Vous êtes sur la page 1sur 31
Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Travail de session DIC8101, remis aux professeurs Meunier
Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Travail de session DIC8101, remis aux professeurs Meunier

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Travail de session DIC8101, remis aux professeurs Meunier et

Travail de session

DIC8101,

remis aux professeurs Meunier et Poirier

Travail de session DIC8101, remis aux professeurs Meunier et Poirier Albert Lejeune, étudiant au DIC –

Albert Lejeune, étudiant au DIC Septembre 2009

Travail de session DIC8101, remis aux professeurs Meunier et Poirier Albert Lejeune, étudiant au DIC –

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

INTRODUCTION

3

des tests et expériences d’affaires INTRODUCTION 3 1. LES TROIS GRANDS PARADIGMES HISTORIQUES DES SCIENCES
des tests et expériences d’affaires INTRODUCTION 3 1. LES TROIS GRANDS PARADIGMES HISTORIQUES DES SCIENCES
des tests et expériences d’affaires INTRODUCTION 3 1. LES TROIS GRANDS PARADIGMES HISTORIQUES DES SCIENCES

1.

LES TROIS GRANDS PARADIGMES HISTORIQUES DES SCIENCES COGNITIVES

5

COGNITIVISME

5

CONNEXIONNISME

7

 

ENACTION

8

2. LES TROIS NIVEAUX D’UN SYSTÈME COGNITIF

10

3. LE NIVEAU REPRÉSENTATIONNEL DES EAAR, EIP ET TVIE DANS LE CONTEXTE DE LA

 

GESTION STRATÉGIQUE DE L’ENTREPRISE

11

LE PARADIGME SYMBOLIQUE : ENTRÉES, TRAITEMENTS ET SORTIES DES EAAR LE PARADIGME CONNEXIONNISTE : ENTRÉES, TRAITEMENTS ET SORTIES DES EIP LE PARADIGME DE LENACTION : ENTRÉES, TRAITEMENTS ET SORTIES DES TVIE

12

13

14

4.

LE NIVEAU FONCTIONNEL DES EAAR, EIP ET TVIE DANS LE CONTEXTE DE LA GESTION

STRATÉGIQUE DE L’ENTREPRISE

15

L’APPROCHE FONCTIONNELLE DES EAAR L’APPROCHE FONCTIONNELLE DES EIP L’APPROCHE FONCTIONNELLE DES TVIE

16

16

17

5.

LE NIVEAU MATÉRIEL DES EAAR, EIP ET TVIE DANS LE CONTEXTE DE LA GESTION

STRATÉGIQUE DE L’ENTREPRISE

19

6.

LE CONTEXTE ORGANISATIONNEL ET STRATÉGIQUE EN TROIS CONFIGURATIONS

19

L’ESPACE PROGRAMMATIQUE : UN CONTEXTE ADAPTÉ AUX EXPÉRIENCES DAFFAIRES AGILE ET RAPIDE (EAAR)?

 

20

L’ESPACE HABITÉ : UN CONTEXTE ADAPTÉ À LÉMERGENCE DIDÉES ET DE PROPOSITIONS (EIP) L’ESPACE VIDE : LA TRAJECTOIRE OU LA VISION DE LENTREPRENEUR

21

22

7.

CONCLUSION

23

BIBLIOGRAPHIE

25

DE L ’ ENTREPRENEUR 21 22 7. CONCLUSION 23 BIBLIOGRAPHIE 25 Albert Lejeune, DIC 8101 Page
DE L ’ ENTREPRENEUR 21 22 7. CONCLUSION 23 BIBLIOGRAPHIE 25 Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Introduction La littérature récente met l’emphase sur les

Introduction

La littérature récente met l’emphase sur les expériences d’affaires agiles et rapides (EAAR), des expériences bien ciblées et structurées tout en étant conformes à la démarche scientifique de test d’hypothèse (Davenport, 2009). Selon Davenport, ces expériences d'affaires deviennent une nouvelle façon d'organiser les activités de recherche et de développement, de démarrer une nouvelle entreprise, d’innover en termes de produits ou de services, ou de modifier tout processus d'affaires dans l'entreprise. Mais d’où viennent les hypothèses à la base de ces expériences? Probablement de propositions d’idées qui émergent d’un collectif quelconque (cercle de qualité, équipe de travail, équipe de projet, communauté de pratique, ‘focus group’

etc

Ces propositions ont été triées, criblées et ordonnées vraisemblablement avec l’aide d’un

intrapreneur expert (dans les grandes organisations) ou directement par l’entrepreneur, qui, particulièrement dans le cas de la nouvelle start-up, impose et s’impose un cycle rapide de tests

d’hypothèses.

).

Figure 1.

Approche de l’énaction

Approches de la cognition

sociale et de la cognition située

Approches de la cognition sociale et de la cognition située Approche connexionniste Approche symbolique Les approches

Approche connexionniste

Approche symbolique

Les approches cognitives aux expériences d’affaires mises en contexte

La figure 1 ci-dessus met en contexte les EAAR (expériences d’affaires agiles et rapides). Ces expériences sont conçues dans un certain contexte organisationnel (ex : plus ou moins bureaucratique) et stratégique (ex : imposant des défis plus ou moins menaçants pour la performance de la firme). On peut poser qu’une entreprise bureaucratique dans un contexte stratégique dépourvu de menaces construise directement ses expériences d’affaires : c’est la

dépourvu de menaces construise directement ses expériences d’affaires : c’est la Albert Lejeune, DIC 8101 Page
dépourvu de menaces construise directement ses expériences d’affaires : c’est la Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires partie droite du modèle. L’entreprise de haute technologie,

partie droite du modèle. L’entreprise de haute technologie, œuvrant dans un contexte stratégique très concurrentiel encouragera et favorisera l’émergence d’idées et de propositions que nous nommons EIP. Dans ce cas, les expériences d’affaires font l’objet d’un consensus plus ou moins large avant d’être exécutées. De plus, grande pharma ou petite biotech, multinationale du service informatique ou PME du logiciel, les firmes high-tech maintiennent une classe d’intrapreneurs/entrepreneurs et d’experts de haut niveau (ex : les distinguished engineers et les gurus internes chez IBM). Ces personnes testent continuellement leur vision. Ce sont les TVIE pour tests de la vision de l’intrapreneur ou de l’entrepreneur.

Le modèle de la figure 1 peut se lire de la façon suivante. Le contexte organisationnel et stratégique - que nous appellerons plus loin l’espace de la stratégie (ES) – permet la mise en place d’expériences d’affaires (EAAR) qui vont favoriser ou non un certain apprentissage organisationnel. Le contexte organisationnel et stratégique suscite et récompense des personnes expertes, intrapreneurs ou entrepreneurs qui vont contribuer aux EAAR soit directement, soit indirectement à travers l’un ou l’autre des collectifs déjà nommés (cercles de qualité, communauté de pratique etc.). Ces intrapreneurs/entrepreneurs testent continuellement leurs hypothèses car leur expertise les dote d’une vision des choses à entreprendre pour innover en termes de produits, marchés, services, processus etc. Enfin, un certains nombres de collectifs fonctionnement au sein de l’entreprise comme autant de communautés de savoir. Les conversations soutenues entre les membres de ces collectifs amènent ou font émerger des idées et des propositions (EIP) qui peuvent être transformées en EAAR.

Avec Drucker (1994), nous pensons que les firmes qui varient, étendent, multiplient et recoupent les contextes de test d’hypothèses et d’expériences d’affaires sont plus à même d’anticiper l’environnement de la firme. Notre but dans ce papier est de regarder ces contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires à travers différents paradigmes propres aux sciences de la cognition. En reprenant plus loin que la carte polaire de Varela (1992), nous verrons que les trois paradigmes classiques des sciences cognitives sont : l'approche symbolique, le connexionnisme ou l'émergence, et l’enaction. À cause de leur haut niveau de formalisation, les EAAR seront examinées au moyen de l’approche symbolique. L’émergence d’idées et de propositions à travers un réseau de personnes sera examinée à travers le paradigme de l’approche connexionniste, validant en cela les idées de Schein (1994) sur les liens de corrélation entre innovation et degré d’interconnexion des personnes. Le rôle particulier de l’intrapreneur ou de l’expert-guru, ou encore de l’entrepreneur sera abordé au moyen de l’approche de l’enaction. Finalement, nous aborderons brièvement les approches de la cognition sociale et de la cognition située à propos du contexte organisationnel et stratégique.

Rappelons que les enjeux tactiques des EAAR sont des enjeux éminemment stratégiques. Pour Brijnjolfson et Schrage (2009), ces expériences vont devenir à la fois plus présentes et déterminantes étant donné le potentiel croissant des technologies de l’information (TI) permettant de les reproduire à l’échelle d’une grande organisation ou d’un réseau organisationnel étendu. Les implications sont grandes notamment sur le fonctionnement

organisationnel étendu. Les implications sont grandes notamment sur le fonctionnement Albert Lejeune, DIC 8101 Page 4
organisationnel étendu. Les implications sont grandes notamment sur le fonctionnement Albert Lejeune, DIC 8101 Page 4

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires de la fonction R&D. Les Google et Harrah i

de la fonction R&D. Les Google et Harrah i de ce monde se départissent des méthodes

traditionnelles de R&D: les propositions innovantes ne viennent plus de 3

mais de 50 ou 60 expériences menées à l'échelle de la planète. Dans ces firmes, on ne

parle plus d'innover dans le futur, mais de mener des expériences sur une base continue.

gurus

ou

4

Ce papier ne fait qu'aborder un phénomène complexe qu'est celui des aspects cognitifs des expériences d'affaires. Nous préparons actuellement de deux autres papiers qui devraient compléter celui-ci : un papier sur la cognition managériale telle que la littérature en gestion stratégique la présente depuis les années 80 et à un deuxième papier portant sur la modélisation organisationnelle computationnelle. Ensemble, ces trois papiers devraient permettre de bien comprendre, d’un point de vue cognitif, le phénomène des expériences d'affaires rapides et agiles, de situer cette approche cognitive dans la littérature en gestion stratégique, et enfin de développer quelques idées de simulation de ce phénomène en utilisant les contributions des différents chercheurs en modélisation organisationnelle computationnelle.

Ce papier est organisé de la façon suivante : 1. Nous présentons succinctement l’évolution des sciences de la cognition à travers la carte polaire de Varela (1992) qui en résume l’évolution. En 2, nous présentons les trois niveaux d’un système cognitif : représentationnel, fonctionnel et matériel. En 3, nous comparons les trois phénomènes EAAR, EIP et TVIE comme trois systèmes cognitifs au niveau représentationnel. En 4, nous les comparons au niveau fonctionnel. En 5, au niveau matériel. En 6, nous abordons brièvement la question du contexte organisationnel et stratégique sous l’angle de la cognition située et en 7., nous concluons.

1. Les trois grands paradigmes historiques des sciences cognitives

Nous empruntons la carte polaire de Varela pour comprendre l’évolution des paradigmes de la recherche en sciences cognitives ou, pour Varela, en sciences et technologies de la cognition (STC). Cette évolution quoique simplifiée - est la suivante : cognitivisme ou approche symbolique, connexionnisme ou émergence et enaction ou approche systémique. Dans les paragraphes suivants, les EAAR illustreront le cognitivisme, les EIP l’approche connexionniste et les TVIE, l’enaction.

Cognitivisme

Les symboles sont à la racine de l'action intelligente qui est le thème premier de la recherche en IA (intelligence artificielle). Pour Newell et Simon (), il n'y a pas de principe dit 'intelligence' mais il faut se poser la question de McCulloch (1961) : Qu'est-ce qu'un symbole, tel que l'intelligence puisse l'utiliser et qu'est-ce qu'une intelligence pouvant utiliser un symbole? Pour Newell et Simon (), dans l'appellation 'système de symboles physiques' (SSP), l'adjectif physique désigne deux choses: 1. les systèmes obéissent aux

(SSP), l'adjectif physique désigne deux choses: 1. les systèmes obéissent aux Albert Lejeune, DIC 8101 Page
(SSP), l'adjectif physique désigne deux choses: 1. les systèmes obéissent aux Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires lois de la physique et sont réalisables par des

lois de la physique et sont réalisables par des ingénieurs et 2. les symboles ne désignent pas seulement des symboles humains. Un SSP est donc un ensemble de symboles qui sont des patrons physiques qui se produisent en tant que composants d'un autre type d'entité appelé expression (ou structure symbolique). Le SSP comprend des processus qui opèrent sur des expressions pour en produire d'autres par création, modification, reproduction et destruction. Deux notions sont essentielles pour bien comprendre la structure du SSP: la désignation (une expression désigne un objet si le SSP peut affecter

Figure 2

intelligence artificielle Holland Winograd Flores Grossberg neurosciences Lakoff Smolenski linguistique Varela
intelligence artificielle
Holland
Winograd
Flores
Grossberg
neurosciences
Lakoff
Smolenski
linguistique
Varela
Ballard
Marr
Hinton
Feldman
Searle
Poggio
Freeman
Simon
Abeles
Newell
John
Pylyshyn
Rummelhart
Hofstaedter
COGNITIVISME
Dennet
Rosch
McClelland
Maturana
Piaget
Dreyfus
ÉMERGENCE
Johnson
psychologie cognitive
Rorty
épistémologie
ENACTION

La carte polaire des STC (systèmes et technologies de la cognition) ii

l'objet ou se comporter en fonction de lui) et l'interprétation (le SSD peut interpréter une expression si l'expression désigne un processus tel que le SSD puisse l'exécuter).

Pour Varela, le paradigme du cognitivisme se résume en répondant à trois questions de la façon suivante :

du cognitivisme se résume en répondant à trois questions de la façon suivante : Albert Lejeune,
du cognitivisme se résume en répondant à trois questions de la façon suivante : Albert Lejeune,

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires  Qu’est -ce que la cognition? symboles à partir

Qu’est-ce que la cognition? symboles à partir de règles.

Le traitement de l’information: la manipulation de

Comment cela fonctionne-t-il?

Par n’importe quel dispositif pouvant représenter

et manipuler des éléments physiques discontinus: les symboles.

Comment savoir qu’un système cognitif fonctionne de façon appropriée? Quand les symboles représentent adéquatement quelque aspect du monde réel, et que le traitement de l’information aboutit à une solution efficace du problème soumis au système.

Les EAAR rencontrent l’approche symbolique quand la représentation de l’expérience est enregistrée dans un dispositif qui sera à même de manipuler des symboles. Par exemple, à l’aide de senseurs, de simuler et de calculer l’effet d’une modification d’une procédure sur une valeur de performance.

Connexionnisme

Ce paradigme du connexionnisme est, toujours selon Varela (1992), celui des réseaux neuronaux et des modèles connexionnistes. En reprenant les mêmes trois questions, les réponses changent : les chercheurs connexionnistes se proposent de travailler sur des réseaux qui imitent le comportement des réseaux de neurones dans le cerveau.

Qu’est-ce que la cognition pour ces chercheurs? L’émergence d’états globaux dans un réseau de composants simples.

Comment cela fonctionne-t-il? Des règles locales gèrent les opérations individuelles et des règles de changement gèrent les liens entre les éléments.

Comment savoir qu’un système cognitif fonctionne de façon appropriée? Quand les propriétés émergentes sont identifiables à une faculté cognitive une solution adéquate pour une tâche donnée.

Hinton, McClelland et Rumelhart (1986) présentent la notion de représentation distribuée dans le fonctionnement de la mémoire en illustrant la façon très flexible - dont les personnes peuvent avoir accès à leur mémoire. Il leur suffit de se rappeler d'éléments appartenant à des descriptions partielles de leurs contenus. Cette architecture est très difficile à implanter sur un ordinateur qui stocke chaque élément à une adresse donnée, et retrouve cet élément grâce à son adresse. Les représentations distribuées apportent une façon efficace d'utiliser des machines parallèles pour implanter des recherches du meilleur résultat. À cette fin, on fait correspondre différents éléments correspondant à différents patrons d'activité sur un groupe donné d'unités matérielles. Une description partielle est présentée sous la forme d'un patron d'activité partiel qui active certains éléments matériels. Un nouvel élément est stocké en modifiant les interactions entre les éléments matériels de façon à créer un nouveau patron d'activité stable. Une façon de réfléchir aux mémoires distribuées est de le faire en termes d'un ensemble très grand de règles d'inférence plausibles. Chaque unité active représente une micro caractéristique d'un élément et les forces de connexion remplacent de possibles micros

d'un élément et les forces de connexion remplacent de possibles micros Albert Lejeune, DIC 8101 Page
d'un élément et les forces de connexion remplacent de possibles micros Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires inférences entre micros caractéristiques. On arrive ainsi,

inférences entre micros caractéristiques. On arrive ainsi, comme pour la mémoire humaine, à ne plus distinguer vraiment entre un rappel véridique et une confabulation ou une reconstruction plausible. Fofor et Pylyshyn (1988), les ténors de l’approche cognitiviste, vont réagir vivement à cette déviation du paradigme cognitiviste alors que les connexionnistes resserrent les rangs autour de Chalmers (1990).

Les EIP, les idées et propositions innovantes qui émanent des conversations entre membres de différents réseaux, groupes et communautés dans l’entreprise, illustrent l’approche connexionniste parce que des idées - comme une proposition d’expérience d’affaires - émergent à partir d’interactions individuelles.

Enaction

Va pour les neurones et les réseaux neuroniques. Mais les neurones sont-ils toujours mobilisés dans la cognition. Ou, autrement dit, trouve-t-on des systèmes cognitifs sans neurones? Peut-il y avoir cognition sans représentation? Voici un extrait d’un article de Stewart (1994) :

On considère souvent comme allant de soi qu'il n'y aurait pas de cognition sans neurones /…/ et donc que les neurosciences font automatiquement partie des sciences cognitives. Autrement dit, on considère que des neurones constituent une base nécessaire et suffisante pour des phénomènes cognitifs, et que la biologie contribue aux sciences cognitives essentiellement par le biais des neurosciences.

L’exemple ou plutôt le contre-exemple décrit par Stewart est celui du système immunitaire, également discuté en 1994 par Varela qui introduit le paradigme de l’enaction. Comment se définit, toujours en trois questions, le paradigme de l’enaction?

Qu’est-ce que la cognition? L’action productive: l’historique du couplage structurel qui enacte (fait-émerger) un monde.

Comment cela fonctionne-t-il? Par l’entremise d’un réseau d’éléments interconnectés, capable du subir des changements structuraux au cours d’un historique non interrompu.

Comment savoir qu’un système cognitif fonctionne de façon appropriée? Quand il s’adjoint à un monde de signification préexistant, en continuel développement ou quand il en forme un nouveau (comme cela arrive dans l’histoire de l’évolution).

Pour Duquaire (2003), Varela rapporte la cognition à un processus à clôture opérationnelle, c’est-à-dire autonome, résultant d’un couplage structurel avec l’environnement. Critiquant le connexionnisme pour son incapacité à prendre en compte l’expérience humaine, il construit le paradigme de l’enaction sur une seule exigence pour les sciences cognitives : retourner à nos vécus. Il s’agit de privilégier l’explicitation opérationnelle d’un système et non son explicitation symbolique.

Quand nous parcourons la carte de Varela du centre vers la périphérie c'est-à-dire de façon centrifuge, nous partons d'un même centre qui réfère à la création de la cybernétique et de la

partons d'un même centre qui réfère à la création de la cybernétique et de la Albert
partons d'un même centre qui réfère à la création de la cybernétique et de la Albert

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires conception des premiers ordinateurs. Il était suggéré à

conception des premiers ordinateurs. Il était suggéré à cette époque que la logique était la discipline à partir de laquelle on allait comprendre le fonctionnement du cerveau. Le cerveau était décrit comme une entité dont les constituants ou neurones incarnaient des principes logiques (Varela, 1992). À partir de ce point de départ de nombreuses disciplines ont contribué à développer et à transformer la cybernétique. Dans la carte polaire, nous voyons des disciplines comme l'intelligence artificielle, la linguistique, l'épistémologie, la psychologie cognitive, et les neurosciences. En commentant brièvement les trois paradigmes du cognitivisme, de l'émergence, de l’enaction, nous avons à peine effleuré la complexité des recherches produites par les chercheurs de ces différentes disciplines.

Mais l'évolution des sciences de la cognition vers la distribution située, la cognition située ainsi que vers la cognition sociale et l’enaction, nous font penser que Varela a sans doute raison de dire que l'homme et son cerveau sont compris aujourd’hui de façon bien différente qu’au début des recherches sur la cybernétique. Nous passons en effet d'un homme dédié à une tâche routinière et à la résolution de problèmes à un homme doté d'un cerveau créateur et orienté vers la définition de problèmes dans un contexte qui est historique et incarné. La pensée et la cognition sont distribuées et le monde où la notion de représentation était prégnante est progressivement remplacé par un monde où l'action productive et où le développement par stratégie évolutionniste se substitue au développement par conception. Ainsi, dans les organisations de l'âge industriel, la conception était centrale ; pensons au travail organisé autour de la ligne d'assemblage. Dans les organisations basées sur la connaissance, la source de valeur n'est plus dans la conception comme telle, mais plutôt dans les choses qui ne peuvent pas être conçues (faire l’objet d’un design) comme les idées comme les possibilités (Voir Yoo et al., 2006). Le tableau de Varela ci-dessous illustre bien cette nouvelle synthèse.

Tableau 1

Depuis :

Vers :

Dédié à une tâche

Créateur

Résolution de problèmes

Définition de problèmes

Abstrait, symbolique

Historique, incarné

Universel

Contextuel

Centralisé

Distribué

Séquentiel, hiérarchique

Parallèle

Monde prédéfini

Monde enacté

Représentation

Action productive

Développement par conception

Développement par stratégies évolutionnistes

Évolution des STC pour Varela

Développement par stratégies évolutionnistes Évolution des STC pour Varela Albert Lejeune, DIC 8101 Page 9
Développement par stratégies évolutionnistes Évolution des STC pour Varela Albert Lejeune, DIC 8101 Page 9

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Il y a un paradoxe apparent dans la littérature

Il y a un paradoxe apparent dans la littérature à propos des EAAR. Ce dont Davenport (2009)

parle, à savoir les expériences d'affaires agiles et rapides, basées sur le test d'hypothèse, en suivant une approche scientifique, nous rapprocherait plutôt des origines symboliques des sciences cognitives. Nous serions dans un monde symbolique, un monde de résolution de problèmes, un monde prédéfini où la représentation du monde extérieur est centrale. Mais c’est sans compter l'importance des activités de collaboration, de coopération et de communication et le rôle-clé des intrapreneurs/entrepreneurs dans l’innovation. La caractéristique des grandes organisations innovatrices comme Google, consiste dans une culture basée sur des valeurs de partage, de coopération, de communication et de créativité. En fait, le phénomène des EAAR peut être compris à différentes échelles: au niveau global, dans une culture ouverte, l’organisation recherche par des stratégies évolutionnistes la création de nouveaux processus, services et produits, bref de nouvelles solutions pour le client. Mais, à un niveau très localisé, pour fonder plus scientifiquement de nouvelles idées, il s'agit de revenir à la démarche traditionnelle hypothético-déductive. Et cette différence d’échelle constitue un changement de paradigme par rapport à la vague de réingénierie des années 1990, où il fallait reconsidérer scientifiquement l'ensemble de tous les processus d'une firme, un peu à la manière dont déjà Frederick Taylor reconsidérait, tâche par tâche, le fonctionnement complet d'une chaîne de montage. Différents modes de cognition semblent se voisiner dans l'entreprise moderne, particulièrement dans l'entreprise innovatrice en haute technologie. C'est pourquoi nous allons contraster, au moyen de l’approche multi niveaux, le fonctionnement des systèmes cognitifs que sont des expériences d'affaires agiles et rapide, l'émergence d'idées et de propositions, et les tests de la vision de l’intrapreneur ou de l'entrepreneur.

2. Les trois niveaux d’un système cognitif

Avant de présenter les trois niveaux d'un système cognitif, il faut démarquer l'approche des

sciences cognitives de l'approche de la psychologie expérimentale qui propose la notion de modèle mental. En stratégie, ou en gestion stratégique, la littérature en cognition managériale (managerial cognition) utilise largement l’idée ou le concept de modèle mental. Ce modèle mental peut être individuel, d’équipe, collectif ou organisationnel. Le concept de modèle mental est issu en fait des recherches en psychologie expérimentale et les chercheurs de cette discipline ont résisté au nouveau paradigme des sciences cognitives autour des années 1980. Il

y avait en fait un débat sous-jacent : pouvait-on parler de modèle mental sans aborder les

questions de l’IA (intelligence artificielle), à savoir l’existence de règles au niveau de la représentation symbolique? Johnson-Laird (1980) psychologue expérimental - réfléchit ainsi à cette question :

Philosophers distinguish between a correspondence theory of truth and a coherence theory. An assertion is true according to the first theory if it corresponds to some state of affairs in the world; and it is true according to the second theory if it coheres with a set of assertions

and it is true according to the second theory if it coheres with a set of
and it is true according to the second theory if it coheres with a set of

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires constituting a general body of knowledge. Psychologists want

constituting a general body of knowledge. Psychologists want their theories to correspond to the facts; artificial intelligencers want their theories to be coherent; both groups have adopted the methods best suited to their aims. Cognitive science, however, needs theories that both cohere and correspond to the facts. Hence a rapprochement is required.

Ce rapprochement devrait passer par l’utilisation d’une approche multi niveaux. Le concept multi-niveaux dans l’explication scientifique est récent et représente une des principales innovations des sciences cognitives (Varela, 1992; Fodor, 1974). Les sciences cognitives distinguent les trois niveaux représentationnel, fonctionnel et matériel. Ces niveaux peuvent porter différents noms selon les trois paradigmes historiques. Dennett (1979) prend l’exemple de l’ordinateur qui joue aux échecs, et y distingue trois points de vue ou postures (stance) : la posture du design (comprendre les instructions du programme) qui correspond au niveau fonctionnel, la posture physique (comprendre le fonctionnement des circuits électroniques posture généralement réservée aux cas de bris) qui correspond au niveau matériel, et la posture intentionnelle qui correspond au niveau représentationnel. Les ordinateurs qui jouent aux échecs ne sont accessibles à la prédiction qu’à travers la posture intentionnelle. La rationalité de ce système est présupposée, ce qui veut dire qu’il dispose d’un design optimal par rapport à ses buts. Dans ce cas, on peut prévoir son comportement en attribuant au système la possession de certaines informations tout en le supposant dirigé vers certains buts. En poussant plus loin, on peut appeler l’information détenue par le système, des croyances, et ses buts, des désirs. Pour Dennett, le point ici n’est pas de soutenir que les ordinateurs ont des croyances et des désirs mais qu’en leur attribuant cela, il est possible de prédire leur comportement. L’adoption de cette posture est une stratégie pragmatique, qu’on ne cherche pas à qualifier de vraie ou de fausse.

Cette stratégie pragmatique prévaut quand nous regardons comme trois systèmes d’information les EAAR, EIP et TVIE.

3. Le niveau représentationnel des EAAR, EIP et TVIE dans le contexte de la gestion stratégique de l’entreprise

En attribuant des valeurs et des croyances à une expérience d’affaires (EAAR), une communauté de pratique (EIP) ou à un intrapreneur-expert (TVIE), nous attribuons donc à ces systèmes d’information la possession de certaines informations tout en les supposant dirigé vers certains buts. Le niveau représentationnel de ces trois systèmes est présenté ci-dessous à la lumière des trois paradigmes classiques présentés plus haut dans le texte. Ainsi les EAAR sont examinées à l’aide du paradigme symbolique, les EIP à l’aide du paradigme connexionniste et les TVIE à l’aide du paradigme de l’enaction.

du paradigme connexionniste et les TVIE à l’aide du paradigme de l’enaction. Albert Lejeune, DIC 8101
du paradigme connexionniste et les TVIE à l’aide du paradigme de l’enaction. Albert Lejeune, DIC 8101

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Le paradigme symbolique : entrées, traitements et sorties des

Le paradigme symbolique : entrées, traitements et sorties des EAAR

Selon Meunier (2001), les technologies de l'information jouent un rôle de plus en plus important dans notre monde moderne. L'expression technologies de l'information n'est cependant qu'une traduction populaire de l'expression plus technique des systèmes de traitement de l'information (STI). Ou encore, selon Varela, une traduction simplifiée de systèmes et technologies de la cognition (STC). Toujours pour Meunier (2001), le concept de STI est un concept complexe à comprendre et il en existe de nombreuses définitions. Dans la mesure où le système que nous examinons comme le système d'expérience d'affaires (EAAR) est un système d'information, à la fois humain, social et technologique (numérique), il y a une première façon de le concevoir qui est classique et qui affirme et réaffirme que la vraie nature de l'information est représentationnelle. Ce modèle manipule des représentations, c'est-à-dire un type particulier d'objets dont la fonction est d'être à propos de quelque chose d'autre. C'est l'approche traditionnelle des modèles de la cybernétique (Turing, 1937; Ahsby, 1956), des théories de l'intelligence artificielle (Newell et Simon, 1976) ainsi que de certains modèles philosophiques (Fodor, 1975; Dennett, 1978, Haugeland, 1986) (Meunier, 2001 : 4). Prenons un exemple. Chez Merck, des défis liés à l'information sont omniprésents tout au long des activités de découverte de nouveaux médicaments. Traduire efficacement le potentiel des nouvelles TI innovatrices pour offrir de nouvelles capacités de R&D nécessite de combler les écarts entre, d’une part, les innovateurs externes en TI et, d’autre part, la R&D interne et le personnel informatique. Pour pallier à cette faiblesse, Merck Research Laboratories (MRL) a créé un nouveau groupe appelé MRL Information Technology Innovation qui construit ce que nous appelons des EAAR iii . Le groupe identifie les nouvelles technologies d'information les plus prometteuses et utilise ses connaissances privilégiées des besoins d’affaires actuels et émergents de MRL pour mettre au point des applications. Les applications de ces nouvelles technologies doivent répondre aux défis d’affaires de Merck, sous forme de courtes expériences agiles (EAAR). Pour toute initiative impliquant l'informatique innovante, une hypothèse est développée. Son test va nécessiter la conception et l'exécution d'une expérience. Comme système d’information, le EAAR comprend des entrées, des sorties et des traitements. Il faut y envoyer les informations sur les défis externes, les défis internes, le potentiel nouveau des TI, l’écart à combler en termes de performance, les ressources disponibles et les données de planification. Tout peut être mis sous forme de symboles et de règles. L’hypothèse à tester est elle-même une règle et un langage déclaratif comme Prolog à base de règles et de faits comme un système expert - nous permettrait de simuler l’ensemble des traitements prévus. En sortie, un tableau de bord devrait informer toutes les parties prenantes à l’expérience.

Mais des critiques sont apportées à ce modèle de représentationnel. Selon Meunier (2001: 5), leur manque de valeur explicative ainsi que l'argument de la régression à l'infini que ce concept met en place en ce qu'il exige un interprète ou un homoncule qui comprend cette représentation mais qui, pour ce faire, doit à son tour se construire une représentation. Varela (1992) souligne deux failles bien connues du cognitivisme : 1. Le traitement symbolique de l’information est fondé sur des règles appliquées séquentiellement, et 2. Le traitement

est fondé sur des règles appliquées séquentiellement, et 2. Le traitement Albert Lejeune, DIC 8101 Page
est fondé sur des règles appliquées séquentiellement, et 2. Le traitement Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires symbolique est localisé . En quelque sorte l’approche

symbolique est localisé. En quelque sorte l’approche cognitiviste représente bien l’expert spécialisé dans un domaine précis, mais l’approche distribuée – introduite ci-dessous - représente l’enfant et le développement de ses capacités d’apprentissage.

Le paradigme connexionniste : entrées, traitements et sorties des EIP

Pour Meunier (2001), le modèle symbolique, celui défendu par les théories fortes de la représentation (à la Fodor, 1975 ou à la Pylyshyn, 1984) ou une théorie faible de la représentation (à la Stich, 1983) soutient que les contraintes auxquelles sont soumises les informations prennent la forme de règles, lesquelles, formellement, sont des fonctions récursives souvent linéaires applicables aux informations. Le résultat de ces opérations n'est pas un nouvel objet mais une nouvelle configuration. Les modèles non-symboliques, surtout ceux de type dynamique, soutiennent aussi que les informations sont contraintes dans leur transformation mais cette fois ce ne sont plus des règles qui jouent, mais des contrôles (Meunier, 2001 : 14). Pour Varela (1992 : 57), le point de départ n’est plus une description symbolique abstraite mais une armée de constituants simples et non intelligents qui, comme des neurones, expriment des propriétés globales intéressantes lorsqu’ils sont reliés. Ainsi la configuration des liens devient inséparable de l’histoire de ses transformations. Aborder l’émergence d’idées et de propositions à l’aide du paradigme connexionniste nous amène naturellement dans l’histoire des transformations que pourrait vivre, par exemple, une communauté d’experts chez Google. Google permet aux employés d'innover aux niveaux de la définition de produits et du processus de développement de nouveaux produits et services. L'entreprise mise sur des employés brillants que l'on installe dans un environnement créatif appelé le Googleplex. La communication entre les professionnels y est essentielle. L’architecture physique du lieu est conçue pour favoriser les échanges entre les usagers et les équipes de travail. Un processus en ligne permet de cumuler les idées provenant tant de la direction que des employés à l’aide de plusieurs listes de courriels. On utilise également un outil appelé Sparrow qui est un simple éditeur web permettant d’entrer une idée. Ensuite, on les compile ces idées, on les priorise et en arrive à définir les 100 projets prioritaires, constamment remis à jour. Pour gérer ces projets, on crée des équipes de trois à cinq personnes qui peuvent s'auto- organiser et réaliser rapidement les projets clés.

Le fonctionnement d’une telle communauté d’experts peut être compris par l’approche connexionniste. Pour Meunier (2001 : 14), les transformations internes dans ces modèles sont régies par des processus qui ne sont pas de nature grammaticale mais plutôt de nature paramétrique, tels par exemple des seuils, des attracteurs, des tendances, etc. Ainsi, les transformations sont soumises à un ensemble de critères qui les contrôlent de l'extérieur et où les résultats convergent vers des associations, des classifications, des combinaisons etc. Remarquons que c’est exactement le but visé par Google : associer, classifier et combiner des idées en vue d’en dériver des projets innovants. Pour Varela (1992 : 84), même si on tente de rapprocher les approches symboliques et connexionnistes, tout niveau symbolique est alors complètement dépendant des propriétés et particularités du réseau sous-jacent et reste lié à

dépendant des propriétés et particularités du réseau sous-jacent et reste lié à Albert Lejeune, DIC 8101
dépendant des propriétés et particularités du réseau sous-jacent et reste lié à Albert Lejeune, DIC 8101

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires son histoire. D’une certaine façon, l’EAAR n’a pas

son histoire. D’une certaine façon, l’EAAR n’a pas d’histoire : elle réussi ou elle échoue. De plus, elle facile à désigner -comme Dennett le propose- on peut lui attribuer des valeurs pour en inférer un comportement. On dira : l’expérience nous a montré que, nous dit que etc. Par contre, l’une ou l’autre des communautés d’ingénieurs de Google n’existe que par l’histoire de ses transformations. On ne dira pas : la communauté de pratique dit que… Mais on dira plutôt :

quand John a rejoint la communauté, ceci a changé… Il nous faut donc comprendre l’historique du développement des réseaux sociaux. Les entrées des EIP sont bien des personnes dotées de capacités et de compétences; les traitements sont de multiples interactions et conversations; les sorties sont des catégories d’idées et ultimement des choix de projets innovants.

Le paradigme de l’enaction : entrées, traitements et sorties des TVIE

Toujours selon Meunier (2001), une critique fondamentale de la représentation revient à dire que le concept de représentation est inadéquat et non pertinent pour comprendre la complexité d’un STI. Il faudrait plutôt parler de disposition du corps à répondre à des stimuli (Freeman, 1991). Alors on aurait affaire à un système de traitement de l'information qui manipule des informations mais qui ne sont pas symboliques. Rappelons, pour l’exemple, l’histoire de Steve Jobs quand il est chassé de la compagnie Apple qu’il a cofondée. Triste et perdu, il s’interroge durant plusieurs mois. Finalement, il déjeune avec Paul Berg, un lauréat du prix Nobel de biochimie à l'Université de Sandford. Paul lui explique les difficultés qu’ont les équipes de recherche à extraire l'ADN des cellules. Jobs réagit par une question. Il demande à Berg s’il avait déjà pensé à l'accélération de ces expériences en les simulant sur un ordinateur. Berg lui répond que la plupart des universités n'ont pas les ordinateurs et les logiciels nécessaires. "C'est alors que j'ai commencé vraiment à penser à ce genre de choses et à faire tourner des machines à nouveau», avouera Jobs plus tard. Sur cette hypothèse de travail, Jobs va quitter définitivement Apple (dont il était encore le Président) et créer NextStep iv . Le processus est ici un processus d'identification, de façonnage, et de recherche continue des opportunités du marché. Un processus propre à l’entrepreneur, à son histoire, à ses émotions, à ses valeurs et à son style cognitif. Pour Varela (1992 : 90-91), tant les cognitivistes que les connexionnistes utilisent la représentation adéquate d’un monde extérieur prédéterminé comme critère d’évaluation de la cognition. Mais cette image est par trop incomplète. La plus importante faculté de toute cognition vivante est précisément, dans une large mesure, de poser les questions pertinentes qui surgissent à chaque moment de notre vie. Elles ne sont pas prédéfinies mais enactées, on les fait-émerger sur un arrière plan, et les critères de pertinence sont dictés par notre sens commun, d’une manière toujours contextuelle.

sont dictés par notre sens commun, d’une manière toujours cont extuelle. Albert Lejeune, DIC 8101 Page
sont dictés par notre sens commun, d’une manière toujours cont extuelle. Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires 4. Le niveau fonctionnel des EAAR, EIP et TVIE

4. Le niveau fonctionnel des EAAR, EIP et TVIE dans le contexte

de la gestion stratégique de l’entreprise

Le niveau fonctionnel décrit les interactions entre les éléments qui font l’objet d’une représentation. C’est pour Dennett, la posture du design qui se manifeste. Pour Meunier (2008), le concept de fonction est utilisé, dans son usage général, dans plusieurs disciplines à des fins d'explication ou de description d'objets, d'événements ou de système. Le système d’activité tel que proposé par Engeström permet précisément de décrire la structure des EAAR, des EIP et des TVE, comme systèmes d’activités. Selon Hemple (1965), l'analyse fonctionnelle, comme démarche, consiste en une étude des régularités comportementales d'un système. Elle tente d'en identifier les traits pertinents ou persistants. Un premier sens du concept est donc d'indiquer une relation dynamique qu'un système peut entretenir avec des entités ou éléments qui en font partie. En ce sens une fonction identifie l'activité ou le rôle général des constituants d'un système ou d'un organisme, mais sans en préciser le détail (Meunier, 2008).

Rappelons la définition d’Engeström d’un système d’activité. Un système d'activité est un moyen de visualiser la configuration totale d'une activité comme suit: dans ce modèle d'un système d'activité, le sujet se rapporte à l'individu ou au groupe dont le point de vue est pris dans l'analyse de l'activité. L'objet (ou objectif) est la cible de l'activité au sein du système. Les instruments ou outils réfèrent à la médiation interne ou externe des artefacts qui permettent d'atteindre les résultats de l'activité. La communauté est composée d'une ou plusieurs personnes qui partagent l'objectif avec le sujet. Les règles régissent les actions et les interactions au sein du système d'activité. La division du travail explique comment les tâches sont divisées horizontalement entre les membres de la communauté ainsi que se référant à une division verticale du pouvoir et de statut. La transformation d’un objet en un résultat justifie l'existence d'une activité.

Par ailleurs, Meunier (2008) rappelle que selon Nuyst (1992), on peut distinguer deux grandes classes de fonction : une première de type quantitatif et une seconde de type qualitatif. La définition quantitative correspond au concept classique de fonction en mathématiques, c'est-à- dire de relations systématiques non réflexives et univoques entre deux entités. La seconde, de type qualitatif, définit la fonction en termes de rôle, c'est-à-dire comme une relation entre un agent est un but ou une fin. /…/ Cet usage du mot fonction dit elle est une périphrase pour dire qu'un agent effectuant une action vise, par celle-ci, une finalité. Cette dépendance définit le rôle de l'action.

Dans une expérience d'affaires, dans une communauté de pratique, ou dans la tête de l'entrepreneur, le modèles d’Engeström décrira correctement le niveau fonctionnel pour autant que nous ayons une description pour chacun des agents humains ou non humains impliqué dans le système d'activité.

chacun des agents humains ou non humains impliqué dans le système d'activité. Albert Lejeune, DIC 8101
chacun des agents humains ou non humains impliqué dans le système d'activité. Albert Lejeune, DIC 8101

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires L’approche fonctionnelle des EAAR Dans le cas de l’EAAR,

L’approche fonctionnelle des EAAR

Dans le cas de l’EAAR, l’objet du système d’activité – l’expérience d’affaires agile et rapide – est la réduction de l’écart entre une façon de faire actuelle et une façon nouvelle qui fait l’objet d’une hypothèse de travail. La résolution de cet écart devra améliorer la performance d’un segment de processus R&D (cas de Merck). Les sujets ou agents sont multiples. Ils travaillent au sein d’une EAAR à réduire un écart entre performance attendue et performance actuelle. Le fonctionnement d’une EAAR consiste à modifier des règles d’affaires, à questionner la division du travail et à suivre à l’aide d’un tableau de bord les effets de ces changements sur les écarts à réduire. Rappelons le cas de Merck : traduire efficacement le potentiel des nouvelles TI innovatrices pour créer de nouvelles capacités de R&D (c’est le résultat attendu du système d’activités) nécessite de combler les écarts entre les innovateurs externes en TI et la R&D interne.

Figure 3

Tableau de bord

Instruments EAAR Écart Résultat Sujet Communauté Règles Division du travail
Instruments
EAAR
Écart
Résultat
Sujet
Communauté
Règles
Division du travail

L’approche fonctionnelle des EIP

La structure du système d’activité d’une EIP est différente. L’objet n’est pas nécessairement quantifié, mais il est question d’innover en termes de produits et ou de processus. La notion de communauté de sujets et le réseau d’interactions que cela suppose est essentiel. La médiation se fait essentiellement à l’aide de la conversation et d’objets frontière ou ‘Boundary objects’

à l’aide de la conversation et d’objets frontièr e ou ‘Boundary objects’ Albert Lejeune, DIC 8101
à l’aide de la conversation et d’objets frontièr e ou ‘Boundary objects’ Albert Lejeune, DIC 8101

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires (voir Star et Griesemer, 1989). Boundary objects are objects

(voir Star et Griesemer, 1989). Boundary objects are objects which are both plastic enough to adapt to local needs and constraints of the several parties employing them, yet robust enough to maintain a common identity across sites. C’est le cas de Google et de son mode d’innovation continu.

EIP

Conversation

Instruments Communauté
Instruments
Communauté
Innovation Sujet
Innovation
Sujet

Résultat

Règles

Division du travail

L’approche fonctionnelle des TVIE

Les tests de visualisation de l’entrepreneur exige un sujet particulier : l’entrepreneur. À l’aide de son processus de visualisation il médiatise sa vision interne et le monde externe. Son système d’activité est centré sur la recherche d’opportunités.

externe. Son système d’activité est centré sur la recherche d’opportunités. Albert Lejeune, DIC 8101 Page 17
externe. Son système d’activité est centré sur la recherche d’opportunités. Albert Lejeune, DIC 8101 Page 17

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Visualisation TVE Instruments Résultat Opportunité Sujet
Visualisation TVE Instruments Résultat Opportunité Sujet Communauté Règles Division du travail
Visualisation
TVE
Instruments
Résultat
Opportunité
Sujet
Communauté
Règles
Division du travail

L’entrepreneur (schumpetérien) recherche activement de nouvelles opportunités, développe son pouvoir personnel, prend des décisions majeures, provoque des changements radicaux et se bat pour la croissance d'un empire (Mintzberg, xx). Un empire qu’il visualise en continu. La visualisation se compare ici à la composition d’une symphonie ou à la réalisation d’une peinture. L’artiste démarre à l’aide d’une image mentale alors que le rendu final est déjà visualisé même s’il n’est pas entièrement formé. Au fur et à mesure que l’artiste complète l’image, la composition commence à prendre forme. L’artiste intervient avec son pinceau en accord avec l’image, mais la forme résultante moule l’image en retour. À la fois planifiée et émergente, l’image peinte est un produit de la visualisation.

Pour Meunier (2008), une analyse fonctionnelle cherche à identifier des régularités de dépendance dans un système quelconque. Ceci la rend très commode dans une démarche explicative ou descriptive. En effet, elle permet de présenter les régularités sans avoir à se prononcer sur la nature de la causalité ou des lois ‘naturelles’ ou physiques qui sont en jeu. Autrement dit, elle n'implique pas un engagement ontologique immédiat. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'une analyse fonctionnelle peut se permettre d'être indépendante des instanciations matérielles qui les réaliseraient. Elles ne s'engagent jamais sur ses réalisations matérielles.

les réaliseraient. Elles ne s'engagent jamais sur ses réalisations matérielles. Albert Lejeune, DIC 8101 Page 18
les réaliseraient. Elles ne s'engagent jamais sur ses réalisations matérielles. Albert Lejeune, DIC 8101 Page 18

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires 5. Le niveau matériel des EAAR, EIP et TVIE

5. Le niveau matériel des EAAR, EIP et TVIE dans le contexte de la gestion stratégique de l’entreprise

Quand on considère l’esprit, le niveau matériel ce sont les neurones. Les 100 milliards de neurones et leur nombre infini d’interconnexions. Quand on regarde les expériences d'affaires au niveau matériel, on va retrouver des individus agissant dans un contexte organisationnel qui fixe une situation, selon la théorie de la cognition située. Cette situation peut provenir de l'une des trois configurations suivantes. Ces configurations sont inspirées des modes stratégiques définis par Mintzberg en 1983 : le mode de plan, le mode adaptatif, et le mode entrepreneurial. Nous les nommerons également espace programmatique (pour le plan), espace habité (pour le mode adaptatif) et espace vide pour le mode entrepreneurial (voir Lejeune, 1994).

Pour Alain Mille (notes de cours v au LIRIS), la cognition située, en contraste avec l’approche symbolique située prétend que quand on modélise la connaissance humaine avec un ensemble de descriptions, telles qu’une collection de faits et de règles dans un système expert, on décrit abstraitement comment le logiciel doit régir à certaines situations, mais on ne tient pas compte de toute la flexibilité venant du fait que perception, action et mémoire sont associées chez l’homme (dans le cerveau dit l’auteur…). Pour reprendre ce que disait Alfred Korzybski, la carte n’est pas le territoire. La conceptualisation humaine possède des propriétés qui sont en relation avec la coordination physique qui rend la connaissance humaine différente des procédures écrites et des réseaux de mots dans un logiciel.

6. Le contexte organisationnel et stratégique en trois configurations

Après Ansoff (1965) et Allison (1971) et au moment où le paradigme du choix stratégique est bien établi (Child, 1972), Mintzberg présente, dans un article paru en 1973, sa vision des trois modes organisationnels de la stratégie : le mode entrepreneurial, le mode planificateur et le mode adaptatif vi . La prise de décisions est au centre des préoccupations de Mintzberg (1973) qui introduit ainsi son article : «How do organizations make important decisions and link them together to form strategies? ». La question est posée de façon cohérente avec l'analyse que Simon (1945) a faite de l'organisation. L'organisation est d'abord un flux de décisions qui coule du sommet de l'organisation vers la base. Dans cette vision, ou ce paradigme de l'approche décisionnelle, la stratégie devient un «pattern», une forme cohérente, dans un ensemble de décisions. La réponse de Mintzberg est double: les organisations prennent des décisions jointes ou disjointes. Il y a deux façons de prendre des décisions jointes: soit qu'il y ait un seul preneur de décision (et c'est le mode entrepreneurial qui imprègne l'organisation), soit qu'il existe un système, le plan et son processus de fabrication, pour relier entre elles des décisions distinctes (et c'est le mode planificateur qui domine l'organisation). La façon de prendre des décisions

mode planificateur qui domine l'organisation). La façon de prendre des décisions Albert Lejeune, DIC 8101 Page
mode planificateur qui domine l'organisation). La façon de prendre des décisions Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires disjointes est simple: les décideurs sont en face de

disjointes est simple: les décideurs sont en face de buts qui ne sont pas clairs, des processus décisionnels sont très politisés et des changements qui ne peuvent jamais beaucoup affecter le statu quo. Nous sommes alors dans le mode adaptatif que Linblom (1959) et Cyert et March (1963) ont contribué à décrire.

Dans notre thèse (Lejeune, 1994), nous avons appelé la configuration basée sur l'existence d'un leader fort l'espace vide; la configuration basée sur le plan, l'espace programmatique, et la configuration basée sur la recherche d'un consensus par le groupe, l'espace habité.

L’espace programmatique : un contexte adapté aux expériences d’affaires agile et rapide (EAAR)?

L'espace programmatique est propre à l'architecte qui finit par renoncer à toute vision esthétique pour mettre en forme un programme résultant d'un budget, de données sur les coûts et de contraintes réglementaires (sur l'occupation du sol, les matériaux, l'esthétique et l'industrie de la construction). Il ressemble en cela au gestionnaire mécanique et objectif apte à fonctionner selon les coûts/bénéfices, les opportunités/contraintes et les forces/faiblesses. L'espace programmatique est plein, chargé de normes et de contraintes, d'outils de représentation et de pratiques enracinées, d'idéologies et de théories bien en place. L'architecte (le manager) qui travaille dans ce type d'espace de représentation ne peut plus développer sa propre trajectoire. Il effectue seulement de la mise en forme de contraintes diverses et multiples (terrain, plan d'occupation du sol, normes d'urbanisme, normes de construction, cahier des charges). C'est le type d'espace de représentation décrit par les experts en «problem solving» (Newell et Simon, 1972) : un espace rempli d'opérateurs où une solution ou un artefact (le produit d'une activité consciente de design ) ne s'élabore qu'après de multiples itérations. Un type d'espace qui nie la trajectoire a priori. La stratégie est conçue alors comme le résultat d'une série d'itérations entre des nœuds de connaissance concernant les opportunités et les menaces dans l'environnement, ainsi que les forces et les faiblesses de l'entreprise ou de l'organisation (Andrews, 1980). La dimension dominante de l'espace de représentation programmatique dans son aspect concret et visible est certainement l' «outillage» (repérage de l'environnement, modélisation, planification stratégique, simulation en temps réel etc.) mis en branle, à l'aide d'ordinateurs et de procédures administratives, pour produire une stratégie- programme.

Les changements d'affaires rapides, Fast Business Experiments ou Short Agile Experiments doivent pouvoir conduire dans des délais minimes à des déploiements à moyenne ou grande échelle grâce aux infrastructures numériques. Ces expériences possèdent des caractéristiques communes. Elles se déroulent toujours au niveau tactique, elles ne concernent pas la formulation de la stratégie, elles se calquent sur la méthode scientifique (test d'hypothèse), elles se déroulent selon un processus rigoureux et elles exploitent les TI pour étendre et multiplier rapidement les expériences à succès (scalability). Les EAAR relèvent clairement de l’implantation au niveau tactique : ‘Generally speaking, the triumphs of testing occur in strategy execution, not strategy formulation’

the triumphs of testing occur in strategy execution, not strategy formulation’ Albert Lejeune, DIC 8101 Page
the triumphs of testing occur in strategy execution, not strategy formulation’ Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires (Davenport, 2009). Les EAAR suivent un processus rigoureux,

(Davenport, 2009). Les EAAR suivent un processus rigoureux, dont le déroulement type a été synthétisé par Davenport (2009). Enfin, les EAAR utilisent le potentiel des TI pour une multiplication rapide du succès des expériences concluantes.

Dans la configuration de l'espace programmatique, les EAAR forment une exception du point de vue du contexte de planification. Chez Merck, en effet, l'expérimentation se fait en collaboration et la prise de risque est encouragée. De plus, pour éviter les retards des planifications longues, des expériences sont limitées à une durée maximale de trois mois. Cela permet une décision plus rapide et encourage un plus large essai d'idées spéculatives, en particulier celles qui ont un potentiel élevé. Tous les systèmes qui sont créés au cours d'une expérience doit être mis hors service à l'issue de l'expérience. Cela élimine la charge de la planification de tout entretien continu de ces systèmes et des mises à niveau. Si l’espace programmatique est plein, chargé de normes et de contraintes, d'outils de représentation et de pratiques enracinées, d'idéologies et de théories bien en place, les EAAR rencontreront beaucoup de résistances comportementales et administratives.

L’espace habité : un contexte adapté à l’émergence d’idées et de propositions (EIP)

L'espace habité est propre à l'architecte «social» qui est à l'écoute du client, cherchant à saisir et à traduire exclusivement les besoins d'une famille, d'une communauté ou d'une organisation sans imposer sa trajectoire esthétique d'architecte. L'espace habité est rempli de sujets légitimés, étrangers à l'architecte (le leader). Ce sont, en architecture, les futurs habitants d'un espace construit; en stratégie, les futurs utilisateurs, individus ou sous-systèmes organisationnels (Quinn, 1980), d'une stratégie mise en œuvre. Or ces habitants, même s'ils n'ont pas la compétence esthétique et technique de l'architecte, ont une parole à exprimer sur leur habitat. Selon Raymond (1984), ces habitants contiennent le concept d'architecture.

L'espace habité est un espace politique et culturel où le pouvoir agit à partir de l'intérieur et de l'extérieur de l'organisation (Pfeffer et Salancik, 1978; Mintzberg, 1983). Dans cette configuration, il s'agit moins pour le manager au sommet d'assurer sa propre légitimité que de comprendre le «pattern» de la stratégie qui se construit autour de lui. Il se doit d'élaborer une théorie adéquate des intentions et des stratégies des acteurs situés dans et autour de l'organisation. Dans les années 1990, l’idée de la stratégie comme vision, révolution, intention est prégnante (Hamel, 1996). C’est le retour à l’idée de la grande stratégie, celle qui définit une identité et des valeurs à l’échelle de l’entreprise (Selznick, 1957) délaissant relativement l’idée de positionnement issue de l’analyse industrielle. Avec la transformation des organisations (Blumenthal et Haspeslagh, 1994; Giddens, 1990) ce qui est plus « soft » est devenu le plus important: la mission, les croyances, les valeurs, et le sens de l’engagement envers le client (Day, 1990; Berry, 1995). Les concepts d’actifs intangibles (Itami et Roehl, 1987), de connaissance (Leonard-Barton, 1995; Davenport, Jarvenpaa, Beers, 1996; Nonaka et Takeuchi, 1995) et de compétences illustrent ce retour du « soft ». Le développêment des communautés

de compétences illustrent ce retour du « soft ». Le développêment des communautés Albert Lejeune, DIC
de compétences illustrent ce retour du « soft ». Le développêment des communautés Albert Lejeune, DIC

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires de pratique et de savoir , le rôle de

de pratique et de savoir, le rôle de la culture et des valeurs dans l’organisation - ce qui a poussé Google à se doter d’une vice-présidence Culture indique bien que les EIP sont caractéristiques de l’espace habité.

Le contexte est présent dans l'esprit de chaque «habitant». Changer le contexte, c'est transformer sa carte mentale: «Every organization member - not just the leadership - would be very clear about how his or her job implements that strategy». Burgelman (1983) fournit un modèle distinguant le contexte structurel et le contexte stratégique. Le contexte structurel est un vaste concept enveloppant les «mécanismes administratifs variés que le management corporatif peut manipuler pour changer les intérêts perçus des acteurs stratégiques dans l'organisation» (Burgelman, 1983). Ces mécanismes sont le choix d'une configuration structurelle, de mesures de performance, de formalisation de positions et de relations dans l'organigramme, etc. Le contexte stratégique reflète, quant à lui, «les efforts du management intermédiaire pour relier les comportements stratégiques autonomes au niveau produit/marché et le concept de stratégie de l'entreprise» (idem, 1983). Pour y arriver les managers intermédiaires doivent donner du sens à ces initiatives stratégiques autonomes et formuler des stratégies réalisables et attrayantes (idem, 1983).

À la différence des autres configurations de l'espace vide et de l'espace programmatique, l'espace habité n'offre ni vision a priori du leader, ni construction «scientifique» d'une théorie du «fit» avec l'environnement. L'espace habité est un espace de création de sens entre les «habitants», au moyen de l'interaction sociale. Chacun(e) est, en quelque sorte, convoqué(e) à l'exercice du leadership; il n'y a pas de programme inflexible mais seulement un engagement profond envers l'organisation et une expression publique sur des améliorations à apporter à la tâche, sur des variations dans l'environnement ou sur la pré-décision («nemawashi»).

L’espace vide : la trajectoire ou la vision de l’entrepreneur

Ce que Raymond (1984) appelle l'espace vide, c'est-à-dire un espace vidé de toute représentation sociale pour laisser place à une trajectoire d'architecte (l'élaboration d'une intuition esthétique) nous rapproche de l'entrepreneur visionnaire. L'espace vide caractérise ce type d'architecte qui, pour réaliser son intention esthétique, fait le vide autour de lui : vide du pouvoir et de la légitimité des autres, vide des contraintes et des normes existantes, vide des théories préétablies. L'espace vide se caractérise par la marge de manœuvre du stratège. Il se réserve seul l'accès à et définit l'objet de sa stratégie; il veille à ce que sa mise en œuvre soit conforme à sa vision. La performance est l'objet central de l'action du stratège organisationnel. Il s'agit de croître, et, par cette croissance, de construire une organisation plus forte et plus puissante. Une organisation qui sera un ensemble de modules multiples dont seul le stratège possédera la logique interne (celle de sa trajectoire). Comme le rappelle Mintzberg (1973) à propos des entrepreneurs : «We're empire builders. The tremendous compulsion and obsession is not to make money, but to build an empire».

Ces stratèges de l'espace vide ont compris qu'il fallait une vision, une obsession, une trajectoire pour bousculer la performance. Le stratège de l'espace vide doit arriver à représenter, pour les

performance. Le stratège de l'espace vide doit arriver à représenter, pour les Albert Lejeune, DIC 8101
performance. Le stratège de l'espace vide doit arriver à représenter, pour les Albert Lejeune, DIC 8101

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires collaborateurs potentiels, le plus grand potentiel de succès:

collaborateurs potentiels, le plus grand potentiel de succès: «encouraging the representativeness heuristic» (Schwenk, 1986).

L’espace vide sélectionne ‘naturellement’ l’entrepreneur et l’intrapreneur dans leur volonté de tester en continu leurs hypothèses dérivées de leur propre trajectoire.

7. Conclusion

Nous avons tenté dans ce papier de traiter des contextes cognitifs des expériences d'affaires. Les expériences d'affaires à base scientifique forment un thème récent dans la littérature en management. Le fait que l'expérience soit focalisée sur un petit point de l'organisation dans l’espace et dans le temps - nous offre un paradigme nouveau par rapport aux idées de changement massif et de réingénierie qui était présentes depuis longtemps dans la littérature. Pour traiter du contexte cognitif des expériences d'affaires, nous avons complété le concept d’expérience d'affaires par des collectifs qui peuvent exister dans l'entreprise et être à la source des hypothèses qui vont fonder les expériences d'affaires. Nous avons aussi mis l'emphase sur les experts entrepreneur ou intrapreneur que sont les gourous technologiques et qui vont faciliter le fonctionnement des communautés de pratique ou de savoirs et faciliter la mise en place d'une expérience d'affaires. Nous avons considéré que tout cela se déroulait dans un contexte stratégique et organisationnel que pour des fins de simplification nous avons traité en trois grandes configurations qui sont souvent reprises dans la littérature en management : le plan ou l'espace programmatique, le mode adaptatif ou l'espace habité et le mode entrepreneuriel ou l'espace vide.

Pour aborder le point de vue cognitif des expériences d'affaires, nous avons voulu repasser à travers l'évolution des sciences cognitives. Nous avons considéré tout d'abord le paradigme du symbolisme, ensuite le paradigme connexionniste et enfin, le paradigme de l’enaction. Ces trois paradigmes sont toujours d’actualité, cependant il nous semble que par son côté plus formel, l'expérience d'affaires puisse être décrite comme système d'activité ou systèmes d'information par le paradigme du symbolisme. Il nous semble que les communautés de savoirs et de pratiques qui permettent l'émergence d'idées et de propositions d’expériences d'affaires peuvent être correctement décrites par le paradigme connexionniste à cause de l'idée même d'émergence. Et il nous semble évident que les tests d'hypothèses qu’effectuent constamment l'entrepreneur et l'intrapreneur à partir de leur propre trajectoire d'affaires seront parfaitement illustrés par l'approche de l’enaction, d'un point de vue cognitif. En faisant cela nous avons voulu creuser en utilisant l'approche de multiples niveaux qui est propre aux sciences cognitives. Nous avons donc essayé de décrire un niveau représentationnel, un niveau fonctionnel, et un niveau matériel. Bien sûr nous n'avons pas toutes les données nécessaires pour exposer dans le détail ces trois niveaux. Cependant il appert que si on regarde de façon rapide les expériences d'affaires chez Merck, les communautés de pratique chez Google ou l’entrepreneur iconique qu’est Steve Jobs, nous pouvons illustrer assez facilement ces trois niveaux. Le niveau matériel

Jobs, nous pouvons illustrer assez facilement ces trois niveaux. Le niveau matériel Albert Lejeune, DIC 8101
Jobs, nous pouvons illustrer assez facilement ces trois niveaux. Le niveau matériel Albert Lejeune, DIC 8101

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires nous semble particulièrement important dans un cadre

nous semble particulièrement important dans un cadre organisationnel par ce qu'il va décider de tout ce qui est distribué en termes de mémoire, en termes de langage, de vision d’affaires etc.

Ce travail sur les contextes cognitifs des expériences d'affaires - s'il était approfondi - peut nous ouvrir de grandes portes : une meilleure compréhension de la stratégie comme phénomène physique à travers les expériences d'affaires et une meilleure compréhension de la stratégie comme phénomène cognitif. En effet, le management stratégique est encore loin de comprendre clairement comment les conditions initiales, la prospective, de l'expérience, les réactions compétitives, et d'autres forces se combinent pour façonner les origines des stratégies. Cet écart provient en partie, selon Gavetti et Rivkin (xx), de la double nature de la stratégie. La stratégie existe bien dans l'esprit des gestionnaires - dans leurs théories sur le monde et la place de leur entreprise dans ce monde (Porac, Thomas, et Baden-Fuller, 1989; Huff et Jenkins, 2002). Pourtant, la stratégie est également incarnée. Elle est réifiée dans les activités qu’exécute une entreprise (Porter, 1985), dans les règles de l'entreprise (Mars, Schultz, et Zhou, 2000) et des routines (Nelson et Winter, 1982). Comprendre les origines de la stratégie d'entreprise, par conséquent, exige une compréhension de la façon dont les deux aspects de la stratégie - le cognitif et le physique - voient le jour conjointement. Le point de vue des expériences d’affaires, limité dans le temps et dans l’espace, est un excellent champ de recherche pour développer ces deux dimensions, physique et cognitive.

champ de recherche pour développer ces deux dimensions, physique et cognitive. Albert Lejeune, DIC 8101 Page
champ de recherche pour développer ces deux dimensions, physique et cognitive. Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Bibliographie Allison, G.T. 1971. Essence of Decision:

Bibliographie

Allison, G.T. 1971. Essence of Decision: Explaining the Cuban Missile Crisis. Boston: Little, Brown and Company.

Allison, G.T. 1969. Conceptual models and the Cuban missile crisis. The American Political Science Review, 63(3): 689-718.

Amabile, T. M., Barsade, S. G., & Mueller, J.S. 2005. Affect and Creativity at Work. Administrative Science Quarterly, 50(3): 367-403.

Baltes, B. B., Kickson, M. W., Sherman, M. P., Bauer, C. C., & LoGanke, J. S. 2002. Computer- mediated communication and group decision making: a meta-analysis. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 87(1): 156-179.

Barr, P. S. 1998. Adapting to unfamiliar environmental events: A look at the evolution of interpretation and its role in strategic change. Organization Science, 9: 644-669.

Bunderson, J. S., & Sutcliffe, K. M. 2002. Comparing alternative conceptualization of functional diversity in management teams: Process and performance effects. Academy of Management Journal, 45(5): 875-893.

Cannon, M. D., Edmonson, A. C. 2001. Confronting failure: antecedents and consequences of shared beliefs about failure in organizational work groups. Journal of Organizational Behavior, 22(2): 161-177.

Carey, J. M. & Kacmar, C. J. 2003. Toward a general theoretical model of computer-based factors that affect managerial decision making. Journal of Management Issues, XV(4): 430-449.

Chatterjee, A., & Hambrick, D. C. 2006. It's all about me: narcissistic CEOs and their effects on company strategy and performance. R&R at Administrative Science Quarterly.

Chattopadhyay, P., Click, W., Miller, C., & Huber, G., P. 1999. Determinants of executive beliefs:

Comparing functional conditioning and social influence. Strategic Management Journal, 20(8):

763-789.

Chattopadhyay, P., Glick, W., & Huber, G., P. 2001. Organizational actions in response to threats and opportunities. Academy of Management Journal, 44(5): 937-955.

Cote, S., & Miners, C. T. H. 2006. Emotional intelligence, cognitive intelligence, and job performance. Administrative Science Quarterly, 51(1): 1-28.

Daft, R.L., & Weick, K.E. 1984. Toward a model of organizations as interpretation systems. Academy of Management Review, 9(2): 284-295.

organizations as interpretation systems. Academy of Management Review , 9(2): 284-295. Albert Lejeune, DIC 8101 Page
organizations as interpretation systems. Academy of Management Review , 9(2): 284-295. Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Dearborn, D.C., & Simon, H.A. 1958. Selective perception: A

Dearborn, D.C., & Simon, H.A. 1958. Selective perception: A note on the departmental identifications of executives. Sociometry, 21: 140-144.

Dierkes, M., Marz, L., & Teele, C. 2001. Technological Visions, Technological Development, and Organizational Learning. In M. Dierkes, A. B. Antal, J. Child, & I. Nonaka (Eds.), Handbook of Organizational Learning and Knowledge: 282-301. Oxford: Oxford University Press.

Digman, J. M. 1990. Personality structure: emergence of the five-factor model. Annual Review of Psychology, 41: 417-440.

Duquaire, P.V. 2003. Introduction à la pensée de Francisco J. Varela. À partir d’Autonomie et connaissance et L’inscription corporelle de l’esprit (page web Les Cahiers de l’ATP, juillet 2003 )

Eearley, C. 1991. Time-dependency effects of goals and norms: the role of cognitive processing on motivational models. Journal of Applied Psychology, 76(5): 717-724.

Esser, J. K. 1998. Alive and well after 25 years: A review of groupthink research. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 73(2/3): 116-141.

Fodor, J. A.,& Pylyshyn, Z. (1988). Connectionism and cognitive architecture: A critical analysis. Cognition, 28: 3- Fodor, J.A., & McLaughlin, B. P. (1990). Connectionism and the problem of systematicity: Why Smolensky’s solution doesn’t work. Cognition, 35: 183-204.

Forbes, D. P. 1999. Cognition and corporation governance: Understanding boards of directors as strategic decision-making groups. Academy of Management Review, 24(3): 489-505.

Griffith, T. L. & Neale, M. A. 2001. Information processing in traditional, hybrid, and virtual teams: From nascent knowledge to transactive memory. In B. M. Staw & R. I. Sutton (Eds.), Research in organizational behavior, Vol. 23: 379-421. Greenwich, CT: JAI Press, Elsevier Science Ltd.

Gruenfeld, D.H. 1995. Status, ideology, and integrative complexity on the U.S. Supreme Court:

rethinking the politics of political decision making. Journal of Personality and Social Psychology, 68(1): 5-20.

Hah, C., & Lindquist, R.M. 1975. The 1952 steel seizure revisited: A systematic study in presidential decision making. Administrative Science Quarterly, 20(4): 587-605.

Hiller, N. J., & Hambrick, D. C. 2005. Conceptualizing executive hubris: The role of (hyper-) core self-evaluations in strategic decision-making. Strategic Management Journal, 26: 297-319.

Hinsz, V. B., Tindale, R.S., & Vollrath, D.A. 1997. The emerging conceptualization of groups as information processors. Psychological Bulletin, 121 (1): 43-64.

of groups as information processors. Psychological Bulletin , 121 (1): 43-64. Albert Lejeune, DIC 8101 Page
of groups as information processors. Psychological Bulletin , 121 (1): 43-64. Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Hodgkinson, G. P., & Sparrow, P. R. 2002. Managerial

Hodgkinson, G. P., & Sparrow, P. R. 2002. Managerial competencies and individual level factors. The competent organization: A psychological analysis of the strategic management process: 193- 246. Buckingham & Philadelphia: Open University Press.

House, R. J. 1991. The distribution and exercise of power in complex organizations: a meso theory. Leadership Quarterly, 2(1): 23-58.

Huber, G. P. (1990) A theory of the effects of advanced information technologies on organizational design, intelligence, and decision making. Academy of Management Review, 15(1): 47-71.

Huber, G.P. 1991. Organizational learning: The contributing processes and the literatures. Organization Science, 2(1): 88-115.

Kelly, J. R., & Barsade, S. G. 2001. Mood and emotions in small groups and work teams. Organizational Behavior and Human Decision Process, 86(1): 99-130.

Kerr, N. L., & Tindale, R. S. 2004. Group performance and decision making. Annual Review of Psychology, 55: 623-655.

Kilduff, M. (2006) Editor’s Comments: Publishing theory. Academy of Management Review, 31(2): 252-255.

Kilduff, M., Angelmar, R., & Mehra, A. 2000. Top management team diversity and firm performance: Examining the role of cognitions. Organization Science, 11: 21-34.

Klimoski, R. Mohammed, S. 1994. Team Mental Model : Construct or Metaphor ? Journal of Management, Vol. 20, No. 2, 403-437.

Kramer, R. M. 2001. Organizational paranoia: origins and dynamics. Research in Organizational Behavior. Greenwich, CT: JAI Press, Elsevier Science Ltd.: 1-42.

Lant, T. K., Milliken, F. J., & Batra, B. 1992. The role of managerial learning and interpretation in strategic persistence and reorientation: An empirical exploration. Strategic Management Journal, 13: 585-608.

Levinthal, D. A., & March, J. G. 1993. The myopia of learning. Strategic Management Journal, 10 (winter special issue): 95-112.

Lewis, K., & Huber, G. P. 2006. Cross understanding and mental model dissimilarity in groups:

integration and extension of current theory. Working paper.

Lewis, K., 2004. Knowledge and performance in knowledge-worker teams: A longitudinal study of transactive memory systems. Management Science, 50(11): 1519-1533.

Lindblom, C.E. 1959. The science of muddling through. Public Administration Review, 19(2): 79-

88.

1959. The science of muddling through. Public Administration Review, 19(2): 79- 88. Albert Lejeune, DIC 8101
1959. The science of muddling through. Public Administration Review, 19(2): 79- 88. Albert Lejeune, DIC 8101

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Lindblom, C.E. 1965. The Intelligence of Democracy: Decision

Lindblom, C.E. 1965. The Intelligence of Democracy: Decision Making Through Mutual Adjustment. NY: The Free Press.

Locke, E. A. 2005. Affection- and cognition-based trust as foundations for interpersonal trust. Journal of Organizational Behavior, 26(4): 425-431.

Maier, G. W., Prange, C., & Rosenstiel, L. V. 2001. Psychological Perspective of Organizational Learning. In M. Kierkes, A. B. Antal, J. Child & I. Nonaka (Eds.), Handbook of Organizational Learning and Knowledge: 14-34. Oxford: Oxford University Press.

Maier, G. W., Prange, C., & Von Rosenstiel, L. 2001. Psychological perspectives of organizational learning. In M. Dierkes, S. B. Antal, J. Child, & I. Nonaka (Eds.), Handbook of Organizational Learning and Knowledge: 14-34. Oxford, U.K.: Oxford University Press.

March, J. 2001. The pursuit of intelligence in organizations. In T. K. Lant & Z. Shapira (Eds.), Organizational Cognition: Computation and Interpretation: 61-79. London: Lawrence Erlbaum Associates.

Markman, A. B. & Gentner, D. 2001. Thinking. Annual Review of Psychology, 52: 233-247.

Miller, S. J., & Wilson, D. C. 2006. Perspectives on Organizational Decision-Making. In S. R. Clegg & C. Hardy & T. B. Lawrence & W. R. Nord (Eds.), The Sage Handbook of Organization Studies, 2nd ed.: 469-484. London: Sage Publications.

Mohammed, S., & Dumville, B. C. 2001. Team mental models in a team knowledge framework:

Expanding theory and measurement across disciplinary boundaries. Journal of Organizational Behavior, 22: 89-106.

Neale, M. A., Tenbrunsel, A. E., Galvin, T., & Bazerman, M. H. 2006. A decision perspective on organizations: social cognition, behavioral decision theory and the psychological links to micro- and macro-organizational behavior. In S. R. Clegg & C. Hardy & T. B. Lawrence & W. R. Nord (Eds.), The Sage Handbook of Organization Studies, 2nd ed.: 485-519. London: Sage Publications.

Ostrom, T. M. 1993. Differential processing of in-group and out-group information, Journal of Personality and Social Psychology, 64(1): 21-34.

Pieters, R., Baumgartner, H., & Bagozzi, R. 2006. Biased memory for prior decision making:

Evidence from a longitudinal field study. Organizational Behavior and Human Decision Process, 99: 34-48.

Roberts, B. W. 2006. Personality development and organizational behavior. In B. M. Staw (Ed.), Research in Organizational Behavior, 27: 1-40. Greenwich, CT: JAI Press, Elsevier Science Ltd.

Sandelands, L. E., & Stablein, R. E. 1987. The concept of organization minds. Research in the Sociology of Organizations, 5: 135-162.

of organization minds. Research in the Sociology of Organizations, 5: 135-162. Albert Lejeune, DIC 8101 Page
of organization minds. Research in the Sociology of Organizations, 5: 135-162. Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Schwenk, C.R. 1984. Cognitive simplification processes in

Schwenk, C.R. 1984. Cognitive simplification processes in strategic decision making. Strategic Management Journal, 5(2): 111 128.

Sitkin, S.B. 1992. Learning through failure: The strategy of small losses. In B.M. Staw and L.L. Cummings (Eds.), Research in Organizational Behavior, 14: 231-266. Greenwich, CT: JAI Press.

Smith, W., & Dowell, J. 2000. A case study of co-ordinative decision-making in disaster management . Ergonomics, 43(8): 1153-1166.

Spangler, W. D., House, R. J. & Palrecha, R. 2004. Personality and leadership. In B. Schneider & D. B. Smith (Eds.) Personality and Organizations: 251-290. London: Lawrence Erlbaum Associates.

Star SL & Griesemer JR (1989). "Institutional Ecology, 'Translations' and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley's Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39". Social Studies of Science 19 (4): 387420. Staw, B., Sandelands, L., & Dutton, J. 1981. Threat-rigidity effects in organizational behavior: A multilevel analysis. Administrative Science Quarterly, 26(4): 501-524.

Staw, B.M., & Ross, J. 1987. Behavior in escalation situations: Antecedents, prototypes, and solutions. In L.L. Cummings & B.M. Staw (Eds.), Research in Organizational Behavior, 9: 39-78. Greenwich, CT: JAI Press.

Steel, P., & Konig, C. J. 2006. Integrating theories of motivation. Academy of Management Review, 30(4): 889-913.

Sutcliffe, K. M. & Huber, G., P. 1998. Firm and Industry as determinants of executive perceptions of the environment. Strategic Management Journal, 19(8): 793807.

Tainio, R., Lilja, K., & Santalainen, T. J. 2001. The Role of Boards in Facilitating or Limiting Learning in Organizations. In M. Dierkes & A. B. Antal & J. Child & I. Nonaka (Eds.), Handbook of Organizational Learning and Knowledge: 428-445. Oxford: Oxford University Press.

Tasa, K., & Whyte, G. 2005. Collective efficacy and vigilant problem solving in group decision making: A non-linear model. Organizational Behavior and Human Decision Process, 96: 119-129.

Tetlock, P. E. 2000. Cognitive Biases and organizational correctives: do both disease and cure depend on the politics of the beholder? Administrative Science Quarterly, 45(2): 293-326.

Thompson, L. & Lowenstein, J. 2004. Surface-similarity inhibits learning: Making the case for learning in different domains. Paper presented at the 2004 meeting of the Academy of Management, New Orleans, LA.

Turner, M. E., & Pratkanis, A. R. 1998. Twenty-Five Years of Groupthink Theory and Research:

Lessons from the Evaluation of a Theory. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 73(2/3):105-115.

of a Theory. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 73(2/3):105-115. Albert Lejeune, DIC 8101 Page 29
of a Theory. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 73(2/3):105-115. Albert Lejeune, DIC 8101 Page 29

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Varela, F. J. 1994. A cognitive view of the

Varela, F. J. 1994. A cognitive view of the immune system, World futures, vol. 42, no 1-2 (16 ref.), pp. 31-40. Vaughan, D. 1997. The trickle-down effect: policy decisions, risky work, and the challenger tragedy. California Management Review, 39(2): 80-102.

Walsh, J.P. 1994. Managerial and organizational cognition: Notes from a trip down memory lane. Organization Science, 6(3): 280-321.

Weick, K. E., Sutcliffe, K. M., & Obstfeld, D. 2005. Organizing and the process of sensemaking. Organization Science, 16(4): 409-421.

Whetten, D. A. (1989) What constitutes a theoretical contribution? Academy of Management Review, 14(4): 490-495. October 1989 (D. A. Whetten).

Zollo, M., & Singh, H. 2004. Deliberate learning in corporate acquisitions: post-acquisition strategies and integration capability in U.S. bank mergers. Strategic Management Journal, 25:

1233-1256.

ii Il s’agit d’une carte polaire des STC, ayant le paradigme cognitiviste en son centre, les thèmes de

l’alternative à la périphérie, et le champ intermédiaire des idées connexionnistes entre les deux.

chercheurs représentatifs cités dans le texte de Varela (1988, 1989) apparaît dans chaque région le long du

rayon correspondant à leur discipline.

Le nom des

iii Voir

v Notes de cours de Alain Mille, LIRIS, Adapté de Clancey, W. J. (1997). Situated Cognition: On Human Knowledge and Computer Representations, Cambridge University Press.

vi Cette vision peut apparaître comme une relecture du travail d’Allison (1971) et de ses trois modèles de l'acteur rationnel (vidant l'espace autour de lui pour y installer sa propre trajectoire), de l'acteur administratif (programmant l'espace de l'action) et de l'acteur politique (où de multiples acteurs, réunis en coalitions, cherchent à occuper un espace). Ansoff (1965) opposait déjà le planificateur, l'entrepreneur et celui qui réagit après coup («reactor»). Miles et Snow (1978) recomposèrent les grands comportements stratégiques en termes de réactif, d'analytique, de défensif et de prospectif.

stratégiques en termes de réactif, d'analytique, de défensif et de prospectif. Albert Lejeune, DIC 8101 Page
stratégiques en termes de réactif, d'analytique, de défensif et de prospectif. Albert Lejeune, DIC 8101 Page

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires

Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Albert Lejeune, DIC 8101 Page 31
Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Albert Lejeune, DIC 8101 Page 31
Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Albert Lejeune, DIC 8101 Page 31
Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Albert Lejeune, DIC 8101 Page 31
Contextes cognitifs des tests et expériences d’affaires Albert Lejeune, DIC 8101 Page 31