Vous êtes sur la page 1sur 18

BABoK

Business Analyst Body of


Knowledge

« Référentiel d’architecture d’entreprise »

© Gilles Gravel 2006

L’architecture d’entreprise
„ Introduction à l’architecture d’entreprise
„ Référentiel ou méthodologie?
„ Historique
„ La base de BABoK
„ Sommaire du corpus de connaissance
„ Son état actuel d’avancement
„ Conclusion
„ Liens utiles

© Gilles Gravel 2006

1
Introduction à l’architecture
d’entreprise

© Gilles Gravel 2006

Modélisation organisationnelle
„ Morabito, Sack et Bathe (1999) montrent que
ces caractéristiques sont issues d’un patron
d’arrangements et d’alignements entre des
domaines organisationnels tels que
l’information, les processus, la culture, les
personnes et l’apprentissage. Pour les
dirigeants, une nouvelle compétence est
exigée : la pratique de l’architecture qui
consiste à démonter une organisation en ses
composantes fondamentales afin d’en
comprendre les qualités émergentes

© Gilles Gravel 2006

2
L’Architecture d’entreprise
„ L’architecture d’entreprise (AE) fournit une base de
planification stratégique qui relie et aligne les TI avec
les fonctions d’affaires qu’ils supportent. L’AE ne
débute pas avec les technologies, Elle débute avec
une planification stratégique basée sur les besoins
d’affaires de l’entreprise, sa vision, ses buts et son
leadership.
„ L’AE est constitué de composantes d’affaires et
techniques et c’est un processus cyclique qui débute
avec les composantes à plus haute priorité pour
s’assurer qu’elles demeurent à jour alors que les
autres composantes sont développées. Due à cet
état de fait, l’AE est en évolution continue et n’est à
toute fin jamais complétée.

© Gilles Gravel 2006

Référentiel ou méthodologie?
„ BABoK : C’est un référentiel «Framework»
utilisé pour définir l’ensemble des processus
d’affaires d’une entreprise selon un cadre de
bonnes pratiques

© Gilles Gravel 2006

3
Rapprochement
„ BABoK a certains points communs avec le
CMMi et le SWEBOK

„ Il vise à préserver les intérêts du client


d’affaires davantage que du processus de
développement technique.

„ Il définit des pratiques d’analyse d’affaires et


touche les analystes fonctionnels sans le côté
technique

© Gilles Gravel 2006

CMMi
„ Le CMMI, pour Capability Maturity Model Integration (Modèle
intégré du niveau de maturité), est une extension de la
spécification CMM première, créée pour le ministère de la
Défense américain en 1989 afin de déterminer si un projet
interne ou tiers serait terminé dans les temps, selon le budget et
les spécifications. CMMI étend CMM en y intégrant les
avancées d'autres spécifications proches, et établies entre-
temps pour pallier les manques de CMM.

CMMI est donc avant tout un référentiel d'évaluation de la


capacité à gérer et terminer un projet correctement, proposant
nombre de bonnes pratiques liées à la gestion, au
développement et à la maintenance d'applications et de
systèmes. Ces bonnes pratiques sont regroupées en 24
processus, eux-mêmes regroupés en 4 types (Process
Management, Project Management, Engineering et Support) et
5 niveaux de maturité

© Gilles Gravel 2006

4
SWEBOK
„ SWEBOK (contraction de Software
Engineering Body of Knowledge) est un
projet lancé par un comité de IEEE dans le
cadre du génie logiciel. Le projet vise à définir
et éclaircir le rôle du génie logiciel et de ses
composants au sein d'autres disciplines. Il
sert d'encyclopédie du génie logiciel de par
ses définitions, les standards présentés et les
méthodes abordées

© Gilles Gravel 2006

SWEBOK

© Gilles Gravel 2006

5
Positionnement du cadre de
référence
QUOI
COSO
CobiT
BABoK Gouvernance des TI
Zachman

ISO9000
ISO17799
Gouvernance Sécurité
D’entreprise
CMMi ITIL
PMBOK Processus
Prince2 Service

COMMENT
Source: ISACA, AFAI & H. Ceuleman 2004
© Gilles Gravel 2006

Un inventaire des référentiels et


méthodologies d’entreprise
„ Référentiels
„ Zachman
„ BABoK
„ CMMi
„ SWEBOK

„ Méthodologies
„ Macroscope
„ Merise
„…

© Gilles Gravel 2006

6
Historique
„ Zachman Framework

„ IIBA
„ BABoK

© Gilles Gravel 2006

Historique Zachman Framework


„ 1964 John Zachman joint IBM
„ 1970 Il oriente ses travaux sur l’architecture
d’entreprise
„ 1975 Il publie de nombreux articles sur le sujet
„ 1987 Il publie pour IBM "A Framework for Information
Systems Architecture."
„ 1990 Il quitte IB pour fonder sa propre entreprise de
consultation « The Zachman Institute for Framework
Advancement (ZIFA) »

© Gilles Gravel 2006

7
Le cadre de référence Zachman
„ Constitué d’une matrice de 5 perspectives vue par
des acteurs différents selon des catégories
d’information au nombre de 6

„ Les acteurs dans le fondement d’architecture


d’entreprise:
„ Quelqu’un qui s’est engagé à faire des affaires dans une
industrie particulière
„ Homme d’affaires qui dirige l’entreprise
„ Analyste fonctionnel
„ Concepteur, qui applique des technologies spécifiques pour
résoudre un problème particulier
„ Constructeur de système
„ Système lui-même

© Gilles Gravel 2006

Le cadre de référence Zachman

© Gilles Gravel 2006

8
Le cadre de référence Zachman

© Gilles Gravel 2006

Historique BABoK
„ Octobre 2003, première rencontre inaugurale à Toronto des 28
membres fondateurs de 21 organisations différents (Banque de
Montréal, de Bell Canada, London Life …) représentant 8 pays.
„ 2 Mars 2004, première rencontre générale à Toronto et
formation officieuse de l’IIBA
„ 3 janvier 2005, première version du »Body of Knowledge»
„ 7 avril 2005, seconde rencontre générale à Toronto et un vote
est fait sur la constitution est accepté.
„ 28 octobre 2005, Version 1.4 de BABoK (ajout de Draft detailed)
„ 12 juillet 2006, Versiuon 1.6 de BABoK
„ 10 novembre 2006, premier examen de certification CBPA en
Floride
„ Mars 2007, prochaine version prévue de BABoK

© Gilles Gravel 2006

9
Qu’est que l’IIBA
„ IIBA International Institute of Business
Analysis
„ C’est une association professionnelle Internationale à
but non lucratif des professionnels en analyse
d’affaires

„ Quelques faits:
„ Siège social au Canada à Toronto
„ Représenté dans 7 pays en plus du Canada et des
États-Unis.
„ Chapitres au Canada : 12
„ Chapitres aux États-Unis : 38
„ L’IIBA se conforme aux pratiques ISO / IEC 17024

© Gilles Gravel 2006

Les objectifs de l’IIBA


„ Être le chef de file en tant qu’association de
professionnel au niveau international qui maintient et
développe des standards de bonne pratique en
analyse d’affaires ainsi que la certification de ses
professionnels

„ Les moyens qu’elle utilise :


„ Créer et développer une conscience et une reconnaissance de la
valeur de la contribution des analystes d’affaires
„ Définir le corpus de connaissance (Body of Knowledge)
„ Fournir un forum de partage des connaissances et de contribution
au corpus de connaissances
„ Identifier les compétences et qualités requises pour un analyste
d’affaires
„ Définir les standards de formation et le développement
professionnel nécessaire aux analystes d’affaires
„ Reconnaître publiquement et certifier les analystes d’affaires
qualifiés
© Gilles Gravel 2006

10
La base de BABoK
B Business
A Analyst

„ Qu’est-ce qu’un Analyste d’Affaires ? (Business Analyst)


„ Un BA travaille comme une liaison entre les
propriétaires de manière à comprendre, analyser,
communiquer et valider les exigences de changement
des processus d’affaires des politiques et des systèmes
d’information.

„ Il doit comprendre les problèmes d’affaires et les


opportunités dans le contexte des exigences et
recommande des solutions qui permettront à
l’organisation d’atteindre ses objectifs.

© Gilles Gravel 2006

La base de BABoK
B Body
o of
K Knowledge
„ Le corpus de connaissances est la somme de la
connaissance à l’intérieur de la profession d’analyste
d’affaires et reflète ce qui est considéré comme une
bonne pratique du domaine.
„ Tel que dans la plupart des professions, le BoK est
défini et amélioré par les analystes d’affaires
professionnels qui ont adhéré à ces pratiques.
„ Le BoK décrit les zones de connaissance d’analyse
d’affaires, les activités associées, les tâches et les
qualifications nécessaires à leur exécution.
„ C’est un guide qui évolue continuellement selon les
ajouts requis par la profession et selon les
changements dans le temps.
© Gilles Gravel 2006

11
Concepts centraux de l’analyse
d’affaires (chapitre 1.4 BABoK R1.6)
„ Définition du rôle de l’analyste d’affaires
„ Définition des requis (requirements)
„ Définition des types de requis
„ Affaires
„ Usagers
„ Fonctionnelles
„ Qualité du service
„ Supposition et contraintes des problèmes
„ Mise en œuvre
„ Pratique d’exigences efficaces
„ Glossaire (chapitre 9 BABoK R1.6)
© Gilles Gravel 2006

Sommaire du corpus de connaissance


(BoK)
„ Divisé en six domaines de connaissance lorsque
combiné, couvre les standards des professionnels de
l’IIBA qui auront à réaliser des analyses d’affaires

„ Les domaines sont:


„ L’analyse d’entreprise (chapitre 2 BABoK R1.6)
„ Planification et gestion de requis d’affaires (chapitre 3)
„ Exigences des requis d’affaires (chapitre 4)
„ Analyse des requis et documentation (chapitre 5)
„ Exigences de communication (chapitre 6)
„ Évaluation de solution et validation (chapitre 7)

„ Il y a également 2 autres sujets :


„ Les fondements du BA (chapitre 8)
„ Glossaire (chapitre 9)

© Gilles Gravel 2006

12
Schéma général

© Gilles Gravel 2006

L’analyse d’entreprise
(chapitre 2 BABoK R1.6)

„ Il est important pour les analystes d’affaires de bien


comprendre l’environnement organisationnel dans
lequel il travaille.
„ Principales activités (non ordonnées ou obligatoires) :
„ Création et maintien de l’architecture d’affaires
„ Étude de faisabilité pour déterminer la solution
d’affaires optimale
„ Identifier les nouvelles opportunités d’affaires
„ Définir la portée et l’opportunité d’affaires
„ Préparer un cas d’affaires (business case)
„ Faire une analyse de risque initiale
„ Préparer des scénarios décisionnels

© Gilles Gravel 2006

13
Planification et gestion de requis
d’affaires (chapitre 3)
„ L’analyste d’affaires doit définir les activités
d’évaluation des requis d’affaires et comment
ces activités seront exécutées lors du projet
en accord avec les standards existants de
l’organisation

„ Ces activités incluent l’identification des rôles


clés, gérer les activités d’identification des
besoins, gérer la portée des requis d’affaires
et assurer les communications sur l’évolution
des activités

© Gilles Gravel 2006

Exigences des requis d’affaires (chapitre 4)


„ Cette section des connaissances inclut la définition
d’outils et de techniques pour la collecte des requis
des projets des propriétaires de processus d’affaires.
Il inclut la description de l’applicabilité des
techniques, leur force et faiblesse.

„ Les principales techniques sont:


„ Séance de «Brainstorming»
„ Groupe focus
„ Révision de la documentation
„ Analyse d’interface
„ Entrevue
„ Observation
„ Prototypage
„ Ateliers d’analyse de besoins
„ Sondage / Questionnaire
© Gilles Gravel 2006

14
Analyse des requis et documentation
(chapitre 5)

„ Cette région de connaissances décrit comment les


besoins de propriétaires sont analysés, structurés et
spécifiés pour leur utilisation dans le design et la mise en
œuvre d’une solution. L’objectif est de décrire les
caractéristiques d’une solution acceptable à un problème
d’affaires qui est repris et compris par l’équipe projet pour
le réaliser.
„ L’analyse des requis définit les méthodes, outils et
techniques utilisées pour structurer les données brutes
recueillies durant la phase d’analyse des requis, identifier
les différences dans l’information et définir les capacités
de la solution documentée.
„ Le premier focus de l’activité de documentation est de
raffiner le modèle basé sur la rétroaction interactive avec
les propriétaires de processus et s’assurer de la faisabilité
de requis proposé pour supporter les besoins des
© Gilles Gravel 2006
usagers, leurs buts et objectifs.

Exigences de communication (chapitre 6)


„ C’est une collection d’activités et de considérations
pour exprimer le résultat de l’analyse des requis
d’affaires et sa documentation destinée à une
audience large et variée.

„ Cela inclut la présentation, la communication, la


vérification et doit obtenir l’approbation des
propriétaires de processus et des promoteurs des
projets.

„ Les analyses d’affaires doivent considérer où et


quand les communications doivent prendre place,
quelle approche est appropriée pour chaque situation
et comment chaque communication doit être
présente.
© Gilles Gravel 2006

15
Évaluation de solution et validation
(chapitre 7)

„ Cette section couvre les tâches de l’analyste


d’affaires pour s’assurer que la solution doit
rencontrer les objectifs des propriétaires de
processus par des tests complets et que la mise en
œuvre est sans problème.
„ Suivant l’accord sur le design d’une solution,
l’analyste d’affaires assiste l’équipe technologique
dans le détail du travail de design incluant la
séparation du projet en phases, révision du design
détaillé, définition des livrables et autres travaux de la
même nature.
„ L’analyste d’affaires est imputable pour s’assurer que
la solution développée rencontre les besoins définis
et doit évaluer le succès du projet après sa mise en
© Gilles Gravel 2006
œuvre.

Les fondements du BA (chapitre 8)


„ Ce chapitre définit les compétences
générales et particulières, des qualités,
techniques et compétences nécessaires pour
effectuer des analyses d’affaires.

© Gilles Gravel 2006

16
Glossaire (chapitre 9)
„ Ce glossaire décrit tous les termes utilisés
par les analystes d’affaires pour uniformiser
les pratiques et démarches
„ Ce glossaire évolue avec l’ajout de détails et
de connaissances acquises dans chaque
domaine du BoK.

© Gilles Gravel 2006

Son état actuel d’avancement


„ La release 1.6 date du 12 juillet 2006

„ Elle contient tout ce qui était inclus dans la release


1.4 ( 28 octobre 2005) plus:
„ Un chapitre d’introduction
„ Une révision du rôle de l’analyste d’affaires
„ Une définition des types de requis
„ Du contenu raffiné et valorisé
„ Une mise à jour de la structure des fondements du BA
„ La révision est réalisée par des groupes de BA
bénévoles
„ Prochaine release prévu pour mars 2007

© Gilles Gravel 2006

17
Conclusion
„ L’analyste d’affaires BA est relativement un nouvel
emploi professionnel. Sa certification est aussi jeune
et est déjà une reconnaissance du marché qui
recherche des individus compétents.
„ La définition des tâches n’est toutefois pas encore
définie précisément par l’industrie et la profession
devra évoluer à ce niveau.
„ Par contre, c’est dans le chaos que surgissent les
opportunités. Le besoin d’un emploi avec un titre
spécifique pour remplir le défi associé avec la
compréhension des besoins d’affaires, et une
approche pour résoudre ces défis est des plus clair.

© Gilles Gravel 2006

Liens utiles
Zachman www.zifa.org
www.12manage.com
www.perso.orange.fr/svc/pr02.htm

IIBA www.theiiba.org

CMMi www.developpeur.journaldunet.com
SWEBOK www.irgl.uqam.ca
Wikipedia www.wikipedia.org
Macroscope www.dmr-metalink.com/fr
www.fujitsu.com/ca

© Gilles Gravel 2006

18