Vous êtes sur la page 1sur 83

Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon

Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

CHAPITRE I : LA CONDUITE A TENIR EN CAS D’ACCIDENT ................................. 4

CHAPITRE II : LE BILAN .................................................................................................... 7


SECTION 1 : BILAN FONCTIONNEL ........................................................................................................................ 7
I - Neurologique .............................................................................................................................................. 7
II - Circulatoire............................................................................................................................................... 7
III - Respiratoire ............................................................................................................................................. 9
SECTION 2 : BILAN LESIONNEL............................................................................................................................. 9
I - Observation et questions ............................................................................................................................ 9
A - La tête ..................................................................................................................................................................... 9
B - Le tronc ................................................................................................................................................................... 9
C - L’abdomen .............................................................................................................................................................. 9
D - Les membres ........................................................................................................................................................... 9
E - Le rachis .................................................................................................................................................................. 9
II - La palpation .............................................................................................................................................. 9
A - La tête ..................................................................................................................................................................... 9
B - Le tronc ................................................................................................................................................................... 9
C - L’abdomen ............................................................................................................................................................ 10
D - Les membres ......................................................................................................................................................... 10
E - Le rachis ................................................................................................................................................................ 10
F - Le bassin................................................................................................................................................................ 10

CHAPITRE III : LES TECHNIQUES DE SECOURISME .............................................. 11


SECTION 1 : LES DEGAGEMENTS D’URGENCE ..................................................................................................... 11
SECTION 2 : LES HEMORRAGIES ......................................................................................................................... 12
I - La compression directe............................................................................................................................. 12
A - La compression manuelle...................................................................................................................................... 12
B - Le tampon relais.................................................................................................................................................... 13
C - Le coussin hémostatique d’urgence....................................................................................................................... 13
II - Les points de compression....................................................................................................................... 14
A - Au pli de l’aine ..................................................................................................................................................... 15
B - Sur la face interne du bras ..................................................................................................................................... 15
C - A la base du cou .................................................................................................................................................... 15
D - Derrière la clavicule.............................................................................................................................................. 16
E - Sous l’aisselle........................................................................................................................................................ 16
III - Le garrot ................................................................................................................................................ 16
IV - Conduite à tenir après l’arrêt de l’hémorragie...................................................................................... 17
V - Les hémorragies extériorisées................................................................................................................. 18
SECTION 3 : APPRECIATION DE LA CONSCIENCE ET CONTROLE DE LA RESPIRATION ........................................... 18
I - L’appréciation de la conscience............................................................................................................... 18
II - La libération des voies aériennes............................................................................................................ 18
III - Le contrôle de la respiration.................................................................................................................. 19
SECTION 4 : LA POSITION LATERALE DE SECURITE (PLS) ................................................................................. 20
I - La réalisation de la PLS seul.................................................................................................................... 21
II - La réalisation de la PLS à trois .............................................................................................................. 23
SECTION 5 : LA RANIMATION CARDIO-PULMONAIRE .......................................................................................... 25
I - Le bouche à bouche et le bouche à nez..................................................................................................... 26
A - Le bouche à bouche .............................................................................................................................................. 27
B - Le bouche à nez..................................................................................................................................................... 28
C - L’embout buccal type Sabathié ............................................................................................................................. 28
II - Le massage cardiaque externe ................................................................................................................ 30
III - La prise du pouls carotidien .................................................................................................................. 32
IV - La ranimation cardio-pulmonaire à deux .............................................................................................. 33
SECTION 6 : LE PORTAGE DE FORTUNE ............................................................................................................... 34
I - L’aide à la marche.................................................................................................................................... 34
A - L’aide à la marche par une personne..................................................................................................................... 34
B - L’aide à la marche par deux personnes ................................................................................................................. 35
II - Le portage sur quelques mètres .............................................................................................................. 35
III - Le cacolet de fortune.............................................................................................................................. 36
IV - Le cacolet avec sangle de manutention.................................................................................................. 37

1
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

SECTION 7 : LES PLAIES, TRAUMATISMES ET POSITIONS D’ATTENTE .................................................................. 39


I - Les plaies au thorax : position demi assise .............................................................................................. 39
II - Les plaies de l’abdomen : position à plat dos, cuisses fléchies............................................................... 39
III - Plaies de l’œil ou traumatismes de la colonne vertébrale : maintien de la tête .................................... 40
SECTION 8 : LES CONTENTIONS SOUPLES ........................................................................................................... 41
I - Les bandages ............................................................................................................................................ 41
A - Bandage du doigt .................................................................................................................................................. 41
B - Tortue du coude .................................................................................................................................................... 42
C - Tortue du genou .................................................................................................................................................... 42
D - Bandage de la cheville et du coup de pied ............................................................................................................ 42
II - Le strapping ............................................................................................................................................ 43
A - Terminologie et matériel utilisé ............................................................................................................................ 43
1 - Terminologie ..................................................................................................................................................... 43
2 - Les bandes et leur utilisation ............................................................................................................................. 43
B - Le strapping de la cheville .................................................................................................................................... 43
1 - Les étriers verticaux .......................................................................................................................................... 44
2 - Le double verrouillage interne........................................................................................................................... 45
a - Le verrouillage antérieur et interne ............................................................................................................... 45
b - Le verrouillage postérieur et interne ............................................................................................................. 45
3 - Le double verrouillage externe .......................................................................................................................... 46
a - Le verrouillage antérieur et externe............................................................................................................... 46
b - Le verrouillage postérieur et externe............................................................................................................. 47
C - Le strapping du genou........................................................................................................................................... 48
1 - Stabilisation latérale .......................................................................................................................................... 48
2 - Stabilisation antéro-postérieure ......................................................................................................................... 49
SECTION 9 : LES EMBALLAGES ........................................................................................................................... 50
I - Les bandages tubulaires ........................................................................................................................... 51
A - Bandage tubulaire du doigt ................................................................................................................................... 51
B - Bandage tubulaire de la main ................................................................................................................................ 51
C - Bandage tubulaire du genou.................................................................................................................................. 51
II - Les frondes .............................................................................................................................................. 52
A - Fronde du menton ................................................................................................................................................. 52
B - Fronde du nez........................................................................................................................................................ 52
C - Fronde de l’oreille ................................................................................................................................................. 52
D - Fronde de l’œil...................................................................................................................................................... 53
III - Les triangles........................................................................................................................................... 53
A - Triangle du front ................................................................................................................................................... 54
B - Triangle de la nuque.............................................................................................................................................. 54
C - Triangle d’un segment de membre ........................................................................................................................ 54
D - Triangle de la main ............................................................................................................................................... 54
E - Triangle du pied .................................................................................................................................................... 55
F - Triangle du thorax et de l’abdomen ....................................................................................................................... 55
G - Triangle du genou ou du coude............................................................................................................................. 56
H - Triangle de l’épaule .............................................................................................................................................. 56
I - Triangle de la hanche.............................................................................................................................................. 57
SECTION 10 : LES IMMOBILISATIONS .................................................................................................................. 57
I - L’immobilisation du membre supérieur.................................................................................................... 57
A - L’écharpe simple................................................................................................................................................... 57
B - Echarpe simple et contre écharpe .......................................................................................................................... 58
C - L’écharpe oblique.................................................................................................................................................. 58
II - L’immobilisation du membre inférieur.................................................................................................... 60
III - La pose d’un collier cervical ................................................................................................................. 60
SECTION 11 : LES RELEVAGES ............................................................................................................................ 62
I - Victime sur le dos ..................................................................................................................................... 62
A - Le pont amélioré ................................................................................................................................................... 62
B - Le pont simple....................................................................................................................................................... 64
C - Les aides avec une sangle de manutention ............................................................................................................ 65
Passer ensuite l’extrémité sous le creux des genoux. Et faire remonter la sangle sous le pli fessier de la
victime................................................................................................................................................... 65
II - Victime en PLS ........................................................................................................................................ 67
A - Pont amélioré ........................................................................................................................................................ 67
B - Pont simple............................................................................................................................................................ 67
III - Victime sur le ventre .............................................................................................................................. 68
IV - Victime en position demi-assise ............................................................................................................. 68

2
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

V - Victime avec les jambes surélevées ......................................................................................................... 69


VI - La confection d’un brancard improvisé ................................................................................................. 70
SECTION 12 : LA REALISATION D'UN POINT CHAUD ............................................................................................ 71
SECTION 13 : CRAMPES MUSCULAIRES : LES ETIREMENTS ................................................................................. 72
I - Les crampes musculaires.......................................................................................................................... 72
A - Définition.............................................................................................................................................................. 72
B - Les signes.............................................................................................................................................................. 72
C - Conduite à tenir..................................................................................................................................................... 73
II - Les étirements ......................................................................................................................................... 73
A - Les principes des étirements ................................................................................................................................. 73
B - Les qualités d’un étirement ................................................................................................................................... 73
C - Les techniques d’étirements des principaux muscles ............................................................................................ 73
1 - L’étirement du quadriceps ................................................................................................................................. 73
2 - L’étirement des adducteurs................................................................................................................................ 74
3 - L’étirement des ischio-jambiers ........................................................................................................................ 75
4 - L’étirement du jambier antérieur ....................................................................................................................... 76
5 - L’étirement du triceps sural............................................................................................................................... 76
6 - L’étirement du biceps brachial .......................................................................................................................... 77
7 - L’étirement du triceps brachial.......................................................................................................................... 78
SECTION 14 : LES TECHNIQUES D'APPLICATION DU FROID .................................................................................. 78
I - Les indications.......................................................................................................................................... 78
II - Les contre-indications............................................................................................................................. 79
III - Les effets du froid................................................................................................................................... 79
A - Antalgique............................................................................................................................................................. 79
B - Hémostatique ........................................................................................................................................................ 79
C - Anti-inflammatoire................................................................................................................................................ 79
IV - Les principes d'application du froid....................................................................................................... 79
V - Les techniques de refroidissement et les cryogènes ................................................................................ 79
A - Refroidissement direct - cryogène humide............................................................................................................ 79
B - Refroidissement indirect - cryogène sec................................................................................................................ 80

CHAPITRE IV : LA TROUSSE DE SECOURS ................................................................ 81


SECTION 1 : CRITERES ET LIMITES D’UNE TROUSSE DE SECOURS ........................................................................ 81
I - Les critères ............................................................................................................................................... 81
II - Les limites ............................................................................................................................................... 81
SECTION 2 : LA REALISATION D’UNE TROUSSE DE SECOURS ............................................................................... 81
I - Le matériel de soins externes.................................................................................................................... 82
II - Les moyens d’immobilisation .................................................................................................................. 82
III - Les médicaments .................................................................................................................................... 83
IV - Le matériel de survie.............................................................................................................................. 83
V - Les moyens d’alerte................................................................................................................................. 83

3
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Chapitre I : La conduite à tenir en cas d’accident

• Garder son calme.

• Prévenir le sur-accident autant par rapport à la victime qu'au reste du groupe (chute
de pierres…). Attention, il ne faut pas prendre de risques trop importants pour
rejoindre la victime et mettre sa propre vie en danger. On peut désigner quelqu'un en
qui on a toute confiance afin de s'occuper du reste du groupe.
o Le blessé sera toujours soustrait du contact de l'eau (cascade, vasque…) et
éloigné des courants d’air pour éviter son refroidissement (cela prime même
sur un traumatisme possible du rachis).
Attention !!! La sortie de l'eau doit toujours se faire en respectant l'alignement
"Tête - Cou - Tronc" afin de ne pas aggraver un traumatisme du rachis.
Il existe des techniques de relevage de victime, de mise en Position Latérale de
Sécurité à 3 équipiers… qui seront présentées dans la quatrième partie.
En canyon, on ouvrira aussi le haut de la combinaison néoprène car celle-ci
opprime la cage thoracique et donc gène la respiration.
o Le blessé devra être rapidement dégagé de la corde (s’il est bloqué dessus)
puisqu’un sujet inconscient et immobile sur corde peut décéder en peu de
temps (10 minutes). En effet, c’est la suspension dans le baudrier d’un sujet
inanimé qui est très dangereuse car elle peut provoquer le décès rapide de
celui-ci pour les raisons que nous étudierons plus loin.

• Faire un bilan de l'état du blessé :


o Bilan fonctionnel
ƒ Saignements,
ƒ Conscience,
ƒ Ventilation,
ƒ Pouls.
o Bilan lésionnel (atteintes traumatiques)
ƒ Fractures,
ƒ Entorses / luxations,
ƒ Plaies / brûlures

• Décider de la conduite à tenir en fonction de la situation :


o Blessure bénigne (ex : entorse) : le blessé peut continuer après les soins,
o Blessure potentiellement dangereuse (ex : traumatisme crânien avec perte de
connaissance initiale, morsure de serpent) : l’état du blessé peut évoluer et
mettre sa vie en danger,
o Blessure grave mettant la vie de la victime en danger (ex : chute d'une grande
hauteur, fracture du fémur ou du bassin) : on doit au maximum éviter de
déplacer le blessé (sauf si la conduite du soin ou la rapidité du secours
l’exige !).

4
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

• Alerter les secours :


o Comment ? en sortant du canyon, de la cavité, en redescendant du sommet…
puis en trouvant un téléphone (téléphone portable, habitation, passant…).
o Qui ? (PGHM, CRS, Pompiers) l’organisme qui prend en charge les secours en
montagne dépend de la région où vous habitez.
Attention ! Il ne faut pas laisser le blessé seul (sauf si l’on pratiquait l’activité
seulement à deux !).
o Contenu de l’alerte :
ƒ la nature de l’accident,
ƒ le nombre et l’état apparent des victimes,
ƒ l’heure de l’accident,
ƒ la localisation très précise (dans le canyon, dans la cavité, sur le
sommet, le sentier…),
ƒ les conditions particulières :
- risques spécifiques,
- problèmes de dégagement…,
ƒ la météo sur la zone de l’accident (cela renseignera l’organisme de
secours sur la possibilité d’envoyer des secours héliportés…),
ƒ l’identité de l’appelant.
Bien entendu, on ne raccroche pas tant que le responsable du déclenchement des
secours ne vous y autorise pas. En effet, celui-ci peut vous demander tous les renseignements
qu’il jugera susceptibles afin de déterminer les moyens nécessaires à mettre en œuvre pour le
secours (moyens matériels et techniques, moyens médicaux, moyens en personnel…).

5
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Protéger du sur-accident :
- soi-même,
- la victime,
- les autres pratiquants.

non la victime oui arrêter le saignement :


saigne ? compression manuelle
tampon-relais, CHUT
point de compression
garrot (exceptionnel)

non la victime oui rechercher les signes d’un malaise


est consciente ? soigner les plaies et les brûlures
rechercher les traumatismes
et adopter la conduite à tenir
libérer les voies aériennes mettre au repos et isoler du froid
basculer la tête en arrière rassurer, réconforter

la victime oui mise en Position compléter le bilan de la victime


respire ? Latérale de Sécurité chiffrer le pouls et la ventilation
surveiller l’évolution de son état
non
souffler deux fois

signes de oui pratiquer la ventilation


circulation, artificielle
pouls ? rechercher de nouveau les
signes de la circulation
non au bout de 1 minute

pratiquer la ranimation cardio-pulmonaire alerter ou faire alerter


rechercher de nouveau les signes de continuer la pratique des gestes
circulation au bout d’une minute (reprise de premiers secours appropriés
spontanée) puis toutes les 2 minutes continuer la surveillance

6
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Chapitre II : Le bilan

Au niveau du secours, il faut rétablir le circuit de l’oxygénation en rétablissant le


trépied vital.
Double bilan :
- bilan lésionnel traumatique
- bilan fonctionnel → trépied vital : - bilan neurologique (état de conscience),
- bilan circulatoire,
- bilan respiratoire.

Section 1 : Bilan fonctionnel

I - Neurologique
Les 4 stades du coma :
- l’obnubilation,
- le sommeil non physiologique : on peut réveiller la victime par des
stimulations verbales,
- le coma réactif : on peut réveiller la victime par des stimulations
douloureuses,
Les réponses réflexes indiquent un coma profond.
→ réponses adaptées,
→ réponses inadaptées.
- le coma aréactif : les pupilles ne se contractent plus ce qui prouve que le
coma est dépassé.
Il n’y a plus de trace de vie cérébrale.
Les pupilles peuvent être dilatées (mydriase) ou rétrécies (miosis).
Lors d’un traumatisme crânien les pupilles sont dilatées et donc en mydriase.

II - Circulatoire
Les signes à observer pour rechercher une détresse circulatoire :
- la fréquence circulatoire (pouls) : si le nombre de battement est supérieur à
120 par minute au repos c’est le signe d’une détresse circulatoire.
En effet, la fréquence du pouls normale chez un adulte au repos est de 50 à
80 pulsations par minutes.
- l’amplitude circulatoire : le pouls peut être ou ne pas être « bien frappé », il
peut être « filant »,
- la couleur : la peau peut présenter une pâleur (manque d’hémoglobine), des
marbrures (aspect violacé de la peau au niveau des cuisses et des genoux),
- l’état veineux : les veines peuvent être ou ne pas être apparentes,
- la température : la peau peut être froide,
- les sueurs : qui sont souvent un signe d’aggravation,
- une soif intense qui peut témoigner du fait que l’organisme cherche à
compenser sa perte de liquide.

7
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Quand le cœur chasse le sang dans les artères, leur paroi se dilate puis revient à sa taille
normale. Cette onde de pression s’appelle le pouls. On peut le percevoir chaque fois qu’une
artère est proche de la surface de la peau et qu’elle peut être pressée contre un os.
Les différents pouls :
• pouls carotidien,
Le pouls est pris au niveau de l’artère carotide avec trois doigts.

• pouls radial,
Le pouls est pris au niveau du poignet, sur le trajet de l’artère radiale avec trois
doigts. Si le pouls carotidien est perçu et que le pouls radial n’est pas ou peut
perçu, cela montre que la distribution du sang se fait mal et cela témoigne de la
gravité de l’état de la victime.

• pouls fémoral,
Le pouls est pris au pli de l’aine, sur le trajet de l’artère fémorale avec trois
doigts.

• pouls pédieux,
Le pouls est pris sur le dessus du pied.
• pouls sous malléolaire.
Le pouls est pris à l’arrière du pied, sous la malléole.
Lors d’un collapsus ou état de choc (à partir d’une chute à 7 ou 8 de la tension
artérielle puis en deçà), il y a perte du pouls radial. Le collapsus se traduit par une baisse
importante de la tension artérielle qui provoque la perte des pouls périphériques.

8
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

III - Respiratoire
- la couleur : la peau peut être cyanosée (elle présente une teinte bleutée ou
grise si la détresse est associée à de l’anémie),
- les sueurs : les sueurs témoignent de la montée du taux de gaz carbonique,
En effet le CO2 a un effet vasodilatateur ce qui provoque des sueurs.
Hypercapnie = trop de CO2 dans le sang.
- la ventilation : fréquence et amplitude.
La fréquence respiratoire normale d’un adulte au repos est de 12 à 20
mouvements par minute.
La respiration peut être ou ne pas être ample. On peut observer des
signes de lutte qui sont appelés tirage (ce sont des battements au niveau
des ailes du nez ou au niveau des creux sus-claviculaire).

Section 2 : Bilan lésionnel

I - Observation et questions

A - La tête
- écoulements,
- plaies, hématome, ecchymose.

B - Le tronc
- toux et douleur à la respiration,
- mobilité anormale du thorax (volet),
- plaie soufflante ou non.

C - L’abdomen
- contusion, ecchymose,
- volume anormal du ventre.

D - Les membres
- hématome,
- défaut d’alignement, déformation,
- impotence fonctionnelle.

E - Le rachis
- fourmillement des mains,
- diminution de la force des mains,
- paralysie des membres supérieurs ou inférieurs.

II - La palpation

A - La tête
- douleur à la palpation.

B - Le tronc
- douleur à la palpation au niveau des côtes,
- crépitation par une palpation au dessus et au dessous des clavicules et
sous les aisselles.

9
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

C - L’abdomen
Il faut commencer à palper l’abdomen en commençant par la zone non douloureuse et
rechercher :
• une souplesse,
• une défense (dépression puis résistance),
• une contracture (« ventre de bois »).

D - Les membres
douleurs → contusions, fractures,
Appareil locomoteur mobilités,
recherche de pouls avals, mobilité avale, sensibilité.
Traitement d’un foyer de fracture est la remise dans l’alignement.
Attention c’est un geste médical qui doit être effectué par un médecin ou un
chirurgien.
En montagne, la remise dans l’alignement (réduction) de la fracture ne peut se justifier
que si le délai d’intervention des secours est long et que la remise dans l’alignement est
nécessaire avant l’immobilisation du segment fracturé, le déplacement de la victime…

E - Le rachis
Rachis : maintien absolu de l’axe spinal (= axe tête – cou – tronc).
⇒ éviter absolument la flexion de la colonne vertébrale afin de ne pas
cisailler la moelle épinière,
⇒ éviter aussi les mouvements de latéralité et les rotations.
L’extension est peu risquée et la traction est sans risque.
Relevage : il faut toujours maintenir la traction / extension de la tête avec une main
sous la tête et une main sous le menton.

F - Le bassin
Il faut appuyer progressivement en resserrant puis en écartant les deux ailes iliaques.
Si ce mouvement provoque une douleur, c’est un signe de fracture du bassin.

10
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Chapitre III : Les techniques de secourisme

Section 1 : Les dégagements d’urgence


Le dégagement d’urgence est une manœuvre exceptionnelle qui ne doit être utilisée
que pour soustraire la victime à un danger vital, réel, immédiat et non contrôlable (risques
d’éboulements, sortir la victime de l’eau, de la neige…). Elle peut être dangereuse pour une
victime atteinte d’un traumatisme. Notamment en cas de traumatisme de la colonne
vertébrale, on peut rendre la victime paraplégique ou tétraplégique.
La priorité du sauveteur est de se protéger. La victime doit être visible, facile à
atteindre et aucune entrave ne doit l’immobiliser ou gêner son dégagement. Il est essentiel que
le sauveteur anticipe ce qu’il va faire et qu’il privilégie le chemin le plus sûr et le plus rapide à
l’aller comme au retour.
La victime doit être dégagée vers un endroit suffisamment éloigné du danger et de ses
conséquences. Le sauveteur doit saisir la victime par exemple par les poignets ou les chevilles
et la tirer sur le sol, quelle que soit sa position, jusqu’à ce qu’elle soit en lieu sûr. Il peut se
faire éventuellement aider par une autre personne.

la traction par les poignets

la traction par les chevilles

11
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Il faut aussi assurer une surveillance permanente de la zone de danger (zone


d’éboulements) où les risques non contrôlés persistent et empêcher toute personne de pénétrer
dans cette zone jusqu’à l’arrivée des secours spécialisés.

Section 2 : Les hémorragies


Une perte de sang abondante ou prolongée par une plaie ou un orifice naturel est
appelé hémorragie. Cette perte de sang, du fait de son importance, peut conduire à une
détresse qui va menacer immédiatement, ou à très court terme, la vie de la victime.
L’hémorragie peut être artérielle ou veineuse. Dans une hémorragie artérielle, le sang
jaillit au rythme des battements du cœur et il est rouge vif. Dans une hémorragie veineuse, le
sang coule avec moins de pression (en nappe) et il est d’un rouge plus foncé. Lors d’un
accident, cette différence théorique sang artériel-sang veineux n’est pas visible. Seule est à
prendre en compte l’importance du saignement.
Normalement, lorsque nous nous coupons, des caillots se forment afin de refermer le
vaisseau endommagé. Plus le sang s’écoule lentement d’une plaie, plus le caillot se forme
facilement tandis que si le sang coule vite le caillot risque d’être emporté par le flux sanguin.
Normalement, la perte de 500 ml de sang n’est quasiment pas perceptible chez l’adulte
(cas des donneurs de sang). Par contre, lorsque cette perte de sang dépasse 1,5 litre (soit
environ 1/3 du volume sanguin total), les conséquences peuvent être très graves car il ne reste
alors plus assez de sang pour assurer un débit suffisant dans tout le corps et ce déficit peut
aller jusqu’au collapsus (perte des pouls périphériques) et peut entraîner le désamorçage de la
pompe cardiaque.

I - La compression directe
Face à une hémorragie on va comprimer directement l’endroit qui saigne quel que soit
le lieu de la plaie (après avoir écarté les vêtements si nécessaire).
La compression de la plaie doit être maintenue jusqu’à l’arrivée des secours. Si cela
est nécessaire on peut rechercher la coopération de la victime ou d’une tierce personne.
Lorsque le saignement siège à une extrémité d’un membre, il faut élever cette
extrémité au-dessus du niveau du cœur car cela aide à arrêter le saignement.

A - La compression manuelle
Il faut appuyer directement sur l’endroit qui saigne avec les doigts ou la paume de la
main. Cette technique suffit dans la plupart des cas pour arrêter le saignement car on
comprime les vaisseaux qui saignent.

12
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Si le sauveteur doit se libérer, il remplacera la compression manuelle par un tampon de


tissu ou de papier maintenu en place par un lien large ou alors il utilisera un coussin
hémostatique d’urgence.

B - Le tampon relais
Le tissu mis en place doit être propre et recouvrir entièrement la plaie. La substitution
de la compression manuelle par le tampon relais doit s’effectuer le plus rapidement possible.
Le lien large doit recouvrir entièrement le tampon et être assez long pour faire au moins deux
tours. Le lien doit être suffisamment serré pour garder une pression suffisante sur l’endroit qui
saigne et éviter que le saignement reprenne.

Certaines localisations ne permettent pas de fixer facilement le tampon avec un lien


large (cou, thorax, abdomen). La compression manuelle doit alors être maintenue.

C - Le coussin hémostatique d’urgence


Le coussin hémostatique d’urgence se compose :
- d’une compresse de gaze hydrophile ,
- d’un tampon en mousse de latex à PH neutre, spongieux,
- d’une bande élastique de contention,
- d’une poignet munie de 3 crochets qui en fin d’enroulement se fixe sur le tissu
pour assurer une tension et la fermeture du dispositif.

Le coussin hémostatique d’urgence ne doit pas empêcher le passage du sang au-delà


de la compression. Il faut vérifier la coloration et la froideur de l’extrémité.

13
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

II - Les points de compression


Si la compression directe est impossible (fracture ouverte, plaie inaccessible ou plaie
avec un corps étranger que l’on ne va jamais retirer sous peine d’aggraver la lésion), si la
compression directe est inefficace (le sang continue à couler) ou si le sauveteur présente une
plaie des mains et ne possède aucun moyen de protection alors on exécutera un point de
compression à distance.
Il faut assurer une compression du vaisseau qui est la principale source de
l’hémorragie entre le cœur et la plaie qui saigne.
Le sauveteur doit effectuer une compression ferme et continue jusqu’à ce que les
secours d’urgence arrive sur les lieux et qu’un médecin autorise la relâche du point de
compression. En cas de fatigue, on peut changer de main ou d’appui.
Correctement réalisé, le point de compression entraîne un arrêt du saignement quelque
soit la main avec laquelle il est effectué.
On utilise cinq points de compression de chaque côté selon la localisation de
l’hémorragie.

14
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

A - Au pli de l’aine
Le sauveteur est au niveau du bassin, sur le côté et il appuie avec le poing, bras tendu à
la verticale, au milieu du pli de l’aine. L’artère fémorale est écrasée contre l’os du bassin.

B - Sur la face interne du bras


Il faut empaumer, par dessous, le bras de la victime du côté de la plaie qui saigne. Le
pouce positionné sur la face interne du bras (entre les deux muscles du bras : biceps et triceps)
appuie en direction de l’os. Il faut aussi effectuer une légère rotation perpendiculaire à l’axe
du bras. L’artère est comprimée contre l’humérus.
Il faut le réaliser en cas d’hémorragie de la partie basse du bras ou de l’avant-bras.

C - A la base du cou
Le sauveteur est sur le côté, au niveau de la tête. Le pouce appuie sur le cou sans
écraser la trachée, les autres doigts prennent appui derrière le cou ce qui permet à l’artère
d’être écrasée contre les vertèbres.

15
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

D - Derrière la clavicule
Le sauveteur est à la tête, dans l’axe du corps. Il enfonce le pouce derrière la clavicule,
dans la salière, il appuie en direction des pieds (les autres doigts prennent appui en arrière).
L’artère est écrasée contre la première côte.

E - Sous l’aisselle
Le point de compression au creux de l’aisselle est aussi appelé point de compression
axillaire. Il s’effectue en plaçant les deux pouces dans le creux de l’aisselle, les autres doigts
enserrant l’épaule. Les pouces doivent être placés côte à côte. L’artère est comprimée contre
la tête de l’humérus.
Il faut le réaliser en cas d’hémorragie de la partie haute du bras.

III - Le garrot
En dernière limite, si la compression directe puis la compression à distance sont soit
impossibles à réaliser du fait de la position de la victime, soit inefficaces car le sang continue
à couler ; ou alors si le sauveteur est soit isolé et doit qu’il aller passer l’alerte, soit qu’il doit
s’occuper d’une autre victime grave ou d’une autre défaillance aiguë ; alors il posera un
garrot.
Le garrot doit être mis en place sur la cuisse entre la plaie et l’aine ou sur le bras entre
la plaie et l’aisselle. Il doit être réalisé avec un lien large (écharpe, bande de tissu large) et
jamais avec une ficelle ou un garrot élastique pour éviter le cisaillement du membre. Il doit
être toujours visible et il faut mentionner l’heure de pose sur la victime de façon claire et
lisible.

16
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Une fois posé, il ne doit pas être desserré si les secours ont un délai d’intervention
rapide (moins d’une heure). Seul un médecin est autorisé à l’enlever.
Le garrot doit être progressivement desserré (au bout d’une heure au maximum) si les
secours ne sont pas arrivés au cours de ce délai : au-delà de cinq heures, il risque d’entraîner
les lésions très graves.

IV - Conduite à tenir après l’arrêt de l’hémorragie


Quelque soit le moyen utilisé pour arrêté l’hémorragie (compression directe, point de
compression, garrot), on allongera la victime en position horizontale car cette position retarde
ou empêche l’installation d’une détresse liée à la perte importante de sang. On donnera
ensuite l’alerte, on vérifiera que l’hémorragie est bien arrêtée puis on surveillera la conscience
de la victime et l’évolution de son état en attendant les secours.
Il ne faut pas donner à boire à la victime.
Il faut protéger la victime contre le froid et l’humidité et aussi la réconforter.
Des maladies peuvent être transmises par le sang en cas de plaie (même minime) des
mains du sauveteur. Il faut porter des gants ou interposer un morceau de plastique (glisser sa
main dans un sac imperméable). Il faut toujours se laver les mains, les désinfecter (eau de
javel, dakin) et retirer les vêtements souillés de sang le plus tôt possible après que l’action de
secours soit terminée. Il faut éviter de porter les mains à la bouche, au nez, aux yeux ou de
manger avant de s’être lavé les mains.

17
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

V - Les hémorragies extériorisées


Il faut alerter immédiatement les secours médicalisés car une hémorragie de ce type
est toujours un symptôme grave. Il faut installer la victime en position demi-assise si elle ne
supporte pas la position allongée. Il faut conserver les vomissements ou les crachats, si
possible, dans un récipient afin de les monter au médecin.

Section 3 : Appréciation de la conscience et contrôle de la respiration

I - L’appréciation de la conscience
L’appréciation de la conscience se fait d’une part en posant des questions simples
(comment çà va ?, est-ce que vous m’entendez ?) et d’autre part en donnant des ordres
simples (serrez moi la main, ouvrez les yeux).
Si la victime ne répond pas et ne réagit pas, elle est inconsciente.

II - La libération des voies aériennes


La ventilation naturelle ou artificielle n’est possible que si les voies aériennes
permettent le passage de l’air sans encombrement.
Il faut desserrer tout ce qui peut entraver la respiration : boucle de ceinture, veste,
baudrier, combinaison néoprène…
Il faut basculer doucement la tête de la victime en arrière et élever le menton. Pour
cela, il faut placer la paume de la main sur le front pour appuyer vers le bas et incliner la tête
en arrière. Il faut placer 2 ou 3 doigts de l’autre main juste sous la pointe du menton en
prenant appui sur l’os et on dans la partie molle pour l’élever et le faire avancer. On peut
éventuellement s’aider du pouce pour saisir le menton.

La bascule de la tête en arrière et l’élévation du menton font que la langue se décolle


du fond de la gorge et permet le passage de l’air.

obstruction des voies aériennes par la langue


Il faut ensuite ouvrir la bouche de la victime avec la main du menton.

18
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Il faut retirer les corps étrangers visibles à l’intérieur de la bouche de la victime avec la
main qui était sur le front.

III - Le contrôle de la respiration


Pour contrôler la respiration, il faut se pencher sur la victime. L’oreille et la joue du
sauveteur doivent se trouver au-dessus de la bouche et du nez de la victime tout en gardant le
menton de la victime relevé.

19
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Il faut rechercher :
- avec la joue : le flux d’air expiré par le nez et la bouche,
- avec l’oreille : les bruits anormaux de la respiration (sifflements, ronflements,
gargouillements),
- avec les yeux : le soulèvement du ventre et/ou de la poitrine.
Cette recherche durera au plus 10 secondes.

Section 4 : La Position Latérale de Sécurité (PLS)


Une victime inconsciente laissée sur le dos est toujours exposée à des difficultés
respiratoires du fait de l’obstruction des voies aériennes par la chute de la langue en arrière et
du fait de l’encombrement des voies aériennes par l’écoulement dans les voies respiratoires et
les poumons des liquides présents dans la gorge (salive, sang, liquide gastrique) entraînant des
dommages aux poumons.
Cette situation peut évoluer vers un arrêt respiratoire et circulatoire en l’absence
d’intervention alors qu’elle peut soit ne pas s’aggraver, soit régresser si les gestes de premiers
secours adaptés sont fait dans l’attente des secours médicalisés.
La victime sera donc placée sur le coté par le ou les sauveteurs.
La position dans laquelle se trouve la victime après sa mise sur le côté doit respecter
les principes suivants :
• le retournement de la victime sur le côté doit limiter au maximum les
mouvements de la colonne vertébrale ;
• la victime se trouve dans une position la plus latérale possible pour éviter la
chute de la langue en arrière et permettre l’écoulement des liquides vers
l’extérieur ;
• la position est stable ;
• toute compression de la poitrine qui peut limiter les mouvements respiratoires
est évitée ;
• la surveillance de la respiration de la victime et l’accès aux voies aériennes
sont possibles.
Le danger de détresse respiratoire prime sur l’éventualité de l’aggravation d’une lésion
traumatique lors de la mise en PLS.
Le sauveteur va surveiller la respiration toutes les minutes après la mise en PLS. Il
regarde le ventre se soulever, écoute d’éventuels sons provoqués par sa respiration ou essaye
(avec le plat de la main) de sentir le soulèvement du thorax.
Si l’état de la victime s’aggrave et que la respiration s’arrête, le sauveteur doit replacer
rapidement la victime sur le dos et pratiquer les gestes qui s’imposent.

Cas particuliers :
• la femme enceinte est retournée sur le côté gauche afin d’éviter l’apparition
d’une détresse par compression de certains vaisseaux sanguins de l’abdomen ;
• dans le cas d’une lésion thoracique, du membre supérieur ou du membre
inférieur, le blessé est retourné autant que possible sur le côté atteint ;
• dans le cas d’une lésion abdominale, le blessé est retourné autant que possible
du côté opposé au côté atteint ;
• si la victime est couchée sur le ventre, il suffit de compléter la liberté des voies
aériennes, de stabiliser sa position et d’apprécier toutes les minutes sa
respiration.

20
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

I - La réalisation de la PLS seul


• retirer les lunettes de la victime si elle en porte ;
• s’assurer que les membres inférieurs sont allongés côte à côte. Si ce n’est pas le
cas, les rapprocher délicatement l’un de l’autre, dans l’axe du corps ;
• placer le bras de la victime le plus proche du sauveteur, à angle droit par
rapport à son corps. Plier ensuite son coude tout en gardant la paume de sa
main vers le haut ;

• se placer à genoux ou en trépied à côté de la victime ;


• d’une main saisir le bras opposé de la victime, placer le dos de sa main contre
son oreille, paume contre paume. Lors du retournement, le maintien de la main
de la victime contre son oreille permet d’accompagner le mouvement de tête et
de diminuer la flexion du rachis cervicale (plus fragile que le rachis lombaire)
qui pourrait aggraver un traumatisme éventuel ;

• avec l’autre main, attraper la jambe opposée, juste derrière le genou, la relever
tout en gardant le pied au sol. La saisie de la jambe de la victime au niveau du
genou permet de l’utiliser comme « bras de levier » pour le retournement et
permet à un sauveteur de retourner la victime quelque soit sa force physique ;
• se placer assez loin de la victime au niveau du thorax pour pouvoir la tourner
sur le côté sans avoir à reculer ;

21
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

• tirer sur la jambe afin de faire rouler la victime vers le sauveteur jusqu’à ce que
le genou touche le sol. Si les épaules ne tournent pas complètement, le
sauveteur peut coincer le genou de la victime avec son propre genou, pour
éviter que le corps de la victime ne retombe en arrière sur le sol, puis il saisit
l’épaule de la victime avec sa main qui tenait le genou pour achever la rotation.
Le mouvement de retournement doit être fait sans brusquerie et en un seul
temps. Le maintien de la main sous la joue de la victime permet de respecter
l’axe du rachis cervical ;

• dégager doucement la main du sauveteur qui est sous la tête de la victime, en


maintenant son coude avec la main qui tenait le genou pour ne pas entraîner le
main de la victime et éviter toute mobilisation de la tête ;

22
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

• ajuster la jambe située au-dessus de telle sorte que la hanche et le genou soient
à angle droit. La position de la jambe au dessus de la victime permet de
stabiliser la PLS ;
• ouvrir sa bouche avec le pouce et l’index d’une main, sans mobiliser la tête,
afin de permettre l’écoulement des liquides vers l’extérieur.

En position sur le côté, les voies aériennes et les mouvements de la respiration doivent
pouvoir être contrôlés.
La mise en PLS comporte certains risques chez le traumatisé de la colonne vertébrale
(en particulier du rachis cervical) mais le danger de détresse prime sur l’éventualité de
l’aggravation d’une lésion nerveuse.

II - La réalisation de la PLS à trois


Le chef de la manœuvre se place au niveau de la tête, dans l’axe du corps, en position
de trépied (le genou en l’air du côté du retournement).

La prise de tête est faite :


- soit en appliquant latéralement les mains de chaque côté de la tête du blessé,
les paumes sur les pavillons des oreilles. La tête est maintenue légèrement en
arrière (voir ci-dessus).
- Soit en engageant une main sous la nuque, du même côté que le genou au sol.
L’autre main, côté du genou en l’air, est posée sur la joue du blessé. Les doigts
sont perpendiculaires à la paume et passent sous le menton.

23
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

L’équipier au niveau des pieds est dans l’axe du corps, en position de trépied, le genou
en l’air du côté du retournement. Il saisit les chevilles.
L’équipier du milieu prépare un calage de la moitié de l’épaule de la victime et le
place contre la joue du côté du retournement.

Il s’agenouille ensuite au niveau de la taille de la victime du côté du retournement,


assez loin pour pouvoir tourner celle-ci sans avoir à reculer. Il saisit l’épaule opposée puis
place l’avant bras de la victime sur son propre avant bras. Il saisit enfin la hanche opposée de
la victime.

Le chef de la manœuvre donne les ordres :


- « Etes vous prêts ? »
- Chaque équipier répond : « Prêt »
- « Attention pour tourner… Tournez »
L’équipier du milieu fait pivoter lentement et régulièrement la victime en bloc
(l’équipier doit garder les bras tendus et ne doit pas avoir à se reculer). Les deux autres
équipiers accompagnent le retournement pour éviter toute torsion.
Le chef de la manœuvre vérifie que l’axe « tête - cou - tronc » est parfaitement
conservé tout au long du retournement.

24
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Lors du retournement, la paume et le poignet du chef de la manœuvre reçoivent le


poids de la tête du blessé qu’il maintient dans l’axe.

L’équipier qui se situe au pieds saisie le genou de la jambe située sur le dessus, il
fléchit cette jambe sur la cuisse et le genou vient en butée au sol. Il bloque ensuite le coup de
pied derrière le genou. La stabilité du bassin est ainsi assurée, il se libère et se positionne au
niveau de la tête pour perfectionner le calage. Il accompagne le bras du blessé jusqu’au sol,
coude semi-fléchi, ce qui assure la stabilité du thorax. La bouche de la victime est ouverte (les
liquides doivent pouvoir s’écouler librement).
L’équipier du milieu maintient l’épaule jusqu’à ce que l’équilibre du corps soit assuré
puis il se libère.
Le chef de la manœuvre continue à maintenir la tête, sa main reposant sur le calage, et
assure la surveillance.

Dans le cas de la pose d’un collier cervical ne permettant pas la prise du pouls
carotidien, un équipier prend le pouls au niveau du pli de l’aine.

Section 5 : La ranimation cardio-pulmonaire


La vie d’une victime en arrêt respiratoire (à la suite d’une noyade par exemple) est à
brève échéance menacée. Si aucun geste de premiers secours n’est réalisé, un arrêt cardiaque
succèdera rapidement à l’arrêt respiratoire. La ranimation cardio-pulmonaire va assurer

25
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

l’apport d’air aux poumons et l’apport d’oxygène aux tissus (elle assure une oxygénation et
une circulation du sang) permettant ainsi la survie de la victime jusqu’à l’arrivée des secours.
Si la victime ne respire pas (aucun souffle perçu, aucun bruit entendu et ni le ventre ni
le thorax ne se soulève : recherche effectuée en au plus 10 secondes).On réalise deux
insufflations efficaces (chacune entraîne un début de soulèvement de la poitrine) en utilisant
la technique du bouche à bouche ou du bouche à nez.
On s’assure ensuite de la présence de signes de circulation :
- survenue de toux ou de mouvements de la victime pendant les insufflations,
- reprise de la respiration après avoir réalisé les insufflations,
- pouls carotidien perçu.
Il ne faut pas mettre plus de 10 secondes pour effectuer cette recherche.
Si le sauveteur est certain de l’absence de signes de circulation après les 2
insufflations, c’est que le cœur ne fonctionne plus correctement ⇒ il faut débuter
immédiatement la ranimation cardio-pulmonaire (RCP) :
• on place la victime sur un plan dur si ce n’est le cas, dénuder la poitrine,
• on réalise 15 compressions sur la moitié inférieure du sternum,
• on replace la tête de la victime en arrière, on élève le menton et on réalise 2
insufflations efficaces,
• on replace sans délai les mains sur la moitié inférieure du sternum et on réalise
une nouvelle série de 15 compressions de la poitrine avec 2 insufflations.
La fréquence des compressions sternales doit être de 100 par minute associée à 8 à 10
insufflations efficaces. Tous les 5 cycles de 15 compressions thoraciques et de 2 insufflations,
le sauveteur interrompt les manœuvres de RCP pour rechercher la présence de signes de
circulation. Cette recherche ne doit pas durer plus de 1 secondes.
Si les signes de circulation, dont la respiration, sont présents, il faut installer la victime
en PLS et surveiller en permanence sa respiration. Si la respiration s’arrête de nouveau, ou en
cas de doute, il faut remettre la victime sur le dos et recommencer la RCP.
Si les signes de circulation sont absents poursuivre la RCP jusqu’à l’arrivée des
secours.

I - Le bouche à bouche et le bouche à nez


Ces méthodes permettent d’insuffler directement à la victime l’air rejeté par le
sauveteur. L’air contient 21% d’oxygène et lors de la respiration nous n’utilisons que 5%
d’oxygène. L’air rejeté contient donc suffisamment d’oxygène (16% d’oxygène et un peu plus
de gaz carbonique) pour rendre ces techniques efficaces.
Il faut pratiquer ces techniques de ventilation artificielles sans matériel de façon posée
et régulière tout en ménageant ses forces. Il faut éviter de les effectuer trop rapidement et de
se calquer sur sa propre respiration dont la fréquence est augmentée par l’effort et l’émotion.
Après avoir réalisé les 2 insufflations initiales, si la victime présente des mouvements
ou tousse, il faut apprécier la respiration. En son absence, on va réaliser 1 minute de
ventilation artificielle. La fréquence adoptée est alors d’environ de 10 à 12 par minute soit un
cycle insufflation-respiration toutes les 4 à 5 secondes. Au bout de 1 minute, rechercher à
nouveau les signes de circulation. S’ils sont absents ou en cas de doute, commencer
immédiatement la ranimation cardio-pulmonaire.
Si le ventre ne se soulève pas lors des 2 premières insufflations il faut ouvrir la bouche
et re-contrôler la présence éventuelle d’un corps étranger, si c’est nécessaire, il faut le retirer
avec les doigts. Il faut s’assurer que la tête de la victime est bien en arrière et que son menton
est élevé. Renouveler 5 nouvelles insufflations pour obtenir au minimum 2 insufflations
efficaces. Si les insufflations sont toujours inefficaces, commencer immédiatement la RCP.

26
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Toutefois, après chaque série de 15 compressions thoraciques, il faut vérifier la présence d’un
corps étranger dans la bouche avant de souffler. Si tel est le cas, il faut le retirer.
Devant une impossibilité de réaliser des insufflations efficaces, le sauveteur doit
envisager une obturation totale des voies aériennes ayant entraîné une inconscience et un arrêt
de la respiration de la victime. Les compressions thoraciques agiront de la même façon que
les compressions abdominales dans la méthode de Heimlich.

A - Le bouche à bouche
• il faut commencer par s’agenouiller à côté de la victime, près de son visage ;
• avec la main placée sur le front, il faut obturer le nez en le pinçant entre le
pouce et l’index (afin d’empêcher toute fuite d’air par le nez) tout en
maintenant la tête en arrière ;
• avec la main placée sous le menton, il faut ouvrir légèrement la bouche de la
victime, tout en maintenant son menton soulevé, en utilisant la « pince »
constituée du pouce placé sur le menton et des deux autres doigts
immédiatement sous sa pointe ;
• après avoir inspiré sans excès, appliquer la bouche largement ouverte autour
de la bouche de la victime en appuyant fortement pour éviter toute fuite ;

• insuffler progressivement en 2 secondes jusqu’à ce que la poitrine


commence à se soulever ;
• se redresser légèrement, reprendre son souffle tout en regardant la poitrine
de la victime s’affaisser (l’expiration de la victime est passive) ;

Le volume de chaque insufflation doit être suffisant pour que le sauveteur commence à
voir la poitrine de la victime se soulever ou s’abaisser après l’insufflation.
L’insufflation ne doit pas être trop brève ni trop brutale mais elle doit être progressive.
En effet, si l’insufflation est trop brutale le seuil de la pression d’ouverture de l’œsophage est

27
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

atteint et l’insufflation gonfle l’estomac ce qui provoque le reflux du contenu gastrique dans
le pharynx puis dans les poumons.
Si au cours de la ventilation artificielle, la victime présente un vomissement il faut
immédiatement interrompre la ventilation et tourner la victime sur le côté. Ce n’est qu’après
avoir nettoyé la bouche que la victime sera remise sur le dos.
Il existe certains dispositifs (feuille plastique munie d’un orifice et/ou d’une valve,
masque de poche, et mieux l’embout de type Sabathié) qui s’interposent entre la bouche du
sauveteur et le visage de la victime pour vaincre la répulsion qui pourrait conduire à l’absence
de ventilation artificielle.

B - Le bouche à nez
• avec la main placée sur le front, maintenir la tête basculée en arrière. Avec
l’autre main, soulever le menton (sans appuyer sur la gorge) et tenir la
bouche de la victime fermée, le pouce appliquant la lèvre inférieure contre
la lèvre supérieure pour éviter les fuites ;
• appliquer largement la bouche autour du nez de la victime ;

• insuffler progressivement, en 2 secondes, jusqu’à ce que la poitrine


commence à se soulever ;
• se redresser légèrement, reprendre son souffle tout en regardant la poitrine
de la victime s’affaisser.

C - L’embout buccal type Sabathié


Il est très efficace pour réaliser la ventilation artificielle car l’embout buccal type
Sabathié permet d’obtenir plus facilement et surtout plus sûrement l’étanchéité d’une
insufflation.
Il se compose d’un tube cylindrique court et d’une partie semi-circulaire qui sera
placée derrière les lèvres et en avant des arcades dentaires.

28
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Le geste nécessaire à sa mise en place optimise la libération voies aériennes par


bascule de la tête.

Le sauveteur se place sur le côté de la victime, au niveau de la tête. Il saisit la partie


tubulaire de l’embout buccal avec la main située du côté du front de la victime, l’extrémité
victime étant dirigée vers le bas. Il pince (entre le pouce et l’index de l’autre main) la lèvre
inférieure qu’il abaisse légèrement. Il engage l’extrémité victime de l’embout entre la lèvre
supérieure et les dents, puis la recouvre avec la lèvre inférieure.
L’embout est appliqué sur les dents comme un embout de plongée.

29
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Il faut alors, de la main côté menton, empaumer celui-ci (accentuant ainsi la bascule de
la tête en arrière) et venir pincer les narines de la victime entre le pouce et l’index. De cette
façon la libération des voies aériennes et l’étanchéité sont parfaitement assurées. Le sauveteur
peut alors pratiquer les insufflations.

II - Le massage cardiaque externe


La victime est placée sur le sol en position horizontale, sur le dos.
• se placer à genou auprès d’elle et dans la mesure du possible dénuder sa
poitrine ;
• déterminer la zone d’appui de la façon suivante :
- repérer, de l’extrémité du majeur, le creux situé en haut du sternum à
la base du cou,
- repérer, du majeur de l’autre main, le creux où les côtes se rejoignent
(en bas du sternum).

30
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

• placer le « talon » d’une main juste en dessous du milieu repéré, c’est à dire
sur le haut de la moitié inférieure du sternum ;

• placer l’autre main au-dessus de la première, en entrecroisant les doigts des


deux mains. On peut aussi placer la seconde main à plat, mais en veillant à
bien relever les doigts sans les laisser au contact du thorax afin de ne pas
briser les côtes ;

• réaliser des compressions sternales en enfonçant la cage thoracique de 4 à 5


cm tout en restant bien vertical par rapport au sol pendant toute la
manœuvre. Si besoin en écartant le bras de la victime à angle droit et en se
positionnant à califourchon sur celui-ci ;

victime avec le bras le long du corps

31
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

bras de la victime entre les jambes du sauveteur


Tout balancement d’avant en arrière du tronc du sauveteur doit être proscrit. Les
coudes ne doivent pas être fléchis. Les avant-bras doivent être bien tendus dans le
prolongement des bras. Les mains restent en contact avec le sternum entre chaque
compression. La durée de la compression doit être égale à celle du relâchement de la pression
du thorax. Le thorax doit reprendre sa dimension initiale après chaque compression (qui doit
donc être relâchée complètement) pour que l’efficacité des compressions soit maximale.
Intercaler 2 insufflations toutes les 15 compressions. Le passage de l’insufflation aux
compressions doit être effectué le plus rapidement possible. Après chaque série d’insufflation,
les mains seront placées au même endroit pour réaliser les compressions thoraciques (sans
recherche systématique de la zone d’appui).
A la fin de la première minute puis ensuite toutes les 2 minutes (environ toutes les 5
séries de 15 compressions + 2 insufflations), il faut vérifier de nouveau les signes de
circulation. S’il n’y en a pas, continuer la ranimation cardio-pulmonaire.

III - La prise du pouls carotidien


L’artère carotide doit être cherchée soigneusement sur la face latérale du cou (du côté
où est situé le sauveteur) en la palpant entre la pulpe des trois doigts médians de la main qui
était sur le front (index, majeur et annulaire) et le plan osseux profond constitué par la
colonne vertébrale. On commence par poser doucement l’extrémité des trois doigts sur la
ligne médiane du cou.

32
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Ensuite on ramène la main vers soi, la pulpe des trois doigts restant au contact de la
peau du cou.

Enfin, on pousse la pulpe des trois doigts vers la profondeur pour appuyer la carotide
contre la colonne vertébrale (rachis cervical).

L’appréciation du pouls (fonction circulatoire), après la constatation de l’arrêt


respiratoire, se fait en prenant le pouls carotidien pendant 5 à 6 secondes.

IV - La ranimation cardio-pulmonaire à deux


Un sauveteur se place à la tête de la victime, il maintient la liberté des voies aériennes
et effectue la ventilation artificielle. Le deuxième sauveteur, se place à côté de la victime, les
genoux contre le thorax et il effectue le massage cardiaque externe.
Le rythme est toujours de 15 compressions sternales pour 2 insufflations.
Pour déterminer si la victime a retrouvé une ventilation et une circulation spontanée, il
faut arrêter les compressions pendant 5 secondes, le temps de prendre le pouls carotidien, vers
la fin de la première minute et ensuite régulièrement à intervalles de quelques minutes (2
minutes).

33
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Section 6 : Le portage de fortune

I - L’aide à la marche

A - L’aide à la marche par une personne


Le blessé est soutenu d’un côté par le sauveteur qui va avec son autre bras maintenir la
taille du blessé.

34
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

B - L’aide à la marche par deux personnes


Le blessé est soutenu des deux côtés et maintenu à la taille par les deux sauveteurs.

II - Le portage sur quelques mètres


Deux sauveteurs peuvent porter une personne sur quelques mètres avec leurs mains
réunies en chaise.
Cela peut se faire au moyen d’une chaise à quatre mains. La victime se maintient avec
les bras autour du cou des deux sauveteurs.

chaise à 4 mains

Cela peut aussi se faire au moyen d’une chaise à trois mains. Le quatrième bras
prenant appui sur l’épaule de l’autre sauveteur formant ainsi un dossier sur lequel peut
s’appuyer le blessé. Ce quatrième bras peut aussi soutenir un membre supérieur blessé.

35
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

chaise à 3 mains
Pour une chaise à deux mains, un bras forme le dossier et un autre bras soutient le
membre inférieur blessé.

chaise à 2 mains
Ces techniques sont améliorées par l’utilisation d’un anneau de toile solide
(« torchette ») ou d’un petit anneau de sangle. Au lieu de se tenir les poignets, les sauveteurs
agrippent l’anneau ce qui rend le transport plus facile. Les secouristes marchent de face et la
position de leurs mains est moins pénible à maintenir.

III - Le cacolet de fortune


Le portage d’un blessé peut se faire par un seul sauveteur qui s’aide d’une sangle de 6
mètres ou d’une corde lovée pour transporter le blessé sur son dos.

36
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

IV - Le cacolet avec sangle de manutention


La sangle est passée sous les cuisses du blessé. Les deux brins sont ensuite croisés et
le porteur se met en place.
Il pose un brin sur chaque épaule, passe les brins, par l’extérieur, sous les cuisses du
blessé et les ramène sur sa poitrine.

37
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Pour terminer, le porteur croise les brins, les passe sous chaque bretelle et les noue sur
la poitrine.

38
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Section 7 : Les plaies, traumatismes et positions d’attente


Le sauveteur doit distinguer deux types de plaies :
- les plaies simples : petites coupures ou éraflures saignant peu et non située à
proximité d’un orifice naturel ou de l’œil ;
- les plaies graves : localisées au cou, à l’œil, à la face, au thorax ou à
l’abdomen. Ces plaies peuvent saigner abondamment, être déchiquetées, être
multiples ou étendues.
Plaies graves :
- plaie avec hémorragie,
- plaie par morsure,
- plaie étendue,
- plaie par outil,
- plaie contenant des souillures ou des corps étrangers,
- plaie à bords irréguliers,
- plaie de l’œil,
- plaie située près des orifices naturels,
- plaie du cou, du thorax, de l’abdomen ou du dos.
Un corps étranger présent dans une plaie (couteau, morceau de branche…) ne doit
jamais être retiré car son retrait ou sa mobilisation peut aggraver la lésion et le saignement.

I - Les plaies au thorax : position demi assise


Une victime présentant une plaie au thorax sera installée en position demi assise afin
de faciliter sa respiration.

Cette position est aussi à adopter pour une victime présentant une gêne respiratoire.

II - Les plaies de l’abdomen : position à plat dos, cuisses fléchies


Une victime présentant une plaie de l’abdomen sera installée en position allongée sur
le dos. On fléchira ses cuisses en maintenant ses jambes à l’horizontal afin de relâcher les
muscles abdominaux et ainsi diminuer la douleur.

39
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Cette position est aussi à adopter si la victime a présenté une hémorragie importante.
Les membres inférieurs resteront impérativement surélevés jusqu’à l’arrivée des secours
médicalisés.

III - Plaies de l’œil ou traumatismes de la colonne vertébrale : maintien de la tête


Une victime présentant une plaie de l’œil doit être allongée à plat dos. On doit
maintenir sa tête tout en lui recommandant de fermer les deux yeux et de na pas bouger. Il ne
faut jamais chercher à retirer un corps étranger oculaire. Cette position évite une aggravation
éventuelle de la lésion de l’œil.
Si l’on suspecte un traumatisme de la colonne vertébrale (si le blessé a fait une chute
qu’il est étendu sur le dos et qu’il se plaint du dos, de la nuque ou de la tête) alors on
conseillera au blessé de ne faire aucun mouvement en particulier de la tête et, après s’être
agenouillé derrière le blessé, on maintiendra sa tête avec les deux mains placées de chaque
côté de celle-ci.

40
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Section 8 : Les contentions souples


Il s'agit d'immobiliser sans contrainte une articulation fragilisée, soit pour la traiter,
soit pour permettre le reprise de l'activité.

I - Les bandages
Les bandes peuvent être élastiques (crêpe) ou inélastiques (toile, gaze).
La mise en place d’une bande commence par deux tours circulaires.

L’application d’une bande sur un segment de membre s’effectue en spirale pour une
bande élastique (en décalant chaque tour d’un tiers de sa largeur) et avec des renversés
(retournement à chaque tour) pour des bandes non élastiques.

bandage avec renversés


bandage en spirale
Une fois la bande mise en place, l’extrémité libre est fixée par un morceau de ruban
adhésif ou par une épingle à nourrice.
Attention ! Le bandage ne doit pas être trop serré, il ne doit pas gêner la circulation
sanguine.

A - Bandage du doigt
Pour réaliser le bandage d’un doigt, il est nécessaire d’effectuer un ou deux tours
récurrents (on fait passer la bande sous les doigts puis on revient sur les doigts) et de fixer ces
récurrents par un tour circulaire. Les tours de bande font ensuite des 8 partant des doigts vers
le poignet en décalant d’un tiers de la largeur de la bande à chaque tour.

41
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

B - Tortue du coude
Au niveau du coude, on commence par deux tours de bande sur l’articulation semi-
fléchie puis les tours de bande sont disposés en 8 (« tortue »)en décalant progressivement et
en prenant appui alternativement au-dessus et au-dessous de l’articulation.

C - Tortue du genou
Le bandage du genou est identique à celui du coude.

D - Bandage de la cheville et du coup de pied


Pour la cheville, on commence par deux tours de bande sur une cheville placée à angle
droit puis les tours de bande sont réalisés en effectuant des 8 décalés recouvrant le pied et la
cheville.

42
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

II - Le strapping

A - Terminologie et matériel utilisé

1 - Terminologie
Strapping = contention adhésive élastique réalisée avec des bandes extensibles de type
Elastoplaste.
Taping = contention adhésive non élastique réalisée avec des bandes non extensibles
de type Strappal.
En France, le terme de strapping concerne à la fois les contentions adhésives élastiques
et non élastiques.

2 - Les bandes et leur utilisation


Les bandes adhésives élastiques (Elastoplaste disponible en largeur de 3 cm, 6 cm…)
seront utilisées pour le traitement immédiat d’une entorse.
Les bandes non adhésives élastiques (Strappal ou Urgostrap disponibles en largeur de
2,5 cm et 4 cm) seront utilisées dans un but de prévention du mouvement entraînant la lésion
ou dans le cas d’une reprise de l’activité sportive.
Les embases ou ancrages (toujours nécessaires à la mise en place des bandes dites
actives) seront toujours posées sous forme de circulaires mais sans tension afin de ne pas
réaliser une compression circulatoire.
C’est la tension des bandes actives qui détermine l’efficacité de la contention qui
correctement réalisée ne doit contenir aucun pli.

B - Le strapping de la cheville
C’est le ligament latéral externe de la cheville qui est le plus souvent atteint dans nos
sports de montagne. Lors d’un mauvais appui, le ligament latéral externe de la cheville est
mis en position d’étirement (étirement qui peut aller jusqu’à la rupture complète). C’est
essentiellement le faisceau antérieur du ligament externe (celui qui relie le péroné à
l’astragale) qui est lésé lors des entorses de la cheville. Cela est dû au fait que la malléole
externe est plus longue que la malléole interne. La malléole externe limite donc l’éversion du
pied (flexion dorsale + abduction + pronation) par une butée osseuse. De ce fait les
traumatismes en inversion du pied (flexion plantaire + adduction + supination) sont plus
fréquentes, d’où le plus grand nombre d’entorses externes de la cheville.
Devant ce traumatisme de cheville en inversion qui semble être une entorse du
ligament latéral externe, il est conseillé d’appliquer du froid et de réaliser une contention
adhésive élastique (strapping) qui évitera la diffusion de l’œdème post-traumatique.

43
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

1 - Les étriers verticaux


On utilisera de l’élastoplaste (6 cm) dont on découpera des bandes et on commencera
toujours par casser l’élasticité de la bande (en la mettant en tension, en la tirant avant son
application). La jambe de l’individu est à l’horizontale et le pied est installé en flexion dorsale
(on ramène les orteils vers soi).
On commence par appliquer deux embases : l’une supérieure à la partie moyenne de la
jambe (sans tension) qui sera doublée pour favoriser une meilleure adhésivité des bandes
suivantes ; l’autre inférieure au niveau de l’avant-pied toujours sans tension.
Le 1er étrier vertical en élastoplaste 6 cm sera posé de la façon suivante : on applique
la bande d’élastoplaste sur la face interne de la jambe en partant de l’embase supérieure et en
la faisant passer pour moitié en arrière de la malléole interne, puis on la fait passer sous le
talon et on la pose ensuite la bande sous tension sur la face externe de la jambe jusqu’à
l’embase supérieure.

Le deuxième étrier est ensuite posé selon le même principe que le premier mais il est
centré sous la malléole et chevauche le précédent de moitié.

44
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Le troisième étrier vertical est placé lui en avant des malléoles et chevauche le second
de moitié.

On passe alors au verrouillage calcanéen qui sera double :


- antérieur et postérieur,
- interne et externe.

2 - Le double verrouillage interne


a - Le verrouillage antérieur et interne
On applique la bande à la face inférieure du calcanéum selon une direction légèrement
oblique en dedans et en avant, puis on rabat le chef externe sur le devant de la jambe et
ensuite on applique le chef interne sous tension jusqu’à l’embase supérieure.

b - Le verrouillage postérieur et interne


On applique la bande à la face inférieure du calcanéum selon une direction légèrement
oblique en dedans et en arrière, puis on rabat le chef externe sur le devant de la jambe et
ensuite on applique le chef interne sous tension de façon à ce qu’il passe en arrière de la
jambe pour venir se fixer à l’embase supérieure sur le devant.

45
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

3 - Le double verrouillage externe


a - Le verrouillage antérieur et externe
On applique la bande à la face inférieure du calcanéum selon une direction légèrement
oblique en dedans et en avant, puis on rabat le chef interne sur la face antérieure de la jambe
et ensuite on applique le chef externe sous tension et on le fixe sur l’embase supérieure.

46
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

b - Le verrouillage postérieur et externe


On applique la bande à la face inférieure du calcanéum selon une direction légèrement
oblique en arrière et en dehors, puis on rabat le chef interne sur le devant de la jambe et
ensuite on applique le chef externe sous tension de façon à ce qu’il passe en arrière de la
jambe et on le fixe à l’embase supérieure sur le devant.

47
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

On finit par une nouvelle embase supérieure de fermeture qui viendra verrouiller et
bloquer les bandes actives.

C - Le strapping du genou
Les entorses du genou se produisent la plupart du temps sur un appui sur genou fléchi.
Après avoir appliqué du froid, on réalisera une contention adhésive stabilisatrice du genou qui
sera surtout utile pour les entorses des ligaments latéraux du genou.
On découpe des bandes d’élastoplaste dont on cassera toujours l’élasticité, et on
commence par appliquer les deux embases sur l’individu debout.

1 - Stabilisation latérale
On va disposer ensuite des attelles de stabilisation latérale interne et externe.

48
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Les bandes sont appliquées avec tension en se chevauchant chaque fois de la moitié de
leur largeur.

2 - Stabilisation antéro-postérieure
On dispose ensuite des attelles de stabilisation antéro-postérieure internes et externes.
Pour l’attelle interne, on applique la bande sous la tubérosité tibiale antérieure, le chef
externe est appliqué sur la face postérieure de l’embase inférieure et le chef interne est
appliqué selon un axe oblique en haut et un peu en arrière jusqu’à l’embase supérieure.
Pour l’attelle externe, c’est le même principe toutefois strictement inversé.

49
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Trois attelles internes ainsi que trois attelles externes seront successivement mises en
place.

On termine la contention par des fermetures au niveau des embases supérieure et


inférieure.

Section 9 : Les emballages


Une plaie grave, si le délai avant l’examen par un médecin est long, devra être
emballée.
Pour cela on posera sur cette plaie des compresses stériles qui seront maintenues par
un bandage tubulaire, une fronde ou un triangle.
Si un objet est présent dans la plaie, il ne faut pas tenter de l’extraire.

50
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

I - Les bandages tubulaires

A - Bandage tubulaire du doigt

B - Bandage tubulaire de la main

C - Bandage tubulaire du genou

51
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

II - Les frondes
Une fronde est formée d’un rectangle de toile très allongé, fendu à ses extrémités de
façon à former des lanières (appelées « chefs ») et à obtenir une partie centrale (appelée
« plein »). La fronde sert à maintenir un pansement sur une partie blessée du corps où l’on ne
peut pas poser une bande.

A - Fronde du menton
Pour le menton, il faut appliquer le plein sur le menton, passer les deux chefs
supérieurs sous les oreilles, les entrecroiser, les nouer provisoirement derrière la nuque et,
après avoir fixé les chefs inférieurs sur le sommet du crâne, les ramener sur les tempes et les
attacher sur le front.

B - Fronde du nez
Pour le nez, il faut placer le plein horizontalement sur le nez, passer les chefs
supérieurs sous les oreilles et les nouer, passer les chefs inférieurs au-dessus des oreilles et les
attacher.

C - Fronde de l’oreille
Pour l’oreille, le plein est placé verticalement sur l’oreille après avoir noué entre eux
les deux chefs supérieurs et inférieurs de chaque extrémité de façon à former une petite poche

52
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

coiffant l’oreille. Les chefs supérieurs sont ensuite noués au-dessus de l’oreille, les chefs
inférieurs son noués au niveau du cou.

D - Fronde de l’œil
Pour l’œil et son pourtour, il faut nouer les chefs supérieurs autour de la tête au-dessus
des oreilles, puis replier la moitié inférieure du plein sur la moitié supérieure. Il faut ensuite
passer les chefs inférieurs, l’un sous l’oreille du côté blessé, l’autre sur la tête en oblique et les
nouer derrière la tête.

III - Les triangles


Les triangles sont des pièces de toile triangulaires qui peuvent être stériles. On
distingue le sommet (la pointe), la base (le plus grand côté) et les deux chefs (les autres
coins). La partie centrale s’appelle le plein, elle doit rester propre et ne pas être souillée avant
la pose sur la plaie ou la brûlure grave.

53
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

A - Triangle du front
Pour une plaie du front, il faut appliquer la base sur le front et nouer les deux chefs sur
la nuque en prenant le sommet dans le nœud. Les oreilles doivent rester dégagées.

B - Triangle de la nuque
Pour une plaie de la nuque, il faut appliquer la base sur la nuque et nouer les deux
chefs sur le front en prenant le sommet dans le nœud.

C - Triangle d’un segment de membre


Pour un segment de membre (la jambe par exemple), il faut placer le sommet du
triangle en haut du membre, un des côtés pendant parallèlement au membre, puis faire deux
ou trois tours avec les pointes qui seront ensuite nouées ensemble.

D - Triangle de la main
Pour la main, la base du triangle est rabattue sur les doigts, le sommet étant disposé
vers le poignet. Les pointes sont ramenées sur le dos de la main, croisées et nouées sur le
poignet.

54
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

E - Triangle du pied
Pour le pied, il faut mettre le pied à plat sur le triangle, le sommet dirigé vers l’avant,
puis rabattre le sommet sur le dos du pied et y ramener les pointes en les croisant. Le nœud
s’effectue sur la cheville.

F - Triangle du thorax et de l’abdomen


Pour le thorax ou l’abdomen, il faut placer le sommet sur l’épaule puis nouer la base
du triangle à la partie inférieure du thorax ou de l’abdomen. Un lien relie, d’une part, le
sommet et, d’autre part, le nœud des chefs dans le dos.

55
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Au niveau du thorax, il ne faut pas obturer la plaie (pas d’emballage étanche surtout si
la plaie souffle, c’est à dire si la plaie laisse échapper de l’air). La victime est placée en
position demi-assise, sauf si elle est inconsciente (elle sera alors mise en PLS du côté de la
plaie).
Au niveau de l’abdomen, si les viscères sortent de la plaie, il ne faut pas tenter de les
réintégrer. Il faut placer la victime consciente en position allongée avec les cuisses semi-
fléchies, sauf si elle est inconsciente (elle sera alors mise en PLS du côté opposé à la plaie).

G - Triangle du genou ou du coude


Pour le genou, on place le sommet en haut sur la face antérieure de la cuisse, la base se
trouve ainsi au-dessous du genou. Les pointes sont croisées derrière le genou et nouées an
avant sur la cuisse.

Pour le coude, il faut procéder comme pour le genou.

H - Triangle de l’épaule
Pour l’épaule, nouez la base autour du bras et fixez le sommet sur l’épaule par un lien
passant en baudrier sur la poitrine.

56
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

I - Triangle de la hanche
Pour la hanche, la base est nouée autour de la partie inférieure de la cuisse et le
sommet doit être fixé par un lien passé à la ceinture.

Section 10 : Les immobilisations


Il faut toujours immobiliser le membre fracturé et les articulations immédiatement au-
dessus et au-dessous de la zone lésée.
Fracture de la jambe : immobilisation du genou et du pied.
Fracture de la cuisse : immobilisation du bassin et du genou.
Fracture du bras : immobilisation de l’épaule et du coude.
Fracture de l’avant bras : immobilisation du coude et du poignet…

I - L’immobilisation du membre supérieur


Chaque fois qu’il existe un signe d’atteinte de l’appareil locomoteur, le segment qui en
est le siège doit être immobilisé. Il vaut mieux immobiliser un membre indemne que de
déplacer une victime présentant une lésion sans l’avoir, au préalable, immobilisée.
Un membre ou un segment de membre traumatisé est correctement immobilisé si les
articulations située au-dessus est au-dessous de la lésion sont immobilisées.
Après l’immobilisation, il faut contrôler la coloration, la mobilité et la sensibilité de
l’extrémité concernée.

A - L’écharpe simple
Dans le cas d’une fracture de l’avant bras ou du poignet, on soutient celui-ci à l’aide
d’un morceau de tissu (carré ou rectangle) replié en triangle.
Le sommet (angle droit) du triangle est placé au niveau du coude puis l’on engage une
des pointe du triangle entre le coude et le thorax et on la fait passer sur l’épaule blessée. Les
pointes ou « chefs » (angles aigus) sont ensuite noués autour du cou (le nœud se trouvant
légèrement en avant et sur le côté) et l’on vérifie la bonne position de la main qui doit
toujours être placée légèrement au-dessus du niveau du coude afin d’éviter qu’elle ne gonfle.
Au sommet, on fait un « tortillon » qui sera rentré entre le coude et l’écharpe ou fixé à l’aide
d’une épingle de sûreté.

57
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

En cas de plaie, l’écharpe ne doit pas être en contact avec celle-ci. Il faut auparavant
protéger la plaie avec une gaze stérile ou l’emballer.
Il faut vérifier la circulation sanguine au niveau des extrémités des doigts qui doivent
rester apparentes.

B - Echarpe simple et contre écharpe


L’écharpe simple et la contre écharpe sont utilisées pour immobiliser une fracture du
bras. Le membre blessé est soutenu par la pose d’une écharpe simple (qui immobilise les
articulations du coude et du poignet) et le bras est immobilisé en étant plaqué contre le thorax
par la mise en place d’une contre-écharpe (qui immobilise l’épaule).
Après avoir mis l’écharpe simple en place, on place la base du deuxième triangle
impérativement sur la pointe de l’épaule pour éviter d’appuyer sur la fracture lorsqu’on va
serrer l’écharpe. Il faut amener les deux pointes sous l’aisselle opposée en enveloppant le
thorax de la victime. On noue alors les deux pointes en avant de l’aisselle opposée et on
torsade le sommet. Le tortillon sera placé sous l’écharpe ou sera fixé au moyen d’une épingle
de sûreté.

C - L’écharpe oblique
L’écharpe oblique est utilisée dans le cas de fracture de l’épaule, de la clavicule ou de
l’omoplate. Elle assure le maintient du membre blessé par l’appui et la fixation sur l’épaule
opposée et évite toute pression douloureuse de la région blessée.

On demande au blessé de placer son avant-bras en


travers de sa poitrine avec l’extrémité des doigts reposant
presque sur son épaule.
Présentez ensuite l’écharpe, un chef devant l’avant-
bras et la main, le sommet dépassant largement du coude. Le
chef prend appui sur l’épaule du côté intact.

58
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

En maintenant toujours l’avant-bras, placez doucement la base de l’écharpe autour du


coude, de l’avant bras et de la main.

Passez le chef le chef inférieur dans le dos puis ramenez-le vers le haut, sur le dessus
de l’épaule du côté sain.

Ajustez doucement la hauteur de l’écharpe si nécessaire et, avec un nœud plat, nouez
les deux chefs.

Il faut ensuite déplisser et tendre le tissu afin de soutenir complètement l’avant-bras et


la main. La fixation est complétée par une torsade au niveau du coude ou la mise en place
d’une épingle de sûreté après avoir plié le sommet contre l’avant-bras.

59
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Certaines lésions de l’épaule (luxation) provoquent une déformation importante. Il est


indispensable de respecter la position du membre supérieur. Un rembourrage entre le bras et
le buste est alors nécessaire pour assurer l’immobilisation correcte du membre blessé contre le
thorax.

II - L’immobilisation du membre inférieur


Dans le cas d’une fracture de la jambe, il faut immobiliser le membre inférieur sans
oublier le pied avant de déplacer le blessé.

Il faut exercer une traction douce et prudente dans l’axe du membre, la prise étant
assurée au niveau du pied : une main placée sous le coup de pied et l’autre sous le talon.
L’articulation de la hanche est maintenue par un autre équipier pendant toute la durée
de l’immobilisation.

Cette immobilisation peut se faire de différentes manières. On peut la faire en


solidarisant le membre blessé avec l’autre membre inférieur. On peut improviser une attelle…
Tous les gestes doivent être exécutés avec douceur et en surveillant les réactions du
blessé. Il faut contrôler la coloration, la mobilité et la sensibilité des orteils après la
manœuvre. S’il est impossible, du fait de la douleur ou de la mobilisation du membre blessé
(jambe fracturée), d’ôter la chaussure, il faut toujours la délacer pour éviter que le pied ne soit
comprimé par un éventuel gonflement.

III - La pose d’un collier cervical


Dans le cas de la suspicion d’un traumatisme de la colonne vertébrale, on conseille
fermement au blessé de ne faire aucun mouvement (en particulier de la tête). Puis on
maintient sa tête avec les deux mains placées de chaque côté de celle-ci après s’être
agenouillé derrière la victime.

60
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Si l’on en dispose, on met ensuite en place un collier cervical.

Le deuxième secouriste repère le sens et la position de mise en place en présentant le


collier sur le blessé. Il dégage les vêtements à la base du cou.

Le collier est engagé derrière la nuque, puis rabattu sur la face antérieure du cou, de
telle manière que la zone prévue pour le menton se trouve en bonne place.

61
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Le collier est ensuite ajusté et fixé. Le maintient de la tête peut alors être relâché.

Section 11 : Les relevages


Les techniques de relevage vont permettre de placer la victime sur un brancard
improvisé afin de permettre son déplacement. Ils vont aussi permettre de soulever la victime
en toute sécurité le temps de positionner les matériaux qui vont l’isoler du sol.

I - Victime sur le dos

A - Le pont amélioré
Les avant bras de la victime sont croisés sur son ventre. Le chef de la manœuvre se
place à la tête du blessé dans l’axe du corps et en position de trépied.
Il maintient la tête du blessé (légèrement basculée en arrière) :
- soit avec les mains placées latéralement avec l’extrémité des doigts légèrement
engagée sous le haut de la nuque en soutien (prise latéro-latérale),
- soit une main sous la nuque et l’autre main les doigts en croché sous le menton
(prise occipito-mentonnière).

Le chef de la manœuvre donne l’ordre suivant :


« Attention pour vous préparer… »
Les autres participants à la manœuvre se placent sur le blessé, celui des épaules
prenant appui sur son vis-à-vis pour enjamber le blessé.

62
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Les secouristes engagent leurs mains sous le blessé :


- celui qui est tourné en direction des pieds engage ses mains sous les épaules de
la victime,
- celui qui est au niveau de la taille engage ses mains sous la taille de la victime,
- celui qui est aux pieds saisit les chevilles de la victimes.

Les équipiers doivent avoir le dos droit, les cuisses fléchies, les genoux pliés, les pieds
légèrement décalés et suffisamment écartés pour permettre le passage du brancard ou du
matériel prévu pour isoler la victime du froid du sol.

Le chef de la manœuvre demande : « Etes-vous prêts ? ».


Les équipiers en position répondent : « Prêt ».
Lorsque tout le monde a répondu prêt, le chef de la manœuvre donne l’ordre suivant :
« Attention pour lever… Levez ! »
Les équipiers se relèvent en gardant le dos plat et soulèvent légèrement le blessé (30
cm maximum), en respectant l’alignement tête – cou – tronc – membres inférieurs.
Le chef de manœuvre donne ensuite l’ordre d’envoyer le brancard ou le matériel pour
isoler le blessé du sol (sacs, cordes, couvertures de survie…). Si le relevage est effectué pour
placer la victime sur un brancard, le chef de manœuvre dit : « Envoyez le brancard ». Un
cinquième équipier glisse alors le brancard entre les jambes des équipiers de la manœuvre.
Le brancard est généralement envoyé par les pieds. Si la position du blessé nécessite
d’envoyer le brancard par la tête, le chef de la manœuvre ne se positionne pas dans l’axe du
corps mais sur le côté de la victime en trépied avec maintien de la tête par une prise
occipito-mentonnière.

63
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Au commandement « Posez », les équipiers fléchissent leurs genoux (en gardant le dos
plat) et reposent doucement la victime d’un bloc.
Les équipiers se dégagent sans passer leurs pieds au-dessus du visage de la victime et
sans la heurter.
Le chef de manœuvre maintient toujours la tête et surveille le blessé.

B - Le pont simple
Lorsque l’on n’est pas suffisamment nombreux pour effectuer un pont amélioré, le
chef de la manœuvre ne doit pas seulement maintenir la tête il participe alors activement au
relevage. Si l’on suspecte une atteinte traumatique du rachis, le pont amélioré doit être
privilégié du fait du maintien spécifique de la tête.
« Attention pour vous préparer… »

Le chef glisse une main sous l’ensemble tête-nuque du blessé. Son autre main se
positionne sous la colonne vertébrale, entre les deux omoplates.
Les positions des deux autres équipiers sont identiques à celles du pont amélioré.
« Prêts »

64
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

« Attention pour lever… levez ! »

« Envoyez le brancard »
« Posez »

C - Les aides avec une sangle de manutention


Afin de diminuer les risques d’accident (lumbago, sciatique…) lors des relevages, il
est possible d’utiliser une sangle de manutention. Cette sangle de 2 mètres permet de réduire
au maximum les efforts de portage d’une victime lourde (soutien du bassin et du haut des
cuisse).
Glissez a sangle par le creux Passer ensuite l’extrémité La sangle est ensuite nouée
des reins environ jusqu’à sous le creux des genoux. Et à l’aide d’un nœud plat et
son milieu puis faire glisser faire remonter la sangle sous chaque extrémité est utilisée
la sangle sous le bassin. le pli fessier de la victime. comme poignée.

Une sangle longue de 6 mètres pourra aussi être utilisée par l’équipier du milieu et
celui de la tête.

65
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Glissez 1/3 de la longueur Un équipier accroupi au niveau Glissez chaque lien de la


de la sangle sous le creux du bassin saisit la sangle à sangle sous le dos en les
des genoux puis remontez la pleines mains de chaque côté du engageant successivement
sangle sous le pli fessier de bassin et la maintient en place sous l’épaule du même
la victime. jusqu’à la fin de la technique. côté puis la nuque.

Faîtes glisser les liens Les deux brins sont tendus par Passez l’extrémité longue de
pour les récupérer sous les extrémités qui sortent de la sangle sur votre épaule, la
l’épaule opposée. épaules et l’équipier du milieu passer en diagonale dans le
(la sangle se trouve maintient fermement les deux dos puis faire ressortir le
croisée dans le dos) poignées formées par la sangle. brin sous l’aisselle opposée.

66
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Les brins de la sangle sont ensuite réglés pour bien les tendre puis noués par un nœud
plat et fermement maintenus à la main. La main libre passe sous la nuque du blessé et le
relevage s’effectue selon la technique du pont utilisé.

II - Victime en PLS
Les principes, les mouvements et les commandements sont identiques à ceux du pont
amélioré et du pont simple. Seules diffèrent les positions des mains et des avant-bras des
équipiers.

A - Pont amélioré

Le maintien de la tête s’effectue de la façon suivante :


- une main est passée sous la nuque, pouce écarté pour soutenir la tête,
- l’autre main est placée sur la joue accessible, les doigts en crochet sous le bord
de la mâchoire (surtout sans appuyer sur les parties molles du menton) afin de
maintenir la tête en arrière.
L’équipier des jambes a une main sous le genou plié du blessé. De l’autre main, il
saisit la jambe au niveau du genou, derrière le pied.

B - Pont simple
Le chef de la manœuvre a une main sous la nuque de la victime et l’autre main sous
l’épaule.

67
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

III - Victime sur le ventre


La tête est presque toujours trouvée tournée sur le côté, une joue contre le sol. Si la
tête de la victime est fléchie (le menton se trouve contre l’épaule), une bascule prudente en
arrière de la tête est réalisée en éloignant doucement le menton de l’épaule. Il faut prendre
garde à ce que la joue ne quitte pas le sol. Une tête trouvée visage contre le sol sera
doucement tournée sur le côté, le menton éloigné de l’épaule.
On utilise la méthode du pont amélioré. Le chef de la manœuvre se place en trépied à
la tête de la victime.
La prise latéro-latérale et la prise occipito-mentonnière de la tête ne sont pas possibles.
Il faut donc que le chef maintienne la tête par une main passée sous la nuque, pouce écarté et
l’autre main est placée sur la joue accessible, les doigts en crochet sous le bord de la mâchoire
(sans appuyer sur les parties molles du menton et du cou).
Dès que la tête est maintenue, les membres supérieurs du blessé sont ramenés le long
de son corps (paumes contre les cuisses), les membres inférieurs sont rapprochés l’un de
l’autre.
L’équipier du tronc engage ses mains sous les épaules et la partie supérieure du thorax.
L’équipier du bassin passe ses avant-bras autour des avant-bras de la victime et engage
ses mains sous les os du bassin.
L’équipier des pieds passe une main sous la partie inférieure des cuisses et l’autre sous
les jambes.
Les équipiers sont accroupis au maximum, la tête décalée vers la droite du corps de
l’équipier précédent.

Si la victime se plaint de la position « membres supérieurs allongés », ceux-ci peuvent


être ramenés doucement sur les côtés et au-dessus de la tête, celle-ci étant toujours maintenue
pendant la manœuvre.
Si le brancard ne peut être placé que du côté de la tête, le chef de la manœuvre ne se
place pas en trépied mais accroupi avec les pieds très écartés.

IV - Victime en position demi-assise


La partie supérieure du corps du blessé peut être soutenue par deux équipiers se
plaçant accroupis chacun d’un côté du tronc, une main passant sous la partie haute des cuisses
et l’autre sous l’aisselle du côté opposé.

68
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Les membres inférieurs peuvent être saisis en cuiller ou au niveau des chevilles.
On peut aussi saisir le blessé en se servant d’une sangle passant sous le haut des
cuisses, sous les aisselles et dans le dos.

Le blessé est maintenu manuellement en position, le temps de remettre rapidement le


calage en place.

V - Victime avec les jambes surélevées


Deux équipiers soulèvent la moitié supérieure du corps selon la méthode du pont
simple (ou trois équipiers pour la méthode du pont amélioré). Les membres inférieurs sont
soulevés en cuiller par un équipier placé sur le côté.

Le matériel de calage est transféré après, les jambes étant maintenues en l’air le temps
du transfert.

69
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

VI - La confection d’un brancard improvisé


Un brancard de fortune peut être confectionnée avec les matériaux que l’on a ou que
l’on trouve autour de soi. Il peut être fait au moyen de morceaux de bois, de bâtons, de skis,
de sangles, de vêtements…

Hamac de portage

Confection d’un traîneau à skis :


Vous pouvez aussi réunir une paire de skis par les spatules (spatules percées).
Il faut ensuite réunir les talons et les fixations.
On aménage alors un fond avec de la cordelette, un sac, un fond de sac, des peaux de
phoque…
Il ne reste qu’à positionner une paire de battons et deux cordes pour la conduite du
traîneau.

70
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

traîneau à skis

Section 12 : La réalisation d'un point chaud


Dans l’attente de l’arrivée des secours, l’accidenté doit être mis à l’abris du froid et de
l’humidité en le déplaçant évidemment avec précaution. Dans ce but, on va réaliser un point
chaud (où l’on installera l’accidenté et le secouriste demeurera à ses côtés) et les critères de
choix de son emplacement seront :
- le plus près possible de l’accident,
- hors du sur accident (chutes de pierres, humidité, crues…),
- dans un endroit plat avec suffisamment d’espace,
- à l’abri des courant d’air.
Il faut isoler la victime du sol (cordes, sacs, couverture de survie).
Les couvertures de survie (ou couvertures iso thermiques) sont constituées d’un film
polyester résistant qui présente deux faces :
• une face argentée qui permet de protéger la victime contre le froide lorsque
cette face est au contact du corps,
• une face dorée qui protège la victime contre la chaleur lorsqu’elle est
appliquée contre le corps.
Il faut réchauffer la victime :
- enlever les vêtements mouillés (en canyon, il ne faut pas enlever la
combinaison néoprène) ;

71
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

- faire une tente avec des couvertures de survie, des cordes… ;


- placer des bougies dessous, ou en spéléo un casque équipé d’une lampe à
acétylène (flamme) ;
- placer des chaufferettes chimiques près du blessé et entre ses jambes, en spéléo
c’est la calbombe qu’on place entre les jambes.
S’il est parfaitement conscient, qu’il n’a pas eu de perte de connaissance et qu’il ne
présente pas une blessure nécessitant ultérieurement une intervention chirurgicale, on peut lui
faire boire des boissons chaudes et le faire manger à volonté. Il faut aussi bien sur que
quelqu’un reste à côté de lui pour le réconforter et surveiller l’évolution de son état.

Point chaud en spéléologie


Tente de survie, abri improvisé permettant d’installer dans de bonnes conditions le blessé et son
coéquipier dans l’attente des secours.

Section 13 : Crampes musculaires : les étirements

I - Les crampes musculaires

A - Définition
La crampe musculaire est la contraction soudaine, intense et involontaire d’un muscle
(ou d’un groupe musculaire) lors d’une activité physique. Les sports d’endurance, les facteurs
de déshydratation favorisent l’apparition des crampes.

B - Les signes
La contraction douloureuse stoppe l’individu dans son activité. Celui-ci saisit
généralement le muscle concerné : d’une main pour le membre supérieur, des deux mains
pour le membre inférieur.
L’individu est incapable de réaliser le mouvement inverse de celui provoqué par la
crampe. L’ensemble du muscle est dur à la palpation et volumineux.

72
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

C - Conduite à tenir
Il faut rapidement réaliser un étirement.

II - Les étirements

A - Les principes des étirements


Il faut maintenir dans une position déterminée soit l’articulation, soit le segment de
membre situé au-dessus de la zone victime de la crampe. Il faut mobiliser ensuite
l’articulation en dessous vers une position inverse de celle provoquée par la crampe.

B - Les qualités d’un étirement


L’étirement doit être lent et progressif afin d’amener une détente progressive de la
zone victime de la crampe. L’étirement doit être complet : le segment mobilisé doit être
amené au maximum de son amplitude. L’étirement doit être maintenu jusqu’à la disparition
de la douleur provoquée par la crampe. Il sera ensuite relâché très lentement. Si, lors du
relâchement, la douleur et la contraction réapparaissent, l’étirement doit être repris.

C - Les techniques d’étirements des principaux muscles

1 - L’étirement du quadriceps
L’individu doit s’étendre sur le ventre.
Le bassin est plaqué contre le sol avec l’avant bras.

On amène la jambe en flexion sur la cuisse.

73
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

On place le pied sur son épaule, puis avec la main devenue libre on saisie le genou et
on soulève la cuisse du sol.

2 - L’étirement des adducteurs


L’individu doit s’étendre sur le dos. On plie son genou et sa hanche en soulevant la
cuisse et en glissant le pied vers le bassin.

Placez le pied au niveau de l’autre genou. Puis, on maintient le bassin plaqué contre le
sol d’une main et de l’autre main on repousse le genou en direction du sol.

En cas de crampe simultanée des deux adducteurs, on place les membres inférieurs
comme précédemment, on se place entre les cuisses de l’individu puis on repousse
symétriquement les deux genoux en direction du sol.

74
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

3 - L’étirement des ischio-jambiers


L’individu s’étend sur le dos. On fléchi sa cuisse jusqu’à la verticale et on place son
pied sur notre épaule.

On plaque sa cuisse en positionnant nos mains (doigts croisés) au dessus de son genou.
On réalise l’étirement en se redressant et en tirant nos mains vers nous.

75
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

4 - L’étirement du jambier antérieur


L’individu s’étend sur le dos. On maintient sa jambe au sol en appuyant sur le genou.

De l’autre main, on saisit le pied et on l’allonge en tournant la plante du pied en sens


inverse et en l’étendant.

5 - L’étirement du triceps sural


On maintient d’une main le genou plaqué contre le sol. De l’autre main, on empaume
le talon et l’on fait passer notre avant-bras sous la plante du pied.

76
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

On amène le pied en flexion vers la jambe en utilisant le poids de notre corps en


direction de la tête de la victime.

6 - L’étirement du biceps brachial


On écarte son bras du corps puis on maintient son épaule et son bras au sol avec une
main.

De l’autre main, on écarte l’avant-bras du bras en imprimant une rotation qui amène le
dos de la main au sol.

77
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

7 - L’étirement du triceps brachial


On écarte son bras du corps puis on maintient son bras au sol avec une main.

Puis avec l’autre main, on saisit le poignet par en-dessous et on replie l’avant-bras sur
le bras.

Section 14 : Les techniques d'application du froid


Par ses effets bénéfiques, l'application du froid se justifie lors des accidents sportifs,
elle est prépondérante en présence d'accidents musculaires et tendineux.
L'application de froid ne se justifie pas :
- dans les accidents musculaires sans atteintes des fibres (courbatures,
contractures) qui nécessitent du "chaud" ;
- pour les crampes nécessitant une technique d'étirement.
Ces applications de froid sont à distinguer des techniques de refroidissement en cas de
coup de chaleur ou d'insolation.

I - Les indications
Elles recouvrent la majeur partie des accidents survenant en milieu sportif, en
complément des traitements spécifiques.
- les lésions cutanées fermées : contusions, ecchymoses, hématomes,
- les lésions articulaires : fractures fermées, luxations, entorses,
- les lésions musculaires : contusions, élongations, claquages, déchirures, ruptures,
- les douleurs tendineuses,
- les lésions tendineuses : ruptures, arrachements tendineux.

78
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

II - Les contre-indications
- les lésions articulaires ouvertes,
- les plaies,
- les douleurs viscérales non diagnostiquées.

III - Les effets du froid

A - Antalgique
Le froid ralentit la réaction des nerfs sensitifs, la sensation de douleur disparaît. La
zone refroidie est "anesthésiée".

B - Hémostatique
Le froid provoque un rétrécissement du diamètre des capillaires et une diminution du
débit sanguin.
Dans la zone refroidie la circulation est ralentie, l'hématome sera moins important.

C - Anti-inflammatoire
Le froid diminue les réactions des tissus blessés. Dans la zone refroidie l'apparition de
l'œdème est retardée.

IV - Les principes d'application du froid


L'application doit être faite le plus rapidement possible après l'accident. il faut éviter le
refroidissement lié à l'arrêt de l'activité physique et expliquer au blessé que la douleur
diminuera, l'ecchymose ou l'hématome sera atténué, le gonflement dû à l'œdème sera retardé.
Quelque soit la technique du refroidissement et le cryogène utilisé, le refroidissement
doit déborder de la zone blessée et être continu pendant 20 minutes.
Pour une application sur un membre, celui-ci sera mis en position surélevée.
Dans tous les cas, il convient d'appliquer du froid humide.
Précautions : Il faut surveiller les réactions cutanées telles que rougeur ou pâleur
exagérée, ou l'apparition de petite cloques, qui signent une réaction allergique au froid,
réaction toutefois rare. Une peau lisse et "cartonnée" à la palpation est due à une application
de froid trop intense.
Remarques : du fait de l'action "anesthésiante" du froid, la reprise de l'activité sportive
interrompue doit se faire avec précautions, même en l'absence d'impotence fonctionnelle.

V - Les techniques de refroidissement et les cryogènes

A - Refroidissement direct - cryogène humide


- par application mobile et lente, de glace, de neige, tenue en main dans un linge
isolant par le secouriste ou la victime, d'une sucette ou d'un gobelet de glace
confectionné artisanalement et offrant une prise isolante ;
- par immersion de la zone blessée dans un récipient d'eau froide à moins de 15°C
(eau de torrent), dans un récipient d'eau et de glace (disponible à la buvette), ou
dans de la neige ;
- par aspersion continue d'eau froide ou glacée à l'aide de l'éponge "miracle" ;
- par application d'un gant de toilette mouillé, essoré et rempli de cubes de glace ;
- par application d'une serviette éponge essorée, préalablement trempée dans un
mélange d'eau et de glace (pilée de préférence), l'application doit être renouvelée
toutes les deux à trois minutes pendant vingt minutes.

79
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Remarque : la vaporisation par bombe cryogénique, outre l'inconvénient du flacon


sous pression, n'apporte qu'un effet "anesthésique" passager et superficiel.

B - Refroidissement indirect - cryogène sec


Dans tous les cas suivants, pour assurer la conduction du froid, il faut interposer un
linge humide entre le cryogène et la peau lors de l'application :
- d'une vessie de caoutchouc, ou d'une poche plastique remplie de glace.
- d'un sachet froid à accumulation, mis à réfrigérer (non à congeler) avant
utilisation et transporté dans un récipient isotherme.
Ces sachets sont réutilisables et leur enveloppe souple permet d'épouser le forme
de la zone à refroidir (les "packs" destinés aux glacières de pique-nique ont
l'inconvénient d'être rigides).
- d'un sachet froid instantané par réaction chimique, rapidement mis en service qui
nécessite ni refroidissement préalable ni récipient isotherme et dont l'enveloppe
est souple.

80
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Chapitre IV : La trousse de secours

Section 1 : Critères et limites d’une trousse de secours

I - Les critères
- être simple d'emploi,
- l'utilisateur doit en connaître le contenu (attention aux dates de péremption !),
- les médicaments doivent correspondre à des affections courantes,
- chaque produit doit être facile d'utilisation et ne pas présenter de risques ou
d'effets secondaires trop marqués,
- être personnalisée, car il n'y a pas de liste exhaustive, le choix de chaque
médicament tient compte de l'expérience personnelle et du conseil d'un
médecin,
- être efficace par une bonne connaissance des produits utilisés, les effets
recherchés, les effets secondaires, les posologies, les contre-indications
- être entretenue, en complétant les produits utilisés et surtout en renouvelant les
produits périmés (vérifiez les dates limites d’utilisation régulièrement).

II - Les limites
Les limites d'intervention sont liées à la compétence de l'utilisateur et à l'engagement
de l'activité :
- la trousse de secours pour une descente en canyon sera particulière : bidon
étanche, trousse de réparation de combinaison, attelle souple ou bandes de
résine, stylo lance fusée… ;
- la trousse de secours pour un trekking comprendra des moyens pour traiter les
différents types de diarrhées, un accès de malaria, des produits contre les
parasites, des répulsifs contre les moustiques ;
- la trousse de secours pour un séjour en haute altitude comprendra des
médicaments pour prévenir (Diamox) et traiter la pathologie de haute altitude
(inhibiteur calcique et corticoïde injectable), et un caisson hyperbare portable.
Il ne faudra jamais donner un médicament ou appliquer une pommade avant de
s’être assuré que la personne ne présente pas d’allergies susceptibles de provoquer une
réaction sévère (ex : allergie à l’aspirine, à l‘iode, à la Biafine, au Nifluril…). Il est donc
recommandé de bien connaître le contenu de sa pharmacie : composants, contre indications,
effets secondaires… Ainsi la Bétadine, qui est un antiseptique à base d’iode, ne devra pas être
appliquée sur une personne allergique à l’iode…

Section 2 : La réalisation d’une trousse de secours


Certains médicaments ne peuvent être obtenus que sous ordonnance : antibiotiques,
anti-inflammatoires, médicaments d'urgence... C'est le médecin de famille qui vous les
prescrira à l'occasion d'une consultation. C'est aussi le moyen de recueillir son avis et de
vérifier l'absence de contre-indication et d'incompatibilité. Pour les autres médicaments
délivrés sans ordonnance, le pharmacien sera d’un bon conseil.

81
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

Dans le cas où vous amèneriez des injectables, il est indispensable de prendre en


compte les températures de conservation de ces produits. En effet, la plupart sont à conserver
dans un réfrigérateur (ou tout au moins à des températures modérées) ce qui est en totale
contradiction avec le fait de les transporter dans un sac de randonnée lorsque les températures
pourront être élevées. Ce non-respect des températures de conservation peut rendre
l’utilisation de ces produits dangereuse !
Pour limiter l'encombrement, les médicaments sont déconditionnés, les plaquettes de
comprimés sont réunies avec leur notice par un élastique.
Les produits de soins externes sont plus volumineux. La quantité est fonction de la
durée du séjour.

Concernant la sécurité et la conservation des produits, il est conseillé de :


- relever sur une feuille annexe, la date de péremption indiquée sur chaque
emballage, ceci permettra de renouveler les médicaments avant la date limite
d'utilisation et cela permettra aussi d’éviter de se retrouver avec des produits
périmés de longue date dans sa pharmacie ;
- entreposer la trousse dans un local à l'abri de la lumière (UV) et de la chaleur ;
- ne pas laisser la trousse à la portée des enfants.

I - Le matériel de soins externes


• paire de ciseaux à bout rond,
• épingles à nourrice, trombones,
• pince à échardes,
• gants jetables,
• bandes adhésives élastiques : élastoplaste, urgostrapping,
• bandes adhésives non élastiques : strappal,
• pommade anti-inflammatoire : percutalgine, nifluril, voltarène, ketum…,
• pommade contre les coups : hemoclar, arnica,
• pommade cicatrisante : homéoplasmine,
• pommade ophtalmique calmante,
• antiseptique : bétadine, dakin, biseptine…,
• produit hémostatique : stop-hémo, coalgan,
• compresses stériles et non stériles,
• pansements adhésifs,
• pansement protecteur de type double peau : spenco, compeed,
• sutures adhésives : stéristrip, urgostrip,
• tulle gras,
• vaseline,
• crème solaire,
• crème apaisante et hydratante contre les brûlures : biafine....
Ne jamais appliquer un produit (antiseptique, pommade…) sur quelqu’un avant
de s’être assuré qu’il n’y est pas allergique !

II - Les moyens d’immobilisation


• bandes adhésives élastiques : élastoplaste, urgostrapping,
Il faut éviter l'application de bandes adhésives en circulaire autour d'un membre
car la circulation veineuse serait bloquée.
• bandes adhésives non élastiques : strappal,

82
Premiers Secours appliqués à la Descente de Canyon
Réalisation : Myriam MEYNIER Année : 2003

• bandes de résine,
• l’attelle SAM Splint ou Immoflex est composée d'une mince feuille d'aluminium
recouverte de mousse. La mise en forme autour d'une partie du corps lui donne
une rigidité suffisante pour un maintien confortable. Son encombrement et son
poids sont réduits.

III - Les médicaments


Il faut se faire conseiller par son médecin. Ne jamais donner un médicament à
quelqu’un avant de s’être assuré qu’il n’y est pas allergique !
• paracetamol : doliprane…,
• antalgiques : di-antalvic, dafalgan codéiné…,
• collyre présenté en monodoses : antalyre,
• antidiarrhéique : immodium,
• antihistaminiques : zyrtec, polaramine…,
• antipyrétique (contre la fièvre) : aspirine, ibuprophène…,
• antispasmodique (douleurs intestinales) : spasfon lyoc,
• antiémétique (contre les nausées, vomissements) : motilium, primpéran,
• antibiotiques à large spectre : clamoxyl,
• morceaux de sucre ou coramine glucose,
• comprimés anti-inflammatoires : voltarène…

IV - Le matériel de survie
• une couverture de survie renforcée,
• une couverture de survie légère,
• un sifflet,
• désinfectant de l’eau : hydroclonazone, micropur,
• bougies,
• briquet, allumettes tout temps,
• chaufferettes chimiques.

V - Les moyens d’alerte


• stylo lance fusée,
• fusées éclairantes,
• téléphone portable.

83