Vous êtes sur la page 1sur 2

HILF

CM 1

bibliographie :
A Lodge, Le français, histoire d'un dialecte devenu langue.
J.Chauvard, Nouvelle histoire de la langue française.
D.Banniard, Du latin aux langues romanes.
Certeau M et al, une politique de la langue.
H.Walter, le français dans tous les sens.
C.Thomasset et K.Ueltschi, pour lire l'ancien français.
MM Fragonnard et Kolter, Introduction à la langue du XVIe siècle
Bourciez E et J, Phonétique française.

I Origines du Français
II Construction du français
III XVII la toute puissance du français...

I Origines du français
Le latin s'est transformé sous l'influence des autres langues.
En France, la langue est inscrite dans la Constitution, c'est un puissant symbole d'identité. La langue faisant référence
est la langue écrite ( « la forme la plus pure », dictionnaire, livres...)
Au cours de l'histoire, le mythe de la langue ne se recoupe pas avec le mythe des origines du peuple français « Nos
ancêtres les Gaulois », là où le mythe de la langue française est le latin, il y a paradoxe. Les gaulois sont une invention
du XIXe, créé au moment de la scolarisation obligatoire, symbole de résistance et d'unité du pays, mais là encore il y a
paradoxe, le peuple « gaulois » n'existait pas en soi, les tribus qui peuplaient les territoires que nous connaissons
nommés Les Gaulles par Jules César (-100 – 44 av JC ) ne représentaient en rien une Nation.

Comment cette langue a t-elle évoluée depuis ses origines ?


Ces langues qui ont évoluée pour devenir le français l'ont été par contact avec d'autres langues :
Des langues peuvent être côte à côte, on va parler d'adstrat ( des langues s'influencent les unes et les autres). On doit
considérer les langues des envahis et des envahisseurs, lorsqu'une langue supplante l'autre, la langue « des vaincus »
aura une influence on parlera de substrat, dans le cas inverse on parlera de superstrat, ces langues seront changées mais
elles en seront pas remplacées.

Dans la Bible, dans la Génèse, il est dit que la langue d'origine est l'hébreux. N' oublions pas que les origines des
langues varient selon les mythes. Comment en est-on venu aux thèses de l'indo-européen?

Quand une langue évolue, elle bouge constamment, au travers de son vocabulaire, sa syntaxe, sa prononciation (certains
phonèmes par exemple n'existent plus avec le temps), la particularité d'une langue, institution humaine, c'est qu'elle
évolue dans l'espace, les hommes bougent, on lui trouve des variétés locales (Québec). Elle connait aussi des évolutions
de sens (sémantique historique, étymologie)

Considérons que le temps et l'espace fonctionnent ensemble, une langue évolue dans le temps parce qu'elle se situe dans
un espace politique.

Quelle est la place du français parmi les langue de la famille indo-européenne?


Le français est une langue romane (issue du latin).
• cf schéma avec les familles de langues

L'indo-européen était une langue parlée par les peuples d'Asie centrale il y a 6000 ans. Il s'agissaient de peuples des
steppes. Au 19e des linguistes comparatistes allemands dont Bopp découvrent le Sanskrit (langue sacrée de l'Inde). Ils y
trouvent des similitudes avec les langues germaniques, ils établissent des liens entre les langues parlées en Europe, en
Asie occidentale et en Amérique. Ils émettent l'hypothèse d'une langue mère, l'indo-européen primitif, qui se serait
ensuite divisé. A partir de comparaisons, ils établissent des sous groupes dans la famille des langues IE.

Les linguistes se dirigent ensuite vers la recherche de lois d'évolution phonétique. « Les consonnes évoluent dans le
temps de manière constante et régulière... » Jacob Grimm 19e. Suivant ses règles d'évolutions on peut reconstituer ce
que fut l'indo-européen , le proto indo-européen.

Le proto indo-européen aurait donné naissance à plus de 1000 langues, dont beaucoup sont disparues aujourd'hui. Ses
descendants représenteraient plus de 2,5 à 3 milliards de locuteurs dans le monde, ce sont des langues parlées sur tous
les continents (600 millions en Inde, 700 millions en Europe et 700 en Amérique). C'est la plus importante famille
linguistique.

On estime que l'indo-européen serait apparut dès le 3e millénaire avant JC, à la fin de la période de la pierre polie. On
date la séparation en plusieurs langues au 2e millénaire avant JC, on y repère des différences pour nommer les métaux.
La communauté primitive de l'indo-européen a été maintenue jusqu'à l'âge du cuivre.

Des termes communs se retrouvent dans les indications géographiques ( la Faune et la Flore) et nous permettent de
localiser le foyer de l'IE dans le sud de la Russie, au nord de l'Arménie, près de la mer Caspienne.

Et l'archéologie ?

Il existe plusieurs théories. La première est celle des Kourganes, par G. Dumézil (anthropologue) et M. Gibutas
(archéologue), c'étaient des tribus de guerriers, supérieurement organisés et qui avaient domestiqué le cheval, ils
possédaient des chars de combat (maîtrise des métaux dont le fer), ils auraient envahi l'Europe puis l'Asie depuis le sud
de la Russie. Les kourganes avaient des sépultures collectives). Il y aurait eu ensuite trois vagues successives
d'envahisseurs vers l'Inde et l'Europe. Les langues se seraient formées par contact avec le peuple des kourganes. Ces
peuples étaient donc des guerriers semi-nomades, hiérarchisés). Entre -4000 et -3000 c'est le choc des cultures, le
bouleversement des populations de la vieille Europe. Ceux ci étaient à l'inverse des kourganes, des populations
agricoles, sédentaires, qui n'utilisaient pas le cheval. Leur idéologie était pacifiste, il entretenaient le mythe de la déesse
mère, là où les kourganes prônaient l'homme créateur et les idéologies guerrières.

Mais ce schéma est contestable pour certains, comme J. Brough ou Renfrew, l'archéologie infirme : il n'y a pas de foyer
au dessus mais en dessous de la mer noire, et il date de -9000. Il est plus ancien et son moteur d'expansion est
l'agriculture. C'est une extension très lente (passage de l'Etat de chasseur cueilleur à celui de cultivateur de la terre,
nécessité d'expansion des terrains...), elle s'est produite de générations en générations, vers l'ouest et l'est. L'Europe
méditerranéenne est atteint dès -6000, l'Europe centrale vers -5400 et l'Europe de l'ouest et du nord vers -3000.

C'est aussi une remise en cause du peuplement celte en Gaule, (-500), qui serait bien antérieur, il y aurait eu une culture
pré-celtique de la Bretagne à l'Europe centrale vers -2500 (vases cunéiformes).

Et la Gaule ?

Jules César, entreprend la conquête des Gaules (-52 av JC), il s'y trouve des peuples parlant différentes langues, ayants
des coutumes et des lois différentes. Les Gaules sont donc un concept géographie et non une entité politique. Les
gaulois sont des celtes, établis en Europe centrale dès le 2e millénaire avant JC à la suite de migrations complexes. Le
mot celte apparaît vers -600 avec la fondation de la colonie grecque de Massalia (Marseille). Les grecs nommes
« keltoi » ceux qui vivent au dessus de cette colonie.

On a peu de trace de langues gauloises. Il n'y avait pas d'alphabet celte, ce qu'on a trouvé avaité ét transcrit en alphabet
grec ou latin. Ces transcriptions étaient effectuées sur des tablettes de cire dont on a plus de traces, nos seuls indices
sont des plaques de métal de plomb, des plaques funéraires, des céramiques ou des pierres tombales. On y trouve
beaucoup de noms propres mais bien peu d'indications sur la langue elle-même.

Aujourd'hui il nous reste environ 70 mots qui viennent du gaulois, ils appartiennent au lexique de la nature, de
l'agriculture, de la faune et de la flore ainsi que certains termes techniques, mais aussi la numérotation par 20 (80), des
noms de lieux (villes en -ac) et dans les noms de villes, les noms des peuples qui les ont habité (Parisi pour Paris).