Vous êtes sur la page 1sur 4

Propositions de corrigés pour les exercices de révision concernant la numération

Exercice 1

1°) Calculs en base cinq 2°) Utilisation de la base dix

Méthode « traditionnelle » 4312 base cinq = 4 × 53 + 3 × 52 + 1× 5 + 2 = 582


4 13 11 12 2323 base cinq = 2 × 5 3 +3 × 52 + 2 × 5 + 3 = 338
- 582 - 338 = 244
2 3 2 3 Pour terminer, on écrit 244 en base cinq :
1 1 1
« sept 2 4 4 5
1 4 3 4 moins trois 4 48 5
ça fait 4 » 3 9 5
4 1
ou
« six moins
« huit moins trois ça fait 2 4 4 5
quatre ça fait trois » 4 48 5
quatre » 3 9 5
4 1 5
1 0
« quatre moins
trois ça fait 1 » ou

Méthode « par cassage » 244 = 48 × 5 + 4


48 = 9 × 5 + 3
3 12 10 9= 1×5+4
4 3 1 12 1= 0×5+1
-
2 3 2 3

244 = 1434base cinq


1 4 3 4
« sept
moins trois Donc :
ça fait 4 » 4312 base - 2323 base = 1434 base
cinq cinq cinq

« cinq moins
« sept moins
deux ça fait
trois ça fait
trois »
quatre »

« trois moins
deux ça fait

Conclusion :
4312 base cinq - 2323 base cinq = 1434 base cinq

Page 1/4
Exercice 2

1°) Soit n le nombre maximal de paquets que Marc pourra réaliser.


n doit être le PGCD de 108 et 135 (car n doit être un diviseur de 105 et un diviseur de 135 et
car n doit être le plus grand possible).
108 = 2² × 3³ et 135 = 3³ x 5 donc PGCD(108 , 235) = 3³ = 27

Marc pourra faire au maximum 27 paquets.

2°)
108 135
Il y aura soit 4 billes rouges et soit 5 billes noires dans chaque paquet.
27 27

Exercice 3

1°) Le seul nombre possible est 43 125.

2°) Soit N le nombre cherché.


Première condition : N = 15 cdu
Deuxième condition : c, d et u sont distincts et c, d et u sont différents de 1 et différents de 5
Troisième condition : c = 0 ou c = 3 ou c = 6 ou c = 9
Quatrième condition : u = 6 ou u = 8
Cinquième condition : d = c + 1

Recherche des nombres solutions :

Premier cas : u = 6
c=0 d=c+1=1 impossible car on doit avoir d ≠ 1
c=3 d=c+1=4 n = 15 346
c=6 impossible car u ≠ c
c=9 impossible car d devrait être égal au successeur de 9 mais celui-ci
n’est pas un nombre à un chiffre
Deuxième cas : u = 8
c=0 d=c+1=1 impossible car on doit avoir d ≠ 1
c=3 d=c+1=4 n = 15 348
c=6 d=c+1=7 n = 15 678
c=9 impossible car d devrait être égal au successeur de 9 mais celui-ci
n’est pas un nombre à un chiffre

Conclusion :
Il y a trois possibilités : N = 15 346 ou N = 15 348 ou N = 15 678.

3°) On cherche N = cdu avec c ≠ 0 car N est un nombre à trois chiffres..


M = cud
P = dcu donc d ≠ 0 car P est un nombre à trois chiffres.

N + 36 = M ⇔ 100c + 10d + u + 36 = 100c + 10 u + d ⇔ 9d - 9u +36 = 0 ⇔ 9u = 9d + 36


⇔u=d +4

N - 270 = P ⇔ 100c + 10d + u - 270 = 100d + 10c + u ⇔ 90c - 90d - 270 = 0 ⇔ c = d + 3

Page 2/4
Recherche des nombres solutions :

d = 1 u = 5 c = 4 N = 415
d = 2 u = 6 c = 5 N = 526
d = 3 u = 7 c = 6 N = 637
d = 4 u = 8 c = 7 N = 748
d = 5 u = 9 c = 8 N = 859
(u doit être égal à d + 4 ; il est donc impossible que d soit égal à une valeur plus grande que 5
car d + 4 ne serait pas un nombre à un chiffre)

Conclusion :
Il y a cinq possibilités : N = 415 ou N = 526 ou N = 637 ou N = 748 ou N = 859.

4°) Question complémentaire (remarque : le corrigé reprend en grande partie ce qui a été
proposé dans les annales de la COPIRELEM 2006)

a) Les exercices demandent tous de bien connaître la signification et la valeur des


différents chiffres composant l’écriture d’un nombre dans notre système de numération
décimale.

b) Exercice 1 puis exercice 4 puis exercice 2 puis exercice 3

Justification :

Pour l’exercice 1 (qui est un exercice d’application) :


• les définitions de “chiffre des …” et “de nombre de …” sont appliquées à des nombres de
quatre chiffres ;
• un exemple permet à l’élève de s’approprier la consigne et de compléter une phrase pour
qu’elle soit vraie ;
• il n’y a qu’une réponse possible.

Pour l’exercice 4 (qui est encore est un exercice d’application) :


• l’élève doit explorer une collection importante de nombres ayant jusqu’à sept chiffres ce qui
fait intervenir la différence entre « chiffre des milliers » et « nombre de milliers ») ;
• il n’y a pas d’exemple pour aider l’élève à s’approprier la consigne ;
• chaque réponse comporte plusieurs nombres à extraire de la collection donnée.

Pour l’exercice 2 (qui est un exercice plus complexe) :


• des connaissances relevant de plusieurs notions mathématiques sont sollicitées :
- savoir distinguer “chiffre des …” et “de nombre de …” ;
- savoir comparer des nombres entiers inférieurs à 10 ;
- savoir calculer la somme de deux nombres entiers inférieurs à 10 ;
- savoir calculer le double d’un nombre entier inférieur à 10.
• l’élève doit prendre en compte deux types d’informations :
- celles données par l’écriture chiffrée incomplète (nombre de chiffres, valeur de certains
chiffres) ;
- celles données par la (les) condition(s) que doit vérifier le nombre cherché (valeur du “nombre
de …”, relations entre un chiffre cherché et un (des) chiffre(s) déjà présent(s) dans l’écriture
chiffrée).
• il n’y a qu’une seule solution à la question posée.

Pour l’exercice 3 (qui est un problème de recherche) :

Page 3/4
• il faut exploiter les informations données pour en déduire :
- le nombre total de chiffres utilisés pour l’écriture usuelle chiffrée d’un nombre ;
- la valeur de chacun des chiffres.
• certaines informations sont fournies sous forme conditionnelle et obligent à faire des
hypothèses :
- « Si on m’ajoute 1, mon chiffre des milliers augmente de 1 » conduit à envisager les écritures
du type (n + 1) où une retenue se « propage » jusqu’à modifier le chiffre des milliers ;
- « Si on m’ajoute 1, tous mes chiffres changent » conduit à envisager les écritures du type
(n + 1) où une retenue se « propage » pour modifier tous les chiffres ;
puis à vérifier ces hypothèses.
• les connaissances sollicitées relèvent aussi de plusieurs notions mathématiques :
- encadrement d’un nombre entier entre deux puissances de dix (millier et million);
- détermination du successeur d’un nombre.
- nombre de chiffres

c) Caractéristiques de l’exercice 4 qui justifient l’intérêt de la proposer à des élèves de cycle 3


(réponses possibles) :

- Il fait travailler le vocabulaire de la numération (« chiffre et nombre ») avec des nombres assez
grands (de l’ordre du million) pour aller jusqu’au chiffre des milliers et au nombre de milliers.
- Les nombres proposés sont bine choisis pour confronter les élèves aux principales difficultés
de la numération de position.
Par exemple, pour la question « 40 pour nombre de milliers », l’élève est confronté à : 40 000 ;
740 000 ; 760 634 ; 1 740 325.
- Les élèves doivent aller chercher eux-mêmes les nombres dans une longue liste et il ya a
plusieurs nombres qui répondent à la description donnée. La réponse n’est pas unique.
- Cet exercice est de bon niveau, ni très facile, ni très difficile. Les élèves peuvent s’engager
dans la tâche avec les premières questions même s’ils ne la mènent pas jusqu’au bout ou s’ils
oublient certaines réponses.

Page 4/4
http://pernoux.pagesperso-orange.fr/