Vous êtes sur la page 1sur 11

L’Herne

Les Cahiers de l’Herne paraissent sous la direction de Laurence Tacou

Il a été tiré 50 exemplaires de ce Cahier numérotés de 1 à 50 et signés par l’Auteur. 20 exemplaires hors commerce de A à T.

Michel Déon

Ce Cahier a été dirigé par Laurence Tacou

Remerciements : Les Éditions de L’Herne remercient pour leur aimable collaboration Tous les contributeurs à ce Cahier Les ayants droit Alice Déon Béatrice Vierne Étienne de Montety et le Figaro littéraire Pascale de Langautier

© Photo de couverture : D. R. © ÉDITIONS DE L’HERNE,2009 22,rue Mazarine 75006 Paris lherne@lherne.com www.lherne.com

Sommaire
11 12 13 14 Avant propos Jean Cortot Dans une vie consacrée à l’écriture Michel Déon Préface Michel Déon Télégrammes

I
19 21 25 26 27 28 29 35 37 41 45

Le jeune homme vert
Milan Kundera Taisez-vous… j’entends venir un ange Emmanuel Carrère La voix de Déon Thierry Laurent Michel Déon ou le contre-engagement Michel Déon Discours de Martigues Michel Déon Un découvreur de talent André Fraigneau Note de lecture Michel Déon De l’Escurial Éric Neuhoff Les deux Sheila Michel Déon/Danièle Masson « De petits dieux mortels… » Michel Déon « J’ai aussi pris le temps de vivre… » François Ricard Les Poneys sauvages : le roman de la profusion sans fin 5

50 51

Maurice Challe Lettre Frédéric Vitoux Michel Déon ou la passion de la littérature

II
55 62 69 70 76 78 82 87 89

Approches et distances
Félicien Marceau Réponse à Michel Déon François-Jean Authier Solitude de la liberté : Michel Déon, entre tradition classique et non-conformisme dandy Paul Morand Michel Déon ou l’émigration prévoyante Vital Rambaud Michel Déon et Stendhal Michel Déon Préface au Rose et le Vert de Stendhal Belinda Cannone KXJTTRP (ou l’initiation à l’aurore) Michel Déon avec la peinture Marie-Hélène Ferrandini L’eau : présence et symbole dans l’univers romanesque de Déon Olivier Frébourg Michel Déon, le compagnon secret Pol Vandromme Richesse et splendeur du romanesque

III
95 98 100 106 109
6

Sur les rives de...
Michel Déon Les refuges Andreas Wilhelm Un épicurien dans la modernité Bernard Alavoine Enchantements et désenchantements : Michel Déon et la Grèce Michel Déon Papadiamantis ou la renaissance du roman Michel Déon/Jean Cortot Hellénomania

111 112 116 120 122 128 134 136 138 142

Pierre Marcabru Les adieux à la Grèce Takis Theodoropoulos Les dernières pages grecques ? Michel Déon « Chers amis grecs… » Michel Déon À bord de l’Irlande Xavier Darcos Michel Déon dans le sillage de Yeats : du particulier à l’universel Michel Déon/Pierre Joannon Apologie (modérée) de la rébellion Michel Déon Le centre du monde Lara Marlowe The French connection Philippe Le Guillou Royaume du roman Maurizio Serra Michel Déon et l’Italie

IV
147 148 149 151

« Dialogue avec le monde »
Antoine Blondin Un écrivain du tour d’Europe Michel Déon Per non dormire Renaud Matignon Michel Déon : les lumières de la nostalgie Michel Déon Fragments d’un paradis de Giono Le fanatique éclairé Roger Nimier Petites notes sur Danilo Kis Hemingway Préface au Nègre du « Narcisse » Un combattant Aurélien d’Aragon
7

164 166 168 171 182

Étienne de Montety Le jeune homme vert Patrick Besson Michel Déon, le bienheureux qui ne parle que de malheur Michel Déon Théâtre-Roman, Aller-Retour Michel Déon Théâtre Michel Déon Scénario

V
185 196 198

Ni grave ni léger
Michel Déon/Lakis Proguidis Guerres et roman Frédéric Berthet Petite déontologie Michel Déon De l’éthylisme littéraire Amateur de Bordeaux Un accordéon nostalgique Le sacrifice de Jeanne d’Arc Supprimons l’histoire Révolution de l’écrit ? La religion du jardin

VI
214 217 218 220 223
8

De grandes amitiés
Julian Evans « Je ne suis pas Stanislas Beren ! » Jean d’Ormesson Jusqu’aux sombres plaisirs d’un cœur mélancolique Nicolas Briançon Lettre à Michel Déon Cesare Bieller Michel Déon, la dernière île Sports Passion discrète

Retour de l’enfer Une civilisation de l’automobile 228 229 232 Yasmina Reza Le sourire douloureux Lakis Prodiguis L’arche des romanciers Christine de Rivoyre My Lord Déon

VII
239 242 243 245 246 248 249 249 250 254 257 258 259 261 263
269 270 274

Correspondance
Jacques Chardonne Antoine Blondin Jean Anouilh Pierre Gripari Paul Morand José Cabanis François Mitterrand Roger Judrin Michel Déon/Simon Leys Saül Bellow Patrick Leigh Fermor John McGahern Olivier Germain-Thomas John Ford Chronologie Bibliographie - Filmographie Biographie des contributeurs Crédits
9

Préambule
Laurence Tacou

Il ne s’agit pas ici de faire déborder ce « tonneau des Danaïdes » qu’est un Cahier de L’Herne, selon les propres mots de Michel Déon, d’autres plus compétents s’y sont employés en versant avec rigueur, passion ou érudition, leur contribution. De l’étude savante au simple témoignage d’affection, en passant par des correspondances inédites, ce sont le plus souvent des textes d’écrivains – sous le signe avant tout de l’estime et de l’amitié. Pas question donc d’ensevelir sous de pesantes exégèses l’auteur d’une œuvre courant sur plusieurs décennies, – des Adieux à Sheila (1944) jusqu’à Lettres de château (2009), sans compter les textes en tous genres : essais, récits de voyages, critique littéraire et dramatique, pièces de théâtre mais aussi scénarios. Voici à la place, pour tous les amoureux de littérature, un Cahier en forme de puzzle, de malle-cabine, de portrait chinois. Académicien certes, mais rebelle toujours, résolument contre l’air du temps, les idées toutes faites, les adresses définitives, Déon brouille les pistes, et ne se trouve jamais où on l’attend. Il se plaint lui-même qu’on l’interroge sur l’Irlande alors qu’il se trouve en Grèce ; les cartes postales qu’il envoie, nous dit Blondin, sont « postées de Venise, Florence, Genève ou Londres. » ; pour Morand, « Déon a inauguré le voyage sédentaire. (…) Son enquête méditée est faite d’intimité affectueuse avec les gens et les paysages, surtout dans les pays pauvres où se cache, selon Chardonne, la dernière forme du bonheur.» Sur son épée d’Immortel : un lys, une chouette, un trèfle. La France, la Grèce, l’Irlande . Il y a l’homme aussi. Drôle, discret, généreux, attachant. Infatigable épistolier, gourmand de tout, à l’affût comme personne de nouveaux talents. Cet exilé de l’intérieur aime les îles, les bateaux, les restaurants du 7e arrondissement, les actrices étrangères, Larbaud, Conrad… Parés à appareiller pour un voyage en Déonie ? Après avoir serpenté (en roulant à gauche) sur des petites routes bordées de hauts talus en direction de Tynagh où il s’est installé en 1969, on aperçoit enfin au bout d’une allée plantée d’éblouissantes fontaines de fushias sauvages, l’Old Rectory, un presbytère victorien dissimulé sous la vigne vierge. Nous sommes-nous égarés chez un magicien gaélique ou dans un chapitre du Taxi mauve ? Le paysage de brume est traversé par un lent cortège des chevaux blancs mené par un Braque de Weimar au regard doré et une gracieuse adolescente brune. Sur le pas de la porte, Michel Déon et Chantal, sa femme, font signe à leur petite-fille. La pluie se remet à tomber doucement. C’est l’heure des sortilèges. Le pays en regorge. Comme l’avait relevé un voisin, W.B.Yeats, hôte de la médiévale Thoor Ballylee : « Quand je demande aux gens s’ils ont quelque histoire à me raconter au sujet des fées, leur réponse ressemble à ce que m’a dit cette femme qui vit au pied du Ben Bulben, face à la mer, auprès d’un fort en pierre blanche (comme il en existe très peu en Irlande) : “ Elles ne s’occupent que de leurs affaires, et moi des miennes”. »

11