Vous êtes sur la page 1sur 32

Union Nationale pour l’Intérêt

de l’Orthopédie Dento-Faciale

LES SIGNES
TÉLÉRADIOGRAPHIQUES
DE LA RESPIRATION BUCCALE
Jean DELAIRE

ÉTUDE DE LA
RESPIRATION
AVEC
L’AÉROPHONOSOCOPE
Waddah SABOUNI
LA CORRECTION
DES
DYSFONCTIONS
ET LA
REPROGRAMMATION
FONCTIONNELLE
Georges BERNADAT

NUMÉRO 36 / JUIN 2008


Édito O
O
NOUS SOMMES TOUS EUROPÉENS
a chirurgie buccale, la France était un des
européens à ne pas avoir cette spécialité,
res et l’Ordre National en rêvaient, les
nent de se rallier à cette idée en traînant
voilà sur les rails poussée par le vent
e réjouiront, d’autres s’inquièteront d’un
Association de loi 1901 notre formation initiale et du champ de
Fondée en 1994 listes. Lisez sur ce point l’interview du Pr
Unité - Solidarité - Convivialité euvent aussi servir nos convictions et aller
Non à la discrimination parfois à l’encontre de notre code de déontologie.
Information sur l’ODF Ainsi l’article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des
Omnipratique et ODF : droits de l’homme et des libertés fondamentales peut être invoqué dès
prévention - traitement
Développement de l’ODF lors que nos lois portent une atteinte excessive à la liberté de recevoir
Formation Continue en ODF ou de communiquer des informations.
Par 2 arrêts rendus le 16 avril 2008, le Conseil d’Etat a considéré que
l’interdiction faite à un chirurgien-dentiste de mentionner sur sa plaque
d’autres titres ou diplômes que son diplôme d’état et sa spécialité
Secrétariat : et notamment ses compétences était contraire aux stipulations de
37 rue d’Amsterdam l’article 10. Le premier Ministre a 6 mois pour édicter des mesures qui
75008 PARIS doivent mettre fin à cette situation…
Il devrait en être de même pour les exercices exclusifs.
Tel : 06 07 03 88 10
Concernant leur mention, il faut rappeler que les dispositions du
uniodf@uniodf.org décret de 22 juillet 1967 interdisaient déjà aux chirurgiens-dentistes
Fax : 01 70 79 05 71 d’inscrire sur leurs imprimés professionnels, dans les annuaires et sur
http ://www.uniodf.org leur plaque professionnelle d’autres mentions que « leur spécialité
reconnue dans les conditions déterminées par le conseil national de
l’ordre »
Retrouvez toutes les informations et Le Conseil National de l’Ordre ne s’est pas opposé avant 1994 à ce que
l’actualité orthodontiques en direct
sur www.uniodf.org.
les chirurgiens-dentistes qui en avaient fait la déclaration à leur conseil
départemental et qui s’étaient engagés exclusivement à une discipline,
Partagez avec nous vos expériences le mentionnent sur les documents et plaques professionnels mais un
sur notre forum : arrêt du Conseil d’Etat du 26 novembre 1997 a mis fin aux tolérances
Écrire un message : consenties. Cet arrêt sur lequel s’appuient dorénavant tous les conseils
uniodf@googlegroups.com départementaux pour ne pas permettre aux exclusifs odf d’informer
S’inscrire : leur patientèle de leur exercice particulier se trouve donc également
http ://groups.google.fr/group/uniodf?lnk=srg en contradiction avec l’article 10 sus cité.
Notre exercice évoluera avec l’Europe, nous revendiquons un droit
Directeur de publication :
à l’information de nos patients. Omnipraticiens ou exclusifs, il serait
Antoine HAROUN légitime de pouvoir informer nos patients de nos compétences et de
nos diplômes universitaires en ODF mais n’oublions pas que la qualité
Conception graphique et réalisation :
Jérôme TERRIEN de nos soins et le bouche à oreille sont nos principaux atouts.

Graphy Prim’ imprimeur


44300 NANTES Luc POTY

2
CNO
~OC.IAlE
,,"-

l~l'Assurance
Maladie
MARNE
REIMS, Ie
19 mai 2008
Monsieur Ie Docteur POTY
R.D.S. Chirurgien-dentiste
DT - N° 325/08 4, rue Dumont d'Urville

CPAM
51100 REIMS

TYMCZYK
Affaire suivie par Dominique
if 03.26.84.40.37
eims.cnamts.fr
~ dominique.tymczyk@cpam-r

ation d'un
sur les modalites de factur
2008, vous m'interrogez
Par courrier du 26 avril beneficiaire de la
s gener e par une exige nce esthetique d'un patient
depassement d'honoraire ).
panier de biens et service (PBS
CMU complementaire donc du
exemple
ment rappelee a I'appui d'un
e par a Caisse Nationale recem
La position du ministere repris par Ie patien t alors que Ie PBS ne prevoit
o-metallique demandee
concernant une couronne ceram lique egalement a I'orthodontie
dento-
la base « metallique» s'app
la prise en charge que sur t allant au-de la du PBS est donc a la charge
a une exigence du patien
faciale. Le depassement due
de ce dernier.
d' agreer,
complementaire, je vous prie
pour tout eventuelle precision
Restant a votre disposition .
saluta tions distin guees
Docteur, I' expression de mes

PILE DIRECTEUR,
Le responsable du service des
avec les Professio s-d'e""50
e
Relations
\
(

UNION NATIONALE
POUR
L'INTERET DE L'OR
THOPEDIE
DENTO-FACIALE
Docteur POTY Luc
37, rue d'Amsterdam
75008 PARIS

e Maladie de la Marne
Caisse Primaire d'Assuranc
Reims Cedex
14, rue du Ruisselet - 51086 AMO/AT
Tel. : 0820 904 147 - www.ameliJr
Nos Ref. : 2008/115/179
27
Objet: Mention DU

Tarifs CMU : les dépassements


En reponse a votre cour
sont autorisés s’ils répondent qui ont obtenu l'autorisa
rier du 06 mai 2008
no us vous informons
que les praticiens
tion d'exciper leur DU peuv
à une exigence esthétique par- sur leurs papiers
eventuellement
professionnels, ceux
ent continuer de Ie
qui attendent
mentionner
se rapprocher de leur une reponse peuvent
ticulière des patients, comme conseil departemental.
Suite a une reorganisa
par exemple des verrous céra- ecluser toutes les dem
tion de nos services, un
andes en attente.
peu de temps est nece
ssaire pour
miques En ce qui concerne
la conduite a tenir
d'Universites, pour l'autorisation d'exciper les Diplome
Ie praticien doit adresser s
departemental sa demande aupres
qui la transmettra de son conseil
etre constitue des piec au Conseil National de
es suivantes : l'Ord re. Le dossier devra
‡ Copie du diplome,
‡ Programme de l'annee du diplo
effectuees, examen final me des cours dispense
, s, nombre d'heures
‡ Imprime professio
nneldu praticien.
Ce dossier ainsi cons
titue sera alors soum
commission chargee is, pour avis, aux mem
de l'etude des titres. bres de la sous-
rendra sa decision. Enfin, Ie conseil natio
Cette decision sera nal, lors de sa session,
informera l'interesse. notifiee au conseil
departemental qui en

Nous vous prions d'agr


eer, Monsieur et Cher
sentiments confraternels ?rnfrere, l'expression
les meilleurs. de

Diplômes universitaires et
imprimés professionnels : la
réponse du conseil national
C\)
]~ r .
CU-.Q!\ JL
Doofe ur Alain M 0 UTA
RD E
Chirurgien- Dentiste
de l’ordre ecretaire General

22, rue Emile-Menier - BP


2016 - 75761 Paris Cede
Tel. : 01 44 34 7880
- Fax: 01 4704 3655
x 16
- courrier@oncd.org
3
LES SIGNES
TÉLÉRADIOGRAPHIQUES
DE LA
L
RESPIRATION BUCCALE
(SUITE)
par le Professeur Jean DELAIRE

AREMACC 19 Octobre 2007 (la Rochelle)

La Prévention des
Dysmorphoses
(dans tous ses états)

4
L
SIGNES TÉLÉRADIOGRAPHIQUES « SYMPHYSAIRES »
DES RESPIRATEURS BUCCAUX.
a b
Lors de l’étude des rapports existant entre le
menton cutané et le menton osseux, nous
avons déjà dit que les contractions (tensions,
pressions) des muscles labio-mentonniers
provoquent une résorption de la corticale
antérieure symphysaire (qui perd ainsi son
aspect bombé normal).
En règle générale, l’aspect en « goutte d’eau
allongée » qui en résulte est d’autant plus marqué
que la pointe du menton osseux est plus bas
situé et que son développement vertical est plus
accentué (E.V.A. = excès vertical antérieur de
l’étage inférieur de la face).

Chez les sujets respirant bien par le nez et ne


présentant pas d’E.V.A., la face antérieure du
menton osseux est normalement bien arrondie,
avec corticale intacte sur toute son étendue (Fig.23
a et b), sauf dans les classes II avec importante
projection incisive supérieure et interposition Fig. 24
labiale où il peut exister une résorption alvéolaire c d
Figure 24 :
vestibulaire (Fig. 23 c et d). Aspects «symphysaires» chez les respirateurs
«buccaux». Exemples dans des classes II. La
corticale antérieure du menton osseux est résorbée
sur une étendue d’autant plus importante que
l’E.V.A. est plus accentué. Il en est de même 1/ de
la forme générale de la symphyse (de plus en plus
allongée), 2/ du décalage des mentons cutané et
a b osseux.

Dans les classe II.1 avec E.V.A., par contre


(Fig.24 et 25B), la corticale antérieure du
menton osseux est résorbée sur une étendue
d’autant plus importante que l’E.V.A. est
plus accentué.
On note en fonction de l’importance de
l’E.V.A., la forme générale de la symphyse
c d est de plus en plus allongée et le décalage
des mentons cutané et osseux est de plus
en plus important.

Fig. 23
Figure 23 : Aspects « symphysaires » des respirateurs « nasaux »
(normaux). Exemples dans des classes I et II.1 sans E.V.A. Dans
les classes I (a et b) la face antérieure du menton osseux est bien
arrondie; sa corticale est intacte sur toute son étendue. Dans les
classes II.1 avec projection (surplomb) des incisives supérieures
et interposition labiale inférieure (c et d), la partie supérieure (seule)
de la corticale antérieure est résorbée; sa corticale mentonnière est
intacte.

5
Figure 25 : Vue globale de la face
de 2 respirateurs buccaux
montrant l’importance des
proportions faciales verticales
antérieures sur l’état de la
symphyse. A/ ventilation
aérienne supérieure «mixte» ;
bonne proportion des étages
faciaux (45 / 55%); état sub-
normal de la symphyse
mentonnière. B/ respiration
buccale. E.V.A. (40 / 60%);
allongement et amincissement
de la symphyse mentonnière.
A B Fig. 25
Dans les classes III (Fig.26),
comme dans les classes II.1, la
corticale antérieure du menton
osseux est résorbée sur une
étendue souvent importante
(fonction des contraintes labiales a b
et de l’E.V.A.). La forme générale
de la symphyse est d’autant plus
allongée verticalement que
l’E.V.A. est accentué.

Figure 26 :
Aspects «symphysaires» de
quatre respirateurs «buccaux»
présentant une classe III (a
à d), mettant en évidence
le rôle de la hauteur de la
symphyse sur l’importance
de la résorption de sa face c b
antérieure. Comme dans
les classes II.1, celle-ci est
résorbée sur une étendue
d’autant plus importante que
la symphyse est plus haute
(E.V.A. est plus accentué).

Fig. 26

SIGNES TÉLÉRADIOGRAPHIQUES « OCCIPITO-


RACHIDIENS » DES RESPIRATEURS BUCCAUX.
Rappelons-le encore : selon la loi de de troubles posturaux et d’anomalies
l’harmonie universelle aucun trouble squelettiques directement liées à ceux-ci.
fonctionnel ne peut exister sans autres Dans un article publié en 1994 B. SOLOW
dysfonctions et sans les anomalies squelettiques a bien démontré la responsabilité majeure
provoquées par celles-ci. La respiration buccale, des troubles posturaux cervicaux dans le
en particulier, s’accompagne constamment déterminisme des anomalies squelettiques

6
faciales: « In view of the documented
associations between airway obstruction and
increase in cranio-cervical angulation, and
between cranio-cervical angulation and facial
development, it seems more reasonable to assume,
therefore, that it is not the oral breathing per
se, but rather the postural change caused by the
airway obstruction that triggers the change in
craniofacial morphology ».

Il y précisait que (Fig.27):


Ŷ la typologie faciale dépend de l’angle
crânio-cervical, directement lié à la
posture occipito-rachidienne,
Ŷ « All reasonably well documented studies
indicate that on the average, obstruction of the
upper airways leads to a moderately increased
vertical facial skeletal development ».
« The reports of contradictory findings, made
in surveys of the many studies on airway
obstruction and dentofacial development,
thus might in fact simply reflect the absence
of a theoretical framework for the detailed
interpretation of the findings ».

En fait, le principal problème concernant la


mise en évidence des anomalies squelettiques
occipito-rachidiennes de la respiration
Fig. 27
buccale est que :
1/ les analyses céphalométriques « conven- Fig.27 :
tionnelles » sont incapables de les mettre en Effets des variations de l’angle « crânio-
évidence, cervical »sur la morphologie faciale.
Représentation schématique (d’après SOLOW).
2/ les analyses « morphologiques » classiques
se réduisent aux « rotations mandibulaires »
de BJORK,
3/ les analyses « structurales » (du squelette En effet, pour faciliter sa ventilation
et des parties molles) ne font pas partie de buccale le sujet peut adopter deux postures
l’arsenal céphalométrique classique. rachidiennes.
4/ les moyennes statistiques ne tiennent pas 1/ reculer la partie inférieure de son rachis
compte de la multiplicité des réponses (parfois Cervical qui devient ainsi oblique en bas et
opposées) que peut adopter l’organisme face en arrière (Fig.28 et 29). Ce faisant, il élargit
à un problème qu’il doit impérativement son Pharynx mais (en même temps) ouvre
résoudre. son angle sphénoïdal (LINDER-ARONSON)
ce qui détermine une classe II.1. avec E.V.A.
(comparable à celle bien objectivée par les
schémas de SOLOW).
2/ avancer son massif lingual et sa mandibule,
ce qui détermine une classe III avec tendance à
la fermeture de l’angle sphénoïdal (Fig.30).

7
Fig. 28 A B Fig. 29
Figure 28 : Figure 29 :
Classe II.1 avec respiration buccale. Cliniquement Analyse «orthognathique (architecturale) d’une
(A), les lèvres sont en contact mais il existe une classe II.1 avec recul rachidien et ouverture des
crispation latéro-nasale et labio-génienne. Noter angles sphénoïdal (+ 5%) et cranio-cervical de
l’importance de la lordose cervicale et, sur la SOLOW, chez un respirateur buccal. Noter le recul
radiographie (B), le recul associé de C3-C4 et du du rachis cervical, l’hypertrophie des végétations
massif lingual, avec aspect « en entonnoir » de la adénoïdes, l’ouverture de l’angle mandibulaire
lumière pharyngée. avec E.V.A. et l’important abaissement et recul de
l’os hyoïde.

Les statistiques mélangeant les mesures


céphalométriques de ces cas très différents, il
n’est pas étonnant que la « moyenne » obtenue
soit proche de la normale..!
Parmi les signes téléradiographiques des
dysmorphoses « posturales » figurent la
position de l’écaille de l’occipital par rapport
à la ligne cranio-palatine (ligne F4 de l’analyse
architecturale cranio-facial) et aux apophyses
épineuses de C1 et C2 (Fig.31).

Figure 30 : Respirateur buccal. Classe III avec avancée de la


mandibule et fermeture de l’angle sphénoïdal (-13°). Noter
Fig. 30 l’importante hypertrophie des amygdales. Pas d’E.V.A. à
l’analyse orthognathique.

A B Fig. 31
Figure 31 : Effets de la rotation occipito-temporale sur l’état de la face. Exemple
chez deux respirateurs buccaux atteints respectivement: - A/ d’une classe
II avec rotation occipitale horaire; noter la position élevée du point Occ.I
(« occipital inférieur ») situé au dessus de F4. - B/ d’une classe III avec
rotation occipitale anti-horaire et, au contraire, position abaissée du Point
Occ.l (au dessous de F4).

8
Fig. 32
Dans les classes II «posturales», la partie
Inférieure de l’écaille occipitale (souvent
aplatie = partiellement rectiligne) est
habituellement située au dessus de la ligne
F4 (= rotation occipito-temporale horaire) et
éloignée de l’apophyse épineuse de C1.
Dans les classes III «posturales», inversement,
la partie inférieure de l’écaille occipitale
(souvent bombée = convexe vers le bas) est
habituellement située au dessous de cette ligne
(= rotation occipito-temporale anti-horaire) et
proche de l’apophyse épineuse de C1.
Dans les classes III «typologique», au
contraire (Fig.32), la fermeture de l’angle
sphénoïdal résulte essentiellement de la
diminution de longueur de la base du crâne.
En l’absence de respiration buccale, l’avancée
mandibulaire ne provoque habituellement
pas d’hypertrophie amygdalienne (malgré Figure 32 :
la fréquente augmentation de largeur de la Exemple d’une classe III «typologique» (avec
respiration nasale normale). La fermeture de
lumière pharyngée). l’angle sphénoïdal (-10°) résulte essentiellement
de la diminution de longueur de la base du
crâne. L’avancée mandibulaire n’a pas provoqué
SUR LES TÉLÉRADIOGRAPHIES FRONTALES d’hypertrophie amygdalienne (malgré la relative
Les signes faisant suspecter une respiration augmentation de largeur de la lumière pharyngée).
buccale (signes «témoins») consistent
essentiellement en (Fig 33):
Ŷ une réduction des dimensions
transversales des orifices pyriformes, des
fosses nasales, de la voûte palatine,
Ŷ une déviation ou coudure du septum nasal,
Ŷ une hypertrophie des cornets.

En règle générale, ils sont moins évidents que


ceux observés sur la téléradiographie de profil
mais peuvent révéler des faits anatomiques
jusque là méconnus (donc compléter
utilement le bilan téléradiographique). A B
Le bilan téléradiographique céphalométrique
comprendra donc systématiquement les deux
clichés de profil et de face et les analyses
structurales et architecturales de chacun
de ceux-ci. (Exemples de ce type de bilans :
Fig. 34, 35, 36 et 37).

Figure 33 :
Exemples de signes observés sur la
téléradiographie frontale, en cas de respiration
buccale. A/ épaississement et légère déviation de
cloison, asymétrie des cornets inférieurs, moindre
perméabilité des fosses nasales. B/ déviation de la
cloison, asymétrie des méats et cornets, moindre
perméabilité des fosses nasales. C/ rétrécissement
transversal des fosses nasales et de l’arcade
supérieure (par rapport aux critères de VINCI et
IZARD), asymétrie des méats et cornets. C Fig. 33

9
A B

Figure 34 : Fig. 34
%LODQWpOpUDGLRJUDSKLTXHGHSUR¿O&OLQLTXHPHQW ascension du menton cutané; résorption de la face
le patient, adulte, se présente lèvres closes et antérieure de la symphyse; abaissement de l’os
conserve cette attitude lors de la prise des clichés. hyoïde; rachis oblique en bas et en arrière; écaille
- A/ Analyse «structurale»: lumière pharyngée de occipitale aplatie et élevée.
dimensions correctes, mais végétations avec - B/ Analyse «orthognathique»: classe
empreinte basse du voile (= hypotonie vélaire); squelettique II.2; important excès vertical antérieur
petits sinus avec corticales peu bombées; de la face avec abaissement du plan d’occlusion.
absence de travées naso-prémaxillaires; Au total, respiration buccale habituelle hautement
crispations labiales avec abaissement narinaire et probable.

Figure 35 : Fig. 35
Bilan «ventilatoire» téléradiographique de face.
- A/ Étude structurale: déviation de la cloison nasale, encombrement quasi total
des méats moyens. comblement partiel et asymétrie des méats inférieurs.
- B/ Analyse architecturale de face : asymétrie et rétrécissement des fosses
nasales, endognathie maxillaire, décalage vers la droite des points médians.

10
Figure 36-37 :
Autre exemple de bilan
«ventilatoire» téléradiographique
GHSUR¿O0DORFFOXVLRQGHFODVVH
III chez un enfant de 6 ans, se
présentant cliniquement lèvres
closes.
- Analyse « structurale » (A):
lumière pharyngée très élargie à
sa partie inférieure ;
végétations adénoïdes avec
empreinte basse du voile (=
hypotonie vélaire); amygdales
volumineuses; petits sinus avec
corticales peu bombées; absence
de travées naso-prémaxillaires;
crispations labiales avec
A B Fig. 36 abaissement narinaire et
ascension du menton cutané;
résorption de la face antérieure de
la symphyse; position avancée de
la mandibule; rachis oblique en
bas et en arrière; écaille occipitale
convexe et abaissée.
- Analyse « orthognathique » (B):
HOOHFRQ¿UPHOHVFRQVWDWDWLRQV
de l’analyse structurale et
met bien en évidence l’excès
vertical antérieur de la face,
KDXWHPHQWVLJQL¿FDWLIG¶XQH
respiration buccale), et l’avancée
mandibulaire caractéristique des
classes III « posturales ».
A
Respiration buccale habituelle
B Fig. 37 très probable.

EN RÉSUMÉ
Les signes téléradiographiques des respirateurs buccaux, sont nombreux et concernent
à la fois les tissus mous et les tissus durs.
Ils témoignent de la multiplicité des dysfonctions associées aux troubles de la ventilation
et des anomalies squelettiques qu’elles provoquent.
Ils doivent être systématiquement recherchés non seulement chez les respirateurs
buccaux avérés, mais aussi chez tous les sujets suspects de troubles ventilatoires (et même
dans toutes les dysmorphoses dento-faciales).
Cette recherche systématique évitera bien des erreurs en ce qui concerne notamment
l’étio-pathogénie et la thérapeutique de celles-ci.
Elle convaincra les sceptiques de la fréquence de la respiration buccale en pratique
orthodontique courante, de sa grande nocivité (même lorsqu’elle semble peu
importante), de la nécessité de la traiter dès qu’elle est constatée, ceci :
Ŷ pour éviter l’aggravation des dysfonctions qui lui sont associées et des anomalies
morphologiques que celles-ci déterminent,
Ŷ pour faciliter les traitements et réduire le nombre et la gravité des récidives.

11
F
LA CORRECTION
DES
DYSFONCTIONS
ET LA
REPROGRAMMATION
FONCTIONNELLE
Georges BERNADAT

12
RÉSUMÉ
Un consensus des auteurs orthodontiques s’est dégagé depuis près d’un siècle sur le fait que
les dysfonctions sont, plus souvent encore que la génétique, à l’origine des dysmorphoses
et des malocclusions. Pourtant l’essentiel des publications qui décrivent ces processus
pathogènes ne traitent pas des solutions thérapeutiques. Les publications sur la correction des
dysfonctions restent souvent limitées à la description d’exercices que l’enfant doit reproduire
seul ou en présence de son thérapeute. L’acquisition des automatismes indispensables, en
particulier au repos, reste soumise à la bonne volonté de l’enfant et de sa famille. Le présent

F
article propose une solution sûre et efficace pour obtenir chaque fois le résultat espéré,
et passer d’une méthode aléatoire à un processus sans faille basé sur les nouveaux acquis
scientifiques concernant la mémoire à long terme et les apprentissages.

INTRODUCTION
Fastidieuse, chronophage et souvent suivie neuromusculaires vont se normaliser
de résultats aléatoires, la correction des spontanément. Ensuite il est indispensable
dysfonctions est souvent abandonnée entre les d’avoir une stratégie avant, pendant et après
mains d’assistantes ou d’orthophonistes. Le le traitement. Enfin il faut reconnaître que la
résultat de la rééducation entreprise a pourtant technique classique des exercices quotidiens
une immense portée sur la croissance faciale. est insuffisante et ne garantit pas des résultats
Les mêmes causes ont, hélas, la fâcheuse tendance reproductibles.
à donner les mêmes effets. Un traitement bien
réussi au moment de la dépose des dispositifs Or il nous semble logique de penser à classer
de traitement n’aura aucune stabilité si les cette rééducation fonctionnelle parmi les
dysfonctions persistent. Des années d’efforts de apprentissages. Il paraît probable aussi que ces
l’enfant, du praticien et de la famille peuvent nouvelles praxies s’inscrivent dans la mémoire
être ainsi annihilées en quelques mois. procédurale qui permet l’acquisition et
Certes le champ des corrections des dysfonctions l’utilisation de compétences motrices. Il y a deux
est très vaste. De la prescription de semelles processus pour entreposer une information
correctives à mettre dans les chaussures, de dans la mémoire à long terme :
la kinésithérapie du rachis à la correction des ෮ l’auto-répétition d’intégration (ou
positions de la langue ou à la mise en place élaboratrice),
d’une ventilation nasale, l’éventail des actions ෮ l’auto-répétition de maintien (ou
à entreprendre peut paraître trop grand. d’entretien).
Pourtant, en face de chaque malocclusion,
il y a des facteurs étiologiques qui doivent Mais la découverte la plus importante nous
être clairement identifiés au moment de semble résulter des travaux d’Eric KANDEL.
l’examen clinique et du diagnostic. Il arrive Avec ses collaborateurs il a démontré que la
fréquemment que, suite à un facteur initial, par mémoire à court terme ne mettait en jeu que
exemple une ventilation orale, une cascade de l’augmentation d’activité synaptique et la
dysfonctionnements s’installe. Chacun d’eux, production des neurotransmetteurs alors que
une fois les praxies acquises, devra pourtant la mémoire à long terme s’accompagnait d’une
être combattu individuellement. croissance neuronale et de la multiplication
La mauvaise gestion de l’ensemble de ces des synapses. Ce sont bien cette croissance
corrections est probablement à l’origine de la cellulaire et la multiplication des connexions
grande majorité de nos échecs. Tout d’abord il neuronales qui signent l’encodage définitif. Ces
faut absolument sortir de son esprit, qu’une fois modifications cellulaires nécessitent des stimuli
les dents en bonne position, les comportements nombreux, peu espacés dans le temps et suivis.

13
Fig.1–Avant traitement

D 3UR¿OGURLW (b) Face F 3UR¿OJDXFKH

1 CAS CLINIQUE
Pour illustrer ces propos, nous prendrons le de relier sa succion du pouce à l’augmentation
cas d’un enfant de 5 ans, né le 12/04/1994, qui des mesures et de sa disgrâce.
nous consulte le 10/11/1999 avec ses parents Il faut donc une certaine dose de patience pour
« parce qu’il a ses dents du haut qui avancent ». ne pas transiger sur une exigence capitale : on
Un rapide examen clinique montre des dents ne doit traiter que des patients demandeurs
saines et la présence de tartre. Le surplomb qui expriment une souffrance. Face à une
incisif est de 7 mm et l’interrogatoire retient motivation médiocre ou inexistante, le meilleur
un terrain allergique aux fruits rouges et aux des praticiens ne peut obtenir qu’un résultat
pommes et une succion du pouce. L’enfant est médiocre.
très anxieux et le détartrage ne peut être réalisé. Le bilan retient que l’enfant a le nez obstrué et
Une motivation à l’hygiène et à l’arrêt de la ventile jour et nuit par la bouche. Le maxillaire
succion du pouce est effectuée. L’enfant doit n’a pas pu faire une croissance harmonieuse
consulter à nouveau dans un an en espérant sans la pneumatisation de la face. Sur la
une maturation psychique. téléradiographie de profil (figure 5, document
Le 17/11/2000 l’enfant est réexaminé, la en noir, réalisé par Pierre VION) on peut
maturation psychique espérée n’est pas au noter l’absence de sinus frontal et de pression
rendez-vous, la succion du pouce est toujours de la langue dans le palais. L’endomaxillie est
présente et le surplomb s’accentue. Pourtant la accompagnée d’une endoalvéolie de 2 mm
motivation à l’hygiène a porté ses fruits et l’enfant des secteurs latéraux mandibulaires. Les 13 et
brosse ses dents. Le praticien reste ferme sur ses 23 sont retenues et les incisives mandibulaires
positions, il n’est pas possible d’envisager un sont en rétrusion et linguo-version mais non
traitement quelconque sans l’arrêt volontaire, égressées (figure 4).
non contraint par la famille, de la succion du Le plan de traitement sera donc le suivant :
pouce (qui est le seul signe d’une réelle prise ෮ Dès l’arrêt définitif de la succion du pouce,
de conscience de l’enfant). Un rendez-vous est expansion maxillaire de 6 mm en allant
prévu l’année suivante, en espérant toujours la doucement sur les deux derniers millimètres
maturation psychique. pour entraîner les secteurs latéraux
L’enfant ne consulte que deux ans après, le mandibulaires. Temps de traitement prévu :
5/11/2002, il a alors 8 ans. La succion du un semestre.
pouce est toujours présente et le surplomb est ෮ Rééducation de la ventilation de la
augmenté à 10,5 mm comme le montrent les déglutition et de la position de repos. Temps
photographies des moulages (figure 1). de traitement prévu : un semestre.
La disgrâce esthétique est maintenant trop ෮ Surveillance régulière, en particulier de
lourde à porter et l’enfant accepte que le bilan 13 et 23, jusqu’à la mise en place des dents
d’ODF soit réalisé. Le praticien rappelle que permanentes.
ce bilan ne l’engage absolument pas à traiter ෮ Réévaluation et traitement multibague en
tant que l’enfant n’a pas arrêté seul sa succion technique de Ricketts. Vestibuloversion des
du pouce. Les mesures précises du surplomb, incisives mandibulaires pour satisfaire à la
régulièrement effectuées, ont permis à l’enfant correction céphalométrique prévue. Torque

14
Fig.2–Après rééducation et reprogrammation fonctionnelle

D 3UR¿OGURLW (b) Face F 3UR¿OJDXFKH

radiculovestibulaire pour corriger la position des dysfonctions à l’aide d’un position trainer.
des incisives supérieures sans provoquer la le 28/11/2007 À 13 ans 5 mois, une réévaluation
rétrusion des lèvres. FIM de classe II vers 14 est faite (document en rouge (figure 6) réalisé
ans, au sommet du pic de croissance. Temps par Pierre VION). On peut constater que
prévu du traitement fixe : un an. l’interception a donné d’excellents résultats et
෮ Contention et contrôle des fonctions. que les lésions qui restent à traiter sont mineures.
La certitude de l’obtention d’une ventilation
Attention ! L’enfant est toujours en surveillance nasale est objectivée par la création d’un sinus
et il n’y a eu encore aucun traitement multibague. frontal. Le surplomb a disparu spontanément.
Il ne s’agit ici que d’observer les effets d’une Une correction du résidu de classe II et des axes
rééducation bien conduite. Les étapes ont été des incisives reste à effectuer selon les règles du
les suivantes : quadrilatère individuel que nous avons déjà
le 19/02/2003 Pose d’une plaque palatine à décrites. Malgré la spectaculaire correction
vérin et pointes internes sans arc vestibulaire. d’axe spontanée des incisives mandibulaires (qui
le 8/10/2003 Blocage du vérin par une ligature passent de 5,5° à 20,6°), la correction qui reste
métallique à 6 mm d’expansion réalisés (figure 3). à faire devrait permettre une légère protrusion
le 12/03/2004 Limitation au port nocturne de des lèvres qui sont encore un peu rétrusives. Le
la plaque palatine. résultat esthétique final devrait être excellent.
le 22/12/2004 Début de la reprogrammation Les ATM ne souffrent pas et paraissent en
fonctionnelle excellente position sur l’orthopantomographie
le 13/04/2007 Le surplomb a complètement en OC. Les bons rapports intra- et inter-arcades
disparu et la surveillance objective une légère devraient être établis sans difficulté avec le
classe II 2 (figure 2) potentiel de croissance qui nous reste.
le 25/06/2007 Les deux premières semaines de Ce cas clinique n’a rien d’exceptionnel et nous
vacances sont utilisées pour vérifier la correction allons essayer de définir une stratégie générale.

Fig.3 – Plaque palatine d’expansion Fig.4–Absence d’égression


des incisives mandibulaires

15
2 STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES
2.1 Les attitudes à éviter en première intention des tonsilles avait une origine allergique, faire
෮ Attendre toutes les dents permanentes pour traiter en même temps l’allergie.
pouvoir les baguer. 3. Si la rééducation est un succès il devient
෮ Envisager la correction de la classe II par possible d’envisager un appareillage fonctionnel,
extraction de 14 et 24. mais seulement s’il n’y a aucune égression des
෮ Attendre l’âge adulte pour réaliser une incisives et canines mandibulaires car il y aurait
chirurgie d’avancée mandibulaire. alors une modification du plan d’occlusion
෮ Poser un activateur de classe II ou tout autre par égression spontanée des secteurs latéraux.
appareillage fonctionnel. Cette modification du plan d’occlusion est une
෮ Adresser l’enfant à l’ORL pour qu’il réalise cause extrêmement fréquente et incomprise de
les tonsillectomies. récidives.
෮ Mettre en œuvre immédiatement les 4. Si la rééducation, telle que nous allons
rééducations de la ventilation et de la la décrire, est un échec il convient alors de
position linguale. réévaluer l’hypertrophie des tonsilles due à
l’inflammation non allergique et d’envisager un
2.2/HVERQVUpÁH[HV geste chirurgical. Le rétablissement d’un flux
1. En priorité, recréer des conditions aérien nasal suffit souvent à faire disparaître,
de fonctionnement correctes en réalisant en quelques semaines, les phénomènes
l’expansion du maxillaire (de préférence, en inflammatoires. Dans le cas clinique décrit
denture mixte, à l’aide d’une plaque palatine ci-joint, on peut observer que l’image des
amovible à vérin et pointes internes, voire amygdales légèrement hypertrophiées a disparu
avec un disjoncteur fixe en cas d’endomaxillie totalement. Ceci peut être obtenu grâce à un
trop sévère). Une expansion des fosses nasales bon lavage au sérum physiologique matin et
accompagne l’expansion de l’arcade maxillaire soir accompagné de mouchages et d’exercices
à cet âge avec ces deux dispositifs. Cette de ventilation avec une seule narine à la fois en
augmentation du diamètre transversal des fosses alternant.
nasales se fait sur toute leur hauteur comme 5. Surveiller chaque semestre l’évolution
un triangle isocèle qui voit sa base s’élargir. Le jusqu’à la mise en place de toutes les dents
calcul permet de comprendre que plusieurs permanentes et le maintien d’une mastication
centimètres carrés peuvent être ainsi gagnés bilatérale alternée.
sur la section du conduit nasal. Les simples 6. Si nécessaire, commencer le traitement
lois de la physique prouvent que le débit d’air, multibagues pour que les FIM de classe II soient
soumis à la même dépression d’inspiration, sera en place au moment du pic pubertaire (12 ans
considérablement augmenté. Ceci peut suffire pour la fille et 14 ans pour le garçon).
à rétablir spontanément une ventilation nasale 7. Terminer le traitement par le port diurne
qui avait disparu. et nocturne pendant quelques semaines d’un
2. Si la ventilation nasale ne se rétablit pas appareillage qui empêche la ventilation orale.
spontanément, compte tenu de l’encombrement Ainsi en deux semestres d’interception en denture
de la plaque palatine et de l’impossibilité pour mixte et si nécessaire deux ou trois semestres
la langue de venir se plaquer au palais, ce n’est de technique fixe, en denture permanente, il
qu’une fois la contention de l’expansion obtenue, est possible de conserver à un enfant toutes
qu’il faut s’appliquer à rétablir la ventilation ses chances d’un développement harmonieux
nasale, l’appui de la langue dans la voûte palatine de sa face, ce qui est impossible en laissant les
et la jonction des lèvres. On peut parfaitement dysfonctions continuer à perturber la croissance
observer dans le cas clinique décrit que l’aspect et dégrader la face. Les acquis des connaissances
de la lumière rhino-pharyngée « en entonnoir » fondamentales ne permettent plus aujourd’hui
décrite par GUDIN a disparu. Si l’hypertrophie de contester cette attitude préventive.

16
3 RÉÉDUCATION ET REPROGRAMMATION FONCTIONNELLES
Il reste à maîtriser la phase n° 2, celle des
rééducations.
Tout ce qui a été dit et écrit sur ce sujet, en
particulier dans le livre d’Alain CHAUVOIS,
Maryvonne FOURNIER et Françoise GIRARDIN,
suffit largement à comprendre les principes et
les bons gestes nécessaires à ces rééducations.
Mais utilisée seule, la technique des exercices
quotidiens telle qu’elle y est décrite (prise
de conscience des mauvaises positions et
mouvements et maîtrise des bons mouvements)
est insuffisante.
En effet il faut ajouter une troisième phase,
celle de l’automatisation. Ce n’est pas parce
qu’un enfant arrive à reproduire les bons
mouvements et les bonnes positions matin et
soir et au cabinet dentaire qu’il les maintient consécutives, l’enfant devra mettre une
en permanence au repos. La position de repos minuterie à sonner dans sa poche toutes les 30
n’est interrompue que par la mastication, la minutes. Il doit être absorbé par ses jeux ou son
déglutition et la phonation. L’essentiel du temps travail de façon qu’il soit surpris à chaque fois
est donc occupé par la position de repos. que la sonnerie se déclenchera. Il doit alors à
Pour assurer cette automatisation et une bonne cet instant analyser la position de sa langue, de
position de repos, il suffit de mettre en œuvre ses lèvres ou de tout autre élément à contrôler.
« la technique de la minuterie » (voir la fiche Grâce à vous il a reconnu et analysé parfaitement
remise à l’enfant, figure 9, illustrée par une ce qu’il ne faut pas faire. S’il est en mauvaise
participante du cours, le Dr DUVIGNEAU). position, il doit tout replacer en bonne position,
Le principe est « celui du permis de conduire ». comme il sait le faire, et remettre la minuterie
Si une personne donnée, âgée de 18 ans, prend à sonner dans sa poche 30 minutes plus tard.
une leçon de conduite tous les six mois, elle Il doit poursuivre jour après jour ce petit jeu
obtiendra peut être son permis avant 50 ans jusqu’à ce que, pendant une journée entière,
et ce n’est même pas certain. Mais cette même la sonnerie le surprenne toujours en bonne
personne qui va suivre un stage de conduite de position de repos. Les quelques jours restant
quinze jours consécutifs obtiendra son permis des vacances, il suffira qu’il effectue ce contrôle
sans aucune difficulté au bout de son stage. la matinée seulement. L’enfant est contrôlé au
Travailler sur les acquis de la veille est infiniment cabinet la veille des vacances et au retour. Une
plus efficace que de travailler de temps en seule séquence est suffisante si elle est conduite
temps, même avec la meilleure volonté du exactement de cette façon. Il faut compter
monde. L’acquisition de nouveaux réflexes est environ un jour de travail par année d’âge, par
liée à la reproduction ininterrompue des gestes. exemple à 9 ans, 9 jours.
Il semblerait que la stabilité des connexions Il ne reste plus alors qu’à vérifier le comportement
neuronales augmente avec la fréquence des nocturne, pendant quelques semaines, avec une
gestes associés durant la phase d’apprentissage, double gouttière souple sans engrènements ni
comme nous l’avons évoqué en introduction. dispositif propulseur.
Ainsi l’enfant, lorsqu’il aura réalisé les deux Les résultats obtenus de cette façon sont
premières phases de ses rééducations devra les spectaculaires et, dans le trimestre qui suit, la
automatiser de la manière suivante. Pendant correction spontanée des malpositions dentaires
des vacances d’au moins deux semaines est souvent étonnante.

17
4 DISCUSSION
cuspides vestibulaires mandibulaires) inhibe très
4.1 La cascade des dysfonctions rapidement l’activité des muscles élévateurs de
Nous avons évoqué précédemment le fait la mandibule. La croissance verticale du ramus
qu’une première dysfonction en entraîne une mandibulaire dépend donc directement de la
seconde qui, à son tour, en déclenche une croissance maxillaire dans le sens transversal.
troisième etc. D’autre part, PETROVIC a démontré depuis
Dans ce cas clinique, la dysfonction initiale longtemps qu’une simple inhibition du
pourrait être le facteur psychique. En effet la ptérigoïdien latéral, par une banale nociception
succion du pouce (anxiété ou refus de grandir, par exemple, arrêtait la croissance mandibulaire
attitude typique de repli sur soi) accompagnée sagittale.
de l’interposition linguale antérieure et de Lorsque nous préconisons de traiter en priorité,
la têtée de la langue entraîne directement la voire en urgence, les déficits de croissance
création du surplomb et de la béance, mais maxillaires transversaux (endomaxillies),
aussi la contamination permanente de la c’est pour supprimer le plus vite possible ces
bouche. Une réaction des tissus de défense, nociceptions transversales. Dès leur disparition,
les tonsilles, déclenche l’inflammation. Cette une mastication normale (bilatérale alternée),
contamination et le stress (anxiété marquée), décrite depuis un demi siècle par PLANAS, va
qui abaisse la barrière immunitaire, sont pouvoir se rétablir. Mais nous attendrons le pic
favorables à la production d’épisodes infectieux pubertaire de croissance pour faire l’orthopédie
des voies aériennes supérieures. Ces épisodes mandibulaire sagittale, surtout si une égression
infectieux ORL entraînent à leur tour une des incisives et canines mandibulaires a déjà eu
ventilation orale qui s’accompagne d’un lieu.
abaissement de la langue. Cette ventilation Cette mastication peut ne pas se rétablir
orale, à son tour, contribue à entretenir la spontanément, il faut absolument la contrôler,
contamination permanente. Le sommeil de et éventuellement la rééduquer si nécessaire.
l’enfant est perturbé car la thermorégulation de Lorsqu’elle se rétablit, la rotation faciale
son cerveau est déréglée. Ce mauvais sommeil antérieure, décrite par BJORK, va pouvoir
affaiblit l’enfant encore d’avantage et contribue redémarrer à son tour. C’est grâce à l’action
à épuiser son système immunitaire. ostéoproductrice des muscles élévateurs que
les appositions osseuses, décrites par ENLOW,
4.2 Un train peut en cacher un autre vont pouvoir apparaître au niveau du ramus.
Du fait de la ventilation orale qui s’établit, La rotation faciale antérieure ne signe pas
un des moteurs de la croissance maxillaire autre chose que l’accroissement du ramus dans
tombe en panne : la pneumatisation de la face son ensemble (régions angulaire, postérieure,
s’arrête. La croissance des sinus maxillaires condylienne et coronoïdienne), en particulier
s’arrête et la création d’un sinus frontal ne dans le sens vertical.
peut même pas commencer. Le maxillaire ne Dans ce cas clinique, nous avions, au départ,
peut plus se développer, ni transversalement, ni un ramus trapézoïdal avec un angle très effacé
sagittalement. (début d’une rotation postérieure). Après
Comme nous le prouvons dans notre cours par un l’expansion maxillaire et la rééducation, ce
montage mécanique dynamique reproduisant le ramus est complètement transformé. Il tend
fonctionnement des ATM, l’adaptation sagittale à devenir carré sous l’effet des appositions
est plus facile que l’adaptation transversale, osseuses. SALAGNAC avait très bien observé
qui est presque impossible. La nociception cette croissance verticale par rapport à C2.
engendrée par des contacts prématurés Tout ceci se voit immédiatement en superposant
transversaux (en général faces palatines des les deux mandibules, selon BJORK, corticale
cuspides vestibulaires des secteurs latéraux interne de la symphyse et canal mandibulaire
maxillaires contre les faces vestibulaires des enregistrés.

18
AGENDA DES organisées
FORMATIONS par UNIODF
Septembre : Jeudi 18
Formation et travaux pratiques :
« Une Journée entre Dentistes Médecins Kinésithérapeutes Ostéopathes,
pour le Traitement des Algies Faciales »
Par les Drs SANDRETTO, DEVILLE, BERGERO & Dr PLAT à LYON

Octobre : Jeudi 2, vendredi 3, samedi 4


Début du 14e Cycle de Formation ODF session 2008/2010 Drs VION & BERNADAT

Octobre : Samedi 4, dimanche 5, lundi 6


Formation en IMPLANTOLOGIE 1er degré
Par et chez le Dr AUBERT à BORDEAUX
(Nombre de participants limité à 10)

Novembre : Samedi 1, dimanche 2, lundi 3


Formation en IMPLANTOLOGIE 2e degré
Par et chez le Dr AUBERT à BORDEAUX

Novembre/Décembre : Samedi 29, dimanche 30, lundi 1


Formation pratique d’OCCLUSION 1er degré
Par et chez le Dr AUBERT à BORDEAUX

Décembre : Samedi 20, dimanche 21, lundi 22


Formation pratique d’OCCLUSION 2e degré
Par et chez le Dr AUBERT à BORDEAUX

Les analyses chiffrées permettent aussi de vouloir remanier le complexe dento-squelettique


quantifier les modifications morphologiques si cette hiérarchie n’est pas respectée.
qui sautent aux yeux du clinicien. Dans l’analyse Il convient donc en priorité de travailler sur la
de RICKETTS, l’arc mandibulaire est une matière grise. Heureusement son adaptabilité
valeur essentielle pour décrire la typologie. Il est fantastique, en particulier chez l’enfant.
était mesuré à 25° au départ, et se retrouve au Nos différents dispositifs orthodontiques et
moment du dernier cliché à 30°. Nous sommes orthopédiques ne doivent que permettre le bon
passés d’une tendance dolychofaciale à une mouvement, au bon moment et au bon endroit.
typologie brachyfaciale marquée. Ceux qui ne sont pas encore convaincus de
l’importance capitale de cette hiérarchie
s’exposent à des revers cuisants.
Tout omnipraticien motivé et bien formé est
CONCLUSION capable d’obtenir de tels résultats. Il rendra
Les règles biologiques doivent être respectées. ainsi un service immense à la santé publique
Il y a une hiérarchie : le système nerveux est le quand on connaît les conséquences graves et
maître du système musculaire qui est à son tour le irréversibles d’une dysfonction telle que la
maître du système squelettique. Il est illusoire de ventilation orale par exemple.

19
Fig. 5 – Tracé avant traitement

20
Fig. 6 – Tracé après rééducation et reprogrammation fonctionnelle

21
Fig. 7 – Analyse de RICKETTS avant rééducation et reprogrammation fonctionnelle

Fig. 8 – Analyse de Ricketts après rééducation et reprogrammation fonctionnelle

22
Fig. 9 – Fiche à remettre à l’enfant

23
ÉTUDE DE LA
RESPIRATION
AVEC
E
L’AÉROPHONOSOCOPE
dr Waddah SABOUNI

RÉSUMÉ
Le rôle de la respiration nasale dans le développement du squelette facial a déjà été démontré
par de nombreux travaux en France et à l’étranger.
Par contre l’étiopathogénie des différentes anomalies cranio-faciales consécutives à des
problèmes respiratoires n’a pas été suffisamment expliquée avec clarté.
L’aérophonoscope constitue l’outil le plus simple qui permet d’évaluer de manière précise
et reproductible les troubles respiratoires et, en plus, de pratiquer la rééducation de la
respiration.
Une étude portant sur 105 patients avec l’aérophonoscope, effectuée à l’hôpital de la
Salpétrière à Paris nous a permis d’étudier les corrélations entre les différents signes
cliniques, radiologiques et fonctionnels des respirateurs buccaux.

24
E
EXAMENS FONCTIONNELS : DESCRIPTION DE
LES TESTS L’AÉROPHONOSCOPE
෮ Miroir de GLATZEL L’appareil comporte une sonde d’examen (pièce
Mesure de la surface de buée sur un miroir à à main recouverte d’une cape de protection
l’expiration individuelle ou d’une compresse stérile)
rattachées à l’ordinateur ou aux différents
෮ Test de ROSENTHAL dispositifs de visualisation et d’enregistrement
15 cycles d’inspiration/expiration, bouche selon l’extension utilisée.
fermée.. Le test est positif si l’enfant est essoufflé
ou n’y arrive pas. 1- La Sonde d’examen :
Elle est composée de trois capteurs pour
෮ Test narinaire l’acquisition des souffles nasal droit, nasal
Pincement du nez pendant 2 secondes et gauche et buccal. L’ensemble se connecte
observation des ailes du nez après relâchement : simplement à l’ordinateur par câble USB.
si le nez reste pincé, le test est négatif : respiration
buccale.

෮ L’aérophonoscope
Conçu par G.RINEAU, Orthophoniste, a été
mis au point, expérimenté et développé dans la
clinique de Chirurgie maxillo-faciale de Nantes
par le Pr. J. DELAIRE
Initialement l’aérophonoscope était un système
d’évaluation autonome, composé d’un écran,
d’un clavier, d’un barographe et d’une sonde.
Il devait être couplé à un ordinateur pour
enregistrer les données.
Les progrès constants de l’informatique
permirent à G.FRANK d’alléger le système
et de le réduire à la sonde reliée directement
à un ordinateur par l’intermédiaire d’une
carte d’acquisition, mais le coût restait assez
important.
Aujourd’hui il a été repris par la société Orthalis
qui en a sorti la dernière version (Aéro RD)
dont la sonde est reliée à un ordinateur par
l’intermédiaire d’une simple prise USB, avec un
coût de vente réduit de moitié.
2- Description du logiciel :
L’option portrait :
Le logiciel Aérophonoscope est Les voies nasales et buccale sont représentées par
commercialisé par la société Orthalis. 3 barres lumineuses dont l’étendue varie avec
Tarif : 1000 €. l’importance du flux aérien correspondant.
Remise pour les adhérents UNIODF. Les anomalies de la ventilation aérienne
(respiration buccale, asymétrie de la perméabilité
Contact narinaire) sont ainsi mises en évidence de la
M. Gérard Guillerm au 06.68.24.22.00 plus simple façon.

25
)LJ  OHPRGXOHSRUWUDLWVDQVÀX[DpULHQ

Fig. (2) le module portrait pour une patiente qui présente une respiration nasale normale

Fig. (3) le module portrait pour une patiente qui présente une respiration mixte
(nasale et buccale)

26
L’option graphique (tracés) :
Les flux aériens sont représentés par des courbes totalité ou deux par deux : flux nasal – flux buccal,
superposées, analysables comparativement (en flux nasal droit et gauche, flux nasal total).

Fig. (4) les 4 courbes (nasale droite, nasale gauche, nasale totale et buccale: ici plate)
pour un patient qui présente une respiration nasale normale.

Fig. (5) les 4 courbes pour un patient qui présente une respiration mixte
D’autres modules pour la rééducation de la respiration sont également intégrés

27
EXAMENS RADIOGRAPHIQUES
෮ La Téléradiographie de profil permet une Résultats de l’étude
bonne observation des tissus mous, on aura une Aérophonoscope et type de ventilation
vision privilégiée du « couloir aérien » (langue, Ç Nasale exclusive: 40%
voile du palais, végétations,…) Ç Mixte tendance nasale: 23%
Ç l’analyse de l’espace pharyngée de Ç Mixte tendance buccale : 37%
McNamara, Ç Buccale exclusive: 0%
Ç l’indice de Linder Aronson
Ç l’analyse structurale de Delaire
෮ téléradiographie de face : L’analyse frontale Corrélation statistique
de Delaire ENTRE RESPIRATION MIXTE et
෮ Autres moyens d’investigation plus complexe: Ç Une réduction de l’espace pharyngé
Endoscopie, Scanner, RMI… supérieur
Ç L’augmentation du volume des végétations
Description de l’échantillon Ç Une voûte palatine profonde
Notre étude a porté sur 104 patients agés de 6 Ç Une diminution de largeur des fosses
ans à 27 d’origines ethniques différentes nasales
L’échantillon était pris au hasard Ç Une diminution de l’âge du patient
Ç Une langue basse
3URWRFROHGHO·p[DPHQ
1- Interrogatoire Pas de Corrélations statistique
2- Examen clinique ENTRE RESPIRATION MIXTE et Une
3- Examen radiographique réduction de l’espace pharyngé inférieur
4- Test respiratoires
5- Examen Aérophonoscopique Nous avons constaté chez nos patients
respirateurs buccaux
But de l’étude
Déterminer la proportion de la respiration Ç Classe I dans 34% des cas
buccale dans une population à l’âge Ç Classe II dans 56% des cas
orthodontique. Ç Classe III dans 10% des cas
Etudier les corrélations entre les signes cliniques Ç Voute palatine profonde et étroite dans 80%
et radiologiques du respirateur buccal des cas
Déterminer l’utilité de l’aérophonoscope

Fig. (6) Aérophonoscope


et type de ventilation

28
BIBLIOGRAPHIE
෮ DELAIRE J. – Ventilation nasale et
dysmorphoses dento-faciales, intérêt
de l’Aérophonoscope en pratique
journalière. Ormo News. Le dossier du
mois. Mai 1994
DISCUSSION ෮ SABOUNI W . Ventilation et
Aérophonoscope. Mémoire pour
22% seulement des respirateurs mixtes l’obtention de DUO à l’université de
répondaient négativement au test clinique de Paris VI Juin2006
GUDIN et ROSENTHAL ; nous pouvons ainsi ෮ McNAMARA J.A., BRUDON W.
conclure que la plupart des respirateurs buccaux – Orthodontics and dentofacial
ne présentent pas de contraintes anatomiques orthopedics / J.A. McNamara –
ou physiologiques qui les empêchent de respirer Michigan : Needham Press, 2001.
par le nez. Ils ont simplement pris l’habitude de P.122,123.
respirer par la bouche ou bien ils n’ont jamais ෮ TALMANT J. – Du rôle des fosses
appris à respirer correctement nasales dans la thermorégulation
cérébrale. Déductions thérapeutiques.
෮ Les signes radiologiques sont des indices utiles Revue ODF – 29 : 51-59 , 1992.
pour le diagnostic de la respiration

෮ La respiration mixte est toujours associée à ෮ L’ Aérophonoscope est le seul outil diagnostic
une dysmorphose mais pas de portrait robot et thérapeutique qui permet un diagnostic
possible (CL II ou CLIII) fiable, précis et reproductible

CONCLUSION
L’insuffisance ventilatoire nasale est un L’interrogatoire doit avoir une place
problème fonctionnel fréquent chez nos jeunes prépondérante dans cette recherche, ainsi
patients. qu’un bon examen clinique et radiologique.
Quelques tests cliniques, l’utilisation de
Notre étude sur l’aérophonoscope a montré que l’aérophonoscope et la tomodensitométrie
plus de 60% des patients à l’âge orthodontique sont de bons outils pour aider le diagnostic. Le
présentent une ventilation mixte, nasale et rôle de l’orthodontiste est donc capital dans le
buccale. Pourtant, aucun patient ne présentait dépistage des enfants présentant des troubles
une ventilation buccale exclusive. de la ventilation nasale.
Ce problème peut s’associer à d’autres Enfin, si la correction des troubles ventilatoires
problèmes fonctionnels, ainsi 70% des suceurs n’est pas aisée, l’orthodontiste se doit de ne pas
du pouce dans notre étude souffraient d’une les négliger sous peine de porter une part de
ventilation buccale. la responsabilité de l’échec ou de la récidive.
Il n’y a pas de portrait robot de la ventilation Cela dicte donc une approche thérapeutique,
buccale, mais quelques signes peuvent nous plutôt que d’accepter la cause et de lui adapter
orienter de façon crédible et simple vers ce la denture. Ce sont les notions primordiales du
problème. diagnostic et du traitement « étiologiques ».

29
INTERVIEW
Pr Marc Bolla devenir un « L1 santé », c’est-à-dire une première
Doyen de la faculté de chirurgie dentaire de Nice année commune aux quatre disciplines de santé que
Interview réalisée par Luc Poty sont pharmacie, médecine, odontologie et maïeutique,
sous forme d’unités d’enseignement mutualisées et
Vous avez succédé à Claude Séverin à la Présidence de la une unité d’enseignement spécifique, permettant la
Conférence des doyens, pouvez-vous nous parler des récents mise en place de concours séparés. Les principaux
travaux de la commission pédagogique nationale et de aspects de cette réforme sont contenus dans le rapport
ses conclusions quant à la formation initiale en ODF, Bach, qui a été présenté récemment au conseil des
formation que nous considérons insuffisante ? ministres par nos deux ministres de tutelle.
J’ai effectivement succédé il y a un peu plus d’un an Ceci étant dit, le contenu pédagogique de la
à Claude Severin à la présidence de la conférence formation initiale décrit dans le texte de la réforme
des doyens des facultés de chirurgie dentaire et j’en de 1994 permettait déjà une formation correcte
profite pour rendre hommage à son action. en ODF du futur omnipraticien, supérieure à celle
J’ai lu avec attention les conclusions de votre enquête présentée par le « profil et compétences du futur
sur la formation initiale en ODF. Celle-ci comporte odontologiste européen, de l’ADE » ; il manquait
beaucoup trop de biais dans les conditions de l’étude peut être des possibilités d’applications cliniques de
et d’obtention des réponses pour être considérée cet enseignement dans l’ensemble des centres de
comme exploitable. Si vous considérez la formation soins, d’enseignement et de recherche dentaires.
initiale en ODF comme insuffisante (selon vos
termes) au vu de cette seule enquête, je vous laisse S’il doit y avoir une revalorisation de cette formation, quelles
l’entière responsabilité de cette affirmation. pourraient en être les modalités ?
Vous m’interrogez sur les travaux de la commission Le contenu de la formation en ODF doit être
nationale pédagogique des études en odontologie. mieux ciblé vers un exercice dans le cadre de
Celle-ci s’était vu confier par le Pr Philippe Thibault l’omnipratique. Telle a été la démarche de la
l’élaboration de référentiels et la mise en place commission pédagogique pour l’ODF : définir les
du LMD en odontologie. L’aspect concernant les compétences en fonction des objectifs à réaliser. Les
référentiels a été réalisé en 3 étapes : élaboration enseignements théorique et pratique pourraient
d’un « référentiel métier », c’est-à-dire définition être mieux définis en fonction de ces objectifs, mais
de l’enveloppe du métier du chirurgien-dentiste et c’est au niveau de la formation clinique en ODF que
ce sur tous les plans : en termes de soins bien sûr, devront se porter les efforts de formation. Enfin, il
mais également en termes de communication ou faut que l’omnipraticien se sente concerné par la
de gestion. Ce référentiel terminé, la commission prise en charge des patients en ODF, et qu’il fasse les
s’est attachée à la mise en place d’un « référentiel actes correspondants à sa formation.
compétences », sur la base de réponses à la question : A moyen et long terme, le nombre de praticiens
quelles compétences pour exercer le métier défini. qualifiés en ODF pourrait diminuer relativement
Enfin, du référentiel « compétences » a découlé le à celui qui existe actuellement : il est encore plus
« référentiel formation » : quelles connaissances sont souhaitable qu’une partie définie de la prise en charge
nécessaires pour acquérir les compétences précitées, des soins en ODF soit faite par les omnipraticiens.
dont la sommation doit permettre d’exercer le
métier de chirurgien-dentiste. Les deux premiers Quel devrait être selon vous le champ de compétence en
référentiels sont terminés et validés, le troisième en ODF, des futurs diplômés ?
voie de finalisation et validation. Le futur diplômé en formation initiale devra savoir :
La formation initiale du chirurgien-dentiste a été de établir un diagnostic d’anomalies, un diagnostic de
plus réfléchie pour s’intégrer dans un système LMD, cas simple/cas complexe, connaître les principaux
avec une semestrialisation des enseignements et traitements d’ODF, particulièrement les traitements
l’obtention de crédits ECTS capitalisables. Le contenu préventifs et interceptifs et les traitements pré-
de cette formation s’articule avec une réforme de la prothétiques simples pour pouvoir les mettre en
première année des études médicales, qui devrait œuvre, guider son patient dans des traitements

30
complexes, multidisciplinaires et l’accompagner l’internat. Si cette spécialité de chirurgie buccale
dans son traitement, notamment lors d’une prise en devait voir le jour, ce que tous les doyens espèrent,
charge orthodontico-chirurgicale. elle entraînerait nécessairement la disparition
du DESCB. Mais il faudra également prévoir une
Qu’avons-nous à gagner du cursus LMD ? commission permettant au titre de la validation des
Je vous ai parlé précédemment du cursus LMD pour acquis de l’expérience, ou autres, de décerner cette
la formation initiale en général. En ce qui concerne qualification à des praticiens en exercice.
l’ODF plus précisément, certainement une meilleure
définition et surtout répartition des enseignements, Pouvons- nous donc imaginer qu’un jour la formation des
ainsi qu’un volume horaire global plus important. spécialistes ODF passe aussi par l’internat avec un mode de
sélection qui ne souffre pas la contestation ?
Quand ce cursus sera-t-il mis en place ? Oui bien sûr. Ce scénario est tout à fait envisageable,
La mise en place du L1 santé devrait être effective mais probablement de manière progressive, la
dès la rentrée universitaire 2009-2010 soit dans un disparition brutale du CECSMO posant un certain
peu plus d’un an. Les conseils pédagogiques de nombre de problèmes.
toutes les UFR d’odontologie vont donc très vite être Par contre, et même si l’internat ne devait
sollicités pour mettre en place sur un plan local cette malheureusement pas connaitre les modifications
réforme, tant au niveau du L1 santé que pour la suite que nous souhaitons, je sais que l’ensemble des
du cursus. enseignants en ODF souhaite une disparition de la
« passerelle » internat- CECSMO.
Vous êtes favorable à la création d’une spécialité en chirurgie
buccale ; pouvez-vous nous expliquer ce qui, selon vous, Vous savez que tous les DU d’orthodontie existants
justifie ce qui serait une deuxième spécialité en dentaire ? aujourd’hui sont réservés aux praticiens étrangers hors CEE,
Que répondez-vous à ceux qui craignent un appauvrissement les UFR pourraient-elles proposer à l’avenir des formations
de la formation initiale ? continues en ODF ouvertes aux omnipraticiens ?
Il y a déjà une réponse qui est très simple et qui se situe Les DU d’orthodontie ont été « remplacés » par les
à l’échelle de l’Europe : la France est actuellement un CECSMO pour plus de lisibilité lors de la mise en
des derniers pays européens à ne pas avoir la spécialité place du CECSMO qui, seul, mène à la qualification.
de chirurgie buccale. Ceci dit, il est bon de rappeler Certaines facultés ouvrent un DU pour les étrangers
que le domaine de compétence du chirurgien-dentiste hors de la communauté européenne : cela fait
recouvre les pathologies acquises et congénitales de également partie de notre mission de formation, et
la bouche, des dents, des gencives, des maxillaires et comme toute formation continue, est une source de
des tissus attenants. Avec la diminution notable du financement pour nos établissements.
nombre de stomatologistes, la spécialité de chirurgie L’avènement de la formation continue amène
buccale mérite toute sa place dans le champ des à considérer qu’il faut en ODF deux types
spécialités accessibles au chirurgien-dentiste. Quant d’enseignements en formation continue : une
à l’appauvrissement de la formation initiale que vous formation continue des spécialistes qualifiés en ODF,
citez, les personnes qui le craignent n’ont probablement et bien sur une formation continue à l’attention
pas pris connaissance des référentiels édités par la des omnipraticiens. Cela représentera beaucoup
commission nationale pédagogique et/ou compris de tâches à remplir par des équipes pédagogiques
le cheminement qui a conduit à leur élaboration. Ce parfois en nombre insuffisant, nombre qui ne va pas
« socle de formation initiale » devrait à lui seul leur augmenter dans les années à venir.
permettre de réviser leur jugement. Il faudra donc faire des choix, et la formation
continue des omnipraticiens doit en faire partie.
Quelle serait la voie d’accès à cette spécialité ? Comme toute formation ou diplôme universitaire,
Je n’imagine pas d’autres accès que celui représenté elle ne pourra être assurée dans toutes les facultés :
par la voie « royale » de l’internat. En fait, la il faudra regrouper les moyens pédagogiques pour
réponse est simple : une spécialité s’obtient par assurer cette mission, … et les autres…

31
L
LU POUR VOUS
« DES TERRORISTES PRÈS DE CHEZ MOI,
EST-CE POSSIBLE ? »
Extrait de l’éditorial de l’« International
Journal of Orthodontics » vol 18, n°4
Par le Dr Michel CHAMPAGNE, DMD, Les orthodontistes ont-ils un liquide magique
MAGD, IBO, CDE qui coule uniquement dans leurs veines ?
Il est évident que certains spécialistes en
Le docteur Michel Champagne exerce au orthodontie ne veulent ni encourager, ni
Québec et est éditeur du Journal International aider la formation continue sérieuse des
d’Orthodontie (IJO), une publication de omnipraticiens dans leur spécialité. Certains
l’International Association of Orthodontists. l’avouent publiquement et vont même jusqu’à
C’est en quelque sorte l’équivalent d’UNIODF vivement s’opposer à certains de leurs confrères
aux USA, avec un rayonnement international. spécialistes qui aident à la formation des
(3800 membres) Le siège se trouve à Milwaukee généralistes. Heureusement, nous rencontrons
(Wisconsin). à l’occasion des spécialistes qui acceptent
d’enseigner aux généralistes, ce sont ceux qui
« Si je retourne à mes années universitaires et sortent du rang et partagent leurs connaissances
que je pense à mes confrères de promotion, je avec tous ceux qui veulent apprendre. En ce
vois que quelques-uns sont devenus spécialistes faisant, ils savent très bien qu’ils ne se feront pas
et certains orthodontistes. Je crois que très peu d’amis dans leur spécialité. Ils se feront plutôt des
d’entre eux avaient un quotient intellectuel ennemis. Récemment, j’ai eu copie d’un e-mail
supérieur à la moyenne de la promotion. Ces qui circulait dans un groupe d’orthodontistes.
orthodontistes pensent sans doute, qu’une Dans cet e-mail, quelques spécialistes tentaient
fois que nous avons obtenu notre diplôme de de mettre la pression sur un de leur confrère
généraliste, la formation continue peut nous qui enseigne aux généralistes. Ils l’incitaient
aider à être meilleur dans toutes les sphères clairement à arrêter. La raison qui poussait
de la dentisterie sauf en orthodontie. S’il vous cette démarche était clairement détaillée. Ils
plaît que quelqu’un m’explique, pourquoi un avaient peur de perdre du marché et donc de
généraliste pourrait suivre des cours donnés par l’argent.
des spécialistes en implantologie, endodontie Tout à fait déplorable que le patient n’ait pas
ou prothèse et ne pourrait pas approfondir été au premier plan !
l’orthodontie ?
L’orthodontie est-elle accessible uniquement à Vous vivez peut-être dans un coin du monde où
ceux qui détiennent un certificat ou un master tout ceci n’existe pas. Si tel est le cas, estimez-vous
universitaire en orthodontie ? bien chanceux. Il est également possible que tout
Le cerveau d’un généraliste est-il structuré se passe dans votre dos sans que vous en soyez
de telle façon que l’orthodontie lui soit conscient. Souvenez-vous seulement que des
incompréhensible ? terroristes du boîtier sont peut-être tout près ».

32