Vous êtes sur la page 1sur 1

RWANDA : RWIGYEMA TUE PAR SES HOMMES

AFP

Jeudi 8 novembre 1990

Rwanda:

Rwigyema tué

par ses hommes

Le chef des rebelles du Front patriotique rwandais (FPR), Fred Rwigyema, a été tué le 3 octobre
par son second, Pierre Bayingana, qui a été lui-même tué fin octobre par des rebelles loyaux au
«commandant Fred». Cette nouvelle surprenante a été lancée mercredi par des sources proches
des rebelles à Nairobi. Mieux: elle a été confirmée par des diplomates occidentaux au Kenya.

Les sources rebelles, qui ont demandé à garder l'anonymat, ont révélé que le commandant
Bayingana et le major-général Rwigyema s'étaient opposés sur la stratégie à suivre: «Fred» avait
conçu un plan pour une attaque éclair contre la capitale rwandaise, Kigali, alors que le
commandant Bayingana voulait mettre sur pied une lente action de guérilla pour saper le
gouvernement du président Juvenal Habyarima.

La discussion a dégénéré en bagarre et le commandant Bayingana a tué le leader du FPR le 3


octobre, deux jours seulement après que les rebelles eurent envahi le nord-est du Rwanda
depuis l'Ouganda, ont déclaré les mêmes sources.

Le commandant Bayingana et d'autres officiers rebelles ont gardé la mort du major-général


Rwigyena secrète. Elle ne fut annoncée qu'après le décès du commandant Bayingana, survenu
le 22 ou le 23 octobre.

Le FPR a constamment démenti que son chef ait été tué par ses compagnons, affirmant qu'il était
mort en sautant sur une mine lors d'une attaque menée près de Kagitumba, dans le nord-est du
pays. Mais l'armée gouvernementale avait affirmé qu'aucune mine n'avait été placée près de
Kagitumba.

Un porte-parole des rebelles avait annoncé que le commandant Bayingana était mort au combat
mais, selon les mêmes sources, il aurait été tué ainsi qu'un autre commandant, Chris
Bunyenyezi, par des rebelles rendus furieux par la mort du major-général Rwigyema.

Nous avons dit qu'ils étaient morts au combat car nous ne voulions pas démoraliser nos militants,
ni étaler au grand jour nos dissensions internes, a affirmé une source proche des rebelles. Mais
nous espérons que la leçon a été apprise. Ils n'auraient pas dû commencer à discuter avant que
nous ayons atteint notre but. Ils auraient dû attendre que nous ayions renversé Habyarimana, a
déclaré la même source, ajoutant que les forces rebelles étaient maintenant unies sous le
commandement de leur nouveau leader, Paul Kagame.

Sur le terrain, du propre aveu du président Habyarimana, les rebelles sont toujours présents dans
le parc de l'Akagera et les combats se poursuivent pour le contrôle de la route qui relie Kigali à
Kampala, une voie d'approvisionnement vitale pour le Rwanda. Dans la soirée, le ministère
rwandais de la Défense a toutefois annoncé à la radio que ses troupes étaient entrées à Gatuna,
un poste stratégique sur cet axe Kigali-Kampala.

Par ailleurs, une mission française dirigée par le ministre de la Coopération s'efforce de préparer
une conférence internationale. (D'après AFP.)