Vous êtes sur la page 1sur 52

PHOTOTHÈQUE HOMÉOPATHIQUE

présentée par Homéopathe International


Dr Wilhelm Heinrich SCHUESSLER (1821 1898)

Photo courtesy of Celia Barollo

He studied Homeopathy and made a profound study of the physiology and


biochemistry; he proposed a therapeutics by means of substances that constitute
the medicines of natural functions; the 12 tissues medicines.

Wilhelm Heinrich Schüssler - Doctor of Medicine, Physiological Chemist, Physicist


and Homeopath - was born in 1821 in Germany. In his youth he was a linguist, and
he began the study of homeopathy while pursuing his regular medical courses at
university. The use of inorganic substances present in the blood and tissues evolved
naturally and with the inspiration of the theories of other scientists of the time.

The attempt to pass on his research findings and knowledge to his colleagues began
a difficult period of struggle for Dr. Schüssler. He was dismissed as a quack and, in
fact, we have primarily his own strength of character to thank for our possession
of his Biochemic therapy today. He died in 1897 after overseeing corrections to the
twenty-fifth edition of his Abbreviated Therapy.

Book:
An Abridged Therapy Manual for the Biochemical Treatment of Diseases.

Copyright © Homéopathe International 2001


Sommaire

1
LES SELS DE SCHÜSSLER .

Les sels minéraux

Les sels minéraux constituent la base fonctionnelle de l ’organisme au départ de chaque


simple cellule. Les minéraux ne sont pas fabriqués par le corps et ils doivent être
absorbés avec la nourriture . Le s l le plus connu est certainement le sel de cuisine, le n a
t r i u m c h l o r a t u m ( chlorure de sodium), qui dans les temps les plus anciens était
transporté par les fameuses «Routes du sel» (fait qui témoigne de son importance). Les
sources de la vie biologique se trouvent dans la mer et il est bon de remarquer que s’y
trouvent tous les minéraux nécessaires .Certains de ces sels essentiels ont une
signification particulière et sont connus en biochimie, sous le vocable de « sels
fonctionnels ». Ils sont utilisés pour soutenir la cellule présentant des perturbations
fonctionnelles . « L’Etat de santé » est dans ce cas, représenté par l ’équilibre
quantitatif de ces sels minéraux singuliers, tandis que la maladie résulte d’un
déséquilibre .

Dans le système de la guérison biochimique, la thérapie consiste à rééquilibrer cette


carence en sels minéraux, non par l’ingestion des sels sous leur forme originelle, mais
en les administrant au patient sous une forme diluée ou dynamisée.

« L'innocuité » de cette cure se base sur la dilution des sels et sur le concours naturel
des cellules. La carence en sels fonctionnels importants peut être remarquée par les
caractéristiques que ce déficit dessine sur le « visage humain ».

Dans cet opuscule, les fonctions singulières des sels minéraux et la détermination des
signes de carence sur le visage seront décrites comme une tentative de donner un
support à ceux qui cherchent à renforcer leurs défenses corporelles et à rééquilibrer les
irrégularités des échanges cellulaires dans le but d’éviter, par la suite, des problèmes de
santé plus sérieux.

Les sels de Schüssler constituent un enrichissement de la pharmacie domestique, sans


danger, et qui se révélera très vite d’une aide précieuse : on supportera plus facilement
les jours de maladies et ils pourront même être évités, autant que faire se peut. Il va de
soi que cet opuscule ne veut pas se substituer au médecin et pour toute maladie sérieuse
il conviendra de prendre en considération ses conseils.

2
Schüssler et son époque.

Wilhelm Henrich Schüssler, dont les sels qu’il découvrit prirent le nom, naquit le 21
août 1821 à Zwischenahm dans l’Oldenburg (nord de l’Allemagne). Pour des raisons
économiques (le père était conseiller fiscal), il ne put fréquenter l’école supérieure et
étudia en autodidacte les langues étrangères. Il est presque incroyable de voir comme il
réussit à apprendre de manière courante le latin, l’italien, le grec, le français, l’anglais,
l’espagnol ; et avant même de commencer à se consacrer aux sciences naturelles, il
apprit le sanskrit.

Son intérêt pour la médecine était très vif, plus particulièrement pour l’homéopathie, en
ces temps là encore naissante. Son frère lui rendit possible les études de médecine. Sa
formation ne dura pas plus du temps requis : son amour pour cette matière stimula son
apprentissage des notions techniques nécessaires et il put ainsi en peu d’années obtenir
la maturité et le doctorat. Il s’établit ensuite à Oldenburg où il fut le premier médecin
homéopathe. Il eut à mener nombre de batailles contre ses collègues médecins tant les
idées homéopathiques étaient déjà remises en question au sein même de l’ordre des
médecins.

Son esprit curieux cherchait continuellement à simplifier les thérapies (en ces temps-là
déjà compliquées) de l’homéopathie et comme une mélodie qui va droit au coeur, il
aboutit à une combinaison thérapeutique valable et efficace : les douze sels fonctionnels.
Ces remèdes sont aujourd’hui utilisés dans de nombreux pays et sont une aide
personnelle efficace , da ns la pharmacie familiale. En Inde, sa « biochimie » combinée
avec d’autres remèdes naturels est devenue une thérapie populaire. En Allemagne, où
l’on est très attentif à maintenir un mode de vie sain, les sels biochimiques sont présents
dans beaucoup de pharmacies familiales.

Lorsque Schüssler mourut le 30 mars 1898 d’un ictus cérébral, il laissa un nombre
considérable de patients dépités et, en beaucoup d’endroits, on vante encore sa
réputation de médecin, toujours prêt à aider et à résoudre, avec succès, diverses
maladies avec ses remèdes simples. Schüssler vécut et travailla à une époque de grandes
découvertes dans le champ de la biologie. Le microscope ouvrait un monde invisible à
la vieille médecine et rendait possible la connaissance de choses nouvelles. Le
pathologiste allemand Rudolf Virchow (1821-1902) - fondateur de la pathologie
cellulaire (il découvrit le processus thrombohémolytique et la leucémie) et directeur,
pendant de nombreuses années, de l’institut de Pathologie à l’Université de Berlin -
enseignait que toutes les maladies naissent à cause d’une activité cellulaire déviante. Il
formula le principe selon lequel « la maladie du corps équivaut à la maladie de la cellule
». Schüssler fonda sa méthode de guérison sur cette thèse.

A la même époque, vivait et travaillait à Rome, Jakob Moleskott, médecin et savant, qui
faisait des recherches sur les processus vitaux.

Dans son livre : La circulation de la vie, celui-ci reconnaissait que : « La maladie de la


cellule apparaît à la suite de la perte des sels organiques ». Ce qui conduisit aussi
Schüssler à penser que l’apport des sels perdus ou déficients pouvait mener à la
guérison.

3
Les objections de la médecine officielle

Si les sels, dans leur forme brute (sans être dynamisés) avaient des effets semblables, la
médecine académique pourrait objecter qu’on pourrait administrer immédiatement les
sels non dilués (sans même penser aux sels de Schüssler). Mais, les résultats ne seront
pas toujours identiques et ensuite, les sels non dilués présentent souvent des effets
collatéraux qui ne surviennent pas pour les sels de Schüssler qui peuvent être
administrés de façon préventive sans aucun danger. Enfin, il ne faut pas oublier que
Schüssler et d’autres naturopathes étaient capables par les justes combinaisons et
dilutions, de combattre avec succès toutes les maladies. C’est pourquoi les sels de
Schüssler n'offrent pas seulement une autothérapie d’aide et de prévention, mais ils
peuvent aussi sauver la vie.

4
LES DOUZE SELS
INDEX DES TABLEAUX D’ANALYSE FA C I A L E

1. Calcium fluoratum (Calc. fluor.)


2. Calcium phosphoricum (Calc. phos.)
3. Ferrum phosphoricum (Ferr. phos.)
4. Kalium chloratum (Kali. chlor.)
5. Kalium phosphoricum (Kali. phos.)
6. Kalium sulphuricum (Kali. sulph.)
7. Magnesium phosphoricum (Magn. phos.)
8. Natrium chloratum (Natr. chlor.)
9. Natrium phosphoricum (Natr. phos.)
10. Natrium sulphuricum (Natr. sulph.)
11. Silicea (Sil.)
12. Calcium sulphuricum (Calc. sulph.)

Les Sels de Schüssler

Le médecin homéopathe Wilhelm Schüssler, créa en 1872 cette méthode médicale. Au


nombre de douze, ces sels minéraux furent choisis comme base thérapeutique pour avoir
été décelés dans l'organisme humain à partir d'analyses réalisées à l'époque. C'est du
constat des perturbations qu'entraînaient leur carence qu'il déduisit que les maladies
avaient pour origine des déséquilibres minéraux dans certaines cellules.

Ces douze minéraux issus du répertoire homéopathique et présenté aussi sous forme
dynamisée, visent avant tout à restaurer la faculté de régulation de l'organisme en
prenant en compte la constitution du patient.

Ces sels sont des éléments naturels, les doses minimes utilisées ne correspondent pas à
la quantité
dont l'organisme est en carence, mais elles incitent l’organisme à se servir de ces doses
pour
l’assimilation. L’effet est donc dû aux sels hautement dynamisés stimulant l’organisme
à se servir des sels déjà présents dans l’organisme. On sait aujourd’hui qu’il n’y aurait
aucun processus biochimique sans les sels minéraux, la vie animale et végétale en
périrait.

Bien qu'il en existe d'autres complémentaires qui sont venus enrichir la méthode de
base, les douze sels de départ permettent une vue d'ensemble à la portée de tous les
utilisateurs.

Dans certains maux bénins ou dans des pathologies plus importantes identifiées par un
diagnostic
médical, il sera extrêmement facile de trouver le ou les sels appropriés à chaque
problème. Soyez tout de même prudent si votre mal n'est pas diagnostiqué par un
professionnel.

5
Liste des douze Sels de Schüssler

1 Phosphatée calcique (Calcarea phosphorica) :


Entrant pour 57% dans la composition des os, le phosphatée calcique est évidemment
indispensable à la formation et à la conservation du système osseux. Sa carence entraîne
des difficultés digestives et des formations excessives de mucus, responsables des
rhumes et, à un stade carentiel supérieur, de la tuberculose ou du goitre.
On l’indique dans les cas de : rachitisme, sinusite des rachitiques, problèmes de
dentition, mauvaise assimilation alimentaire, douleurs dorsales, toux chroniques,
inflammation des amygdales, polype nasal, rhumes, migraines, fractures, pertes de
mémoire…

2 Sulfatée calcique (Calcarea sulfurica) :


Le sel minéral préside aux éliminations des déchets pris en charge par le sérum sanguin
et déversés dans tous les conduits humides du corps : nez, bouche, yeux, gorge,
estomac, oesophage, vessie…
On l’indique en cas de : suppurations, anémie, ulcère de l’estomac…

3 Fluo-calcique (Calcarea fluorica) :


Le fluorure de calcium se trouve en surface, de la peau, des os ou des dents. Sa carence
entraîne un relâchement ou une dilatation des fibres élastiques de l’épiderme.
Le fluo-calcique est donc indiqué dans toutes les pathologies où il y a manque de
substances formant les cellules épidermiques, mais aussi l’émail des dents, la surface
des os, ou les parois des vaisseaux sanguins. Plus précisément en cas de : varices,
hémorroïdes, hémorragies utérines, perforations abdominales, durcissement des glandes,
tumeurs…

4 Phosphatée ferrique (Ferrum phosphoricum) :


On connaît l’importance du fer. Une carence de fer dans le sang, et la santé est
gravement en danger ! Aussi conseille-t-on de prendre du phosphatée ferrique presque
systématiquement en cas de fièvre ou de malaise ; et plus particulièrement en cas de :
maux de tête congestifs, hémorragies, inflammations, apoplexie, congestion pulmonaire,
pneumonie, arthrite, varices, rhumatismes, tendance aux rhumes…

5 Chlorurée potassique (Kalium muriaticum) :


Attention : le chlorurée potassique n’est pas le Chlorate de potassium. Ce chlorurée
potassique a pour fonction de maintenir le taux de fibrine dans le sang, en association
avec l’oxygène et les albumines.
On l’indiquera en cas de : paresse hépatique, cystite chronique, inflammation rénale,
excès d’acide urique, menstrues irrégulières, gencives gonflées, asthme, embolies,
goutte, anthrax…

6
6 Phosphatée potassique (Kalium phosphoricum) :

Le champ d’action de ce sel est le système nerveux central. Aussi trouve-t-il tout
naturellement sa parfaite indication lorsqu’il y a fatigue physique et cérébrale, ou
nervosisme.
On l’indique, plus précisément, en cas de : trac, timidité, pertes de mémoire, migraines,
névralgies, vertiges, irritabilité, hystérie, dépression, anxiété, cyclothymie…

7 Sulfatée potassique (Kalium sulfuricum) :


Ce sel intervient dans le transfert de l’oxygène, notamment vers la peau et les cellules
épithéliales. Sa carence entraîne de la fatigue, de la frilosité, des palpitations cardiaques,
de l’anxiété, de la tristesse, des migraines, ou des douleurs...
On l’indique en cas de : peau sèche, lèvres sèches, soif, hémorroïdes internes,
bronchites, enrouement, mastoïdite, sueurs froides, constipation chronique, maladies
vénériennes…

8 Phosphatée magnésique (Magnesia phosphorica) :


On trouve avant tout ce sel dans les fibres
nerveuses et musculaires, et en particulier les fibres blanches. Ce sont d’ailleurs ces
dernières qui, en se contractant, provoquent des spasmes ou des crampes lorsque le
Phosphatée magnésique vient à manquer dans l’organisme. On l’emploiera donc comme
anti-spasmodique, éventuellement en association avec le Phosphatée calcique, s’il ne
suffit pas.
On l’indique dans les cas de : crampes, douleurs aiguës, migraines dues au surmenage
intellectuel,
névralgie auriculaire, maux de dents, constipation infantile, entérite, hémorroïdes, règles
douloureuses, tremblements manuels, insomnie par excès de fatigue…

9 Chlorurée sodique (Natrum muriaticum) :


Avec le Phosphatée calcique, le Chlorurée sodique est le sel le plus présent dans
l’organisme. En fait, ce sel agit sur toutes les fonctions organique en association étroite
avec l’eau. C’est dire son importance ! Et c’est dire également à quel point il participe à
l’élimination des déchets.
On l’indique en cas de : coups de soleil, delirium tremens, oedèmes des jambes et des
chevilles,
insomnie, soif, eczéma, fatigue du réveil, problèmes d’insalivation, cauchemars, maux
de tête,
névralgies oculaires, pellicules, dépression…

10 Phosphatée sodique (Natrum phosphoricum) :


Sel dont la carence est souvent à l’origine de l’excès d’acidité dans l’organisme, le
phosphatée sodique trouve son emploi dans les cas de fermentations digestives et de
dysfonctions biliaires.
On l’indique lorsqu’il y a : constipation, acidité, gastralgies, maux de tête d’origine
hépato-biliaire, ulcères d’estomac, cystite, coliques infantiles, rachitisme (en association
avec le Phosphatée calcique et le Phosphatée potassique), vers, arthrite (en association
avec le Chlorurée potassique et le Silicique)…

7
11 Sulfatée sodique (Natrum sulfuricum) : La première fonction de ce sel consiste à
équilibrer la répartition d’eau dans les tissus organiques, le sang et les fluides corporels.
Il trouve ses indications dans les cas de : goutte, congestion hépatique, hépatisme,
obésité, asthme,
lourdeurs d’estomac, amertume dans la bouche, hypersensibilité du cuir chevelu, maux
de tête
accompagnés de vomissements, dépression…

12 Silicique (Silicea) : Ce douzième et dernier sel est considéré comme “ le chirurgien


du corps ”. En fait, sa carence entraîne le retardement de la suppuration et, par la même
occasion, se trouve à l’origine de vives douleurs. De plus, selon le docteur Carey, “ une
déficience de Silicique produit une condition mentale qui rend la faculté de penser
difficile et pénible ”.Il est donc indiqué en cas de : neurasthénie prolongée, abstraction
mentale, perte des cheveux, petites tumeurs sur les paupières, cataracte, mastoïdite,
pyorrhée, abcès du foie, prostatite, bronchite…il est intéressant de savoir qu'une
combinaison de sels permet d'éviter la constipation. Lorsque plusieurs sels
correspondent à vos attentes, il est préférable de faire alterner les calciques et les
potassiques.

Pour approfondir:
Les douze Sels de Schüssler de Ilse Karger
Biochimie et santé : édition Astra
sur la boutique : http://leveildesens.lessentialis.com

Droits réservés : 2007 Conscientia 13 Rue Joseph Fontaine 97429 Petite Île – La
Réunion www.lessentialis.com

8
CALCIUM FLUORATUM 1

Autres noms :

Calcarea fluorica, Fluorure de calcium, Fluo-calcique

Nomenclature :

Numérotation en Allemagne : I
- Numérotation en France : III

Maître mot :

Les dents et les os, les fibres élastiques et les cellules supérieures de la peau (ongles et cheveux)
- Ramollit ce qui est trop dur et durcit ce qui est trop mou

Généralités :

- Le calcium fluoratum est l'élément minéral constitutif de la cellule conjonctive, du tissus fibreux auquel il confère
l'élasticité ; on le trouve dans le périoste, dans l'émail des dents, dans les tendons et les ligaments, dans la tunique
moyenne des vaisseaux sanguins (artères et veines), dans l'épiderme et le cristallin. Son manque se traduira par des
irrégularités de croissance (exostoses, épaississement des attaches, dilatations des vaisseaux, hémorroïdes, varices,
anévrismes, hyperlaxité, ptose des organes, luxations et entorses à répétition, callosités, durillons, chéloïdes,
cataracte).

Sels renforçant son action :

Sur les os : Calcium phosphoricum, Silicea, Natrium chloratum, Magnésium phosphoricum.


- Sur le système lymphatique : Kalium chloratum, Magnésium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium
phosphoricum.
- Sur les muscles : Calcium phosphoricum, Ferrum phosphoricum, Kalium chloratum, Kalium phosphoricum,
Kalium sulfuricum, Magnésium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur le tissu conjonctif, la peau et les cheveux : Kalium phosphoricum, Kalium sulfuricum, Natrium chloratum,
Natrium phosphoricum et Silicea

Typologie du sujet :

Les dents sont mal implantés


- Grand, mince
- Tissus relâchés
- Rides sur les paupières inférieures et supérieures (losanges)

Indications thérapeutiques :

9
10
CALCIUM PHOSPHORICUM 2

Autres noms :

Phosphate bicalcique, Sulfaté calcique, Calcarea phosphorica, Phosphate de Calcium

Nomenclature :

Numérotation en Allemagne : II
- Numérotation en France : I

Maître mot :

Processus de régénération et de construction


- Médicament pour le sang, la lymphe et les os cassés
- Fortifiant
- Action relaxante et antispasmodique musculaire (cardiaque)

Généralités :

Le Calcium phosphoricum est de tous les sels minéraux le plus répandu dans l'organisme, il entre dans la
composition de toutes les cellules et donne aux tissus leur solidité. Il participe aussi pour une part considérable (60 à
80%) dans la constitution du tissus osseux. Son manque se traduira par une croissance lente, une forme de rachitisme
(tassement des os courts, incurvations des os longs), une dentition tardive et fragile, une anémie par défaut
d'assimilation (anémie essentielle des jeunes filles), des extrémités froides (fourmillements et engourdissements).
Tous ses malaises sont en phase avec le temps, aggravés par l'humidité froide et améliorés par la chaleur.

Sels renforçant son action :

Sur les os : Calcium fluoratum, Silicea, Natrium chloratum, Magnesium phosphoricum.


- Sur le sang : Natrium chloratum, Natrium sulphuricum, Kalium phosphoricum, Ferrum, phosphoricum, Kalium
chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Ferrum phosphoricum, Kalium chloratum, Kalium phosphoricum, Kalium
sulphuricum, Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum

Typologie du sujet :

Il présente une grande tendance à la transpiration et à une hypertrophie de ses glandes.


- Maigre, anémique et vite fatigué
- Visage pâle, cireux (surtout les oreilles)
- Air vieux

Indications thérapeutiques :

- Rachitisme (ostéomalacie) xxxxxxx


11
12
CALCIUM SULPHURICUM 3

Autres noms :

Sulfate de calcium, Calcarea sulfurica, Sulfaté calcique, Calcium sulfuricum

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : XII


- Numérotation en France : II

Maître mot :

- Purifie et stimule le métabolisme


- Suppurations
- États affaiblissements

Généralités :

Le Calcium sulfuricum ne rentre pas dans la composition de la cellule organique et n'est pas à proprement parler un
sel biochimique. Pour cette raison, le Dr. Schüssler l'avait abandonné, lui substituant suivant le cas Natrium
sulfurucum (sécrétions jaunes) ou Silicea (sécrétions claires sanieuses). Cependant, il figure dans les produits
d'excrétions et notamment dans la bile qui est bactéricide. Il est d'une efficacité incontestable dans les suppurations
prolongées quelque soit le siège (abcès, écoulements irritants, pus jaunâtre). Il clarifie la lymphe, améliore la
condition sanguine.

Typologie du sujet :

- Les pieds brûlants


- La peau apparaît sale
- Un aspect harassé (les yeux ont un aspect fatigué)

Indications thérapeutiques :

- Suppurations et écoulements prolongés xxxxxxxxxxxx


13
14
FERRUM PHOSPHORICUM 4

Autres noms :

Phosphate ferrique, Phosphaté ferrique

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : III


- Numérotation en France : IV

Maître mot :

- L’inflammation au premier stade (phase de grande chaleur, sans exsudation)


- Les douleurs et les blessures au stade aigu (en première urgence dans la trousse de secours).

Généralités :

Le Ferrum phosphoricum se trouve avant tout dans les globules rouges (hématies) auxquels il donne leur couleur, on
le trouve dans les organes dits hématopoïétiques : moelle osseuse et les tissus lymphoïode (rate, les villosités
intestinales) qui lui doivent leur turgescence et dans les muscles. Les globules rouges sont chargés de véhiculer dans
les coins les plus reculés de l'organisme l'oxygène dont ils se sont chargés au niveau des poumons, ils assurent la
fonction respiratoire dans l'intimité des tissus. La carence en Ferrum phosphoricum entraînera de l'asphyxie, des
engorgements et des encombrements se traduisant par des inflammations (rougeur, tumeur, douleur, chaleur), de la
fièvre avec battements, quelque soit l'organe en cause (peau, conjonctivite, plèvre, poumon, rein, vessie, intestin).

Sels renforçant son action :

- Sur le sang : Calcium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium sulphuricum, Kalium phosphoricum, Kalium
chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Kalium chloratum, Kalium phosphoricum, Kalium
sulphuricum, Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum

Typologie du sujet :

- Le sujet est généralement pâle avec une coloration subite de la face à l'effort ou simplement à la moindre émotion.
La sclérotique de l'oeil est bleu pâle
- Les yeux sont enfoncés et cerclés d’ombres noir-bleuâtre

Indications thérapeutiques :
15
16
KALIUM CHLORATUM 5

Autres noms :

Kalium muriaticum, Chlorure de potassium, Chloruré potassique

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : IV
- Numérotation en France : V

Maître mot :

- Inflammation au second stade (phase d’élimination ; exsudation épaisse, blanchâtre)


- Remède des catarrhes (épaisses, glaires et grisâtres)
- Détoxifiant important

Généralités :

Le Kalium chloratum participe à la constitution du milieu cellulaire et se trouve dans presque tous les tissus. Sa
carence entraînera des exsudations fibrineuses (sécrétions épaisses) et des engorgements ganglionnaires que l'on
rencontre dans les états inflammatoires (phase élimination). Son emploi suit immédiatement Ferrum phosphoricum
dans la seconde période de certaines affections catarrhales des muqueuses dont il fluidifie les sécrétions adhérentes
d'un blanc grisâtre. Il paraît jouer le rôle d'antitoxique et trouve ainsi son application dans les fièvres éruptives avec
démangeaisons et desquamations, et dans les éruptions provoquées par la vaccination anti-variolique.

Sels renforçant son action :

- Sur le système lymphatique : Calcium fluoratum, Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium
phosphoricum.
- Sur le sang : Calcium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium sulphuricum, Kalium phosphoricum, Ferrum
phosphoricum, Natrium phosphoricum
- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Ferrum phosphoricum, Kalium phosphoricum,
Kalium sulphuricum, Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum

Typologie du sujet :

- Il tolère mal les aliments gras et substantiels qui l'aggravent autant que le mouvement.
- Couleur bleu-laiteux surtout sur les paupières inférieures (comme un maquillage exagéré sur le contour des yeux)
- Le repos l’améliore

Indications thérapeutiques :

- Bronchite, angine, rhume xxxxxxxx


17
18
KALIUM PHOSPHORICUM 6

Autres noms :

Phosphate monopotassique, Phosphaté potassique

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : V
- Numérotation en France : VI

Maître mot :

- Faiblesse nerveuse et musculaire


- Dans les blessures qui guérissent mal (sur le pourtour des plaies)
- Contre l’empoisonnement du sang et l’intoxication alimentaire

Généralités :

Le Kalium phosphoricum est l’élément minéral que l’on trouve dans les cellules du cerveau, des nerfs, des muscles
et il entre également dans la constitution du sang. Sa carence entraînera des problèmes psychique (céphalées,
vertiges, insomnie, dépression, anxiété) et nerveux (névralgie -surtout à droite-, sensation de paralysie). Il est d’une
grande importance dans tous les processus de putréfaction (nécroses, gangrènes).

Sels renforçant son action :

- Sur le sang : Calcium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium sulphuricum, Ferrum, phosphoricum, Kalium
chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Ferrum phosphoricum, Kalium chloratum, Kalium
sulphuricum, Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur le tissu conjonctif : la peau et les cheveux : Calcium fluoratum, Kalium sulphuricum, Natrium chloratum,
Natrium phosphoricum et Silicea
- Sur le système nerveux : Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum, Silicea

Typologie du sujet :

- Fatigué au réveil
- Le froid améliore son état
- Les tempes sont creusées (cerveau soumis à rude épreuve)
- Des tâches sales, fumées et de couleur gris cendre sur le visage (surtout sur le menton et autour des yeux)
- Encore faim après le repas

Indications thérapeutiques :

- Troubles du système nerveux (irritabilité, perte de mémoire, surmenage, manque d’énergie, vertiges, angoisse,
19
20
KALIUM SULFURICUM 7
Autres noms :

Sulfate de potassium, Kalium sulphuricum, Sulfaté potassique

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : VI
- Numérotation en France : VII

Maître mot :

- L’inflammation au troisième stade (phase de reconstruction, évacuation des tissus lésés)


- Remède de l’épiderme et des muqueuses
- Soutient l’activité du foie
- Désintoxication générale

Généralités :

Le Kalium sulfuricum entre dans la composition des hématies avec le Ferrum phosphoricum, et donc, comme lui,
participe au transport de l'oxygène dans la profondeur de tissus. Mais on le trouve aussi dans la couche supérieure de
la peau (l’épiderme et des muqueuses) et dans les cellules de la moelle épinière et dans les muscles. Sa carence
entraînera un déséquilibre se traduisant une succession rapide d'excitation et de dépression. Les sécrétions sont
intermittentes, épaisses et jaunâtres. Au niveau de l’épiderme, la desquamation est intense et les croûtes sont
jaunâtres.

Sels renforçant son action :

- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Ferrum phosphoricum, Kalium chloratum, Kalium
phosphoricum, Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur le tissu conjonctif, la peau et les cheveux : Calcium fluoratum, Kalium phosphoricum, Natrium chloratum,
Natrium phosphoricum et Silicea

Typologie du sujet :

- Timide et triste
- La couleur du visage est jaune-brun (bronzage tendant vers le jaune)

Indications thérapeutiques :

- Catarrhes muqueuses chroniques (sécrétions jaune verdâtres et purulentes) xxxxxxxxx


21
22
MAGNESIUM PHOSPHORICUM 8
Autres noms :

Phosphate de magnésium, Magnesia phosphorica, Phosphaté magnésique

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : VII


- Numérotation en France : VIII

Maître mot :

- Analgésique des crampes toutes sortes


- Remède de l’épuisement
- Régule l’activité neurovégétative

Généralités :

Le magnesium phosphoricum est le constituant minéral de la cellule nerveuse et il entre pour une part importante
dans les éléments du cerveau, de la moelle épinière et de tous les nerfs . On le trouve dans le sang, dans les muscles,
dans les os, et notamment dans les dents. Sa carence est à la base des douleurs névralgiques, des spasmes nerveux
(convulsions) et des crampes musculaires vives et fulgurantes.

Sels renforçant son action :

- Sur les os : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Silicea, Natrium chloratum.


- Sur le système lymphatique : Calcium fluoratum, Kalium chloratum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum.
- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Ferrum phosphoricum, Kalium chloratum, Kalium
phosphoricum, Kalium sulphuricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur le système nerveux : Kalium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum, Silicea

Typologie du sujet :

- Le sujet est épuisé et il a des douleurs vives, aiguës et subites


- Rougeur rosâtre près des ailes du nez

Indications thérapeutiques :

23
NATRIUM CHLORATUM 9

Autres noms :

Natrum muriaticum, Chloruré sodique, Chlorure de sodium

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : VIII


- Numérotation en France : IX

Maître mot :

- Fortifiant anti-anémique et reconstituant


- Remède de l’osmolarité (troubles de l’équilibre de l’eau)

Généralités :

- Le natrium chlorutum entre dans la composition du sang, de la peau. des muqueuses et du


système nerveux. Sa carence est cause de déshydratation, d'amaigrissement et d'anémie de
faiblesse. Et les sécrétions deviennent claires comme de l’eau, transparentes et mousseuses.

Sels renforçant son action :

- Sur les os : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Silicea, Magnesium phosphoricum.


- Sur le système lymphatique : Calcium fluoratum, Kalium chloratum, Magnesium
phosphoricum, Natrium phosphoricum.
- Sur le sang : Calcium phosphoricum, Natrium sulphuricum, Kalium phosphoricum, Ferrum,
phosphoricum, Kalium chloratum, Natrium phosphoricum
- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Ferrum phosphoricum, Kalium
chloratum, Kalium phosphoricum, Kalium sulphuricum, Magnesium phosphoricum, Natrium
phosphoricum
- Sur le tissu conjonctif, la peau et les cheveux : Calcium fluoratum, Kalium phosphoricum,
Kalium sulphuricum, Natrium phosphoricum et Silicea
- Sur le système nerveux : Kalium phosphoricum, Magnesium phosphoricum, Natrium
phosphoricum, Silicea

24
Typologie du sujet :

- Le sujet maigrit tout en mangeant bien.


- Il présente une profonde dépression mentale, est triste, mélancolique et pleure souvent. Il reste
indifférent à toute tentative de consolation.
- Il prend facilement froid (ses pieds et ses mains sont froid
- La peau du visage du sujet est aqueux (gonflée, une éponge vue de de loin).

Indications thérapeutiques :

- Pellicules
- Tête huileuse
- Migraine xx
- Gerçure des lèvres x
- Langue en carte géographique
- Hyper ou hyposalivation xxx
- Sécheresse oculaire xx
- Catarrhes des voies respiratoires (rhinite, rhume) xx
- Rhume des foins xx
- Allergies
- Perte du goût et de l'odorat (par sécheresse de la muqueuse nasale)
- Acné xxx
- Peau sèche
- Eczéma (sec et irritant) xxxx
- Érythème fessier du nourrisson x
- Herpès x
- Zona
- Névralgie
- Amaigrissement xxxx
- Anémie - Erythropénie xxxxxxx
- Intoxications (tabac, poisons métalliques, piqûre d’insecte) xx
- Diarrhée (muqueuse, claire)
- Constipation (selles sèches) x
- Vers (Ascaris)
- Dysménorrhées (absentes ou irrégulières et à sang pâle)
- Leucorrhée (abondante, épaisse, irritante, mais transparente)
- Cellulite x
- Rétention d’eau
- Œdème xx
- Rhumatisme articulaire (craquement) xxxxx
- Hydrops (du genou) x
- Insolation
- Déminéralisation
- Déshydratation (tissus) xx
- Sécheresse des muqueuses xxxx
- Sensation de froid (le long de colonne vertébrale, les mains et les pieds) xx

25
Symptômes :

- Liquide (eau ou jaune pâle)

Indications psychiques :

- Perte de mémoire
- Aide ceux qui s’isolent après avoir éprouvé une humiliation, une déception ou un chagrin
- Il permet de se détacher des choses passées

Principe Astrologique :

- Lune/Cancer

Modalités en Médecine chinoise :

- Aggravé par l’exercice physique ou mental et la chaleur


- Irrité par l’humidité et l’air moisi des leiux humides
- Amélioré par le grand air
- L’hydratation

Administration :

- D6
- Onguent
- Comprimé

Posologie :

- Pour un effet rapide et intensifié, faire fondre 5-7 comprimés dans un verre d’eau
chaude (eau préalablement bouillie), et boire lentement par petits coups.
- En aigu, prendre 1 comprimé toute les heures ou jusqu’à toutes les 30 minutes.
- En chronique, prendre 1 comprimé 1 à 3 fois par jour.

26
NATRIUM PHOSPHORICUM 10
Autres noms :

Phosphate dibasique de sodium, Sel phosphaté sodique

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : IX
- Numérotation en France : X

Maître mot :

- Tan pomme toutes les formes acidité (urique/lactique)


- L’acide urique (acide carbonique du sang dans les poumons)
- Le dérangement du métabolisme des graisses

Généralités :

Le Natruim phosphoricum guérit les maladies qui sont dues à la formation en excès d’acide
lactique dans les tissus. Chez ce sujet tout est acide : les urines, la sueur, la diarrhée, les
vomissements, etc.... On trouve le natrium phosphoricum dans les muscles, le sang, les nerfs, le
cerveau et dans le liquide intercellulaire. Son rôle dans l'organisme est de neutraliser dans
l'intimité des tissus, la formation d'acide lactique, par exemple, pendant le travail musculaire, et
de le transformer en acide carbonique que les hématies véhiculeront jusqu'aux poumons pour y
être expulsé par la respiration. Neutralisant également les acides gras d'origine alimentaire, il
jugule les troubles provenant de leur ingestion en excès (aigreurs, renvois, brûlures, pyrosis) et
empêche la formation de calculs dans la vésicule biliaire et les amas graisseux à la peau (kystes,
sébacés, etc.). Il neutralise l'acide urique (qui prend naissance dans le sang avec un régime
alimentaire trop riche en albumine ou carné), il forme avec celui-ci des sels solubles qui sont
éliminés par le rein évitant la gravelle et ses conséquences.

Sels renforçant son action :

- Sur le système lymphatique : Calcium fluoratum, Kalium chloratum, Magnesium


phosphoricum, Natrium chloratum.

27
- Sur le sang : Calcium phosphoricum, Natrium chloratum, Natrium sulphuricum, Kalium
phosphoricum, Ferrum, phosphoricum, Kalium chloratum.
- Sur les muscles : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Ferrum phosphoricum, Kalium
chloratum, Kalium phosphoricum, Kalium sulphuricum, Magnesium phosphoricum, Natrium
chloratum.
- Sur le tissu conjonctif, la peau et les cheveux : Calcium fluoratum, Kalium phosphoricum,
Kalium sulphuricum, Natrium chloratum et Silicea
- Sur le système nerveux : Kalium phosphoricum, Magnesium phosphoricum, Natrium
chloratum, Silicea

Typologie du sujet :

- Il est souvent nerveux

Indications thérapeutiques :

- Sécrétions de métabolisme xxxxx


- Dyspepsie (métabolisme gras dérangé, acidité) xxxxx
- Diarrhée acide (jaunâtre ou verdâtre)
- Éructations (acides) xxxx
- Pyrosis xxx
- Gastralgie xx
- Colopathies acides
- Vomissements acides
- Jaunisse xxx
- Diabète (maigre) x
- Calculs biliaires
- Lithiase rénale xx
- Néphrite xxxxx
- Oxyures
- Hyperacidité de l'estomac xxx
- Parasitose x
- Candida albicans
- Oxyures (vers) x
- Rhumatisme (par surcharges, acide urique) xxxxxxxxxxxxx
- Goutte (sciatique) xxxxxxxxx
- Eczéma
- Éruptions cutanées (aux contenus gras et mielleux)
- Acné
- Furoncle
- Urticaire
- Clignements des yeux
- Faim après sucreries et farineux
- Cheveux gras x

28
Symptômes :

- Crémeux
- Peau sèche

Indications psychiques :

- La dépression (attitude négative)


- Le “Ici et Maintenant”
- Agit en chauffant et résolvant

Principe Astrologique :Saturne/Capricorne

Modalités en Médecine chinoise :

- Pendant et après le repas, surtout quand ce repas est gras


- Chaleur

Administration :

- D6
- Onguent
- Comprimé
-

Posologie :

- Pour un effet rapide et intensifié, faire fondre 5-7 comprimés dans un verre d’eau
chaude (eau préalablement bouillie), et boire lentement par petits coups.
- En aigu, prendre 1 comprimé toute les heures ou jusqu’à toutes les 30 minutes.
- En chronique, prendre 1 comprimé 1 à 3 fois par jour.
- En massage sur le foie, lors d’excès alimentaire et dyspepsie.

29
NATRIUM SULPHURICUM 11

Autres noms :

Sulfate de sodium, sel sulfaté sodique

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : X
- Numérotation en France : XI

Maître mot :

- Stimule l’élimination des liquides chargés en métabolites (draineur)


- Stimule tous les organes responsables de l’élimination (foie,
pancréas, vessie, reins, poumons)
- Élimine les liquides excédants (drainage lymphatique)

Généralités :

Les vaisseaux et le sang, la peau, le foie, les reins et le pancréas sont


sous la dépendance de Natrum sulfuricum qui préside aux fonctions
urinaires, biliaires et à l'activité intestinale. À l'inverse de Natrum
muriaticum il provoque , dit Schüssler, l'exsudation hors de
l'organisme de l'eau en excès dans les tissus et, en conséquence, son
manque entraînera une invasion d'eau dans les tissus.

Typologie du sujet :

- Le sujet est bouffi, corpulent, apathique et lent


- Timide et fort impressionnable (la musique peut le faire pleurer)
- Irritable, il fuit la société (m’aime pas parler)

30
- Sensible au froid
- Rougeur enflammée sur le nez

Indications thérapeutiques :

- Larmoiement
- Coryza (-rhume de cerveau- écoulement jaune, puis vert)
- Asthme bronchique (par temps humide) xx
- Rhume chronique xx
- Hypothyroïdie
- Oppression
- Toux (grasse et douloureuse, avec expectoration difficile jaune
épaisse)
- Grippe xxx
- Sécrétions de couleur jaune verdâtre xxxxx
- Aisselles fétides
- Pléthore
- Diabète gras xx
- Dérangements Foie-Bile-Intestins xxxxxx
- Foie congestionné (hépatite, ulcère) xxxxxxxxx
- Engorgement des voies biliaires xxxxxxxxx
- Calculs biliaires
- Vomissements
- Jaunisse
- Coliques avec flatulence xxxxx
- Diarrhée cholériforme (matin) xxxx
- Diurétique
- Eczéma suintant xx
- Maladies de surcharge
- Cellulite
- Stases veineuses (en onguent)
- Rhumatismes (arthritisme, goutte) xxxxxx
- Seins gonflés avant règles
- Règles (insuffisantes, tardives, irritantes et accompagnées souvent
d'épistaxis ou de céphalées)
- Leucorrhée (glaires jaunes verdâtres)
- Sueurs génitales
- Rétention d’eau xx
- Jambes lourdes (œdème, ulcère) xxxxx
- Condylômes
- Verrues x
- Herpès

31
Symptômes :

- Nez bouché.
- Jaune vert fétide

Indications psychiques :

- Prépare aux changements


- La chaleur de vivre

Principe Astrologique :

Jupiter/Sagittaire

Modalités en Médecine chinoise :

- L'humidité aggrave ses malaises, tandis que le temps sec les


améliore
- Stagnation

Administration :

- D6
- Onguent
- Comprimé

Posologie :
- Pour un effet rapide et intensifié, faire fondre 5-7 comprimés dans un verre
d’eau chaude (eau préalablement bouillie), et boire lentement par petits
coups.
- En aigu, prendre 1 comprimé toute les heures ou jusqu’à toutes les 30
minutes.
- En chronique, prendre 1 comprimé 1 à 3 fois par jour.

32
SILICEA 12
Autres noms :

Byoxide de silicium, silice

Nomenclature :

- Numérotation en Allemagne : XI
- Numérotation en France : XII

Maître mot :

- Donne la fermeté et de la résistance aux tissus.


- Toutes les processus purulents et les suppurations, en alternance avec un autre sel.
- Indiqué comme le produit de beauté de la biochimie.
- Active le système lymphatique dans les processus d’élimination des déchets et de défense
immunitaire.

Généralités :

Le silicea entre dans la constitution de toutes les cellules de l'économie et participe à toutes les
fonctions de l'élément vivant des tissus et des organes. Son manque entraînera des troubles
végétatifs multiples retentissant aussi bien sur la nutrition générale (non assimilation, rachitisme,
retard de croissance), sur l’épiderme (peau sensible, ulcéres, abcès, fistules, chute des phanères,
alopécie,), sur le tissu conjonctif (abcès profond, phlegmon diffus, fistules, exostoses, chalazion),
sur les muqueuses (sécrétion d'un liquide excoriant, conjonctivites, ulcérations de la cornée,
blépharites, orgelets, otites) et sur le système nerveux (hypersensibilité, photophobie, céphalées
fronto-temporales). En raison de l'universalité de son action tant en surface qu'en profondeur,
Silicea est appelé à entrer dans le traitement de la plupart des maladies, complétant l'action des
autres remèdes biochimiques.

Sels renforçant son action :

Sur les os : Calcium fluoratum, Calcium phosphoricum, Natrium chloratum, Magnesium


phosphoricum.
- Sur le tissu conjonctif, la peau et les cheveux : Calcium fluoratum, Kalium phosphoricum,
Kalium sulphuricum, Natrium chloratum, Natrium phosphoricum.
- Sur le système nerveux : Kalium phosphoricum, Magnesium phosphoricum, Natrium chloratum,
Natrium phosphoricum.

33
Typologie du sujet :

- Le sujet est timide, craintif, agité, irritable, hargneux et prompt à se mettre en colère
- Mélancolique, il est facilement découragé. Paresseux par faiblesse ou par impuissance, il se refuse
à tout effort physique et à tout travail intellectuel. Sans force, sans courage, il ne désire que rester
couché.
- Frileux à l'excès, il maigrit par défaut d'assimilation et a tendance aux suppurations
- Mémoire défaillante
- Sensibilité à la lumière
- Peau luisante comme cirée

Indications thérapeutiques :

- Abcès ouvert x
- Abcès froids x
- Furoncle xxxxx
- Panaris
- Suppurations chroniques xxxxxxxx
- Orgelets
- Blépharites
- Otite
- Affections osseuses (ostéomyélite, douleurs dans les os) xx
- Exostose xxx
- Scrofule
- Saignements de nez
- Eczéma
- Prurits xx
- Problèmes dentaires (caries du collet) xxxxx
- Spasmes des paupières
- Urticaire
- Pyorrhée
- Fistules xxxxx
- Troubles de croissance des ongles (cassants, tachetés et blancs) xxxxxxxxx
- Retard fermeture de la fontanelle.
- Sueurs à la tête
- Tendinite
- Goutte (favorise l’élimination de l’acide urique) xxx
- Troubles de croissance des cheveux (alopécie) xxxxxxxxx
- Sueurs abondantes et fétides xxxxx
- Rachitisme
- Rhumatisme (douleurs) xxx
- Transpiration aux pieds (avec mycose interdigitale) xx
- Maigreur
- Frilosité

34
- Sclérose (artériosclérose) xxxxx
- Ecchymose (les bleus) xx
- Fatigue
- Verrue
- Mictions fréquentes (faiblesse des sphincters)-Règles (en avance)

Symptômes :

- Odeur fétide
- Transpiration abondante
- Pus, prurit
- Brûlant, vert
- Croûtes dans le nez

Indications psychiques :

- Développe les forces qui structurent


- Sert aux âmes sensibles, contre les peurs, combat le stress, améliore la concentration.

Principe Astrologique :

Soleil/Lion

Modalités en Médecine chinoise :

- Aggravé par le froid et les courants d’air


- Amélioré par la chaleur, les enveloppements chauds et le bord de mer
- Stagnation

Administration :

- D6
- Onguent
- Comprimé

Posologie :

Pour un effet rapide et intensifié, faire fondre 5-7 comprimés dans un verre d’eau chaude (eau
préalablement bouillie), et boire lentement par petits coups.
- En aigu, prendre 1 comprimé toute les heures ou jusqu’à toutes les 30 minutes.
- En chronique, prendre 1 comprimé 1 à 3 fois par jour.

35
LES SELS MINERAUX SELON LE DR SCHÜSSLER

L’approche thérapeutique biochimique douce du Dr Henri Schüssler est parfaitement


appropriée pour l’auto-traitement des signes cliniques les plus variés. Les douze sels
sélectionnés par le Dr Schüssler contiennent différents minéraux essentiels qui
harmonisent le métabolisme et stimulent les forces d’auto-guérison. Les produits
biochimiques sont préparés selon les principes de l’homéopathie, sous forme de tablettes
ou de pommades. Les sels Schüssler et le traitement par minéraux biochimiques
retrouvent aujourd’hui un second souffle, à cause du stress croissant et des mauvaises
habitudes alimentaires.

La thérapie à l’aide des sels minéraux a été mise au point par le médecin homéopathe
Guillaume Henri Schüssler (1821-1898).

Biochimie selon le Dr Schüssler

Le Dr Schüssler, au cours de son travail, a constaté que les sels minéraux avaient une
grande importance pour les diverses fonctions de l’organisme humain. Une irritation
pathogène renforce la fonction d’une cellule, car celle-ci s’efforce de repousser le
trublion. Mais cette hyperstimulation provoque un déséquilibre des minéraux, ce qui
entrave certaines fonctions et certains processus biochimiques. L’apport de minéraux
renforce la capacité de fonctionnement des cellules et normalise les dysfonctionnements
du corps.

Pour trouver quels sels minéraux se trouvaient dans le corps, Schüssler a analysé les
cendres de personnes incinérées. Il a ainsi découvert que des minéraux différents étaient
prédominants dans les différents tissus et organes. C’est ainsi qu’il a développé l’idée
que les minéraux typiques d’un tissu pouvaient être utilisés pour la guérison du tissu en
question, en cas de maladie.

Les douze sels du Dr Schüssler

Schüssler a réduit les signes cliniques les plus variés à la carence de 12 sels minéraux
auxquels il a donné son nom. Il a résumé ses connaissances dans la théorie de la
„biochimie“ qu’il a publiée en 1873. On a, par la suite, ajouté à ces 12 sels 12
substances complémentaires, ce qui amène aujourd’hui à 24 produits biochimiques
disponibles.Schüssler lui-même avait cependant réduit de son vivant les douze sels à

36
onze; il écrivait : „étant donné que le calcaire sulfaté n’est pas une constante de
l’organisme, il doit disparaître du champ biochimique. A sa place on pourrait envisager
de mettre le natrium phosphoricum, resp. silicea.

Préparation homéopathique

La préparation des produits thérapeutiques biochimiques se fait selon les préceptes du


médecin de Meissen, Samuel Hahnemann (1755 – 1843) : les sels minéraux sont
potentialisés et dynamisés – comme en homéopathie. On utilise, selon les sels, la
potentialisation D6 ou D12. Cette dilution multiple empêche de perturber les fonctions
des cellules saines tout en permettant de rééquilibrer les dysfonctionnements
fonctionnels existants. De plus, les sels minéraux sont répartis si finement qu’ils peuvent
sans autres traverser la membrane cellulaire et pénétrer à l’intérieur des cellules qui en
ont besoin.

Préparations biochimiques

Les sels selon le Dr Schüssler sont administrés sous forme de tablettes ou de pommades.
On fait fondre lentement les tablettes dans la bouche, ce qui permet aux substances
minérales d’entrer dans le corps et d’arriver aux cellules par la muqueuse buccale. Le
dosage usuel pour un adulte est de deux tablettes trois fois par jour.

Les tablettes peuvent aussi être dissoutes dans de l’eau pour faire pénétrer les substances
actives dans le corps sous forme de compresses, d’enveloppements, de bains
de pieds ou de mains.

Diagnostic par signature

Au cours de sa pratique comme médecin, Schüssler a constaté que le manque d’un


minéral déterminé était identifiable surtout sur le visage, mais également dans les
cheveux, les mains, les pieds ainsi que les ongles du patient. C’est ainsi, par exemple,
qu’une carence en magnésium se traduit par des rougeurs du diamètre d’un sou sur les
joues. C’est à partir de cela que les disciples de la biochimie selon le Dr Schüssler ont
développé ce qu’on appelle le „diagnostic par signature“. Les différents signes de
carence (signatures) renvoient à un signe clinique bien précis. C’est ainsi, par exemple,
qu’une carence en phosphate de fer (Sel de Schüssler no 3) est reconnaissable à une
coloration sombre, bleu noir à noire du coin de l’oeil.

Les sels de Dr Schüssler et l’alimentation

Les sels de Schüssler, à cause de leur potentialisation homéopathique, ne remplace ni


l’alimentation quotidienne ni les suppléments orthomoléculaires; ils en sont plutôt un

37
complément. Comme ils ont été potentialisés Ils ne fournissent pas, en effet, au corps la
quantité de sels minéraux dont il a besoin. Mais ils ont une action régulatrice en cas de
troubles de la répartition moléculaire et préparent le terrain pour la guérison de maux
variés.

Douze produits thérapeutiques – une masse d’effets

L’approche thérapeutique biochimique se distingue en ceci qu’un petit nombre de


préparations permettent de traiter un grand nombre de maladies courantes et de douleurs
chroniques (cf encadré). Comme il suffit de douze minéraux pour le traitement et que
leur utilisation est simple, les sels selon le Dr Schüssler sont parfaitement appropriés
pour la pharmacie de ménage. Ils ne contiennent que des sels endogènes qui sont
éliminés par le corps s’ils sont en trop grande quantité ce qui rend l’auto-traitement sans
danger.
05.01.2007, Othmar Baeriswyl, complemed
Sources : Heepen H. Günther: Schüssler-Salze. 12 Mineralstoffe für die Gesundheit.
München (GU-Verlag) 2004.

Que sont les sels minéraux?

Les sels minéraux (appelés aussi souvent minéraux) désignent différentes substances
inorganiques, indispensables à la production et à la subsistance des substances du corps.
Ils sont produits par la combinaison chimique de métaux et non-métaux et sont formés
d’atomes chargés, les ions.

Potentialisation

Le processus de production homéopathique de produits thérapeutiques dilue


(potentialise) peu à peu l’agent actif avec le l’eau, de l’alcool ou du lactose, dans une
proportion 1:10. C’est ce qu’on appelle la potentialisation décimale indiquée par la lettre
D. Le chiffre situé derrière le D indique le nombre de fois où le processus de
potentialisation a été accompli. Les produits homéopathiques portent la désignation de
leur potentialisation (D1 signifie une potentialisation 1:10; D2, une potentialisation de
1:100,etc). La plupart des sels de Schüssler ont subi une potentialisation D6
(=1:1'000'000) ou D12 (=1:1'000'000'000'000).

Biochimie et homéopathie

Pour produire les sels de Schüssler on utilise bien le procédé homéopathique de la


potentialisation et de la dynamisation, mais la biochimie se distingue fondamentalement
de l’homéopathie : l’homéopathie applique la règle de similitude : celui qui coupe
suffisamment longtemps des oignons aura les yeux brûlants. Ce sentiment de brûlure
sera donc soignée avec un oignon en dose homéopathique.
Les sels utilisés en biochimie sont tous homogènes dans notre métabolisme et sont
utilisés en cas de carence : les sels ne déclenchent donc pas de maladie chez le bien-
portant. Il ne sert donc à rien de tester ces produits sur des bien-portants, ce qui est le

38
principe de base de l’homéopathie classique !

LES SELS DU DR SCHÜSSLER,


INDICATIONS ET SIGNATURES

Nr. 1: Calcium Fluoratum D12 (fluorure de calcium)


Rides; vergetures, hémorroïdes; veines sautées et varices; caries et émail des dents
mous; affaissement des organes, ongles des doigts et des orteils qui poussent mal;
mycoses; psoriasis; cornée surabondante; pustule acnéique dure; verrue dure; cicatrices
laides; gerçures de la peau et des commissures des lèvres; orteil en marteau; kyste
synovial.

Diagnostic:

En général: ventre pendant suite à l’avachissement de la paroi abdominale, verrues


dures, mycose des ongles, ongles qui croissent mal, veinules sautées, veines distendues
(varices), corne, dents cariées, excroissances osseuses (kyste synovial), tendance à
l’affaissement de la voûte plantaire et aux pieds plats.

Visage : ridules en longueur et largeur à l’intérieur du coin de l’oeil sur fond bleu rouge;
rides en éventail sur les paupières; la peau du visage est dure (elle semble comme tannée
par les intempéries et le vent).

Langue :crevassée.

39
Nr. 2: Calcium phosphoricum D6 (phosphate de calcium)

Après des fractures; douleurs de croissance; retards et troubles du développement


osseux chez les enfants et adolescents; faiblesse physique, par exemple après des
maladies graves; troubles du développement dentaire chez les enfants; douleurs et
crampes lors de la poussée des dents chez les bébés; crampes musculaires;
fourmillement et insensibilité dans les membres; nervosité; tendance à saigner du nez;
démangeaison chez les personnes âgées.

Diagnostic:

Chez les enfants et adolescents: enfants maigres et mal nourris, ossature mince et frêle;
occasionnellement, jambes en X; stature très longiligne et mince.
Chez les enfants et adultes: donnent l’impression d’un épuisement constant; tendance à
la déformation de la colonne vertébrale et des jambes – montrent des signes indubitables
de mauvais maintien; tendance aux dents cariées; musculature faiblement développée (la
personne concernée doit toujours s’appuyer à cause de sa faiblesse).

Visage: „Visage cireux“: blanc comme un linge, pâle, oreilles jaunâtres. Les yeux sont
marqués d’une bordure claire, connue sous le nom de lunettes.

Langue : parfois rugueuse, chargée d’une couche épaisse, blanche.

40
Nr. 3: Ferrum phosphoricum D12 (phosphate de fer)

Troubles du métabolisme du fer; déficit immunitaire (refroidissements fréquents);


légères blessures (externes et internes); brûlures du premier degré (par exemple, coup de
soleil); troubles de concentration et de mémoire; troubles de la circulation sanguine avec
mains et pieds froids; courbatures; troubles de croissance de la peau, des cheveux et des
ongles ; rhume; toux; début d’amygdalite.

Diagnostic:

En général : dilatation et boursouflures des veines des jambes (varices). En cas de forte
carence en fer: la peau a l’air flétrie, les cheveux, ébouriffés, rainures en long et en large
de l’ongle; tendance à transpirer.

Visage: rougeur précédant un refroidissement ou à ses débuts (semblable à la fièvre),


surtout sur : oreilles, joues, front; les yeux semblent caves; légère coloration bleutée à
l’intérieur du coin de l’oeil (souvent signe précoce de refroidissements, apparaît avant
les rougeurs); ombres sombres sur les paupières.

Langue : nette, lisse comme un miroir; parfois légèrement rouge; sèche en cas de fièvre.

41
Nr. 4: Kalium chloratum D 6 (chorure de potassium)

Bronchite; rhume des foins ; éruptions cutanées (eczéma) avec dépôt blanc, farineux:
inflammations de la muqueuse stomacale et intestinale, conjonctivite, bursite,
inflammations articulaires ainsi que toutes celles avec fièvre ; refroidissements,
blessures et inflammations comme deuxième remède après le phosphate de fer.

Diagnostic:

En général : En cas de refroidissement, possible crachat de mucus blanc gris et épais.

Visage : L’impression générale est un visage bleuté et laiteux (comme enduit de lait,
surtout autour du nez et des pommettes) – le visage rappelle une statue d’albâtre. Les
paupières supérieures et inférieures paraissent laiteuses, elles sont colorées partiellement
de rouge bleuté.

Langue : blanche et chargée d’une couche blanche et épaisse.

42
Nr. 5: Kalium phosphoricum D6 (phosphate de potassium)

Epuisement physique, moral et intellectuel; états de faiblesse (notamment en périodes


chargées comme pendant des examens); insomnie nerveuse; manque de motivation;
abattement; crampes; chute circulaire des cheveux; hyperactivité enfantine.

Diagnostic:

En général : le patient a l’air épuisé, abattu, fatigué; en cas de forte carence, possible
chute circulaire des cheveux.

Visage : paraît gris cendre; coloration sale de la peau (comme non lavée). Les paupières
inférieures sont gris cendre, blafardes et cadavérique; la région des yeux a une couleur
blafarde et sale, même la région de bouche et du menton peut paraître gris cendre; les
tempes sont hâves.

Langue : chargée de brun jaune, couleur moutarde, avec une haleine désagréable,
sentant la pourriture; le palais et la langue sont souvent secs.

43
Nr. 6: Kalium sulfuricum D6 (sulfate de potassium)

Produit de base pour toutes les maladies de peau et du foie ; intoxications du foie;
inflammations de la muqueuse (comme dans le pharinx, la conjonctive, l’estomac,
l’intestin), essentiellement lorsqu’elles deviennent chroniques, rhumes chroniques;
troubles de la croissance des cheveux et des ongles; douleurs rhumatismales migrantes.

Diagnostic:

En général : La peau a l’air jaunâtre; possibles ichors ou écoulements jaunâtres, par


exemple de mucus lors de rhumes tenaces; lentigos, taches de vieillesse ou de rousseur
sont un indice lorsqu’ils se multiplient soudainement.

Visage : la peau est de couleur brun jaune avec des taches brunâtres; les paupières
paraissent brunâtres ou jaunâtres; même la bouche, les ailes du nez et le front peuvent
prendre des teints jaunâtres à brunâtres.

Langue : chargée d’un mucus jaunâtre.

44
Nr. 7: Magnesium phosphoricum D6 (phosphate de
magnésium)

Toux convulsive; crampes dans les mollets, le ventre, douleurs menstruelles,


contractions veineuses (migraines); crampes dues à la dentition et à la digestion chez les
enfants; crispations de la musculature respiratoire (asthme), coliques, convulsions
musculaires ; troubles de l ’endormissement , surexcitation , agitation . Trac , peur des
examens, agitation nerveuse; douleurs rhumatismales.

Diagnostic:

En général: Le patient a tendance à la crispation musculaire (durcissement des muscles),


notamment dans la région des épaules et de la nuque, soit en cas de froid ou d’humidité,
soit en changeant trop peu de position (comme dans la position assise, spécialement
aussi en travaillant à l’ordinateur); le patient a aussi tendance à rougir, donne
l’impression d’une excitation psychique.

Visage : visible rougeur typique du magnésium – il s’agit d’un empourprement


fortement rosacé et peu naturel des joues, à gauche et à droite des ailes du nez et de la
grosseur d’un sou; rougeur en cas de trac.

Langue : nette.

45
Nr. 8: Natrium chloratum D6 (chlorure de sodium)

Peau et muqueuses sèches (identifiable à la sécheresse des yeux); diarrhée liquide ou


glaireuse, constipation; gastrite avec vomissements liquides; rhume avec fort
écoulement (persistant ou survenant brusquement); écoulement soudain de larmes, par
exemple à cause du vent; enflures (oedèmes) par exemple dues à des piqûres d’insecte;
maux de dents avec salivation; eczéma avec cloques pleines d’eau (comme en cas
d’herpès); dépression avec pleurnichements; faiblesse générale; diminution des forces;
douleurs rhumatismales.

Diagnostic:

En général : yeux larmoyants en cas de vent; peau sèche, conjonctive sèche. Le patient
donne l’impression d’être boursouflé, tendance à la peau d’orange (cellulite).

Visage : la peau est d’une brillance mat de gélatine; les yeux ont l’air noyés dans l’eau;
bords des paupières graisseux (plus gras sur la partie inférieure, semble frotté avec une
couenne), signe bien net en cas de regard vers le haut; goutte au nez; nez et front brillent
d’humidité.

Langue : nette, avec des traînées de mucus; parfois avec de petites bulles de salive, de
préférence sur les bords de la langue; langue humide, salive abondante avec souvent une
prononciation mouillée; de temps à autre, goût salé dans la bouche.

46
Nr. 9: Natrium phosphoricum D6 (phosphate de sodium) •

Douleurs digestives (coliques, ballonnements) chez les enfants en bas âge et, chez les
adultes, après des repas gras; troubles de la digestion des graisses (crampes stomacales,
adiposité); vomissements acides, renvois acides, brûlures d’estomac et hyperacidité
généralisée; goutte aux petites articulations (comme les orteils), diarrhées d’odeur acide;
difficultés respiratoires à cause de l’asthme; acné au visage due au métabolisme.

Diagnostic:

En général : la peau est grasse et impure; cheveux gras, exsudations grasses; les verres
de lunettes du patient sont toujours gras. Possible gonflement (mou) des ganglions
lymphatiques du cou et de l’aisselle; „selles savonneuses“ chez les enfants en bas âge;
sur le pavillon de l’oreille, nodules pouvant avoir la grosseur d’un pois (tophi) qui
signalent de la goutte.

Visage : brillance terne de graisse, comme frotté avec une couenne de lard; exsudations
grasses, comédons, pustules; menton gras et joues pendantes.

Langue : humide, chargée d’une épaisse couche gris blanc; goût amer ou aigre.

47
Nr. 10: Natrium sulfuricum D6 (sulfate de sodium)

Constipation, diarrhée (aussi jaune verdâtre), troubles de la digestion des graisses avec
selles claires, coliques de ballonnement; gonflement des tissus (oedèmes), par exemple
sur les paupières ou les jambes; en cas d’eczémas suintants, cloques contenant un
liquide jaune verdâtre, acné, rosacée (dermatose ressemblant à l’acné); incontinence;
inflammations liées à un refroidissement avec mucus jaune verdâtre; douleurs
rhumatismales, plus graves par temps humide ou froid; tendance à la mélancolie,
dépressions après des blessures notamment à la nuque et à la tête.

Diagnostic:

En général : tendance aux oedèmes, notamment aux jambes et aux paupières; selles
jaune verdâtre ou claires.

Visage : taches de couleur jaune verdâtre, rougeur inflammatoire, surtout du nez, „nez
de l’ivrogne“, joues bleu rouge. Paupière extérieure ont l’air jaune verdâtre. La peau en
général a une teinte verdâtre.

Langue : surface verdâtre; sale, non visqueuse; goût amer.

48
Nr. 11: Silicea D12 (acide silicique)

En cas de purulence de la peau, furoncles (aller chez le médecin) et fistules; maladies


articulaires rhumatismales (goutte), arthrose; faiblesses des ligaments; perte de masse
osseuse (ostéoporose); troubles de la formation osseuse, périostite; tendinites;
artériosclérose; sudation anormale; apparition prématurée de signes de vieillesse comme
les rides sur le visage; hématomes; cheveux et ongles cassants, également chute de
cheveux; troubles de la croissance des ongles, pourtour de l’ongle purulent, acné.

Diagnostic:
En général : rides précoces et nombreuses, peau distendue et signes précoces de
vieillissement; le patient montre une forte tendance à transpirer, surtout dans la région
de la tête et de la nuque; transpiration malodorante des pieds. La peau est fine et
transparente. Tendance à la calvitie. Ongles des pieds et des mains cassants. Dans
beaucoup de cas, un mauvais maintien, voire une déformation de la colonne vertébrale
(scoliose) peut résulter d’une carence, car les os peuvent être mal développés; peau
tendue et brillante sur le tibia; les yeux sont très sensibles à la lumière.

Visage : peau flasque et ridée ou, au contraire, „peau de lifting“ et pattes de mouche; la
peau a l’air transparente; rides près des oreilles.

Langue : recouverte de mucus brunâtre; la langue peut être sèche, surtout tôt le matin;
éventuel goût de savon dans la cavité buccale.

Nr. 12: Calcium sulfuricum D6 (sulfate de calcium)


Peau et muqueuse purulentes; troubles de la croissance osseuse; rhumatismes
chroniques, dysfonctionnements du foie, inflammations des ganglions lymphatiques;
douleur et rougeur; bronchite tenace, purulente.

49
50
SALES DE SCHÜSSLER
• ¿Qué son las Sales de Shüssler?
• ¿Cómo se usan?
• Características de cada sal:

KALI PHOSPHÓRICUM
NATRUM SULPHÚRICUM
KALI MURIATICUM
CALCÁREA FLUÓRICA
MAGNESIA PHOSPHÓRICA
KALI SULPHURICUM
NATRUM PHOSPHÓRICUM
CALCÁREA SULPHÚRICA
SILICEA TERRA
CALCÁREA PHOSPHÓRICA
NATRUM MURIATICUM
FERRUM PHOSPHÓRICUM

• Las sales y su relación con la astrología


¿Qué son las sales de Schüssler?

El Dr. Samuel Hahnemann, padre de la homeopatía, descubrió


experimentalmente junto con otros homeópatas, la utilidad de las sales
inorgánicas para la recuperación de la salud. Sin embargo, este conocimiento no
lo llegaron a precisar completamente.

Posteriormente, el Dr. Wilhelm Heinrich Schüssler (1821-1898), de nacionalidad


alemana, formalizó la investigación sobre 12 de estas sales, que hoy llevan su
nombre.

El Dr. Schüssler siempre tuvo un gran interés en la Ley del Mínimo, la cuál
establece que la pérdida de la salud es debida a la falta de ciertos minerales en las
células. Estas insuficiencias solamente podían ser observadas en las cenizas de
los cuerpos, por lo que analizó las cenizas de un gran número de personas que
habían sido cremadas y descubrió que en todos los seres humanos siempre hay
ausencia o deficiencia de dos sales bioquímicas, por lo menos.

Al investigar, Schüssler integraba expedientes clínicos de cada una de las


personas cuyas cenizas analizaba. En ellos anotaba el nombre y fecha de
nacimiento, así como las enfermedades que había padecido en el transcurso de su
vida. La experimentación demostró que en los pacientes, hay por lo menos la
carencia de una sal fundamental o base y de otra secundaria o complementaria, lo
que propicia sus enfermedades.

Como resultado de sus investigaciones, llegó a la conclusión de que si los tejidos


no reciben de la sangre la cantidad adecuada de cada una de las 12 sales
bioquímicas estudiadas, se altera el movimiento molecular de las sales en los
tejidos y consecuentemente se desequilibra el funcionamiento de las células y su
metabolismo, lo que produce los fenómenos conocidos como enfermedades.

Es importante destacar que este tipo de padecimientos son muy numerosos 51


y
frecuentes. Las enfermedades de esta naturaleza desaparecen, hasta que los
tejidos reciben nuevamente, las sales que requieren, .
52