Vous êtes sur la page 1sur 1

TD 6 IGE : La Concurrence

Question 6:

Ce texte de Marie-Laure ALLAIN et Claire CHAMBOLLE décrit l'impact de deux lois, la loi
ROYER et plus tard la loi RAFFARIN, sur la concurrence dans la distribution.
Les lois ROYER et RAFFARIN avaient pour objectif de limiter la surface des installations
commerciales dans la grande distribution et l'extension des surfaces déjà existantes, ce qui devait
être favorable aux petits commerces. Or, il s'est avéré que ces mesures ont eu l'effet inverse.

*La loi ROYER, la loi d'orientation du commerce et de l'artisanat, a été votée en 1973.
Elle vise la limitation de l'installation de nouvelles grandes surfaces en vue de protéger le
commerce de proximité.
Les mesures sont les suivantes :
- les installations commerciales voient leurs surfaces limitées à 1 000 m2 pour les
communes de moins de 40 000 habitants et 1 500 m2 pour toutes les autres communes,
- l'extension des magasins est soumise à l'approbation d'une Commission départementale
d'urbanisme commercial.

Entre 1974 et 1992, les interdictions ont concerné 23 millions de m2 de surface commerciale.

(Suite à des cas de corruption dans cette Commission, la loi Sapin a été votée en 1993 afin de
modifier la composition de cette dernière.)

La loi Raffarin sur la concurrence dans le secteur de production découle de la loi loyer et de la
loi sapin

*Le 5 Juillet 1996 est votée la loi RAFFARIN. Elle a pour ambition de réguler l'expansion de la
grande distribution et en particulier des nouveaux magasins de hard-discount, de protéger les
producteurs et le commerce de proximité. Cette loi apporte des modifications à la précédente loi
ROYER.
Ces modifications sont les suivantes:
- le seuil à partir duquel la Commission doit être saisie est abaissé à 300 m2 (contre 1 000
m2 avec la loi ROYER)
- la création de magasins d'une surface supérieure à 6 000 m2 doit être soumise à "une
enquête publique portant sur les aspects économiques, sociaux et d'aménagement du territoire du
projet".

Autrement dit, la loi Raffarin a pour but de renforcer les barrières à l’entrée de la France pour
limiter l’implantation des moyennes et des grandes surfaces étrangères. Ce qui profiteraient aux
petits commerçants comme aux grandes chaînes de distribution française, d’être mis à l’abri de
la concurrence étrangère sur le territoire français.

En 1997, 25% des projets d'ouverture de magasins ont été rejetés par la Commission et depuis
1996, leur nombre a diminué d'environ 50%.