Vous êtes sur la page 1sur 5

XXX ECONOMIE PUBLIQUE Semestre d’hiver 2006

Economie publique
1. Subventionnement de la recherche par l’Etat : critiquée par les économistes libéraux
car il est très difficile de savoir dans quelles domaines investir (vaccins, …).
L’administration n’est pas la meilleure institution pour prendre ce genre de décisions.
2. Rachat du médicament par l’Etat : l’Etat offre à l’industrie pharmaceutique de lui
racheter son médicament. Mais à quel prix ? On peut faire des enchères dans lesquelles
l’Etat peut fait une offre mais les autres entreprises pharmaceutiques le peuvent également.
1fois sur 10, on laisserait gagner une entreprise. Le but est d’obtenir un vrai prix pour le
médicament. L’Etat devrait payer le montant de l’enchère la plus élevée + une prime donc
A+B+C.

Aid for AIDS (1.2)

Le SIDA est une très forte cause de mortalité. Il faudrait un vaccin. Contre le SIDA, les
entreprises pharmaceutiques sont très peu incitées à faire des efforts. Les populations les plus
atteintes sont généralement très pauvres donc elles ne pourraient pas vendre le vaccin assez
cher. L’idée est de créer un marché pour le vaccin. Un pays, une fondation internationale ou
autre s’engagerait à acheter le vaccin à la première entreprise qui en aurait développé un (ou
s’engage à payer un certain montant à chaque injection). Problème : on s’engage à payer la
première entreprise ayant trouvé un vaccin. Mais le 3ème sera peut-être bien meilleur.

Why some shops drop (1.3)

Le centre de la Maladière va-t-il vider le centre ville ? Les malls : il faut louer les surfaces. Un
magasin qui nous attire, apporte de la clientèle, par exemple les départements store (magasin
où l’on trouve tout ex : Globus). Apporter de la clientèle aux autres, est-ce un véritable
effet externe ? On va augmenter la rente des autres.
Dans le texte, on voit que les loyers sont calculés en fonction des avantages externes. Cela
revient à faire subventionner le loyer des grands magasins par les bijoutiers et autres petites
boutiques moins attractives  Solution privée aux échecs de marché !

Si le centre ville se vide, que peut-on faire ? Il faudrait avoir des parking pas cher, transports
publics, et surtout des activités attirant la clientèle comme des musés, cinémas…

Unine / Seco / BA 3 -1- 05/12/2009


XXX ECONOMIE PUBLIQUE Semestre d’hiver 2006

Big Friendly giant (1.4)

Microsoft n’est pas un monopole sinon XP serait bien plus cher. Le juge répond que ce ne
serait de toute façon pas dans l’intérêt de Microsoft de vendre XP entre 900-1000$. Cela
favoriserait les concurrents. On serait trop tenté d’utilisé Linux ou de ne pas changer de
systèmes d’exploitation (ex : on garde Windows 95 durant 5 ans). Le plus grand concurrent de
Microsoft est Microsoft lui-même.

Risque et incertitude : textes (1.5)

Dans le modèle de Pareto on est dans un univers certain. Or la réalité est incertaine donc le
modèle de Pareto est difficilement applicable.

Faire des études c’est prendre un risque.


Renouveler une hypothèque : taux variable, taux fixe ? Cela dépend de l’évolution des taux
d’intérêts…
Compagnie aériennes : contrat pour le pétrole à prix fixe ou non ?
Quelle différence entre risque et incertitude ?
Risques : on peut y attacher une probabilité. On prévoit une activité à l’extérieur en
septembre. Quelle est la probabilité qu’il pleuve ?
Incertitude : on ne peut pas faire de prévisions

Biens publics mixtes (organigramme)

Mesures pour réduire la congestion

Mesures techniques

Un ingénieur va tout de suite penser à des mesures techniques alors que l’économiste va
penser à des mesures incitatives.
● Agrandir l’infrastructure, augmenter la capacité. Objection des économistes : si on agrandit
l’infrastructure, on a un appel de trafic puis peu de temps après, à nouveau de la congestion.
Elargir les routes  solutions pas toujours satisfaisantes
● Smart road (routes intelligentes) : combien de véhicules à l’heure peut-on mettre sur
l’autoroute ? 6000 véhicules. En théorie on pourrait en mettre plus mais trop grand risque
d’accident. Quand on entre sur la route, la voiture est conduite par la route et on peut rouler à
10cm de celui qui est devant. Appareil électronique dans la voiture qui nous guide avec des
bornes au bord de la route.
● Meilleur gestion du trafic (signalisation, feux…)
● Smart car : GPS qui nous dit quel tronçon éviter…

Mesures réglementaires (ordonne et contrôle)

Peuvent déboucher sur des mesures techniques.


● S’il y a trop de voitures, on supprime toutes les places de parking. Mais il faut des mesures
d’accompagnement. De plus en contrôlant le stationnement on ne contrôle pas le
stationnement privé. Il se peut que des privés construisent des immeubles entiers pour parquer
leurs voitures.

Unine / Seco / BA 3 -2- 05/12/2009


XXX ECONOMIE PUBLIQUE Semestre d’hiver 2006

● Méthode grecque : le no de plaque nous dit si on a droit d’aller en ville ou non (lu-me-ve :
seulement les nombres pairs en ville / ma-je-sa : seulement les nb impaires)
● Les mesures réglementaires ne tiennent pas compte des préférences (tout comme les règles
environnementales qui coûte bien plus pour certains et bien moins pour d’autres). De plus, ces
mesures sont trop rigides

Instruments économiques
Mesures incitatives

● Augmenter le prix des parkings (mais offre une rente aux propriétaires de parkings privés)

● Permis d’accès au centre : pionnier dans ce domaine était la ville de Singapour. Contrôle de
l’accès au centre. Qui va vérifier si on a ou non un permis collé sur la vitre ? Singapour
encourager les gens à remplir les voitures. Si on est pas plus de trois dans la voitures on ne
peut pas rentrer. Comment ils contrôlent le système ? A un feu, on place des gens (matin et
soir) qui vérifient que les voitures ont un permis et que le nb minimal de personnes dans la
voiture est atteint. S’il y a un problème, on note le numéro de la voiture.
● Péages électroniques (Road pricing) : système de Londres. Zones qui prélève des taxes de
congestion. Puis ensuite on va payer (dans les magasins, par tel avec la carte de crédit…)
Norvège : le but était de financer les routes et non de réduire la congestion donc on ne tient
pas compte des heures de pointe.
Berne : on devrait prélever env 2,5.- le matin et 2,5.- le soir. Cela vaut-il la peine ? La taille
critique n’est certainement pas atteinte. (Neuchâtel : cela n’a pas de sens)
● Choix modal (modal split) : choisir son type de transport (privé ou collectif)
Clientèle captive : clientèle qui n’a pas le choix. On n’a pas d’autre choix que de prendre le
bus.
A Neuchâtel, clientèle captive. A Zurich, ce n’est pas le cas. Cela tient aux types de réseau. Si
on a un S-Bahn il y aura plus de clients non captifs.
● Baisser les prix des transports publics
Transports publics gratuit : est-ce une bonne idée ? Ce n’est pas très apprécié, ni par les
économistes ni par les ingénieurs. On fait mieux de les améliorer. Second best : il faut les
financer. Impôts modifient les comportements
● First best : mesures dissuasives comme taxes etc

Schools Brief : investing in people

Pigou : la formation sur le lieu de travail est un avantage externe dont va bénéficier
l’employeur futur. En général, les étudiants reste 2 ans et changent de travail.  premier
employeur ne donne pas une formation chère. Selon Pigou c’est un échec de marché. La
seconde entreprise devrait payer la première

Becker : théorie du capital humain. Pour lui il n’y a pas d’effet externe. L’investissement dans
notre capital humain est récupéré par un salaire plus élevé. On bénéficie alors d’un avantage
privé. On peut aussi avoir le même salaire et produire plus donc la deuxième entreprise y
gagne.
Finalement on pense que c’est l’entreprise qui prend à sa charge le coût de la formation des
employés alors qu’en réalité c’est l’employé qui en supporte le coût car il se reflète sur le
salaire. EX : avocats. En stage, ils ne gagnent quasi rien.
Autre exemple de la théorie du capital humain : formation des sportifs

Unine / Seco / BA 3 -3- 05/12/2009


XXX ECONOMIE PUBLIQUE Semestre d’hiver 2006

Page 4/8 Biens à avantages mixtes

Taux d’actualisation privé plus élevé que le taux d’actualisation social : deux causes
possibles :

- Imperfection du marché des capitaux (« loans unattractive to private lenders »)


- Aversion au risque des candidats à une formation

Il est difficile de savoir ce que fait la personne à qui on prête de l’argent. Comme s’assurer de
sa fiabilité ? Si on paye les études à une personne et que finalement elle veut devenir peintre.
On retire qu’un pourcentage faible…

Morens, Fribourg : 100 francs par avion


« Même s’il n’apporte rien au village, ce projet (« aéroport de Payerne ») est bon pour la
région. Mais nous devons faire le maximum pour obtenir les meilleures conditions »

Abeilles et Pommiers (Chenng)


L’apiculteur fournit un avantage externe non payé à l’agriculteur. Les abeilles tirent peu de
pollen des pommiers. L’externalité n’est pas vraiment réciproque. L’agriculteur a intérêt à ce
qu’il y ait des abeilles au moment de la floraison.
Internalisation de l’effet externe : contrat entre agriculteur et apiculteur. L’apiculteur est payé
par l’agriculteur pour mettre ses abeilles près des pommiers à la période de la floraison

3.5. Correction des externalités par échange volontaire : cas des pluis acides

Acid gains
So2 (dioxide de soude). Economiste suédois de Maler. Quels sont les dommages qui sont
émis dans les autres pays à travers ces spill over. Quelle est la quantité de polluants que l’on
envoie dans les autres pays ?
Il faut un modèle météorologique.
Il faut le coût. On admet que les mesures de protection de l’environnement en Suède sont
optimales (émissions de SO2 sont au point optimal). Le coût marginal d’épuration (facile à
connaître) est égal au coût du dommage (difficile à mesurer). On épure jusqu’au moment où
le dommage devient moins important que les coûts d’épuration.
La Russie subit bcp de dommage. Le Royaume Unis très peu. Cela dépend du vent. Pour les
Suédois, ce n’est pas idéal. On reçoit de la pollution du Royaume Uni.

RU : coût d’épuration d’une tonne est 100 euros = coût du dommage


Suède : coût d’épuration d’une tonne est de 150 euros. Il y a plus de lacs, les dépôts acides
peuvent faire plus de dégâts. Les règles sont plus sévères en Suède.
Hypothèse : la moitié des émissions du RU retombent en Suède
1t au RU  dommage en Suède (1/2 ret) vaut 75t
Que coûte le fait d’émettre une tonne au RU ? 50 (car ½ tombe en Suède)+75 = 125 = dommage
d’émettre une tonne au RU alors que coût d’épuration est de 100
Il est dans l’intérêt de la Suède de verser une indemnité volontaire au RU pour qu’il réduise
ses émissions. Au max l’indemnité à verser est de 75

6,3 milliards de Marks pourraient être gagné si tous les gains possibles étaient exploités.
Commissions européennes : réduire de 30% les émissions partout. Gain seulement de 2,7
milliards.

Unine / Seco / BA 3 -4- 05/12/2009


XXX ECONOMIE PUBLIQUE Semestre d’hiver 2006

Chapitre 5

e) Prévision des résultats des élections

Modèle de Hibbs

Dépend de la croissance économique, de l’inflation, du président en place qui se représente.


Fair a eu raison très longtemps mais en 1992 il s’est trompé.
Changement structurel a rendu le modèle mauvais.
Plus la croissance est forte plus le parti au pouvoir obtient de voix. Exceptions : guerres.

Unine / Seco / BA 3 -5- 05/12/2009