Vous êtes sur la page 1sur 27

GENERALITES SUR LES TECHNIQUES

CHROMATOGRAPHIQUES
• Méthode de séparation des constituants d’un
mélange :

• Elle s’appuie sur les effets antagonistes de deux


phases en présence :

→ Une phase mobile qui entraîne les


solutés.
→ Une phase stationnaire qui exerce sur eux
un effet retardateur.

• La phase mobile circule continuellement au


contact de la phase stationnaire.
Chaque molécule va migrer à une vitesse
propre qui dépendra :

• De son affinité pour les 2 phases


• Des conditions opératoires (T, P
principalement).

On peut donc séparer un mélange en jouant


sur ces facteurs.
Classification des techniques selon :

• La nature des phases mobiles et


stationnaire en présence.

• Le support utilisé pour effectuer la


séparation.

• Le phénomène physique ou chimique


responsable de la séparation.
• Grande diversité de techniques
chromatographiques.

• On peut séparer n’importe quel mélange :


→ espèces chargées, polaires, non
polaires, macromolécules …
1. Nature des phases.
1.1 Stationnaire.
 Solide

Liquide Liquide de haut point d’ébullition déposé sur un
support solide

Support solide inerte qui peut


être plan ou sphérique
Molécules greffées à la surface
d’un solide par l’une de leurs
Ce sont généralement de
extrémités.
longues chaînes carbonées qui
peuvent porter des
O CH2 groupements
CH CH
2 CH fonctionnels
CH 2 CH CH CH2 2 2 2 2 CH3
Si CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2

O CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 NH2


Si CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2 CH2

Support
solide
C’est son état physique et sa structure
chimique qui déterminent le phénomène
physique ou chimique responsable de la
séparation.

Le choix d’une phase dépend des


molécules à séparer.
1.2 Mobile.
• Gazeuse → chromatographie en phase gazeuse,

• Liquide → chromatographie en phase liquide (cette


phase mobile est aussi appelée éluant).

• Fluide à l’état supercritique (état intermédiaire entre le


liquide et le gaz qui s’obtient dans certaines conditions
de température et de pression).
Impératifs :

• Ne pas réagir avec les solutés à séparer.

• Ne pas réagir avec la phase stationnaire, ni la dissoudre.

• Etre un bon solvant dans le cas liquide et supercritique.


L’échantillon doit être soluble dans cette phase mobile.

• Perturber le moins possible le système de détection.


2. Support utilisé.
2.1 Colonne.
• Tube cylindrique de
dimensions variables.

• En verre, en plastique, en
acier : tout dépend des
conditions opératoires
(pression essentiellement)
et de la nature des
constituants à séparer.
• Rôle : contenir la phase stationnaire qui pourra être
déposée sur la paroi interne de la colonne ou alors
la remplir.
2.2 Surface plane.
• Chromatographie sur Couche Mince (CCM)

Couche de
phase
stationnaire

Plaque rigide (en


verre, plastique ou
aluminium)

• Chromatographie sur Papier : c’est un morceau de


cellulose imbibé de phase stationnaire liquide.
3. Phénomènes responsables de
la séparation.
• Mécanismes physiques ou chimiques d’interactions entre
les solutés et la phase stationnaire.

• Ils sont en partie responsable de leur migration plus ou


moins rapide.

• Les solutés doivent développer des interactions avec la


phase stationnaire.
3.1 L’adsorption.
OH

Solide Création de liaisons de


possédant des faibles énergies entre la
propriétés molécule et l’adsorbant.
adsorbantes
Ce sont des solides Type de liaisons : Van
finement divisés pour Der Walls ou liaisons
augmenter la surface
Hydrogène
active.
Phénomène réversible
O
H Liaison H

OH OH

Si Si Si Surface d’un adsorbant à


O O base de silice

Remarque : les phases stationnaires liquides peuvent


présenter des phénomènes d’adsorption à leur surface ce qui
est généralement gênant.
3.2 Le partage.
M
M M
Molécules dans M M Les solutés se
M partagent entre la
la phase M M
M
mobile M phase mobile et la
M M M M M M
phase stationnaire
Phase M M M qui est
M M
stationnaire M M nécessairement de
liquide nature liquide.
Support
solide La répartition des produits dans les deux
phases se fait suivant un équilibre
thermodynamique pour lequel il existe un
coefficient de partage
K = [soluté]statio /[soluté]mobile

La phase stationnaire doit avoir une polarité voisine


de celle des solutés afin de les solubiliser.
3.3 Les interactions
électrostatiques.
La phase stationnaire
comporte des
groupements chargés qui
peuvent interagir avec les
espèces en solution.
3.4 La taille.
La phase stationnaire est poreuse et se comporte comme
un tamis moléculaire.
La taille des molécules (en rapport avec leur poids) est le
facteur déterminant la séparation.

LES PETITES ET LES MOYENNES MOLECULES PEUVENT PENETRER


DANS LES PORES TANDIS QUE LES GROSSES EN SONT EXCLUES
LA PHASE MOBILE ENTRAINE L’ENSEMBLE DES
MOLECULES

LES MOLECULES INCLUSES DANS LE GEL ONT UNE


VITESSE DE MIGRATION PLUS FAIBLE QUE LES
GROSSES