Vous êtes sur la page 1sur 5

Conférences gesticulées

Outils de débat

S TA G E
Transformation sur site
Dé-formation continue
Productions coopératives

E D U C AT I O N
POPULAIRE ET
T R A N S F O R M AT I O
N SOCIALE

L e m étier
d’infor m ateur
jeune s s e s e
réinvente
Déroulement : des regroupements de 2 jours de décembre 2009 à février 2010
(six jours de formation au total, soit 3 X 2 jours), avec la D.D.J.S. Val d’Oise,
lieu de la formation à confirmer (bar associatif, C.I.J., structure d’information
jeunesse). Etant donné l’esprit de la formation, le premier regroupement est
beaucoup plus défini que les suivants, qui sont à construire avec les stagiaires
(choix des apports, des expérimentations, du rythme,…). Entre les
regroupements, les stagiaires relisent, réactualisent leur envie d’action, de
changement et en négocient les étapes en vue de tester quelque chose de
nouveau dans leur pratique.

1. Une formation – action en Val


d’Oise

1
Objectif : déconstruire / reconstruire son positionnement professionnel en se référant à l'éducation
populaire comme pratique de transformation sociale.

Intérêt : prendre l’air, mieux défendre collectivement l’originalité de son métier,


questionner ensemble son évolution, sa propre posture professionnelle, tester des terrains à
conquérir par des expérimentations

Démarche :
− Nous commencerons par explorer nos histoires de vie et comprendre politiquement ce qui
dans nos intuitions personnelles a construit nos valeurs, nos représentations, nos espoirs
− Nous chercherons dans nos situations professionnelles, les moments, situations, dans
lesquelles ces valeurs et ces utopies trouvent à s’exprimer, ou au contraire sont empêchés
− Nous identifierons les conditions de ces situations et en produirons une analyse collective
− Nous définirons des pistes, des défis de changements, et nous ferons le point à chaque
regroupement pour se donner de nouvelles perspectives.
− Nous expérimenterons, entre nous ou sur des terrains que nous choisirons ensemble des
mises en acte : enquête sociale, séquence d’observation sur site, animation d’un temps
d’expression des jeunes ou d’un débat avec son équipe voire avec les « partenaires » de
l’information jeunesse
Cette formation s’appliquera à elle-même les principes de l’éducation populaire :
déhierarchisation des savoirs, autogestion, paroles libres, définition collective des contenus.

Contenus : des apports des formateurs, choisis et préparés à partir des préoccupations avec
des participants, ponctueront la formation sous différentes formes : petits « topos » à discuter, films
(conférence gesticulée), outils concrets utiles pour l’éducation populaire.

Pre mier re groupe m ent : faire


c o nn ai s s a n c e a utre m ent
Bienvenue : à quoi sert ce stage ? à quoi on s’engage ?
La SCOP le Pavé et la DDJS du Val d’Oise présentent l’esprit du cycle de formation
continue (éducation populaire et transformation sociale, autogestion, expérimentation), la
logistique (organisation, rythme, formalités) et la construction de la progression.

Paroles boxées sur les attentes


Pour entendre les attentes des stagiaires, répondre ensemble à la question « qu’est ce que je
suis venu(e) faire là ». Cette méthode simple créée un climat d’écoute et de confiance au sein du
groupe. Ces paroles sont une des matières premières à réflexion personnelle et professionnelle.

Petite histoire - grande histoire : écrire la fresque


Relier son parcours biographique à sa construction militante et professionnelle, aux enjeux
de l’information jeunesse.
A partir d’une brève consigne de départ pour réaliser son récit depuis sa naissance, nous
collecterons des événements clefs de la petite et de la grande histoire, les moments fondateurs
de notre construction personnelle et professionnelle.

Groupes d’interview mutuels sur le métier


Recenser les pratiques les plus percutantes. Des groupes d’interviews se forment pour se
raconter des expériences vécues : « une action réussie d’information jeunesse » (en faisant
préciser ses repères, ses critères, les conditions qui ont fait que celle-ci soit pertinente) … et
« une action insatisfaisante, décevante, un échec ». Les interviews seront exploitées lors d’un
regroupement suivant comme repères d’éducation populaire possibles d’une action
d’information jeunesse.

Conférence gesticulée : une autre histoire de l’éducation populaire


Visionnage ensemble du film d’un spectacle théâtral : Franck Lepage raconte dans
« inculture(s) 1 » une autre histoire de l’éducation populaire et du ministère de la jeunesse et des
sports. De quoi nous faire réfléchir et discuter sur les conséquences de cette histoire sur les
pratiques contemporaines de l’information jeunesse.

2
Petite histoire - grande histoire : exploitation de la fresque au regard du
métier d’informateur jeunesse
Nous explorerons à partir de cette mise en commun des autobiographies des participants
des enseignements : en quoi nos propres parcours nous interpellent par rapport aux enjeux de
l’information jeunesse ?
Nous repèrerons aussi des facteurs de plaisir dans notre métier et au contraire de freins à la
pratique professionnelle désirée.

Terrains, séquence « utopie », et préparation du prochain regroupement


Les informateurs jeunesse énoncent des cas professionnels « questionnant » en rapport avec
l’information jeunesse (situations qui les interpellent) pour constituer notre panier de cas et nous
en profitons pour en apprendre le plus possible sur le contexte, le terrain professionnel de chacun
: tout le groupe contribue au « diagnostic » vivant et en relief de la situation présentée et des
envies de changement, de chantier, dans son activité d’information jeunesse.

On termine par discuter ensemble du ressenti de ce premier regroupement, puis du contenu


et de l’organisation du regroupement suivant.

D eu xiè m e re groupe m ent : ton terrain


e st le mien
Agora
Empruntée au mouvement de l’éducation nouvelle, ce temps de retrouvaille permet de
démarrer le regroupement en s’ouvrant sur le monde qui nous entoure, son évolution… et de
s’expérimenter à l’animation de débats

Exercice d’analyse « Quel est le problème ? »


Avec une alternance petit groupe / grand groupe et en partant de la consigne « doutes et
certitudes » sur l’information jeunesse, nous chercherons à identifier différentes facettes des
atouts et préoccupations de l’information jeunesse. Nous essaierons de nommer les attendus
politiques ou idéologiques, les clichés, les différentes manières d’envisager l’information
jeunesse, les effets connus ou moins connus de celle-ci.
Problématiser le métier d’informateur jeunesse et surtout préciser notre posture dans nos
relations humaines, professionnelles et institutionnelles.

Apports
Au choix pour le groupe plusieurs possibilités d’exposés des formateurs
A titre d’illustration : historique des politiques publiques notamment jeunesse, outils traditionnels de
l’éducation populaire, pédagogies / courants émancipateurs, enjeux du langage, mutations du travail,
démocratie et ambiguïté de la participation, éducation au politique des jeunes, méthodes de débat en
salle et en extérieur…

Etude de cas
A partir du panier de cas du premier jour : tirage au sort de situations problèmes à
explorer ensemble. Après un premier décodage collectif du cas
Possibilité
- soit de mettre en scène ces cas sous la forme de mini théâtre forum entre les stagiaires
pour vivre pleinement les situations et chercher ensemble à en imaginer des pistes
d’amélioration.
- soit de débats mouvants sur la posture professionnelle. L’action d’information jeunesse
est-elle neutre ? Quel est le rôle de l’animateur d’information jeunesse ? Jusqu’où s’étendent
ses missions ? Quelles en sont les limites ? Emancipation ou adaptation ?
Une méthode vivante et dynamique pour faire ressortir et se confronter les positions et
questionnements des participants quant à leur posture professionnelle. Il s'agit de repérer la
légitimité réelle ou supposée et les résistances personnelles ou professionnelles à intervenir en
tant qu’informateur jeunesse de manière engageante.

3
Approfondissements des terrains d’expérimentations de chacun
Suivi des tentatives de changements, d’amélioration, d’expérimentation dans les terrains
respectifs des stagiaires.

Visite de terrain, séquence observation, implication sociale ou imprégnation


du territoire, et même « enquête populaire » ou enquête action
Etant donné qu’on en a la possibilité (proximité), nous pouvons tenter ensemble de
différentes manières en petits groupes un travail d’observation et d’implication en direct
(séquence d’observation ethnographique, séquence d’implication sociale, imprégnation du
territoire ou enquête populaire). Comment observer ? Comment prendre conscience de notre
manière de rentrer en relation avec les gens ? Comment s’adresser à des publics populaires ?
Comment aller à la rencontre des gens plutôt que toucher les convaincus ? Présentation de
quelques techniques parmi d’autres… Retours à la suite de la visite de terrain et exploitations
collectives.
Pistes pour une expérimentation commune et le contenu du troisième regroupement ?

Bibliothèque et vidéothèque à disposition des stagiaires pendant la période la formation.

Tr oi siè m e re groupe m ent :


expérimenter et s e renfor c er
Agora
Variante : de nouveau ce temps pour reprendre langue ensemble, à partir cette fois-ci d’une
revue de presse constituée entre temps par un ou plusieurs des stagiaires.

Référendum à partir d’un rapport sur l’information jeunesse


Critique et discussion de la synthèse du dernier rapport sur l’information jeunesse (étude du
cabinet Veres, INJEP, décembre 2006) : séquence « propositions pour une information jeunesse
idéale ».

Apport : « Les porteurs de parole »


Présentation de la démarche, de la posture et de l'outil « porteurs de parole » par un diaporama.
A travers celui-ci, une analyse des pièges, des difficultés et des opportunités qu'offre cet outil.

Nos repères dans l’exercice professionnel : éducation populaire et


information jeunesse ?
Nous prendrons ici le temps d’exploiter avec du recul le travail d’interview mutuels du premier
regroupement pour bâtir ensemble des repères communs susceptibles de guider notre pratique
professionnelle de l’information jeunesse au regard de l’éducation populaire.

Préparation d’une expérimentation collective et test sur le terrain

Bilan de l’expérimentation collective


Chaque groupe racontera son vécu, les rencontres faites, les discussions réalisées et
analysera son intervention au regard des paramètres exposés la veille. L’ensemble des
participants rebondiront sur ces constats.
Au travers de chacun de ces bilans, le groupe réfléchira aux améliorations à apporter
lors d’une prochaine expérimentation (à imaginer).

De retour sur le terrain de chacun et coopérative des ressources pour demain


et après-demain
Comment chacun a utilisé ce cadre de formation pour faire quelques pas, comment
chacun entend continuer, quelles pistes, quels conseils et soutiens peut apporter le reste du
groupe ?

4
Bilan de la formation
Une consigne orale pour partager un retour à chaud sur la formation. Une consigne
écrite qui préserve l’anonymat et plus structurée, avec des questions portant sur les
perspectives d’action du réseau.

Le gérant, Gaël TANGUY

Contact : Le PAVÉ - La Godais - 35 490 GAHARD scoplepave@gmail.com 02 /99/45/73/48


Gaël 06/07/58/83/87 – Anthony 06/33/56/66/62 – Franck 06/07/11/06/05 - Alexia Morvan 06/37/93/68/73 - Annaïg Mesnil 06/14/55/75/30
Société Coopérative (SCOP) au capital de 11 940 €, capital variable - RCS Rennes 494 658 735
Déclaration d’activité Formation enregistrée sous le n° 5335 08293 35 auprès du préfet de la région Bretagne
Licence d’entrepreneur de spectacles no 2-1007376 & 3-1007377 délivrée par la DRAC de Bretagne
Domiciliation bancaire au Crédit Coopératif, Etab 42559, Guichet 00055, N° Compte 21008880603, Clé 59