Vous êtes sur la page 1sur 2
Marie-Claire THOMAS et Philippe CHATELAIN Candidats à l'élection sénatoriale de Haute Saône Une alternative

Marie-Claire THOMAS et Philippe CHATELAIN

Candidats à l'élection sénatoriale de Haute Saône

Une alternative écologique crédible pour la Haute Saône

Des élus responsables et réalistes Nous savons, en tant qu’élus, à quel point nos mandats électifs sont exigeants. Mais nous savons aussi, comme vous, qu'ils sont essentiels à la vie démocratique de notre pays et au dynamisme de nos territoires. Ils exigent de prendre des responsabilités et d'agir au service de nos concitoyens.

Nous, élus locaux, sommes en première ligne en ces temps difficiles. Nous sommes, en effet, en charge de plusieurs secteurs de la vie de nos concitoyens, et savons que nos actions sont déterminantes pour porter haut et fort leurs intérêts et ceux de nos collectivités

informations biographiques :

Maire Claire Thomas, 53 ans, mariée, 3 enfants, conseillère municipale de Lure et Vice-Présidente de la Communauté de communes du pays de Lure (CCPL). A ce titre, membre des syndicats de traitement des ordures ménagères et de protection des rivières. Militante associative et syndicale. Retraitée après une carrière professionnelle bien remplie, (artisan-commerçante, chargée de

communication

),

j'ai choisi de me consacrer à la politique.

Philippe Chatelain, 54 ans, marié, 2 enfants, Conseiller Municipal de Noidans les Vesoul. A ce titre, membre du syndicat de protection des rivières. Militant associatif et syndical. Porte-parole Franc-Comtois et membre du Conseil Fédéra d'Europe-Ecologie les Verts. Directeur d'un établissement social public de la protection de l'enfance dans un département voisin.

Nous faisons tous le constat suivant : cette crise ne se résoudra pas en appliquant les anciennes méthodes qui sont inefficaces face aux nouveaux fis. C'est pourquoi nous vous proposons un choix politique nouveau, une alternative écologiste et économique soutenable, durable, et crédible !.

A ) Un autre mode de développement est possible :

Faire mieux plutôt que toujours plus. Les écologistes ont depuis 40 ans, tant au niveau national que local, appordes solutions qui sont mises en place parce qu'elles ont apporté la preuve qu’un autre mode de développement est possible.

Depuis 35 ans la croissance diminue inexorablement sans qu’aucune majorité gouvernementale ne réussisse à inverser la tendance. Nous devons donc reflechir aux perspectives d’un mode de développement plus soutenable et durable, c’est-à-dire efficace et économiquement viable.

Les écologistes disent depuis longtemps que l’indicateur utilisé, la croissance du PIB est clairement dépassé : la croissance diminue, mais retrouver une croissance forte, ce serait occasionner des déts environnementaux et sociaux que nos sociétés ne peuvent plus supporter. Il nous faut trouver des solutions nouvelles aux défis sociaux et environnementaux.

Un développement soutenable suppose une exigence de solidarité et par conséquent une lutte sans merci contre l’évasion fiscale dont le produit doit servir en priorité à la lutte contre les inégalités. Exiger que les grandes entreprises paient normalement leurs impôts, refuser que les dividendes des actionnaires augmentent d'une manière indécente alors que la pauvreexplose, ce sont des idées pour lesquelles il faut se battre avec force lorsqu'on est parlementaire représentant des citoyens.

Un développement soutenable suppose également que les investissements soient orientés comme nous le proposons vers des politiques plus qualitatives et créatrices d’emplois non délocalisables, d’économies en termes de santé publique et d’impact environnemental.

B ) Une réforme territoriale cohérente

La réforme territoriale doit aller dans le sens d'une transition durable. Le niveau local est le premier pare-choc contre la crise. La fiscalité doit évoluer : L'état ne peut pas transférer les missions et les compétences sans donner les moyens de les accomplir. Il faut donner les moyens aux régions, aux collectivités locales, communes, communauté de communes, d'assumer les nouvelles missions qui leurs sont confiées.

Nous ne voulons pas d'un territoire à deux vitesses avec d'un côté, les élites de centre-ville et de l'autre une France rurale et péri-urbaine coupée des services, de l'emploi, des études et de la culture. Le développement de l'emploi en Haute Saône passera par la transition énergétique et par les liens que nous saurons tisser entre toutes les composantes de notre territoire : citoyens, collectivités, secteurs productifs, associations, etc

C ) La Haute Saône, un territoire riche d'avenir,

La Haute Saône ne doit pas se laisser oublier mais, au contraire, mettre en valeur toutes ses compétences, qualités, richesses qui sont nombreuses. Nous vous proposons un choix politique nouveau appuyé par des réalisations concretes.

La Haute-Saône est un territoire particulièrement favorable à un mode de développement plus vert :

tourisme écologique (la plus forte augmentation du secteur touristique), agriculture respectueuse de l’environnement et de la santé des agriculteurs et des consommateurs, filière bois, énergies renouvelables, économie d’énergie… Les emplois générés par cette nouvelle approche du développement économique compatible avec un contexte de faible croissance globale ne sont pas délocalisables et sont très favorables au développement des PME et PMI, principales sources d'emplois et de dynamisme dans notre pays et plus encore dans notre région.

Nous pouvons investir dans l'isolation des bâtiments, les transports collectifs, afin que tous les citoyens soient égaux face à l'emploi, la santé, la mobilité.

D ) Un renouvellement des élus et des pratiques politiques

Enfin les pratiques politiques doivent également évoluer, nous ne devrions pas avoir besoin de la loi pour permettre aux femmes d’occuper la place qui leur revient à tous les niveaux de notre société, il suffit de regarder les candidatures en Haute Saône à cette élection sénatoriale pour mesurer le chemin à parcourir.

Il n'est pas sain non plus que, dans une République démocratique, l'argent public des réserves parlementaires soient uniquement du fait du Prince. Dans une République irréprochable, les sénateurs ne doivent pas distribuer l'argent sans contrôle public, au risque. Si ce sysme de réserve parlementaire est maintenu, cet argent public doit être octroyé en toute transparence en fonction de la qualité des projets, du dynamisme territorial généré, ce soutien financier doit générer une plus-value pour nos territoires.

De même, l’exercice de plusieurs mandats politiques simultanés devrait être encore plus limité ainsi que leur possibilité de renouvellement dans le temps. Ces quelques mesures permettraient un meilleur renouvellement des élus et une représentation plus juste de la société en évitant les dérives autocratiques, les « rentes de situation » et les « baronnies ».

En conclusion, ces valeurs et ces engagements nous les portons localement, nous saurons les porter au Sénat si vous nous faîtes l’honneur de voter pour nous.

Nous nous tenons à votre disposition pour un échange plus approfondi, au téléphone, par courriel, ou en convenant d’une rencontre.

Marie Claire Thomas

Tel :

thomas.marieclaire01@orange.fr

06 80 51 18 17

Philippe Chatelain 06 84 64 28 11 philippe-eric.chatelain@wanadoo.fr