ministère des affaires Étrangères et européennes.

© Ministère des affaires

Étrangères et européennes. Photo F. de La Mure

Arrivé à Phnom Penh il y a à peine quelques semai- nes, je me réjouis de célébrer parmi vous mon premier quatorze juillet cambodgien.

Marquée par la visite d'État en France de Sa Majesté Norodom Sihamoni, Roi du Cambodge, l'année écoulée a été riche en contacts politiques, évènements culturels et réalisations économiques qui ont permis de souligner la qualité et l'excellence des relations entre nos deux pays.

Cette revue a ainsi sélectionné quelques exemples de partenariats franco-cambodgiens à même d'illustrer cette vitalité.

Tout d'abord dans les domaines de la mémoire, de la culture et de l'histoire, avec la "Bibliotheca Khmerica", des parcours de jeunes artistes, tant dans le domaine des arts visuels que de la scène, et un article sur la restauration du Baphuon que mène l'École française d'Extrême-Orient à Angkor.

La coopération franco-cambodgienne c'est aussi la lutte contre la pauvreté avec les projets financés par l'Agence Française de Développement en faveur de l'hévéaculture villageoise ou du micro-crédit.

Enfin, nos actions sont également orientées vers le développement économique et les formations technolo- giques comme le montrent le travail novateur mené sur les indications géographiques protégées ou le bilan de l'Institut de Technologie du Cambodge. En dehors de toute aide de l'État, l'exemple de la société d'ingénierie Comin Khmère illustre parfaitement la capacité des entrepreneurs français à créer de la richesse au profit de leur pays d'accueil.

À toutes et à tous, Français et Cambodgiens, j'adresse mes meilleurs vœux à l'occasion de notre fête nationale.

Jean-François Desmazières Ambassadeur de France au Cambodge

matika

matika eFVI[sñaédesovePAcas;²rbs;Exµrrs;eLIgvij 20 mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg ³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr 2 2

eFVI[sñaédesovePAcas;²rbs;Exµrrs;eLIgvij 20

mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg ³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr

22

³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr 2 2 karCYsCulR)asaT)aBYneLIgvij 24
³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr 2 2 karCYsCulR)asaT)aBYneLIgvij 24

karCYsCulR)asaT)aBYneLIgvij

24

dMNaMekAs‘UCalkçN³RKÜsar

26

dMNaMekAs‘UCalkçN³RKÜsar 26
mIRkU\NTan 27

mIRkU\NTan

27

sURtesomrab

28

sURtesomrab 2 8

KWCa{sBaØabBa¢ak;BItMbn;énplitpl}b¤?

viTüasßanbec©kviTüakm<úCa 29

viTüasßanbec©kviTüakm<úCa

29

Rkumhu‘nkUminExµr CaeCaKC½yrbs;)araMg

30

Rkumhu‘nkUminExµr CaeCaKC½yrbs;)araMg 30

4

29 Rkumhu‘nkUminExµr CaeCaKC½yrbs;)araMg 30 4 CMnYbCamYyyuvCnExµrEdlniymPasa)araMg 31

CMnYbCamYyyuvCnExµrEdlniymPasa)araMg

31

rUbPaBénRBwtþikarN_knøgeTA

18

31 rUbPaBénRBwtþikarN_knøgeTA 18 20 6 17 17 31 31 1 8 1 8 18 18 1

20

6

31 rUbPaBénRBwtþikarN_knøgeTA 18 20 6 17 17 31 31 1 8 1 8 18 18 1
31 rUbPaBénRBwtþikarN_knøgeTA 18 20 6 17 17 31 31 1 8 1 8 18 18 1

1717 3131

1818 1818

1616 3030

2626 2626

Revue éditée à l’occasion du 14 juillet 2007

Directrice de la publication :

Fabyène Mansencal - Service de presse Ambassade de France Équipe de rédaction :

Louis Arsac, Eric Beugnot, Hervé Conan, Rodolphe Courpied, Jean-Jacques Donard, Dominique Freslon, Moncef Meddeb, Muriel Piffeteau, Guillaume Prévost, Pascal Royère, Alain Troulet. Traduction :

You Phally, Tung Soklim Graphisme, mise en page :

Jerôme Hivert, Than Thanaren Crédits Photographiques : AFD, Artstudio, CCF, Centre Bophana, Comin Khmere, ministère des Affaires étrangères et européennes, SCAC, Stéphane Janin. Impression : JSRC Printing House

2

8 22

15152929

13132727

10102424

Retrouver les articles sur www.ambafrance-kh.org

10 10 24 24 Retrouver les articles sur www.ambafrance-kh.org Ambassade de France, 1, boulevard Monivong Phnom

Ambassade de France, 1, boulevard Monivong Phnom Penh Tél : 023 430 032 / Fax : 023 430 047

SOMMAIRE

Phnom Penh Tél : 023 430 032 / Fax : 023 430 047 SOMMAIRE RÉVEILLER LA

RÉVEILLER LA MÉMOIRE ÉCRITE DU CAMBODGE

6

UNE PÉPINIÈRE DE JEUNES ARTISTES CAMBODGIENS

8

6 UNE PÉPINIÈRE DE JEUNES ARTISTES CAMBODGIENS 8 LA RESTAURATION DU BAPHUON 10 L’HÉVÉACULTURE FAMILIALE
6 UNE PÉPINIÈRE DE JEUNES ARTISTES CAMBODGIENS 8 LA RESTAURATION DU BAPHUON 10 L’HÉVÉACULTURE FAMILIALE

LA RESTAURATION DU BAPHUON

10

L’HÉVÉACULTURE FAMILIALE

12

DU BAPHUON 10 L’HÉVÉACULTURE FAMILIALE 12 LE MICRO CRÉDIT 13 LA SOIE DU CAMBODGE, UNE “MARQUE
DU BAPHUON 10 L’HÉVÉACULTURE FAMILIALE 12 LE MICRO CRÉDIT 13 LA SOIE DU CAMBODGE, UNE “MARQUE

LE MICRO CRÉDIT

13

LA SOIE DU CAMBODGE, UNE “MARQUE DE TERRITOIRE” ? 14

LA SOIE DU CAMBODGE, UNE “MARQUE DE TERRITOIRE” ? 1 4 L’INSTITUT DE TECHNOLOGIE DU CAMBODGE
LA SOIE DU CAMBODGE, UNE “MARQUE DE TERRITOIRE” ? 1 4 L’INSTITUT DE TECHNOLOGIE DU CAMBODGE

L’INSTITUT DE TECHNOLOGIE DU CAMBODGE

15

COMIN KHMERE, UNE RÉUSSITE FRANÇAISE

16

COMIN KHMERE, UNE RÉUSSITE FRANÇAISE 1 6
PORTRAITS 17

PORTRAITS

17

RETOUR SUR IMAGES

18

RETOUR SUR IMAGES 1 8

RÉVEILLER LA MÉMOIRE ÉCRITE DU CAMBODGE

Fran

Cambodge

e

RÉVEILLER LA MÉMOIRE ÉCRITE DU CAMBODGE Fran C ambodge e Bibliothèque Nationale du Cambodge © BNC

Bibliothèque Nationale du Cambodge © BNC VALEASE

RÉVEILLER LA MÉMOIRE ÉCRITE DU CAMBODGE

Conserver et communiquer une collection de livres unique au Cambodge

Malgré les disparitions, les destructions et les dégradations dues à l’histoire récente du pays, la Bibliothèque Nationale du Cambodge (BNC) possède encore près de 500 livres anciens en langues française et khmère consacrés au Cambodge, des cen- taines de numéros de revues datant d’avant 1975 et 800 ouvrages rares en français sur l’Indochine. Ces livres sont fragiles, certains sont en mauvais état, et il est difficile de les communiquer tels quels au public. Il s’agit de textes étudiant la culture cambod- giène dans tous ses aspects : géographique, économique, historique, littéraire, religieux, etc. Il fallait trouver un moyen pour mettre cette importante collection à dispo- sition du public, d’autant que beaucoup renferment des dessins, estampes, photogra- phies, cartes et plans rarement vus et intéressant au plus haut point spécialistes et amoureux de la civilisation khmère.

point spécialistes et amoureux de la civilisation khmère. Planche issue de l’exposition sur la numéri- sation

Planche issue de l’exposition sur la numéri- sation © BNC VALEASE

de l’exposition sur la numéri- sation © BNC VALEASE exemples d’archives numérisées © BNC VALEASE Une

exemples d’archives numérisées © BNC VALEASE

VALEASE exemples d’archives numérisées © BNC VALEASE Une solution : la numérisation des livres De là

Une solution : la numérisation des livres

De là est née l’idée de scanner les ouvrages les plus anciens et les plus intéres- sants, et de les rendre accessibles à la fois sur le serveur central de la Bibliothèque Nationale du Cambodge, sur dévédéroms et bientôt sur Internet. L’Ambassade de France a grâce au projet du Fonds de Solidarité Prioritaire de Valorisation de l’Écrit en Asie du Sud-Est (FSP VALEASE) entrepris de conserver et promouvoir la mémoire livresque du Cambodge. Plusieurs livres ont été restaurés mais le contenu de l’ensemble du fonds doit être préservé et porté à la connaissance du public. C’est la raison pour laquelle a été lancé un vaste programme de numérisation du Fonds « Cambodge » de la Bibliothèque nationale, intitulé « Bibliotheca Khmerica ».

UNE SALLE MULTIMÉDIA AU CCF

Fran

Cambodge

e

UNE SALLE MULTIMÉDIA AU CCF Fran C ambodge e Salle multimédia du CCF © CCF Une

Salle multimédia du CCF © CCF

Une salle multimédia au CCF

Du papier à l’électronique

La numérisation, menée par une entreprise khmère employant de jeunes ingénieurs cambodgiens francophones

issus de l’Institut de Technologie du Cambodge, consiste à photographier chaque livre page par page. Chaque photo est ensuite retravaillée, nettoyée et recadrée. L’œuvre est alors reconstituée en livre électronique, en format PDF. Il ne s’agit alors que d’un livre de pages numérisées en mode image, inséré dans une base de données. Une partie des livres a été ressaisie en mode texte intégral, permettant une recherche textuelle dans la base de don- nées. Un travail semblable a été mené pour les revues anciennes, en coopération avec le Centre d’Études khmères et un jeune chercheur français. Beaucoup reste à faire, en particulier avec les bibliothèques de Phnom Penh qui possèdent des livres anciens : Institut bouddhique, Musée des Beaux arts, Bibliothèque Hun Sen.

Un fonds déjà accessible sur le serveur de la BNC

Les amateurs de livres anciens peuvent déjà prendre connaissance du contenu des livres numérisés en se rendant dans la Salle patrimoniale de la Bibliothèque nationale du Cambodge. Ils pourront faire des recherches documentaires à partir de mots clés et lire les livres sur un écran, en atten- dant que soit lancé, en octobre prochain, un vaste programme de reproduction à l’identique des livres anciens libre de droits d’auteur, qui pourront être prêtés à domicile. Les photographies que contiennent ces livres ont déjà fait l’objet d’un traitement particulier et sont dès maintenant accessibles sur Internet en consultant le site de la BNC.

accessibles sur Internet en consultant le site de la BNC. Une bibliothèque électronique indochinoise en cours
accessibles sur Internet en consultant le site de la BNC. Une bibliothèque électronique indochinoise en cours

Une bibliothèque électronique indochinoise en cours de constitution

Les

bases

de

données

Bibliotheca Khmerica (livres numérisés) et Cambodiana (photos numérisées) ainsi constituées font

partie d’un ensemble plus vaste, la « Bibliotheca Indosinica », qui associe les bibliothèques nationales du Laos et du Vietnam.

Une collection de plus de 2 000 ouvrages présentant la culture de la péninsule indochinoise seront accessibles en ligne. Les ouvrages francophones seront intégrés au Réseau francophone des Bibliothèques nationales numériques que pré- parent l’Organisation internationale de la Francophonie et les bibliothèques nationales de Belgique, du Canada, de France, du Luxembourg, du Québec et de Suisse.

LA MÉDIATHÈQUE DU CENTRE CULTUREL DE PHNOM PENH VIENT DOUVRIR AU PUBLIC UNE SALLE MULTIMÉDIA DÉDIÉE À LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE. CETTE NOUVELLE SALLE EST OUVERTE DU LUNDI AU SAMEDI DE 13 HEURES À 19 HEURES .

ÉQUIPÉE DE 9 ORDINATEURS, CETTE SALLE PERMET AU PUBLIC DE DIVERSIFIER SES SUPPORTS DE RECHERCHES : AUX DICTIO- NNAIRES ET ENCYCLOPÉDIES PAPIER SAJOUTERONT DÉSORMAIS LES RESSOURCES SUR INTERNET, SUR CD ROMS ET SUR DES BASES DE DONNÉES LOCALES.

L’ÉQUIPE DE LA MÉDIATHÈQUEPROPOSERA UNE ASSISTANCE MÉTHODOLOGIQUE POUR TOUTES LES RECHERCHES EN FRANÇAIS SUR CD ROM ET SUR INTERNET : CONNAISSANCE DES OUTILS DE RECHERCHE SUR INTERNET (MOTEURS, ANNUAIRES, MÉTAMOTEURS DE RECHERCHE), SÉLECTION DE SITES, VEILLE DOCUMENTAIRE.

LA CONSULTATION DES BASES DE DON- NÉES CRÉÉES RÉCEMMENT SUR LE CAMBODGE Y SERA PRIVILÉGIÉE. DEPUIS 4 ANS, DATE DE LA CRÉATION DU FONDS DE SOLIDARITÉ PRIOR- ITAIRE POUR LA VALORISATION DE L’ÉCRIT EN ASIE DU SUD-EST, DEUX BASES DE DONNÉES NUMÉRIQUES SUR LE CAMBODGE ONT VU LE JOUR :

CAMBODIANA

CAMBODIA PERMETTANT LA CONSULTA-

TION DE 3000 ILLUSTRATIONS DE LIVRES ANCIENS EN FRANÇAIS SUR LE CAMBODGE.

KHMERICA

KHME PROPOSANT DÉJÀ QUELQUES

300 LIVRES ANCIENS EN FRANÇAIS SUR LE CAMBODGE NUMÉRISÉS, ET CE NEST QUUN DÉBUT.

UN RÉPERTOIRE ENRICHI DES AUTEURS KHMERS EST EN COURS DE PRÉPARATION :

OUTRE LÉDITION PAPIER DE CE RÉPERTOIRE, IL EST PRÉVU UNE VERSION SUR DVD ET UNE MISE EN LIGNE.

CETTE NOUVELLE SALLE SERA DISPONIBLE TOUS LES MATINS POUR LORGA- NISATION DE COURS AVANCÉS EN FRANÇAIS ASSISTÉS PAR ORDINATEUR OU POUR DAUTRES FORMATIONS ORGANISÉES EN PARTENARIAT AVEC LES SERVICES DE COOPÉRATION CULTURELS OU LINGUISTIQUES FRANCOPHONES.

www.bnc-nlc.info, www.valease.org
www.bnc-nlc.info,
www.valease.org

7

UNE PÉPINIÈRE DE JEUNES ARTISTES CAMBODGIENS AU CENTRE CULTUREL FRANÇAIS

Fran

Cambodge

e

UNE PÉPINIÈRE DE JEUNES ARTISTES CAMBODGIENS AU CENTRE CULTUREL FRANÇAIS

DE JEUNES ARTISTES CAMBODGIENS AU CENTRE CULTUREL FRANÇAIS La politique culturelle menée par le CCF du

La politique culturelle menée par le CCF du Cambodge se développe autour de deux axes principaux : diffusion de la culture française et promotion de la jeune création khmère.

L’émergence au Cambodge de nouveaux talents conjuguée à l’absence de moyens et de terrain d’expression a incité le Centre culturel à dédier une part croissante de ses moyens à soutenir la nouvelle création au Cambodge .

Il s’agit à la fois d’encourager des artistes prometteurs à poursuivre dans la voie difficile qu’ils ont choisie, de sortir de la confidentialité et de leur offrir la possibilité de s’exprimer librement et d’inscrire ainsi le Centre culturel comme un des précurseurs du soutien à la renaissance de la culture khmère.

Les

arts

visuels

Les expositions des jeunes artistes cambodgiens attirent un public de plus en plus nombreux. Exposition de Thor Vutha photo : © CCF

des jeunes artistes cambodgiens attirent un public de plus en plus nombreux. Exposition de Thor Vutha

L’espace d’accueil du CCF est l’un des plus grands lieux d’exposition de la ville. Il accueille en alternance, et au rythme d’une exposition mensuelle, production française et nouvelle production locale. Ces deux fils conducteurs se rejoignent systématiquement à l’occasion des évènements culturels en provenance de France qui comportent un volet « rencon- tre/formation », voire « création » avec artistes locaux ou étudiants des Beaux- arts. L’exemple le plus récent était les ate- liers de graphisme montés en avril dernier par le bédéaste Séra à Phnom Penh et à Battambang.

par le bédéaste Séra à Phnom Penh et à Battambang. www.ccf-cambodge.org Les jeunes plasticiens qui tentent
www.ccf-cambodge.org
www.ccf-cambodge.org

Les jeunes plasticiens qui tentent de sortir de l’académisme des règles picturales traditionnelles khmères ont pu trouver au CCF l’accueil qu’ils n’auraient pas forcément trouvé ailleurs. Parmi eux, Srey Bandol, Nhem Deth, Thor Vutha ainsi que le jeune styliste de mode Lim Keopiseth ont pu exposer au grand public leur savoir-faire, leur spécificité et leur ambition artistique. Cette politique de promotion se prolongera jusqu’en 2008 avec l’exposition des travaux du collectif de jeunes photographes de la galerie Popil, puis du jeune peintre- bonze Net Sophileap et du surprenant autodidacte Soumey.

Enfin, n’oublions pas le festival de cinéma Cinémékong, véritable plate forme d’expression pour les jeunes vidéastes et documentaristes cambodgiens.

UNE PÉPINIÈRE DE JEUNES ARTISTES CAMBODGIENS AU CENTRE CULTUREL FRANÇAIS

Fran

Cambodge

e

La francophonie de demain

Le Festival Tini Tinou créé en 2004 par le Centre Culturel Français et désormais organisé par l’associa- tion Phare Ponleu Selpak. photo : © CCF - Stéphane Janin

© CCF
© CCF

DEPUIS SA CRÉATION EN 1992, LE CENTRE CULTUREL FRANÇAIS ACCUEILLE CHAQUE ANNÉE DANS SES COURS DE LANGUES 6000 APPRENANTS VENUS DE TOUS LES HORI- ZONS. CETTE TRÈS FORTE ACTIVITÉ DEN- SEIGNEMENT EN FAIT AUJOURDHUI UN ACTEUR MAJEUR ET INCONTOURNABLE DE LA FRAN- COPHONIE AU CAMBODGE.

DISPOSANT DUNE LARGE GAMME DE COURS POUR UN PUBLIC DIVERSIFIÉ, LE CENTRE FAIT AUSSI LE PARI DE LAVENIR GRÂCE À UNE OFFRE SPÉCIFIQUE DESTINÉE AUX ENFANTS ET ADOLESCENTS.

les arts de

la scène

VÉRITABLE PÉPINIÈRE DE LA FRANCOPHO- NIE DE DEMAIN, 1000 ENFANTS DE 6 À 10 ANS FRÉQUENTENT CHAQUE JOUR LÉTABLISSE- MENT OÙ UN ENSEIGNEMENT DE FRANÇAIS PRÉCOCE LEUR EST PROPOSÉ.

CONSCIENT DE LENJEU QUE REPRÉSENTE CE PUBLIC POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA LANGUE FRANÇAISE AU CAMBODGE, UNE MÉDIATHÈQUE JEUNESSE ANIMÉE PAR DES PROFESSIONNELS À ÉTÉ RÉCEMENT OUVERTE.

EN RENFORÇANT ET EN AMELIORANT SA POLITIQUE EN FAVEUR DU JEUNE PUBLIC, LE CENTRE CULTUREL PARTICIPE AU RENOU- VELLEMENT DUNE FRANCOPHONIE VIVANTE RÉSOLUMENT TOURNÉE SUR LE MONDE CONTEMPORAIN.

Un autre français d’origine cambodgien- ne, Randal Douc, a pu bénéficier dans le domaine du théâtre du dispositif

« rencontre/formation/création » et monter au CCF, avec de jeunes comédiens locaux, la version khmère de sa pièce « Les hommes désertés ».

Parallèlement, le CCF s’attache à promouvoir les jeunes troupes qui maintiennent en vie les formes traditionnelles de théâtre local, comme le Lakhon Kaol ou le Yiké et qui se sont produits récemment dans ses murs. Pour structurer et pérenniser ce soutien, un nouveau festival annuel, regroupant toutes les formes de théâtre parlé, chanté ou mimé, verra le jour à l’automne prochain.

Dans le champ musical, il s’agit de soutenir les formes traditionnelles en voie de disparition comme le Chapey ou les instruments Sneng et Ksé Deav . Ce soutien à la tradition n’em- pêche pas la promotion, à travers leur participation à la Fête de la musique, des groupes de la nouvelle scène cambodgienne ou des inventifs élèves de l’école de musique de l’as- sociation Phare Ponleu Selpak (PPS) de Battambang.

Concert de Ksé Deav photo : © CCF
Concert de Ksé Deav
photo : © CCF

Avec PPS et son école de cirque, nous touchons sans doute ici à la plus spectaculaire réussite de la coopération culturelle française au Cambodge. En effet, prenant appui sur la dynamique locale insufflée par cette association, le Centre Culturel a développé un important programme de soutien au nouveau cirque cambodgien. Le succès croissant du Festival Tini Tinou, initié en 2004, a permis de révéler sur la scène inter- nationale le talent très original des jeunes artistes de PPS. Ils ont pu participer aux « rencontre / formation / création » avec des troupes étrangères, puis partir en tournée en France, et enfin, se réapproprier l’organisation même du festival Tini Tinou, désormais établi chez eux à Battambang.

Ces différents projets sont le témoignage de l’engagement de la France en faveur de la diversité des arts, de l’innovation et du dialogue entre les cultures ; ils répondent au concept même de la diversité culturelle, à l’évolution du dialogue et de croisement des cultures pour un meilleur accès à cha- cune d’elle.

culturelle, à l’évolution du dialogue et de croisement des cultures pour un meilleur accès à cha-

SAUVEGARDE D’ANGKOR

Fran

Cambodge

e

Sauvegarde d’Angkor

LA RESTAURATION DU BAPHUON

Implanté au cœur de l’ancienne cité royale d’Angkor Thom, au sud du Palais royal, occupé sans discontinuité durant plusieurs siècles, le Baphuon est l’un des plus grands édifices religieux du Cambodge ancien. Structure pyramidale à trois étages surmontée de galeries pourtournantes, ce temple-montagne dédié au culte du Linga fut, d'après l'inscription de Sdok Kak Thom, construit au milieu du XIe siècle. Il fut probablement l’un des édifices majeurs autour duquel se structura la ville angkorienne au cours du siècle qui précéda la construction de l’enceinte d’Angkor Thom et de ses cinq portes monumentales.

Son anastylose*, entreprise par l’archéologue Bernard-Philippe Groslier alors directeur de la Conservation d’Angkor a du être interrompue en 1971 par la guerre. La disparition des archives du chantier en 1975 et l’étendue du champ de dépose en font un des chantiers les plus difficiles de l’espace angkorien.

Depuis 1995, le Baphuon fait l’objet d’un important programme de restauration, dont la maîtrise d’œuvre est confiée à l’École Française d’Extrême-Orient, sur financement du ministère français des Affaires étrangères et européennes, en parte- nariat avec l’Autorité cambodgienne APSARA. Ce projet est conduit dans le cadre de l’action coordonnée par le Comité international de coordination pour la sauvegarde d’Angkor.

Restauration du temple du Baphuon :

porte de l’enceinte Ouest. photo : © EFEO

Restauration du temple du Baphuon : porte de l’enceinte Ouest. photo : © EFEO
© EFEO
© EFEO

Le projet vise à consolider les trois étages de la pyramide et à restaurer les éléments de façade caractéristiques que sont les soubassements, galeries et sanctu- aires d’axes. Il intègre une dimension nouvelle à Angkor, en envisageant la conserva- tion et la restauration des deux états historiques du monument : le XI e siècle avec la restauration de la pyramide et le XVIe siècle au travers de la conservation de la sculp- ture colossale du Bouddha gisant sur le second étage de la façade ouest.

du Bouddha gisant sur le second étage de la façade ouest. * Anastylose : À l'origine

* Anastylose : À l'origine restauration des colonnes avec leurs éléments d'origine dûment identifiés, ce procédé de restauration s'applique aujourd'hui à une méthode de réédification d'un édifice ancien pouvant inclure des démontages préventifs et la mise en oeuvre de consolidation de structures.

et la mise en oeuvre de consolidation de structures. www.efeo.fr Bas relief du pavillon sud photo
www.efeo.fr
www.efeo.fr

Bas relief du pavillon sud photo : © EFEO

LA RESTAURATION DU BAPHUON

LA RESTAURATION DU BAPHUON Il s’agit de l’avant-dernière campagne de consolidation qui précède les travaux de

Il s’agit de l’avant-dernière campagne de consolidation qui précède les travaux de la face nord qui seront conduits durant l’hiver 2007/2008. Le visage de la statue du Bouddha couché est en cours de restitution, et son achèvement dans le courant de l’année devrait permettre d’ouvrir un second pavillon d’interprétation du monument à l’intention des visiteurs. Ce programme, le plus ambitieux entrepris à Angkor, a permis la forma- tion aux métiers de la restauration monumentale, d’archéologues, d’archi- tectes, de tailleurs de pierre, de maçons et charpentiers. Actuellement, 179 personnes sont employées sur ce chantier.

Actuellement, 179 personnes sont employées sur ce chantier. Les remontages de maçonneries en cours sur le

Les remontages de maçonneries en cours sur le troisième étage permet- tront de retrouver en partie la Tour de Bronze que Zhou Daguan, voyageur chinois, aperçut lors de son séjour à Angkor à la fin du XIIIe siècle. L’état historique du monument ne sera pas retrouvé en totalité en raison de sa disparition partielle lors de la grande refonte bouddhique du XVI e siècle. En revanche, les aménagements en cours de réalisation permettront d’ob- server les principales lignes architecturales du temple shivaîte du XI e siècle, tout en appréciant la monumentalité de la statue construite durant la période post-angkorienne.

En 2006, ce programme s’est vu décerner le Grand Prix de la Fondation Prince Louis de Polignac, sur recommandation de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Créée à Saigon en 1898, l’École française
de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Créée à Saigon en 1898, l’École française

Créée à Saigon en 1898, l’École française d’Extrême Orient est une institution centenaire mais toujours en pleine forme. Véritable temple du savoir, l’EFEO a toujours été un lieu de partage entre érudits locaux et savants. Ses trois grands axes de recherche sont l’archéologie et le pat- rimoine, les traditions écrites et orales, l’histoire et l’anthropologie. Dès 1907, la toute jeune école hérite d’un des plus grands chantiers archéologiques du monde : faire sortir de terre la cité Royale d’Angkor, chantier que l’EFEO dirigera jusqu’à l’arrivée des Khmers rouges. En 1992, l’EFEO a réouvert un centre à Phnom Penh puis à Siem Reap et relancé plusieurs chantiers de restauration dans le cadre d’une coopération internationale coordonné par l’Unesco.pour la sauvegarde du site d’Angkor. Aujourd’hui, l’action de l’EFEO se développe à l’international en multipli- ant coopérations et partenariats avec les ministères cambodgiens des Cultes et religions et de la Culture et des Beaux-Arts, avec l’Autorité APSARA, mais également les univer- sités françaises, l’Ecole pratique des hautes études et l’école des hautes études en sciences sociales, les uni- versité européennes et australiennes . Dans ce contexte, l’EFEO développe des travaux et des recherches pour le développement national et pour un tourisme de qualité. Elle participe ainsi à la lutte contre le trafic d’œuvres d’art, l’aide à la conser- vation des archives dans les pagodes, et s’inscrit logiquement dans un processus de formation et de transfert de connaissances par des participa- tions actives au sein des formations universitaires des pays hôtes.

L’HÉVÉACULTURE FAMILIALE

Fran

Cambodge

e

L’HÉVÉACULTURE FAMILIALE

un espoir pour des milliers de familles

L’hévéaculture familiale : un pari réussi

L’AFD a choisi la province de Kompong Cham, zone traditionnelle de culture de l’hévéa sur les « terres rouges » du Cambodge pour financer deux projets d’hévéaculture familiale .

La Direction Générale des Plantations d’Hévéas DGPH) avec l’appui du projet « Hévéaculture Familiale » financé par l’AFD a mis en place un dispositif de proximité, intégrant des équipes d’appui technique, la mise à disposition d’intrants de qualité (jardins à bois et pépinières) et d’un crédit long terme adapté.

bois et pépinières) et d’un crédit long terme adapté. Jardins à bois photo : © AFD

Jardins à bois

photo : © AFD

Les jardins à bois et les pépinières développés par le projet ont permis de diffuser des intrants (plants gref- fés) de qualité reconnue par les populations locales. Ainsi, les premières plantations réalisées en 1999 sont entrées en production en 2005 avec un rendement de 800 kg par hectare soit le double des prévisions de l’étude de faisabilité.

Par ailleurs, la forte augmentation du cours du caoutchouc naturel depuis 2004 a largement dynamisé le secteur des plantations familiales. En 2006, son développement spontané est estimé autour de 9.000 ha, la DGPH fait le pari qu’à l’horizon 2015 les plantations familiales pourraient représenter 50 000 à 100 000 ha.

L’hévéaculture, un secteur clé pour le développement du Cambodge

Parallèlement à sa politique de réduction de la pau- vreté, l’AFD intervient également, dans le cadre d’un pro- gramme PRCC (2) à la promotion du caoutchouc cam- bodgien sur les marchés internationaux au travers d’une certification reconnue par les acheteurs. Cette certi- fication, ajoutée aux améliorations de l’ensemble de la filière de transformation (de la récolte au séchage des balles de caoutchouc), permettra de vendre le caoutchouc cambodgien 20% plus cher. Le sous-décret sur la certi- fication du caoutchouc a été signé au début de juin 2007, et l’organisation récente de l’Asean Rubber Conference à Phnom Penh, appuyée par l’AFD, ont per- mis au caoutchouc cambodgien de revenir sur la scène internationale.

Le nouveau concours financier de l’AFD devrait permettre de met- tre en place les conditions d’une extension à grande échelle d’une hévéaculture familiale porteuse d’espoir pour de nombreuses familles pauvres des provinces défavorisées.

de nombreuses familles pauvres des provinces défavorisées. Collecte du latex produit par l’hévéa. photo : ©

Collecte du latex produit par l’hévéa.

photo : © AFD

(1) IRCC : Institut de Recherche Cambodgien sur le Caoutchouc (2) PRCC : Programme de Renforcement des Capacités Commerciales - cf encadré page 13

Un élément de la politique de réduction de la pauvreté

Depuis 1999, on estime que 3 000 nouveaux hectares d’hévéas ont été plantés grâce au projet dans la province de Kompong Cham, bénéficiant à près de 1 000 familles.

Sur la base de ces premiers résultats, il est raisonnable d’ envisager dans l’avenir un rendement de 1.500 kg/ha. Au prix actuel du marché estimé à 1 200 dollars la tonne, cela représente un revenu annuel moyen de l’ordre de 1 500 Dollars pour les petits planteurs.

Il reste néanmoins impératif de mettre en place un accès à un crédit long terme adapté aux spécificités des plantations d’hévéas pour permettre à des petits planteurs - exploitation de 2 à 3 ha - de bénéficier d’une telle opportunité : un crédit de 750 dollars sur 20 ans avec le premier remboursement au bout de 8 ans. Cette démarche accompagnée d’une aide à l’accès à un titre foncier, qui sert de garantie au prêt - a ainsi permis à 70% des familles du projet de sortir réellement « de la trappe de pauvreté ».

12

“LA MICRO-FINANCE EST LA CLÉ POUR BRISER LE CYCLE DE LA PAUVRETÉ”

Fran

Cambodge

e

“LA MICRO-FINANCE EST LA CLÉ POUR BRISER LE CYCLE DE LA PAUVRETÉ”

Telle est la devise de l’Association nationale de microfinance (Cambodia Microfinance Association), dans un pays où la pauvreté touche encore une part importante de la population.

La microfinance bénéficie à

un quart de la population cambodgienne

C’est au début des années 1990 et est exercée par 17 insti- tutions sous licence de la Banque Nationale du Cambodge. En 2006, 609.388 familles bénéficiaient de crédits pour un encours de 245 millions de dollars. Sur la base de 5,5 membres par familles, 3,3 millions de personnes bénéficieraient des services de la microfinance soit 24% de la population totale.

La microfinance touche plus de 100 millions de personnes dans le monde et de nombreuses études ont montré son impact positif en termes de lutte contre la pauvreté. Son « inventeur », Mohammed Yunus, qui a lancé l’activité au Bangladesh dans les années 1970, a reçu le prix Nobel de la paix en 2006.

www.afd.fr
www.afd.fr

Microfinance – Microcrédit – Crédit rural

LE TERME MICROFINANCE EST LE TERME GÉNÉRIQUE POUR DÉSIGNER LENSEMBLE DES SERVICES OFFERTS. IL POSE DES PROBLÈMES DE COMPRÉHENSION DANS LES CAMPAGNES ET CERTAINES INSTITUTIONS ONT TENTÉ DE LE REMPLACER PAR CELUI DE CRÉDIT RURAL. LE CRÉDIT OU MICROCRÉDIT EST LACTIVITÉ MAJORITAIRE DE LA MICROFINANCE, MAIS CERTAINES INSTITUTIONS COLLECTENT DES DÉPÔTS ET OFFRENT DAUTRES PRODUITS COMME DE LASSURANCE-VIE.

LES DEUX FORMES DE CRÉDIT LES PLUS COURANTS SONT :

- LE CRÉDIT SOLIDAIRE, ATTRIBUÉ À UN GROUPE DINDIVIDUS, COLLECTIVEMENT RESPONSABLES DE SON REMBOURSEMENT. IL SÉLÈVE DE 50 À 150 DOLLARS EN MOYENNE

- LE CRÉDIT INDIVIDUEL, PLUS RARE, QUI NÉCESSITE GÉNÉRALEMENT UNE GARANTIE ET QUI PEUT ALLER JUSQUÀ 2000 DOLLARS OU PLUS.

LA DURÉE DU CRÉDIT EST GÉNÉRALEMENT DE 12 MOIS POUR LES PREMIERS ET DE 24 MOIS POUR LES SECONDS. LES TAUX DINTÉRÊT VONT DE 2,5% À 3,5% PAR MOIS.

Un soutien continue de la coopération française

L’intervention de l’Agence Française de Développement (AFD) au Cambodge a démarré en 1993 par un soutien à plusieurs institutions de microfinance. Par des dons répétés (7 depuis l’origine pour 12 millions d’euros), des interventions en garantie (en 2005 pour qu’une institution puisse emprunter en Riel), des participations en capital via sa filiale Proparco, des actions de formation via son centre le CEFEB, elle a participé au développement du secteur, aussi bien auprès de plusieurss institutions de micro- finance, comme ACLEDA ou AMRET, que de la Banque Nationale du Cambodge.

Ce développement s’est toujours fait en synergie avec d’autres appuis de la coopération française, ce fut par exemple le cas des planteurs villageois d’hévéas (cf. page 15).

L’aventure d’AMRET, une des plus belles réussites dans ce secteur, est racontée avec brio et
L’aventure d’AMRET,
une des plus
belles
réussites dans ce
secteur, est racontée
avec brio et passion
par l’un de ses
fondateurs dans son
livre “ Une aventure
en microfinance”.

DES « MARQUES DE TERRITOIRE »

Fran

Cambodge

e

Le poivre de Kampot, la soie de Siem Reap, le riz de Battambang,

DES « MARQUES DE TERRITOIRE » ?

La richesse culturelle et le savoir-faire technique accumulé par les producteurs ruraux permettent aujour- d’hui au Cambodge d’offrir une palette de produits de grande qualité et dotée d’une certaine notoriété.

Le Programme de Renforcement des Capacités Commerciales (PRCC) actuellement en cours a pour objec- tif de promouvoir l’approche Indications Géographiques (IG) auprès des acteurs cambodgiens, à l’ancrer légalement et à développer une première IG pilote, véritable outil de valorisation commerciale.

L’indication Géographique (IG) permet aux producteurs de spécialités traditionnelles de protéger le nom de leurs produits, de la même façon qu’une marque commerciale signale la qualité du produit d’une entreprise. La reconnaissance en IG est une opportu- nité offerte aux producteurs de zones rurales pour valoriser les produits locaux traditionnels. L’IG peut être considérée comme « la marque du territoire ».

33
33

Les Indications Géographiques :

définition

L’indication Géographique doit aider les agriculteurs cambodgiens à mieux accéder aux marchés internationaux et valoriser à leur profit la renommée des produits traditionnels.

Les Indications Géographiques

pourquoi

traditionnels. Les Indications Géographiques pourquoi Un inventaire non exhaustif des produits cambodgiens

Un inventaire non exhaustif des produits cambodgiens éligibles à une IG a été réalisé : la Cardamome, la sauce de poisson fermenté ou Prahoc de Siem Reap, la soie du Cambodge, le poivre de Kampot, le riz de Battambang, le sucre de palme de Kampong Speu

Quels

produits

11
11

22

1/ Palmier à sucre 2/ Travail de la soie 3/ Culture du poivre à Kampot photos : © AFD

Le programme PRCC, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par le ministère du commerce en coordination avec le ministère de l’agri- culture, va mettre en place, à titre expérimental, une ou deux IG pour démontrer la pertinence de l’approche et promouvoir des produits tra- ditionnels cambodgiens sur le marché international à l’export, pour for- mer les cadres de ces ministères à l’instruction de nouvelles IG ainsi qu’au contrôle et à l’appui aux filières développées.

L’ONG française, le GRET accompagnera la mise en œuvre de ce programme.

L’ONG française, le GRET accompagnera la mise en œuvre de ce programme. Les prochaines étapes www.afd

Les

prochaines

étapes

www.afd .fr
www.afd .fr

L’INSTITUT DE TECHNOMOGIE DU CAMBODGE

L’INSTITUT DE TECHNOLOGIE DU CAMBODGE,

au service du développement

Fran

Cambodge

e

DU CAMBODGE, au service du développement Fran C ambodge e Visite de l’ITC de Mme Tasca,

Visite de l’ITC de Mme Tasca, présidente du groupe sénatorial d’amitié franco-cam- bodgien photos : ©ITC

La coopération française est présente à l'Institut de Technologie du Cambodge ( ITC) depuis 1993.

La vocation de l'Institut est de former les cadres techniques supérieurs participant à la reconstruction et au développement du Cambodge, ingénieurs et techniciens supérieurs en génie chimique, alimentaire, électrique et énergétique, en génie civil, informatique et communication, en génie industriel et mécanique, ainsi qu’en génie rural. Les langues de travail sont le khmer et le français pour le cycle des techniciens supérieurs et le français pour le cycle de formation des ingénieurs. Tous les étudiants apprennent également l'anglais.

Programme de Renforcement des Capacités Commerciales

LA COOPÉRATION FRANÇAISE SEST DOTÉE DUN OUTIL SPÉCIFIQUE POUR AIDER LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT À MIEUX SINSÉRER DANS LE COMMERCE MONDIAL :

LE PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS COMMERCIALES OU PRCC. IL PORTE À LA FOIS SUR LA CAPACITÉ DES PAYS À MIEUX ASSIMILER LES RÈGLES QUI RÉGISSENT LES ÉCHANGES INTERNA- TIONAUX ET SUR LAMÉLIORATION EFFEC- TIVE DE LEURS PERFORMANCES À LEXPOR- TATION. CO-FINANCÉ PAR LE MINISTÈRE DE LECONOMIE ET DES FINANCES ET MIS EN OUVRE PAR L’AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT, LE PRCC SOUTIENT 3 PROJETS AU CAMBODGE :

- LAMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DU CAOUTCHOUC ET SA COMMERCIALISATION AU MOYEN DE LA CERTIFICATION, (VOIR PAGE 10)

- LAPPUI AUX EXPORTATIONS TEXTILES INTÉGRANT UN SOUTIEN À UNE POLITIQUE DE FILIÈRE SOCIALEMENT RESPONSABLE (PROGRAMME « BETTER FACTORIES »)

- LA MISE EN PLACE DINDICATIONS GÉO- GRAPHIQUES VALORISANT LES PRODUITS CAMBODGIENS SUR LE MARCHÉ INTERNA- TIONAL.

L'admission à l'ITC résulte d'un con- cours très sélectif, et seuls les meilleurs bacheliers peuvent se présenter au test d'entrée. Pour favoriser l’accès des étudi- ants de province et des filles, la construc- tion d'un internat tout proche du campus, a permis, grace à l’aide de la France, de répondre à cet objectif. Le nombre total des étudiants en formation initiale est aujourd'hui de 1200.

L'équipe de direction de l'Institut est, depuis 2004, entièrement cambodgien- ne, de même que l'équipe pédagogique, composée de 120 enseignants, y com- pris les professeurs de langue française.

La qualité pédagogique des diplômes de l'ITC et l’adéquation avec l'économie nationale et régionale de son offre de for- mation sont reconnues : les débouchés des étudiants sont assurés, la majorité d’entre eux trouvant un emploi avant la fin de leurs études.

En formant des cadres tech- niques qualifiés, l’ITC joue un rôle moteur dans le développement économique du Cambodge, alors que son fonctionnement et la qualité de ses formations lui donnent valeur de modèle pour l’ensemble des établisse- ments de l’enseignement supérieur du pays et de la région.

Alors que son rôle régional s’accroît, et que les partenariats académiques se multiplient, ses perspectives d’évolution sont favorables. La mise en place d’un volet de recherche, le développement de partenariat avec les entreprises, la for- mation continue, le choix de nouvelles filières, lié aux secteurs d’activité économiques émergents dans le pays, constituent les principaux axes des évo- lutions à venir.

économiques émergents dans le pays, constituent les principaux axes des évo- lutions à venir. www.itc.edu.kh 15
www.itc.edu.kh
www.itc.edu.kh

UNE RÉUSSITE FRANÇAISE AU CAMBODGE

Fran

Cambodge

e

Comin Khmere

UNE RÉUSSITE FRANÇAISE

Quand on évoque des réussites françaises au Cambodge, plusieurs noms d’entreprises viennent naturellement à l’esprit, en particulier celui de Comin Khmere. Elle est à présent un acteur de premier plan dans ses secteurs de prédilec- tion, le génie électrique, le génie climatique et mécanique, le traitement et l’adduction d’eau.

La figure emblématique de la société est Dominique Catry, dont l’histoire person- nelle est intimement liée à Comin Khmere. En effet, à l’origine, ce nom est porté par un groupe danois fortement ancré dans le paysage cambodgien des années 60. À l’époque, la société compte plus de 3 000 salariés dont… un certain Dominique Catry. Les événements de 1975 voient la fin de la société. Au début des années 90, l’ancien chef français de bureau d’études de la société défunte revient au Cambodge fonder sa propre société. Il parviendra à reprendre et à faire revivre, par nostalgie, le nom de Comin Khmere.

Siège de Comin Khmere © Comin Khmere

nom de Comin Khmere. Siège de Comin Khmere © Comin Khmere Créée initialement à partir de

Créée initialement à partir de moyens modestes, la société s’est attachée à accroître ses compétences en prolongeant son offre de produits par des services à forte valeur ajoutée. Si bien qu’aujourd’hui, l’une de ses principales forces réside dans son large éventail d’activités, qui couvre toutes les étapes de la mise en place d’un pro- jet : conseils, commercialisation d’équipements techniques, installations clé en main, services de maintenance, etc. Gage de la qualité de ses prestations, en l’an 2000, la société est certifiée ISO 9001.

en l’an 2000, la société est certifiée ISO 9001. www.cominkhmere.com Comin Khmere est une authentique
www.cominkhmere.com
www.cominkhmere.com

Comin Khmere est une authentique société locale dont l’essentiel de l’effectif est cambodgien, ce qui n’est pas le cas de ses principaux concurrents étrangers généralement dépourvus de structure sur place. Les salariés bénéficient d’une solide politique de formation, et de conditions salariales avantageuses. Un renforcement du département des ressources humaines est d’ailleurs prévu afin d’attirer encore plus de candidats à l’embauche dans un contexte d’une pénurie générale de main-d’œuvre qualifiée. Pour l’heure, Comin Khmere compte déjà 360 personnes, dont 25 spécia- listes internationaux. Tous sont fraichement installés dans le tout nouveau siège de la société.

Entre 2001 et 2006, le chiffre d’affaires a quadruplé, passant de 4,3 à 17 millions de dollars. Parmi ses chantiers prestigieux figurent les aéroports internationaux de Phnom Penh et de Siem Reap, les centrales électriques privées KEP et CEP

La société étend aussi ses activités au-delà du Cambodge et a créé un groupe régional Comin Asia qui fédère les entreprises qui se trouvent au Vietnam et en Thailande, Comin Vietnam et Comin Thai. Le groupe mène une stratégie de régionali- sation fondée sur l’échange de compétences entre les différentes entités. Ainsi, des experts de Comin Khmere ont-ils été affectés sur le projet de l’usine Sonion de produc- tion de composants électroniques à Ho Chi Minh Ville.

Les dirigeants considèrent avec opti- misme les perspectives à moyen et long terme. Ils observent l’arrivée de plus en plus importante d’investisseurs étrangers de grande envergure. Finalement, nul doute que la communauté Comin devrait poursuivre sa forte dynamique de développement, à l’instar de la vive crois- sance économique actuelle du pays et de sa région.

forte dynamique de développement, à l’instar de la vive crois- sance économique actuelle du pays et

PORTRAITS

Fran

Cambodge

e

PORTRAITS

Le français et la culture française séduisent de nombreux jeunes cambodgiens. Quatre d’entre eux, chacun dans leur domaine, ont choisi le français pour construire leur vie et accomplir leurs rêves. Voici leurs témoignages.

commencé à apprendre le dessin dans le camp de réfugiés

« Site 2 » à la frontière thailandaise ; mon professeur de dessin, Véronique, était française. Elle faisait des efforts pour parler khmer mais elle n’y arrivait pas. Et moi je l’aimais tellement que j’ai eu pitié d’elle ; alors je me suis mis à apprendre le français, pour elle et pour avoir des contacts avec sa famille. Par la suite j’ai eu d’autres amis français car il y a beaucoup d’artistes français qui passent à Phare Ponleu Selpak pour donner des formations ou des représentations. Le français s’est vite révélé très utile pour la

communication avec eux, pour la traduction vers nos jeunes élèves khmers et pour l’étude des documents qui sont souvent écrits en français.

Du point de vue de l’art, je place la culture

J’ai «

SREY BANDOL

artiste peintre

française au plus haut niveau

»

« Depuis mon enfance, j’ai toujours eu

pour projet d’occuper un poste à respons- abilité dans la fonction publique au Cambodge. Paradoxalement, j’ai pu réaliser ce projet grâce au français. En effet, bache- lier en 1992, les règles en vigueur à l'époque ne me permettaient pas de m’inscrire en fac- ulté de droit comme je l’aurais souhaité. J’ai alors opté pour un diplôme de français, pen- sant que la maîtrise de cette langue me serait utile dans le cadre d’une future forma- tion juridique car le Cambodge connaît un système romano-germanique, hérité du protectorat français.

Au cours de mes études de français, j’ai eu l’opportunité de travailler comme assistant de l’expert de la coopération française à l’École Royale d’Administration. Je me suis ainsi rapproché de ma vocation. Grâce à la maîtrise de la langue de Molière, j’ai eu la chance, par la suite, d'être recruté par l'ambassade de France à Phnom Penh pour occuper le poste d'attaché de presse et interprète de l’ambas- sadeur. Entre temps, j’étais devenu professeur à l’Université Royale de Phnom Penh, où j’ai enseigné quelques temps le français. J'avais poursuivi mes études de 3ème cycle de didactologie des langues et des cultures à l'Université Paris III – Sorbonne-Nouvelle. Ma préparation au concours de l'ENA remonte à l'année 1998 et mon admission à l’ENA en 2003 s’inscrit dans ce parcours professionnel. Tout ce que j’ai observé et appris dans cette prestigieuse école a confirmé ma conviction du rôle majeur de l’administration dans le processus de réforme et de développement du Cambodge. Aussi, le passage à l'ENA m’a donnée des outils et le courage d'apporter ma modeste contribution pour relever ce défi. Concours de circonstances, à peine diplômé de l'ENA, j'ai été recruté

depuis avril 2005 comme directeur des études et des stages de l'Ecole

Royale d'Administration, laquelle ayant été identifiée par les bailleurs de fonds comme un lieu de réforme de l'Administration publique. De plus, j'ai été également recruté par le Cabinet de Samdech le Premier Ministre du Cambodge quelques mois plus tard afin d'assurer le travail de traduction et d'interprétariat pour le chef du Gouvernement Royal. Ainsi, le français représente pour moi une véritable langue véhiculaire de

savoirs, de cultures et une vraie ouverture vers le monde

»

17

« J’ai effectué une année d’étude en master

« Recherche en systèmes automatiques » à l'ENSEEIHT à Toulouse, comme étudiant boursier du gouvernement français. Cette expérience m’a apporté des compétences de techniques avancées dans le domaine des sciences de l'ingénieur grâce auxquelles j’ai pu devenir enseignant-stagiaire du

Département génie électrique et énergétique de

l'Institut Technologique du Cambodge. Elle m’a également permis de découvrir une culture et un pays bien différent du mien ce qui représente un atout considérable dans l'envi- ronnement de travail multina-

tional d’aujourd’hui. Je suis de retour à Toulouse, pour mon doctorat cette fois, avec pour objectif de devenir professeur à l’ITC dès mon

retour au Cambodge

de devenir professeur à l’ITC dès mon retour au Cambodge KHUON VICHHEKA CHHIV YISEANG directeur des

KHUON

VICHHEKA

CHHIV YISEANG

directeur des études et des stages à l’École Royale de l’Administration

étudiante en

histoire à

l’Université de

Paris 7

KHOV MAKARA

enseignant / stagiaire à l’ITC

»

appris le français dès

l’âge de 10 ans avec un professeur particulier puis ensuite à l’Alliance de Battambang. Mes parents voulaient que je devienne médecin mais je rêvais de devenir diplo- mate. J’ai rejoint l’Université Royale de Phnom Penh et le Département de langue française mais j’ai également appris d’autres langues, l’anglais et le thai, toujours dans l’espoir de devenir diplomate. Très vite, je me suis intéressée au

dialogue entre les différentes com- munautés vivant au Cambodge et aux questions de réconciliation nationale

tre avec un professeur d’histoire français fut détermi- nante : outre les rudiments de l’histoire et sa méthodolo- gie , il m’a permis d’aborder ces questions et de par- ticiper à mon niveau à la compréhension des différences communautaires et d’aborder la réconcilia- tion nationale sous toutes ses formes. C’est ce qui m’a décidée à poursuivre des études en histoire à l’Université de Paris 7 avec l’espoir d’enseigner l’his- toire au Cambodge. Le français et la culture française m’ont donnée la liberté de penser , le choix de me déter- miner et la possibilité d’aider mon pays en m’offrant une

Ma rencon-

J’ai «

bourse

»

RETOUR SUR IMAGES

© Centre Bophana

Fran

Cambodge

e

RETOUR SUR

25-28 août 2006 Visite de Monsieur Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme
25-28 août 2006 Visite de Monsieur Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme

25-28 août 2006

25-28 août 2006 Visite de Monsieur Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et
Visite de Monsieur Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la

Visite de Monsieur Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer.

23-27 octobre 2006 Rencontres annuelles internationales “Cambodge santé” à l’Université des sciences de la santé
23-27 octobre 2006 Rencontres annuelles internationales “Cambodge santé” à l’Université des sciences de la santé

23-27 octobre 2006

23-27 octobre 2006 Rencontres annuelles internationales “Cambodge santé” à l’Université des sciences de la santé
23-27 octobre 2006 Rencontres annuelles internationales “Cambodge santé” à l’Université des sciences de la santé

Rencontres annuelles internationales “Cambodge santé” à l’Université des sciences de la santé de Phnom Penh.

Rencontres annuelles internationales “Cambodge santé” à l’Université des sciences de la santé de Phnom Penh.
à l’Université des sciences de la santé de Phnom Penh. 19-21 novembre 2006 Visite d'État en
à l’Université des sciences de la santé de Phnom Penh. 19-21 novembre 2006 Visite d'État en
19-21 novembre 2006 Visite d'État en France de Sa Majesté Norodom Sihamoni, Roi du Cambodge.
19-21 novembre 2006 Visite d'État en France de Sa Majesté Norodom Sihamoni, Roi du Cambodge.

19-21 novembre 2006

19-21 novembre 2006 Visite d'État en France de Sa Majesté Norodom Sihamoni, Roi du Cambodge.

Visite d'État en France de Sa Majesté Norodom Sihamoni, Roi du Cambodge.

6 décembre 2006 Inauguration du Centre de Ressources Audiovisuelles BOPHANA.
6 décembre 2006 Inauguration du Centre de Ressources Audiovisuelles BOPHANA.

6 décembre 2006

6 décembre 2006 Inauguration du Centre de Ressources Audiovisuelles BOPHANA.
Inauguration du Centre de Ressources Audiovisuelles BOPHANA.

Inauguration du Centre de Ressources Audiovisuelles BOPHANA.

©© ServiceService photograhiquephotograhique dede lala présidenceprésidence dede lala République,République, L.L.
©© ServiceService photograhiquephotograhique dede lala présidenceprésidence
dede lala République,République, L.L. BlevennecBlevennec
15 décembre 2006 Rodin s'expose au musée national du Cambodge. © CCF - Artstudio
15 décembre 2006
Rodin s'expose
au musée
national du
Cambodge.
© CCF - Artstudio
19-21 janvier 2007 Visite de Madame Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement
19-21 janvier 2007 Visite de Madame Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement
19-21 janvier 2007 Visite de Madame Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement
19-21 janvier 2007 Visite de Madame Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement

19-21 janvier 2007

19-21 janvier 2007 Visite de Madame Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement et
Visite de Madame Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement et à la

Visite de Madame Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie.

février 2007

Prix 2007 de la solidarité internationale / acteur du Sud à l'ONG cambodgienne DEEP (Developpement et édu- cation à l'eau potable )

©© MinistèreMinistère desdes afaffairesfaires ÉÉtrangères,trangères, ClaudeClaude SStefantefan
©© MinistèreMinistère desdes afaffairesfaires
ÉÉtrangères,trangères, ClaudeClaude SStefantefan
6 mai 2007 1 er juin Nicolas Sarkozy est élu Président de la République Française.
6 mai 2007
1 er juin
Nicolas Sarkozy est élu
Président de la
République Française.
Forum de l'Emploi
organisé par la Chambre
de commerce
franco-cambodgienne et
l’Ambassade de France.
©©
MinistèreMinistère desdes afaffairesfaires
ÉÉtrangères,trangères, FF dede LaLa MureMure
© CCFC

21 juin 20

Fête de la mus Cambodge et monde.

RETOUR SUR IMAGES

IMAGES

Fran e Cambodge
Fran
e
Cambodge

18-25 octobre 2006

Escale du Var, bâtiment de commandement et de ravitaillement de la marine nationale française à Sihanoukville.

de la marine nationale française à Sihanoukville. 21 octobre 2006 Forum accadémique sur le 15 m
21 octobre 2006 Forum accadémique sur le 15 m e anniversaire de la signature des
21 octobre 2006 Forum accadémique sur le 15 m e anniversaire de la signature des

21 octobre 2006

21 octobre 2006 Forum accadémique sur le 15 m e anniversaire de la signature des Accords
21 octobre 2006 Forum accadémique sur le 15 m e anniversaire de la signature des Accords
21 octobre 2006 Forum accadémique sur le 15 m e anniversaire de la signature des Accords
Forum accadémique sur le 15 m e anniversaire de la signature des Accords de Paris

Forum accadémique sur le 15 me anniversaire de la signature des Accords de Paris (1991-2006).

13 décembre 2006

Signature du 1 er prêt non souverain avec PPWSA pour le doublement de la station de traitement des eaux de Chruoy Chang War.

13-16 décembre 2006 Le Ballet d’Europe, les danseuses des Conservatoires de la ville de Paris,
13-16 décembre 2006
Le Ballet d’Europe, les danseuses
des Conservatoires de la ville de
Paris, le Ballet Royal du
Cambodge et la compagnie
balinaise ISI Denpasar aux
Nuits d’Angkor.
©
CCF - Artstudio

21 mars 2007

Fête de la Francophonie au Cambodge et dans le monde.

1- 6 avril 2007

Visite d'une délégation parlementaire conduite par Madame Tasca, présidente du groupe sénatorial d’amitié franco-cambodgien.

du groupe sénatorial d’amitié franco-cambodgien. 07 ique au ans le 28-29-30 juin 2007 7 septembre -
du groupe sénatorial d’amitié franco-cambodgien. 07 ique au ans le 28-29-30 juin 2007 7 septembre -

07

ique au

ans le

28-29-30 juin 2007 7 septembre - 10 octobre Mission du Medef au Cambodge. Coup d’envoi
28-29-30 juin 2007
7 septembre - 10 octobre
Mission du Medef
au Cambodge.
Coup d’envoi de la 6 me
coupe du monde de
rugby à Paris, en France
et à Phnom Penh
©
CCF - Nicolas Lim

à suivre

Fran e Cambodge Bibliothèque Nationale du Cambodge © BNC VALEASE eFVI[sñaédesovePAcas;²rbs;Exµrrs;eLIgvij
Fran
e
Cambodge
Bibliothèque Nationale du Cambodge
© BNC VALEASE
eFVI[sñaédesovePAcas;²rbs;Exµrrs;eLIgvij

eFVI[sñaédesovePAcas;²rbs;Exµrrs;eLIgvij

EfrkSa nigbeBa©jkMrgesovePAd¾l¥Ékrbs;RbeTskm<úCa

eTaHbICamankar)at;bg; karbMpøicbMpøaj nigkarxUcxatedaysarRbvtþisaRsþfµI²rbs;RbeTskm<úCa k¾bNÑal½yCatikm<úCaGacEfrkSa)annUvesovePAcas;²Cag 500 k,alCaPasa)araMg nigExµrsþIBIRbeTskm<úCa TsSnavdIþrab;ryelxEdlecjpSayenAmunqñaM1975 nigsñaédesovePAd¾kRmcMnYn 800 k,al CaPasa)araMg sþIBI\NÐÚcin . esovePATaMgGs;enHmanlkçN³puyRsYyNas; ehIyxøHsßitkñúgsPaBxUcxat EdlCaehtu naM[mankarlM)akkñúgkardak;[saFarNCnGan . pÞúyeTAvij sñaédTaMgenHmansarsMxan;bMputsMrab; RbCaCnExµr eRBaHvaCaGtßbTsikSaGMBIvb,Fm’ExµrRKb;TidæPaBTaMgGs; dUcCa ³ PUmisaRsþ esdækic© RbvtþisaRsþ GkSrsaRsþ sasna .l. dUecñH eyIgRtUvEtriHrkmeFüa)ayeFVIy:agNaedIm,I[saFarNCn)anEsVgyl; BIÉksard¾eRcInsn§wksn§ab;enH ehIyCagenHeTAeTot vamanbgáb;nUvrUbKMnUr rUbfab; ¬rUbEdleKpþitcMlg ecjBIvtßúGVImYy¦ rUbft EpnTI nigbøg;nana EdleKkRmeXIj ehIymanGtßRbeyaCn_bMputsMrab; GñkesñhaGarüFm’Exµr .

ehIymanGtßRbeyaCn_bMputsMrab; GñkesñhaGarüFm’Exµr . exemples d’archives numérisées © BNC VALEASE meFüa)ay

exemples d’archives numérisées © BNC VALEASE

. exemples d’archives numérisées © BNC VALEASE meFüa)ay ³ bBa©ÚlesovePATaMgGs;kñúgRbB½n§DICIfl
. exemples d’archives numérisées © BNC VALEASE meFüa)ay ³ bBa©ÚlesovePATaMgGs;kñúgRbB½n§DICIfl

meFüa)ay ³ bBa©ÚlesovePATaMgGs;kñúgRbB½n§DICIfl

enAkñúgn½yenHehIyeTIbmankarpþÜcepþImKMnitEsÁnsñaédcas;²nigsMxan;CageK edIm,Idak;[saFarNCn TUeTAGan)an tamTMrg;cMnYn3 KWenAelIkMuBüÚT½r ¬rbs;bNÑal½yCati¦ enAelI DVD nigelIRbB½n§GIuneFIENtna eBld¾xøIxagmuxenH. edaysarKMerag mUlniFisamKÁICaGaTiPaBedIm,IelIksÞÜysMeNrenAGasIuGaeKñy_ ¬FSP VALEASE¦ EdleFVIkic©shRbtibtþikarCamYybNÑal½ynanarbs;Exµr kariyal½yshRbtibtþikar nigskmµPaBvb,Fm’ rbs;sßanTUt)araMgRbcaMenAkm<úCa k¾)ancab;epþImkargarEfrkSa nigelIksÞÜysm,tþiesovePAenAkm<úCa . esovePACaeRcInRtUv)aneKCYsCulEklMGeLIgvij b:uEnþxøwmsarénGtßbTTaMgGs;RtUv)anGPirkS nigdak;[ saFarNCn)anRCÜtRCab . edayehtuenHehIy eTIbmankarbegáItkmµviFIFMmYyedIm,IbBa©ÚlkñúgRbB½n§DICIfl nUvÉksarnanarbs;bNÑal½yCati EdlmaneQµaHfa {Bibliotheca Khmerica{.

salBhuB½t’manenAmCÄmNÐlvb,Fm’

Fran

Cambodge

e

salBhuB½t’manenAmCÄmNÐlvb,Fm’ Fran C ambodge e Salle multimédia du CCF © CCF salBhuB½t’manenAmCÄmNÐlvb,Fm’

Salle multimédia du CCF

© CCF

salBhuB½t’manenAmCÄmNÐlvb,Fm’

dMeNIrkarDICIflkmµ ³ BIRkdaseTAeGLikRtÚnik

DICIflkmµenH

mYyEdleRbIR)as;visVkrExµrniyayPasa)araMg

mkBIviTüasßanbec©kviC¢akm<úCa

esovePAnImYy²mYyTMB½rmþg²edayéd

EdleFVIeLIgedayRkumh‘unExµr

tMrUv[mankarft

nigeday

manCMnYyBIm:asuInftBIrEdlRbkbedaysmtßPaBx<s; . bnÞab;mk rUbftnImYy²RtUv )aneKEksMrYl eFVIkarsMGat nigtMErtMrwmeLIgvij . kareFVIEbbenHGac[eKbegáIt)an nUvesovePAeGLicRtUnicCaTRmg; PDF . enHRKan;EtCaesovePAEdlmanTMB½rDICIfl tamEbbrUbft ehIyEdleKbBa©ÚleTAkñúgmUldæanTinñn½ymYy . EpñkxøHénesovePARtUv )aneKsresrCaGtßbTeLIgvij edIm,IGac[eKEsVgrkGtßbTtamry³mUldæanTinñn½y)an . kargarRsedogKñaenHk¾RtUv)aneKeFVIpgEdreTAelITsSnavdIþcas;² edayshkarCamYy mCÄmNÐlsikSaExµr nigGñkRsavRCav)araMgv½yekµgmñak; . enAmankargarCaeRcIneTotEdl

RtUveFVI BiessCamYybNÑal½ynanaenAPñMeBjEdlmanesovePAcas;²dUcCa ³ viTüasßan BuT§sasnbNÐit sarmnÞIrviciRtsil,³ bNÑal½yh‘unEsn .

Tinñn½yEdleKGacEsVgrk)anenA

elIbNþajkMuBüÚT½rbNÑal½yCati

eBlenH GñkcUlcitþesovePAcas;²GacEsVgyl;BIxøwmsarénesovePA DICIflTaMgenH)anedayRKan;EtcUleTAkñúgsalebtikPNÐrbs;bNÑal½y Catikm<úCa . edayRKan;EtbBa©ÚlBaküKnøwH eKGaceFVIkarRsavRCavÉksar nigGacGanesovePATaMgenaHenAelIkBa©k;kMuBüÚT½r kñúgtMNak;kalrg;caMkar begáItnUvkmµviFId¾FMmYynaExtulaxagmuxenH KWkarpliteLIgvij[dUcesovePA cas;edayKµankarrkSasiT§iGñkniBn§GVIeLIy ehIyGacx©IykeTApÞH)an . rUbftTaMgLayEdlmanenAkñúgesovePATaMgenHTTYl)ankarEfrkSaCaBiess ehIyGacrkemIl)ancab;BIeBlenHteTA enAelIeKhTMB½rrbs;bNÑal½yCati .

mUldæanTinñn½yDICIfl Bibliotheca Khmerica ¬esovePAbBa©ÚlkñúgDICIfl¦ nig

¬rUbftbBa©ÚlkñúgDICIfl¦

Cambodiana

CaEpñkmYyénKMeragd¾FM

Cambodiana CaEpñkmYyénKMeragd¾FM bNÑal½yeGLikRtÚnik\NÐÚcin mYykMBugsagsg; maneQµaHfa
Cambodiana CaEpñkmYyénKMeragd¾FM bNÑal½yeGLikRtÚnik\NÐÚcin mYykMBugsagsg; maneQµaHfa

bNÑal½yeGLikRtÚnik\NÐÚcin

mYykMBugsagsg;

maneQµaHfa Bibliotheca Indosinica EdlrYmbBa©ÚlKñaCamYybNÑal½yCatiénRbeTsLav nig evotNam . dUecñHenAeBlxagmux eKnwgGacebIkemIltamGIuneFIENtnUvkMrgsñaédesovePACag 2>000k,al Edlerobrab;BIvb,Fm’GtItkalén]bTVIb\NÐÚcin . CagenHeTAeTot esovePACaPasa )araMgnwgdak;bBa©ÚlkñúgbNþajRhVg;kUhVÚnénbNÑal½yCatiDICIfl EdlkMBugRtUv)anerobcMeLIgeday GgÁkarGnþrCatiénbNþaRbeTsniyayPasa)araMg nigbNÑal½yCatiénRbeTs Eb‘lhSiúk kaNada )araMg

luchSMbYr rdæekbic nigsVIús .

www.bnc-nlc.info, www.valease.org
www.bnc-nlc.info,
www.valease.org

bNÑal½yBhuÉksarénmCÄmNÐlvb,Fm’ )araMgenARkugPñMeBj eTIbebIksalBhuB½t’manfµImYy

CUndl;saFarNCnsMrab;eFVIkarRsavRCavÉksar. salBhuB½t’manfIµenHebIkTVarTTYlePJóverogral;éf¶ c½nÞdl;éf¶esAr_ cab;BIem:ag 13 dl;em:ag 19 .

salenHEdleTIbbMBak;bEnßmkuMBüÚT½rcMnYn9

eRKOgeTot nwgCYy[saFarNCnmankargayRsYl kñúgkarRsavRCav eRBaHfaGMNwHteTA bEnßmeTAelI vcnanuRkm nigesovePARbCuMviC¢aEdlmanRsab; eK

GacEsVgrkRbPBB½t’mannanatambNþajGuIneFI-

ENt kñúgsuIDIr:Um (CD rom) nigkñúgmUldæanTinñn½y kñúgRsuk . RkumbuKÁlikbNÑal½yBhuÉksarénmCÄmNÐl vb,Fm’)araMg nwgCYyBnül;dl;saFarNCn GMBIviFI kñúgkarRsavRCavÉksarCaPasa)araMgenAelIsuIDIr:Um (CD rom) nigtambNþajGuInFWENt manCaGaT× ³

rebobcucbBa¢akMBüÚT½rkñúgkarRsavRCavtamGuIneFI-

ENt

de recherche) kareRCIsykeKhTMB½r nigrebob EsVgrkÉksarnanaEdleTIbpSBVpSay tamGuIneFI- ENt . karebIkemIlmUldæanTinñn½yEdleTIbbegáItna eBlfµI²enH sIþBIRbeTskm<úCa RtUv)anpþl;GaTiPaB .

Gs;ry³eBl4qñaMmkehIy taMgBImankarbegIátnUv mUlniFisamKIÁPaBCaGaTiPaB edImI,elIksÞÜysMeNr enAGasuIGeKñy_ manmUldæanTinñn½yDICIflcMnYnBIr sIþBIkm<úCaRtUv)anbegIáteLIg ³

mUldæanTinñn½y kaMbUDIy:aNa (Cambodiana)

Gac[eKebIkemIlrUbPaBcMnYn3000snøwk Edl)an dkRsg;ecjBIesovePA)araMgcas;²sIþBIRbeTs km<úCa.

mUldæanTinñn½y ExµrrIka (Khmerica) )anbBa©Úl

rYcmkehIynUvesovePAPasa)araMg sIþBIRbeTs km<úCacMnYnRbEhl300k,al . TaMgenHRKan;EtCa karcab;epIþmbu:eNÑaH .

bBaI¢ÉksarmYy (Répertoire)sIþBIGñkniBn§Exµr kMBugRtUv)anerobcM . eRkABIe)aHBum<pSaybBaI¢Ék sarenH eKeRKagbBa©ÚlvamYyc,ab;eTAkñúgDIviDI (DVD) nigkñúgbNþajGuInFWENt .

salBhuB½t’mannwgebIkTVareFVIkarerogral;RBwk sMrab;karerobcMvKÁsikSanana EdlbeRgonCaPasa )araMg nigCMnYyedaykuMBüÚT½r b¤sMrab;vKÁbNúþHbNþal déTeTot EdlerobcMeLIgedayshkarCamYykari- yal½yskmµPaBvb,Fm’b¤kariyal½yPasa)araMg .

(moteurs, annuaires, métamoteurs

21

mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg ³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr

Fran

Cambodge

e

mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg ³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr

mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg ³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr

neya)ayvb,Fm’rbs;mCÄmNÐlvb,Fm’)araMgRbcaMenAkm<úCa ¬CCF¦ mankarvivtþn_enACuMvijG½kSBIrsMxan;² KWpSBVpSayvb,Fm’)araMg nigelIksÞÜyKMnitbegáItfµI rbs;yuvCnExµr . karelceLIgnUvyuvCnEdlmaneTBekaslüfµI² b:uEnþBYkeKKµanmeFüa)aynigTIkEnøgedIm,IbeBa©jsñaéd )anCMruj[mCÄmNÐlvb,Fm’cMNaymeFüa)ayrbs;xøÜn mYyEpñkFMedIm,IKaMRTdl;karbegáItfµIenAkm<úCa. enHKWCakarelIkTwkcitþsil,kreqñIm²[bnþdMeNIrenAelIpøÚvEdlBYkeK)aneRCIserIs [BYkeKcakecjBIPaBlak;muxlak;mat; nigpþl;[BYkeKnUvlT§PaBkñúgkar bgðajsñaédedayesrI ehIyneya)ayenH)aneFVI[mCÄmNÐlvb,Fm’)araMgkøayeTACaTItaMgmYyedIm,ICYyeFVI[vb,Fm’Exµrrs;eLIgvij .

Les expositions des jeunes artistes cambodgiens attirent un public de plus en plus nombreux. photo : © CCF

Les expositions des jeunes artistes cambodgiens attirent un public de plus en plus nombreux. photo :

sil,³rUbI

kEnøgTTYlePJóvrbs; CCF KWCamCÄmNÐltaMg BiB½rN_d¾FMmYyenATIRkugPñMeBj . Caerogral;ExenATI enHmankartaMgBiB½rN_qøas;KñarvagsmiT§pl)araMg nig smiT§plfµIkñúgRsuk . vb,Fm’TaMgBIrenHEtgCYbKñaCa drab enAeBlmanRBwtþikarN_vb,Fm’FM²mkBIRbeTs )araMg EdlnaM[man {CMnYb¼karbNþúHbNþal{ b¤k¾ {karbegáItfµI { CamYysil,krkñúgRsukb¤nisSitsakl viTüal½yPUminÞviciRtsil,³ . ]TahrN_fµIbMputenaH KWkarbegáItvKÁeronKUrrUbedayelak esr:a enAPñMeBj nigextþ)at;dMbg.

esr:a enAPñMeBj nigextþ)at;dMbg. www.ccf-cambodge.org viciRtkrekµg²
www.ccf-cambodge.org
www.ccf-cambodge.org

viciRtkrekµg² Edlmincg;KUrEtKMnUrburaNExµr RbEhlCanwgminGac TTYl)ankarsVaKmn_enAkEnøgNaepSgeRkABI mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg enaHeLIy . kñúgcMeNamBYkeKTaMgenaHman ³ RsI bNþÚl Ej:m edt efa vutßa nigGñkrcnam:Udv½yekµg lwm EkvBisidæ Gacbgðajdl;saFarCn TUeTA nUvcMeNHeFVI lkçN³Biess nigmhicätasil,³rbs;BYkeK.

neya)ayelIksÞÜyenHnwgbnþeFVIcab;BIrdUvekþAenHrhUtdl;qñaM2008

edaymankartaMgBiB½rN_kargar rbs;RkumGñkftrUbekµg²énviciRtsal BBil bnÞab;mkrbs;samNviciRtkr enRt sUPIlaP nigGñkecH edayxøÜnÉgd¾KYr[PJak;ep¥Il sU‘muI . enATIbBa©b; cUreyIgkuMePøcmehaRsBPaBynþsuIeNemKgÁ EdlCa evTikabgðajsñaédrbs;Gñkftkun nigGñkplitPaBynþÉksarv½yekµg CnCatiExµr .

mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg ³ fñalbNþúHbNþalyuvsil,krExµr

Fran

Cambodge

e

RhVg;kUhVÚnInaeBlGnaKt

© CCF
© CCF
Exemple de coopération culturelle : Festival Tini Tinou créé en 2004 par le Centre Culturel

Exemple de coopération culturelle : Festival Tini Tinou créé en 2004 par le Centre Culturel Français et désor- mais organisé par l’association Phare Ponleu Selpak. photo : © CCF - Stéphane Janin

sil,³elIqak

CnCati)araMgedImkMeNItExµrmñak;eTot KWelak r:g;dal DU )anerobcM[man{CMnYb¼karbNþúHbNþal¼karbegáItfµI{ kñúg

Rkbx½NÐelçan

ehIy)anbegáItCaPasaExµrenAmCÄmNÐl

cab;taMgBI)anbegIátenAqñaM1992mk Caerog

ral;qñaMmCÄmNÐlvb,Fm’)araMg

sisS[cUleronPasacMnYnRbmaN 6000nak; mk

BIRKb;mCÄdæan. naeBlbc©úb,nñ skmµPaBbeRgon d¾xøaMgkøaenHmantYnaTIy:agsMxan; nigminGacxVH)an

kñúgkarCMrujvis½yRhVg;kUhVÚnI )araMg¦enAkñúgRbeTskm<úCa .

edaymanfñak;sikSaRKb;kMrwtsMrab;sisSRKb;v½y nigmkBIRKb;mCÄdæan mCÄmNÐlvb,Fm’)araMgman kareCOCak;y:agmutmaMcMeBaHGnaKt edaysarman

nigmnusS

karpþl;CUnCaBiesssMrab;kumarakumarI eBjv½y .

¬kareRbIR)as;Pasa

(CCF) )anTTYl

CafñalbNþúHbNþalPasa)araMgmYyd¾BitR)akd naeBlGnaKt mansisSGayuBI 6 dl; 10qñaM cMnYn

)anmkkan;RKwHsßanenHCaerogral;éf¶

1000nak;

EdlenATIenHmankarbeRgonPasa)araMgsMrab;kumar

ekµgbMput .

vb,Fm’)araMg CamYyyuvsil,krkñúgRsuknUvelçanmYyerOgrbs;elakEdlmancMNgeCIgfa {Les

hommes désertés{.

TnÞwmenHpgEdr mCÄmNÐlvb,Fm’)araMgEtg)anelIksÞÜyRkumyuvCnEdlenAEfrkSaTRmg;elçan buraNdUcCa ³ elçanexal b¤ yIekCaedIm EdleTIbEtRtUv)anykmksEmþgenAkñúgmCÄmNÐlenH . edIm,IeFVI[CMnYyenHsßitesßryUrGEgVg mehaRsBRbcaMqñaMfµImYy EdlrYmbBa©ÚlnUvRKb;TRmg;TaMgGs;én elçanniyay elçaneRcog nigelçankayvikar nwgRtUvbegáIteLIgenAsrTrrdUvxagmux.

edayyl;eXIjBIPaBsMxan;énkumarkñúgkarGPi-

vDÆn_Pasa)araMgenAkm<úCa mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg eTIbEt)anbMBak;nUv]bkrN_fIµmYyedayebIkbNÑal½y

BhuB½t’manmYysMrab;yuvv½y . bNÑal½yenHRtUv )anGñkmanGaCIBeFVI[manlkçN³rs;revIkCanic© .

CamYykarBRgwgnigBRgIknUvneya)ay

rbs;xøÜnEdlCaKuNRbeyaCn_sMrab;saFarNCnCa

yuvv½y mCÄmNÐlvb,Fm’)araMg)antaMgcitþcUlrYm

EklMGeLIgvijnUvvis½yRhVg;kUhVÚnI

edIm,I[man

lkçN³rs;revIkEbreq<aHeTArkBiPBelaknasm½y

eyIgenH .

dUecñH

Tak;TgnwgEpñkt®nþIvij mCÄmNÐl CCF pþl; karKaMRTdl;t®nþIburaN EdlkMBugEtQaneTArkkar )at;bg; dUcCacabuI b¤]bkrN_Esñg nigsaedovCaedIm . CMnYydl;EpñkburaNenHk¾min)anbgárkarraMgsÞHdl; karelIksÞÜydl;Rkumt®nþIsm½ykm<úCa b¤sisSsala t®nþI énGgÁkarhVarBnøWsil,³¬PPS¦extþ)at;dMbg tam ry³karcUlrYmrbs;BYkeKkñúgBiFIbuNüt®nþIenaHEdr .

Concert de Ksé Deav © CCF
Concert de Ksé Deav
© CCF

CamYyGgÁkar PPS nigsalaesokrbs;GgÁkarenH eyIgTTYl)aneCaKC½y d¾RtcHRtcg;kñúgkic©shRbtibtþikarvb,Fm’)araMgenAkm<úCa . tamBiteTA eday QrelIkMlaMgclkrkñúgRsukCamYykarCYyCMrujBIGgÁkarpgenaH mCÄmNÐl vb,Fm’)araMg)anbegáItkmµviFICMnYyd¾FMmYydl;EpñkesokrhsSkmµExµr. eCaKC½yd¾FMénTivaesok TeI nHTeI naH Edl)anpþÜcepþImerobcMeLIgkalBIqñaM2004 )anbgðajdl;GnþrCatiBIeTBekaslüfµIRsLagrbs;yuvsil,kresokGgÁkar PPS . BYkeKGacTTYl)annUv {CMnYb¼karbNþúHbNþal¼karbegáItfµI{ enA)at;dMbgCamYyRkumbreTspg bnÞab;mkeFIVkarsEmþgenARbeTs)araMgpg ehIyTIbBa©b;GacerobcMedayxøÜnÉgnUvTivaesok TIenHTIenaH enA)at;dMbgpÞal;

cab;BIqñaM2007enHteTA.

KMeragxus²KñaTaMgGs;enH CaskçIkmµénkarcUlrYmrbs;RbeTs)araMgkñúgkar elIktemáIgPaBcMruHénsil,³ karbegáItfµI nigkarpøas;bþÚrvb,Fm’KñaeTAvijeTAmk . KMeragTaMgenHeqøIytbeTAnwgeKalKMniténvb,Fm’cMruH karvivtþn_énTMnak;TMng nigkarPBRbsBVKñaénvb,Fm’epSg² edIm,I[vb,Fm’nImYy²kan;EtrIkcMerIn .

kar vivtþn_énTMnak;TMng nigkarPBRbsBVKñaénvb,Fm’epSg² edIm,I[vb,Fm’nImYy²kan;EtrIkcMerIn . 23

EfrkSaR)asaTGgÁr

Fran

Cambodge

e

EfrkSaR)asaTGgÁr ³

karCYsCulR)asaT)aBYneLIgvij

edaysßitenAcMkNþalGtItraCbUrIGgÁrFM xagt,ÚgraCvaMg nigmanmnusSrs;enATIenaHCab;rhUtmkry³eBl CaeRcInstvtSr_ R)asaT)aBYnCaR)asaTmYykñúgcMeNamR)asaTsasnaFMCageKrbs;km<úCanasm½yburaN . tamry³silacarwksþúkkk;FM R)asaTenHCaR)asaTPMñragBIr:amItmanbICan; edayCan;nImYy²manEfvCabribfnig )anksageLIgenABak;kNþalstvtSr_TI11 edIm,I]TiÞsdl;RBhµBaØsasna ¬RBHligÁ¦ . vaTMngCaR)asaTmYykñúg cMeNamR)asaTsMxan;²nana edayenACuMvijTIenaHCaraCFanIGgÁrEdl)anksageLIgkñúgGMLúgénstvtSr_munman karsagsg;brievNGgÁrFM nigexøagTVarR)asaTTaMgR)aM . karCYsCulR)asaT)ak;EbkenHeLIgvij * EdldwknaMeFVIedayburaNviTUKWelak Bernard-Philippe Groslier RtUv)anbBaÄb;enAqñaM1971edaysars®gÁam . edayÉksarBak;B½n§nwgkarCYsCulenH)an)at;bg;enAqñaM1975 nig edaysPaBEbk)ak;rbs;R)asaTmanvisalPaBFMeFgeBk eFVI[kargarCYsCulmankarlM)akCagkardæandéTeTot enAkñúg]TüanGgÁr .

Restauration du temple du Baphuon : porte de l’enceinte Ouest.

© EFEO
© EFEO

dMeNIrkarCYsCulR)asaTenH )ancab;taMgBIqñaM1995mkedaysala)araMgcugbUBa’ eRkamCMnYyhirBaØvtßú rbs;RksYgkarbreTs)araMgedayshkarCamYyGaCJaFrGbSrakm<úCa . KMeragenHRtUv)anGnuvtþkñúgRkbx½NÐén skmµPaBEdlsMrbsMrYleday KN³kmµaFikarsMrbsMrYlGnþrCati edIm,IEfrkSaR)asaTGgÁr .

KMeragxagelI sMedAeFVI[Can;TaMgbIrbs;R)asaTBIra:mItmanPaBrwgmaM nigeFVIkarCYsCuleLIgvijnUvEpñkmux énR)asaT rYmman ³ eCIgssrRT Efv nigtYR)asaTkNþal . KMeragCYsCulenH pþl;nUvTidæPaBfIµmYydl; R)asaTGgÁr edayeFVIkarGPirkSnigCYsCuleLIgvijeTAtamsPaBRbvtiþþsaRsþénR)asaTenAsm½ykalBIr ³ eFVIkarCYsCulR)asaTBIra:mIteTAtamsPaBrbs;vaenAstvtSr_TI11 nigeFVIkarGPirkSrUbbdimaRBHBuT§cUlniBVan nastvtSr_TI16 Edlsg;enACan;TI2énEpñkmuxEb:kxaglic.

nastvtSr_TI16 Edlsg;enACan;TI2énEpñkmuxEb:kxaglic. * karksagR)asaT)ak;EbkeLIgvij kalBImun Anastylose

* karksagR)asaT)ak;EbkeLIgvij kalBImun Anastylose KWCakarCYsCulR)asaTeLIgvijedayeFVIkarkt;cMNaMy:agRtwm RtUvnUvral;bMENkfµnImYy² ehIybc©úb,nñmeFüa)ayenHRtUv )anykmkGnuvtþcMeBaHkarCYsCulsMNg;buraNeLIgvij Edl GacrYmman ³ karruHerIfµR)asaTCamun nigkarsagsg;RKwH R)asaT[rwgmaM .

Edl GacrYmman ³ karruHerIfµR)asaTCamun nigkarsagsg;RKwH R)asaT[rwgmaM . 24 www.efeo.fr Bas relief du pavillon sud

24

www.efeo.fr
www.efeo.fr

Bas relief du pavillon sud

EfrkSaR)asaTGgÁr

EfrkSaR)asaTGgÁr Fran C ambodge e sala)araMgcugbUBa’ (EFEO) Edl)an begáIteLIgenATIRkugéRBnKrnaqñaM1898 Casßab½n

Fran

Cambodge

e

EfrkSaR)asaTGgÁr Fran C ambodge e sala)araMgcugbUBa’ (EFEO) Edl)an begáIteLIgenATIRkugéRBnKrnaqñaM1898 Casßab½n

sala)araMgcugbUBa’ (EFEO) Edl)an begáIteLIgenATIRkugéRBnKrnaqñaM1898 Casßab½n

mYyEdlmanGayukalCag100qñaMmkehIy

bu:EnþenAEtdMeNIrkar)anl¥CaerogrhUtmk . CabNÑal½yeBareBjedaycMeNHdwgd¾Bit R)akdmYy sala)araMgcugbUBa’CakEnøgEckrMElk nUvcMeNHdwgrvagGñkmanviC¢aeRCARCHkñúgRsuk nig GñkR)aCJnana . muxRBÜjRsavRCavFM²TaMgbIrbs; sala)araMgcugbUBa’ KW ³ buraNvtßúviTüa nig ebtikPNÐ c,ab;RbéBNICalaylkçN_GkSr nigpÞal;mat; RbvtiþviTüa nignrviTüa . taMgBI qñaM1907mk salad¾ekµgxI©enHTTYlPar³eFVIkar CYsCulraCbUrIGgÁreLIgvij EdlCakardæan CYsCulR)asaTburaNd¾FMmYykñúgBiPBelak . enHCakardæan Edlsala)araMgcugbUBa’)andwknaM eFVIrhUtdl;rbbExµrRkhmeLIgkan;GMNac . enAqñaM1992 sala)araMgcugbUBa’)anebIk mCÄmNÐlmYyCafµIeLIgvijenARkugPñMeBj bnÞab;mkenAesomrab ehIycab;Gnuvtþkargar CYsCulCaeRcIn kñúgRkbx½NÐshRbtibtiþkar GnþrCati EdlsMrbsMrYledayGgÁkaryUeNsáÚ (UNESCO) edIm,IEfrkSatMbn;GgÁr .

bc©úb,nñ sala)araMgcugbUBa’kMBugGPivDÆ skmµPaBCalkçN³GnþrCati edaybegáInnUvkic© shRbtibtiþkar nigPaBCaédKUrbs;xøÜn CamYy RksYgFmµkarnigkic©karsasna RksYgvb,Fm’ nigviciRtsil,³nigGaCJaFrGbSraénRbeTs km<úCa RBmTaMgCamYysaklviTüal½ynanaénRbeTs )araMg salaGnuvtþn_karsikSaCan;x<s; nigsala sikSaCan;x<s;xagviTüasa®sþsgÁm nigbNþa saklviTüal½yenAGWru:b nigGU®sþalI .

sala

nigeFVIkarRsav

nigeTscrN_mYy

RCavedIm,IkarGPivDÆn_Cati

)araMgcugbUBa’)anGPivDÆkargar

RbkbedayKuNPa . sala)araMgcugbUBa’cUlrYm pgEdrkñúgkarRbyuT§RbqaMgnwgkarrt;Bn§vtßúsil,³ pþl;CMnYydl;karEfrkSaÉksarcas;²enAtamvtþ

Garamnana

bNþúHbNþal

nigcUlrYmkñúgdMeNIrkarénkar

nigkarepÞrcMeNHdwgtamry³kar

cUlrYmy:agskmµenAkñúgkmµviFIKruekaslü]tþm sikSaénbNþaRbeTsm©as;pÞH .

eRkayBIbBa©b;kargarBRgwgRKwHxagelI kargarCYsCulEpñkmuxR)asaTEb:kxageCIgnwgcab;epIþmdMeNIrkar kñúgGMLúgsisirrdUvqñaM2007-2008xagmux . rIÉkarCYsCulRBHP®kþRBHBuT§rUbkMBugEtdMeNIrkar ehIyenA

eBlkargarrYcral;kñúgGMLúgqñaMenHnwgmanebIkBnøaTIBIreTotedIm,I[ePJóvcUlTsSna . kmµviFICYsCulenHEdl

sßabtükr

CaKMeragmYyFMCageKbg¥s;enAtMbn;GgÁr)anCYybNþúHbNþalGaCIBCaGñkCYsCulR)asaTburaN

Cagcmøak;fµ CagkMe)ar CagpÞH . bc©úb,nñmanmnusScMnYn179nak; RtUv)anCYl[bMeBjkargarenAkardæanenH .

kñúgbribTénkic©shRbtibtiþkarenH

karerobfµR)asaTeLIgvij EdlkMBugEtdMeNIrkarenACan;TIbInwgCYyeFVI[eKrkeXIjvijmUyEpñknUvb:msMrwT§ (Tour de Bronze) EdlebskCncin CIv taxVan; )anRbTHeXIjkñúgeBlsñak;;enARkugGgÁr nacug stvtSr_TI13 . R)asaTenHminGacvileTArksPaBdUcedImTaMgRsug)anenaHeT edaysarkar)at;bg;nUvEpñk xøH²enAeBlmankarpøas;bþÚrd¾FMxagRBHBuT§sasnaenAstvtSr_TI16 . k¾bu:EnþkargarCYsCulerobcMEdlCitrYc ral;ehIyenaH eFVI[eKGacKyKn;sßabtükmµd¾Gs©arüénR)asaT\sUrénstvtSr_TI11enH ehIyRBmTaMgGac esI¶csresIrrUbcmøak;RBHBuT§Edl)anksageLIgkñúgGMLúgsm½yeRkayGgÁrenaHpgEdr .

enAqñaM2006 kmµviFIenH)anTTYlrgVan; {Grand Prix} énmUlniFiRBHGgÁm©as; Louis de Polignac tam Gnusasn_rbs;bNiÐtsPasilacarwk nigGkSrsaRsþ .

{ Grand Prix } énmUlniFiRBHGgÁm©as; Louis de Polignac tam Gnusasn_rbs;bNiÐtsPasilacarwk nigGkSrsaRsþ . 25

dMNaMekAs‘URKYsar

Fran

Cambodge

e

dMNaMekAs‘UCalkçN³RKÜsar

CakIþsgÇwmmYysMrab;RbCaCnrab;Ban;RKÜsar

dMNaMekAs‘UCalkçN³RKYsar ³ kic©RbwgERbgmYyRbkbedayeCaKC½y

TIPñak;garGPivDÆn_)araMg (AFD) )aneRCIsykextþkMBg;cam EdlCatMbn;manTMenomTMlab;daMdMNaMekAs‘UelI {dIRkhm} énRbeTskm<úCa edIm,Ipþl;fvikadl;KMeragdMNaM ekAs‘UCalkçN³RKYsarcMnYn2 . tamry³CMnYy]btßmÖBIKMerag {dMNaMekAs‘UCalkçN³RKYsar} Edlpþl;fvikaedayTIPñak;garGPivDÆn_)araMg GKÁnaykdæancMkarekAs‘U)an erobcMrcnasm<½n§edIm,IGnuvtþKMerag EdlrYmmanRkumCMnYybec©keTs karpþl;kUnekAs‘URbkbedayKuNPaBx<s; ¬BIcMkarkUneQInigfñalBUC¦ karpþl;\NTansMrab; ry³eBlEvg nigRsbtamtMrUvkar . cMkarkUneQI nigfñalBUCEdl)anerobcMeLIgedayKMeragxagelI )anCYy[eKGacEckcaykUnekAs‘URbkbedayKuNPaB ehIyRbCaCn mUldæank¾)anTTYlsÁal;KuNPaBenHEdr . ehtudUecñH ekAs‘UEdldaMmuneKenAqñaM1999 cab;epþImpþl;plenAqñaM2005 edayTTYl)an TinñplTwkC½r800KILÚkñúg1hikta. tYelxenHeRcInCag eTVdg ebIeRbobnwgtYelx)a:n;sµantamry³karsikSaBIlT§PaBénkarpþl;Tinñpl. m:üageTot edaysarkMeNIntMélTIpSarekAs‘U FmµCaticab;BIqñaM2004mk eFVI[vis½ydMNaM ekAs‘UCalkçN³RKYsarkan;EtmansnÞúHxøaMg køaEfmeTot. enAqñaM2006 eK)a:n;sµanfa dMNaMekAs‘UnwgekIndl;cMnYn 9000hikta. GKÁnaykdæancMkarekAs‘UeCOCak;fa enA qñaM2015 dMNaMekAs‘UCalkçN³RKYsar GacekInBI5mWun dl; 1Esn hikta .

dMNaMekAs‘U Cavis½ymYYyd¾sMxan;sMrab; AFD

1Esn hikta . dMNaMekAs‘U Cavis½ymYYyd¾sMxan;sMrab; AFD jardins à bois dMNaMekAs‘UCalkçN³RKYsar ³

jardins à bois

dMNaMekAs‘UCalkçN³RKYsar ³ EpñkmYyéneKalneya)aykat;bnßyPaBRkIRk

cab;BIqñaM1999mk eK)a:n;RbmaNfa edaysarKMerag {dMNaMekAs‘U CalkçN³RKYsar} ekAs‘UcMnYn 3000 hiktafIµeTotnwgRtUv)andaMenAkñúg extþkMBg;camsMrab;RbCaCnRbEhl 1000 RKYsar . Ep¥kelIlT§plCadMbUgenH eyIgsgÇwmfanaeBlGnaKt TinñplC½r GacekIndl;1500KILÚkñúg1hikta . tamtMélTIpSarbc©úb,nñ KW1200 duløarkñúg1etan TinñplC½rekAsU‘enHGacpþl;cMNUlRbcaMqñaMCamFüm 1500 duløar sMrab;GñkdaMdMNaMekAs‘UxñattUc . b:uEnþKYrerobcM[man\NTansMrab;ry³eBlEvg edIm,IeqøIytbnwg tMrUvkar niglkçN³BiesséndMNaMekAs‘U kñúgeKalbMNgCYydl;GñkdaM xñattUc (GaCIvkmµelIdITMhMBI 2 eTA 3hikta)³ \NTancMnYn 750duløar sMrab;ry³eBlx©I20qñaM edayeFVIkarTUTat;sgvijCaelIkTI1kñúgry³eBl 8 qñaM . dMeNIrkarenH EdlRtÚvCYydl;RbCaCnpgEdr edIm,ITTYl)annUv b½NÑkmµsiT§dIsMrab;ykmktmál;kñúgkarxI©R)ak;)anCYy[RKYsar Edl cUlrYmGnuvtþKMeragcMnYn 70 °GaccakecjBIPaBRkIRk .

26

TnÞwmnwgkarcUlrYmGnuvtþeKalneya)aykat;bnßyPaBRkIRk TIPñak;gar GPivDÆn_)araMg AFD nig)anerobcMEpnkar nigkmµviFIKMeragBRgwgBaNiC¢- smtßPaB (PRCC) k¾eFVIGnþraKmn_pgEdr kñúgRkbx½NÐkmµviFIBRgwg BaNiC¢smtßPaB edIm,IelIkkMBs;C½rekAs‘UExµrenAelITIpSarGnþrCati tam ry³kareFVIviBaØabnkmµ EdlTTYlsÁal;edayGñkTij. viFankarenH Edl P¢ab;CamYyviFankarepSg²dUcCa ³ karEklMGdMeNIrkarRKb;RKg {ExS plitC½rekAs‘U} BICMhandMNaMdl;CMhanEkécñC½r nwgCYyeFVI[tMélC½rekAs‘U ExµreLIg)an20°EfmeTot . GnuRkwtümYysIþBIkareFVIviBaØabnkmµekAs‘U RtUv)ancuHhtßelxaenAedImExmifunaqñaM2007 ehIyfIµ²enH mankar erobcMenATIRkugPñMeBjnUvsniñsITmYysþIBIekAs‘UGas‘an . sniñsITenH Edl]btßmÖedayTIPñak;gar AFD nwgCYyeFVI[ekAs‘UExµrmanmuxCafIµenA elITIpSarGnþrCati . CMnYyfvikafIµrbs; TIPñak;gar AFD nwgGnuBaØat[eKbegáItnUv lkç½x½NÐRKb;RKan;edIm,IBRgIkdMNaMekAsU‘Ca lkçN³RKYsar[kan;EtmanRTg;RTayFM EfmeTot EdlCakIþsgÇwmsMrab;RbCaCn RkIRkCaeRcInRKYsarrs;enAkñúgextþq¶ay dac;Rsyal .

RkIRkCaeRcInRKYsarrs;enAkñúgextþq¶ay dac;Rsyal . Collecte du Latex produit par l’hévéa. photo : © AFD

Collecte du Latex produit par l’hévéa.

photo : © AFD

mIRkUhirBaØvtßú KWCakUnesarbMEbkvdþRkIRk

Fran

Cambodge

e

mIRkUhirBaØvtßú KWCakUnesakat;bnßyPaBRkIRk

enHCa)avcnarbs;smaKmmIRkUhirBaØvtßúCati ¬smaKmmIRkUhirBaØvtßúkm<úCa¦ enAkñúgRbeTsmYy EdlRbCaCnPaKeRcInsßitkñúgPaBRkIRkenAeLIy .

www.afd.fr
www.afd.fr

mIRkÚhirBaØvtßú - mIRkU\NTan - \NTanCnbT

RbCaCnkm<úCacMnYnmYyPaKbYnTTYl)an

plRbeyaCn_BImIRkÚhirBaØvtßú

skmµPaBenH)ancab;epþImenAedImTsvtSr_ 1990 ehIykMBugEtGnuvtþeday sßab½nmIRkUhirBaØvtßúcMnYn17 EdlmanGaCJab½NÑBIFnaKarCatikm<úCa . enAqñaM 2006 RbCaCncMnYn 609 388 RKYsar)anTTYl\NTanEdlmanTwkR)ak;srub 245 landuløar . ebIeyIgKitCamFüm kñúgmYyRKYsarmansmaCikcMnYn 5 b¤ 6 nak; eyIgGac)a:n;sµanfa manRbCaCncMnYnRbEhl 3/3 lannak; EdlTTYl plRbeyaCn_BIesvamIRkUhirBaØvtßúenH b¤ esIµnwg 24° éncMnYnRbCaCnsrub . mIRkUhirBaØvtßú)anbMerI[RbCaCnCag 100 lannak;TUTaMgBiPBelak ehIytam ry³karsikSaCaeRcIn)anbgðaj[eXIjfa mIRkUhirBaØvtßúpþl;lT§plCaviC¢man cMeBaHkarRbyuT§RbqaMgnwgPaBRkIRk . elakbNÐit mh:U aemd ynU sU EdlCa {GñkbegáIt}mIRkUhirBaØvtßúenH )anepþImeFVIskmµPaBenHenARbeTsbg;køaedskñúg TsvtSr_ 1970 ehIy)anTTYlrgVan; {NUEblsnþiPaB} enAqñaM 2006.

{mIRkUhirBaØvtßú} KWCaBaküTUeTAeRbIsMrab;kMNt;esvakmµnanaTak;Tinnwg \NTanxñattUc . edaysarEtBaküenHmingayyl;enAtamCn bTsßab½n mYycMnYn)anBüayamCMnYsBaküenH edayeRbIBaküepSgvij KW {\NTan CnbT} . \NTanb¤ {mIRkU\NTan} ¬\NTanxñattUc¦ KWCaskmµPaBsMxan; bMputkñúgvis½ymIRkUhirBaØvtßú b:uEnþmansßab½nxøH)anbEnßmesvakmµepSgeTot dUcCa karRbmUlluyepJIBIGtifiCn nigkarFanara:b;rgGayuCIvitGtifiCn . TMrg;\NTancMnYnBIr EdleKeRbICajwkjab;enaHKW ³ - \NTanlkçN³CaRkum ³ pþl;[buKÁlmYyRkum ehIyGñkx©IRtUvTTYlxus RtUvsgvijCaRkum . \NTanenHmanTMhMTwkR)ak;CamFümBI 50 eTA 150

duløar . CaTUeTAry³eBlx©I KW12Ex . - \NTanlkçN³CabuKÁl ³ CakrNImYyd¾kMr EdlCaTUeTAcaM)ac;[mankarFanac,as; las; nigGacmanTMhMTwkR)ak;rhUtdl; 2000duløar b¤ elIsBIenH. CaTUeTAry³eBlx©I KW 24Ex. GRtakarR)ak;BI 2>5° dl; 3>5° kñúgmYyEx.

kar]btßmÖKaMRTCabnþbnÞab;BIkic©shRbtibtiþkar)araMg

nAqñaM1993 TIPñak;garGPivDÆn_)araMg (AFD) cab;epþImpþl;CMnYy]btßmÖdl;sßab½nmIRkUhirBaØvtßúCaeRcIn . TIPñak;gar AFD )ancUlrYmkñúgkarGPivDÆn_vis½ymIRkUhirBaØvtßú CamYysßab½nmIRkUhirBaØvtßúmYycMnYn nigFnaKarCati km<úCa tamry³karpþl;R)ak;CMnYyCabnþbnÞab; ¬pþl;7elIk KitCaTwkR)ak;srubcMnYn12lanGWr:U¦ kareFVIGnþraKmn_ kñúgkarFanaedIm,I[sßab½nmYyGacx©IR)ak;edayKitCaR)ak;erol¬qñaM2005¦ karcUlrYmmUlFnedaysaxa{Rb)U ak: U} (PROPARCO) skmµPaBbNþúHbNþaleFVIeLIgedaymCÄmNÐl{esehbV } (CEFEB). karGPivDÆn_vis½yenHdMeNIrkareTAedayrYmKñaepþatelITisedAEtmYyCamYyCMnYy]btßmÖshRbtibtiþkar)araMg epSgeTot . ]TahrN_ KMeragGPivDÆn_dMNaMekAs‘UCalkçN³RKYsar )anCYyGñkPUmidaMekAs‘U[TTYl)annUv\NTan mIRkUhirBaØvtßúpgEdr .

dMeNIrkarGaCIvkmµrbs;GRmwt EdlCaeCaKC½yd¾FMeFgmYyenA kñúgvis½yenH RtUv)anerobrab; edayemaTnPaB edaysßabnik
dMeNIrkarGaCIvkmµrbs;GRmwt
EdlCaeCaKC½yd¾FMeFgmYyenA
kñúgvis½yenH RtUv)anerobrab;
edayemaTnPaB edaysßabnik
mñak;énsßab½nenHkñúgesovePA
dMeNIrpSgeRBgkñúgmIRkUhirBaØvtßú

27

viTüasßanbec©kviTüakm<úCabMerIdl

KWCa :sBaØabBa¢ak;BItMbn;énplitpl}b¤ ?

Fran

Cambodge

e

eRmckMBt sURtesomrab Ggár)at;dMbg

KWCa :sBaØabBa¢ak;BItMbn;énplitpl}b¤ ?

PaBsMbUrEbbxagvb,Fm’ nigbec©keTsplit Edl)ancgRkgRbmUlpMþút²KñaBICMnan;mYyeTACMnan;mYy edayplitkrenAtamCnbTRsukERscMkar )aneFVI[RbeTskm<úCa køayeTACaRbeTsmYysMbUreTAedayplitplmanKuNPaBx<s; nigmankitiþsBÞEfmeTotpg . kmµviFIBRgwgBaNiC¢smtßPaB ¬k>B>B>s¦ Edlbc©úb,nñkMBugdMeNIrkarman eKaledACMrujkarGnuvtþkMNt;sMKal;PUmisaRsþ (Indications Géographiques) CamYyPaKITak;TinkñúgRsuknana erobcM[ IG enHmanlkçN³RtwmRtUveTAtamc,ab; nigerobcMy:aglMGitnUv IG CaKMrUenH edIm,IeFVICa]bkrN_mYykñúgkarbegIántMélTIpSarsMrab;GñkplitenAtamCnbT .

kMNt;sMKal;PUmisaRsþ

rbs;BYkKat; RBmTaMgBaNiC¢namEdlbBa¢ak;BIKuNPaBplitplénRkumhu‘nmYy . karTTYlsÁal;tam EbbbT IG KWCa»kasmYysMrab;bNþaplitkrenAtamCnbTRsukERscMkar kñúgkarelIktMélcMeNHeFVI EdlBYkKat;TTYl)anBICMnan;mYyeTACMnan;mYy . eKGaccat;Tuk IG Ca {sBaØabBa¢ak;BItMbn;énplit- pl} .

(IG) CYy[m©as;plitpltamEbbRbéBNInanaGackarBarnUveQµaHTMnij

niymn½yénkMNt;

sMKal;PUmisa®sþ

(IG)

niymn½yénkMNt; sMKal;PUmisa®sþ (IG) kMNt;sMKal;PUmisaRsþ

kMNt;sMKal;PUmisaRsþ

RBmTaMgGacelIktMélkitiþnaménplitplRbéBNIrbs;Kat;pÞal; .

(IG) eFVI[ksikrExµrGaccUleTAkan;TIpSarnana)anRbesIrCagmun

ehtuGVIeyIgRtUvkar

{kMNt;sMKal;PUmisa®sþ}

enAkñúgRbeTskm<úCa

{kMNt;sMKal;PUmisa®sþ} enAkñúgRbeTskm<úCa eyagtambBaI¢beNþaHGasnñmYyEdl)anerobcMeLIgenAqñaM2005

eyagtambBaI¢beNþaHGasnñmYyEdl)anerobcMeLIgenAqñaM2005 nigqñaM2006 plitplEdlsMKal;eday IG mandUcCa ³ Rkvaj TwkRtI b¤ Rbhukesomrab sURt eRmckMBt Ggár)at;dMbg sáretñatkMBg;s<W nigplitplEkécñdéTeTot .

etIplitplNaxøHGacTTYl sÁal;Caplitpl IG

. etIplitplNaxøHGacTTYl sÁal;Caplitpl IG kmµviFI k>B>B>s EdlGnuvtþ

kmµviFI k>B>B>s EdlGnuvtþ nigRKb;RKgedayRksYgBaNiC¢kmµshkarCamYyRksYgksikmµ rukçaRbmaj; nigensaT nwgerobcMbegIátCakardkBiesaFn_nUv kMNt;sMKal;PUmisaRsþcMnYnmYy b¤ BIr edIm,IbgðajBIPaBRtwmRtUvénviFankarenH nigCMrujkarnaMecjplitplExµreTATIpSarGnþrCati RBmTaMgedIm,IbNþúHbNþalm®nþI rbs;RksYgTaMgBIr kñúgkarbegIátnUvkMNt;sMKal;PUmisaRsþfIµ² kñúgkarRtÜtBinitü nigpþl;karKaMRTdl;TMrg;kar lMGitepSg²eTot . GgákareRkArdæaPi)al)araMg GRET RtUv)aneRCIseriIs[CYyRksYgBaNiC¢kmµkñúgkarGnuvtþkmµviFIenH .

CMhanbnÞab;énkmµviFIBRgwg

BaNiC¢smtßPaB

www.afd .fr
www.afd .fr

viTüasßanbec©kviTüakm<úCa

viTüasßanbec©kviTüakm<úCabMerIdl;

karGPivDÆn_RbeTs

Fran

Cambodge

e

karGPivDÆn_RbeTs Fran C ambodge e Visite de l’ITC de Mme Tasca, présidente du groupe

Visite de l’ITC de Mme Tasca, présidente du groupe sénatorial d’amitié franco-cam- bodgien photos : ©ITC

cab;taMgBIqñaM1993mk RbeTs)araMg)ancab;epþImCYyEklMGviTüasßanbec©kviTüakm<úCa (ITC) CafIµeLIgvij ehIyrhUtmkdl;sBV éf¶enH viTüasßanenAEtbnþTTYlCMnYy nigkic©shRbtibtiþkar)araMg .

viTüasßanmanKuNsm,tiþkñúgkarbNþúHbNþalm®nIþRkbx½NÐbec©keTsnana

EdlcaM)ac;dl;karksag

nigGPivDÆn_RbeTskm<úCaeLIgvij

manvisVkr

nigGñkbec©keTsCan;x<s;xagvisVkmµKImI cMNIGahar GKIÁsnInigfamBl eTBekaslüsuIvil B½t’manviTüanigKmnaKmn_ visVkm

µ]sSahkmµ nigeRKOgynþ RBmTaMgxagvisVkmµCnbT

. sMrab;fñak;bec©keTsCan;x<s;RtUv)anbeRgonCaPasaExµr nig)araMg rIÉvKÁbNþúHbNþal

visVkrbeRgonCaPasa)araMg. nisSitTaMgGs;k¾eronPasaGg;eKøspgEdr .

kmµviFIBRgwgBaNiC¢smtßPaB ¬k>B>B>s¦

kic©shRbtibtiþkar)araMg)anerobcM]bkrN_ BiessmYysMrab;CYyRbeTskMBugGPivDÆ edIm,I cUlrYm[)anRbesIrCagmunkñúgBaNiC¢kmµGnþrCati KWkmµviFIBRgwgBaNiC¢smtßPaB ¬k>B>B>s¦ . k>B>B>s CYyBRgwgsmtßPaBénRbeTsmYycMnYn [yl;RBmnigGnuvtþtamEbbbT b¤k,ÜnBaNiC¢kmµ GnþrCati nigbegáInsmtßPaB kñúgkarnaMecj plitpl . edaymankarcUlrYm]btßmÖBIRksYg esdækic©nighirBaØvtßú nigerobcMGnuvtþeday TIPñak;garGPivDÆn_)araMg (AFD) k>B>B>s kMBug ]btßmÖdl;KMeragcMnYnbIenAkm<úCa ³ - EklMG[RbesIrCagmunnUvKuNPaBekAs‘U nigkar naMecjtamry³karbBa¢ak;FanaKuNPaB -CMrujkarnaMecjplitplsMelokbMBak;eday erobcMbEnßmnUveKalneya)ayTTYlxusRtUvEpñk sgÁmkic© ¬eragcRkRKb;RKgFnFanmnusSl¥ RbesIrCagmun¦ -karerobcMEbbbTbBa¢ak;nUvRbPBPUmisaRsþ énplitpl ¬b>b>P>p>¦edIm,IbBa¢ak;sar³sMxan; nigbegáIntMélénplitplrbs;ExµrenATIpSar GnþrCati.

karcUlsikSaenAviTüasßanbec©kviTüakm<úCa RtUv eFVIeLIgtamry³karRblgRbECgd¾sRmitsRmaMg mYy ehIymanEtsisSCab;)ak;DubEdlmannieTÞs l¥CageKbu:eNÑaHeTIbGaceTAeFVIets_þRblgcUl)an . cab;BIqñaM1993mk mankarykcitþTukdak;CaBiess cMeBaHnisSitmkBIextþkñúgkarcUleronenAviTüasßan kñúgeBlEdlkareRCIserIssisSRsI[cUleronRtUv )anGnueRKaH . kñúgn½yenH RbeTs)araMgk_)an CYysagsg;GenþvasikdæanmYy sMrab;sisSRsIenA Ek,rmNÐlsikSa . bc©úb,nñ nisSitEdlkMBugTTYl karbNþúHbNþaldMbUgmancMnYnsrub 1200nak; . taMgBIqñaM2004 fñak;dwknaMviTüasßansuT§EtCaExµr dUcKñaenHEdrcMeBaHRkumKruekaslüEdlmanRKU beRgonRbEhl120nak; rYmTaMgsa®sþacarüPasa )araMgpgEdr . KuNPaBEpñkKruekaslüénsBaØab½RtviTüasßan ITC nigkareFVI[karbNþúHbNþaltRmUveTAnwg esdæ- kic©Cati nigesdækic©tMbn;RtUv)aneKTTYlsÁal; ³ TIpSarkargarsMrab;nisSitRtUv)anFana edayBYkeK PaKeRcInRtUv)anesIñpþl;kargar[ muneBlbBa©b;kar sikSaeTAeTot .

tamry³karbNþúHbNþalGñkbec©keTs CaeRcInRbkbedaysmtßPaB viTüasßanbec©k

viTüakm<úCa

esdækic©RbeTskm<úCa ehIydMeNIrkarRbkbeday lkçN³RbCaFibetyünigKuNPaBénkarbNþúH bNþalrbs;xøÜn)aneFVI[viTüasßanenHkøayCaKMrU sMrab;RKwHsßan]tþmsikSaTaMgGs;kñúgRbeTs nigkñúg tMbn; . TsSn³vis½yrbs;viTüasßankñúgkarvivtþn_man

eRcIn kñúgxN³tYnaTIxøÜnenAkñúgtMbn;kMBugmankarrIk cMerIn . karbegáItnUvEpñkRsavRCav karBRgIkkic© shRbtibtiþkarCamYyshRKasnana karGPivDÆn_

karbNþúHbNþalbnþ

kareRCIsyknUvmuxviC¢afµI²

EdlTak;TgeTAnwgkarrIkcMerInénvis½yesdækic© enAkñúgRbeTsCamuxRBYjd¾sMxan;kñúgkarvivtþn_xøÜnna eBlGnaKt .

mantYnaTIclkrkñúgkarGPivDÆn_

enAkñúgRbeTsCamuxRBYjd¾sMxan;kñúgkarvivtþn_xøÜnna eBlGnaKt . mantYnaTIclkrkñúgkarGPivDÆn_ www.itc.edu.kh 29
www.itc.edu.kh
www.itc.edu.kh

29

Rkumhu‘nkUminExµr

Fran

Cambodge

e

RkumhunkUminExµr

CaeCaKC½yrbs;)araMgenAkm<úCa

enAeBleKniyayBIeCaKC½yrbs;)araMgenAkñúgRbeTskm<úCa eFVI[eKnwkdl;eQµaHRkumhu‘nCaeRcIn CaBiessRkumhu‘n kmU ni Exrµ Rkumhu‘nenHQrlMdab;TI1kñúgvis½yCMnajnanarbs;xøÜn ³ visVkmµGKIÁsnI visVkmµxagm:asuInRtCak;nigeRKOgynþ karplit nigbgðÚrTwk .

(Comin Khmere) . bc©úb,nñ

Rkumhu‘nmanelak dUmInik kaRTI (Dominique Catry) CatMNagEdlRbvtiþpÞal;xøÚnrbs;Kat;man karTak;Tgy:agCitsiñT§CamYynwgRkumhu‘n kUminExµr . kaledImeLIy eQµaHenHRtUv)andak;[Rkumhu‘n daNWm:akmYy Edl)anmkrksuIenARsukExµrkñúgTsvtSr_TI60 . naeBlenaH Rkumhu‘nmanbuKÁlikCagbIBan;nak; EdlkñúgenaHmanelak dmU nI ki kaRTI mñak;pgEdr . RBwtiþkarN_qñaM1975 )aneFVI[Rkumhu‘nenHbiTTVar . enAedIm TsvtSr_90 GtItRbFankariyal½ysikSarbs;Rkumhu‘nenaHEdlCaCnCati)araMg)anRtLb;mkRbeTskm<úCavij edIm,IbegIátRkumh‘unpÞal;xøÚn . edayrlwkGtItkal Kat;)aneFVI[eQµaH kmU ni Exrµ rs;eLIgvijCafIµmþgeTot .

Siège de Comin Khmere © Comin Khmere

. Siège de Comin Khmere © Comin Khmere kUminExµr Rkumhu‘nenH

kUminExµr

Rkumhu‘nenH EdlmanedImTund¾tictYcbu:eNÑaHenAeBlbegIátdMbUg )anbegIánsmtßPaBrbs;xøÚntamry³kar pÁt;pÁg;plitplCamYykarpþl;esvakmµd¾l¥ . enAeBlbc©úb,nñ cMNucxøaMgrbs;Rkumhu‘nKWsißtenAelIesvakmµ d¾sMbUrEbbrbs;xøÚn EdlRKbdNþb;eTAelIRKb;dMNak;kalTaMgGs;énKeRmag ³ pþl;RbwkSa kareFVICMnYjeRKOgbrikçar bec©keTs tMeLIg]bkrN_ pþl;esvaEfTaM .l. edaysarKuNPaBénesvakmµTaMgenHehIy eTIbRkumhu‘n TTYl)anviBaØabnb½Rt ISO 9001 : 2000 .

eTIbRkumhu‘n TTYl)anviBaØabnb½Rt ISO 9001 : 2000 . www.cominkhmere.com
www.cominkhmere.com
www.cominkhmere.com

CaRkumhu‘nkñúgRsukd¾BitR)akdmYyEdlmanbuKÁlikPaKeRcInCaExµr KWxusBIRkumhu‘nRbkYtRbECg

nigmanl½kçx½NÐebovtSRbkbeday

karBRgwgEpñkFnFanmnusSeRKagnwg

erobcMeLIgedIm,ITak;TajebkçCncUlbMerIkargar[)aneRcInEfmeTot . eBlenH Rkumhu‘nkUminExµrmanbuKÁlik

breTsepSg²eTot

GtßRbeyaCn_

.

buKÁlikTTYl)ankarbNþúHbNþaly:agRtwmRtUv

.

kñúgbrikarN_kgVHkMlaMgBlkmµRbkbedaysmtßPaB

cMnYn360nak;

kñúgenaHmanGñkCMnajbreTs25nak;

.

buKÁlikTaMgGs;eTIbEtcUleTAeFVIkarenATIsñak;karfIµ

rbs;Rkumhu‘n .

BIqñaM2001-2006 TwkR)ak;CMnYjmankarekIneLIg4dg edayekInBI4/3dl;17landuløar . kñúgcMeNam kardæanFM²EdlRkumhu‘n)anpþl;esvaman ³ GakasyandæanGnþrCatiPñMeBj nigesomrab eragcRkGKIÁsnIÉkCn KEP nig CEP . kUminExµr k¾BRgIkskmµPaBrbs;xøÚnpgEdrenAeRkARbeTskm<úCa . Rkumhu‘nenH cMNuH[Rkumhu‘nem kUminGasuI (Comin Asia) CamYynwgkUminéf nigkUminevotNam . Rkumhu‘nemenH )andak;ecjnUvyuT§saRsþénkareFVItMbn;PavUbnIykmµEdlEp¥kelIkarpøas;bþÚrsmtßPaBrvagRkumhu‘ncMNuHepSg² . Cak;Esþg GñkCMnajkarkUminExµrmYycMnYnRtUv)ancat;bBa¢Ún[eTAeFVIkarCamYyKeRmageragcRk sUnIjú:g plit eRKOgsmÖar³eGLicRtUnikenATIRkughUCImuij .

fñak;dwknaMrbs;Rkumhu‘n)aneFVIkarBicarNaeday

suTidiæniymGMBITsSnvis½ysMrab;ry³eBlmFüm

Rkumhu‘nsegáteXIjGñk

.

KWCak;c,as;Nas;fa shKmn_kUminRtUvbnþnUvfamv½nþ

énkarGPivDÆn_d¾xøaMgkøarbs;xøÚn

bc©úb,nñkñúgRbeTskm<úCa nigkñúgtMbn;Edr .

dUckMeNInesdækic©

nigsMrab;ry³eBlEvg.

vinieyaKbreTscUlmkkm<úCakan;EteRcIneLIg²

nigkñúgtMbn;Edr . dUckMeNInesdækic© nigsMrab;ry³eBlEvg. vinieyaKbreTscUlmkkm<úCakan;EteRcIneLIg² 30

CMnYbCamYyyuvCnExµrEdlniymPasa)araMg

Fran

Cambodge

e

CMnYbCamYyyuvCnExµrEdlniymPasa)araMg

Pasa)araMg

nigsMerckþIR)afñarbs;xøÜneTAtamCMnajEdlBYkeKeBjcitþ. xageRkam enH KWCakarerobrab;bBa¢ak; nigmhic©tarbs;BYkeK.

nigvb,Fm’)araMg

kMBugmankarTak;TajyuvCnExµr

.

kñúgcMeNamBYkeKTaMgGs

manbYnnak;)an

eRCIserIsPasa)araMgedIm,IksagCIvit

xJMú)ancab;epIþmeronKUrKMnUrenAkñúgCMrMCnePosxøÜnsayFU (Site 2) enACab;RBMEdnéf .

sa®sþacarüKMnUrrbs;xJMúKWCaCnCati)araMg . Kat;xMeronniyayPasaExµr

Nas; bu:EnþenAEtminGacniyay)an . xJMúRslaj; nigmankarGaNitKat;CaxøaMg dUecñH

ehIyeTIbxJMúsMerceronPasa)araMgedIm,IKat; nigedIm,ITak;TgCamYyRKÜsarKat; . bnÞab;mk xJMú)ansÁal;mitþPkiþ)araMgCaeRcInnak;eTot eRBaHman

sil,kr)araMgmYycMnYn)anmkGgÁkarhVarBnWøsil,³ edIm,IeFVIkarbNþúHbNþal nigsMEdgepSg² . Pasa )araMgmansarsMxan;xøaMgNas;sMrab;TMnak;TMng CamYyBYkeKsMrab;bkERb[kUnsisSExµreyIg nig sMrab;sikSaÉksar EdlCajwkjab;eRcInsresrCa Pasa)araMg . ebIniyayBIsil,³vij xJMúyl;fa RbeTs)araMgmanvb,Fm’d¾rugerOgbMput . pÞúyeTA vij xJMúmankarregÁóscitþy:agxøaMgcMeBaHcMNucxøH² én :GarüFm’)araMg : dUcCa ³ karmuCTwkRsatenA tammat;smuRT mnusSmñacUlcitþERskCMTaldak; KñaenAkñúgrfePIøgeRkamdI kUn²EtgEtTuk«Bukmþay ecalenAkñúgmCÄmNÐlEfrkSamnusScas; >>>.

elakRsI

evr: n:U ki

RsI bNþÚl

sil,kr viciRtkr nigsa®sþa- carüsil,³sUnrUbénsmaKm hVarBnWøsil,³extþ)at;dMbg

taMgBIkumarPaBmk

)araMgeRBaHfakalBICMnan;RbLg)ak;DubqñaM1992

xJMú)ansikSary³eBl1qñaM fñak;GnubNiÐtxag «RsavRCav RbB½n§sV½yRbvtþ » enAsala ENSEEIHT TIRkugTUlU kñúgzan³ CanisSitGaharUbkrN_énrdæaPi)al)araMg. bTBiesaFn_enH)an pþl;[xJMúnUvsmtßPaBbec©keTsTMenIbkñúgvis½yviTüasa®sþvisVkmµ ehIyedaysarEtsmtßPaBenH xJMú)ankøayCaRKU-kmµsikSakarI enAed):atWm:g;visVkmµGKiÁsnI nigfamBlénviTüasßanbec©kviTüa km<úCa . bTBiesaFn_enHk¾eFVI[xJMú)ansÁal;pgEdrBIvb,Fm’ nigBIRbeTsmYyEdlBitCamankarxusEbøkBIRbeTsrbs;xJMú EdlvaCaGMeNayplmYyd¾sMxan;enAkñúgbrisßanénkargar BhuCatinaeBlbc©úb,nñenH .

elIkenH xJMúvilRtLb;mkkan;TIRkug TUlUmþgeTot edIm,IeronyksBaØab½Rt bNiÐtedaymaneKalbMNgkøayCa sa®sþacarüenAviTüasßanbec©kviTüa km<úCa eRkayeBlRtLb;mkRbeTs vij .

xUv mkra RKÚ-kmµsikSakarIenA viTüasßanbec©kviTüakm<úCa QIv yIs‘ag KWCaRbFankariyal½ysikSa nig kmµsikSa
xUv mkra
RKÚ-kmµsikSakarIenA
viTüasßanbec©kviTüakm<úCa
QIv yIs‘ag
KWCaRbFankariyal½ysikSa nig
kmµsikSa énsalaPUminÞrdæ)al

vic¢ka Gayu25qñaM

nagmkBIextþ)at;dMbgehIy RtUvecjeTARbeTs)araMgna srTrdUvenH edIm,Ibnþkar sikSaEpñkRbvtiþviTüaenA

saklviTüal½y)a:rIs_7

´EtgmanbMNgkan;kargarmYyEdl

mankarTTYlxusRtUvenAkñúgCYrmuxgarsaFarN³enARbeTs km<úCa . pÞúyeTAvij ´)ansMercbMNgenHedaysarPasa

manbT

bBa¢aepSg²EdlminGac[´cuHeQµaHeronenAmhaviTüal½y c,ab;dUckþIbMNgrbs;´)an. ehtudUecñHehIyeTIb´)an

eRCIserIseronbriBaØab½RtPasa)araMg edayyl;fakarecH PasaenHsÞat;nWgmansarRbeyaCn_dl;´eTAeBleRkaykñúgkarsikSaEpñknItisaRsþ eRBaHfa RbeTskm<úCamanRbB½n§c,ab;tamEbbr:UmauMg-GaløWm:g; EdlCaekrdMENlBIsm½yGaNaBüa- )al)araMg. kñúgeBlkMBugsikSaPasa)araMg ´)anman»kaseFVICaGñkCMnYykar[GñkÉkeTs

)araMgmñak;enAEpñkshRbtibtþikar)araMgénsalaPUminÞrdæ)al . enAeBlenaHehIyEdl´)an xitCiteTArkkIþbMNgrbs;´ . edaysarkarecHPasa)araMgsÞat;CMnaj eTIbbnÞab;mk´man sMNag edayRtUv)ansßanTUt)araMgRbcaMRkugPñMeBjeRCIserIs[kan;tMENgCaGnuB½n§sar B½t’man nigCaGñkbkERbsMrab;elakÉkGKÁrdæTUt. kñúgcenøaHeBlenaH´k¾)ankøayeTACa saRsþacarüenAsaklviTüal½yPUminÞPñMeBj TIEdl´)anbeRgonPasa)araMgmYyry³ . eRkay mkeTot ´)anbnþkarsikSafñak;eRkay]tþmEpñkviFIsaRsþbeRgonPasa nigvb,Fm’enAsakl viTüal½y Paris III – Sorbonne - Nouvelle . kareroneRtomrbs;´sMrab;RbLgcUl

ENA¦ )ancab;epþImeFVIenAqñaM 1998 ehIy´RtUv)aneKTTYl[cUleronenA

salaenHenAqñaM2003 . GVIEdl´)ansegát nigsikSaenAsalad¾manekr×þeQµaHl,IrnÞWenH )an bBa¢ak;[´eXIjkan;Etc,as;BItYnaTId¾sMxan;rbs;rdæ)alenAkñúgdMeNIrkarEkTMrg; nigGPivDÆn_

RbeTskm<úCa . CamYyKñaenHpgEdrkarsikSaenA ENA )anpþl;[´nUvsmtßPaB nigesckþI køahankñúgkarcUlrYmcMENkd¾sþÜcesþIgenAkñúgkarTTYleCaKC½yelIbBaðaTaMgenH. Ca»kas

ENA Pøam´RtUv)aneKTTYl[eFVICaRbFan

viessvisalmYy RKan;EtTTYl)ansBaØab½RtBI

kariyal½ysikSa nigkmµsikSaenAsalaPUminÞrdæ)altaMgBIExemsaqñaM2005mk . salaenH RtUvsßab½npþl;CMnYycat;TukfaCakEnøgEkTMrg;rdæ)alsaFarN³ . CagenHeTAeTotBIrbIEx eRkaymk´k¾RtUv)aneRCIserIseday xuTÞkal½ysemþcnaykrdæm®nþIkm<úCa [TTYlbnÞúkkargar bkERbÉksarnigbkERbpÞal;mat;sMrab;RbmuxraCrdæaPi)al . CarYmsMrab;´ Pasa)araMgKWCa Pasayand¾BitR)akdmYysMrab;cMlgcMeNHdwg vb,Fm’ nigCakarebIkTUlayeTAkan;BiPBelak .

vicäkaGayu25qñaM . nagmkBIextþ )at;dMbg ehIyRtUvecjeTARbeTs )araMgnasrTrdUvenH edIm,IbnþkarsikSa EpñkRbvtiþviTüaenAsaklviTüal½y )a:rIs_7 . xJMú)aneronPasa)araMgtaMgBI Gayu10qñaMmkemø:H CamYyRKUBiess mñak; ehIybnÞab;mk xJMúeronenAsaxa mCÄmNÐlvb,Fm’)araMgenA)at;dMbg . «BukmþayxJMúcg;[xJMúeFVIeBTü b:uEnþxJMúcg; eFVICaGñkkarTUtCag . eRkaymk xJMú)an cUleronenAsaklviTüal½yPUminÞPñMeBj

nigenAed)a:tWm:g;Pasa)araMg ehIyxJMú k¾)aneronPasabreTsdéTeTotpgEdr dUcCaGg;eKøs nigéf KWkñúgeKalbMNgkøayCaGñkkarTUtmñak; . bu:Enþ bniþceRkaymk xJúMEbrCaeTAcab;GarmµN_nwgbBaðasRmuHsRmÜlKña rvagshKmn_nana enAkñúgRbeTskm<úCa nigkarbRgÜbbRgÜmCati. kalenaH xJMú)anCYbsa®sþacarüRbvtiþviTüaCnCati)araMgmñak; Kat;)an pþl;[xJMúnUvcMeNHdwgnigkarRtiHriHBicarNaxagRbvtiþsa®sþ EdlGac [xJMúRCÜtRCabbBaðaTaMgenH nigcUlrYmkñúgdMeNIrkarbRgÜbbRgÜmCati nigsniþPaBrvagshKmn_nana . ktþaTaMgenHehIyEdleFVI[ xJMúsMerccitþeTAbnþkarsikSaEpñkRbvtþiviTüaenARbeTs)araMg edIm,Iyk cMeNHdwgTaMgenHmkEckcaybnþenARbeTskm<úCa . Pasa nig vb,Fm’)araMg)anpþl;[xJMúnUvesrIPaBkñúgkarriHKit eRCIserIsmuxviC¢a sikSa nigCYyRbeTsxJMú tamry³karpþl;GaharUbkrN_dl;xJMúenH .

salardæ)alCati ¬