Vous êtes sur la page 1sur 132

TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Réalisation d’un guide de solutions


pour l’aménagement urbain durable
Enora JACOB

Hayat LAHOUAICHRI

Responsable : Catherine BUHE

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Table des matières

PARTIE A: ................................................................................................................................................. 7

Problématique................................................................................................................................................. 8

1. Méthodologie .................................................................................................................................... 10
1.1. Deux documents fondamentaux .................................................................................................. 10
1.1.1. Etude sur les ZAE...................................................................................................................................................10
1.1.1. Démarche HQE²R (voir annexe) ....................................................................................................................11
1.2. Organisation et fonctionnement.................................................................................................. 11
1.3. Cheminement suivi .......................................................................................................................... 12

2. Matrice d’interaction ...................................................................................................................... 13


2.1. Justification de nos choix ............................................................................................................... 13
2.1.1. Choix et classement des thèmes ....................................................................................................................13
2.1.2. Choix et classement des objets .......................................................................................................................15
2.2. Définition des thèmes ..................................................................................................................... 17
2.3. Définition des objets en fonction des différentes familles et sous-familles .................... 27
2.4. Matrices d’interactions .................................................................................................................. 30
2.4.1. Mode d’emploi ........................................................................................................................................................30
2.4.2. Matrices d’interactions thèmes/objets ......................................................................................................31
2.4.3. Matrice d’interaction thèmes/thématiques ............................................................................................35

3. Guide de solutions pour l’aménagement urbain durable : fiches récapitulatives ......... 36


3.1. Justification du choix des thèmes que nous avons approfondis ......................................... 36
3.2. Réduire la consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie. ...................... 37
3.3. Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité ............................................... 38
3.4. Assainissement et qualité des eaux rejetées ............................................................................ 39
3.5. Confort acoustique .......................................................................................................................... 40

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

PARTIE B : Fiches ........................................................................................................................... 42

1. Réduire la consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie ....................... 43


1.1 Quartier ...................................................................................................................................... 46
1.1.1. Energie ........................................................................................................................................................................46
1.1.1.1. Les énergies renouvelables ...................................................................................................................... 46
1.2 Bâtiment ..................................................................................................................................... 47
1.2.1. Enveloppe..................................................................................................................................................................47
1.2.2. Fermeture..................................................................................................................................................................47
1.2.3. Equipements ............................................................................................................................................................49
1.2.3.1. Le confort Thermique................................................................................................................................. 49
1.2.3.2. Chauffage par rayonnement :................................................................................................................. 49
1.2.3.3. Emetteurs de chauffage ............................................................................................................................ 55
1.2.3.4. Chauffage thermodynamique ................................................................................................................. 60
1.2.3.5. Comparaison des différents systèmes de chauffage ..................................................................... 71
1.2.3.6. Le contrôle des équipements techniques (la GTB) ........................................................................ 76
1.2.3.7. Le point de vue de professionnels ......................................................................................................... 79
1.2.4. Ouverture ..................................................................................................................................................................81
1.3 Organisation.............................................................................................................................. 83
1.3.1. Architecte conseil ..................................................................................................................................................83

2. Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité ............................................... 92


2.1. Quartier .............................................................................................................................................. 95
2.1.1. Eau pluviale ..............................................................................................................................................................95
2.1.1.1. Cuve basique ................................................................................................................................................... 95
2.1.1.2. Cuve de redistribution................................................................................................................................ 96
2.1.2. Eau potable ...............................................................................................................................................................98
2.1.2.1. Economiseur d’eau ...................................................................................................................................... 98
2.1.3. Eau industrielle ......................................................................................................................................................98
2.1.3.1. Bassins ou cuves de récupération d’eau de pluie........................................................................... 98
2.1.3.2. Réutilisation de l’eau .................................................................................................................................. 98

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.1.4. Eau verte ....................................................................................................................................................................98


2.1.4.1. Micro-irrigation ............................................................................................................................................ 98
2.1.4.2. Irrigation par gravité................................................................................................................................. 99
2.1.5. Espaces verts ........................................................................................................................................................ 100
2.1.6. Mutualisation-Infrastructure ....................................................................................................................... 100
2.2. Bâtiment .......................................................................................................................................... 101
2.2.1. Espaces verts ........................................................................................................................................................ 101
2.2.2. Eaux pluviales ...................................................................................................................................................... 101
2.2.3. Eaux industrielles............................................................................................................................................... 101
2.2.4. Enveloppe............................................................................................................................................................... 101
2.2.5. Equipement ........................................................................................................................................................... 101
2.2.6. Matériaux................................................................................................................................................................ 102
2.3. Organisation ................................................................................................................................... 102
2.3.1. Architecte conseil ............................................................................................................................................... 102
2.3.2. Choix des activités.............................................................................................................................................. 102
2.3.3. Gestion et entretient ......................................................................................................................................... 102
2.4. Tableau récapitulatif ................................................................................................................... 103

3. Assainissement et qualité des eaux rejetées ......................................................................... 107


3.1. Quelques notions à connaître .................................................................................................... 107
3.2. Quartier ........................................................................................................................................... 108
3.2.1. Voiries ...................................................................................................................................................................... 108
3.2.2. Eau usée .................................................................................................................................................................. 108
3.2.2.1. Station d’épuration .................................................................................................................................. 108
3.2.2.2. Le lagunage.................................................................................................................................................. 110
3.2.2.3. Système d’assainissement non collectif........................................................................................... 114
3.2.3. Eau industrielle ................................................................................................................................................... 115
3.2.4. Eau pluviale ........................................................................................................................................................... 117
3.2.5. Eau stagnante ....................................................................................................................................................... 117
3.2.6. Espaces verts ........................................................................................................................................................ 117
3.2.7. Mutualisation- Infrastructure ...................................................................................................................... 118

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3.3. Bâtiment .......................................................................................................................................... 118


3.3.1. Eau pluviale ........................................................................................................................................................... 118
3.3.2. Eau usée .................................................................................................................................................................. 118
3.3.3. Eau industrielle ................................................................................................................................................... 118
3.3.4. Voirie......................................................................................................................................................................... 118
3.4. Organisation ................................................................................................................................... 119
3.4.1. Architecte conseil ............................................................................................................................................... 119
3.4.2. Choix des activités.............................................................................................................................................. 119
3.4.3. Implantation services....................................................................................................................................... 119
3.4.4. Gestion et entretient ......................................................................................................................................... 119
3.5. Tableau récapitulatif ................................................................................................................... 119

4. Confort acoustique ....................................................................................................................... 121


4.1. Quartier ................................................................................................................................... 121
4.1.1. Voirie .............................................................................................................................................................. 121
4.1.2. Espace vert .................................................................................................................................................. 122
4.2. Bâtiment .................................................................................................................................. 125
4.2.1. Enveloppe .................................................................................................................................................... 125
4.2.2. Equipements ............................................................................................................................................... 126
4.2.3. Matériaux ..................................................................................................................................................... 126
4.2.4. Ouvertures ................................................................................................................................................... 126
4.3. Organisation........................................................................................................................... 127
4.3.1. Architecte conseil..................................................................................................................................... 127
4.3.2. Transport collectif ................................................................................................................................... 129
4.3.3. Plan masse ................................................................................................................................................... 129
4.3.4. Voirie .............................................................................................................................................................. 129
4.3.5. Résumé sommaire ................................................................................................................................... 130

Conclusion ................................................................................................................................................... 131

Bibliographie .............................................................................................................................................. 132

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

PARTIE A:

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Problématique
Notre premier travail a été de se réapproprier le sujet en le redéfinissant, d’une part les termes
employés et d’autre part, le sujet en lui-même. Ceci nous a permis de vérifier que le commanditaire,
Mme Buhé et les exécutants, nous, avions bien compris le sujet. En effet, il était impératif de vérifier que
nous avions la même vision du sujet et du délivrable.

Au cours de cette étude, nous allons utiliser les notions suivantes :

• Aménagement urbain durable : Penser l’aménagement urbain en intégrant les facteurs de


développement durable (à savoir économique, écologique, social et culturel) de manière durable
dans le temps.

• Guide de solutions : Guide de propositions à l’échelle du quartier faisant interagir les différents
thèmes et objets opérationnels.

• Thème : Problématique du développement durable à l’échelle du quartier

• Objet : Elément sur lequel l’acteur peut agir (en phase conception, construction, maintenance et
gestion)

• Quartier : On inclut dans le quartier les industries, les logements, les commerces, les bureaux, les
réseaux et les espaces publics.

Nous pouvons raisonner selon deux approches différentes :

• Approche descendante : thème vers objets


Avantages : Cela nous semble plus concret et plus logique. Nous partons de l’objectif (le thème du
développement durable) vers la solution (les objets). Donc avantage au niveau de la recherche

Inconvénients : les thèmes du développement durable ne parle pas forcément aux acteurs de
l’aménagement alors que les actions sur chacun des objets si.

• Approche montante : objet vers thèmes


Avantages : Du point de vue du lecteur (les acteurs de l’aménagement), il est plus intéressant pour eux
d’avoir une guide classé par objets. Ils pourraient partir directement de ce qu’ils peuvent faire sur un
objet donné et ensuite voir ce que cela apporterait dans le développement durable. C’est plus concret
pour eux, actions vers thème. Donc avantage au niveau de l’utilisation.

Inconvénients : En partant de l’objet, il est plus difficile de remonter vers les thèmes car on voit moins
bien le lien.

Nous avons choisi de raisonner de façon descendante, des thèmes vers les objets car cela nous semble
plus naturel et plus efficace au niveau de la recherche.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

La commande consiste donc à réaliser un guide organisé par fiches.

Ces fiches seront organisées par thèmes puisque nous avons choisi l’approche descendante. Chaque
fiche correspondra donc à un thème avec : la définition et l’explication précise du thème (technique,
philosophique ou autre), les enjeux et les solutions donc, comment et à quelles phases intervenir sur les
objets.

Nous avons choisi pour notre étude l’échelle du quartier car cela réduit la quantité des données
nécessaires et représente un ensemble de vie cohérent où peut s’appliquer le développement durable.

Dans un premier temps, il s’agira de définir les thèmes du développement durable à l’échelle du
quartier. Nous nous appliquerons à établir une liste exhaustive : expliquer le phénomène, ses enjeux et
ses limites.

Nous ferons ensuite la liste des objets qui correspondent à chaque thème. Et pour synthétiser nous
ferons une matrice regroupant les interactions thèmes-objets.

Dans un troisième temps, nous traiterons plus en détails certains thèmes. Nous choisirons et ferons
valider ces thèmes en fonction de nos connaissances personnelles, de nos préférences et de la
disponibilité ou accessibilité des informations. Nous ne pourrons pas traiter tous les thèmes par manque
de temps.

Ce guide est destiné aux acteurs d’un projet d’aménagement urbain des phases de conception,
construction, maintenance et gestion. Le guide doit être simple à parcourir et à comprendre car les
acteurs n’auront pas forcément de compétences dans le développement durable.

Notre guide pourrait ne pas convenir à certains acteurs de l’aménagement. Ils pourraient souhaiter agir
directement sur un objet pour ensuite voir les conséquences sur le développement durable. Cependant
nous avons fait un choix, expliqué précédemment. De plus nous avons facilité l’utilisation de ce guide en
réalisant des fiches récapitulatives. Elles contiennent principalement les solutions classées que nous
proposons.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1. Méthodologie
1.1. Deux documents fondamentaux
Pour débuter notre étude nous avons pu nous appuyer sur deux documents : une étude précédente
réalisée par le CSTB et Mme BUHE ainsi que le cercle HQE²R.

Ces deux études ont un point commun : le développement durable.

1.1.1. Etude sur les ZAE

L’étude sur les ZAE (Zone d’activités économiques) a été réalisée par le CSTB (Centre Scientifique et
Technique du Bâtiment). Elle est divisée en deux parties.

La première présente les divers objets opérationnels utilisés, leurs définitions, leurs structures. On peut
y trouver les différents intervenants lors d’un projet d’une ZAE. Ces intervenants sont appelés les
acteurs du projet. Les acteurs interviennent sur certains objets à des moments précis du projet.

Ces objets opérationnels ont été classés en famille physique et organisationnelle. Ce qui a ensuite
permis une classification sous forme de tableau avec la définition des objets, les acteurs mis en jeu et les
phases concernées (programmation, conception, etc.).

La deuxième partie du rapport expose des matrices appelées d’interaction. Ces matrices sont des
tableaux à deux entrées : les objets opérationnels et les thèmes du développement durable. Elles sont
organisées par familles, les mêmes que précédemment.

Grâce à un système de croix, on peut voir clairement sur quels thèmes agissent les objets.

Ce document a été une bonne base de départ pour nous aider à organiser notre travail par rapport aux
thèmes et aux objets. Nous avons pu reprendre le concept de matrice d’interaction ainsi que la plupart
des objets. Objets fonctionnels auxquels nous avons rajouté d’autres qui nous semblaient pertinents.

Cependant, il ne correspondait pas tout à fait à la problématique du quartier que nous voulions mettre
en avant. Certains thèmes ou objets abordés dans ce document n’étaient pas appropriés à l’échelle d’un
quartier.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.1.1. Démarche HQE²R (voir annexe)

La démarche HQE²R aborde les cibles et questions incontournables lorsque l’on traite de la
transformation durable un quartier. Elle est issue d’un projet européen réalisé par le CSTB, cofinancé par
la Commission européenne. Elle date de fin Mars 2004.

Elle porte sur l’intégration du développement durable dans les projets d’aménagement et de
renouvellement urbain à l’échelle des quartiers et des bâtiments les constituants.

Le cercle HQE²R est une transcription sous forme d’un tableau, un cercle qui présente les objectifs du
développement urbain durable ainsi que des indicateurs pour chaque thème. Il est organisé sur 6
principes d’actions, 5 objectifs et 21 cibles déclinées en 61 indicateurs. Les outils peuvent être utilisés
indépendamment les uns des autres et à d’autres échelles territoriales.

Cette démarche a été instructive. Nous avons pu nous inspirer des thèmes proposés afin de les remanier
et de créer nos propres thèmes. Cette démarche est plus adaptée à l’étude d’un quartier que l’étude sur
les ZAE. Ce document n’aborde pas la question des objets opérationnels sur lesquels il faudrait agir. Il
nous donne une série d’indicateurs. Aucun objet n’est donc mis en relation avec les thèmes dans ce
document. Il nous a fallu créer nos propres interactions entre nos objets et nos thèmes choisis.

1.2. Organisation et fonctionnement

Au début, nous étions quatre étudiantes très intéressées pour réaliser cette étude expérimentale. Pour
cela, l’étude a été divisée en deux. Cela nous a permis de participer toutes au projet.

Bien que nous soyons sur deux TX différentes, nous avons réalisé le plus gros du travail en collaboration,
en quatuor. Nous nous regroupons à quatre pour procéder à des réunions et nous réalisons des
comptes-rendus de ces séances.

Nous avons défini une séance toutes les deux semaines, le lundi.

Par la suite, nous nous sommes séparées en binômes pour traiter les thèmes que nous avons décidé
d’approfondir : Enora et Hayat, Célia et Céline. Nous continuons cependant à nous voir régulièrement
afin de rédiger le rapport et d’homogénéiser le guide.

Nous nous étions fixées un planning prévisionnel nous donnant les grandes échéances pour terminer les
étapes importantes.

Nous avons, par la suite, essayé de l’affiner en attribuant un responsable pour chaque rendu et ajouté
des descriptions sur le contenu et le support.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.3. Cheminement suivi

Notre réflexion a suivi les étapes que nous allons décrire ci-dessous.

Nous avons commencé par redéfinir le sujet de notre TX. « Réalisation d’un guide de solutions pour
l’aménagement urbain durable ». Nous avons dû nous approprier le thème en le reformulant avec nos
propres mots. Ainsi nous avons pu vérifier que le commanditaire, Mme Buhé et les exécutants, nous,
avions bien le même point de vue quant au sujet et à son délivrable final.

Ensuite, nous avons recensé les différents thèmes du développement durable : ceux de la démarche
HQE²R et ceux de l’étude sur les ZAE. Nous avons croisé les thèmes qui se recoupaient pour créer notre
propre liste de thèmes sur le développement durable à l’échelle du quartier. Après analyse des deux
démarches, nous avons estimé qu’elles se complétaient, bien que la démarche HQE2R soit plus adaptée
à notre domaine d’étude, le quartier. Nous avons donc obtenu une liste de thèmes avec des intitulés
particuliers, le plus évocateur possible, que nous avons définis par la suite.

Nous avons également harmonisé les objets opérationnels et ajouté certains qui nous semblaient
pertinents et qui n’étaient pas présents dans les deux documents. Puis, nous nous sommes réparties les
thèmes de la liste que nous avions créée et nous les avons définis plus précisément. Le rendu de cette
étape a été la création d’une liste de thème avec une définition de chacun de ces thèmes. Cette liste de
définition était essentielle pour mieux comprendre les thèmes et faire un choix.
Parmi la liste, nous avons choisi, par binôme, quatre thèmes. Ce nombre nous semblait le plus abordable
pour réaliser un travail correct de recherche et de réflexion.

De plus, nous avons vu que le rapport ZAE comprenait des matrices d’interactions thèmes - objets. Ce
support facilite la lecture et la compréhension des enjeux quelque soit l’acteur. Nous avons transposé ce
raisonnement à cette étude tout en restant en adéquation avec notre étude. Cette matrice peut servir
de base aux études ultérieures. Il faut savoir qu’elle n’est pas figée et peut bien sûr évoluer en fonction
des enjeux. Les matrices créées font l’objet d’une partie ultérieure, d’un compte-rendu.

Nous avons aussi réalisé un tableau reprenant les trois thématiques du développement durable :
écologie, économie et social ; et les thèmes inventoriés. Ceci dans le but de représenter les trois enjeux
du développement durable. En effet, du fait de notre formation, nous nous approprions plus facilement
le volet environnemental du développement durable, d’où la nécessité de se replacer au centre des trois
préoccupations.

Une fois ces différents travaux réalisés, nous avons pu commencer nos recherches personnelles
d’approfondissement afin de bien comprendre le contenu des thèmes et discerner les enjeux. Ces
recherches détaillées ont permis de réfléchir à des solutions adaptées pour l’aménagement urbain
durable.
Pour finir, nous avons terminé la rédaction du rapport : des fiches synthétiques résumées et des fiches
plus détaillées.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2. Matrice d’interaction
2.1. Justification de nos choix

2.1.1. Choix et classement des thèmes

Afin de lister les thèmes et objets que nous avons abordé, nous avons commencé par recouper les
données récupérées dans le document que Mme BUHE nous a fourni ainsi que dans le rapport HQE2R.
Dans un premier temps nous nous sommes intéressées aux thèmes qu’ils contenaient. Nous les avons
listés et critiqués. C'est-à-dire que nous en avons exprimé la pertinence et surtout les objectifs et les
Nous avons gardé le classement des thèmes suivant les objectifs à remplir, qu’on retrouve dans la
démarche HQE²R, à savoir:

• Préserver et valoriser l'héritage et conserver les ressources


• Améliorer la qualité de l'environnement local
• Améliorer la diversité
• Améliorer l'intégration
• Renforcer le lien social et la participation et acteurs du développement durable

Visualisation et confrontation des thèmes :

Améliorer la qualité de l'environnement local


HQE²R CSTB Cadre de notre projet
Préserver et valoriser le paysage
Paysage et confort visuel Paysage et confort visuel
et la qualité visuelle
Améliorer la qualité des Qualité des logements et des
Confort acoustique
logements et des bâtiments bâtiments
Améliorer la propreté, l'hygiène
Qualité de l'air et confort olfactif Propreté, hygiène, santé
et la santé
Améliorer la sécurité et la gestion Assainissement et qualité des eaux Améliorer la sécurité et la gestion
des risques rejetées des risques
Améliorer la qualité de l'air Déchets Qualité de l’air et confort olfactif
Réduire les nuisances sonores Nuisances électromagnétiques Confort acoustique
Minimiser les déchets et
Risques Déchets
améliorer leur gestion
Assainissement et qualité des eaux
Hygiène et propreté
rejetées
Sécurité Nuisances électromagnétiques
Remarque : Dans ce cadre ci, les deux démarches, HQE²R et CSTB, se complète bien et nous permet d’élargir le
champ d’action.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Préserver et valoriser l'héritage et conserver les ressources


HQE²R CSTB Cadre de notre projet
Réduire les consommations Réduire les consommations
d'énergie et améliorer la Ressources énergétiques d'énergie et améliorer la
gestion de l'énergie gestion de l'énergie
Amélioration et gestion des Amélioration et gestion des
Ressources en eau
ressources en eau et sa qualité ressources en eau et sa qualité
Eviter l'étalement urbain et
Ressource sols, sous-sol et Ressource sol, sous-sol,
améliorer la gestion de
espace espace
l'espace
Optimiser la consommation
Ressource Matériaux Ressource matériaux
des matériaux et leur gestion
Préserver et valoriser le Préserver et valoriser le
Biodiversité
patrimoine bâti et naturel patrimoine bâti et naturel

Améliorer la diversité
HQE²R CSTB Cadre de notre projet
Diversité de la population Accueil et accompagnement Diversité de la population
Diversité des fonctions Gestion et suivi de zone Diversité des fonctions
Diversité de l'offre de Diversité de l'offre de
Synergie inter-entreprise
logements logements
Remarque : Pour l’objectif « améliorer la diversité », nous avons opté pour la démarche HQE²R. En effet, celle est
beaucoup plus adaptée au cadre de notre projet.

Améliorer l'intégration
HQE²R CSTB Cadre de notre projet
Augmenter les niveaux
Equipement et services de Education et qualification
d'éducation et la qualification
proximité professionnelle
professionnelle
Favoriser l'accès de la Favoriser l'accès de la
population à l’emploi, aux Mobilité, transport et réseaux population à l’emploi, aux
services et équipements de la de télécom services et équipements de la
ville ville
Améliorer l'attractivité du
Economie du territoire Attractivité du quartier
quartier
Eviter les déplacements
contraints et améliorer les
Evolutivité et mixité Mobilité et transport
déplacements à faible impact
environnemental
(1)
Patrimoine
Remarque : Pour cet objectif, nous avons de même opté pour la démarche HQE²R. En effet, celle est beaucoup
plus adaptée au cadre de notre projet.
(1)
: le thème « patrimoine » entre dans le cadre de « Préserver et valoriser le patrimoine bâti et naturel »

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Renforcer le lien social et la participation et acteurs du DD


HQE²R CSTB Cadre de notre projet
Renforcer la cohésion sociale Cohésion sociale et
Citoyenneté
et la participation participation
Améliorer les réseaux de Améliorer les réseaux de
Engagement de la collectivité
solidarité et la capital social solidarité et le capital social
Engagement des porteurs du Engagement des porteurs du
projet global projet global
Engament des entreprises Engagement des entreprises
Remarque : Pour cet objectif, Les deux démarche se complète assez bien dans le cadre de notre projet.

Nous avons classé les différents thèmes suivants les trois volets du développement durable (Social,
économique, environnementale). Ceci nous permettra de former une autre matrice qui recoupe les trois
volets du développement durable et les thèmes définis. La matrice contenant les trois thématiques du
développement durable permet de bien situé la mesure dans laquelle interviennent nos thèmes.

Ces matrices réalisées, nous avons put travailler efficacement sur des thèmes en particuliers. Nous
avons chacune choisie deux thèmes afin de les aborder en profondeur.

2.1.2. Choix et classement des objets

Après avoir listé et classé les thèmes, nous avons listé tous les objets des deux rapports. Nous n’avons
pas supprimé d’objets car ils sont tous pertinents pour notre étude. Par contre nous en avons rajouté
quelques uns, qui nous semblaient importants :

• Eaux stagnantes. Ces eaux peuvent être présentent dans les espaces verts ou dans les systèmes
de circulation ou d’évacuations d’eau.

• Rejets gazeux. Ils peuvent nuire, de façon non négligeable, à la population. Il est donc nécessaire
de traiter cette pollution olfactive entre autres.

Nous avons classé les objets que nous avons listé dans différentes familles : {Quartier; Bâtiment;
Organisation}. Pour ce classement, nous nous sommes inspirés de l’étude réalisée par le CSTB sur les
ZAC, tout en l’adaptant au cadre de notre projet, de même pour les sous-familles :

Constant Extérieur Service


Quartier Entrées Bâtiment Intérieur Organisation Quartier
Sortie Service Bâtiment

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Classement des objets opérationnels suivant les différentes familles et sous-famille

Stationnement
Signalétique
Voirie

Constant
Espaces verts
Clôture
Eclairage
Mutualisation - infrastructure
Mobilier urbain
Quartier Energie
Eau potable
Entrées

Eau indus
Eau verte
Réseau communication
Déchets
Sorties

Eau pluviale
Eau usée
Trafic

Choix des services


Architecte conseil
Déchets
Services

Eclairage
Entretien
Transport collectif
Mutualisation
Choix des activités
Organisation Plan masse
Quartier

Découpage
Implantation services
Implantation public/privé
Voiries
Plan masse
Bâtiment

Gestion et entretien

Organisation locaux

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Espaces verts
Stationnement
Eclairage
Eaux pluviales

Extérieur
Eaux usées
Eaux indus
Clôture
Voirie
Enseigne
Enveloppe
Fermeture
Bâtiment Equipement
Intérieur

Matériaux
Circulation
Ouvertures
Infrastructure, structure
Mutualisation
Déchets
Energie produite
Services

Eaux pluviales
Eaux usées
Eaux indus
Eaux vertes

2.2. Définition des thèmes

1 - Réduire la consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie(HL)

La réduction des consommations d’énergie ainsi que la gestion des énergies est au cœur des
préoccupations actuelles en matière de développement durable. En effet, les ressources d’énergies
primaires tendent à disparaître, de ce fait le prix de l’énergie finale ne fait qu’augmenter. Le secteur du
bâtiment en Europe consomme aujourd’hui plus du tiers de l’énergie globale. Il est en outre responsable
de plus de 40% des émissions totales de CO2.

Les objectifs sont donc :

 D’améliorer les performances énergétiques des bâtiments, entre autre pour les systèmes de
chauffage et de ventilation, en allant au-delà de la réglementation actuelle. On se rend compte,
en effet, que les consommations liés au chauffage représentent plus de la moitié des
consommations d’énergie dans le résidentiel. Les systèmes intégrés aux bâtiments nous

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

permettent désormais d’obtenir de bons résultats en matière de chauffage et de climatisation,


et ainsi de disposer de bâtiment avec des bonnes performances énergétiques, à fortiori avec des
charges réduites pour les usagers.

 Diminuer la consommation en électricité, entre autre pour le secteur résidentiel et tertiaire. En


effet, la consommation de l’énergie électrique en France à presque était multipliée par 3 en
30ans. De plus, les secteurs les plus consommateur d’énergie en France sont le résidentiel et le
tertiaire, avec 64,38% de la consommation électrique total Française en 2006.

 Augmenter au maximum l’utilisation d’énergies renouvelables dans les différents secteurs. En


effet, bien que l’énergie électrique soit celle qui soit le plus consommée, la part d’énergie
renouvelable reste malgré tout très faible et très inférieur aux autres types d’énergie.

 Diminuer les émissions des gaz à effet de serre

2 - Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité (EJ)

Les ressources en eaux nous sont vitales et de plus en plus amoindries. Il est donc important d’améliorer
la gestion de ces ressources donc de mettre en place des systèmes permettant d’économiser l’eau.

Les objectifs sont :

 Diminuer la consommation en eau potable provenant des réseaux communs.

 Utiliser les eaux pluviales et donc développer les systèmes d’utilisation et la qualité des eaux
pluviales, ceci afin d’en faire un usage ménagé ou industriel.

 Créer des bassins de stockage dans les espaces verts pour la municipalité et dans les espaces
résidentiels pour les citoyens. Cette eau serait ensuite utilisée pour l’arrosage ou des usages
ménagés ne nécessitant pas d’eau potable (sanitaire, machine à laver…).

 Il serait aussi nécessaire de revoir les réseaux d’assainissements, type station d’épuration. En effet
des eaux qui n’ont pas besoin d’être traitées (type eaux pluviales) sont entrainées avec les
autres vers les systèmes d’assainissement, se qui aboutie souvent à une saturation des bassins
de traitement.

 Développer des réseaux d’assainissement propre à chaque industrie où au quartier.

Ce thème se limite aux systèmes d’économie d’eau en milieu résidentiel, industriel ou dans le milieu
agricole. Ainsi que les moyens d’assainissement des eaux pluviales mais il ne comprend pas les réseaux
d’assainissement des eaux rejetées.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3 – Ressource sol, sous-sol, espace (CC)

Problème :

L’étalement spatial et la croissance démographique des dernières décennies ont souvent produit des
villes incompatibles avec les principes du développement durable : engorgement routier, taux élevés de
pollution atmosphérique, manque d’espaces verts, lieux délaissés…

Objectif :

Il faudrait donc éviter l’étalement urbain inutile et améliorer la gestion de l’espace en optimisant la
consommation de l’espace à l’extérieur et en améliorant l’organisation de l’espace déjà construit.

Il est nécessaire d’optimiser la consommation de l’espace et de gérer la densité urbaine.

Deux exemples de solution :

• L’optimisation de l’usage des ressources souterraines peut aussi être une solution car le sous-sol
urbain possède un important potentiel s’il est utilisé et géré de manière appropriée. L’emploi
des quatre principales ressources souterraines - espace, eau, énergie géothermique et géo-
matériaux - peut être optimisé. L’espace souterrain peut être utilisé pour concentrer des
infrastructures et des services urbains, l’énergie géothermique et la capacité de stockage de
chaleur du sous-sol peuvent servir au chauffage et à la climatisation des bâtiments, l’eau
souterraine peut être affectée à l’usage domestique et certains matériaux des excavations
peuvent être valorisés comme matériaux de construction, ce qui minimise les transports et le
stockage.
• On peut aussi traiter ce thème en abordant la requalification de ce que l’on appelle les friches
urbaines, ainsi que des terrains pollués.

C’est dans cette problématique que l’on pourra penser aux préoccupations environnementales dans les
documents d’urbanisme tel que le PLU.

4 – Ressource matériaux (CB)

Objectif :

On va traiter, dans ce thème, de l’optimisation de la consommation des matériaux et l’optimisation de


leur gestion. En effet, la consommation efficace de matières premières est un enjeu actuel important.

Il faut prendre en compte les matériaux et les produits recyclables ou réutilisables lors de processus de
constructions, de réhabilitations et de démolitions.

Pour cela, il est important de regarder les bâtiments construits, réhabilités ou démolis qui prennent en
compte l’utilisation des matériaux recyclés, les labels environnementaux, les certifications ou les normes
environnementales, le cycle de vie des matériaux ainsi que la facilité d’entretien et de maintenance.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Il faut noter certains critères importants tels que l’analyse du cycle de vie et les sources d’information
sur les produits. On peut penser à la gestion des déchets de chantier, et l’optimisation du tri qui va en
découler. On peut s’interroger aussi sur le coût dans le choix des matériaux, la fiabilité des labels, la
provenance des produits…

5 - Préserver et valoriser le patrimoine bâti et naturel (HL)

Préserver et valoriser le patrimoine bâti et naturel représente un enjeu non négligeable, s’inscrivant
directement dans la démarche de développement durable. Cette démarche s’articule autour de
plusieurs objectifs :

 Restaurer et mettre en valeur les sites naturels et les sites bâtis dégradés.

 Mettre en place une politique territorialisée de gestion, d’organisation et de mise en valeur


coordonnée des sites naturels.

 Assister et conseiller les acteurs publics et privés dans leurs opérations de réhabilitation de leur
patrimoine bâti non protégé

 Sensibiliser la population locale et de passage à la protection des sites

6 - Paysage et confort visuel (EJ)

Ce thème consiste à mettre en place des systèmes qui préservent et valorisent le paysage et la qualité
visuelle. Il ne prend en compte que le côté esthétique des objets cités, leur harmonisation dans le
quartier, le fait qu’ils n’encombrent ou ne bloquent pas la vue. Cette optimisation doit de plus être
durable, il faut donc mettre en place des systèmes permanents, qui puisse être optimisés et faire l’objet
d’une maintenance régulière.

7 – Qualité des logements et des bâtiments (CB)

Objectif :

Il s’agit d’améliorer la qualité des logements et des bâtiments.

L’amélioration en ce qui concerne la structure doit se faire au niveau de la qualité du bâti, autrement dit
au niveau de l’état des façades, des menuiseries, des halls d’entrée, des caves, des parkings.

En ce qui concerne l’usage, l’amélioration doit se faire sur deux fronts : la qualité des logements avec la
prise en compte du niveau de confort (qualité des matériaux, bruit, chauffage, éclairage) et le niveau de
satisfaction des usagers (nuisances sonores, niveau de confort, etc.).

Les indicateurs pour cet objectif sont le nombre de bâtiments ayant une façade de mauvaise qualité, le
nombre de projets ou de bâtiments construits ou réhabilités avec en ligne de mire la démarche HQE, le
nombre de résidences principales inoccupées et le nombre de logements répondant aux besoins réels
des personnes âgées et des personnes à mobilité réduite.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

8 – Propreté, hygiène, santé (CC)

Problème :

Dans chaque ville nous trouvons des lieux publics comme des trottoirs ou des parcs mal entretenus, des
endroits où l’on ne se sent pas à l’aise puisqu’on ressent le manque d’hygiène du lieu.

Chaque ville possède aussi son quota de logements insalubres ou non conformes, pourtant habités à
chaque fois par des particuliers ou des familles qui ne peuvent s’offrir autre chose. Aujourd’hui nous
avons dans chaque ville des logements non conforme et insalubres. L’insalubrité peut mener à des
problèmes de santé.

La santé est aussi un thème récurrent du monde d’aujourd’hui puisque tout le monde n’a pas toujours
accès aux meilleurs soins.

La propreté, l’hygiène et la santé peuvent donc avoir des conséquences sur le plan environnemental et
sur le plan social. On peut agir sur celui-ci afin d’améliorer la qualité de vie des habitants d’un quartier.

Objectif :

Il faudrait abolir l’insalubrité dans les logements proposés principalement à la location.

Il s’agit d’améliorer la propreté du quartier dans son intégralité.

C’est un droit commun d’accéder aux soins et aux organismes de santé, il faut donc le faire respecter.

Nous ne traiterons pas dans ce thèmes les déchets ni la gestion des eaux, puisqu’ils font partis d’une
autre thématique bien à part. Cependant, il passe par l’amélioration de la propreté dans le quartier et
les parties communes, par l’éradication de l’insalubrité des logements et par la garantie du droit et de
l’accès aux soins et à la santé.

9 - Améliorer la sécurité et la gestion des risques (HL)

On entend par risque « un danger éventuel, plus ou moins prévisible, inhérent à une situation ou à une
activité ». Le risque zéro n’existe pas, mais des mesures peuvent être entreprises de manière à prévenir,
éviter ou éliminer un danger ou une menace. Les problématiques portant sur la sécurité et la gestion
des risques sont fondamentales peu importe les objets sur lesquels cela porte, que ce soit à l’échelle
d’un pays, d’une ville, d’un quartier, d’une infrastructure ou d’une habitation. La réflexion est
essentielle, elle doit débuter en amont du projet et cela tout au long du projet. Les objectifs sont les
suivants :

 Améliorer la sécurité des personnes et des biens en prenant des mesures pour éviter et limiter le
risque de vols, de délit et de crimes.

 Améliorer la sécurité routière.

 Gérer localement les risques naturels tels que les inondations par exemple.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

10 - Qualité de l’air et confort olfactif (EJ)

Les acteurs doivent, dans ce thème, agir à l’intérieur des bâtiments, comme à l’extérieur. En effet, le
confort olfactif doit être respecté dans les bâtiments en installant par exemple des aérations
réglementées, il existe des spécificités pour la qualité de l’air intérieur, mais aussi à l’extérieur. Ceci afin
de respecter les normes de pollution en vigueurs mais aussi le confort des habitants. En effet, certains
rejets peuvent avoir une forte odeur mais respecter la réglementation. C’est pourquoi il faut prendre en
compte la position de ces usines mais aussi des routes. Ainsi que mettre en place des murs, esthétiques,
tels qu’utiliser la verdure afin de protéger les zones d’habitations de ces désagréments.

Un autre impératif rentre aussi dans ce thème, c’est d’agir sur les eaux usées et les déchets, éviter la
proximité des stations d’épurations, des décharges et des lieux de vies. Il est aussi nécessaire d’éviter les
eaux stagnantes, notamment dans les plans d’eau des espaces verts.

11 – Confort acoustique (CB)

Objectif :

Il faut réduire les nuisances sonores produites dans le cadre urbain.

Solution globale :

Pour cela, on peut agir sur plusieurs éléments.

On peut essayer de réduire les nuisances liées au voisinage.

On peut s’attacher à réduire la pollution sonore liée au trafic ou à l’activité dans les quartiers. La
nuisance sonore doit être inférieure à une certaine valeur. Ce critère est utilisé pour caractériser la gêne
occasionnée par du bruit et définir les valeurs limites d’exposition.

On pourra s’intéresser à la réduction des nuisances sonores dans les chantiers de construction,
démolition ou réhabilitation en prenant en compte le problème du bruit pour les riverains et les
ouvriers.

12 – Déchets (CC)

Problème :
849 millions de tonnes de déchets sont produits en France chaque année (2004). Si l'on comptabilise les
déchets industriels et ménagers, un européen produit environ 3 500 kg de déchets par an (2005). Et ces
quantités augmentent…

La quantité et la toxicité des déchets industriels et agricoles sont également en hausse constante tout
comme la quantité de déchets nucléaires. Le traitement des déchets dangereux et des déchets
radioactifs pose un problème de sécurité environnementale et de santé publique majeur. Le
Commissariat général au Plan estime que 75 départements français ne seront plus capables de traiter
tous leurs déchets d’ici 2010.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Voici l’état des lieux. Même si nous trions nos déchets, il y a toujours des déchets qu’il faut
incinérer ou stocker et les coûts de collecte, incinération et stockage restent lourds.

Objectif :

Cette thématique est donc un point important du développement durable et un enjeu quotidien pour
les habitants d’un quartier, d’une ville ou d’un pays étant donné le coût environnemental et financier
qu’il implique de nos jours.

Il va donc falloir minimiser les déchets et améliorer leur gestion en diminuant le poids et le volume des
déchets à la source, en développant le traitement, le recyclage et la valorisation, en maitrisant les
impacts environnementaux et sanitaires, en améliorant la gestion et le traitement des déchets
dangereux et en obtenant des mesures satisfaisantes pour la gestion des déchets nucléaires.

Les principaux déchets pris en compte au niveau du quartier sont les déchets ménagers et les déchets de
chantiers.

13 - Diversité de la population (HL)

La diversité de la population est un élément essentiel pour la prospérité d’un pays, d’une ville, et même
d’un quartier. Cet enjeu s’articule autour de deux préoccupations : l’amélioration de la diversité
économique et sociale, puis l’amélioration de la diversité intergénérationnelle. Si la diversité de la
population est aujourd’hui un objectif affiché par les partis politiques, les chaînes de télévision, les
grandes entreprises ou les établissements d’enseignement supérieur, elle reste malgré tout un concept
assez flou. Il faudrait pouvoir évaluer de manière pertinente et précise les parts de population
actives/inactive selon les catégories socioprofessionnelles, et selon les tranches d’âge.

14 - Diversité des fonctions (EJ)

Ce thème aborde le développement des secteurs économique et social du quartier. Il est question d’agir
sur des objets opérationnels pour favoriser l’activité économique du quartier, le développement des
commerces et des services en générales.

Ce thème est fortement lié à l’économie du quartier, il est nécessaire de baisser les taxes ou
d’augmenter les subventions afin d’offrir plus d’opportunités aux citoyens de développer ces services.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

15 – Diversité de l’offre des logements (CB)

Objectif :

Il faut améliorer la diversité des logements.

Ne l’oublions, le logement est un droit. Il faut améliorer les réponses aux demandes de toutes les
populations différenciées par l’âge, la taille de la famille, les revenus, etc.

Solution globale :

L’amélioration de l’accès à la diversité des logements doit se réaliser à travers les logements sociaux et
le nombre de foyers propriétaires de leur logement. Il faut diversifier au niveau du statut d’occupation
mais aussi du point de vue de la typologie.

Diversifier les offres de logements permettra des possibilités d’évolution à des populations variées.

16 – Education et qualification professionnelle (CC)

L’éducation et la qualification professionnelle sont une cause sociale importante du développement


durable.

La Formation des jeunes, des salariés et des demandeurs d'emploi contribue à la lutte contre le
chômage, à l’insertion de personnes en difficultés, à développer l'employabilité et est privilégiée dans
une approche de développement durable le tout avec un souci supplémentaire d’égalité.

Objectif :

L’objectif est donc d’augmenter les taux d’éducation et de qualification d’un quartier ou d’une ville, de
lutter contre l’échec scolaire et de renforcer le rôle de l’école dans le quartier.

17 - Favoriser l'accès de la population à l’emploi, aux services et équipements de la ville (HL)

Cet objectif centré sur l’accès de la population à l’emploi, aux services et aux équipements de la ville
doit permettre de placer l’habitant au centre de la dynamique du quartier. N’importe quel habitant
devrait pouvoir accéder aisément à un équipement ou service public, ou d’un arrêt de transport en
commun, et aussi à l’emploi.

18 - Attractivité du quartier (EJ)

Ce thème consiste à améliorer l’attractivité du quartier par le biais d’espaces de vie et de rencontres
entre les citoyens et donc le côté social du développement durable. Il faudrait donc agir sur les espaces
communs, améliorer et créer de nouveau lieux, bibliothèque, salle de conférence, de débats. Mais agir
aussi sur les divers évènements qui ont lieux tout au long de l’année, tels que les foires, les expositions,
les fêtes foraines…

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

19 – Mobilité et transport (CB)

Objectif :

Ce thème s’abordera à travers l’amélioration de déplacements plus écologiques tels que les transports
en commun, deux roues, marche.

Solution globale :

Développer les circuits piétons et cyclistes sécurisés dans le quartier : transports en commun, voies
piétonnes, pistes cyclables. Il faut s’intéresser au pourcentage de la marche à pied et du vélo dans les
déplacements des habitants ainsi qu’à la longueur de voirie sans trottoirs ou avec des trottoirs de
mauvaise qualité.

Mettre en place des systèmes de déplacements peu polluants, efficaces, diversifiés et cohérents avec
des systèmes municipaux ou privés qui favoriseraient les modes de circulations douces (non agressif
envers l’environnement) et les transports en commun.

20 - Cohésion sociale et participation (CC)

Problème :

Dans la plupart des projets ou des actions de développement durable dans un quartier, si le donneur
d’ordre agit seul, il y a de grande chance que ça soit un échec ou, du moins, moins une réussite moins
importante que si tout le monde dans le quartier, les habitants, les usagers et les entreprises s’étaient
investis.

Solution globale :

Engager les habitants et les usagers des lieux dans le processus du développement durable est donc très
important pour le bon fonctionnement des solutions proposées. Favoriser leur participation dans les
décisions et projets du quartier, leur demander leur avis et leur investissement, leur faire comprendre
les enjeux, est donc un point primordial dans la réussite des opérations menées dans le cadre du
développement durable.

21 - Améliorer les réseaux de solidarité et le capital social (HL)

Sous ce thème se cache trois enjeux.

L’amélioration des réseaux de solidarité et le capital social doivent permettre, dans premier temps, de
renforcer la vie politique. En effet, il s’agit là de placer au mieux le citoyen, l’habitant au cœur même du
quartier, il faut l’habitant soit plus acteur que spectateur de son quartier. Une seconde ambition est
favoriser la participation des habitants au développement d'une économie locale avec, pour cela,
l’importance de la présence d’activités dans le domaine de l’économie sociale et solidaire. La dernière
ambition est d’ouvrir le quartier à l’échelle planétaire en développant des liens, ou des réseaux de
solidarité « Nord-Sud ».

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

22 - Assainissement et qualité des eaux rejetées (EJ)

Ce thème consiste à améliorer et préservé les systèmes d’assainissement des eaux rejetées du quartier.
Qu’elles proviennent des logements résidentiels ou des industries. Il s’agit donc de mettre en place
différents procédés d’assainissement en fonction des sites, du volume et de la qualité des rejets. Les
systèmes mis en place permettront principalement de diminuer la pollution des nappes phréatiques.

Les objectifs sont :

 Mettre en place et appliquer des normes de pollution des rejets, en particulier pour les industries.
Mais aussi pour le quartier dans sa globalité.

 Adapter le réseau d’égout du quartier, de façon à ne pas envoyer des eaux propres dans la station
d’épuration.

 Utiliser des systèmes d’assainissement adapté à la pollution des eaux, station d’épuration ou
système non collectif.

Ce thème est donc lié au thème amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité. Mais il
s’apparente plus aux taux de pollution.

23 – Nuisances électromagnétiques (CB)

Il s’agit de s’intéresser aux impacts des champs électromagnétiques pour la santé de la population mais
aussi de la pollution visuelle entraînée par les lignes à haute tension, les lignes du téléphone, les
antennes satellites, les antennes relais, les émissions radar, etc.

24 – Engagement des porteurs du projet global (CC)

Problème :
Il ne suffit pas d’avoir une idée ou de lancer un projet pour que celui-ci soit mené à bien. En effet, un
projet demande un suivi régulier et constant tout au long de son déroulement.

Solution globale :
Il vaut mieux avoir peu de projets mais bien menés, utiles et efficaces plutôt que beaucoup de projets
différents donc aucun n’aboutit. Les porteurs du projet global, au niveau de la création, de la
construction ou de l’entretien, devront donc avoir un engagement dans le long terme pour chacun des
projets qu’ils entreprennent, du début, à la fin.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

25 – Engagement des entreprises (CC)

Les entreprises sont des acteurs clés dans la vie d’un quartier et dans le développement durable. Elles
ont des conséquences et des enjeux d’une échelle supérieure à celle des habitations particulières.

Solution globale :
Elles doivent donc être d’autant plus attentives aux impacts qu’elles peuvent avoir sur l’environnement,
l’économie ou le social et agir en conséquence.

2.3. Définition des objets en fonction des différentes


familles et sous-familles

Objet opérationnel Définition


Stationnement Système de stationnement et de déplacement dans le quartier
Signalétique Système de signalétique et de repérage mis en œuvre dans le quartier
Infrastructure routière et équipements pour le déplacement collectif et
Voirie
individuel, tous modes confondus
Espaces verts Espaces non construits et non privatifs du quartier
constant

Clôture Système de fermeture


Eaux stagnantes Système de traitement et de gestion des eaux usées
Eclairage Système d'éclairage du quartier
Mutualisation –
Infrastructure liée à la mutualisation
infrastructure
Mobilier urbain Mobilier mis à disposition dans le quartier
Système de raccordement ou de production, de distribution et de gestion
Energie
Quartier

de l'énergie
Système de raccordement ou de traitement, de distribution et de gestion
Eau potable
de l’eau potable
entrées

Système de raccordement ou de traitement, de distribution, de stockage et


Eau indus
de gestion de l'eau industrielle
Système de raccordement ou de traitement, de distribution, de stockage et
Eau verte
de gestion de l'eau verte
Réseaux communication Systèmes de communication
Déchets Infrastructure liée à la gestion des déchets
Système de raccordement ou de traitement, de stockage et de gestion de
Eau pluviale
l'eau pluviale
sorties

Système de raccordement ou de traitement, de stockage et de gestion des


Eau usée
eaux usées
Rejets gazeux Système de traitement, de stockage et de gestion des rejets gazeux
Trafic Trafic généré

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Objet operational Définition


Espace vert Espaces extérieurs non construits
Stationnement Zones de stationnement (en surface ou enterré, imperméable ou non)
Eclairage Eclairage extérieure du bâtiment
Eau pluviale Dispositif de traitement, stockage, collecte des eaux pluviales du bâtiment
Infrastructure technique des eaux usées au niveau du bâtiment (collecte,
Eau use
traitement, stockage)
Infrastructure technique des eaux industrielles au niveau du bâtiment
Eau Indus
extérieur

(production, collecte, traitement, stockage, distribution)


Dispositif technique des eaux vertes au niveau du bâtiment (production,
Eau verte
collecte, traitement, stockage, distribution)
Infrastructure technique des eaux stagnantes au niveau du bâtiment
Eau stagnante
(collecte, traitement)
Infrastructure technique des rejets gazeux au niveau du bâtiment
Rejets gazeux
(production, collecte, traitement, stockage)
Clôture Clôture
Voirie Dimensionnement, nature des circulations (piéton, voiture...)
Enseigne Enseigne
Enveloppe Façade et toiture du bâtiment
Bâtiment

Fermeture Portes, volets, systèmes d’occultation


Dispositifs permettant le raccordement ou la production, la distribution et
Equipements la gestion de l’énergie, du système hygrothermique, des eaux, de
Intérieur

l’éclairage ainsi que le système de production lié à l’activité


Matériaux Matériaux utilisés lors de la construction et dispositifs constructifs
Circulation Distribution horizontale et verticale intérieure…
Ouvertures Ouvertures
Infrastructure, structure Fondation et structure du bâtiment
Séparateur Système de cloisonnement
Mutualisation Eléments mis à disposition ou réutilisés provenant des autres entreprises
Déchets Système de collecte dans le bâtiment (point, nature, type)
Energie produite Mise en commun d’énergie produite
Gestion des rejets gazeux au niveau du bâtiment (collecte, traitement,
Rejets gazeux
services

stockage)
Gestion des eaux pluviales au niveau du bâtiment (collecte, traitement,
Eau pluviale
stockage)
Gestion des eaux usées au niveau du bâtiment (collecte, traitement,
Eau usée
stockage)
Gestion des eaux industrielles au niveau du bâtiment (collecte, traitement,
Eau Indus
stockage, distribution, production)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Objet opérationel Définition


Désignation des services mise en œuvre à destination des entreprises et
Choix des services
des usagers
Désignation d’un architecte pour accompagner les entreprises dans leur
Architecte conseil installation et mieux comprendre techniquement et conceptuellement le
Cahier des charges
Système organisationnel de collecte de déchets mis en œuvre dans le
Déchets
Services

quartier (gestion, nature, fréquence, localisation)


Gestion de l’éclairage des espaces publics : positionnement, intensité et
Eclairage
durée de fonctionnement
Entretien Opération d’entretien des espaces publics dans le quartier
Mise en place de systèmes de transport collectif (point d’arrêt, fréquence,
Transport collectif
Organisation

liaison)

Mutualisation Gestion des mutualisations inter-entreprises (utilisation des déchets en


ressources)
Choix des activités Choix des activités acceptées dans la quartier
Plan masse Organisation spatiale de la zone : parcelles infrastructures
Découpage
Quartier

Découpage en lots (taille, trame et positionnement)


Implantation services Désignation des parcelles accueillant des services dans le quartier
Implantation public/privé Différenciation des espaces publics et privés

Voirie Implantation des voiries, zone de retournement, stationnement du


quartier, choix de régulation
Plan masse Organisation spatiale du quartier
Bâtiment

Gestion et entretien
Système de contrôle, régulation et entretien des équipements du quartier
Organisation locaux Organisation des locaux du quartier

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.4. Matrices d’interactions


2.4.1. Mode d’emploi

Dans les points précédents, nous avons classé les thèmes et les objets opérationnels. Ensuite nous avons
définit les différents thèmes. La définition des thèmes nous à permis de réaliser le travail qui suit. En
effet pour réaliser les matrices d’interactions, il a fallut savoir sur quel objet opérationnel faut-il agir de
manière à remplir l’objectif associer à un thème. Le fait de bien définir chaque thème nous a permis de
mieux comprendre les enjeux de chacun d’entre eux, ainsi que les moyens d’action que nous pouvons
avoir de manière à répondre à chaque objectif.

Une matrice d’interaction se présente donc comme suit :

Objectif 1 Objectif 1
thème 1

thème 2

thème 1

thème 2
objet a X objet a X
objet b X X X
Famille 1

Famille 2

objet b
objet c X objet f X
objet d objet g X X
objet e X objet h X

Les croix représentent, pour chaque thème définis, l’objet opérationnel sur lequel on peut agir pour
répondre à l’objectif associé. Mais comme on peut le remarquer, suivant la famille (et sous famille) à
laquelle appartient l’objet, les moyens d’action seront différent.

Si l’on considère la famille 1, par exemple le quartier, pour les thèmes 1 et 2, on pourra agir sur l’objet b.
Mais si l’on considère la famille 2, par exemple le bâtiment, on retrouvera l’objet b, mais seul le thème 2
sera concerné par celui-ci.

La matrice d’interaction nous permet donc de visualiser les liens existants entre les différents objets
opérationnels que nous avons définis et classés en familles et sous-famille, avec les thèmes que nous
avons définis et classés en fonction des objectifs d’un projets d’aménagement urbain durable.

Remarque : La matrice d’interaction peut être amenée à évoluer, en fonction des études menées, et
des opportunités ou des difficultés qui pourront être rencontrés.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.4.2. Matrices d’interactions thèmes/objets

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


Printemps 2009

Quartier

Sorties Entrées Constant


Trafic
Rejets gazeux
Eau usée
Eau pluviale
Déchets
Réseau communication
Eau verte
Eau indus
Eau potable
Energie
Mobilier urbain
Mutualisation - infrastructure
Eclairage
Eaux stagnantes
Clôture
Espaces verts
Voirie
Signalétique
Stationnement
JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE

TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable


Réduire les consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie

valoriser l'héritage
X

X
X

et conserver les

Préserver et
ressources
Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité
X
X

X
X
X

Ressource sol, sous-sol, espace


X

Ressource matériaux
X

Préserver et valoriser le patrimoine bâti et naturel


X

X
X
X
X
X

Paysage et confort visuel


X
X
X

X
X

X
X
X
X
X
X
X
X

Qualité des logements et des bâtiments

Améliorer la qualité de
l'environnement local
Propreté, hygiène, santé
X

X
X
X

Améliorer la sécurité et la gestion des risques


X
X

X
X
X

Qualité de l’air et confort olfactif


X

X
X

X
X

Confort acoustique
X

X
X
X

Déchets
X

Assainissement et qualité des eaux rejetées


X
X

X
X

X
X

Nuisances électromagnétiques
X

la diversité
Diversité de la population Améliorer
Diversité des fonctions
X

Diversité de l’offre des logements


Education et qualification professionnelle
l'intégration
Améliorer

Favoriser l'accès de la populaƟon à l’emploi, aux services et équipements de la ville


X

Attractivité du quartier
X

Mobilité et transport
X

X
X
X
X

lien social et la

Cohésion sociale et participation


particpation et
acteurs du DD

Renforcer le

Améliorer les réseaux de solidarité et le capital social


Engagement des porteurs du projet global
Engagement des entreprises
Printemps 2009

Bâtiment

Services Intérieur Extérieur


Eaux vertes
Eaux indus
Eaux usées
Eaux pluviales
Rejets gazeux
Energie produite
Déchets
Mutualisation
Infrastructure, structure
Ouvertures
Circulation
Matériaux
Equipement
Fermeture
Enveloppe
Enseigne
Voirie
Clôture
Rejets gazeux
Eaux stagnantes
Eaux indus
Eaux usées
Eaux pluviales
Eclairage
Stationnement
Espaces verts
JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE

TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable


Réduire les consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie

valoriser l'héritage
X
X
X
X
X
X

et conserver les

Préserver et
Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité

ressources
X
X
X
X

X
X

X
X
X

Ressource sol, sous-sol, espace


X

Ressource matériaux
X

Préserver et valoriser le patrimoine bâti et naturel


X

X
X

X
X
X

Paysage et confort visuel


X

X
X
X
X
X
X
X

Qualité des logements et des bâtiments


X

X
X

X
X
X
X

X
X

X
X
X

Améliorer la qualité de
l'environnement local
Propreté, hygiène, santé
X

Améliorer la sécurité et la gestion des risques


X
X
X
X

X
X
X

Qualité de l’air et confort olfactif


X
X
X

X
X

Confort acoustique
X

X
X

Déchets
Assainissement et qualité des eaux rejetées
X
X
X
X

X
X
X

Nuisances électromagnétiques
X

X
X

Diversité de la population la diversité


Diversité des fonctions Améliorer

Diversité de l’offre des logements


Education et qualification professionnelle
l'intégration
Améliorer

Favoriser l'accès de la population à l’emploi,


aux services et équipements de la ville
Attractivité du quartier
X

Mobilité et transport
X

X
X
X

lien social et la

Cohésion sociale et participation


particpation et
acteurs du DD

Renforcer le

Améliorer les réseaux de solidarité et le capital social


Engagement des porteurs du projet global
Engagement des entreprises
Printemps 2009

Organisation

Bâtiment Quartier Services


Organisation locaux
Gestion et entretien
Plan masse
Voiries
Implantation public/privé
Implantation services
Découpage
Plan masse
Choix des activités
Mutualisation
Transport collectif
Entretien
Eclairage
Déchets
Architecte conseil
Choix des services
JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE

TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable


Réduire les consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie

valoriser l'héritage
X

et conserver les

Préserver et
ressources
Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité
X

Ressource sol, sous-sol, espace


Ressource matériaux
X

Préserver et valoriser le patrimoine bâti et naturel


X

Paysage et confort visuel


Qualité des logements et des bâtiments
X
X

X
X
X

X
X

Améliorer la qualité de
l'environnement local
Propreté, hygiène, santé
Améliorer la sécurité et la gestion des risques
X

X
X
X

X
X
X

Qualité de l’air et confort olfactif


Confort acoustique
X

Déchets
Assainissement et qualité des eaux rejetées
X

Nuisances électromagnétiques
X

la diversité

Diversité de la population
Améliorer
X

X
X

Diversité des fonctions


Diversité de l’offre des logements
X
X

X
X

Education et qualification professionnelle


X

l'intégration
Améliorer

Favoriser l'accès de la population à l’emploi,


X
X
X
X
X
X
X

aux services et équipements de la ville


Attractivité du quartier
X

Mobilité et transport
X

lien social et la

Cohésion sociale et participation


particpation et
acteurs du DD

Renforcer le

Améliorer les réseaux de solidarité et le capital social


X
X
X
X
X

X
X

Engagement des porteurs du projet global


Engagement des entreprises
Printemps 2009

thématiques du développement durable.


Ci-dessous la matrice d’interaction recoupant les thèmes définis précédemment et les trois
Social Economique Environnement

Préserver et valoriser
Réduire les consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie

X X X X X

2.4.3. Matrice d’interaction thèmes/thématiques


conserver les
l'héritage et
Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité

ressources

TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable


Ressource sol, sous-sol, espace
Ressource matériaux

X
Préserver et valoriser le patrimoine bâti et naturel

X X X X X X X X X X X X X X
Paysage et confort visuel
Qualité des logements et des bâtiments

X X

Améliorer la qualité de
l'environnement local
Propreté, hygiène, santé

X X
Améliorer la sécurité et la gestion des risques
Qualité de l’air et confort olfactif
Confort acoustique
Déchets
X X X X

X
Assainissement et qualité des eaux rejetées
Nuisances électromagnétiques

Améliorer la
Diversité de la population

diversité
Diversité des fonctions
Diversité de l’offre des logements
Education et qualification professionnelle

l'intégration
Améliorer
Favoriser l'accès de la population à l’emploi,
X

X
X

aux services et équipements de la ville


JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE

Attractivité du quartier
X X X X X X

Mobilité et transport

Renforcer le lien
Cohésion sociale et participation
X

particpation et
acteurs du DD

social et la
Améliorer les réseaux de solidarité et le capital social
Engagement des porteurs du projet global
X X

X X

Engagement des entreprises


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3. Guide de solutions pour


l’aménagement urbain durable :
fiches récapitulatives
3.1. Justification du choix des thèmes que nous
avons approfondis

Dans le cadre de ce projet, nous avons mis en valeur un grand nombre de thèmes. Etant donné que
nous sommes limitées dans le temps, nous ne pouvons pas approfondir en détails tous les thèmes.
Nous avons donc choisi quatre thèmes à approfondir. Nous avons décidé de nous limiter à ce
nombre afin de les développer de manière efficace et de ne pas simplement en survoler le plus
grand nombre.

Nous avons choisie d’aborder les thèmes suivants :

• Réduire la consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie


• Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité
• Assainissement et qualité des eaux rejetées
• Confort acoustique

Ce choix est dû aux cours et à nos divers projets que nous avons suivis au cours de notre cursus
scolaire, nous voulions mettre à profit ces connaissances acquises.

D’autre part, nous voulions découvrir et comprendre certaines réglementations liées à ces thèmes.
Par exemple, pour ‘confort acoustique’, nous voulions comprendre pourquoi des problèmes
persistent alors que ce domaine est particulièrement réglementé. Nous voulions ensuite essayer de
trouver des solutions pour résoudre ces problèmes de nuisances.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3.2. Réduire la consommation d'énergie et


améliorer la gestion de l'énergie.

Quartier
Energie
Les énergies renouvelables

Bâtiment
Enveloppe
Confère fiche « matériaux ».
Fermeture
Utilisation de protections solaires.
Equipements
Chauffage pas rayonnement
Emetteurs de chauffage
Chauffage thermodynamique
Eclairage intérieur
Ouvertures
Choix des châssis.

Organisation
Architecte conseil
L’architecture du bâtiment guidée par le bioclimatisme

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3.3. Amélioration et gestion des ressources en eau


et sa qualité

Quartier
Eau pluviale
Cuve basique, enterrée
Cuve de redistribution
Eau potable
Economiseur d’eau
Eau industrielle
Cuve, bassin de récupération d’eau de pluie
Réutilisation de l’eau
Eau verte
Micro-irrigation
Irrigation par gravité
Espaces verts
Bassin, cuve de récupération d’eau de pluie
Infrastructure – Mutualisation
Réutilisation de l’eau

Bâtiment
Espaces verts
Bassin de récupération d’eau de pluie
Eau pluviale
Cuve de récupération, basique, enterrée, de redistribution
Eau industrielle
Recirculation des eaux
Enveloppe
Type de toiture
Equipement
Canalisations, gouttières
Matériaux
Toiture
Cuve
Canalisations

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Organisation
Architecte conseil
Permis de construire, position des cuves.
Choix des activités
Choix des sociétés en fonction de leur régularité en consommation d’eau et des
précipitations de la région.
Société spécialisée dans le fonctionnement, la pose et le nettoyage de cuves de récupération
d’eau de pluie.
Gestion et entretien
Cuves, toits.

3.4. Assainissement et qualité des eaux rejetées

Quartier
Voiries
Canalisations, bouches d’égout
Eau usée
Station d’épuration
Lagunage
Système d’assainissement non collectif
Eau industrielle
Voir eau usée
Eau pluviale
Filtration
Eau stagnante
Plantes aquatiques
Système d’aération mécanique
Espaces verts
Lagunage
Mutualisation – Infrastructure
Canalisations entre réseau d’assainissement et bâtiments

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Bâtiment
Eau pluviale
Filtration
Eau usée
Voir quartier, eau usée
Eau industrielle
Voir quartier, eau usée
Voirie
Canalisations eau pluviale/eau industrielle, eau usée

Organisation
Architecte conseil
Permis de construire, position des systèmes d’assainissement
Choix des activités
Industries regroupant le même type de pollution
Implantation services
Station d’épuration
Lagunage
Gestion et entretien
Système d’assainissement

3.5. Confort acoustique

Quartier
Voirie
Réglementation selon les cas.
Espace vert
Les murs végétalisables

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Bâtiment
Enveloppe
Renforcer l'isolation acoustique
Assurer une correction acoustique
Equipements
Atténuer les bruits émis par les équipements
Désolidarisation des équipements.

Matériaux
Confère fiches de solution « matériaux »
Ouvertures
Des fenêtres acoustiques.

Organisation
Architecte conseil
Rôle du maître d’ouvrage et du maître d’oeuvre
Transport collectif
Confère objet opérationnel « trafic »
Plan masse
Rôle de l’acousticien.
Voirie
Confère objet opérationnel « trafic »

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

PARTIE B : Fiches

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1. Réduire la consommation
d'énergie
ergie et améliorer la gestion
de l'énergie
La réduction des consommations d’énergie ainsi que la gestion des énergies est au cœur des
préoccupations actuelles en matière de développement durable. En effet, les ressources d’énergies
primaires tendent à disparaître,
araître, de ce fait le prix de l’énergie finale ne fait qu’augmenter. Le secteur
du bâtiment en Europe consomme aujourd’hui plus du tiers de l’énergie globale. Il est en outre
responsable de plus de 40% des émissions totales de CO2.

Limite : Cette étude est principalement basée sur les équipements techniques du bâtiment. Les
objectifs sont donc :

• D’améliorer les performances énergétiques des bâtiments, entre autre pour les systèmes de
chauffage et de ventilation, en allant au-delà
au delà de la réglementation actuelle.
act On se rend
compte, en effet, que les consommations liés au chauffage représentent plus de la moitié
des consommations d’énergie dans le résidentiel (quasiment ¾ en 2004). Les systèmes
intégrés aux bâtiments nous permettent désormais d’obtenir de bons
bons résultats en matière
de chauffage et de climatisation, et ainsi de disposer de bâtiment avec des bonnes
performances énergétiques, à fortiori avec des charges réduites pour les usagers. (cf.
graphique n°1).
• Diminuer la consommation en électricité, entre autre pour le secteur résidentiel et tertiaire.
En effet, la consommation de l’énergie électrique en France à presque était multipliée par 3
en 30ans. (cf. graphique n°2). De plus, les secteurs les plus consommateur d’énergie en
France sont le résidentiel et le tertiaire, avec 64,38% de la consommation électrique total
Française en 2006. (cf. graphique n°3).
• Augmenter au maximum l’utilisation d’énergies renouvelables dans les différents secteurs. En
effet, bien que l’énergie électrique soit celle qui soit le plus consommée, la part d’énergie
renouvelable reste malgré tout très faible et très inférieur aux autres types d’énergie. (cf.
graphique n°4).
• Diminuer les émissions des gaz à effet de serre (cf. Graphique n°5)

Electricité
spécifique
11%
Cuisson Chauffage
6% 72%
Eau
chaude
sanitaire
11%

- Graphique n°1 –
Répartition des usages
usa de l'énergie dans l'habitat en 2004

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

En % de la consommation totale d'énergie (Source:


( Ademe, d'après Ceren, 2006.)

- Graphique n°2 –
Evolution de la consommation d’électricité
(Source: RTE, 2006.)

- Graphique n°3 –
Les consommateurs (par secteur
secteu en France)
(Source: RTE, 2006.)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

- Graphique n°4 -
Part de l’électricité dans la consommation totale d’énergie.
(Source: Direction Générale de l’Énergie et des Matières Premières - Observatoire de l’Énergie.)

- Graphique n°4 –
Répartition des émissions
sions de quelques polluants atmosphériques en France (en %) par secteur
(Source: Citepa 2005.)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.1 Quartier

1.1.1. Energie
1.1.1.1. Les énergies renouvelables

Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d’eau, les marées ou encore la
croissance des végétaux, leur exploitation n’engendre pas ou peu de déchets et d’émissions
polluantes, ce sont des sources d’énergie inépuisable. En utilisant les énergies renouvelables, on
lutte contre l’effet de serre, en réduisant notamment les rejets de gaz à effet de serre dans
l’atmosphère. En développant dans le monde entier, les énergies renouvelables permettent de gérer
de façon intelligente les ressources locales et de créer des emplois.

Les cinq grandes familles d’énergie renouvelables sont classées d’après la source primaire d’énergies
utilisée : soleil, vent, eau, vivant et terre.

 Energies solaire photovoltaïque: Des cellules photovoltaïques produisent de l’électricité à


partir de la lumière du soleil. Ils alimentent des sites isolés en électricité directe ou stockée
en batteries, ou ils injectent l’électricité produite dans le réseau de distribution générale.
Avec une bonne intégration architecturale, cette énergie représente l’avenir dans beaucoup
de pays industrialisés.

 Energies solaire thermique : les capteurs solaires produisent l’eau chaude. Ils peuvent être
aussi utilisés pour le chauffage, idéalement par le sol avec un plancher chauffant, et l’eau
sanitaire. Plusieurs dizaines de millions de mètres carrés de capteurs sont installés dans le
monde. Les capteurs solaires dits "haute température" produisent de l’électricité par vapeur
interposée : quelques grandes centrales de ce type existent dans le monde.
 Energie éolienne : les aérogénérateurs, mis en mouvements par le vent, produisent des
dizaines de millons de mégawatheures. Utile dans les sites isolés en tant qu’électricité
directe ou stockée en batteries, cette électricité alimente aussi, par injection, les grands
réseaux de distribution. Les éoliennes au fil de vent servent à pomper l’eau dans de
nombreux pays en cours de développement.
 Energie hydrauliques : La petite hydroélectricité désigne les centrales ne dépassant pas 10
MW de puissance. Des turbines installées sur les cours d'eau utilisent la force motrice des
chutes pour générer de l'électricité. Celle-ci est injectée dans le réseau ou alimente des sites
qui n'y sont pas raccordés. Les petites centrales avec les grands barrages et les usines
marémotrices forment la filière hydraulique, deuxième source d'énergie renouvelable dans
le monde.
 Biomasse : C’est la masse des végétaux le bois, la paille, les rafles de maïs, le biogaz et les
biocarburants. Le bois énergie représente 14% de la consommation énergétique mondiale.
Issu des déchets de la forêt ou des industries du bois, il est brûlé pour produire de la chaleur.
Le biogaz est issu de la fermentation des déchets organiques. Sa combustion produit de la
chaleur, mais également de l'électricité par cogénération. Les biocarburants proviennent de
plantes cultivées (tournesol, betterave, colza...). Le biodiesel (ou ester méthylique d'huile
végétale, EMHV), l'éthanol, et son dérivé, l'éthyl-tertio-butyl-ether, l'ETBE, sont les plus
courants. Ils sont mélangés à de l’essence ou à du gazole.
 Géothermie. Cette énergie utilise la chaleur du sous-sol. Avec une température moyenne ou
faible, on peut chauffer des locaux, et avec une température élevée la géothermie permet
de produire de l'électricité par vapeur interposée.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.2 Bâtiment

1.2.1. Enveloppe
Se référer au thème « matériaux ».

1.2.2. Fermeture

La protection solaire des baies doit être conçue en fonction de leur orientation et peut être du type
fixe ou mobile, extérieur ou intérieur. La combinaison de ces différents types doit être recherchée
pour une efficacité maximum.

Les protections intérieures

Les protections intérieures type stores ou rideaux même opaques sont assez peu efficaces sur le plan
thermique. En effet, lorsque le rayonnement solaire a traversé le vitrage, il se trouve partiellement
piégé et échauffe l’air entre la vitre et la protection (effet de serre). Ces protections intérieures sont
surtout utiles pour lutter contre l’éblouissement. Elles doivent être associées à des protections
extérieures. La couleur des protections intérieures opaques doit être claire pour gagner en efficacité.
Les volets intérieurs en bois, traditionnels en Provence, relativement isolants, présentent une assez
bonne efficacité vis à vis des apports solaires.

Les protections extérieures

Les protections extérieures sont de loin les plus efficaces en confort d’été parce qu’elles évitent
l’effet de serre derrière le vitrage. Fixes ou mobiles, elles doivent être bien ventilées pour éviter un
effet de radiateur nuisible au confort intérieur.

Les protections fixes posent souvent des problèmes


d’emplacement et de dimensionnement quand elles ne
sont pas associées à un autre type de protection : en effet,
un brise-soleil fixe donne la même ombre le 21 septembre,
alors qu’il fait encore chaud et le 21 mars alors qu’il fait
souvent froid et que les apports solaires pourraient être
utiles.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

En outre, les masques et protections fixes sont généralement moins efficaces que les mobiles. Ils ont
un effet moindre sur les rayonnements diffus et réfléchis, qui, pendant l’été, représentent jusqu’à
50% de l’irradiation solaire d’une façade.

L’efficacité des protections mobiles de type stores est fonction à la fois de leur opacité et des
possibilités de ventilation de l’espace entre la fenêtre et la protection.

La maîtrise du flux entrant s’apprécie par le facteur solaire (FS) de la baie munie de sa protection
solaire. Le facteur solaire est un coefficient définissant le rapport entre l’énergie solaire qui pénètre
à l’intérieur d’un local par une fenêtre ou une paroi opaque et l’énergie solaire incidente sur cette
même surface. Le facteur solaire (FS) est un coefficient compris entre 0 et 1. Une protection solaire
pour être efficace doit avoir un facteur solaire (FS) ≤ 0,20.

Dans la N.R.T. (Nouvelle Réglementation Thermique), toute baie ou ensemble de baies accolées de
plus de 0,5 m² doit être protégée des apports solaires par une protection mobile extérieure.

Ainsi, le facteur de transmission solaire de la baie sera déterminé à partir des caractéristiques
certifiées des protections mobiles placées à l’extérieur. Le facteur solaire pris en compte est celui de
l’ensemble constitué de la protection extérieure et de sa partie vitrée (les protections intérieures ne
sont pas prises en compte).Voici les valeurs indicatives de facteur de transmission solaire
mentionnées dans le tableau ci-contre.

Pare-soleil extérieurs mobiles

Facteur de
Type de protection extérieure mobile
transmission solaire

Store vénitien extérieur à lames orientables 0.10

Volets et persiennes 0.10

Store à enroulement vertical toile opaque 0.10

Store à enroulement vertical toile moyennement translucide 0.20

Store à enroulement vertical toile très translucide 0.35

Store entre deux parois vitrées 0.35

Store banne, à l’italienne, corbeille 0.40

Baie sans protection extérieure 0.72

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.2.3. Equipements
1.2.3.1. Le confort Thermique
Chauffer l’occupant est une image. En effet, nos températures superficielles de peau sont à environ
32°C, alors, le chauffage ne chauffe donc pas l’occupant, mais contrôle ses déperditions. Ce
chauffage peut s’exprimer par les termes d’un bilan thermique, de façon à apporter le confort
thermique. Le profil UCRES recense les conditions de confort possibles :

• Uniformité des températures ambiantes à une hauteur de h=1,5m,

• Absence de courant d’air,

• Asymétrie de rayonnement : ne doit pas être négative, mais appréciée lorsque légèrement
positive,

• Ecart tête/pieds : doit être inférieur à 3°C,

• Température du sol : pour des raisons physiologiques, celle-ci ne doit pas dépasser 29°C
(limite réglementaire à 28°C). En ce qui concerne la température minimale, on apprécie une
température de sol égale ou supérieure à la température ambiante.

En résumé, les comparaisons entre émetteurs se feront à la même température résultante et la


différenciation sera analysée à partir du profil UCRES qui traduit les essais en laboratoire.

1.2.3.2. Chauffage par rayonnement :

i) Plafond rayonnant
Le plafond chauffant est le plus rayonnant des émetteurs de chauffage. Ce moyen de chauffage est
considéré comme non-traditionnel et relève par conséquent d’Avis Techniques. Il convient
d’appliquer strictement les modes opératoires contenus dans ces Avis Techniques, même si le
principe d’utilisation des films chauffants est presque toujours le même : isolant/film/plaque de
plâtre. Le plafond rayonnant, longtemps réservé au secteur tertiaire, fait peu à peu son apparition
aussi dans les logements. Procédé de chauffage direct, il restitue presque instantanément, par
rayonnement infrarouge, l’énergie produite par effet Joule. Le rayonnement est à basse
température.

 Principe de fonctionnement.
Un plafond rayonnant est constitué d’une résistance incorporée dans un ensemble comprenant un
isolant (côté plafond) et un parement de finition. La chaleur est diffusée par conduction dans cet
ensemble, puis distribuée, en surface de plafond, par un rayonnement doux, direct et diffus, réparti
par réflexion uniformément sur le sol, les murs, les objets, d’où il est transmis à l’air du local.

L’isolant, disposé au-dessus du film, oriente la chaleur vers le bas ; il permet de limiter le flux de
chaleur perdu vers l’extérieur du local. L’utilisation de laine minérale est recommandée, une
épaisseur de 5cm procure une bonne orientation thermique.

Deux types de pose sont couramment utilisés :

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

• Films souples posés en plafond entre un isolant (pour éviter les pertes de chaleur) et un parement.
Ils relèvent uniquement d’une procédure d’Avis
d’Avis Technique. Ils se classent selon deux technologies
de base :
– films métallisés : ruban métallique entre 2 films composites entrecollés. Puissances surfaciques
nominales : 100, 125, 150 et 175 W/m2 (largeurs : 30 à 120cm).
– films graphités : film de polyester, ou tissu de fibres de verre, rendu conducteur entre 2 films
composites entrecollés. Puissance linéique : 50 à 120 W/m (largeurs : 25 à 60cm).

Leur pose est réalisée ainsi :


– film rayonnant posé sur gîtage bois : laine de verre entre les poutres en bois, pare - vapeur, fixation
des films par agrafage sur le gîtage, plafond rapporté,
– film rayonnant posé sur contrelattage : laine de verre entre les poutres en bois irrégulières, contre
- lattage bois, fixation des films par agrafage sur le contrelattage,
contrelattage, plafond rapporté,
– film rayonnant sur plafond suspendu : plaque plafond suspendu, film rayonnant déroulé sur le
plafond, pare-vapeur, isolant.

• Panneaux modulaires constitués de façon solidaire par


une résistance électrique, un film et un isolant
thermique. Les panneaux modulaires se déclinent en :

- Plafond rayonnant modulaire PRM


- Plafond rayonnant plâtre PRP.

 Dimensionnement.
Les déperditions conditionnent le dimensionnement de l’installation. La puissance appliquée doit
compenser au minimum less déperditions (D) de base calculées pour les jours les plus froids avec un
taux de renouvellement d’air normal. A la suite de ces calculs, l’installateur préconise une puissance
de chauffage P minimum correspondant à P -> 1,2D.. Si P conduit à un suréquipement,
suréquipe alors il est
conseillé de renoncer à la technique.

 Mise en oeuvre.
Un plafond rayonnant doit respecter 4 règles essentielles :
- sécurité électrique : UTE C 15-720
720 et UTE C 15-100,
15
- sécurité incendie : recommandations en fonction de type de bâtiment,
bâtimen
- prescriptions thermiques pour assurer la durabilité des plafonds en plâtre, limitation à 45°C des
températures maximales : la puissance surfacique est généralement limitée à 135 W/m2 sur 75%
maximum de la surface de plafond chauffant
- mise en oeuvre de l’installation.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Pour un plafond rayonnant installé dans un plafond donnant sur l’extérieur ou sur un local non
chauffé, alors, on doit s’assurer d’une isolation thermique complémentaire. Dans tous les cas : Les
panneaux chauffants ne doivent jamais être êt positionnés au-dessus
dessus d’obstacles susceptibles de
bloquer l’émission de chaleur (cloisons, poutres, …). La mise en œuvre des panneaux chauffants ne
doit pas provoquer l’existence de lame d’air entre ceux-ci
ceux ci et les plaques de plâtre. Les panneaux
chauffants
nts doivent être implantés de telle sorte qu’aucun élément chauffant ne soit jamais installé à
moins de 10 cm des cloisons et du nu intérieur des murs extérieurs.

 Calepinage
On appelle calepinage la disposition des bandes chauffantes intercalées par des bandes neutres.
Cette disposition doit tenir compte de l’affectation de la pièce, de son mode d’occupation, de
l’emplacement des surfaces vitrées, du mode d’éclairage. Une bonne solution en matière de confort,
d’homogénéité de température, de consommation et de qualité de régulation consiste à réaliser un
plafond chauffant semi-réparti.
réparti. Il s’agit de rythmer la surface du plafond en alternant bandes
chauffantes et non chauffantes en proportion de 50/50 à 75/25. Ces bandes sont, le plus souvent,
perpendiculaires
res à la paroi la plus déperditive.

 Les différents types de plafonds rayonnant présents sur le marché actuel


Actuellement, deux types du plafond rayonnant se sont imposés sur le marché : le plafond
rayonnant modulaire (PRM) et le plafond rayonnant plâtre (PRP).

• Les PRM ont un parement de finition du plafond tel que


souhaité, directement sur le module, alors que le PRP
donne une finition en plâtre. Quelques caractéristiques
pour le PRM :
- dimensions standardisées de 600mmx600mm
- puissance unitaire P < 75W,, sauf pour les parements
métalliques où P< 160W
- vaste palette de textures et décors
- résistance électrique en feuille mince équipée de son raccordement électrique normalisé
- isolant réflecteur de flux d'une résistance thermique minimum de 1 K.m²/W
- boîtier
oîtier de connexion normalisé pouvant alimenter 4 modules rayonnants.

• Les PRP sont caractérisés par des plaques de parement en plâtre spécial rayonnement, dont les
principales caractéristiques sont :
- puissance unitaire des panneaux de 85W à 88W
- dimension
ion standard d’un panneau de 1200mm x 600mmsurface couverte par panneaux chauffants
supérieure à 40% de la surface du plafond.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

 Avantages
– Excellente sensation de confort thermique : température homogène dans toute la pièce,
– Discrétion : intégré au plafond, l’élément chauffant est totalement invisible,
– Particulièrement adapté aux pièces avec mezzanine,
– Absence de parois froides, notamment les sols,
– Pas d’entretien, silencieux, conduite facile.

 Inconvénients
La mise en régime est caractérisée par une montée en température plus lente à cause de l’inertie du
parement, et ceci par rapport au traditionnel convecteur. C’est un produit à utiliser pour des
hauteurs inférieures à 4m.

ii) Cassettes rayonnantes


Les cassettes rayonnantes (CR) constituent un mode de chauffage suspendu au plafond utilisé pour
des locaux de grande hauteur sous plafond allant de 4m à 6m. Les CR ont une fixation au bâti par des
tiges filetés, ou par des câbles métalliques, ou même par des chaînettes. Il est interdit d’intégrer des
CR dans les plafonds suspendus. La régulation de l’ensemble des CR est réalisée en fonction de la
température intérieure.

La mise en oeuvre exige le respect des distances de sécurité données par le constructeur, de l’ordre
une fois la hauteur de pose. Egalement, il faut veiller à ce qu’aucun obstacle important ne
s’entrepose entre les émetteurs et le sol. D’après la température de surface, nous distinguons deux
types de CR :

- CR basse température (CR BT) 70°C / 100°C ; puissance unitaire de 250W à 800W

- CR haute température (CR HT) 100°C / 380°C ; puissance unitaire de 400W à 2000W.

Quant au dimensionnement, le nombre de CR à installer doit être égal ou supérieur au rapport S/h2,
où S est la surface du local et h est la hauteur.

iii) Infrarouge rayonnant court (IRC)


Les émetteurs IRC sont des appareils utilisés uniquement pour des locaux de très grande hauteur
allant au-delà de 6m. Leur fonctionnement est basé sur un rayonnement lumineux émis par un tube
quartz halogène d’une puissance unitaire de 1KW à 2KW, dont le filament de tungstène est porté à
environ 2400°C. Ils sont installés en mode mural ou en mode suspendu, grâce à une fixation au bâti
par des tiges filetés (voir les photos ci-dessous).

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

La puissance unitaire d’un appareil IRC est de 1KW à 18KW, avec un coût fourni, posé de 180€
180 à
250€€ hors taxe et par KW installé.

iv) Plancher rayonnant électrique


 Principe
Le plancher rayonnant électrique (PRE) est un système composé, d’où le nom aussi de plancher
mixte, il comporte :

- un chauffage de base par plancher à accumulation, soit stockage d’énergie en 8 heures au tarif
heures creuses et restitution en 24 heures,

- un chauffage d’appoint par émetteur individuel électrique, en général, commandé pièce par pièce
par un thermostat ajustant la température désirée dans
dan chaque pièce.

Le plancher est constitué d’une dalle pleine en béton armé dans laquelle est noyé le câble chauffant
qui assure un rayonnement à basse température. Les câbles sont, en général, de type blindé à
isolant minéral. Nous donnons quelques caractéristiques
caracté :

- dissipation linéique maximale : 33 W/ml,

- régulation proportionnelle en fonction de la température extérieure,

- plancher alimenté, le plus souvent, uniquement en heures creuses,

- couvre un écart de températures entre l’intérieur et l’extérieur


l’extér d’environ 12°C.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

 Dimensionnement
Les puissances à installer sont souvent calculées d’après les formules simplifiées suivantes :

– chauffage de base : P=1,2 D,


– chauffage d’appoint : P -> 0,6 D + 10 V, avec V le volume habitable.
 Inconvénients
La température de surface de la dalle ne doit pas dépasser 28°C. Ceci conduit, en fonction de
l’épaisseur des dalles à : 130 W/m2 pour une dalle pleine de 10 cm ; 150 W/m2 pour une dalle pleine
de 15cm ; 180 W/m2 pour une dalle pleine de 20cm.

 Avantages
Les points forts du plancher électrique sont :

– qualité du chauffage - confort accru


– bonne répartition de température horizontale et verticale.
– régulation facile et une modulation de chauffage en fonction de l’occupation.
– une plus grande salubrité et le maintien hors gel : le rayonnement du plancher évite l’humidité des
parois ; en cas d’inoccupation, il est possible de chauffer à moindre frais pour éviter le gel.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

v) Conclusion sur le chauffage par rayonnement.


Afin de mieux décider sur le choix d’un émetteur de chauffage rayonnant, nous donnons à titre
indicatif le guide suivant, en fonction de l’activité et la spécificité du bâtiment :

Résidentiel Industrie Tertiaire


Maison habitat Usine, entrepôts, Bureaux, enseignement,
Commerces
individuelle collectif hangars, garages hôtel, santé culture, sport
PRE (RdC,
PRE (RdC) IRC (niveau bas) PRP CR (h>2,5m) PRM
1er étage)
PRP (2ème CR BT (h<6m) PRP
PRP (1er
et 3ème PRM (hall) PRM (h<4m)
étage) CR HT (h>6m) CR (h>2,5m)
étage)

1.2.3.3. Emetteurs de chauffage

On appelle émetteurs de chauffage les unités terminales ou les unités individuelles utilisées dans les
pièces à traiter en confort thermique. Dans les installations de chauffage électrique, mise à part la
production centralisée d’eau chaude par une chaudière électrique, nous comptons des émetteurs de
chauffage individuels qui produisent et transmettent en même temps la chaleur produite. Ils sont
tous à base de résistances électriques de puissance allant de quelques watts à plusieurs KW. Nous
exposons par la suite les émetteurs suivants : radiateurs électriques ou accumulateurs, convecteurs
électriques et les panneaux rayonnants et radiants. Tous ces émetteurs sont utilisés en association
avec des moyens de régulations et de programmation horaire, et ceci dans un but d’une meilleure
performance énergétique.

i. Radiateurs électriques
Le principe de base des systèmes à accumulation consiste à déplacer une consommation d’énergie
durant les périodes bénéficiant d’une tarification préférentielle. L’utilisation de radiateurs à
accumulation est justifiée par l’existence d’un double tarif : l’énergie électrique dissipée par effet
Joule au moyen de résistances, est stockée en heures creuses sous forme de chaleur dans une masse
accumulatrice à forte inertie thermique, puis, il y a une restitution, contrôlable et progressive, si
besoin (en heures pleines). Les radiateurs électriques à accumulation, ou accumulateurs
comportent :

– un bloc accumulateur de chaleur : briques réfractaire à base d’oxydes de fer (alliages de fonte,
magnésite, chamotte),

– des résistances électriques noyées dans la masse accumulatrice,

– une enveloppe extérieure métallique : tôle émaillée ou céramique,

– des dispositifs d’extraction de la chaleur, de réglage et sécurité.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Schéma d’un radiateur électrique


éle à accumulation

Il existe différents types d’accumulateurs. Les radiateurs sont caractérisés par trois paramètres
temps de stockage, mode de restitution, capacité de stockage, et sont classés en trois familles :
accumulateur 8h, accumulateur dynamique
dynamiq 24h et accumulateur statique compensé.
compensé

- Accumulateurs 8 heures : ces appareils sont alimentés exclusivement pendant les huit heures
creuses (ou six heures selon les jours et les tarifs).
- Accumulateurs dynamiques 24h : ils se composent des mêmes éléments que les accumulateurs
dynamiques 8 heures, mais l’alimentation des résistances peut être relancée automatiquement
de jour si la charge de nuit est insuffisante. La consommation en heures creuses reste
cependant prioritaire.
- Accumulateurs statiques compensés
compensés : ils sont constitués d’un accumulateur statique sans
courant d’air de restitution, associé à un convecteur, dans un même boîtier, mis
automatiquement en service si besoin. L’accumulateur est alimenté exclusivement la nuit.
 Dimensionnement :
On note avecc P la puissance active à installer, en W et soit D les déperditions calculées à partir de la
température de confort et de la température extérieure minimale de base. Alors, en faisant un calcul
rapide, nous pouvons estimer la puissance totale P nécessaire pour assurer le confort donné de la
manière suivante : P=3D

ii. Convecteurs
Les convecteurs sont les émetteurs individuels de chauffage électrique les plus répandus puisqu’ils
représentent environ 80% des installations. Ils sont composés de trois catégories d’éléments :

- éléments chauffants, également appelés résistances électriques,


- enveloppe, soit habillage métallique,
- commande et régulation au moyen d’un thermostat.
 Principe de fonctionnement :

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Les convecteurs chauffent l’air par convection naturelle. L’air entre par la partie basse de l’appareil,
s’échauffe au contact de la résistance et ressort par le haut pour apporter la chaleur à la pièce
concernée. Suivant la température des parois du convecteur, la part de rayonnement est plus ou
moins grande en face avant de l’appareil ; elle varie selon les modèles de 5 à 10%. On distingue deux
types d’éléments chauffants :

- les résistances tissées ou épingles : résistances à fil nu équipant les appareils premiers prix,

- les résistances blindées acier/aluminium ou monométal : âme recouverte d’un diffuseur.

 Points forts des convecteurs :


Ce sont des appareils simples et efficaces, peu coûteux et faciles à installer. La montée en
température est rapide. Ils sont de formes et de couleurs variées (plinthes, extra-plats, bords
arrondis) et même sur mesure. Ils nécessitent peu d’entretien.

 Dimensionnement des convecteurs électriques.


On note avec P la puissance active à installer, en W, et avec D les déperditions calculées à partir de la
température de confort et de la température extérieure minimale de base. Alors, en faisant un calcul
rapide13, nous pouvons estimer la puissance totale P nécessaire pour assurer le confort donné de la
manière suivante :

- cas d’une maison individuelle : P -> D + (10 x volume habitable)

- cas d’un logement d’immeuble collectif ou un local de tertiaire : P -> D + (15 x volume habitable).

 Remarque
Devant la dégradation de l’image de marque des convecteurs, les constructeurs ont réagi depuis
quelques années en proposant des produits de meilleure qualité, sous quatre rubriques :
certification des composants utilisés, fiabilité de ces composants, confort procuré par les appareils,
environnement de l’émetteur. Egalement on peut noter que :

- Qualité minimum exigée par l’arrêté du 5 avril 1988 : marque NF-Electricité ; qualité
supplémentaire conseillée : classe II – Protection contre les projections d’eau.

- EDF et Gifam (syndicat des fabricants de convecteurs) ont élaboré un cahier des charges
d’exigences complémentaires à la marque NF-Performance et contenant une vingtaine d’essais à
satisfaire.

- Depuis le 1er janvier 1994, les convecteurs ayant répondu aux exigences se distinguent par la
présence du logo Elexence, placé de façon visible sur l’appareil.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

iii. Panneaux rayonnants et radiants


ra
Les panneaux rayonnants et radiants peuvent être classés en deux familles :

• Les panneaux chauffants qui ont une enveloppe totalement fermée et qui, selon la norme
d’aptitude à la fonction, ne doivent pas dépasser 70°C d’échauffement par rapport à la température
ambiante. L’élément chauffant est dans l’air, ou immergé dans un liquide, ou implanté dans de la
roche.

• Les appareils rayonnants,, constitués d’une tôle perforée ou d’une grille en face avant, qui ont des
températures ressenties de l’ordre de 140°C à puissance nominale. La grille est conçue pour
empêcher tout contact dangereux avec les éléments à haute température. Leur dimension est
proche de celle du convecteur. Les Il faut cependant signaler que les produits en tôle émaillée
ronronnent sous
ous l’influence du 50 Hz du réseau. Ce faible bruit est surtout perceptible dans les
chambres ; il est donc préférable d’éviter de les y placer.

Les nombreux tests de mesure de référence du rayonnement réalisés montrent que la part rayonnée
par les panneaux
eaux rayonnants et radiants se situe globalement entre 20% et 38 %.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

iv. Chauffage double-flux


flux
Le chauffage double-fluxflux est un système qui peut être inscrit dans la catégorie du chauffage
électrique si l’on utilise comme élément chauffant une batterie électrique
électrique constituée par une ou
plusieurs résistances électriques. Mais, bien plus souvent, une conduite d’eau chaude reliée à un
générateur thermodynamique, chaudière ou encore mieux une pompe à chaleur, remplace cette
batterie électrique, afin d’optimiser les consommations
c énergétiques.

Le chauffage double-flux
flux utilise un système de double ventilation : extraction et soufflage. L’air neuf
est d’abord préchauffé, si un échangeur thermique de récupération a été prévu, puis chauffé par la
batterie électrique.

écupération de chaleur est effectuée sur l’air extrait. Le système s’appelle chauffage ou
La récupération
ventilation contrôlée double flux avec récupération.

L’image ci-contre
contre illustre le principe de la récupération de la chaleur sur l’air extrait, soit le
préchauffage.. Le chauffage en lui-même
lui même n’est pas représenté dans ce détail. Afin que ce système
soit performant énergétiquement, tant l’hiver que l’été, il doit être pourvu d’un by pass, dont
l’ouverture permettra de ne plus récupérer la chaleur d’air extrait ; c’est le cas d’un rafraîchissement
en été réalisé au moyen de la ventilation double-flux.
double

Le chauffage double-flux
flux avec récupération et by pass est un système es zones climatiques
recommandé dans les bâtiments construits dans des zones de bruit, car le système supprime les
ponts phoniques, ou dans des zones climatiques douces où les températures d’hiver sont rarement
en dessous de 0°C. Toutefois, souvent le système sur batterie électrique ne suffit pas à lui-même
lui et
nous sommes amenés à prévoir un chauffage d’appoint,
d’appoint, souvent réalisé avec des panneaux
rayonnants et radiants ou des convecteurs.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.2.3.4. Chauffage thermodynamique

i. Chaudière à combustible
La chaudière à combustible est un générateur de chaleur qui peut porter un fluide caloporteur à une
température donnée. Cet appareil permet une production centralisée de chaleur sous forme
généralement d’eau chaude ou de vapeur. La chaudière se compose de plusieurs éléments :

On appelle :

- PCI : Pouvoir Calorifique Inférieur. C’est la quantité d’énergie dégagée pas la combustion
complète d’une unité de combustible, la vapeur d’eau étant supposée non condensée et la
chaleur latente non récupérée
- PCS : Pouvoir Calorifique Supérieur. C’est la quantité d’énergie dégagée par la combustion
complète d’une unité de combustible, la vapeur d’eau étant supposée condensée et la chaleur
latente récupérée.
Une chaudière peut être alimentée par : du gaz naturel, du GPL (gaz de pétrole liquéfié), du biogaz,
du biocarburant, du fioul, du charbon, du bois. Il s’agit d’une large gamme de puissance : de 4KW à
plusieurs milliers de KW. Ce sont des équipements basés sur les mêmes principes fondamentaux et
le transport de la chaleur s’effectue au moyen d’un réseau hydraulique dans lequel circule l’eau
chaude soit de la vapeur surchauffée.

Nous donnons ici quelques caractéristiques générales sur le chauffage thermodynamique au moyen
des chaudières :

- Concernant le chauffage au fuel ou au GPL, il peut y avoir des problèmes de stockage de


combustible, il existe en effet des normes rigides à respecter. Il faut aussi penser au paiement
avant la consommation, donc un budget à prévoir pour l’approvisionnement
- Pour le chauffage au charbon suivant les techniques modernes, il faut savoir que celui-ci
produit une quantité importante de gaz à effet de serre, par contre l’approvisionnement est
facile.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

- En ce qui concerne l’utilisation du chauffage au gaz et au biogaz, le rendement est assez haut,
la régulation est entièrement automatique. De plus, l’approvisionnement est permanent (gaz
de ville), il n’y a donc pas de stockage du combustible. Le paiement s’effectue après
consommation.

Les rendements moyens des équipements de chauffage thermodynamique sont de 85% en ce


qui concerne les chaudières à gaz, fuel, et charbon, et de 90% pour des chaudières à gaz haute
performance. A titre comparatif, une cheminée classique a un rendement de 10%, et avec un
système de récupération de chaleur, ça peut aller de 20% à 50%. Les chaudières à combustible
ont divers avantages :
- Leurs systèmes sont très largement répandus et maîtrisés ;
- L’entretien est centralisé de la production : avantage de concentrer dans un seul point les
problèmes techniques (opération de conduites, surveillance de régulation, travaux d’entretien)
- Permettent de disposer d’une gamme de puissance très étendue
- Possibilité d’alimenter plusieurs type d’émetteurs de chaleur différents (radiateurs, plancher
chauffants, ventilo convecteurs, aérothermes, etc.)
- Possibilité d’associer la production d’eau chaude sanitaire au chauffage.

Les types de chaudière les plus répandus sont :


- Chaudière standard : chaudière répondant au seuil minimal de la directive européenne de
rendement. Les chaudières au gaz, au fioul ou au GPL ont un rendement au moins égal à 85%
sur PCI.
- Chaudière à basse température : chaudières (gaz, fioul, GPL) pouvant fonctionner en
produisant de l’eau chaude) 50°C au lieu de 80/90°C, avec un meilleur rendement. En
revanche, la basse température d’eau de chauffage nécessite des surfaces des émetteurs (par
exemple radiateur) plus importante. Une chaudière basse température, fonctionnant au gaz
naturel, peut être équipée d’un récupérateur-condenseur pour préchauffer l’eau chaude soit
de chauffage ou soit de sanitaire.
- Chaudière à condensation : chaudières (gaz, GPL, parfois fioul) qui récupère la chaleur latente
contenue dans les produits de combustion, en la condensant. Cette chaleur récupérée est
utilisée pour préchauffer l’eau du circuit de chauffage. Le coefficient de performance peut
dépasser les 100% sur CPI.

Recommandations pour maîtriser les consommations d’énergie :


- Pour les chaudières multiples utilisées en cascade, le cas des chaufferies collectives, associer
une chaudière prioritaire à condensation, travaillant à base température, à une chaudière à
haut rendement
- Assurer une régulation sur la température extérieure et sur la température intérieure
- Assurer une programmation de l’intermittence
- Calorifuger les réseaux et les canalisations pour limiter les pertes
- Changer le brûleur de la chaudière tous les 5 ans afin d’augmenter le rendement de la
chaudière
- Privilégier les chaudières :
o chaudières propres : niveau bas de gaz NOx, CO2, CO

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

o chaudières à condensation travaillant à basse température associées à des grandes


surfaces d’émetteurs ou à un plancher chauffant
o chaudières qui ne sont pas munies de veilleuse.
Technologie modulante de régulation

D’après la courbe de régulation de la température ambiante d’un local à traiter, illustrée sur les
deux images ci-dessous, on remarque la supériorité de la chaudière qui applique la technologie
modulante, en composant le plein régime de fonctionnement avec un bas régime de
fonctionnement. En effet, l’eau est maintenue à la bonne température en limitant la fréquence
des phases d'arrêt et de redémarrage, soit les cycles courts de fonctionnement.

Ainsi, le brûleur de la chaudière diffuse et brûle moins d’énergie pour libérer moins de chaleur
et permet à la chaudière de fonctionner à 90 % du temps à bas régime. La technologie
modulante, économique, silencieuse et plus écologique, est disponible sur chaudières à gaz et
sur certaines chaudières à fioul.

ii. Circuits hydrauliques pour un chauffage centralisé à eau chaude


La liaison entre le générateur de chaleur et les émetteurs terminaux de chauffage est assurée par un
réseau de tuyaux distribuant l’eau chaude dans les différents locaux. Il existe deux types de
distribution :

- La distribution primaire qui correspond à la partie du réseau reliant le générateur aux différents
bâtiments ou ensemble des locaux (par étage, par exemple)

- La distribution secondaire qui relie la distribution primaire aux émetteurs.

Distribution primaire verticale. Dans les bâtiments anciens, la distribution de l’eau de chauffage se
fait encore souvent aux moyens de deux canalisations verticales, placées dans l’angle de chaque
pièce pour alimenter les radiateurs de la pièce. Dans les bâtiments plus récents, une colonne
montante et une colonne descendante sont installées dans la gaine technique des parties
communes. Recommandations :

• Calorifuger les canalisations d’eau chaude hors locaux chauffés


• Procéder à l’équilibrage de l’installation
• Prévoir un traitement d’eau adapté pour empêcher la formation de boues et protéger tous
les métaux.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Distribution secondaire horizontale : Une boucle horizontale, par niveau ou par zone, est raccordée
aux colonnes montante et descendante. La distribution horizontale permet :

• L’individualisation de la distribution par niveau


• L’isolement d’une zone
• L’individualisation de la régulation
• Des comptages différents
Distribution secondaire monotube ou bitube : Dans les bâtiments anciens, l’alimentation des
émetteurs en eau chaude se fait encore parfois en monotube série : tout le débit traverse
successivement chaque corps de chauffe. C’est une solution qui n’est plus utilisée. Dans les
bâtiments récents, l’installation la plus classique pour alimenter les émetteurs est généralement en
bitube : une tuyauterie pour l’aller et une autre pour le retour à la chaudière. Il existe aussi le
monotube dérivé : une seule tuyauterie alimente les radiateurs, l’eau chaude est dérivée dans le
corps de chauffe, si le radiateur est demandeur de chaleur.

Recommandation :

- Choisir la distribution bitube quand la chute de température de l’eau est forte et le début
relativement faible (cas des grandes surface à chauffer)
- Choisir la distribution monotube dérivé, plus économique, quand la chute de la température
de l’eau est faible et le débit relativement élevé (cas des petits bâtiments) ; cependant, son
dimensionnement et sa mise ne œuvre doivent être réalisé avec soin.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

iii. Émetteurs : radiateurs, convecteurs et ventilo-convecteurs


Les types d’émetteurs de chaleur à eau chaude sont multiples. Nous présentons les plus utilisés
actuellement, à savoir les radiateurs et les ventilo-convecteurs.

• Radiateurs

Les performances, les formes et les dimensions des radiateurs se sont fortement diversifiées, ainsi
que leur prix. Leur choix est fait en fonction de leur emplacement :

- Hall d’entrée, circulations : choix des radiateurs robustes


- Salles vitrées, bureaux : critères esthétiques et régulation.
Les formes de radiateurs sont très diverses : panneaux verticaux, horizontaux, plinthes simples,
doubles, avec ailettes à l’arrière, juxtaposition de tubes, de colonnes. Les types de matériaux
souvent utilisés pour les radiateurs sont :

- En acier, les plus utilisés,


- En aluminium, c’est une version économique.

• Ventilo-convecteurs

Le ventilo-convecteur est un type d’unité d’intérieure d’émetteur thermodynamique à eau chaude


ou à eau froide. Les ventilo-convecteurs sont appelés aussi unités terminales de traitement d’air. Ils
apportent de la chaleur, ou de froid au local, par le passage d’air sur une batterie d’eau chaude, ou
d’eau froide. Un ventilateur favorise et accélère le passage de l’air près de cette batterie, et ainsi l’air
du local est recyclé.

Les ventilo-convecteurs sont des appareils comprenant, sous un carter, essentiellement :

- Un filtre à air
- Un groupe moto-ventilateur avec choix de plusieurs vitesses de rotation
- Un ou deux échangeurs de transfert thermique, chaud et/ou froid.

Le chauffage est assuré par une circulation d’eau chaude (production centralisée) ou par des
résistances électriques (batterie électrique). Le rafraîchissement est assuré par une circulation d’eau
réfrigérée (production centralisée).

Ci-dessous, nous présentons un exemple de ventilo-convecteur 2tubes/2fils, c’est-à-dire avec


batterie électrique pour le chaud et eau glacée pour le froid.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

La régulation de la température du local, ou de la zone, est assurée sur chaque appareil par action
sur la vitesse
sse du ventilateur et éventuellement sur le débit d’eau. La régulation peut être manuelle
ou automatique.

Dimensionnement des ventilo-convecteurs


convecteurs.. Ils sont dimensionnés de façon à couvrir :

- En été, les apports thermiques, alors P=somme des apports dans la zone.
- En hivers, 1,2 fois les déperditions de la zone traitée à la température de base du lieu
considéré, alors P=1,2D de la zone.
Pour décider d’une mise en place des ventilo-convecteurs
ventilo convecteurs en tant qu’émetteur terminaux, les
principales caractéristiques à prendre
endre en compte sont :

- Le traitement de l’ambiance de manière indépendante et personnalisée


- La montée rapide en température
- La souplesse pour un réaménagement de l’espace
- Le bruit des moteurs ; de nombreux ventilo-convecteur
ventilo convecteur sont bruyant, à choisir ceux à petites
vitesses de rotation
- La réversibilité de l’équipement ; le système 2 tubes ne permet pas de traiter à la fois les
matins frais et les après-midi
midi chauds, contrairement aux systèmes 4tubes ou 2tubes/2fils, mais
qui ont un coût d’investissement plus cher.
c

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

• Aérothermes

Les aérothermes sont des systèmes qui brassent l’air du local à traiter au moyen de ventilateurs qui
acheminent l’air vers un élément chauffant, batterie chaude. Ils sont situés près du plafond, laissant
libre la surface de plancher et des
es parois.

Aérothermes à eau chaude ou à vapeur : Un générateur réchauffe le fluide qui, acheminé vers les
aérothermes, cède par échange une partie de sa chaleur. Les principaux composants sont :

- Une carrosserie dont la face sert de plénum de soufflage ;


- Une
ne batterie de chauffe ou échangeur de chaleur en tubes cuivrés et ailettes ;
- Un ventilateur hélicoïde ou centrifuge selon les puissances
- Des volets dirigeant la diffusion de l’air soufflé chauffé.

Aérothermes à gaz : la diffusion de l’air chauffé se fait


fait directement par soufflage à partir des unités
installées sur le pourtour du bâtiment ou en partie centrale. L’air à réchauffer provient de l’intérieur
du local (recyclage) ou directement de l’extérieur (renouvellement d’air). Chaque appareil possède
un thermostat qui tient compte des variations de température de la zone qu’il couvre. Les avantages
de ces systèmes sont :

- Faible inertie thermique ;


- Montée rapide en température ;
- Température constante en régime ;
- Bien adaptés au chauffage par brassage de l’air
l’ ambiant ;
- Sensation de rafraîchissement en été par brassage de l’air.
-

iv. Plancher, plafond chauffant / rafraîchissant


Si dans l’habitat neuf, le plancher chauffant est plus souvent utilisé (choix d’un chauffage direct), le
plafond rayonnant a une large place en rénovation. Il est plus fréquent de refaire les plafonds que
les plancher.

Toutefois, il est presque indispensable d’isoler correctement les plancher (par exemple en sous face
si le planche est accessible par - dessous-cave – vide sanitaire, etc. …)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Les planchers et plafond chauffants et/ rafraichissants à eau ont comme atouts :

- D’être invisibles ;
- De libérer les emplacements dédiés habituellement aux émetteurs ;
- De diffuser la chaleur par rayonnement ;
- De ne pas dessécher l’air ;
- De ne pas brasser
ser de poussière.

La température au sol des planchers chauffants est obligatoirement limitée à 28°C. Pour le
rafraichissement, la température au sol est obligatoirement limitée à une baisse de quelques degrés
par rapport à la température extérieure pour éviter
éviter les risques de condensations. Ce type de
plancher est alimenté par de l’eau chaude produite par :

- Une chaudière (chaudière à condensation basse température)


- Un générateur thermodynamique type pompe à chaleur,
- Un réseau de chaleur basse température.
L’intérêt
intérêt du plancher réside dans le fait que l’été il peut être alimenté par une pompe à chaleur
réversible ou un groupe froid afin d’obtenir un rafraîchissement.

v. La climatisation
En climatisation, le générateur thermodynamique est appelé pompe à chaleur (PAC) (P ou climatiseur.
Pour une production centralisée de grande puissance, on a un système de production d’eau glacée.
Ces systèmes fonctionnent tous sur le même principe physique de base. Au cours du changement de
phase du fluide frigorigène, des transferts d’énergie s’effectuent entre ce fluide et le milieu ambiant
(air) ou le fluide (exemple : eau) avec lequel il est en contact.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

- Lorsque le fluide se vaporise, il se réchauffe en puisant de la chaleur dans l’air ou dans l’eau
- Lorsque le fluide se condense,
nse, il se refroidit en cédant de la chaleur à l’air ou à l’eau.

Un générateur thermodynamique met en jeu deux sources, une source froide et une source
chaude qui échangent de l’énergie par le biais de fluide frigorigène. La pompe à chaleur est un
appareill qui réalise un transfert de chaleur inverse de l’écoulement naturel : d’une source froide
vers une source chaude. La pompe à chaleur est composée de quatre principaux éléments qui sont
placés sur un circuit fermé contenant un fluide frigorigène :

- Un compresseur
resseur qui met le fluide frigorigène en mouvement et lui fournit de l’énergie en
élevant sa pression à l’état gazeux, ce qui permet ce transfert thermique contraire au principe
naturel selon lequel la chaleur se transfert du chaud au froid.
- Un échangeur : tantôt évaporateur lorsque l’on refroidit les locaux, et tantôt condenseur
lorsqu’on chauffe ces mêmes locaux.
- Un détendeur : qui règle le débit frigorigène et abaisse sa pression lors du passage du
condenseur vers l’évaporateur.
- Un 2ème échangeur qui fonctionne
fonctionne dans un mode de transfert thermique inverse au précédent
échangeur.
- Une vanne d’inversion de cycle qui assure la réversibilité
- Un dispositif de sécurité, de commande et de régulation

Les PAC sont des générateurs thermodynamiques réversibles, ce qui revient à refroidir ou a
réchauffé un même local par un système unique. Ceci est possible si l’on inverse le sens de
circulation du fluide via la vanne d’inversion de cycle soit une vanne 4 voies. Ainsi, l’échangeur
placé dans ce local est tantôt évaporateur,
évaporateur, tantôt condenseur. Le générateur thermodynamique
permet un transfert de chaleur de l’évaporateur vers le condenseur.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Ce transfert se réalise au moyen du compresseur qui consomme une certaine quantité d’énergie
électrique. L’atout principal de ce processus
processus réside dans son bilan énergétique global où seule une
partie de l’énergie reçue, celle électrique par le système est payante. Le bilan énergétique peut
s’exprimer, d’une manière simplifié, ainsi :

Chaleur puisée au milieu froid + énergie électrique


électrique reçue = chaleur cédée au milieu chaud.

Le rapport entre l’énergie thermique récupérée et l’énergie électrique consommée caractérise la


performance du générateur thermodynamique. On parle de :

- Coefficient de Performance (COP) en mode chaud


- Efficacité Frigorifique
orifique (EF) en mode froid
COP ou EF = (Puissance calorifique récupérée au condenseur) / (Puissance fournie au compresseur)

Cette performance est très sensible à l’écart de température entre les sources de chaleur : plus il fait
froid à l’extérieur, moindrere est la performance du chauffage thermodynamique. Plus le COP est
élevé, plus l’efficacité est grande, et l’usage de l’équipement économique. En général, une PAC
couvre entre 60% et 80% des besoins d’énergie pendant la saison de chauffe.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Les sources extérieures utilisées :

- L’air est pratiquement toujours disponible mais sa température est variable, et les
performances du générateur thermodynamique en sont affectées au cas des différences de
températures parfois importantes
- L’eau garantit une bonne stabilité de température. Plusieurs techniques sont possibles :
• Capteurs horizontal à eau glycolée en circuit fermé et enterré dans le sol.
• Capteur vertical qui puise sont énergie jusqu’à 80m à 100m de profondeur dans le sol
(géothermie). Le réseau en circuit fermé est aussi de l’eau glycolée. La connaissance
des caractéristiques du sol, et le cas échant, de la réglementation locale est
indispensable.
• Puit sur la nappe phréatique (géothermie). Dans ce cas l’eau de la nappe échange avec
l’évaporateur au travers d’un échangeur intermédiaire. Il est nécessaire avant de décider
d’une installation de disposer d’informations sur les caractéristiques de la nappe et sur la
réglementation locale afférente pour obtenir les autorisations éventuelles.
- Le sol exige un capteur horizontal avec fluide frigorigène enterré dans le sol à environ à 60 à 80
cm. L’évaporateur est enterré directement dans le sol, on parle de « détente directe ».

La diffusion intérieure est réalisée par :

- Air : Le chauffage ou le rafraîchissement du local est réalisé à partir de l’air, soit :


• Par soufflage libre : l’air du local est recyclé au travers de l’échangeur du générateur
thermodynamique. Un ventilateur favorise et accélère le transfert. Exemple : unité
intérieure d’un climatiseur.
• Par plénum : il s’agit d’un caisson métallique placé en faux plafond, dans lequel sont
intégrés l’échangeur et le ventilateur. L’air du logement est repris en vrac dans le
caisson et, après passage sur l’échangeur, il est soufflé directement dans le faux
plafond, puis au travers de bouches placées dans les pièces principales du logement.
• Par gaines et boucles : à la différence du plénum, l’air est conduit vers chaque local par
des gaines où il est insufflé au travers de bouches. L’air est repris soit en vrac, soit par
des gaines.
- Eau : le chauffage ou le rafraîchissement du local est réalisé à partir d’un émetteur à eau de
type plancher ou ventilo-convecteur, traversé par l’eau préalablement chauffée ou refroidie.
Dans le cas d’un ventilo-convecteur, un ventilateur favorise le transfert thermique entre l’eau
et l’air du local.
- Sol : Le chauffage du local est réalisé à partir d’un plancher constituant le condenseur du
générateur thermodynamique et dans lequel circule en conséquence le fluide frigorigène.

Limite de fonctionnement

L’emploi de la PAC, parfois, nous amène à ajouter un appoint en mode chauffage. Les limites de
température pour un fonctionnement correct de la PAC sont fixées par rapport à la température
extérieure et celle au-dessus de laquelle la PAC suffit seule à combattre les déperditions.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

On note avec Ta la température extérieure d’arrêt de la PAC et Téq, la température d’équilibre au-au
dessus de laquelle la PAC suffit seule à combattre les déperditions, de l’ordre de +2°C à +5°C. Alors
si :

- T > Téq : la PAC apporte


pporte seul la couverture des besoins
- Ta < T < Téq : l’appoint vient en complément des besoins
- T < Ta : l’appoint total apporte seul la couverture des besoins, la PAC est arrêtée

1.2.3.5. Comparaison des différents systèmes de chauffage

Dans le cadre de cette étude


de nous avons considérer 6 systèmes de chauffage : le chauffage à fioul, le
chauffage au gaz, le chauffage électrique, les panneaux solaires thermiques, le chauffage au bois et
les Pompes à Chaleur (PAC). Nous avons développé en annexe les types de chauffage chauffa nous
paraissant intéressants.

Afin d’effectuer une étude comparative nous avons fait le choix de présenter les avantages et
inconvénients des différents types de chauffage sous forme de tableau.

Cette étude comparative se base sur 3 critères :

- Critère économique
- Critère écologique
- Confort et facilité de fonctionnement

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Critère Ecologique

- La composition du fioul domestique est sans cesse améliorer pour une


combustion optimisée et de moins en moins polluante.
Avantages - Grâce aux améliorations considérables apportées aux brûleurs et aux chaudières
fioul domestique, ces nouveaux équipements consomment nettement moins de
Chaudière combustible
au fioul
- Malgré les améliorations apportées aux équipements et à la composition du
fioul, ce dernier reste un combustible fossile dont la combustion produit des gaz à
Inconvénients
effet de serre.
- Le fioul est une ressource épuisable

- Le chauffage central au gaz apporte une chaleur douce et homogène par des
radiateurs d'eau chaude. Contrairement à l'électricité, le chauffage au gaz
Avantages
Chaudière n'assèche pas l'air ce qui est beaucoup plus sain pour les voies respiratoires. La
au gaz chaleur diffusée est plus facile à maîtriser.

- Il s'agit d'une énergie faucille dont la combustion émet des gaz à effet de serre.
Inconvénients
Le gaz est une ressource épuisable
- L'électricité peut être produite à partir d'énergie renouvelable: centrale
Avantages
hydroélectrique, éolienne, panneaux photovoltaïques

Chaudière - Néanmoins aujourd'hui en France, les centres de production ne peuvent pas


électrique répondre à l'ensemble des besoins sur son territoire.
Inconvénients - L'un des inconvénients majeur de ce type de chauffage est son type de
production. En France, l'électricité est principalement produite par les centrales
nucléaires qui rejettent des déchets radioactifs et tout incident ne peut être exclu.

- Le solaire thermique est une énergie propre qui permet de lutter contre les
émissions de gaz à effet de serre.
Avantages
- Le solaire thermique se base sur une ressource renouvelable qui st le
Panneaux
rayonnement solaire
solaires
thermiques
- Un tel système ne peut pas subvenir à l'ensemble des besoins annuel en
Inconvénients chauffage d'un bâtiment et nécessite l'utilisation d'énergie d'appoint (gaz, fioul,
électricité…).

- Lorsque les arbres poussent, ils consomment du CO2 par le processus de


photosynthèse. Le bois a un bilan CO2 neutre.
Avantages - Le bois est une ressource renouvelable. En France, l'utilisation du bois en
Chauffage combustible permet d'entretenir les forêts, car notre pays possède un parc
bois forestier important.

Inconvénients - Le bois dégage des gaz à effet de serre lors de sa combustion.

- Ce système ne dégage pas de gaz à effet de serre


Avantages
- Ce type d'énergie n'est pas épuisable
PAC
- Néanmoins ce système consomme de l'électricité (même inconvénient que pour
Inconvénients
le chauffage électrique)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Critère économique
Coût
Capacité à assurer la
d'entretient et
Coût de l'énergie Coût d'investissement totalité de la
de
consommation
fonctionnement
Le chauffage au fioul peut
Avantages assurer la consommation
totale de l'immeuble
En raison de la
Chaudière hausse du prix du
au fioul pétrole, la
Le coût est
consommation de
Inconv. Moyen relativement
chauffage à base de
important
fioul sera
probablement
élevée
Lorsque le bâtiment
peut être relié au
réseau, le chauffage
au gaz est un bon
compromis
investissement/coût Le chauffage au gaz peut
Avantages d'exploitation/confort. assurer la consommation
Le coût totale de l'immeuble
Chaudière d'investissement est
au gaz plutôt faible par
rapport aux autres
installations (hors
chauffage électrique)
Le prix du gaz Le coût d'installation
risque d'augmenter, Moins important peut être plus ou
Inconv. cela peut entraîner que le fioul mais moins cher en
des coûts important non négligeable fonction du type de
de chauffage chaudière.
L'installation de
convecteur et de Le chauffage électrique
panneaux est peu peut assurer la
Avantages
coûteuse et rapide consommation totale de
(pas de chaudière, ni l'immeuble
de conduit)
Chaudière L'énergie électrique
électrique est chère à Pour les installation
l'utilisation. Le des émetteurs de type
Les coûts
logement doit être plancher ou plafond
Inconv. d'entretien sont
bien isolé afin rayonnant, le coût
quasiment nuls.
d'éviter un d'investissement est
consommation trop important
importante.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Critère économique
Coût
Capacité à assurer la
d'entretient et Coût
Coût de l'énergie totalité de la
de d'investissement
consommation
fonctionnements
Le rayonnement
solaire est gratuit,
le seul coût est celui
qui provient de
Avantages Faible
l'énergie
permettant de faire
fonctionner le
système
Un système solaire
thermique ne peut
Panneaux
remplacer totalement un
solaires
chauffage classique.
thermiques
Important, toutefois Compte tenu de la
des subventions variabilité du
existent pour aider la rayonnement solaire, il ne
Inconv.
maîtrise d'ouvrage à constitue pas une source
installer ces d'énergie fiable. Il se doit
panneaux. de rester une énergie
d'appoint même si, dans
certains cas, il peut
couvrir entre 60% et 80%
des besoins.
La chaudière à bois peut
subvenir à l'ensemble des
Inconv. Très économique
besoins en chauffage du
Chauffage bâtiment.
bois Important pour le
bois, et très Le poêle nécessite un
Inconv. Important
important pour les chauffage d'appoint
granulés de bois.
La PAC est peu
Cette capacité dépend du
onéreuse de fait de
Avantages Moyen type de pompe et du type
son rendement très
d'émetteur.
PAC positif
Très important,
Inconv. toutefois des
subventions existent.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Critère Confort et facilité de fonctionnement


Avantages Le chauffage au fioul diffuse une chaleur homogène
Chaudière au
fioul Cette énergie nécessite un espace de stockage. Des mesures de sécurité doivent être
Inconvénients
prises pour stocker le fioul

Certains équipements comme les plancher chauffants et les radiateurs à chaleur douce
Avantages permettent d'obtenir un bon confort tout en limitant la consommation électrique. Ce
Chaudière au type d'équipement ne nécessite pas de d'espace du stockage.
gaz

Inconvénients

Le chauffage électrique permet de chauffer la pièce rapidement, et ne nécessite pas


Avantages
Chaudière d'espace de stockage
électrique
Inconvénients

Panneaux Avantages Ce type de chauffage ne nécessite aucun espace de stockage


solaires
thermiques Inconvénients

Avantages Le confort est équipement à celui produit par du chauffage à gaz


Chauffage bois
Inconvénients Ce type de chauffage nécessite un espace de stockage

La PAC a la particularité d'avoir un confort d'hivers mais également un confort d'été.


Avantages
Ce type de chauffage ne nécessite pas d'espace de stockage.
PAC
Inconvénients Le confort d'hiver dépend du type d'émetteurs installés.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.2.3.6. Le contrôle des équipements techniques (la GTB)

La Gestion Technique du Bâtiment dite GTB (ou BMS en anglais, Building Management System)
permet de "connecter" les équipements techniques du bâtiment de confort, de chauffage, de
sécurité, …, dans un but général de :

SECURISER - MAITRISER - ECONOMISER – GERER

La GTB est simplement un concept communiquant numérique et informatique, permettant donc :

• La surveillance des installations


• Réduire les dépenses énergétiques,
• Maintenir la température et le confort
• Fiabiliser les installations - fonctionnement sans discontinuité
• Surveiller 24h/24 7j/7
• Réduire des déplacements et intervenir très rapidement à distance
• Assurer une gestion énergétique optimum du bâtiment

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Domaines d’application

Chauffage

Dans le domaine du chauffage, les possibilités d'une GTB sont :

1. Le pilotage des chaudières : gestion, exploitation et suivi.

2. Le pilotage des circuits de chauffage.

3. Optimisation des temps de fonctionnement pour une consommation.

4. de l'énergie au plus juste.

5. Pilotages des différentes zones de chauffe.

6. Régulation de la température pièce par pièce en fonction des occupations.

Climatisation

Dans le domaine de la production de froid, les possibilités sont les suivantes :

1. La GTB permet la gestion de la production de froid : les groupes de froid sont pilotés de la même
manière que le chauffage.

2. Régulation des circuits pour les CTA, ventilo-convecteurs.

3. Régulation individuelle des locaux d'un bâtiment en fonction de l'occupation.

Extracteur - Aérotherme - Ventilation - Centrale d'air

1. Les extracteurs et aérothermes utilisés pour le renouvellement d'air représentent des installations
coûteuses en exploitation. La GTB permet d'en optimiser le fonctionnement par une meilleure
maîtrise de la température et des temps de fonctionnement.

2. La GTB permet au travers de la gestion et la commande des CTA d'assurer une température et
hygrométrie constante.

3. Contribuer à la maintenance des machines.

Accès

1. Les accès au bâtiment sont également gérés par la GTB

2. Gestion des accès par lecture de badge, reconnaissance vocale ou biométrie.

3. Permet de détecter l'intrusion d'une personne.

4. Synchronisation avec le chauffage : lorsqu'une personne est signalée dans une pièce, le chauffage
est automatiquement autorisé.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Alarmes

La GTB surveille les installations et lance une alerte sur le superviseur lors d'un dysfonctionnement
ou d'une anomalie :

Les alarmes sont retransmises par mail, fax ou sms pour avertir le SAV le plus proche le plus
rapidement possible.

Liste des alarmes possibles :

- intrusion

- pannes

- ascenseurs

- fuites d'eau

- incendie, anomalie de fonctionnement chauffage/climatisation, groupe électrogène, électricité

Pour prévenir immédiatement les utilisateurs du réseau GTB en cas de panne ou


dysfonctionnement, le superviseur renvoi une alarme, sous forme de mini message, sur un des
supports : fax, imprimante, serveur vocal, téléphone portable, etc.

Compteurs

1. Les compteurs de tout type (eau, calorifique, électrique) du bâtiment sont reliés à la GTB pour
effectuer des relevés à distance.

2. Possibilité d'établir des historiques, statistiques, analyses de consommation, graphiques.

3. Le relevé des compteurs à distance permet de supprimer certains déplacements et donc de


gagner du temps.

Electricité

Dans le domaine de l'électricité, les fonctions possibles d'une GTB sont :

1. Le pilotage des éclairages, convecteurs électriques, ou tout autre appareil lié au confort.

2. La possibilité de délester certains équipements automatiquement.

3. D'asservir l'éclairage à la détection de personne ou en fonction de donnée d'accès.

4. Les éclairages sont coupés ou allumés à partir d'une heure définie.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.2.3.7. Le point de vue de professionnels

EN ACT Architecture

EN ACT Architecture est un Bureau d’Etudes Techniques siégeant à Eu (76). Pour ce BET, l’objectif est
de faire de la qualité (architecture, ambiance, technicité, usage,…) tout en réduisant les impacts
environnementaux. On doit à ce BET deux opérations : la construction de deux logements passifs à
Formerie dans l’Oise et la construction d’une maison à très basse consommation énergétique. Ainsi,
nous avons pris contact avec Mr Bruno RIDEL, architecte, afin d’échanger nos avis sur les
technologies à adopter pour les maisons passives.

Pour lui, quand on parle de maison passive, il est primordial de privilégier les apports solaires passifs
qui permettront de respecter la consommation maximale d’énergie pour chauffage de
15kWh/m²/an. Le passif n’est possible que si l’on a des apports solaires passifs. Ainsi, pour
l’aménagement et la construction, l’objectif est de veiller que chaque bâtiment bénéficie au
maximum de ces apports solaires passifs et de s’assurer que les ombres des végétations, appelés
masques, ne vont pas gêner ces apports.

Il faut ainsi privilégier les orientations sud, sud-est et sud-ouest pour les pièces à vivre, bien que la
position sud ouest posera des problèmes en hiver (le soleil n’atteint pas les baies vitrées) et en été
(le soleil étant relativement bas, il génère des surchauffe à l’intérieur du bâtiment). Il nous a précisé,
que possédant une maison de ce type, les triples vitrages ne gênent en rien ces apports solaires
passifs.

La ventilation mécanique contrôlée à double flux permet de récupérer les calories de l’air sortant
pour réinjecter ces calories dans l’air entrant. On récupère en moyenne 90% des calories. Cette
ventilation est un traitement de l’air. Lorsque la température est basse (= températures extérieures
faibles avec absence de soleil), il n’y a pas d’apports de calories et donc on peut noter des problèmes
de température à l’intérieur du bâtiment.

Pour contrer ces problèmes, plusieurs solutions existent :

- On peut intégrer une pompe à chaleur air/air au niveau de la VMC double flux qui permettra
d’apporter des calories à l’air sortant, pour lequel les calories n’étaient pas suffisantes. On utilise ici
le vecteur air pour réchauffer l’air ambiant des pièces.

- On peut également utiliser des appareils de chauffage utilisant la biomasse tel que le poêle à
granulés (qui demandera dans la réglementation une prise d’air direct à l’extérieur). Cependant,
dans la conception, il faudra veiller à la position centrale pour pouvoir réchauffer l’ensemble des
surfaces de l’habitat. Ce système est moins souple que la pompe à chaleur.

- On peut aussi penser au chauffage électrique mais l’utilisation sera très contraignante, notamment
pour respecter les consommations d’énergie de chauffage (idéalement de 15kWh/m2/an).

En ce qui concerne l’éclairage, les LEDs restent la solution la plus performante mais aussi la plus
onéreuse avec des coûts d’achat importants. C’est pourquoi, on considère que cette solution n’est

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

pas adaptée aux fonctions des logements, ou dans le tertiaire par exemple. Cependant, les LEDs
peuvent très bien être utilisés dans les lieux de passage.

Pour les lampes basse consommation, il peut être intéressant de les associer à des détecteurs de
présence pour éviter les surconsommations lorsque personne ne se trouve dans la pièce. Le
variateur d’intensité est aussi à étudier dans les pièces à vivre. Il vaut mieux privilégier plusieurs
sources qu’une seule : en effet, une source va créer une diffusion non homogène qui va nécessiter
l’utilisation d’autres lumières amovible demandant de l’énergie.

Pour l’alimentation électrique de l’éclairage, on peut avoir recours à l’énergie photovoltaïque, très
bien adapté. Le photovoltaïque est intéressant si l’on arrive à stocker de l’énergie dans les batteries.
A l’heure actuelle, EDF rachète cette énergie « verte » (énergie produite par le photovoltaïque) plus
cher que l’énergie à la vente avec un engagement sur 20 ans. Ainsi, la tendance actuelle est
d’installer des panneaux photovoltaïques et de revendre l’électricité produite à EDF. Ceci est aussi
plus intéressant car on ne sait pas stocker correctement l’énergie dans les batteries ; batteries qui
sont chères et qui ont un impact écologique majeur.

Pour ce qui est de l’éblouissement suite à l’orientation du bâtiment, Mr RIDEL conseille l’utilisation
de protections solaires extérieurs, soit des stores extérieurs, soit un brise soleil (statique ou non)
intégrés à la façade qui limite le rayonnement l’été et le favorise l’hiver. Par son expérience, il nous
déconseille la protection solaire par l’intérieur. Les volets motorisés peuvent être une autre
alternative, surtout qu’il existe aujourd’hui de tels mécanismes branchés sur l’électricité produite
par le photovoltaïque.

Campenon Bernard Construction (Service Technique)

Nous avons eu un entretien téléphonique avec Mr Fréderic LOGEL, expert climaticien, qui travaille
au service technique de Campenon Bernard Construction. Nous nous sommes rapproché de ce
bureau d’étude pour essayer de déterminer le système d’aération le plus adéquat. Il nous a
confortés dans notre idée : mettre en place un système double flux. Cependant il préconise d’ajouter
des bouches hydro-réglables qui amélioreraient l’efficacité de notre système. En effet ces dernières,
en relevant le taux d’humidité dans l’air, permettront d’accélérer ou de diminuer le débit d’air à
insuffler selon les besoins.

En ce qui concerne le puits canadien, il nous a clairement expliqué que cette technique était
utilisable dans le cadre de maisons individuelles ou pour des petits collectifs. Cependant pour des
opérations de logements plus classiques, dépassant vingt logements, cette méthode n’était plus
utilisable. En effet la longueur des tuyaux pour que l’air ait le temps de se réchauffer (ou se
refroidir) devient énorme. Sa mise en place devient alors coûteuse.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.2.4. Ouverture

Choix du vitrage et des châssis

Nous savons que la limite du coefficient de conductivité thermique pour le vitrage est
Umax=0,8 W/m²K. Un coefficient U aussi bas peut seulement être atteint grâce à un triple vitrage,
comme souhaité dans la commande de ce projet. L’espace entre les vitres est rempli de gaz nobles
tel que l’argon, afin de réduire le transfert de chaleur par convection. Pour diminuer également le
transfert de chaleur par rayonnement, on utilise des verres à faible émissivité (LowE), c’est-à-dire
qu’on leur a ajouté une couche invisible d’oxydes métalliques qui laisse passer la lumière extérieure,
mais bloque le rayonnement de chaleur provenant de l’intérieur de la maison. Il s’agit d’éviter les
pertes, bien entendu, mais aussi de maintenir de hautes températures surfaciques intérieures tant
pour une question de confort que pour éviter la condensation.

La figure suivante compare un châssis traditionnel double vitrage et un châssis triple vitrage. Par
thermographie, on peut avoir une idée précise des températures en différents points de la fenêtre.
On constate assez aisément que la surface intérieure (à droite) du triple vitrage est plus chaude
(orange) que la surface intérieure du double vitrage (jaune-vert).

Comparaison double
vitrage / triple vitrage.
(Source : MB Benelux-
caratherm)

Avec une telle isolation, le triple vitrage capte un peu moins de chaleur solaire (“coefficient g”) par
rapport à un double vitrage classique. On arrive cependant à 60% de transmission, ce qui est
largement suffisant pour respecter le critère établi à 50%. D’ailleurs, pour une raison financière, on
se contente bien souvent d’un facteur g de 50% et d’une bonne orientation de la baie. L’important
est d’avoir un bilan énergétique annuel positif pour la fenêtre, ce qui est le cas avec des triples
vitrages et un facteur g de 50%. Par opposition, les doubles vitrages présentent un g plus élevé mais
offrent un pouvoir isolant moindre, ce qui se traduit par davantage de déperditions en saison froide.

Le degré d’isolation du châssis en lui-même est un autre facteur important. Il convient d’avoir un
châssis absolument sans pont thermique. Pour y arriver, il existe de nombreux produits et le marché
propose un nombre croissant de solutions. Certains fabricants offrent des châssis en bois avec des
inclusions de mousse rigide de polyuréthane (basse conductivité thermique et haute qualité
porteuse) ou de liège. Des châssis tout en bois sont également disponibles. Un “sur-châssis” en
aluminium qui respecte également la norme a été développé pour des questions d’esthétique et de
facilité d’entretien. D’autres fabricants proposent des châssis en plastique thermiquement isolant,
ce qui est une solution moins onéreuse.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Les châssis destinés aux maisons passives offrent également une étanchéité à l’air amélioré grâce à
une triple batée et des joints souples.

Châssis triple vitrage avec triple batée. (Source :


Deceuninck-Thyssenpolymer)

L’intercalaire disposé entre les vitres peut créer un pont thermique. En effet, un intercalaire en
aluminium peut être responsable de 20 à 30% des pertes d’une fenêtre. Dans une fenêtre répondant
aux standards de la maison passive, on utilise un intercalaire en acier inox ou en plastique et on
encastre au maximum les vitres dans le châssis pour diminuer le plus possible leur effet de pont
thermique.

Remarque : les excellentes qualités thermiques des fenêtres des maisons passives ne portent leurs
fruits que si celles-ci sont mises en place correctement. Les problèmes surgissent en particulier dans
les bâtiments en briques ou en blocs de béton qui présentent une conductivité thermique élevée. Si
la pose est mal réalisée, la valeur U peut être pénalisée de 0,5 W/m²K à cause de la présence d’un
éventuel pont thermique. En revanche, si la fenêtre est bien mise en œuvre, il est possible d’éviter
tout pont thermique. La mise en œuvre est donc cruciale.

Il aurait pu être intéressant de combiner double vitrage (au Sud) et triple vitrage (au Nord, Est et
Ouest) pour bénéficier au maximum des avantages de chacun selon les orientations.

Concernant un châssis PVC, cette solution est peu onéreuse et désormais thermiquement
performante, notamment muni d’une triple batée et de joints souples pour améliorer l’étanchéité à
l’air.

Ce châssis présente d’autre part les


avantages d’être facile en entretien,
durable et recyclable, résistant à la
corrosion et recyclable.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.3 Organisation

1.3.1. Archit
Architecte conseil

L’architecture du bâtiment guidée par le bioclimatisme

Un bâtiment bioclimatique est un bâtiment dans lequel le chauffage et la climatisation sont réalisés
en tirant le meilleur parti du rayonnement solaire et de la circulation naturelle de l'air.
l Pour ce faire,
la démarche bioclimatique se développe sur trois axes entre lesquelles il faut trouver le bon
équilibre : capter la chaleur, la transformer/diffuser,
transformer/diffuser et la conserver et gérer l’inconfort d’été.
d’été

1.3.1.1 Capter la chaleur pour une maximalisation


maximalisation des apports externes
Orientation du bâtiment : La figure ci-après
ci après illustre cet aspect en comparant les besoins annuels de
chauffage d’une habitation selon l’orientation et la proportion de ses vitrages (rapport de la surface
vitrée à la surface de la façade).
açade). On constate une sensible diminution des besoins de chauffage pour
une orientation Sud, alors qu’ils ne cessent d’augmenter pour une orientation Nord.

Besoin de chauffage selon la proportion de vitrages. (Source : Gratia, Elisabeth, Concevoir avec le climat
: la maison individuelle, Architecture et Climat et MRW, édition 2002)

Ainsi, on va favoriser ces gains solaires par une bonne orientation des baies vitrées. En résumé,
l’ouvrage doit se caractériser par des ouvertures de grandes dimensions au sud, s très peu
d'ouvertures au nord et peu d'ouvertures à l'est (soleil du matin) et à l'ouest (soleil du soir).

Les bâtiments doivent donc être orientés au Sud. Toutefois dans le cas d’un projet où l’on ne
pourrait pas choisir l’orientation, il est à noter qu’on peut très bien avoir un bâtiment qui consomme
peu et qui soit “mal” orientée. Cette liberté permet donc de pouvoir tirer parti de situations
contraignantes (en ville par exemple).

Compacité : Dans les climats tempérés, les déperditions thermiques des bâtiments dues aux
différences de température entre l’ambiance intérieure (stable) et les conditions extérieures
(variables), se font principalement par conduction au droit de l’enveloppe du bâtiment. Il s’ensuit
que, pour un même volume, les déperditions seront plus importantes à mesure qu’augmente la
surface de l’enveloppe, dite surface déperditive.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Ce rapport entre volume et surface déperditive s’appelle compacité. Pour des raisons énergétiques,
l’architecte cherche à minimiser la surface de déperdition tout en maximisant le volume habitable,
ce qui se traduit par une forte compacité.

Augmentation de la compacité en fonction de la géométrie du bâtiment. (Source: Pour une


amélioration de la performance énergétique des logements neufs, MRW, édition 2004)

A cet égard, une situation urbaine entre mitoyens est évidemment assez intéressante et contribue à
une meilleure compacité car les deux murs mitoyens sont nettement moins déperditifs.

1.3.1.2 Transformer/diffuser la chaleur

Pour convertir la lumière en chaleur, on utilise des matériaux opaques, comme une dalle ou des
murs peints d'une couleur sombre. Ces éléments doivent être de teinte plutôt foncée sinon ils
réfléchiraient la lumière sans la convertir en chaleur. Ils ne doivent pourtant pas être trop sombres
au risque que leur surface s'échauffe énormément et atteigne des températures qui peuvent devenir
dangereuses pour les occupants. Une teinte brune ou terre cuite est un bon compromis entre les
performances thermiques et le rendu esthétique (le noir étant souvent le moins apprécié).

Principe de l’inertie : Le matériau doit être très dense et très lourd. Plus sa masse est importante,
plus il pourra absorber par inertie une quantité d'énergie importante, l'objectif étant de capter
pendant la journée suffisamment d'énergie pour la rediffuser pendant toute la nuit. Le mur ainsi
créé est souvent appelé mur capteur. C'est le véritable radiateur du bâtiment; il fonctionne à basse
température, un peu comme un plancher chauffant, et rayonne sa chaleur sur toute sa surface.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

1.3.1.3 Conserver la chaleur : L’isolation thermique

Une fois captée et transformée, l'énergie solaire doit être conservée à l'intérieur du bâtiment le plus
longtemps possible, pour éviter les déperditions. C'est la raison pour laquelle il faut une bonne
isolation… D’autre part, cette isolation vise à garantir le confort thermique des occupants en
assurant aux parois des températures de surface élevées.

En effet, lorsque la température surfacique des parois présente une différence de plus de 3°C avec la
température ambiante de la pièce, une sensation d’inconfort apparaît. La température de surface de
l’enveloppe à l’intérieur du bâtiment reste très élevée et proche de la température ambiante même
par des températures extérieures très basses. Dans un bâtiment traditionnel, ce confort ne peut être
obtenu que partiellement en plaçant les appareils de chauffage contre les murs et sous les fenêtres
autant que possible.

Les caractéristiques de l’isolant : Un matériau isolant se caractérise par les pertes de chaleur qu’il
permet. La perte de chaleur à travers une paroi, un plancher ou un toit est mesurée par son
coefficient de transmission thermique, noté U et exprimé en W/m²K. Plus U est petit, meilleure est la
performance.

Le U moyen de l’enveloppe du bâtiment doit être inférieur ou égal à 0,15 W/m²K (0,10 W/m²K
conseillé) pour respecter les standards de la maison passive. Il est clair qu’un U moyen aussi faible ne
peut être obtenu qu’avec des matériaux performants, sous peine d’avoir une beaucoup trop grosse
épaisseur d’isolant.

Isolation intérieure ou extérieure ?

Actuellement, la majorité des bâtiments construits en France sont isolés par l'intérieur. C’est une
spécificité française. Dans la totalité des pays d’Europe du Nord, l’isolation extérieure est la
référence. L'isolation par l'intérieur souffre de nombreux inconvénients :

- Prolifération des ponts thermiques : L'isolation est interrompue à chaque passage de dalle et à
chaque refend. C’est ce qu’on appelle un pont thermique, c’est à dire un endroit où la chaleur va
sortir du bâtiment de manière importante Les ponts thermiques engendrent donc l’augmentation de
la consommation d’énergie.

- Apparition de moisissure dans les angles : Les ponts thermiques créés par l’isolation intérieur
engendrent des points froids sur les surfaces intérieures. Ces points froids engendrent la
condensation de l’humidité contenue dans l’air, si le taux d’humidité de l’ambiance intérieure est
trop important. Des tâches d’humidité ou des moisissures peuvent apparaître dans ces conditions.

- Limitation des épaisseurs d’isolant par l'intérieur, pour ne pas empiéter de manière trop
importante sur la surface habitable.

- Diminution de l’inertie : L'isolation par l'intérieur diminue l'inertie du bâtiment. L'isolation par
l'intérieur exclut toute possibilité de stockage de chaleur en été par les murs extérieurs puisque
l'isolation se situe entre l'ambiance intérieure et le mur porteur.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

L'isolation par l'extérieur permet de répondre à tous ces problèmes et ainsi de se positionner
comme étant la solution d'avenir. Les principaux ponts thermiques sont réduits ou supprimés, le
problème de condensation disparaît, les épaisseurs d'isolation peuvent être beaucoup plus épaisses
et l'inertie du bâti est conservée.

Les caractéristiques de l’enveloppe :

Outre l’isolant, l’enveloppe d’une maison passive doit suivre certains critères qui vont diminuer
davantage les déperditions. Il est notamment important de se pencher sur les points critiques de
l’enveloppe : les fenêtres, les ponts thermiques et l’étanchéité à l’air.

- La fenêtre, premier point critique : Pour répondre à ce point critique, le triple vitrage nous
est imposé mais la question du châssis n’est cependant pas traitée, ni imposée. Aujourd’hui
dans un bâtiment passif, Umax=0,8 W/m²K. Cette contrainte implique naturellement des
châssis et du vitrage ultra performants. Ces choix seront explicités par la suite.

- Les ponts thermiques, deuxième point critique : Les déperditions par les parois sont les
principales sources de perte de chaleur dans les maisons passives. Ces pertes sont
enregistrées au droit des parois, bien entendu, mais aussi et surtout, aux coins, aux bords,
aux jonctions et aux articulations. Les endroits critiques sont typiquement : les seuils, là où
un mur intérieur et un mur extérieur sont en contact, là où une dalle de sol touche le mur
extérieur, les balcons et linteaux, etc.

Les quatre règles suivantes permettent de réduire le risque de pont thermique :

- Règle de prévention: dans la mesure du possible, ne pas interrompre l’enveloppe thermique

- Règle de pénétration : là où une interruption est inévitable, la résistance thermique dans le


plan d’isolation doit être aussi haute que possible ;

- Règle d’articulation : aux articulations entre les éléments du bâtiment, les couches
d’isolation doivent se rejoindre sans interruption ni décalage ;

- Règle de géométrie : préférer autant que possible les angles obtus ; les angles aigus
favorisent en effet la dispersion de la chaleur.

Le bâtiment respectera les règles d’isolation évoquées ci-dessus pour éviter au maximum les ponts
thermiques. Au-delà de ces règles à respecter, lors de la conception, les ponts thermiques suivants
sont aussi à traiter.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

- liaison fenêtre mur : Les fenêtres doivent absolument être mises en place au niveau de
l’isolation

- Liaison murs extérieurs balcons : Pour avoir une bonne isolation il ne doit pas y avoir
d’interruption dans l’enveloppe thermique. C’est pourquoi nous utiliserons la technique du
balcon suspendu lors de la construction.

Un exemple de réalisation de balcon suspendu

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

- Liaison murs extérieures / planchers bas : pour limiter au maximum l’interruption de


l’enveloppe, l’isolation doit aller jusqu’aux fondations du bâtiment.

- L’étanchéité à l'air, troisième point critique : Les infiltrations d'air à travers l'enveloppe d'un
bâtiment provoquent des courants d'air inconfortables et sont plus que préjudiciables au
rendement énergétique. Si l’on veut diminuer le besoin de chauffage, l’enveloppe de
bâtiment doit être la plus étanche possible. Une enveloppe ne peut être vraiment étanche à
l'air que lorsque que l'enveloppe unique et sans faille couvre toutes les parois du volume
chauffé.

L’air qui rentre dans le bâtiment doit être apporté par le système de ventilation et non pas par des
imperfectionss dans l’enveloppe du bâtiment. Il suffit d’un défaut dans l'étanchéité à l'air pour que
tout le travail d'isolation en porte les conséquences. L'intérêt d'une ventilation double flux est en
partie lié à la qualité de l'étanchéité à l'air. La ventilation double
double flux n’à aucun sens si l'enveloppe
n'est pas étanche. Il est aussi primordial que les conduites d’eau et les câblages électriques soient
distribués à l’intérieur de l’enveloppe imperméable à l’air. Il faut éviter de transpercer cette couche.
Le taux de renouvellement d’air maximal pour un bâtiment passif sous une différence de pression
de 50 Pascal est de 0,6 volume par heure.

1.3.1.4 La gestion de l’inconfort d’été

Dans les habitations performantes comme dans notre projet, le confort thermique d'été doit faire
l'objet d'une attention particulière. Il faut, en effet, éviter que les dispositions prises pour assurer le
confort thermique d'hiver et la réduction des besoins en chauffage, ne conduisent à des surchauffes,
sources éventuelles d'inconfort en été et obligent à recourir à des systèmes de climatisation,
consommateurs d'énergie.

Plus on prend le problème en amont, meilleures sont les chances de le régler de façon efficace.
Certains choix dans la localisation, l’orientation et la conception d’un logement lui permettent d’être
confortable hiver comme été, sans dépense énergétique excessive. Ces choix ont été abordés
précédemment, nous nous concentrons ici sur leur rôle quant au confort d’été.

La localisation géographique : Les dispositions pour obtenir un bâtiment confortable en été


dépendront du climat de la région où il se situe, du microclimat du secteur où il est construit (fond
de vallée humide, plateau venté, versant protégé et bien exposé, etc.), et de facteurs tels que la
proximité d’un équipement bruyant
ruyant (grande route, aéroport, etc.).

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

En fonction de ces éléments, la RT 2005 impose aux constructions neuves des règles de conception
pour améliorer leur confort d’été.

L’implantation du bâtiment : La topographie doit être prise en compte, notamment dans les zones
les plus chaudes. L’implantation sur une pente, où l’air circule naturellement, est plus favorable que
dans un fond de cuvette. Si le terrain est en pente, il est aussi possible de profiter de la fraîcheur
relative du sol en été pour limiter les variations de température dans certaines pièces, en réalisant
une construction semi enterrée.

L’orientation est un facteur très important à considérer, surtout pour la distribution des ouvertures :
l’idéal est un bâtiment dont la façade principale, la plus vitrée, est orientée vers le sud. Ceci se
justifie par les raisons suivantes :

- Les expositions est et ouest sont à éviter : les rayons du soleil, matin et soir, donnent en
plein sur les ouvertures qui sont difficiles à protéger. L’ouest est l’exposition la plus
défavorable, car l’après-midi est le moment le plus chaud de la journée.
- L’exposition nord ne peut être retenue pour la façade principale en climat tempéré : elle est
très défavorable en hiver ou en demi-saison. Elle est malgré tout intéressante pour
l’éclairage naturel, en climat chaud.
- L’exposition sud est intéressante : le soleil est haut et il est facile de s’en protéger. C’est
l’exposition la plus favorable l’été après le plein nord, tout en étant la meilleure en hiver.

1.3.1.5 Les équipements du bâtiment

Le bâtiment doit être conçu et ses équipements doivent êtres choisis pour éviter, au cours de l’été,
l’inconfort visuel et surtout pour maintenir la température la plus fraîche possible. Pour ce faire, il
existe diverses solutions techniques, dont voici une présentation. Les différents équipements seront
décrits dans la partie précédente, nous allons vous proposer une solution parmi d’autres, en effet, il
n’y a pas UNE solution de choix d’équipement technique pour le bâtiment. Cela dit, des études en
amont sont nécessaires pour validé la faisabilité du projet dans un souci de réduction des énergies et
meilleure gestion de celle-ci.

- Garantir une forte inertie : Comme nous l’avons vu, l’inertie thermique d'un matériau traduit sa
capacité à accumuler la chaleur, ce qui entraîne à la fois un amortissement et un déphasage du
pic de température intérieure. La chaleur des rayons solaires est stockée dans les parois pendant
la journée et est restituée en soirée. L'inertie favorise d'autant le confort d'été qu'elle est forte,
permettant d'écrêter les pointes de surchauffe pendant la journée, et d'améliorer l'efficacité de
la ventilation nocturne, restituant longtemps la fraîcheur accumulée. Elle est donc très
importante dans le traitement du confort d'été.

- Le puits canadien ou le puits provençal : Le puits canadien utilise l'énergie géothermique et sert à
faire passer, avant qu'il ne pénètre dans la maison, l'air neuf de renouvellement par des tuyaux
enterrés dans le sol. Combiné au système de ventilation mécanique, il permet, l'été,
d'augmenter le confort. En effet, il permettra d'utiliser la fraîcheur relative du sol pour tempérer
l'air entrant dans le ventilateur. Le système de ventilation utilisé dans ce cas devra être équipé

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

d'un by-pass, afin d'éviter le passage de l'air dans l'échangeur, et dans ce cas, le réchauffement
de l'air extérieur par l'air intérieur extrait.

- Les protections solaires : Une construction qui se fait de l’ombre est un facteur essentiel du
confort d’été. Les protections placées à l’extérieur sont de loin les plus efficaces.

• Pour occulter les ouvertures : les volets. Les volets roulants sont particulièrement bien adaptés
aux exigences du confort d’été, mais les volets battants, les persiennes, etc., sont eux aussi
efficaces.

• Pour ombrer les ouvertures : les protections solaires. Elles empêchent l’insolation directe des
ouvertures mais laissent passer la lumière. Certaines sont légères, amovibles ou orientables,
comme les stores (stores bannes ou verticaux extérieurs, stores intérieurs) ou les brise-soleil
orientables. Repliées ou enroulées l’hiver, elles laissent entrer le soleil. D’autres font partie
intégrante de la construction même : pare-soleil, écrans, auvents, balcons, débords de toit, etc.
Notre choix sera présenté dans la partie suivante.

En complément de ces protections, on peut utiliser les qualités de certains végétaux. Les végétaux à
feuilles caduques (bouleaux, chênes, êtres, frênes…) procurent un agréable ombrage en été, mais ne
masquent pas le soleil en hiver. De plus, les plantes entretiennent, par évapotranspiration, une
confortable ambiance de fraîcheur. Plusieurs solutions se présentent :

• Planter des arbres isolés devant une baie vitrée, au sud ou à l’ouest ;
• Créer une pergola pour abriter la terrasse, une treille au-dessus d’une fenêtre plein sud, un
écran de plantes grimpantes le long d’une véranda : leur ombrage filtrera le soleil ;
• Installer une haie pour faire écran aux rayons du soleil à l’ouest : elle fait de l’ombre tout en
laissant l’air circuler ;
• Utilisez les végétaux secs pour faire de l’ombre : rideaux de canisses, brande ou bambous…

- Réduire les apports internes l’été : L’habitant doit tout d’abord avoir un comportement allant
dans ce sens : éviter de faire fonctionner des équipements inutiles, limiter l’usage des
équipements de cuisson. Cela passe aussi par l’utilisation d’appareils économes (appareils
électroménagers et notamment les réfrigérateurs et les congélateurs) et de lampes basse
consommation qui diminuent les apports de chaleur tout en allégeant la facture d’électricité.

- Brasser l’air : Favoriser le brassage de l’air peut être précieux, en cas de forte chaleur, pour
améliorer le confort. C’est bien utile quand on ne peut pas ouvrir les fenêtres, s’il fait plus chaud
dehors que dedans. Ce brassage sera réalisé dans notre projet par la VMC double flux couplée au
puits canadien.

- Dernier recours : la climatisation ou le rafraîchissement. Si les pistes évoquées ci-dessous ne sont


pas suffisantes, on peut avoir recours à un système de ventilation ou de rafraîchissement pour
abaisser a température des pièces. Ces systèmes ont toutefois quelques inconvénients :
l’obligation de vivre avec toutes les ouvertures fermées quand ils fonctionnent, certains

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

appareils peuvent être bruyants, le coût d’achat et d’installation sont élevés, le fluide frigorigène
circulant dans les climatiseurs est un gaz à effet de serre et en cas de panne ou mauvais
montages, des fuites peuvent être occasionnées.

La climatisation, terme générique le plus répandu, consiste à créer un confort thermique par
abaissement de la température ambiante en régulant et contrôlant cette température ainsi que
l’hygrométrie de la pièce.

Le rafraîchissement caractérise une installation qui produit un abaissement de température sans


toutefois affecter l'hygrométrie de la pièce. C'est le cas de systèmes radiants tels que planchers
ou plafonds rafraîchissants. On comprendra que sans "mouvement d'air", l'humidité ambiante et
la qualité de filtration ne peuvent être traitées, sauf par des dispositifs complémentaires dit
"dynamiques".

Du simple appareil mobile aux installations sophistiquées qui climatisent tout un logement, ou
même tout un immeuble, la gamme des systèmes de climatisation est vaste. Les systèmes qui
pourraient nous intéresser sont les systèmes centralisés. Ils climatisent plusieurs pièces, la
totalité d’un logement ou un immeuble entier. Ils sont souvent réversibles.

Les principaux systèmes proposés sont :

- Le multi-splits, qui peut être installé dans un bâtiment déjà construit. Il permet aussi un
équipement progressif, en fonction de disponibilités financières ;

- Les pompes à chaleur réversibles, qui peuvent alimenter :

• Soit des ventilo-convecteurs,


• Soit un plancher ou plafond rafraîchissant (et chauffant),
• Soit un réseau de gaine. Ce système est aussi appelé climatisation centralisée à air.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2. Amélioration et gestion des


ressources en eau et sa qualité
Les ressources en eau nous sont vitales et de plus en plus amoindries. Il est donc important
d’améliorer la gestion de ces ressources donc de
de mettre en place des systèmes permettant
d’économiser l’eau.

Les objectifs sont :

 Diminuer la consommation en eau potable provenant des réseaux communs.

 Utiliser les eaux pluviales et donc développer les systèmes d’utilisation et la qualité des eaux
pluviales,
iales, ceci afin d’en faire un usage ménagé ou industriel.

 Créer des bassins de stockage dans les espaces verts pour la municipalité et dans les espaces
résidentiels pour les citoyens. Cette eau serait ensuite utilisée pour l’arrosage ou des usages
ménagéss ne nécessitant pas d’eau potable (sanitaire, machine à laver…).

 Développer des réseaux d’assainissement des eaux pluviales propre à chaque industrie où au
quartier.

Ce thème se limite aux systèmes d’économie d’eau en milieu résidentiel, industriel ou agricole.
a Ainsi
que les moyens d’assainissement des eaux pluviales mais il ne comprend pas les réseaux
d’assainissement des eaux rejetées.

L’eau est utilisée dans de nombreux secteurs, ci-dessous


ci dessous la répartition de la consommation en eau,
eau
en France, selon ces secteurs :

8%
10%

Agriculture
13%
Eau public

Industrie
69%

Graphe 1:: Répartition de la consommation


cons d’eau selon les secteurs.

Source : Ministère chargé de l’écologie, 2007

Comme nous pouvons l’observer l’agriculture est le secteur le plus consommateur d’eau, avec 69%.
Il est
st donc vital d’intervenir en utilisant des systèmes qui préservent les ressources en eau.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Le secteur résidentiel intervient en second avec 13%. Ci-dessous


Ci dessous la répartition de la consommation
d’eau dans un ménage :

Baignoire
6% 1%
6% Douche
22 %
6% Toilettes
Lavabo
9%
Lave-linge
Nettoyage de la vaisselle
15 %
Préparation de la nourriture
10
Lavage voiture, arrosage
Usages divers
10 % 15 %
Boisson

Graphe 2:: Répartition


R de la consommation d’eau dans les ménages.

Source : http://www.economie.eaufrance.fr/IMG/pdf/rapport_final_ConsoEp2.pdf,
http://www.economie.eaufrance.fr/IMG/pdf/rapport_final_ConsoEp2.pdf 2002

Nous pouvons voir sur ce graphe que l’eau l’eau potable n’est pas nécessaire dans toutes nos
consommations courantes voir même pour la majeure partie, telles que les toilettes, les bains et
douches, et les différentes activités liées au nettoyage. Il serait alors intéressant de mettre en place
des systèmes d’économie d’eau afin de soulager nos nappes phréatiques. Ces systèmes doivent
permettent aux ménages d’avoir facilement et en quantité suffisante de l’eau propre.

Nous allons proposer des solutions afin que les acteurs puissent agir sur les objets
objet en rapport avec
ce thème.

Nous avons trié ces solutions selon les familles définies précédemment : Quartier, Bâtiment et
organisation. Puis en fonction des objets sur lesquels il faut agir.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.1. Quartier
2.1.1. Eau pluviale

Un système qui permet de diminuer fortement la consommation en eau potable est l’utilisation de
l’eau de pluie. Cette eau venue du ciel est très faiblement minéralisée, très douce et de surcroit
nettement moins polluée que l’eau provenant directement des nappes phréatiques (2000 fois moins
que l’eau des nappes bretonnes !).

Cette eau de pluie peut être récupérée dans un bassin ouvert ou dans une cuve plus ou mois
élaborée. Il existe plusieurs tailles de cuve, pour savoir laquelle est adaptée, il faut prendre en
compte trois paramètres :

• Le volume des précipitations locales


• la surface de récupération
• la consommation des habitants

2.1.1.1. Cuve basique


Il existe différents types de cuves de capacité variable et destinées à diverses utilisations. Les plus
basiques consistent à récupérer l’eau de pluie dans des bacs situés à l’extérieur, enterré ou non. Il
est préférable de le couvrir d’un grillage à mailles fines pour éviter l’intrusion de grosses particules
végétales ou animales, telles que des feuilles. Cette eau non traitée peut ensuite être utilisée pour
l’arrosage, les lavages extérieurs (voitures…). Ce qui permet de ne pas puiser inutilement dans les
nappes phréatiques. Il est tout de même parfois nécessaire de filtrer l’eau afin que des bactéries ne
prolifèrent pas dans la cuve, lors du stockage.

Pour un système simple, le coût d'installation est modéré et donc le retour sur investissement
rapide. Pour une cuve de 500L avec le dispositif filtrant, il faut compter environ 15O euros. Ces
systèmes sont donc écologiques et économiques. Ils peuvent aussi être esthétiques comme le
montre les photos ci-dessous, donc ne pas occasionner de gêne visuelle. L’inconvénient majeur des
cuves en aérien est qu’il est impératif de les rentrer pendant l’hiver. En effet, les dommages pouvant
être causés par les intempéries sont irréversibles.

Figure 1: Photo d’une cuve simple de récupération d’eau de pluie

Source : Magasin Graf

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Un autre type de cuve peut être enterré avec une pompe immergée, voir la photo ci -dessous. Il
n’est alors pas nécessaire de la rentrer l’hiver et peut être utilisée toute l’année.

Figure 2: Photo d’une cuve enterrée de récupération d’eau de pluie

Source : Magasin Graf

Cette cuve, pouvant contenir jusqu’à 1600L d’eau, coûte environ 1500 euros. Pour toutes les cuves
enterrées, il est nécessaire de vérifier l’étanchéité, la propreté et la stabilité de l’ensemble de
l’installation au moins tous les trois mois.
L’entretien de l’ensemble de l’installation doit être effectué environ tous les 5 ans.
Tous les accessoires doivent être nettoyés et vérifier leur bon fonctionnement.
Le protocole général à suivre lors des opérations d’entretien est le suivant:
• Vider entièrement la cuve sans laisser aucun résidu, utiliser une spatule souple
• Nettoyer les parois de la cuve et les accessoires avec de l’eau
• Vérifier le bon positionnement des accessoires
6. Montage du dôme et de la rehausse télescopique

2.1.1.2. Cuve de redistribution


D’autres cuves, beaucoup plus élaborées, comme celle présentée ci-dessous, sont des systèmes de
redistribution. Ils permettent d’obtenir une eau propre destinée à approvisionner la maison en eau
ménagère de façon durable et écologique. En effet, ce système est constitué de trois phases:
Récupération, filtration et distribution. Les propriétaires ne puissent pas inutilement dans les
ressources en eau potable. Ils sont totalement autonomes de ce point de vue et peuvent jouir d’une
eau propre pouvant être utilisée pour le lave-linge, toilette, nettoyage, arrosage… De plus, ce
système permet de rebasculer vers le réseau d’eau de ville lorsque la cuve est vide. Et de prévenir en
cas de trop-plein.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Récupération

L’eau de pluie qui tombe sur la toiture 1. est canalisée vers


les descentes des gouttières 2. qui sont reliées à la cuve. En
fonction du contexte, un séparateur de feuilles 3. devra être
placé sur la descente pour effectuer un premier filtrage. Ceci
afin d’enlever les plus grosses particules.

Filtration

L’eau qui arrive dans la cuve passe dans un filtre en inox qui
sépare l’eau des autres éléments 4. L’eau propre coule dans

Figure 3: Système de redistribution d’une cuve.


Source : www.atlantique-environnement.fr

Distribution

L’eau est pompée via la crépine à flotteur qui permet un pompage à environ 10 cm en dessous du fil
de l’eau, là ou est l’eau la plus propre 8., par le gestionnaire d’eau de pluie installé dans une pièce de
la maison 9. qui distribue l’eau de pluie sur tous les points de puisage. Lorsque la cuve est vide, le
gestionnaire d’eau de pluie bascule automatiquement sur le réseau d’eau de ville, en toute
transparence et sans intervention de l’utilisateur.

Ce système en plus d’être écologique, permet de faire une économie de 50% en eau. Cependant son
prix est d’environ 7000 euros pour une cuve de 10 m3 (installation comprise).

Etant donné que ces cuves peuvent contenir un volume plus ou moins grand, ce système peut être
adapté à des échelles différentes, une maison, une collectivité, une entreprise, la protection
incendie d’un quartier…

L’inconvénient majeur est la composition du sol et la présence de nappes souterraines proches.


L’entretien décrit au dessus est valable pour toutes les cuves enterrées. Ce qui est tout de même
contraignant mais pas au vu du geste écologique et de l’économie que cette installation engendre.
Sachant de plus que la cuve est garantie pendant environ 25 ans.

En ce qui concerne les filtres à mettre en place afin d’obtenir une eau potable, il en existe de toutes
sortes, plus ou moins cher et dont l’efficacité dépend de nombreux paramètres tels que la taille de la
cuve, la qualité de l’eau… mais le filtre en céramique est le plus adapté pour rendre l’eau potable. Ce
traitement plus élaboré nécessite aussi un plus grand investissement. Ainsi que des tests de
potabilité plus réguliers. Une installation permettant de boire cette eau de pluie, pour une maison
de quatre personnes avec jardin coûte environ 40000 euros.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.1.2. Eau potable


2.1.2.1. Economiseur d’eau
Il existe différents moyens très simple d’économiser l’eau potable en agissant directement sur les
sorties d’eau. Ces systèmes basiques sont des économiseurs d’eau mis en place pour l’utilisation
courante : mousseurs, filtres… Ils sont peu chères, de 5 à 30 euros, peuvent être facilement installés
à chaque sorties d’eau (robinets, pommeaux de douche…), permettent de diminuer la
consommation par trois et sont garantis 5 ans.

2.1.3. Eau industrielle


2.1.3.1. Bassins ou cuves de récupération d’eau de pluie
Dans l’industrie, nous pouvons agir sur l’utilisation excessive d’eau potable en utilisant au maximum
l’eau de pluie. Le volume d’eau a récupéré est très important mais il existe de très grandes cuves à
enterrer, il est aussi possible d’en installer plusieurs. Une autre solution est de construire un bassin
ouvert de récupération d’eau de pluie. Il faut y installer un filtre, pour récupérer les grosses
particules (feuilles, bois…) ainsi qu’un système d’aération du bassin pour éviter que les bactéries ne
prolifèrent.

2.1.3.2. Réutilisation de l’eau


L’eau industrielle peut être réutilisée, dans le quartier. Si ces caractéristiques chimiques le
permettent, elle peut recirculer dans une autre usine, sans traitement.

Si l’eau ne peut être utilisée sans traitement, l’usine ou la zone industrielle peut installer des filtres
ou même posséder son propre système d’épuration. CF fiche: Assainissement et qualité des eaux
rejetées.

Le fait de faire recirculer l’eau industrielle peut permettre aux usines de faire des économies.
Cependant, si l’eau est trop polluer pour la réutiliser, l’usine ne va pas juger nécessaire de la traiter
car se serait trop onéreux. D’où l’avantage de créer une entente entre les usines du quartier. L’eau
peut alors être amenée par canalisations.

2.1.4. Eau verte


2.1.4.1. Micro-irrigation
Dans le milieu agricole, il est nécessaire d’installer un système d’irrigation qui consomme moins
d’eau tout en étant aussi efficace, voir plus, que ceux utilisés jusqu’à aujourd’hui.

Il existe un système d’irrigation appelé micro-irrigation ou goutte-à-goutte. Il est adapté à l’irrigation


des cultures, permet de faire des économies d’eau et est souvent plus performant. En effet, la
plupart des systèmes d’irrigation sont trop irréguliers. Ils déversent une grande quantité d’eau à des
temps donnés et non en continue. Le goutte-à-goutte permet d’irriguer les parcelles en continue et
en quantité adaptée. Il permet en plus d’être économe, d’éviter le ruissellement et de ne pas
entrainer les pesticides et autres apports d’éléments fertilisants, dans les nappes phréatiques.
Cependant, ce système engendre, sur le long terme, l’augmentation en sels dans les sols.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Pour mettre en place cette technique il est, au préalable, nécessaire de déterminer le besoin en eau
des cultures à irriguer. Ces besoins sont fonction de différents facteurs : nature des plantes cultivées
(espèce, variété), stade de végétation, nature et état d’humidité du sol, données climatiques
(précipitations, insolation, vent...). Mais aussi de l’évaporation au niveau du sol, de
la transpiration des plantes et de l’évapotranspiration.

Le système d’irrigation goutte-à-goutte est constitué d’une série de goutteurs reliés à une
canalisation de plastique disposée le long des rangs. Ce système donne des rendements
comparables ou plus élevés que les autres systèmes d’irrigation. Si l’irrigation goutte-à-goutte se
double de l’injection d’un engrais, on obtient un rendement plus élevé.

Les coûts d’installation d’un système d’irrigation goutte-à-goutte sont relativement élevés, mais les
frais de main-d’œuvre durant la saison sont très faibles.

Il comprend un système de filtration, un indicateur de débit, un régulateur de pression, des


conduites d’amenée principales et secondaires auxquelles sont reliés des goutteurs (tubes ou gaines
perforées). Il comprend aussi un injecteur d’engrais pour la fertirrigation.

Voici une photo d’un système d’irrigation goutte-à-goutte.

Figure 4: Système de micro-irrigation.

Comme il est visible sur la photo, l’eau utilisée est sur un rail. Cette eau peut provenir directement
des précipitations ou d’une cuve de stockage, comme décrit au dessus. Ainsi l’économie en eau est
quasi-totale.

2.1.4.2. Irrigation par gravité


Une autre technique d’irrigation est le goutte-à-goutte par gravité. Il consiste à installer une cuve de
récupération d’eau de pluie en hauteur au lieu du rail d’eau comme sur la photo précédente. Ainsi
l’eau s’écoule par gravité, après avoir été filtré pour ne pas boucher les tuyaux.

Ce procédé est moins onéreux à mettre en place mais couvre une plus petite surface, il est donc plus
adapté aux petits producteurs.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.1.5. Espaces verts

Pour diminuer l’utilisation inappropriée de l’eau potable, pour des actions comme l’entretient des
espaces verts ou le stock d’eau destiné, par exemple, à éteindre des feux, nous pouvons agir dans
ces espaces verts.

Soit en créant des bassins ouverts de récupération d’eau de pluie. Il est alors nécessaire de mettre
un filtre avant la pompe qui va aspirer l’eau du bassin. Ce système est très simple et s’intègre bien
dans le paysage mais dépend de la taille de l’espace vert. De plus, il faut un procédé qui évite que
l’eau ne stagne dans le bassin ce qui engendrerait des odeurs nauséabondes. Nous proposons de
mettre des plantes aquatiques pour l’aération et la filtration de l’eau.

L’inconvénient majeur est la position géographique de l’espace vert. Dans le cas de l’utilisation de
l’eau du bassin par les pompiers, ce bassin ne doit pas se trouver trop loin du lieu de l’action. S’il y a
de nombreux et petits espaces verts dans le quartier, plusieurs petits bassins de récupération d’eau
de pluie peuvent être aménagés. Si le quartier ne compte qu’un grand espace vert, un unique bassin
peut être adapté, plus grand, et des canalisations sont mises en place. Mais cela donne lieu à de gros
travaux de terrassements et de voiries.

Un autre système est l’installation de cuves enterrées ou de bassins enterrés.

2.1.6. Mutualisation-Infrastructure

Pour l’amélioration de la gestion des ressources en eau, il est nécessaire de mettre en place des
infrastructures de mutualisation. Pour les industries, des canalisations reliant les différents sites
permettraient de faire circuler l’eau pour l’exploiter au maximum avant de la traiter. Des
canalisations peuvent aussi relier plusieurs industries à un seul bassin de récupération d’eau de
pluie. Dans un souci de confort visuel, il est préférable d’enterrer ces canalisations.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.2. Bâtiment
2.2.1. Espaces verts

Dans les espaces verts situés à l’extérieur du bâtiment, il peut être installé un bassin de récupération
d’eau de pluie. Voir quartier, espaces verts et eau pluviale.

2.2.2. Eaux pluviales

L’eau pluviale est récupérée dans une cuve proche du bâtiment. CF Quartier, eau pluviale

2.2.3. Eaux industrielles

L’eau industrielle peut recirculer dans un autre domaine de l’usine, si ces caractéristiques chimiques
le permettent.

Si elle est polluée et en fonction de la qualité nécessaire, l’usine peut installer des filtres ou même
posséder sa propre système d’épuration. CF fiche: Assainissement et qualité des eaux rejetées.

Le fait de faire recirculer l’eau industrielle peut permettre à l’usine de faire des économies.
Cependant, si l’eau est trop polluer pour la réutiliser, l’usine ne va pas juger nécessaire de la traiter
car se serait trop onéreux. Pour cette recirculation, il faut mettre en place des canalisations à
l’intérieur du bâtiment.

2.2.4. Enveloppe

Pour optimiser la récupération d’eau de pluie, il est nécessaire d’adapter la toiture du bâtiment.
Voici quelques revêtements utilisés et classés dans l’ordre décroissant de leur capacité à récupérer
l’eau de pluie :

• toit ondulé
• toit en tuiles
• toit en graviers
• toit plat
• toit enherbé

Il est donc plus efficace d’avoir un toit ondulé et en pente.

2.2.5. Equipement

L’eau de pluie qui tombe sur le toit du bâtiment est récupérée dans le réseau de gouttières puis
dirigée dans une cuve. Ce réseau doit donc être revu et optimisé afin de ne pas envoyer l’eau aux
égouts mais dans la cuve de récupération.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.2.6. Matériaux

Le matériau utilisé pour la toiture du bâtiment influence la récupération d’eau de pluie. Il est
préférable d’utiliser un matériau naturel tel que la tuile, ardoises, zinc ou bois.

Pour la cuve, elle doit être de préférence en béton ou en pierre calcaire, car ces matériaux
neutralisent l’acidité de l’eau. Contrairement aux cuves en acier ou polyéthylène.

Ces matériaux sont aussi importants pour les canalisations. En effet, elles peuvent aussi dégrader la
qualité de l’eau de pluie.

Voir la fiche matériaux.

2.3. Organisation
2.3.1. Architecte conseil

Un architecte conseil donnera son avis sur l’endroit où creuser un bassin de récupération d’eau de
pluie ou où mettre une cuve enterrée sans qu’il y ait un danger (effondrement, fuite…)

2.3.2. Choix des activités

Afin d’optimiser la mutualisation entre industries, il faut sa renseigner sur leurs activités et voir s’il
sera possible de diminuer leur consommation en eau en utilisant le système de recirculation décrit
précédemment (Quartier, eau industrielle).

D’autre part, il faut adapter les activités du quartier à sa position géographique. Il faut adapter la
quantité d’eau nécessaire à une activité, comme la culture des tomates, en fonction des
précipitations de la région. Par exemple, certaines activités, notamment agricoles, ont besoin d’une
quantité variable en eau en fonction des saisons. D’autres sont plus régulière dans leur
consommation.

Une entreprise spécialisée dans le fonctionnement, la pose et le nettoyage des cuves de


récupération d’eau de pluie serait nécessaire.

2.3.3. Gestion et entretient

L’entretient des cuves est décrit au dessus (Quartier, cuve)

Pour ce qui est de l’entretient des toits, pour la récupération d’eau de pluie. Nous avons vu qu’un
toit enherbé est le moins efficace, il faut donc l’éviter. De plus, les dépôts peuvent contaminer l’eau
ou boucher les canalisations, ce qui affecterait l’installation.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

2.4. Tableau récapitulatif

Concommation Confort
Objets Solution Bruit Durabilité Efficacité Odeur Technicité Entretient Dimension Prix
d'énergie visuel

Eviter que
l'eau ne
stagne
Bassin de simple sauf
S'intègre avec l'aide oui, plante Dépend de
récupération s'il s'agit
Espaces verts non Non oui bien dans le de plantes aquatique la taille de
d'eau de d'un bassin
paysage aquatique pour aérer l'espace vert
pluie enterré
s ou un
système
d'aération

Diminution
Economiseur Garantie par 3 de la 5-30
Eau potable non Non Très adapté non Très simple
d'eau 5 ans consomma euros
tion

Nécéssite Nettoyage
En fonction de grands des
Mutualisation Canalisations
des besoins Enterrer les travaux canalisatio
- entre les non
en eau des canalisations d'amenage ns environ
infrastructure usines
usines ments tous les 10
urbains ans

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Concommation Confort
Objets Solution Bruit Durabilité Efficacité Odeur Technicité Entretient Dimension Prix
d'énergie visuel

150
Pour Doit être
euros
l'arrosage, Grand nettoyer et
Eau Garantie pour
Cuve basique non non le lavage choix non simple rentré au Max 5 m3
pluviale 1 an une
extérieur esthétique sec tout
cuve de
(voitures…) l'hiver
500L

1500
Pour
Entretient euros
l'arrosage,
Eau Cuve Garantie complet pour
non le lavage Enterrée non simple
pluviale enterrée 15 ans tous les 5 une
extérieur
ans cuve de
(voitures…)
1600L

Peu
permettre
d'être
7000
autonome
Entretient euros
pour l'eau
Eau Cuve de Garantie Installation complet pour
non ménagère Enterrée non
pluviale redistribution 50 ans comprise tous les 5 une
(diminution
ans cuve de
de 50%)
10000L
voir pour
l'eau
potable

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Concommation Confort
Objets Solution Bruit Durabilité Efficacité Odeur Technicité Entretient Dimension Prix
d'énergie visuel

Eviter que
l'eau ne
stagne
Bassin de S'intègre simple sauf Dépend de
avec l'aide oui, plante
Eau récupération dans le s'il s'agit la quantité
non non oui de plantes aquatique
industrielle de l'eau de paysage ou d'un bassin d'eau
aquatiques pour aérer
pluie est enterré enterré nécessaire
ou un
système
d'aération

Installation
de
Dépend
Dépend de canalisations
Dépend de la de la Entretient
Eau Réutilisation la qualité Enterrer les dans le
pollution de qualité de non des
industrielle de l'eau de l'eau canalisations bâtiment ou
l'eau l'eau canalisations
nécessaire enterré si il
nécessaire
y a échanges
entre usines

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Concommation Confort
Objets Solution Bruit Durabilité Efficacité Odeur Technicité Entretient Dimension Prix
d'énergie visuel

Irrige les
Faible Pour
Micro- cultures
Eau verte non non pendant la grande Elévé
irrigation en
saison surface
continue

Irrige les
Faible
Irrigation par cultures Pour petite Moins
Eau verte non non pendant la
gravité en entreprise onéreux
saison
continue

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3. Assainissement et qualité des


eaux rejetées
Les enjeux de ce thème sont d’améliorer les systèmes d’assainissement des eaux rejetées à l’échelle
du quartier. Ces rejets proviennent des logements résidentiels ou des industries. Il s’agit donc de
mettre en place différents procédés d’assainissement en fonction des sites, du volume et de la
qualité des rejets. Les systèmes mis en place permettront principalement de diminuer la pollution
des nappes phréatiques, des sols et de l’air.

Les objectifs sont :

 Mettre en place et appliquer les normes des rejets, en particulier pour les industries. Ces
normes concernent aussi les rejets qui sortent du quartier.
 Revoir les éléments des réseaux d’assainissement, type station d’épuration et de voiries, tel
que les canalisations. En effet des eaux qui sont très faiblement polluées et qui n’ont pas
besoin de traitement chimique (type eaux pluviales) sont entrainées avec les autres vers les
systèmes d’assainissement, se qui aboutie souvent à une saturation des bassins de
traitement.
 Utiliser des systèmes d’assainissement adaptés au volume des eaux, station d’épuration ou
système non collectif.

Ce thème est donc lié au thème amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité.

3.1. Quelques notions à connaître

Il existe différents types d’eaux usées, que nous pouvons classer en trois catégories :

• Les eaux usées domestiques : ce sont les eaux de la cuisine, de la salle de bain, et des
toilettes des particuliers. Elles sont particulièrement porteuses de pollution organique. Elles
sont composées principalement de graisses, détergents, solvants, de déchets organiques
azotés ou encore de différents germes.
• Les eaux usées industrielles : elles contiennent également des matières organiques comme
les eaux domestiques. Mais elles peuvent également contenir des produits toxiques, des
hydrocarbures, des métaux lourds, des micropolluants...
• Les eaux pluviales : elles sont issues du ruissellement de l'eau de pluie. Cependant leurs
pollution est minime par rapport aux autres types d’eaux usées. Il est donc nécessaire de ne
pas les mélanger car elles ne nécessitent qu’un traitement physique pour éliminer les
matières solides comme les feuilles, graviers…

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Nous présentons ici quelques solutions qui peuvent être utilisées sur les objets listés dans la matrice.
Nos solutions sont présentées suivant les trois familles : quartier, bâtiment et organisation puis en
fonction de l’objet sur lequel l’acteur peut agir.

3.2. Quartier

3.2.1. Voiries

Tout au long de la voirie, des évacuations d’eau de pluie sont aménagées. Or l’eau de pluie est
nettement moins polluée que les autres eaux usées décrites précédemment. Pour éviter une
surexploitation des systèmes d’assainissement du quartier, il faut éviter que cette eau ne se mélange
avec les autres dans les canalisations. Le réseau de canalisation est donc à vérifier et des bassins de
régulation, pour le stockage des eaux pluviales, peuvent être construits et enterrés. Ceci afin de
filtrer cette eau avant son rejet en milieu naturel.

3.2.2. Eau usée

Il existe différents types d’assainissement.

3.2.2.1. Station d’épuration


La station d’épuration (STEP) est une installation permettant de dépolluer les eaux usées. La grande
majorité des STEP rejettent des eaux propres mais non potable. Ces dernières sont appelées station
d’eau potable.

Chaque station d’épuration possède ses spécificités, en particulier pour les rejets provenant
d’usines. Cependant elles fonctionnent toutes selon trois grandes étapes générales :
• Les pré-traitements : Ils ont pour but d’éliminer les éléments solides ou particulaires les plus
grossiers, susceptibles de gêner les traitements ultérieurs ou d’endommager les
équipements.
o Le dégrillage : élimine les plus gros déchets. Puis le tamisage : constitué d’une grille plus
fine, il sépare les déchets plus petits.
o Le dessablage : le sable et les graviers se déposent au fond des bassins. Les déchets sont
ensuite récupérés par pompage.
o Le déshuilage ou dégraissage : les huiles et graisses d’origine organique ou minérale
flottent dans le bassin. Il est possible d’injecter des microbulles d’air pour accélérer la
flottation des graisses. Elles sont ensuite récupérées à l’aide d’une raclette. On enlève
ainsi 80 à 90 % des graisses et matières flottantes (soit 30 à 40 % des graisses totales).

• Les traitements primaires et physico-chimiques : Après les prétraitements, il reste dans l’eau
une charge polluante dissoute et des matières en suspension. Les traitements primaires ne
portent que sur les matières particulaires décantables. Les traitements physico-chimiques
permettent d’agglomérer ces particules par adjonction d’agents coagulants

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

et floculants (sels de fer ou d’alumine, chaux...). Les amas de particules ainsi formés, ou
“flocs”, peuvent être séparés de l’eau par décantation ou par flottation.

• Les traitements biologiques : en augmentant la teneur en oxygène de l'eau, les micro-


organismes prolifèrent et dégradent la pollution organique, autrement dit la transforment
en eau et en dioxyde de carbone.
o Le clarificateur est un procédé biologique à cultures libres : les “boues activées”. Les
bactéries se développent dans des bassins alimentés d’une part en eaux usées à traiter
et d’autre part en oxygène par des apports d’air. Les bactéries, en suspension dans l’eau
des bassins, sont donc en contact permanent avec les matières polluantes dont elles se
nourrissent et avec l’oxygène nécessaire à leur assimilation.
o Il existe d’autres procédés tels que le lagunage naturel qui est un procédé biologique
expansif. Il y a aussi un procédé à cultures fixées : les biofiltres et les lits bactériens. Ces
traitements sont nettement moins utilisés bien que le lagunage soit plus écologique.
Nous le décrierons ultérieurement.

Ci-dessous un schéma d’une station d’épuration classique :

Figure 5: Equipements d’une station d’épuration.


Source : www.ademe.fr

Les contrôles avant rejet : des contrôles périodiques ou continus sont effectués à la sortie de la
station, puis l'effluent épuré est rejeté dans un cours d'eau. On utilise plusieurs indicateurs, dont les
valeurs obtenus doivent respecter les normes fixées. Ces indicateurs sont :
• Les matières en suspension (MES) : matières minérales ou organiques non dissoutes (mg/l)
• Les matières organiques présentent sous forme particulaire et dissoute. Demande
biochimique en oxygène (DBO) et la demande chimique en oxygène (DCO) (mg O2/l)
• L’azote et le phosphore (mg N ou mg P/l)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

L’arrêté du 2 février 1998 fixe les normes de rejets suivantes:

PARAMETRE NORME
pH 5.5 < pH < 8.5
Température Inférieure à 30 ° C
DBO5 30 mg/l
DCO 125 mg O2/L
35 mg/l
MES
150 mg/l pour une station d'épuration de lagunage
Azote 10mg/L
Phosphore 2 mg/L
Tableau 1: Normes de rejets.

Une partie de la pollution est donc détruites par les bactéries lors du traitement biologique. Les
résidus du traitement, provenant en majeur partie du traitement physique sont souvent traités avec
les ordures ménagères. Les boues sont utilisées comme engrais en agriculture, ou bien sont mises en
décharge ou incinérées. La station d’épuration peut récupérer les eaux usées de la partie
résidentielle du quartier mais aussi celles provenant des industries, ayant parfois subies en
prétraitement.

Cet élément du système d’assainissement est le plus utilisé car efficace et très bien connu. Par
contre il est nécessaire de mettre l’installation à l’écart des résidences car elle génère de forts
dégagements malodorants. Il est aussi impératif de prendre en compte la direction des vents, afin de
ne pas gêner les habitants du quartier. De plus, elle nécessite une surface assez importante et une
main d’œuvre journalière.

3.2.2.2. Le lagunage
Le lagunage est une technique biologique d’épuration des eaux basée sur la combinaison de
procédés aérobies et anaérobies impliquant un large éventail de microorganismes (essentiellement
des algues et des bactéries). C'est-à-dire que cette technique s'inspire des systèmes naturels
d'épuration et filtration par des micro-organismes, des algues et des plantes aquatiques. Ce procédé
biologique est très intéressant à mettre en place car beaucoup plus écologique que ceux utilisés
habituellement.
Le lagunage consiste en une succession de bassins (minimum 2) peu profonds et généralement
rectangulaires.
L'eau usée arrive d'abord dans les prétraitements : dégraisseurs, déshuileurs, dessableurs... qui,
comme leurs noms l'indiquent, sont chargés d'éliminer les particules solides et les graisses. Ensuite
l'eau s'écoule gravitairement de lagune en lagune. Dans un système de lagunage, la surface et la
profondeur des bassins influencent le type de traitement (aérobie ou anaérobie) et confèrent un
rôle particulier à chaque bassin. Les premiers bassins sont généralement des bassins à micro-
organismes, où est dégradée la matière organique (MO) contenue dans les eaux usées. L'eau transite
ensuite dans des bassins moins profonds, à macrophytes (iris, roseaux, joncs...). Ceux-ci absorbent
les éléments minéraux issus de la dégradation de la matière organique pour leur croissance.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Comme il est dit précédemment, il existe différents types de lagunes :


• Les lagunes anaérobies : Ce sont des lagunes non-aérées utilisées pour diminuer la teneur en
substances organiques d'eaux résiduaires brutes ou clarifiées mécaniquement
(décantation primaire). Sans aération ni brassages artificiels, l’oxygène peut donc provenir
de trois sources :
o dissolution de l’oxygène de l’air dans l’eau par contact à la surface
o production d’oxygène par les algues photosynthétiques
o apport par mélange avec des eaux saturées en oxygène

• Les lagunes aérobies : Ce sont les lagunes aérées utilisées pour l'épuration biologique des
substances organiques non décantées et non dissoutes contenues dans les eaux résiduaires
pré-épurées mécaniquement dans des étangs de décantation ou par un autre procédé. De
plus, l’aération artificielle permet :
o d’améliorer l’absorption, la distribution et l’utilisation de l’oxygène
o une répartition plus homogène des matières polluantes et des micro-organismes
dans la lagune
o plus d’indépendance vis à vis des facteurs naturels non maîtrisables
(température, vent, apports photosynthétiques,…) en ayant la possibilité de
contrôler l’apport d’oxygène et le rendement d’épuration

L'action naturelle du soleil, qui fournit chaleur et lumière, favorise une croissance rapide
des microorganismes aérobies et anaérobies. Le processus épuratoire qui s'établit dans une lagune
est particulièrement intéressant car c'est un phénomène vivant, un cycle naturel qui se déroule
continuellement.

Ci-dessous quelques schémas de systèmes de lagunage :

Figure 6: Schéma de lagunage naturel.


Source : F. Lamiot, 2005

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Figure 7: Coupe d’un basin de lagunage.


Source : F. Lamiot, 2005

Ce système d’assainissement s’adapte parfaitement au décor, comme le montre la photo ci-dessous.


Photo d’un lagunage linéaire, en bordure de canal, mis en place par Voies Navigables de France
(VNF) dans le nord de la France, entre Lambersart et Lille, sur la Deûle.

Figure 8: Exemple d’insertion d’un système linéaire de lagunage dans la nature.


Source : F. Lamiot, 2004

De plus, les systèmes de lagunage sont faciles à construire, peu coûteux, tolérants et performants et
ne dégagent pas d’odeur malodorante :

• Facile à construire : Il faut creuser le sol, mettre en place les traitements préliminaires,
l'installation des conduites d'entrée et de sortie et la protection des remblais. Mais si le
terrain est perméable, il peut également s'avérer indispensable de poser un revêtement
étanche sur le fond de chaque bassin.

• Peu coûteux : que se soit au niveau de la mise en place et de l’entretien.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

• Tolérant : La variation de charges organiques et hydrauliques n’influence pas trop la qualité


de l’eau en sortie.

• Performant : Cette technique offre de bon rendements épuratoires. Elle permet en général
de diminuer la DBO de 90%, l'azote de 70-90% et le phosphore de 30-50%. Par rapport aux
autres techniques existantes, le lagunage se distingue par son efficacité dans l'élimination
des pathogènes en plus de son côté écologique.

Cependant le lagunage est fortement dépendant des conditions climatiques (essentiellement de la


température) et la qualité des rejets peut donc varier selon les saisons. De plus, cette technique
nécessite une surface importante, l’emprise au sol est de 10 à 15m² par habitant. Le temps de séjour
est d’au moins 30 jours, mais les boues formées et qui se concentrent au fond interviennent dans la
biologie du système et doivent être évacuées qu'après 5 à 10 ans.

Malgré ces défauts, le lagunage reste une technique efficace (également pour l’azote, le phosphore
et germes pathogènes) bon marché, ne nécessitant pas de construction en dur (génie civil simple) et
s’intégrant parfaitement au paysage. Il ne nécessite pas non plus de main d’œuvre experte, mais un
entretient occasionnelle. De plus, aucun apport d’énergie n’est requis si le terrain est en pente et la
biodiversité est respectée. Il est aussi possible d’utiliser la surface nécessaire pour parer aux
nuisances sonores, en tant que surface séparative, comme une sorte de barrière.

D’un point de vue législatif, il est nécessaire que l'eau qui sort de ce système soit conforme aux
normes de la Directive 91-271 du 21 mai 1999 concernant les paramètres d'épuration : DCO, DBO,
MeS, Pt, Nk...

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3.2.2.3. Système d’assainissement non collectif


Les installations d’assainissement non collectif effectuent la collecte, le traitement et le rejet des
eaux usées. Elles peuvent être utilisées à plusieurs échelles, pour le particulier, le lotissement, une
ou plusieurs entreprises…. Ce mode d'assainissement efficace permet d’être autonome et préserver
la qualité des milieux naturels grâce à une épuration avant rejet.

Exemple d’une installation d’assainissement non collectif (ou autonome, ou individuel)

Figure 9: Exemple d’un système d’assainissement non-collectif.


Source : communauté urbaine de Lyon

Il comprend en général des éléments suivants :


• un dispositif de collecte (tuyauterie),
• une fosse toutes eaux qui assure un prétraitement (décantation des matières solides
et flottation des graisses) et est équipé de 2 ventilations (primaire et secondaire),
• un système de traitement sous forme d’épandage au travers de matériaux filtrants (cette
étape assure la dépollution des eaux) :
- tranchée filtrante utilisant le sol
- filtre à sable.
• un système de rejet sous deux formes :
- dispersion dans le sol si la perméabilité le permet
- rejet en milieu superficiel (cette méthode est dérogatoire et nécessite des
autorisations de la DDASS et du propriétaire du milieu récepteur).

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Les principaux textes réglementant l’assainissement non collectif sont les suivants :

• La loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006


• Les arrêtés du 6 mai 1996 (prescriptions techniques et contrôle technique pour
les dispositifs d’assainissement non collectif recevant une charge brute de
pollution organique inférieure à 1,2 kg/j de DBO5 (moins de 20 EH)
• La circulaire interministérielle n°97-49 du 22 mai 1997 (circulaire d’application)
• L’ arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des
eaux usées des agglomérations d’assainissement ainsi qu’à la surveillance de
leur fonctionnement et de leur efficacité, et aux dispositifs d’assainissement
non collectif recevant une charge brute de pollution organique supérieure à
1,2 kg/j de DBO5 (plus de 20 EH)
• Les normes AFNOR n°XP DTU 64-1 de mars 2007 et NF EN 12566-3 de
novembre 2005, …
• Les différents arrêtés préfectoraux spécifiques à chaque département (pour les
Bouches du Rhône, arrêté du 9 mai 2000, par exemple)

D’autre part, il est nécessaire de nettoyer les filtres et autres éléments du système tous
les 6 mois, ainsi que de vidanger la fosse toutes eaux tous les 4 ans.
En plus des normes à respecter, il faut aussi suivre certaines règles afin de ne pas nuire
à l’installation :
• Laisser accessibles tous les regards de la filière
• Ne pas bitumer ou bétonner la zone d’implantation du traitement mais la laisser
en zone enherbée
• Ne pas circuler, stationner, ou stocker des charges lourdes sur le système
• Ne pas planter d’arbres ou d’arbustes à moins de 3 m des éléments afin que
leurs racines ne les détériorent pas
• Ne pas installer de puits pouvant servir à la consommation d’eau potable à
moins de 35 mètres de la filière d’assainissement

3.2.3. Eau industrielle

Les émissions aqueuses industrielles peuvent contenir de la pollution organique ou chimique.


Notamment des matières en suspension, diverses matières organiques, des produits azotés ou
phosphorés, mais aussi des produits toxiques, des solvants, des métaux lourds, des micropolluants
organiques, des hydrocarbures …
Ces pollutions émanent de toutes sortes d’industries et ne peuvent généralement pas être rejetés
dans le milieu naturel sans avoir subi préalablement un prétraitement ou un traitement. Ces
industries sont alors soit raccordées au réseau d'assainissement de la collectivité (avec ou sans
prétraitement suivant si elles présentent un danger lorsque les rejets industriels sont mêlés aux
rejets domestiques), soit elles ont leur propre station d’épuration. Les valeurs limites de rejet sont
déterminées en fonction de valeurs limites fixées au niveau national et des capacités d’acceptation
du milieu récepteur, en l’occurrence le cours d’eau ou la station d’épuration collective.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Une politique de réduction des substances dangereuses dans les effluents liquides a été mise en
place et réglementée par la Directive 76/464/CEE du 4 mai 1976 codifiée par la Directive
2006/11/CE, avec l’ensemble des directives adoptées dans ce cadre. Elle a donc pour objectif de
limiter, voire supprimer les pollutions causées par certaines substances dites toxiques, persistantes
et bioaccumulables. Cet objectif peut être atteint par la mise en place de valeurs limites d’émission
(VLE) ou d’objectifs de qualité pour le milieu aquatique.
Deux listes de substances dangereuses ont ainsi été définies, représentant au total 157 substances
ou familles de substances :
• Liste 1, comprenant 18 substances pour lesquels les rejets dans le milieu aquatique doivent, à
terme, disparaître. Les valeurs limites d’émission (VLE) pour ces substances sont fixées par
des Directives européennes,
• Liste 2, regroupant les substances ayant un effet nuisible sur le milieu aquatique et pour
lesquelles les rejets dans le milieu naturel doivent être réduits.

Depuis, la Directive 2000/60/CE du 23 octobre 2000, appelée Directive Cadre sur l’Eau (DCE), a été
adoptée, elle rappelle et renforce les orientations communautaires relatives au bon état des
écosystèmes aquatiques.
Une liste de 33 substances ou familles de substances dites « prioritaires » pour le milieu aquatique a
été établie, avec l’objectif d’en réduire progressivement les rejets, les émissions et les pertes en
utilisant les meilleures technologiques disponibles.
Les substances « dangereuses prioritaires » en constituent un sous-groupe pour lequel l’objectif est
de supprimer à terme les rejets, les émissions et les pertes dans un délai de 20 ans après la
publication d’une directive d’application de la DCE sur le contrôle des pollutions.

L’étape suivante, prévue à partir de 2009, est de renforcer l’auto surveillance des rejets des secteurs
industriels qui se sont révélés être concernés par certaines substances dangereuses.

Parallèlement, la circulaire 2007/23 publiée le 07 mai 2007 par la Direction de l’Eau du MEDAD
recadre le contexte général de réduction des rejets de substances dangereuses en définissant pour
chacune des substances pertinentes au niveau européen ou français, les valeurs à utiliser pour
l’évaluation du bon état chimique des masses d’eau en France. Il s’agit de valeurs guides provisoires
appelées NQEp (normes de qualité environnementale provisoires).
Cette circulaire fixe également les objectifs nationaux de réduction de l’ensemble des émissions de
ces substances, diffuses comme ponctuelles, d’ici 2015 :
• pour les substances dangereuses prioritaires de la DCE: objectif de réduction de 50 %,
• pour les autres substances figurant dans la DCE et pour les substances de la liste 1 de la
directive 76/464/CEE : objectif de réduction de 30 %,
• pour les substances pertinentes en France (hors substances pointées par les directives
européennes): objectif de réduction de 10 %.

Les usines peuvent alors avoir leur propre station dépuration, ou pour des raisons économiques, si le
flux d’entrée n’est pas trop élevé, il peut y avoir une station d’épuration entre plusieurs usines. Tout
dépend aussi de la qualité des rejets et du type de polluants présents.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

D’autre part, en plus des risques de pollutions dus à la composition des rejets, il faut aussi tenir
compte de la pollution engendrée par le réchauffement de l'eau (industrie de la pâte à papier,
centrales électriques), ce qui est nuisible au milieu naturel et à l'écosystème.

Même si les eaux rejetées dans le milieu aquatique sont presque toujours traitées et respectent les
normes en vigueur, il reste toujours de la pollution. Ceci est dû à différents facteurs :
• Foyers non équipés de système d'épuration
• Fuites des réseaux d'égouts
• Stations d'épuration anciennes

De plus, il est trop coûteux, voir impossible, de rendre l'eau aussi pure qu'elle a été prélevée. Les
nouveaux systèmes d’assainissement tendent donc de s’y approcher tout en étant abordable d’un
point de vue économique.

3.2.4. Eau pluviale

L’eau pluviale ne nécessite pas un traitement chimique avant d’être rejeter en milieu naturel. Nous
proposons de la stocker dans un bassin de récupération pour être filtrer afin d’éliminer les gros
déchets (feuilles, papier….). Cette eau peut ensuite être réutilisée au lieu d’être évacuée. Voir fiche :
Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité.

3.2.5. Eau stagnante

En générale, l’eau stagnante génère des désagréments olfactifs et visuels. Elle est le plus souvent
présente dans les bassins des espaces verts ou des jardins. Pour éviter cette pollution, il faut aérer le
bassin, soit par des plantes aquatiques soit par un système d’aération mécanique.

Dans les espaces verts ou les jardins, il est plus intéressant de mettre des plantes aquatiques pour
des raisons esthétiques. Leur inconvénient est qu’il faut les changer régulièrement et entretenir le
bassin pour éviter leur disparition ou leur trop grande prolifération.

Un système d’aération mécanique est plus complexe et moins esthétique. Il est plus adapté au
bassin de récupération d’eau de pluie enterré car plus efficace et sûr.

3.2.6. Espaces verts

Les espaces verts peuvent contenir comme système d’assainissement, le lagunage, en effet celui-ci
s’intègrerait parfaitement dans le décor et ne dégage pas d’odeur désagréable.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3.2.7. Mutualisation- Infrastructure

D’un point de vue économique les systèmes ou élément d’assainissement peuvent être adapté en
fonction du volume d’eau à traiter.
Une station d’épuration traite en générale toute l’eau d’un quartier, mais il faut alors mettre en
place les canalisations nécessaires. Les enterrer de préférence pour éviter leurs visions peu
esthétiques. Il est de même pour le lagunage.
Le système d’assainissement non collectif peut aussi être partagé entre plusieurs résidences ou
entreprises, les canalisations à installées sont alors moins longues car l’intérêt est de regrouper des
bâtiments peu éloignés.

3.3. Bâtiment
3.3.1. Eau pluviale

L’eau pluviale récupérée d’un bâtiment peu être traité par filtration pour ensuite être utilisée en tant
qu’eau ménagère dans ce même bâtiment. Voir fiche : Amélioration et gestion des ressources en
eau et sa qualité.

3.3.2. Eau usée

L’eau usée d’un bâtiment peu être envoyée dans une station d’épuration avec ou sans
prétraitement. Elle peut aussi subir un traitement dans un système d’assainissement non-collectif.
Voir : famille quartier, eau usée.

3.3.3. Eau industrielle

L’eau usée d’un bâtiment peu être envoyée dans une station d’épuration avec ou sans
prétraitement. Elle peut aussi subir un traitement dans un système d’assainissement non-collectif.
Voir : famille quartier, eau usée.

3.3.4. Voirie

Dans un bâtiment, les canalisations telles que les gouttières ne doivent pas rejeter l’eau pluviale
avec les canalisations contenant les eaux usées ou industrielles. Ces eaux ne vont pas subir le même
traitement. Voir Quartier, voirie.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

3.4. Organisation
3.4.1. Architecte conseil

Il donnera des conseils quant à la position d’une station d’épuration, ou faire passer les canalisations
qui y contiennent l’eau usée ou la position d’un système d’assainissement. En effet il y a de
nombreux paramètres à prendre en compte tels que l’odeur généré, le confort visuel, la dégradation
du sol…

3.4.2. Choix des activités

Il s’agit surtout des activités industrielles. Sachant qu’il est préférable de regrouper les industries
générant le même type de pollution pour avoir un seul type d’assainissement spécifique.

3.4.3. Implantation services

Dans le cas d’une station d’épuration, une parcelle du quartier doit être désignée. En prenant en
compte tout les paramètres susceptibles de gêner les habitants, odeur, vision… De même pour le
lagunage.

3.4.4. Gestion et entretient

En fonction du système d’assainissement choisie, des acteurs sont désignés pour les entretenir. Ces
acteurs sont plus ou moins nombreux et qualifiés selon les besoins.

3.5. Tableau récapitulatif

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Concommation Confort
Solution Bruit Durabilité Efficacité Odeur Technicité Entretient Dimension Ecologie
d'énergie visuel
Dégagements
A mettre à particulièrement
l'écart des malodorants, Main
Station Très
oui résidences: prendre en Bien connu d'œuvre
d'épuration efficace
Zone compte la journalière
industrielle direction des
vents
Enfonction
Nettoyage
du volume
tous les 6
Système garantie à traiter +
Pose mois et
d'assainissement non minimum Performant enterré non minimum
comprise vidange
non collectif 10 ans 3m de
totale tous
chaque
les 4 ans
côté
Simple à
construire
Performant, sauf si le sol Grande
mais S'intègre est surface,
Très
Lagunage non non oui dépend des parfaitement non perméable, Très peu environ 10-
écologique
conditions au décor nécessité 15 m2 par
climatiques d'un personne
revètement
imperméable

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

4. Confort acoustique

Les nuisances sonores liées au voisinage ainsi qu’au trafic auront des incidences directes sur les
bâtiments et leur conception.

Les effets du bruit ne se réduisent pas au simple fait d’entendre. L’organisme chez l’homme réagit
en mettant en place des systèmes de défense répondant à une agression répétée ? C'est-à-dire, qu’à
terme, cet épuisement peut générer des maladies telles que par exemple: stress, dépression,
anxiété, troubles du sommeil, hypertension artérielle. L’enjeu est donc considérable, il faut réduire
au maximum les nuisances sonores produites dans le cadre urbain. Pour cela, on peut agir sur
plusieurs éléments :

• Dans un premier temps, il s’agit là de s’intéressé aux nuisances sonores liées au voisinage. Le
but étant de limiter l’exposition des personnes au bruit sur de longues périodes, c'est-à-dire
de lutter contre les nuisances sonores au sein même des lieux de vie, permettant ainsi de
prévenir les effets non auditifs du bruit susceptibles de porter atteinte à la santé de
l’homme.

• La deuxième préoccupation est la pollution sonore liée au trafic ou à l’activité dans les
quartiers. Notre étude se limite donc aux nuisances sonores liées aux transports terrestres.
Celle-ci doit être inférieure à une certaine valeur. Ce critère est utilisé pour caractériser la
gêne occasionnée par du bruit et définir les valeurs limites d’exposition.

Les nuisances sonores liées au voisinage ainsi qu’au trafic auront des incidences directes sur les
bâtiments et leur conception.

4.1. Quartier
4.1.1. Voirie

Sur route interurbaine, selon les vitesses pratiquées et les conditions de circulation, un poids lourd
(PL) émet autant de bruit que 4 à 10 véhicules légers (VL). Pour réaliser une étude acoustique, le
bureau d'études a donc besoin d'hypothèses de trafic séparées pour les VL et les PL, et ce pour
chacune des périodes intéressées. L'acousticien ne peut produire une étude fi able à partir de seules
hypothèses de trafic exprimées en trafic moyen journalier annuel (TMJA) tous véhicules ou en unités
de véhicules particuliers (u.v.p.). La contribution sonore du flot de véhicules, pour une catégorie
donnée, est fonction du logarithme décimal du débit : c'est la fameuse règle selon laquelle un
doublement de trafic induit une augmentation du bruit de 3 dB(A). Une erreur relative sur les trafics
correspond par conséquent à une erreur absolue sur les niveaux sonores ; pour reprendre l'exemple
précédent, une erreur du simple au double sur l'estimation des trafics induit une erreur de 3 dB(A)
sur l'estimation des niveaux sonores. Le risque d'erreur sur les niveaux sonores est donc le plus fort
pour les périodes où le trafic est en valeur absolue le plus faible, en particulier la nuit.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Le contenu du classement sonore et ses incidences


Les infrastructures sont classées en 5 catégories en fonction du niveau de bruit qu’elles génèrent, la
catégorie 1 étant la plus bruyante. Le calcul du niveau de bruit est effectué en croisant différentes
données :
• le trafic moyen journalier annuel (TMJA),
• le pourcentage de poids-lourds,
• le type de voie, la vitesse réglementaire,
• le type de tissu environnant la voie, etc.

Pour chacune des infrastructures classées, un secteur affecté par le bruit est défini de part et d’autre
de la voie : sa largeur est fonction de la catégorie et varie de 10 à 300 mètres. Les bâtiments
d’habitation, les établissements d’enseignement et de santé ainsi que les bâtiment d’hébergement à
caractère touristique venant s’édifier dans ces secteurs devront présenter des isolements
acoustiques compris entre 30 et 45 dB(A), de manière à ce que les niveaux de bruit résiduels
intérieurs ne dépassent pas 35dB(A) le jour et 30dB(A) la nuit.

La réglementation relative au classement sonore ne vise donc pas à interdire de futures


constructions ni à réglementer leur implantation, mais à faire en sorte que celles-ci soient
suffisamment insonorisées : ce n’est pas un règlement d’urbanisme mais elle se traduit par une règle
de construction.

Les routes concernées sont toutes les routes dont le trafic est supérieur à 5 000 véhicules par jour
doivent être classées, quel que soit leur statut (autoroutes, nationales, départementales,
communales). Il en est de même des voies ferrées interurbaines dont le trafic est supérieur à 50
trains par jour, ainsi que des voies ferrées urbaines et des infrastructures de transports collectifs en
site propre dont le trafic est supérieur à 100 bus, rames ou trains par jour.

Il y a obligation de résultat pour le maître d'ouvrage. Il n'y a pas de limite temporelle pour le respect
des seuils. Ceci signifie que pour toute construction antérieure à une voirie nouvelle, les seuils
devront être respectés à la mise en service mais aussi dix, vingt ou trente ans plus tard. Pour le
réseau national, la circulaire du 12 décembre 1997 demande d'évaluer les niveaux sonores
prévisionnels à un horizon de vingt ans après la mise en service

4.1.2. Espace vert

Les murs végétalisables

De plus en plus de collectivités sont aujourd’hui soucieuses de concilier aménagement urbain,


protection contre le bruit, esthétique de l’espace vert. Une solution est l’utilisation des murs
modulaires végétalisables, et les murs de soutènement floral.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Fonctions et caractéristiques...

Les murs végétalisables, sont des murs autostables en béton armé, droits ou courbes, de formes et
de hauteurs variées. Ils constituent un décor végétal particulièrement prisé dans l’environnement
urbain contemporain. De plus, leur capacité d’absorption acoustique limite considérablement les
pollutions sonores. Enfin, ils ont l’avantage d’avoir un entretien réduit.

Les murs de soutènement floral, sont composés de géogrilles en polymère coffrées. Uniformes ou de
relief spécifique, ils sont mis en place pour la création ou l’élargissement d’une voie de desserte ou
une plate-forme. Ils peuvent être totalement végétalisables, et s’intègrent idéalement à
l’environnement urbain. Esthétiques, ils permettent d’éviter les graffitis.

On les couvre totalement ou partiellement de plantes :

• Soit dans le sol, dans la longueur du mur, qu’elles recouvriront au fil du temps.
• Soit dans les alvéoles, en fonction de la décoration recherchée.
Ce sont d’agréables écrans de verdure, qui permettent d’investir dans la qualité et dans la durée.

Irrigation et arrosage.

- Par arrosage manuel, facilité par des substrats dont la composition et l’épaisseur favoriseront la
rétention d’eau utile. La disposition des alvéoles intérieures offre aux plantes le possibilité de vivre
en pleine terre. De plus, le tissu racinaire absorbe les eaux d’infiltration, ce qui évite la formation de
poches.

- Par irrigation installée au sommet du mur, ce qui permet de mieux gérer la croissance des plantes
et de les maintenir efficacement dans la durée.

Le choix des plantes est essentiel pour l'harmonie de la qualité visuelle et pour la maîtrise des
besoins d'eau!

Matières nourricières.

Aujourd’hui, les méthodes du génie biologique sont particulièrement avancées et elles permettent
de développer des études et des recherches en matière de substrats, de tourbes…

• Pour diminuer la consommation d’eau.


• Pour offrir une meilleure résistance aux conditions climatiques.
Les substrats choisis pour les murs végétalisables sont organiques (variétés de terres et de tourbes)
et inertes.

Leur composition est essentielle :

• Pour le maintien des plantes.


• Pour éviter le tassement des matières nourricières.
• Pour l’apport de nutriments spécifiques aux plantes décoratives choisies.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Exemple du mur végétal du quai Branly (photos ci-dessous)


ci dessous)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

4.2. Bâtiment
4.2.1. Enveloppe

Renforcer l'isolation acoustique


Ensuite, l'isolation acoustique du bâtiment lui-même peut être étudiée, ce qui consiste à renforcer
l'isolation acoustique de la toiture, des murs extérieurs, des baies vitrées (menuiseries et vitrages),
des bouches d'entrées d'air (points faibles), des planchers intermédiaires …

Lors de logements, le respect des exigences de la réglementation acoustique (NRA 1994) est souvent
suffisant et satisfaisant. Cependant, des précautions doivent être prises pour pouvoir associer
isolation acoustique et isolation thermique au niveau du choix des solutions techniques et des
matériaux. Une isolation thermique n'est pas forcément synonyme d'isolation acoustique, alors que
l'inverse l'est en général.

Assurer une correction acoustique


Il est parfois utile, voire nécessaire, de mettre en œuvre une correction acoustique des locaux pour
limiter les phénomènes de réverbération. Le traitement consiste en la pose de matériaux absorbants
sur les parois intérieures. Il est par exemple préconisé, par la réglementation acoustique applicable
au résidentiel, pour les parties communes des immeubles collectifs (cage d'escalier, paliers), pour
préserver le confort acoustique, surtout nocturne, des appartements (bruits de pas, de voix).

Isolation acoustique des parois : Celle-ci consiste le plus souvent à un doublage intérieur des parois
concernées, selon la provenance des bruits, au moyen d'isolants non rigides (laines minérales, PSE
dB). Pour une isolation en priorité acoustique, l'isolant est choisi en fonction de son indice
d'affaiblissement acoustique.

L'isolation doit être réalisée en continu car les ponts phoniques deviennent, comme les ponts
thermiques vis-à-vis du froid, des points faibles par lesquels arrivent les bruits. La correction
acoustique consiste à renforcer le pouvoir d'absorption des parois du local des locaux jugés trop
réverbérants (cantine, gymnase) ou de circulations, au moyen de bois, feutre, flocage …

Chapes flottantes : Les bruits peuvent être transmis par les murs extérieurs et les parois latérales qui
y sont rigidement liées. Il est conseillé, pour de meilleures performances acoustiques et thermiques,
de réaliser des chapes flottantes plutôt que des dalles en béton pour les planchers.

La chape de béton est dite flottante car elle est désolidarisée des murs par une bande d'isolant, ce
qui évite les transmissions solidiennes. Le béton est également coulé sur un isolant. La
désolidarisation périphérique des cloisons peut aussi se faire au moyen de joints souples.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

4.2.2. Equipements

Atténuer les bruits émis par les équipements

Les bruits engendrés par les équipements placés à l'intérieur ne doivent pas dépasser un certain
niveau de pression acoustique dans les pièces principales (35 dB(A)) et dans les pièces dites de
service (50 dB(A)). Quant aux équipements situés à l'extérieur, ils ne doivent pas dépasser un niveau
de 30 dB(A) pour la pièce principale et de 35 dB(A) pour les pièces de service. Le niveau de pression
acoustique émis par les équipements est tout d'abord fonction des matériels choisis et des
précautions prises lors de leur installation au sol et surtout sur les parois. Il peut être ensuite encore
atténué par des moyens techniques (manchons résilients, supports antivibratoires, capotages …).

Un système de ventilation silencieux. L'isolement acoustique des entrées d'air peut être choisi selon
le niveau à atteindre : 30, 35, 40 ou 45 dB(A) en bruit route. Pour un isolement de 30 dB(A), le choix
d'une entrée d'air sur menuiserie ou volet roulant avec " silencieux " suffit. Pour un isolement de 35
dB(A), on ajoute à l'entrée d'air un capuchon acoustique, placé à l'intérieur ou à l'extérieur.

En revanche, pour un isolement de 40 et 45 dB(A), mieux vaut placer les entrées d'air dans le mur
extérieur. Il est également possible, pour éviter la pose de bouches d'entrée d'air en façade dans un
contexte bruyant, d'installer un système de ventilation double flux, avec (ou sans) récupérateur de
chaleur pour préchauffer l'entrée d'ai neuf en hiver.

Désolidarisation des équipements. Les bruits peuvent être à la fois transmis par voie aérienne,
notamment par les gaines, et par voie solidienne à travers la structure du bâtiment. Minimiser les
bruits mécaniques et aérauliques à la source reste la solution la plus simple pour réduire la pression
acoustique. Pour éviter les transmissions par voie solidienne, un équipement au sol susceptible de
vibrer peut être posé sur des plots ou un socle anti-vibratiles, un équipement placé sur une paroi
peut être désolidarisé de celle-ci au moyen de matériaux élastiques.

4.2.3. Matériaux
Confère fiches de solution « matériaux »

4.2.4. Ouvertures

Des fenêtres acoustiques : Une forte épaisseur de vitrage est la meilleure façon de renforcer la
performance acoustique d'une fenêtre. Un vitrage monolithique de masse égale offre des résultats
supérieurs à un double-vitrage. Cependant, les doubles-vitrages ont l'avantage de pouvoir concilier
isolation thermique et acoustique.

Pour renforcer plus particulièrement l'isolation acoustique, le double-vitrage doit être constitué de
deux vitres d'épaisseur différente, par exemple 4/6/10. Les liaisons entre la maçonnerie et les
menuiseries et l'ajustement entre les ouvrants et les dormants doivent être effectués avec soin,
l'étanchéité à l'air des menuiseries participant également fortement à l'isolement acoustique.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

4.3. Organisation
4.3.1. Architecte conseil

Pour protéger un ou des bâtiments de bruits extérieurs, l'architecte doit étudier l'implantation et
l'orientation des bâtiments en fonction des sources de bruits repérées. Puis, à l'intérieur des
bâtiments, les locaux et pièces doivent également être disposés selon les éventualités de nuisances
sonores ; de même, les baies vitrées doivent être conçues de manière à concilier confort visuel et
confort acoustique.

Un des bâtiments (entrepôt) ou un des locaux (local technique) peut parfois servir d'écran
acoustique vis-à-vis des autres bâtiments. Si ce n'est pas le cas, la création d'écrans acoustiques
naturels (merlons) ou artificiels (mur anti-bruit) peut être envisagée.

Le confort acoustique est par ailleurs étroitement lié au confort d'été, l'ouverture des fenêtres
laissant entrer les bruits extérieurs.

 Le rôle du maître d'ouvrage

- Repérer les sources de bruit existantes autour du site

- Emettre des exigences de résultats en matière acoustique

- Imposer le respect des exigences réglementaires en vigueur

 Le rôle du maître d'œuvre

- Respecter les exigences réglementaires et appliquer les règles de l'art

- Tenir compte de l'acoustique au niveau du plan masse et la disposition des locaux et des pièces

- Chercher à concilier confort visuel et confort acoustique

- Prévoir éventuellement des écrans acoustiques

- Renforcer si besoin l'isolation acoustique des parois opaques et vitrées

- Privilégier les chapes flottantes

- Choisir des entrées d'air acoustiques ou installer une ventilation double-flux sur un site bruyant

- Limiter les phénomènes de réverbération

- Contrôler le niveau de pression acoustique des équipements et la qualité de leur installation

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Démarche environnementale et acoustique

Dans le résidentiel, le respect de la dernière réglementation acoustique (NRA), datant de 1994 et


obligatoirement applicable aux logements construits depuis le 1er janvier 1996 suffit dans la
majorité des cas. Néanmoins, la maîtrise d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre doivent vérifier si le
contexte ne nécessite pas davantage de précautions.

Les bâtiments tertiaires doivent respecter des exigences réglementaires en termes d'isolement et de
durée de réverbération (loi 92-1444 du 31 décembre 1992). Des dispositions particulières ont été
fixées pour certains types de locaux, comme par exemples pour les établissements d'enseignement
par l'arrêté du 9 janvier 1995.

Pour aller plus loin dans la démarche environnementale vis-à-vis du confort acoustique, la maîtrise
d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre peuvent se référer à un cahier des charges acoustique plus exigent,
établi par le GIAC (Groupement de l'ingénierie acoustique) à la demande l'ADEME (janvier 2000). Il
va plus loin, pour le confort acoustique de certaines catégories de bâtiments en fonction leur
utilisation, que la réglementation, aussi bien pour les bâtiments qui subissent les bruits que ceux qui
les émettent.

Incidence économique

Toutes précautions prises en amont par rapport aux risques de nuisances acoustiques, au moment
du programme et de la conception, reviennent moins cher que toutes les corrections acoustiques
pouvant être apportées par la suite.

La conception des bâtiments est un processus complexe faisant intervenir une masse importante de
connaissances maîtrisée par divers spécialistes. Ce processus conduit à une définition incrémentale
du projet par augmentation et précision des informations aboutissant à un projet détaillé, jusqu'à
l'obtention d'une "image" satisfaisante et suffisamment précise pour être réalisée. Il en résulte que
la conception des bâtiments, est caractérisée par deux points importants :

 la pluridisciplinarité : la conception des bâtiments est le domaine de l'intervention de plusieurs


acteurs tels que l'ingénieur de structure, l'ingénieur de fondations, le technicien, etc. Le but de
chacun d'eux est de vérifier le bon fonctionnement du bâtiment vis-à-vis des fonctions qu'ils
maîtrisent. Les éléments de réponse qu'ils apportent s'avèrent parfois conflictuels. Ainsi la
conception aboutit à un compromis, à une solution globale satisfaisante pour tous les intervenants.
Une bonne conception ne consiste donc pas à juxtaposa le travail de chaque spécialiste, mais à
l'intégrer.

 l'évolution : la logique du travail des concepteurs est de diviser le processus de la conception en


plusieurs étapes ayant pour but de stabiliser le projet en cours de conception, ce qui permet de
détecter et de limiter les coûts d'études, les délais et les risques d'erreur. Le point de départ pour
l'étape suivante est le consensus obtenu à l'étape précédente, il oriente le projet vers son état final.
Pour chaque étape quatre points essentiels sont à considérer :

- l'identification des objectifs à atteindre,

- la proposition des solutions,

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

- l'évaluation des performances des solutions proposées,

- la comparaison des performances obtenues avec les objectifs fixés.

Une bonne architecture permet d'obtenir des solutions satisfaisantes du point de vue acoustique et
cela sans avoir recours à des solutions sophistiquées. Les différents moyens appropriés à cette fin
ont été identifiés, ils tiennent compte aussi bien de la réglementation en vigueur que des
recommandations de différents spécialistes dans ce domaine.

4.3.2. Transport collectif


Confère objet opérationnel « trafic »

4.3.3. Plan masse

Le site étant choisi, l'acousticien peut intervenir sur la disposition du bâtiment par rapport aux bruits
extérieurs tout en utilisant les caractéristiques du site. Il s'agit, en effet, de l'architecture globale qui
prend en considération les problèmes d'implantation, les règles d'urbanisme, d'environnement.

La performance acoustique, dans cette étape de la conception, peut être traduite par la validité du
projet, c'est-à-dire la permission de construire le bâtiment sur le site proposé, et ensuite refléter la
qualité acoustique du projet, c'est-à-dire de l'autoprotection du bâtiment vis-à-vis de toutes les
sources de nuisances extérieures.

Compte tenu de cette performance, l'acousticien prend sa décision qui consiste soit à remettre en
cause le projet et proposer les mesures nécessaires, soit à passer à l'étape suivante.

Pour évaluer la performance acoustique correspondant à ce niveau, nous avons été amenés à définir
des règles basées d'une part sur les exigences réglementaires (la construction des bâtiments au
voisinage des aéroports) et, d'autre part sur les différentes recommandations proposées par des
experts dans le domaine.

Ces règles, qui sont affectées des notes reflétant leur importance et pouvant être modifiées par les
concepteurs en vue de prendre en considération leur préférence, nécessite un minimum
d'informations sur l'identité sonore du site : l'existence des aéroports au voisinage, des routes
bruyantes, des gares routières, etc.

4.3.4. Voirie
Confère objet opérationnel « trafic »

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

4.3.5. Résumé sommaire

Critères Objectifs à atteindre pour chaque sous-critère Spécifications complémentaires

Evaluer et prendre en compte


Nature de - les sources sonores extérieures.
l’environnement - les contraintes d’aménagement pour respecter la
sonore de la tranquillité du voisinage
construction Exploiter des db « gratuits »
- les obstacles naturels et artificiels dans la
recherche de l’isolement vis à vis du bruit aérien.
Insertion dans le - Utiliser le végétal comme écran ou paroi
paysage absorbante
- Orienter le bâtiment en fonction des sources de
bruits de l’environnement.
- Prendre en compte la destination des pièces au
moment de leur positionnement dans le bâtiment.
Choix d’équipements extérieurs
- Eloigner les sources de bruits (équipements,
(ventilation, climatisation… ) peu
Dispositions canalisations, ...) des pièces principales, placer des
bruyants : Emergence des unités
générales espaces tampons en intermédiaire.
extérieures inférieure à dB(A) le
- Choisir les équipements les moins bruyants et les jour et dB(A) la nuit
implanter là où ils gênent le moins.
- Désolidariser du bâtiment les équipements et
canalisations trop bruyants par des matériaux
antivibratils.
Secteurs réglementés : prévoir
- Isolation acoustique vis à vis de l’extérieur : voir
une marge de 0 à 3 dB par rapport
classement des voies vis à vis du bruit routier,
à la réglementation (bruit aérien),
ferroviaire (arrêté du 30 mai 1996) et avions (code
et de 0 à 5bd(A) pour les bruits de
urbanisme L. 147-3)
choc

Secteur non réglementé : Fixer des


Performances - Isolement acoustique des parois entre les locaux
objectifs similaires aux secteurs
des différents vis à vis des bruits aériens et des bruits de choc
réglementés
locaux
Correction acoustique à prévoir
- Prévenir la réverbération et la résonance par un
dans les lieux de réunions ou les
bon traitement acoustique
circulations

- Prendre en compte le bruit de la pluie pour les


toitures légères (à éviter)

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Conclusion
Cette étude nous a beaucoup appris, par de nouvelles connaissances mais surtout au niveau de la
gestion de projet.

Il a été très intéressant de travailler en binôme. Etant donné que nous venons de branches
différentes, Génie des Systèmes Urbain et Génie des Procédés, nous avions deux visions différentes
des thèmes. D’un côté les notions de GSU et de l’autre celles du développement durable. Cette
particularité de notre binôme nous a permis de compléter une partie de nos lacunes et de
confronter nos points de vue. Par son contenu ce projet nous a beaucoup intéressé et nous y avons
chacune trouvé notre apport personnel.

Nous avons eut des difficultés à commencer le projet. Nous avons fait l’erreur de ne pas redéfinir le
sujet entre nous puis avec Mme Buhé, ce qui nous a fait perdre du temps. Cependant nous avions
tout de même trouvé le projet HQE2R au cours de nos recherches préliminaires. Ensuite, nous avons
eut des problèmes de communication avec l’autres binôme, constitué de Célia et Céline. Ce qui a
engendré des problèmes d’organisation et d’incompréhension.

Cependant nous avons su résoudre ces soucis en fixant des rendez-vous hebdomadaire et en créant
une adresse G-mail. Cette adresse n’a pas été suffisamment utilisée, nous avons plus souvent
communiqué par mail. Nous avons aussi réalisé un planning que nous nous sommes efforcées de
tenir. Il aurait fallu fixer des dates et des objectifs plus précis.

Nous pensons avoir été réactives aux conseils de Mme Buhé, en particulier au niveau des
corrections. Ce projet nous a permis de nous plonger dans l’univers professionnel en travaillant en
équipe. Nous avons ainsi pu nous améliorer et corriger nos lacunes en gestion de projets avant de
partir en PFE.

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE


TX - Réalisation d’un guide de solutions pour l’aménagement urbain durable

Bibliographie
Réduire la consommation d'énergie et améliorer la gestion de l'énergie
Cours et projet BA01 – Equipements techniques du bâtiment

Amélioration et gestion des ressources en eau et sa qualité


http://www.eau2pluie.com/

http://www.eaufrance.fr

http://www.euractiv.com/fr/developpement-durable/eau-conomie-durabilit/article-174574

http://www.ideesmaison.com/Maison-ecolo/Materiaux-et-equipements/Recuperation-de-l-eau-de-
pluie/Installer-une-cuve-1-3.html

http://www.atlantique-environnement.fr/index_fichiers/eaudepluie.htm

Assainissement et qualité des eaux rejetées


http://www.vedura.fr/

http://www.eaudanslaville.fr/spip.php?article560

http://www.provencegeoconseils.com/assainissement.htm

http://www.lorraine.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/theme15.pdf

http://www.total.com/fr/responsabilite-societale-environnementale/dossiers/eau-douce/mieux-
comprendre-eau/traitement_eaux_usees_7702.htm

http://www.observatoire-environnement.org/OBSERVATOIRE/2-eau-et-usages-28-62.html

http://www.ademe.fr/partenaires/Boues/Pages/f14.htm

http://www.encyclopedie-gratuite.fr/Definition/Technique/norme-rejet-eaux.php

Contact : Station d’épuration de Lannion et de La Croix Saint Ouen.

Confort acoustique
http://cataloguesetra.documentation.equipement.gouv.fr/

http://www.certu.fr/IMG/pdf/MementoAcoustique.pdf

http://www.cher.equipement-agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=594

http://www.preventica.com/dossier_confort_acoustique.php

http://www.ecologie.gouv.fr/Reglementation-acoustique-de-la.html

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/25/30/13/PDF/ajp-jp4199404C530.pdf

GAHIA Formation au référentiel HQE – Confort Acoustique

Printemps 2009 JACOB, LAHOUAICHRI, BUHE