Vous êtes sur la page 1sur 28

IAS 8

IAS 8

Norme comptable internationale 8

Méthodes comptables, changements d’estimations comptables et erreurs

Cette version comprend les amendements qui résultent des nouvelles Normes et des Normes amendées publiées jusqu’au 31 décembre 2005.

© IASCF

773

IAS 8

SOMMAIRE

paragraphes

INTRODUCTION

IN1–IN18

NORME COMPTABLE INTERNATIONALE 8 MÉTHODES COMPTABLES, CHANGEMENTS D’ESTIMATIONS COMPTABLES ET ERREURS

OBJECTIF

1–2

CHAMP D’APPLICATION

3–4

DÉFINITIONS

5–6

MÉTHODES COMPTABLES

7–31

Sélection et application des méthodes comptables

7–12

Cohérence des méthodes comptables

13

Changements de méthodes comptables

14–31

Application des changements de méthodes comptables

19–27

Application rétrospective

22

Limitations à l’application rétrospective

23–27

Informations à fournir

28–31

CHANGEMENTS D’ESTIMATIONS COMPTABLES

32–40

Informations à fournir

39–40

ERREURS

41–49

Limites au retraitement rétrospectif

43–48

Informations à fournir sur les erreurs d’une période antérieure

49

IMPRATICABILITÉ DE L’APPLICATION RÉTROSPECTIVE ET DU RETRAITEMENT RÉTROSPECTIF

50–53

DATE D’ENTRÉE EN VIGUEUR

54

RETRAIT D’AUTRES POSITIONS OFFICIELLES

55–56

ANNEXE :

Amendements d’autres positions officielles

APPROBATION DE IAS 8 PAR LE CONSEIL

GUIDE D’APPLICATION

774

© IASCF

IAS 8

La Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d’estimations comptables et erreurs (IAS 8) est énoncée dans les paragraphes 1 à 56 et dans l’Annexe. Tous les paragraphes ont la même autorité, mais se présentent selon le format IASC de la Norme telle que celle-ci a été adoptée par l’IASB. IAS 8 doit être lue dans le contexte de son objectif et de sa Base des conclusions, ainsi que de la Préface aux Normes internationales d’information financière et du Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers.

© IASCF

775

IAS 8

Introduction

IN1 La Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d’estimations comptables et erreurs (IAS 8) remplace IAS 8 Résultat net de l’exercice, erreurs fondamentales et changements de méthodes comptables (révisée en 1993) ; elle doit être appliquée pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2005. Une application anticipée est encouragée. La Norme remplace également les Interprétations suivantes :

• SIC-2 Cohérence des méthodes—Incorporation des coûts d’emprunts dans le coût des actifs

• SIC-18 Cohérence et permanence des méthodes—Méthodes alternatives

Raisons de la révision de IAS 8

IN2

L’IASB a élaboré la présente IAS 8 révisée dans le cadre de son projet d’Amélioration des Normes comptables internationales. Le projet a été entrepris à la lumière des questions et des critiques formulées à propos des Normes par des autorités de réglementation des valeurs mobilières, des professionnels comptables ainsi que par d’autres parties concernées. Les objectifs du projet étaient de réduire ou d’éliminer les options, les redondances et les conflits au sein des Normes, de résoudre certains problèmes de convergence, et d’apporter d’autres améliorations.

IN3

Pour IAS 8, les principaux objectifs du Conseil étaient les suivants :

(a)

supprimer l’autre traitement autorisé par rapport à l’application rétrospective des changements volontaires de méthodes comptables et au retraitement rétrospectif, en vue de la correction des erreurs d’une période antérieure ;

(b)

éliminer le concept d’erreur fondamentale ;

(c)

organiser la hiérarchie des commentaires auxquels la direction fait référence et dont elle considère les possibilités d’application lors du choix des méthodes comptables en l’absence de Normes et d’Interprétations spécifiquement applicables ;

(d)

définir les omissions ou inexactitudes significatives et décrire comment appliquer le concept d’importance relative lors de l’application de méthodes comptables et de la correction d’erreurs ; et

(e)

incorporer le consensus énoncé dans SIC-2 Cohérence des méthodes— Incorporation des coûts d’emprunt dans le coût des actifs et dans SIC-18 Cohérence et permanence des méthodes—Méthodes alternatives.

IN4

Le Conseil n’a pas remis en cause les autres dispositions de IAS 8.

Principaux changements par rapport aux dispositions précédentes

IN5

Les principaux changements par rapport à la version précédente de IAS 8 sont décrits ci-après.

776

© IASCF

IAS 8

Sélection des méthodes comptables

IN6

Les dispositions relatives à la sélection et à l’application des méthodes comptables énoncées dans la version précédente de IAS 1 Présentation des états financiers, ont été transférées dans la présente Norme. La présente Norme met à jour la hiérarchie précédente des commentaires auxquels la direction fait référence et dont elle considère les possibilités d’application lors du choix des méthodes comptables en l’absence de Normes et d’Interprétations spécifiquement applicables.

Importance relative

IN7

La présente Norme définit les omissions ou inexactitudes significatives. Elle dispose que :

(a)

les méthodes comptables énoncées dans les Normes internationales d’information financière (IFRS) ne doivent pas être appliquées lorsque l’effet de cette application n’est pas significatif. Ceci complète la disposition de IAS 1 selon laquelle les informations requises par les IFRS ne doivent pas être fournies si elles ne sont pas significatives.

(b)

des états financiers ne sont pas conformes aux IFRS s’ils contiennent des erreurs significatives.

(c)

les erreurs significatives d’une période antérieure doivent être corrigées de manière rétrospective dans le premier jeu d’états financiers dont la publication est autorisée après leur découverte.

Changements volontaires de méthodes comptables et corrections d’erreurs d’une période antérieure

IN8

La présente Norme impose l’application rétrospective des changements volontaires de méthodes comptables et un retraitement rétrospectif pour corriger les erreurs d’une période antérieure. Elle supprime l’autre traitement autorisé de la version précédente de IAS 8 :

(a)

pour inclure dans le résultat de la période l’ajustement résultant du changement d’une méthode comptable ou le montant de la correction d’une erreur d’une période antérieure ; et

(b)

pour présenter de manière inchangée l’information comparative des états financiers de périodes antérieures.

IN9

Suite à la suppression de l’autre traitement autorisé, l’information comparative au titre des périodes antérieures est présentée comme si les nouvelles méthodes comptables avaient toujours été appliquées et que les erreurs d’une période antérieure n’étaient jamais intervenues.

Impraticabilité

IN10 La présente Norme maintient le critère d’« impraticabilité » pour l’exemption du changement des informations comparatives lorsque des changements de méthodes comptables sont appliqués rétrospectivement et que des erreurs d’une période antérieure sont corrigées. La présente Norme comprend désormais une définition du terme « impraticable » et des commentaires relatifs à son interprétation.

© IASCF

777

IAS 8

IN11

La présente Norme stipule également que lorsqu’il est impraticable, au début de la période en cours, de déterminer l’effet cumulé :

(a)

de l’application d’une nouvelle méthode comptable à l’ensemble des périodes antérieures, ou

(b)

d’une erreur à toutes les périodes antérieures,

l’entité modifie l’information comparative comme si la nouvelle méthode comptable avait été appliquée ou comme si l’erreur avait été corrigée, de manière prospective, à partir de la première date praticable.

Erreurs fondamentales

IN12 La présente Norme élimine le concept d’erreur fondamentale et donc la distinction entre erreurs fondamentales et autres erreurs significatives. La présente Norme définit la notion d’erreur d’une période antérieure.

Informations à fournir

IN13

La présente Norme impose désormais, au lieu d’encourager, de fournir les informations relatives à un changement imminent de méthodes comptables lorsque l’entité n’a pas encore mis en œuvre une nouvelle Norme ou Interprétation publiée mais non encore entrée en vigueur. En outre, elle impose de fournir des informations connues ou raisonnablement susceptibles d’être estimées concernant l’évaluation de l’éventuel l’impact qu’aura l’application de la nouvelle Norme ou Interprétation sur les états financiers de l’entité au cours de sa période d’application initiale.

IN14

La présente Norme impose la fourniture d’informations plus détaillées sur les montants des ajustements résultant du changement de méthodes comptables ou de la correction d’erreurs d’une période antérieure. Elle impose de fournir ces informations pour chaque poste affecté dans les états financiers et, si IAS 33 Résultat par action, s’applique à l’entité, pour le résultat de base et pour le résultat dilué par action.

Autres changements

 

IN15

Les dispositions relatives à la présentation du résultat de la période ont été transférées dans IAS 1.

IN16

La

présente

Norme

incorpore

le

consensus

énoncé

dans

SIC-18

Cohérence

et

permanence des méthodes—Méthodes alternatives, à savoir que :

 

(a)

une entité sélectionne et applique ses méthodes comptables avec cohérence et permanence pour des transactions, autres événements et conditions similaires, sauf si une Norme ou une Interprétation impose ou permet spécifiquement le classement par catégorie d’éléments auxquels il peut être approprié d’appliquer différentes méthodes ; et

(b)

si une Norme ou une Interprétation impose ou permet un tel classement par catégories, il faut choisir la méthode comptable la plus appropriée et l’appliquer de manière cohérente et permanente à chaque catégorie.

Le consensus énoncé dans SIC-18 incorporait le consensus énoncé dans SIC-2 Cohérence des méthodes—Incorporation des coûts d’emprunt dans le coût des actifs, et impose, lorsqu’une entité a opté pour une méthode d’incorporation des coûts d’emprunt dans le coût des actifs, d’appliquer cette méthode à tous les actifs qualifiés.

778

© IASCF

 

IAS 8

IN17

La présente Norme inclut une définition du changement d’estimation comptable.

IN18

La présente Norme prévoit des exceptions pour l’inclusion dans le résultat des effets des changements d’estimation comptable de façon prospective. Elle dispose que, dans la mesure où un changement d’estimation comptable donne lieu à des modifications de l’actif ou du passif, ou porte sur un élément des capitaux propres, il est comptabilisé par ajustement de la valeur comptable de l’élément d’actif, de passif ou de capitaux propres correspondant de la période au cours de laquelle est intervenu le changement.

© IASCF

779

IAS 8

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d’estimations comptables et erreurs

Objectif

1 L’objectif de la présente Norme est d’établir les critères de sélection et de changement de méthodes comptables, ainsi que le traitement comptable et l’information à fournir relative aux changements de méthodes comptables, aux changements d’estimations comptables et aux corrections d’erreurs. La présente Norme est destinée à renforcer la pertinence et la fiabilité des états financiers d’une entité ainsi que la comparabilité de ces états financiers tant dans le temps qu’avec les états financiers d’autres entités.

2 Les informations à fournir sur les méthodes comptables, sauf celles qui se rapportent aux changements de méthodes comptables, sont énoncées dans IAS 1 Présentation des états financiers.

Champ d’application

3

La présente Norme doit être appliquée à la sélection et à l’application de méthodes comptables ainsi qu’à la comptabilisation des changements de méthodes comptables, des changements d’estimations comptables et des corrections d’erreurs d’une période antérieure.

4

L’incidence fiscale des corrections d’erreurs d’une période antérieure et des ajustements rétrospectifs réalisés pour appliquer des changements de méthodes comptables est comptabilisée et décrite selon IAS 12 Impôts sur le résultat.

Définitions

5

Dans la présente Norme, les termes suivants ont la signification indiquée ci-après :

Les méthodes comptables sont les principes, bases, conventions, règles et pratiques spécifiques appliqués par une entité lors de l’établissement et de la présentation de ses états financiers.

Un changement d’estimation comptable est un ajustement de la valeur comptable d’un actif ou d’un passif, ou du montant de la consommation périodique d’un actif, résultant de l’évaluation de la situation actuelle des éléments d’actif et de passif et des avantages et obligations futurs attendus qui y sont associés. Les changements d’estimations comptables résultent d’informations nouvelles ou de nouveaux développements et, par conséquent, ne sont pas des corrections d’erreurs.

Les Normes internationales d’information financière (IFRS) sont des Normes et Interprétations adoptées par l’International Accounting Standards Board (IASB). Elles comprennent :

(a)

les Normes internationales d’information financière ;

(b)

les Normes comptables internationales ; et

780

© IASCF

IAS 8

(c) les Interprétations émanant du Comité d’interprétation des normes internationales d’information financière (IFRIC) ou de l’ancien Comité permanent d’interprétation (SIC).

Significatif Les omissions ou inexactitudes d’éléments sont significatives si elles peuvent, individuellement ou collectivement, influencer les décisions économiques prises par des utilisateurs sur la base des états financiers. L’importance relative dépend de la taille et de la nature de l’omission ou de l’inexactitude, appréciée par rapport aux circonstances particulières. La taille ou la nature de l’élément, ou une combinaison des deux, peut être le facteur déterminant.

Une erreur d’une période antérieure est une omission ou une inexactitude des états financiers de l’entité portant sur une ou plusieurs périodes antérieures et qui résultent de la non-utilisation ou de l’utilisation abusive d’informations fiables :

(a)

qui étaient disponibles lorsque la publication des états financiers de ces périodes a été autorisée ; et

(b)

dont on pouvait raisonnablement s’attendre à ce qu’elles aient été obtenues et prises en considération pour la préparation et la présentation de ces états financiers.

Parmi ces erreurs figurent les effets d’erreurs de calcul, les erreurs dans l’application des méthodes comptables, des négligences, des mauvaises interprétations des faits, et des fraudes.

L’application rétrospective conduit à appliquer une nouvelle méthode comptable à des transactions, d’autres événements et conditions comme si cette méthode avait toujours été appliquée.

Le retraitement rétrospectif consiste à corriger la comptabilisation, l’évaluation et la fourniture d’informations sur le montant d’éléments des états financiers comme si une erreur d’une période antérieure n’était jamais survenue.

Impraticable L’application d’une disposition est impraticable lorsque l’entité ne peut pas l’appliquer après avoir mis en œuvre tous les efforts raisonnables pour y arriver. Pour une période antérieure donnée, appliquer un changement de méthodes comptables à titre rétrospectif ou effectuer un retraitement rétrospectif afin de corriger une erreur est impraticable si :

(a)

les effets de l’application rétrospective ou du retraitement rétrospectif ne peuvent être déterminés ;

(b)

l’application rétrospective ou le retraitement rétrospectif impose d’énoncer des hypothèses sur ce qu’aurait été l’intention de la direction au cours de cette période ; ou

(c)

l’application rétrospective ou le retraitement rétrospectif impose de faire des estimations significatives des montants et qu’il est impossible de distinguer objectivement les informations relatives aux estimations qui :

(i)

révèlent des circonstances existant à la ou aux dates auxquelles ces montants doivent être comptabilisés, évalués ou présentés ; et

(ii)

auraient été disponibles lors de l’autorisation de publication des états financiers de cette période antérieure

des autres informations.

© IASCF

781

IAS 8

L’application prospective d’un changement de méthodes comptables et de la comptabilisation de l’effet d’un changement d’estimation comptable consiste, respectivement, à :

(a)

appliquer la nouvelle méthode comptable aux transactions, aux autres événements et aux situations intervenant après la date de changement de la méthode ; et

(b)

comptabiliser l’effet du changement d’estimation comptable aux périodes en cours et futures affectées par le changement.

6 Évaluer si une omission ou une inexactitude peut influencer les décisions économiques des utilisateurs, et donc s’avérer significative, impose de considérer les caractéristiques de ces utilisateurs. Le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers stipule, au paragraphe 25, que « les utilisateurs sont supposés avoir une connaissance raisonnable des affaires et des activités économiques et de la comptabilité et une volonté d’étudier l’information d’une façon raisonnablement diligente ». En conséquence, l’évaluation doit prendre en compte dans quelle mesure des utilisateurs répondant à ces critères pourraient raisonnablement être influencés dans leurs décisions économiques.

Méthodes comptables

Sélection et application des méthodes comptables

7

Lorsqu’une Norme ou une Interprétation s’applique spécifiquement à une transaction, un autre événement ou une condition, la ou les méthodes comptables appliquée(s) à cet élément sera(ont) déterminée(s) en appliquant la Norme ou l’Interprétation et en prenant en considération tout Guide d’application approprié publié par l’IASB concernant cette Norme ou cette Interprétation.

8

Les normes IFRS énoncent des méthodes comptables dont l’IASB a conclu qu’elles aboutissent à des états financiers contenant des informations pertinentes et fiables sur les transactions, les autres événements et les conditions auxquels elles s’appliquent. Ces méthodes ne doivent pas être appliquées lorsque l’effet de leur application n’est pas significatif. Toutefois, il est inapproprié de faire, ou de ne pas corriger, des écarts non significatifs par rapport aux IFRS en vue de parvenir à une présentation particulière de la situation financière, de la performance financière ou des flux de trésorerie d’une entité.

9

Les Guides d’application des Normes publiés par l’IASB ne font pas partie de ces Normes et ne contiennent donc pas de dispositions relatives aux états financiers.

10

En l’absence d’une Norme ou d’une Interprétation spécifiquement applicable à une transaction, un autre événement ou condition, la direction devra faire usage de jugement pour développer et appliquer une méthode comptable permettant d’obtenir des informations :

(a)

pertinentes pour les utilisateurs ayant des décisions économiques à prendre ; et

(b)

fiables, en ce sens que les états financiers :

 

(i)

présentent une image fidèle de la situation financière, de la performance financière et des flux de trésorerie de l’entité ;

782

© IASCF

IAS 8

(ii)

traduisent la réalité économique des transactions, des autres événements et des conditions et non pas simplement leur forme juridique ;

(iii)

sont neutres, c’est-à-dire sans parti pris ;

(iv)

sont prudentes ; et

(v)

sont complètes dans tous leurs aspects significatifs.

11

Pour exercer le jugement décrit au paragraphe 10, la direction doit faire référence aux sources suivantes, énumérées par ordre décroissant, et considérer leur possibilité d’application :

(a)

les dispositions et les commentaires figurant dans les Normes et Interprétations traitant de questions similaires et liées ; et

(b)

les définitions, les critères de comptabilisation et d’évaluation des actifs, des passifs, des produits et des charges énoncés dans le Cadre.

12

Pour exercer le jugement décrit au paragraphe 10, la direction peut également considérer les positions officielles les plus récentes d’autres organismes de normalisation comptable qui utilisent un cadre conceptuel similaire pour développer leurs normes comptables, la littérature comptable et les pratiques admises du secteur d’activité, dans la mesure où celles-ci ne sont pas contraires aux sources listées au paragraphe 11.

Cohérence des méthodes comptables

13

Une entité doit sélectionner et appliquer ses méthodes comptables avec cohérence pour des transactions, autres événements et conditions similaires, sauf dans le cas où une Norme ou une Interprétation impose ou permet spécifiquement de classer par catégories des éléments auxquels l’application de méthodes comptables différentes peut être appropriée. Si une Norme ou une Interprétation impose ou permet un tel classement par catégories, il faut choisir la méthode comptable la plus appropriée et l’appliquer de manière cohérente et permanente à chaque catégorie.

Changements de méthodes comptables

14

Une entité ne doit changer de méthodes comptables que si le changement :

(a)

est imposé par une Norme ou une Interprétation ; ou

(b)

a pour résultat que les états financiers fournissent des informations fiables et plus pertinentes sur les effets des transactions, autres événements ou conditions sur la situation financière, la performance financière ou les flux de trésorerie de l’entité.

15

Les utilisateurs d’états financiers doivent être en mesure de comparer les états financiers d’une entité dans le temps afin d’identifier les tendances de sa situation financière, de sa performance financière et de ses flux de trésorerie. Par conséquent, les mêmes méthodes comptables sont appliquées au sein de chaque période et d’une période à l’autre, à moins qu’un changement de méthodes comptables ne réponde à l’un des critères énoncés au paragraphe 14.

© IASCF

783

IAS 8

16

Ne constituent pas des changements de méthodes comptables :

(a)

l’application d’une méthode comptable à des transactions, autres événements ou conditions différant en substance de ceux survenus précédemment ; et

(b)

l’application d’une nouvelle méthode comptable à des transactions, autres événements ou conditions qui ne se produisaient pas auparavant ou qui n’étaient pas significatifs.

17

La première application d’une méthode visant à réévaluer des actifs selon IAS 16 Immobilisations corporelles, ou IAS 38 Immobilisations incorporelles constitue un changement de méthodes comptables à traiter comme une réévaluation selon IAS 16 ou IAS 38 plutôt que selon la présente Norme.

18

Les paragraphes 19 à 31 ne s’appliquent pas aux changements de méthodes comptables décrits au paragraphe 17.

Application des changements de méthodes comptables

19

Sous réserve du paragraphe 23 :

(a)

une entité doit comptabiliser un changement de méthodes comptables résultant de la première application d’une Norme ou d’une Interprétation selon les dispositions transitoires spécifiques formulées le cas échéant dans cette Norme ou cette Interprétation ; et

(b)

lorsqu’une entité change de méthodes comptables lors de la première application d’une Norme ou d’une Interprétation qui ne prévoit pas de dispositions transitoires spécifiques applicables à ce changement, ou décide de changer de méthodes comptables, elle doit appliquer ce changement de manière rétrospective.

20

Pour les besoins de la présente Norme, l’application anticipée d’une Norme ou d’une Interprétation ne constitue pas un changement volontaire de méthodes comptables.

21

En l’absence de Norme ou d’Interprétation spécifiquement applicable à une transaction, un autre événement ou une condition, la direction peut, selon le paragraphe 12, appliquer des méthodes comptables issues des positions officielles les plus récentes d’autres organismes de normalisation comptable qui utilisent un cadre conceptuel similaire pour développer leurs normes comptables. Si, suite à un amendement à une telle position officielle, l’entité choisit de changer de méthodes comptables, ce changement est comptabilisé et présenté comme un changement volontaire de méthodes comptables.

Application rétrospective

22

Sous réserve du paragraphe 23, lorsqu’un changement de méthodes comptables est appliqué de manière rétrospective selon le paragraphe 19(a) ou (b), l’entité doit ajuster le solde d’ouverture de chaque élément affecté des capitaux propres pour la première période antérieure présentée, ainsi que les autres montants comparatifs fournis pour chaque période antérieure présentée comme si la nouvelle méthode comptable avait toujours été appliquée.

784

© IASCF

IAS 8

Limitations à l’application rétrospective

23

Lorsque le paragraphe 19(a) ou (b) impose une application rétrospective, un changement de méthodes comptables doit être appliqué de manière rétrospective sauf s’il est impraticable de déterminer les effets du changement spécifiquement liés à la période ou de manière cumulée.

24

Lorsqu’il est impraticable de déterminer les effets spécifiquement liés à la période du changement d’une méthode comptable sur l’information comparative relative à une ou plusieurs périodes antérieures présentées, l’entité doit appliquer la nouvelle méthode comptable aux valeurs comptables des actifs et passifs au début de la première période pour laquelle l’application rétrospective est praticable, qui peut être la période en cours ; elle doit également effectuer un ajustement correspondant du solde d’ouverture de chaque composante affectée des capitaux propres pour cette période.

25

Lorsqu’il est impraticable de déterminer l’effet cumulé, au début de la période en cours, de l’application d’une nouvelle méthode comptable à toutes les périodes antérieures, l’entité doit ajuster l’information comparative de manière à appliquer la nouvelle méthode comptable de manière prospective à partir de la première date praticable.

26

Lorsqu’une entité applique une nouvelle méthode comptable de manière rétrospective, elle l’applique à l’information comparative pour les périodes antérieures en remontant aussi loin que possible. L’application rétrospective à une période antérieure est impraticable s’il n’est pas possible d’en déterminer l’effet cumulé sur les montants des bilans d’ouverture et de clôture de cette période. Le montant de l’ajustement en résultant, afférent aux périodes antérieures à celles qui sont présentées dans les états financiers, est inclus dans le solde d’ouverture de chaque composante affectée des capitaux propres de la première période présentée. L’ajustement est généralement comptabilisé dans les résultats non distribués. Cependant, l’ajustement peut être imputé à une autre composante des capitaux propres (pour se conformer à une Norme ou à une Interprétation, par exemple). Toute autre information fournie concernant les périodes antérieures, telles que les synthèses historiques de données financières, est également retraitée en remontant aussi loin que possible.

27

Lorsqu’il est impraticable pour une entité d’appliquer une nouvelle méthode comptable de manière rétrospective, parce qu’elle ne peut pas déterminer l’effet cumulé de l’application de la méthode à toutes les périodes antérieures, l’entité, selon le paragraphe 25, applique la nouvelle méthode de manière prospective à partir du début de la période la plus ancienne praticable. Elle ne tient donc pas compte de la quote-part de l’ajustement cumulé des actifs, passifs et capitaux propres découlant d’opérations antérieures à cette date. Un changement de méthode comptable est autorisé même s’il est impraticable d’appliquer la méthode de manière prospective à toute période antérieure présentée. Les paragraphes 50 à 53 fournissent des commentaires pour les cas où il est impraticable d’appliquer une nouvelle méthode comptable à une ou plusieurs périodes antérieures.

Informations à fournir

28

Lorsque la première application d’une Norme ou d’une Interprétation a une incidence sur la période en cours ou sur toute période antérieure ou devrait avoir une telle incidence sauf qu’il est impraticable de déterminer le montant de l’ajustement ou encore pourrait avoir une incidence sur des périodes futures, l’entité doit fournir les informations suivantes :

© IASCF

785

IAS 8

(a)

le nom de la Norme ou de l’Interprétation ;

(b)

le cas échéant, le fait que le changement de méthodes comptables est mis en oeuvre selon ses dispositions transitoires ;

(c)

la nature du changement de méthodes comptables ;

(d)

le cas échéant, une description des dispositions transitoires ;

(e)

le cas échéant, les dispositions transitoires susceptibles d’avoir une incidence sur des périodes ultérieures ;

(f)

pour la période en cours et pour chaque période antérieure présentée, dans la mesure du possible, le montant de l’ajustement :

(i)

pour chaque poste affecté des états financiers ; et

(ii)

si IAS 33 Résultat par action s’applique à l’entité, pour le résultat de base et le résultat dilué par action ;

(g)

le montant de l’ajustement relatif aux périodes antérieures aux périodes présentées, dans la mesure du possible ; et

(h)

si l’application rétrospective imposée par le paragraphe 19(a) ou (b) est impraticable pour une période antérieure spécifique ou pour des périodes antérieures aux périodes présentées, les circonstances qui ont mené à cette situation et une description de la manière et de la date de début de l’application du changement de méthode comptable.

Les états financiers des périodes ultérieures ne doivent pas reproduire ces informations.

29

Lorsqu’un changement volontaire de méthode comptable a une incidence sur la période en cours ou sur une période antérieure, ou devrait avoir une incidence sur cette période sauf qu’il est impraticable de déterminer le montant de l’ajustement, ou encore pourrait avoir une incidence sur des périodes ultérieures, l’entité doit fournir les informations suivantes :

(a)

la nature du changement de méthode comptable ;

(b)

les raisons pour lesquelles l’application de la nouvelle méthode comptable fournit des informations fiables et plus pertinentes ;

(c)

pour la période en cours et pour chaque période antérieure présentée, dans la mesure du possible, le montant de l’ajustement :

 

(i)

pour chaque poste affecté des états financiers ; et

(ii)

si IAS 33 s’applique à l’entité, pour le résultat de base et le résultat dilué par action ;

 

(d)

le montant de l’ajustement relatif aux périodes antérieures aux périodes présentées, dans la mesure du possible ; et

(e)

si l’application rétrospective est impraticable pour une période antérieure spécifique, ou pour des périodes antérieures aux périodes présentées, les circonstances qui ont mené à cette situation et une description de comment et depuis quand le changement de méthodes comptables a été appliqué.

Les états financiers des périodes ultérieures ne doivent pas reproduire ces informations.

786

© IASCF

IAS 8

30

Lorsqu’une entité n’a pas appliqué une nouvelle Norme ou Interprétation publiée mais non encore entrée en vigueur, elle doit fournir les informations suivantes :

(a)

ce fait ; et

(b)

des informations connues ou pouvant raisonnablement être estimées concernant l’évaluation de l’impact possible de l’application de la nouvelle Norme ou de la nouvelle Interprétation sur les états financiers de l’entité au cours de sa première période d’application.

31

En se conformant au paragraphe 30, une entité considère la présentation des informations suivantes :

(a)

le nom de la nouvelle Norme ou Interprétation ;

(b)

la nature du ou des changements imminents de méthodes comptables ;

(c)

la date à laquelle la Norme ou l’Interprétation doit être appliquée ;

(d)

la date à partir de laquelle elle prévoit d’appliquer la Norme ou l’Interprétation pour la première fois ; et

(e)

soit :

(i)

une description de l’impact prévu de la première application de la Norme ou de l’Interprétation sur les états financiers de l’entité ; ou

(ii)

si cet impact n’est pas connu ou ne peut être raisonnablement estimé, une déclaration dans ce sens.

Changements d’estimations comptables

32 En raison des incertitudes inhérentes aux activités des entités, de nombreux éléments des états financiers ne peuvent pas être évalués avec précision, et ne peuvent faire l’objet que d’une estimation. Une estimation implique des jugements fondés sur les dernières informations fiables disponibles. Par exemple, des estimations des éléments suivants peuvent être requises :

(a)

les créances douteuses ;

(b)

l’obsolescence du stock ;

(c)

la juste valeur d’actifs ou de passifs financiers ;

(d)

les durées d’utilité ou le rythme attendu de consommation des avantages économiques futurs procurés par un actif amortissable ; et

(e)

les obligations de garantie.

33 Le recours à des estimations raisonnables est une part essentielle de la préparation des états financiers et ne met pas en cause leur fiabilité.

34 Une estimation peut devoir être révisée en cas de changements dans les circonstances sur lesquelles elle était fondée ou par suite de nouvelles informations ou d’un surcroît d’expérience. Par définition, la révision d’une estimation ne concerne pas les périodes antérieures et ne constitue pas une correction d’erreur.

35 Un changement de la base d’évaluation appliquée est un changement de méthodes comptables et non un changement d’estimation comptable. Lorsqu’il est difficile d’opérer la distinction entre changement de méthodes comptables et changement d’estimation, le changement est traité comme un changement d’estimation comptable.

© IASCF

787

IAS 8

36

L’effet d’un changement d’estimation comptable autre qu’un changement auquel s’applique le paragraphe 37 doit être comptabilisé de manière prospective et inclus dans la détermination du résultat :

(a)

de la période du changement, si le changement n’affecte que cette période ; ou

(b)

de la période du changement et des périodes ultérieures, si celles-ci sont également concernées par ce changement.

37

Dans la mesure où un changement d’estimation comptable donne lieu à des variations d’actifs et de passifs ou porte sur un élément des capitaux propres, il doit être comptabilisé par ajustement de la valeur comptable de l’élément d’actif, de passif ou de capitaux propres correspondant dans la période du changement.

38

La comptabilisation prospective de l’effet d’un changement d’estimation comptable signifie que le changement est appliqué aux transactions, aux autres événements et conditions à compter de la date du changement d’estimation. Un changement d’estimation comptable peut affecter soit le résultat de la période en cours seulement, soit le résultat de la période en cours et de périodes ultérieures. A titre d’exemple, un changement dans l’évaluation du montant des créances douteuses n’affecte que le résultat de la période et en conséquence est comptabilisé au cours de la période en cours. Toutefois, un changement dans la durée d’utilité estimée ou dans le rythme attendu de consommation des avantages économiques futurs procurés par les actifs amortissables affecte la charge d’amortissement de la période en cours et de chaque période ultérieure pendant la durée d’utilité résiduelle de l’actif. Dans les deux cas, l’effet du changement correspondant à la période en cours est comptabilisé en produit ou en charge de la période en cours. L’éventuel effet sur les périodes ultérieures est comptabilisé en produit ou en charge au cours de ces périodes ultérieures.

Informations à fournir

39

Une entité doit fournir des informations sur la nature et le montant de tout changement d’estimation comptable ayant une incidence sur la période en cours ou dont il est prévu qu’il aura une incidence sur des périodes ultérieures, à l’exception de l’incidence sur des périodes futures lorsqu’il est impraticable d’estimer cette incidence.

40

Si le montant de l’incidence sur les périodes ultérieures n’est pas indiqué parce que l’estimation est impraticable, l’entité doit le mentionner.

Erreurs

41

Des erreurs peuvent survenir à l’occasion de la comptabilisation, de l’évaluation, de la présentation ou de la fourniture d’informations sur des éléments des états financiers. Les états financiers ne sont pas conformes aux IFRS s’ils contiennent soit des erreurs significatives soit des erreurs non significatives commises intentionnellement pour parvenir à une présentation particulière de la situation financière, de la performance financière ou des flux de trésorerie d’une entité. Les erreurs potentielles de la période en cours découvertes pendant la période sont corrigées avant l’autorisation de publication des états financiers. Cependant, des erreurs significatives peuvent ne pas être découvertes avant une période ultérieure. Ces erreurs d’une période antérieure sont corrigées dans l’information comparative présentée dans les états financiers de cette période ultérieure (voir paragraphes 42 à 47).

788

© IASCF

IAS 8

42

Sous réserve du paragraphe 43, l’entité doit corriger de manière rétrospective les erreurs significatives d’une période antérieure dans le premier jeu d’états financiers dont la publication est autorisée après leur découverte, comme suit :

(a)

par retraitement des montants comparatifs de la ou des périodes antérieures présentées au cours desquelles l’erreur est intervenue ; ou

(b)

si l’erreur est intervenue avant la première période antérieure présentée, par retraitement des soldes d’ouverture des actifs, passifs et capitaux propres de la première période antérieure présentée.

Limites au retraitement rétrospectif

 

43

Une erreur d’une période antérieure doit être corrigée par retraitement rétrospectif, sauf dans la mesure où il est impraticable de déterminer soit les effets spécifiquement liés à la période soit l’effet cumulé de l’erreur.

44

Lorsqu’il n’est pas praticable de déterminer les effets d’une erreur sur une période spécifique pour l’information comparative présentée au titre des périodes antérieures, l’entité doit retraiter les soldes d’ouverture des actifs, passifs et capitaux propres de la première période présentée pour laquelle un retraitement rétrospectif est praticable (cette période peut être la période en cours).

45

Lorsqu’il n’est pas praticable de déterminer l’effet cumulé, au début de la période en cours, d’une erreur sur toutes les périodes antérieures, l’entité doit retraiter l’information comparative pour corriger l’erreur de manière prospective à partir de la première date praticable.

46

La correction d’une erreur d’une période antérieure est exclue du résultat de la période au cours de laquelle l’erreur a été découverte. Toute information présentée au titre de périodes antérieures, y compris toute synthèse historique de données financières, est retraitée en remontant aussi loin que possible.

47

Lorsqu’il n’est pas praticable de déterminer le montant d’une erreur (par exemple une erreur dans l’application d’une méthode comptable) pour toutes les périodes antérieures, l’entité, selon le paragraphe 45, retraite l’information comparative de manière prospective à partir de la première date praticable. Elle ne tient donc pas compte de la fraction de l’ajustement cumulé des actifs, passifs et capitaux propres découlant d’opérations antérieures à cette date. Les paragraphes 50 à 53 fournissent des commentaires pour les cas où il est impraticable de corriger une erreur pour une ou plusieurs périodes antérieures.

48

Les corrections d’erreurs se différencient des changements d’estimations comptables. De par leur nature, les estimations comptables sont des approximations qui peuvent devoir être révisées à mesure qu’apparaissent des informations complémentaires. Par exemple, le profit ou la perte comptabilisé(e) lors de la survenance d’une éventualité ne constitue pas la correction d’une erreur.

Informations à fournir sur les erreurs d’une période antérieure

 

49

En

appliquant

le

paragraphe

42,

une

entité

doit

fournir

les

informations

suivantes :

 

(a)

la nature de l’erreur d’une période antérieure ;

 

(b)

pour chaque période antérieure présentée, dans la mesure du possible, le montant de la correction :

© IASCF

789

IAS 8

(i)

pour chaque poste affecté des états financiers ; et

(ii)

si IAS 33 s’applique à l’entité, pour le résultat de base et le résultat dilué par action ;

(c)

le montant de la correction au début de la première période présentée ; et

(d)

si le retraitement rétrospectif est impraticable pour une période antérieure spécifique, les circonstances qui ont mené à cette situation et une description de la manière et de la date à partir de laquelle l’erreur a été corrigée.

Les états financiers des périodes ultérieures ne doivent pas reproduire ces informations.

Impraticabilité de l’application rétrospective et du retraitement rétrospectif

50

Dans certaines circonstances, il est impraticable d’ajuster des informations comparatives relatives à une ou plusieurs périodes antérieures afin de les rendre comparables avec celles de la période en cours. Par exemple, certaines données peuvent ne pas avoir été collectées au cours de la ou des périodes antérieures d’une manière permettant soit l’application rétrospective d’une nouvelle méthode comptable (y compris, pour les besoins des paragraphes 51 à 53, son application prospective à des périodes antérieures), soit un retraitement rétrospectif destiné à corriger une erreur d’une période antérieure ; il peut également être impraticable de reconstituer ces informations.

51

Il est souvent nécessaire de procéder à des estimations pour appliquer une méthode comptable aux éléments des états financiers comptabilisés ou pour lesquels une information est fournie dans le cadre de transactions, d’autres événements ou conditions. Les estimations sont subjectives par nature, et certaines estimations peuvent être effectuées après la date de clôture. Le calcul d’estimations est potentiellement plus difficile lorsqu’il s’agit d’appliquer de manière rétrospective une méthode comptable ou d’effectuer un retraitement rétrospectif pour corriger une erreur d’une période antérieure, en raison du délai plus long qui peut s’être écoulé depuis la transaction, l’autre événement ou la condition en question. Toutefois, l’objectif des estimations relatives à des périodes antérieures reste le même que pour les estimations effectuées pendant la période en cours, à savoir que l’estimation reflète les circonstances qui prévalaient lorsque est intervenu(e) la transaction, l’autre événement ou la condition.

52

Par conséquent, l’application rétrospective d’une nouvelle méthode comptable ou la correction d’une erreur d’une période antérieure implique de distinguer les informations qui :

(a)

révèlent des circonstances existant à la ou aux dates de survenance de la transaction, de l’autre événement ou de la condition ; et

(b)

auraient été disponibles lors de l’autorisation de publication des états financiers de cette période antérieure

des autres informations. Pour certains types d’estimations (par exemple une estimation de la juste valeur ne reposant pas sur un prix observable ou sur des données observables), il est impraticable de distinguer ces types d’information. Lorsque l’application rétrospective ou le retraitement rétrospectif impose de procéder à une estimation significative pour laquelle il est impossible de distinguer ces deux types

790

© IASCF

IAS 8

d’information, il est impraticable d’appliquer la nouvelle méthode comptable ou de corriger l’erreur d’une période antérieure de manière rétrospective.

53 Les connaissances a posteriori ne doivent pas être utilisées pour appliquer une nouvelle méthode comptable ou pour corriger des montants relatifs à une période antérieure, soit en posant des hypothèses sur ce qu’auraient été les intentions de la direction au cours d’une période antérieure, soit en estimant les montants comptabilisés, évalués ou pour lesquels une information est fournie au cours d’une période antérieure. Par exemple, lorsqu’une entité corrige une erreur d’une période antérieure commise en évaluant des actifs financiers précédemment classifiés comme des actifs financiers détenus jusqu’à l’échéance selon IAS 39 Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation, elle ne modifie pas leur base d’évaluation pour cette période si la direction a décidé ultérieurement de ne pas les détenir jusqu’à l’échéance. En outre, lorsqu’une entité corrige une erreur relative à une période antérieure portant sur le calcul de la provision pour congés maladie des salariés selon IAS 19 Avantages du personnel, elle ne tient pas compte des informations relatives à une épidémie de grippe d’une gravité inhabituelle au cours de la période suivante, qui sont devenues disponibles après l’autorisation de publication des états financiers de la période antérieure. Le fait que des estimations significatives soient souvent imposées au moment de modifier l’information comparative présentée pour les périodes antérieures n’empêche pas l’ajustement ou la correction fiable de l’information comparative.

Date d’entrée en vigueur

54 La présente Norme entre en vigueur pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2005. Une application anticipée est encouragée. Si une entité applique la présente Norme pour une période ouverte avant le 1 er janvier 2005, elle doit l’indiquer.

Retrait d’autres positions officielles

55 La présente Norme remplace IAS 8 Résultat net de l’exercice, erreurs fondamentales et changements de méthodes comptables, révisée en 1993.

56 La présente Norme annule et remplace les Interprétations suivantes :

(a)

SIC-2 Cohérence des méthodes—Incorporation des coûts d’emprunt dans le coût des actifs ; et

(b)

SIC-18 Cohérence et permanence des méthodes—Méthodes alternatives

© IASCF

791

IAS 8

Annexe Amendements d’autres positions officielles

Les amendements figurant dans la présente annexe doivent être appliqués aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2005. Si une entité applique la présente Norme pour une période antérieure, ces amendements doivent être appliqués à cette période antérieure.

* * * * *

Les amendements contenus dans la présente annexe lors de la révision de la présente Norme en 2003 ont été intégrés dans les positions officielles ad hoc publiées dans ce volume.

792

© IASCF

Approbation de IAS 8 par le Conseil

IAS 8

La Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements dans les estimations comptables et erreurs a été approuvée pour publication par les quatorze membres de l’International Accounting Standards Board.

Sir David Tweedie

Président

Thomas E Jones

Vice-Président

Mary E Barth

Hans-Georg Bruns

Anthony T Cope

Robert P Garnett

Gilbert Gélard

James J Leisenring

Warren J McGregor

Patricia L O’Malley

Harry K Schmid

John T Smith

Geoffrey Whittington

Tatsumi Yamada

© IASCF

793

IAS 8 IG

IAS 8 IG

Guide d'application IAS 8 Méthodes comptables, changements d’estimations comptables et erreurs

Le présent guide accompagne IAS 8 mais n’en fait pas partie intégrante.

Exemple 1 – Retraitement rétrospectif destiné à corriger des erreurs

1.1 En 20X2, Beta Co a découvert que certains produits qui avaient été vendus au cours de 20X1 avaient été à tort inclus dans les stocks au 31 décembre 20X1 pour un montant de 6 500 UM. *

1.2 La comptabilité de Beta pour 20X2 fait état de ventes s’élevant à 104 000 UM, de coût des biens vendus de 86 500 UM (y compris 6 500 UM du fait de l’erreur dans les stocks d’ouverture) et d’impôts sur le résultat de 5 250 UM.

1.3 En 20X1, Beta présentait :

 

UM

Ventes

73 500

Coût des biens vendus

(53 500)

Résultat avant impôts sur le résultat

20 000

Impôts sur le résultat

(6 000)

Profit

14 000

1.4 Les résultats non distribués à l’ouverture de 20X1 étaient de 20 000 UM et les résultats non distribués à la clôture, de 34 000 UM.

1.5 Le taux d’impôt sur le résultat de Beta était de 30 % pour 20X2 et pour 20X1. La société n’a comptabilisé aucun autre produit ou charge.

1.6 Beta avait un capital social de 5 000 UM pendant toute la période et aucune autre composante de capitaux propres à l’exception des résultats non distribués. Ses actions ne sont pas cotées et elle ne fournit pas d’information sur le résultat par action.

Beta Co Extraits du compte de résultat

 

(retraité)

 

20X2

20X1

UM

UM

Ventes

104 000

73 500

Coût des biens vendus

(80 000)

(60 000)

Résultat avant impôts sur le résultat

24 000

13 500

Impôts sur le résultat

(7 200)

(4 050)

Résultat

16 800

9 450

suite page suivante…

* Dans ces exemples, les montants monétaires sont libellés en « unités monétaires » (UM).

794

© IASCF

…suite de la page précédente

IAS 8 IG

Beta Co État des variations des capitaux propres

 

Capital

Résultats

Total

social

non

 

distribués

 

UM

UM

UM

Solde au 31 décembre 20X0

5 000

20 000

25 000

Résultat de l’exercice clos le 31 décembre 20X1 retraité

9 450

9 450

Solde au 31 décembre 20X1

5 000

29 450

34 450

Résultat de l’exercice clos le 31 décembre

20X2

16 800

16 800

Solde au 31 décembre 20X2

5 000

46 250

51 250

Extraits des notes

1 Certains produits, vendus au cours de 20X1, ont été à tort inclus dans les stocks au 31 décembre 20X1 à hauteur de 6 500 UM. Les états financiers de 20X1 ont été retraités pour corriger cette erreur. L’effet du retraitement sur ces états financiers est résumé ci- après. Il n’y a pas d’effet en 20X2.

 

Effet sur

20X1

UM

(Augmentation) du coût des biens vendus

(6 500)

Diminution de la charge d’impôt sur le résultat

1 950

(Diminution) du résultat

(4 550)

(Diminution) des stocks

(6 500)

Diminution de l’impôt à payer sur le résultat

1 950

(Diminution) des capitaux propres

(4 550)

© IASCF

795

IAS 8 IG

Exemple 2 – Changement de méthode comptable avec application rétrospective

2.1 Au cours de 20X2, Gamma Co a changé sa méthode comptable relative au traitement des coûts d’emprunt directement attribuables à l’acquisition d’une centrale hydro- électrique en cours de construction pour l’usage de Gamma. Au cours des périodes antérieures, Gamma avait inscrit ces coûts à l’actif. Gamma a maintenant décidé de traiter ces coûts comme une charge, plutôt que de les inscrire à l’actif. La direction estime que la nouvelle méthode est préférable car il en résulte un traitement plus transparent des charges financières et correspond à la pratique de l’industrie locale, rendant les états financiers de Gamma plus comparables.

2.2 Gamma a inscrit à l’actif les coûts d’emprunt encourus au cours de 20X1 pour 2 600 UM et pour 5 200 UM au cours des périodes antérieures à 20X1. Tous les coûts d’emprunt encourus au cours d’années précédentes en ce qui concerne la centrale ont été inscrits à l’actif.

2.3 La comptabilité de Gamma pour 20X2 présente un résultat avant charges financières et impôts sur le résultat de 30 000 UM ; des charges financières s’élevant à 3 000 UM (qui ne portent que sur 20X2) et des impôts sur le résultat de 8 100 UM.

2.4 Gamma n’a pas encore comptabilisé d’amortissement sur la centrale parce qu’elle n’est pas encore en service.

2.5 En 20X1, Gamma présentait :

 

UM

Résultat avant charges financières et impôts sur le résultat

18 000

Charges financières

Résultat avant impôts

18 000

Impôts sur le résultat

(5 400)

Résultat

12 600

2.6 Les résultats non distribués à l’ouverture de 20X1 étaient de 20 000 UM et les résultats non distribués à la clôture étaient de 32 600 UM.

2.7 Le taux d’impôt de Gamma était de 30 % pour 20X2, 20X1 et les périodes antérieures.

2.8 Gamma avait un capital social de 10 000 UM pendant toute la période, et aucune autre composante de capitaux propres à l’exception des résultats non distribués. Ses actions ne sont pas cotées et elle ne fournit pas d’information sur le résultat par action.

Gamma Co Extrait du compte de résultat

(retraité)

 

20X2

20X1

UM

UM

Résultat avant charges financières et impôts sur le résultat

30 000

18 000

Charges financières

(3 000)

(2 600)

Résultat avant impôts sur le résultat

27 000

15 400

Impôts sur le résultat

(8 100)

(4 620)

Résultat

18 900

10 780

796

© IASCF

suite page suivante…

…suite de la page précédente

IAS 8 IG

Gamma Co État des variations des capitaux propres

 

Résultats

non

 

Capital

distribués

social

(retraités)

Total

UM

UM

UM

Solde au 31 décembre 20X0 tel que présenté précédemment

10 000

20 000

30 000

Changement de méthode comptable relatif à l’inscription à l’actif des intérêts d’emprunts (net d’impôts sur le résultat de 1 560 UM) (Note 1)

(3 640)

(3 640)

Solde au 31 décembre 20X0 tel que retraité

10 000

16 360

26 360

Résultat de l’exercice clos le 31 décembre 20X1 (retraité)

10 780

10 780

Solde au 31 décembre 20X1

10 000

27 140

37 140

Résultat de l’exercice clos le 31 décembre

20X2

18 900

18 900

Solde au 31 décembre 20X2

10 000

46 040

56 040

Extraits des notes

1 Au cours de 20X2, Gamma a changé de méthode comptable relative au traitement des coûts d’emprunt liés à l’acquisition d’une centrale hydro-électrique en cours de construction pour l’usage de Gamma. Au cours des périodes antérieures, Gamma avait inscrit ces coûts à l’actif. Ils sont maintenant comptabilisés en charges lorsqu’ils sont encourus. La direction estime que cette méthode fournit des informations fiables et plus pertinentes car il en résulte un traitement plus transparent des charges financières et elle correspond aux pratiques de l’industrie locale, rendant les états financiers de Gamma plus comparables. Ce changement de méthode comptable a été comptabilisé rétrospectivement, et les états comparatifs pour 20X1 ont été retraités. L’effet du changement sur 20X1 est présenté dans le tableau ci-après. Les résultats non distribués à l’ouverture pour 20X1 ont été réduits de 3 640 UM, correspondant au montant des ajustements relatifs aux périodes antérieures à 20X1.

Effet sur 20X1

UM

(Augmentation) des charges financières

(2 600)

Diminution des charges d’impôt sur le résultat

780

(Diminution) du résultat

(1 820)

Effet sur les périodes antérieures à 20X1

(Diminution) du résultat (5 200 UM de charges financières diminuées de l’impôt de 1 560 UM)

(3 640)

(Diminution) des actifs en cours de construction et des résultats non distribués au 31 décembre 20X1

(5 460)

© IASCF

797

IAS 8 IG

Exemple 3 – Application prospective d’un changement de méthode comptable lorsque l’application rétrospective n’est pas praticable

3.1 Au cours de 20X2, Delta Co a changé sa méthode comptable relative à l’amortissement des immobilisations corporelles, de façon à appliquer de manière plus exhaustive une approche par composants, tout en adoptant dans le même temps le modèle de la réévaluation.

3.2 Pendant les années antérieures à 20X2, la comptabilité des actifs de Delta n’était pas suffisamment détaillée pour appliquer de manière exhaustive une approche par composants. À la fin de 20X1, la direction a commandé une étude d’ingénierie qui a fourni des informations sur les composants détenus et sur leurs justes valeurs, leurs durées d’utilité, leurs valeurs résiduelles et bases amortissables estimées au début de 20X2. Cependant, l’étude n’a pas fourni de base suffisante permettant l’estimation fiable du coût des composants qui n’avaient pas été comptabilisés séparément par le passé et les registres existant avant l’étude n’ont pas permis la reconstitution de ces informations.

3.3 La direction de Delta a examiné la façon de comptabiliser chacun des deux aspects de ce changement comptable. Elle a conclu qu’il n’était pas praticable de comptabiliser le passage à une approche par composants plus exhaustive rétrospectivement, ni de comptabiliser ce changement prospectivement à partir d’une date antérieure au début de 20X2. De plus, le passage d’un modèle du coût à un modèle de la réévaluation doit être comptabilisé prospectivement. Par conséquent, la direction a conclu qu’elle devrait appliquer la nouvelle méthode de Delta prospectivement, dès le début de 20X2.

3.4 Information complémentaire :

Le taux d’impôt de Delta est de 30 %.

 

UM

Immobilisations corporelles à la fin de 20X1 :

Coût

25 000

Amortissements

(14 000)

Valeur comptable nette

11 000

Charge d’amortissement prospective pour 20X2 (ancienne base)

1 500

Quelques résultats de l’étude d’ingénierie :

Évaluation

17 000

Valeur résiduelle estimée

3 000

Durée de vie résiduelle moyenne des actifs (en années)

7

Charges d’amortissement sur les immobilisations corporelles pour 20X2 (nouvelle base)

2 000

798

© IASCF

suite page suivante…

…suite de la page précédente

Extraits des notes

IAS 8 IG

1 À partir du début de 20X2, Delta a changé de méthode comptable relative à l’amortissement des immobilisations corporelles, de façon à appliquer de manière plus exhaustive une approche par composants, tout en adoptant dans le même temps le modèle de la réévaluation. La direction considère que cette méthode fournit une information fiable et plus pertinente car elle traite avec une plus grande exactitude des composants des immobilisations corporelles et est fondée sur des valeurs à jour. La méthode a été appliquée prospectivement dès le début de 20X2 car il n’était pas possible d’estimer les effets de l’application de la méthode soit rétrospectivement, soit prospectivement à partir d’une date antérieure. En conséquence, l’adoption de la nouvelle méthode n’a pas d’effet sur les années antérieures. L’effet sur l’année en cours est d’augmenter la valeur comptable des immobilisations corporelles au début de l’année de 6 000 UM, d’augmenter la provision d’impôt différé d’ouverture de 1 800 UM, de créer une réserve de réévaluation au début de l’année de 4 200 UM, d’accroître les charges d’amortissement de 500 UM, et de réduire les charges d’impôt de 150 UM.

© IASCF

799