Vous êtes sur la page 1sur 2

Mr VERDI Patrice

Objet : TA de NICE
C/O Mr VERDI Marcel
..
.. VICE DE PROCEDURE 34 rue rené dunan
.. DEMANDE DE DOMMAGES ET INTERETS 06150 CANNES LA BOCCA
.. 450 000 Euros JUSTIFIES
GSM : 06 62 75 73 47
.. FAX : 09 56 09 40 26

Monsieur VERDI Patrice Cannes la Bocca le 16/10/08

Mansuy Gérard
Coordonnées principales

• 1 r d'Entrecasteaux 13100 AIX EN PROVENCE


o tel : 04 42 38 46 35
o fax : .04 42 26 44 87

Maître MANSUY,
J’ai l’honneur de vous écrire afin de vous éclairer un peu mieux sur ma personnalité, car si les faits que je vous ai dénoncé
lors de mon précédent courrier sont absolument politiques et donc dangereux pour ceux qui les contestent, je me considère
toutefois comme l’un deux, non pas par quelques liens de caste ou autres mais par une volonté résistante d’appartenir
prochainement à ceux qui font ou défont les règles de la démocratie et les assurent avec courage et dignité en
marginalisant ma pensée de l’esprit grégaire de certains élus nationaux de la majorité et même de l’opposition qui
cautionnent une certaine forme d’autoritarisme convenu mais certainement pas convenable pour les concitoyens.
Consciente de mes capacités, l’administration dans sa grande lâcheté a décidé un jour de me livrer à la meute, mais dans
celle-ci où la lâcheté prévaut largement , je suis un loup dominant et ne serai jamais un agneau, ni pour l’argent qu’ils vont
me donner de toute façon , ni pour le pouvoir que je prendrai dans tous les cas. Je vous ai fait part de problèmes
politiques, judiciaires graves et presque invraisemblables, pourtant j’avais omis de vous préciser que grâce à toutes ces
années d’exclusion sociale, j’ai étudié en diagonale le code pénal, le CPP, le code monétaire et financier, le code civil, le
code de la justice administrative, le CSS, le CGI , et surtout l’ensemble des décrets du JO qui pouvaient me concerner ainsi
que les nombreuses jurisprudences liées à l’ensemble des tribunaux contactés. De ce fait, la collaboration que je vous
demande de bien vouloir m’accorder, est une simple élaboration des faits car en pièce jointe je vous transmets le recours
en annulation transmis au TA de NICE contre mon arrêté de radiation par l'existence d'une violation de mes droits à la
défense en vertu de l’article 4 du décret du JO N°84-961 du 25 octobre 1984 qui précise la durée nécessaire entre la
convocation initiale du fonctionnaire incriminé dans la procédure disciplinaire et la mise en place de cette commission. Ce
délai est fixé à 15 jours au minimum or l’arrêté émis par Monsieur le Député Maire de CANNES le 12 Octobre 2006
précise que la lettre d’information en LR + AR envoyé par Monsieur Claude MORIN, adjoint au Député Maire de
CANNES et délégué au personnel date du 14 Septembre 2006 et la réunion ainsi que la décision de la Commission
Administrative Paritaire date du 26 Septembre 2006, il y a donc une violation manifeste du délai minimum de quinze jours
des droits de la défense en vertu du décret précité. Ce vice de forme est incontournable et moi aussi, le juge des référés de
la quatrième chambre du TA de NICE a rejeté ma demande de suspension de l’arrêté précité en évoquant avec une
partialité qui n’échappera à personne, le fait qu’il n’y avait pas urgence et n’a donc en conséquence jamais parlé de ce vice
de procédure afin de me pousser à engager une action devant le conseil d’état qui aurait certainement cautionné sur la
forme ce magistrat, ce que je n’ai bien sur pas fait car je ne simplifie jamais la tâche des amis de mes ennemis. Depuis mon
dernier courrier, les choses semblent évoluer rapidement car j’ai avisé très rapidement avec mes réseaux, l’ensemble des
TGI, des cours d’appel, des associations de défense des enfants, les ministères concernés, mais aussi les préfectures, les
députés de l’opposition, les sénateurs, et certains médias qui tiennent désormais à avoir des informations complémentaires
dans cette misérable affaire concernant certaines pratiques barbouzades qui rappellent étrangement le SAC mis en place
par les nouveaux barons du gaullisme ; puis avisé par des amis discrets mais efficaces, j’apprends que Pierre BROCHAND
qui représentait la toute puissance policière et de renseignement de son frère pour service rendu à la Nation a été mis sur
la touche et son frère le suivra bientôt car je prévois déjà, un départ pour cause de santé. Tout le monde pense que la
coordination des services de renseignement par Monsieur BAJOLET est la conséquence de son départ précipité, étant
donné son âge, mais c’est faux, car pour rester à la piscine il faut savoir nager sans se mouiller même pour la Famille. En
ce qui me concerne, si nous convenons d’une association pour cette affaire qui est bouclée et qui nécessite la présence d’un
avocat car je demande 4500000 € de dommages et intérêts d’une façon très détaillée dans un dossier exhaustif que je vous
transmettrai ultérieurement si nous parvenons à un accord et qui remet en cause sans ambiguïté l’impartialité de
l’administration dans cette affaire mais aussi démontre par des documents probants les conséquences morales, physiques,
économiques et sociales supportées injustement par l’ensemble de ma famille depuis 2001 et qui semblent d’ailleurs être la
causalité du départ précipité de Monsieur VIAN, préfet des AM me précisant dans son dernier courrier qu’il n’était pas
compétent dans cette affaire et qu’il transmettait l’ensemble de mes doléances au procureur de GRASSE en se dédouanant
totalement ; en conclusion , si vous acceptez de m’assister dans cette expérience, nous pourrons alors user de votre
notoriété ainsi que de l’article 761-1 du code de la justice administrative afin que vous décidiez de la somme payée par
l’Etat que vous tenez à percevoir pour vos talents de ténor incontestable du barreau.
Cordialement, VERDI P.
PJ : 1 EMAIL : SERMENTPV@GMAIL.COM
............................
17 octobre 2008
Page 2